Vous êtes sur la page 1sur 9

Techniques de réparation mécanique

Transmission de puissance

Réalisé par : Adam ben Hamouda et Mohamed Salah Chaabene

Classe : MI3.2
I. Etude technologique biblio 

1. Fonctionnement de la transmission :

D’une manière générale, la transmission désigne l’ensemble du système permettant


de transmettre le couple et la puissance du moteur aux roues. Ce système est donc
situé entre le moteur et les roues motrices du véhicule. En plus de son rôle de
transmission du couple moteur aux roues, il possède d’autres fonctions cruciales :

 Distribuer la puissance entre les deux ou quatre roues motrices en fonction de


leur vitesse, et même lorsque celle-ci diffère d’une roue à l’autre.

 Ajuster la puissance motrice en fonction de la vitesse, les accélérations et les


décélérations du véhicule.

La transmission se compose du volant moteur, de l’embrayage, de la boîte de


vitesse, du différentiel ou pont autobloquant et des arbres de transmission.

2. Le volant moteur et l’embrayage :

Ces deux pièces sont étroitement liées. Elles relient le moteur à la boîte de vitesse et
permettent ainsi de véhiculer le couple et la puissance moteur en direction de la boîte
de vitesse. En fonction de la position de la pédale d’embrayage, le volant moteur et
l’embrayage peuvent être joints ou disjoints. Lorsqu’ils sont joints, l’énergie passe du
moteur à la boîte de vitesse. Au contraire, quand ils sont disjoints, il n’y a plus de
transmission de couple moteur. Le conducteur peut ainsi passer une vitesse ou stopper
le véhicule pour passer au point mort .
3. Le différentiel (pont autobloquant) :

La fonction du différentiel est de transférer le couple délivré par la boîte de

vitesse aux roues motrices, via les arbres de transmission. Ainsi, il est

capable de transmettre une vitesse de rotation différente à chaque roue

lorsque c’est nécessaire. Par exemple, dans les virages, la roue située à

l’extérieur de la courbe a toujours plus de distance à parcourir que l’autre.

Pour éviter une perte d’adhérence du véhicule, cette roue doit alors

tourner plus vite. C’est possible grâce au différentiel.

4. Les arbres de transmission :

Les arbres de transmissions sont directement rattachés aux roues motrices, qu’ils
entraînent lorsqu’ils sont mis en rotation par le pont autobloquant. Par ce mouvement
de rotation qui leur est transmis, les roues motrices entraînent ensuite le véhicule.

II. Analyse de la conception 


I. La composition du pont :
Le différentiel se compose:
D’un boitier « 3 » solidaire de la couronne du pont « 2»
De deux planétaire « 6 » liés aux arbres de roues
D’un axe porte satellites « 4 »
De deux satellites « 5 » montés fous sur leur axe « 4 », en contact par leur
denture avec les planétaire.

III. Démontage du pont :

1. On démonte les vis de fixation


2. On retire la partie supérieure
3. On retire le croisillon avec ses pignons coniques.
4. On retire le pignon planétaire avec ses cales de réglage
5. On dépose la couronne dentée avec un jet
I. La composition de l’arbre de transmission (cardan) :

La solution consiste à utiliser une transmission à joints de cardans.

Considérons l’arbre A animé d’un mouvement de rotation uniforme, l’arbre B subit un


mouvement accéléré et retardé 2 fois par tour. L’amplitude du phénomène croît avec l’angle
des 2 arbres.

L’utilisation de 2 joints de cardan permet, en respectant le montage ci-dessous, de rendre la


transmission homocinétique. Il faut qu’au cours des débattements, l’angle β soit toujours égal
à l’angle θ. Dans ce cas, seul l’arbre intermédiaire reste animé d’un mouvement saccadé.
IV. Démontage de cardan :

1. On dépose l’arbre de transmission


2. On démonte les circlips
3. On chasse le croisillon à l’aide d’un jet
4. On dévisse la bague
5. On écarte la rondelle fendue et la retirer
6. On retire le joint de l’étanchéité

V. Contrôle et analyse 

1. Niveau de huile :

Si le différentiel est intégré à boite de vitesse, il est donc lubrifié par la méme huile et
le niveau est commun aux deux éléments .

S’il s’agit d’un pont différentiel séparé de la boite de vitesses, la lubrification est
indépendante.
2. L’étanchéité :
Bien sur,qu’il s’agisse d’un montage ou d’un autre , il faut toujours vérifier :
 L’étanchéité au niveau des deux bouchons
 Des joints spi (bagues d’étanchéité )

3. Le type d’huile :
Contrôle de niveau tous les 60 000 km ou tous les quatre ans, pas de vidange de
préconiser .

4. Contrôle du voile de la couronne :

Il faut contrôler le voile de la grande couronne; celui si ne doit pas dépasser 0.10 mm. Ici,
c'est un comparateur à balancier qui est utilisé, mais un modèle classique convient
parfaitement en plaçant la pointe à la perpendiculaire.

On fait tourner la couronne sur 360° et l'écart entre les mesures extrêmes ne doit pas dépasser
0.10 mm

Ce contrôle peut se faire au début (avant remplacement des roulements, mais avec des
roulements neufs sur le boîtier de différentiel, on est sûr que de vieux roulements défectueux
et mal serrés ne vont pas perturber la mesure).
VI. Interprétation 

Si une seule roue parmis les 4 perd tout son potentiel d’adhérence ,l’essieu auquel elle
appartient voit sa motricité chuter à zéro et donc l’autre essieu devient lui aussi
incapable de transmettre le moindre effort moteur .

VII. Montage du différentiel

1. Nettoyer soigneusement la surface de la coquille du différentiel et de la couronne.

2. Aligner les trous de vis de la couronne avec ceux de la coquille, puis monter la
couronne sur la coquille au moyen d'une masse de plomb.

3. Monter les rondelles-frein et les vis de fixation.

4. Remonter les satellites, les planétaires, les rondelles de butée et l'axe des satellites, et
mettre en place la coquille au-dessus de la goupille.

5. Le réglage des roulements du différentiel s'obtient par l'emploi de cales d'épaisseur


placées entre la coquille et les bagues intérieures des roulements coniques, avec un serrage
de 0,20 mm. (0.008") après l'assemblage dans le carter du pont.
6. Enlever les bagues intérieures des roulements ainsi que les cales de réglage.
7. Remonter les bagues dans les cales.
8. Placer l'ensemble du différentiel dans le carter du pont (avec les bagues extérieures
des roulements) et pousser le tout d'un côté.
9. Vérifier alors le jeu entre la bague extérieure du roulement dans le carter de pont, en
se servant d'une jauge d'épaisseur.
10. Après avoir déterminé ce jeu, il faut ajouter 0,20 mm. (0.008") et la dimension ainsi
obtenue donnera l'épaisseur de cales à monter pour obtenir un serrage correct des
roulements.
11. Enlever les roulements, placer une épaisseur égale de cales de chaque côté, puis
remonter les roulements.
12. Monter l'ensemble du différentiel dans le carter.

VIII. Conclusion

L’entretien de la transmission est l’un des aspects nécessaires de l’entretien général


d’un véhicule, tout comme la vidange d’huile moteur. D’ou les systèmes de
transmission est dons très important et nécessaire pour gérer la motricité du véhicule
mais il faut parfois l’assortir de mécanismes qui limitent son action sinon elle
perturbe la motricité elle-même.

Vous aimerez peut-être aussi