Vous êtes sur la page 1sur 11

CHAPITRE 3

LE CHANGE À TERME (FORWARD)

1. le marché des changes à terme:


Le marché à terme englobe l'ensemble des transactions de change pour lesquelles la
livraison des devises intervient après deux jours de la date de négociation. Les périodes sur
ce marché varient de trois jours à plus de deux ans. Pour des échanges compris entre trois
jours et six mois on constate que toutes les devises sont négociables. Entre 6 et 24 mois
c'est rare et presque impossible de voir des devises de moindres importances telles que
la couronne danoise et la couronne suédoise. Au-delà de deux ans seuls le dollar
américain, le yen japonais, la livre sterling, le franc suisse et l'euro sont
négociables. Les opérations à terme s'effectuent entre les banques ou par l'intermédiaire
des courtiers. Les banques centrales n'interviennent pas sur le marché pour ne pas
encourager les spéculateurs. Le volume des transactions sur le marché à terme est moins
important que celui du marché au comptant.
2 Les motifs des opérations à terme :
Les opérations à terme sont liées à trois motifs ; la couverture des risques de
change, la spéculation et l'arbitrage.
- La couverture des risques de change : les entreprises importatrices et
exportatrices sont soumises à des risques de change qui proviennent des fluctuations des
cours de la monnaie de règlement entre la date d'importation ou d'exportation et
la date de règlement. Pour éviter ces risques ces entreprises peuvent acheter ou vendre
la devise de règlement à un taux à terme fixé à la date d'importation ou d'exportation pour
être appliqué à la date de règlement. De même les agents résidents qui accordent des
prêts en devises à des non-résidents sont exposés au risque de dépréciation de la
monnaie de règlement aux moments de remboursement. Pour se prémunir contre ce
risque, ces agents peuvent vendre à terme les annuités à recevoir à un taux fixé à l'avance.
Par ailleurs les agents résidents qui contractent des emprunts en devises auprès d'agents
non-résidents courent aussi un risque de change dû à l'éventuelle appréciation de la
0
YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE
monnaie de règlement aux dates de remboursement. Pour se protéger contre ce risque ces
agent peuvent conclure des contrats d'achat à terme des annuités à payer à un taux à ternie
fixé à l'avance.
- La spéculation : La spéculation de change à terme consiste à acheter ou à vendre des
devises à terme en vue de profiter de la différence entre le cours à terme aujourd'hui et
le cours au comptant à l'échéance du contrat. Une telle spéculation repose sur des
prévisions quant à l'évolution future des cours. En effet si un spéculateur anticipe
l'appréciation d'une devise il va l'acheter à terme pour la vendre à l'échéance à un prix plus
chère. Si par contre ce spéculateur anticipe la dépréciation de ladite devise, il va plutôt la
vendre à terme en espérant pouvoir l'acheter à l'échéance sur le marché spot à un prix plus
faible.
Exemple : Supposons qu'un spéculateur qui anticipe une dépréciation à terme du dollar
américain contre l'euro, conclut un contrat à terme de vente dans trois mois des dollars
moyennant un taux F A3M (USD/EUR)= 1.2. Si à l'échéance, c'est-à-dire dans trois mois
ses anticipations s'avèrent correctes et le cours du dollar passe par exemple à 1 EUR,
il va réaliser un gain en achetant les dollars sur le marché au comptant au prix de 1
EUR/USD et en les vendant au prix de 1 .2 USD/EUR prévu par le contrat à terme. Mais si
ses anticipations s'avèrent fausses et le dollar s'apprécie II va subir une perte.
- L'arbitrage : Les opérations d'arbitrage émanent essentiellement des banques ayant des
avoirs liquides à fructifier et des investisseurs cherchant à rentabiliser leurs fonds. En
effet, ces agents peuvent placer leurs avoirs soit sur leur marché de capitaux local soit sur
des places financières étrangères. Lorsque le placement est réalisé à l'étranger
l'investisseur est tenu de convertir d'abord les sommes à placer de la monnaie locale en la
monnaie étrangère puis convertir à l'échéance, ces sommes et leurs intérêts de la monnaie
étrangère en la monnaie locale. Une telle conversion renferme un risque de change
qui résulte d'une éventuelle dépréciation de la monnaie étrangère réduisant à l'échéance
la valeur des fonds reçus en monnaie locale. Pour se prémunir contre ce risque, il
convient de conclure un contrat de vente à terme des sommes à recevoir en monnaie
étrangère moyennant un taux à terme connu à l'avance. L'arbitrage consiste alors
à comparer les revenus des placements sur les différents marchés financiers majorés de leur
coût de couverture à terme, et à retenir le placement qui présente le taux de rendement le plus
élevé.

1
YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE
3 typologie des marchés à terme :
On di sti ngue de ux caté gori es de ma rc hé à te rme; l e marc hé ba ncai re et le marché des
contrats négociables (futures).
3.1 le marché bancaire ; Il englobe l'ensemble des échanges à terme de devises qui se font
entre banques ou entre une banque et une entrep rise soumise à un risque de change. Ces
échanges sont non standardisés. Ils sont destinés à couvrir le risque spécifique de certains
clients. Il s'agit donc de transactions personnalisées (principal to principal) non
standardisées et non négociables qui se font de gré à gré (over the counter). Une banque qui
est sollicitée par un client pour réaliser des transactions de change à terme (achat ou vente à
terme) doit lui fixer immédiatement le cours auquel s’effectuera l’opération à l’échéance,
alors que le cours au comptant à l’échéance n’est pas connu. En répondant à l’ordre de son
client, la banque se met en risque de change jusqu’à l’échéance. Elle a la possibilité de
l’éliminer en trouvant une contrepartie ayant des besoins à terme parfaitement réciproques, ce
qui est rare en pratique. Pour répondre aux besoins de leurs clients tout en évitant de
s’exposer aux risques de change les banques sont amenées à effectuer soit une transaction
de change sur le marché au comptant et deux transactions de trésorerie sous forme d’un
emprunt et d’un prêt dans la monnaie et la devise à échanger (c’est le terme sec ou le forward
outright) soit un swap de change.
a) Le change à terme sec : Dans un change à terme sec la banque est amenée à calculer
un cours à terme acheteur s’il est sollicité par un client exportateur, ou plus largement par un
client créancier en devises étrangères. Inversement, elle est amené à calculer un cours à terme
vendeur s’elle est sollicité par un client importateur, ou plus largement par un client débiteur
en devises étrangères. Les calculs du cours à terme acheteur et du cours à terme vendeur de la
banque seront présentés successivement. Pour illustrer ce mécanisme, nous prenons l’exemple
d’un client exportateur suisse puis celui d’un client importateur suisse.
Exemple : les conditions observées sur les marchés sont les suivantes :
Cours spot : USD/CHF : 1.7025-55. Pour chaque monnaie on distingue deux taux d’intérêts
un taux emprunteur (le plus bas) et taux prêteur (le plus élevé) supposons qu’on dispose des
taux suivants ;
Taux d’intérêt (en % annuel) à 6 mois sur l’euro-USD : 2 5/16- 2 7/16
Taux d’intérêt (en % annuel) à 6 mois sur le marché monétaire suisse :
1 5/8- 1 ¾. Si la banque est sollicitée par un exportateur suisse qui souhaite couvrir sa
créance de 1 million de USD qui sera encaissée dans 6 mois la banque va fabriquer le cours à
terme à 6 mois acheteur du USD/CHF. Pour ce faire elle réalise les trois opérations suivantes :
2
YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE
1ère opération : La banque sait qu’elle va recevoir 1 million de USD dans 6 mois, elle va
emprunter, dès aujourd’hui, un montant X en USD pendant 6 mois au taux prêteur du marché
du dollar, soit 2 7/16%. A l’échéance, le montant à rembourser s’élève à :
X (1 + 2 7/16% × 6/12) USD. Ce montant à rembourser sera couvert par la livraison par le
client de sa créance, soit 1 million d’USD :
X (1 + 2 7/16%× 6/12)= 1000 000 d’où X = 987 959 USD
2ème opération : La banque va vendre au comptant les USD empruntés contre un achat de
CHF au cours acheteur (USD/CHF), soit 1.7025 CHF. La banque reçoit 987 959 × 1.7025
= 1 682 000 CHF.
3ème opération : La banque va placer les CHF reçus sur le marché monétaire local au taux
emprunteur du marché, soit 1 5/8%, pour une durée de 6 mois. Le produit du placement
encaissé par la banque dans 6 mois s’élève à :
1 682 000 (1 + 1 5/8%×6/12) = 1 695 666 CHF.
À l’échéance (dans 6 mois) le client va livrer à sa banque 1 million d’USD qui va servir à
rembourser son emprunt en USD et la banque reçoit le produit de son placement en CHF qui
sera versé au client en contrepartie de sa créance de 1 million d’USD. Ainsi le cours à terme
minimum acheteur fixé par la banque pour couvrir le risque du son client doit assurer
l’égalité : produit du placement en CHF = FA6M (USD/CHF) x valeur de remboursement de
l’emprunt en USD d’où FA6M ( USD/CHF) = produit du placement en CHF/ valeur de
remboursement de l’emprunt en USD = 1 695 666 /1000 000 = 1.6957
D’une manière générale la fabrication par la banque d’un achat à terme d’une monnaie A
contre une monnaie B, pour une échéance de jours, se fait en réalisant 3 opérations
simultanées sur le marché :
- un emprunt en monnaie A pour l’échéance de n jours,
- une vente au comptant de la monnaie A contre la monnaie B,
- un prêt en monnaie B pour l’échéance de n jours.
Le cours à terme acheteur de la monnaie A par rapport à la monnaie B pour l’échéance n mois
est le rapport entre le produit du placement en monnaie B et le montant à rembourser de
l’emprunt en monnaie A. Le cours à terme est fourni par la formule suivante :
FAn jours ( MA/MB) =[ X EA ( MA/MB) ( 1 + iB- x n /360)] /X( 1 + iA+ x n /360)
FAn jours ( MA/MB) = [ EA ( MA/MB) ( 1 + iB- x n /360)] /( 1 + iA+ x n /360)]
iA- taux emprunteur sur la monnaie A, iB+ taux prêteur sur la monnaie B
Si le taux d’intérêt sur la monnaie A est supérieur au taux d’intérêt sur la monnaie B, les
intérêts payés au titre de l’emprunt sont supérieurs aux intérêts reçus au titre du placement, ce
3
YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE
qui entraîne un déport à n jours de la monnaie A par rapport à la monnaie B. Inversement, si
le taux d’intérêt sur la monnaie A est inférieur au taux d’intérêt de la monnaie B, les intérêts
payés au titre de l’emprunt sont inférieurs aux intérêts reçus au titre du placement, ce qui
entraîne un report à n jours de la monnaie A par rapport à la monnaie B.
Les points de terme ou points de swaps acheteurs sont définis par :
 PSA= FAn jours ( MA/MB) - SA ( MA/MB)
= [SA(MA/MB)( iB- - iA+) x n /360)] /(1 + iA+ x n /360)]
Si la banque est sollicitée par un client importateur suisse qui souhaite couvrir sa dette d’un
million de USD à payer dans 6 mois, la banque va fabriquer le cours à terme à 6 mois vendeur
du USD/CHF. Pour ce faire elle réalise les trois opérations suivantes :
1ère opération : La banque sait qu’elle va recevoir de son client une somme en CHF. Elle
emprunte un montant Y en CHF pendant 6 mois au taux prêteur du marché monétaire local,
soit 1 ¾%. A l’échéance, le montant à rembourser est Y (1+ 1¾%×6/12) CHF.
2ème opération : La banque va vendre au comptant les CHF empruntés contre un achat au
comptant des USD au cours acheteur du marché SA (CHF/USD) = 1 /SV (USD/CHF). La
banque reçoit Y /1.7055 USD.
3ème opération : La banque va placer les USD reçus sur le marché de l’euro-USD au taux
emprunteur du marché, soit 2 5/16%, pour une durée de 6 mois. Dans 6 mois, la banque aura
un produit de placement de
Y × 1/1.7055(1 + 2 5/16%×6/12) USD. À l’échéance (dans 6 mois) la banque reçoit le
produit de son placement en USD qui sera versé au client. Ce produit du placement doit
correspondre à la dette du client importateur soit 1 million de USD.
Y×1/1.7055(1+2 5/16%×6/12)= 1 000 000 USD. Donc, Y, le montant de l’emprunt en CHF,
est égal à 1 686 006 CHF. Puis la banque doit rembourser son emprunt en CHF, soit :
Y(1+1 ¾%× 6/12) CHF= 1 700 759 CHF.
Ce montant lui sera versé par son client en contrepartie du million d’USD qu’il reçoit. Ainsi le
cours à terme minimum vendeur pratiqué pour couvrir le risque du son client doit vérifier :
valeur de remboursement de l’emprunt en CHF = FV6M (CHF/USD) x produit du placement en
USD d’où FV6M (CHF/USD) = valeur de remboursement de l’emprunt en CHF / produit du
placement en USD = 1 700 759 /1000 000 = 1.7008. On constate que :
FV6M (CHF/USD) < SV (CHF/USD) → le dollar est un déport de 47 points qui est dû au fait
que le taux d’emprunt sur le franc suisse est inférieure au taux de placement sur les dollars.

4
YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE
D’une manière générale la fabrication par une banque d’une vente à terme d’une monnaie A
contre une monnaie B, pour une échéance de n jours, se fait en réalisant trois opérations
simultanées sur le marché :
- un emprunt en monnaie B pour l’échéance de n mois,
- une vente au comptant de la monnaie B contre la monnaie A,
- un prêt en monnaie A pour l’échéance de n mois.
Le cours à terme vendeur de la monnaie A par rapport à la monnaie B pour l’échéance n jours
est le rapport entre le montant à rembourser de l’emprunt en monnaie B et le produit du
placement en monnaie A. Le cours à terme vendeur est fourni par la formule suivante :
Fvn jours (MA/MB) =[ Y SV ( MA/MB) ( 1 + iB+ x n /360)] /Y( 1 + iA- x n /360) d’où :
Fvn jours (MA/MB) =[ SV ( MA/MB) ( 1 + iB+ x n /360)] / ( 1 + iA- x n /360)]
iA+ taux prêteur sur la monnaie A, iB- taux emprunteur sur la monnaie B
Les points de terme ou points de swap vendeurs sont définis par :
 PSV= Fvn jours (MA/MB)- SV ( MA/MB)
= [ SV ( MA/MB)( iB+ - iA-) x n /360) ] / ( 1 + iA- x n /360)
b) Le change à terme par les swaps de change :
Dans le change à terme sec intervient une double opération de trésorerie emprunt - prêt qui
présente un certain nombre d’inconvénients pour les banques :
- les prêts et emprunts sont inscrits au bilan, ce qui entraîne un alourdissement de leur
structure financière,
- par l’opération d’emprunt, elles risquent d’épuiser leurs lignes de crédit interbancaire,
- par l’opération de prêt, elles courent un risque de crédit lié à la défaillance de la contrepartie,
- par la double opération de trésorerie, elles sont amenées à chercher deux contreparties, l’une
pour l’opération d’emprunt et l’autre pour l’opération de prêt.
Pour l’ensemble de ces raisons, en pratique, les banques procèdent rarement à cette double
opération de trésorerie. Elles ont souvent recours aux swaps de change pour fabriquer le
change à terme. Un swap est un engagement bilatéral de livrer immédiatement une quantité
fixe de devises contre une quantité variable d’une autre devise avec promesse réciproque de
restitution des fonds à une échéance donnée, selon un cours de change préalablement défini.
Le swap se traduit par la réalisation de deux opérations de change liées, de sens contraire,
l’une au comptant et l’autre à terme. Généralement, l’opération de change au comptant est
traitée au cours spot et l’opération de change à terme est traitée au cours spot majoré ou
minoré des points de swap. Les opérations d’arbitrage contribuent à assurer une relative
égalité entre les points de swap et les points de report ou de déport de ce fait le cours à terme
5
YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE
de swap s’aligne le cours du terme sec calculé précédemment, toutefois contrairement au
terme sec les opérations de swap sont effectuées avec une même contrepartie ayant des
besoins symétriques. Les swaps sont couramment utilisés entre les banques pour combler un
besoin temporaire de liquidités dans une monnaie pendant une certaine période et pour placer
un excédent de liquidités temporaire dans une autre monnaie pendant la même période. Les
banques peuvent également utiliser la technique de swap pour couvrir les opérations à terme
avec leurs clientèles importatrices ou exportatrices.
D’une manière générale La fabrication par une banque 1 d’une vente à terme d’une monnaie
A contre une monnaie B, pour une échéance de n jours, se fait en réalisant simultanément les
opérations suivantes :
- une vente au comptant de la monnaie A contre la monnaie B sur le marché.
- une opération de swap vendeur à terme de la monnaie A contre la monnaie B avec une
banque 2 qui est équivalente à un achat au comptant et à une vente à terme de la monnaie A.
La fabrication par une banque 1 d’un achat à terme d’une monnaie A contre une monnaie B,
pour une échéance de n jours, se fait en réalisant simultanément les opérations suivantes :
- un achat au comptant de la monnaie A contre la monnaie B sur le marché.
- une opération de swap acheteur à terme de la monnaie A contre la monnaie B avec une
banque 2 qui est équivalente à une vente au comptant et à un achat à terme de la monnaie A
3.2 le marché des futures :
Qua nt a u ma rc hé de s c ont ra t s né g oc i a bl e s, i l e ngl o be de s é c ha n ge s d e de vi se s
standardisés aussi bien au niveau de leur montant qu'au niveau de leur échéance. Il s s o nt
o r ga ni sé s a u s e i n de pl a c e s fi na nc i è re s di s p os a nt d' u ne c ha m b re d e compensation.
E x e m p l e : S u r l a p l a c e d e C h i c a g o o n p e u t r e t r o u v e r d e s c o n t r a t s s t a n d a r d s d e livres
sterling ayant un montant standard de 25 000 GBP et des durées standards (3 ,6 ,9 ,12 ,24
moins). Si par exemple un agent désire acheter à terme 50 000 G BP, il doit acquérir deux
contr ats. La chambre de compensation s’interpose entre les agents ayants des besoins
réciproques.
Exemple : Si les contrats futures du dollar sur les places européennes sont de 1000 USD contre
1200 EUR, et si un agent A a besoin de vendre à terme 10 000 USD contre 12 000 EUR et un
autre agent B d'acheter à la même échéance 10 000 USD contre 12 000 EUR, A va acheter de B
10 contrats futures de l'euro. Mais contrairement à ce que l'on pourrait croire l'obligation de
payement à terme ne lie pas A à B mais chacun d'entre eux à la chambre de compensation.

6
YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE
Pour éviter la défaillance à terme des acheteurs des futures, la chambre de
compensation leur impose le payement d'une retenue de garantie (deposit ) dont le montant varie
selon la devise à échanger.
Les adhérents à la chambre de compensation sont tenues en outre de payer une marge de
variation pour compenser chaque jour les pertes sur leur contrat future au fur et à mesure de
leur apparition.
Exemple : Si au 1/3/N un agent achète un contrat de 1000 GBP contre dollars, échéance 1/6/N
à un prix de 1250. Si le cours spot de GBP suit l'évolution suivante, ledit agent est tenu
de payer à la chambre de compensation les valeurs suivantes de la marge de variation :

15/3/N 16/3/N 17/3/N 18/3/N

S (GBP/USD) 1.22 1.26 1.2 1.19

Marge de variation 30 0 50 60
à payer en USD
Si un agent manque à l'obligation de payer la marge de variation, la chambre de
compensation liquide son contrat et prélève sur le deposit. Les marges qui n'ont pas été
payées. Un agent peut à tout moment vendre un contrat qu'il avait acheté ce qui annule
ses obligations à l'égard de la chambre de compensation. Auquel cas cette dernière est
tenue de lui restituer le deposit de garantie, on dit dans ce cas que la position est
soldée. Le prix de vente n'est pas toutefois nécessairement celui de l'achat de contrat.
4 Les options de change:
4.1 Définition et caractéristiques : Une option de change est un contrat conclu entre un
acheteur et un vendeur et par lequel l'acheteur obtient un droit d'acheter (call) ou de vendre
(put) une devise au vendeur à une date d'échéance et à un prix prédéterminé. En
contrepartie, l'acheteur s'engage à verser au vendeur une prime dès la date de conclusion
de contrat. A la date d'échéance, l'acheteur peut exercer son option mais il n'est jamais
obligé de le faire. Il peut choisir de l'abandonner. Néanmoins la non-exécution de l'option
n'entraîne pas la restitution de la prime.
Exemple : Une entreprise a acquis le droit d'acheter 10 000 JPY de sa banque à 1 EUR les
120 JPY entre le 1/8/N et le 1/7/N+ 1, contre 10 EUR . Cette option se définit par les éléments
suivants :
- Le vendeur ( la banque ), l'acheteur ( l'entreprise ), le montant de l'option ( 10 000 JPY), le
prix d'exercice : P (EUR/JPY) =120 , la durée de vie : du moment de signature du contrat

7
YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE
jusqu'à sa résolution ( 1 1 mois), le sens : il s'agit d'un call Yen et d'un put euro, la prime :
10EUR.
On distingue deux types d'options ; les options américaines qui peuvent être exercées
à n'importe quel moment de leur durée de vie et les options européennes qui ne peuvent être
exercées qu'à leur échéance. Les options sur les devises peuvent être négociables ou
non. Les options non négociables sont échangées de gré à gré sur un marché
interbancaire pour répondre aux besoins spécifiques de certains clients. Quant aux options
négociables, elles sont échangées dans une bourse de commerce doté d'une chambre
de compensation (clearing) qui se substitue aux acheteurs et aux vendeurs. Elles sont
standardisées au niveau de leur montant, échéance et prime. Les options présentent une
valeur intrinsèque dont le calcul diffère selon qu'il s'agit d'une option d'achat ou d'une
option de vente. En effet, dans un système de cotation à l'incertain la valeur intrinsèque
d'une option d'achat est égale au cours de marché - le prix d'exercice, alors que pour
une option de vente la valeur intrinsèque est égale au cours d'exercice - le prix de marché.

8
YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE
Exemples : Si une option de vente de dollar a un prix d'exercice de 0.8 GBP, alors que le
cours de marché est de 0.75GBP/USD, sa valeur intrinsèque serait de 0.05GBP/USD. Si une
option d'achat de couronne danoise a un prix d'exercice de 0.18 TND/DKK, alors que le
cours de marché est de 0.16DT/DKK, la valeur intrinsèque de ladite option est de 0.16 -
0.18 = - 0.02 TND/DKK. Les options peuvent être classées selon leur valeur intrinsèque en
trois catégories :
- les options à l'argent (at the money) dont le prix d'exercice est égal au cours de marché, et
la valeur intrinsèque est nulle.
- les options dans l'argent (in the money) dont le prix d'exercice est plus favorable
que le cours de marché et la valeur intrinsèque est positive.
- les options hors de l'argent (out of the money) dont la valeur intrinsèque est négative de ce
qui amène leurs acheteurs à renoncer à leur exécution.
4.2 L es déterminant du la prime de l’option :
La valeur de la prime exigée par le vendeur de l’option dépend de plusieurs facteurs :
-Le cours spot de la devise au moment de la conclusion du contrat de l’option ; plus ce cours
est élevé et plus la prime d’une option call est élevé et celui d’une option put est faible
-Le prix d’exercice : plus ce prix augment et plus la prime d’une option put augment et celui
d’une option call diminue
-La volatilité du cours de l’option : plus ce cours est fluctuant et plus la prime augment.
-La durée de l’option : plus la durée est longue et plus la prime est élevée.
-Les taux d’intérêts : une option call devise permet d’éviter un achat immédiat de la devise
étrangère et de profiter d’un placement du montant à échanger rémunéré au taux d’intérêt
sur le marché local, toutefois la possession immédiate de la devise étrangère rapporte
également des intérêts au taux pratiqué sur ladite devise, il s’ensuit que pour une option
d’achat devise le prix d’exercice augmente avec le taux d’intérêt local et diminue avec le
taux d’intérêt étranger. Inversement pour une option put devise le prix d’exercice est
d’autant plus élevé que le taux d’intérêt local est faible et taux d’intérêt étranger est élevée.
4. 3 Utilité des options :
Les options de change constituent à la fois des instruments de spéculation d'arbitrage et
de couverture sur les changes. En effet si un spéculateur anticipe l'appréciation d'une devise
il peut acquérir un droit de l'acheter à terme pour la vendre par la suite plus chère. Alors que
si ce spéculateur anticipe la dépréciation d'une devise il va plutôt acheter un droit de la
vendre à terme en espérant qu'il pourrait l'acheter sur le marché au comptant à un prix plus
faible. De même dans le cadre d'arbitrage à terme entre placements dans différents places
9

YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE


financières, l'arbitragiste qui désire placer ses capitaux sur des marchés étrangers peut se
couvrir contre la dépréciation à terme de la monnaie étrangère en achetant le droit de la
vendre à un taux convenu. Au niveau de la couverture contre les risques de change les
exportateurs qui vendent à crédit des biens à l'étranger et les prêteurs de fonds à des non-
résidents qui reçoivent le principal et les intérêts de leurs prêts en devises étrangères
peuvent se couvrir contre la dépréciation à terme de la monnaie de règlement en achetant une
option de vente de cette monnaie à la date de règlement à un taux fixé à l'avance. De même
les importateurs qui achètent à crédit des biens étrangers et les emprunteurs de fonds
étrangers qui règlent à terme le principale et les intérêts de leurs dettes en devises,
peuvent aussi éviter le risque de change qui résulte de l'éventuelle appréciation de la
monnaie de règlement en achetant un droit d'achat de cette monnaie à un taux fixé à
l'avance dans le contrat de l'option.

10

YAKDHANE ABASSI FINANCE INTERNATIONALE