Vous êtes sur la page 1sur 3

École des sciences de la gestion

Département de management
Université du Québec à Montréal

Fiches de lecture MET2150 – hiver 2021


À compléter par l’étudiant.e

Nom, prénom Amari Omar

Code permanent AMAO22129108

Groupe-cours 23

Chapitre Chapitre 4

Réservé à la correction

4 idées x 2 pts (8 pts)

2 questions x 1 pt (2 pts)

Total sur 10

DIRECTIVES
Vous devez réaliser une fiche pour chacun des chapitres 1 à 10, à remettre AVANT la séance qui porte
sur ce chapitre, selon les modalités précisées par votre enseignant.e (10 fiches, une page Word chacune
environ, Times new roman 11 pts, interligne simple)
La réalisation de ce travail a pour objectifs de favoriser une lecture active, de permettre une meilleure
compréhension et appropriation des concepts; de vous responsabiliser dans vos apprentissages

1. Résumez quatre (4) idées importantes du chapitre étudié dans vos mots. Entre 7 à 10 lignes max
par idée (critères de correction : clarté, concision, pertinence, compréhension). Veuillez indiquer les
pages auxquelles les concepts font référence.

2. Rédigez deux (2) questions qui émergent de la lecture. Cela peut être une question centrale qui
mériterait d’être discutée en classe ou une interrogation qui demeure après la lecture du chapitre. Si
vous aviez les auteurs en face de vous, quelle question en lien avec le contenu du chapitre
souhaiteriez-vous leur poser ? Éviter les questions du genre : « que veut dire tel concept ? » qui ne
sont que des questions de précision et qui pourront être traitées en classe. Il s’agit de poser des
questions qui interrogent, par exemple, un élément absent du chapitre lié à votre expérience
managériale, un paradoxe dans les idées défendues dans le texte, qui permet de faire le lien avec
d’autres chapitres ou avec l’actualité récente (par exemple : il s’est passé telle chose cette semaine
dans l’entreprise X, peut-on dire que cela relève du concept Y?) (Critères d’évaluation : qualité de
la réflexion, pertinence de la question, valeur ajoutée)
QUATRE (4) IDÉES PRINCIPALES DU CHAPITRE

1 Les trois conceptions concomitantes du travail sont:


- Un facteur de production de richesse : le travail engendre des revenus pour les
travailleurs et crée de la richesse individuelle et collective par l’introduction de ces
revenus dans le circuit économique(locale, régionale, nationale). De plus, le travail
crée de la valeur pour le capitaliste(la valeur ajouté);
- L’essence de l’homme : il faut atteindre une société d’abondance généralisée qui
permet à l’homme une production/création libre, une réalisation de soi par le
travail, puisque c’est le moyen d’expression et de reconnaissance sociale par
excellence;
- Un système de redistribution des richesses : le travail, en contrepartie d’un salaire,
est un moyen par lequel s’organise une redistribution des richesses, avec la
répartition de revenus et de droits, et donc un ordre social plus juste.

(Page 72 à 74)

2 Il y a deux visions du travail :


- Distinction entre travail et œuvre : travail éprouvant et déshumanisant, dégager du
temps pour l’œuvre et se libérer du travail pour se consacrer à l’œuvre;
- Pas de distinction entre travail et œuvre : travail humanisant qui permet de
s’épanouir, créer les conditions d’un travail authentique et s’approprier le travail
pour la pleine réalisation de la personne humaine.

(Page 74 à 77)

3 L’humain dans la complexité, la complexité de l’humain (pensée complexe) :

(Page 47 à 49)

4
(Page 60)

DEUX (2) QUESTIONS

2
L’humain dans la complexité, la complexité de l’humain (pensée complexe) :

1. L’imprévisibilité et le principe d’émergence : Un système est un ensemble d’éléments


interdépendants, en interaction constante : des interactions entre ces éléments émergent constamment
de l’ordre, mais aussi du désordre et de façon irréversible (principe d’émergence). Toutes sortes
d’imprévus peuvent surgir de ces interactions : les comportements des systèmes sont donc
imprévisibles.
2. La causalité circulaire : un système complexe est un ensemble dont le tout n’est pas réductible à la
somme de ses parties : comprendre les relations entre le tout et ses parties.
Un système complexe comprend ainsi un ensemble de liens récursifs impliquant une causalité
circulaire selon laquelle un effet peut rétroagir sur la cause et le transformer.
3. La transdisciplinarité : principe de distinction/conjonction à travers une logique intégrative et
d’interaction. Entreprendre une logique contradictoire qui résout la contradiction par la coexistence
(dualité), le va-et-vient dans le temps (dilemme) ou la synthèse (dialectique).

Pensée complexe : penser l’émergence (imprévisible), la relation (interdépendance) et la


distinction/conjonction (contradiction)
4
Les trois dimensions du travail :
1. La dimension objective : débouche sur la production matérielle d’un bien ou d’un service
2. La dimension subjective : le travail est toujours celui d’un sujet particulier, une personne
qui travaille
3. La dimension collective : cette personne travaille toujours avec un ou plusieurs individus.
Le management doit veiller à l’équilibre de ces trois dimensions.

Vous aimerez peut-être aussi