Vous êtes sur la page 1sur 9

Belfort, le 31 juillet 2007

PROJET EDUCATIF LOCAL


du QUARTIER
DES GLACIS DU CHATEAU
Préambule
L’Education est depuis longtemps une priorité forte de la Ville de Belfort.
Cette politique vise à donner à chaque enfant des chances égales d’accéder aux savoirs
et de développer ses potentialités. La Ville de Belfort lui consacre un quart de son budget tant
pour accompagner l’école publique dans ses missions que pour intervenir après et en dehors
de l’école.

D’importantes transformations ont bouleversé, ces dernières décennies, le champ de


l’éducation :

 le rôle et la répartition des responsabilités entre les différents acteurs de l’éducation


(écoles – familles – institutions) ont évolué,

 la montée en puissance de la décentralisation dans le champ éducatif alors que l’on


assiste à un certain désengagement de l’Etat de l’une de ses missions essentielles.

Il faut donc adapter notre politique éducative. Elle doit avoir pour ambition de favoriser la
réussite à la fois scolaire et sociale de l’enfant et de l’adolescent. Elle doit :

 permettre encore plus, non seulement l’accès aux savoirs fondamentaux du jeune, mais
aussi l’acquisition des apprentissages des valeurs et des règles de la vie sociale,

 contribuer à développer sa capacité à se situer et à envisager sa place dans le monde,


à se projeter comme citoyen à part entière, à préparer son entrée dans le monde du
travail,

 rappeler et favoriser davantage le rôle éminent des parents en leur apportant, le cas
échéant, un soutien spécifique.

Dans cette perspective, le Projet Educatif Local veut fédérer et mobiliser les acteurs
qui interviennent dans le domaine de l’éducation, autour d’objectifs communs, fondés sur des
valeurs et des principes partagés à partir desquels se développe la politique éducative de la
Ville de Belfort.

A ce titre, il devra faire converger les dispositifs et les politiques contractuelles


existantes : CUCS – Contrat Enfance et Jeunesse – collège ouvert – programme de réussite éducative et
autres mesures propres à l’Education Nationale : Réseaux « ambition réussite » et programme personnalisés de
réussite éducative (PPRE).

Aussi, le Programme Educatif Local qui sera élaboré cet automne par la Ville de Belfort
concernera, dans un premier temps, et à titre expérimental, le quartier des Glacis du Château,
quartier situé en Zone Urbaine Sensible et objet d’un ambitieux programme de rénovation
urbaine. Il concernera la tranche d’âge : 0 à 17 ans révolus.

2
Les valeurs, les principes
et les ambitions du PEL

 Les valeurs du PEL


L’élaboration et la mise en œuvre du P.E.L doivent se traduire par un accord sur les
valeurs à promouvoir au travers de toutes les actions et les initiatives éducatives, parties
intégrantes du projet.

 La réussite éducative de l’enfant et du jeune

Les fonctions des institutions ou associations à visée éducative sont, notamment de


transmettre des valeurs. Or, avec le déclin des institutions, la montée de l’individualisme,
l’éclatement ou la recomposition des familles, ou encore avec le développement des incivilités,
les valeurs ne font pas spontanément consensus dans la société civile et même dans la
communauté éducative.

⇒ Il s’agit donc de construire au sein du système éducatif des pratiques éducatives


et pédagogiques permettant à chacun :

- d’exprimer ses potentialités,


- d’acquérir les savoirs et les apprentissages fondamentaux,
- de développer les valeurs du lien social (le respect de soi et d’autrui, la
solidarité, la civilité, l’apprentissage de l’autonomie, de la responsabilité et de
l’engagement individuel ou collectif).

Ces valeurs qui restent à partager constituent le cœur même du P.E.L.

 L’égalité des chances et la solidarité

Le P.E.L concerne nombre d’enfants et de familles qui connaissent des situations de


vulnérabilité plus ou moins importantes. Il conviendra donc de promouvoir une politique de
solidarité active, au bénéfice des enfants et des familles fragilisés.

⇒ Il s’agira de veiller à mieux prendre en compte les enfants en difficulté et à


apporter à chacun d’eux les meilleures chances d’insertion sociale, en adaptant
le cas échéant les moyens et les actions en adéquation afin que chacun puisse
accéder à l’offre éducative.

3
 La laïcité

La laïcité est une des valeurs essentielles de la République. Elle est un idéal positif d’affirmation
de la liberté de conscience, d’égalité, de fraternité et de tolérance.

Elle se fonde sur le respect de l’individu. L’intérêt général est le support de cette laïcité. L’école
et l’ensemble des institutions publiques en sont le creuset et le pivot, en donnant à chacun le
moyen d’acquérir et de partager liberté de conscience et valeurs démocratiques.

Le jugement critique, au cœur des missions du système éducatif, est intimement lié à la liberté
de conscience. En vertu de la neutralité de la sphère publique, la laïcité doit prendre en compte
la diversité de la population française. Il ne saurait être toléré que la différence soit exaltée en
droit à la différence.

⇒ La laïcité reste une conquête à préserver et à promouvoir. Il appartient aux


professionnels du système éducatif, notamment au travers du P.E.L, de faire
vivre, au quotidien, cette valeur à portée universelle.

 La reconnaissance du rôle des parents

La famille, même fragilisée dans son rôle de socialisation, reste le premier cercle de la
construction et de la structuration de la personnalité de l’enfant et du jeune. Il est essentiel de
donner aux parents, dans leur diversité, les moyens d’assumer davantage et mieux leur
mission, de les soutenir dans l’exercice de leurs responsabilités parentales, de favoriser leur
implication dans la vie de l’école et plus largement au sein des structures éducatives.

⇒ Cette fonction parentale doit être valorisée. Les parents, premiers éducateurs,
doivent être reconnus comme des interlocuteurs privilégiés par les acteurs du
P.E.L.

 Les principes fondateurs du PEL


Le Projet Educatif Local vise à :

 partir des problèmes rencontrés par les familles (adaptation des modes et
horaires de garde, suivi des enfants en difficulté….) pour construire des
réponses publiques adaptées,

 construire une culture et un référentiel communs sur les valeurs éducatives,

 favoriser le décloisonnement et la mise en cohérence des différentes


interventions pour faciliter le travail en réseau, assurer une continuité éducative
et construire les coopérations entre les acteurs.

4
 Les ambitions du PEL
Le P.E.L a pour ambition d’affirmer la place centrale de l’enfant et du jeune au cœur du
système éducatif. Il s’agira, tout au long de leur éducation, de proposer et d’organiser :

 Une continuité éducative

Celle-ci doit prendre en compte la globalité de l’enfant et du jeune, articulée et


structurée autour de trois « espaces-temps de vie » fondamentaux, spécifiques et
interdépendants que sont la famille, l’école et le temps libre. Elle doit permettre de :

- accompagner les missions de l’école dans le défi qu’elle souhaite relever pour
favoriser la réussite scolaire pour tous, l’égalité des chances, la qualité du
service rendu et son inscription dans le tissu social,

- mettre en réseau et mobiliser encore plus les différents acteurs institutionnels


et associatifs, partenaires naturels de la Ville, dans la structuration d’une action
éducative cohérente et globale.

 Une continuité dans le soutien et l’accompagnement des parents

Celle-ci doit pouvoir répondre aux besoins nés de la complexité croissante des fonctions
parentales et éducatives, plus marquée dans les quartiers populaires. S’appuyant sur le
tissu institutionnel et associatif, elle doit permettre de :

- construire une représentation ou un référentiel communs partagés,

- élaborer et mettre en œuvre des interventions sociales adaptées, multiformes


et pragmatiques

- mettre en place un plan de formation pluri-institutionnel, au bénéfice des


acteurs de terrain,

- construire une méthode d’évaluation.

5
Les orientations du PEL
Si nous considérons les trois « espaces-temps de vie » fondamentaux de l’enfant et du
jeune, définis précédemment, l’action publique devra viser à rechercher encore plus la
complémentarité et la cohérence entre ces temps, à travers la construction de véritables
« trajectoires éducatives personnalisées ».

Ayant vocation à couvrir l’ensemble de la Ville, le P.E.L. sera, dans un premier temps,
mis en place sur le quartier des Glacis du Château. Celui-ci possède de nombreux atouts ou
points d’appui à même de développer des actions spécifiques :

- des acteurs de terrain institutionnels et associatifs (travailleurs sociaux, agents des


services publics, enseignants, animateurs, ….)

- de nombreuses structures d’accueil de la petite enfance relevant de la Ville de Belfort


(Halte Garderie – crèche – lieu d’accueil parents/enfants) ou du Conseil Général (PMI),

- des actions innovantes et partenariales (Z.E.P., scolarisation des 2 ans, aménagement


des rythmes de l’enfant, dispositif « Programme de Réussite .Educative »…).

La construction des trajectoires éducatives repose sur la recherche d’une continuité


éducative entre les âges et entre les institutions qui ont en charge l’enfant et le jeune.

 La petite enfance : apprentissage et sociabilisation

Les lieux de service public dédiés à la petite enfance constituent le premier maillon d’un
parcours éducatif de l’enfant et l’un des premiers contacts des parents avec les services en
charge d’accompagner leurs enfants dans leur parcours éducatif.

Ces structures doivent être des outils d’intégration au bon fonctionnement social.

Pour donner corps à cette ambition, trois objectifs doivent être partagés par, l’ensemble
des structures de petite enfance (PMI, crèches, haltes-garderies).

Ils devront être formalisés par un projet pédagogique global comprenant un volet
directement opérationnel dont l’élaboration devra associer les professionnels concernés, voire
les familles.

6
 Premier objectif : permettre aux parents de concilier leur vie familiale,
personnelle et professionnelle, par des réponses adaptées.

Il s’agira, en particulier, d’organiser les services publics autour des besoins avérés des
familles du quartier (horaires et modes de garde, accompagnement médical et
psychologique). Une attention toute particulière devra être portée sur les familles
socialement vulnérables.

 Second objectif : associer les familles à la démarche éducative et leur


apporter un soutien aux savoir-faire parentaux.

De surcroît, les impliquer dans le fonctionnement des structures à leur disposition, peut
permettre de les responsabiliser et rompre avec un comportement de simples usagers
des services.

 Troisième objectif : participer à l’éducation des enfants en leur proposant


des espaces d’apprentissage de la vie en société.

Cet apprentissage leur permettra par la suite de poursuivre leur parcours dans le
système scolaire dans les meilleures conditions possibles.

 L’enfance : savoirs et savoir être


La politique scolaire qui s’est développée sur le quartier des Glacis du Château, depuis
une vingtaine d’années, s’est construite autour de l’enjeu de la lutte contre l’échec scolaire. Elle
s’est traduite par la mise en œuvre de nombreux dispositifs et initiatives.

Elle a permis le développement d’une réelle dynamique partenariale de projets. Elle a


eu également pour conséquence une forte implication des parents autour des missions de
l’école.

Rappelons que 85 % des enfants scolarisés dans le premier degré participent aux
études surveillées, ou encore la mobilisation importante des parents aux élections des Conseils
d’écoles.

Cette dynamique de projets s’est néanmoins quelque peu essoufflée. Dans ce contexte
il convient d’identifier les objectifs permettant de créer une nouvelle démarche autour d’un
projet ZEP global partagé par l’ensemble des acteurs.

7
 Premier objectif : renforcer la continuité éducative en redynamisant le projet
pédagogique de la ZEP.

Il s’agit de construire, de façon partenariale, un projet global de ZEP lisible par


l’ensemble de la communauté éducative : établissements préélémentaires et
élémentaires, dispositif d’études surveillées, collège.
Sa coordination devra être placée sous la responsabilité d’un agent de l’Education
Nationale dûment mandaté et détaché par son institution pour lui permettre l’exercice
de cette mission.

 Second objectif : améliorer la continuité éducative entre les établissements


scolaires et les activités péri scolaires.

Celles-ci s’inscriront en pleine cohérence avec le projet ZEP afin de favoriser


l’expression des potentialités de l’enfant notamment dans les domaines culturel,
scientifique et sportif.

 Troisième objectif : mieux accompagner les enfants en difficulté scolaire ou


sociale en mobilisant les acteurs publics.

Fondé sur un approfondissement du partenariat et sur une individualisation renforcée du


suivi des enfants. Il s’appuiera notamment sur le P.R.E. dont d’application sera
approfondie et étendue au collège Vauban.
Dans ce cas, des actions ciblées de soutien à la parentalité devront également être
initiées, en particulier, sur la base du suivi social des familles.

 Pré-adolescence et adolescence : citoyenneté et


autonomie
Le passage de l’enfance, à la pré-adolescence et adolescence constitue une période
cruciale. Il s’accompagne de ruptures physiologique, psychologique, comme des pratiques
éducatives.

La mise en cohérence d’un projet pédagogique global de la ZEP doit permettre


d’assurer une transition facilitée entre les établissements élémentaires et le collège. Au sein de
celui-ci, la démarche globale des équipes enseignantes du quartier doit :

- assurer une continuité du parcours éducatif de l’enfant par la cohérence du projet


pédagogique,

- dégager une dynamique propre et complémentaire favorisée par la mixité de


l’établissement.

8
 Premier objectif : promouvoir l’innovation éducative pour mieux répondre à
la diversité des demandes des adolescents.

Dans les domaines sportifs ou culturels, dans le champ de l’investissement associatif ou


humanitaire, les adolescents ont besoin de structures à même de pouvoir les
accompagner dans la formulation et la construction de leurs projets.
Par ailleurs, ils ont aussi souvent besoin d’espaces d’écoute leur permettant d’exprimer
des interrogations sur des domaines les concernant (santé, sexualité, emploi,
discrimination.).

Le PEL devra s’attacher à développer toutes les opportunités pour permettre à


l’adolescent d’acquérir le sens de la responsabilité personnelle et collective. Cela passe
par la cohérence et la mise en réseau de l’ensemble des acteurs publics institutionnels
et associatifs travaillant auprès de jeunes (service Jeunesse, Maison de Quartier,
Francas, MDEJ…).

 Deuxième objectif : porter une attention particulière aux publics fragilisés


et/ou issus de familles paupérisées.

Le développement du soutien aux familles fragilisées doit permettre d’accompagner les


parents qui en ont le plus besoin durant l’adolescence de leurs enfants.
L’accès des enfants de familles défavorisées à l’ensemble des offres éducatives et de
loisirs, l’un des objectifs majeurs du PEL, doit pouvoir être soutenu par différentes
mesures : tarifs – actions adaptées – pédagogie innovante – formation des
professionnels…

Par ailleurs, une attention toute particulière doit être portée en direction des pré-
adolescents et adolescents en situation de décrochage ou de rupture scolaire ou
familial. Le partenariat entre tous les professionnels institutionnels et associatifs doit être
renforcé pour construire des réponses concertées adaptées à la situation rencontrée par
le jeune.
Dans cet objectif, l’extension du programme de réussite éducative au collège Vauban
comme le renforcement des équipes d’éducateurs spécialisés sur le quartier
représentent des conditions indispensables à la réussite du PEL.