Vous êtes sur la page 1sur 8

Coordination SM-ST du module

U.S.T.H.B Chapitre 4.
MATH I
Faculté des Mathématiques Développements limités
Année universitaire 2020-2021

I. Développements limités au voisinage de 0


I.1 Définitions et propriétés
Définition 1. Soit f une fonction définie sur un intervalle I contenant 0 (sauf peut être en 0). On dit
que f admet un développement limité à l’ordre n au voisinage de 0, s’il existe des réels a0 , a1 , · · · , an et
une fonction ε définie sur I tels que :
f (x) = a0 + a1 x + a2 x2 + · · · + an xn + xn ε(x), avec lim ε(x) = 0.
x−→0

Remarque 1. Notons que :


I Le polynôme P (x) = a0 + a1 x + a2 x2 + · · · + an xn est de degré ≤ n (on note d˚P ≤ n) et est appelé :
partie principale ou régulière du développement limité.
I L’expression xn ε(x) est aussi notée par o(xn ), c’est le reste du développement limité, qui est la partie
négligable. La notation o(xn ) fut introduite par le mathématicien Russe Lev. Landau.
o(xn )
On a lim = 0.
x−→0 xn
X n
I On écrit f (x) = ak x k + o(xn ) .
| {z }
|k=0{z } reste
partie principale
I On écrit en général DL, ou parfois DLn pour dire développement limité à l’ordre n.
Exemple 1. 1. En faisant la division selon les puissances croissantes de x, on obtient
1
= 1 + x + x2 + x3 + · · · + xn + o(xn ) (1)
1−x
En remplaçant dans (1), −x par x2 , on obtient
1
= 1 − x2 + x4 + · · · + (−1)n x2n + o(x2n ) .
1 + x2
2. La fonction f (x) = x − x2 + 2x3 + x3 ln(1 + x) admet un développement limité à l’ordre 1, 2 et 3 au
voisinage de 0. En effet

f (x) = x + x(−x + 2x2 ln(1 + x)) DL à l’ordre 1


| {z }
o(x)

f (x) = x − x2 + x2 (2x ln(1 + x)) DL à l’ordre 2


| {z }
o(x2 )

f (x) = x − x2 + 2x3 + x3 ln(1 + x)), car lim ln(1 + x) = 0 DL à l’ordre 3.


| {z } x−→0
o(x3 )

Nous avons le résultat suivant qui découle directement de la définition d’un développement limité.
Proposition 1. Si f admet un DL au voisnage de 0, alors lim f (x) existe et est finie.
x−→0
Conséquence
Si lim f (x) n’existe pas ou si elle est égale à +∞. Alors, f n’admet pas de DL au vosinage de 0.
x−→0
Exemple 2. La fonction f (x) = ln x n’admet pas de DL au vosinage de 0 car lim+ ln x = −∞.
x−→0

1
I.2 Unicité du développement limité
Proposition 2. (Unicité du développement limité) Si f admet un développement limité à l’ordre n
au voisinage de 0, alors ce développement est unique.

I.3 Développements limités et parité


Proposition 3. Soit f une fonction admettant un DL à l’ordre n au voisinage de 0.
• Si f est paire, alors les coefficients de rang impair du DL sont nuls.
• Si f est impaire, alors les coefficients de rang pair du DL sont nuls.

I.4 Troncature
Proposition 4. Si une fonction f admet un DL à l’ordre n au voisinage de 0 de la forme

f (x) = a0 + a1 x + a2 x2 + · · · + ak xk + · · · + an xn + o(xn ), avec k ≤ n .


| {z }
Troncature à l’ordre k
Alors, pour tout k ∈ N, k ≤ n, f admet un DL à l’ordre k de la forme

f (x) = a0 + a1 x + a2 x2 + · · · + ak xk + o(xk ) .

I.5 Développement limité, continuité et dérivabilité


Proposition 5. Soit f une fonction définie au voisinage de 0.
I f est continue en 0 si et seulement si elle admet un DL à l’ordre 0 au voisinage de 0 et dans ce cas
f (x) = f (0) + o(x0 ) = f (0) + o(1).
I f est dérivable en 0 si et seulement si elle admet un DL à l’ordre 1 au voisinage de 0 et dans ce cas
f (x) = f (0) + xf 0 (0) + o(x).
Attention !
Pour k ≥ 2, une fonction peut admettre un DL à l’ordre k au voisinage de 0 sans être k fois dérivable en
0. Prenons l’exemple de la fonction
( 1
x + x3 sin( 2 ), si x 6= 0
f (x) = x
0, si non.
1 
f admet un DL à l’ordre 2 en 0 , car f (x) = x + x2 x sin( 2 ) . Cependant f est dérivable sur R? et on a
| {z x }
o(x2 )
1 1
f 0 (x) = 1 + 3x2 sin( 2
) − 2 cos( 2 ). Ainsi f 0 n’a pas de limite en 0.
x x

I.6 Développements limités obtenus par la formule de Taylor-Young


Proposition 6. Si une fonction f de classe C n au voisinage de 0 admet un DL à l’ordre n au voisinage
de 0 de la forme f (x) = a0 + a1 x + a2 x2 + · · · + an xn + o(xn ), alors ce DL coincide avec la formule de
Taylor-Young au voisinage de 0 suivante
n (k)
0x2 00 xn (n) X f (0)
f (x) = f (0) + xf (0) + f (0) + · · · + f (0) + o(xn ) = xk + o(xn ).
2! n! k=0
k!

(n)
f (0)
Autrement dit : ∀n ∈ N, an = .
n!

2
I.6.1 Développements limités de quelques fonctions élémentaires obtenus
par la formule de Taylor-Young au voisinage de 0
(n)
1. f (x) = ex , on a ∀n ∈ N, f (x) = (ex )(n) = ex donc f (n) (0) = 1.

x2 xn
ex = 1 + x + + ··· + + o(xn )
2! n!
(n)
 nπ 
2. f (x) = sin x, on a ∀n ∈ N, f (x) = sin x +
2
 nπ   0 n = 2k
(n)
donc f (0) = sin = n
2 (−1) n = 2k + 1

x3 (−1)k 2k+1
sin x = x − + ··· + x + o(x2k+2 ) .
3! (2k + 1)!
(n)
 nπ 
3. f (x) = cos x, on a ∀n ∈ N, f (x) = cos x + , donc
2
x2 x4 (−1)k 2k
cos x = 1 − + + ··· + x + o(x2k+1 ) .
2! 4! (2k)!
α−n
5. f (x) = (1 + x)α , on a ∀n ∈ N, f (n) (x) = α(α − 1) · · · (α − (n − 1)) 1 + x . Donc

α (α − 1) 2 α (α − 1) · · · (α − (n − 1)) n
f (x) = (1 + x)α = 1 + αx + x + ··· + x + o(xn ).
2! n!

I.7 Opérations sur les développements limités :


Soient f et g deux fonctions admettant des DL à l’ordre n au voisinage de 0 de la forme

f (x) = P (x) + o(xn ) et g(x) = Q(x) + o(xn ), avec d˚P ≤ n, d˚Q ≤ n .

Alors
1. Somme : f + g admettant un DL à l’ordre n au voisinage de 0 de la forme

f (x) + g(x) = (P (x) + Q(x)) + o(xn ) .

1
Exemple 3. DL à l’ordre n = 3 au V (0) de f (x) = + ex . On a
1−x
1 x2 x 3
= 1 + x + x2 + x3 + o(x3 ), ex = 1 + x + + + o(x3 ) .
1−x 2! 3!
Donc
3 7
f (x) = 2 + 2x + x2 + x3 + o(x3 ).
2 6
1
Exemple 4. f (x) = cosh x = (ex + e−x ), en utilisant la somme des DL de ex et de e−x , on obtient
2
x2 x 4 1 2k
cosh x = 1 + + + ··· + x + o(x2k+1 ).
2! 4! (2k)!
2. Produit : f · g admet un DL à l’ordre n au voisinage de 0 de la forme

f (x) · g(x) = R(x) + o(xn ) .

où R(x) est le polynôme de degré inférieur ou égal à n obtenu en ne gardant dans le produit P (x) · Q(x)
que
les termes de degré inférieur ou égal à n.

3
Exemple 5. Calculons le DL à l’ordre 4 au V (0) de sin x · (1 + cosh x). On a
1
f (x) = sin x = x − x3 + o(x4 )
6
1 1
g(x) = 1 − cosh x = − x2 − x4 + o(x4 )
2 24
1
f (x) · g(x) = sin x · (1 − cosh x) = − x3 + o(x4 ). ( DL à l’ordre n = 4).
2
3 Quotient :
Si f (x) = a0 + a1 x + a2 x2 + · · · + an xn + o(xn ) et g(x) = b0 + b1 x + b2 x2 + · · · + bn xn + o(xn )
et on suppose que g(0) = b0 6= 0.
f
Alors admet un DL au voisinage de 0 à l’ordre n, obtenu en faisant la division
g
selon les puissances croissantes de x des parties principales des DL de f et de g tronquée à l’ordre n.
sin x
Exemple 6. Calculons le DL à l’ordre 5 au V (0) de la fonction f (x) = tan x = .
cos x
x3 x5 x2 x4
sin x = x − + + o(x5 ), cos x = 1 − + + o(x4 )
6 120 2 24
Donc
sin x 1 2
tan x = = x + x3 + x5 + o(x5 )
cos x 3 15
Remarque 2. Dans le cas où g(0) = 0, c’est-à-dire b0 = 0, on distingue deux cas.
I Cas 1 : a0 6= 0 et b0 = 0
f (x) f
Dans ce cas tend vers ∞ et donc n’admet pas de DL au voisinage de 0. On parle d’un
g(x) g
1 + cos x
développement limité généralisé. Par exemple .
sinh x
I Cas 2 : a0 = 0 et b0 = 0
f (x) xp · f1 (x) f1 (x)
On met la plus petite puissance xp en facteur commun pour f et g, ainsi = p =
g(x) x · g1 (x) g1 (x)
sin(x2 )
et on se remène soit au cas g1 (0) = 0 (cas 1) ou bien g1 (0) 6= 0. Par exemple x .
e −1
4. Composée :
Si f et g admettent des DL à l’ordre n au voisinage de 0 et si g(0) = 0, alors f ◦ g admet un DL à l’ordre
n au voisinage de 0, obtenu en ne prenant dans la composée (P ◦ Q)(x) que les termes de degré inférieur
ou égal à n.

Exemple 7. Calculons le DL à l’ordre 3 de la fonction h(x) = esin x = f ◦ g. Écrivons d’abord les DL à


1 1
l’ordre 3 de f et g. On a f (x) = ex = 1 + x + x2 + x3 + o(x3 ) et
2 6
1 3 3
g(x) = sin x = x − x + o(x ). On a g(0) = 0. On pose y = sin x, y −→ 0 quand x −→ 0. Alors
6
sin x y 1 2 1 3 3
 1 3 1  1 3 2 1  1 3 3
e = e = 1 + y + y + y + o(y ) = 1 + x − x + x− x + x− x + o(x3 )
2 6 6 2 6 6 6
Ainsi
1
h(x) = esin x = 1 + x + x2 + o(x3 ).
2

4
5. Dérivation :
Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I contenant 0 admettant un DL à l’ordre n
au voisinage de 0 de la forme f (x) = a0 + a1 x + · · · + an xn + o(xn ) .
Si f 0 admet un DL à l’ordre n − 1 au voisinage de 0, alors il s’écrit
f 0 (x) = a1 + 2a2 x + 3a3 x2 + · · · + nan xn−1 + o(xn−1 ) .

1 1
Exemple 8. À partir du DL à l’ordre 5 de f (x) = arctan x = x − x3 + x5 + o(x5 ), on déduit le DL à
3 5
0 1 1
l’ordre 4 de f (x) = , par dérivation, on trouve = 1 − x + x4 + o(x4 ).
2
1 + x2 1 + x2
6. Intégration :
Donnons d’abord la définition d’une primitive.

Définition 2. Soit f une fonction continue sur un intervalle I. On appelle primitive de f , toute fonction
F dérivable sur I et vérifiant F 0 (x) = f (x), pour tout x ∈ I.

Exemple 9. Donnons quelques exemples de primitives obtenues directement par des dérivées de fonctions
connues.
xn+1
1. Pour x ∈ R, f (x) = xn =⇒ F (x) = où n ∈ N.
n+1
1
2. Pour x ∈] − 1, +∞[, f (x) = =⇒ F (x) = ln(1 + x).
1+x
1
3. Pour x ∈] − 1, 1[, f (x) = √ =⇒ F (x) = arcsin x.
1 − x2
1
4. Pour x ∈ R, f (x) = =⇒ F (x) = arctan x.
1 + x2
n
X
Proposition 7. Si f admet un DL de la forme f (x) = ak xk + o(xn ) et F une primitive de f. Alors
k=0
F admet un DL à l’ordre (n + 1) au voisinage de 0 donné par

n
X xk+1
F (x) = F (0) + ak + o(xn+1 ) .
k=0
k+1

1
Exemple 10. 1. f (x) = , F (x) = ln(1 + x), F (0) = 0.
1+x

1
f (x) = = 1 − x + x2 + · · · + (−1)n xn + o(xn ) .
1+x

donc
x2 x3 (−1)n n+1
ln (x + 1) = x − + + ··· + x + o(xn+1 ) .
2 3 n+1
1
2. f (x) = √ , F (x) = arcsin x, F (0) = 0.
1 − x2
1 3 1 × 3 × · · · × (2n − 1) 2n
f (x) = 1 + x2 + x4 + · · · + x + o(x2n ) .
2 8 2 × 4 × · · · × 2n

1 3 1 × 3 × · · · × (2n − 1) x2n+1
arcsin x = x + x3 + x5 + · · · + + o(x2n+1 ) .
6 40 2 × 4 × · · · × 2n 2n + 1

5
1
3. f (x) = , F (x) = arctan x, F (0) = 0.
1 + x2
1
= 1 − x2 + x4 + · · · + (−1)n x2n + o(x2n+1 ) .
1 + x2

x3 x5 x2n+1
arctan x = x − + + · · · + (−1)n + o(x2n+2 ) .
3 5 2n + 1

II. Développements limités au voisinage de x0


Le DL d’une fonction définie au voisinage d’un point x0 est obtenu en faisant le changement de variable
y = x − x0 et on se ramène à un DL au voisinage de 0. Le DL obtenu prendra la forme suivante :

f (x) = a0 + a1 (x − x0 )1 + a2 (x − x0 )2 + · · · + an (x − x0 )n + o((x − x0 )n ) .

Exemple 11. 1. f (x) = ln x, DL à l’ordre 3 en x0 = 2. On pose y = x − 2. On a


 y
f (2 + y) = ln(2 + y) = ln 2 1 +
2
 y
= ln 2 + ln 1 +
2
y y2 y3
= ln 2 + − + + o(y 3 )
2 8 24
(x − 2) (x − 2)2 (x − 2)3
+ o (x − 2)3

ln x = ln 2 + − +
2 8 24

2. f (x) = ex , DL à l’ordre 3 en x0 = 1. On pose y = x − 1. On a

f (1 + y) = e1+y = e1 · ey
y2 y3
 
1 3
= e 1+y+ + + o(y )
2 6
2 3
x 1 1 1 (x − 1) 1 (x − 1)
e = e + e (x − 1) + e +e + o((x − 1)3 )
2 6
ln x
3. f (x) = , x0 = 1 n = 3. On pose y = x − 1, on a
x2
ln(1 + y)
f (1 + y) = =
(1 + y)2
1 1
y − y 2 + y 3 + o(y 3 )
= 2 3
1 + 2y + y 2
5 13
= y − y 2 + y 3 + o(y 3 )
2 3
ln x 5 13
Ainsi f (x) = 2
= (x − 1) − (x − 1)2 + (x − 1)3 + o ((x − 1)3 ).
x 2 3

III. Développement au voisinage de ∞


Le DL d’une fonction définie au voisinage d’un point ∞ est obtenu en faisant le changement de variable
1
y = quand x tend vers ∞, y tend vers 0 ce qui revient à un développement limité au voisinage de 0. Ce
x
DL est aussi appelé DL asymptotique.

6
r
x
Exemple 12. Calculer le DL asymptotique au voisinage de +∞ à l’ordre 2 de f (x) = . On pose
x−1
1
y= . Alors
x v
u 1
u r
1 1 1 3
u
u y
f( ) = u = = 1 + y + y 2 + o(y 2 )
y 1 1−y 2 8
−1
t
y
On obtient
1 3 1
f (x) = 1 + + 2 + o( 2 ).
2x 8x x

IV. Applications des développements limités


IV.1 Fonctions équivalentes
Définition 3. Deux fonctions f et g sont dites équivalentes au voisinage de x0 (x0 peut être égal à ±∞)
f (x)
si et seulement si lim = 1. On écrit f ∼ g.
x−→x0 g(x) x0

sin x
Exemple 13. sin x ∼ x car lim = 1.
0 x−→0 x
Le développement limité d’une fonction f au voisinage de x0 permet de trouver un équivalent à f au
voisinage de x0 en prenant le premier terme non nul du DL.

Exemple 14. On a
1
1. ln(1 + x) = x + x2 + o(x2 ) =⇒ ln(x + x) ∼ x.
2 0
1 3 1
2. sin x · (1 − cosh x) = − x + o(x4 ), quand x −→ 0, donc sin x · (1 − cosh x) ∼ − x3 .
2 0 2
ln x 5 13 ln x
3. 2 = (x − 1) − (x − 1)2 + (x − 1)3 + o ((x − 1)3 ), donc 2 ∼ x − 1.
x 2 3 x 1

IV.2 Calcul des limites


L’obtention d’un DL au vosinage de x0 (x0 peut être égal à ∞) d’une fonction f permet de calculer d’une
manière simple la limite de cette fonction quand x tend vers x0 .

Exemple 15.
x3
sin x − x x− + o(x3 ) − x 1 sinx − x 1
1. lim . On a 6 = − + o(1). Ainsi lim =− .
x−→0 x3 x 3 6 x−→0 x 3 6
1 + ln(1 + x) − ex
2. lim . On a
x−→0 1 − cos x
x2 x2
1 + ln(1 + x) − ex 1+x− − (1 + x + ) + o(x2 ) −x2 + o(x2 )
= 2 2 = = −2 + o(1)
1 − cos x x2 2
x2 2
1−1+ + o(x ) + o(x )
2 2
1 + ln(1 + x) − ex
=⇒ lim = −2.
x−→0 1 − cos x

7
  1
3. lim x 5
argsh x1 1
+ arcsin −
x
2
x
. On pose y = . On a
x→+∞ x
 1 1 2 1 
x5 argsh + arcsin − d = 5 argshy + arcsin y − 2y
x x x y
   
1h 1 3 3 5 1 3 3 5 5
i
= 5 y − y + y + y + y + y − 2y + o(y )
y 6 40 6 40
1 3 5
  3
= 5 y + o(y 5 ) = + o(1)
y 20 20
 
5

1 1 2
 1  3 3
Ainsi lim x argsh x + arcsin x − x = lim 5 argshy + arcsin y − 2y = lim + o(1) = .
x→+∞ y→0 y y→0 20 20

IV.3 Équation de la tangente


Proposition 8. Si f admet un DL au voisinage de x0 (x0 fini) de la forme
ak (x − x0 )k +o (x − x0 )k ,

f (x) = a0 + a1 (x − x0 ) + k ∈ N, k ≥ 1.
| {z } | {z }
Équation de la tangente Terme indicateur de la position
Alors y = a0 + a1 (x − x0 ) est l’équation de la tangente à la courbe (Cf ) de f au point (x0 , f (x0 )).
La position de cette tangente par rapport à la courbe Cf dépend du signe de ak et de la parité de k.
Exemple 16. Déterminons l’équation de la tangente à la courbe de la fonction f (x) = ln(1 + x + x2 ) au
V (0) ainsi que sa position par rapport à la courbe Cf .
f (x) = ln(1 + u) avec u = x + x2
u2 1 2
= u− + o(u2 ) = x + x2 − x + x2 + o(x2 )
2 2
1 2
= x + x + o(x2 )
2
1 2
Ainsi (T ) : y = x est l’équation de la tangente à la courbe de f au point (0, 0). Comme x ≥ 0, donc la
2
courbe Cf est au-dessus de la tangente (T ).

V. Quelques exercices
Exercice 1. Déterminer le développement limité au voisinage de x0 à l’ordre n indiqué des fonctions
suivantes : √
2
1. 1+x+x 3 (x 0 = 0, n = 3), 4. arcsin x
x (x 0 = 0, n = 3), 8. √x+1 (x0 = +∞, n = 2),
1+x+x e x+2
√ √
2. e2x + 1 + x2 (x0 = 0, n = x+2−2
5. x+7−3 (x0 = 2, n = 1),
√ √
3), 9. ln(x + 1 + x2 ) − ln x (x0 =
1
6. (1 + x) x (n = 2), +∞, n = 4)
3. cos x + tan x sin x (x0 =
ln(x)
0, n = 5), 7. x2 (x0 = 1, n = 3),
Exercice 2. En utilisant les développements limités, calculer les limites suivantes :
√ √
sin x + shx − 2x x− e 5
 1 1 2
a) lim , b) lim , c) lim x argsh + arcsin − .
x→0 x(cos x + chx − 2) x→e ln(x) − 1 x→+∞ x x x
Exercice 3. (Examen Math1 2018-2019)

e ch(x)
On considère la fonction f définie par f (x) = 1+arcsin(x) .
1. Déterminer le développement limité de f à l’ordre 3 au voisinage de 0.
2. En déduire l’équation de la tangente au point (0, f (0)) à la courbe Cf représentative de f et donner
sa position par rapport à Cf .
f (x)−e
3. Calculer la limite suivante : lim x
.
x→0