Vous êtes sur la page 1sur 2

TD Théories

Exercice 1

« La loi de la canonisation des genres vulgaires est pertinente dans la mesure où, en effet, le
roman, hybride et vulgaire au départ a été promu genre majeur depuis le XIXème siècle, et
que, simultanément, les genres nobles qui constituaient l’épopée et la tragédie ont disparu.
Mais, plus encore, les procédés des genres vulgaires ont très tôt contaminé les genres nobles :
la satire a infiltré l’épopée, comme en témoigne, par exemple, Les Tragiques. Et Chlovski,
lorsqu’il propose sa célèbre loi de la « marche du cavalier » qui entraîne dans les filiations
littéraires la « canonisation de la branche cadette », la fonde sur la même idée d’une
dégradation féconde : « l’héritage ne se transmet pas du père au fils mais de l’oncle au
neveu » (Résurrection du mot, 1985, p.116). Cette loi nullement préjudiciable à la littérature
selon les Formalistes, repose sur l’idée toute romantique du mélange des genres.
L’hybridation des genres qui entraîne leur décadence permet à la littérature de se renouveler, à
de nouvelles formes de voir le jour. »
Dominique Combe
Comment D. Combe explique-t-il l’importance des apports des formalistes en matière de
l’évolution des genres ?

Exercice 2 : Sur la dominante

Définis comme groupements constants de procédés (Tomachevski), les genres varient selon
la hiérarchie de ces procédés que – les Formalistes appellent la « dominante » à la suite des
travaux de l’esthéticien B. Christiansen. Ce concept de dominante développé par Eicjhenbaum
et Tynianov a été systématisé et diffusé largement par Jakobson, au-delà des activités de
Formaliste, et permet d’établir des critères de définition des genres. Si les genres sont des
combinaisons de procédés, les œuvres diffèrent entre elles par l’importance dévolue à tel ou
tel procédé particulier du système et, donc, à la hiérarchie des procédés. Est promu
« dominante le » (ou les) procédé(s) auquel les autres sont soumis, et qui « autorise la
formation d’un genre » (Tomachevski). Jakobson, qui a entre –temps émigré en
Tchécoslovaquie, prononce en en 1935 une conférence sur la dominante qui reprend très
exactement les définitions des formalistes des années 1920 :

La dominante peut se définir comme l’élément focal d’une œuvre d’art ; elle gouverne,
détermine et transforme les autres éléments, c’est elle qui garantit la cohésion de la structure.
La dominante spécifie l’œuvre (…). Un élément linguistique spécifique domine l’œuvre dans
sa totalité ; il agit de façon impérative, irrécusable, exerçant directement son influence sur les
autres éléments . (Huit question de poétique, 1977).

L’originalité de la problématique de Jakobson, c’est qu’elle associe le concept de «


dominante » à la théorie des fonctions du langage, elle-même inspirée de la Sprachtheorie du
linguiste allemand Bühler. La dominante peut être appliquée aux six fonctions référentielle,
émotive, conative, phatique, métalinguistique et poétique en usage dans la communication
linguistique, selon qu’est privilégié le référent, l’émetteur, le destinataire, le contact, le code
ou le message en tant que forme.
D. Combe,, Les genres littéraires .

Question ; Les six fonctions du langage sont-elles réellement appliquées à la théorie des
genres ?