Vous êtes sur la page 1sur 18

Exercices supplémentaires : Intégration

Partie A : Intégrales et propriétés


Exercice 1

On considère les fonctions :      4 et :   4
.
   
En utilisant la définition d’une intégrale, calculer :     ;    ;     ;   

Exercice 2
On considère la fonction :   √16
  sur l’intervalle 
4; 4.
1) Montrer que sa représentation graphique dans un repère orthonormal est un demi-cercle dont on précisera
le centre et le rayon.
  
2) Déterminer alors les intégrales     ;     ;    

Exercice 3

1) On considère une fonction affine :     1 avec   0. Déterminer  pour que      8.

2) On considère :   
1 avec  un réel. Déterminer  pour que    
8.
3) Déterminer une fonction affine non nulle dont l’intégrale sur 0; 4 est égale à 0.

4 si 0 #  # 3
Exercice 4

6 si 3 %  # 5( . Calculer    et en déduire la valeur moyenne de



On considère la fonction :  

2 si 5 %  # 8
sur 0; 8.

On considère deux fonctions  et continues sur 


1; 4 telles que
1 #   # 3 et
2 #  # 1.
Exercice 5

1) Déterminer un encadrement de   puis de 2


3 .
 
2) Déterminer un encadrement des intégrales )    * et )2 
3  *

On considère une fonction  dont le tableau de variations sur 0; 5 est le suivant :
Exercice 6

 0 1 2 3 5

Variations de 
2 2


1
0
1
Donner un encadrement des intégrales suivantes :
 + ,
    ;     ;     3 A

La courbe de la fonction  est constituée de deux segments -.


Exercice 7
B

et /0 et d’un quart de cercle entre . et /.


2

Calculer la valeur moyenne de  sur 0; 3 puis sur 0; 4.


1 C

D
0 1 2 3 4

-1 E
Partie B : Primitives

Montrer que la fonction :   2 cos 2  3   admet pour primitive la fonction 3 définie par
Exercice 1

3   sin 2  3    .

Déterminer une primitive de chacune des fonctions suivantes sur 0; ∞.
Exercice 2

2 2
 :   2   5
8 ;  :   2 
5 ,
8 ; , :      ;  :  
3 

 
2 ,   
5  1 2 ,   
5  1
+ :   ; 6 :  
 

Déterminer une primitive de chacune des fonctions suivante sur 7 et sur 0; 1 pour 8.
Exercice 3

:
 :   2 sin 
5 cos  ;  :   2 sin 3  cos 5 ;
, :   6 sin 92  ;
4
: 2
1
 :   6 cos 93  ; ; + :   4 6   1 ; 6 :  
6< => ; 8 :   
6 


Déterminer dans chaque cas, la primitive 3 de  vérifiant la condition donnée.


Exercice 4

1) :   2  3  avec 3 0  5
2) :   3    1  avec 3)√2*  1

Exercice 5
sur 1; ∞.
= ? 
On considère la fonction  définie par    =
C
1) Déterminer trois réels , A et B tels que      A  = pour   1.
2) En déduire une primitive de  sur 1; ∞.

Exercice 6
D ?E
On considère la fonction :   D E > définie sur 7.
FD E
1) Déterminer  et A tels que    < =  D E > pour tout réel .
2) En déduire une primitive de  sur 7.

Partie C : Calcul d’intégrales


Exercice 1
Calculer les intégrales suivantes :
I

2 ,   
5  1
 
2
2 
-G 2   5
8  ; .  G  ; /  G   ; H  G cos  
   , 
2 
I
I

D
1 I 
0  G cos   ; 3  G sin   ; J  G  ; K  G cos 2L  sin L L ; M  G < ,=> 
     
I

,
  S
N  G sin L cos, L L ; O  G ; P  G L< Q L ; R  G   1 √
?


I

 √  1  

Exercice 2
sur 
1; ∞.
=>
On considère la fonction :   =>

1) Montrer que    2
=> pour  
1.

2) Calculer    

Exercice 3
Pour  T 7, on considère M    cos  L L et N    sin L L.
= =

1) Calculer M   N  puis M 
N  en fonction de .
2) En déduire les valeurs de M  et N  en fonction de .

Exercice 4
 =
Calculer la valeur moyenne des fonctions  :  
4< ,=> ;  :   => et , :   = ? > sur 2; 5.

On pose U   ln  pour   1.
Exercice 5

WX = 
en fonction de U et de UY.
= = WX =
1) Ecrire et

et :   = WX = définies sur 1; ∞. Déterminer des primitives de


WX = 
2) On considère les fonctions :  
=
 et sur 1; ∞.
D? D?
3) En déduire D    et D  .

Exercice 6
A l’aide d’intégrations par parties, calculer les intégrales suivantes :
 D
ln   I
-  G 2
4 < =  ; .  G  ; /  G   1 ln   ; H  G 2L sin L L
    
D I , 
ln L  1
0  G  ln   ; 3  G  cos 2  ; J  G √3
 ; K  G L
 L  1

  

Exercice 7
 I
A l’aide de deux intégrations par parties successives, calculer M     < =  et N   L  sin L L

Exercice 8
On considère la fonction  définie sur 1; ∞ par    = = ?  .


Z F C
1) Déterminer les réels , A et B tels que    =  =>  = pour tout   1.
2) Déterminer une primitive 3 de  sur 1; ∞.
3) Déterminer une primitive J de :   = ?  ? sur 1; ∞.
=

, =
4) En utilisant les résultats précédents, calculer  = ?  ?
[ ln  . On donnera le résultat sous la forme
\ ln 2  ] ln 2 avec \ et ] deux rationnels.

Exercice 9
D _`? WX Q
On considère M^  D _ L pour a un entier naturel supérieur ou égal à 2.
Q_
1) Calculer M^ à l’aide d’une intégration par parties.
2) Calculer la limite de M^ quand a tend vers ∞.

Partie D : Exercices bilan

On considère la fonction :   < =  < = définie sur 


1; 1.
Exercice 1

1) Etudier les variations de  et tracer sa courbe représentative dans un repère (unités : 2cm en abscisse et 1
cm en ordonnée).
2) Calculer l’aire en B du domaine du plan compris entre l’axe des abscisses, la courbe de  et les droites
verticales d’équation  
1 et   1.

On considère la fonction :   4
  définie sur 7.
Exercice 2

1) Etudier les variations de sur 


3; 3.
2) Calculer l’aire, en unités d’aire, du domaine du plan compris entre la courbe de , l’axe des abscisses et les
droites verticales d’équation  
3 et   3.

Exercice 3
f f
bcX = deb =
On pose R  g  et h  g .
deb = bcX = deb = bcX =
1) Calculer R  h et R
h.
2) En déduire R et h.

Exercice 4
= ? 
On considère la fonction :   = sur i ; ∞j.
C 
1) Déterminer , A et B tel que      A  = pour   .
,
2) En déduire    .

Exercice 5
1) Déterminer un encadrement de U   k1  cos   pour  T 7.
I 
2) En déduire un encadrement de l’intégrale 
l =
.

Exercice 6
On considère les fonctions :   = ? et :   4
  sur 2; ∞.
== ?

2) Etudier les positions relatives des deux courbes mn et mo .


1) Etudier les variations de ces deux fonctions.

  3 et   5.
3) Calculer l’aire, en unité d’aire, du domaine du plan compris entre les deux courbes et les droites d’équation

Exercice 7
On considère la fonction :   = 1  ln  sur 0; ∞.


1) Etudier les variations de  sur 0; ∞.


2) Déterminer l’abscisse  du point d’intersection de mn avec l’axe des abscisses.

3) On note p la surface comprise entre la courbe mn , l’axe des abscisses et les droites d’équations   D et
  1. On note p la surface comprise entre la courbe mn , l’axe des abscisses et les droites d’équation   1 et
   avec  un réel strictement supérieur à 1. Déterminer  pour que p et p aient la même aire.

Exercice 8
Pour tout entier naturel a, on pose ^   >=>= ? et M^   ^ L L.
=_ 

1) Montrer que la suite M^ est bien définie.


2) Etudier les variations de la suite M^ .
3) En utilisant un encadrement sur 0; 1 de la fonction U:   1      et de , démontrer que l’on a :

l
1 1
# M^ #
3 a  1 a1
et en déduire la convergence de la suite M^ .

On pose    < =  < =


1 sur 7.
Exercice 9

1) Démontrer que la fonction  est décroissante et négative sur 0; ∞.


Démontrer qu’elle est décroissante et positive sur 0; ∞.
D qE
2) La fonction est définie par  
=
.
^>
3) On pose N^  ^ L L pour a T r.
Pour  T a; a  1, comparer a ,  et a  1 . En déduire un encadrement de N^ .
4) En déduire que N^ est décroissante et convergente. Préciser sa limite.

Exercice 10
 ^I =
On pose M^  _`s I  cos 9;  pour a T r.
1) A l’aide d’une intégration par parties, calculer M .
2) Démontrer que M^ est une suite géométrique dont on précisera la raison ].
3) On pose p^  M  M  t  M^ . Calculer p^ et déterminer sa limite.
Correction exercices supplémentaires : Intégration

Partie A : Intégrales et propriétés

 est une fonction affine donc sa courbe représentative est une droite.
Exercice 1

 s’annule en
8 et est positive sur 0; 4.  0  4 et  4  6
    est donc l’aire d’un trapèze de bases 4 et 6 et de hauteur 4 :      4  6 [   20
  

est une fonction affine donc sa courbe représentative est une droite.
s’annule en 4, est positive sur 
∞; 4 et négative sur 4; ∞ donc    est égale à la différence entre l’aire


de deux triangles. 0  4 et 8 
4

4[4 4[4
G   
 0
 2 2
Sur 
4; 0,  est positive ; 
4  2 et  0  4 donc      2  4 [  12
 

 [
Sur 0; 4, est positive ;     
 8

1) Pour R ; u sur la courbe de , on a u   16


  avec  T 
4; 4 et u v 0
Exercice 2

R appartient donc au cercle de centre w 0; 0 de rayon 4. Et comme son ordonnée est positive, on obtient donc
bien le demi-cercle supérieur.
  
2)       xcercle   : [ 4  8:

1 1
G     xcercle  [ 16:  4:
 4 4
  
G     G   
G     8:
4:  4:
  

1)  est une fonction affine croissante car son coefficient directeur est positif.  0  1 donc  est positive sur
Exercice 3

0; 4.     est donc l’aire du trapèze de bases 1 et  4  4  1 et de hauteur 4. D’où




4 1
1  4  1 [  8 { 4  2  4 {  
2 2

2) est une fonction affine. Si 4 # 0 alors    est l’opposé de l’aire d’un trapèze de bases 1 et
|4
1|  1
4 et de hauteur 4. On a donc
4 1
1  1
4 [  8 { 2
4  4 {  

2 2

Si   0, alors    est la différence entre l’aire de deux triangles. Le triangle situé en dessous de l’axe des
abscisses aura pour aire maximale 2. On n’obtiendra donc jamais
8 pour la valeur de l’intégrale.

Finalement  


3) On peut prendre par exemple :  
  2. Pour calculer    , on doit donc calculer la différence
entre deux triangles de même aire donc le résultat est bien nul.

Exercice 4
 , + 
G    G    G    G    4 [ 3  6 [ 2
2 [ 3  18
  , +
Exercice 5
1) Pour  T 
1; 4 :
3 #     # 4 en additionnant terme à terme.

2 # 2  # 6 et
3 #
3  # 6 (en multipliant par
3 négatif donc on change le sens de l’inégalité) puis

5 # 2 
3  # 12 en additionnant terme à terme.
Attention : on ne peut pas appliquer le calcul directement sur les deux bornes inférieures et les deux bornes
supérieures…
  
2) Par croissance de l’intégrale : 
3 # )    * #  4  d’où


15 # )    * # 20
   
De même 
5 #  2 
3   #  12 et donc
25 # )2 
3  * # 60

Exercice 6
Sur 0; 1, on a
1 #   # 0 donc par croissance de l’intégrale, 
1 #     #  0 ou encore
  

1 #     # 0

Sur 2; 5, on a 1 #   # 2 donc par croissance de l’intégrale, on a  1 #     #  2 ou encore
+ + +

+
3 #     # 6

Sur 1; 3, on a 0 #   # 2 donc par croissance de l’intégrale,  0 #     #  2 ou encore
, , ,

,
0 #     # 4

Calculer la valeur moyenne de  sur 0; 3 puis sur 0; 4.


Exercice 7

On note R la valeur moyenne de  sur 0; 3 et h sur 0; 4.


 ,    ,  ,> [ +
R  ,      , j               i Or      

  I , [ 
     1   [ : [ 1  1        
 d’où
1 5 : 1 4 :
R  } 1  ~  
3 2 4 2 3 12
1 , 
1 5 : 1 1 7 :
h G     G    €  }  1  
~  
4
0  , 4 2 4 2 2 8 16

Partie B : Primitives

3 est une fonction définie et dérivable sur 7. Elle est de la forme sin U  ‚ donc
Exercice 1

3 ƒ   Uƒ  [ cos)U  *  ‚ ƒ   2 cos 2  3  2  2 cos 2  3     


Donc 3 est bien une primitive de  sur 7.

 est une fonction polynôme donc elle est continue sur 0; ∞ et une primitive est 3 définie par :
Exercice 2

3   2 [ ,  ,  5 [   
8  /„L< 
   , +
    
8  /„L<
,
 est une fonction polynôme donc elle est continue sur 0; ∞ et une primitive est 3 définie par :
3   2 [ +  +
5 [   
8 [     /„L< 
    + +
+

  
4   /„L<
, est la somme de deux fonctions continues sur 0; ∞ donc est continue sur 0; ∞ et une primitive 3, est
3,   ,  ,  2 ln||  /„L< 
  ,
,
  2 ln   /„L<
 est la somme de deux fonctions continues sur 0; ∞ donc est continue sur 0; ∞ et une primitive 3 est
1
3  
3 [  ,
2 ln||  /„L< 
 ,
2 ln   /„L<
3
+   2   
5  donc elle est la somme de fonctions continues sur 0; ∞ donc est continue sur 0; ∞

=
et une primitive 3+ est définie par
3+   2 [  ,   
5  ln||  /„L< 
   , 
   
5  ln   /„L<
,  , 

6   2  1
 donc 6 est la somme de fonctions continues sur 0; ∞ donc est continue sur 0; ∞ et
+ 
= =?

une primitive 36 est définie par 36   2 [    


5 ln||
 /„L<     
5 ln 
 /„L<
  
 = =

 est la somme de deux fonctions continues sur 7 donc est continue sur 7 et une primitive 3 est
Exercice 3

3  
2 cos 
5 sin   /„L<
 est la somme de deux fonctions continues sur 7 donc est continue sur 7.
On pose U   3 et ‚   5. U et ‚ sont dérivables sur 7 avec Uƒ   3 et ‚ ƒ   5 :
   , [ 3 sin 3  + [ 5 cos 5  , Uƒ  sin)U  *  + ‚ ƒ  cos)‚  * donc une primitive 3 est
   

2 1 2 1
3  
cos)U  *  sin)‚  *  /„L< 
cos 3  sin 5  /„L<
3 5 3 5
I
, est une fonction continue sur 7. On pose U   2   ; U est dérivable sur 7 et UY   2.
,   3 [ 2 sin 92   ;  3Uƒ  sin)U  * donc une primitive 3, est
I

:
3,  
3 cos)U  *  /„L< 
3 cos 92  ;  /„L<
4
 est une fonction continue sur 7. On pose U   3  6 ; U est dérivable sur 7 et Uƒ   3.
I

   2 [ 3 cos 93  6 ;  2Uƒ  cos)U  * donc une primitive 3 est


I

:
3   2 sin)U  *  /„L<  2 sin 93  ;  /„L<
6
+ est une fonction continue sur 7. On pose U   6   1 ; U est dérivable sur 7 et Uƒ   12.
+   , [ 12 6   1  , Uƒ  [ U  donc une primitive 3+ est
 

1 1 1
3+   [ U    /„L<  6   1   /„L<
3 2 6
6 est une fonction continue sur 7. On pose U   2  1 ; U est dérivable sur 7 et Uƒ   2.
6  
3 [ 2< => 
3Uƒ  < l = donc une primitive 36 est
36  
3< l =  /„L< 
3< =>  /„L<
8 est une fonction rationnelle définie et continue sur 0; 1 On pos U    
 ; U est dérivable sur 7 et
l… =
Uƒ   2
1. Donc 8   et une primitive 38 est
l =

38   ln|U  |  /„L<  ln 
   /„L< car  
 % 0 sur 0; 1 .

1)  est une fonction polynôme donc est continue sur 7. On pose U   2  3 ; U est dérivable sur 7 et
Exercice 4

Uƒ   2. On a donc     [ 2 2  3    Uƒ  [ U   donc les primitives de  sont les fonctions 3 de la


 

forme 3    [ + U  +  /   2  3 +  /.
  

 , S,
De plus, 3 0  5 donc  [ 3+  /  5 { /  5
{ /

 

La primitive cherchée est donc 3:    2 


 S,
3 +

2)  est une fonction polynôme donc est continue sur 7. On pose U      1 ; U est dérivable sur 7 et
Uƒ   2. On a donc     [ 2    1    Uƒ  U   donc les primitives de  sont
, ,

 
,  ,
3   [ U  +  /   1 +  /
 + 
Or 3)√2*  1 donc  2  1  /  1 { /  1

, 8S 8S
+

{ /


 
, 8S
La primitive cherchée est donc 3:    1 +

 

1) Pour   1
Exercice 5

B  
1  A 
1  B    A
   B
A
  A   

1 
1 
1
1 1
Par identification avec , on a A
  0 ( { A  1 ( donc      1


=
B
A 
2 B 
1
2)  est la somme de deux fonctions continues sur 1; ∞ donc est continue sur cet intervalle. On pose
l… =
U   
1 ; U est dérivable sur 1; ∞ et Uƒ   1 donc      1
donc les primitives de  sont
l =
  
3      
ln|U  |  /„L<    
ln 
1  /„L< car 
1  0 sur 1; ∞ .
 

1) Pour  T 7
Exercice 6

A< = < = < =  2  A< = < =  2  A < =


< =  =  
< 2 <=  2 <=  2
1 ( 1 ( D E
Par identification avec , on a † {† donc    < =
D E >
2  A  0 A 
2
2)  est une fonction continue sur 7. On pose U   < =  2 ; U est dérivable sur 7 et Uƒ   < = donc
l… =
   < =
donc les primitives de  sur 7 sont
l =
3   < =
2 ln|U  |  /„L<  < =
2 ln < =  2  /„L< car < =  2  0 sur 7.

Partie C : Calcul d’intégrales


Exercice 1

1 , 1  
2 5 2 5
-G 2 
 5
8   }2 [   5 [ 
8~  [ 4,  [ 4
8 [ 4
‡ [ 0,  [ 0
8 [ 0ˆ
 3 2  3 2 3 2
128 152
  40
32
0 
3 3

2  
5  1
,  
1 1 , 1  
.G   G ‡2  
5  ˆ   }2 [   
5  ln  ~

    3 2 
2 1 2 1
 [ 4,  [ 4
5 [ 4  ln 4
‡ [ 1,  [ 1
5 [ 1  ln 1 ˆ
3 2 3 2
128 2 1 69
  8
20  ln 4

 5   ln 4
3 3 2 2
: on pose U    
2 ; U est dérivable sur 3; 4 et Uƒ   2
2. Donc
 =
/  , = ? =

 ƒ 
U 8
/G   ln|U  |,  ln  
2 ,  ln 4
2 [ 4
ln 3
2 [ 3  ln 8
ln 3  ln ‡ ˆ
, U  3
I

I
:
H  G cos    sin    sin 9 ;
sin 0  1
0  1
 2
I
0  G cos    sin  I  sin :
sin 0  0

I

I
:
3  G sin    
cos   
cos 9 ;  cos 0  1
 2
D
1
J  G   ln  D  ln <
ln 1  1
 
K   cos 2L  sin L L : on pose U L  2L donc Uƒ L  2
I

I
1 1 1 I
K  G ‡ Uƒ L cos)U L *  sin L ˆ L   sin U L
cos L I  } sin 2L
cos L ~
 2 2 2 
1 1
 sin 2:
cos :
‡ sin 0
cos 0 ˆ  0

1
0
1  2
2 2
M   < ,=>  : on pose U   3  1 donc Uƒ   3 :



1 ƒ 1 
1 
1 1 <8
<
MG U  < l =   } < l = ~  } < ,=> ~  < 8
<  
 3 3  3  3 3 3
f
N  ?f sin L cos , L L : on pose U L  cos L donc Uƒ  
sin L

?
I I I
 1  1  1 : 1 :
N  G
Uƒ L U L , L  }
U L  ~ I  }
cos L ~ I 
cos  9 ;  cos 9
;  0

I 4  4  4 2 4 2
  
, Š= ƒ 
O  √=> : on pose U     1 et donc U 1
,
Uƒ  , ,
O G 2[   j2kU  i  ‹2√  1Œ  2√4
2√1  2
 2kU  

U L  L  et donc Uƒ L  2L

P  L< L : on pose
Q?


1 ƒ 1 
1 ?  1 1 1 1
PG L < l Q
U L  } < l Q ~  } < Q ~  < 6
<   < 6

 2 2  2  2 2 2 2
S
S S ,  1 , 1  2 + 2 , S
R  G   1 √  G ‡     ˆ    >   Ž
>
 }   ~
3 1 5 3
21 21
  

2 + 2 , 2 + 2 , 2 2 2 2 1712
 [ 9  [ 9
‡ [ 1  [ 1 ˆ  [ 243  [ 27
‡  ˆ 
5 3 5 3 5 3 5 3 15

1) Pour  
1 :
Exercice 2

1 2   1
1 2  1
2
    
1 1 1
l… =
2) On pose U     1 et alors Uƒ   1 . Pour tout  
1, on a    2

l =
donc

G     2
ln |U  |   2
ln   1   2 [ 4
ln 5
2 [ 2
ln 3  4
ln 5  ln 3


1) Pour  T 7
Exercice 3

= = = =
M   N   G cos  L L  G sin L L  G cos  L  sin L L  G 1L  
   
Pour  T 7
M 
N    cos  L
sin L L   cos 2L L à l’aide des formules de duplication…
= =

=
On pose U L  2L et donc Uƒ L  2 d’où M 
N     Uƒ L cos)U L * L  j sin)U L *i
= 

1 =
1 1 1
 } sin 2L ~  sin 2
sin 0  sin 2
2  2 2 2
  
2M      sin 2
M   N    M       sin 2
2)   ({ ({  (
M 
N    sin 2 
2N   
sin 2
 
N   
sin 2
  

Exercice 4
   : on pose U   3  2 donc Uƒ   3. On a donc   
[ Uƒ  < l = .
 + 
R 
+   ,
1 + 4 ƒ 4 + 4 4
R  G
U  < l =  
‹< l = Œ 
< ,=> + 
< 8
< 
3  3 9 9 9
l… =
R  ,     : on pose U     2 et donc Uƒ   1 ; on a donc   
 +
l =
1 + Uƒ  1 1 ln 7
ln 4
R  G   ln|U  |+  ln   2 + 
3  U  3 3 3
l… =
R,   ,   : on pose U      1 et alors Uƒ   2 d’où ,  
 +
, l =
1 + Uƒ  1 1 1 1 26
R,  G   ln|U  |+  ln    1 +  ln 26
ln 5   ln ‡ ˆ
3  U  3 3 3 3 5

Exercice 5
1) Pour   1, U   ln  donc Uƒ   =. On a donc  = [ ln   Uƒ  U 
 WX = 
=
1 1 1 Uƒ 
 [ 
 ln   ln  U 
2)   Uƒ [ U donc une primitive de sur 1; ∞ est 3:    U    /„L< soit 3    ln    /„L<
 

donc les primitives de sur 1; ∞ sont J:   ln|U  |  /„L< soit J   ln ln   /„L<

 l
D?
3) D     3  DD  j ln   i   ln <  
 ln <    [ 2
 [ 1 
D? ?      ,
D 
D?
G    ln ln  DD  ln ln < 
ln ‘a <  ln 2
ln 1  ln 2
?

Pour - : on considère deux fonctions U et ‚ dérivables sur 7 telles que U   2


4 et ‚ ƒ   < = alors
Exercice 6

Uƒ   2 et on peut choisir ‚   < = .


  
-  G U  ‚ ƒ  
 U  ‚  
G Uƒ  ‚     2
4 < = 
G 2< =  
2< 

4< 
2< = 
  


2<  4
2 <
< 
 6
4<

Pour . : on considère deux fonctions U et ‚ dérivables sur 7 telles que U   ln  et ‚ ƒ   = ?. On a donc




Uƒ   = et on peut choisir ‚  
=.
 

ln  1 ln < ln 1 1D
D D D D
.  G U  ‚ ƒ  
 U  ‚  D
G U ƒ  ‚  
 
€
G
  
  }
~
      < 1 


D
D 1 1

  
D

Pour / : on considère deux fonctions dérivables U et ‚ telles que U   ln  et ‚ ƒ     1 On a alors


Uƒ   = et on peut choisir ‚       .
 

 
1  
1 1
/  G U  ‚ ƒ    U  ‚  
G Uƒ  ‚    }‡    ˆ ln  ~
G ‡    ˆ [ 
  2   2 
1 1 
1 1 1 
 ‡ [ 4  4ˆ ln 4
‡ [ 2  2ˆ ln 2
G ‡   1ˆ   12 ln 4
4 ln 2
} [    ~
2 2  2 2 2 
1 1
 24 ln 2
4 ln 2
} [ 4  4
‡ [ 2  2ˆ~  20 ln 2
5
4 4

Pour H : on considère deux fonctions U et ‚ dérivables sur 7 telles que U L  2L et ‚ ƒ L  sin L . Alors Uƒ L  2
et on peut choisir ‚ L 
cos L .
I I I
H  G U L ‚ ƒ L L
 U L ‚ L I
G Uƒ L ‚ L L  
2L cos L I
G
2 cos L L
  

2: cos :  2 [ 0 cos 0  2sin L I  2:  2 sin :
sin 0  2:

Pour 0 : on considère deux fonctions U et ‚ dérivables sur 7 avec U   ln  et ‚ ƒ   . On a donc Uƒ  



=
et on peut choisir ‚     .


D
1 
D D D
1 1
0  G U  ‚ ƒ  
 U  ‚  D

G U ƒ  ‚  
 }  ln  ~
G [   
  2    2
1 1 1 D
1 1 1 D
1 1 1 1 1 1
 <  ln <
[ 1 ln 1
G   < 
}   ~  < 
‡ < 
ˆ  <  
2 2 2  2 2 2  2 2 2 2 4 4

Pour 3 : on considère deux fonctions U et ‚ dérivables sur 7 telles que U    et ‚ ƒ   cos 2 . On a donc
Uƒ   1 et on peut choisir ‚    sin 2 .


I I
1 I I
1
3  G U  ‚  U  ‚  
ƒ  

G U
I ƒ  ‚  
 }  sin 2 ~
G sin 2 
  2   2
1 1 1 I
1
 : sin 2:
0
}
cos 2 ~  cos 2:
cos 0  0
2 2 2  4

Pour J : on considère deux fonctions dérivables sur 0; 3 telles que U    et ‚ ƒ   √3


. On a donc
Uƒ   1 et pour déterminer une primitive de ‚ ƒ , on pose ’   3
 d’où ’ ƒ  
1. On a donc
‚ ƒ  
’ ƒ  [ ’  ? donc on peut choisir ‚  
’  >? 
, 3
 ? .
s
 s
 ”
s
>
?
, ,
2 , , ,
2 ,
J  G U  ‚ ƒ    U  ‚  ,
G Uƒ  ‚    }
 3
  ~
G
3
  
  3   3
,
2 , 2 , 2 , , 2 1 , 2 2 + ,

[ 3 [ 0  [ 0 [ 3
G ’ ƒ  ’     0
 ’  > Ž 
} 3
  ~
3 3 3  3 13 3 5 
2 

4 + + 4 4√243 4 [ 9√3 12√3



‡0
3 ˆ 
)0
√243*   
15 15 15 15 5

Pour K : on considère deux fonctions U et ‚ dérivables sur 0; 1 telles que U L  ln 1  L et ‚ ƒ   >Q ?.


On a donc Uƒ L  >Q et on peut choisir ‚ L 


>Q.
 

ln 1  L 1
   
K  G U L ‚ ƒ L L
 U L ‚ L 
G Uƒ L ‚ L L  
€
G
L
  1L   1  L 
ln 2 ln 1 1 ln 2 1

1
ln 2

  }
~ 

1
2 1 1L  2 2 2

Pour M : on considère deux fonctions U et ‚ dérivables sur 7 telles que U     et ‚ ƒ   < = . On a donc
Exercice 7

Uƒ   2 et on peut choisir ‚   < = .


 
M    < = 
G 2< =   < 
0
2 G < = 
 
Pour la nouvelle intégrale, on considère ’ et ‚ telles que ’    et ‚ ƒ   < = . Donc ’ ƒ   1 et on a toujours
‚   < = .

M  <
2 < = 
G < =  €  <
2 < 
0
< =   <
2<  2 < 
<   <
2

De la même manière pour N : avec U L  L  et ‚ ƒ L  sin L donc Uƒ L  2L et ‚ L 
cos L
I I
N  
L  cos L I
G
2L cos L L 
:  cos :  0  2 G L cos L L
 
I
 :   2 L sin L I  G
sin L L€  :   2 : sin :
0  cos L I  :   2 cos :
cos 0

 :
4 

1) Pour   1 :
Exercice 8

 A B    1 
1  A 
1  B   1   A  B    B
A 

   
 1 
1    1 
1   
1
A

AB 0 AB 1
Par identification avec , on a B
A 0 { ( A  B { • B   ( donc   
=   =>   =
(   


  1  
1 
 
1
2) Sur 1; ∞ , on pose U     1 et ‚   
1 donc Uƒ   1 et ‚ ƒ   1.
On a   
=   [  [
  l… =  – … =
l = – =
.
Une primitive de  sur 1; ∞— est donc
1 1 1 1
3  
ln   ln|U  |  ln|‚  | 
ln   ln   1  ln 
1
2 2 2 2
3) On pose U    
1 . U est dérivable sur 7 et Uƒ   2. On a donc  
l… =
l = ?
.

Une primitive de sur 1; ∞ est donc J  


l = 
= ?  .
 

4) On considère deux fonctions dérivables sur 2; 3 telles que U   ln  et ‚ ƒ   = ?  ?   . On a


=

donc Uƒ   = et on peut choisir ‚   J  .




2 ln  1
, , , ,
G ln    U  ‚  ,

G U ƒ  ‚  
 
€
G

 
1 
1   
1
    
 
ln 3 ln 2 ,
ln 3 ln 2 ln 3 ln 2

  G    
  3  , 
  3 3
3 2
8 3  8 3 8 3
ln 3 ln 2 1 1 1 1


ln 3  ln 4  ln 2  ln 2
ln 3
ln 1
8 3 2 2 2 2
1 1 1 1 1 13 11 17 13
 ‡

1
ˆ ln 3  ‡   1ˆ ln 2  ln 4 
ln 3  ln 2  ln 2  ln 2
ln 3
8 2 3 2 2 8 6 6 8

1) On considère deux fonctions dérivables sur < ^ ; < ^>  telles que U L  ln L et ‚ ƒ L  Q _  L ^ . Alors on

Exercice 9

a Uƒ L  Q et on peut choisir ‚ L  ^ L^ .


 

ln L ^ 1 ^ 1
D _`? D _`? D _`? D _`?
M^  G U L ‚ ƒ L L
 U L ‚ L DD _
G U ƒ L ‚ L L
 L €
G L [ L
_`?

D_ D_ 1
a D_ D_ 1
a L
ln < ^> ^> ^ ln < ^ ^ ^ 1 D _`?
 <
<
G L ^ L
1
a 1
a 1
a D_
a  2 ^> ^ a 1 1 D_`?

 <
< ^ ^
} L^ ~
1
a 1
a 1
a 1
a D_
a  2 ^? ^> a 1
 <
< ^^
 < ^> ^
< ^ ^ 
?

1
a 1
a 1
a 
a2 1 a 1
}
~ < ^ ^>  }
 ~ < ^^
? ?

1
a 1
a  1
a 1
a 

a  2 1
a
1 ^? ^>
a 1
a  1 ^^? 1
a
a ^? ^> a
a  1 ^^?
 <  <  <  <
1
a  1
a  1
a  1
a 

1
a
a a
2)

lim  lim

1 ; lim
a
a  2 
∞ et lim < œ  0 donc lim < ^ ^>  0
?

^™>š 1
a  ^™>š a  ^™>š œ™š ^™>š
1
a
a ^? ^>
Par produit lim < 0
^™>š 1
a 
a
a  1 ^^?
De même , lim <  0 donc ¤inalement lim M^  0
^™>š 1
a  ^™>š

Partie D : Exercices bilan

1)  est définie et dérivable sur 


1; 1 et  ƒ   < =
< = .
Exercice 1

 ƒ   0 { < =
< =  0 { < =  < = {  
 car ‘a est croissante sur 0; ∞
{ 2  0 {   0

1 0 1
Signe de Y
0 
<
 1
<
<
D
Variations de 
2
2) L’unité d’aire est égale à 2 B . Comme  est positive sur 
1; 1, l’aire du domaine indiqué est égale à
    unités d’aire.



2
G     < =
< =   < 
< 
< 
<   2<

 <
D’où x  2 92<
D;  4<
D B
 

1) est une fonction polynôme donc est dérivable sur 7 et ƒ  


2.
Exercice 2


3 0 3
Signe de Y  0

4
Variations de

5
5
2) est positive sur 
2; 2 et négative sur 
3;
2 ¥ 2; 3. Donc l’aire du domaine cherchée est égale à
   — 3
2  
   unités d’aire.
 ,

 ,
1 ,  1 ,  1 , ,
x  G   — 3
2  
G    }4
 ~
}4
 ~
}4
 ~
  3  3 , 3 
8 8 8 8
 8

‡
8  ˆ
}
8 

12  9 ~
}12
9
‡8
ˆ~
3 3 3 3
16 8 8 32 46
 16
 5
 5
 26
 unités d'aire
3 3 3 3 3
Exercice 3
1)
f
R  h  g  : on pose U   cos 
sin  donc U est dérivable sur 7 et
bcX = >deb =
deb = bcX =
f f
Uƒ  
sin 
cos  donc R  h  g

f
 
ln|U  |g 
ln|B©„ 
„ªa  |g
l… =
l =
: : √3 1 √3
1 2

9ln 9B©„
„ªa ;
ln B©„ 0
„ªa 0 ; 
«ln «
¬
ln 1
0 ¬ 
ln « ¬  ln ‡ ˆ
6 6 2 2 2 √3
1
I I
6 sin 

cos  6 :
R
h  G   G
1 

 cos 
sin   6

2 2 : 1 2 :
2)

R  h  ln ‡ ˆ ¯2R  ln ‡ ˆ
¯R  ln ‡ ˆ

√3
1 ( { √3
1 6( 2 √3
1 12(
• {
: ® 2h  ln ‡ 2 ˆ  : ® h  1 ln ‡ 2 ˆ  :
R
h 

6 ­ √3
1 6 ­ 2 √3
1 12

1) Pour   

Exercice 4

B  1
2  A 1
2  B
2   
2A   A  B
  A   
1
2 1
2 1
2



2 
1 °̄
Par identification avec , on a 
2A  0( { A  ( donc          [ =
   , 

AB 1 ®
°B  ,
­ 
2) On pose U   1
2 ; U est dérivable sur 2; 3 et Uƒ  
2 donc
, ,
1 1 3 Uƒ  1 1  1 3 ,
G     G  
[   } [   
ln|U  |~
  2 4 8 U  2 2 4 8 
9 3 3 1 3 3 3 3
 
ln 5
‡1 
ln 3 ˆ   ln ‡ ˆ
4 4 8 2 8 2 8 5

1) Pour  T 7
Exercice 5

1 # cos  # 1 donc 0 # cos   # 1 d’après les variations de la fonction carrée. On en déduit que 1 # 1 
cos  # 2 puis par croissance de la racine carrée sur 0; ∞, on a 1 # U  # √2
2) Par décroissance de la fonction inverse sur 0; ∞, on a # l = # 1.
√ 


Par croissance de l’intégrale, on a donc   #   #   ou encore #   #:


I √ I  I I √ I 
 l =  l =

1)  est une fonction rationnelle donc elle est dérivable sur son ensemble de définition et
Exercice 6

4
2 
2 
4
  [ 2 
2 4
2 
2
2 4
  8
 ƒ    


2  
2 , 
2 ,
Comme   2, on a  ƒ  % 0 et donc la fonction  est strictement décroissante sur 2; ∞.
est une fonction polynôme donc est dérivable sur 7 et ƒ   4
2 et comme   2, on a que ƒ  % 0.
Donc la fonction est décroissante sur 2; ∞.
2) Pour   2 :
4
  1  4
 1

2 
 
 
4
 
 4
 
}
1~ 

2  
2  
2 
 4
 )1

2 *)1  
2 *  4
 3
 
1
 

2  
2 
Comme   2, on a   0 ; 
1  0 et 
2   0 donc  
 est du signe de 4
 3
 .
Sur 3; 4,  
 # 0 donc mn est en dessous de mo .
Sur 2; 3 ¥ 4; ∞,  
 v 0 donc mn est au dessus de mo .
3) Sur 3; 4, mo est au dessus de mn donc l’aire du domaine compris entre les courbes et les droites d’équations
  3 et   4 est égale à , 
  .


Sur 4; 5, mn est au dessus de mo donc l’aire du domaine compris entre les courbes et les droites d’équations   4
et   5 est égale à   
  .
+

 +
x  G 
    G  
 
, 
Une primitive de est J:   4 [  
 ,  2 
 , .
  
 , ,

Pour une primitive de  : ona     


1  = ? 
1  4 [ l = ? avec U   
2
== ? = ? >=>  l… =
= ? => = ? =>

D’où une primitive de  : 3:  


  4 9
l = ; ou encore 3  

=.
 

1 4  4 1 +
x  }2 
 ,    ~  }


2    , ~
3 
2 , 
2 3 
64 4 125 64
 32
 4  2
18
9  3  4  ‡
5

50  ˆ

4
2
32 
3 3 3 3
64 121 64 7 8
 38

16
55   38
5

3 3 3 3 3

1)  est une fonction de la forme U‚ avec U   et ‚   1  ln  toutes deux dérivables sur 0; ∞

Exercice 7

donc  est dérivable sur 0; ∞ et  ƒ  


= ? 1  ln   = [ = 
.
   WX =
=?
Le dénominateur est clairement positif donc  est du signe de – ln  .
sur 0; 1 ,  ƒ   0 donc  est croissante. Sur 1; ∞ ,  ƒ  % 0 donc  est décroissante.
2) Pour déterminer , on doit résoudre    0 :
1
   0 { 1  ln   0 { 1  ln   0 { ln  
1 {   < 

Donc   D


3) Sur jD ; 1i,  est croissante et positive donc -  s   . On pose U   1  ln  et donc Uƒ   =.


  
²
On a alors    Uƒ  U  .

1 
1 
1 1 1  1 1 1
-  G Uƒ  U    } U   ~  } 1  ln   ~  1  ln 1 
‡1  ln ‡ ˆˆ 
1
1  
 2 2 2 2 < 2 2 2
D D D
Sur 1; ,  est décroissante et positive donc
³
1 ³
1 1 1 1
-  G     } 1  ln   ~  1  ln  
1  ln 1   1  ln  
.
 2  2 2 2 2
On veut résoudre -  - :
1 1 1
-  - { 1  ln  
 { 1  ln    2 { 1  ln   √2 ou 1  ln  
√2
2 2 2
Or   1 donc 1  ln   1 et donc seule la première possibilité convient.
-  - { ln   √2
1 {   < √
1) 1      : Δ 
3 donc 1      ne s’annule pas. Ceci signifie que ^ est une fonction rationnelle
Exercice 8

définie et dérivable sur 7, donc sur 0; 1 et M^ est bien définie.


2) Pour a T r,

 ^> 
^ 
 ^>

^ 

1
M^>
M^  G 
G   G   G ^ [ 
 1  1  1 1    
  

Or sur 0; 1, 1      ne s’annule pas et est du signe de   1 donc est positif.  ^ est également positif.
De plus, 
1 est négatif donc >=>=? est négatif sur 0; 1. Ceci signifie que M^>
M^ # 0 et donc que M^ est
= _ =

3) Etudions les variations de U sur 0; 1 : U est une fonction polynôme donc est dérivable sur 0; 1 et
décroissante.

U ƒ 
 1  2 qui est positif sur 0; 1 donc U est strictement croissante sur 0; 1.
On a donc, pour tout  T 0; 1, U 0 # U  # U 1 ou encore 1 # U  # 3

Comme la fonction inverse est décroissante sur 0; ∞, on a


 
# #1
, l =
=_ =_
En multipliant par  ^ positif, on obtient # >=>=? #  ^ pour tout  T 0; 1.
,
 =_ 
Par croissance de l’intégrale, on a   # M^ #   ^ . Or
,
    , 
  ^   j^>  ^> i  ^> donc ^>
# M^ # ^>

3 1
lim  0 ; lim  0 donc d'après le théorème des gendarmes lim M^  0
^™>š a  1 ^™>š a  1 ^™>š

1)  est une fonction dérivable sur 7.  ƒ   < =


< =
< = 
< = .
Exercice 9

Or < =  0 pour tout  T 7 donc  ƒ  est du signe de – .


Sur 0; ∞, Y est donc négative et  est décroissante. De plus  0  0 donc  est négative sur 0; ∞.
2) est définie et dérivable sur 0; ∞ avec ƒ  
D qE [= D qE =D qE >D qE  n =
 
=? =? =?
.
D’après la question 1, le numérateur est négatif sur 0; ∞ alors que le numérateur est positif. Donc est
décroissante sur 0; ∞. De plus,
  0 {
 % 0 { < = % 1 { 1
< =  0 par croissance de la fonction exponentielle.
Le numérateur de est aussi strictement positif donc est positive sur 0; ∞.
3) Pour a T r, est décroissante sur a; a  1 donc a v  v a  1 pour  T a; a  1.
^> ^>
Par croissance de l’intégrale : ^ a L v N^ v ^ a  1 L ou encore a v N^ v a  1
4) Pour a T r, on a a  1 # N^ # a et a  2 # N^> # a  1 donc on a N^> # a  1 # N^ ce
qui signifie que N^ est une suite décroissante.
De plus, comme N^ est l’intégrale d’une fonction positive, N^ est positif. La suite N^ est donc décroissante, minorée
par 0 donc elle converge.
De plus, comme est une fonction continue sur 0; ∞, on a
lim a  lim a  1 or
^™>š ^™>š
1 1
lim  0 ; lim < =  ∞ donc lim  0 et par soustraction lim   0
=™>š  =™>š =™>š < = =™>š
Finalement, en utilisant le théorème des gendarmes, N^ converge vers 0.

Exercice 10
1) M   I  cos 9;  : on considère deux fonctions dérivables sur 7 telles que U    et ‚ ƒ   cos 9;
  = =

alors on a Uƒ   1 et on peut choisir ‚   2 sin 9;.


=

1 I 1 1 I 1  I I

M 
G U  ‚ ƒ   
U  ‚  I  G Uƒ  ‚   
j2 sin 9 ;i  G sin 9 ; 
2  2 2  2 2   2
1 :  I :

92: sin 9 ;
0;  j
2 cos 9 ;i 
:
2 cos 9 ;  2 cos 0  2
:
2 2 2  2
2) Pour a T r :
1 ^I>I
 1 ^I
 ^I>I

M^>  ^> G  cos 9 ;   ^> G  cos 9 ;   G  cos 9 ;  €
2 I 2 2 I 2 ^I 2
1 1 ^I>I

 M^  ^> G  cos 9 ; 
2 2 ^I 2
On calcule la dernière intégrale à l’aide d’une intégration par parties, comme pour le calcul de M :
^I>I
  ^I>I ^I>I

G  cos 9 ;   j2 sin 9 ;i
G 2 sin 9 ; 
^I 2 2 ^I ^I 2
 ^I>I
 8a:  8: sin 2a:  2:
8a: sin 2a:
2 j
2 cos 9 ;i
2 ^I
 0
0  4 cos 2a:  2:
4 cos 2a:  4
4  0
Finalement M^>   M^ donc la suite M^ est géométrique de raison .
 

s _`s
9 ;  ^>
3) p^  M  M  t  M^  M [ ?
s  2 2
: ‡1
9; ˆ

?
 ^>
Comme
1 %  % 1, la limite de 9; est nulle pour a qui tend vers ∞. On en déduit que


lim p^  4
2:
^™>š

Vous aimerez peut-être aussi