Vous êtes sur la page 1sur 2

Réserves Relevées

1. Étant donné que l’emprise du canal projeté affecte les terrains à vocation agricole (Terres cultivées)
sur un tronçons de 300 mètre linéaire (du PK……Au PK……) et couvrant une superficie de………..,
Par conséquent la nouvelle forme de la parcelle crée à l’agriculteur des problèmes de labour et
d’exploitation, autrement dit ce découpage oblige l’exploitant à franchir les champs de son voisin
pour exercer leur droit de passage ce qui pourrait constituer une gène ;

2. Revoir la section hydraulique de transport du ponceau (1,5 X 1,5) m qui semble insuffisamment
dimensionné pour transiter le débit torrentiel exceptionnel à l’égard des sédiments qui se déposent
et vu le témoignage des habitants qui sont touchés par les crues orageuses dans la majeur partie
des cités et qui racontent la montée des eaux impressionnante qu’ils ont vécu auparavant ;

3. Décrire la formule utilisée pour le calcul de la revanche dans les grands canaux (Canal-C-) ;

4. Réétudier l’intégration du canal fermé empruntant le milieu urbain (Canal-A-) en tenant compte du
schéma d’aménagement à concevoir et en particulier la jonction des regards avaloirs d’orage à
implanter le long de la voie goudronnée ;

5. Le contrôle visuel révèle des écoulements de rivière (Oued Ktiba, Oued Tabaalit) favorisant le
transport solide des sédiments fluviatiles (rochers, éboulis, matériaux granulaires) néanmoins le
BET en charge d’étude n’a pas pris en considération ce volet crucial ;

6. Munir les ouvrages à ciel ouvert par des échelons de descente (Tirant d’eau + tirant d’air  4,00 M)
et notamment au niveau du Canal (-C-) ;

7. Il y a lieu de donner une justification technique claire pour l’emploi de la géotextile ;

8. Étudier la stabilité des murs de gabion consolidant la pente des talus (sécurité des caissons au
glissement et au renversement) ;

9. Atténuer les survitesses d’écoulement dans les canaux en créant des bassins d’amortissent afin de
dissiper l’énergie de l’eau et d’éviter l’usure par l’érosion hydrique ;

10. Remettre l’étude géotechnique détaillé du sous-sol, ce qui permettra de déterminer l’ancrage du
radier et les fruits des berges à adopter ;

11. Augmenter le nombre des orifices de drainage interposés entre les murettes de ceintures en
élévation et le risberme de sécurité

ACTION PROPOSÉE  :

Au point de confluence des cours d’eau , nous préconisons,


de réaliser un aménagement hydraulique (Petit barrage
écrêteur ou bassin de stockage) servant de ralentisseur
dynamique.
La Reconnaissance de sol
La reconnaissance de sol permet d’apprécier la portance d’un sol pour déterminer le type de fondation adapté, mais
également pour définir les niveaux et le régime hydraulique des eaux qui s’y trouvent, afin de prévoir, pour les parois
de l’ouvrage à construire, les traitements appropriés. La visite et l’examen du site, ainsi que l’étude des cartes
géologiques, permettent en général au spécialiste de se faire une première idée de la nature des terrains. La
reconnaissance de sol peut être réalisée par sondages du sol dans l’emprise et à la périphérie de l’ouvrage à
construire, par prélèvements exécutés dans les différentes couches de terrain (carottages) aux fins d’analyse, par des
essais in situ (pénétromètre statique ou dynamique, pressiomètre, essais à la table...) complétés, si besoin est, par
des essais en laboratoire: elle permet notamment de mesurer la teneur en eau et la perméabilité du sol.

Les Fondations

Les fondations sont destinées à supporter le poids de la construction et doivent résister aux efforts dûs à l’action du
vent et à la déformation propre du sol. Selon la nature du sol, on réalise des fondations superficielles ou profondes.
Les fondations superficielles sont employées lorsque des terrains satisfaisants sont situés à proximité de la surface du
sol. Elles sont constituées :
soit de semelles coulées in situ ou préfabriquées, filantes ou ponctuelles ;
soit d’un radier général, pour les terrains de faible portance ou les remblais compactés.
Les fondations plus profondes sont utilisées lorsque les couches superficielles ne suffisent pas à supporter la
construction.
Elles peuvent être constituées :

soit de plots en béton reliés par des longrines ;


soit de puits creusés jusqu’à la couche résistante supportant les maçonneries par l’intermédiaire de longrines ;

soit de pieux, de section transversale plus faible que celle des puits et exécutés par des entreprises spécialisées,
supportant la construction grâce au frottement des terrains sur leur surface latérale.

SIG et Télédétection

24 janvier 2017 ·

Download ArcGIS Desktop 10.5 + Crack + Addons


1 - ArcGIS Desktop 10.5 :
http://bit.ly/ArcGIS105-geojamal
2 - ArcGIS Desktop 10.5 Addons :
- Part 1 : http://bit.ly/arcgis105addons-part1-geojamal
- Part 2 : http://bit.ly/arcgis105addons-part2-geojamal
- Part 3 : http://bit.ly/arcgis105addons-part3-geojamal
‫ فيديو طريقة التفعيل‬: https://youtu.be/-bKq8veMMSw

‫جمال شعوان‬