Vous êtes sur la page 1sur 5

U.H.B.B.Chlef.

Faculté de technologie le 21/01/2020


Département d’Electrotechnique
3e Année ELM, Module : Machines électriques

TD 5
EXERCICE 1:
On s’intéresse à un moteur asynchrone triphasé dont les indications de la plaque signalétique
sont reportées dans le tableau suivant :

1) Que vaut la vitesse de rotation de synchronisme : Ns (tr/min) ?


2) Calculer alors la valeur du glissement nominal : gn.
3) Représenter un schéma équivalent monophasé simplifié en L de cette machine. On
précisera la signification des divers éléments introduits, sachant que la résistance par phase au
stator vaut Rs = 30 mΩ.
4) Un essai à vide sous tension nominale donne les valeurs suivantes : P0 = 130 W, I0 = 0,8 A.
On supposera que les pertes mécaniques et les pertes fer sont de valeurs équivalentes.
Calculer alors ces pertes. En déduire la valeur des éléments de la branche magnétisante
introduits dans le schéma.
5) Calculer la puissance consommée par le moteur au régime nominal : Pn.
6) Calculer la valeur de la puissance perdue par effet Joule au stator : Pjs (on fera l’hypothèse
que le courant qui la traverse est sensiblement égal à In).
7) En déduire la valeur de la puissance reçue par le rotor Ptr . Calculer alors la puissance
perdue par effet Joule au rotor : Pjr . En déduire la valeur de la puissance utile fournie par la
machine : Pu.
8) Représenter l’ensemble des puissances avec leurs valeurs sur un graphe d’écoulement des
puissances.
9) Calculer la valeur du rendement nominal de la machine.
10) Déterminer également la valeur de la puissance réactive nominale consommée par la
machine.
EXERCICE 2:
Un moteur asynchrone triphasé à rotor à cage d'écureuil est alimenté par un réseau triphasé 50
Hz, 220/380 V. Pour le stator et pour le rotor, le couplage des enroulements est fait en étoile.
Chaque enroulement du stator a une résistance Rs = 0,285 Ω .
On réalise un essai à vide: le moteur tourne pratiquement à la vitesse de synchronisme (3000
tr/min). La puissance absorbée à vide est 3 kW et le courant de ligne est 25A.
1°) On supposera que les pertes mécaniques est constantes et égales à 1233 W dans la suite du
problème. Calculer les pertes joules stator (Pjs) et les pertes fer stator (Pfs) lors de cet essai à
vide. Que peut-on dire des pertes joules au rotor (Pjr)? Expliquer.
2°) On réalise un essai en charge, les résultats sont les suivants:
-glissement : 7%, - puissance absorbée: 24645 W, - courant en ligne : 45 A.
Calculer le facteur de puissance, la vitesse de rotation du rotor, la fréquence des courants
rotoriques lors de cet essai.
3°) Calculer les pertes Joule au rotor Pjr lors de cet essai en charge.
4°) Calculer la puissance utile Pu, le rendement du moteur, le couple utile Cu, le couple
électromagnétique Cem.
TD_3_Corrigé
EXERCICE 1 :

1) On trouve la vitesse de synchronisme en utilisant la formule : Ns=60f/p. Ici p = 2, on


en déduit : Ns = 1 500 tr/min.
2) Le glissement nominal s’écrit :g=(Ns-N)/Ns =(1500-1440)/1500=0.033.
3) On représente le schéma équivalent monophasé complet de la machine sur la figure
ci-dessous. La résistance Rfr représente la résistance équivalente aux pertes fer dans la
machine. Xm représente la réactance magnétisante d’une phase du stator. Rs est la
résistance par phase des conducteurs statoriques. Xe est l’inductance de fuite
équivalente par phase ramenée au stator.
Pour finir, R′r est la résistance équivalente par phase du rotor ramenée au stator.

4) Lors de l’essai à vide, la machine tourne à glissement très faible. On ramène donc
naturellement le schéma équivalent précédent au seul doublet Rf // Xm. Si les pertes
mécaniques et fer sont équivalents, on écrit :
Pm=P0/2=65W ; Pf=P0/2=65W.
Comme Pf=65 W= 3Vs²/Rf on en déduit : Rf=3Vs²/Pf=2.44 KΩ
Par ailleurs, Q
EXERCICE 2 :

1) Nombre de pôles et facteur de puissance à vide


A vide la vitesse de rotation d'un moteur asynchrone est proche de la vitesse de synchronisme.
Cette dernière est liée à la fréquence du réseau par la relation:
f = p Ns
f : fréquence réseau en Hz
p : le nombre de paires de pôles
Ns la vitesse de synchronisme en tr/s
On en déduit p = 1, soit 2 pôles
Le facteur de puissance à vide
Po 3 000
cos ϕo = = = 0,182
3 Uo Io 3 × 380 × 25
2°) Les pertes Joule au rotor sont proportionnelles à la puissance transmise Ptr et au
glissement s,
A vide ces deux grandeurs sont très faibles, les pertes Joule au rotor sont donc négligeables.
3°) A vide la puissance absorbée est
Po = Pfs + Pjso + Pm
Les pertes Joule au stator étant données par
Pjso = 3RsIo2 = 3 × 0,285 × 25 2 = 534,4W
On en déduit les pertes fer au stator
Pfs = Po − Pjso − Pm = 3 000 – 534,4 – 1233 = 1232,6W
4°) La même relation que pour la question 1°) nous conduit au facteur de puissance en charge
P 24 645
cos ϕ = = = 0,832
3UI 3 × 380 × 45
Pour un glissement de 7 % La vitesse de rotation vaut:

N = (1 − s) Ns = (1 − 0,07) × 3 000 = 2790 tr/min

On montre que les fréquences des courants rotoriques ( fr) et statoriques (f) sont liées par la
relation:
fr = sf 0,07 × 50 = 3,5Hz
On obtient les pertes Joule au stator par la relation:
Pjs = 3RsI2 = 3 × 0,285 × 45 2 = 1731,4W
On en déduit la puissance transmise ou puissance d'entrefer
Ptr = Pδ = Pa − Pjs − Pfs = 24 645 – 1 731,4 – 1 232,6 = 21 681W
Puis les pertes Joule au rotor
Pjr = s Ptr = 0,07 × 21 681 = 1517,7W
- La puissance électromagnétique est
Pem = ( 1 − s ) Ptr = ( 1 − 0,07 ) 21 681 = 20 163 W
-La puissance utile est dans ce cas
Pu = Pem − Pm = 20 163 – 1233 = 18 930 W
-Soit un rendement de
Pu 18 930
η = P = 24 645 = 0,7681 η = 76,81 %
a

-Le couple utile est alors de


Pu Pu 18 930
Cu = = 9,55 N = 9,55 × 2 790 = 64,8 Nm
Ωm

-Et le couple électromagnétique


Pem Pem 20 163
Cem = = 9,55 N = 9,55 × 2 790 = 69. 2 Nm
Ωm