Vous êtes sur la page 1sur 4

#35

Polynômes irréductibles

Khôlles - Classes prépa Thierry Sageaux, Lycée Gustave Eiel.

Exercice 1.
Donner un exemple de polynôme qui n'est pas irréductible sur R et qui n'a pas de racines sur R.
Exercice 2. R de X 8 + X 4 + 1
Factorisation sur

Factoriser X + X + 1 sur R.
8 4

Exercice 3. Polynôme irréductible sur Q


Démontrer que 1 + (X − 1)2 (X − 3)2 est irréductible dans Q[X].
Exercice 4. Polynômes positifs sur R
Soit E = {P ∈ R[X] tq ∃ Q, R ∈ R[X] tq P = Q2 + R2 }.
1) Montrer que E est stable par multiplication.
2) Montrer que E = {P ∈ R[X] tq ∀ x ∈ R, P (x) ≥ 0}.
3) (Centrale MP 2000, avec Maple) P = 65X 4 − 134X 3 + 190X 2 − 70X + 29. Trouver A et B dans
Z[X] tels que P = A2 + B 2 .
Exercice 5.
Décomposer P = X 6 − 2X 3 cos α + 1 en facteurs irréductibles dans R.
Exercice 6. Lemme de Gauss

Soit P ∈ Z[X]. On appelle contenu de P le pgcd des coecients de P (notation : cont(P )).
1) Soient P, Q ∈ Z[X] avec cont(P ) = 1, et R = P Q. Soit p un facteur premier de cont(R).
a) Si p est premier avec le coecient constant de P , Démontrer que p divise tous les coecients
de Q.
b) Si p divise le coecient constant de P , se ramener au cas précédent.
c) En déduire que cont(Q) = cont(R).
2) Lorsque cont(P ) 6= 1, trouver cont(P Q).
3) Application : Soit R ∈ Z[X], et P, Q ∈ Q[X] tels que R = P Q. Montrer qu'il existe P1 , Q1 ∈ Z[X]
proportionnels à P et Q et tels que R = P1 Q1 .
(cad : un polynôme à coecients entiers réductible sur Q est aussi réductible sur Z)
Exercice 7. Polynômes irréductibles sur Z
Démontrer que X 4 + X + 1 et X 6 + X 2 + 1 sont irréductibles dans Z[X].
Exercice 8. Polynômes irréductibles sur Z
Soient a1 , . . . , an ∈ Z distincts.
1) Montrer que (X − a1 ) . . . (X − an ) − 1 est irréductible dans Z[X].
2) Même question avec (X − a1 ) . . . (X − an ) + 1, n impair.

Exercice 9. Critère d'irréductibilité d'Eisenstein

Soit P ∈ Z[X], P = X n + an−1 X n−1 + · · · + a0 X 0 et p un nombre premier tel que :


a0 ≡ 0 [p], ..., an−1 ≡ 0 [p], a0 6≡ 0 [p2 ].
Montrer que P est irréductible dans Z[X].
Exercice 10. Irréductibilité de Xp − a
Soit K un sous-corps de C, a ∈ K et p ∈ N premier. Montrer que le polynôme X p − a est irréductible
sur K si et seulement s'il n'a pas de racine dans K. Indication : si X p −a = P Q avec P, Q ∈ K[X] unitaires
non constants, factoriser P dans C et considérer P (0).

28 octobre 2016 1 Thierry Sageaux


Polynômes irréductibles

2 Thierry Sageaux
Polynômes irréductibles

Solutions des exercices

Exercice 2. √ √
(X 2 − X + 1)(X 2 + X + 1)(X 2 − X 3 + 1)(X 2 + X 3 + 1).

Exercice 3. r√ r√ r√ r√
2+1 2−1 2+1 2−1
racines : α = 2 + +i , α, β = 2 − −i , β.
2 2 2 2
Factorisation de P sur R : P = (X − 2 Re(α)X + |α| )(X − 2 Re(β)X + |β|2 ) et les facteurs sont
2 2 2

irrationnels.

Exercice 4.
1) P = |Q + iR|2 .
2) Factoriser P .
1
3) Avec Maple : P = QQ avec Q = 65X 2 + (49i − 67)X + (42 + 11i) et Q est irréductible sur Q[i].
65
Donc si P = A2 + B 2 = (A + iB)(A − iB) avec A, B polynômes à coecients entiers alors, quitte à
changer B en −B , il existe λ ∈ Q[i] tel que : A + iB = λQ et A − iB = λQ d'où :
2A = 65(λ + λ)X 2 + ((49i − 67)λ − (49i + 67)λ)X + ((42 + 11i)λ + (42 − 11i)λ)
2iB = 65(λ − λ)X 2 + ((49i − 67)λ + (49i + 67)λ)X + ((42 + 11i)λ − (42 − 11i)λ)
λλ = 65.

u + iv
En particulier 65λ ∈ Z[i], écrivons λ = avec u, v ∈ Z :
65

67u + 49v 42u − 11v


A = uX 2 − X+
65 65
49u − 67v 11u + 42v
B = vX 2 + X+
65 65
u2 + v 2 = 65.

67u + 49v est divisible par 65 si et seulement si u ≡ 8v [65] et dans ce cas les autres numérateurs sont
aussi multiples de 65. La condition u2 + v 2 = 65 donne alors v = ±1, u = ±8 d'où :
A = ±(8X 2 − 9X + 5), B = ±(X 2 + 5X + 2).

Exercice 5.

P = (X 3 − eiα )(X 3 − e−iα )


iα iα 2iα −iα −iα −2iα
= (X − e )(X 2 + Xe 3 + e 3 )(X − e 3 )(X 2 + Xe 3 + e 3 )
3

α α + 2π 4π − α
= (X 2 − 2X cos + 1)(X 2 − 2X cos( ) + 1)(X 2 − 2X cos( ) + 1).
3 3 3

Exercice 8.

3 Thierry Sageaux
Polynômes irréductibles

1) Si P = QR alors Q(ai )R(ai ) = −1 ⇒ Q(ai ) = −R(ai ) = ±1, donc Q + R a n racines, donc est
nul, et P = −Q2 : contradiction pour x → ∞.
2) Même raisonnement : P = Q2 , donc Q2 − 1 = (Q − 1)(Q + 1) = (X − a1 ) . . . (X − an ).
On répartit les facteurs entre Q − 1 et Q + 1 : n = 2p, contradiction.

Exercice 9.
Soit P = QR avec Q = X n1 + bn1 −1 X n1 −1 + · · · + b0 X 0 et R = X n2 + cn2 −1 X n2 −1 + · · · + c0 X 0 .
Par hypothèse sur a0 = b0 c0 , p divise un et un seul des entiers b0 , c0 . Supposons que p divise
b0 , b1 , . . . , bk−1 : alors ak ≡ bk c0 [p] donc p divise bk . On aboutit à  p divise le coecient dominant
de Q , ce qui est absurde.

Exercice 10.
On suppose a 6= 0 et X p − a = P Q avec P, Q ∈ K[X] unitaires non constants. Soit n = deg(P ) ∈
[[1, p − 1]] et b = (−1)n P (0) ∈ K. b est le produit de cetraines p-èmes de a, donc bp = an . De plus
n ∧ p = 1 ; soit nu + pv = 1 une relation de Bézout. On a alors bpu = anu = a1−pv d'où a = (bu /av )p donc
bu /av ∈ K est racine de X p − a.

4 Thierry Sageaux

Vous aimerez peut-être aussi