Vous êtes sur la page 1sur 40

Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Etude de l'Infrastructure

XII.1. ETUDE DES FONDATIONS :

XII.1.1. INTRODUCTION :
On appelle fondation la partie inférieure d’un ouvrage reposant sur un terrain
d’assise vers laquelle sont transmises toutes les charges supportées par l’ouvrage. Donc
elle constitue la partie essentielle de l’ouvrage.

XII.1.1.1. FONCTIONS ASSURÉES PAR LES FONDATIONS :


La fondation est un élément de structure qui a pour objet de transmettre au sol les
efforts apportés par la structure.

Dans le cas le plus général, un élément déterminé de la structure peut transmettre à sa


fondation :

- Un effort normal : charge verticale centrée dont il convient de connaître les valeurs
extrêmes.
- Une force horizontale résultant, par exemple, de l’action du vent ou du séisme, qui
peut être variable en grandeur et en direction.
- Un moment qui peut être de grandeur variable et s’exercer dans des plans différents.
Compte tenu de ces sollicitations, la conception générale des fondations doit assurer la
cohérence du projet vis-à-vis du site, du sol, de l’ouvrage et interaction sol/structure.

XII.1.1.2. CLASSIFICATION DES FONDATIONS :

Fonder un ouvrage consiste essentiellement à répartir les charges qu’ils supportent


sur le sol ou dans le sol suivant l’importance des charges et la résistance du terrain.

 Lorsque les couches de terrain capables de supporter l’ouvrage sont à une faible
profondeur on réalise les fondations superficielles (semelles isolées, filantes et radier
général).
 Lorsque les couches de terrain capables de supporter l’ouvrage sont à une grande
profondeur on réalise les fondations profondes et semi profondes (puits et pieux).

XII.1.2. CALCUL DES FONDATIONS :

Afin de satisfaire la sécurité et l’économie, tout en respectant les caractéristiques de


l’ouvrage nous devons prendre en considération la charge que comporte l’ouvrage – la
portance du sol – l’ancrage et les différentes données du rapport du sol. On commence le
choix de la fondation par les semelles filantes et radier, chaque étape fera l’objet de
vérification.

176
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

On suppose que l’effort normal provenant de la superstructure vers les fondations est appliqué
au centre de gravité (C.D.G) des fondations.

XII.1.2.1. SEMELLES FILANTES :

FIGURE VII.1: SEMELLE FILLANTE

L'effort normal supporté par la semelle filante est la somme des efforts normaux de tous les
poteaux qui se trouve dans la même ligne.

N
On doit vérifier que:  sol 
S

Tel que:

N=∑Ni de chaque file de poteaux.

S=B x L

B: Largeur de la semelle.

L: Longueur de la file considérée.

N
B
L sol

Les résultats sont donnés dans le tableau qui suit:

177
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Files N (kN) S (m2) L(m) B(m) Bchoisie(m)

A 3485.73 35.07 16.7 2.08 2.10

B 2056.06 25.60 10.45 2.38 2.45

D 13021.27 52.8 26.4 1.97 2.00

E 5226.74 20.9 10.45 2.00 2.00

F 6777.02 28.14 13.4 2.02 2.10

G 2999.45 47..25 13.5 3.42 3.5

H 7610.09 31.2 10.4 2.93 3

Tableau XII.1: Sections des semelles filantes

Conclusion:

D'après ces résultats, on remarque qu'il y a chevauchement des semelles filantes, on


passe alors à l'étude de radier général.

XII.1.2.2. RADIER GÉNÉRAL

XII.1.2.2.1. INTRODUCTION :

Un radier est une dalle pleine réalisée sous toute la surface de la construction.

Cette dalle peut être massive (de forte épaisseur) ou nervurée; dans ce cas la dalle est mince
mais elle est raidie par des nervures croisées de grande hauteur.

Dans notre cas, on optera pour un radier nervuré.

L'effort normal supporté par le radier est la somme des efforts normaux de tous les poteaux.

Figure XII.2. Disposition des nervures par rapport au radier et aux poteaux
178
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

XII.1.2.2.2. PREDIMENSSIONEMENT DE RADIER :

1. Dalle:

La dalle du radier doit répondre à la condition suivante :

L max
h 
20

L max  6.4m  h  32cm

Avec :
Lmax = la plus grande portée entre nus d’appuis.

Choix : On retient une épaisseur de hd = 50 cm pour la dalle du radier

2. Nervure :

L’épaisseur (hr) du radier doit satisfaire les conditions suivantes :

 Formule empirique :

La nervure du radier doit avoir une hauteur ht égale à :

L max 640
h    64cm
10 10

Avec :
Lmax : entre axes maximal des poteaux parallèlement aux nervures.

 Condition de l’épaisseur minimale :

La hauteur du radier doit avoir au minimum 25 cm (hmin ≥ 25 cm)

 Condition forfaitaire

𝑙𝑚𝑎𝑥 𝑙𝑚𝑎𝑥
≤ℎ≤ → 𝑙𝑚𝑎𝑥 = 640cm → 80 ≤ h≤ 128
8 5

 Condition de la longueur élastique :

π 4 4EI
Lmax ≤ Le Avec ∶ Le = √
2 bK

179
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Avec :

E = 20000 MPa (module de young du béton).

K ∶ Coefficient de raideur du sol pour un sol de densité moyenne = 40MPa.

bsf ∶ Largeur de la semelle,.

I ∶ Inertie de la section transversale du radier.

bh3
I=
12
Donc on aura :

48bsf KL4max
3
hr ≥ √ ⇒ hr ≥ 1.18 m
bn Eπ4

Choix final : L’épaisseur minimale normalisée qui correspond aux quatre conditions citées ci
haut est hr= 120 cm ; la largeur est celle du plus gros poteau : b=55cm.

XII.1.2.2.3. LA SURFACE DU RADIER :

A ELS :

On a 𝑁𝑠𝑒𝑟 = 67512.25KN.

N N
σ max   σ sol  S nec 
S nec σ sol

N : sont tirés à partir du fichier du logiciel SAP2000

N  67512.25kN
Pour  On trouve S ≥ 270.05m2
σ sol  2.5bars

S bâtiment  415.46 m 2 .

SNECESSAIRE = 270.05m2 < SBATIE = 416.46m2

La surface du bâtiment est supérieure à la surface nécessaire du radier, à cet effet,

nous avons prévu un débord (D) minimal constructif.

180
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

a. Calcul du D (débordement) :

Largeur minimale de débord Ld ≥ (h/2 ; 30cm)

Choix: Ld = 50 cm → 𝑆𝑑é𝑏𝑜𝑟𝑑 = 𝐿𝑑 x 𝑃𝑏𝑎𝑡

→ S débord = 0.50x120.55 = 60.28 𝑚2

⇒ S radier = S batiment + S débord = 416.46 + 60.28 = 476.74 m²

b. Vérification de la contrainte de cisaillement :

D’après le règlement C.B.A 93, On vérifie la condition suivante :

Tu
u    u  Min 0,1 f c 28 ;4MPa   2,5MPa .
bd

Avec :

𝑞𝑢 𝑁𝑢 𝑥𝑏
𝑇𝑢 : L'effort tranchant ultime : 𝑇𝑢 = x𝑙𝑚𝑎𝑥 ⇒ x 𝑙𝑚𝑎𝑥
2 𝑆𝑟𝑎𝑑

Nu=Nu1+1.35×Poids (radier)=73 471.5KN

L : la longueur maximal d'une bande de 1m, L=6.40 m

73 471.5 𝑥1 𝑥 6.40
𝑇𝑢 = = 493.16 KN
476.74 𝑥2
493.16 𝑥10
𝑇𝑢 = = 1.10MPa ≤ 2.5 Pas de risque de cisaillement.
100 𝑥 0.9 𝑥50

c. Vérification de l’effet de sous pression :

Elle est jugée nécessaire pour justifier le non soulèvement du bâtiment sous l’effet de la
Pression hydrostatique .On doit vérifier :

Avec :

W : Poids total du bâtiment à la base du radier


La charge permanente totale transmise au pied des poteaux et des voiles est de:

181
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

9
𝐺𝑏𝑎𝑡 =∑𝑖=1 𝐺𝑖 = 38 406.95 KN

W= Gbat + Grad =44 366.20 KN


α: Coefficient de sécurité vis-à-vis du soulèvement (α =1.5).
γ : Poids volumique de l’eau (γ = 10KN/m3).
h : Profondeur de l’infrastructure (h =4 m).
Sr : Surface du radier (Sr = 476.74 m²)
hS 1.5×10×4×476.74= 28 604.44 KN < W= 44 366.20 KN

Aucun de risque de soulèvement du bâtiment sous l’effet de la pression hydrostatique.

d. Vérification au non poinçonnement :

Sous l’action des forces localisées, il y a lieu de vérifier la résistance du radier au


Poinçonnement par l’effort tranchant.
Cette vérification s’effectue comme suit :

0,045.Uc.h3.fc28
N≤
𝛾𝑏

Avec :

μc : Périmètre du contour projeté sur le plan moyen du radier


Nu : La charge revenant au poteau ou au voile le plus chargé à l’ELU
h : Epaisseur totale du radier (120 cm)

Le poteau le plus sollicité est le poteau : Nu=1796.46KN.

0.045 𝑥4.2𝑥1,20𝑥25
μc= (2a+2hradier).2 = 4.2m → =3780 KN > Nu=1796.46KN.
1.5

Le voile le plus sollicité est le voile : Nu=1356.65 KN

0.045 𝑥14.70𝑥1,20𝑥25
μc= (L+b+2hradier).2 = 14.70m → =13230KN > Nu=10327.23KN.
1.5

Avec :
L, b : dimensions du voile

Donc il n’y a pas risque de poinçonnement du radier

XII.1.2.2.4.CARACTERISTIQUE GEOMETRIQUE DU RADIER:

 Position du centre de gravité:

182
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

XG = 17.35 m

YG = 9.1 m

 Moments d'inertie:
Ixx =7 377.37m4

Iyy =33 506.61m4

a. Vérification de la stabilité du radier :

Il est très important d'assurer la stabilité au renversement de cet ouvrage qui est dû aux
efforts horizontaux.

Ms  Ms 
Le rapport doit être supérieur au coefficient de sécurité 1,5   1,5 
MR  MR 

Avec

Ms = Moment stabilisant sous l'effet du poids propre.

MR = Moment de renversement dû aux forces sismique.

 Moment de renversement M rev


Avec MR = ∑M0 + V0h

M0 = Moment à la base de la structure.

V0 = L'effort tranchant à la base de la structure

M0, V0 sont tirés à partir du fichier résultats du SAP 2000

h = Ancrage de l'ouvrage.

h = h SOUS SOL + h RADIER = 4,0 m.

 Moment stabilisant Ms
La seule action qui stabilise le bâtiment contre le renversement est celle qui est due au poids
de l'ouvrage

Ms= N x XG ou Ms = N x YG (selon le sens)

183
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

N = NG + NQ

Avec :

NG = NG1 + NG2 + NG3

NQ = NQ1 + NQ2

NG1 Poids propre de la superstructure.

NG2 Poids propre de l'infrastructure.

NG3 Poids propre du radier.

NQ1 Poids de la surcharge d'exploitation de la superstructure.

NQ2 Poids de la surcharge d'exploitation de l'infrastructure.

On a NG1+ NG2 = 42143.45 KN

NG3 =ρbxSxh

NG3 = 25 x476.74x0.5= 5959.25 KN

NQ1+ NQ2 = 5706.51

NG = NG1 + NG2 + NG3) = 48102.70 KN

NQ = NQ1 + NQ2 = 5706.51kN

Donc N = 56 220.21kN

Figure XII.3. Schéma statique du bâtiment

184
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

 Sens x-x
∑M0 = M1 = MX = 331 857.7kNm; V0 = F2 = FY = 3538.5kN; h = 4, 0 m

Donc : MR = 346 011.7KN.m

Ms= N x XG = 975 420.64KN.m

Ms
 2.82  1,5...................Vérifiée
MR

 Sens y-y
∑M0 = M2 = MY = 316 989kNm; V0 = F1 = FX = 3531.93kN; h =4,0 m

Donc MR = 331 116.72.KN m

Ms = N x YG = 511 603.91KN.m

Ms
 1.56  1,5...................Vérifiée
MR

 Conclusion
Le rapport du moment de stabilité et du moment de renversement est supérieur à 1,5;
donc notre structure est stable dans les deux sens.

XII.1.2.2.5. CALCUL DES CONTRAINTES :

Les contraintes du sol sont données par NSER =67 512.25 kN

 Sollicitation du premier genre


N ser 67 512,25
À l'ELS σ ser    141.61kN/m 2
S rad 476.74

σ ser  141.61kN/m 2  σ sol  250kN/m 2 ................Véri fiée

 Sollicitation du second genre

185
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

On doit vérifier les contraintes sous le radier (σ 1 ; σ2)

N M
σ1   V
S rad I
Avec :
N M
σ2   V
S rad I

On vérifier que

σ1 Ne doit pas dépasser 1,5σsol

σ2 Reste toujours positive pour éviter des tractions sous le radier.

 L  3σ  σ 2
σ   1 Reste toujours inférieur à 1,33 σsol.
4 4

 ELU :
Nu = 1,35G + 1,5Q = 94 500.42kN

M est le moment de renversement.

σsol=250kN/m2

L
σ1 (kN/m2) σ2 (kN/m2)  m   (kN/m2)
4

Sens x-x 277.36 119.08 237.79

Sens y-y 225.65 170.79 211.94

L
    1,33 sol
Vérification σ1 max
< 1,5 σsol =375 σ2 min
>0 4
=332.5

Tableau XII.2 : Contraintes sous le radier à l'ELU

186
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

 ELS :
Nser = G + Q = 67 512.25 KN

M est le moment de renversement.

σsol=250kN.

L
σ1(kN/m2) σ2(kN/m2)  m   (kN/m2)
4

Sens x-x 220.75 62.48 181.18

Sens y-y 174.63 108.39 158.07

L
    1,33 sol
Vérification σ1 max
< 1,5 σsol =375 σ2 min
>0 4
=332.5

Tableau XII.3 : Contraintes sous le radier à l'ELS

 Détermination des sollicitations les plus défavorables


Le radier se calcul sous l'effet des sollicitations suivantes :

L
 ELU :  u      237.79kN / m 2
4

L
 ELS :  ser      181.20kN / m 2
4

XII.1.2.2.6. FERRAILLAGE DU RADIER :

Le radier se calcule comme un plancher renversé, donc le ferraillage de la dalle du radier


se fait de la même manière que celui du plancher.

La fissuration est considérée très préjudiciable

187
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

a. Ferraillage de la dalle du radier :

 Détermination des efforts : [1]

Lx
1) Si 0,4   1,0  La dalle travaille dans les deux sens, et les moments au centre de
Ly
la dalle, pour une largeur unitaire, sont définis comme suit
M x  μ x qL2x ……………sens de la petite portée.

M y  μ y M x ……………sens de la grande portée.

Pour le calcul, on suppose que les panneaux soient encastrés aux niveaux des appuis, d'ou on
déduit les moments en travée et les moments sur appuis.

 Panneau de rive :
Moment en travée Mtx = 0,85 Mx

Mty = 0,85 My

Moment sur appuis Max = May = 0,3 Mx (appuis de rive)

Max = May = 0,5 Mx (autres appuis)

 Panneau intermédiaire :
Moment en travée Mtx = 0,75 Mx

Mty = 0,75 My

Moment sur appuis Max = May = 0,5 Mx

Lx
2) Si  0,4  La dalle travaille dans un seul sens.
Ly

Moment en travée Mt = 0,85 M0

Moment sur appuis Ma = 0,5 M0

188
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

ql 2
Avec M 0  .
8

Valeur de la pression sous radier :

 ELU : q u  σ um .1m  237.79kN/m

 ELS : q ser  σ ser


m .1m  181.20kN/m

 Moment en travée et sur appuis à l'ELU (ν = 0) :


Lx
On a le rapport des panneaux 0,4   1,0  la dalle travaille dans les deux sens. On
Ly

applique le calcul pour le panneau le plus sollicité ayant des dimensions plus grandes que les
autres panneaux.

𝐿𝑥 = 3.90 m.

𝐿𝑦 =6.40 m.

 Calcul des moments


μx et μy sont donnés par l’abaque de calcul des dalles rectangulaire

μ x  0.0808  M x  μ x q u L x  292.24kNm
2

ρ  0,61   
μ y  0.3075  M y  μ y M x  89.86kNm

 Moments en travées (panneau de rive)


Mtx = 0, 75 Mx = 219.18KN.m

Mty = 0, 75 My = 67.40KN.m

 Moments sur appuis


Max = 0,5 Mx=146,12kNm (appui intermédiaire)

May = 0,3 My=26.96kNm (appui de rive)

189
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

 Moment en travée et sur appuis à l'ELS (ν=0,2)


Lx μ x  0,0857
 0,61  
Ly μ y  0,4781

M tx  0,75M x  177.14kNm
M x  μ x q ser L  236.19kNm
2 Max  0,5M  118.10kNm
x  x
 → 
M y  μ y M x  112.92kNm Mty  0,75My  84.69kNm
M ay  0,3M y  33.88kNm

b. Calcul du ferraillage :

Le ferraillage se calcule avec le moment maximum en travée et sur appuis.

fc28 = 25 MPa ; ft28 = 2,1 MPa ; σbc = 14,17 MPa ; fe = 400 MPa ; σs = 348 MPa ;

b = 100 cm ; h = 50cm ; d = 0,9h =45cm.

Sens Mu(kNm) μ α Z(cm) Ascal(cm2) Choix Asadp(cm2) St(cm)

x-x 219.18 0,0763 0,0993 43.21 14,57 8T16 16,08 15


Travée
y-y 67.40 0,0235 0,0297 44.47 4.35 5T16 10.05 20

x-x
Appui 146.12 0,0509 0,0653 43.82 9,58 6T16 12,06 20
y-y

Tableau XII.4 : Ferraillage des panneaux du radier

 Espacement
Esp  Min 3h;33cm   S t  Min 150cm;33cm   33cm

100
 Sens x-x : S t   14,28  15cm  33cm On prend St = 15 cm.
7
100
 Sens y-y : S t   20cm  33cm On prend St =20 cm.
5

190
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

c. Vérifications nécessaires :

 Condition de non fragilité :


f t28
A smin  0,23bd  5.43cm 2  9.24cm 2
fe

Donc la condition est vérifiée.

 Vérification des contraintes à l’ELS :

σbc  bc
Mser As Y I σs s
Vérificati
Sens (MPa
(kNm) (cm2) (cm) (cm4) (MP (MPa) on
) (MPa)
a)

16,08 Non
x-x 177.14 12.52 319864.66 6.93 269.81
vérifiée
Travée
10.05 15 Non
y-y 118.10 10.14 217943.90 7.23 257.22 240 vérifiée

x-x
Appuis 84.69 12,06 10.95 253495.95 6.35 216,86
y-y vérifiée

Tableau XII.5 : Vérification des contraintes

On a trouvée que l’ELS est non vérifié alors on va augmenter, la hauteur de radier h=60cm.

Asadop σs σs
Sens Choix Vérification
(cm2) (MPa) (MPa)

x-x 8T16 16.08 219.86 OK


Travée 240
y-y 5T16 10.05 230.49 OK

191
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Remarque :

La séparation entre les deux nappes est assurée par des armatures de diamètre T12
généralement, appelées CHAISES donc on prévoit :

4 chaises deT12 / m².

 SENS LONGITIDUNAL :

 SENS TRANSVERSAL :

Figure XII. 4: Ferraillage de la dalle de radier.

192
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

2. Ferraillage des nervures :

 Calcul des efforts :


Pour le calcul des efforts, on utilise la méthode forfaitaire (BAEL91 modifier 99 [1])

PL2
On a M 0 
8

En travée : Mt = 0,85 M0

Sur appuis : Mt = 0,50 M0

 Calcul des armatures :


b = 55 cm ; h =120 cm ; d =108cm

 Sens (x-x) :
L = 3.90m ; P =237.79 kN/ml → M0 =452.10 kN/ml

Mu(kNm) μ α Z(cm) Ascal(cm2) Choix Asadp(cm2)

Travée 384.29 0,042 0,0537 105.68 09.47 7T16 16.08

Appuis 226.05 0,0249 0,0315 106.64 6.09 7T16 16.08

Tableau XII.6 : Ferraillage des nervures sens (x-x)

 Sens (y-y) :
L= 6.40m ; P = 237.79kN/ml → M0 =1217.48 kN/ml

Mu(kNm) μ α Z(cm) Ascal(cm2) Choix Asadp(cm2)

Travée 1034.86 0,1138 0,1514 101.46 29.31 10T20+2T16 35.44

Appuis 608.74 0,0669 0,0866 104.26 16.78 10T16 22.12

Tableau XII.7 : Ferraillage des nervures sens (y-y)

2.1. Vérifications nécessaires :

 Condition de non fragilité :


f t28
A smin  0,23bd  7.17cm 2  9.24cm 2 ....................Vérifiée
fe

193
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

 Vérification des contraintes à l’ELS :

σbc
Mser As Y I σs σs
σ bc Vérificatio
Sens (MP
(kNm) (cm2) (cm) (cm4) MPa (MPa) n
a) (MPa)

x-x 292.83 16.08 26.70 1943216.88 4.02 183.77 vérifiée


Travée
y-y 788.58 35.44 37.04 .3608430.35 8.44 232.61 vérifiée
15 240
x-x 172.25 16.08 26.70 1943216.88 5.36 108.09 vérifiée
Appuis
y-y 463.87 22.12 30.57 2513029.83 5.64 214.38 vérifiée

Tableau XII.8 : Vérification des contraintes

 Vérification de la contrainte tangentielle du béton [1] :

On doit vérifier que τ u  τ u  Min 0,1f c28 ;4MPa   2,5MPa

Avec :

Tu
τu 
bd
Pu L 237.79x6.4 0
avec Tu    760.93kN
2 2
760.93.10 3
 τu   1,28MPa  τ u  2,5MPa..Vérifier
550x1080

194
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

 Armatures transversales
 CBA [6] :

At  u  0,3 f tj K
  ( K  1 pas de reprise de bétonnage)
b0 S t 0,8 f e
 S t  Min 0,9d ;40cm  40cm
At f e  
  Max u ;0,4MPa   0,64MPa
b0 S t  2 

 RPA99 version 2003 [2] :

At  0,003b0 S t
h 
S t  Min  ;12 l   30cm.............Zone nodale
4 
h
S t   60cm.................................Zone courante
2

Avec :

 h b 1
t  Min  ; l ;   1,6cm et t   max  5,33mm
 35 10  3

Avec :

Øl : diamètre minimum des armatures longitudinales.

Øt: diamètre minimum des armatures transversales

fe =400MPa ; τu=1,28MPa ; ft28=2,1Mpa ; b=55cm ; d=108cm

Espacement des armatures transversales :

Section St RPA99 St BAEL91 St choisit


Zone
[cm2] [cm] [cm] [cm]

Nervure 55  120 Courante 60 40 20

Nodale 30 15

Tableau XII.9: Espacement des armatures transversales

195
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Choix des armatures transversales :

Section St At calculée At choisit Choix des


Zone Ǿt
[cm2] [cm] [cm2] [cm2] barres

Courante 20 3.3 4,71 6T10


Nervure 55  120 10
Nodale 15 2,48 4.71 6T10

Tableau XII.10 : Choix des armatures transversales

 Justification des armatures transversales :

 min τ u ;0,4MPa  = 0,40 MPa


A t .f e
b.S t

- Zone courante 1,71 MPa > 0,40 MPa …………….. Vérifié.

- Zone nodale 2,28MPa > 0,40 MPa ………..……. Vérifié.

2.2. Armature de peau :

Pour les poutres de grande hauteur, il y a lieu de prévoir une armature de peau

dont la section dépend du préjudice de la fissuration .En effet on risquerait en l’absence de ces
armatures d’avoir des fissures relativement ouvertes en dehors des zones armées par les
armatures longitudinales inférieures et supérieures .Pour ces armatures, les barres à haute
adhérence sont plus efficaces que le ronds lisses

Pour les bâtiments cas général on a 3 cm2 / m pour les armatures de peau
2
A P  5 cm  1.1  5.5cm 2 (Fissuration très préjudiciable)
m

Par paroi on prend 4T14 = 6.16cm².

196
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

TRAVEE APPUIT

Figure XII.5: Ferraillage des nervures du sens x-x.

TRAVEE APPUIT

Figure XII.6: Ferraillage des nervures du sens y-y.

197
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

3. Ferraillage des débords :


Le débord du radier est assimilé à une console de longueur L=0.5m, le calcul du
ferraillage sera fait pour une bande de 1m à l'ELU.

Figure XII.7: Schéma statique.

Figure XII.8: Diagramme des moments.

3.1. Calcul de ferraillage :

qu=237,79kN/ml, b=100cm, h=60cm, fc28=25MPa, σbc=14,17MPa.

qu l 2
Mu   29.72kNm ;  s  348MPa
2
M
  2 u  0,0072
bd  bc
 
  1,25 1  1  2   0,0090
Z  d 1  0,4   53,81cm
Mu
As   1.59cm 2
Z s

Remarque :

Le ferraillage de débord sera la continuité du ferraillage du radier.

198
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

XII.2. ETUDE DU VOILE PÉRIPHÉRIQUE :

XII.2.1. INTRODUCTION :

Notre structure comporte un voile périphérique qui s’élève du niveau de fondation jusqu’au
niveau du plancher de RDC.

Il forme par sa grande rigidité qu’il crée à la base un caisson rigide et indéformable avec les
planchers du RDC, le sous sol et les fondations.

XII.2.2. PRÉDIMENSIONNEMENT :

Pour le pré dimensionnement du voile périphérique, on se réfère aux prescriptions du RPA99


version 2003

Les ossatures au dessous du niveau de base comportent un voile périphérique continu entre le
niveau de fondation et le niveau de base

 Ce voile doit avoir les caractéristiques minimales ci-dessous :


 Epaisseur e≥15cm
 Les armatures sont constituées de deux nappes.
 Le pourcentage minimum des armatures est de 0,1%B dans les deux sens (horizontal
et vertical).
 Les ouvertures dans ce voile ne doivent pas réduire sa rigidité d’une manière
importante.
 La longueur de recouvrement est de 50Ø avec disposition d’équerres de renforcement
dans les angles.
Avec :

B : Section du voile.

XII.2.3. ÉVALUATION DES CHARGES :

On considère le voile comme une dalle pleine reposant sur 4 appuis et qui supporte les
charges horizontales dues aux poussées des terres. On considère le tronçon le plus
défavorable.

Lx=3.4 m ; Ly=6,40 ; e =20cm.

Les charges prises uniformément répartie sur une bande de 1 m se situent à la base du voile
(cas le plus défavorable).

Selon BAEL91 modifier 99 [1] la charge de poussées des terres est données par : Q=A.γ.H

Avec :

Q : Contrainte à la base sur une bande de 1m.

A : Coefficient numérique en fonction de l’angle de frottement interne.

γ: Poids spécifique des terres (γh=18.50kN/m3).

199
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

H : Profondeur du sol (H=4.00m).

  
  25  A  f    tg 2     0,406
4 2

Donc : Q  A. .H  30.04kN / ml  Qu  1,35Q  40.56kN / ml .

XII.2.4. EFFORT DANS LA DALLE :

Lx
 0,531  0,4  La dalle travaille dans les deux sens.
Ly

μx=0,0922 ; μy=0,2500

M x   x Qu L2x  43.23kNm
M y   y M x  10.81kNm

 Moment en travée :

Mtx=0,85Mx=36.75kNm

Mty=0,85My=9.19kNm

 Moment sur appuis :

Max=May= 0,5Mx=18.38kNm.

XII.2.5. CALCUL DU FERRAILLAGE:

b=100cm ; h=20cm ; d=18cm ; σbc=14,17MPa

Les résultats du ferraillage sont regroupés dans le tableau suivant :

Mu As’ Z Ascal Asadp Esp


Sens μ α Choix
(kNm) (cm2) (cm) (cm2) (cm2) (cm)

x-x 43.23 0.0942 0 0.1239 17.11 7.26 7T14 10.78 15


Travée
y-y 10.81 0.0235 0 0.0297 17.76 1.75 6T10 4.71 15

x-x
Appuis 18.38 0.0400 0 0.0510 17.63 3 6T12 6.79 15
y-y

Tableau XII.11 : Ferraillage du voile périphérique

200
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

XII.2.6. CONDITION DE NON FRAGILITÉ :

Pour les dalles travaillant dans les deux sens et dont l’épaisseur est compté entre 12 et
30cm (12≤e≤30) (cm).

  L  bh
 Ax  Ax ; Ax   0 3  x 
min min

  L y  2

 Ay  Ay ; Ay   0 bh
min min

ρ0=0,0008 pour les barres de FeE400

 3.40  100.20
Axmin  0,0008 3    1.98cm 2
 6, 40  2
A y  0,0008 x100 x 20  1,6cm 2
min

En travée :

 Ax  10.78cm 2  Axmin  1.98cm 2



 A y  4.71cm  A y  1,6cm
2 min 2

Sur appuis :


 Ax  6.79cm  Ax  1.98cm
2 min 2


 Ay  6.79cm  Ay  1,6cm

2 min 2

XII.2.7. VÉRIFICATION DE L’EFFORT TRANCHANT :

Tumax
On doit vérifier que :  u    u  0,07 f c 28  1,75MPa
bd

qu Lx Ly
Tx   54.48kN
Lx  2 Ly
qu Lx
Ty   45.97kN
3
Tumax  Max Tx ; Ty   54.48kN
98.29.103
u   0,303MPa  1,75MPa.....................Vérifier
1000 x180

XII.2.8. VÉRIFICATION À L’ELS

a. Evaluation des sollicitations à l’ELS :

201
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Lx
 0,531  0,4  Q ser  30.04kN / ml
Ly
 x  0,0922
 y  0,2500
M x   x Q ser L2x  32.02kNm
M y   y M x  8.00kNm

 Moment en travée :
Mtx=0,85Mx=27.22kNm

Mty=0,85My=6.80kNm

 Moment sur appuis :


Max=May=0,5Mx=16.01kNm

b. Vérification des contraintes:

Il faut vérifier que:  bc   bc  0,6 f c 28  15MPa

La fissuration est considérée très préjudiciable.

 s   S  164.97 Mpa

Le tableau suivant récapitule les résultats trouvés :

Mser As Y I σbc  bc σs s
Sens Vérification
(kNm) (cm2) (cm) (cm4) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa)

x-x 27.22 10.78 6.18 30459.13 5.52 15 158.45 164.97 OK


Travée
y-y 6.80 4.71 4.39 15906.80 1.88 15 132.47 164.97 OK

x-x
Appuis 16.01 6.79 5.12 21369.82 3.84 15 144.74 164.97 OK
y-y

Tableau XII.12 : Vérification des contraintes à l’ELS

202
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

c. Vérification de la flèche :

Il n’est pas nécessaire de faire la vérification de la flèche, si les trois conditions citées ci-
dessous sont vérifiées simultanément : [3]

h Mt
 
 L x 20M x 0,059  0,0425....................Vérifiée
 h 1 1 
  à  0,059  0,028à0,037.........Vérifiée
 L x 27 35 2.6210 3  5.10 3...............Vérifiée
 As 
2
 
 bd f e

Les trois conditions sont vérifiées donc le calcul de la flèche n’est pas nécessaire.

203
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

XII.3.ETUDE DES FONDATIONS DU 𝟐é𝒎𝒆 BLOC A L’ENTREE DE LA


STRUCTURE :

XII.3.1.Etude des semelles :

a. Semelle isolée

Figure VII.9. Digramme des contraintes agissant sur les fondations

Dans ce type de semelle on doit faire l’étude de 2 cas :

 Semelle central.
 Semelle excentre.

1- Semelle central :

Combinaison Nmax (kN) Mmax (kN.m)

ELU 232.48 9.32


Semelle centrale
ELS 169.98 6.73

Tableau VII.13. Valeur des efforts donnés par le S.A.P.2000

XII.3.2Prédimensionnement des semelles :


Le dimensionnement des semelles se fait a E.L.S.

Longueur et largeur des semelles


Étant donné qu’on a des poteaux carrés a=b=35 cm les dimensions de la semelle seront carrés
Aussi A=B.

204
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Semelle carré: S=A  B


σ’sol=2.5bar= 2.5 MPa
𝑁𝑆𝐸𝑅 196.98
AXB≥ = = 0.80 𝑚2
σ’sol 250

A X B ≥ 0.80 𝑚2

On prend : A. B=1.00m2A=B=1.00m

 Calcul la hauteur de la semelle


La hauteur de la semelle est : ht=d+5

Pour satisfaire la condition de l’inclinaison de 45° de la bielle moyenne, la hauteur utile

B b
d
4

Avec b : la dimension de l’élément sur la semelle dans le sens transversale.

b = 0.35m.

d=0.16m.

ht=0.35m.

XII.3.3 Vérification de la stabilité au renversement :

Quelque soit le type de fondation on doit vérifiée que l’excentrement de la résultante des
forces verticales gravitaire et des forces sismiques reste a l’intérieur de la moitié centrale de la
base des éléments de fondation résistant au renversement.

tel que e1 : excentricité


eo = Ms/Ns ≤ A/4

eo= 0,04 < 0,25 → Condition Vérifier.

XII.3.4 Vérification des contraintes dans le sol :

𝑃𝑠𝑒𝑟 𝑒𝑠𝑒𝑟 169.98 0.04


σsol = (1+3 ) → σsol = x(1+3 ) =190.38 KN/m².
𝐴 𝑋𝐵 𝐵 12 1

σsol =190.38 KN/m² < σ’sol = 250 KN/m² → Condition Vérifier.

205
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

XII.3.5.Ferraillage des semelles :

eo = Mu/Nu ≤ B/6 → 𝒆𝟎 𝒖= 0,04 < 0,16 → Condition Vérifier.

232.48 0.04
→ σm= x(1-6 ) =176.68 KN/m².
12 1
232.48 0.04
→ σM= 12
x(1+6
1
) =288.28 KN/m².

σm+3σM 176.68+866.28
σmoy= = =260.38 KN/m²> σ’sol = 250 KN/m²
4 4

→ Condition n’est pas Vérifier, on va Redimensionner la semelle.

On prend: A. B=1.21m2A=B=1.10m

232.48 0.04
→ σm= x(1-6 ) =146.02 KN/m².
1.12 1
232.48 0.04
→ σM= 1.12
x(1+6
1
) =238.24 KN/m².
146.02+714.72
→σmoy= =215.19 KN/m²< σ’sol = 250 KN/m².
4

𝑒0 𝑢 = = Mu/Nu ≤ B/24 → 𝒆𝟎 𝒖= 0,040 ≤ 0,046 → Condition Vérifier.

𝑒0 𝑢
P’=Pu.(1+3 ) → P’=240.48x(1+0.109)=266.21KN.
𝐵

p′ (B−b) 266.21𝑥(1.1−0.35)
 𝐴𝑠𝑏 = → 𝐴𝑠𝑏 = =2.05𝑐𝑚2.
8.db. σs 8𝑥0.35𝑥348

p′ (A−a) 266.21𝑥(1.1−0.35)
 𝐴𝑠𝑎 = → 𝐴𝑠𝑎 = =2.05𝑐𝑚2.
8.da. σs 8𝑥0.35𝑥348

206
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

 Condition de non fragilité :

𝐴𝑠 =0.23x35x110x2.1/400=4.65𝑐𝑚2.
Donc il faut prendre la section minimum de BAEL 91(art.6.1)
 Choix des barres :
6 HA12=6.79𝑐𝑚2 .

 Calcul l’espacement des cadres

St≤ min (20cm, 15ø)


St≤ min (20cm, 15×1,2=18cm)
En prend : St =15.00cm

2- Semelle excentre :

 Méthodologie pour calculer une semelle excentre :

Le pré dimensionnement s’effectue d’abord en écrivant la condition d’équilibre et


en Négligeant le poids propre de la semelle avec la charge verticale à la surface de la semelle
Obtenue suite à la descente des charges.

Ensuite après avoir trouvé les dimensions provisoires de la semelle il est nécessaire de vérifier
la condition d’équilibre en prenant compte le poids propre de la semelle et le poids propre du
remblai. Ces efforts ne doivent pas entraîner le dépassement de la contrainte admissible du sol
(organigramme de pré dimensionnement des semelles rigides à charges centrées).

Pour équilibrer le moment dû a l’excentricité, on a disposé des poutres perpendiculaires a la


semelle. Ces poutres prolongées jusqu’a la file voisine de poteau, ont pour objet de
transmettre les efforts résultant de l’excentrements de la semelle. On les appelle poutre ou
longrine de redressement.

Combinaison Nmax (kN) Mmax (kN.m)

ELU 232.13 4.55


Semelle excentre
ELS 169.71 6.58

Tableau VII.14. Valeur des efforts donnés par le S.A.P.2000

207
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

 Longueur et largeur des semelles :

On prend : A. B=1.21m2A=B=1.10m

 Calcul la hauteur de la semelle :


On prend ht=0.35m.

 Vérification de la stabilité au renversement :

eo = Ms/Ns ≤ A/4

eo= 0,039 < 0,275 → Condition Vérifier.

 Vérification des contraintes dans le sol :


𝑃𝑠𝑒𝑟+𝑝𝑝𝑆𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒+𝑝𝑝 𝑟𝑒𝑚𝑏𝑙𝑎𝑖 198.33
σsol = → σsol = =240.04 KN/m².
𝐴 𝑋𝐵 1.12

σsol =163.90 KN/m² < σ’sol = 250 KN/m² → Condition Vérifier.

 Ferraillage des semelles :

p′ (B−b) 246.42𝑥(1.1−0.35)
𝐴𝑠𝑏 =
8.db. σs
→ 𝐴𝑠𝑏 = 8𝑥0.30𝑥348
=2.21𝑐𝑚2.

p′ (A−a) 246.42𝑥(1.1−0.35)
𝐴𝑠𝑎 =
8.da. σs
→ 𝐴𝑠𝑎 = 8𝑥0.30𝑥348
=2.21𝑐𝑚2.

 Condition de non fragilité :

𝐴𝑠 =0.23x35x110x2.1/400=4.65𝑐𝑚2.

208
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Donc il faut prendre la section minimum de BAEL 91(art.6.1)


 Choix des barres :
6HA12=6.79𝑐𝑚2 .

3- Calcul de la poutre de redressement :

A=B=1.10 m : a=b=0.35m : L=3.70m : σbc=14,17MPa.

 Calcul de l’excentricité eo :
𝐵−𝑏
𝑒0 =
2
→ 𝑒0 = 0.375m.
 Effort tranchant 𝑽𝟏 et 𝑽𝟐 :
𝐿
𝑉1= 𝑃1 . → 𝑉1=258.70 KN.
𝐿−𝑒0

𝑒
𝑉2 = 𝑃2 . → 𝑉2=26.18 KN.
𝐿−𝑒0

 Moment max ( 𝑴𝒎𝒂𝒙 ):


𝑏 𝑏
M=𝑃1. (B - )+ 𝑉1 . < 0 → M= -260.32 KN.m.
2 2

 Dimension de la poutre de redressement :

𝐿 370
ℎ1 ≥ = = 37 cm.
10 10

2 6.𝑀 2 6𝑥260.32𝑥103
ℎ2 = √ =√ = 55 cm.
𝑏.σbc 0.35𝑥14.17

On prend : h=55 cm et b= 35 cm.

209
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Remarque :
Le calcul de ferraillage se fait selon organigramme de la flexion simple.

b = 35 cm ; h =55 cm ; d =49.5cm ; L=3.70m : σbc=14,17MPa. M =260.32 kN.m

Mu(kNm) μ α Z(cm) Ascal(cm2) Choix Asadp(cm2)

260.32 0,214 0,305 43.46 17.21 8T16+2T14 19.16

Tableau XII.15 : Ferraillage des poutres de redressement

 Vérification de la contrainte tangentielle du béton [1] :

On doit vérifier que τ u  τ u  Min 0,1f c28 ;4MPa   2,5MPa

Avec :

Tu
τu 
bd
258.70.10 3
 τu   1,50MPa  τ u  2,5MPa..Vérifier
350x495

 Armatures transversales
 CBA [6] :

At  u  0,3 f tj K
  ( K  1 pas de reprise de bétonnage)
b0 S t 0,8 f e
 S t  Min 0,9d ;40cm   40cm
At f e  
  Max u ;0,4MPa   0,75MPa
b0 S t  2 

 RPA99 version 2003 [2] :

210
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

At  0,003b0 S t
h 
S t  Min  ;12 l   13.75cm.............Zone nodale
4 
h
S t   27.5cm.................................Zone courante
2

Avec :

 h b 1
 t  Min  ;  l ;   1,4cm et  t   max  5,33mm
 35 10  3

Avec :

Øl : diamètre minimum des armatures longitudinales.

Øt: diamètre minimum des armatures transversales

fe =400MPa ; τu=1,28MPa ; ft28=2,1Mpa ; b=35cm ; d=49.5cm

Espacement des armatures transversales :

Section St RPA99 St BAEL91 St choisit


Zone
[cm2] [cm] [cm] [cm]

Poutre de 35  55 Courante 27.5 40 20


redressement
Nodale 13.75 10

Tableau XII.16: Espacement des armatures transversales

At Choix
Section St At calculée
Zone Ǿt choisit des
[cm2] [cm] [cm2] barres
[cm2]

Poutre de 35  55 Courante 20 2.1 3.14 4T10


redressement 10
Nodale 10 1.05 3.14 4T10

Tableau XII.17 : Choix des armatures transversales

211
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

 Justification des armatures transversales :

 min τ u ;0,4MPa  = 0,40 MPa


A t .f e
b.S t

- Zone courante 1,79 MPa > 0,40 MPa …………….. Vérifié.

- Zone nodale 3,59MPa > 0,40 MPa ………..……. Vérifié.

4- Dimensionnement des longrines :

Selon le RPA 99 version 2003 les dimensionnements minimales sont de (25×30) cm².

On prend des longrines de dimensions (30×35) cm² juste pour renforcer la plateforme.

Les longrines doivent être calculées pour résister à la traction sous l’action d’une force égale :

Avec :

N: valeur maximale de charges verticales de la gravité apportée par les points d’appui
Solidarisés.

4.1. Calcul de ferraillage :

1 E.L.U

𝑁𝑚𝑎𝑥 = 232.48 KN.


232.48
𝐹𝑢 = = 23.25 KN.
10

𝐹𝑢 23.25𝑥103
𝐴𝑠1 = 𝑓𝑒 = =0.67𝑐𝑚2.
348
𝛾𝑠

212
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

2 E.L.S :

𝑁𝑚𝑎𝑥 = 169.71 KN.


169.71
𝐹𝑢 = = 16.97KN.
10

𝐹𝑢 16.97𝑥103
𝐴𝑠2 = 𝑓𝑒 = =0.49𝑐𝑚2.
348
𝛾𝑠

3 Condition de non fragilité :

𝐴𝑠3 =0.23x30x31.5x2.1/400=1.14𝑐𝑚2.
Le RPA 99 version 2003 exige une section minimale de 0,6 de la section du béton.

Amin =0,6 % (30 x 35) = 6,30cm².

𝐴𝑠 =max (𝐴𝑠1 , 𝐴𝑠2, 𝐴𝑠3 , 𝐴 𝑠𝑚𝑖𝑛 )= 6,30cm².


On prend: Ast= 6T12 = 6.79cm²

4.2 Calcul des armatures transversales :

4.3 Calcul d’espacement des cadres

Le RPA 99 exige des cadres dont l’espacement ne doit pas dépasser S t ≤ (20cm ; 15 Фt)
On prend des espacements de 10 cm.

213
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Figure XII.10: Ferraillage de la semelle isolée centrée.

Figure XII.11: Ferraillage de la semelle excentrée.

214
Chapitre VII : étude de l’infrastructure

Coup A-A Coup B-B

Figure XII.12: Ferraillage de la poutre Figure XII.13: Ferraillage de la Longrine

De redressement

215