Vous êtes sur la page 1sur 112

Spécialisation Gestion de l’Eau, des Milieux cultivés et de l’Environnement

Projet Ingénieur

Evaluation environnementale de systèmes alimentaires durables sur le


pourtour de la Méditerranée

Analyse du Cycle de Vie (ACV) de la filière tomate en Tunisie

Projet réalisé par : Thomas Legay, Eva Maire et Anne-Laure Metz

Commanditaire : Mélanie Broin, chargée de mission, Agropolis International

Tuteur campus : Arnaud Hélias, maître de conférences, Montpellier Supagro

Soutenu en Février 2014


Remerciements
Nous souhaitons tout d‘abord remercier notre tuteur campus, Arnaud Hélias, maître de
conférences à Montpellier Supagro, pour sa grande disponibilité, ses conseils avisés et son aide tout
au long du projet. Nous remercions également Carole Sinfort, professeur à Montpellier Supagro, pour
son implication et son aide dans la définition et dans la gestion de notre projet ingénieur au sein du
grand ensemble que représente le projet Médina.

Nos remerciements s‘adressent également à notre commanditaire, Mélanie Broin, chargée de


mission à Agropolis International, pour nous avoir offert l‘opportunité de participer à un projet de cette
importance en tant qu‘étudiants.

Enfin, nous souhaitons aussi adresser nos remerciements à toutes les personnes qui nous ont
fourni des renseignements et de la documentation utiles à l‘avancement de notre projet. Nous
pensons notamment à Sandra Payen, doctorante à l‘UMR HortSys au CIRAD, pour ses conseils
concernant le calcul des émissions, à Philippe Roux, animateur de l‘équipe ELSA pour l‘IRSTEA, pour
son aide dans les calculs de dimensionnement des serres et des pompes, à Gabriel Masset, de l‘UMR
NORT à l‘INRA de Marseille, pour son aide à la compréhension des objectifs du projet en matière de
nutrition, de Philippe Bohuon, de Montpellier Supagro, pour son aide dans la conception de l‘usine de
conserverie, et Evandro Paolo Da Silva, stagiaire à l‘IRSTEA, pour son aide sur les indicateurs sur
l‘empreinte eau.

I
II
Sommaire
Remerciements ........................................................................................................................................ I

Table des figures ..................................................................................................................................... V

Table des tableaux ................................................................................................................................ VII

Introduction .............................................................................................................................................. 1

I. Contexte et objectifs de l‘étude ........................................................................................................ 1

1. Le projet attendu par la structure commanditaire ........................................................................ 1

a. Présentation d‘Agropolis international ..................................................................................... 1

b. Présentation du projet Médina et du contexte de l‘étude ........................................................ 2

c. Etude de l‘impact environnemental dans le projet Médina ...................................................... 2

2. L'Analyse du Cycle de Vie : quantifier les impacts sur l'environnement ..................................... 3

a. Description et méthode ............................................................................................................ 3

b. L‘Analyse de Cycle de Vie en agriculture ................................................................................ 5

c. Méthode d‘analyse des impacts ILCD 2011 ............................................................................ 6

II. Méthode utilisée et hypothèses retenues au cours de l‘étude ......................................................... 9

1. La démarche ACV utilisée au cours du projet ............................................................................. 9

a. Objectifs de l‘étude .................................................................................................................. 9

b. Définition et limites du système ............................................................................................. 10

c. Matériel utilisé pour la réalisation de l‘ACV ........................................................................... 11

2. Inventaire et collecte des données ............................................................................................ 11

1. Production de la tomate de pleins champs et sous serre non chauffé .................................. 11

2. Production de double concentré de tomate ........................................................................... 21

III. Résultats et interprétations ........................................................................................................ 24

1. Caractérisation des impacts sur l‘environnement de la culture de tomate de plein champ ...... 24

2. Caractérisation des impacts sur l‘environnement de la culture de tomate sous serre non
chauffée ............................................................................................................................................. 27

3. Comparaison tomate tunisienne sous serre non chauffée et tomate française sous serre non
chauffée (Agribalyse) ......................................................................................................................... 30

4. Comparaison culture en plein champ/sous serre ...................................................................... 32

III
5. Caractérisation des impacts environnementaux de la filière de transformation de tomates en
double concentré ............................................................................................................................... 35

6. Comparaison de la production de tomate de plein champ avec la production de concentré.... 38

IV. Approfondissements de la démarche et réflexions sur les indicateurs environnementaux à


intégrer dans la base de données Medina ............................................................................................ 39

1. Limites et analyse critique ......................................................................................................... 39

2. Recommandations ..................................................................................................................... 41

Conclusion ............................................................................................................................................. 42

Bibliographie .......................................................................................................................................... 45

Liste des annexes .................................................................................................................................. 49

Annexe 1 : Description des indicateurs ILCD LCIA Midpoints .............................................................. 51

Annexe 2 : Ensemble des hypothèses pour la construction de l‘arbre des flux pour l‘ACV de la culture
de tomate de plein champ. .................................................................................................................... 53

Annexe 3 : Ensemble des hypothèses pour la construction de l‘arbre des flux de l‘ACV de la culture de
la tomate sous serre non chauffée. ....................................................................................................... 59

Annexe 4 : Calcul des émissions liées à la fertilisation et aux traitements phytosanitaires .................. 69

Annexe 5 : Inventaire des flux pour la production annuelle (77 jours) de double concentré de tomate
dans une usine de transformation Tunisienne. ..................................................................................... 83

Annexe 6 : Description du procédé de transformation des tomates en double concentré. .................. 89

Annexe 7 : Indicateurs développé pour l‘impact eau en analyse de cycle de vie. ................................ 93

IV
Table des figures
Figure 1 : Etapes prises en compte lors d'une ACV (source : http://qualeader.com/environnement/eco-
conception) .............................................................................................................................................. 4

Figure 2 : Arbre des procédés pour la culture de la tomate en plein champ ........................................ 13

Figure 3 : Arbre des procédés pour la culture de la tomate en serre non chauffée .............................. 15

Figure 4: Etapes de la production de concentré de tomate .................................................................. 21

Figure 5 : Caractérisation des impacts de la culture de tomates en plein champ ................................. 25

Figure 6 : Caractérisation des impacts liés à la fertilisation de la culture de la tomate en plein champ 26

Figure 7 : Caractérisation des impacts liés à la production de plants en pépinière .............................. 26

Figure 8 : Etude d'impact de la production d'un kilogramme de tomate sous serre non chauffée ....... 27

Figure 9 : Etude d'impact de la fertilisation d‘une culture de tomate sous serre non chauffée ............. 28

Figure 10 : Etude d'impact de la fabrication de la serre ........................................................................ 29

Figure 11 : Etude d'impact de la fabrication des barres en acier .......................................................... 29

Figure 12: Comparaison des impacts des productions de tomate sous serre non chauffée en France et
en Tunisie .............................................................................................................................................. 32

Figure 13 : Comparaison des impacts des productions de tomate de plein champ et sous serre ....... 34

Figure 14 : Etude d'impact de la production de concentré de tomate ................................................... 36

Figure 15: Caractérisation des impacts de la filière de production de double concentré de tomate .... 38

Figure 16 : Schéma du système au goutte à goutte.............................................................................. 62

Figure 17 : Diagramme représentatif de la méthode proposée par Pfister ........................................... 93

Figure 18: Effets de l'utilisation des terres sur les écosystèmes d'eau, MilaiCanals2008 .................... 97

V
VI
Table des tableaux
Tableau 1 : Détails des méthodes recommandées par l‘ILCD LCIA en mid-points (European
Commission-Joint Research Centre, 2011) ............................................................................................ 7

Tableau 2 : Bilan d'azote ....................................................................................................................... 19

Tableau 3 : Caractéristiques des flux de matières et d‘énergie pour l‘unité de transformation de


tomates .................................................................................................................................................. 22

Tableau 4 : ligne complète de production de double concentré de tomate .......................................... 22

Tableau 5 : Valeurs des impacts de la production d'un kg de tomate sous serre non chauffée en
France et en Tunisie .............................................................................................................................. 31

Tableau 6: Valeurs des impacts sur l'environnement de la production de tomate en plein champ et
sous serre .............................................................................................................................................. 33

Tableau 7:Quantité de matériau pour une pépinière ............................................................................. 54

Tableau 8 : Quantité de matériau pour une serre ................................................................................. 59

Tableau 9: Quantité de matériau pour une pépinière ............................................................................ 64

Tableau 10 : Quantités d'oxyde d'azote émis selon la culture .............................................................. 75

Tableau 11 : Quantité de diazote émis selon la culture ........................................................................ 75

Tableau 12: : Bilan des entrées et sorties d'azote ................................................................................ 77

Tableau 13 : Bilan des entrées et sorties d'azote ................................................................................. 78

Tableau 14 : Bilan des entrées et sorties d'azote ................................................................................. 78

Tableau 15 : Valeurs des émissions dans l'eau des engrais phosphatés ............................................. 79

Tableau 16 : Valeurs des émissions de métaux lourds liés à la fertilisation azotée ............................. 80

Tableau 17 : Valeurs des émissions de métaux lourds liées à l'épandage de fumier .......................... 81

Tableau 18 : Valeurs des émissions liées à l'application de pesticides dans la culture de tomate en
plein champ ........................................................................................................................................... 82

VII
VIII
Introduction
La prise de conscience récente de la responsabilité des activités humaines sur
l‘environnement, au travers de l‘Agenda 21, établi lors de la Conférence des Nations Unies sur
l'Environnement et le Développement en 1992 à Rio De Janeiro au Brésil, a permis de développer un
guide de développement durable pour le 21ème siècle, applicable à quatre niveaux, l‘aspects socio-
économique, les ressources, la gestion des grands groupes et les moyens disponibles. Plus
récemment, la norme ISO 26000 présente les lignes directrices pour tout type d'organisation,
cherchant à assumer la responsabilité des impacts de ses décisions et activités sur la société et sur
l‘environnement et en rendre compte en ayant un comportement transparent et éthique.

Dans ce contexte, de nombreux projets ont émergé, ayant la volonté de respecter les objectifs
fixés en termes de développement durable. Le projet Medina, financé par l‘ANR, s‘inscrit dans ce
cadre, puisqu‘il a pour objectif de définir des méthodes pour promouvoir des systèmes alimentaires
méditerranéens durables du point de vue nutrition-santé, économique et social et environnemental. Il
s‘inscrit dans la problématique d‘assurer quantitativement et qualitativement la sécurité alimentaire
des pays méditerranéens en proposant des scénarios, visant à optimiser la contribution des systèmes
agro-alimentaires aux objectifs de santé publique. Un des objectifs du projet Medina est de construire
une base de données pour tous les aliments essentiels du régime méditerranéen, associant à la fois
les qualités nutritionnelles et les impacts environnementaux.

En climat méditerranéen, la question de la gestion de l‘eau en relation avec la production


agricole, est primordiale quant au niveau quantitatif que qualitatif. Dans ce contexte, quantifier l‘impact
environnemental de la production et de l'exportation de productions agricoles représente un enjeu
important et pourrait permettre de sensibiliser les décideurs des politiques agricoles et alimentaires,
aux problématiques de durabilité des systèmes alimentaires.

Actuellement, aucune méthode pour évaluer des systèmes alimentaires du point de vue
environnemental n‘a été mise en avant dans le cadre du projet Medina. Notre projet d‘ingénieurs
s‘inscrit donc dans cette volonté de définir la méthodologie à mettre en œuvre afin de réaliser
l‘évaluation environnementale des aliments essentiels du régime alimentaire méditerranéen et
d‘identifier les données à collecter pour la mener à bien.

I. Contexte et objectifs de l’étude


Dans cette première partie, nous allons présenter l‘objectif de notre projet d‘ingénieur (PI), qui
a été commandité par Agropolis International. Nous resituerons également notre étude vis-à-vis du
projet plus global auquel elle appartient : le projet Medina. Par la suite, nous développerons la
méthode d‘Analyse du Cycle de Vie (ACV) que nous avons utilisée pour réaliser l‘évaluation
environnementale d‘une production agricole : la tomate. Nous expliquerons pourquoi nous avons
choisi d‘utiliser la méthode ILCD 2011 Midpoint V1.02 pour l‘analyse des impacts.

1. Le projet attendu par la structure commanditaire

a. Présentation d’Agropolis international

La structure commanditaire du projet ingénieur est Agropolis International


(https://www.agropolis.fr/), qui est une association (loi 1901) créée en 1986 par les établissements de
recherche et d‘enseignement supérieur de Montpellier et de la région Languedoc-Roussillon. Les
structures adhérentes sont ainsi impliquées en totalité ou en partie dans des projets s‘inscrivant dans
des thématiques en lien avec l‘alimentation, l‘agriculture, la biodiversité et l‘environnement. Agropolis
International bénéficie également du soutien de l‘Etat et des collectivités territoriales ; aujourd‘hui, 47

1
membres constituent l‘assemblée générale, dont 28 établissements scientifiques, 5 collectivités
territoriales et différents acteurs du développement économique.

Les principales missions d‘Agropolis International (https://www.agropolis.fr/presentation/) sont :

- La promotion des compétences à l‘international, en participant à des réseaux internationaux et


en accueillant des scientifiques étrangers
- L‘animation et la structuration de la communauté scientifique régionale : comité scientifique et
technique, animation de groupes thématiques, veille et diffusion ciblée d‘informations,
organisation d‘évènements et de manifestations scientifiques, actions de culture scientifique et
technique
- L‘appui à l‘international aux acteurs régionaux de l‘innovation : partenariats avec des
technopoles, participation à des projets européens, développement à l‘international des
actions des pôles de compétitivité, insertion des partenaires du développement agricole dans
des projets et réseaux internationaux
- Le montage et la gestion de partenariats et de projets collectifs : soutien à des partenariats
originaux, coopération décentralisée pour le compte de collectivités territoriales, projets
européens de recherche et de diffusion de l‘innovation, projet multi-acteurs sur la prospective

b. Présentation du projet Médina et du contexte de l’étude

L‘étude commandée par Agropolis International est intégrée au projet Medina, projet financé
par l‘Agence Nationale de la Recherche, qui a pour objectif de définir des méthodes pour promouvoir
des systèmes alimentaires durables du point de vue nutrition-santé, socio-économique, et
environnementale. Celui-ci s‘appuie sur quatre zones d‘études : deux en France (PACA et LR) et deux
en Tunisie (grand Tunis et Sidi Bouzid). Dans le cadre de notre projet, nous ne nous intéressons
qu‘aux productions tunisiennes, et le contexte de l‘étude se limite donc à la Tunisie.

La Tunisie fait aujourd‘hui face à plusieurs problématiques. Tout d‘abord, les politiques de
subventions à l‘importation sont obsolètes et ne correspondent plus aux besoins actuels du pays ; le
but de ces politiques était d‘assurer la suffisance alimentaire du pays à une époque où la Tunisie
souffrait de malnutrition. Cette période de malnutrition est aujourd‘hui terminée, mais les politiques
mises en place à l‘époque n‘ont pas changé et ne sont pas adaptées à un nouveau contexte
d‘accroissement du taux d‘obésité et de maladies cardio-vasculaires liées à une mauvaise
alimentation.

Une autre grande problématique à laquelle la Tunisie doit faire face est la gestion de la
ressource en eau, rare dans les pays du Maghreb. En Tunisie, le manque de gouvernance pour la
gestion des ressources lié à la multiplication des forages, conduit à une diminution importante du
niveau des nappes souterraines fossiles (environ 1m/an). De plus, l‘utilisation massive de produits
phytosanitaires peut conduire à des pollutions importantes des eaux, sols et produits alimentaires, ce
qui pose également le problème de gestion qualitative des eaux.

Dans ce contexte, quantifier l‘impact environnemental de la production et l'exportation de fruits


et légumes représente donc un enjeu important et pourrait permettre de sensibiliser les décideurs des
politiques agricoles et alimentaires à ces problématiques de durabilité des systèmes alimentaires.

c. Etude de l’impact environnemental dans le projet Médina

L‘objectif de la présente étude est de définir la méthodologie à mettre en œuvre pour le volet
d‘évaluation environnementale du projet Médina et d‘identifier les données à collecter pour la mener à
bien. Grâce à une démarche d‘analyse du cycle de vie (ACV), il est ainsi possible de quantifier de
manière globale les impacts d‘un produit sur l‘environnement (GES, toxicité, eutrophisation…).

Notre objectif est de tester la démarche d‘ACV pour une filière représentative de la Tunisie
avant de l‘étendre à toutes les filières alimentaires. La filière choisie pour l‘étude est la tomate ; en

2
raison de son importance. Il s‘agit de la première production maraîchère en Tunisie avec une
production d‘environ un million de tonnes par an d‘après le portail de l‘agriculture Tunisienne Onagri,
(http://www.onagri.nat.tn/). La production de tomate se scinde essentiellement en deux filières
majeures, qui sont ainsi retenues pour l‘étude : une tomate de contre-saison destinée principalement
à l‘exportation et à la consommation en frais, et une tomate de saison destinée à la consommation
locale mais surtout à la transformation (le concentré de tomate est un produit de base de l‘alimentation
tunisienne).

Les bases de données ACV Ecoinvent et AgriBalyse, déjà disponibles, mais pas toujours
gratuites (Ecoinvent), sont facilement accessibles, mais elles restent cependant globales et peu
précises par rapport à notre échelle d‘étude. Il s‘agit donc d‘effectuer un inventaire précis des données
disponibles et de juger de leur pertinence pour leur utilisation dans le processus d‘évaluation
environnementale du projet Médina. Il faudra également estimer les approximations réalisées en
considérant ces données par rapport à l‘utilisation de la démarche d‘ACV avec des données centrées
sur une région agricole.

Une dernière finalité de l‘étude commandée sera également de proposer une liste des
indicateurs environnementaux sur lesquels il faudra se concentrer pour la suite de l‘évaluation
environnementale au sein du projet Médina. Ces indicateurs pourront également être corrélés aux
données nutritionnelles au sein de la base de données générée par l‘UMR NORT (Nutrition, Obésité
et Risque Thrombotique) au cours du projet. Des pistes pour obtenir ces différents indicateurs seront
également proposées dans une optique de continuité du projet Médina.

2. L'Analyse du Cycle de Vie : quantifier les impacts sur


l'environnement

a. Description et méthode

L‘Analyse de Cycle de Vie est une méthode multicritères d‘évaluation et de quantification


des impacts environnementaux d‘un « produit » (qu‘il s‘agisse d‘un bien, d‘un service voire d‘un
procédé). Ces impacts sont calculés sur l‘ensemble des étapes depuis l‘extraction des matières
premières qui composent le produit jusqu‘à son élimination en fin de vie, en passant par les phases de
distribution et d‘utilisation, soit « du berceau à la tombe ». La vision globale des impacts générés par
les produits issus de l‘ACV fournit des éléments d‘aides à la décision aux politiques industrielles (choix
de conception et d‘amélioration de produits, choix de procédés,…) ou publiques (choix de filières de
valorisation, critères d‘éco labellisation des produits...) (Ademe, 2005).

3
Figure 1 : Etapes prises en compte lors d'une ACV (source : http://qualeader.com/environnement/eco-
conception)

Dans la pratique, lors de la réalisation d‘une ACV, les flux de matières et d‘énergies entrants
et sortants à chaque étape du cycle de vie sont inventoriés. A partir de cet inventaire, une évaluation
des impacts environnementaux est réalisée grâce à des coefficients préétablis permettant de calculer
la contribution de chaque flux à plusieurs impacts environnementaux étudiés. Ces coefficients de
calcul des impacts potentiels sont déterminés par des spécialistes de chaque domaine. Ainsi, les
coefficients de calcul de l‘effet de serre ont été calculés par le Groupe d‘experts Intergouvernemental
sur l‘Evolution du Climat (GIEC).

Pour exprimer les résultats de l‘analyse et comparer ce qui est comparable (c‘est-à-dire
raisonner à service rendu identique), on définit l’unité fonctionnelle. C‘est un élément de mesure qui
permet de quantifier la fonction remplie par le produit étudié.

Enfin, les résultats d‘une ACV sont ainsi exprimés sous forme d‘une série de résultats qui
présente à la fois des impacts potentiels (du type « X kg de d‘équivalents CO2 pour l‘effet de serre »,
« Y kg d‘équivalents H+ pour l‘acidification », …).

Un outil normalisé au niveau international

La méthodologie ACV est aujourd‘hui définie par les normes internationales ISO 14040 et
14044, qui spécifient le cadre, les principes généraux ainsi que les exigences pour la réalisation
d‘ACV, et la communication relative à ces études. La norme ISO 14040 « Management
environnemental - Analyse du cycle de vie - Principes et cadres » décrit les caractéristiques
essentielles de l‘ACV et les bonnes pratiques de conduite d‘une telle étude. Cette norme 14040 étant
la principale, les trois autres normes décrivant plus précisément chaque étape d‘une ACV.

Ainsi, l‘analyse de cycle de vie s‘articule en quatre grandes étapes qui sont :

- Etape 1 : cette étape permet de définir les objectifs et le champ de l‘étude ;

- Etape 2 : inventaire des flux matières et énergies associés aux étapes du cycle de vie rapporté à
l‘unité fonctionnelle retenue ;

4
- Etape 3 : évaluation des impacts potentiels à partir des flux matières et énergies recensés ;

- Etape 4 : interprétation des résultats obtenus en fonction des objectifs retenus. Cette étape doit
permettre doit permettre de valider les résultats des trois étapes précédentes de façon à répondre aux
objectifs retenus et doit également permettre d‘évaluer la robustesse des résultats (en réalisant par
exemple des analyses de sensibilité).

b. L’Analyse de Cycle de Vie en agriculture

L‘Analyse de Cycle de Vie (ACV) évalue les impacts environnementaux associés à un produit,
un processus ou une activité sur l‘ensemble de son cycle de vie, depuis son extraction et la
transformation de la matière première, jusqu‘à son élimination finale. L‘ACV a dans un premier temps,
été développée pour l‘analyse de produits industriels. Par la suite, de nombreux groupes de travail
Européens ont commencé à appliquer l‘ACV à des productions agricoles.

En 2003 est publiée Harmonization of environmental Life Cycle Assessment (LCA) for
agriculture (Audsley et al, 2003), une étude concertée qui réunit de nombreux instituts de recherche
sur le domaine de l‘ACV tel que le SilsoeResearch Institute (Grande-Bretagne), l‘Ecole Polytechnique
Fédérale de Lausanne (Suisse), la SwissFederal Station for Agricultural Economics and Engineering
(FAT, Suisse), Ecobilan (France). L‘objectif de cette étude est d‘identifier les difficultés dans
l‘application de l‘ACV à l‘agriculture et de soulever les principales questions en matière
d‘harmonisation entre les différentes méthodes. Pour répondre à cette problématique, les ACV de trois
itinéraires techniques de blé ont été réalisées.

En 2007, l‘ART (AgroscopeReckenholz-TänikonResearch Station, Suisse), institut membre du


Centre Ecoinvent™ publiait Life Cycle Inventories of Agricultural Production Systems. Cette étude
regroupe 330 jeux de données définis pour les systèmes de production agricole, destinés à fournir à la
fois des données exploitables pour la modélisation de systèmes agricoles, et des résultats d‘ACV d‘un
certain nombre de produits agricoles. La plupart des jeux de données font référence au cas de la
Suisse.

En ce qui concerne la France, en 2007 le Ministère de l‘Agriculture a commandité auprès d‘un


regroupement d‘instituts techniques agricoles un projet intitulé «Gaz à effet de serre et stockage de
carbone en exploitations agricoles». C‘est dans ce cadre qu‘a été publié en juin 2010 Gest‘im, un
guide méthodologique pour l‘estimation des impacts des activités agricoles sur l‘effet de serre (Gac et
al., 2010), axé sur les impacts de consommation d‘énergie primaire et d‘émissions de gaz à effet de
serre.

En 2007, le Grenelle de l‘environnement a affiché la volonté de promouvoir l‘agriculture


durable et de soutenir l‘affichage environnemental. De plus, entre 2000 et 2010, de nombreuses
méthodes d‘évaluation environnementale appliquées aux produits agricoles se sont développées
(www.ademe.fr/agribalyse). En 2010, pour répondre à l‘insuffisance de référence sur les productions
agricoles et au manque d‘homogénéité des données produites le programme AGRIBALYSE est mis
en place. Ce programme scientifique lancé avec 14 partenaires de la recherche en ACV (tels que
l‘INRA, Arvalis, l‘ART, le CIRAD, etc.) et des instituts techniques agricoles, avait pour ambition de
répondre à ces questions en proposant une base référentielle consensuelle et homogène entre les
filières. Il permet depuis octobre 2003 de mettre à disposition un inventaire de cycle de vie des
produits agricoles (ICV) afin d‘évaluer leur impact environnemental. La base inventorie 57 productions
végétales et 80 productions animales.

Le développement de l‘ACV appliquée à l‘agriculture permet de disposer de références de


plus en plus nombreuses dans ce domaine et de modèles de plus en plus précis d‘estimation des
impacts sur l‘environnement.

5
c. Méthode d’analyse des impacts ILCD 2011

Depuis le début des années 1990, de nombreuses méthodes d‘évaluation d‘impact LCIA (Life
Cycle Impact Assessment) ont été développées en ACV. Néanmoins, la multiplicité des méthodes
d‘évaluation rend difficile la comparaison des résultats des ACV et leur interprétation. Bien que dans
certains cas, conserver ces différentes approches peut présenter un intérêt, il paraissait nécessaire de
proposer une méthode unique de référence d‘évaluation des impacts du cycle de vie.

La norme ISO 14042 sur l'évaluation d‘impacts publiés en 1999 et la mise à jour dans la
norme ISO 14044 de 2006, ont apporté une première standardisation. Celle-ci concerne le choix de
modèles de catégories d‘impacts très généraux et la plupart des méthodes existantes d‘évaluation
d‘impacts, peuvent être considérées comme ISO-compatibles.

Les recommandations ISO fixent bien plus un cadre de travail pour la réalisation de l‘ACV
qu‘une standardisation technique détaillée, c‘est pourquoi, la SETAC (Society of Environmental
Toxicity and Chemistry), a commencé à réfléchir à un consensus scientifique visant à développer une
méthode robuste. Par la suite, des recommandations sur les meilleures approches et les principes
sous-jacents ont été développés.

Pour accompagner les professionnels dans leur démarche d‘ACV, la Commission européenne
a donc mis au point les International Reference Life Cycle Data System handbook dès 2010. L‘objectif
est de fournir aux utilisateurs d'ACV une méthodologie commune solide et reconnue
internationalement à travers la diffusion de guides méthodologiques. Les ISO 14 040/44 actuellement
en vigueur, laissent place à une trop grande interprétation à la différence de l‘ILCD qui a pour vocation
d'apporter une nouvelle étape de rigueur à l‘ACV. L'ILCD vient normaliser et standardiser toute une
série de nomenclatures, assurer la qualité des données, une bonne gestion documentaire, un calcul
d‘indicateurs d‘impacts etc. L'ILCD se place donc entre les normes ISO 14 040/44 et les autres
référentiels, tout en ajoutant un point de support supplémentaire visant à améliorer la qualité des ACV
réalisées.

L‘ILCD n'est pas obligatoire, mais de nombreuses normes et directives pourraient bientôt se
référer à l‘ILCD. L‘ILCD devrait devenir de plus en plus incontournable dans les années à venir.

Les objectifs de la méthode consensus

La méthode ILCD LCIA (Life Cycle Assessment) (European Commission-Joint Research Centre,
2011) a pour objectif de donner des recommandations sur le cadre et les méthodes d‘analyse de
l‘impact sur le cycle de vie, en se concentrant sur les points suivants :

- Evaluation des méthodes existantes d‘analyse de l‘impact de cycle de vie ;


- Définition des critères d‘évaluation pour les méthodes LCIA recommandées ; et de
recommandation générales pour les modèles de caractérisation et les domaines de
protection ;
- Recommandation de modèles et facteurs de caractérisation pour l‘analyse de l‘impact sur le
cycle de vie.

L‘ILCD LCIA considère toutes émissions dans l'air, l'eau et le sol, mais aussi la consommation
de toute ressource naturelle, comme contribution à différents impacts sur la santé humaine,
l'environnement et la disponibilité des ressources. Cette méthode implique le calcul de différents
indicateurs d'impact, tels que le changement climatique, l'épuisement de la couche d‘ozone, la
formation d‘ozone photochimique, les particules inorganiques, les rayonnements ionisants,
l'acidification, l'eutrophisation, la toxicité humaine, l‘écotoxicité, l'utilisation des terres et l'épuisement
des ressources.

Un indicateur permet de quantifier les effets d'un phénomène environnemental. Cela permet
de calculer les différents flux entrants et sortants d'un système et de les traduire en impact

6
environnemental via une caractérisation des flux. Un indicateur d'impact est composé d'une catégorie
d'impacts (le phénomène environnemental), un niveau d'impacts, la méthode de caractérisation (le
modèle utilisé), le modèle de caractérisation (les hypothèses retenues) et les facteurs de
caractérisation (l'impact d'un flux particulier sur un paramètre environnemental). Il existe deux types
de méthodes pour caractériser les impacts : les méthodes mid-points et les méthodes end-points.

Les méthodes mid-points évaluent et quantifient les impacts environnementaux au niveau des
contributeurs (gramme d‘équivalent CO2 pour le réchauffement climatique ou gramme d‘équivalent
phosphate pour l‘eutrophisation par exemples). Il y a généralement une bonne rigueur scientifique et
une incertitude limitée, mais il existe une difficulté de compréhension de la part du grand public du fait
que les indicateurs ne sont pas assez clairs.

Les méthodes end-points viennent identifier et quantifier les impacts environnementaux au


niveau «dommages», déterminés par rapport à trois composantes : la santé humaine, les ressources
et les écosystèmes. Ces méthodes sont beaucoup plus compréhensibles par le grand public mais
présentent un niveau d'incertitude plus important avec des hypothèses plus nombreuses.

Les recommandations et facteurs de caractérisation sont basés sur des méthodes de


caractérisation existantes, complétées par une sélection de modèles environnementaux. Les
méthodes recommandées et les facteurs de caractérisation associés sont catégorisés dans trois
classes en fonction de leur qualité :

- Classe I : recommandé et satisfaisant.


- Classe II : recommandé, certaines améliorations sont nécessaires.
- Classe III : recommandé mais à utiliser avec précaution

La mention interim correspond à une méthode classée provisoire, qui a été considérée la
meilleure parmi les méthodes existantes mais dont la recommandation est encore prématurée.

Le tableau 1 ci-dessous présente le résumé des 16 méthodes recommandées en précisant les


modèles et les facteurs de caractérisation associés ainsi que leur classement en mid-points.

Tableau 1 : Détails des méthodes recommandées par l’ILCD LCIA en mid-points (European Commission-Joint
Research Centre, 2011)

Recommended default
Impact category Indicator Classification
LCIA method

Radiative forcing as Global


Baseline model of 100
Climate change Warming Potential I
years of the IPCC
(GWP100)

Steady-state ODPs 1999 Ozone Depletion Potential


Ozone depletion I
as in WMO assessment (ODP)

Human toxicity, cancer USEtox model Comparative Toxic Unit for


II/III
effects (Rosenbaum et al, 2008) humans (CTUh)

7
Human toxicity, non- USEtox model Comparative Toxic Unit for
II/III
cancer effects (Rosenbaum et al, 2008) humans (CTUh)

Particulate RiskPoll model (Rabl and


Intake fraction for fine
matter/Respiratory Spadaro, 2004) and Greco I
particles (kg PM2.5-eq/kg)
inorganics et al 2007

Human health effect model


Ionising radiation, human as developed by Dreicer et Human exposure
II
health al. 1995 (Frischknecht et efficiency relative to U235
al, 2000)

Ionising radiation,
No methodsrecommended Interim
ecosystems

LOTOS-EUROS (Van
Photochemical ozone Tropospheric ozone
Zelm et al, 2008) as II
formation concentration increase
applied in ReCiPe

AccumulatedExceedance
Accumulated Exceedance
Acidification (Seppälä et al. 2006, II
(AE)
Posch et al, 2008)

AccumulatedExceedance
Accumulated Exceedance
Eutrophication, terrestrial (Seppälä et al. 2006, II
(AE)
Posch et al, 2008)

Fraction of nutrients
EUTREND model (Struijs
reaching freshwater end
Eutrophication, aquatic et al, 2009b) as II
compartment (P) or marine
implemented in ReCiPe
end compartment (N)

USEtox model, Comparative Toxic Unit for


Ecotoxicity (freshwater) II/III
(Rosenbaum et al, 2008) ecosystems (CTUe)

Ecotoxicity (terrestrial and No methods


marine) recommended

Model based on Soil


Land use Organic Matter (SOM) Soil Organic Matter III
(Milài Canals et al, 2007b)

Model for water


consumption as in Swiss Water use related to local
Resource depletion, water III
Ecoscarcity (Frischknecht scarcity of water
et al, 2008)

Resource depletion,
CML 2002 (Guinée et al.,
mineral, fossil and Scarcity II
2002)
renewable

Dans notre cas, nous avons décidé de caractériser nos impacts par cette méthode en raison de son
caractère consensuel.

8
Deux étapes optionnelles peuvent compléter l‘analyse des impacts : la normalisation et la pondération.

La phase de normalisation permet de quantifier l‘importance relative des différents impacts


entre eux et de savoir par exemple, si les émissions qui contribuent à l‘acidification dans l‘ACV sont
significatives par rapport aux émissions globales qui contribuent à l‘acidification. Afin de faciliter
l‘interprétation des résultats, il est donc possible d‘analyser l‘importance des impacts en termes de
contribution par rapport aux contributions globales. Les facteurs de normalisation représentent les
émissions et/ou consommations globales pendant un an (année de référence) sur une zone
géographique donnée (périmètre géographique de référence).

Les résultats une fois caractérisés sont divisés par ce facteur, ce qui permet d‘avoir une
quantification de l‘importance de l‘émission, considérée dans le cycle de vie, par rapport aux
émissions totales. Ce résultat peut être aussi rapporté au nombre d‘habitants, afin de quantifier
l‘impact en «équivalent personne». Cette notion représente l‘impact d‘un citoyen moyen de la zone
géographique de référence sur l‘année de référence. L‘impact du produit à une catégorie d‘impact
peut donc être exprimé en équivalent-personne. Il faut alors faire le choix de la nationalité considérée
car il apparait évident que l‘impact d‘un habitant européen n‘est pas le même qu‘un habitant
américain.

La phase de pondération permet d‘obtenir une note environnementale unique pour le produit
analysé. La pondération consiste donc à donner plus de poids aux impacts qui sont jugés plus
«graves». Elle est de ce fait controversée, car il s‘agit de pondérer puis d‘additionner des impacts de
natures différentes et nécessite des partis-pris importants parfois considérés comme arbitraires.

Ces deux étapes intègrent une incertitude scientifique supplémentaire, sont facultatives dans
le cadre des normes ISO 14040 et 14044 et nous avons fait le choix de ne pas les réaliser par volonté
d‘objectivité. En effet, il existe un manque de consensus au sein des comités de normalisation en
raison de la grande subjectivité qui va de pair avec ces étapes et, de plus, des informations
importantes se perdent à cause de l'agrégation des résultats normalisés.

II. Méthode utilisée et hypothèses retenues au cours de l’étude


La réalisation d‘une ACV nécessite la définition d‘une unité fonctionnelle qui constitue le
système étudié. Nous expliquerons les trois unités fonctionnelles choisies : « produire un kilo de
tomates de saison produite en plein champ », « produire un kilo de tomates de contre saison sous
serre non chauffée » et « produire une boîte de double concentré de tomate ». Enfin, nous décrirons
en détails toutes les hypothèses que nous avons retenues pour la réalisation des trois ACV.

1. La démarche ACV utilisée au cours du projet

Cette partie a pour objectif de définir la méthodologie utilisée lors de la réalisation du projet,
et ce pour définir à la fois les limites de l‘étude et les impacts identifiés. En effet, les résultats d‘une
ACV dépendent obligatoirement des hypothèses et des limites de l‘étude fixées initialement.

a. Objectifs de l’étude

L‘objectif principal de cette étude est de décrire les impacts environnementaux d‘une filière
alimentaire significative des habitudes de consommation tunisienne. Ainsi, l‘étude se focalise sur les
impacts environnementaux de la filière tomate à travers deux sous-filières principales :

- La tomate de contre-saison, cultivée pendant l‘automne et l‘hiver sous serre non chauffée, et
destinée à une consommation en frais, et souvent exportée.

9
- La tomate de saison, cultivée pendant les 4 mois d‘été en plein champ, principalement
destinée à une étape de transformation en double concentré sur le territoire tunisien, et peu
exportée en frais.

L‘impact environnemental global de la filière tomate en Tunisie sera alors étudié au cours de trois
ACV, une pour chaque phase principale de la filière, à savoir :
- Une ACV pour la culture de la tomate de contre-saison cultivée sous serre non-chauffée
- Une ACV pour la culture de la tomate de saison cultivée en plein champ
- Une ACV pour l‘étape de transformation de la tomate en double concentré

Grâce aux trois ACV réalisées, les flux majoritairement responsables des différents impacts sur
l‘environnement seront ainsi identifiés.

Les résultats obtenus pour la culture de tomate sous serre non chauffée seront également comparés
aux données d‘ACV déjà disponibles dans la base de données Agribalyse, afin d‘évaluer la pertinence
de l‘utilisation de cette base de données pour la suite du projet Médina.

Enfin, à partir de l‘analyse de tous les résultats obtenus, une liste des indicateurs environnementaux
les plus pertinents à prendre en compte pour les différentes productions agricoles tunisiennes sera
proposée, afin de l‘inclure dans la base de données générale du projet Médina. Cette base de
données pourra être utilisée en parallèle de la base de données constituée par l‘UMR NORT, afin
d‘effectuer des études communes comprenant à la fois les aspects environnementaux et les aspects
nutritionnels comme précisé dans les finalités du projet Medina. Des pistes pour estimer ces différents
indicateurs seront également proposées et une étude plus approfondie des différents indicateurs de
l‘empreinte eau, sera fournie.

b. Définition et limites du système

Dans le cadre de la réalisation d‘ACV, il est primordial de définir le système étudié avant de
commencer l‘étude.

L’unité fonctionnelle définie pour les deux ACV traitant de la culture de la tomate est la
production d’un kilogramme de tomate fraîche.

L‘étude exclut l‘éventuel conditionnement des tomates en cagettes dans le cas des tomates
cultivées sous serre, ainsi que le transport jusqu‘à l‘usine de transformation pour les tomates cultivées
en plein champ. De plus, la Tunisie n‘exportant que très peu de sa production de tomates de contre-
saison vers la France (7000 tonnes en 2009 d‘après FranceAgriMer), nous avons choisi de ne pas
prendre en compte la phase de transport des tomates vers la France.

Toutes les matières premières nécessaires à la fabrication des machines et des matières
utilisées pendant la culture ont été prises en compte dans l‘ACV. La fin de vie des machines utilisées
et leur recyclage sont déjà décrits dans la base de données Ecoinvent. Les produits phytosanitaires
utilisés au cours de la culture sont décrits par leur substance active si celle-ci est présente dans la
base de données ; sinon, les pesticides sont décrits par leur famille de molécules ou bien par une
autre molécule proche présente dans la base de données. N‘ayant que très peu d‘information sur le
recyclage des déchets en Tunisie, nous avons émis l‘hypothèse que certaines matières plastiques
étaient incinérées à leur fin de vie (matières plastiques utilisées pour la structure de la serre et de la
pépinière), alors que les métaux et le PVC étaient recyclés.

10
Pour l’ACV traitant de la transformation de la tomate, l’unité fonctionnelle choisie est la
production d’une boîte métallique de 400g de double concentré de tomate.

L‘étude ne prend pas en compte l‘étape de collecte des tomates auprès des exploitations
agricoles et leur acheminement jusqu‘à l‘usine de transformation. Nous n‘avons donc pas pris en
compte le transport, le matériel nécessaire (camions, bennes…), le carburant etc. En effet, il est
difficile de connaitre avec une grande précision, la distance séparant les exploitations agricoles du lieu
de transformation.

Nous avons considéré un procédé de transformation Hot Break (Fenco Food Machinery,
http://www.fenco.it/index.asp?lang=eng) ce qui a conditionné en partie le dimensionnement de l‘usine.
Celle-ci comprend une partie couverte qui correspond à un hall industriel de 1200m² et une partie
découverte bétonnée qui comprend des bassins de réception des tomates constitués de béton, la
durée de vie de ces infrastructures a été fixée à 50 ans. Toutes les machines de la ligne de production
ont été considérées ainsi que les flux de matières (eau, vapeur, énergie…) associés. Néanmoins,
nous avons considéré que les machines étaient constituées uniquement d‘acier inoxydable type 306,
nous avons donc négligé les autres matériaux. Nous avons fixé la durée de vie de la ligne de
production à 30 ans et nous avons utilisé un coefficient de réparation et d‘entretien de 0.5.

Nous avons fait l‘hypothèse que les boites de conserve métalliques sont faites d‘acier chromé
nickelé qui rend l‘acier inoxydable. La fabrication d‘une boîte de conserve vide nécessite 77g d‘acier.

Enfin, nous avons émis l‘hypothèse que tous les matériaux métalliques (machines et boîtes de
conserve) étaient recyclés entièrement grâce à un procédé de recyclage disponible dans Ecoinvent.

c. Matériel utilisé pour la réalisation de l’ACV

Les ACV sont réalisées à l‘aide du logiciel Simapro 8.0, développé par l‘entreprise
néerlandaise Pré Consultants. La version 8.0 comprend la nouvelle version de la base de données
ACV Ecoinvent V3. Cette base de données comprend déjà un grand nombre d‘ACV déjà réalisées, et
sa nouvelle version possède plus de données dans les domaines du recyclage, de la production
d‘électricité, de molécules chimiques. De plus, cette nouvelle version permet de quantifier les impacts
liés à la consommation d‘eau au cours des différents processus amenés à être décrits lors d‘une ACV.

Ainsi, les processus décrits par Ecoinvent servent de base pour décrire les caractéristiques
des différentes opérations culturales et industrielles utilisées pour notre ACV. Les processus décrits
dans Simapro sont présentés en détails en annexes 2, 3 et 4.

2. Inventaire et collecte des données

1. Production de la tomate de pleins champs et sous serre non chauffé

i. Inventaire et collecte des données propre à la production de tomate de pleins


champs

L‘unité fonctionnelle de cette ACV est la production d‘un kilogramme de tomate en plein
champ. Pour cela, nous réalisons l‘itinéraire technique d‘un cycle culture de tomate sur un champ de
un hectare pendant 6 mois en Tunisie. Le rendement attendu de cette culture est de 50tonnes/ha,
rendement moyen en Tunisie en 2012 pour une culture de tomate en plein champ (Groupement
Interprofessionnel des Légumes, http://www.gil.com.tn). La variété de tomate cultivée est la Rio
Grande, qui est la variété principale utilisée pour la transformation en Tunisie. Nous supposons
également que la récolte de la tomate est manuelle.

11
Pour réaliser l‘inventaire des données pour l‘ACV de la culture de tomate en plein champ,
nous nous basons sur plusieurs sources selon les différentes étapes de l‘itinéraire technique. L‘ACV
de la culture de la tomate de plein champ est décrite par cinq sous-systèmes :
- La production des plants en pépinière
- La préparation du sol avant le repiquage des plants
- La fertilisation en plein champ
- Les traitements phytosanitaires en plein champ
- L‘irrigation en plein champ

Chaque boîte est décrite plus en détails ci-dessous.

Production des plants en pépinière

D‘après Holland FarmingCameroon, une pépinière de 200m² permet de produire entre 20000
et 25000 plants de tomate, ce qui permet de replanter un champ de un hectare. Le dimensionnement
de la structure de la pépinière et l‘estimation de la quantité de matériel nécessaire est similaire au
travail effectué pour dimensionner la structure de la serre (Phillipe Roux, Irstea). De plus, des
coffrages de bois sont nécessaires pour épandre le fumier dans lesquels auront lieu le semis.

Les doses d‘engrais et de fumier à épandre pendant la phase en pépinière sont données par
la fiche de conduite de la culture de tomate Rio Grande donnée par Holland FarmingCameroon.
L‘usage de produits phytosanitaire est également nécessaire. Les doses des traitements en pépinière
sont données par Huat (2006) pour une culture de tomate au Nord du Sénégal ayant des rendements
similaires aux rendements tunisiens. L‘épandage des engrais et des produits phytosanitaires dans la
pépinière se font à l‘aide d‘un pulvérisateur manuel, dont nous avons estimé la composition pour
pouvoir le prendre en compte dans l‘ACV.

Préparation du sol avant le repiquage des plants

Cette étape fait intervenir trois passages de machines agricoles : un labour et deux passages
de herse. Ces travaux de sol avant le repiquage sont préconisés par un itinéraire technique français
(D‘après Chaux et Foury, 1994). Les machines nécessaires à la réalisation de ces travaux sont
présentes dans la base de données Ecoinvent, et tous leurs impacts sur l‘environnement sont donc
pris en compte directement par le logiciel Simapro.

Fertilisation en plein champ

Avant le repiquage des plants de tomate, il est nécessaire de procéder à une première
fertilisation du sol. Trois autres apports de fertilisants NPK-Urée sont ensuite préconisés par Huat
(2006) pour une culture de tomate en plein champ. Ainsi, les apports totaux en NPK-Urée pour un
cycle de culture sont de 150kg d‘urée, 45kg de N sous forme Ammonitrate, 115kg de P2O5 et 150kg
de K2O. Ces apports d‘engrais se font grâce à un épandeur mécanique, présent dans la base de
données Ecoinvent.

Traitements phytosanitaires en plein champ

Avant le repiquage des plants de tomate, un désherbage de la parcelle au glyphosate est


effectué ; la dose nécessaire est de 1kg/ha environ d‘après Holland FarmingCameroon divers
traitements phytosanitaires sont ensuite préconisés par Huat (2006) pour la culture de la tomate en
plein champ. Cependant, certaines molécules étant des acaricides interdits à la production et la vente
récemment (dicofol et endosulfan), et n‘ayant pas trouvé de traitement alternatif présent dans la base
de données de Simapro, les impacts de la production de ces 2 produits sont considérés comme étant
ceux de la production de « pesticides généraux ». Les doses appliquées sont celles des anciens
produits avant qu‘ils ne soient interdits à la vente (Ministère de l‘Agriculture, de l‘Agroalimentaire et de
la Forêt, http://e-phy.agriculture.gouv.fr/). Enfin, les traitements phytosanitaires sont appliqués grâce à
un pulvérisateur déjà présent dans Ecoinvent.

12
Irrigation en plein champ

D‘après Slama et Al. (2004), l‘irrigation des cultures de tomates en plein champ se fait au
goutte-à-goutte de juillet à septembre. Les besoins en eau calculés sont ainsi d‘environ
3
500mm/culture, soit un besoin en eau de 5000m /ha/cycle de culture. Nous choisissons ensuite de
dimensionner nous-mêmes le système d‘irrigation afin de calculer le volume des conduites de PVC
nécessaire. De même que pour la culture de tomate sous serre, nous avons supposé qu‘il était
3
nécessaire de disposer d‘un réservoir cylindrique en béton de capacité de 50m .

En ce qui concerne la pompe, nous avons calculé les pertes de charges du système afin de
connaître les caractéristiques de la pompe. Ainsi, nous avons pu sélectionner un modèle existant de
pompe correspondant aux caractéristiques (débit et pression souhaitée) sur un site de fabricants (on
choisit le modèle de pompe multicellulaire Jetly K28/500), et estimer sa masse en acier et en fonte.
Nous avons également calculés nous-mêmes (en se basant sur un document élaboré par Philippe
Roux, Irstea, annexe 2) la puissance électrique nécessaire pour faire fonctionner la pompe pendant le
temps d‘irrigation requis pour un cycle de culture.

La représentation de l‘itinéraire technique, du matériel, des matières premières et des


ressources nécessaires est présentée dans le diagramme suivant :

Figure 2 : Arbre des procédés pour la culture de la tomate en plein champ

ii. Inventaire et collecte des données propres à la production de tomates sous serre

Pour réaliser l‘ACV de la tomate sous serre, nous avons choisi l‘itinéraire technique conseillé
par l‘Agence de Promotion des Investissements Agricoles en Tunisie. Concernant la variété cultivée,
nous avons émis l‘hypothèse que c‘est la même variété que celle utilisée pour la culture de plein
champ (à savoir, Rio Grande). Le rendement moyen précisé par le document de l‘APIA est de 5

13
tonnes par serre. Ce document fournit l‘ensemble des étapes nécessaires à la production de tomate
sous serre ainsi que le matériel nécessaire. De plus, nous avons complété ce premier itinéraire avec
les informations issues de l‘entreprise de conseil agricole Tunisienne Server (http://www.server-
tn.net/fr/accueil.html). L‘ACV de la tomate sous serre comprend donc les étapes de préparation du
terrain et l‘ensemble des étapes nécessaires à la culture sous serre. Elle ne prend par contre pas en
compte les phases de conditionnement puis de transport jusqu‘à un lieu de vente. Les étapes prises
en compte dans l‘ACV sont les suivantes :

- Préparation du terrain
- Mise en place des serres
- Préparation du sol et traitements phytosanitaires.
- Production de plants en pépinière
- Fertilisation
- Irrigation tout au long de la culture

Le rendement est de 5 tonnes pour une serre de 500m² en année de croisière.

Il faut également signaler que la récolte n‘apparait pas dans nos étapes de l‘ACV car nous
considérons qu‘elle est réalisée manuellement.

Rappelons que l‘unité fonctionnelle pour décrire le système de culture est « produire un kilogramme
de tomate sous serre non chauffée ».

Dans la suite du document, nous allons expliciter, pour chaque étape prise en compte dans
cette ACV, l‘origine des données et les hypothèses faites.

Préparation du terrain

Cette étape fait intervenir quatre travaux du sol : un nivellement du terrain, un labour du sol, le
passage d‘une herse et un épierrage. Ces travaux sont indiqués dans l‘itinéraire technique fourni par
les documents présentés ci-dessous. Lorsque ces travaux sont présents dans la base de données
Ecoinvent (passage d‘une herse et labour), nous les avons appliqués pour la surface considérée.
Dans le cas contraire, nous avons approché les machines nécessaires à la réalisation des travaux par
l‘utilisation de machines similaires (ou que nous avons modifiées) présentes dans Ecoinvent.

Mise en place des serres

L‘Agence de Promotion des Investissements Agricoles en Tunisie fournit un itinéraire


technique pour une culture de tomate sous serre de 500m² (63m x 8m). Pour estimer les quantités de
matériels nécessaires à l‘établissement de la serre, nous avons utilisé les mêmes références que pour
la pépinière.

Préparation du sol et traitements phytosanitaires

L‘Agence de Promotion des Investissements Agricoles en Tunisie fournit également


l‘ensemble des traitements nécessaires à la préparation du sol : quantité de fumier et nature des
produits phytosanitaires à appliquer. Ces traitements sont représentés dans Ecoinvent par les
molécules actives qu‘ils contiennent lorsqu‘elles sont présentes. Quand elles ne le sont pas, nous
avons choisi de les représenter par les molécules les plus proches. Enfin, nous nous sommes servis
des recommandations du Ministère de l‘Agriculture, de l‘Agroalimentaire et de la Forêt pour déterminer
les doses de molécules actives à appliquer.

Pour l‘application des traitements phytosanitaires comme pour celle des fertilisants, nous
avons considéré l‘utilisation d‘un pulvérisateur manuel que nous avons assimilé à un assemblage de
polyéthylène et d‘acier.

14
Fertilisation

L‘Agence de Promotion des Investissements Agricoles en Tunisie fournit les quantités de


fertilisants (Ammonitrate, nitrate de potassium, acide phosphorique et acide nitrique) à apporter à la
culture. Toutes ces molécules sont présentes dans Ecoinvent.

Irrigation
3
Pour une culture de septembre à mai, l‘APIA préconise un apport de 500 m d‘eau desservis
par un système d‘irrigation en goutte à goutte en lignes jumelées. Sur la base de ces informations,
3
nous avons fait le choix de le dimensionner nous-mêmes le système. De même, un réservoir de 50 m
en béton est nécessaire. Nous avons émis l‘hypothèse que ce réservoir est cylindrique et l‘avons
dimensionné de cette manière. Concernant la pompe, celles présentes dans la base de données
Ecoinvent ayant une capacité trop importante par rapport à nos besoins, nous nous sommes basés
sur les caractéristiques d‘un modèle existant et adaptés à nos besoins. Cela nous a conduits à
modéliser notre pompe comme un assemblage d‘acier et de fonte. Enfin, pour le calcul de la
puissance électrique de la pompe, nous avons utilisé le document « Calculs moto-pompe » fournit par
M. Philippe Roux et disponible en annexe 3.

Figure 3 : Arbre des procédés pour la culture de la tomate en serre non chauffée

15
iii. Cas particuliers des émissions issues de l’épandage des engrais

L‘application d‘engrais engendre des émissions vers l‘environnement. Les molécules émises
se retrouvent ainsi dans l‘eau, l‘air ou le sol et peuvent avoir un impact environnemental. Il faut donc
prendre en compte les flux vers l‘environnement des molécules issus des engrais. Néanmoins, il est
difficile de déterminer les émissions au champ car elles dépendent de plusieurs paramètres :
pédologie, climat, pratiques culturales, etc. Les principales méthodes utilisées pour calculer les
émissions au champ ont été décrites par Audsley (2003), Brentrup(2000) le GIEC (2006) et Nemecek
(2007). Cependant, ces méthodes d‘estimation ont une validité limitée pour les cultures maraichères
en zone aride sous abris car elles ont été mises au point et paramétrées le plus souvent en contexte
de grandes cultures et en zone tempérée.

Emissions dans l’air


1) Ammoniac (NH3)

La volatilisation d‘ammoniac a lieu lors de l‘application d‘engrais minéraux azotés. Cette


volatilisation peut contribuer à une acidification et une eutrophisation du milieu. Dans les rapports
techniques ECETOC (1994), la quantité d‘ammoniac peut être estimée, selon les intrants utilisés par
des facteurs d‘émissions. Ceux-ci sont définis pour trois groupes de pays et prennent en compte la
température, le pH et le taux de calcaire du sol. Nous émettons l‘hypothèse selon laquelle les
conditions pédoclimatiques et les pratiques culturales en Tunisie correspondent le mieux aux pays du
groupe 1 (Espagne et Grèce) c‘est pourquoi nous considérons les facteurs de ce groupe. Les
émissions d‘ammoniac peuvent aussi être engendrées par l‘application d‘engrais organiques. Notre
système de production utilise du fumier d‘ovin composté. Nous considérons qu‘il n'y a pas d'émissions
de NH3 suite à l'application de compost (Basset-Mens, C. et al., 2007).

2) Protoxyde d’azote

Le protoxyde d‘azote est un gaz issu de la réaction de dénitrification, (résultant de l‘activité


microbienne du sol qui convertit les nitrates en diazote), mais également du processus de nitrification
(transformation d‘ammonium en nitrates). De plus, le protoxyde d'azote est un puissant gaz à effet de
serre. En effet, son pouvoir de réchauffement climatique global est 300 fois plus élevé qu'une masse
équivalente de dioxyde de carbone CO2 (sur 100 ans).

Afin de calculer les émissions de protoxyde d‘azote, nous avons choisi d‘utiliser les facteurs
définis par le GIEC (2006). Ceci nous permet de prendre en compte les émissions directes de N2O
mais aussi les émissions indirectes: émissions suite au dépôt de l‘azote volatilisé et à l‘azote lessivé.

Calcul des émissions directes :

Au vu des données dont on dispose, nous choisissons d‘appliquer la méthode de niveau 1.


L‘équation complète issue du GIEC (2006) permettant le calcul des émissions ainsi que les résultats
sont présentés en annexe 4.

Dans le cas de la culture de tomate plein champ et sous serre non chauffée, nous appliquons
différentes conditions qui permettent de simplifier l‘équation. En effet, on considère que les résidus de
récoltes ne sont pas laissés au champ et aucun changement d‘affectation des terres ou de gestion
n‘est réalisé d‘une année sur l‘autre. De plus, nous émettons l‘hypothèse que les sols tunisiens ne
sont pas considérés comme des sols organiques. Enfin, lors des périodes de culture, nous
considérons qu‘aucune entrée d‘urine ou fèces n‘est réalisée (absence d‘animaux d‘élevage).

L‘équation simplifié se résume à :

N2O–NNEntrées = (FSN + FON)xFE1

16
Avec :

- N2ODirectes –N = émissions annuelles directes de N2O–N imputables aux sols gérés, kg N2O–N
-1
an
-1
- FSN = quantité annuelle de N d‘engrais synthétique appliqué aux sols, kg N an
- FON = quantité annuelle de fumier animal, compost, boues d‘égouts et autres ajouts de N
organiques appliquée aux sols (Note : Si les boues d‘égouts sont incluses, contrevérifier avec
le secteur Déchets afin de ne pas compter double les émissions de N2O dues au N des boues
-1
d‘égout), kg N an
-1
- FE1 = facteur d‘émission de N2O due aux entrées de N, kg N2O–N (kg entrées de N)

Calcul des émissions indirectes:

Au vu des données dont nous disposons, nous choisissons également la méthode de niveau 1
(cf annexes) pour le calcul des émissions indirectes.

Volatilisation

Pour le calcul des émissions indirectes liées à la volatilisation, l‘équation complète est
également présentée en annexe 4. En utilisant les mêmes hypothèses que celles faites pour le calcul
des émissions directes, l‘équation simplifiée est la suivante :

N2ODat–N = [(FSN x Fracgaze)+(FonxFracgazm)]*FE4

Avec :
1
- FSN = quantité annuelle de N d‘engrais synthétique appliqué aux sols, kg N an-
- FracGAZ E = fraction de N d‘engrais synthétique volatilisé sous forme de NH3 et de NO x, kg N
-1
volatilisé (kg de N appliqué)
- FON = quantité annuelle de fumier animal géré, compost, boues d‘égouts et autres ajouts de N
-1
organiques appliqués aux sols, kg N an
- FracGAZM = fraction de matériaux d‘engrais au N organiques appliqués (F ON) et de N d‘urine et
de fèces deposé par les animaux paissant (F PPP) volatilisé sous forme de NH3 et de NOx, kg N
-1
volatilisé (kg de N appliqué ou déposé)
- FE4 = facteur d‘émission de N2O due au dépôt atmosphérique de N sur les sols et les surfaces
aquatiques, [kg N–N2O (kg NH3–N + NOx–N volatilisé)-1]

3) Oxyde d’azote (NO2)

Les émissionsd‘oxyde d‘azotesont liées aux émissions de N2O. Elles contribuent à


l‘acidification et à l‘accumulation d‘ozone à basse atmosphère. Dans notre projet, nous prenons en
compte le cas du dioxyde d‘azote NO2. La méthode d‘estimation choisie est définie par Nemecek
(2007) : NO2 (air) = 21 % N2O (kg NO2/ha) (kg N2O/ha)

4) Diazote (N2)

Le diazote, également émis lors de la dénitrification, n‘a quant à lui aucun impact
environnemental. Cependant, afin de pouvoir déterminer la quantité de nitrate (confère paragraphe
suivant) et au vu des quantités émises de ce gaz, celles-ci ne peuvent être ignorées dans un bilan
d‘azote. Nous avons utilisé la proposition de Brentrup (2000), qui utilise les facteurs d‘émission de N2
déjà définis par Rheinbaben(1990): N2 = 9% N appliqué.

17
5) Emissions de CO2 liée à l’apport d’urée

L‘application d‘urée pour la fertilisation entraîne des émissions de CO 2 dans l‘air. Le rapport
du GIEC publié en 2006 (volume 4, chapitre 11) donne une méthode de calcul de ces émissions,
basée sur l‘estimation de facteurs d‘émissions. Ne disposant d‘aucune information au préalable sur les
facteurs d‘émission de CO2 liée à l‘épandage d‘urée en Tunisie, la méthode du GIEC préconise de
faire des estimations de niveau 1. Le facteur d‘émission recommandé par le GIEC dans le cadre du
niveau 1 est de 0,20 pour l‘urée, c‘est-à-dire la teneur en carbone de l‘urée sur la base du poids
atomique. Une fois ce facteur appliqué à la quantité d‘urée utilisée pour la fertilisation, on multiplie
cette valeur par un facteur 44/12 pour convertir les émissions de CO 2-C en CO2.

Emissions dans l’eau

1) Protoxyde d’azote (lixiviation/écoulement)

Pour le calcul des émissions indirectes liées à la lixiviation, l‘équation complète est également
présentée en annexe 4. En utilisant les mêmes hypothèses que celles faites pour le calcul des
émissions directes, l‘équation simplifiée est la suivante :

N2O(l)-N = (FSN + FON) x FracLIXI x FE5

Avec:

- N2O(L)–N = quantité annuelle de N2O–N produit par la lixiviation et les écoulements après
ajouts de N aux sols gérés dans les régions où existent la lixiviation et les écoulements, kg
-1
N2O–N an
- FSN = quantité annuelle de N d‘engrais synthétique appliqué aux sols dans les régions où
-1
existent la lixiviation et les écoulements, kg N an
- FON = quantité annuelle de fumier animal géré, compost, boues d‘égouts et autres ajouts de N
organiques appliqués aux sols dans les régions où existent la lixiviation et les écoulements, kg
-1
N an
- FE5 = facteur d‘émission de N2O due à la lixiviation et aux écoulements de N, kg
- N2O–N (kg de N lessivé et écoulé)-1
- Nitrate (NO3-)

-
2) Nitrate (NO3 )

L‘application d‘engrais azotés mais aussi la minéralisation de la matière organique du sol provoque
l‘émission de nitrates. Les nitrates sont des nutriments solubles absorbés par la plante, mais s‘ils sont
en excès dans le sol, ils peuvent être lixiviés en présence d‘une lame d‘eau drainante. Dans les
écosystèmes aquatiques, la présence de nitrate en abondance peut contribuer à l‘eutrophisation du
milieu. Afin de calculer la quantité de nitrates émis, nous réalisons un bilan d‘azote à l‘échelle d‘une
année, l‘excès du bilan représentant les nitrates potentiellement lessivables.

18
Tableau 2 : Bilan d'azote

Entrées kg N/ha Sorties kg N/ha

Apports par les fertilisants Exportation par la culture

Apports issus de l'eau


NH3-N
d'irrigation

Minéralisation du sol* N20-N

N2-N

N immobilisations*

Total entrées Total sorties

*Selon une hypothèse de Brentrup (2000), la minéralisation de l‘azote et les immobilisations à


l‘échelle de temps annuelle sont équivalentes, et s‘annulent donc dans le calcul du bilan.

Enfin, pour réaliser le bilan d‘azote, nous avons pris en compte différentes hypothèses :

- Concernant l‘azote présent dans l‘eau d‘irrigation, nous avons considéré que la teneur en
3
nitrate de l‘eau est de 10 mg/L, soit 0,01 kg/m .
- De plus, nous avons pris en compte une exportation d‘azote par la culture égale à 2,8 kg N/
tonne (FAO, 1995).
3—
La quantité de nitrates lixiviables sous la forme NO N (kg N/ha) correspond à la différence
entre le total des entrées et le total des sorties. Enfin, il est difficile de calculer la quantité de nitrates
réellement lixiviée. Manquant d‘informations sur ce sujet, nous considérons dans notre projet que la
quantité de nitrates réellement lixiviée correspond à la quantité lixiviable, c‘est-à-dire que nous
considérons le scénario catastrophe.

3) Emissions liées aux apports d’engrais phosphatés

D‘après Nemecek et Kägi (2007), les émissions liées à l‘application d‘engrais phosphatés ne
concernent que les eaux de surface et les eaux souterraines. L‘émission d‘engrais phosphatés dans
les eaux est considérée comme une quantité moyenne de phosphore ruisselée vers les nappes et les
cours d‘eau ; cette quantité dépend du type d‘occupation du sol (terre arable ou non) et de la quantité
d‘engrais apportée.

Ainsi, dans le cas d‘une terre arable, la quantité de phosphore ruisselé dans les eaux
souterraines est de Pgw = Pgwl * FgwavecPgwl = 0,07kgP/ha pour une terre arable et Fgw = 1 + 0,2/80 *
P2O5.

La quantité de phosphore ruisselé dans les eaux de surface se calcule de la même manière,
avec Prol = 0,175kgP/ha pour une terre arable.

19
4) Emissions liées aux apports d’engrais potassiques

Les modèles indiquent que la totalité des émissions liées aux apports d‘engrais potassiques
sont dirigées vers les eaux souterraines (Nemecek et Kägi, 2007). On considère donc que les
émissions vers les eaux souterraines liées aux apports d‘engrais potassiques sont équivalentes aux
valeurs des apports.

Emissions dans le sol


1) Emissions de métaux lourds liées aux apports d’engrais azotés

Le fait d‘appliquer des engrais azotés entraîne également l‘émission de métaux lourds
associés, et ce dans le sol en direction des eaux souterraines. Les quantités émises sont définies
comme étant un certain pourcentage de la quantité d‘azote apportée, ce pourcentage étant différent
pour chaque élément métallique et selon le type d‘engrais (minéral ou organique). Les facteurs
d‘émission utilisés pour les calculs sont ceux publiés par le Ministère de l‘Agriculture en 1994 et repris
par Audsley en 2003. Ce modèle d‘émissions permet de calculer les émissions de la manière
suivante :

Emission de l‘élément X en mg = (a*qtéN(kg) + b*qtéUrée(kg))*1000

Avec a et b les facteurs d‘émission respectifs pour l‘ammonitrate et l‘urée, en mg/kg de


fertilisant apporté.

Pour l‘application de fumier dans la cadre de la culture sous serre et sous pépinière, il est
préférable d‘utiliser les coefficients de Menzi et al. (1993), repris par Audsley (2003) pour estimer les
émissions de métaux lourds liées à leur épandage. Cependant ces coefficients font référence à un
fumier standard, et il faut être conscient que ce fumier peut avoir une composition très différente de
celui utilisé en Tunisie dans le cadre du maraîchage ; en effet il s‘agit d‘un fumier issu d‘un élevage
porcin, riche en cuivre, et surtout non utilisé en Tunisie. Il s‘agit cependant des seules données
disponibles pour estimer les émissions de métaux lourds provenant de l‘épandage de fumier, et les
valeurs d‘émissions de cuivre seront certainement surestimées.

iv. Cas particuliers des pesticides

Les émissions liées à la fabrication des pesticides sont déjà prises en compte dans le logiciel ;
la base de données Ecoinvent donne des valeurs moyennes pour des produits phytosanitaires
présents sur le marché.

Pour les émissions liées à l‘application des pesticides au champ, il est assez complexe de les
estimer. Dans son rapport d‘harmonisation de 2003, Audsley donne néanmoins des approximations
des émissions des pesticides dans l‘air, le sol et l‘eau. Ainsi, environ 10% des quantités de
substances actives subsisteraient dans l‘air à long terme, de 0,5 à 2% seraient transférées vers les
eaux de surface, et 85% resteraient dans le sol. Les émissions vers les eaux souterraines seraient
négligeables pour notre étude d‘après les estimations d‘Audsley.

Pour la culture en pépinière et sous serre, Nemecek et Kägi (2007) préconisent de supposer
que la totalité des émissions dues à l‘application de pesticides va dans le sol.

20
2. Production de double concentré de tomate

i. Description du procédé de transformation

La transformation des tomates en double concentré (DC) comprend cinq grandes


étapes présentées dans la figure 4:

- La réception de tomates fraiches dans les réservoirs de réception, le système hydraulique


élévateur (tapis élévateur) de prise en charge des tomates, le lavage et le tri manuel, réalisé
par des employés.
- La ligne d'extraction qui comprend le broyage, le dépulpage et le préchauffage, qui conduit à
la formation d‘une pâte qui est ensuite raffinée.
- La ligne de concentration par évaporation triple effet
- La ligne de stérilisation
- La ligne de remplissage aseptique dans des boîtes de conserves ½ c‘est-à-dire d‘une
contenance d‘environ 425 mL.

Figure 4: Etapes de la production de concentré de tomate

Le détail complet du procédé de transformation est présenté en annexe 5.

ii. Les hypothèses considérées

La filière tunisienne de transformation est essentiellement alimentée avec des tomates de


saison, c‘est-à-dire cultivées en plein champ entre Mai et Août. En cas de mauvaise récolte, les
tomates fraîches d'arrière-saison (Août à Novembre) peuvent être également destinées à la
transformation afin d‘assurer la production de double concentré.

Dans notre cas, nous considérons une usine de transformation utilisant le procédé Hot Break,
ne traitant que des tomates de saison ce qui implique un fonctionnement de l‘usine durant 2 mois et

21
demi, de Juillet jusqu‘à mi-Septembre, ce qui correspond à 77 jours. De plus, l‘usine fonctionne en
continu durant cette période soit 24h/24. Nous avons réalisé le dimensionnement de l‘usine de façon à
ce que 1250 tonnes de tomates fraiches puissent être traitées par jour, ce qui correspond à une
production journalière d‘environ 200 tonnes de DC à 28-30°brix (c'est-à-dire le pourcentage de
matière sèche soluble) puisque 5.8kg de tomates fraiches sont nécessaires pour obtenir 1kg de DC de
tomate. Enfin, le produit à la sortie de l‘usine est sous forme de boites de conserve métalliques ½ soit
environ 400g de DC (425mL). Nous avons considéré qu‘une boîte de conserve nécessite la
production et l‘usinage de 77g d‘acier.

L‘usine ainsi dimensionnée, nécessite 3ha de terrain sur lesquels est installé un hall industriel
couvert à structure métallique de 12000m². Les principales caractéristiques de l‘usine sont présentées
dans le tableau ci-dessous.

Tableau 3 : Caractéristiques des flux de matières et d’énergie pour l’unité de transformation de tomates

Capacité journalière de transformation 1250 tonnes

Type d’évaporation Triple effet

Flux d’eau de lavage 65.9 tonnes/heure

Puissance électrique 1411.1KW

Flux de vapeur 24.62 tonnes/ heure

Flux d’air comprimé 72.2 tonnes/ heure

Flux d’eau de refroidissement 1410 tonnes/ heure

Le détail de la ligne complète des machines que nous avons prise en compte dans l‘ACV est
présenté dans le tableau 4.

Tableau 4 : ligne complète de production de double concentré de tomate

Dimensions Air Poids


Eau Vapeur comprimé
Capacité L*W*H Puissance
Equipement Quantité consommée consommée 600 hPa par
(t/h) (kW)
(t/h) (t/h) unité
(mm)
(m3/h) (kg)

Tapis 5711x1660x2
2 40 2.2 0 0 0 1500
élévateur 165

Laveuse 10238x3050x
2 40 8.5 60 0 0 2200
2300
(tri manuel)

22
1300x870x90
Broyeur 2 40 22 0 0 0 760
0

Dépulpeuse 2621x2180x1
2 32 85 0 0 0 500
et raffineur 342

Réservoir H=3000,
1 3 0 0 0 0 335.2
3000L R=560

Pré- 10000x4200x
1 55 14 0 6.63 0.1 350
chauffeuse 2300

Réservoir H=10000,
1 10 0 0 0 0 770.2
(10000L) R=800

Evaporateur 16900*7100
1 44 963 1969 17.2 0.1 10000
triple effet *14200

Réservoir H=4000,
1 6 0 0 0 0 540
6000L R=690

Stérilisateur 8600x5000x3
1 8 101 46.3 0.75 12 2500
à tubes 000

Machine à
remplissage 4635x4730x3
1 ≥4 15 0 0.04 60 2000
aseptique 500
double tête

Quelques hypothèses complémentaires :

 La base de données Ecoinvent fournit le mix électrique de nombreux pays, néanmoins, celui
de la Tunisie n‘est pas encore disponible. Compte tenu de l‘importance de l‘électricité dans
l‘impact environnemental de la fabrication du DC de tomate, nous avons fait le choix de le
recréer dans Simapro.

Nous avons donc considéré un mix électrique donné par la STEG (Société Tunisienne de
l‘Energie et du Gaz) en 2012 et constitué tel que :

- 39.9% proviennent d‘un système à turbines à gaz


- 40.9% proviennent d‘un cycle combiné fonctionnant au gaz naturel
- 17% proviennent d‘un système à turbines à vapeur ou dit turbine à combustion
- 1.4% d‘énergie éolienne
- 0.8% d‘hydroélectricité.

 Nous avons considéré un évaporateur triple effet compte tenu de la capacité journalière de
transformation. Il est clair qu‘il s‘agit du poste le plus important de cette ligne de production en
termes de consommation énergétique et de matières premières (eau et vapeur), il est donc
très probable que ce poste ait un fort impact dans l‘ACV.

23
 De plus, compte tenu de l‘importance du gaz naturel dans le secteur énergétique Tunisien,
nous avons considéré que la vapeur nécessaire dans le procédé de transformation, est
obtenue par combustion du gaz naturel. Or cette donnée n‘est pas disponible dans Ecoinvent,
nous avons donc utilisé les données de production européenne de vapeur basée en grande
partie sur la combustion du gaz naturel.

La valorisation des déchets de la filière de transformation

Il existe deux voies de valorisation des déchets de la filière de transformation de la tomate.


Tout d‘abord, les déchets issus de l‘étape de tri sont utilisés en alimentation animale puisque riches
en fibres. Principalement en élevage bovin, les tomates sont utilisées soit en frais, soit en ensilé. La
valorisation des déchets issus de l‘étape de broyage et de dépulpage conduit à la récupération des
pépins et de la peau. Ils peuvent être utilisés soit comme additifs alimentaires car riches en nutriments
(caroténoïdes, protéines, sucres, fibres et huiles) soit après extraction du lycopène et des huiles
essentielles, ils sont destinés à un usage cosmétique. Dans les deux cas, nous avons considéré que
les déchets de la transformation sont valorisés hors site, ce qui implique que nous n‘avons pas imputé
les impacts de ces filières à notre scénario de transformation de la tomate. Nous avons donc réalisé
une allocation massique dans l‘ACV où 5% de la masse totale initiale constitue les déchets de cette
filière.

III. Résultats et interprétations


Dans cette partie, nous allons décrire les résultats obtenus par l‘analyse d‘impacts réalisées
avec Simapro 8 grâce à la méthode ILCD 2011 Midpoint V1.02, pour chacune des trois unités
fonctionnelles retenues : «produire un kilo de tomates de saison produite en plein champ », «produire
un kilo de tomates de contre saison sous serre non chauffée» et « produire une boîte de double
concentré de tomate». Nous comparerons ensuite les impacts de la production de tomate plein champ
avec les impacts de la transformation en double concentré.

Dans toute cette partie, il est important de préciser que les résultats d‘impacts sont
donnés en pourcentage du total de l‘impact. Nous avons fait le choix de ne pas effectuer
d‘étapes de normalisation et de pondération comme précisé dans la partie I.2.c. Même s‘il
est impossible de comparer les impacts entre eux, ce type de représentation permet de
visualiser la contribution à l‘impact total de chaque étape de l‘itinéraire technique ou
bien du procédé de transformation pour chacun des indicateurs.

1. Caractérisation des impacts sur l’environnement de la culture de


tomate de plein champ

Les principaux impacts sur l‘environnement de la production de 1kg de tomate cultivé en plein
champ sont présentés dans la figure suivanteError! Reference source not found..

24
Figure 5 : Caractérisation des impacts de la culture de tomates en plein champ

La majorité des impacts sur l‘environnement sont dus à la fertilisation (qui comprend les
étapes de fabrication et d‘épandage des intrants) ; en effet, la fertilisation est responsable de plus de
50% des impacts pour huit indicateurs sur seize, c‘est-à-dire sur l‘émission des gaz à effet de serre,
l‘émission de particules, les radiations ionisantes, l‘acidification des sols et l‘eutrophisation (qu‘elle soit
terrestre, marine ou des eaux douces).

En effectuant une analyse détaillée des impacts sur l‘environnement de la fertilisation


présentée en figure 6, nous pouvons faire la distinction entre les impacts dus à la fabrication des
différents engrais et aux émissions de ceux-ci. Ainsi pour les émissions de gaz à effet de serre, l‘étude
d‘impact approfondie montre que 55% des gaz à effet de serre émis par l‘étape de fertilisation seraient
directement dus aux émissions des engrais après épandage (les 45% restants sont donc liés à la
fabrication de ces engrais). Les analyses sont similaires pour les émissions de particules. En ce qui
concerne les impacts sur l‘acidification et l‘eutrophisation terrestre, 85 à 90% des impacts sont
directement dus aux émissions des engrais d‘après l‘étude d‘impact approfondie, et ces émissions
seraient aussi responsables de 65% des impacts de la fertilisation sur l‘eutrophisation marine. Les
autres impacts sont dus à la fabrication de ces engrais, avec une prédominance pour la fabrication
des engrais phosphatés et de l‘urée ; en effet, la fabrication des engrais comprend des processus
d‘extraction et de transformations chimiques nécessitant des ressources (eau, électricité), ce qui
contribue fortement aux différents impacts environnementaux représentés dans l‘ACV.

Une autre grande partie des impacts est due à la phase de production de plants en pépinière.
En effet, cette étape est responsable de plus de 50% des impacts sur la toxicité humaine (à la fois
cancérigène et non-cancérigène) et sur l‘épuisement des ressources minérales (pour la fabrication de
la structure de la pépinière). En effectuant une analyse détaillée des impacts de la production de
plants en pépinière présentée en figure 8, il se trouve que plus de 80% des impacts de la production
de plants en pépinière sont directement reliés à la structure de la pépinière en elle-même ; la
fertilisation en pépinière ne représente qu‘un impact significatif pour l‘eutrophisation marine (85% des
impacts qui s‘expliquent par les émissions des engrais dans le sol et dans les eaux). En allant plus
loin et en étudiant les impacts liés uniquement à la structure de la pépinière, il se trouve que ce sont
les barres en acier galvanisé de la pépinière qui sont majoritairement responsables des impacts, et
plus particulièrement la phase de manufacture de l‘acier, et ce malgré le recyclage de celui-ci.

25
Figure 7 : Caractérisation des impacts liés à la fertilisation de la culture de la tomate en plein champ

Figure 6 : Caractérisation des impacts liés à la production de plants en pépinière

26
La fabrication et l‘application de traitements phytosanitaires en plein champ représentent près
de 65% des impacts sur l‘écotoxicité aquatique, ce qui s‘explique principalement par les émissions
directes des pesticides dans le sol (qui percolent ensuite dans les eaux douces) et les eaux douces.
Dans le reste des cas, c‘est l‘application de ces pesticides avec un pulvérisateur mécanique qui est
responsable de la plupart des impacts des traitements phytosanitaires pour les autres indicateurs.

L‘irrigation en plein champ représente quant à elle 50% des impacts sur l‘épuisement des
ressources en eau, ceci étant dû à la grande quantité d‘eau utilisée pour irriguer les tomates. Les
restes des impacts sur l‘épuisement de la ressource en eau sont essentiellement dus à la fabrication
des matériaux qui composent la structure de la pépinière (25% de l‘impact total), et à la fabrication des
engrais (20% de l‘impact total).

Enfin, environ 85% des impacts sur l‘occupation des sols sont liés à la production de tomate
en plein champ en elle-même ; en effet, nous avons émis l‘hypothèse que pour produire 50 tonnes de
tomates, il faut une parcelle de 1ha.

L‘étude d‘impact globale de la production de tomate en plein champ nous permet de tirer les
conclusions suivantes :

L‘étape de fertilisation des cultures comprenant la fabrication et l‘épandage des engrais


possède l‘impact global le plus important en termes d‘émissions vers l‘environnement dans plus de la
moitié des catégories d‘impacts étudiés

La production de plants en pépinière possède également un impact non négligeable sur


l‘environnement, notamment à cause de la fabrication des barres en acier galvanisé. Les impacts les
plus affectés par la phase en pépinière sont les impacts sur la toxicité humaine et sur l‘épuisement
des ressources naturelles.

L‘impact de la production et de l‘épandage de produits phytosanitaires est plus faible en


pourcentage que celui des intrants mais il n‘est pas à négliger en terme de gravité. En effet, les
impacts des produits phytosanitaires sur la toxicité (humaine, milieux, ressources) sont encore mal
connus.

2. Caractérisation des impacts sur l’environnement de la culture de


tomate sous serre non chauffée

Comme expliqué précédemment, afin d‘analyser les résultats de l‘analyse de cycle de vie, nous
choisissons d‘utiliser la méthode d‘analyse ILCD 2011 Midpoint.

En analysant les résultats de l‘ACV de la culture de tomate sous serre non chauffée, l‘étude

27

Figure 8 : Etude d'impact de la production d'un kilogramme de tomate sous serre non chauffée
d‘impact obtenue avec le logiciel SimaPro 8.0 présentée en figure 8 :

On constate que les deux principales sources d‘impact dans la production sous serre sont la
fertilisation et les matériaux nécessaires à la serre. Puis, dans un troisième temps, la préparation du
terrain. On constate également que la production a un impact les ressources en eau (impact supérieur
à 15%). Ceci s‘explique par le fait que la culture de la culture de la tomate sous serre consomme
3
500m d‘eau. Dans l‘ACV de la tomate sous serre, par raison de praticité, nous avons fait le choix
3
d‘allouer ces 500 m d‘eau à l‘étape finale qui est la production de tomate. Néanmoins, la
consommation d‘eau aurait également être allouée à l‘irrigation.

La fertilisation a des impacts très importants en termes de changement climatique et


d‘eutrophisation marine et terrestre (de 60% à 90% d‘impact). De plus, elle a un impact non
négligeable en termes d‘acidification, de production d‘ozone par voie photochimique, de dépôt de
particule, et d‘épuisement de la couche d‘ozone (de 30 à 60 % d‘impact). La serre a quant à elle un
impact très important sur la toxicité humaine (plus de 90% d‘impact), l‘écotoxicité des cours d‘eau
(environ 90% d‘impact) et l‘épuisement des ressources (environ 95% d‘impact). De plus, la mise en
place de la serre a un effet non négligeable sur l‘émission de particules, les radiations ionisantes,
l‘eutrophisation des cours d‘eau et l‘utilisation de ressource en sol (de 30 à 65% d‘impact).

Globalement, il ressort de cette étude que les principaux impacts sont issus de la mise en
place de la serre et de la fabrication et utilisation des fertilisants. Afin de les expliquer, nous allons
ensuite réaliser l‘étude d‘impact de ces deux étapes de l‘itinéraire technique.

L‘étude d‘impact de la fertilisation d‘une culture de tomate sous serre non chauffée est
présentée ci-après :

Figure 9 : Etude d'impact de la fertilisation d’une culture de tomate sous serre non chauffée

On observe que l‘étape de fertilisation en elle-même a un très gros impact sur le changement
climatique (plus de 55% d‘impact), l‘acidification (plus de 50% d‘impact) ainsi que l‘eutrophisation des
sols et des milieux marins (64% et plus de 95% d‘impact respectivement). En effet, l‘application
d‘engrais engendre des émissions vers l‘environnement. Les molécules émises se retrouvent alors
dans l‘eau (nitrate, phosphore, engrais potassiques), l‘air (ammoniac, protoxyde d‘azote, oxyde
d‘azote, dioxyde de carbone) ou sol (métaux lourds) et ont un impact environnemental important.

28
De plus, de manière générale, la fabrication des engrais synthétiques est très polluante car
émettrice de nombreux gaz à effet de serre.

La fabrication et les émissions issues de l‘épandage des engrais synthétiques ont donc un impact
lourd sur l‘environnement. On peut également ajouter que dans le cadre de cette ACV, que les doses
d‘engrais appliquées et prises en compte sont celles recommandées par le ministère de l‘agriculture,
de l‘Agroalimentaire et de la Forêt. Il est probable que ces doses ne soient pas respectées et que
celles réellement appliquées soient supérieures. En effet, l‘absence de contrôle des pratiques
agricoles en Tunisie nous incite à penser cela. Avec des données terrains, les résultats obtenus
seraient donc peut-être plus impactant que ceux obtenus dans cette étude.

Les résultats de l‘étude d‘impact de l‘étape de mise en place de la serre sont présentés ci-dessous :

Figure 10 : Etude d'impact de la fabrication de la serre

L‘étude d‘impact de la fabrication de la serre montre clairement que la grande majorité des
impacts environnementaux est due aux barres en acier qui la constitue (de 65% d‘impact à 100 %
selon l‘indicateur). L‘étude d‘impact de la production de barres en acier est présentée ci-après :

29

Figure 11 : Etude d'impact de la fabrication des barres en acier


Sur cette dernière étude d‘impact, on observe que la production des barres en acier a
un impact important sur la toxicité humaine (85%) et la toxicité des cours d‘eau (plus de 90%). Ceci
s‘explique par la dissolution dans l‘eau du zinc utilisé pour la galvanisation de l‘acier. Pour tous les
autres indicateurs, ce sont l‘extraction de l‘acier et sa manufacture qui participent majoritairement aux
impacts environnementaux. Enfin, l‘analyse de l‘usinage de l‘acier montre que l‘essentiel des impacts
environnement provient de la consommation d‘énergie électrique.

L‘étude d‘impact globale de la production de tomate sous serre non chauffée nous permet de
tirer les conclusions suivantes :

L‘étape de fertilisation et les matériaux nécessaires à la construction de la serre sont les deux
facteurs qui ont le plus d‘impact environnemental.

L‘étape de fertilisation des cultures a un impact environnemental important du fait de la


fabrication et de l‘épandage des engrais. L‘épandage des engrais entrainant de nombreuses
émissions vers les différents compartiments de l‘environnement.

Concernant les matériaux nécessaires à l‘établissement de la serre, ce sont les barres en


acier qui ont le plus d‘impact environnemental, notamment du fait de la consommation énergétique
importante nécessaire à leur production.

L‘impact de la production et de l‘épandage de produits phytosanitaires est plus faible en


pourcentage que celui des intrants mais il n‘est pas à négliger en terme de gravité. En effet, les
impacts des produits phytosanitaires sur la toxicité (humaine, milieux, ressources) sont encore mal
connus.

3. Comparaison tomate tunisienne sous serre non chauffée et tomate


française sous serre non chauffée (Agribalyse)

Agribalyse est un programme développé par l‘Ademe depuis 2009 (Agence de l‘Environnement et
de Maîtrise de l‘Energie) qui a permis de réaliser l‘ACV des principaux produits agricoles français
selon une méthodologie qui regroupe les produits en groupes représentatifs (http://www2.ademe.fr/).
Une base de données homogène et transparente sur l‘évaluation environnementale des produits
agricoles a ainsi pu être réalisée. La production d‘un kg de tomates sous serre non chauffée en
France a ainsi pu être réalisée dans le cadre de cette étude.

L‘étude Agribalyse nous permet ainsi de comparer les impacts entre la production française et
la production tunisienne d‘un kg de tomates sous serre non chauffée ; cela permet de déterminer
laquelle des deux productions est la plus impactante pour l‘environnement. Le tableau ci-dessous
présente les valeurs des impacts pour chacune des deux productions étudiées :

30
Tableau 5 : Valeurs des impacts de la production d'un kg de tomate sous serre non chauffée en France et en
Tunisie

Tomato, Tomate,
conventional, soil conventionnelle,
Impact category Unit based, non-heated sous serre non
greenhouse, at chauffée,
farm gate/FR S Tunisie

Climate change kg CO2 eq 1.67E-01 0.312

Ozone depletion kg CFC-11 eq 1.59E-08 5.96E-09

Human toxicity, cancer effects CTUh 6.81E-09 4.28E-08

Human toxicity, non-cancer effects CTUh 6.23E-08 1.06E-06

Particulate matter kg PM2.5 eq 6.65E-05 1.41E-04

Ionizing radiation HH kg U235 eq 2.48E-02 1.17E-02

Ionizing radiation E (interim) CTUe 2.24E-07 3.56E-08

Photochemical ozone formation kg NMVOC eq 5.52E-04 7.66E-04

Acidification molc H+ eq 1.12E-03 1.87E-03

Terrestrial eutrophication molc N eq 3.93E-03 5.99E-03

Freshwater eutrophication kg P eq 1.27E-04 5.72E-05

Marine eutrophication kg N eq 3.11E-04 8.02E-03

Fresh water ecotoxicity CTUe 5.81E-01 3.03E+01

Land use kg C deficit -1.21E+00 2.48E-01

Water resource depletion m3 water eq 8.29E-02 8.75E-02

Mineral, fossil & renewable resource depletion kg Sb eq 5.89E-06 5.09E-04

31
La grande majorité des valeurs des impacts sont du même ordre de grandeur pour les
cultures françaises et tunisiennes, ce qui est plutôt rassurant et prouve que l‘itinéraire de culture que
nous avons imaginé pour la Tunisie est cohérent. Cependant, les différences sont très importantes (à
plus d‘une puissance de 10 de différence) entre les deux cultures pour les catégories de toxicité
humaine (non cancérigène), l‘écotoxicité aquatique et l‘épuisement des ressources minérales, fossiles
et renouvelables. Le graphique suivant représente la valeur de l‘indicateur du scénario le moins
impactant en fonction de la valeur de l‘indicateur du scénario le plus impactant (le scénario le plus
impactant vaut 100%) :

Figure 12: Comparaison des impacts des productions de tomate sous serre non chauffée en France et en
Tunisie

A première vue, c‘est la production tunisienne qui est la plus impactante. En effet, celle-ci a un
impact supérieur ou équivalent à celui engendré par la tomate française pour 12 indicateurs sur 16,
dont un impact beaucoup plus important pour les catégories de toxicité humaine, d‘eutrophisation
marine, d‘écotoxicité aquatique et d‘épuisement des ressources minérales, fossiles et renouvelables.
La production française quant à elle possède un impact plus important pour les catégories
d‘épuisement de la couche d‘ozone, de radiations ionisantes et d‘eutrophisation des eaux douces.

Cependant, n‘ayant pas accès au détail de l‘itinéraire technique utilisé dans l‘ACV de la
tomate française d‘Agribalyse, nous ne pouvons pas émettre de conclusion pouvant expliquer ces
résultats. De plus, ne disposant pas de résultats normalisés, il n‘est pas possible de classer les
impacts et de comparer les classements entre les deux productions. Les résultats n‘étant pas
aberrants, cette comparaison avec l‘étude Agribalyse nous permet de valider notre itinéraire technique
pour la culture de la tomate sous serre non chauffée en Tunisie.

4. Comparaison culture en plein champ/sous serre

Suite à nos ACV des cultures de tomate en plein champ et sous serre non chauffée, il nous a paru
judicieux d‘effectuer une étude comparative des impacts environnementaux de chacune des deux

32
filières. Le tableau suivant présente les valeurs des différentes catégories d‘impact pour chacune des
deux filières :

Tableau 6: Valeurs des impacts sur l'environnement de la production de tomate en plein champ et sous serre
Tomate, Tomate,
conventionnelle, conventionnelle,
Impact category Unit
sous serre non plein champ,
chauffée, Tunisie Tunisie

Climate change kg CO2 eq 0,312 0,108

Ozone depletion kg CFC-11 eq 5,96E-09 2,83E-09

Human toxicity, cancer effects CTUh 4,28E-08 5,41E-09

Human toxicity, non-cancer effects CTUh 1,06E-06 1,04E-07

Particulate matter kg PM2.5 eq 1,41E-04 1,08E-04

Ionizing radiation HH kg U235 eq 1,17E-02 4,01E-03

Ionizing radiation E (interim) CTUe 3,56E-08 1,35E-08

Photochemical ozone formation kg NMVOC eq 7,66E-04 2,70E-04

Acidification molc H+ eq 1,87E-03 2,85E-03

Terrestrial eutrophication molc N eq 5,99E-03 1,17E-02

Freshwater eutrophication kg P eq 5,72E-05 1,98E-05

Marine eutrophication kg N eq 8,02E-03 2,34E-04

Freshwater ecotoxicity CTUe 3,03E+01 7,92E+00

Land use kg C deficit 2,48E-01 1,13E+00

Water resource depletion m3 water eq 8,75E-02 3,53E-02

Mineral, fossil & renewable resource


kg Sb eq 5,09E-04 4,82E-05
depletion

Les valeurs des impacts sont du même ordre de grandeur pour chaque catégorie. Cela
montre une certaine cohérence dans les valeurs trouvées, et cela nous laisse penser que les
itinéraires techniques choisis sont cohérents. Le graphique suivant représente la valeur de l‘indicateur
du scénario le moins impactant en fonction de la valeur de l‘indicateur du scénario le plus impactant
(le scénario le plus impactant vaut 100%):

33
Figure 13 : Comparaison des impacts des productions de tomate de plein champ et sous serre

A première vue, c‘est la production de tomate sous serre non chauffée qui est la plus
impactante pour la plupart des indicateurs. En effet, ce type de production a l‘impact le plus important
pour tous les indicateurs à l‘exception de l‘acidification terrestre, l‘eutrophisation terrestre et
l‘occupation des terres.

Concernant l‘occupation des sols, il paraît logique au vu des hypothèses de travail que la
culture en plein champ soit plus demandeuse d‘espace que la culture sous serre. L‘acidification des
sols étant essentiellement due aux émissions des composés soufrés et azotés, il apparaît logique que
la majeur partie des impacts sur l‘acidification et l‘eutrophisation terrestre soit due à la culture de
tomate en plein champ ; en effet, les doses d‘engrais azotés appliquées (dont l‘urée) sont bien plus
importantes pour la culture de tomate en plein champ que pour la culture de tomate sous serre.

De plus, la différence majeure entre les itinéraires techniques de la culture de la tomate sous
serre et la culture en plein champ est la construction de la serre. Au vu de la grande similarité des
itinéraires techniques entre les deux types de production, et des résultats de l‘ACV de la culture de
tomate sous serre non chauffée, cela nous laisse penser que c‘est la construction de la serre qui fait la
différence dans la caractérisation des impacts entre les deux filières, notamment pour les impacts sur
la toxicité humaine, l‘eutrophisation et l‘écotoxicité aquatique et l‘épuisement des ressources
minérales, fossiles et renouvelables.

En conclusion, de par l‘importance des impacts liés à la construction de la serre, c‘est la


production d‘un kg de tomate sous serre non chauffée qui a le plus d‘impacts sur l‘environnement par
rapport à la production d‘un kg de tomate en plein champ.

34
5. Caractérisation des impacts environnementaux de la filière de
transformation de tomates en double concentré

Les impacts de la production d‘une boîte de double concentré de tomate en boîte métallique
de 400g, obtenus avec les méthodes ILCD LCIA 2011 mid-points, sont présentés dans la figure
suivante. La fabrication de la boîte métallique est clairement l‘étape de la filière la plus impactante. Au
second rang, c‘est l‘énergie consommée pour la production de vapeur, utilisée en grande partie par
l‘évaporateur triple effet qui a un impact considérable, suivie du traitement des eaux de procédés
(lavage des tomates et refroidissement des machines). Enfin, la dernière composante dont l‘impact est
significatif dans la filière est l‘électricité basse tension utilisée pour le fonctionnement des machines.

La fabrication de la boîte de conserve

Excepté pour l‘indicateur de changement climatique, de dégradation de la couche d‘ozone et


d‘eutrophisation marine, la boite métallique contribue à au moins 40% des impacts et représente
jusqu‘à 95% des impacts sur la toxicité humaine avec effets cancérigènes et 80% des impacts sur la
toxicité humaine sans effets cancérigènes. Elle joue également un rôle considérable (85%) sur
l‘épuisement de la ressource en eau.

Grâce à la base de données Ecoinvent, nous avons réussi à mieux caractériser l‘origine des
impacts. En effet, la phase de fabrication de l‘acier inoxydable brut et la phase de manufacture
comptent pour autant dans les impacts mais c‘est la production de l‘énergie (en grande partie d‘origine
électrique) nécessaire à ces deux étapes, qui causent les effets les plus dommageables quels que
soient les indicateurs considérés. En effet, l‘acier inoxydable des boîtes métalliques que nous avons
considéré, est un alliage utilisant de l‘acier, du chrome et du nickel ce qui nécessite la prise en compte
de nombreuses étapes d‘extraction et d‘usinage, contribuant chacune fortement à l‘émission de
substances polluantes. Il faut également préciser que d‘une manière générale, la fabrication de boîtes
métalliques induit des émissions vers l‘environnement de GES et de nombreux métaux plus ou moins
nocifs tels que le mercure, le zinc, le cuivre, l‘étain, le nickel etc.

35
Figure 14 : Etude d'impact de la production de concentré de tomate

36
Il est important de préciser que nous avons choisi de réaliser l‘ACV d‘une boîte de conserve
de DC de tomate car cela nous apparaissait le mode de conditionnement le plus utilisé. Ces résultats
sont en accord avec les résultats de l‘ACV de la transformation de tomate réalisée dans le cadre du
projet ANR FLONUDEP (Promotion de filières s‘inscrivant dans le développement durable à travers un
outil d‘aide à la décision combinant durabilité environnementale, qualité nutritionnelle, aspects socio-
économiques, http://flonudep.iamm.fr/) qui confirment que la boîte de conserve était l‘élément le plus
impactant.

Il apparait donc clair que s‘orienter vers un autre mode de conditionnement (brick TetraPak®
par exemple) pourrait être plus avantageux pour réduire les impacts sur l‘environnement. Ceci devrait
être confirmé grâce à l‘ACV comparative afin de caractériser tous les impacts de ces différents modes
de conditionnement.

La production de vapeur

La production de vapeur est particulièrement impactant sur le changement climatique (57%) et


la dégradation de la couche d‘ozone (72%). L‘énergie nécessaire à la production de vapeur est
impactant de par l‘utilisation de ressources fossiles, les infrastructures nécessaires au traitement, les
émissions (principalement des GES) lors des phases d‘extraction, de traitement et de transport.

Dans notre cas, il est important de rappeler que nous avons utilisé la production européenne
de vapeur disponible dans la base Ecoinvent, puisque le mix énergétique utilisé est constitué à 76%
de gaz naturel, ce qui correspond assez bien au cas de la Tunisie. Certes, cette approximation ne
traduit pas complètement la production Tunisienne de vapeur mais elle reste bien meilleure que
considérer la production globale, basée en grande partie sur la combustion du pétrole.

Le traitement des eaux de process

Une grande quantité d‘eau est utilisée pour le refroidissement des machines de la ligne de
production mais aussi pour le lavage des tomates. C‘est sur l‘eutrophisation marine que ce procédé a
le plus d‘impacts puisqu‘il représente près de 50% des impacts totaux.

Nous avons utilisé le procédé de traitement des eaux d‘une usine de traitement d‘amidon de
pomme de terre par simplification. Cette hypothèse est très certainement réductrice et mériterait d‘être
ajustée. Néanmoins, même si la proportion des impacts dus au traitement pourrait être modifiée,
l‘origine des impacts reste identique. En effet, lors du traitement des eaux et des étapes associées
(comme l‘incinération ou l‘épandage des boues), il se produit des émissions vers l‘environnement
(principalement dans l‘eau) de nombreuses molécules, telles que de l‘ammoniac, des nitrates, le
méthane, l‘aluminium, du carbone organique dissout etc.

L’énergie électrique

L‘impact de l‘électricité utilisée dans la transformation représente 10% de l‘impact total sur le
changement climatique. Ce type d‘énergie est impactant de par l‘utilisation de gaz naturel qui est une
énergie fossile, mais également de parles infrastructures nécessaires au traitement, les émissions lors
des phases d‘extraction, de traitement et de transport, constituées principalement de GES, de
particules fines, d‘éléments soufrés etc.

Nous rappelons également que nous avons reconstitué et utilisé le mix électrique Tunisien
basé à 65% sur la combustion du gaz naturel.

Les autres éléments de l‘ACV ne participent que très peu aux différents impacts, nous avons
fait le choix de ne pas les détailler.

37
Cette analyse d‘usine complète de transformation de tomates en double concentré nous permet de
mettre en évidence :

-La phase de fabrication des boîtes de conserve a un impact marqué pour tous les indicateurs, en
particulier pour les indicateurs de toxicité (humaine, des écosystèmes et de l‘environnement).

-L‘impact énergétique imputé à la production de vapeur n‘est pas négligeable surtout en termes de
changement climatique et de dégradation de la couche d‘ozone.

-L‘usine est très fortement consommatrice en eau, qu‘il faut traiter en sortie. Ce traitement engendre
des dommages à tous les compartiments considérés (tous les indicateurs).

6. Comparaison de la production de tomate de plein champ avec la


production de concentré

Nous réalisons ici l‘étude d‘impact de la filière tomate d‘industrie complète, allant du semis de
tomate à la boîte de conserve. Le but est d‘évaluer l‘impact de la culture de la tomate par rapport à
l‘impact de la conserverie dans la filière entière. Le calcul des impacts se fait en utilisant la méthode
ILCD 2011 Midpoint. Les résultats de l‘étude d‘impact sont présentés dans la figure suivante :

Figure 15: Caractérisation des impacts de la filière de production de double concentré de tomate

Pour produire du double-concentré pendant un an dans l‘usine décrite auparavant, il faut


approvisionner l‘usine avec 1200 tonnes de tomates cultivées en plein champ par jour et ce, pendant
77 jours de fonctionnement.

38
A première vue, la phase de transformation est responsable de plus de 50% de l‘impact total
pour 9 indicateurs sur 16 (changement climatique, épuisement de la couche d‘ozone, toxicité humaine
cancérigène, émission de particules, radiations ionisantes, eutrophisation des eaux douces et
marines, épuisement de la ressource en eau).

Pour les indicateurs non-cités (7 indicateurs sur 16), c‘est la phase de production des tomates
en plein champ qui est responsable de plus de 50% des impacts. Pour les indicateurs d‘eutrophisation
terrestre et d‘occupation des sols, la production des tomates est même responsable de 85% de
l‘impact total, ce qui s‘explique par la grande surface nécessaire à la culture de 92000 tonnes de
tomates, ainsi que par les émissions dues à la fertilisation. De plus, d‘après les résultats précédents,
les impacts liés à la production de tomate en plein champ sont essentiellement dus à la production et
à l‘épandage des fertilisants.

Les impacts causés par la phase de production de double-concentré sont essentiellement dus
à la production des boîtes de conserves, de même que dans l‘analyse faite précédemment. Mais sur
toute la phase de production, de la semence à la boîte de conserve, la production de la boîte possède
un impact non négligeable pour tous les indicateurs, pouvant atteindre jusqu‘à 85% de l‘impact total
sur la toxicité humaine cancérigène. Globalement, l‘impact de la fabrication de la boîte de conserve
est supérieur à celui généré par la production de tomates en plein champ pour la moitié des
indicateurs.

Cette analyse de la filière complète de la production de double concentré nous permet de mettre en
évidence :

- La phase de production des tomates en plein champ, et surtout la fertilisation de celles-ci est
responsable de près de la moitié de l‘impact total pour la moitié des indicateurs.

- L‘impact généré par la fabrication de la boîte de conserve peut être supérieur à celui généré
par la production en plein champ pour la moitié des indicateurs.

IV. Approfondissements de la démarche et réflexions sur les


indicateurs environnementaux à intégrer dans la base de
données Medina
Dans cette partie, nous commenterons les limites et procéderons à une analyse critique du
travail réalisé. Puis, comme demandé par le commanditaire, nous nous focaliserons sur cinq
indicateurs qui nous semblent pertinents d‘approfondir dans le cadre de l‘évaluation environnementale
du projet Medina. A partir de l‘inventaire des données et méthodes existantes, nous tenterons de
proposer des alternatives à l‘ACV, permettant d‘estimer l‘impact environnemental des aliments
essentiels du régime alimentaire méditerranéen.

1. Limites et analyse critique

Tout d‘abord, notre travail est réalisé au début du projet Médina, qui a commencé courant
2013. Les résultats obtenus vont permettre de définir une démarche à suivre dans le projet afin de
réaliser une évaluation environnementale de productions agricoles Méditerranéennes. Aucune donnée
terrain n‘étant disponible pour le moment concernant la Tunisie, les trois ACV ont donc été
entièrement réalisées à partir de données bibliographiques.

Ainsi, l‘ensemble des données sélectionnées, bien que choisies pour leur pertinence, ne
traduisent peut être pas la réalité. Par exemple, pour l‘itinéraire technique de la tomate sous serre,
nous avons choisi celui recommandé par l‘Agence de Promotion des Investissements Agricole (APIA)

39
de Tunisie. Cet itinéraire ne représente pas nécessairement celui appliqué en conditions réelles. Il en
est de même pour l‘itinéraire technique de la tomate cultivée en plein champ. Concernant les doses
des produits phytosanitaires, nous avons choisi de prendre en compte les recommandations du
Ministère Français de l‘Agriculture, de l‘Agroalimentaire et de la Forêt. Ces recommandations ne sont
pas nécessairement les mêmes qu‘en Tunisie et ne sont pas forcément respectées non plus.

Concernant les données énergétiques Tunisiennes, nous avons déjà abordé le fait qu‘elles ne
sont pas disponibles dans la base de données Ecoinvent, c‘est pourquoi nous avons essayé de
toujours utiliser les données disponibles les plus pertinentes (production de vapeur, traitement des
eaux de process, etc.). Nous rappelons également que nous avons créé et utilisé le mix énergétique
Tunisien afin de réduire considérablement les erreurs commises en prenant en compte le mix
énergétique d‘un autre pays.

Notre ACV de transformation de tomates en DC, présente quelques limites. Par soucis de
simplification, nous avons fait l‘hypothèse que l‘usine ne conditionnait le DC uniquement en boîtes
métalliques ½ (environ 400g) alors que bien souvent, la première phase est un conditionnement en
fûts métalliques de 200 litres, puis, une ligne de reconditionnement permet d‘obtenir des boîtes
métalliques de contenance plus petite.

Nous avons eu beaucoup de difficultés à répertorier les données exactes concernant le détail
de l‘usine, des machines et de la consommation énergétique. Il est important de préciser que nous
avons parfois fait des hypothèses concernant le poids des machines car nous ne trouvions pas de
données, mais compte tenu des résultats et du faible impact de la ligne de machines, nous n‘avons
pas cherché à affiner ces hypothèses.

Malgré les nombreuses hypothèses qui ont été nécessaires pour la réalisation de ces ACV, ce
travail permet de donner la démarche à suivre pour évaluer l‘impact environnemental d‘un produit
Méditerranéen et de sa transformation. Les premiers résultats obtenus donnent un ordre d‘idée de
l‘origine des principaux impacts environnementaux. De plus, que ce soit pour la production de tomate
(sous serre non chauffée ou de plein champ) ou bien la transformation en double concentré, nos
résultats se rapprochent de ceux du projet Flonudep (Promotion de filières s‘inscrivant dans le
développement durable à travers un outil d‘aide à la décision combinant durabilité environnementale,
qualité nutritionnelle, aspects socio-économiques) dans lequel l‘impact environnemental de la culture
de la tomate au Maroc a été évalué ainsi que sa transformation en double concentré.

Cependant, pour une poursuite du projet et pour une amélioration de l‘évaluation


environnementale des filières alimentaires, il serait pertinent de faire des études plus approfondies sur
les phases de transport entre le champ et l‘usine de transformation, ainsi que jusqu‘au point de vente
(France ou Tunisie). Il serait également très pertinent de réaliser une estimation des pertes tout le long
de la filière du champ jusqu‘au consommateur, et d‘en tenir compte pour l‘évaluation
environnementale.

L‘utilisation de la méthode ILCD 2011 Midpoint, issue d‘un consensus européen, présente
également des limites quant aux interprétations. En effet, les résultats que nous avons obtenus pour
chaque indicateur ne sont pas normalisés et ne permettent donc pas de comparer les indicateurs
entre eux. Cette normalisation aurait été possible, cependant sa justification aurait été délicate car
aurait nécessitait des partis-pris importants. L‘analyse des impacts entre les différents indicateurs
n‘étant pas un élément clé de notre projet, nous avons donc choisi de ne pas effectuer une étape de
normalisation. Néanmoins, au vu des objectifs fixés par le projet Médina, nous proposons dans la
partie suivante une sélection d‘indicateurs qui nous paraitrait pertinente d‘inclure à la base de
données du projet Médina.

40
2. Recommandations

Suite à nos analyses, nous proposons cinq indicateurs sur lesquels nous estimons qu‘il serait
nécessaire de se concentrer. Les cinq indicateurs sélectionnés sont les suivants :

 L’épuisement de la ressource en eau

Dans le cadre de notre projet, notre commanditaire nous a confié sa volonté de se concentrer
sur la question de la ressource en eau. C‘est pourquoi nous pensons que cet indicateur est
primordial. De plus, le prélèvement d‘un mètre cube d‘eau n‘a pas le même impact selon le
pays où il est prélevé. En effet, un prélèvement réalisé en Tunisie, à proximité de la ville de
Sidi Bouzid où le water stress index (WSI) (Pfister et al., 2009) est égal à 1, c‘est-à-dire que
toute l‘eau est évapotranspirée et donc non disponible hydrologiquement, n‘aura pas le même
impact qu‘un prélèvement réalisé en région PACA ou LR (valeurs du WSI de 0,2161 à 0,9995
pour la région PACA et de 0,0512 à 0,995 également pour la région Languedoc Roussillon).
Le détail du WSI ainsi que d‘autres méthodes de calcul de l‘empreinte eau sont aussi
disponibles en annexe 7. Ces indicateurs sont de type quantitatif, et ne prennent pas en
compte la qualité de l‘eau, d‘où la nécessité de proposer d‘autres indicateurs.

 Changement climatique

Cet indicateur est dû à l‘émission de gaz à effet de serre. Il est important de le prendre en
compte car, au cours des différentes étapes de la culture et de la transformation en double
concentré, de nombreux gaz sont émis (CO2, NO2, N2O, etc.). De plus, à l‘heure actuelle, il est
difficile de parler d‘impact sur l‘environnement sans aborder le changement climatique lié à
l‘émission de gaz à effet de serre (Protocole de Kyoto).

 Toxicité (humaine et écotoxicité)

Nous proposons de prendre en compte l‘ensemble des indicateurs de toxicité (humaine ou


écologique). En effet, dans la mesure où le projet Médina souhaite valoriser l‘alimentation
méditerranéenne au travers de la qualité nutritionnelle, il parait nécessaire de considérer à la
fois l‘impact en termes de toxicité de la production des aliments agricoles, sur la santé
humaine et sur l‘environnement.

 Eutrophisation (marine, eau douce et terrestre)

Comme précisé avec l‘indicateur « épuisement de la ressource en eau », le focus doit être fait
sur la ressource en eau, autant d‘un point de vue quantitatif que qualitatif. Il nous semble donc
nécessaire de prendre en compte l‘eutrophisation aquatique, marine et terrestre. De plus,
dans les systèmes de cultures ainsi que dans la production de concentré, de nombreuses
molécules participant à l‘eutrophisation des milieux sont émises via les processus de
fertilisation et d‘application de produits phytosanitaires.

Pour les indicateurs énoncés précédemment, il est actuellement impossible de les déterminer
sans réaliser une ACV. Néanmoins, nous considérons qu‘il est nécessaire de prendre en compte ces
indicateurs dans la cadre d‘un projet de développement durable de systèmes alimentaires.

Il n‘est pas difficile de concevoir que deux productions agricoles dont l‘itinéraire de culture est
proche auront des impacts semblables. C‘est pourquoi nous pensons que l‘ACV réalisée pour la
tomate, pourrait servir de base pour évaluer l‘impact d‘autres productions maraichères, à condition de
vérifier que leurs cultures sont proches. Il est important de rappeler que nous avons considéré la
culture plein champ et la culture sous serre non chauffée ce qui permet de couvrir une plus grande

41
diversité de cultures maraichères. Ainsi, nous pouvons considérer qu‘en utilisant ces deux ACV, il est
possible d‘estimer l‘impact d‘un grand nombre de cultures maraîchères.

Afin de couvrir la diversité des filières agricoles Tunisiennes, nous pensons que réaliser une
ACV type pour chacune des filières agricoles dominantes en Tunisie, à savoir le maraîchage (culture
de tomate), l‘élevage (élevage bovin ou ovin), l‘arboriculture (culture d‘olives) et les grandes cultures
(culture de blé dur), permet d‘obtenir une estimation quelque peu grossière de l‘impact
environnemental de centaines de produits agricoles. Nous sommes conscients que cette méthode
parait coûteuse en temps, mais elle nous est apparue comme un bon compromis pour intégrer
l‘aspect environnemental dans un projet de promotion de systèmes alimentaires durables.

Enfin, compte tenu de l‘importance de la fertilisation dans les résultats d‘ACV de la tomate,
nous pensons que quelle que soit la culture considérée (principalement en culture maraîchère), ce
poste aura un impact important. C‘est pourquoi, il parait essentiel d‘élaborer des leviers d‘actions pour
contrôler l‘usage des intrants et des produits phytosanitaires. Promouvoir des solutions techniques
plus respectueuses de l‘environnement au travers du cadre législatif ou grâce à des conseillers
agricoles ou des formations aux agriculteurs, pourrait être une solution à envisager pour le maintien
de la qualité de l‘environnement (santé, eau, ressources etc.)

Conclusion
A l‘heure où des exigences légales se développent, visant à intégrer la prise en compte des
impacts de tout produit sur l‘environnement, les attentes des consommateurs, désireux de se procurer
des produits plus respectueux de l‘environnement, ont également évolué. De plus, parmi toutes les
activités humaines qui ont un impact sur l‘environnement, la fonction alimentaire est primordiale et
tend à augmenter dans les années à venir, pour assurer les besoins alimentaires d‘une population
mondiale croissante. Ainsi, évaluer les effets de nos modes de production et de consommation sur
l‘environnement devient indispensable à la mutation de nos systèmes alimentaires. Les effets globaux
comme l‘effet de serre, mais aussi ceux plus locaux comme l‘écotoxicité, l‘eutrophisation, ou encore
l‘épuisement de la ressource en eau sont à considérer. C‘est dans ce contexte que le projet Medina se
donne l‘objectif de promouvoir des systèmes alimentaires méditerranéens durables.

La méthodologie Analyse de Cycle de Vie (ACV) est un outil d‘évaluation des impacts
environnementaux de n‘importe quel produit ou processus. Cette méthode globale et multicritères, est
désormais une référence internationale, standardisée par la norme ISO 14044 de 2006 et fait l‘objet
d‘un consensus européen au travers de la méthode ILCD 2011. L‘ACV connait une montée en
puissance puisqu‘elle considère un grand panel d‘impacts tels le bilan Carbone®, mais aussi les rejets
de substances toxiques pour l‘homme, les risques d‘eutrophisation des eaux, la consommation en
énergies fossiles ou encore la consommation en eau.

L‘objectif de l‘étude était de réaliser l‘ACV d‘une production agricole Tunisienne, base de
l‘alimentation de la population locale (source : Ministère du commerce et de l‘artisanat Tunisien, 2011)
la tomate. Trois scénarios de production ont été envisagés, à savoir la production de tomate sous
serre non chauffée, la production de tomate industrielle de plein champ et enfin, la production d‘une
boîte de conserve de double concentré. Nous avons centré notre étude sur les étapes de la culture au
champ et de la transformation. Un travail bibliographique a été effectué afin de mieux connaître cette
culture, de déterminer les itinéraires techniques adéquats et le procédé de transformation. L‘analyse
faite repose sur un certain nombre d‘hypothèses et de choix méthodologiques qui sont explicités dans
le rapport, et qui doivent être pris en compte pour la réalisation d‘ACV d‘autres productions
méditerranéennes. L‘ACV a permis de dégager les principaux postes générant un impact sur
l‘environnement : il s‘agit de la production des engrais minéraux, et de leur épandage mais aussi de la
phase d‘usinage de l‘acier pour les boîtes de conserve. Ces impacts sont prédominants par rapport à
ceux des opérations culturales, de la consommation énergétique ou des produits phytosanitaires.

42
Bien que la méthode ACV ait été appliquée dans cette étude, il convient de garder à l‘esprit
que celle-ci n‘est pas exhaustive et ne prétend pas faire référence en ce qui concerne l‘analyse de la
tomate en Tunisie. Les principaux choix méthodologiques ont été décrits aussi précisément que
possible afin de ne pas laisser d‘ambiguïté si cette étude devait servir de base à de futurs travaux. Le
manque d‘études menées sur le terrain en Tunisie est susceptible de limiter la précision des résultats
obtenus et ne permet pas réellement de comparer finement ces résultats avec d‘autres cultures de
tomate. Il faut aussi être conscient des limites liées à la méthode ACV en elle-même, la principale
étant le manque de connaissances sur les impacts (en particuliers sur l‘environnement et la santé
humaine). De plus, il faut être conscient que l‘ACV est une méthode à la fois coûteuse et
chronophage. Dans le cadre du projet Médina, il est envisagé d‘évaluer l‘impact environnemental
d‘une centaine de produits, il est donc nécessaire d‘envisager d‘autres approches.

Une étude prospective a été réalisée afin de mieux cerner les données ou outils disponibles
pour établir une méthodologie capable de réaliser l‘évaluation environnementale d‘un grand nombre
de productions agricoles méditerranéennes. Cette étude a montré que l‘ACV reste actuellement l‘outil
le plus complet et abouti en termes de résultats mais n‘est pas réalisable dans le cadre du projet
Medina. Nous avons réalisé que des méthodes d‘analyse uni-critère, plus facilement appréhendables
que l‘ACV se développent. Nous avons en particulier retenu le Water Stress Index, qui traduit la
disponibilité en eau douce, compte tenu de l‘enjeu de l‘eau en climat Méditerranéen. Néanmoins, les
outils identifiés ne prennent en compte que l‘aspect quantitatif.

La considération de la qualité de vie et des milieux est une nécessité dans le cadre d‘un projet
de promotion de systèmes alimentaires durables ; c‘est pourquoi nous préconisons une méthode
basée sur la réalisation de quelques ACV type, capables d‘obtenir une estimation de l‘impact
environnemental de productions telles que maraichage, arboriculture, grandes cultures et élevage.
Ces données seront à intégrer dans la base de données du projet Medina et pourront être croisées
avec des données nutritionnelles.

43
44
Bibliographie
Ademe. Note de présentation du programme Agri-BALYSE- Réalisation d‘une base de données
publique d‘Analyse de Cycle de vie (ACV) des produits agricoles - 2010 – 2012. 6 pages

Ademe. Introduction à l’analyse de cycle de vie. Note de synthèse : mai 2005

Agence de promotion des investissements agricoles. Les cultures maraîchères sous abris.20 p.
Dernière consultation le 19/02/2014. Adresse URL: http://www.apia.com.tn/pdf/abri.pdf

Audsley, E. et al. (2003). Harmonization of environmental life cycle assessment for agriculture.Final
report.Community Research and Technological Development Program in the field of ―Agriculture and
Agro-Industry, including Fisheries‖.CommissionEuropéenne.107p.

Basset-Mens, C., Van der Werf, H.M.G, Robin, P., Morvan, Th., Hassouna, M., Paillat,
J.-M., Vertès, F. (2007). Methods and data for the environmental inventory of contrasting
pig production systems. Journal of Cleaner Productions 15 (2007). pp 1395-1405.

Bentrup, F., Küsters, J., Lammel, J., (2000). Methods to estimate on-field nitrogen
emissions from crop production as an input to LCA studies in agriculture sector.
International Journal of Life Cycle Assessment.

Bohuon P., (2013). TD « Flow sheet » - Bilans matière et énergie au niveau d‘un procédé de
fabrication de concentré de tomate, Génie des procédés agroalimentaires.

Chaux C.,Foury C., (1994). Productions Légumières. Tome 3 : Légumineuses potagères - Légumes
fruits. Coll. « AGRICULTURE D'AUJOURD'HUI : Sciences, Techniques, Applications ».Tec & Doc.
Lavoisier, Paris, France. 563 p

European centre for ecotoxicology and toxicology of chemicals (ECETOC), July 1994.Technical report
n°62, Ammonia emissions to air in Western Europe.210p.

European Commission-Joint Research Centre - Institute for Environment and Sustainability:


International Reference Life Cycle Data System (ILCD) Handbook- Recommendations for Life
Cycle Impact Assessment in the European context. First edition November 2011.EUR 24571
EN. Luxemburg. Publications Office of the European Union; 2011

FAO, (1995).Fruit and vegetable processing -Appendix IV - Complete units and various equipment and
material for fruit and vegetable processing.

Fenco Food Machinery, fournisseur de machines de transformation agroalimentaire. Dernière


consultation le 14/02/2014. Adresse URL : http://www.fenco.it/index.asp?lang=eng.

FranceAgriMer. (2010). La tomate. Bilan de la campagne 2009. Dernière consultation le


25/02/2014. Adresse URL :
http://www.franceagrimer.fr/content/download/8975/57233/file/Bilan_campagne_TOMATE_2009.pdf

Frischknecht, R., Steiner, R., Jungbluth, N. (2009). The Ecological Scarcity Method - Eco-Factors
2006: A method for impact assessment in LCA. Umwelt-Wissen Nr. 0906. Swiss Federal Office for the
Environment (FOEN), Bern. 4p.

GIEC (2006). Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux des gaz à effet de serre,
préparé par le Programme pour les inventaires nationaux des gaz à effet de serre Volume 4 Chapitre
11. [Eggleston H.S., Buendia L., Miwa K., Ngara T. et Tanabe K. (éds)]. Publié : IGES, Japon.

45
Groupement Interprofessionnel des Légumes. Dernière consultation le 19/02/2014.
AdresseURL :http://www.gil.com.tn.

Guinée JB. et al. (2002). Handbook on life cycle assessment : Operational guide to the ISO standards.
Series: ecoefficiency in industry and science. Kluwer, Dordrecht, Netherlands. 544p

Holland FarmingCameroonSarl.Conduite de la culture de la tomate Rio Grande


(Lycopersicumesculentum). Dernière consultation le 17/02/2014. Adresse URL :
http://www.holfarcam.com/telechargements.php.

Huat, J. (2006). Facteurs limitatifs du rendement de la tomate industrielle en périmètres irrigués au


Nord-Sénégal. Cahiers agricultures Vol. 15, n°3, mai-juin 2006.

JBT FoodTech, Tomato and fruit processing system. Année non référencée.

Jolliet, O., Saade, M., Crettaz, P., Shaked, S. Analyse du cycle de vie. Comprendre et
réaliser un éco-bilan, 2ème édition mise à jour et augmentée. Presses Polytechniques et
Universitaires Romandes, 2010.

Köllner T., (2001). Land use in product life cycles and its consequences for ecosystem quality. Difo-
Druck GmbH, Bamberg. Universität St. Gallen, HochschulefürWirtschaftsRechts- und
ozialwissenschaften (HSG), St. Gallen. 237p

Llorenc M. et al (2008). Assessing freshwater use impacts in lca: part i - inventory modelling and
characterisation factors for the main impact pathways. Int J Life Cycle Assess Doi 10.1007/s11367-
008-0030-z. 15 p.

Loubier, S. (2003). Gestion durable des aménagements d’hydraulique agricole : conséquences sur la
tarification et les politiques publiques en hydraulique agricole. Thèse d‘économie du développement
agricole, agro-alimentaire et rural, Université de Montpellier I, Cemagref, Montpellier, France.

Ministère de l‘Agriculture, de l‘Agroalimentaire et de la Forêt. Catalogue des produits


phytopharmaceutiques et de leurs usages des matières fertilisantes et des supports de culture
homologués en France. Dernière consultation le 17/02/2014. Adresse URL : http://e-
phy.agriculture.gouv.fr/

Nemecek, T. &Kägi, T. (2007).Life Cycle Inventories of Swiss and European Production systems. Final
report EcoInvent V2.0 No. 15a. AgroscopeReckenholz-Taenikon Research Station ART. Swiss Center
for Life Cycle Inventories, Zürich and Dübendorf, CH.

OECD (2004). Key environmental indicators, OECD Environment Directorate. Paris. Lien URL:
http://www.oecd.org/dataoecd/32/20/31558547.pdf. 38p.

Pfister S.(2009), Koehler A., Hellweg A.. Assessing the environmental impacts of freshwater
consumption in LCA. Eth Zurich, Institute Of Environmental Engineering, 8093 Zurich, Switzerland,
2008. (Environmental science & technology / vol. no. 11, 2009). 43p

Raskin P., Gliek P., Kirshen P., Pontius G., Strzepek K. (1997). Water futures: assessment of long-
range patterns and problems. Swedish Environment Institute/United Nations, Stockholm. 77p

Ridoult B. Development and application of a water footprint metric for agricultural products and the
food industry . Sustainable Agriculture National Research Flagship Private Bag 10, Clayton, Victoria
3169, Australia, 2011. 10 p.

Roux,P. (2013). Inventaire serre multi-chapelle plastique. 3 p.

46
Slama, F. et Al. (2004). Pratiques d’irrigation et rôle du drainage pour le contrôle de la salinité : cas du
périmètre irrigué de KalaatLandelous en Tunisie. Projet INCO-WADEMED, Actes du Séminaire
Modernisation de l‘Agriculture Irrigué, Rabat, du 19 au 23 avril 2004.

Server, société anonyme totalement exportatrice, faisant partie du groupe Cotugrain. Dernière
consultation le 19/02/2014. Adresse URL : http://www.server-tn.net/fr/accueil.html

Shanghai Triowin Automation Machinery Limited, fournisseur Chinois de machines de transformation


agroalimentaire. Dernière consultation le 14/02/2014. Adresse URL:
http://www.triowinpropack.com/index.aspx.

Smakhtin V., Revenga C., Döll P. (2004). Taking into account environmental water requirements in
global-scale water resources assessments. Comprehensive Assessment Report 2. 26p.

STEG, Société Tunisienne de l‘Energie et du Gaz. Dernière consultation le 17/02/2014.Adresse URL :


http://www.steg.com.tn/fr/institutionnel/produire.html.

Tucal, Société Tunisienne de transformation de double concentré de tomate. Dernière consultation le


13/02/2014. Adresse URL : http://www.tucal.tn/societe.php.

Zhang L., Dawes WR., Walker GR. (1999) Predicting the effect of vegetation changes on catchment
average water balance. Technical Report 99/ 12. Cooperative Research Centre for Catchment
Hydrology. 35p.

47
48
Liste des annexes
- Annexe 1 : Description des indicateurs ILCD LCIA Midpoints.
- Annexe 2 : Ensemble des hypothèses pour la construction de l‘arbre des flux de l‘ACV de la
culture de tomate de plein champ.
- Annexe 3 : Ensemble des hypothèses pour la construction de l‘arbre des flux de l‘ACV de la
culture de la tomate sous serre non chauffée.
- Annexe 4 : Calcul des émissions liées à la fertilisation et aux traitements phytosanitaires
- Annexe 5 : Inventaire des flux pour la production annuelle (77 jours) de double concentré de
tomate dans une usine de transformation Tunisienne.
- Annexe 6 : Description du procédé de transformation des tomates en double concentré.
- Annexe 7 : Indicateurs développé pour l‘impact eau en analyse de cycle de vie.

49
50
Annexe 1 : Description des indicateurs ILCD LCIA Midpoints
La méthode ILCD LCIA 2011 comprend 16 indicateurs d‘impacts midpoints que nous nous
proposons de détailler ici :

1 – Climate change / Le changement climatique : forçage radiatif exprimé par le potentiel de


Réchauffement Climatique (GWP) exprimé grâce au modèle de base du GIEC pour 100 ans. IPCC
2007.

2 – Ozone depletion / Destruction de la couche d‘ozone : potentiel de destruction d'ozone (ODP)


calculé sur la couche d'ozone stratosphérique durant 100 ans. World MeteorologicalOrganization
(WMO) 1999.

3 –Humantoxicity, carcinogenic / Toxicité humaine, les effets cancérigènes : unité de toxicité


comparative pour l'Homme (CTUh) estimant l'augmentation de la mortalité dans la population humaine
totale, exprimée par unité de masse de molécule chimique émise.

4 –Humantoxicity, non-carcinogenic / Toxicité humaine, les effets non cancérigènes : unité de toxicité
comparative pour l'Homme (CTUh) estimant l'augmentation de la mortalité dans la population humaine
totale, exprimée par unité de masse de molécule chimique émise. USEtox.

5 – Particulatematter / Particules inorganiques respiratoires : quantification de l‘impact de ces


particules en termes de mort prématurée ou de maladies au sein de la population humaine. Cela
comprend le monoxyde d‘azote, les particules en suspension (PM10 et PM2.5), y compris la création
de particules en suspension à cause de la présence de dioxydes d‘azote, de soufre et
d‘ammoniac.Rabl and Spadaro 2004.

6 –Ionizing radiations on humanhealth / Les rayonnements ionisants sur la santé humaine:


quantification de l'impact des rayonnements ionisants sur la population, par rapport à l'uranium 235.
Frischknecht et al. 2000.

7 –Ionizing radiations on ecosystems / Les rayonnements ionisants sur les écosystèmes: unité de
toxicité comparative pour les écosystèmes (Ctue) estimant la fraction potentielle d‘espèces touchées,
intégrée dans le temps et l‘espace par unité de masse d'un radionucléide émis. Ce modèle est
pertinent pour les écosystèmes aquatiques d‘eau douce. Garnier-Laplace et al. 2008.

8 –Photochemical Ozone Formation / Formation photochimique d'ozone: expression de la contribution


potentielle à ce processus, valable uniquement pour l'Europe mais prend en compte une
différenciation spatiale. Van Zelm et al. 2008.

9 –Acidification / Acidification : causée par les émissions de composés soufrés et azotés, quantifiée
par le pourcentage de la surface des écosystèmes sensibles (terrestres et aquatiques) où la charge
critique pour l‘acidification est dépassée et par le dépassement cumulé moyen. Seppälä et al. 2006
and Posch et al. 2008.

10 –Terrestrial eutrophication / Eutrophisation terrestre : dépassement cumulé où la charge cumulée


pour l‘eutrophisation des zones sensibles est dépassée. Seppälä et al. 2006 and Posch et al. 2008.

11 –Freshwater eutrophication /Eutrophisation aquatique (eau douce): estimation de la quantité de


nutriments émis, qui atteignent ce compartiment final d‘eau douce (le phosphore étant considéré
comme le facteur limitant dans l‘eau douce. ReCiPe 1.05 valide en Europe.

12 –Marine eutrophication / Eutrophisation marine : estimation de la quantité de nutriments émis, qui


atteignent ce compartiment final marin (l‘azote étant considéré comme le facteur limitant dans l‘eau de
mer). ReCiPe 1.05 valide en Europe.

51
13 –Freshwaterecotoxicity / Ecotoxicité aquatique: unité de toxicité comparative pour les écosystèmes
(Ctue) estimant la fraction potentielle d‘espèces touchées, intégrée dans le temps et l‘espace par unité
de masse d'une substance chimique émise. USEtox.

14 –Land Use / Utilisation des terres: variation du taux de matière organique du sol. Les impacts sur la
biodiversité ne sont pas pris en compte dans cet indicateur. Mila i Canals et al . 2007.

15 –Water resourcedepletion / Epuisement des ressources en eau : rareté de l‘eau douce, modèle
pour la consommation d‘eau douce. SwissEcoscarcity 2006.

16 –Mineral, fossil and renewableresourcedepletion / Epuisement des ressources minérales, fossiles


et renouvelables : quantité de ressources disponible pour un citoyen du monde. Van Oers et al. 2002.

52
Annexe 2 : Ensemble des hypothèses pour la construction de
l’arbre des flux pour l’ACV de la culture de tomate de plein
champ.

Unité fonctionnelle : produire un kilogramme de tomates issu d‘une culture en plein champ.
Rendement production : 50T/ha (source : GIL)
Récolte manuelle

Dans ce document, l‘ensemble des hypothèses est présenté par sous-partie.

1. Sous-système : production de plants en pépinière

Selon la Holland FarmingCameroon, on estime que la pépinière permet la production de 20000 à


25000 plants pour une rotation de culture.

Structure de la pépinière :

Pour l‘ensemble des matériaux nécessaires à l‘établissement de la pépinière, ceux-ci


proviennent du document fourni par le chercheur Philippe Roux de l‘UMR Information et Technologie
pour les Agro-Procédés. Ce document se nomme « Inventaire serre multi-chapelle plastique ».

Dans ce document, les estimations des divers matériaux nécessaires à l‘établissement d‘une
serre sont estimées de la manière suivante (ils ont été calculés pour une pépinière de 200 m²) :

Durée de vie :

- Structure : Théorique : 10-15 ans Pratique : 20 ans


- Couverture (films) : en moyenne 4-5 ans

Composants (matériaux) :

- Structure acier : 6.2 kg/m²


- Structure alu 0.1 kg/m²
1 2
- Couverture PE (si DPG ) 0.5 kg/m²
- Filet ombrage (PE) 0.1 kg/m²
- Béton 7.5 litres/m²

Les résultats obtenus sont présentés ci-après :

1
PE : Polyéthylène

53
Tableau 7:Quantité de matériau pour une pépinière

Matériau Quantité

Béton 1500 L

Structure acier 1240 kg

Structure aluminium 50,4 kg

Couverture en polyéthylène 100 kg

Filet ombrage en polyéthylène 20 kg

Avec ces matériaux, on obtient donc une pépinière d‘une durée de vie de 20 ans. Les
dimensions de la pépinière étant prises comme étant 8 m x 25 m. On considère la durée de vie des
couvertures en polyéthylène égale à 5 ans.

Recyclage : Nous considérons que le PE est incinéré, et les barres en acier/alu recyclées.

De plus, dans la production de plants, ceux-ci sont cultivés dans du fumier déposédans des
coffrages en bois d‘une dimension de 1*5m. Les dimensions de la pépinière étant de 8m*25m, on
dispose donc les coffrages sur 5 rangées de 25m chacune, soit un total de 25 coffrages de bois.
Chaque coffrage nécessite :
3
- Deux planches de dimensions 5*0,2*0,03 = 0,03m de bois par planche
3
- Deux planches de dimensions 1*0,2*0,03 = 0,006m de bois par planche
3
Au total, la réalisation de chaque coffrage nécessite un volume de 0,072m de bois.
3
Pour 25 coffrages, le volume total de bois nécessaire sera de 1,8m , soit 1080kg (pour une
3
densité du bois de 600kg/m )

Nous considérons également que les planches de bois peuvent être réutilisées 10 fois avant
d‘être incinérées.

Engrais et traitements phytosanitaires

Les doses d‘engrais à épandre pendant la phase en pépinière sont données par la fiche de
conduite de la culture de tomate Rio Grande donnée par Holland FarmingCameroon Sarl (fabricant de
produits phytosanitaires).

Avant le semis, il faut épandre 3 à 4 kg de fumier bien décomposé par m2, soit 15 à 20 kg par
coffrage. Comme il y a 125 m² de surface de coffrage, la quantité de fumier à épandre sera de 375 à
500kg.

Enfin, au stade 2 feuilles, pulvériser un engrais foliaire NPK 20-20-20 à raison de 50g pour
15L d‘eau. On suppose que 15L de bouillie sont suffisant pour fertiliser la pépinière à l‘aide d‘un
pulvérisateur manuel. Ainsi, les doses d‘engrais à épandre sont de 10g de N2O, 10g de P2O5 et 10g
de K2O.

L‘usage de produits phytosanitaires est également nécessaire. Les doses des traitements en
pépinière sont données par Huat (2006) pour une culture de tomate au Nord du Sénégal ayant des
rendements similaires aux rendements tunisiens :

54
- 3 applications de 2g/L d‘Acéphate (famille des organophosphorés), soit une dose totale de
90g/pépinière
- Une application de 2g/L d‘iprodione (famille des imidazoles), soit une dose totale de
30g/pépinière
- Une application de 3g/L de cuprosan : le cuprosan est un mélange de 36% de folpet et 18%
de cuivre. Les doses à appliquer sont donc de 16g de folpet et 8g de cuivre par pépinière.

L‘épandage des engrais et des produits phytosanitaires dans la pépinière se font à l‘aide d‘un
3
pulvérisateur manuel. Nous choisissons un pulvérisateur comme indiqué sur les sites de vente . Un
tel pulvérisateur possède un poids de 2kg et est essentiellement composé de plastique type
polyéthylène et un peu d‘acier. On suppose que le pulvérisateur est fait de 1,5 kg de polyéthylène et
0,5 kg d‘acier. On considère également que le pulvérisateur possède une espérance de vie de 20 ans
et que, pour une saison de culture, il est nécessaire de l‘utiliser 30 minutes. En ce qui concerne la fin
de vie du pulvérisateur, nous émettons l‘hypothèse que celui-ci est incinéré au bout de 20 ans
d‘utilisation.

2. Sous-système préparation du sol avant repiquage

On considère pour l‘ACV que tous les calculs se font pour une parcelle de 1ha pour 6 mois
dans l‘année. Pour l‘ACV, comme les impacts sont calculés pour une année, on considère que les
impacts pour 6 mois de culture de tomate sont calculés pour une parcelle de 0,5ha.

De plus, concernant le choix de la parcelle, il faut s‘assurer qu‘il n‘y ait pas eu une autre
culture de solanacées sur la même parcelle pendant les 2-3 dernières années avant de cultiver de la
tomate.

En hiver, un labour est pratiqué sur la parcelle, ainsi que deux passages de herses (machines
présentes dans Ecoinvent).

3. Sous-sytème fertilisation

Avant le repiquage des plants de tomate, il est nécessaire de procéder à une fertilisation du
sol. Ainsi les préconisations de Huat (2006), il faut épandre 250kg/ha d‘engrais 9-23-30 sur la parcelle
avant le repiquage, ce qui correspond à des apports de :

- 22,5kg/ha de N
- 57,5kg/ha de P2O5
- 75kg/ha de K2O

Ces apports et traitements phytosanitaires se font grâce à un épandeur mécanique, présent


dans la base de données de Ecoinvent.

De plus, D‘après les préconisations de Huat (2006) les doses d‘application en N, P2O5, K2O
et urée après repiquage sont de:
er
- Au 1 apport 30 jours après le repiquage : NPK 9-23-30 à raison de 100kg/ha et 75kg/ha
d‘urée
- Au 2è apport 45 jours après le repiquage : NPK 9-23-30 à raison de 100kg/ha et 75kg/ha
d‘urée
- Au 3è apport 90 jours après le repiquage : NPK 9-23-30 à raison de 50kg/ha

3
http://www.meublesdiscountenligne.com/4673-pulverisateur-a-dos-.html

55
Les apports totaux pour une saison de culture sont donc de :

- 150kg d‘urée
- 45kg de N
- 115kg de P2O5
- 150kg de K2O

4. Sous-système traitements phytosanitaires

Avant la transplantation des tomates, un désherbage de la parcelle au glyphosate est


effectué ; la dose nécessaire est de 1kg/ha environ d‘après Holland FarmingCameroon.

Divers traitements phytosanitaires sont nécessaires pour la culture de la tomate en plein


champ d‘après Huat (2006):

- Soufre : 3 apports de 2,5kg/ha au cours d‘un cycle de culture, soit un apport total de 7,5kg/ha
pour 3 applications.
- Endosulfan : Il s‘agit d‘un insecticide appartenant à la famille des organochlorés. Sa dose à
apporter est de 2L/ha, à une concentration de 350g/L (Thionex), ce qui fait un apport total de
700g/ha
- Dicofol : Il s‘agit d‘un acaricide organochloré. (cardinols) La dose à appliquer est de 1L/ha à
une concentration de 50g/L, soit un apport total de 100g/hapour 2 applications
- Mancozèbe : Il s‘agit d‘un fongicide de la famille des dithiocarbamates. La dose à appliquer
est de 3kg/ha, soit un apport total de 6kg/ha pour 2 applications.
- Diméthoate : c‘est un insecticide de la famille des organophosphates. La dose à appliquer est
de 1L/ha à une concentration de 400g/L, soit un apport total de 400g/ha.
- Cyperméthrine : C‘est un insecticide de la famille des pyréthénoides. La dose à appliquer est
de 1L/ha à une concentration de 100g/L (cf e-phy), soit un apport total de 200g/ha pour 2
applications.

Nombre total de passages de l‘épandeur pour les traitements phytosanitairespour une saison
de culture : 10 (car le Dicofol et le Mancozèbe sont appliqués en même temps).

De plus, le Dicofol et l‘Endosulfan étant des acaricides interdits à la production et la vente


depuis peu, et n‘ayant pas trouvé de traitement alternatif présent dans la base de données Ecoinvent,
les impacts de la production de ces 2 produits sont considérés comme étant ceux de la production de
« pesticides généraux ». Les doses appliquées sont celles des anciens produits avant qu‘ils ne soient
interdits à la vente (Ministère de l‘Agriculture, de l‘Agroalimentaire et de la Forêt,http://e-
phy.agriculture.gouv.fr/).

5. Sous-système irrigation

Dimensionnement du système d’irrigation au goutte à goutte :

On dimensionne donc un système d‘irrigation au goutte à goutte pour une parcelle de 1ha de
tomate. On suppose que la parcelle est une parcelle carrée de 100*100m.

Les lignes de tomates étant espacées d‘un mètre, on peut alors considérer que l‘on installe
une rampe d‘irrigation toutes les 2 rangées de plants, ce qui nous fait un espacement de 2 mètres
entre chaque rampe d‘irrigation.

Dimensionnement des rampes :

Il y a donc 50 rampes d‘irrigation de 100m de long chacune pour couvrir toute la parcelle. Si
on considère qu‘il y a 22 500 plants de tomate sur la parcelle, répartis équitablement sur les 100

56
rangs, cela nous donne environ 225 plants par rangée, et donc 225 goutteurs par rampe (soit un total
de 225*50= 11 250 goutteurs pour tout le système).
4
Le débit d‘irrigation doit être compris entre 2 et 4 l/h. Suites aux recherches sur des sites de
vendeur de matériel, nous choisissons une gaine permettant un débit de 2,3 l/h. Le diamètre extérieur
indiqué est de 20 mm avec une épaisseur de 1,2 mm. Le diamètre intérieur est donc de 18,8 mm.

Calcul du volume des rampes en PVC :

Pour une rampe de 100m :


Volgaineext = 3,14*(0,020/2)²*100 = 0,0314 m3
Volgaineint = 3,14*(0,0188/2)²*100 = 0,0277 m3
Vol total = Volext – Volint= 0,0037 m3

Or ρPVC=1,38g.cm-3=1380kg.m-3
D‘où mPVC = ρV = 5,106 kg pour une rampe de 100m

Soit mPVC=255,3kg pour les 50 rampes

Dimensionnement de la conduite d’amenée :

En supposant que le réservoir est situé à proximité de la parcelle, on estime la longueur de la


conduite d‘amenée à 100m.

Calcul du diamètre minimal de la rampe frontale :

Le débit est donné par la formule Q = U.S où U est la vitesse moyenne de l‘eau dans la
canalisation et S la section. De manière générale, U est de l‘ordre de 1 à 1,5 m/s. On choisit U = 1
m/s.
Pour une canalisation de section circulaire, S = π.r².
0,5
On en déduit donc r = (Q/ π) .
Le débit souhaité dans la conduite d‘amenée est :
Q = 2,3*11 250 = 25 875 l/h = 7,19*10^-3m3/s
0,5
On en déduit donc que r= (Q/ π) = 0,048m et Dint = 0,096m
On choisit ensuite une conduite d‘un Dext=100mm(DN100) et d‘une longueur de 100m
Vol conduiteext = 3,14*(0,1/2)²*100 = 0,785 m3
Vol conduiteint = 3,14*(0,096/2)²*100 = 0,723 m3
Voltotal = Volext – Volint = 0,062 m3
Or ρPVC=1,38g.cm-3=1380kg.m-3
D’où mPVC = ρV = 85,56kg

Et donc, au total, la masse de PVC nécessaire pour les rampes et la conduite d’amenée
est de 340,86 kg. De plus, leur durée de vie serait de 5 ans environ.

Dimensionnement de la pompe :

La pression en sortie sera de 3 bars environ. Il faut encore calculer les pertes de charges
dûes aux rampes et à la conduite d‘amenée pour pouvoir estimer la pression que devra fournir la
pompe.

Pertes de charges dans les rampes :


On utilise la formule de Tison Q^D^L

Avec Q=2, 3l/h=6,4*10^-7m3/S


4
http://www.irrisys.com/docs/netafim.pdf

57
D=0,018m et L=100m

D‘où m
Et pour 50 rampes, m = -4,08*10 bar
-4

Pertes de charges dans la conduite d‘amenée :


On utilise la formule de CalmonLechapt avec les coefficients du PVC J = 1,01 Q1,84 D-4,88

Avec Q=7,19*10^-3m3/s et D=9,6cm


On a alors J=12,66m/km

Pour 100m de conduite d’amenée, H=1,266m= 0,1266bar

Pression à fournir par la pompe = 3 + 4,08*10-4 + 0,1266 = 3,127 bar

Consommation électrique de la pompe :

Le rendement global (pompe + transmission + moteur) est considéré comme égal à 50%.

Temps d‘irrigation pour une culture : Si les besoins annuels sont de 500mm/an = 5000m3/ha
(Slama et al, 2006)
Avec un débit de Q=25875l/h= 25,875m3/h il nous faut t=193,2h d’irrigation pour un ha.

Puissance utile :
Putile=Q*P*1/rdt = 7,19*10^-3 * 3,127 * 10^5 * 1/0,5 = 4496,626W = 4,497kW
Pour 193h d’irrigation au total, on aura donc Putile=4,497*193= 868kWh

L‘énergie nécessaire par m3 pompé en 1h est donc de E=P*t/25

E =4496,626 * 3600/25,9 = 625014J = 625kJ

Composition de la pompe

Maintenant que l‘on connaît les caractéristiques de la pompe, il s‘agit d‘estimer sa


composition. D‘après un site de vente de pompes (http://www.pompes-direct.com), on choisit une
pompe permettant de fournir la pression et le débit nécessaire à notre système.

D‘après la documentation (on choisit le modèle de pompe multicellulaireJetlyK28/500), le


poids total de la pompe serait de 40kg. Les composants majoritaires de la pompe sont la fonte
(environ 90%) et l‘acier inoxydable pour le rotor (environ les 10% restants).

Etant donné que les masses volumiques de l‘acier inoxydable et de la fonte sont très proches
(7,9 kg/dm3 pour l‘acier et environ 7,2 kg/dm3 pour la fonte), on peut donc considérer que 10% du
poids total de la pompe serait dû à l‘acier, et 90% à la fonte.

On peut donc simplifier la pompe comme étant 4kg d’acier et 36kg de fonte pour l‘ACV.

De plus, d‘aprèsLoubier (2003), la durée de vie moyenne d‘une pompe serait de 30 ans.

Recyclage : nous considérons que les conduites en PVC sont recyclées. Il en est de même
pour les métaux qui composent la pompe.

58
Annexe 3 : Ensemble des hypothèses pour la construction de
l’arbre des flux de l’ACV de la culture de la tomate sous serre
non chauffée.
Unité fonctionnelle : produire un kilogramme de tomates issu d‘une culture sous serre non
chauffée.

Dans ce document, l‘ensemble des hypothèses est présenté par « sous-système ».

1. SERRE

Pour l‘ensemble des matériaux nécessaires à l‘établissement de la serre, ceux-ci proviennent du


document fourni par le chercheur Philippe Roux de l‘UMR Information et Technologie pour les Agro-
Procédés. Ce document se nomme « Inventaire serre multi-chapelle plastique ».

Dans ce document, les estimations des divers matériaux nécessaires à l‘établissement d‘une
serre sont estimées de la manière suivante :

Durée de vie :
- Structure : Théorique : 10-15 ans Pratique : 20 ans
- Couverture (films) : en moyenne 4-5 ans

Composants (matériaux) :
- Structure acier : 6.2 kg/m²
- Structure alu 0.1 kg/m²
5 6
- couverture PE (si DPG ) 0.5 kg/m²
- si filet ombrage (PE) 0.1 kg/m²
- Irrigation (plastique) 0.1 kg/m² (majoritairement polyéthylène)
- Irrigation (acier) 0.05 kg/m²

- Béton 7.5 litres/m²

Concernant l‘irrigation (plastique et acier), le système d‘irrigation a été dimensionné par nous-
mêmes. Ces paramètres n‘ont donc pas été calculés avec cette méthode. Pour les autres
composants, les résultats obtenus sont présentés ci-après :

Tableau 8 : Quantité de matériau pour une serre

Matériau Quantité

Béton 3780 L

Structure acier 3215 kg

Structure aluminium 50,4 kg

Couverture en polyéthylène 252 kg

Filet ombrage en polyéthylène 50,4 kg

5
PE : Polyéthylène

59
Avec ces matériaux, on obtient donc une serre d‘une durée de vie de 20 ans. On considère la
durée de vie des couvertures en polyéthylène égale à 5 ans.

De plus, il est nécessaire de prendre en compte la galvanisation des barres d‘acier. Pour cela,
d‘après le même document précédent, on considère que l‘essentiel de l‘acier est de la tôle d‘acier
d‘épaisseur 1.5mm galvanisé avec du zinc en continu en usine. L‘épaisseur de galvanisation est de 35
microns par faces.

Calcul de la quantité de zinc nécessaire à usiner :

Pour la serre, il faut 3125 kg d‘acier. La masse volumique de l‘acier est prise égale à 7850
3 3
kg/m . On a donc 0,41 m d‘acier.

Avant d‘être usiné en barres d‘acier, on considère que l‘acier est sous forme de tôle de 1,5
mm d‘épaisseur.
3
On a donc V acier = 0,41 m = 1,5.10-3. S (S correspond à la surface de la tôle d‘acier).

On en déduit S = 273,3 m².

Comme indiqué par le document précédent, on considère que l‘épaisseur de galvanisation est
de 35 microns de chaque côté de la tôle.
-6 3
Le volume de zinc est donc de 2.35.10 .273,3 = 0,0196 m .
3
La masse volumique du zinc étant de 7150 kg/m . On obtient une masse de zinc de 140,7 kg.

Enfin, il est nécessaire de prendre en compte les émissions de zinc vers l‘environnement. On
considère pour cela qu‘au bout de 20 ans, l‘ensemble du zinc servant à la galvanisation se retrouve
dans l‘eau.

Recyclage :

Avec Ecoinvent, il est possible de prendre en compte le recyclage des différents matériaux. Nous
considérons que les barres en acier et en aluminium sont recyclées en fin de vie. Concernant la
couverture en polyéthylène et le filet ombrage, nous considérons qu‘ils sont incinérés en fin de vie.

2. IRRIGATION

Dans le cadre de cette Analyse de Cycle de Vie (A.C.V.), on a fait le choix de dimensionner nous
même le système d‘irrigation. D‘après l‘APIA, les plants sont cultivés selon 8 lignes. En prenant en
compte 1500, plants pour 504 m² de serre, cela revient à 187 voire 188 plants par ligne. Les besoins
3
en eau indiqués sont de 500 m pour une culture de septembre à mai. On considère que les plants
sont irrigués par irrigation localisée à l‘aide d‘un système en goutte à goutte.

Dimensionnement du système d’irrigation augoutte à goutte.

Les plants sont conduits en lignes jumelées. L‘irrigation nécessite donc 4 lignes de goutteurs.
D‘après la bibliographie précédente, le débit d‘irrigation doit être compris entre 2 et 4 l/h. Suites aux
7
recherches sur des sites de vendeur de matériel, nous choisissons une gaine permettant un débit de
2,3 l/h. Le diamètre extérieur indiqué est de 20 mm avec une épaisseur de 1,2 mm. Le diamètre
intérieur est donc de 18,8 mm.

7
http://www.irrisys.com/docs/netafim.pdf

60
Calcul du volume de la gaine :

La longueur (L) d‘une gaine est prise égale à 63 m (longueur de la serre).

Volume extérieur = π.r1² .L1 avec r1 = 0,01 m et L1 = 63 m.


-3
Volume intérieur = π.r2².L2 avec r2 = 9,4.10 m et L2 = 62,9988 m
-3 -3 3
Volume de PVC = π.0,01².63 – π.9,4.10 ².62,9988 = 2,3.10 m . Soit, pour l‘ensemble des 4
-3 -3 3
gaines : Vtotal = 4 .2,3 . 10 = 9,2.10 m
3
En prenant la masse volumique du PVC égale à 1380 kg.m , on obtient un poids de P.V.C.
égal à 12,696 kg.

Dimensionnement de la rampe frontale

On considère que le réservoir stockant l‘eau d‘irrigation se situe à proximité de la serre. On


choisit donc une longueur de rampe frontale égale à 8-0,89-0,445= 6,665 m.

Calcul du diamètre minimal de la rampe frontale :

Le débit est donné par la formule Q = U.S où U est la vitesse moyenne de l‘eau dans la
canalisation et S la section. De manière générale, U est de l‘ordre de 1 à 1,5 m/s. On choisit U = 1
m/s.
Pour une canalisation de section circulaire, S = π.r².
0,5
On en déduit donc r = (Q/π) .
3
Q = 2,3 . 750 = 1725 l/h = 4,79 m /s.
0,5
Donc, D= 2. (Q/π) = 0,025 m = 2,5 cm.

La canalisation choisie présente un diamètre de 3,2 cm et une épaisseur de 1,5 mm


d‘épaisseur.
Le volume de P.V.C. est donc de
-4 3
V = π. 0,016² . 6,665 – π. 0,01525² . 6,665 = 4,91.10 m .
Soit une masse de P.V.C. de de π . 1380 = 0,677 kg.

Masse totale de P.V.C. = 12,696 + 0,677 = 13,37 kg.

61
Figure 16 : Schéma du système au goutte à goutte

Dimensionnement du réservoir
3
Dans le document de l‘APIA, l‘eau est stockée dans un réservoir de capacité égale à 50 m .
N‘étant pas ingénieur civil et ne comprenant rien aux formules de dimensionnement de réservoir…
nous émettons l‘hypothèse que le réservoir est cylindrique, de hauteur 2 m.

Le rayon intérieur du réservoir est donc de 2,82 m. En prenant une épaisseur de 20 cm on


calcule les volumes suivant :

3
V béton pour les parois = π. (3,02² - 2,82²).2= 7,34 m .
3
V béton pour les couvercles = π. 3,02² .2 = 11,46 m .
3
Soit un volume de béton armé de 18,8 m .

De plus, on considère que sa mise en place nécessite l‘utilisation d‘un tractopelle pour un trou
3
de 50 m . La durée de vie du réservoir a été prise égale à 50 ans.

62
Dimensionnement de la pompe

Pour le dimensionnement de la pompe, nous avons fait l‘hypothèse que celle-ci pèse 14,5 kg.
Elle est constituée de 13 kg de fonte et 1,5 kg d‘acier.

Calcul de la puissance de la pompe et de l‘énergie nécessaire à son fonctionnement :


Puissance nécessaire : Putil= Q .P . (1/rdt)
3 -4 3
Q correspond au débit en m /s soit 4,79.10 m /s.
5
P Correspond à la pression devant être fournit par la pompe, soit 3,0527 bar = 3,0527.10 pa.
Nous émettons l‘hypothèse que le rendement global de la pompe est de 50 %.
-4 5
On obtient donc : Putil = 4,79.10 x 3,0527.10 x (1/0,5) = 292,45 w.
Energie nécessaire = Putilx t(en heure)
3 3
t (heure) = Volume à apporter à la culture / débit d‘irrigation = 500 m /1,725 m /h = 290 h.
Energie nécessaire = 292,45 x 290 = 84,81 kwh

Recyclage

Nous considérons que les gaines d‘irrigation en P.V.C. sont recyclées selon la méthode de
recyclage du P.V.C. présente dans Ecoinvent. Vis-à-vis de la pompe, on considère que l‘acier et la
fonte sont également recyclés.

3. PEPINIERE

Pour l‘ensemble des matériaux nécessaires à l‘établissement de la pépinière, comme pour la


serre, ceux-ci proviennent du document fourni par le chercheur Philippe Roux de l‘UMR Information et
Technologie pour les Agro-Procédés. Ce document se nomme « Inventaire serre multi-chapelle
plastique ».

Dans ce document, les estimations des divers matériaux nécessaires à l‘établissement d‘une
serre sont estimées de la manière suivante (ils ont été calculés pour une pépinière de 200 m²) :

Durée de vie :
- Structure : Théorique : 10-15 ans Pratique : 20 ans
- Couverture (films) : en moyenne 4-5 ans

Composants (matériaux) :
- Structure acier : 6.2 kg/m²
- Structure alu 0.1 kg/m²
8 9
- couverture PE (si DPG ) 0.5 kg/m²
- si filet ombrage (PE) 0.1 kg/m²
- Béton 7.5 litres/m²

Les résultats obtenus sont présentés ci-après :

8
PE : Polyéthylène

63
Tableau 9: Quantité de matériau pour une pépinière

Matériau Quantité

Béton 1500 L

Structure acier 1240 kg

Structure aluminium 50,4 kg

Couverture en polyéthylène 100 kg

Filet ombrage en polyéthylène 20 kg

Avec ces matériaux, on obtient donc une pépinière d‘une durée de vie de 20 ans. Les
dimensions de la pépinière étant prises comme étant 8 m x 25 m. On considère la durée de vie des
couvertures en polyéthylène égale à 5 ans. De plus, pour la production de plants, ceux-ci sont cultivés
des coffrages en bois. Leur dimensionnement est présenté dans l‘annexe : Hypothèses retenues pour
la culture de tomate en plein champ.

Enfin, d‘après Holland FarmingCameroon, on estime que la pépinière permet la production de


24000 plants par an.

De la même manière que pour la galvanisation des barres d‘acier de la serre, il est nécessaire de
prendre en compte celle de la pépinière.

Calcul de la quantité de zinc nécessaire à usiner :

Pour la pépinière, il faut 1240 kg d‘acier. La masse volumique de l‘acier est prise égale à 7850
3 3
kg/m . On a donc 0,1579 m d‘acier.

Avant d‘être usiné en barres d‘acier, on considère que l‘acier est sous forme de tôle de 1,5
mm d‘épaisseur.

3 -3
On a donc V acier = 0,1579 m = 1,5.10 . S (S correspond à la surface de la tôle d‘acier).
On en déduit S = 105,31 m².

Comme indiqué par le document précédent, on considère que l‘épaisseur de galvanisation est
de 35 microns de chaque côté de la tôle.
-6 -3 3
Le volume de zinc est donc de 2.35.10 .105,31 = 7,37.10 m .
3
La masse volumique du zinc étant de 7150 kg/m . On obtient une masse de zinc de 52,7 kg.

Enfin, il est nécessaire de prendre en compte les émissions de zinc vers l‘environnement. On
considère pour cela qu‘au bout de 20 ans, l‘ensemble du zinc servant à la galvanisation se retrouve
dans l‘eau.

Recyclage

Pour la pépinière comme pour la serre, on considère que la totalité de l‘acier et l‘aluminium sont
recyclés. La couverture en polyéthylène et le filet ombrage sont qu‘en à eux incinérés.

4. FERTILISATION

Concernant la fertilisation, d‘après l‘APIA quatre produits phytosanitaires sont utilisés.

64
 L‘ammonitrate (ou nitrate d‘ammonium), présent dans la base de donnée écoinvent. Il est
nécessaire d‘en apporter 20 à 50 kg/serre. On choisit d‘en apporter 35 kg. Moyenne entre
les deux valeurs. Dans Simapro, ce n‘est pas la quantité d‘ammonitrate qui doit être
précisée mais bien celle d‘azote apportée sous forme d‘ammonitrate. Cette quantité est
égale à 35*28/80 = 12,25 kg.

 Le nitrate de potasse, également présent dans la base de données écoinvent. Il faut en


apporter 25 à 50 kg. On choisit d‘en apporter 37,5 kg.

 L‘acide phosphorique :celui-ci est présent dans la base de données pour une
concentration en solution de 70%. Pour 7 volumes d‘acide phosphorique, on a donc 3
volumes d‘eau. Il est nécessaire d‘apporter 6 à 20L de cet acide selon la bibliographie.

En prenant en compte la dilution d‘écoinvent, cela revient à 6 * 0,7 = 4,2 L d‘acide présent
dans la base de données.

La masse volumique de l‘acide phosphorique étant égal à 1834 kg/m3. Il faudrait donc
apporter 7,7 kg.De la même manière, un apport de 20 litres correspond à 25,7 kg d‘acide
phosphorique. Dans Simapro, nous choisissons d‘en apporter 16,7 kg.

 Acide nitrique : celui-ci est également présent dans la base de données écoinvent avec
une dilution de 50 %.
La bibliographie indique un apport de15 à 30 litres d‘acide nitrique par serre de 504 m².
En prenant en compte la dilution de simapro, cela revient à 15/0,5 = 30 litres de l‘acide
présent dans la base de données. La masse volumique de l‘acide nitrique étant de 1400
kg/m3, cela revient à 42 kg d‘acide.

De la même manière, pour 30 litres d‘acides nitrique, cela revient à 84 kg d‘acide.


On choisit donc d‘en apporter 42+84/2=63 kg.

Concernant le pulvérisateur manuel. Nous choisissons un pulvérisateur comme indiqué sur les
10
sites de vente . Un tel pulvérisateur possède un poids de 2kg et est essentiellement composé de
plastique type polyéthylène et un peu d‘acier. On suppose que le pulvérisateur est fait de 1,5 kg de
polyéthylène et 0,5 kg d‘acier. On considère également que le pulvérisateur possède une espérance
de vie de 20 ans et que, pour une saison de culture, il est nécessaire de l‘utiliser 10 heures.

L‘ensemble des fertilisants et du pulvérisateur permet de fertiliser une serre de 500m².

5. PREPARATION DU SOL

Concernant l‘épandage de fumier, l‘APIA indique que 5 tonnes doivent être épandues pour une
serre de 504 m². Pour représenter l‘impact de la pollution dans Simapro, nous choisissons un
épandage à l‘aide d‘un épandeur mécanique (présent dans Ecoinvent) ainsi que l‘impact de la
production de 5 tonnes de fumier.

Concernant le paillage plastique des lignes de culture. Seules les 8 lignes de culture sont
recouvertes au niveau du sol avec un film plastique noir de polyéthylène. La largeur du recouvrement
est considérée comme égale à 40 cm avec une longueur de 63m.

10
http://www.meublesdiscountenligne.com/4673-pulverisateur-a-dos-.html

65
La surface de polyéthylène est donc de 63*0,4*8=201,6 m². En prenant une épaisseur de 45
-6 -3 3
micromètres, le volume est donc de 201,6 * 45 * 10 = 9,072*10 m .

Enfin, la masse volumique du polyéthylène étant de 920 kg/m3, la masse totale de PE nécessaire
-3
est de 920*9,072*10 = 8,35 kg.

Désinfection du sol

Afin de désinfecter le sol, divers produits phytosanitaires sont nécessaires. Les doses sont celles
recommandées par le Ministère de l‘Agriculture, de l‘Agroalimentaire et la Forêt (http://e-
phy.agriculture.gouv.fr) :

 IPRODIONE : les doses recommandées en Iprodione et prises en compte pour les


besoins de l‘A.C.V. sont les suivantes : 3 x 1000 g/ha de substance active. Pour une
surface de 504 m², cela revient donc à 0,1512 kg. Dans Simapro, l‘Iprodione n‘est pas
référencée. Cependant, cette molécule est un fongicide de type Imidazole. Pour
représenter l‘impact environnemental de l‘iprodione, nous considérons donc celui de
l‘imidazole dans Ecoinvent

 Bifenthrine : les apports de cette molécule en solution sont de 0,5 l/ha avec une
concentration de 80g/l. Cette molécule étant interdite en France, il est difficile de trouver
des recommandations d‘utilisation. C‘est pourquoi nous émettons l‘hypothèse que trois
traitements sont nécessaires, comme pour la majorité des traitements phytosanitaires. La
masse de bifenthrine utilisée est donc de 3*80*0,5=120 g/ha. Donc pour 504 m², cela
revient à apporter 6,05 g.

Comme pour l‘iprodione, la bifenthrine n‘est pas présente dans Ecoinvent. Elle fait
cependant partie de la famille des Pyréthrinoïde, molécule présente dans Ecoinvent.

 Deltaméthrine : trois traitements peuvent être réalisés à l‘aide de deltaméthrine diluée à


raison de 0,830 l/ha pour chaque traitement. La concentration en bifenthrine étant de 15
g/l. La masse de molécule active apportée est donc de 0,830*3*15 = 37,35 g. La
deltaméthrine, comme la bifenthrine appartient à la famille des pyréthinoïde, ce par quoi
elle est représentée dans Ecoinvent.

 Fénarimol : les recommandations concernant l‘utilisation du fénarimol sont les


suivantes :0,072 kg de substance active par hectare et par application. Ici aussi, nous
supposons trois traitements au cours de la culture de tomate. La quantité utilisée est donc
de 3 * 0,072=0,216 kg/ha. Donc pour 504 m² : 0,011 kg. Le fénarimol est un dérivé de la
pyrimidine, voisine de la pyridine et présente dans Ecoinvent.

Pour épandre ces produits phytosanitaires, le même pulvérisateur que celui utilisé pour la
fertilisation est pris en compte avec une durée d‘utilisation de 10 heures.

Emissions dans l’environnement

Concernant l‘émission dans l‘environnement des produits phytosanitaires, on considère le cas le


plus défavorable. C‘est-à-dire, l‘ensemble des matières actives émises se retrouvent dans le
compartiment sol de l‘environnement.

66
6. PREPARATION DU TERRAIN

Pour préparer le terrain, 4 étapes sont nécessaires.

 Epierrage : cette étape nécessite l‘utilisation d‘une ramasseuse de pierre, machine non
représentée dans Ecoinvent. Cependant, cette machine présente des similarités avec un
andaineur.. Nous avons donc considéré notre ramasseuse de pierre comme un andaineur
auquel a été ajouté un réservoir de 1800 litres en acier.

Calcul du volume d‘acier nécessaire :


Vacier = V cube en acier extérieur – V cube en acier intérieur
1/3
Le cube en acier intérieur est considéré comme un cube de côté (1,8) = 1,2164 m.
L‘épaisseur de la couche d‘acier a été prise égale à 5 mm.
3 3
V acier = (1,2164+0,005) – 1,8 + 0,0221 m .
3
La masse volumique de l‘acier est de 7850 kg/m .
La masse d‘acier nécessaire est donc de 173,5 kg.

Pour la durée de vie de la cuve en acier, on considère qu‘elle est égale à 20 ans.
Enfin, pour le travail d‘épierrage, on considère avoir besoin d‘une heure de
ramasseuse de pierre pour une surface de 1 ha (confère biblio).

 Nivellement : La niveleuse n‘est également pas représentée dans Ecoinvent. On choisit


3
donc de substituer cette machine par un tractopelle utilisée pour enlever 100 m de sol.

Rappelons que ces deux étapes présentées ne sont pas obligatoire dans l‘itinéraire technique
de la culture de la tomate.

Enfin, les deux étapes suivantes sont du labour et le passage d‘une herse. Ces deux étapes
sont présentes dans Ecoinvent et prises en compte pour une surface de 504 m².

67
68
Annexe 4 : Calcul des émissions liées à la fertilisation et aux
traitements phytosanitaires

1. Hypothèses de calcul des émissions liées à la fertilisation

a. Emissions dans l’air

Ammoniac (NH3)

La volatilisation d‘ammoniac a lieu lors de l‘application d‘engrais minéraux azotés. Cette


volatilisation peut contribuer à une acidification et une eutrophisation du milieu. Dans les rapports
techniques ECETOC 199411, la quantité d‘ammoniac peut être estimée, selon les intrants utilisés par
des facteurs d‘émissions. Ceux-ci sont définis pour trois groupes de pays et prennent en compte la
température, le pH et le taux de calcaire du sol. Nous émettons l‘hypothèse selon laquelle les
conditions pédoclimatiques et les pratiques culturales au Maroc sont proches de celles de la Tunisie.
Nous choisissons donc de prendre en compte les facteurs correspondant au Groupe 1 (Espagne et
Grèce). Les émissions d‘ammoniac peuvent aussi être engendrées par l‘application d‘engrais
organiques. Notre système de production utilise du fumier d‘ovin composté. Nous considérons qu‘il n'y
a pas d'émissions de NH3 suite à l'application de compost Basset-Mens, C. et al. , 2007.

Pour la culture sous serre non chauffée

NH3 air (kg N/ha) = 3 % ammonitrate (kg N/ha) + 3 % Nitrate de potasse (fertilisants multiples NPK)
(kg N/ha) + 3% Acide nitrique (fertilisants multiples NPK) (kg N/ha)

Les quantités d‘azote appliquées sont :

- Ammonitrate : 12,25 kg d‘N/504 m²


- Nitrate de potasse : 5,2 kg d‘N/504 m²
- Acide nitrique : 7 kg d‘N/504 m²

A.N. : NH3 air (kg N/ha) = 0,03x12,25 + 0,03x37,5 + 0,03x31,5= 0,7335 kg d’N/504 m² sous forme de
NH3

Pour la culture de tomate en plein champ

NH3 air (kg N/ha) = 3 % ammonitrate (kg N/ha) + 20 % urée (kg N/ha)

Les quantités d‘azote appliquées sont :

- Ammonitrate : 45 kg d‘N/ha
- Urée : 150 kg d‘N/ha

A.N. : NH3 air (kg N/ha) = 0,03x22,5 + 0,20x150= 31,35 kg d’N/ha sous forme de NH3

Production de plants en pépinière

NH3 air (kg N/ha) 3% fertilisants multiples NPK (kg N/ha)

Les quantités d‘azote appliquées sont :

- Fertilisants multiples : 10g/200m²

11
Technical report n°62, Ammonia emissions to air in Western Europe. July 1994

69
A.N. : NH3 air (kg N/ha) = 0,03x0,01 = 0,0003 kg N/200m² sous forme de NH3.

Notons néanmoins que le paillage n‘est pas pris en compte dans ce calcul, or il s‘agit d‘un
paramètre essentiel qui peut considérablement limiter les émissions d‘ammoniac en jouant le rôle de
barrière physique.

Les émissions d‘ammoniac peuvent aussi être engendrées par l‘application d‘engrais
organiques. Notre système de production utilise du fumier de bovin composté, or on peut considérer
qu‘il n'y a pas d'émissions de NH3 suite à l'application de compost (Basset-Mens et al, 2007.)

Protoxyde d’azote (N2O)

Le protoxyde d‘azote est un gaz issu de la réaction de dénitrification, (résultant de l‘activité


microbienne du sol qui convertit les nitrates en diazote), mais également du processus de nitrification
(transformation d‘ammonium en nitrates). De plus, le protoxyde d'azote est un puissant gaz à effet de
serre. En effet, sont pouvoir de réchauffement global 300 fois plus élevé qu'une masse équivalente de
dioxyde de carbone CO2 (sur 100 ans).

A défaut de facteur adapté au contexte, nous avons choisi d‘utiliser les facteurs définis par le
GIEC en 2006 afin de prendre en compte les émissions directes de N 2O mais aussi les émissions
indirectes : les émissions suite au dépôt de l‘azote volatilisé et à l‘azote lessivé.

Calcul des émissions directes :

Pour ce calcul des émissions directes et au vu des données dont on dispose, nous
choisissons d‘appliquer la méthode de niveau 1. L‘équation permettant le calcul des émissions est la
suivante :

Source : GIEC (2006).

Avec :

70
-1
N2ODirectes –N = émissions annuelles directes de N2O–N imputables aux sols gérés, kg N2O–N an

N2O–NNEntrées = émissions annuelles directes de N 2O–N imputables aux entrées de N sur les sols
-1
gérés, kg N2O–N an

N2O–NSO = émissions annuelles directes de N2O–N imputables aux sols organiques gérés, kg N2O–N
an-1

N2O–NPPP = émissions annuelles directes de N2O–N imputables aux entrées d‘urine et de fèces sur
les sols de paissance, kg N2O–N an-1

FSN = quantité annuelle de N d‘engrais synthétique appliqué aux sols, kg N an-1

FON = quantité annuelle de fumier animal, compost, boues d‘égouts et autres ajouts de N organiques
appliquée aux sols (Note : Si les boues d‘égouts sont incluses, contre-vérifier avec le secteur Déchets
afin de ne pas compter double les émissions de N2O dues au N des boues d‘égout), kg N an-1

FRR = quantité annuelle de N retourné aux sols dans les résidus de récoltes (aériens et souterrains), y
compris les cultures fixatrices d‘azote et dues au renouvellement des fourrages/pâturages, kg N an-1

FMOS = quantité annuelle de N minéralisé dans les sols minéraux associée aux pertes de C des sols
de la matière organique des sols en raison de changements d‘affectation des terres ou de gestion, kg
N an-1

FSO = superficie annuelle de sols organiques drainés/gérés, ha (Note : les indices inférieurs CP, F,
Temp, Trop, RN et PN se réfèrent à terres cultivées et prairies, terres forestières, tempérée, tropicale,
riche en nutriments et pauvre en nutriments, respectivement)

FPPP = quantité annuelle de N d‘urine et de fèces déposée par les animaux paissant sur des
pâturages,parcours et parcelles, kg N an-1 (Note : les indices inférieurs BVS et MA se réfèrent aux
bovins, volaille et suidés, et moutons et autres animaux, respectivement)

FE1 = facteur d‘émissions des émissions de N2O dues aux entrées de N, kg N2O–N (kg entrées de N)-
1 (tableau 11.1)

FE1RI représente le facteur d‘émissions des émissions de N2O dues aux entrées de N sur le riz inondé,
kg N2O–N (kg entrées de N)-1 (tableau 11.1) 5

FE2 = facteur d‘émissions des émissions de N2O dues sols organiques drainés/gérés, kg N 2O–N ha-1
an-1 (tableau 11.1) (Note : les indices inférieurs CP, F, Temp, Trop, RN et PN se réfèrent à terres
cultivées et prairies, terres forestières, tempérée, tropicale, riche en nutriments et pauvre en
nutriments, respectivement)

FE3PPP = facteur d‘émissions des émissions de N2O dues au N de l‘urine et des fèces déposé sur les
pâturages, parcours et parcelles par les animaux paissant, kg N 2O–N (kg entrées de N)-1 ; (tableau
11.1) (Note : les indices inférieurs BVS et MA se réfèrent aux bovins, volaille et suidés, et moutons et
autres animaux, respectivement)

Pour le calcul de N2O–NNEntrées , l‘équation se résume à : N2O–NNEntrées = (FSN + FON)xFE1

En effet, on considère que les résidus de récoltes ne sont pas laissés au champ et aucun
changement d‘affectation des terres ou de gestion n‘est réalisé d‘une année sur l‘autre. Les termes
FRR et FMOS sont donc nuls.

71
Pour le calcul de N2O–NSO, celui-ci concerne la gestion de terres organiques. Nous émettons
l‘hypothèse que les sols tunisiens ne remplissent pas cette condition. Ce terme est donc nul.

Enfin, pour le calcul de N2O–NPPP, on considère qu‘il n‘y a aucune entrée d‘urine ou fèces sur
les sols (pas de pâturage). Ce terme est donc nul.

Culture sous serre non chauffée :

N2ODirectes–N = N2O–NNEntrées+ N2O–NSO

N2ODirectes–N = (FSN + FON)xFE1+ FSO,CP,temp,PN x FE2,Cp,temp

Les quantités d‘azote appliquées sont :

- Ammonitrate : 12,25 kg d‘N/504 m²


- Nitrate de potasse : 5,2 kg d‘N/504 m²
- Acide nitrique : 7 kg d‘N/504 m²

On a doncFSN= 24,45 kg d‘N/période de culture

Calcul de FON:

Pour la culture de serre, on apporte 5 tonnes de fumier. On émet l‘hypothèse qu‘on apport du
fumier d‘ovin. On suppose également que le teneur en azote du fumier d‘ovin est de 6,7 kg N/t d‘après
la bibliographie. On a donc FON= 6,7 * 5 = 33,5 kg N/période de culture

Enfin, FE1est donnée par la littérature et vaut 0,01 de manière générale, valeur que nous
choisissons d‘appliquer.

On a donc N2O–NNDirectes= (24,45 + 33,5)x 0,01 = 0,5795 kg N2O–N/période de culture

Culture de plein champ

N2ODirectes–N = N2O–NNEntrées+ N2O–NSO

N2ODirectes–N = (FSN + FON)xFE1+ FSO,CP,temp,PN x FE2,Cp,temp

Les quantités d‘azote appliquées sont :

- Ammonitrate : 45 kg d‘N/ha
- Urée : 150 kg d‘N/ha

On a donc FSN= 195kg d‘N/période de culture

Calcul de FON:

Pour la culture de plein champ, aucun apport de fumier n‘est réalisé. On a donc FON= 0 kg
d‘N/période de culture

Enfin, FE1est donnée par la littérature et vaut 0,01 de manière générale, valeur que nous
choisissons d‘appliquer.

On a donc N2O–NNDirectes= 195 x 0,01 = 1,95 kg N2O–N/période de culture

Production de plants en pépinière

N2ODirectes–N = N2O–NNEntrées+ N2O–NSO

72
N2ODirectes–N = (FSN + FON)xFE1+ FSO,CP,temp,PN x FE2,Cp,temp

Les quantités d‘azote pour chaque engrais sont :

- Fertilisants multiples : 10g/200m²

On a donc FSN= 10 g d‘N/période de culture

Calcul de FON:

Pour la culture de serre, on apporte 0,5 tonnes de fumier. On émet l‘hypothèse qu‘on apport
du fumier d‘ovin. On suppose également que le teneur en azote du fumier d‘ovin est de 6,7 kg N/t
d‘après la bibliographie. On a donc FON= 6,7 * 0,5 = 3,35kg N/24000 plants

Enfin, FE1est donnée par la littérature et vaut 0,01 de manière générale, valeur que nous
choisissons d‘appliquer.

On a donc N2O–NNDirectes= (3,35+0,01)*0,01 = 0,0336 kg N2O–N/pépinièr

Calcul des émissions indirectes:

Au vu des données dont nous disposons, nous choisissons la méthode de niveau 1 pour le
calcul des émissions indirectes.

Volatilisation

L‘équation du calcul des émissions est la suivante :

Source : GIEC (2006).

Avec :

N2O(DAT)–N = quantité annuelle de N2O–N produite par le dépôt atmosphérique de N volatilisé depuis
-1
des sols gérés, kg N2O–N an
1
FSN = quantité annuelle de N d‘engrais synthétique appliqué aux sols, kg N an-

FracGAZ E = fraction de N d‘engrais synthétique volatilisé sous forme de NH3 et de NO x, kg N volatilisé


-1
(kg de N appliqué) (tableau 11.3)

FON = quantité annuelle de fumier animal géré, compost, boues d‘égouts et autres ajouts de N
-1
organiques appliqués aux sols, kg N an

FPPP = quantité annuelle de N d‘urine et de fèces déposée par des animaux paissant sur des
-1
pâturages, parcours et parcelles, kg N an

FracGAZM = fraction de matériaux d‘engrais au N organiques appliqués (FON) et de N d‘urine et de fèces


deposé par les animaux paissant (FPPP) volatilisé sous forme de NH3 et de NOx, kg N volatilisé (kg de
-1
N appliqué ou déposé) (tableau 11.3)

FE4 = facteur d‘émissions des émissions de N2O dues au dépôt atmosphérique de N sur les sols et les
surfaces aquatiques, [kg N–N2O (kg NH3–N + NOx–N volatilisé)-1]

73
Culture sous serre non chauffée :

N2ODat–N = [(FSN x Fracgaze)+((Fon+Fppp)xFracgazm)]*FE4

Comme précédemment, on considère qu‘aucun pâturage n‘est réalisé sur les cultures. Donc
aucun dépôt d‘urine ou autre. Ce qui implique que le terme F pppest nul.

De plus, d‘après la littérature, on a :


 [Fracgaze= 0,10 [Volatilisation des engrais synthétiques], (NH 3-N + NOx-N volatilisé) (kg-N
appliqué)
 Fracgazm= 0,20 [volatilisation de tous les engrais organiques au N appliqués, et des fèces et
de l‘urine déposées par les animaux paissant], (kg NH 3–N + NOx–N) (kg N appliqué ou
–1
déposé)
 FE4= 0,010 Volatilisation et redépôtde N], kg de N2O-N (NH3-N + NOx-N volatilisé)

Calcul :

FSN= 24,45 kg d‘N/504 m²

FON= 6,7 * 5 = 33,5 kg N/période de culture

N2ODat–N = [(24,45 x 0,10) + (33,5 x0,20)]*0,010 = 0,09145 kg N2O-N/ période de culture

Culture de plein champ

On aFSN= 195kg d‘N/ha et FON= 0 kg d‘N/ha

N2ODat–N = [(195 x 0,10) + (0 x0,20)]*0,010 = 0,195 kg N2O-N/ période de culture

Production de plants en pépinière

On a FSN= 10 g d‘N/200 m² et FON= 3,35kg N/pépinière

N2ODat–N = [(0,01 x 0,10) + (3,35 x0,20)]*0,010 = 0,00671 kg N2O-N/ pépinière

Oxyde d’azote (NO2)

Les émissionsd’oxydes d’azotes sont liées aux émissions de N2O. Elles contribuent à
l’acidification et à l’accumulation d’ozone à basse atmosphère. Dans notre projet, nous prenons en
compte le cas du dioxyde d’azote NO2. La méthode d’estimation choisie utilise la référence la plus
récente Nemecek, T., Kagi, T. et al., 2007 : NO2 (air) = 21 % N2O (kg NO2/ha) (kg N2O/ha)

74
Tableau 10 : Quantités d'oxyde d'azote émis selon la culture

Molécules Oxyded'azote (NO2) air (kg NO2)

Tomate sous serre non chauffée 0.442827

Tomate de pleins champs 1.4157

Production de plants en pépinière 0.0266046

Diazote (N2)

Le diazote, également émis lors de la dénitrification, n’a quant à lui aucun impact
environnemental. Cependant, afin de pouvoir déterminer la quantité de nitrate (confère paragraphe
suivant) et au vu des quantités émises de ce gaz, celles-ci ne peuvent être ignorées dans un bilan
d’azote. Nous avons utilisé la proposition de Brentrup, F., Küsters, J. et al., 2000, qui utilise les
facteurs d’émission de N2 de Rheinbaben 1990: N2 = 9% N appliqué.

Tableau 11 : Quantité de diazote émis selon la culture

N2 air (Kg N/ période de


Molécules
culture)

Tomate sous serre non chauffée 5,2155

Tomate de pleins champs 17,55

Production de plants en pépinière 0,0009

Emissions de CO2 liée à l’apport d’urée

L‘application d‘urée pour la fertilisation entraîne des émissions de CO2 dans l‘air. Le rapport
du GIEC de 2006 (volume 4, chapître 11) donne une méthode de calcul de ces émissions, basée sur
l‘estimation de facteurs d‘émissions. Ne disposant d‘aucune information au préalable sur les facteurs
d‘émission de CO2 liée à l‘épandage d‘urée en Tunisie, la méthode du GIEC préconise de faire des
estimations de niveau 1.

Le facteur d‘émission recommandé par le GIEC dans le cadre du niveau 1 est de 0,20 pour
l‘urée, c‘est-à-dire la teneur en carbone de l‘urée sur la base du poids atomique. La quantité d‘urée
appliquée pour 1ha de culture de tomate en plein champs est de 150kg pour un cycle de culture.

Ainsi, les émissions de CO 2-C dans l‘air liées aux apports d‘urée pour la culture de tomate en
plein champ sont de 150*0,2 = 30kg. On multiplie ensuite cette valeur par un facteur 44/12 pour
convertir les émissions de CO2-C en CO2. Au final, les émissions de CO2 dans l‘air liées aux apports
d‘urée sont de 30*44/12 = 110kg.

b. Emissions dans l’eau

Protoxyde d’azote (N2O)

L‘équation pour le calcul des émissions de N2O due à la lixiviation et aux écoulements est la
suivante :

75
Source : GIEC 2006

Avec :

N2O(L)–N = quantité annuelle de N2O–N produit par la lixiviation et les écoulements après
-
ajouts de N aux sols gérés dans les régions où existent la lixiviation et les écoulements, kg N 2O–N an
1

FSN = quantité annuelle de N d‘engrais synthétique appliqué aux sols dans les régions où
-1
existent la lixiviation et les écoulements, kg N an

FON = quantité annuelle de fumier animal géré, compost, boues d‘égouts et autres ajouts de N
-1
organiques appliqués aux sols dans les régions où existent la lixiviation et les écoulements, kg N an

FPPP = quantité annuelle de N d‘urine et de fèces déposée par des animaux paissant dans les
-1
régions où existent la lixiviation et les écoulements, kg N an (tirée de l‘équation 11.5)

FRR = quantité annuelle de N retourné aux sols dans les résidus de récoltes (aériens et
souterrains), y compris les cultures fixatrices d‘azote, et dû au renouvellement des
-1
fourrages/pâturages, dans les régions où existent la lixiviation et les écoulements, kg N an

FMOS = quantité annuelle de N minéralisé dans les sols minéraux, associé aux pertes de C des
sols de la matière organique des sols en raison de changements d‘affectation des terres ou de gestion
dans les régions où existent la lixiviation et les écoulements, kg N an-1 (tirée de l‘équation 11.8)
FracLIXI-(H) = fraction de tout le N minéralisé/ajouté aux sols gérés dans les régions où existent la
lixiviation et les écoulements, et perdue par la lixiviation et les écoulements, kg N (kg d‘ajouts de N)- 1
(tableau 11.3) FE5 = facteur d‘émissions des émissions de N2O dues à la lixiviation et aux
écoulements de N, kg N2O–N (kg de N lessivé et écoulé)-1

Dans le cas présent, le calcul de N2O lixivié se résume à :

N2O(l)-N = (FSN + FON) x FracLIXI x FE5

Avec FracLIXI= 0,30 et FE5 = 0,0075, valeurs par défaut données dans la littérature.

Culture sous serre non chauffée :

N2O(l)-N = (FSN + FON) x FracLIXI x FE5

On a FSN= 24,45 kg d‘N/504 m² et FON= 6,7 * 5 = 33,5 kg N

N2O(l)-N = (24,45 + 33,5) x 0,30 x 0,0075 = 0,13kg N2O–N période de culture

Culture de plein champ

On a FSN= 195kg d‘N/ha et FON= 0 kg d‘N/ha

N2O(l)-N = 195 x 0,30 x 0,0075 = 0,43875kg N2O–N/ période de culture

76
Production de plants en pépinière

On a donc FSN= 10 g d‘N/200 m² etFON= 6,7 * 0,5 = 3,35kg N/24000 plants

N2O(l)-N = (0,01+3,35) x 0,30 x 0,0075 = 7,56*10-3kg N2O–N/ période de culture


-
Nitrates (NO3 )

L’application d’engrais azotés mais aussi la minéralisation de la matière organique du sol


provoque l’émission de nitrates. Les nitrates sont des nutriments solubles absorbés par la plante,
mais s’ils sont en excès dans le sol, ils peuvent être lixiviés en présence d’une lame d’eau drainante.
Dans les écosystèmes aquatiques, la présence de nitrate en abondancepeut contribuer à
l’eutrophisation du milieu. Afin de calculer la quantité de nitrate émis, nous réalisons un bilan
d’azote à l’échelle d’une année, l’excès du bilan représentant les nitrates potentiellement lessivables.
Entrées kg N/ha Sorties kg N/ha
Apports par les fertilisants Exportation par la culture
Apports issus de l'eau d'irrigation NH3-N
Minéralisation du sol* N20-N
N2-N
N immobilisations*
Total entrées Total sorties

*Selon une hypothèse de Brentrup (2000), la minéralisation de l‘azote et les immobilisations à l‘échelle
de temps annuelle sont équivalent, et s‘annulent donc dans le calcul du bilan.

Pour réaliser le bilan d‘azote, nous avons pris en compte différentes hypothèses :

Concernant l‘azote présent dans l‘eau d‘irrigation, nous avons considéré que la teneur en
3
nitrate de l‘eau est de 10 mg/L, soit 0,01 kg/m . De plus, d‘après la FAO (1995), nous avons pris en
compte une exportation d‘azote par la culture égale à 2,8 kg N/ tonne.

Les résultats du bilan sont présentés, pour chaque culture, dans les tableaux suivants :

Culture sous serre non chauffée :

Pour cette culture, les apports en azote correspondent aux apports par les engrais minéraux
et aux 5 tonnes de fumier. Les différents apports et sorties sont présentés dans le tableau suivant :

Tableau 12: : Bilan des entrées et sorties d'azote

Entrées kg N/culture Sorties kg N/culture

Apports par les fertilisants 57.950 14.000 Exportation par la culture

Apports issus de l'eau d'irrigation 1.129 0.734 NH3-N

0.671 N2O-N

5.216 N2-N

Total entrées 59.079 20.620 Total sorties

77
-
La quantité de NO3 -N lixiviable est donc égale à : 38,459 kg N/période de culture. Soit 170,3
kg de nitrate.

Culture de plein champ :

Les différents apports et sorties sont présentés dans le tableau suivant :

Tableau 13 : Bilan des entrées et sorties d'azote

Entrées kg N/ha Sorties kg N/ha

Apports par les fertilisants 195 168 Exportation par la culture

Apports issus de l'eau d'irrigation 11.3 31.35 NH3-N

2.145 N2O-N

17.55 N2-N

Total entrées 206.3 219.045 Total sorties

Dans le cas présent. On observe que les sorties sont supérieures aux entrées. Afin d‘égaliser
les, deux termes, nous considérons que la différence est imputée à la quantité de diazote émise. Nous
prenons donc une émission de 1,805 kg de diazote émis. Enfin, nous considérons qu‘il n‘y a aucun
nitrate lixiviable émis.

Production de plants en pépinière :

Tableau 14 : Bilan des entrées et sorties d'azote

Entrées kg N/504 m² Sorties kg N/504 m²

Apports par les fertilisants 3.36 0.0000 Exportation par la culture

Apports issus de l'eau d'irrigation 0 0.0003 NH3-N

0.0403 N2O-N

0.0007 N2-N

Total entrées 3.36 0.0413 Total sorties

-
La quantité de NO3 -N lixiviable est donc égale à : 3.3187 kg N/période de culture. Soit 14.7 kg
de nitrate.

Emissions liées aux apports d’engrais phosphatés

D‘après Nemecek et Kägi (2007), les émissions liées à l‘application d‘engrais phosphatés ne
concernent que les eaux de surface et les eaux souterraines.

L‘émission d‘engrais phosphatés dans les eaux souterraines est considérée comme une
quantité moyenne de phosphore ruisselée vers les nappes ; cette quantité dépend du type
d‘occupation du sol (terre arable ou non) et de la quantité d‘engrais apportée.

Ainsi, dans le cas d‘une terre arable, la quantité de phosphore ruisselé dans les eaux
souterraines est de Pgw = Pgwl * Fgw

78
Avec Pgwl = 0,07kgP/ha pour une terre arable et Fgw = 1 + 0,2/80 * P2O5

L‘émission d‘engrais phosphatés dans les eaux de surface est considérée comme une
quantité moyenne de phosphore ruisselée vers les eaux de surface ; cette quantité dépend du type
d‘occupation du sol (terre arable ou non), de la quantité d‘engrais apportée, laquelle est pondérée par
un facteur de correction.

Ainsi, dans le cas d‘une terre arable, la quantité de phosphore ruisselé dans les eaux de
surface est de Pro = Prol * Fro

Avec Prol = 0,175kgP/ha pour une terre arable et Fro = 1+0,2/80 * P2O5

De plus, pour les différentes phases de culture de tomate, les quantités d‘engrais phosphatés
utilisées sont les suivantes :
- 115kg/ha pour la fertilisation en plein champs (préparation du sol + après repiquage)
- 0,01kg pour la fertilisation en pépinière de 200m²
- 16,7kg pour la fertilisation sous une serre de 500m²

Ainsi, au final, on obtient les valeurs suivantes pour les émissions d‘engrais phosphatés dans
les eaux de surface et les eaux souterraines pour la culture de la tomate:

Tableau 15 : Valeurs des émissions dans l'eau des engrais phosphatés

Phase de culture Emissions dans les eaux de Emissions dans les eaux
surface souterraines

Fertilisation plein champ 0,18 kg/ha 0,09 kg/ha

Fertilisation pépinière 0,0035kg/pépinière 0,0014kg/pépinière

Fertilisation sous serre 0,0091kg/serre 0,0036kg/serre

Emissions liées aux apports d’engrais potassiques

Les modèles indiquent que la totalité des émissions liées aux apports d‘engrais potassiques
sont dirigées vers les eaux souterraines (Nemecek et Kägi, 2007).

De plus, pour les différentes phases de culture de tomate, les quantités d‘engrais potassiques
utilisées sont les suivantes :
- 150kg pour la fertilisation en plein champs (préparation du sol + après repiquage)
- 0,01kg pour la fertilisation dans une pépinière de 200m²
- 37,5kg pour la fertilisation sous une serre de 500m²

On considère donc que les émissions vers les eaux souterraines liées aux apports d‘engrais
potassiques sont équivalentes aux valeurs des apports.

Emissions de métaux lourds liées aux apports d’engrais azotés

Le fait d‘appliquer des engrais azotés entraîne également l‘émission de métaux lourds
associés, et ce dans le sol en direction des eaux souterraines. Les quantités émises sont définies
comme étant un certain pourcentage de la quantité d‘azote apportée, ce pourcentage étant différent
pour chaque élément métallique et selon le type d‘engrais (minéral ou organique). Les facteurs
d‘émission utilisés pour les calculs sont ceux publiés par le ministère de l‘agriculture en 1994 et repris
par Audsley en 2003.

79
De plus, pour les différentes phases de culture de tomate, les quantités d‘engrais azotés
utilisées sont les suivantes :
- 45kg d‘ammonium nitrate et 150kg d‘urée pour la fertilisation en plein champs (préparation du
sol, culture après repiquage)
- 0,01kg d‘ammonium nitrate pour la fertilisation en pépinière de 200m²
- 12,25kg d‘ammonium nitrate pour la fertilisation sous une serre de 500m²

Le modèle d‘émissions de métaux lourds proposé par le Ministère de l‘Agriculture en 1994


(repris par Audsley en 2003) permet de calculer les émissions de la manière suivante :

Emission de l‘élément X = (a*qtéNkg + bxqtéUréekg)*1000

Avec a et b les facteurs d‘émission respectifs pour l‘ammonium nitrate et l‘urée, en mg/kg de
fertilisant apporté.

Les émissions ainsi dues aux métaux lourds sont ainsi déterminées dans le tableau suivant :

Tableau 16 : Valeurs des émissions de métaux lourds liés à la fertilisation azotée

Elément Facteur Facteur Emissions liées Emissions liées Emissions liées


chimique d‘émission de d‘émission de à la fertilisation à la fertilisation à la fertilisation
l‘ammonium l‘urée (en en plein champ en pépinière en sous serre en
nitrate (en mg/kg) en mg mg mg
mg/kg)

As 0,1 0,4 64,5 0,001 1,225

Cd 1 0,05 52,5 0,01 12,25

Co 5 2 525 0,05 61,25

Cr 6 2 570 0,06 73,5

Cu 1 6 945 0,01 12,25

F 136 5 6870 1,36 1666

Hg 0,003 0,01 1,635 0,00003 0,03675

Mo 0,5 0,25 60 0,005 6,125

Ni 1 2 345 0,01 12,25

Pb 0,5 1,1 187,5 0,005 6,125

Se 0,1 0,25 42 0,001 1,225

Sn 0 3 450 0 0

Zn 2 44 6690 0,02 24,5

Pour l‘application de fumier dans la cadre de la culture sous serre et sous pépinière, il est
préférable d‘utiliser les coefficients de Menzi et al. (1993) conseillées par Audsley (2006) pour estimer
les émissions de métaux lourds liées à leur épandage. Cependant ces coefficients font référence à un
fumier standard, et il faut être conscient que ce fumier peut avoir une composition très différente de
celui utilisé en Tunisie dans le cadre du maraîchage ; en effet il s‘agit d‘un fumier issu d‘un élevage

80
porcin, riche en cuivre, et surtout non utilisé en Tunisie. Il s‘agit cependant des seules données
disponibles pour estimer les émissions de métaux lourds provenant de l‘épandage de fumier, et les
valeurs d‘émissions de cuivre seront certainement surestimées. Le tableau suivant nous donne ainsi
les valeurs des émissions de métaux lourds pour 200kg d‘apports d‘engrais par tonne de fumier
standard.

Tableau 17 : Valeurs des émissions de métaux lourds liées à l'épandage de fumier

Elément chimique Emissions pour 1000kg Emissions pour 5000kg Emissions pour 500kg
de fumier standard en de fumier pour la de fumier pour la
mg culture sous serre en pépinière en mg
mg

Cd 0,29 1,45 0,15

Cu 38,5 192,5 19,3

Pb 8 40 4

Zn 170 850 85

2. Hypothèses de calcul des émissions liées à l’application de


pesticides

Les émissions liées à la fabrication des pesticides sont déjà prises en compte dans le logiciel ;
la base de données Ecoinvent donne des valeurs moyennes des émissions pour des produits
phytosanitaires présents sur le marché.

Pour les émissions liées à l‘application des pesticides au champ, il est assez complexe de les
estimer. Dans son rapport d‘harmonisation de 2003, Audsley donne néanmoins des approximations
des émissions des pesticides dans l‘air, le sol et l‘eau. Ainsi, environ 10% des quantités de
substances actives subsisteraient dans l‘air à long terme, de 0,5 à 2% seraient transférées vers les
eaux de surface, et 85% resteraient dans le sol. Les émissions vers les eaux souterraines seraient
négligeables pour notre étude d‘après les estimations d‘Audsley.

Le tableau suivant donne ainsi les valeurs des émissions dans l‘air, les eaux de surface et le
sol dues à l‘application de pesticides pour la culture de tomate en plein champ :

81
Tableau 18 : Valeurs des émissions liées à l'application de pesticides dans la culture de tomate en plein
champ

Substance active Emissions dans l‘air en Emissions dans les Emissions dans le sol
kg/ha eaux de surface en en kg/ha
kg/ha

Glyphosate (1kg/ha) 0,1 0,02 0,85

Soufre (7,5kg/ha) 0,75 0,15 6,38

Endosulfan (0,7kg/ha) 0,07 0,014 0,595

Dicofol (0,1kg/ha) 0,01 0,002 0,085

Mancozèbe (6kg/ha) 0,6 0,12 5,1

Diméthoate (0,4kg/ha) 0,04 0,008 0,34

Cyperméthrine 0,02 0,004 0,17


(0,2kg/ha)

Pour la culture en pépinière et sous serre, Nemecek et Kägi (2007) préconisent de supposer
que la totalité des émissions dues à l‘application de pesticides va dans le sol. Nous considérons donc
que la totalité des pesticides appliqués en serre et en pépinière sont émis dans le sol.

82
Annexe 5 : Inventaire des flux pour la production annuelle (77 jours) de double concentré de
tomate dans une usine de transformation Tunisienne.

Produits valeur unité allocation massique

Produire du double concentré de tomate


pendant 77 jours 200000*77 kg 95

Rebuts 2562.7*77 kg 5

Matériaux/carbutants Valeur Unité Commentaires

hall industriel 1 year

réservoir de réception 1 year

ligne complète de machines 1 year

fabrication boite de conserve 1/2 (200000/0.4)*77 p

Production tomate plein champ 1200*77 ton

Electricité/chaleur Valeur Unité Commentaires

Electricity, low voltage tunisie | market for |


AllocDef, S 1411.1*24*77 kWh consommation électrique

Water, completely softened, from decarbonised


water, at user {GLO}| market for | AllocDef, S 1410000*24*77+65900*24*77 kg eau de refroidissement et eau de lavage

Wastewater from potato starch production


{GLO}| market for | AllocDef, S -(1410000+65900)*24*77 l traitement des eaux usées

83
Steam, in chemical industry {RER}| production |
AllocDef, S 24620*24*77 kg consommation de vapeur

Compressed air, 600 kPa gauge {GLO}| market


for | AllocDef, S (0.1+12+60)*24*77 m3 consommation d'air comprimé

Emissions vers l’air

Emissions vers l’eau

Emissions vers le sol

Flux finaux de déchets

Emissions non matérielles

Impacts sociaux

Impacts économiques

Déchets à traiter

84
Paramètres d’entrée

Paramètres calculés

Produits valeur unité

fabrication boite de conserve 1/2 1 p

Matériaux/carbutants Valeur Unité Commentaires

Tin platedchromiumsteelsheet, 2 mm {GLO}| 1m² de l’acier pèse 16.4365kg, calcul de la


market for | AllocDef, S 77/(1000*16.4365) m² surface équivalente pour une boîte de 77g

Electricité/chaleur Valeur Unité Commentaires

Metal working, average for steel product


manufacturing {GLO}| market for | AllocDef, S 77/1000 kg

Emissions vers l’air

Emissions vers l’eau

Emissions vers le sol

85
Flux finaux de déchets

Emissions non matérielles

Impacts sociaux

Impacts économiques

Déchets à traiter

Steel and iron (waste treatment) {GLO}|


recycling of steel and iron | AllocDef, S 77/1000 kg Recyclage de l’acier

Paramètres d’entrée

Paramètres calculés

86
87
88
Annexe 6 : Description du procédé de transformation des
tomates en double concentré.
La culture des tomates associée à la transformation

Il existe de nombreuses variétés de tomates qui selon leur composition naturelle (teneur en
eau, en sucre etc.), vont être destinées à un procédé plutôt qu‘un autre (Hot Break ou Cold Break) afin
d‘assurer le pourcentage de matière sèche soluble (degré Brix) en fonction du double concentré
désiré (plus ou moins visqueux). Dans notre cas, nous avons considéré une variété de tomate Rio
Grande, destinée à un procédé Hot Break qui permet d‘obtenir un concentré de tomate dont le degré
Brix est compris entre 28-30. Il est donc essentiel d'organiser soigneusement le travail des
agriculteurs en fonction de la variété choisie afin d‘assurer le meilleur rendement possible. Il est
également fortement conseillé d'utiliser des semences et non les graines de tomates récoltées afin
d‘assurer une meilleure résistance aux maladies et d‘accroitre le rendement. Une usine de
transformation de tomates fraîches nécessite durant sa période de fonctionnement, d‘une alimentation
quotidienne constante en matière première, ce qui peut être assuré de deux façons :

- En organisant la récolte des tomates et en gérant la livraison à l‘usine de façon à assurer


l‘arrivée à l‘usine du bon volume au moment opportun.
- En installant des bassins de réception, ce sont des ces cuves en ciment, d‘environ 5 x 30m
chacune, qui peuvent contenir environ 150 tonnes de tomates et 150 tonnes d'eau. Ces cuves
permettent de stocker les tomates et d‘approvisionner de façon constante la ligne de
traitement.

La ligne de production est conçue de telle sorte qu‘elle doit fonctionner en permanence à la
capacité maximale de production. Il n'est pas possible de travailler à une capacité moindre, ou bien de
façon intermittente car à chaque fois que la ligne est arrêtée, toutes les machines doivent être
nettoyées, ce qui implique une perte de temps conséquente et le gaspillage de la pâte de tomate
contenu dans l‘évaporateur et de l‘eau nécessaire au nettoyage.

De plus, les tomates fraîches et mûres ne peuvent pas être conservées dans les bassins de
réception à des températures ambiantes d‘environ 30°C pendant plus de 24-48 heures, au risque de
provoquer une baisse de qualité du produit fini.

Deux procédés technologiques différents

Le procédé Hot Break impose que la tomate fraîche soit broyée et chauffée à des
températures allant de 85 à 100°C, directement à son entrée dans la ligne de production, alors que le
procédé Cold Break impose une température plus faible allant de 65 à 75°C. La différence entre ces
deux procédés, réside dans la viscosité apparente du produit final qui est mesurée en centimètres
Bostwick.

Le produit Hot Break est plus visqueux et donc plus dense et possède une viscosité de
Bostwick moyenne comprise entre 3,5 et 6 centimètres, alors que le produit Cold Break est moins
visqueux donc moins dense avec une viscosité apparente de 9 à 16 centimètres. Le procédé Hot
Break est généralement utilisé pour le ketchup et les diverses sauces qui nécessitent un Brix de 28-
30°, tandis que le procédé Cold Break est principalement utilisé pour la pâte de triple concentré triple
à 36-38° Brix.

Chauffer la pâte de tomate permet d‘augmenter la viscosité car cela revient à inactiver les
enzymes présentes dans la tomate. Il a été démontré que si les enzymes pectolytiques, naturellement
présentes dans les tomates, sont exposées à l'oxygène pendant l‘étape de broyage, elles sont
revitalisées et commencent le processus de dégradation de la pectine. La pectine est la substance qui
donne la consistance de la pâte de tomate. Il a également été observé que les enzymes pectolytiques
peuvent être désactivées pour une température supérieure à 85°C. Par conséquent, le procédé Hot

89
Break, qui applique à chaque étape de chauffage une température supérieure à 85°C, permet
d‘inactiver les enzymes le plus rapidement possible et donc de préserver la viscosité naturelle du
produit.

La réception des tomates, lavage et tri

Les tomates fraîches arrivent à l'usine dans des camions et sont déchargées dans un canal
de collecte, un bassin en ciment contenant une quantité d'eau 3 à 5 fois supérieure à la quantité de
tomates déchargé. Cette quantité d‘eau est apportée en continu par pompage. Les tomates sont
entrainées par écoulement jusqu‘à des tapis élévateurs, qui les transfèrent ensuite à la station de tri.

A la station de tri, un système de pulvérisation d'eau (de préférence de l'eau potable) rince les
tomates, le tri est effectué manuellement par des employés de l‘usine. Les tomates vertes, abimées
ou trop petites sont placées sur un convoyeur de rejet et ensuite recueillies dans un réservoir. Les
tomates sont ensuite transportées vers la station de broyage.

Le prétraitement

Le broyat ou pâte ainsi obtenu, est préchauffée à 65-75°C pour le traitement Cold Break ou à
85-95°C pour le traitement Hot Break.

Le broyat de tomate préchauffé contient des fibres, le jus, les pépins et la peau. Il est ensuite
acheminé vers une unité d'extraction, composée de deux stations qui possèdent des tamis de mailles
différentes. Tout d‘abord, la dépulpeuse permet d‘éliminer les résidus solides supérieurs à 1 mm, puis,
le raffineur élimine les résidus entre 1mm et 0.6mm. A la fin de l‘étape d‘extraction, il en résulte deux
produits : le jus raffiné prêt à être concentrer et les résidus (peau, pépins…).

Le rendement moyen d'extraction varie en fonction de différents paramètres :

- La température de la pâte, en effet, une température plus élevée permet un meilleur


rendement en jus
- La variété de tomates
- Les mailles des tamis utilisés
- La vitesse de rotation et la forme du rotor de chaque partie du broyeur

Le rendement moyen est de 95%. Il ajouter à cela une perte potentielle de produit d‘environ 1-
3 %, du fait du passage successif dans les différentes machines. Par conséquent, 100 kg de tomates
déchargés des camions produiront environ 93-94kg de jus prêt à être concentré.

Le jus raffiné est ensuite stocké dans un réservoir qui alimente en permanence l'évaporateur.
Ce réservoir est généralement équipé d'indicateurs de niveau, qui contrôlent la pompe alimentant
l'évaporateur en jus.

L’étape de concentration

L‘évaporateur est équipé d‘un système de régulation qui contrôle l‘apport de jus raffiné et la
sortie du double concentré. L‘opérateur n‘a qu‘à définir la valeur de degré Brix souhaité au niveau du
panneau de contrôle, l‘évaporateur ne nécessite pas d'autres règlements. A l'intérieur de
l'évaporateur, se succèdent différentes étapes, également appelés effets, qui vont concentrer
graduellement le jus jusqu‘à ce que la densité de la pâte désirée soit obtenue.

L‘ensemble du processus de concentration (d'évaporation) est effectué sous vide et à basse


température (nettement inférieure à 100°C). La circulation du produit à l'intérieur des différents
échangeurs tubulaires est effectuée au moyen de pompes, conçues pour garantir le transport du
produit dans les tubes de l'échangeur à une vitesse supérieure à 1,2m/s pour éviter «l‘évaporation
éclair» évitant ainsi la carbonisation du produit. Cela signifie qu'il est possible de produire durant de

90
longues périodes sans avoir à arrêter la machine. Il est courant qu‘en Hot Break, l‘évaporateur
fonctionne non-stop durant 35 jours, sans nettoyage.

La capacité de l'évaporateur est mesurée en litres d'eau évaporés par heure et permet de
passer d‘un jus de tomate d‘une concentration initiale de 5°Brix à une pâte de double concentré de
tomate à 30°Brix environ.

Stérilisation et remplissage aseptique

Le concentré est ensuite stocké dans un réservoir aseptique où il y est pompé à haute
pression pour être dirigé vers un stérilisateur-refroidisseur aseptique et enfin vers la machine de
remplissage aseptique, où il est introduit dans des fûts métalliques (grand volume) ou des boîtes de
conserve (volume de consommation domestique).

La température et le temps de stérilisation varient en fonction de la valeur du pH du produit.


D'une manière générale, un produit ayant une valeur de pH inférieure ou égale à 4,2 nécessite une
stérilisation à 115°C durant 90 secondes. D'autre part, si la valeur du pH est supérieure à 4,2, il est
préférable d‘acidifier le produit à environ 4,1, ce qui améliore le goût et la qualité du produit final et
réduit le couple temps/température de stérilisation. Le double concentré de tomate est ensuite refroidi
à environ 35-38°C. Le concentré ainsi conditionné peut être conservé jusqu'à 24 mois. En cas de
stockage de plus de 12 mois, il est toutefois conseillé de conserver le produit dans des chambres
frigorifiques afin de réduire l'oxydation plus que d‘assurer la qualité aseptique du produit.

91
92
Annexe 7 : Indicateurs développé pour l’impact eau en analyse
de cycle de vie.
Diverses méthodes ont récemment été créées pour analyser l‘impact sur l‘environnement et
sur le cycle hydrologique du prélèvement et de la consommation de la ressource en eau douce. Ces
impacts sont analysés en utilisant la méthode d'analyse du cycle de vie (ACV), qui confère un
caractère quantitatif aux analyses environnementales, aux dommages sur la santé humaine et sur la
ressource en eau utilisée d'une manière simplifiée. Ces aspect ont fait l'objet de divers travaux
(Pfister, 2009; Ridoult2012; MilaiCanals, 2008; Frishknecht, 2006) portant sur les différents concepts
et les solutions possibles pour adapter la méthode ACV à la quantification des impacts liés à
l'utilisation de l'eau douce.

Méthode proposée par Pfister (2009)

Dans son étude, Pfister cherche à mettre en place un cadre de travail dans l‘analyse de cycle
de vie pour décrire et modéliser les impacts de l‘utilisation de l‘eau sur la santé humaine, l‘écosystème
et les ressources et à la fois proposer une approche régionale des impacts environnementaux.

La méthode proposée par Pfister est représentée par le diagramme ci-après :

Figure 17 : Diagramme représentatif de la méthode proposée par Pfister

Idéalement, le type d‘usage de l‘eau, la source de l‘eau et la localisation géographique devrait


être prise en compte dans l‘évaluation de l‘impact environnemental de l‘utilisation d‘eau.

De plus, Pfister considère qu‘il est nécessaire de distinguer les utilisations "off-stream" et "in-stream"
de l'eau. Si l'eau est prélevée du milieu naturel, sa disponibilité en aval est réduite, ce type d‘utilisation
est dit off-stream. Dans le cas contraire, si l'eau est utilisée sans être retirée de son lieu d‘écoulement
naturel (lit du cours d‘eau, etc.), son utilisation est dite « in-stream » (exemple : production
hydroéléctrique, navigation, etc.).

En ce qui concerne l'utilisation de l'eau dite off-stream, une distinction entre usage de
consommation et usage polluant est également faite. Les usages de consommation correspondent
aux eaux prélevées qui sont évaporées, incorporées dans des produits ou des déchets, transférées à
un autre bassin versant ou rejetées en mer. Les usages polluants se réfèrent quant à eux à des

93
utilisations de la ressource en eau associées à une dégradation avant d‘être rejetées au lieu de
prélèvement.

Le stress hydrique (water stress) est communément définit comme le rapport entre la quantité
annuelle d‘eau douce prélevée et la quantité hydrologiquement disponible (WTA). Des stresses
modérés et sévères apparaissent pour des valeurs de 20 et 40 % respectivement. Ce concept a été
utilisé pour calculer le water stress index (WSI). Compris entre 0 et 1, le WSI sert de facteur de
caractérisation pour une catégorie Midpoint "water deprivation" suggérée en analyse de cycle de vie.
Le WSI indique la proportion d‘eau consommée (WUconsumptive) qui prive d‘autres usagers d‘eau douce.
Pour le calcul de WSI, le rapport entre la quantité d‘eau douce annuelle disponible (WA i : annual
freshwater availability) et les prélèvements par les divers usagers (withdrawal for different users :
WUij) respectivement pour chaque bassin versant i a été calculé:

Où WTAi est le rapport WTA pour le bassin versant i et les usagers j correspondent à
l‘industrie, l‘agriculture et l‘usage domestique.

Ce rapport a été calculé pour plus de 10000 bassins versants à l‘aide du model WATERgap 2
global model.

Cependant, cet indice peut être surestimé en raison des variations mensuelles et annuelles
des précipitations durant certaines périodes. Les périodes de faibles stresse hydrique ne pouvant pas
nécessairement compenser celle de fort stress hydrique dans le calcul de WTAi. Pour palier à ces
variations, un facteur de variation (VF) est pris en compte pour calculer un WTA modifié (WTA*). Ce
WTA* permet de différentier les bassins versants régulier d‘un point de vue hydrologique (précipation
et débit) que l‘on nomme strongly regulated flows SRF. Le calcul de WTA* est le suivant :

Où s*month et s*year correspondent à la mesure la dispersion moyenne globale de l'écart


type de la distribution des précipitations mensuelles et annuelles respectivement.

A partir des valeurs de WTA*, les valeurs de WSI ont été calculées et ajustées afin d‘assurer une
continuité de valeurs comprises entre 0,01 et 1:

WSI prend une valeur minimale de 0,01 car quelconque prélèvement en eau a un impact local
marginal. La représentation graphique de WSI a adaptée de façon a obtenir une valeur de 0,5 pour
une valeur de WTA égale à 0,4 (qui correspond au palier entre un stress hydrique modéré et sévère).

94
Dans cette même étude, l‘évaluation des dommages environnementaux est réalisée selon la
méthode Eco-indicator-99 assessment methodology (EI99(18)). L‘évaluation des dommages dus au
prélèvement d‘eau et à son utilisation a été développée pour trois indicateurs : la santé humaine
(human health), la qualité des écosystem (ecosystem quality) et les ressources (resources).

Méthode de Ridoult (2012)

Comme Pfister, Ridoult propose une approche directe pour la quantification des impacts sur
l'utilisation « consommatrice » de l'eau douce et de son impact sur l'environnement. Ridoult propose
d'utiliser le Water Stress Index (Pfister, 2009) et de développer un outil pour analyser la
consommation d'eau et sa dégradation et les sommer en une seule unité de mesure qu'il a appelé
H2Oe.

L‘impact des usages de consommation de l‘eau (CWU) d‘une région donnée est calculé en
prenant en compte les prélèvements locaux au sein de cette région que l‘on multiplie par les valeurs
du water stress index correspondantes. Le rapport de cette somme avec le water stress indexmoyen
mondial définit par Pfister (égal à 0.602) nous permet d‘obtenir la consommation d‘eau de la région.
Pour calculer l‘impact des usages polluants (DWU) pour une région donnée, l‘impact environnemental
des pollutions est évalué pour chaque indicateur de la méthode ReCiPed‘analyse de cycle de vie.La
somme des valeurs obtenuesdivisée par l‘impact sur un litre d‘eau à usage de consommation (1,86
-3 3
.10 m ) donne l‘impact des prélèvements à usage « polluants ». Enfin la somme de DWU et CWU
permet d‘obtenir le water Footprint (H2Oe).

Les valeurs obtenues sont proposées comme méthode pour le calcul de l'empreinte eau en
analyse de cycle de vie.

Figure2: Analyse simplifiée du Water Footprint (source : Ridoult2012).

Methode Mila i Canals (2008)

Dans son article “Assessing freshwater use impacts in LCA: Part1 Inventory modelling and
characterization factors for the main impacts pathways”, (Lorenç et al., 2008) l‘auteur suggère une
approche des impacts du prélèvement et de l'utilisation de la ressource en eau douce à partir de deux
indicateurs différents.

Le premier indicateur : Freshwater ecosystem impact (FEI) a été proposé comme un possible
indicateur "Midpoint" en analyse de cycle de vie. Cet indicateur prend en compte les usages d'eau
verte et bleue qui vont induire une diminution de la disponibilité de la ressource pour les autres
usagers (humain comme écosystème). Ces usages sont dits évaporatifs (évaporation d‘eau

95
d‘irrigation, eau évaporée issue d‘autres procédés, etc.). De plus, le FEI prend en compte les usages
de l‘eau qui induisent des modifications du cycle hydrologique par les biais de la modification de la
structure du sol. Pour déterminer cet impact, le tableau 1 rend compte de l‘effet de l‘occupation des
sols sur la proportion des pluies « perdues » (Mila i Canals, 2008). Les usages des sols ont été listés
(selon la classification Ecoinvent) en deux groupes distincs :

Pour les systèmes qui permettent l'infiltration (sol peu compacte), l‘infiltration et le
ruissellement (I+R) représentent des voies utiles pour l‘écosysteme. Ces sols sont représentés dans
le tableau par la lettre "N" et la seule eau perdue est perdue par évapotranspiration.

Inversement, pour les systèmes très transformés dont les sols sont généralement compactés,
seule l‘infiltration a été considérée comme utile pour l‘écosystème. Les pertes en eau sont
considérées comme égale à la somme de l‘évapotranspiration et du ruissellement. Ces sols sont
marqués par la lettre "S" dans le tableau 1. Toutes ces valeurs sont estimées sur la base que les sols
compactés ont une infiltration négligeable prise en compte inférieure à 1%.

Indicateurs du Freswater ecosystem impact (FEI)

Plusieurs indicateurs sont utilisés pour comparer la durabilité des approvisionnements en eau
dans les différents pays. Dans un premier temps Falkenmark (1986) a proposé l'indicateur Water
Resource Per Capita (WRPC), se concentrant sur la santé humaine. Cet indicateur évalue la
ressource en eau disponible par habitant. Cet indicateur n‘est pas considéré comme précis car, selon
Raskin et al.1997, il ne tient pas compte de la capacité d‘un pays à s'adapter à une réduction de la
disponibilité en eau, ni des différents modes d'utilisation de l'eau entre les pays, ou de la diversité des
usages.

WRPC= WRtotal / population

Avec :

 WRPC : Water resources per capita



3
WR : Water resources (m )

Un indicateur plus utile pour déterminer l‘impact sur la durabilité de l'approvisionnement en


eau et l'indice de stress hydrique est le Water Use Per Resource (WUPR) présenté par Raskin et al.
(1997). Cet indice permet de comparer le pourcentage des ressources en eau disponibles et prélevés
au milieu naturel sans prendre en compte les problématiques de qualité. L'indicateur WUPR peut être
utilisé directement comme un facteur de caractérisation des impacts sur l‘écosystème (Freshwater
Ecosystem Index).

96
Figure 18: Effets de l'utilisation des terres sur les écosystèmes d'eau, MilaiCanals2008

Un autre indicateur pour déterminer la contrainte sur l'eau a été proposé par Smakhtin et al
(2004). Cet indicateur a la particularité de tenter de quantifier les besoins en eau des écosystèmes ou
Environmental Water Requirements (EWR) pour tous les bassins versants. Ainsi, en combinant
l'indicateur EWR avec les ressources en eau disponibles comme présenté dans l‘équation suivante,
on peut obtenir un indicateur de stress hydrique.

WSI= WU/WR-EWR

Ainsi, l‘évaluation de stress est plus précise en ce qui concerne les ressources qui peuvent
être prélevées par l'homme en laissant sans impacter l'écosystème naturel.

Indicateurs du Freshwater depletion (FD)

Freshwater depletion (FD) se réfère à l'eau prélevée qui n‘est plus disponible pour les autres
usagers et de manière plus globale pour les générations futures. Pour calculer le FD, un indicateur a
été formulé en considérant l'eau comme une ressource abiotique. Ainsi, il est possible de quantifier la
quantité d‘eau épuisé à un instant donné par la formule Abiotic Depletion Potencial– ADP, adapté de
la formule ADP de (Guinée et al.2002, p. 544).

ADPi= ((Eri-RRi)/Ri²).((RSb)²/DRSb)

Où ADPi est le potentiel d'appauvrissement abiotique des ressources (par exemple, pour un
aquifère particulier) ; Eri est le taux d'extraction de la ressource i; RRi est le taux de régénération de la
ressource i; Ri est la réserve ultime de la ressource i ; DRsb est le taux d‘épuisement de la ressource
de référence l'indice ADP ; RSb est la réserve finale de la ressource de référence pour l‘indice ADP. Il
faut signaler que les eaux souterraines sous-exploitées (c'est à dire, RR> ER) donneraient un facteur

97
de caractérisation négatif. Ces cas ne conduiraient pas à l'épuisement des ressources en eau douce
et devraient donc être ignorés dans l'évaluation.

Le problème avec cette approche est que les réserves d'eau souterraines sont rarement
quantifiées en termes de leur abondance relative par rapport à l'utilisation potentielle, sauf pour les
petits aquifères. Lorsque l‘évaluation est faite au niveau national, les valeurs ont tendance à être très
peu fiables et, dans la plupart des cas, le RR est de nombreuses fois supérieure à RE.

Swiss Ecological Scarcity Method – Frischknecht 2006

Méthode de la saturation écologique

Cette méthode permet d‘évaluer l‘impact des inventaires de cycle de vie lors d‘un éco-bilan.
Les différents indicateurs permettant de différencier les impacts sont appelés « éco-facteurs », et
représentent la charge impactant l‘environnement due à des émissions ou à la consommation d‘une
ressource par quantité de matière produite. Ces éco-facteurs s‘expriment en éco-points (UCE : unités
de charge écologique). Les valeurs des éco-points (« critical flow ») dérivent des différentes
législations existantes ou des objectifs politiques concernant l‘environnement (valeurs limites
d‘application d‘une substance par exemple). La valeur des éco-facteurs (indicateurs) est ainsi
déterminée en fonction du dépassement de la valeur fixée des éco-points par la valeur des flux
mesurés en réalité (émissions et consommation de ressources, « current flow »). Ainsi, ces éco-
facteurs de saturation écologique peuvent seulement être déterminés dans le cas des substances
dont l‘usage possède une certaine législation.

Dans la mise à jour de cette méthode en 2008, l‘utilisation de l‘eau a été mesurée en fonction
de sa rareté à une échelle régionale. Il s‘agit ainsi de la première méthode d‘évaluation
environnementale qui intègre totalement l‘empreinte eau. Ces méthodes de régionalisation de
l‘empreinte eau découlent directement des méthodes décrites par l‘OCDE en 2004.

Pour prendre en compte l‘empreinte eau à une échelle régionale, il est nécessaire de
pondérer la consommation en eau en fonction de la rareté de la ressource à l‘endroit où l‘on prélève.
L‘OCDE mesure ainsi la pression sur les ressources en eau à l‘échelle régionale, et ce en mettant en
relation la consommation observée (domestique, agricole et industrielle) avec la ressource en eau à la
fois disponible et renouvelable. Ainsi, une consommation de plus de 40% de la ressource en eau
disponible et renouvelable est considérée comme une forte pression sur la ressource dans la région
étudiée, alors qu‘une consommation de 20% est considérée comme une pression moyenne et
acceptable sur la ressource. Enfin, c‘est à partir de ce terme de « pression sur la ressource » que la
pondération régionale peut être déterminée de la manière suivante :

Ainsi, en utilisant cette méthode d‘évaluation à l‘échelle régionale, la consommation est eau
est alors évaluée et pondérée en fonction de la rareté de la ressource au sein de cette même région.

98
99
Résumé

L‘ACV (Analyse de Cycle de Vie) est un outil permettant de quantifier les impacts environnementaux
d‘un produit. Il s‘agit de la méthode d'évaluation environnementale la plus aboutie en termes
d'incidence globale et multicritères. Dans un contexte où la durabilité des systèmes devient
primordiale, le projet Medina s‘est fixé l‘objectif de promouvoir des systèmes alimentaires
méditerranéens durables sur trois points de vue : nutrition-santé, socio-économique et
environnemental. La présente étude se focalise sur l‘aspect environnemental d‘une culture essentielle
en Tunisie : la tomate, et considère trois unité fonctionnelles : «produire un kilo de tomates de saison
produite en plein champ », « produire un kilo de tomates de contre saison sous serre non chauffée» et
« produire une boîte de double concentré de tomate». Le système ne comprend que le cycle de vie
des opérations au champ et dans l‘usine de transformation, en excluant le transport des récoltes.
L‘étude utilise la méthode ILCD LCIA 2011 pour le calcul des impacts. L‘ACV montre que la
fertilisation et l‘usinage de l‘acier des boîtes de conserve sont les deux principaux postes d‘émission
de substances polluantes dans les trois scénarios. L‘analyse des données disponibles pour
l‘évaluation environnementale de cultures méditerranéennes montre qu‘il est difficile d‘obtenir des
résultats aussi complets en termes de diversité d‘impacts qu‘avec l‘ACV. Néanmoins, dans le contexte
Méditerranéen où l‘eau représente un enjeu majeur, des méthodes permettant d‘estimer les impacts
sur la consommation en eau commencent à se développer sans avoir recours à une ACV. Elles
pourraient être utilisées pour un grand nombre de produits de l‘agriculture méditerranéenne.

Mots-clés : Analyse de cycle de vie, tomate, double concentré de tomate, Tunisie, impacts
environnementaux, Water Stress Index.

Abstract

The Life Cycle Analysis (LCA) is a tool aiming at assessing the environmental impacts of a product.
This is the most comprehensive multi-criteria environmental assessment method. In a context where
sustainability is crucial, the ‗Medina‘ project aims to promote sustainable food systems in the
Mediterranean basin in terms of nutritional, socio-economic and environmental purposes. This study
focuses on the environmental aspects of tomato crops, and the functional units undertaken in this
study are 'production of one kilo of open field tomato‘, ‗production of one kilo of non-heated
greenhouse tomato‘ and ‗production of one can of tomato paste‘. The system is limited to the field and
processing operations, and does not include transportation after harvesting. The study uses the ILCD
LCIA method to assess the impacts. Fertilization and manufacturing of steel are the most polluting
steps for the three scenarios. The analysis of existing data for environmental assessment of
Mediterranean crops revealed that only LCA provides such diversity of impacts. Nevertheless, in
Mediterranean context, water is a crucial issue and some methods can estimate water resource
depletion without using LCA. These methods could be used for a lot of products from Mediterranean
agriculture.

Keywords: Life Cycle Assessment, tomato, tomato paste, Tunisia, environmental impacts, Water
Stress Index.

100