Vous êtes sur la page 1sur 36

STAGE D’INITIATION

Période de stage : du 1er au 30 Juillet 2017

Rédigé par :
AMALI khaoula
Etudiante en 2ème année Génie électrique

Encadré par :
Mr. ERRAOUD samir
Support technique et chef de maintenance

Année universitaire : 2017/2018


Table des matières

Table des matières


Remerciement ______________________________________________ 1
Liste des figures et des tableaux _______________________________ 2
Introduction ________________________________________________ 3
Chapitre 1 : Présentation de LYDEC_________________________________________________4
1- Mission_________________________________________________________________________________5
2- Activités de LYDEC________________________________________________________________________5
3- Organigramme de LYDEC_________________________ _______________________________________6
4- Dates clés_______________________________________________________________________________7
5- Actionnariat_____________________________________________________________________________8

Chapitre2 : Parcours du réseau électrique________________________9


1- La production de l'énergie électrique________________________________________________________10

2- Le transport de l'énergie électrique_________________________________________________________11

3- Réseau de distribution ___________________________________________________________________11

4- Les réseaux de distribution à LYDEC________________________________________________________14

Chapitre 3: Pertes d'énergie dans les réseaux électriques et le


rendement__________________________________________________________21
1- Les pertes dans les réseaux électriques______________________________________________________22

2- Les pertes non techniques_________________________________________________________________23

3- Les pertes techniques____________________________________________________________________23

Chapitre4 : Département d’exploitation d’électricité ____________25


Conclusion ___________________________________________________
1- Présentation du DEE _____________________________________________________________________26
2- Les différents services du DEE______________________________________________________________27

Conclusion______________________________________________34
Bibliographie
1

REMERCIEMENT

Avant tout développement sur cette expérience professionnelle, il apparaît


opportun de commencer ce rapport de stage par des remerciements, à ceux qui
m’ont beaucoup appris au cours de ce stage, et même à ceux qui ont eu la
gentillesse de faire de ce stage un moment très profitable.

Je tiens à remercier tout particulièrement et à témoignage toute ma reconnaissance


aux personnes suivantes pour l’expérience enrichissante et pleine d’intérêt qu’elles
m’ont fait vivre durant cette période de stage au sein de LYDEC

Je commence avec mon maître de stage Mr Er-RAOUD SAMIR, responsable de la


maintenance.

Mr Aziz ABOULIKDANE, responsable des travaux programmés qui m’a formé et


accompagné tout au long de cette expérience avec beaucoup de patience et de
pédagogie.

Mr Abdelali AMANI, Mr Mokhlis AMARI et Mr AICHOUR khalid pour leur


participation à l’élargissement de mes connaissances.

Enfin, je remercie l’ensemble des enseignants du département Génie électrique


ainsi que tout le corps pédagogique et administratif de L’ESTC.
2

Liste des figures :


Figure 1 : des techniciens de LYDEC
Figure 2 : Des activités de LYDEC
Figure 3 : Organigramme de LYDEC
Figure 4 : Actionnariat de LYDEC
Figure 5 : Schéma d’une centrale de charbon
Figure 6 : schéma d’une centrale hydraulique
Figure 7 : schéma de la production éolienne
Figure 8 : parcours de la distribution électrique
Figure 9: Les lignes à haute tension
Figure 10 : Poste source
Figure 11 : Poste en haut de poteau
Figure 12 : Poste en bas de poteau
Figure 13 : Poste de transformation public
Figure 14 : Cellules HTA
Figure 15 : Exemple de cellules HTA (Schneider electric)
Figure 16 : Association des cellules HTA
Figure 17 : Transformateur triphasé
Figure 18 : Tableau urbain réduit
Figure 19 : Tableau d’éclairage public
Figure 20 : Les pertes par effet Joule
Figure 21 : Organigramme DEE
Figure 22: Boîtes à colonnes
Figure 23 : Fusible grillé dans une boîte à colonnes
Figure 24 : Tablette utilisée par les techniciens de LYDEC
Figure 25 : Porte fusible grillé
Figure 26 : Affiche signalétique
Figure 27 : Nappe isolante en polyvinyle
Figure 28 : Pinces isolantes de fixation en plastique
Figure 29 : Technicien en train de couper les ponts
Figure 30 : Les ouvriers de la Sté GTC en train de mettre les coffrets
Figure 31 : Des portes fusibles (125A)
Figure 32 : Câbles torsades
Figure 33 : branchement du compteur
Figure 34 : technicien en train de poser le compteur provisoire sur un poteau
3

Introduction
L ’électricité est un domaine purement technique qui demande beaucoup de pratique
pour le maitriser, or le stage présente le moyen adéquat pour lier entre les études et le
monde du travail. Grâce au stage l’étudiant arrive à : Se sensibiliser à la vie
professionnelle, découvrir les différents métiers de l’entreprise dont il effectue le stage,
s’évoluer dans un équipe et se rendre compte des conditions de travail.

C’est dans cette optique que j’ai effectué mon stage au sein de la Lydec, une
entreprise qui gère l’eau, l’électricité et l’assainissement de GRAND CASABLANCA qui m’a
presenté un endroit idéal pour élaborer et mettre en pratique les théories que j’ai acquises
durant ma 1ère année de DUT.

Durant ce stage, je me suis familiarisé avec un environnement technique varié, et j’ai


assisté à un ensemble de travaux dont les équipes techniques assuraient l’exécution.

J’ai accompagné les équipes de la section travaux programmés, la section de la


maintenance curative et préventive, la section des interventions urgentes BT et l’équipe de
l’éclairage public aux chantiers, ce qui m’a permis dans un premier temps d’assister aux
différents travaux réalisés par les équipes du DEE( département d’exploitation électrique),
et dans un second temps jai pu enrichir mes connaisances et acquérir plus d’informations
grâce aux opérateurs du DEE.

Ce rapport comprte 4 chapitres :

Le 1er chapitre prèsente l’organisme de la société LYDEC ;

Le 2ème chapitre explique l’acheminement du réseau électrique ;

Le 3ème chapitre porte sur les pertes d’énergie dans l’énergie ;

Enfin, le 4ème chapitre est consacré à la prèsentation des différents secteurs du DEE ;
4

CHAPITRE 1 :
‘’ Présentation de LYDEC‘’
5

1. Mission :

LYDEC, filiale du groupe français SUEZ assure depuis 1997 la gestion de services essentiels pour les
habitants du Grand Casablanca.

A travers la gestion de la distribution de l’eau, de l’électricité, de l’assainissement et de l’éclairage public,


LYDEC participe au bon développement de la plus grande agglomération du Royaume, en plaçant
l’amélioration de la qualité de vie des habitants au cœur de ses préoccupations.

Figure 1: Techniciens de LYDEC Figure 2: Des activités de LYDEC

2 . Activités de LYDEC

2.1- La distribution de l’eau :

Lydec distribue une eau potable de qualité, conforme aux normes sanitaires marocaines en vigieur. Cette eau est
fournie par deux producteurs nationaux : l’ONEP (office national de l’eau potable) et la SEOER(société des
eaux d’OUM ERBIAA).

2.2- La distribution de l’électricité :

Lydec renforce et sécurise le réseau d’électricité composé de plus de 2260km pour la MOYENNE TENSION
uniquement, pour répondre aux besoins croissants de l’agglomération en énergie. L’énergie distribuée provient
de l’ONE (office national d’éléctricité).

2.3- La gestion de l’éclairage public :

La gestion de l’éclairage public (112000 points lumineux) avec l’objectif d’augmenter le taux d’éclairement,
tout en veillant à économiser l’énergie grâce à des techniques innpvantes.
6

3. Organigramme géneral de LYDEC :

Il est à noter qu’à la Lydec existe selon l’importance des tâches et des effectifs, des divisions et des services.
Cependant ils sont tous pilotés par la direction générale .Les divisions sont plus importantes que les services en
terme de tâches et d’effectif.

L’organigramme général du LYDEC se présente comme suit :


Figure 3: Organigramme de LYDEC
7

4. Dates clés :

1995 : Création de Lydec, filiale du groupe SUEZ Environnement.

1997 : Signature en avril du contrat de gestion déléguée par l’autorité délégante, l’autorité de
tutelle (Ministère de l’intérieure) et Lydec (Le délégataire). Début des activités en août.

2003 : Le périmètre de la gestion déléguée inclut les communes urbaines de Casablanca,


Mohammedia et Aïn Harrouda, ainsi que 12 communes périphériques.

2005 : Introduction en bourse.

2009 : Signature d’un avenant au contrat de gestion déléguée par l’autorité délégante, l’autorité de
tutelle (Ministère de l’Intérieur) et Lydec (le Délégataire), qui concrétise et finalise la première
révision du contrat (2006-2009). Intégration de la gestion de l’éclairage public, qui devient le 4ème
métier de Lydec.

2010 : Emprunt obligataire d’un montant de 1.2 milliard de dirhams pour le financement du
programme d’investissement.

5. Actionnariat :

Depuis juillet 2005, Lydec est une entreprise cotée en bourse. Son capital se répartit de la manière
suivante :

Figure 4: Actionnariat de LYDEC


8

SUEZ
SUEZ (Paris : SEV, Bruxelles : SEVB) alimente 92 millions de personnes en eau potable,
65 millions en services d'assainissement, assure la collecte des déchets de près de 50
millions de personnes, valorise 14 millions de tonnes de déchets par an et produit 5 138
GWh d'énergie locale et renouvelable. Avec 80 990 collaborateurs, SUEZ présent sur les
cinq continents est un acteur clé de l'économie circulaire pour la gestion durable des
ressources.
En 2014, SUEZ a réalisé un chiffre d'affaires de 14,3 milliards d'euros

RMA Watanya
Chapitre 2 :
Filiale du 2ème plus grand groupe privé au Maroc, Finance com, RMA WATANYA s'est
engagée depuis plus de 60 ans à protéger les biens et les personnes contre les risques de la
‘’Parcours du réseau électrique‘’
vie, et d'accompagner en toute sérénité les particuliers, les professionnels et les entreprises
dans la réalisation de leurs projets d'avenir.
En 2014, RMA WATANYA a réalisé un chiffre d'affaires de près de 5,2 milliards de DH.

FIPAR HOLDING

Fipar Holding est la société d'investissement du groupe Caisse de Dépôt et de Gestion


(CDG), premier investisseur institutionnel du pays. Fipar Holding a pour vocation de
détenir des participations minoritaires et stratégiques dans les secteurs industriels,
financiers et de services, avec un objectif de rendement financier à moyen et long terme.
9

CHAPITRE 2 :
‘’ Parcours du réseau électrique‘’
10

Dans le monde moderne, l'électricité est un élément essentiel de la vie quotidienne.


En fait, il est probablement impossible de compter toutes les fois que nous utilisons
l'électricité au cours de la journée.

1. La production de l’énergie électrique :

À la différence d’autres produits, l’électricité doit être consommée dès qu’elle est produite. Il n’existe à
l’heure actuelle aucune façon économique de stocker d’importantes quantités d’électricité pour l’utiliser par la
suite. On doit constamment équilibrer l’offre et la demande. À mesure que la demande s’accroît, l’offre doit
augmenter proportionnellement.

Pour répondre à la consommation croissante d’électricité, il a fallu inventer et construire des centrales capables
de produire l’électricité en grande quantité. Dans une centrale, on a recours à un énorme ALTERNATEUR
pour produire de l’électricité. Dans l’alternateur, un aimant géant appelé ROTOR tourne à l’intérieur d’un
bobinage de fils de cuivre nommé STATOR. La force ainsi produite expulse les électrons de leurs atomes et
induit dans les fils de cuivre un flux d’électrons, c’est-à-dire l’électricité. Les électrons peuvent alors être
envoyés, par les lignes de transport, là où on en a besoin.

Au Maroc les trois types de production sont :

1.1- La production thermique :

Figure 5: schéma d'une centrale de charbon

Une centrale thermique à flamme produit de l'électricité à partir de la vapeur d'eau produite grâce à la chaleur
dégagée par la combustion de gaz, de charbon ou de fioul, qui met en mouvement une turbine reliée à un
alternateur.
11

1.2- La production hydro-électrique :

L'énergie hydraulique permet de fabriquer de l'électricité, dans les centrales hydroélectriques, grâce à la force de
l'eau. Cette force dépend soit de la hauteur de la chute d'eau (centrales de haute ou moyenne chute), soit du débit
des fleuves et des rivières (centrales au fil de l'eau).

Figure 6: schéma d'une centrale hydraulique

1.3- La production éolienne :

L'énergie éolienne est une énergie du vent dont la force motrice est utilisée dans le déplacement de voiliers et
autres véhicules ou transformée au moyen d'un dispositif aérogénérateur comme une éolienne ou dans un
moulin à vent en une énergie diversement utilisable. C'est une des formes d’énergie renouvelable.

Figure 7: schéma de la production éolienne


12

2. Le transport de l’énergie électrique :


L’énergie électrique produite par les centrales est transportée chez les consommateurs en haute et très haute
tension, ce qui permet d’acheminer de fortes puissances sur de longues distances, en minimisant les pertes. A
la sortie de la centrale un transformateur élévateur augmente la tension du courant jusqu’à 380 KV. La
production et le transport de l’énergie électrique se font généralement en régime alternatif triphasé. L’avantage
du courant alternatif par rapport au courant continu est qu’il permet d’élever et d’abaisser facilement la
tension, grâce à des transformateurs. Cela permet, pour une même puissance transportée, de réduire les pertes
par effet Joule.

Le réseau public de transport de l’électricité se compose d’un réseau dit « de grand transport et
d’interconnexion », d’une part, et d’un réseau dit « de répartition », d’autre part. Leur longueur cumulée
représente environ 100.000 kilomètres.

Le réseau de grand transport et d’interconnexion, (dit « réseaux HTB »), permet de transporter d’importantes
quantités d’énergie sur de longues distances. Ses lignes forment ce que l’on pourrait appeler les « autoroutes
de l’électricité ».

Le réseau de répartition assure le transport de l’électricité à l’échelle régionale.). Ses lignes permettent
d’acheminer l’électricité jusqu’aux consommateurs industriels et jusqu’aux réseaux de distribution. Elles
collectent aussi l’énergie produite par les installations de production de taille intermédiaire.

3. Réseau de distribution :
Le réseau de distribution, a pour but d’alimenter l’ensemble des consommateurs. Si le réseau de transport peut
représenter le réseau autoroutier acheminant l’électricité, le réseau de distribution en représenterait les routes.

Le réseau de distribution utilise deux niveaux de tension :

• le réseau HTA qui assure l’acheminement de l’électricité au niveau régional, et alimente directement les
industriels.

• le réseau BT, qui alimente les particuliers, après abaissement de la tension dans un transformateur.

Figure 8: parcours de la distribution électrique


13

L’énergie électrique se transforme à des tensions élevées (225KV) par l’opérateur national (ONE) jusqu’aux
centres urbaines. A ce niveau (poste source Oulad Haddou par exemple), elle subit une transformation pour
abaisser la tension à 20KV dans les postes sources de la LYDEC et l’ONE. La transformation en basse tensions
(20KV/380KV) s’effectue au niveau des postes de transformation HTA/BT de LYDEC afin de mettre la tension
aux normes du réseau des différents clients de la LYDEC.

Tableau 1: Les domaines de tension

Figure 9: Les lignes a haute tension

Le réseau électrique peut être facilement comparé à un réseau routier, il a ses voies nationales et
départementales. Une fois produite, l’électricité doit être transportée et distribuée jusqu’au consommateur.
Pour cela, on distingue le réseau de transport et le réseau de distribution.

Il est constitué de deux types de lignes : les lignes très hautes tension (THT) et les lignes hautes tension (HT).
Les lignes THT permettent de transporter de grandes quantités d’électricité sur de longues distances avec des
pertes minimales. Ces lignes, dont la tension est supérieure à 100KV constituent le réseau de grand transport
ou d’interconnexion.
14

Elles permettent de relier les régions et les pays entre eux ainsi que d’alimenter directement les grandes zones
urbaines. La majorité des lignes THT ont une tension de 400KV.

Les lignes haute tension constituent le réseau de répartition ou d’alimentation régionale et permettent le transport
à l’échelle régionale ou locale. Elles acheminent l’électricité aux industries lourdes, aux grands consommateurs
électriques comme les transports ferroviaires et font le lien avec le second réseau. Leur tension est comprise entre
10KV et 100KV.

4. Réseau de distribution LYDEC :

1. Poste de transformation HTA/HTB (Poste source) :

Il est économiquement intéressant d’augmenter la tension pour la transmission de l’énergie, car cela limite
les déperditions d’énergie par Effet Joule.

Le poste source est un ouvrage électrique permettant de relier le réseau public de transport d’électricité au réseau
public de distribution d’électricité.

Il sert à :

*transformer une très haute tension en haute tension.

*diriger l’énergie électrique vers plusieurs canalisations haute tension, appelées «départs».

La tension de l’électricité apportée par le réseau est modifiée par un ou plusieurs transformateurs qui sont abrités
dans un poste de transformation.

La tension à la sortie de la source de production est de 400 000 volts.

Figure 10: Poste source


15

2. Poste de transformation HTA/BT :

Le poste HT / BT a pour rôle de convertir une haute tension de classe A triphasée (5500V, 20000V,
22000V,) en basse tension de classe A standard, c’est à dire, actuellement, 220V-380V. A la
conception, un choix de régime du neutre sera étudié et adapté aux contraintes de l’exploitation
à alimenter.

Figure 11: Poste en haut poteau


2.1- Les postes en haut de poteau

On reconnaît facilement ces postes car le


transformateur est fixé en haut du dernier
poteau de la ligne HT; on y trouvera à ses
côtés un interrupteur basse tension
manœuvré du bas du poteau par une
personne autorisée .Ces postes fournissent
une faible puissance (maxi. 100 KVA),
toutefois suffisante pour les petites installations
tel que des centrales à béton. Ces postes
sont soumis obligatoirement à un régime du
neutre du type TT (neutre à la terre, masse à
Figure 11: poste en bas de poteau
la terre).

2.2- Les postes en bas de poteau

Il s’agit de postes de puissances moyennes


(de 100 à 250 KVA) installés au bas du poteau
final de la ligne HT. L’ensemble de ce type de
poste est installé dans un abri tollé de
dimension réduite. On trouvera à l’intérieur
tout l’équipement nécessaire à savoir le
transformateur, le disjoncteur basse tension
cadenassable.
16

2.3- Les postes d’intérieurs

2.3.1- Fonctionnement du poste intérieur :

Ces postes sont dits d’intérieur car ils sont installés


Figure 13 : Poste de transformation publique
directement dans les locaux de l’usine ou de
l’exploitation et le plus près possible des récepteurs.
L’entreprise est en général propriétaire et
responsable de l’entretien de ces postes. Les
puissances peuvent être très importantes (de 100 à
3 000 KVA). Ils peuvent être de 2 types :

Ouvert les éléments HT sont visibles aux travers


de simples grilles qui servent d’obstacles. Tous les
éléments de distribution HT (fils, sectionneurs,
interrupteurs, fusibles) sont des pièces nues sous
tension. Les dangers de mort sont réels, seul
l’utilisation des protections individuelles de sécurité
(gants, tabouret, contrôleur HT) associés à la Figure 12: cellules HTA
combinaison de clefs de verrouillages coordonnant
les opérations garantissent la sécurité du personnel
électricien habilité de type H1, H2 ou HC.

Fermé beaucoup plus sécurisant, ce type est


désormais le plus répandu. Ses avantages sont
multiples: il ne comporte aucune partie accessible,
les verrouillages sont sûrs, tous les éléments de
coupures HT sont enfermés dans des armoires en
acier appelées cellules. Ces cellules sont
fabriquées en usine selon des normes très sévères,
elles intègrent notamment un interrupteur HT, des
fusibles HT et un sectionneur de mise à la terre.
17

2.3.2- Composition du poste intérieur :

*Les cellules préfabriquées :

-Différents types de cellules

Il existe une multitude de cellules différentes :

- cellule d’arrivée ;

- cellule de protection HT;

- cellule de protection BT (fusible + interrupteur ou disjoncteur) ;

Figure15 : Exemples de cellules HTA (Schneider Electric).


18

Figure16 : Association des cellules HTA

-Association
Les appareils des cellules
à haute tensionHTA
sont: répartis en
cellules individuelles qui permettent par
association de réaliser de multiples schémas.
Ce système modulaire permet la construction
de postes de répartition HT et de livraison
avec une très grande souplesse.

*Un transformateur :

Figure17: Transformateur triphasé


Le transformateur électrique a plusieurs
fonctions : il permet d’abaisser ou augmenter
la tension du courant électrique qui traverse le
réseau.

Les transformateurs HTA/BT sont


normalement du type immergé dans l’huile
minérale. Sauf cas particulier, il n’y a pas lieu
de prévoir de dispositifs de détection ou
d’extinction du Feu à l’intérieur des postes.
Par contre, une fosse à huile doit être installée
sous chaque transformateur à huile.

Pour choisir une tension primaire adaptée au


réseau et ne pas dépasser la tension nominale
secondaire, LYDEC utilise des
transformateurs qui disposent tous d’un
sélecteur manuel d’ajustement de tension.
.primaire.
19

Ces sélecteurs contiennent le plus souvent 3 positions (19, 20, et 22KV). Mais on peut également trouver des
sélecteurs à 5 positions (18, 19, 20,21, et 22KV).

Ces transformateurs assurent les transformations de 25, 50, 100, 160, 250, 400, 630, 1000KVA.

Les transformateurs sont à prévoir pour une tension d’isolement de 24 kV pour l’ensemble du réseau du
distributeur. Ils seront équipés des prises 19500 – 20000 - 20500 V. Ces prises seront ramenées sur un
commutateur non manœuvrable sous tension (verrouillage). Dans le cas d’un comptage Basse Tension, les
bornes BT du transformateur devront être rendues inaccessibles au client. Les connecteurs embrochables HTA
du transformateur seront verrouillables.
*Tableau urbain réduit :

Figure 13: tableau urbain réduit

Les Tableaux Urbains Réduits (TUR) constituent la partie Basse Tension des postes de transformation HTA /
BT de distribution publique.

Les Tableaux TUR comportent :

• Un organe de coupure générale en charge : Interrupteur à coupure visible de 800 A, 1200 A ou 1800 A

• Un châssis métallique support permettant une fixation murale en 4 points

• Un jeu de barres tétra polaires placées sur isolateurs, destinées à recevoir les unités de départ.

• 8 départs BT protégés par des fusibles alignés verticalement.

• Des monoblocs comportant des portes fusibles.


20

*Le tableau d’éclairage public :


Le tableau d’éclairage public se constitue de : 1.Horloge programmable ; 2.Compteur ;

3.Sectionneur ; 4.Fusibles ; 5.Contacteur, comme le montre la figure ci-dessous.

Son mode d’alimentation dépend de plusieurs facteurs comme la définition technique de l’installation
(nature, puissance, répartition des points lumineux), des contraintes d’insertion des différents organes des
possibilités de livraison d’énergie électrique sur le secteur, des analyses techniques et économiques. La
détermination des caractéristiques électriques des matériels doit tenir compte de la puissance des lampes
et de leurs appareillages, du facteur de puissance, de l’appel de courant lors de la mise sous tension, des
chutes de tension, de la protection contre les courts-circuits, des réserves de puissance pour faire face à
des évolutions éventuelles.

3
1

Figure 19: tableau d'éclairage public


21

CHAPITRE 3 :
‘’ Pertes d’énergie dans les
réseaux électriques et le
rendement‘’
22

1- Les pertesChapitre
dans les4 : DEE
réseaux électriques :
1- La maintenance
2- Organigramme
Quand l’énergie électrique se déplace de son origine vers les consommateurs, ce transport prévient des pertes
3- Interventions urgentes BT
dont la valeur dépend de l’intensité du courant
4- Eclairage public et de la distance parcourue et des caractéristiques du réseau.
On parle alors des pertes en5-ligne.
Maintenance curatif et préventif
6- Travaux programmés
7- d’éviter carrément les pertes en ligne mais ils y en plusieurs méthodes à
Il est pratiquement impossible
effectuer pour les réduire.

1.1- L’origine des pertes électriques :

Les recherches montrent que la majorité des pertes en ligne (78%) proviennent de la déperdition d’énergie qui
s’opère dès qu’un courant circule dans le matériau conducteur des liaisons. Le transport de l’électricité fait
chauffer le câble et génère des pertes d’énergie. On appelle cette dissipation de chaleur l’effet joule.
𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠 = 𝑅. 𝐼²
 On trouve aussi que l’atmosphère joue un rôle dans l’augmentation des pertes puisque 8% des pertes sont liées
à une décharge électrique entre l’air et les câbles.
 Puis, il y a environ 11% des pertes sont à cause du passage du courant dans les postes de transformation de
niveau de tension.
Enfin, le fonctionnement des postes eux-mêmes nécessite la consommation d’une part d’énergie. Cette
autoconsommation représente environ 3% du volume concerné.

1.2- Les types des pertes :

Les pertes sur les réseaux électriques sont généralement divisées en 2 catégories : pertes techniques, pertes non
techniques.

1.2.1- Les pertes non techniques :


Les pertes non techniques se constituent principalement de l’énergie consommée sans être enregistrée par les
compteurs électriques Elle peut être consommée dans un foyer abonné à l'électricité sans que le compteur ne la
comptabilise, ou à cause du vol d’électricité sur le réseau.

Actuellement, dans les pays les moins développés, les fraudes d’électricité sont très fréquentes et les pertes
non techniques peuvent atteindre 50% de l’e l’électricité sur le réseau.
*Les différentes causes des pertes non techniques sont:
- Problèmes de facturation
- Agents malhonnêtes ou corrompus au niveau de l'installation du compteur ou de la relève
- Blocage du compteur électrique.
- Les fraudes.
23

1.2.2- Les pertes techniques :

Les pertes générées par le transport et la distribution d’électricité ont d’abord une définition comptable. Elles
constituent la différence entre les niveaux de production et de consommation déclarés.

Les pertes techniques liées au transport et à la distribution de l’électricité se présentent sous différentes
formes.
• Les pertes par effet Joule : l’effet Joule est un effet thermique qui se produit lors du passage du
courant électrique dans un conducteur. Il se manifeste par une augmentation de l’énergie thermique du
conducteur et donc de sa température. Dans le cas de conducteurs de distribution de l’énergie
électrique, cet effet provoque des pertes non désirées, mais inévitables.
Figure 20: Les pertes par effet joule

• Les pertes par effet couronne correspond à une décharge électrique entraînée par l'ionisation du
milieu entourant un conducteur (mouvement d’électrons qui se déplacent autour du câble, dans l’air
ambiant), qui se produit lorsque le champ électrique régnant au voisinage proche du conducteur
dépasse une valeur critique. L’effet couronne se manifeste sous forme d’une gaine lumineuse autour
du conducteur électrique, ainsi que par un bruit de crépitement. Il est particulièrement présent pour les
niveaux de tension élevés, donc sur les réseaux de transport.

• Les pertes liées à la transformation HTA/BT :

Les pertes liées à la transformation HTA/BT apparaissent dans les transformations HTA/BT et
proviennent des pertes par effet Joule et des pertes Fer. Les pertes Fer dépendent de la tension et de la
fréquence d’alimentation, des matériaux utilisés et sont décomposées en pertes par courants de
Foucault et pertes par Hystérésis. Les pertes par courants de Foucault sont des courants induits issus
des variations de flux dans les tôles du circuit magnétique des transformateurs ; en circulation dans les
tôles, ces courants provoquent une dissipation d’énergie par effet Joule et les pertes par Hystérésis lors
de la variation du champ magnétique dans le transformateur , les tôles métalliques se comportent
comme des aimants élémentaires formant l’ensemble d’un domaine magnétique provoquent
24

Une dissipation d’énergie par effet Joule et les pertes par Hystérésis (lors de la variation du champ
magnétique dans le transformateur, les tôles métalliques se comportent comme des aimants
élémentaires formant l’ensemble d’un domaine magnétique ; ces variations magnétiques produisent le
cycle d’hystérésis, qui s’effectue périodiquement et amène une augmentation de la température dans le
fer.

2- Le rendement :

Généralement, le rendement signifie la manière dont une action, un procédé de de transformation, un processus
dans lequel on a initialement entré quelque chose et on a eu le résultat prévu ou attendu avec l’idée que ce rendu,
renvoi peut être plus ou moins performant.

Techniquement, le rendement désigne un concept important, puisqu’il présente une image globale du
fonctionnement d’un système de distribution.

Le rendement d’un poste électrique est défini comme étant le rapport entre la puissance appelée et le nombre des
clients attachés à ce poste.

𝑃𝑢𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑎𝑝𝑝𝑒𝑙é𝑒
𝜂=
𝐿𝑒 𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑙𝑖𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑟𝑎𝑡𝑡𝑎𝑐ℎé𝑠 à 𝑐𝑒 𝑝𝑜𝑠𝑡𝑒

3- L’amélioration du facteur de puissance : (la compensation)

Le fonctionnement des moteurs, des transformateurs nécessitent la puissance active et la puissance réactive,
l’augmentation de la consommation de cette dernière entraine des pénalités financières en tarif vert. Or, qu’est-
ce que le facteur de puissance et l’amélioration du facteur de puissance ?

3.1- Le facteur de puissance :

Le facteur de puissance est une mesure de l’efficacité avec laquelle le système électrique convertit le courant
électrique (fourni par le fournisseur d’électricité) en une puissance de sortie utile.

3.2- Les avantages de l’amélioration du facteur de puissance :

►Réduction des facteurs d’électricité.

►Augmentation de la capacité du système.

►Amélioration des conditions de tension.

►Réduction des pertes de transmission.


25

CHAPITRE 4 :
‘’ Département d’exploitation
d’électricité‘’
26

1. Présentation du DEE :

Actuellement, l’électricité fait partie intégrante de notre vie quotidienne, et pour cela l’une des grandes
occupations de n’importe quelle compagnie qui fournit l’énergie électrique est d’assurer à ses clients une
continuité et une qualité de service parfaite.
Comme toute société, LYDEC veille sur la présentation d’un bon service électrique à ses clients, et pour
s’assurer de la qualité du service, elle consacre un département dont la fonction principale est l’exploitation
d’électricité et la maintenance.

DEPARTEMENT
►Organigramme du DEE : EXPLOITATION ELECTRICITE DP4

DIRECTION PREFECTORALE BEN MSIK (DOP/DP4/EE)

Chef de département
GHOSN khalid

Figure 21: Organigramme DEE Support technique


(Date:20/07/2017) Samir ERRAOUD

Interventions urgentes BT et Maintenance curative et Travaux Programmés


Eclairage Public préventive
Aziz ABOULIKDANE
Abdelali AMANI Samir ERRAOUD

Mokhlis AMARI
Mustapha LAGHRAMI
Brahim MASSOUS et

Abdelghani AADBI et
Hicham CHAOUIHI
HANAD Abdelhadi

Lyali el bouhadou

Chaouni et hebazz

Lehrach et Belkas
Miloud BELKAS

RIZK Mohamed
Mourad SAADI

ZINANI KARIM
Tarik ALLOUL

RAHMATALAH
Ali ANKOUD

Omar CHADI

Ouakid ali

Yassine
basry

ouhi
27

2. Les différents services du DEE :

2-1. Le service des interventions urgentes BT :


2.1..1- Le rôle du service :

L’un des plus importants services qu’offre LYDEC à ses clients est le service du dépannage qui intervient en cas
de panne en moins de 4 heures, et met à la disposition du client les informations relatives à l’intervention.

Les techniciens responsables du service du dépannage reçoivent les et les ordres du service clientèle en utilisant
un programme employé sur des tablettes offertes par LYDEC à ses techniciens, puis ils se dirigent en s’indiquant
du GPS vers l’adresse de la personne en panne. Ils commencent par examiner la situation et constater si le
problème est de la responsabilité de la LYDEC ou bien c’est un problème relatif à l’installation interne du
propriétaire dans ce deuxième cas-là, ils présentent des conseils aux clients et les guident pour la réparation.

Dans le cas où l’analyse montre que LYDEC est responsable du problème les deux techniciens font une 2ème
observation pour savoir s’ils sont capables de le résoudre où le problème nécessite l’intervention du service de la
maintenance curative.

2-1-2. exemple de situation examinée :

Durant la semaine que j’ai passée avec le service du dépannage, j’ai assisté à plusieurs interventions dont je cite
la suivante :
Un client a appelé le service clientèle pour déclarer qu’il n’a pas d’électricité, alors le service clientèle renvoie la
réclamation à la tablette des deux techniciens, on s’est dirigé vers l’origine de la réclamation.
Par une observation visuelle, on a trouvé qu’il y a 2 problèmes :

-Un fusible grillé à cause d’une surcharge.


-Problème d’un court-circuit suite à deux câbles qui se sont touchés.
Figure 22:boîte à colonnes Figure 23: fusible grillé dans la boîte à colonne
28

Pour résoudre le problème, on a commencé par couper l’alimentation de la boîte, puis on a apporté un
nouveau fusible convenable à l’installation et on a remplacé le fusible grillé par le nouveau. Pour le 2ème problème,
on a isolé les câbles et enfin on a réalimenté le logement.
2-2. Le service de l’éclairage public:

2-2-1. Le rôle du service :

Le service d’éclairage public a deux responsabilités majeures, premièrement c’est la mise des poteaux d’EP dans
les zones où la luminosité est faible ou introuvable. L’exécution de cette tâche se fait comme ceci :

Les techniciens responsables accompagnés du chef de service (Mr.AMANI) et du support technique


(Mr.ERRAOUD) font des visites la nuit autour des zones qui sont sous la responsabilité du DP4 (Ben msik, sidi
othmane, moulay rchid…) pour faire leurs interprétations et détecter les zones qui one besoin des poteaux
électriques supplémentaires, puis ils présentent leurs conclusions au chef du département (Mr.GHOSN), ce dernier
fait ses études , et leur donne l’autorisation pour utiliser le budget demandé pour les réparations.
La 2ème responsabilité -et c’est la tâche la plus fréquentée-, les techniciens du service EP sont responsables de la
réparation des pannes et le changement des luminaires.

2-2-2. exemple de situation examinée :

L’une des situations dont je me suis mise durant la semaine que j’ai passée avec le service d’éclairage public est la
suivante :
Le technicien responsable de la tablette a choisi une intervention, et il a montré l’adresse à celui qui conduit la
nacelle, puis on s’est dirigé vers cette adresse. La première étape c’était d’aller au poste pour allumer les lampes,
alors que le problème a été dans le poste, un porte fusible s’est grillée dans le tableau d’éclairage public.
Les techniciens de LYDEC ont tous l’habilité de travailler sous tension mais dans le cas où la coupure
d’alimentation ne va pas déranger les clients, il est préférable de la couper pour plus de sécurité, et cette situation a
été en plein jour alors les clients n’ont pas besoin d’EP. Alors le technicien a coupé l’alimentation du tableau EP,
et l’autre s’est dirigé vers la nacelle pour apporter un nouveau fusible convenable, et on a remplacé celui grillé par
le nouveau
Figure 24: tablette utilisée par les techniciens de LYDEC Figure 25: porte fusible grillé
29

2-3. Le service de la maintenance curative et préventive :

2-3-1. Le rôle du service :

 La maintenance curative a pour objet de redonner au matériel des qualités perdues nécessaires à son
utilisation, les défauts et les pannes diverses exigeant une maintenance corrective entraînent une
indisponibilité immédiate ou à très brève échéance des matériels affectés et une dépréciation en quantité ou
en qualité des services rendus.
 La maintenance préventive est une maintenance effectuée selon des critères prédéterminés, dont l’objectif
est de réduire la probabilité de défaillance d’un bien ou la dégradation d’un service rendu. Elle doit
permettre d’éviter les défaillances des matériels en cours d’utilisation.

C’est pour cela, LYDEC consacre un service qui s’occupe en curatif des pannes de longues durées que le
service du dépannage ne pouvais pas les résoudre, ou en préventif des consoles qui peuvent tomber par
exemple.

2-3-2. exemple de situation examinée :

Un secteur avait besoin d’une maintenance préventive au niveau des boîtes à colonnes et compteurs, alors
LYDEC confie la société GTC qui est chargée de poser les boîtes à colonnes et les coffrets qui cachent les
compteurs électriques, mais tant que les ouvriers de cette société n’ont pas l’habilité de travailler sous tension,
ils avaient besoin de l’intervention des techniciens de la maintenance curative et préventive pour couper
l’alimentation au niveau de la zone du travail.
Figure 26: affiche signalétique
Premièrement, on a collé des feuilles de signalisation pour
informer les habitants qu’il y aura des travaux accompagnés
d’une coupure d’électricité et s’excuser de la gêne que ces
travaux peuvent occasionner.
Puis, on a dans ce cas-là, un réseau de distribution aérien en
cuivre nu, alors pour éviter la coupure d’alimentation dans
tout le secteur on coupe les ponts des consoles A22 où se
trouve le problème comme, et pour effectuer cette tâche le
technicien utilise des nappes isolantes en polyvinyle armées
et des pinces pour la fixation des nappes pour le protéger.
30

Figure 27: nappe isolante en polyvinyle Figure 28: des pinces isolantes de fixation en plastique

Figure 29:technicien en train de couper les ponts

Enfin, le rôle des techniciens de la LYDEC finit et c’est aux ouvriers de la GTC de compléter le posage des
coffrets et des boîtes à colonnes en tenant compte eux aussi de prendre les précautions et d’isoler les zones de
travail des passants.
31

Figure 30: les ouvriers de GTC en train de mettre les coffrets

2-4. Le service des travaux programmés :

2-4-1. Le rôle du service :

Ce service est consacré aux nouvelles installations et la mise des compteurs provisoires dans les projets qui sont en
train de se construire. L’exécution des tâches de ce service se fait d’après une demande d’un client au support
technique qui étudie la possibilité de sa réalisation et la délivre au chef de ce service qui est responsable de la
programmation de ces travaux nouveaux.
32

2-4-2. exemple de situation examinée :

Le propriétaire d’un nouveau lotissement a demandé l’alimentation pour compléter ses travaux de LYDEC, d’après
cette demande le chef du service des travaux programmés a envoyé les deux techniciens responsables de ce service
pour faire leurs interprétations.
On s’est dirigé vers le lotissement pour faire une première observation et prendre les mesures, puis on s’est revenu à
la LYDEC pour prendre un câble torsade, 2 compteurs électriques, 2 coffrets, des fusibles de 125A,… puis s’est
retourné une autre fois au lotissement pour réaliser l’installation, on a mis les compteurs dans les coffrets et branché
les 4 fils du câble torsade au compteur , puis on s’est dirigé vers le poste pour couper l’alimentation , après on a
coupé un câble torsade aérien et le connecter avec celui qui vient du compteur qu’on a préparé . Enfin, on a
réalimenté le secteur.

Figure 31: des portes fusibles (125A) Figure 32: câbles torsade

Figure 34: technicien en train de poser le compteur


Figure 33: branchement du compteur
provisoire sur un poteau
33

Conclusion

En guise de conclusion, je tiens à dire que ce mois de stage d’initiation passé au


sein de la LYDEC a été pour moi une très bonne occasion pour s’intégrer dans le
monde du travail, qui est totalement différent de l’école.

C’est grâce aux personnels de LYDEC qui ont pu rapidement m’intégrer dans la
societé comme employée même si j’étais seulement observatrice.

D’autre part ce stage a conforté mon envie de travailler dans l’électrcité, et


spécifiquement le domaine de l’électrotechnique (domaine que j’avais chosi pour ma
2ème année à l’ESTC)

Durant ce stage j’ai remarqué l’existence d’une grande cohérance et ambiance


de travail entre les techniciens, ainci que les chefs du département d’exploitation
d’électricité, tout cela pour reproduire une meilleure qualité de service.

En bref, être électricien est un métier assez compliqué, parcequ’on a beaucoup


de difficultés à se repérer dans l’espace et au fur et à mesure de l’avancée des
travaux.
34

Biobliographie :
►http://lycees.acrouen.fr/maupassant/Melec/co/Reseau_HTABT/Transfo_HTA_BT/

►http://www.ac-grenoble.fr/ecole.entreprise/CRGE/ref/Docs/FicheTrihal.pdf

►https://www.ensto.com/files/download/23635_tur.pdf

►http://www.socomec.fr/gamme-tableaux-urbains-reduits_fr.html?product=/trs_fr.html

►http://www.groupe-cahors.com/fr-france/tableau-basse-tension-urbain-reduit-tur.html

►http://www.biname.be/img/cms/catalogues/Seifel-eclairage-public_2014_1.pdf

►https://fr.wikipedia.org/wiki/Horloge astronomique

►http://www.cometa-lumandar.com/fr/28-eclairage-public

►https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01252551/document

►https://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/upload/docs/application/pdf/2012-
07/3_techniques.pdf

►https://fr.wikipedia.org/wiki/Perte_en_ligne_(%C3%A9lectricit%C3%A9)

►http://gtpe.cre.fr/media/documents/presentation_pertes_ERDF_PONS.pdf

►http://lemag.rte-et-vous.com/actualites/deperditions-denergies-ou-pertes-en-ligne-un-
phenomene-naturel

Vous aimerez peut-être aussi