Vous êtes sur la page 1sur 7

Industrie de la fonderie

par Pierre CUENIN


Ingénieur Arts et Métiers
Ancien Directeur Méthodes Centrales Fonderie-Modelage Renault
Ancien Président Directeur-Général de la Société Bretonne de Fonderie
et de Mécanique (SBFM)
Ancien administrateur délégué Fonderie du Poitou (FdP)

1. Historique................................................................................................... M 3 500 - 2
2. Rôle et possibilités de la fonderie....................................................... — 2
3. Exemples de pièces de fonderie .......................................................... — 3
4. Importance industrielle .......................................................................... — 4
5. Aspects de la production....................................................................... — 5
5.1 Chiffre d’affaires .......................................................................................... — 5
5.2 Qualité .......................................................................................................... — 5
5.3 Sécurité......................................................................................................... — 5
5.4 Conditions de travail ................................................................................... — 6
5.5 Environnement ............................................................................................ — 6
5.6 Investissements ........................................................................................... — 6
6. Relations commerciales ......................................................................... — 6
Pour en savoir plus........................................................................................... Doc. M 3 500

e terme fonderie définit aussi bien les installations métallurgiques dans


L lesquelles on fond les métaux et où on les coule dans des moules pour leur
donner la forme des objets à fabriquer, que l’ensemble des opérations néces-
saires à leur production.
C’est, tout à la fois, un art et un métier dont les origines remontent à plusieurs
millénaires avant notre ère, utilisant et mettant en œuvre des techniques aussi
diverses que variées, comme le moulage, le noyautage, la métallurgie, la fusion
et la coulée des métaux et alliages métalliques, les traitements thermiques, la
finition, le parachèvement des pièces, etc.
La fonderie, c’est aussi une industrie produisant des pièces de toutes natures,
en toutes quantités, de la façon la plus économique à partir de matières premières
brutes (ferrailles, déchets de tôles, bocages), contrairement à certaines tech-
niques concurrentes (forgeage, mécanosoudage...) utilisant des produits
semi-finis comme les tôles neuves, les barres et billettes en acier de toutes
nuances, élaborés par la sidérurgie.
4 - 1994

La fonderie a pu améliorer constamment ses performances grâce aux progrès


de toutes ses composantes techniques, tant en précision, qu’en fiabilité, lui
permettant de concurrencer, voire de remplacer, dans des emplois très sévères
ou de sécurité, des pièces habituellement fabriquées par d’autres techniques
(forgeage par exemple) comme des vilebrequins de moteurs ou des bras de sus-
M 3 500

pension pour les véhicules automobiles. Toutes ces évolutions et tous ces avan-
tages expliquent la très grande diffusion des pièces de fonderie dans toutes les
branches de l’industrie, et les capacités de progrès de cette technique laissent
entrevoir de plus larges applications dans l’avenir.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques M 3 500 − 1
INDUSTRIE DE LA FONDERIE _____________________________________________________________________________________________________________

1. Historique etc. En 1730, un horloger anglais, B. Huntsmann en fabriquant des


creusets en terre susceptibles de supporter des températures de
1 700 oC réussit pour la première fois la fusion de l’acier dans le
Connue depuis la plus haute antiquité, la fonderie fait partie des creuset d’un four à coke, pour produire des ressorts homogènes pour
premiers métiers de l’homme. les montres.
L’évolution de la coulée des métaux, que l’on peut faire remonter Après l’invention en 1784 par Cort des fours à puddler pour
au moins à 3 000 ans avant J.-C., présente une grande importance décarburer la fonte liquide et produire des loupes d’acier pâteux,
technique et culturelle. La coulée est une opération fondamentale la cornue de l’anglais Bessemer (1855) permettra de produire un acier
dans la mise en forme des métaux. De nombreux objets de l’histoire entièrement par voie liquide à partir de la fonte.
de la culture n’auraient pas vus le jour sans une maîtrise très La fonte s’améliore et entre dans la construction en Angleterre
ancienne de la coulée en moule, tels les outils, les armes, les cloches (1er pont en fonte de l’Occident, 17 siècles après les Chinois). Les
et les sculptures. premières fonderies industrielles françaises sont les fonderies mili-
L’Anatolie, vers 5 000 ans avant J.-C., a produit les premiers objets taires qui, vers la fin du XVIIe siècle, fabriquent les canons.
en cuivre fondu. En Europe, la zone balkanique constitue, vers 3 500 La fonte malléable à cœur noir (dite aussi américaine) fut décou-
avant J.-C., le plus ancien foyer métallurgique. Vers 2 000 avant J.-C. verte en 1820 par S. Boyden aux États-Unis et l’aluminium indus-
la connaissance de la métallurgie s’étend à l’ensemble de l’Europe trialisé en 1886.
occidentale.
La fin du XIXe siècle voit le développement des grandes fonderies
La première métallurgie, celle du cuivre, n’est vraiment pratiquée d’alliages cuivreux ou de fonte, et après 1920 d’alliages légers
que dans les régions disposant de gisements cuprifères. (aluminium) pour fournir les pièces nécessaires à toutes les indus-
À l’âge du bronze, au contraire, des pôles métallurgiques de tries, travaux publics, pétrole, ferroviaire, automobile, machinisme
première importance sont implantés dans des zones dépourvues de agricole, etc.
tout gisement de cuivre ou d’étain. C’est au Moyen-Orient (Irak, L’apparition de nouvelles techniques et de nouveaux alliages (par
Sumer, Ur) que furent coulés, à la fin du IVe millénaire, les premiers exemple les fontes GS en 1948) a accéléré l’évolution des fonderies
objets en bronze. qui se placent ainsi au tout premier rang des producteurs de pièces
L’Europe occidentale entra dans l’âge du bronze vers 1800-1700 destinées aux industries de transport, de transformation, du bâti-
avant J.-C. En France, la région atlantique et l’Est de la France consti- ment, de production d’énergie ou de fabrication de grande série
tuent des zones privilégiées de travail du bronze entre 1800 et 700 (automobiles par exemple).
avant J.-C.
En Chine, et dès avant le début de notre ère, la fonderie avait déjà
atteint un stade de développement bien en avance sur celui de
l’Europe pour la coulée de la fonte et pour la production en série
2. Rôle et possibilités
de pièces moulées. D’après Hua-Jue-Ming, on peut indiquer
quelques repères historiques :
de la fonderie
■ à partir de 1 600 avant J.-C. : L’industrie de la fonderie, utilisatrice de matières premières (fonte,
— coulée de métal dans des moules en argile cuite pour les sym- ferraille, coke), fournit des pièces finies ou semi-finies à l’ensemble
boles de puissance et de culture, de l’industrie. Elle est à ce titre une industrie de base.
— bronzes à teneurs variables en étain, On s’adresse à elle soit pour la fabrication de pièces de formes
— procédé de coulée à la cire perdue surtout pour les moulages compliquées qu’il serait difficile ou impossible de réaliser par tout
des statues ; autre procédé, soit pour la production à des prix de revient plus
intéressants de pièces plus simples, soit encore pour profiter des
■ 500 avant J.-C. : propriétés physiques ou d’utilisation (dilatation, corrosion, frot-
— coulée de fonte pour instruments ménagers ; tement, usure, basses et hautes températures) et des propriétés
mécaniques des divers métaux et alliages coulés, soit enfin pour
■ 300 avant J.-C. : couler des alliages non corroyables ou difficilement usinables.
— coulée en coquille, Quelques chiffres représentant le pourcentage massique de pièces
— traitement thermique de fonte malléable ; de fonderie permettent de mieux saisir leur rôle et leur importance :
■ au début de notre ère : — sur une automobile : 15 % ;
— sur un tracteur agricole : 50 % ;
— coulée en grappes pour la production de boîtes d’essieux pour — sur machines-outils, pour un tour parallèle par exemple : 75 %.
chariots ; De plus, la fonderie est une industrie économe en énergie, grâce
■ en 900, 1000 après J.C. : à l’utilisation immédiate du métal liquide dont l’élaboration peut
nécessiter, par exemple 650 kWh/t pour de la fonte grise au gros
— coulée de pièces particulièrement lourdes en fonte (lion de four à induction basse fréquence.
Kangzhou de 40 t, Bouddha de Zhengyang de 50 t).
À cela s’ajoute les progrès fait en fonderie, notamment dans le
À partir de 1100 avant J.C., le fer, obtenu par réduction à l’état domaine de la précision dimensionnelle, qui entraîne souvent une
solide, se répand au Proche-Orient et gagne l’Europe entre 1100 et réduction des dépenses de finition (diminution ou suppression de
700 avant J.-C. Le premier âge du fer a recours au nouveau métal l’usinage par exemple).
pour la réalisation de motifs décoratifs et d’armes. En France, les
La fonderie a également un rôle d’accompagnement et d’assis-
premiers objets en fer apparaissent à la fin du IXe siècle avant notre
tance pour l’évolution des autres techniques.
ère, et l’âge du fer se met progressivement en place entre 800 et
650 avant J.-C., selon les régions, l’Aquitaine et la Lorraine consti- Les progrès de l’automobile, de l’aviation, le développement de
tuant des centres précoces. l’industrie nucléaire n’auraient certainement pas été possibles sans
une évolution considérable de la fonderie vers plus de qualité et de
Toutes ces techniques connaissent un grand développement et
performances grâce à de nouveaux alliages, à de nouveaux produits
notamment la fonderie de bronze pour les objets d’art (portes
et à de nouveaux procédés de fabrication et de contrôle.
d’églises, statues...). Au XIIIe siècle apparaissent les premiers hauts
fourneaux primitifs dans la région de Siegen (Ruhr), où aurait eu La fonderie a joué un rôle de tout premier plan dans l’évolution
lieu la première coulée de fonte grise. Il faut attendre la seconde de toutes les branches de l’activité humaine, et elle sera amenée,
moitié du XVe siècle et le XVIe siècle pour voir la fonte se banaliser dans l’avenir, a toujours mieux remplir ce rôle. Elle est ainsi, pour
dans la fabrication des canons, boulets, poêles, ustensiles de cuisine, sa part, un moteur du progrès.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
M 3 500 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques
_____________________________________________________________________________________________________________ INDUSTRIE DE LA FONDERIE

3. Exemples de pièces
de fonderie
Les figures 1 à 12 donnent quelques exemples de la diversité des
pièces produites par l’industrie de la fonderie.

Figure 4 – Villebrequin en fonte GS (doc. Française de mécanique)

Figure 1 – Secteur d’aubes de distributeur de turbine


en alliage de nickel. Fonderie de précision (doc. SNECMA)

Figure 5 – Arbre à cames en fonte trempées sur réfroidisseurs


à la coulée (doc. Renault. Fonderies du Mans)

Figure 2 – Pince à couper et à dénuder en Zamac.


Fonderie sous pression (doc. PRAM)

Figure 6 – Carter de cylindre en fonte grise (doc. Fonderie du Poitou)


Figure 3 – Collecteur d’échappement en fonte GS brute de coulée
(doc. SBFM)

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques M 3 500 − 3
INDUSTRIE DE LA FONDERIE _____________________________________________________________________________________________________________

Figure 7 – Bras de suspension en fonte GS brute de coulée


(doc. Française de mécanique – SBFM)

Figure 11 – Bâti Edger (cage verticale de laminoir) de 220 t


en acier coulé (doc. Creusot-Loire Industrie)

Figure 8 – Porte-fusée en fonte GS brute de coulée (doc. SBFM)

Figure 12 – Cloche en bronze 1 235 kg (cathédrale St-Etienne


de Toulouse, iconographie de A. Brasillier (Fonderie Paccard)

4. Importance industrielle
La fonderie constitue un important secteur de l’activité industrielle,
Figure 9 – Culasse en aluminium. Coulée basse pression
fournissant des pièces finies directement utilisables (fonderies sur
(doc. Fonderie du Poitou)
album : voierie, chauffage, etc.) ou des pièces s’intégrant, après usi-
nage et finition, dans des ensembles ou sous-ensembles mécaniques
(boîtes de vitesses, moteurs pour automobiles, véhicules industriels,
etc.).
On peut, sur le plan industriel, classer les fonderies en trois grands
secteurs, suivant le genre de leur activité.
■ Fonderies d’art et d’ornement : elles mettent en œuvre des
procédés de moulage traditionnels, mais aussi des procédés plus
particuliers comme le moulage en cire perdue, avec élastomères par
exemple. C’est le domaine des fondeurs d’art, hautement qualifiés,
qui ont associé, par leur talent, le nom de la fonderie aux œuvres des
plus grands artistes sculpteurs, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours.
■ Fonderies de pièces unitaires, d’outillage et de petites séries :
elles sont souvent appelées fonderies de moulage-main, emploient
des procédés de moulage classiquement à base de sables silico-
argileux et plus récemment de sables autodurcissants.
(0)
Figure 10 – Tuyau centrifugé en fonte GS (doc. Pont-à-Mousson)

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
M 3 500 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques
_____________________________________________________________________________________________________________ INDUSTRIE DE LA FONDERIE

Tableau 1 – Classification des fonderies par genre d’alliage


Alliages Désignation des fonderies
Métaux ferreux
● Fonte sur album (ou sur catalogue) : appareils de chauffage, de cuisine, fontes pour
Fontes grises sanitaires et bâtiments.
Fontes GS ● Fonte d’hydraulique : tuyaux, canalisations, raccords, vannes, voieries.
● Fonte sur modèle : moyennes et grandes séries (automobiles, véhicules indutriels).
● Fontes malléables à cœur blanc (raccords) ou européennes ou Réaumur.
Fontes malléables ● Fontes malléables à cœur noir ou américaines.
● Fontes perlitiques.
Aciers moulés ........................................................ ● Aciers ordinaires ou spéciaux
Alliages non ferreux
● Alliages d’aluminium, coulés en sable, coquilles, sous pression.
Alliages légers
● Alliages de magnésium, coulés en sable, coquilles, sous pression.
Zinc ......................................................................... ● Zamac coulés sous pression.
Alliage de cuivre .................................................... ● Bronzes, cupro-aluminiums, laitons, cupro-alliages.
Alliages divers ....................................................... ● Antimoine, plomb, étain, titane.

■ Fonderies pour production de moyennes et grandes séries : elles (0)


utilisent, en fonction de leur spécialité et des alliages fabriqués, les
procédés les mieux adaptés à leur production : moulage en sable vert Tableau 2 – Exemples de répartition
pour la très grande majorité, en carapace, à la cire perdue, en du chiffre d’affaires en fonderie (%)
coquille, centrifugé, sous-pression, etc., avec des installations
souvent très mécanisées et automatisées. Fonderie Fonderie
Secteur
de fonte d’aluminium
Parmi ces fonderies, on peut distinguer également deux types
d’entreprises : Approvisionnement
● les fonderies intégrées très spécialisées, faisant partie d’un (matières premières, divers).......... 38 50
ensemble industriel et fournissant les pièces brutes nécessaires aux Énergie............................................. 12 5
fabrications du groupe, l’exemple le plus significatif étant les
fonderies des constructeurs automobiles ; Personnel......................................... 40 33
● les fonderies autonomes, appelées aussi fonderies sur Autres postes .................................. 10 12
modèles, le modèle étant réalisé d’après le dessin mis au point avec
le client, fonderies pouvant également travailler en sous-traitance
pour les donneurs d’ordres de grandes ou moyennes séries.
Les fonderies sont également classées suivant la nature du métal
5.2 Qualité
ou des alliages qu’elles élaborent et des pièces qu’elles produisent
(tableau 1). La qualité en fonderie est un facteur important qui permet d’obte-
nir la confiance de la clientèle, de favoriser la diffusion des produits
de fonderie et d’améliorer la gestion des entreprises. En effet, les
dépenses de non-qualité, qui regroupent toutes les non-conformités
5. Aspects de la production de la fabrication (moules cassés, noyaux rebutés, pièces non
conformes, rebuts de pièces...), peuvent atteindre des pourcentages
significatifs du chiffre d’affaires (jusqu’à 5 à 6 %), ce qui justifie toutes
Nous indiquons ci-après quelques-uns des aspects principaux de les actions qu’il faut mener dans ce domaine pour viser la qualité
la production et de la gestion dans les fonderies, pour aider à carac- totale, source d’économie pour l’entreprise et de satisfaction pour
tériser cette industrie. la clientèle.

5.1 Chiffre d’affaires 5.3 Sécurité


La répartition du chiffre d’affaires est différente suivant le type de La fonderie est une industrie qui présente de nombreux risques
fonderie : fonte, aluminium, grande production, pièces unitaires, etc. d’accidents, dus à la proximité et au transport du métal liquide à
Le tableau 2 donne des ratios très généraux pour deux types de haute température, à la manutention de charges lourdes, aux pous-
fonderie de série : fonte et aluminium. sières, aux dégagements gazeux, etc. L’aspect sécurité doit donc y
être particulièrement bien pris en compte par l’installation de protec-
tions efficaces, d’aspirations, de système de dépoussiérage, une
formation très complète du personnel, l’affichage de consignes de
sécurité, sans négliger le port des vêtements de protection indispen-
sables à certains postes.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques M 3 500 − 5
INDUSTRIE DE LA FONDERIE _____________________________________________________________________________________________________________

5.4 Conditions de travail constitue la base juridique des contrats de fourniture de pièces tant
du point de vue de la conception des pièces que du point de vue des
études, modèles, outillages, délais, masses des pièces, prix, contrôle,
La mécanisation et l’automatisation en fonderie peuvent se garantie (remplacement des pièces non conformes), propriété indus-
justifier économiquement, sur la base de critères de productivité et trielle, etc.
de qualité mais également sous l’aspect amélioration des conditions ■ Partenariat : certains donneurs d’ordres peuvent conclure avec
de travail, certains appareillages automatisés permettant de sup- leurs fournisseurs sélectionnés des accords de partenariat qui les
primer toute intervention humaine dans des postes pénibles, associeront plus étroitement aussi bien au niveau de la conception
empoussiérés ou dangereux. des pièces qu’au niveau des contrôles, de la qualité, et notamment
en mettant en place des procédures d’agrément et d’assurance
qualité.
5.5 Environnement ■ Labels : ce sont des marques de qualité, gérées par le SGFF, dont
la garantie intéresse la seule qualification des entreprises au regard
des fabrications couvertes par le ou les labels dont elles sont
Les fonderies peuvent être des sources de pollution pour l’exté- titulaires.
rieur (poussières, bruit, fumées...). Il convient donc de mettre en
place les systèmes de dépollution nécessaires pour éviter ces nui- Les labels, discipline librement acceptée par les titulaires, ont pour
sances et être en conformité avec les réglementations existantes, le client une valeur de sélection technique.
en prévoyant que celles-ci évolueront dans l’avenir vers plus de Ils sont garantis par des contrôles périodiques effectués par les
contraintes. Cet aspect devra être pris en compte au moment du inspecteurs du label, des audits réguliers effectués par les ingénieurs
choix d’un nouvel investissement. du CTIF (Centre Technique des Industries de la Fonderie) et par la
commission paritaire des labels, composée en nombre égal des
représentants des principales industries clientes et des fonderies.
Les labels existent pour les différentes sortes de fonderies :
5.6 Investissements — aluminium....................... Alu fran ;
— magnésium ..................... Mag fran ;
— cuivreux .......................... Cupro fran ;
La fonderie nécessite, en général, des investissements importants,
— fonderie sous pression.. Press fran ... avec
surtout pour les fonderies de grande production, avec un taux de
rotation des capitaux relativement faible, (taux de rotation = chiffre
d’affaires annuel/capitaux investis) de l’ordre de 0,5 à 0,75.
Cela oblige à n’investir qu’à bon escient, à gérer soigneusement
3 indices
 A = aluminium
Z = zinc
L = laiton
les investissements, à bien choisir les matériels lourds qui seront — fonte malléable .............. Foma fran ;
souvent utilisés pendant de longues périodes (15 à 20 ans, 25 ans — fonte GS.......................... Sphéro fran ... et QGS au niveau
parfois), par exemple pour des chantiers de fusion ou des instal- européen ;
lations de moulage importantes, et à baser les décisions d’investis- — fonte grise....................... Font fran ... avec indice suivant les
sement sur des études économiques approfondies. familles de pièces.
■ Normes : un certain nombre de normes Afnor ont été élaborées
par le Bureau de Normalisation des Industries de la Fonderie (BNIF)
en liaison avec l’Afnor, concernant les différents domaines de la
6. Relations commerciales fonderie : par exemple métallurgie, désignation des alliages, carac-
téristiques des pièces, canalisations, etc. et sont rassemblées dans
un recueil de normes de fonderie publié par l’Afnor.
Les relations commerciales qui se créent entre les fondeurs et leurs
clients se présentent sous plusieurs formes. ■ Marques de fabrique : chaque fondeur personnalise ses produits
par sa marque de fabrique, présentée soit en caractères typo-
■ Conditions générales de vente : elles sont précisées dans un docu- graphiques, soit sous forme caractéristique (noms-sigles en carac-
ment du SGFF (Syndicat Général des Fondeurs de France) intitulé tères destinés, vignettes ou monogrammes).
Conditions Générales de Vente des Fonderies Européennes, qui
définit les droits et les obligations de la fonderie et du client et qui

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
M 3 500 − 6 © Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques
P
O
U
Industrie de la fonderie R

E
par Pierre CUENIN N
Ingénieur Arts et Métiers
Ancien Directeur Méthodes Centrales Fonderie-Modelage Renault
Ancien Président Directeur-Général de la Société Bretonne de Fonderie
et de Mécanique (SBFM)
Ancien administrateur délégué Fonderie du Poitou (FdP) S
A
GIESSEREI. – Synthèse bibliographique annuelle sur
Bibliographie
GEIER (M.). – Métallurgie de fonderie t. 1 Éd. Eyrolles
V
HUA-JUE-MING. – Zhu Zao. Foundry no 4 et 5 (1984),
l’histoire de la fonderie. Heinz Wubbenhorst 74,
no 17 (1987).
no 3 (1986).
LE THOMAS (P.J.). – La métallurgie. Le rayon de la
p 190 (1976).
Annuaire 1993 du Syndicat Général des Fondeurs de
O
France.
LOUBOUTIN (C.). – Naissance de la métallurgie. Dos-
sier Conservateur du Musée des Antiquités
Nationales de St-Germain-en-Laye (1988).
science. Éd. du Seuil p 190 (1963).
I
R

P
L
U
S
4 - 1994
Doc. M 3 500

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. − © Techniques de l’Ingénieur, traité Matériaux métalliques Doc. M 3 500 − 1