Vous êtes sur la page 1sur 135

Projet de fin d’études

Dédicace

Nous dédions ce travail à :

Nos chers parents


Pour tous leurs sacrifices, leur bienveillance à notre succès, et leur soutien moral.
Pour leur aide, durant toute la période de nos études.
Que ce travail soit la preuve de notre éternelle reconnaissance, amour et respect.

Nos frères
En témoignage de l’affection et de tout l’amour qui nous unit. Pour leur soutien moral
et leur aide tout le long de nos études et qu’ils trouvent dans ce travail l’expression de
notre profond respect.

Nos familles et nos amis


Pour leur soutien,
Leur reconnaissance et leur affection.

Nos encadrants
Pour leur aide et leur accompagnement qui nous ont permis de mener à bien notre
projet.

Nos respectables professeurs


Qui nous ont tant formés pour être à la hauteur de représenter notre honorable école

1
Projet de fin d’études

Remerciement

Au terme de ce travail de projet de fin d’études, nous tenons à exprimer nos sincères
gratitudes et notre profonde reconnaissance à toutes les personnes qui ont contribué à la
réalisation de ce travail dans les meilleures conditions.
Nous voudrons remercier en particulier, le chef de département du Poste Ligne & Pôle
Fabrication (PLPF), M. Chahbaoui de nous avoir accordé un stage aussi intéressant au sein
de sa direction. Nous remercions également nos encadrants externes M. El Khalfi
Abdelmadjid, M.fares Omar et M.DAMOU Hamza de l’encadrement de notre travail, leur
disponibilité et leurs conseils pertinents.
Nous exprimons nos vifs remerciements à M.Tachafine, notre encadrant à L’EHTP, pour
l’attention qu’il nous a accordé, son appui et son soutien.
Nous tenons aussi à remercier tous nos collègues à SPIE Maroc de leur aide technique, et
particulièrement, M.Hajbi, M.Hammadi, M.Skhoune, les membres du bureau d’étude, le
chef de service M.El HANKARI Nouredine ainsi que tout le personnel du département.
Au corps professoral du département Génie Electrique pour les efforts qu’ils fournissent pour
nous procurer une formation solide digne d’un ingénieur de l’avenir.

A toute personne ayant contribuée de près ou de loin à la réussite de ce travail

Merci.

2
Projet de fin d’études

Table des matières


Dédicace .............................................................................................................. 1
Remerciement ...................................................................................................... 2
Résumé ................................................................................................................ 9
Abstract.............................................................................................................. 10
Introduction générale......................................................................................... 11
Présentation de SPIE Maroc .............................................................................. 12
Présentation du projet et du cahier des charges ................................................ 17
Partie I : Étude et dimensionnement des ouvrages électriques HT et MT du
poste PJ-TPP 60KV/10KV à l’OCP JORF ....................................................... 20
Chapitre I- Réseau de la mise à la terre et régimes du neutre .............................. 21
1- Généralités : .................................................................................................. 21
2- Définitions .................................................................................................... 22
3- Circuit de mise à la terre du poste PJ-TPP : ................................................. 22
Chapitre II- Dimensionnement des connexions HTB/HTA ................................ 28
1- Calcul de la section théorique S1 (par le courant d’emploi Ib) : .................. 29
2- Calcul de la section S2 de tenue au court-circuit: ........................................ 30
3- Calcul de la section thermique S3 de l’écran de câble: ................................ 31
4- Vérification de la chute de tension: .............................................................. 32
5- Vérification de l’effet couronne : ................................................................. 32
6- Choix de la section finale : ........................................................................... 33
Chapitre III- Calcul des courants de court-circuit ................................................ 34
1- Définition : ................................................................................................... 34
2- Hypothèses de calcul de courant de court-circuit :....................................... 36
3- Méthode de calcul des courants de court-circuit maximaux : ...................... 36
4- Modélisation du réseau électrique du poste par la méthode des impédances :
.......................................................................................................................... 38
Chapitre IV- Dimensionnement des jeux de barres HT/MT ............................... 40
1- Introduction : ................................................................................................ 40
2- Jeu de barres HT : ......................................................................................... 40
3- Jeu de barres MT : ........................................................................................ 44
Chapitre V- Dimensionnement des réducteurs de mesures ................................. 47
1- Introduction : ................................................................................................ 47
2- Dimensionnement des transformateurs de courant TC : .............................. 47

3
Projet de fin d’études

3- Dimensionnement des transformateurs de tension (TT) : ............................ 50


Chapitre VI- Plan de protection ........................................................................... 54
1- Introduction : ................................................................................................ 54
2- Fonctions de protection : .............................................................................. 54
3- Les relais de protections : ............................................................................. 54
4- Réglage des protections :.............................................................................. 56
5- réglages de protections : ............................................................................... 62
Chapitre VII- Etude de sélectivité ........................................................................ 70
1- Généralité : ................................................................................................... 70
2- Etude de sélectivité du poste : ...................................................................... 70
Partite II : Étude de l’installation basse tension du poste PJ-TPP 60KV/10KV à
l’OCP JHORF.................................................................................................... 75
Introduction générale ........................................................................................ 76
Chapitre I- Dimensionnement des chargeurs et batteries..................................... 77
1- Hypothèse de dimensionnement des chargeurs et batteries : ....................... 77
2- Méthodologie de calcul ................................................................................ 78
3- Bilan de puissance et dimensionnement de la batterie de l’armoire 127Vcc
.......................................................................................................................... 78
4- Bilan de puissance et dimensionnement de la batterie de l’armoire 48Vcc 79
Chapitre II- Dimensionnement des transformateurs des services auxiliaires et
dimensionnement des canalisations ..................................................................... 80
1- Dimensionnement des transformateurs des services auxiliaires : ................ 80
2- Dimensionnement des canalisations :........................................................... 80
3- Dimensionnement des jeux de barres ........................................................... 84
4- Calcul des courants de court-circuit. ............................................................ 84
Chapitre III- Choix des équipements de protection ............................................. 86
1- Introduction .................................................................................................. 86
2- La sélectivité ................................................................................................ 87
Chapitre IV- Estimation du coût .......................................................................... 88
1- Phase de l’appel d’offres .............................................................................. 88
2- Phase d’estimation du coût de la solution technique .................................... 89
3- Estimation des Coûts : .................................................................................. 89
Conclusion générale .......................................................................................... 93
Bibliographie ..................................................................................................... 94

4
Projet de fin d’études

ANNEXES ........................................................................................................ 95
ANNEXE HT-1 .................................................................................................... 96
ANNEXE HT-2 .................................................................................................. 107
ANNEXE HT-3 .................................................................................................. 111
ANNEXE BASSE TENSION -1 ...................................................................... 112
ANNEXE BASSE TENSION -2 ...................................................................... 118
ANNEXE BASSE TENSION -3 ....................................................................... 123
ANNEXE BASSE TENSION -4 ....................................................................... 127
ANNEXE BASSE TENSION-5 ........................................................................ 130
ANNEXE BASSE TENSION -6 ....................................................................... 134

5
Projet de fin d’études

Liste des figures


Figure 1:Organigramme SPIE MAROC .................................................................................. 14
Figure 2: Organigramme du département PLFP ...................................................................... 16
Figure 3:L'architecture ancienne et actuelle de la boucle 60 KV ............................................ 17
Figure 4: Schéma explicatif du mode de fonctionnement d’alimentation de post PJ-TPP ...... 19
Figure 5:Mise à la terre par conducteur de cuivre .................................................................... 21
Figure 6 : Schéma du plan Génie civil du poste PJ-TPP .......................................................... 22
Figure 7 : Schéma d’implantation du réseau de terre sous AUTOCAD .................................. 23
Figure 8: Détermination de la section des conducteurs de phases ........................................... 29
Figure 9: Court- circuit triphasé ............................................................................................... 34
Figure 10: Court-circuit biphasé............................................................................................... 35
Figure 11: Court-circuit biphasé - terre .................................................................................... 35
Figure 12: Court-circuit phase-terre ......................................................................................... 35
Figure 13: Schéma simplifié d’un réseau ................................................................................. 36
Figure 14: Circuit équivalent lors d'un court-circuit triphasé .................................................. 37
Figure 15: Modélisation du poste PJ-TPP par la méthode des impédances ............................. 38
Figure 16: La tension de coude en fonction du courant magnétisant ....................................... 50
Figure 17: Schéma d’un TC et son circuit aval ........................................................................ 52
Figure 18: Schéma de protection différentielle à haute impédance ......................................... 56
Figure 19: Schéma de protection différentielle à pourcentage ................................................. 57
Figure 20: Courbe de déclenchement de la protection différentielle ....................................... 57
Figure 21: Principe de fonctionnement de la protection directionnelle homopolaire .............. 59
Figure 22: Zone de fonctionnement des protections directionnelles de terre........................... 59
Figure 23: Protection de masse cuve ........................................................................................ 60
Figure 24: Relais Buchholz ...................................................................................................... 61
Figure 25: Schéma unifilaire du départ et arrivé MT ............................................................... 71
Figure 26: Schéma unifilaire du transformateur de puissance ................................................. 72
Figure 27: Schéma unifilaire de la tranche transfos et du départ 60 KV ................................. 73
Figure 28: Schéma unifilaire simplifié des services auxiliaires ............................................... 76
Figure 29: Hypothèse de calcul de la batterie .......................................................................... 77
Figure 30: Etude de sélectivité du JDB des auxiliaires alternatifs ........................................... 87
Figure 31: Schéma synoptique du poste PJ-TPP (partie HT)................................................... 96
Figure 32: Schéma synoptique de la partie BT ........................................................................ 97
Figure 33: Mode de pose –Température ambiante – Groupement des câbles.......................... 98
Figure 34: Facteur q ............................................................................................................... 104
Figure 35: Vérification de la section du conducteur de terre par VBA Excel........................ 107
Figure 36: Vérification de la tension de pas et de contact avec VBA Excel .......................... 107
Figure 37: Note de calcul du réseau de terre générée par VBA Excel ................................... 108
Figure 38: Vérification mécanique et thermique des jeux de barres avec VBA Excel .......... 109
Figure 39- Note de calcul de dimensionnement des jeux de barres HT avec VBA Excel ..... 110
Figure 40: Dimensionnement des Batteries et des chargeurs de batteries avec VBA Excel.. 110

6
Projet de fin d’études

Liste des tableaux


Tableau 1: comparaison entre des régimes du neutre .............................................................. 26
Tableau 2: Coefficient dépendant de la nature de l'âme........................................................... 30
Tableau 3: Facteur K caractérisant du matériau ....................................................................... 31
Tableau 4 : Erreurs maximales de courant et de déphasage en fonction de la classe de
précision pour les TC utilisés pour la mesure. ......................................................................... 48
Tableau 5: Récapitulatif des réducteurs de mesure .................................................................. 53
Tableau 6: Les types de relais choisis pour chaque fournisseur.............................................. 55
Tableau 7: Réglage du contrôle de synchronisme .................................................................... 66
Tableau 8: Caractéristique d'anti pompage .............................................................................. 67
Tableau 9: Consommation des relais GE ................................................................................. 78
Tableau 10: Les chutes de tension admissibles en courant alternatif ....................................... 82
Tableau 11: Les chutes de tension admissibles en courant continu ......................................... 82
Tableau 12: Choix de la section de la protection ..................................................................... 83
Tableau 13: Choix de la section du neutre ............................................................................... 84
Tableau 14: Types de courbes de déclenchement des disjoncteurs ......................................... 86
Tableau 15: Estimation du coût du matériel HT ...................................................................... 90
Tableau 16: Estimation du coût du matériel MT ...................................................................... 91
Tableau 17: Estimation du coût du matériel contrôle commande ............................................ 92
Tableau 18: Facteur tenant compte de la température ambiante .............................................. 99
Tableau 19: Sections des connexions ...................................................................................... 99
Tableau 20 : Les distances min et max pour les différents niveaux de tension .................... 100
Tableau 21: Section théorique et section thermique de tenue en court-circuit ...................... 101
Tableau 22: Calcul des courants de courts-circuits ................................................................ 101
Tableau 23: Facteurs Vσ et Vr ............................................................................................... 102
Tableau 24: Facteurs α, γ, β. ................................................................................................. 103
Tableau 25: Niveau de pollution ............................................................................................ 104
Tableau 26: Caractéristiques des isolateurs en porcelaine ..................................................... 105
Tableau 27: Module d’inertie des barres ................................................................................ 106
Tableau 28: Bilan de puissance de l’armoire 127Vcc ............................................................ 112
Tableau 29: Les désignations des signalisations .................................................................. 113
Tableau 30:Bilan de puissance 48VCC ................................................................................. 113
Tableau 31: Facteur de simultanéité pour les armoires de distribution .................................. 113
Tableau 32: Facteur d'utilisation ............................................................................................ 114
Tableau 33: Bilan de puissance de l’armoire alternative ....................................................... 114
Tableau 34: Les lettres de sélections ...................................................................................... 116
Tableau 35: Facteur de correction K1 .................................................................................... 116
Tableau 36: Facteur de correction K2 .................................................................................... 116
Tableau 37: Facteur de correction K3 .................................................................................... 117
Tableau 38: Détermination de la section minimale ................................................................ 117
Tableau 39: choix de la section du conducteur selon le courant admissible en conditions
normales dans l’armoire 220Vcc ............................................................................................ 118

7
Projet de fin d’études

Tableau 40: Choix de la section du conducteur selon le courant admissible en conditions


normales dans l’armoire 127Vcc ............................................................................................ 119
Tableau 41: choix de la section du conducteur selon le courant admissible en conditions
normales dans l’armoire 48Vcc .............................................................................................. 120
Tableau 42: choix final des sections des circuits alternatifs 220V........................................ 120
Tableau 43: choix final des sections des circuits continus 127Vcc ....................................... 121
Tableau 44: Résultat des courants du court-circuit dans l’armoire 220V ............................ 127
Tableau 45: Résultat des courants du court-circuit dans l’armoire 48Vcc........................... 128
Tableau 46: Résultat des courants du court-circuit dans l’armoire 127Vcc......................... 128
Tableau 47: choix des disjoncteurs de l’armoire 127Vcc ...................................................... 130
Tableau 48: Choix des disjoncteurs de l’armoire 48Vcc ....................................................... 131
Tableau 49: Choix des disjoncteurs de l’armoire 220 V ...................................................... 131
Tableau 50: Sélectivité entre disjoncteur général basse tension et disjoncteurs des circuits
alternatifs ................................................................................................................................ 132
Tableau 51: Sélectivité entre disjoncteur en aval et on amont du chargeur 127 VCC ........... 134
Tableau 52: Sélectivité entre disjoncteur en aval et en amont du jeu de barre 48VCC ......... 135

8
Projet de fin d’études

Résumé

Considérée parmi les leaders dans le domaine de réalisation et conception des installations
électriques, la société SPIE Maroc propose des solutions fonctionnelles qui répondent aux
attentes des clients.
La stratégie établie par la société est déterminante dans le pilotage des projets basés sur une
connaissance des besoins à satisfaire et des contraintes, implique la prise en compte de
l'ensemble des données, des hypothèses et de tous les éléments nécessaires à la conception et
la définition des matériels.
Le présent rapport n’est autre que le fruit du travail du projet de fin d’études de quatre mois
au sein de l’entreprise en question. L’accent a été mis sur la réalisation des tâches
demandées par le maitre d’ouvrage du projet Maroc Phosphore à savoir, le dimensionnement
des ouvrages électriques de la haute et moyenne tension, le dimensionnement des jeux de
barres, l’élaboration du plan de protection accompagné de l’étude de sélectivité, le
dimensionnement des câbles et protections, le dimensionnement des batteries et chargeurs
alimentés à courant continu, les spécifications techniques des matériels et enfin une estimation
du coût du projet.

9
Projet de fin d’études

Abstract

Considered among the leaders in the field of production and designing electrical installations,
the company SPIE Maroc, offers functional solutions that meet customer expectations.
The strategy established the company, namely the rigorous management and critical in the
management of projects based on knowledge of the needs and constraints, requires taking into
account all data, assumptions and all the necessary elements for designing and the defining
equipment.
This project reflects the result of a four-month of working with the company in question, the
focus was on achieving the tasks requested by the master developer of the project Maroc
Phosphore to find the sizing of the high and medium voltage electrical facilities, the size of
the bus bars, development of the plan protection with the selectivity study, cable sizing and
protection, the size of the batteries and chargers supplied DC, technical specifications of
material and finally an estimate of the cost material of low voltage installation.

10
Projet de fin d’études

Introduction générale

Dans le cadre de la concurrence mondiale, et la grande compétitivité dans le monde industriel,


les entreprises sont appelées à améliorer la qualité de leurs produits et services, elles doivent
adopter une politique qui tient compte de l’évolution économique et technologique actuelle,
afin de faire face efficacement aux impératifs du marché et des réglementations, aux besoins
des clients mais aussi aux nécessités du développement durable.
C’est dans ce cadre que s’inscrit notre projet de fin d’études au sein de SPIE Maroc, qui
consiste entre autre à élaborer une étude de dimensionnement de tous les ouvrages électriques
HTB/HTA et services auxiliaires du poste de transformation 60/ 11KV
PJ-TPP à l’OCP-JORF. Cette étude comprend une partie haute et moyenne tension ainsi
qu’une partie basse tension.
La première partie comprend : le dimensionnement du circuit de mise à la terre et de choisir le
régime du neutre approprié, le dimensionnement des connexions HT&MT, l’élaboration du
plan de protection accompagné de l’étude de sélectivité.
La deuxième partie, consacrée à l’étude des services auxiliaires. Cette dernière a pour objectif
de dimensionner les batteries et les chargeurs alimentés à courant continu, élaborer le bilan de
puissance de l’installation, dimensionner les canalisations et enfin choisir les équipements de
protection convenables en assurant la sélectivité.

11
Projet de fin d’études

Présentation de SPIE Maroc

Introduction :
SPIE est une société multinationale spécialisée dans plusieurs domaines. En particulier, elle
est l’un des leaders dans le domaine d’électricité industrielle et tertiaire, avec près de 400
implantations dans 25 pays et 23 000 collaborateurs.
SPIE propose des services et des solutions techniques performantes qui répondent aux enjeux
actuels et futurs de ses clients, qu’ils soient locaux ou internationaux.
Dans cette partie, nous allons présenter le groupe SPIE, lieu de notre stage, et ses diverses
activités. Ensuite nous allons donner un aperçu sur la société d’accueil, ainsi que de son
architecture interne.
Historique de SPIE Maroc :
Elle a été créée en 1900 sous le nom de la Société Parisienne pour l’Industrie des Chemins de
Fer et des Tramways. En 1946, elle devient la Société Parisienne pour l’Industrie Electrique
(SPIE). En 2003, cette dernière est rachetée à 100% par AMEC pour devenir, sous le nom
AMEC SPIE, la branche « Europe continentale » du groupe britannique.
A partir de 2006 à nos jours AMEC SPIE devient encore une fois SPIE la Société Parisienne
pour l’Industrie Electrique.
Pour l’historique de SPIE au Maroc, les dates ci-dessous représentent des événements
importants dans notre territoire national :
1907 : Construction du port de Casablanca par la future SPIE Batignolles.
1942 : Création de SPIE Maroc.
1946 : Création de la « Chérifienne d’Entreprises Laurent Bouillet »
1968 : SPIE Maroc devient SPIE Batignolles Maroc.
1975 : Création d’Elecam (suite au décret de marocanisation).
1975 : Création de la société marocanisation d’entreprises Laurent Bouillet (Melb).
1999 : Acquisition par le groupe SPIE de la Marocaine d’entreprises Laurent Bouillet.
2003 : Les filiales marocaines de SPIE : Elecam et Melb deviennent filiales d’Amec SPIE.
2010: La fusion d’ELECAM et MELB pour la création de SPIE Maroc.
Ce groupe possède une répartition géographique large notamment en :
- Royaume-Uni.
- Europe Continentale et Maroc.
- Amérique du Nord.
- Asie / Pacifique.
SPIE a réalisé en 2005 un chiffre d’affaires pro forma de 2 688 millions d’euros.

12
Projet de fin d’études

Domaines d’activités :
Sur chacun de ses marchés en Europe, SPIE propose à ses clients industriels, tertiaires,
opérateurs et aux collectivités territoriales, une offre globale de services à valeur ajoutée
associant expertise technique, compétences d'intégration et proximité.
En effet elle couvre les domaines suivants :

Génie électrique :
- Réseaux extérieurs et éclairage public ;
- Installations Générales d'Electricité (IGE) ;
- Processus Industriel et Automatismes (PIA) ;
- Sécurité électronique et environnement des bâtiments ;
- Réseaux de télécommunications.
Génie climatique et fluides :
- Tertiaire : Chauffage, Ventilation, Climatisation, Chaufferie, Protection incendie,…
- Conditionnement processus : Ventilation, Refroidissement, Filtration…
- Confort : Chauffage, Ventilation, Contrôle de l'hygrométrie, Climatisation,…
- Transport de fluides : Eau chaude, Eau glacée, Eau purifiée, Vapeur, Gaz,…
- Hospitalier : Chambres stériles, Salles d'opération, Fluides médicaux,…
Génie mécanique :
- Ensembles mécaniques, hydrauliques et pneumatiques ;
- Machines statiques, robinetterie et tuyauterie ;
- Machines tournantes, compresseurs, pompes, moteurs et turbines ;
- Machines et systèmes de production ;
- Appareils de levage et de manutention ;
- Transfert d'unités de production ;
- Usinage.
Systèmes d’information et de communications :
- Réseaux d'entreprise ;
- Réseaux de ville et d'opérateurs ;
- Réseaux de sûreté et de communication (VDI, DAI, sécurité, téléphonie, GTC,…) ;
- Gestion des équipements (tunnels, radio,…).

Infrastructures ferroviaires :
- Voies ferrées ;
- Caténaires ;
- Sous-stations ;
- Contrôle et communication ;
- Systèmes électromécaniques.
Maintenance et exploitation :
- Génie électrique et automatismes ;
- Génie climatique et fluides ;
- Services de spécialités ;
- Génie mécanique ;

13
Projet de fin d’études

- Systèmes de communications.
Au Maroc, le groupe SPIE est composé de deux unités :
- SPIE Elecam.
- SPIE MELB (Marocaine d’Entreprise Laurent Bouillet).
Les activités de SPIE Maroc s’articulent sur les axes suivants :
- Electricité Industrielle et Tertiaire ;
- Réseau et Télécom ;
- Lignes et Postes ;
- Fabrication Métallique ;
- Maintenance et Exploitation ;
- Génie Climatique et Fluides.
-
Organigramme de SPIE Maroc :
Dans la présente partie, nous allons présenter la filiale marocaine du groupe SPIE : SPIE
Maroc, lieu de notre stage, et ses diverses activités.
SPIE est une multinationale spécialisée dans plusieurs domaines, elle est en particulier l’un
des leaders dans le domaine de l’électricité industrielle et tertiaire, avec près de 400
implantations dans 25 pays et 23 000 collaborateurs. SPIE propose des services et des
solutions techniques performantes qui répondent aux enjeux actuels et futurs de ses clients,
qu’ils soient locaux ou internationaux.

Figure 1:Organigramme SPIE MAROC

14
Projet de fin d’études

La fiche technique se présente comme suit :


- Dénomination : SPIE Maroc (filiale de groupe SPIE) ;
- Date d’immatriculation: 10 Juin 1975 ;
- Forme juridique : Société Anonyme SA ;
- Identifiant Fiscal N° : 36101123 ;
- CNSS : 1958993 ;
- Directeur général : Mr. Lucien ROZEC ;
- Secteur d’activités : Electricité, mécanique, génie climatique, et autres services
industriels ;
- Capital : 17 352 500 DH ;
- Chiffre d’Affaire en 2008 : 569 354 703,00 DH ;
- Siège social : route d’El Jadida, Pk 374 (par Lissasfa) Km 13,5- Commune rural Oulad
Azzouz .Province de Nouaceur –Casablanca ;
- Moyens Humains : 1100 personnes ;
- Certificat : ISO 9001 version 2000 ;
- Téléphone : (212-522) .97.79.00;
- FAX: (212-522) .32.19.90;
- Site Web: SPIEMaroc@Spie.com.

Département pôle lignes et poste fabrication (PLPF) :


Notre stage s’est effectué au sein du pôle lignes et poste fabrication (PLPF) de la société SPIE
Maroc et plus précisément dans le Bureau d’Etudes (B.E) de ce département qui représente
l’une des piliers majeurs de l’entreprise.
Le bureau d’études est responsable de :
- L’étude technique des affaires ;
- La détermination et la planification des tâches d’études ;
- L’élaboration des notes de calculs ainsi que le choix du matériel nécessaire
conformément au cahier des charges et normes ;
- L’élaboration et la vérification des plans d’exécution ;
- L’assistance technique aux chargés d’affaires et aux chefs de chantiers ;
- Les essais et les mises en service des installations ;
Voici ci-dessous l’organigramme du département PLPF :

15
Projet de fin d’études

Figure 2: Organigramme du département PLFP

16
Projet de fin d’études

Présentation du projet et du cahier des charges

Présentation du projet :
L’ensemble industriel Maroc Phosphore Jorf Lasfar est alimenté en énergie électrique par un
réseau électrique - lui aussi alimenté à travers le poste source PGD 225 KV- composé de la
boucle 60KV raccordée à l’ONE et aux Joint-ventures (IMACID, PMP, BMP) via les postes
PJ0 et PJ10.
La fiabilité, la disponibilité et la souplesse d’exploitation de ce réseau doivent être assurées
pour réaliser les objectifs de production dans les meilleures conditions techniques, de sécurité
et de coûts.
L'alimentation en énergie électrique de l'ensemble industriel Maroc Phosphore Jorf Lasfar et
l'échange d'énergie électrique avec l'ONE sont assurés par une boucle 60kV dont l'architecture
actuelle est la suivante:

Figure 3:L'architecture ancienne et actuelle de la boucle 60 KV

Dans le cadre d’une vision stratégique de l’amélioration du fonctionnement des unités de


production, le groupe OCP (Jorf Lasfar d’El-Jadida) présenté par Maroc Phosphore III et IV a
opté pour procéder à l’installation de nouveau poste de transformation 60/10KV (PJ-TPP).

17
Projet de fin d’études

Vu que le projet est en cours d’étude, le pôle DPLF nous a confié la tâche d’étude et
dimensionnement de la totalité des équipements du poste y compris le réglage des protections.
Cahier des charges :
Maroc Phosphore du groupe OCP opère et gère le site JORF-LASFAR(JPH) qui a quatre
unités de production de l’acide phosphorique et des fertilisants existantes, nommées MAROC
phosphore, IMACID, PMP& BMP. Dans une nouvelle perspective le groupe OCP a décidé
d’élargir son pôle de production tout en ajoutant des autres unités de production ce qui
implique la nécessité d’adaptation et d’amélioration du réseau électrique.
Le travail qui nous a été demandé de réaliser, pendant une période de quatre mois, se compose
des parties suivantes :
Étude et dimensionnement des ouvrages électriques HT et MT du poste PJ-TPP
60KV/10KV à l’OCP JORF.
- Réseau de terre ;
- Etudes de court-circuit ;
- Connexion HT et MT ;
- Dimensionnement des réducteurs de mesures ;
- Sélectivité.
Étude de l’installation basse tension du poste PJ-TPP 60KV/10KV à l’OCP JORF.
- Etudes de court-circuit ;
- Canalisations ;
- Sélectivité.
Etude de contrôle commande du poste PJ-TPP 60KV/10KV à l’OCP JHORF.
- Plan de protection ;
- Réglages des relais numérique.
Présentation du poste PJ-TPP 60/10KV :
Le poste en question est alimenté à travers deux départs 60 KV, issu du PDE -225 KV, ces
deux départs alimentent un jeu de barres HT, constitué d’un sectionneur de couplage d’où la
structure d’un réseau double alimentation. Cette configuration est préconisée lorsqu’une
bonne continuité d’alimentation est demandée ou lorsque les équipes d’exploitation et de
maintenance sont peu nombreuse.
Le schéma unifilaire (voir figure 31 Annexe HT-1) du poste PJ-TPP est constitué
essentiellement de :

- Deux travées départs 60KV ;


- Un jeu de barre 60KV ;
- Deux travées transformateur 60KV ;
- Deux arrivées 10KV ;
- Un jeu de barre 10KV ;
- Dix départs 10KV.
Il est aussi constitué d’une installation de services auxiliaires comportant :
- Deux transformateurs de services auxiliaires (TSAs).
- Un jeu de barres alimenté en courant alternatif
- Un jeu de barres alimenté en courant continu (127Vcc)

18
Projet de fin d’études

- Un jeu de barres alimenté en courant continu (48Vcc)


Mode de fonctionnement du poste PJ-TPP :
D’après le cahier des charges, le mode de fonctionnement est décrit comme suit :
Le sectionneur SW2 est initialement fermé. Le disjoncteur CB2 est fermé alors que le
disjoncteur CB3 est ouvert. Le transformateur T1 assurera le secours du transformateur
T0.Pour les deux arrivés (départs) 60 KV ils peuvent jouer le rôle de départ ou arrivé en
congruence avec les autres postes de transformations, comme ils peuvent secourir l’un
l’autre.

Figure 4: Schéma explicatif du mode de fonctionnement d’alimentation de post PJ-TPP

19
Projet de fin d’études

Partie I :
Étude et dimensionnement des ouvrages
électriques HT et MT du poste PJ-TPP
60KV/10KV à l’OCP JORF

20
Projet de fin d’études

Chapitre I-
Réseau de la mise à la terre et régimes du neutre
A-Réseau de mise à la terre :
1- Généralités :
La mise à la terre est l'ensemble des moyens et des mesures par lesquelles un élément d'un
circuit électrique, une pièce métallique d'un équipement électrique ou une pièce conductrice
placée au voisinage d'une installation électrique sont reliés à la terre. Un circuit de terre est
constitué d’un ensemble des conducteurs enterrés dans le sol à une profondeur d’environ 0,8
m et reliés entre eux électriquement. En cas de court-circuit de forte intensité ou de coup de
foudre, il a pour but de faciliter l’écoulement au sein du sol, des courants de défaut
correspondant et de limiter les différences de potentiel transitoires.

Figure 5:Mise à la terre par conducteur de cuivre

La problématique de mise à la terre réside dans la détermination de la résistance de prise de


terre, si nécessaire à sa réduction, si les valeurs des tensions admissibles sont dépassées, aussi
bien la réalisation d’une liaison équipotentielle. Dans ces conditions un circuit de terre doit
assurer essentiellement :
- La protection des bâtiments et des installations contre la propagation des surtensions
provoquées par les défauts et les manœuvres d’appareillage.
- La compatibilité électromagnétique, c’est-à-dire la limitation des perturbations
électromagnétiques.
- La sécurité des personnes et des animaux par limitation des tensions de pas et de contact à
des valeurs de sécurité.
- Le fonctionnement correct du réseau d'alimentation électrique afin d'assurer une bonne
qualité d'énergie.
Avant d’entamer l’élaboration de réseau de terre nous allons tout d’abord définir certains
concepts que nous jugeons utile pour la compréhension de but de réseau de terre ainsi que le
calcul fait.

21
Projet de fin d’études

2- Définitions
La tension de pas : est la tension entre les pieds d'une personne se tenant debout près d’un
point d’injection du courant à la terre. Elle est égale à la différence de tension, donnée par la
courbe de distribution de tension, entre deux points situés à différentes distances du point
d’injection. Une personne peut être blessée lors d'un défaut tout simplement en se tenant
debout près du point de mise à la terre.
La tension de contact : est la tension entre les mains en contact avec un objet et les pieds. Elle
est égale à la différence de tension entre l'objet et le point d’appui des pieds. La tension de
contact peut être d’autant plus grande que la mise à la terre de l’objet se trouve en un point
éloigné. Par exemple, une grue reliée à la terre qui entre en contact avec une ligne électrique
sous tension expose toute personne touchant la grue ou son câble de traction à une tension de
contact proche de la tension de la ligne électrique.
Une liaison équipotentielle: est une protection permettant de garantir l'absence de potentiel
électrique entre des pièces métalliques. Cela est réalisé à l'aide d'un ou plusieurs fils de terre
en cuivre ou aluminium, afin de limiter les différences de potentiel.
3- Circuit de mise à la terre du poste PJ-TPP :
Pour élaborer le réseau de terre nous nous sommes basés sur le standard IEEE 80-2000, qui
est un guide de sécurité pour la mise à la terre des postes. Le cahier de charge n’exige pas
d’installer une grille pour le réseau de mise à la terre pour le poste PJ-TPP 60KV/11KV. (La
grille est exigée pour les postes 225KV/60KV).
Dans une première étape nous avons étudié les plans AUTOCAD du poste PJ-TPP afin de
localiser les différents massifs du poste comme le montre le schéma suivant :

Massifs
Transformateurs

Les portes

Figure 6 : Schéma du plan Génie civil du poste PJ-TPP

Après, nous avons procédé au traçage du réseau de terre qui consiste à lier les différents
massifs du poste tout en respectant une surface de maille inférieure à 25 m² (spécifié dans le
cahier des charges).
Le schéma suivant montre l’implantation sous AUTOCAD du réseau de terre :

22
Projet de fin d’études

Sabots de
terre

Brettèle

Le puits de terre

Figure 7 : Schéma d’implantation du réseau de terre sous AUTOCAD

Pour avoir des surfaces conforment au cahier des charges nous avons inséré des brettèles. D’après
le schéma nous avons calculé la longueur totale du réseau de la terre qu’est de 750 m.
Pour le calcul concernant le réseau de terre nous allons suivre les étapes suivantes :
- Dimensionner le conducteur de mise à la terre
- Calcul de la tension de contact et de pas
- Calcul de la résistance du conducteur de mise à la terre
- Calcul du courant maximum IG qui circule dans la terre (par suite calcul de potentiel
maximum de la terre (GPR))
- Comparer GPR avec la tension de contact
Pour les données de base on a :
- La superficie du poste A=27,3*26=709,8 (m²) ;
- La résistivité du sol où le conducteur de mise à la terre ρ=69,18 Ω.m ;
- La résistivité de la couche superficielle ρs=100 Ω.m ;
- Le temps d’élimination de défaut : tc =0,5 (s) ;
- La durée de défaut : tf= 3 (s) ;

- Le ratio : 10 ;
- La profondeur du circuit de mise à la terre hs=0,8 (m) ;
- Le matériau utilisé est le cuivre dur (HARD-DRAWN). En utilisant la table 1 de la norme
(IEEE Std 80-2000) nous avons :

23
Projet de fin d’études

- Le coefficient thermique de résistivité à température de référence à 20°C αr =0 ,00381 ;


- La résistivité du conducteur sous-terrain ρr=1,78 ;
- La température maximale admissible en °C Tm=1084 ;
- La température ambiante °C Ta=50 ;
- Le coefficient de la capacité thermique en (J/(Cm3.°C)) TCAP=3,42 et K0= (1/ αr)-Tr=242;
- La longueur totale du réseau de mise à la terre LT =750m ;
- La durée du courant de choc ts=0,5 (s) ;
- Le courant de court-circuit phase- terre à l’entrée du poste est : 25 KA.
Dimensionnement du conducteur de mise à la terre :

La section du conducteur de terre est donnée par la formule suivante :



)
1)
√ )

Donc la section du conducteur de mise à la terre est de 75


le cahier des charges exige un minimum de 75 mm² d’où la section retenue est de 75 mm².
Calcul de la tension de contact et de pas:

Pour calculer la tension de pas et de contact on procède par le calcul du coefficient


Selon la norme on a :
( )
(2)
Pour le calcul de tension de pas et de contact on a utilisé les formules concernant une
personne de 70 Kg.
)
(3)

)
(4)

Calcul de la résistance de mise à la terre :

La résistance de la terre après avoir implanté le réseau de terre est donnée par la formule
suivante :

( ( )) (5)
√ √

Donc la résistance Rg=1,18>1 Ω (la valeur de la résistance doit être inférieur à 1 Ω selon la
norme IEEE 80-2000).Donc il faut améliorer la résistivité de la terre par ajout de piquets ou
bien ajout de sel et charbon dans le puits de terre.

24
Projet de fin d’études

Calcul du courant maximum circulant dans la terre :

Tout d’abord nous allons commencer par le calcul du facteur de division du courant de défaut
Sf qu’est donné par le rapport du courant de défaut à la terre et le courant de retour à travers la
résistance du neutre du transformateur de puissance.
On a: If= IN+IC+IR
IN: le courant qui circule dans la résistance entre le neutre de l’installation et la terre.
IC : le courant capacitif entre la phase en défaut et la terre.
IR : le courant qui circule dans la résistance de l’isolement (on le prend nul).
Or IC =3jCW*V
Dans notre cas on a une tension V= 10KV, d’où C=0,34 µF/Km.
Donc à 100 m on a C=34 nF ; W=100π.
Ce qui nous permet de conclure que If =IN car IC est de l’ordre de 100 mA.
D’où Sf=100%.
Pour le calcul du courant maximum à la terre, on procède selon la norme par le calcul du
facteur de décrémentation Df.

√ ( ) (6)

Avec
Et
D’où le potentiel maximum à la terre est donné par:
(7 )
A partir du résultat de l’équation (3) et de celui de l’équation (7) on constate que la valeur de
la tension de contact est largement inférieure au potentiel maximum à la terre (GPR). Ainsi
le réseau de terre est conforme à la norme.
Remarque :
Pour le calcul nous avons créé une Macro VBA de l’Excel afin d’automatiser le calcul. Cette
Macro est basée sur l’algorithme explicité pour le calcul ci-dessus. Pour la Macro elle est
présentée dans l’annexe HT-2.

B- Les régimes du neutre :


Le choix du régime du neutre est une phase primordiale dans la conception des installations
électriques. Lors d'un défaut d'isolement, ou de la mise accidentelle d'une phase à la terre, les
valeurs prises par les courants de défaut, les tensions de contact et les surtensions sont
étroitement liées au mode de raccordement du neutre à la terre.
Dans toute installation, la continuité de service en présence d'un défaut d'isolement est
également liée au régime du neutre. Un neutre isolé permet la continuité de service en basse
tension et même en haute tension, tout en respectant la réglementation en vigueur sur la
protection des personnes. Un neutre mis directement à la terre, ou faiblement impédant,
impose au contraire un déclenchement dès l'apparition du premier défaut d'isolement.
Le choix du régime du neutre, tant en basse tension qu'en haute tension, dépend à la fois de la
nature de l'installation et de celle du réseau électrique, il est également influencé par la nature

25
Projet de fin d’études

des récepteurs, la continuité de service et la limitation du niveau de perturbation imposé aux


équipements sensibles.
Le tableau suivant présente une comparaison entre les différents schémas de mise à la terre :

Tableau 1: comparaison entre des régimes du neutre

Régime du Principe Avantages Inconvénients


neutre
Neutre isolé -Il n’existe aucune liaison -La continuité de -La surveillance de
électrique intentionnelle service du départ en l’isolement est obligatoire.
entre le point neutre et la défaut. -Un service entretien équipé
terre, à l’exception des du matériel adéquat pour la
appareils de mesure ou de recherche rapide du premier
protection défaut d’isolement est
nécessaire.

-Une liaison électrique -L’écoulement des -Un fort courant de défaut


Neutre mis d’impédance nulle est surtensions. terre: dégâts et perturbations
directement à réalisée intentionnellement sont maximaux.
la terre entre le point neutre et la - Il n’y a pas de continuité de
terre. service du départ en défaut.
-Le danger pour le personnel
est important.

Neutre mis à la -Une résistance est -Un bon compromis -La continuité de service du
terre par connectée volontairement entre un courant de départ en défaut est dégradée.
résistance entre le point neutre et la défaut faible et des -Le coût de la résistance de
terre. surtensions bien mise à la terre croît avec la
écoulées. tension et le courant limité.
-Les protections sont
simples, sélectives et
le courant est limité.

Neutre mis à la -Une réactance est -En haute tension, le -La continuité de service du
terre par intercalée volontairement coût de cette solution départ en défaut est dégradée.
réactance entre le point neutre et la est plus avantageux -Lors de l’élimination des
terre. qu’avec une défauts de terre, des
résistance. surtensions importantes
peuvent apparaître, dues à
des résonances entre la
réactance et la capacité du
réseau.

26
Projet de fin d’études

Choix du régime de neutre :


Les critères de choix concernent de multiples aspects :
- Techniques (fonction du réseau électrique, surtensions, courant de défaut, etc.)
- D’exploitation (continuité de service, maintenance)
- De sécurité
- Economiques (coûts d’investissements, d’exploitation)
En particulier, il faut réaliser un compromis entre deux considérations techniques importantes:

Réduire le niveau des surtensions:


Des surtensions trop importantes sont à l’origine du claquage diélectrique des isolants
électriques, avec des courts-circuits comme conséquence.

Réduire le courant de défaut à la terre :


Un courant de défaut trop élevé entraîne toute une série de conséquences :
- Dégâts par l’arc au point de défaut ; en particulier, fusion des circuits magnétiques des
machines tournantes.
- Tenue thermique des écrans de câble.
- Dimensions et coût de la résistance de mise à la terre.
- Induction dans les circuits de télécommunications voisins.
- Danger pour les personnes, par élévation du potentiel des masses.
Ainsi, d’après la comparaison des différents régimes du neutre, on propose d’adopter la mise
à la terre par résistance. Il est certain que ce régime du neutre est celui qui présente le plus
d'avantages, tant en ce qui concerne le prix que les facilités d'installation, lorsque le neutre est
accessible et lorsque la mise à la terre directe conduit à des courants excessifs. Ce choix
coïncide avec celui du client.

Choix de la valeur du courant de défaut :


Selon le plan de protection de l’ONE, il existe deux valeurs de l'intensité du courant de défaut
franc à la terre sur les barres du poste, dans le cas de mise à la terre par résistance:
- 1000 A pour les réseaux souterrains de grandes villes.
- 300 A pour tous les autres réseaux (c'est-à-dire les réseaux aériens et mixtes).
Dans notre cas il s’agit d’un réseau souterrain d’où le la valeur du courant de défaut est de
1000 A. Donc la résistance est calculée par R=V/I=5773/1000=5,77 Ω, cette valeur est bien
conforme à celle proposée par le client (la valeur proposée est de 6 Ω).

27
Projet de fin d’études

Chapitre II-
Dimensionnement des connexions HTB/HTA
Introduction :
Pour le dimensionnement des connexions HTB/HTA nous nous sommes basés sur le Cahier
des Spécifications Techniques Générales « CSTG » de l’ONE. La méthode de détermination
de la section des conducteurs en haute tension consiste à :
- Déterminer le courant maximal d’emploi des récepteurs à alimenter.
- Déterminer la section satisfaisant l’échauffement de l’âme du câble en régime de
fonctionnement normal, qui peut être permanent ou discontinu. Cette étape nécessite la
connaissance :
- Des conditions réelles d’installation de la canalisation, par conséquent du facteur de
correction global(f).
- Des valeurs des courants admissibles des différents types de câble dans les conditions
standard d’installation.
- Déterminer la section nécessaire à la tenue thermique du câble en cas de court-circuit
triphasé
- Déterminer la section nécessaire à la tenue thermique de l’écran du câble en cas de court-
circuit à la terre.
- Vérifier éventuellement la chute de tension dans la canalisation pour la section retenue.
- La section technique S à retenir est la valeur maximale parmi les trois sections.
- Eventuellement, calculer et choisir la section économique.
L’organigramme suivant issu de la norme NF C13-205 donne les différentes étapes à suivre :

28
Projet de fin d’études

Figure 8: Détermination de la section des conducteurs de phases

1- Calcul de la section théorique S1 (par le courant d’emploi Ib) :


Pour calculer la section théorique S1, il s’agit en effet de calculer le courant transitant dans la
ligne dit aussi courant d’emploi. Nous disposons en HT de conducteurs nus en almélec, des
tubes en AGS et des conducteurs de cuivre isolés(PR) en MT.
Dans notre installation, nous avons choisi de faire le calcul des courants électriques d’emploi
lorsque les deux départs transitent en permanence avec l’inter-barre ouverte. Ainsi :
- Le courant électrique transitant dans les départs 60 KV se calcule à partir de la puissance
nominale fournie par PDE (poste 225/60 kV de LJOURF).
- Le courant électrique de l’arrivée transformateur 60KV se calcule à partir de la puissance
assignée du transformateur vue du primaire.
- Le courant électrique de l’arrivée transformateur 11KV se calcule à partir de la puissance
assignée du transformateur vue du secondaire.
- Le courant électrique dans le jeu de barre 11KV est le courant transitant dans l’arrivée
transformateur 11KV.
Nous nous référons aux tableaux 18-19 et figure 33 de l’annexe HT-1 pour la détermination
de la section à adopter .Ces tableaux sont prescrits par le CSTG. Nous traiterons ci-dessous un
exemple de calcul.

29
Projet de fin d’études

Exemple de calcul :
L’exemple de calcul à traiter est celui du départ 60KV. Nous disposons dans ce cas d’une
ligne aérienne en almélec. La puissance transitée dans ce départ est de : 35MVA.
Le courant d’emploi est ainsi de :
Ib=S/√ *UHT =336,78A
Avec le mode de pose V (lignes aériennes) qui donne un facteur globale de correction
k=1.1*f1=0.88
Via le tableau 19 de l’annexe HT-1, on trouve que la section à tenir en compte est de
S=181,6mm².
De même le dimensionnement du tube AGS reliant par exemple le sectionneur et le combiné
de mesure, via le tableau 19 de l’annexe HT-1, on trouve que la section à tenir en compte est
de 1200 mm² .avec un diamètre intérieur de 70 et un extérieur de 80.
2- Calcul de la section S2 de tenue au court-circuit:
Le calcul de la section thermique de tenue contre les courts-circuits nécessite le calcul de
courant de court-circuit maximal. (Voir le chapitre suivant)
Le CSTG distingue entre le calcul de la section de tenu au court-circuit dans le cas d’un câble
nu ou isolé.
Concernant les conducteurs nus en suppose que la température avant le court-circuit est égale
à la température admissible en régime permanant.
Dans ce cas, la section du conducteur S2 est :

S

Pour un câble isolé la section du conducteur est déterminée par la formule suivante :

S
Iccmax : Le courant de court-circuit maximal.
tc: le temps de fonctionnement du dispositif de coupure.
α : coefficient dépendant de la nature de l’âme.

Tableau 2: Coefficient dépendant de la nature de l'âme

Almélec Cuivre Almélec-acier


Α 19 21 16
Avec
θf : la température maximale du conducteur en court-circuit.
220°C pour les câbles nus (almélec) et les tubes (AGS)
θi : la température maximale d’équilibre à la surface des conducteurs
85°C pour les câbles nus (almélec) et 95°C pour les tubes (AGS)
K: le facteur caractérisant du matériau.

30
Projet de fin d’études

Tableau 3: Facteur K caractérisant du matériau

Isolants
PVC/PE PR/ERP
A b a b
Cuivre 143 115 176 143
aluminium 95 75 116 94
Acier 52 - 64 -
a : conducteur de protection non incorporé aux câbles
b : conducteur de protection incorporé aux câbles
Calcul :
Calcul de la section du câble travée transformateur.
- Le courant de court-circuit est de 25 KA (voir le chapitre suivant).
- Le temps d’élimination de défaut est de 1s.
Ainsi : S
Remarque :
Nous avons constaté que toutes les sections permanentes obtenues dépassent largement la
section caractérisant le court-circuit.
3- Calcul de la section thermique S3 de l’écran de câble:
En cas de défaut phase-terre, l’écran doit permettre l’écoulement d’une partie ou de la totalité
de courant de court-circuit des installations. Sur les réseaux MT ou HT dont le neutre est relié
à la terre directement ou par une faible impédance, le courant de défaut peut prendre une
valeur élevée dépendant de la puissance de la source, des caractéristiques de l’installation, du
point de défaut et du réglage des dispositifs de protection. Il faut alors s’assurer que, sous
l’effet de cette intensité, l’écran ne risque en aucun point d’être portée à une température
supérieur à celle permise par lui-même et par les autres éléments du câble et, en particulier,
par l’enveloppe isolante.
Pour les câbles MT et HT, la température limite est, dans la plupart des cas, identique à celle
admise en court-circuit pour l’échauffement de l’âme, soit, pour une durée ne dépasse pas 5
seconde :
- 150°C pour le polyéthylène et le papier imprégné (PE) ;
- 160°C pour le polychlorure de vinyle(PVC) ;
- 250°C pour le polyéthylène réticulé (PR) ou éthylène propylène (EPR).
Cependant, en peut être amené, dans certains cas, à réduire ces valeurs de température afin de
tenir compte des limites thermiques des éléments constituants l’écran (gaine en plomb ou
écran collé à la gaine extérieure des câbles à isolant PR, par exemple).
En raison de la complexité des phénomènes mises en jeu, n’est pas possible d’indiquer ici une
méthode de calcul simple et de portée générale. Toutefois, les valeurs maximales des courants
de court-circuit que peuvent supporter les écrans des câbles sont indiquées par les
constructeurs de câbles.
Cette section est éventuellement calculée en MT.

31
Projet de fin d’études

4- Vérification de la chute de tension:


La relation de la chute de tension pour un circuit triphasé est la suivante :
 
cos    L sin   I b
L
V   
 S 
Et : ΔV%=( ΔV/V)*100
Tel que :
- ρ : la résistivité du conducteur en service normal ;
- L : la longueur de la canalisation en km ;
- S : la section de la canalisation en mm ;
- λ : la réactance linéique de la canalisation. Elle vaut 0,15Ω/km ;
- V : c’est la tension simple. C’est celle du primaire ou du secondaire selon le point du
réseau.
Les calculs montrent que cette chute de tension est faible pour toutes les canalisations.
Exemple de calcul :
L’exemple de calcul à traiter est celui du départ 60KV.
Nous disposons :
- D’une résistivité (almélec) de 0,0325 Ωmm2/m
- D’une longueur de canalisation de 4,25m
- D’une section de canalisation de 181,6mm2
- D’une réactance linéique de 0,15Ω/km
Nous trouvons donc: ΔV=0.33 (V) c.-à-d. ΔV% ≈ 0%
La chute de tension est ainsi vérifiée pour le départ 60KV.
5- Vérification de l’effet couronne :
L’effet couronne désigne l’ensemble des phénomènes liés à l’apparition d’une conductivité
d’un gaz dans l’environnement d’un conducteur porté à une haute tension. Il est caractérisé
par des effluves et des aigrettes apparaissant tout autour. L’intensité du phénomène dépend :
- du champ électrique superficiel au niveau des conducteurs ;
- des conditions atmosphériques ;
- de l’état des surfaces des câbles.
L’effet couronne se produit en général pour les fortes gammes de tension (au-delà de 225KV).
Cependant et pour plus de précision, nous ferons cette vérification.
L’expression de l’effet couronne se montre comme suit :

Veff
E max 
Avec :  2.H MIN .EPH 
r. ln  
 r. 4.H 2 2 
 MIN  EPH 
Veff : la valeur efficace de la tension soit au primaire ou au secondaire du transformateur
selon le point de calcul.
Hmin : la distance minimale entre un conducteur et le sol
Eph : l’écartement entre deux phases
Ec : la valeur critique à ne pas dépasser pour ne pas avoir l’effet couronne et qui est de
18V/cm. Les valeurs de Hmin et Eph figurent dans le tableau 20 dans l’annexe HT-1.

32
Projet de fin d’études

r : le rayon de la canalisation est donné par r= √


La valeur de Emax doit être inférieur à Ec =18KV/cm pour qu’il n’y ait pas de production
d’effet couronne. Les calculs montrent que cet effet couronne est très faible et donc vérifié
pour toutes les canalisations.
Exemple de calcul :
L’exemple de calcul à traiter est celui du départ 60KV.
Nous avons un Eph de 30 cm et un Hmin 167,5 cm ainsi qu’un rayon de 0,76cm.
D’où : Emax=6,12 KV/cm <18KV/cm.
L’effet couronne pour ce départ est ainsi vérifié.
6- Choix de la section finale :
La section finale est le maximum des trois sections calculées auparavant et vérifiant les
contraintes de chute de tension et d’effet couronne.
Une fois l’une des contraintes est non vérifiée, il est donc indispensable d’augmenter la
section selon les valeurs normalisées de chaque type et nature de connexion.
Le tableau 21de l’annexe HT-1 récapitule les trois sections : la section théorique, la section
thermique de tenue en court-circuit, la section de contrainte thermique d’écran de câble
D’après ce tableau, et comparé aux spécifications du cahier de charges, il s’avère nécessaire
de noter que le calcul aboutit à des sections conformes au cahier de charge car le cahier de
charge a surdimensionné pratiquement toute l’installation.

33
Projet de fin d’études

Chapitre III-
Calcul des courants de court-circuit
1- Définition :
On peut définir les courts-circuits d’après trois caractéristiques principales :
Leur origine :
- Elle peut être mécanique : rupture de conducteurs, liaison électrique accidentelle entre
deux conducteurs par un corps étranger tel qu’outils ou animaux.
- Elle peut être électrique : suite à la dégradation de l’isolement entre phases, ou entre phase
et masse ou terre, ou suite à des surtensions d’origine interne (manœuvre) ou
atmosphérique (coup de foudre).
- Elle peut provenir d’une erreur d’exploitation : mise à la terre d’une phase, couplage entre
deux sources de tensions différentes ou des phases différentes, fermeture par erreur d’un
appareil de coupure.
Leur localisation :
- Le court-circuit peut être interne à un matériel (câble, moteur, transformateur, tableau…),
il entraîne généralement des détériorations.
- Il peut être externe à un matériel, les conséquences sont limitées à des perturbations
pouvant entraîner à plus ou moins longue échéance des détériorations dans le matériel
considéré et conduire à un défaut interne.
Leur durée :
- Auto-extincteurs : le défaut disparaît de lui-même.
- Fugitifs : le défaut disparaît sous l’action des protections et ne réapparaît pas lors de la
remise en service (le défaut est brûlé après le ré-enclenchement).
- Permanents : ils nécessitent la mise hors tension d’un câble, d’une machine… et
l’intervention du personnel d’exploitation ou de maintenance.
Types de court-circuit :
Sur un réseau triphasé, les courts-circuits peuvent être de plusieurs types :
- Défaut triphasé : les trois phases sont réunies ensemble (5% des cas).

Figure 9: Court- circuit triphasé

- Défaut biphasé : deux phases sont raccordées ensemble (15% des cas). On distingue entre
défaut biphasé/terre et biphasé isolé. Les défauts biphasés isolés sont fréquemment causés
par un vent violent qui provoque un contact entre deux conducteurs de 2 phases.

34
Projet de fin d’études

Figure 10: Court-circuit biphasé Figure 11: Court-circuit biphasé - terre

- Défaut monophasé : une phase est reliée au neutre ou à la terre (80% des cas). Sur une
ligne à haute tension, ce type de défaut est fréquemment causé par la foudre qui initie un
court-circuit entre une phase et la terre.

Figure 12: Court-circuit phase-terre

Les causes des courts-circuits :


Elles sont énumérées comme suit :
- L’usure des isolants due à une dégradation de la qualité de surface (pollution) et une
température excessive.
- Les surtensions entraînant le claquage de l’isolation des matériels (surtension de manœuvre
ou coup de foudre).
- La diminution accidentelle des distances d’isolement.

35
Projet de fin d’études

2- Hypothèses de calcul de courant de court-circuit :


Le calcul des valeurs maximales et minimales de courants de court-circuit repose sur les
simplifications énumérées ci-dessous.
- Il n’y a pas, pendant la durée du court-circuit, de modification du type de court- circuit
concerné, c'est-à-dire qu’un court-circuit triphasé reste triphasé.de même qu’un court-
circuit monophasé reste monophasé pendant toute la durée du court-circuit.
- Pendant la durée du court-circuit, il n’y a pas de modification dans le réseau concerné.
- L’impédance des transformateurs est rapportée au changeur de prise en position principale.
Cela est admissible car le facteur de correction d’impédance KT pour les transformateurs
de réseau est introduit.
- Les résistances d’arc ne sont pas prises en compte.
- Toutes les capacités de ligne, admittances en dérivation et charges non tournantes, sauf
celles du réseau homopolaire, sont négligées.
Bien que ces hypothèses ne se vérifient pas strictement pour les réseaux d’énergie considérés,
le résultat du calcul remplit l’objectif qui consiste à donner des résultats qui sont
généralement d’une précision acceptable.
Qu’il s’agisse de courts-circuits symétriques ou non, il est utile de calculer les courants de
courts- circuits par application des composantes symétriques.
Lors du calcul de courants de court-circuit dans des réseaux de niveau de tension différents, il
est nécessaire de rapporter les valeurs d’impédance d’un niveau de tension à un autre,
normalement au niveau de tension auquel le courant de court-circuit doit être calculé. Pour les
réseaux en unités ou les réseaux similaires, aucune transformation n’est nécessaire si ces
réseaux sont cohérent, c'est-à-dire que UrTHV/UrTLV = UnHV/UnLV pour chaque
transformateur dans le réseau avec courant de court-circuit partiel. UrTHV/UrTLV n’est
normalement pas égal à UnHV/UnLV (voir CEI 60909-2 et les exemples donnés dans la CEI
60909-4).
Les impédances des matériels dans les réseaux superposés ou subordonnés sont à diviser ou à
multiplier par le carré du rapport de transformation assigné tr. Les tensions et courants sont à
convertir par le rapport de transformation assigné tr.
3- Méthode de calcul des courants de court-circuit maximaux :
Détermination de Iccmax:
La méthode de calcul des courants de courts circuits la plus utilisée est la méthode des
impédances. Elle est applicable à des calculs manuels et conduit à des résultats suffisamment
précis pour la plupart des applications.
En effet, un réseau simplifié se réduit à une
source de tension alternative constante, un
interrupteur et une impédance Zcc représentant
toutes les impédances situées en amont de
l’interrupteur et une impédance de charge Zs
Sur le schéma précédant l’interrupteur étant
fermé, l’intensité Is du courant de service qui Figure 13: Schéma simplifié d’un réseau
circule dans le réseau. Un défaut d’impédance
négligeable apparaissant entre les points A et B

36
Projet de fin d’études

donne naissance à une intensité de court-circuit très élevée Icc, limitée uniquement par
l’impédance Zcc.
La méthode d’impédance consiste à totaliser séparément les différentes résistances et
réactances de la boucle de défaut, depuis et y compris la source, jusqu’au point considéré ;
puis à calculer l’impédance correspondante. Le courant Iccmax est enfin obtenu par
l’application de la relation suivante :

Avec U (tension composée entre phases) correspondant à la tension à vide du transformateur.


Notons qu’en moyenne et haute tension, la norme CEI 60909-0 applique un coefficient 1,1 à
la tension nominale pour le calcul du courant de court-circuit maximal.
Le calcul de l’intensité de court-circuit se résume alors au calcul de l’impédance Zcc,
équivalente à toutes les impédances parcourues par Icc du générateur jusqu’au point de
défaut.

Figure 14: Circuit équivalent lors d'un court-circuit triphasé

L’impédance équivalente est :

Avec :
- ΣR = somme des résistances en série,
- ΣX = somme des réactances en série.
Détermination des diverses impédances de court-circuit :

- Impédance du réseau amont :


Dans la plupart des calculs, on ne remonte pas au-delà du point de livraison de l’énergie. La
connaissance du réseau amont se limite alors généralement aux indications fournies par le
distributeur, à savoir uniquement la puissance de court-circuit Scc (en MVA). L’impédance
équivalente du réseau amont est :
Za = U²/Scc

U est la tension composée du réseau non chargé.


A partir de Ra / Za =0,3 on peut déduire la résistance et la réactance amont.
- Impédance interne du transformateur :
Cette impédance se calcule à partir de la tension de court-circuit ucc exprimée en % :

37
Projet de fin d’études

Avec :
U : tension composée à vide du transformateur ;
Sn : puissance apparente du transformateur ;
ucc : tension qu’il faut appliquer au primaire du transformateur pour que le secondaire soit
parcouru par l’intensité nominale In, les bornes secondaires étant court-circuitées.
- Impédance des liaisons :
L’impédance des liaisons ZL dépend de leur résistance, réactance linéiques et de leur
longueur. La résistance linéique RL des canalisations se calcule par la formule suivante :
RL =ρ.L/S
Tels que :
S : section du conducteur ;
ρ: sa résistivité ;
L : sa longueur.
La réactance linéique des câbles est :
En haute tension : 0,1 à 0,15 Ω/Km.
4- Modélisation du réseau électrique du poste par la méthode des
impédances :

Figure 15: Modélisation du poste PJ-TPP par la méthode des impédances

38
Projet de fin d’études

ZPDE : l’impédance du réseau amont(PDE) ;


ZL : l’impédance de la ligne ;
ZC : l’impédance du départ 60KV ;
Zs-t : l’impédance de l’arrivée transformateur 60KV ;
Ztr : l’impédance du transformateur ;
Ztr-jdb : l’impédance de l’arrivée transformateur 11KV ;
Zjdb1 : l’impédance du jeu de barre 60KV ;
Zjdb2 : l’impédance du jeu de barre ;
11KV.Z0, Z1, Z2, Z3, Z4, Z5, Z6, Z7, Z8, Z9: les impédances des départs
D0, D1, D2, D3, D4, D5, D6, D7, D8, D9.Pour le résultat de calcul que nous avons effectué
(voir tableau 22 de l’annexe HT-1).

39
Projet de fin d’études

Chapitre IV-
Dimensionnement des jeux de barres HT/MT
1- Introduction :
En fait il y a pas de méthode standardisée pour le dimensionnement des jeux de barres,
néanmoins il y a une méthode de vérification des jeux de barres au niveau de l’intensité
admissible, de l’échauffement qu’ils peuvent supporter, de la contrainte électrodynamique due
aux courants de court-circuit, aussi bien vérifier la fréquence de résonance.
Ainsi, nous allons commencer par le dimensionnement des jeux de barres HT et MT tout en se
basant sur la norme IEC_60865_1 et sur le guide moyenne tension de Schneider.

2- Jeu de barres HT :
On a opté pour des jeux de barres de :
- Conducteur utilisé : Tube AGS ;
- La tension nominale du réseau : 60 KV ;
- La tension la plus élevée pour le matériel : 72,5 KV ;
- Section d’un tube: 30/40 (5,5 cm²) ;
- Périmètre de la section du tube : 12,56 cm ;
- Distance entre deux conducteurs principaux (deux phases) (d) : 150 cm ;
- Distance entre isolateurs d’une même phase(l) : 600 cm ;
- La température ambiante (θn) : 50°C ;
- Echauffement admissible (θ-θn) : 60°C ;
- La résistivité à 20°C ρ(ALU)=2,9 µΩ*cm ;
- Nombre de barres par phase : 1 tube/phase.

Le courant d’emploi susceptible de circuler dans le jeu de barre est estimé à partir du courant
assigné au niveau du primaire du transformateur de puissance.il est donné par :


La tenue thermique :

Selon la formule de MELSON & BOTH

Avec
K=K1*K2*K3*K4*K5*K6.
Le conducteur est un tube : K1=1;
Câble aérienne nu : K2=1;

40
Projet de fin d’études

Tube assimilé à une barre sur chant : K3=1 ;


Atmosphère calme à l’intérieur K4=1 ;
Sans ventilation artificielle K5=1 ;
1 tube K6=1.
(Pour le calcul de K voir ci-dessous)

Avec un déclassement de 15% prévu pour corriger les valeurs de la température ambiante
supérieur à 40°C on a donc :

Au passage du courant de c-c de courte durée (Ith) :

-La chaleur spécifique du métal (C): 0,23 Kcal/daN°C


-
-La masse volumique du métal

Cette valeur de température calculée nous renseigne sur la tenue thermique des différents
matériels en contact direct avec le jeu de barres.

Calcul des forces électromagnétiques :


Dans une installation triphasée dont les conducteurs principaux sont disposés avec les mêmes
entraxes sur un même plan, la force maximale pendant un court-circuit triphasé s’exerçant sur
le conducteur principal central et est donnée par :

Où :
- Ip3 : la valeur de crête du courant de court-circuit dans le cas d’un court-circuit triphasé
symétrique (pour le calculer on se réfère à la norme CEI 60909) ;
- l l’entraxe maximal des supports ;
- am : la distance équivalente entre conducteurs principaux.

D’où

)

Calcul des contraintes dans les conducteurs rigides et des forces sur les supports :
Les conducteurs peuvent être supportés de différentes façons, soit par des supports encastrés,
soit par des supports simples, ou par une combinaison de ces deux types. Pour le même

41
Projet de fin d’études

courant de court-circuit, les contraintes dans les conducteurs et les forces sur les supports
varient en fonction du type et du nombre de supports. Selon la norme CEI 60 865-1, les
équations données tiennent également comptes de l’élasticité des supports.
Les contraintes dans les conducteurs et les forces sur les supports dépendent également du
rapport entre la fréquence propre correspondante du système mécanique et la fréquence du
réseau électrique. Par exemple, dans le cas de résonance ou d’une situation proche de la
résonance, les contraintes et les forces dans le système peuvent être amplifiées. Si fc/f est
inférieur à 0,5 la réponse du système décroit, et les contraintes maximales se situent dans les
phases extérieures.

- Calcul des contraintes dans les conducteurs rigides :


Un conducteur est présumé rigide lorsque les forces axiales sont négligées. Dans cette
hypothèse, les forces exercées sont des forces de flexion et l’équation générale pour la
contrainte de flexion provoquée par les forces entre les conducteurs principaux est :

Z est le module de section du conducteur principal et doit être calculé selon la direction des
forces entre conducteur principaux.
)
Dans notre cas il s’agit d’un tube d’où :
Avec
D : le diamètre extérieur du tube.
d : le diamètre intérieur du tube.
sont des facteurs qui tiennent du phénomène dynamique et β est facteur dépendant
du type et du nombre de supports. Les valeurs de ces facteurs sont à déterminer suivant les
tableaux 23 et 24 de l’annexe HT-1.
Suivant les deux tableaux on a :

D’où

- Contrainte admissible dans un conducteur :

Un conducteur unique est supposé capable de supporter les forces de court-circuit lorsque :

Où Rp0,2 est la contrainte correspondant à la limite élastique.


Pour l’AGS on a Rp0, 2=240 MPa
Le facteur q doit être pris selon la figure 34 de l’annexe HT-1

Remarque :
Après avoir effectué le calcul nous avons constaté qu’un jeu de barres (tube) de section 30/40
n’est pas conforme. Pour cela nous avons créé une macro VBA sous Excel qui nous a permet
de choisir la section convenable qu’est de 70/80.

42
Projet de fin d’études

- Calcul des forces exercées sur les supports de conducteurs rigides :


Toujours selon la norme CEI 60 865-1 la force dynamique Fd doit être calculée à partir de

Où Vf et Vr sont donnés dans le tableau 23 de l’annexe HT-1 et α dans le tableau 24 de


l’annexe HT-1.
Il s’agit dans notre cas de deux supports simples ce qui implique l’égalité de l’effort au niveau
des deux extrémités.
Donc pour un tube de 70 /80 on a : Fd=1478,42 N.
Ce qui impacte directement le choix des matériels en contact direct avec le jeu de barres en
particulier les supports isolateurs.
Choix des isolateurs :

Le dimensionnement des isolateurs sera effectué en se basant sur la publication 60815 de la


CEI.
Le niveau de pollution est déterminé à partir du tableau 25 de l’annexe HT-1 :
Le poste PJ-TPP se situe dans une zone très polluée donc on va choisir le niveau IV qui
correspond à 31mm/KV.
La ligne de fuite en mm est égale au produit de la tension la plus élevée entre phases du
réseau(en KV) et la ligne de fuite minimale à respecter en mm/KV, dans notre cas on a :
)
Donc le choix d’un isolateur est bien déterminé à partir de ces deux caractéristiques
principales définies par la ligne de fuite et de la contrainte admissible supportée par ces
isolateurs.
On va utiliser des isolateurs en porcelaine. Pour leurs caractéristiques, elles se déterminent à
partir du tableau 26 de l’annexe HT-1.
- Calcul de la fréquence propre appropriée :
La fréquence propre correspondant à un conducteur peut être calculée à partir de

Le facteur γ dépend du type et du nombre de supports et est indiqué dans le tableau-8 (de
l’annexe HT-1):
Dans notre cas il s’agit des supports simples d’où γ=1,57
- E : Module de young
Pour l’AGS on a E= 69 MPa
- m’ : la masse d’un conducteur principal par unité de longueur
Pour l’AGS on a
- J : Moment quadratique de la section d’un conducteur principal son expression pour un
cylindre creux est donnée par :

43
Projet de fin d’études

( )

D’où la fréquence propre du conducteur est fc=0,25 Hz


Une fréquence propre bien loin de la fréquence du réseau, ce qui confirme la conformité du
jeu de barres en termes de contrainte et de fréquence propre.
Remarque :
C’est bien évidement laborieux d’effectuer ces calculs. Pour cela nous avons élaboré une
macro VBA sous Excel afin de nous faciliter la tâche surtout au niveau du calcul (voir annexe
HT-2)
3- Jeu de barres MT :
Pour les jeux de barres moyenne tension du poste PJ-TPP ce sont des jeux de barres insérés
dans des cellules préfabriquées, de là nous avons adopté pour la méthode de vérification de
ces jeux de barres une méthode simplifiée citée dans le guide technique de Schneider qu’est
basée sur la norme CEI 60 865-1.
Pour cela nous avons les données de base suivantes :
- Conducteur utilisé : cuivre ;
- La tension nominale du réseau : 10 KV ;
- La tension la plus élevée pour le matériel : 12 KV ;
- Section d’une barre : 125*5 (6,25 cm²) ;
- Périmètre d’une barre : 26 cm ;
- Distance entre phase (d) : 15 cm (c’est la distance minimale selon le document de
référence ONE) ;
- Distance entre isolateurs d’une même phase(l) : 13 cm (c’est la distance minimale selon le
document de référence ONE) ;
- La température ambiante (θn) : 50°C ;
- Echauffement admissible (θ-θn) : 60°C ;
- La résistivité à 20°C ρ (CU à 20°C)=1,83 µΩ*cm ;
- Nombre de barres par phase : 2 barres/phase.

Le calcul du courant d’emplois circulant dans le jeu de barres MT est estimé à partir du
courant secondaire du transformateur de puissance.
Nous avons

- La tenue thermique :

Selon la formule de MELSON & BOTH

K=K1*K2*K3*K4*K5*K6
Le rapport e/a=0, 04 : K1=1, 63 ;
Câble nu : K2=1 ;
Barre sur chant : K3=1 ;

44
Projet de fin d’études

Atmosphère calme à l’intérieur : K4=1 ;


Sans ventilation artificielle : K5=1 ;
2 barres : K6=1.

Avec un déclassement de 15% prévu pour corriger les valeurs de la température ambiante
supérieur à 40°C, on a donc :

- Au passage du courant de c-c de courte durée (Ith) :

-La chaleur spécifique du métal (C): 0,091 Kcal/daN°C


-
-La masse volumique du métal
Donc :

)
Donc il faut que les matériels qui seraient fournis à l’intérieur de la cellule soient capables de
supporter cette contrainte thermique due au passage du courant de court-circuit.
- La tenue électrodynamique :
La force électrodynamique se calcule par la formule suivante :

Avec :
Idyn : la valeur crête du courant de court-circuit en A

D’où
- L’effort en tête des traversées :
L’effort en tête des traversées est donné par :

On a choisi un isolateur de H4-95 avec : H=17,5 cm


On a aussi h= 0,25 cm
D’où

- La tenue mécanique des barres :

C’est la contrainte de flexion provoquée par les forces entre les conducteurs principaux, en
l’occurrence les barres. Elle est donnée par :

45
Projet de fin d’études

À partir du tableau 27 de l’annexe HT-1 qui définit le module d’inertie d’une barre et le
moment d’inertie d’une section d’une barre par rapport à l’axe xx’:
On a suivant le tableau -11-: ,
Donc :

Par suite la contrainte de flexion est :

Donc les supports isolateur et tout autre appareil en contact direct avec le jeu de barres doit
être capable de supporter cette contrainte mécanique en plus de la contrainte thermique.
- La fréquence propre de résonance :

La fréquence propre de résonance est calculée par la formule suivante :

Avec : daN/cm² ; m=0,071 daN/cm

Donc le jeu de barres moyenne tension est conforme en termes de contrainte mécanique,
thermique et en termes de fréquence de résonance car on est trop loin de 50 Hz.

46
Projet de fin d’études

Chapitre V-
Dimensionnement des réducteurs de mesures
1- Introduction :
Les dispositifs de protection ou de mesure nécessitent de recevoir des informations sur les
grandeurs électriques des matériels à protéger. Pour des raisons techniques, économiques et
de sécurité, ces informations ne peuvent pas être obtenues directement sur l’alimentation
haute tension des matériels ; il est nécessaire d’utiliser des dispositifs intermédiaires
dénommés réducteurs de mesure ou capteurs.
2- Dimensionnement des transformateurs de courant TC :
Le transformateur de courant est utilisé pour alimenter les dispositifs de mesure et de contrôle
de commande. Pour cela, il doit délivrer au secondaire un courant proportionnel au courant
primaire et déphasé de celui-ci d’un angle voisin de zéro .Le secondaire est connecté sur une
faible impédance (utilisation en quasi court –circuit).
Pour dimensionner les transformateurs de courants on va se baser sur le guide CEI60044-1 et
le Guide des protections des réseaux industriels.

- Caractéristiques et définitions des paramètres du transformateur de courant :


Le transformateur de courant doit être adapté aux contraintes liées aux dispositifs de
protection, de mesure et de comptage. Les caractéristiques des transformateurs de courant ne
sont pas valables que pour des conditions normales d’utilisation.

- Courant assigné au primaire I1 :


C’est la valeur du courant primaire d’après laquelle sont déterminées ses conditions de
fonctionnement. Les valeurs normales des courants primaires assignés sont:
10 – 12,5 – 15 – 20 – 25 – 30 – 40 – 50 – 60 – 75 A. et leurs multiples ou sous-multiples
décimaux.
Les valeurs préférentielles sont soulignées.

- Courant assigné au secondaire I2:


C’est la valeur du courant secondaire d’après laquelle sont déterminées ses conditions de
fonctionnement. Il est égal à 1 ou 5 A.
- 5 A est utilisé quand les appareils de mesure se trouvent à proximité des transformateurs,
moins de 10 m.
- 1 A de préférence quand la distance séparant le transformateur de courant et l’appareil de
mesure est élevée.
Remarque : Pour le poste PJ-TPP, le cahier des charges exige un courant secondaire de 5A.

- Rapport de transformation :
C’est le rapport entre le courant assigné au primaire et le courant assigné au secondaire.

- Puissance de précision :

47
Projet de fin d’études

C’est la puissance apparente (en VA à un facteur de puissance spécifiée) que le


transformateur peut fournir au circuit secondaire pour le courant secondaire assigné et la
charge de précision sur laquelle sont basées les conditions de précision.
Les valeurs normalisées sont :
10- 15 - 25 - 30 - 50 - 75 - 100 - 150 - 200 - 300 - 400 - 500 VA.

- Classe de précision (cl) :


Elle définit les limites d’erreurs garanties sur le rapport de transformation et sur le déphasage
dans des conditions spécifiées de puissance et de courant.

- Les classes de précisions :


Les classes de précisions à choisir pour les TC de mesure sont :
- 0.5 pour les mesures industrielles et comptages statistiques/ tarifaire
- 1 pour les indications de tableau et comptages statistiques.
- 0.2 pour les mesures de laboratoire et comptages précis de facturation.
La norme CEI 185 donne les erreurs maximales de courant et de déphasage en fonction de la
classe de précision et du pourcentage du courant primaire assigné :

Tableau 4 : Erreurs maximales de courant et de déphasage en fonction de la classe de


précision pour les TC utilisés pour la mesure.

% Courant primaire Erreur de déphasage


Classe de précision Erreur courant %
Assigné Mn
5 0.75 30
20 0.35 15
0.2
100 0.2 10
120 0.2 10
5 1.5 90
0.5 20 0.75 45
100 0.5 30
120 0.5 30
5 3 180
20 1.5 90
1
100 1 60
120 1 60

Exemple de transformateur de courant utilisé pour la mesure :


Pour un transformateur de courant de 500/1A 15VA cl 0.5
- Courant primaire assigné 500A.
- Courant secondaire assigné 1A.
- Classe de précision : 0.5.
- Puissance de précision 15 VA.

48
Projet de fin d’études

- Pour un courant entre 100% et 120% du courant nominal, l’erreur en courant est
inférieure à ±0.5% et l’erreur en déphasage est inférieure à ±30 mn
- Pour un courant entre 20% et 100% du courant nominal, l’erreur en courant est inférieure
à ±0.75% et l’erreur en déphasage est inférieure à ±45mn.

- Classe de protection :
Concernant le TC de protection les classes de précision sont relatives aux types des
protections utilisées.
- Protection ampéremétrique : classe 10P parfois 5P
- Protection homopolaire : classe 5P.
- Protection différentielle : classe X.
La classe X est une classe de précision définie par la norme anglaise BS3938 et la norme
CEI 60044-1 sous l’appellation classe PX. Cette classe est définit par tension de coude Vk
minimale, le courant secondaire assigné, la résistance maximale de l’enroulement secondaire
du transformateur de courant et le courant magnétisant maximale à la tension de coude
assignée.

- Tension de coude assignée Vk :


A la fréquence assignée, c’est la valeur de la tension appliquée aux bornes de secondaire, qui
augmenté de 10% provoque un accroissement maximal de 50% du courant magnétisant.

- Résistance maximale de l’enroulement secondaire Rct :


C’est la résistance maximale de l’enroulement corrigé à 75 °C ou à la température maximale
de service si celle-ci est supérieure à 75 °C.

- Courant magnétisant maximal (Im) :


C’est la valeur du courant magnétisant à la tension de coude assignée, ou à un pourcentage
spécifié de celle-ci :

49
Projet de fin d’études

Figure 16: La tension de coude en fonction du courant magnétisant

- Facteur limite de précision (FLP) :


Le facteur limite de précision est le rapport entre :
- le courant limite de précision pour lequel l’erreur est garantie inférieure à 5ou 10 % selon
la classe de précision est 5P ou 10P.
- le courant primaire assigné.
Il est donné par la formule suivante issue du guide de Schneider :

)
)

Les valeurs normalisées du FLP sont 5-10-15-20-30.


3- Dimensionnement des transformateurs de tension (TT) :
Les transformateurs de tension sont destinés à donner au secondaire une tension
proportionnelle à celle appliquée au primaire. Ils mesurent la tension destinée au comptage et
à la protection.

- Tension primaire assignée (Upr) :


Suivant leur conception, les transformateurs de tension seront raccordés soit entre phase et
terre soit entre phase et phase.

50
Projet de fin d’études

- Tension secondaire assignée(Usr) :


La tension secondaire assignée des transformateurs de tension raccordés entre phases est 100
ou 110 V.
La tension secondaire assignée des transformateurs de tension, monophasés destinés à être
branchés entre phase et terre, doit être divisée par√ .

- Puissance de précision :
Elle est exprimée en VA, c’est la puissance apparente que le transformateur de tension peut
fournir au secondaire lorsqu’il est branché sous sa tension primaire assignée et raccordé à sa
charge de précision .elle ne doit pas introduire d’erreur dépassant les valeurs garanties par la
classe de précision.
Les valeurs normalisées sont :
10-15-25-30-50-75-100-150-200-300-400-500-VA
- Classe de précision :
Elle définit les limites d’erreurs garanties sur le rapport de transformation et sur la phase dans
des conditions spécifiées de puissance et de tension.

Dimensionnement des réducteurs de mesure du poste PJ-TPP :

- Exemple de calcul :
Dimensionnement des réducteurs de mesure sur le départ 60KV :
La méthode de dimensionnement des réducteurs de mesure se diffère d’un constructeur
(fournisseur) à un autre, pour notre projet on a suivi la méthode du constructeur Schneider.
Choix du TC (CT-1) :
- La puissance de précision :
Cette puissance est calculée par la formule suivante :
Pn= (([Ual/FLP]/Ins)-Rct)*Ins2
Avec :
FLP : Facteur limite de précision.

Ins : Le Courant assigné au secondaire ; Ins = 5 A


- Inp : Le Courant assigné au primaire ; Inp =400 A
- Rct = Résistance du TC prise du catalogue ; Rct = 0.8 Ω
- Ual : La tension limite de précision.
Ual=Icc*(Ins/Inp)*(Rct+Rc)
Avec :
- Icc = courant de court-circuit de départ 60 KV (Icc = 25KA)
- Rc = (Re + Rf) : Résistance (relais+filerie).
Or Rc= 0.08 + 0.157 = 0.237 Ω
- Rf = = 0.157 Ω
- ρ: La résistivité de cuivre
- S=10 mm² section de filerie exigée par le cahier de charge.

51
Projet de fin d’études

l : la distance entre le TC et le relais de protection.

Figure 17: Schéma d’un TC et son circuit aval

- La protection différentielle transformateur :


La tension de coude est calculée pour les transformateurs de courant de classe PX assurant la
protection différentielle.
La protection différentielle du transformateur : la tension de coude est calculée suivant la
formule suivante :
VK1=A*Ib*(Rct +2Ri)
Où :
- Ib : courant nominal du transformateur de puissance au secondaire du TC.
- Ri : résistance de filerie.
- A : constante dépendant de la puissance du transformateur de courant.
- A=30 pour 2MVA<Sn<14MVA
- A=24 pour 15MVA<Sn<39MVA
- A=16 pour 40MVA<Sn<70MVA
Dans notre exemple on a :
- Sn=35MVA d’où A=24.
- U2=10KV, U1=60KV, In1=In2=5A, I1=400A, I2=2000A.
√ ))

√ ))
Ib1 = 4,20 A et Ib2 =5,05 A
Donc pour le TC au primaire transformateur de puissance on a :
VK1 >= 121 (Rct +2Ri)
Et pour le TC côté secondaire du transformateur on a :
VK2 >= 100,8 (Rct +2Ri)

- La protection différentielle jeu de barres :


La tension de coude est calculée suivant la formule suivante :
Vk =2*If* (Rct +2Ri)
Avec: if =25 *(5/400) = 313.5 A
Donc : VK1 >= 625 (Rct +2Ri)

52
Projet de fin d’études

- La protection différentielle ligne :


La tension de coude est calculée suivant la formule suivante :
Vk min = + If * (Rct +2Ri)
Donc Vk >= + 25* * (Rct +2Ri)
Vk >=10 + 312.5* (Rct +2Ri)

Le tableau suivant présente les valeurs caractéristiques du TC :

Tableau 5: Récapitulatif des réducteurs de mesure

Classe Puissance Tension


Rapport de FLP
Tranche TC Fonctions de de de
transformation min
précision précision coude
25-32N-
CT-1 50-50N- 400/5A 5P 13,44 50 VA -
51-51N
Départ 60 KV
CT-2 400/5A CL-0.2 20 VA -
CT-3 87P 400/5A CL-PX 50 VA 420 V
CT-4 87B 400/5A CL-PX 50 VA 420 V
50-51-
CT-1 49-51N- 400/5A 5P 13,44 50 VA -
32N-51G
Tranche
transformateur CT-2 400/5A CL-0.5 20 VA -
CT-3 87B 400/5A CL-PX 50 VA 696 V
CT-1 87T-64R 400/5A CL-PX 50 VA 134,8 V
CT-2 87T-64R 2000/5A CL-PX 50 VA 112,3 V
CT-1 2000/5A CL-0.5 20 VA -
Départ
50-50N-
transformateur
CT-2 51-51N- 2000/5A 5P 16,18 50 VA -
Arrivé MT
59G
CT-1 2000/5A CL-0.5 20 VA -
Tranche général 50-51-
CT-2 2000/5A 5P 16,18 50 VA -
50N-51N
50-51-
CT-1 51G- 600/5A 5P -
Tranche départ
50N-51N
MT
CT-2 600/5A CL-0.5 -

53
Projet de fin d’études

Chapitre VI-
Plan de protection
1- Introduction :
Les dispositifs de protection surveillent en permanence l’état électrique des éléments
d’un réseau et provoquent leur mise hors tension (par exemple l’ouverture d’un
disjoncteur), lorsque ces éléments sont le siège d’une perturbation indésirable: court-
circuit, défaut d’isolement, surtension,…etc. Le choix d’un dispositif de protection n’est
pas le fruit d’une réflexion isolée, mais une des étapes les plus importantes de la conception
d’un réseau électrique.

2- Fonctions de protection :
Les fonctions de protection sont réalisées par des relais ou des appareils multifonctions. A
l’origine, les relais de protection étaient de type analogique et effectuaient généralement
une seule fonction. Actuellement, la technologie numérique est la plus employée. Elle
permet de concevoir des fonctions de plus en plus évoluées et un même appareil réalise
généralement plusieurs fonctions. C’est pourquoi, on parle plutôt d’appareils multifonctions.
3- Les relais de protections :
Définition :
Les relais de protection sont des appareils qui reçoivent un ou plusieurs informations
(signaux) à caractère analogique (courant, tension, puissance, fréquence, température,…etc.)
et le transmettent à un ordre binaire (fermeture ou ouverture d’un circuit de commande)
lorsque ces informations reçues atteignent les valeurs supérieures ou inférieures à certaines
limites qui sont fixées à l’avance, donc le rôle des relais de protection est de détecter tout
phénomène anormal pouvant se produire sur un réseau électrique tel que le court-circuit,
variation de tension…etc. Un relais de protection détecte l’existence de conditions anormales
par la surveillance continue, détermine quels disjoncteurs ouvrir et alimente les circuits de
déclenchement.
Le plan de protection proposé est réparti sous forme de tranches :
- Tranche départ 60 KV ;
- Tranche transformateur 60/10KV ;
- Tranche arrivée 10KV ;
- Tranche départ MT ;
- Tranche jeu de barres.

54
Projet de fin d’études

Choix des relais de protection :


Tableau 6: Les types de relais choisis pour chaque fournisseur

solution
Tranche Relais Type de protection code ANSI solution GE
Areva
Contrôle de synchronisme 25
Protection wattmétrique
32N
homopolaire
Maximum de courant de
Tranche départ Relais 1 phase 50/51 P442 ou C264 F650
60 KV instantané/temporisé
Maximum de courant
50N/51N
terre instantané/temporisé
Minimum de tension 27
Relais 2 Différentielle ligne 87L P521 L30
Image thermique 49
Protection wattmétrique 32N
Maximum de courant de
phase 50/51
Relais 1 instantané/temporisé P442 ou C264 F650
Maximum de courant
Tranche 51N
terre temporisé (3 TC)
Transformateur
Maximum de courant
terre temporisé (TC ou 51G
tore)
Différentielle
87T
transformateur
Relais 2 P642 T35
Différentielle de terre
64R
restreinte
Maximum de courant de
phase 50/51
instantané/temporisé
Arrivée MT Relais 1 P142 F650
Maximum de courant
50N/51N
terre instantané/temporisé
Minimum de tension 27
Maximum de courant de
phase 50/51
Départ MT Relais 1 instantané/temporisé P142 F650
Maximum de courant
50N/51N
terre instantané/temporisé

55
Projet de fin d’études

solution
Tranche Relais Type de protection code ANSI solution GE
Areva
Maximum de courant
terre temporisée (TC ou 51G
tore)
Maximum de courant de
phase 50/51
instantané/temporisé
Relais
Maximum de courant P143 F650
Tranche jeu de pour MT 50N/51N
terre instantané/temporisé
barre
Maximum de tension 59
Minimum de tension 27
Relais Maximum de tension 59
P143 B30
pour HT Minimum de tension 27
Tranche Différentielle jeu de
Relais 1 87B P741 B90
différentielle barres

Compte tenu du rapport qualité/prix, on a choisi comme solution, les relais GE.
4- Réglage des protections :
Définitions des protections :
Protection différentielle :
Le principe de la protection différentielle consiste à comparer deux courants d’une même
phase qui normalement sont égaux .si le courant qui rentre dans la zone protégée n’est pas
égal au courant sortant de cette zone, la différence des courants des extrémités de la zone
protégée donne la mesure du courant de défaut.

Protection différentielle jeu de barres (fonction 87B)

Figure 18: Schéma de protection différentielle à haute impédance

La protection d’un jeu de barres est une protection différentielle à haute impédance.
La protection va comparer la somme des courants entrant sur le jeu de barres à la somme des
courants sortant du jeu de barres en défaut.
Introduction d’une résistance de stabilisation dans la branche différentielle :

56
Projet de fin d’études

Pour pallier le problème des déclenchements intempestifs, il faut s’assurer qu’en cas de
saturation d’un ou deux transformateurs de courant lors d’un court-circuit extérieur à la zone
protégée, le courant traversant la branche différentielle est inférieur au seuil de réglage de la
protection. Pour cela, on introduit une résistance Rs dans la branche différentielle pour
augmenter l’impédance du circuit.
On prend: Rs= (Rf+Rct)*Iscc/Ir
Rct : résistance au secondaire du TC
Rf : résistance de la filerie
La condition à respecter pour ne pas avoir de déclenchement intempestif lors d’un circuit en
aval du jeu de barres est : Rs≥ (Rf+Rct) Icc/Ir

Protection différentielle ligne (fonction 87L)

Figure 19: Schéma de protection différentielle à pourcentage

Cette protection différentielle est à pourcentage afin d’éviter les déclenchements intempestifs.
Elle est activée lorsque le courant différentiel atteint un certain pourcentage traversant.
Pour pallier le risque de déclenchement intempestif, la protection ne déclenchera que si le
courant d’entrée est supérieur à une valeur minimale de charge I0.
La protection sera activée lorsque : Ip-Is>K*Ip+I0
Avec Ip : le courant traversant ;
Is : le courant entrant ;
K : coefficient du relai à pourcentage.

Figure 20: Courbe de déclenchement de la protection différentielle

57
Projet de fin d’études

Protection contre la perte du synchronisme (la fonction 25) :


La fonction vérifie si les écarts des grandeurs en amplitude, phase et fréquence entre les
circuits à coupler sont tolérables pour décider la fermeture du disjoncteur de couplage.
L’option de contrôle de synchronisme sert à autoriser le ré-enclenchement du disjoncteur :
Il permet de vérifier que les écarts de tension en amplitude et en phase et les écarts de
fréquence entre les circuits à coupler sont acceptables dans les limites prévues pour autoriser
la fermeture des disjoncteurs.

Protection minimum de tension MU (la fonction 27)


Les protections à manque de tension HT sont utilisées pour déclencher les disjoncteurs des
départs HT lors d’une absence de tension détectée sur le jeu de barres et sur les lignes du
poste.
Détection de pompage(APR) :
Les perturbations affectant le réseau de transport peuvent être à l’origine des oscillations des
grandeurs électriques. Ces oscillations provoquent des variations de phase et d’amplitude des
tensions entre les parties oscillantes du réseau qui se traduisent par des fluctuations de
l’impédance vue par la protection de distance. La fonction anti-pompage assure la stabilité des
éléments de mesure de distance et évite les fonctionnements intempestifs lors de ces
oscillations.
Pour discriminer les défauts des pertes de synchronisme, on joue sur le fait qu'un défaut
provoque une variation brutale de l'impédance. Alors que la perte de synchronisme provoque
une variation progressive de cette impédance. Si, entre l'instant où l'impédance passe d’une
valeur Z1 et celui où il passe par une autre valeur Z2, il s'écoule un temps supérieur à t = 15
ms (variation progressive) par exemple, la protection est bloquée pendant une durée de 2s par
exemple. C'est la fonction anti pompage.

Protection contre les défauts à la terre


Cette protection sert à protéger les départs contre les défauts à la terre.
Il y a deux méthodes pour caractériser le courant résiduel:
- Par la mesure directe sur le TC tore,
- Par le calcul à partir de trois TC phase

Protection triphasée contre les surcharges et les courts-circuits entre phases


La protection ampéremétrique constitue la protection de base d'un réseau. Elle doit être à la
fois sensible et rapide afin de limiter les contraintes subies par le matériel pendant la durée
d'un défaut (efforts électrodynamiques et effets thermiques).
D'autre part, elle doit être sélective, c'est-à-dire capable d'éliminer uniquement l'élément en
défaut et de préserver l'alimentation électrique des éléments sains.

Protection directionnelle de puissance homopolaire (la fonction 32N) :


Les protections directionnelles de terre sont généralement requises lorsque l’on est confronté
à des problèmes de courants capacitifs importants par rapport à la sensibilité du réglage que
l’on souhaite adopter pour le relais de protection; l’objectif étant d’éliminer le plus
rapidement possible et uniquement le départ en défaut (principe de base de la sélectivité), tout
en le protégeant, bien évidemment.

58
Projet de fin d’études

Pour que nos relais directionnels de terre fonctionnent, le défaut se doit d’être bien sûr en aval
de la protection, d’avoir une durée supérieure à la temporisation réglée sur l’appareil, et il
faut, et c’est la condition sine qua non, que la composante active homopolaire du courant soit
supérieure au seuil de l’appareil Et pour assurer la directionnalité, l’unité homopolaire de nos
relais est équipée de deux entrées :
- La première ampéremétrique.
- La seconde voltmétrique.

Figure 21: Principe de fonctionnement de la protection directionnelle homopolaire

Cela signifie, que même si le courant de défaut a une valeur supérieure au seuil de l’appareil
mais que sa composante active homopolaire (projection du courant de défaut sur l’axe
horizontal : Id cos ϕ) est inférieure au réglage du relais (Is), la protection ne fonctionnera pas.
Mais dans le cas où cette composante active homopolaire est supérieure au seuil de l’appareil
(Is), le fonctionnement du relais n’est pas encore effectif. En effet, pour qu’il y ait
déclenchement, il faut encore que la tension homopolaire mesurée par le relais soit également
supérieure au seuil d’autorisation de fonctionnement réglé sur la protection (Uos).
Ce principe revient, dans ces conditions, à mesurer une puissance wattmétrique homopolaire.

Figure 22: Zone de fonctionnement des protections directionnelles de terre

59
Projet de fin d’études

Protection du transformateur 60/10KV


A-Protection externes :
Protection différentielle de transformateur (la fonction 87T) :
La protection différentielle transformateur est une protection principale aussi importante que
les protections internes transformateur. Cette protection à une sélectivité absolue, il lui est
demandé, en plus, d'être très stable vis-à-vis des défauts extérieurs.
Le principe de fonctionnement de la protection est basé sur la comparaison des courants
rentrants et des courants sortants du transformateur.
Cette protection s'utilise:
- Pour détecter des courants de défaut inférieurs au courant nominal,
- Pour déclencher instantanément puisque la sélectivité est basée sur la détection et non sur
la temporisation.

Protection terre restreinte (la fonction 64REF) :


Il s’agit d’une protection différentielle qui détecte la différence des courants résiduels mesurés
sur la mise à la terre du neutre d’une part et sur la sortie triphasée du transformateur d’autre
part., elle est utilisée pour protéger un transformateur contre les défauts à la terre.
B-Protections internes :
Protection masse cuve (la fonction 50/51) :
C’est une protection rapide, détectant les défauts internes au transformateur, est constituée par
le relais de détection de défaut à la masse de cuve (Fig.16). Pour se faire, la cuve du
transformateur, ses accessoires, ainsi que ses circuits auxiliaires doivent être isolés du sol par
des joints isolants. La mise à la terre de la cuve principale du transformateur est réalisée par
une seule connexion courte qui passe à l’intérieur d’un TC tore qui permet d’effectuer la
mesure du courant s’écoulant à la terre.
Tout défaut entre la partie active et la cuve du transformateur est ainsi détecté par un relais de
courant alimenté par ce TC. Ce relais envoie un ordre de déclenchement instantané aux
disjoncteurs primaires et secondaires du transformateur.

Figure 23: Protection de masse cuve

Une protection de cuve sera prévue contre les défauts à la terre qui se produisent à l’intérieur
du transformateur. La cuve du transformateur doit être isolée de la terre.

60
Projet de fin d’études

La protection de cuve (Fig.16) est constituée par un relais à maximum de courant, alimenté
par un TC du genre tore dont le primaire est une jonction visible et continue entre la cuve du
transformateur et le réseau de terre.
Image thermique (la fonction 49) :
Elle est utilisée pour protéger les machines (moteur, alternateur et le transformateur de
puissance) contre les surcharges. Pour détecter l’existence d’une surcharge, elle fait une
estimation de l’échauffement des bobines primaire et secondaire à protéger à partir de la
mesure du courant
Relai Buchholz :
Les arcs qui prennent naissance à l’intérieur de la cuve d’un transformateur
décomposent certaine quantité d’huile et provoquent un dégagement gazeux. Les gaz produits
montent vers la partie supérieure de la cuve du transformateur et de là vers le conservateur à
travers un relais mécanique appelé relais Buchholz.
Ce relais est sensible à tout mouvement de gaz ou d’huile. Si ce mouvement est faible, il
ferme un contact de signalisation (alarme Buchholz). Par ailleurs, un ordre de déclenchement
est émis au moyen d’un autre contact qui se ferme en cas de mouvement important. Les gaz
restent enfermés à la partie supérieure du relais, d’où ils peuvent être prélevés, et leur examen
permet dans une certaine mesure de faire des hypothèses sur la nature du défaut.
- Si le gaz n’est pas inflammable on peut dire que c’est l’air qui provient soit d’une poche
d’air ou de fuite d’huile.
- Si les gaz s’enflamment, il y a eu destruction des matières isolantes donc le transformateur
doit être mis hors service.

Figure 24: Relais Buchholz

61
Projet de fin d’études

5- réglages de protections :
Protection départ MT :
Relais ampéremétrique de phase :
Les relais doivent être réglés en intensité à une valeur inférieure au plus petit courant de
défaut susceptible de se manifester entre phase.
Ce courant est celui qui résulte d’un défaut biphasé sans contact à la terre à l’extrémité du
réseau lorsque la tension des transformateurs d’alimentations est la plus basse possible.
Réglage :
L’intensité de réglage Ir doit être inférieure à l’intensité Iccb et par suite des possibilités de
surcharge des transformateurs de courant, on prend :
1,3 Intc < Ir <0,8 Iccb(BT)

- Intc: Courant nominal au secondaire du TC égal à 5A.


- Ir: Le courant de réglage du relais.
- Iccb : Courant de court-circuit biphasé.

Iccb=0,86*Icc3= 13,52 KA Avec : Icc3 = 15,72 KA


Le calcul doit être ramené au côté BT (en divisant par le rapport de transformation du TC),
pour l’adapter au relais :
)

Donc : 6,5 A < Ir < 43 A


Réglage à adopter :
Le premier seuil (de surcharge): Irh(BT) = 6,5A.
Le deuxième seuil (de court-circuit) : Ir(BT) = 43A.
Temporisation= 0,2 sec.

Protection homopolaire :
Lorsqu’un départ est le siège d’un défaut monophasé, son relais homopolaire est traversé par
un courant Ih qui varie en fonction de la résistance du défaut, de l’impédance de mise à la
terre du neutre HTA, de la tension HTA et de la capacité homopolaire du réseau.
L’intensité de réglage Ih du relais homopolaire doit être la plus faible possible afin de détecter
des défauts dont la résistance est la plus grande possible.
Réglage :
La protection est alimentée par la somme des courants secondaires des TC.
Le réglage doit respecter deux conditions :
Ih > 6% InTC et Ih > 1,2* 3 Ico
Avec :
3 Ico=3*V*Co*ω
Co : capacité homopolaire en µF.
V : tension simple au secondaire du transformateur 10KV/√
Pour les lignes MT en général : 3Ic0=3,16 A/Km
- I capacitif =3,16 *(5/1250)=0,01A, avec L= 1Km

62
Projet de fin d’études

- 6% * InTC=0,06*5=0,3 A
Réglage à adopter : Iro(BT) = 0,3 A
Protection arrivé MT:
Relais ampéremétrique de phase :
L’intensité de réglage Ir doit satisfaire les deux conditions suivantes :
- Etre assez élevée pour permettre d’utiliser les possibilités de surcharge du transformateur
sans risque de déclenchements intempestifs.
- Etre aussi faible que possible pour que la protection d’arrivée assure le secours aux
protections de départs.
Seuil de surcharge :
On prendra :
Irh > 1,6 Int
Avec :
Int : L’intensité nominale au primaire du transformateur HT/MT égale à :

Sn
I nt 
3  U nt

Sn : Puissance nominale du transformateur égal à 35MVA


Unt : Tension nominale au secondaire du transformateur égale à 10 KV
Donc :
Int=2023A ; donc Irh > 3237A
Donc : Irh(BT)>3237*(5/2500) = 6,5A
Réglage à adopter : Irh(BT) = 6,5A
Temporisation= 0,5 sec

Relais de courant homopolaire :


Pour effectuer correctement le réglage de l’arrivée, il faut savoir que le courant vu par la
protection homopolaire de l’arrivé n’est pas le même que celui vu par la protection du départ
en défaut. Le réglage de cette fonction doit satisfaire les conditions suivantes :
Ih = 1,2*Ihmax/β
Avec :
Ihmax : seuil de réglage du relais homopolaire de départ le plus élevé.
β: rapport entre le courant résiduel du départ (3IoDd) et le courant résiduel de l’arrivé (3IoA).
β= |1-j (ᴦ-CDd) ωoZo|
Avec :
Zo : impédance homopolaire du circuit de mise à la terre du neutre
ᴦ : capacité total du réseau
CDd : capacité du départ en défaut.
Réglage :
β=1.
Ihmax=0,3*(1250/5)=75 A.
Donc : Ih=1,2*75=90 A.

63
Projet de fin d’études

Réglage à adopter : Iro(BT)=90*(5/2500)=0,18 A.

Protection pour contrôle d’une baisse de tension (la fonction 27)


Le seuil de tension :
Réglée à 80% de la tension nominale donc : V(BT) = 0,8*100/ √ = 46,2 V
Temporisée à 4 s.

Protection à maximum de tension homopolaire (la fonction 59G)


Cette fonction est utilisée pour détecter une surtension au niveau du neutre du transformateur
de tension causée par un défaut à la terre ou par la perte d’une ou de deux phases.
L’unité de tension est réglée à 10 V. Pour cette fonction en préconise une alarme après une
temporisation de 2 s sans déclenchement.
Protection du transformateur HTB/HTA:
Défauts internes :

Protection masse cuve :


La protection masse cuve protège le transformateur HTB/HTA. Elle est reliée au circuit de
terre du poste par une seule connexion sur laquelle est installée une protection
ampéremétrique à temps constant.
Réglage :
Seuil ampéremétrique : 60% du courant nominal du TC : 0,6*1 = 0,6A
Temporisation : instantané sans réglage.

Image thermique :
Les seuils utilisés pour les transformateurs sont :
- Alarme à 80°
- Déclenchement 90°

Protection Buchholz :
Cette protection est sensible à tous les défauts internes qui provoquent un arc électrique tels
que :
- Claquage ;
- Détérioration des circuits magnétiques ;
- Echauffements anormaux provoquant la décomposition de l’huile.
Elle ne peut donc être utilisée qu’en secours. Le flotteur peut actionner une alarme et conduire
à des actions préventives.

Protection contre le manque de circulation d’huile (arrêt pompe) :


Déclenchement du transformateur après une temporisation de 20 mn, en cas d’arrêt de
fonctionnement des pompes et lorsque la charge du transformateur est supérieure à 20 % de
sa charge nominale.
On choisira comme valeur de réglage Ir une valeur typique égale à 20% du courant nominal
du transformateur (2023A), soit donc : Ir(MT) =0.02*2023=40,5A
Cette valeur correspond à un courant de 0,08A (BT) au secondaire du TC avec un rapport de
TC de 2500/5A.

64
Projet de fin d’études

Défauts externes :

Protection à maximum de courant de phase:


C’est une protection contre les surcharges du transformateur, il est réglé à 2 fois l’intensité
nominale du transformateur :
Irh = 2*Int
Avec :
Int : L’intensité nominale au primaire du transformateur HT/MT égale à :

Sn
I nt 
3  U nt

Sn : Puissance nominale du transformateur égal à 35MVA


Unt : Tension nominale au primaire du transformateur égale à 60 KV
Int= 336,7 A ; Int(BT)= 336,7 *(5/400)=4,21A
Réglage à adopter : Irh = 8,42 A
Temporisation=0,8 s

Protection maximum courant homopolaire:

Le réglage doit être coordonné avec le réglage du relais homopolaire ampéremétrique de


l’arrivée :
Ir>1,2*(Ir arrivé) max

Ir arrivé(MT) = 0,18*(2500/5)=90 A
Ir=1,2*90=108 A
Ir au primaire du transformateur :
Ir=108/6=18 A
Donc : Ir(BT)=18*(5/400)=0,23 A.
Réglage à adopter : Ir(BT)=0,23 A.

Protection terre restreinte (la fonction 64R) :


Il s’agit d’une protection différentielle qui détecte la différence des courants résiduels mesurés
sur la mise à la terre du neutre d’une part et sur la sortie triphasée du transformateur d’autre
part.
Seuil de l’ordre de 10% de In.
In(BT)=4,04 A ; donc le seuil est 0,4 A.

Protection différentielle de transformateur (la fonction 87T)


Seuil d’insensibilité (seuil bas) :
Pour pallier le risque de déclenchement intempestif, la protection ne déclenchera que si le
courant d’entrée est supérieur à une valeur minimale de charge I0.
Io : seuil minimum de fonctionnement 30% de In
Io =0,3*2023=607 A
Donc : Io(BT)=607*(5/2500)=1,21 A

65
Projet de fin d’études

Seuil haut :
Afin d’assurer un déclenchement rapide lors des défauts importants dont l’intensité est
supérieur à 8In le déclenchement est instantané par voie indépendante de la caractéristique de
fonctionnement.
- Pente de 20%, allant de 0 au courant nominal In ;
- Avec les courants forts supérieurs à In, des erreurs supplémentaires peuvent être
progressivement introduites du fait de la saturation des TC ainsi pour compenser ces
erreurs une pente de 80% est convenable.

Tranche départ 60KV :


Protection contre la perte du synchronisme (protection de couplage entre deux réseaux) (la
fonction 25) :
Le réglage du contrôle de synchronisme est le suivant :

Tableau 7: Réglage du contrôle de synchronisme

Ecart de tension ΔV≤20%Vn


Ecart de fréquence ΔF ≤ 0,1Hz
Ecart de phase Δϕ ≤ 20 °
Temporisation ΔT : 0,5 sec

Protection manque de tension MU (la fonction 27) :


Réglée à 80% de la tension nominale donc : V(BT) = 0,8*100/√ =46,2 V

Protection directionnel de puissance homopolaire (la fonction 32N)


Réglage :
Pr seuil = 50 VA
Pour la protection type AREV :
Ir seuil = 1 A et K= 0.6 tinv = (0.6 * 50) / Pr
Pour la protection type ABB :
Ir seuil = 20%In = 0.84 A et k =0.6 tinv = (0.6 * 50)/ Pr

Détection de pompage(APR) :
Caractéristique d‘antipompage :
Les largeurs de bandes ΔR et ΔX sont tous les deux réglés entre 10% et 30% de R3Ph.
Avec :
R3Ph=Rch=0,8*60000/ (2*336)=71,5Ω
R3Ph(BT)=71,5*0,13=9,3 Ω, la valeur normalisée est 10  .
)
Avec : 0,13=Rapport (TT/TC) = )
Donc :
1 < ΔR < 3, On prend, ΔR=20% R3Ph=2 Ω

66
Projet de fin d’études

Pour protéger le réseau contre un défaut qui apparaît durant un pompage, les signaux de
verrouillage peuvent être inhibés sur des dépassements de seuil de courant. Ces critères
réglables de déverrouillage sont :
- Seuil de courant résiduel : réglé généralement à 20% In.
- Seuil de courant inverse : réglé généralement à 20% In.
- Seuil de courant de phase : réglé généralement à 1.5* In.
In =5A: le courant nominal.
Tableau 8: Caractéristique d'anti pompage

ΔR= ΔX 2Ω
(20% In) Seuil de courant résiduel I0 > 1A
(20% In) Seuil de courant de phase IN 7,5 A

(1,5 In) Seuil de courant inverse I i > 1A


Tempo de déverrouillage 5s

Le réseau est le siège de phénomène de pompage s’il est symétrique et si le point


d’impédance met au moins 5 ms pour traverser la bande ΔR.

Protection triphasée contre les surcharges et les courts-circuits entre phases (la fonction
51/50)
1er Seuil (seuil bas):
Le réglage doit être coordonné avec le réglage du relais ampéremétrique de la tranche
transformateur :
Ir>1,25*Ir (TR)
Ir(BT) =1,25* 8,42 =10,53 A.
Réglage à adopter : Ir(BT)=11 A.
Temporisation=1,1 s
2eme Seuil (seuil haut):
Iccb=0,86*Icc3=0,86*12,06 KA=10,37 KA
Donc Ir=0,8*10,37KA=8,3 KA
Ir(BT)=8300*(5/400)= 103 A.

Protection différentielle ligne (fonction 87L) :


Seuil d’insensibilité (seuil bas) :
Pour pallier le risque de déclenchement intempestif, la protection ne déclenchera que si le
courant d’entrée est supérieur à une valeur minimale de charge I0.
Io : seuil minimum de fonctionnement de In
Io =30%*In=100,1 A
Donc: I0 (BT) = 100,1*(5/400) = 1,26 A
Seuil haut :
Afin d’assurer un déclenchement rapide lors des défauts importants, On prend une pente de
25%.

67
Projet de fin d’études

Protection wattmétrique homopolaire 32N :


Pr seuil = puissance résiduelle compensée de référence valant :
- 10 VA pour In = 1 A.
- 50 VA pour In = 5 A.
Pr seuil = 50 VA
Pour la protection type ABB :
Ir seuil = 20%In = 0.84 A et k =0.6 tinv = (0.6 * 50)/ Pr

Jeu de barres HT :
Protection à maximum de tension :
Le seuil de tension est réglé à 125% de la tension nominale
V(BT)=1,25*100/ √ = 72,16V
Temporisation : 30s

Protection pour contrôle d’une baisse de tension :


Réglée à 80% de la tension nominale donc : V(BT) = 0,8*100/√ =46,2 V

Protection différentielle jeu de barre (fonction 87 B)


Le courant de défaut minimum détectable Id est :
Id=n*(qIm+IRN+Ir) (en négligeant le courant de fuite de la résistance non linéaire)
Avec :
q : nombre de TC connectés à la branche différentielle
IRN : courant circulant dans la résistance non linéaire
n : rapport de transformation des TC
Im : courant de magnétisation du transformateur
Le courant de magnétisation à prendre en compte est donc le courant de magnétisation des TC
lorsque la tension au secondaire vaut la moitié de la tension de coude.
L’ordre de grandeur du courant de magnétisation pour une tension Vk/2 est 1,5% du courant
nominal du TC, soit 75 mA pour un TC de 5 A.
Donc : Im est de l’ordre de 1,5% de In, et le seuil de réglage minimal de la protection est 5%
de In. Et q=2.
Irég=2*1,5%+5%=8%In=0,4A
Jeu de barres MT :
Relais ampéremétrique de phase :
Les relais doivent être réglés en intensité à une valeur inférieure au plus petit courant de
défaut susceptible de se manifester entre phase.
Ce courant est celui qui résulte d’un défaut biphasé sans contact à la terre à l’extrémité du
réseau lorsque la tension des transformateurs d’alimentation est la plus basse possible.
Réglage :
L’intensité de réglage Ir doit être inférieure à l’intensité Iccb et par suite des possibilités de
surcharge des transformateurs de courant, on prend :
1,3 Intc < Ir <0,8 Iccb(BT)
- Intc: Courant nominal au secondaire du TC égal à 5A.

68
Projet de fin d’études

- Ir: Le courant de réglage du relais.


- Iccb : Courant de court-circuit biphasé.
Iccb=0,86*Icc3= 13,5 KA
Avec : Icc3 = 15,7 KA
Le calcul doit être ramené au côté BT (en divisant par le rapport de transformation du TC),
pour l’adapter au relais :
)

Donc : 6,5 A < Ir < 43 A


Réglage à adopter : Le premier seuil (de surcharge): Irh (BT) = 6,5A.
Le deuxième seuil (de court-circuit) : Ir(BT) = 43A.

Protection homopolaire :
Lorsqu’un départ est le siège d’un défaut monophasé, son relais homopolaire est traversé par
un courant Ih qui varie en fonction de la résistance du défaut, de l’impédance de mise à la
terre du neutre HTA, de la tension HTA et de la capacité homopolaire du réseau.
L’intensité de réglage Ih du relais homopolaire doit être la plus faible possible afin de détecter
des défauts dont la résistance est la plus grande possible.
Réglage :
La protection est alimentée par la somme des courants secondaires des TC.
Le réglage doit respecter deux conditions :
Iro > 6% InTC Et Iro > 1,2* 3 Ico
Avec :
3 Io=3*V*Co*ω
Co : capacité homopolaire en F.
V : tension simple au secondaire du transformateur (10KV/√ )
Pour les lignes MT en général : 3 Ico=3,16 A/Km
- Icapacitif =3,16 *(5/1250)=0,01A, avec L= 1Km
- 6% * InTC=0,06*5=0,3 A
Réglage à adopter : Iro(BT) = 0,3 A

Protection pour contrôle d’une baisse de tension :


Réglée à 80% de la tension nominale donc : V(BT) = 0,8*100/√ =46,2 V

Protection à maximum de tension :


Le seuil de tension est réglé à 125% de la tension nominale
V(BT)=1,25*100/√ = 72,16V
Temporisation : 30 (s).

69
Projet de fin d’études

Chapitre VII-
Etude de sélectivité
1- Généralité :
La sélectivité est une capacité d’un ensemble de protections à faire la distinction entre les
Conditions pour lesquelles une protection doit fonctionner de celles où elle ne doit pas
fonctionner.
Les différents moyens qui peuvent être mis en œuvre pour assurer une bonne sélectivité dans
la protection d’un réseau électrique, les plus importants sont les trois types suivants:
- Sélectivité ampéremétrique par les courants,
- Sélectivité chronométrique par le temps,
- Sélectivité par échange d’informations, dite sélectivité logique.
- Sélectivité ampéremétrique :
Cette sélectivité est basée sur le fait que dans un réseau, le courant de défaut est d’autant plus
faible que le défaut est plus éloigné de la source. Une protection ampéremétrique est disposée
au départ de chaque tronçon. Son seuil est réglé à une valeur inférieure à la valeur d’Icc
minimal provoqué par un défaut sur la section surveillée, et supérieure à la valeur maximale
du courant provoqué par un défaut situé en aval (au-delà de la zone surveillée). Ainsi réglée,
chaque protection ne fonctionne que pour les défauts situés immédiatement en aval de sa
position (à l’intérieur de la zone surveillée), et est insensible aux défauts apparaissant au-delà.
- Sélectivité chronométrique :
Cette technique permet d’obtenir une sélectivité au-delà du courant de réglage magnétique du
disjoncteur amont. Le principe est de laisser le temps au disjoncteur aval de déclencher en
premier en retardant l’action du disjoncteur amont, ce qui impose quelques contraintes.
L'appareil amont doit être temporisable et être capable de supporter le courant de court-circuit
et ses effets pendant toute la durée de temporisation. De même, le dimensionnement des
conducteurs doit permettre de supporter les contraintes thermiques résultantes.
2- Etude de sélectivité du poste :
- Sélectivité ampéremétrique :
L’étude de sélectivité diffère suivant le type de défaut, nous distinguons entre la sélectivité
contre les surcharges et la sélectivité entre les courts circuits.
La sélectivité est assurée si le temps de non-déclenchement du disjoncteur amont D(A) est
supérieur au temps maximal de coupure du disjoncteur D(B).
Cette condition est réalisée en pratique si:
𝑰r (𝑨) /𝑰r (𝑩) > 1,6
Avec :
- 𝑰r(A): seuil de fonctionnement du dispositif de protection du disjoncteur A
- 𝑰r(B): seuil de fonctionnement du dispositif de protection du disjoncteur B
Lors d’un court-circuit, et puisque nous disposons de deux transformateurs identiques mis en
parallèle, la condition à vérifier est que le pouvoir de coupure du disjoncteur B aval soit
supérieur à la somme des courants de réglage de court-circuit des deux disjoncteurs amonts. Il
faut ainsi vérifier que : PDC(B) )
Sélectivité entre arrivée MT et les départs MT :

70
Projet de fin d’études

Figure 25: Schéma unifilaire du départ et arrivé MT

L’étude de sélectivité à ce niveau nous permettra de s’assurer de déclenchement des


disjoncteurs des départs 10KV avant celui de l’arrivée transformateur lors d’un défaut
survenant au niveau des arrivées 10KV par exemple

Lors d’une surcharge :


Notons :
IrthA: Réglage disjoncteur arrivée transformateur ;
IrthB : Réglage disjoncteur départ 10KV.
Le rapport IrthA / IrthB =3250/ 1625 = 2 donc le déclenchement est sélectif.

Le courant de court-circuit :
Au point B est de 31,5KA, donc le pouvoir de coupure de disjoncteur est 31,5KA (valeur
normalisée).
Or les courants de réglage de court-circuit ont pour expression :
IrccA=0,8*Iccb(A)=10,66 K A
Nous remarquons que 31,5KA donc la sélectivité ampéremétrique
est assurée.

71
Projet de fin d’études

Sélectivité entre amont et aval du transformateur 60/10 KV :

Figure 26: Schéma unifilaire du transformateur de puissance

Lors d’une surcharge :


Le rapport IrthA / IrthB = 4041,6 / 3250= 1,24
La sélectivité ampéremétrique n’est donc pas assurée totalement. Elle est partielle.
Pour assurer une sélectivité totale, nous avons introduit une temporisation permettant de
donner au relais du disjoncteur amont un certain temps avant de s’ouvrir en cas de non
ouverture de celui aval.

Lors d’un court-circuit triphasé :


Nous remarquons que les courants de court-circuit mesurés que ce soit par le TC en amont du
disjoncteur B ou le TC bushing sont presque égaux puisqu’il s’agit des extrémités de la
même ligne et dont la résistance est assez négligeable. Ainsi et pour assurer la sélectivité entre
les deux relais des disjoncteurs A et B, nous avons introduit une temporisation adéquate.
La temporisation à choisir (pour les deux cas : surcharge et court-circuit) est estimée à une
valeur de : 0,3s (le plan de protection de l’ONE l’exige)
La bobine du disjoncteur de l’arrivée 60KVest actionnée dans les cas suivants :
- un défaut sur la liaison transformateur –disjoncteur.
- un défaut mesuré par le bushing du transformateur.
- un défaut de masse cuve du transformateur.
Dans ces cas, c’est le relais du disjoncteur A qui déclenche, puis il envoie un ordre au relais
du disjoncteur B pour s’ouvrir et isoler le transformateur. Il s’agit ici d’une sélectivité
logique.

72
Projet de fin d’études

Sélectivité entre départ 60 KV et tranche transformateur 60/10 KV :

Figure 27: Schéma unifilaire de la tranche transfos et du départ 60 KV

Lors d’une surcharge :


Le rapport IrthA / IrthB =880/673,6=1,3
Donc le déclenchement est sélectif.
La sélectivité ampéremétrique n’est donc pas assurée totalement. Elle est partielle.
Pour assurer une sélectivité totale, nous avons introduit une temporisation permettant de
donner au relais du disjoncteur amont un certain temps avant de s’ouvrir en cas de non
ouverture de celui aval.

Le courant de court-circuit :
Au point B Icc est de 18,47 KA, donc le pouvoir de coupure de disjoncteur est 20 KA (valeur
normalisée).
Or les courants de réglage de court-circuit ont pour expression :
IrccA=0,8*Iccb(A)=8,3 KA
Nous remarquons que 20KA donc la sélectivité ampéremétrique est
assurée. La temporisation à choisir est estimée à une valeur de : 0,3s (le plan de protection de
l’ONE l’exige).

73
Projet de fin d’études

Vérification par Logiciel


Présentation du logiciel ETAP 7.1
Pour un réseau quelconque la meilleure façon d’analyser et de comprendre son
fonctionnement est de tracer un schéma unifilaire qui tient compte de toutes ses
caractéristiques. C’est pour ces raisons que nous avons choisis de tracer sur un logiciel
professionnel le schéma unifilaire de l’installation en étude.
Le schéma tracé offre la possibilité d’ajouter ou de retrancher un moteur, un transformateur,
un câble ou autres appareils et de faire plusieurs types de simulation.
Pour ce faire, il faut choisir un logiciel industriel très développé et qui a une base de donnée
très riche pour pouvoir choisir n’importe quelle appareil de n’importe quel fabriquant
(Siemens, Allen Bradly, Schneider, Alstom…)
Ces critères m’ont amené à choisir un logiciel de renommé internationale et qui offre des
résultats plus exactes en se basant sur les règles de calcul précisées par les normes ANSI et
CEI.
ETAP est un logiciel intégrant totalement tous les outils électriques que ce soit, d'alimentation
ou d’analyse systémique. Les ingénieurs utilisent ETAP dans des milliers entreprises et
services publics d'électricité à travers le monde pour la conception, l'analyse, la maintenance
et l'exploitation de systèmes d'alimentation électrique. Le réseau AC comprend les modules
suivants ETAP:
Pour notre projet on a surtout vérifié la simulation du réseau de terre (tout en l’important à
partir du logiciel AUTOCAD) par la méthode des éléments finis, on a fait aussi l’analyse des
différents scénarios pour le calcul des courants de courts-circuits sous ETAP7.1. Pour les
résultats de calcul voir Annexe HT-3.

74
Projet de fin d’études

Partite II :
Étude de l’installation basse tension du poste PJ-
TPP 60KV/10KV à l’OCP JHORF

75
Projet de fin d’études

Introduction générale

Les services auxiliaires d’un poste assurent la distribution et parfois la production des
différentes formes d'énergies (courant continu ou courant alternatif), dont il est nécessaire de
disposer, afin de garantir le fonctionnement de l'appareillage haute tension.
Les services à assurer sont relatifs à l'alimentation des :
- moteurs des disjoncteurs
- circuits de chauffage des coffrets et armoires du matériel extérieur et des locaux
- équipements de conduite et de contrôle (protections, automates)
- équipements de télécommunications
- redresseurs (charge des batteries)
- équipements de télécommande
- circuits d'éclairage des installations extérieures et des bâtiments
Les services auxiliaires sont organisés sous formes des tranches alimentées par :
- Deux transformateurs des services auxiliaires (TSA)
- Deux batteries : une de 127 V et une de 48

Figure 28: Schéma unifilaire simplifié des services auxiliaires

L'alimentation est assurée en triphasé 220/380 V par deux transformateurs MT/BT. Un


dispositif automatique assure, lors d'un manque de tension sur un transformateur, la
permutation de l'alimentation sur le second, ce dispositif comporte un verrouillage
électrique et mécanique afin d'interdire une mise en parallèle des transformateurs de
services auxiliaires qui doivent avoir une puissance suffisante pour alimenter l'ensemble
des auxiliaires.

Les organes de commande, de contrôle et de protection des postes doivent fonctionner de


façon absolument sûre et permanente, leur alimentation en courant continu est assurée par
des batteries et chargeurs.

76
Projet de fin d’études

Chapitre I-
Dimensionnement des chargeurs et batteries
1- Hypothèse de dimensionnement des chargeurs et batteries :
Données :
- Id : Le courant de démarrage du moteur de disjoncteur
- In : Le courant nominal du moteur de disjoncteur
- Pnp : la puissance permanente
- Pdclt : la puissance de déclenchement
- Pdm : la puissance de démarrage
- Pm : la puissance nominale du moteur de disjoncteur
- Coefficient de vieillissement : 1.1
- Vn=la tension nominale : 127V ou 48 V
Hypothèses :
Les hypothèses de dimensionnement des batteries et chargeurs sont :
Répartition des puissances consommées en courant continu :
- Pnp : la puissance permanente : c’est la puissance consommée en permanence par les relais
de la tranche protégée.
- Pdclt : la puissance de déclenchement : c’est la puissance nécessaire pour l’excitation des
relais assurant l’enclenchement du moteur disjoncteur
- Pdm : c’est la puissance nécessaire pour assurer le démarrage du moteur disjoncteur.
- Pm : c’est la puissance nominale de moteur de disjoncteur
- le courant de démarrage des moteurs disjoncteurs est de l’ordre de 5*In
- Les batteries auront une autonomie de 10 heures et elles doivent assurer le secours des
blocs continue dans le cas le plus défavorable de fonctionnement, ce cas correspond à un
déclenchement du disjoncteur HT par heure.
L’hypothèse ainsi expliquée permet d’établir le graphe suivant :

Figure 29: Hypothèse de calcul de la batterie

77
Projet de fin d’études

2- Méthodologie de calcul
Calcul des différentes puissances consommées par les tranches :
Pnp=Puissance permanente totale*1.1 (facteur de vieillissement de 1,1 appliqué)
Pdm=Puissance totale de démarrage+Pnp
Pm=Puissance totale nominale des moteurs +Pnp
Pdclt= Puissance totale d’enclenchement +Pnp
Calcul les courants correspondants à chaque puissance calculée :
Inp= Pnp/Vn
Idm=Pdm/Vn
Im=Pm/Vn
Idclt=Pdclt/Vn
Calcul des différentes capacités des batteries à base des courants qui doivent être fournies et
du temps de fonctionnement correspondant :
Qnp=Inp*10*3584.7/3600
Qdm=Idm*10*1/3600
Qdclt=Idclt*10*1/3600
Qm=Im*10*20/3600
La capacité de la batterie: Qt=Qnp+Qdm+Qm+Qdclt
Le chargeur, quant-à-lui, est dimensionné en calculant le courant de charge qu’il doit
supporter. Ainsi, et vu qu’il alimente à la fois la batterie et les récepteurs en aval, il est naturel
que le courant de charge soit égal à la somme du courant transité dans la batterie et le courant
permanent transitant dans l’ensemble des récepteurs.
Ich=Qt/10 +Inp
3- Bilan de puissance et dimensionnement de la batterie de l’armoire
127Vcc
Afin d’élaborer le bilan de puissance des armoires 127Vcc, on détermine les consommations
des relais correspondants à chaque tranche en utilisant les catalogues de GE :

Tableau 9: Consommation des relais GE

Relais GE Consommation minimale (VA) Consommation


maximale(VA)
F650 25 45
T35 35 75
L30 35 75
B90 35 75
B30 35 75

Le bilan de puissance de l’armoire 127Vcc se présente dans le tableau 28 de l’annexe BT-1.


Résultat de calcul :
Une fois, les différentes puissances sont calculées, on procède au calcul de la capacité de la
batterie et le courant de charge du chargeur :

78
Projet de fin d’études

Pnp=1035*1.1=1138.5 VA
Pdm= 25558.5VA
Pm= 6022.5VA
Pdclt= 4270VA

Inp=Pnp/127=9A
Idm=Pdm/127=201.24A
Im=Pm/127=47.42A
Idclt=Pdclt/127=33.62A

Qnp=Inp *10* 3584.7/3600= 89.6A.H


Qdm= Idm *10* 1/3600=0.6A.H
Qm=Im *10* 14/3600= 1.85A.H
Qdclt=Idclt*10* 0.3/3600=0.03 A.H
Qt=Qnp+Qdm+Qm+Qdclt 92.1A.H

Donc :
La batterie à choisir a une capacité de 100A.H

Ich = Inp + Q/10 =19A

4- Bilan de puissance et dimensionnement de la batterie de l’armoire


48Vcc
L’armoire des services auxiliaires 48V est destinée à alimenter les signalisations et les
alarmes du poste .Pour les signalisations, elles sont utilisées pour superviser les protections et
chacune fournit une information comme le montre le tableau 29 de l’annexe basse tension-1.
Les alarmes sont utilisées pour signaler les défauts dans les transformateurs et les
déclenchements des disjoncteurs HTB, HTA.
Le bilan de puissance de l’armoire 48Vcc se présente dans le tableau 30 de l’annexe basse
tension-1.
L’armoire 48V alimente que des charges permanentes et nous avons :
P=1.1*657=722.7VA
Capacité totale =15.1*10=151A.H
Donc :
La capacité de la batterie à choisir est 200 A.H

Ich= Inp + Q/10 =36A

79
Projet de fin d’études

Chapitre II-
Dimensionnement des transformateurs des services auxiliaires
et dimensionnement des canalisations
1- Dimensionnement des transformateurs des services auxiliaires :
Afin d’établir le bilan de puissance global de l’installation soit donc de l’armoire à courant
alternatif, il faudrait ainsi connaitre les puissances des différents récepteurs à alimenter ainsi
que la puissance calculée des chargeurs 127Vcc et 48Vcc.
Le bilan de puissance d’une installation nécessite la détermination des coefficients
d’utilisation, de simultanéité et le facteur de puissance comme le montre les tableaux 31 et 32
de l’annexe basse tension-1.
Le bilan de puissance de l’armoire à courant alternatif se présente dans le tableau 33 de
l’annexe basse tension-1.
Résultat :
D’après le bilan de puissance total, la puissance que doit fournir le TSA pour assurer
l’alimentation des services auxiliaires est de 60KVA, cette puissance est inférieure à 100KVA
précisée dans le cahier des charges.
2- Dimensionnement des canalisations :
L’ensemble des conducteurs et protections associées est déterminé de manière à satisfaire à
toutes les contraintes de fonctionnement.
L’étude de l’installation consiste à déterminer précisément les canalisations et leurs
protections électriques en commençant de l’origine de l’installation des auxiliaires
(transformateurs des services auxiliaires TSA) pour aboutir aux circuits terminaux
(récepteurs).
Chaque ensemble, constitué par la canalisation et sa protection, doit répondre simultanément à
plusieurs conditions qui assurent la sûreté de l’installation :
- Véhiculer le courant d’emploi permanent et ses pointes transitoires normales.
- Ne pas engendrer de chutes de tension susceptibles de nuire au fonctionnement de certains
récepteurs (démarrage d’un moteur par exemple).
Méthode de dimensionnement des câbles BT
Calcul de la section nécessaire pour résister à l’échauffement en régime permanent :
Pour calculer la section de l’échauffement en régime permanent, on suit la démarche suivante:
- Définir les conditions d’installation et d’environnement envisagées,
- Calculer l’intensité fictive qui s’obtient en divisant l’intensité à transporter par les
coefficients de correction, ceux-ci traduisent l’influence des conditions d’installation et
d’environnement,
- Retenir, d’après les tableaux des caractéristiques du conducteur ou du câble choisi, la
section la plus petite permettant de transporter l’intensité fictive.
Calcul de la section thermique de court-circuit:
Lors du passage d'un courant de court-circuit dans les conducteurs d'une canalisation pendant
un temps très court (jusqu'à cinq secondes), l'échauffement est considéré adiabatique; cela
signifie que l'énergie emmagasinée reste au niveau du métal de l'âme et n'est pas transmise à

80
Projet de fin d’études

l'isolant. Il faut donc vérifier que la contrainte thermique du court-circuit est inférieure à la
contrainte thermique admissible du conducteur.
Pour validation de la contrainte thermique en cas de court-circuit, il faut vérifier la relation

suivante : S Icc*
Avec :
tc : temps de coupure des dispositifs de protection en seconde
S : section des conducteurs en mm²
Icc : courant de court-circuit
Détermination de la chute de tension :
La vérification de la chute de tension est recommandée pour s’assurer qu’elle est conforme
aux normes, elle doit être vérifiée entre l’origine de l’installation et l’utilisation.
Si la chute de tension est acceptable, la section normalisée sera donc la section juste
supérieure à la section trouvée .Sinon, il faut augmenter la section et revérifier la chute de
tension jusqu’à l’obtention d’une chute de tension conforme à la norme.
La chute de tension est calculée en appliquant la formule suivante :
En triphasé :

En monophasé :

Avec
L: La longueur du conducteur en km
IB: Courant d’emploi en A
R: La résistance linéique du conducteur en Ω /km.
ρ: La résistivité du conducteur en Ω.m
S: La section du conducteur en mm²
U: Tension nominale entre phases.
V: Tension nominale entre phase et neutre.
Le cahier des charges exige que la chute de tension entre l'origine de l'installation et tout
point d'utilisation ne doive pas être supérieure aux valeurs du tableau suivant :

81
Projet de fin d’études

Courant alternatif :

Tableau 10: Les chutes de tension admissibles en courant alternatif

Courant continu :
Tableau 11: Les chutes de tension admissibles en courant continu

Exemple de calcul
Nous proposons de détailler le calcul de la canalisation Signalisations du départ 60kV-1:
Nous avons P =65VA
Donc Ib= = 1.35A
Le courant normalisé juste supérieur est In=1.6A
La protection est assurée par un disjoncteur, donc le courant admissible IZ est égale au
courant nominal IN :
Nous avons IZ=IN =1.6A
Nous avons des câbles multiconducteurs en cuivre posés sur les caniveaux fermés, sous une
température de 40°C, ces conducteurs sont isolés en PVC.
A partir des tableaux 34,35, 36 et 37 de l’annexe basse tension-1 nous avons la lettre de
sélection et les facteurs de correction suivants :
Coefficient Valeur
Lettre de sélection B
K1 0.95
K2 0.8
K3 0.87

Le facteur de correction à appliquer sera donc : K=K1*K2*K3=0.95*0.8*0.87=0,66


Donc : Iz'=Iz/K Iz'= 2.42A
La lecture sur le tableau 38 de l’annexe basse tension-1 donne une section de :
Sph= 1.5 mm²
- Vérification de la contrainte thermique en cas de court-circuit :

82
Projet de fin d’études

Pour la validation de la contrainte thermique en cas de court-circuit, il faut vérifier la relation


√tc
suivante : S Icc* K
Icc : Courant de court-circuit maximal égal à 2,28KA
K : pour un conducteur de cuivre isolé en PVC k=115.
tc : temps de coupure du disjoncteur
On a S<8,84 donc la contrainte thermique n’est pas vérifiée, nous allons utiliser une section
de 10 mm²
- Vérification de la chute de tension :
Calculant la chute de tension pour ce niveau d’installation.
Dans notre exemple de calcul, nous disposons des données suivantes :
- Il s’agit d’un circuit monophasé.
- La longueur de la canalisation est de 18m.
- La section est de 10mm².
- La canalisation est en cuivre donc ℓ est de 22,5 Ω mm²/km.
- Le cos(φ) à prendre est de 0,8
- La réactance linéique vaut 0,08 Ω /km pour les câbles tripolaires
22 5
∆V=2*1.6*0,012*( * 0,8+0,08*0,6)=0,46 .
1
Soit ΔV%=0,21%<20%.
Donc : chute de tension tolérée.
Choix de la section finale :
La section finale à tenir en compte est donc celle vérifiant la contrainte thermique due au
court-circuit et la contrainte de chute de tension.
Une fois calculée, nous en tirons la section de la protection PE selon le tableau suivant :

Tableau 12: Choix de la section de la protection

La section du neutre est déterminée selon les conditions de l’installation : le conducteur neutre
peut avoir une section supérieure ou inférieure à celle des conducteurs de phase, sans
descendre en dessous de la moitié. Le tableau suivant distingue les différents cas pour choisir
la section du neutre :

83
Projet de fin d’études

Tableau 13: Choix de la section du neutre

Dans notre cas (poste PJ-TPP), le taux d’harmoniques est compris entre 15% et 33% donc on
va prendre la section du neutre égale à la section de la phase.
Il est à noter que la vérification de la longueur maximale n’a pas lieu dans notre étude vu qu’il
s’agit d’un régime TT.
L’ensemble des résultats trouvés sont dans l’annexe basse tension- 2.

3- Dimensionnement des jeux de barres


Nous disposons dans notre installation électrique de trois jeux de barres :
- Un jeu de barres de l’armoire à courant alternatif
- Un jeu de barres de l’armoire à courant continu 127Vcc
- Un jeu de barres de l’armoire à courant continu 48Vcc
Dans cette partie nous proposons la vérification du jeu-de-barres de 25*5 mm² proposée par le
CSTG basse tension en se référant au Guide de conception MT de Schneider.
Le détail du calcul est explicité dans l’annexe basse tension-3.
Après le calcul fait Les jeux-de-barres de 25*5 sont conformes.

4- Calcul des courants de court-circuit.


Le calcul des courants de court-circuit se fait de la même manière que dans la partie haute
tension mais en tenant compte de l’architecture et les spécificités de l’installation des services
auxiliaires. Pour les batteries, lors d’un court-circuit à ses bornes, une batterie
d’accumulateurs débite un courant donné par la loi d’ohm :

Avec :
Vb = Tension maximale de décharge (batterie chargée à 100%)

84
Projet de fin d’études

Ri = Résistance interne équivalente à l’ensemble des éléments (Donnée par le constructeur en


fonction de la capacité en ampère-heure de la batterie).
Lorsque la résistance interne n’est pas connue, on peut utiliser la formule approchée suivante
Icc =K *C
Avec C est la capacité de la batterie exprimée en ampère –heure et K un coefficient voisin de
10, et en tout cas toujours inférieur à 20. L’ensemble des résultats du calcul figurent dans
l’annexe basse tension-4.

85
Projet de fin d’études

Chapitre III-
Choix des équipements de protection
1- Introduction
Le rôle fondamental des protections d’un réseau électrique est d’assurer la sécurité des
personnes et des biens, ainsi que la continuité de service, c’est à dire la permanence de
l’alimentation des différents récepteurs.
Dans notre projet l’appareil de protection utilisé est le disjoncteur.
Les caractéristiques à prendre en compte dans le choix d’un disjoncteur sont :
- Le courant assigné ou courant d’utilisation dans les conditions normales,
- Le pouvoir de coupure (PdC) qui doit être supérieur au courant de court-circuit
- La courbe de déclenchement.
Nous rappelons les cinq types de courbes de déclenchement avec leurs cas d’utilisation

Tableau 14: Types de courbes de déclenchement des disjoncteurs

Exemple de calcul
On va détailler un seul exemple puisque la méthodologie suivie est la même pour tous les
récepteurs.
Prenant l’exemple du centrale de mesure CM.
Puissance absorbée : P= 110 VA.
Courant de court-circuit : Icc =730.4 A.
Courant d’emploi : IB =0.16 A.
D’après les résultats des données précédentes et en se basant sur le catalogue des références
(Constructeur Schneider), le disjoncteur choisi a les caractéristiques suivantes :
- Calibre est de 1 A
- Le pouvoir de coupure est 6KA
- Le type est IC60
- Le type de déclanchement est : C
- Nombre de pôles : 4P-3D
L’ensemble des résultats figure dans l’annexe 5.

86
Projet de fin d’études

2- La sélectivité
Critères de sélectivité
Dans le réseau basse tension le type de sélectivité à mettre en place est la sélectivité
ampéremétrique renforcée en cas de besoin par une autre chronométrique.
La sélectivité est assurée si le rapport du courant de réglage (Ir=In) du disjoncteur amont sur
celui du disjoncteur aval est supérieur à 1,6.
Vérification de la sélectivité
Nous étudierons ainsi la sélectivité entre :
- Le disjoncteur général basse tension et disjoncteurs des circuits alternatifs:

Disj

Figure 30: Etude de sélectivité du JDB des auxiliaires alternatifs

- Le disjoncteur en aval du chargeur 127 VCC et ceux des circuits continus 127Vcc
- Le disjoncteur en aval du chargeur 48VCC et disjoncteurs des circuits continus 48Vcc
L’ensemble des résultats figure dans l’annexe basse tension-6.
D’après le calcul fait, nous remarquons que la sélectivité est assurée dans l’installation basse
tension.

87
Projet de fin d’études

Chapitre IV-
Estimation du coût
Gestion de l’affaire
1- Phase de l’appel d’offres
L’appel d’offres est lancé pour juger parmi les offres présentées, la plus performante
techniquement et la moins disante économiquement. Cette phase passe par les étapes
suivantes :
Descriptif de l'appel d'offres

Le responsable d’affaire élabore le descriptif de l'appel d'offres, dès la réception du cahier des
charges délivrés par le client, et qui traite les points suivants :
Description de la consistance des travaux
- Délai de réalisation
- Date et lieu de remise des offres
- Conditions de paiement
- Pénalités de retard
- Exonération des droits de douane
- Exonération de la TVA
- Sous-traitance
- Assurances exigées
- Liste des documents de l'appel d'offres

Analyse des risques


L’analyse des risques est établie par le responsable d’affaire dès la réception du cahier des
charges. L’analyse consiste à vérifier si le client est nouveau, connu, public ou privé et si les
délais sont larges ou serrés. Ainsi que la fiabilité du paiement, à savoir les conditions de
paiement. Le risque est aussi à estimer pour tout ce qui est technicité de l’œuvre à réaliser.
Dans ce cas, le chargé d’affaire est amené à étudié la technicité du projet ainsi que de vérifier
que la société a des références ainsi que des compétences dans la réalisation de projets dans la
même catégorie
Etablissement du devis
Le lancement des consultations pour la fourniture des équipements et éventuellement la sous-
traitance, la négociation des offres et l’établissement du devis sont précédés par une pré-étude
suite au besoin technique du client.
Fiche de synthèse
La fiche de synthèse est élaborée par le responsable d’affaire à la fin du devis récapitulatif de
toutes les dépenses relatifs à :
- L’étude (nombre d'heures).
- Le suivi d'affaire (montant et nombre d'heures).
- Le suivi de la main d’œuvre chantier (qualification et nombre d’heures).
- Les familles des fournitures (montants) : en concertation avec le responsable d’achat.
- La logistique : transport du matériel, location d'engins.

88
Projet de fin d’études

- Les assurances (accident de travail, tout risque chantier…).


- L’outillage et équipements de sécurité.
La validation par la direction générale est légitime dans chaque étape d’étude de projet.

Revue de l'offre:
Pour remettre l’offre technique et commerciale au client, des actions obligatoires
d’engagement de la direction projet seront nécessaires à savoir :
- Action: établissement du planning par le responsable d’affaire.
- Approbation par responsable service et responsable d’achat du dossier technique.
- Validation par la direction générale du dossier administratif.
- Validation et signature de l’offre commerciale.
- Fermeture des enveloppes des offres commerciales et techniques.
2- Phase d’estimation du coût de la solution technique
Après avoir élaboré les solutions et les choix techniques, nous avons conclu qu’il est
indispensable de faire une étude économique afin d’estimer de la manière la plus objective
possible les coûts relatifs à chaque solution proposée.
Cette étude se focalisera sur le gain apporté à la solution proposée.
Le chiffrage du poste doit en principe se faire de façon plus précise en introduisant toutes les
charges y compris l’étude, la préparation du terrain (génie civil), le prix d’acquisition du
matériel, son montage, la marge de gain…

achat marge vente montage Cout total


prix
A b B C D

Le matériel est acquis à un prix A, puis revendu avec une marge de gain c tel que B=A+b
Ainsi pour le coût total des équipements montés est de D=B+C
3- Estimation des Coûts :
D’après le choix et les considérations économiques des différents appareils donnés par de
divers fournisseurs, l’achat du matériel de l’installation électrique du projet a nécessité un
investissement hors Taxe de l’ordre de :

89
Projet de fin d’études

Matériel HT :

Tableau 15: Estimation du coût du matériel HT

Matériels Prix unitaire Quantité Prix total(DH)


Départ 60 KV
Sectionneur tripolaire 72,5 KV 1250 A avec 55.000 110000
2
MALT
Sectionneur tripolaire72,5 KV 1250A sans 47.000
2 94000
MALT
Combinés de mesure 72,5 KV TC: 400/5-5A, cl
86.000
0,5 cl 5P20-50VA, PX, TT:60000V/V3/100/V3 2 172000
cl 0,5 200VA
Connexion câbles cuivre 75 mm² 59/kg 51 3000
Connexions câbles Almélec 181.6 mm² 16/kg 61 976

Connexions tube AGS 550 mm² 19/kg 26 494


Isolateurs support 72,5 KV ligne de fuite
14.000 12 168000
25mm/KV
Disjoncteur tripolaire motorisé, 1250A 128.000 2 256000
Jeu de barres HT
Isolateurs support 72,5 KV ligne de fuite
14.000 12 168000
25mm/KV
Combinés de mesure 72,5 KV
TT:60000V/V3/100/V3 cl 0,5 200VA 86.000 2 172000

Sectionneur tripolaire72,5 KV 1250A sans


MALT 47.000 1 47000

Transformateur
Sectionneur tripolaire72,5 KV 1250A sans
MALT 40.000 2 80000

Disjoncteur tripolaire 72,5kV motorisé, 1250A 120.000 2 240000


Combinés de mesure 72,5 KV TC: 400/5-5A, cl
0,5 cl 5P20-50VA, PX, TT:60000V/V3/100/V3
cl 0,5 200VA 90.000 2 180000

Transformateurs de courant PX 50 VA 34.000 4 136000


Résistance du neutre 6 Ohms 11KV/1000A
60.000 2 120000
Transformateur 60/11 KV DE 35 MVA ONAN /
4.000.000 2 8000000
ONAF - AVEC REGLEUR EN CHARGE

90
Projet de fin d’études

Isolateurs support 72,5 KV ligne de fuite


25mm/KV 14.000 12 168000

TC de masse J5 PRC 50-200/ 1A 5P20-10VA


15.000 2 30000
Traversées murales 11 KV 2500A type
extérieur-intérieur 17.000 2 34000

TOTAL 10.902.470

éMatériel MT :

Tableau 16: Estimation du coût du matériel MT

Matériels Prix unitaire Quantité Prix total(DH)

Arrivé 10KV

Transformateur 11KV/400V 100 KVA 800.000 2 1600000

Connexion en tube de cuivre 75.000 2 150000


Combinés de mesure TC: 2500/5-5A, cl 0,5 cl 60.000 2 120000
5P20-50VA
Disjoncteur tripolaire motorisé, 1250A 50.000 2 100000
Jeu de barres 10 KV
Tubes de cuivre (par lot) 30.000 2 60000

Disjoncteur tripolaire motorisé, 1250A 50.000 2 100000


Transformateur de tension TT (10KV/100V) 30.000 2 60000
Combinés de mesure TC: 2500/5-5A, cl 0,5 cl 60.000 1 60000
5P20-50VA
Raccords correspondants 50.000 2 100000

Départ 10 KV
Disjoncteur tripolaire motorisé, 1250A 50.000 10 500000
Sectionneur de ligne tripolaire 11KV, 1250A 30.000 10 300000

TC tore 13.000 10 130000

isolateurs supports 1300 10 13000

traversées murales 11KV, 1250A pour câbles 25.000 10 250000

TOTAL 3.543.000

91
Projet de fin d’études

Contrôle commande :

Tableau 17: Estimation du coût du matériel contrôle commande

Relais de protection Prix unitaire Quantité Prix total(DH)


Relais F650 40.000 17 680000

Relais L30 90.000 2 180000


Relais B30 100.000 2 200000
Relais T35 110.000 2 220000
Relais B90 120.000 2 240000
Redresseurs batteries
Redresseurs 127 V 120.000 2 240000

Redresseurs 48 V 160 .000 2 320000

Ensembles de batteries 127 V 60.000 1 60000

Ensembles de batteries 48 V 125.000 1 125000

UPS 180.000 2 360000

TOTAL 2.625.000

Services auxiliaires :
Pour la partie basse tension du poste, elle est estimé pour :
- Les transformateurs à 90.000DH
- Les services auxiliaires (composé d’armoires alternatif et continus 48 Vcc et 48 Vcc) à
200.000DH
- Le contrôle commande à 2625.000 DH
TOTAL : 2915000 DH
La somme totale d’achats de matériels est : 17.070.470 DH
Résultat :
achat marge vente montage Coût total(DH)
prix
17.070.470 3.414.094 20.484.56 16.387.6 36.872.215

Le détail du calcul de la marge et le coût de montage n’est pas mentionné vu la confidentialité


des données.

92
Projet de fin d’études

Conclusion générale

Au terme de ce Projet de Fin d’Etudes, une brève rétrospective permet de dresser le bilan du
travail effectué avec ses difficultés, ses contraintes, mais aussi et surtout le supplément de
formation si riche dont nous avons eu la chance de bénéficier.
A l’issue de ces 4 mois de travail, nous avons concouru les différentes étapes de l'étude d'une
affaire au sein de SPIE Maroc, et ceci partant du bureau d’étude passant par le chiffrage et
l’organisation du projet.
Nous avons respecté le cahier des charges qui nous a été proposé tout en intégrant à chaque
fois, les orientations et les priorités de l’entreprise ainsi que le souci financier des solutions.
Pour ce marché soumissionné par SPIE Maroc, nous avons eu recours à la norme IEEE 80
pour la conception d’un bon réseau de terre. Par la suite, nous avons décortiqué le texte de la
norme NFC 13 200 pour le dimensionnement des équipements haute et moyenne tension du
poste. Un tel poste a besoin d’assurer la commande des équipements ainsi que le contrôle des
paramètres réseau, c’est ainsi que nous avons fait preuve d’engagement en révisant tous les
schémas unifilaires de la basse tension pour les corriger. Il est aussi à noter que nous avons pu
élaborer, en collaboration avec le bureau d’étude, une hypothèse pour le dimensionnement des
chargeurs et des batteries pour l’alimentation en continu (127Vcc et 48Vcc).
Le travail que nous avons réalisé, nous a permis d’une part, de nous intégrer dans le milieu
industriel, et d’autre part d’établir des relations avec les professionnels confirmés dans le
domaine électrique qui nous ont aidé à développer nos capacités d’adaptation et à enrichir nos
connaissances techniques. Il nous a permis de mieux percevoir les différents défis que peut
rencontrer un ingénieur dans la réalisation de ses projets.

93
Projet de fin d’études

Bibliographie

IEEE- 80-2000 « Guide for safety in AC substation grounding ».


IEC-60865-1 pour le dimensionnement des jeux de barres.
Cahier des Spécifications Techniques Générales. (1ère partie)-Partie HT-édition Janvier 1998.
Cahier des Spécifications Techniques Générales.(2ème partie)-Partie BT-édition Janvier
1998.
Distribution électrique Merlin Gerin Catalogue 2002/2003.
Guide de protections des réseaux industriels.
Plan de protection des réseaux HTA.
Réglages protections et automatismes de l’ONE.
Guide de l’installation électrique-Groupe Scheinder eletric.
Détermination des sections des conducteurs –Scheinder electric.
Transformateurs de Courant : comment les spécifier- Scheinder electric.
La norme NFC 15 -100.
La norme NFC 13-100.
La norme NFC 13-200.

94
Projet de fin d’études

ANNEXES

95
Projet de fin d’études

ANNEXE HT-1

Figure 31: Schéma synoptique du poste PJ-TPP (partie HT)

96
Projet de fin d’études

Figure 32: Schéma synoptique de la partie BT

97
Projet de fin d’études

Figure 33: Mode de pose –Température ambiante – Groupement des câbles

98
Projet de fin d’études

Tableau 18: Facteur tenant compte de la température ambiante

Température Isolation Câble Nus


ambiante PVC PR
(°C) PE EPR
10 1,22 1,15 1,17
15 1,17 1,12 1,13
20 1,12 1,08 1,09
25 1,07 1,04 1,04
30 1,00 1,00 1,00
35 0,93 0,96 0,95
40 0,87 0,91 0,90
45 0,79 0,87 0,85
50 0,71 0,82 0,80
55 0,61 0,76 0,74

Tableau 19: Sections des connexions

Constitution nombre de Intensité admissible


Section (mm2)
Nature fils*diamètre (mm) en permanence (A)

(*) 181.6 37*2.5 415


228 37*2.8 480
(*) 288 37*3.15 550
Almélec
366 37*3.55 630
(*) 570 61*3.45 840
(*) 1144 91*4.00 1600

Intensité Portée
Diamètre des tubes (mm)
Nature Section (mm2) admissible admissible
(A) (m)
(*) 25/30 216 475 4.70
(*) 25/40 294 640
Cuivre 5.80
(*) 45/50 373 800 6.80
55/60 451 1000 7.75
70/80 1180 1810
30/40 550 520 6.10
AGS (*) 40/50 707 1250 7.33
50/60 864 657 8.35

99
Projet de fin d’études

60/70 1021 985 9.35


(*) 70/80 1178 2000 10.25
80/90 1340 1210 11.20
(*) 90/100 1492 2500 12.10
100/110 1648 1470 13.00
110/120 1805 1610 13.60
(*) 104/120 2800 4000 15.00
(*) 184/200 4826 6000 21.20

Tableau 20 : Les distances min et max pour les différents niveaux de tension

100
Projet de fin d’études

Tableau 21: Section théorique et section thermique de tenue en court-circuit

Eléments Ib(A) IZ(A)=Ib/K Type du S1 (permanente) S2 (thermique


conducteur c-c)
HT-01-I/C-1 336,78 382,70 AGS 1250 (70/80) 58,84
(tube) (1250A)
HT-01-I/C-1 336,78 382,70 almélec 181,6 (37*2,5) 56,62
(câble) (415 A)
HT-01-I/C-2 336,78 382,70 AGS 1250 (70/80) 58,84
(tube) (1250A)
HT-01-I/C-2 336,78 382,70 almélec 181,6 (37*2,5) 56,62
(câble) (415 A)
HT-01-BUS 336,78 382,70 AGS 1250 (70/80) 117,68
(tube) (1250A)
HT-01-O/G-1 336,78 382,70 almélec 181,6 (37*2,5) 105,26
(câble) (415 A)
HT-01-O/G-1 336,78 382,70 AGS 1250 (70/80) 117,68
(tube) (1250A)
HT-01-O/G-2 336,78 382,70 almélec 181,6 (37*2,5) 105,26
(câble) (415 A)
HT-01-O/G-2 336,78 382,70 AGS 1250 (70/80) 117,68
(tube) (1250A)
MT-01-I/C-1 2023 4405,48 Cuivre 4*630(1150A 178,97
(câble) cuivre)
MT-01-I/C-2 2023 4405,48 Cuivre 4*630(1150A 178,97
(câble) cuivre)

Tableau 22: Calcul des courants de courts-circuits

101
Projet de fin d’études

Tableau 23: Facteurs Vσ et Vr

102
Projet de fin d’études

Tableau 24: Facteurs α, γ, β.

103
Projet de fin d’études

Figure 34: Facteur q

Tableau 25: Niveau de pollution

La ligne de fuite minimale à


Niveau de pollution Désignation
respecter en mm/KV
I faible 16
II Moyen 20
III Fort 25
IV Très fort 31

104
Projet de fin d’études

Tableau 26: Caractéristiques des isolateurs en porcelaine

105
Projet de fin d’études

Tableau 27: Module d’inertie des barres

106
Projet de fin d’études

ANNEXE HT-2

Figure 35: Vérification de la section du conducteur de terre par VBA Excel

Figure 36: Vérification de la tension de pas et de contact avec VBA Excel

Note de calcul du réseau de terre

Détermination de la section du conducteur de terre:

copper commercial hard-


Type du matériel:
drawn
Le courant de court-circuit à la terre: 25 KA
La température ambiante: 50 °C
Le temps d'élimination du défaut: 0.5 S
La conductivité: 97 %

107
Projet de fin d’études

alfa à 20°C: 0,00381 1/°C


K0 à 0°C : 242 °C
La température de fusion Tm: 1084 °C
La capacité thermique TCAP: 3,42 °C
ro 20°C: 1,78 ohm.cm

63,99 mm²
D’où la section correspondante est:

Calcul de la résistance du conducteur de terre:

La résistivité de la couche supérieure (ro s): 100 ohm.cm


La résistivité de la couche inférieure (ro): 69,18 ohm.cm
La profondeur de la couche inférieure (hs): 0,8 m
La superficie du poste (A) : 709,8 m²
La longueur totale du conducteur de terre(Lt) : 750 m
La durée du défaut(ts) : 1 S
La durée de courant de choc: 3 S
Le facteur de division du courant de défaut(Sf): 1
Le ratio X/R : 1
La tension de pas E (step)70kg : 249,65 V
La tension de contact E (touch)70kg : 180,16 V
La résistance de la terre : 1,18 ohm

La résistance de la terre
Remarque :
n'est pas Conforme

Figure 37: Note de calcul du réseau de terre générée par VBA Excel

108
Projet de fin d’études

Figure 38: Vérification mécanique et thermique des jeux de barres avec VBA Excel

Dimensionnement des Jeux de Barres

Vérification Mécanique:

Type de conducteur : AGS


Intensité : 1250 (A)

Diamètre intérieur: 70 (mm)

Diamètre extérieur : 80 (mm)

La section du JDB : 1177,5 mm²

La masse linéique : 0,00317925 Kg/m

Le module de section : 2,07902E-05 m3

Le module d'inertie : 8,31609E-07 m4

Distance entre conducteurs principaux: 1,5 (m)

l'entraxe maximal des supports: 6 (m)

Courant de court-circuit : 25 (KA)

109
Projet de fin d’études

Type du réseau : Avec réenclenchement automatique tripolaire

Force entre les conducteurs principaux : 2706,33 (N)

Force dynamique à l'extrémité A : 1478,42 (N)

Force dynamique à l'extrémité B : 1478,42 (N)


Contrainte de flexion provoquée par les
175,73 (MPa)
forces entre les conducteurs principaux :
La limite d'élasticité (Rp02) : 240 (MPa)

La fréquence propre Fc : 0,25 (Hz)

Vérification thermique :

La température Ambiante : 50 °C

L'échauffement admissible (θ-θn) : 60 °C


La Contrainte thermique au passage du
115 °C
c-c de courte durée (θt) :
Le jeu de Barres est conforme en terme de contrainte
Remarque :
aussi, Le jeu de Barres est au-delà de la résonance
Figure 39- Note de calcul de dimensionnement des jeux de barres HT avec VBA Excel

Figure 40: Dimensionnement des Batteries et des chargeurs de batteries avec VBA Excel

110
Projet de fin d’études

ANNEXE HT-3
Le réseau de la terre importé à partir de l’AUTOCAD sous format XML.

Ainsi, le calcul fait par le logiciel est pratiquement proche par rapport à celui manuel.

111
Projet de fin d’études

ANNEXE BASSE TENSION -1


Tableau 28: Bilan de puissance de l’armoire 127Vcc

Puissance
Moteur Disjoncteur
Tranche Désignation Nominale Enclt/Declt
Nominale Démarrage
Permanente
P(VA) tp(s) P(VA) tp(s) P(VA) tp(s)
Polarité 130
Tranche Moteur Disjoncteur 735 14 3675 1 460 0,3
Transfo n°1 Régleur
Relais (T35+F650) 50+35
Polarité 130
Tranche Moteur Disjoncteur 735 14 3675 1 460 0,3
Transfo n°2 Régleur
Relais (T35+F650) 50+35
Polarité 130
Départ 60kV
Moteur Disjoncteur 735 14 3675 1 460 0,3
n°1
Relais (L30+F650) 85
Polarité 130
Départ 60kV
Moteur Disjoncteur 735 14 3675 1 460 0,3
n°2
Relais(L30+F650) 85
Jeu de barres Polarité 100
HT Relais B90 50
Polarité 170
Arrivé 10KV
n°1 - Arrivé RelaisF650 35
10KV n°2
Moteur Disjoncteur 400 14 2000 1 260 0.3
Moteur Disjoncteur 400 14 2000 1 260 0,3
Jeu de barre
Polarité 85
MT
Relais F650 35
Cellule Moteur Disjoncteur 400 14 2000 1 260 0,3
Départ 10kV Relais F650 35
(*10) Polarité 85
SOMME 1725 8140 40700 5220
SOMME*0.6 1035 4884 24420 3132

112
Projet de fin d’études

Tableau 29: Les désignations des signalisations Tableau 30:Bilan de puissance 48VCC

La signalisation Signification Tranche Nominale


permanente(VA)
R Activé Départ 60kV n°1 65
Départ 60kV n°2 65
G Désactivé
Tranche transfo 1 65
A Déclenchement Tranche transfo 2 65
B Saint Transformateur -1 80
Transformateur-2 80
W1 Bobine chargée Arrivé 10KV-1 100
W2 En service Arrivé 10KV-2 100
W3 En test Jeu de barre 10KV 55
Départs 10KV 420
W4 Etat du sectionneur de la mise Puissance totale 1095
à la terre Puissance 657
W5 Baisse pression de SF6 totale*Ks

Tableau 31: Facteur de simultanéité pour les armoires de distribution

113
Projet de fin d’études

Tableau 32: Facteur d'utilisation

Tableau 33: Bilan de puissance de l’armoire alternative

Ps
Circuits P (VA) Ku Pu Ks Kss Pss Ke Pt
(VA)
Départ alimentation CM 110 1 110 1 110
Départ 60 N°1 Kv chauffage éclairage
110 1 110
disj 60 KV
0,9 198
Départ 60 N° 2 Kv chauffage
110 1 110
éclairage disj 60 KV
Transfo 60/10 N°1 chauffage
110 1 110
éclairage disj 60 KV
0,9 198
Transfo 60/10 N°2 chauffage
110 1 110
éclairage disj 60 KV
Départ arrivée N° 1 chauffage
110 1 110
éclairage disj 10 KV
0,9 198
Départ arrivée N° 2 chauffage
110 1 110
éclairage disj 10 KV
armoire rellayage chauffage éclairage 600 1 600 1 600
Transfo 60/10 N° 1 chauffage régleur 50 1 50
0,9 90
Transfo 60/10 N° 2 chauffage régleur 50 1 50
inter barres 10kv chauffage éclairage
110 1 110 1 110
disj 10 KV
Transfo 60/10 N°1 aero 1300 0,75 975 0,6 48886,3 1,2 58664
0,75 1462,5
Transfo 60/10 N°2 aero 1300 0,75 975
58235,
armoire chauffage prises 97059 1 97059 0,6
4

114
Projet de fin d’études

Ps
Circuits P (VA) Ku Pu Ks Kss Pss Ke Pt
(VA)
armoire éclairage bâtiment 5810 1 5810 1 5810
chargeur 127 N°1 2540 1 2540
1 2540
chargeur 127 N°2 0 1 0
UPS _01 5000 1 5000
0,9 9000
UPS _02 5000 1 5000
chargeur N°1 48 V 1728 1 1728
1 1728
chargeur N°2 48 V 0 1 0
coffret régleur Transfo N°1 Alim
600 0,75 450
Moteur régleur
0,9 810
coffret régleur Transfo N°2 Alim
600 0,75 450
Moteur régleur
Départ MT N°1 10 KV chauffage
110 1 110
éclairage
Départ MT N°2 10 KV chauffage
110 1 110
éclairage
Départ MT N°3 10 KV chauffage
110 1 110
éclairage
Départ MT N°4 10 KV chauffage
110 1 110
éclairage
Départ MT N°5 10 KV chauffage
110 1 110
éclairage
0,6 660
Départ MT N°6 10 KV chauffage
110 1 110
éclairage
Départ MT N°7 10 KV chauffage
110 1 110
éclairage
Départ MT N°8 10 KV chauffage
110 1 110
éclairage
Départ MT N°9 10 KV chauffage
110 1 110
éclairage
Départ MT N°10 10 KV chauffage
110 1 110
éclairage

115
Projet de fin d’études

Tableau 34: Les lettres de sélections

Tableau 35: Facteur de correction K1

Tableau 36: Facteur de correction K2

Lorsque les câbles sont disposés en plusieurs couches, appliquer en plus un facteur de
correction de :
- 0.80 pour deux couches.
- 0.73 pour trois couches.
- 0.70 pour quatre ou cinq couches.

116
Projet de fin d’études

Tableau 37: Facteur de correction K3

Tableau 38: Détermination de la section minimale

117
Projet de fin d’études

ANNEXE BASSE TENSION -2


Tableau 39: choix de la section du conducteur selon le courant admissible en conditions
normales dans l’armoire 220Vcc

Repère Désignation Puissance Type circuit Courant d'emploi Iz'(A) Section Section du
(VA) normalisé(A) (mm²) Neutre
(mm²)
Circ 1 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 2 armoire relayage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 3 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 4 armoire relayage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 5 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 6 armoire relayage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 7 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 8 armoire relayage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 9 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 10 armoire relayage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 11 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 12 armoire relayage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 13 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 14 armoire relayage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 15 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 16 armoire relayage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 17 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 18 armoire relayage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 19 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 20 armoire relayage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 21 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 22 armoire relayage arrivé 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 23 moteur disjoncteur 10KV 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
Circ 24 armoire relayage arrivé 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 25 armoire relayage tranche couplage 85 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 26 moteur disjoncteur tranche 400 Monophasé 4 6,06 1,5 1,5
couplage 10 KV
Circ 27 moteur disjoncteur 60 KV 735 Monophasé 6 9,09 1,5 1,5
Circ 28 armoire relayage départ 60 KV/1 130 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 29 moteur disjoncteur 60 KV 735 Monophasé 6 9,09 1,5 1,5
Circ 30 armoire relayage départ 60 KV/1 130 Monophasé 1 1,51 1,5 1,5
Circ 31 moteur disjoncteur 60 KV 735 Monophasé 6 9,09 1,5 1,5
Circ 32 armoire relayage départ 60 KV/1 130 Monophasé 2 3,03 1,5 1,5
Circ 33 moteur disjoncteur 60 KV 735 Monophasé 6 9,09 1,5 1,5
Circ 34 armoire relayage départ 60 KV/1 130 Monophasé 2 3,03 1,5 1,5
Circ 35 armoire relayage tranche 130 Monophasé 2 3,03 1,5 1,5
générale

118
Projet de fin d’études

Tableau 40: Choix de la section du conducteur selon le courant admissible en conditions


normales dans l’armoire 127Vcc

Repère Désignation Puissance(VA) Type Courant Iz'(A) Section


d'emploi (mm²)
normalisé(A)
Circ 1 Alimentation de la centrale de la 110 Triphasé 1 1,51 1,5
mesure
Circ 2 Chauffage éclairage du DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1,5
60KV-1
Circ 3 Chauffage éclairage du DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1,5
60KV-2
Circ 4 Chauffage éclairage DISJ 110 Monophasé 1 1,515 1,5
transformateur-1
Circ 5 Chauffage éclairage DISJ 110 Monophasé 1 1,51 1,5
transformateur-2
Circ 6 Chauffage éclairage DISJ arrivée 110 Monophasé 1 1,51 1,5
10KV -1
Circ 7 Chauffage éclairage DISJ arrivée 110 Monophasé 1 1,51 1,5
10KV -2
Circ 8 Chauffage éclairage extracteur prise 600 Monophasé 1 1,51 1,5
Circ 9 Chauffage régleur -1 50 Monophasé 0,5 0,78 1,5
Circ 10 Chauffage régleur -2 50 Monophasé 0,5 0,75 1,5
Circ 11 Chauffage éclairage inter barres 110 Monophasé 1 1,51 1,5
10KV
Circ 12 Aero transformateur-1 1300 Triphasé 2 3,03 1,5
Circ 13 Aero transformateur-2 1300 Triphasé 2 3,03 1,5
Circ 14 Eclairage bâtiment 5810 Triphasé 16 24,24 4
Circ 15 chauffage prises 58235,4 Triphasé 100 151,51 70
Circ 16 UPS-1 5000 Triphasé 10 15,15 1,5
Circ 17 UPS-2 5000 Triphasé 10 15,15 1,5
Circ 18 Chargeur 48V-1 657 Triphasé 4 6,06 1,5
Circ 19 Chargeur 48V-2 657 Triphasé 4 6,06 1,5
Circ 20 Chargeur 127V-1 1035 Triphasé 20 30,30 6
Circ 21 Chargeur 127V-2 1035 Triphasé 20 30,30 6
Circ 22 Chauffage éclairage DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1,5
10KV -1
Circ 23 Chauffage éclairage DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1,5
10KV -2
Circ 24 Chauffage éclairage DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1,5
10KV -3
Circ 25 Chauffage éclairage DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1,5
10KV -4
Circ 26 Chauffage éclairage DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1,5
10KV -5
Circ 27 Chauffage éclairage DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1,5
10KV -6
Circ 28 Chauffage éclairage DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1,5
10KV -7
Circ 29 Chauffage éclairage DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1,5

119
Projet de fin d’études

10KV -8
Circ 30 Chauffage éclairage DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1.5
10KV -9
Circ 31 Chauffage éclairage DISJ départ 110 Monophasé 1 1,51 1.5
10KV -10
Circ 32 régleur1 600 Triphasé 2 3,03 1,5
Circ 33 régleur2 600 Triphasé 2 3,03 1,5

Tableau 41: choix de la section du conducteur selon le courant admissible en conditions


normales dans l’armoire 48Vcc

Repère Désignation Types Puissance(VA) Courant Iz'(A) Section (mm²)


d'emploi
normalisé(A)
Circ 1 Signalisations du départ 60kV N°1 monophasé 65 2 3,03 1,5
Circ 2 Signalisations du départ 60kV n°2 monophasé 65 2 3,03 1,5
Circ 3 Signalisations de la tranche transfo 1 monophasé 65 2 3,03 1,5
Circ 4 Signalisations de la tranche transfo 2 monophasé 65 2 3,03 1,5
Circ 5 Alarmes transformateur -1 monophasé 80 2 3,03 1,5
Circ 6 Alarmes transformateur-2 monophasé 80 2 3,03 1,5
Circ 7 Alarmes+signalisations arrivé 10KV-1 monophasé 100 3 4,54 1,5
Circ 8 Alarmes+signalisations arrivé 10KV-2 monophasé 100 3 4,54 1,5
Circ 9 Signalisations jeu de barre 10KV monophasé 55 2 3,03 1,5
Circ 10 Signalisations départs 10KV monophasé 420 10 15,15 1,5

Choix final des sections des canalisations BT :


Après le calcul des chutes de tension et la vérification des contraintes thermiques en cas des
courts-circuits nous avons déterminé les sections finales de toutes les canalisations qui
doivent être aussi supérieure à 2.5mm² vu les exigences du cahier des charges :

Tableau 42: choix final des sections des circuits alternatifs 220V

Repère I d'emploi normalisé S (mm²) Icc(KA) Scc S ) S finale S du neutre Section du PE

Circ 1 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16


Circ 2 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 3 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 4 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 5 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 6 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 7 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 8 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 9 0,5 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 10 0,5 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 11 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16

120
Projet de fin d’études

Circ 12 2 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16


Circ 13 2 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 14 16 4 0 ,92 16 4 16 16 16
Circ 15 100 70 0 ,92 16 70 70 70 35
Circ 16 10 2,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 17 10 2,5 0 ,92 16 2,5 16 16 16
Circ 18 4 1,5 0 ,92 16 2,5 16 16 16
Circ 19 4 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 20 20 6 0 ,92 16 6 16 16 16
Circ 21 20 6 0 ,92 16 6 16 16 16
Circ 22 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 23 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 24 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 25 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 26 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 27 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 28 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 29 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 30 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 31 1 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 32 2 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16
Circ 33 2 1,5 0 ,92 16 1,5 16 16 16

Tableau 43: choix final des sections des circuits continus 127Vcc

Repère Section Icc(KA) Scc (mm²) S( ) (mm²) Section Section du neutre (mm²) Section du
(mm²) finale (mm²) conducteur de
protection (mm²)
Circ 1 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 2 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 3 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 4 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 5 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 6 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 7 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 8 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 9 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 10 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 11 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 12 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 13 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 14 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 15 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 16 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 17 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16

121
Projet de fin d’études

Circ 18 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16


Circ 19 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 20 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 21 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 22 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 23 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 24 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 25 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 26 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 27 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 28 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 29 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 30 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 31 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 32 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 33 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 34 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16
Circ 35 1,5 2,65 16 1,5 16 16 16

Repère Section Icc(KA) Scc (mm²) S S finale (mm²) Section du neutre (mm²) Section du PE (mm²)
(mm²) ( )(mm²)
Circ 1 1,5 2,28 10 1,5 10 10 10
Circ 2 1,5 2,28 10 1,5 10 10 10
Circ 3 1,5 2,28 10 1,5 10 10 10
Circ 4 1,5 2,28 10 1,5 10 10 10
Circ 5 1,5 2,28 10 1,5 10 10 10
Circ 6 1,5 2,28 10 1,5 10 10 10
Circ 7 1,5 2,28 10 1,5 10 10 10
Circ 8 1,5 2,28 10 1,5 10 10 10
Circ 9 1,5 2,28 10 1,5 10 10 10
Circ 10 1,5 2,28 10 1,5 10 10 10

122
Projet de fin d’études

ANNEXE BASSE TENSION -3

Dimensionnement des jeux de barres BT :


- Dimensionnement du jeu de barres de l’armoire à courant alternatif

- Conducteur utilisé : cuivre


- La tension nominale du réseau : 380 V
- Section d’une barre : 25*5 (1,25 cm²)
- Périmètre d’une barre : 6 cm
- Distance entre phase (d) : 10 cm (c’est la distance minimale selon le doc de référence
ONE)
- Distance entre isolateurs d’une même phase (l) : 95 cm
- La température ambiante (θn) : 40°C
- Echauffement admissible (θ-θn) : 50°C
- La résistivité à 20°C ρ (CU à 20°C)=1,83 μΩ*cm
- Nombre de barres par phase : 1 barres/phase

On a : =151 A
√ √

- La tenue thermique :

Selon la formule de MELSON&BOTH :

Avec :
- K=K1*K2*K3*K4*K5*K6
- K1=1 ;
- Câble nu : K2=1 ;
- Barre sur chant : K3=1 ;
- Atmosphère calme à l’intérieur : K4=1 ;
- Sans ventilation artificielle : K5=1 ;
- 1 barre K6=1.

Donc I=398 A
- Au passage du courant de c-c de courte durée (Ith) :

123
Projet de fin d’études

- La chaleur spécifique du métal (C): 0,091 Kcal/daN°C


- La masse volumique du métal δ=8,9g/
D’où : Δθcc= 3,04 ℃
Donc : θt=θn+(θ- θn)+ Δθcc=93,04 ℃

- La tenue électrodynamique :

Idyn : la valeur crête du courant de court-circuit en A


Idyn=K*Ith=7,4 KA avec K=2,5

Donc F1=10,4 daN

Dimensionnement du jeu de barres de l’armoire à courant continu 127Vcc :

Conducteur utilisé : cuivre


- La tension nominale du réseau : 127 V
- Section d’une barre : 25*5 (1,25 cm²)
- Périmètre d’une barre : 6 cm
- Distance entre phase (d) : 10 cm (c’est la distance minimale selon le doc de référence
ONE)
- Distance entre isolateurs d’une même phase (l) : 95 cm
- La température ambiante (θn) : 40°C
- Echauffement admissible (θ-θn) : 50°C
- La résistivité à 20°C ρ (CU à 20°C)=1,83 μΩ*cm
- Nombre de barres par phase : 1 barres/phase

On a : 20 A

- La tenue thermique :

Selon la formule de MELSON&BOTH :

Avec :
- K=K1*K2*K3*K4*K5*K6
- K1=1 ;
- Câble nu : K2=1 ;
- Barre sur chant : K3=1

124
Projet de fin d’études

- Atmosphère calme à l’intérieur : K4=1


- Sans ventilation artificielle: K5=1
- 1 barre: K6=1

D’où : I=398 A
- Au passage du courant de c-c de courte durée (Ith) :

- La chaleur spécifique du métal (C): 0,091 Kcal/daN°C


- La masse volumique du métal δ=8,9g/
D’où : Δθcc= 2,43 ℃
Donc : θt=θn+(θ- θn)+ Δθcc=92,43 ℃

- La tenue électrodynamique :

Idyn : la valeur crête du courant de court-circuit en A


Idyn=K*Ith=6,63 KA avec K=2,5

Donc F1=8,3 daN

Dimensionnement du jeu de barre de l’armoire à courant continu 48Vcc

- Conducteur utilisé : cuivre


- La tension nominale du réseau : 48 V
- Section d’une barre : 25*5 (1,25 cm²)
- Périmètre d’une barre : 6 cm
- Distance entre phase (d) : 10 cm (c’est la distance minimale selon le doc de référence
ONE)
- Distance entre isolateurs d’une même phase (l) : 95 cm
- La température ambiante (θn) : 40°C
- Echauffement admissible (θ-θn) : 50°C
- La résistivité à 20°C ρ (CU à 20°C)=1,83 μΩ*cm
- Nombre de barres par phase : 1 barres/phase
Nous avons 50 A
- La tenue thermique :

Selon la formule de
MELSON&BOTH :

Avec :
K=K1*K2*K3*K4*K5*K6

125
Projet de fin d’études

- K1=1 ;
- Câble nu : K2= 1 ;
- Barre sur chant : K3=1 ;
- Atmosphère calme à l’intérieur : K4=1
- Sans ventilation artificielle : K5=1 ;
- 1 barre : K6=1.
Donc : I=398 A
- Au passage du courant de c-c de courte durée (Ith) :

- La chaleur spécifique du métal (C): 0,091 Kcal/daN°C


- La masse volumique du métal δ=8,9g/
D’où : Δθcc= 2,43 ℃
Donc : θt=θn+(θ- θn)+ Δθcc=92,43 ℃

- La tenue électrodynamique :

Idyn : la valeur crête du courant de court-circuit en A


Idyn=K*Ith=5,7 KA avec K=2,5
Donc F1=6,2 daN

126
Projet de fin d’études

ANNEXE BASSE TENSION -4

Tableau 44: Résultat des courants du court-circuit dans l’armoire 220V

Résistivité réactance Longueur section R (mΩ) X (mΩ) Résistance Inductance Zcc accumulé U(v) Icc(KA)
linéique (m) (mm²) accumulée accumulée (mΩ)
réseau amont 2,13 14,2 14,35 380 15,7
Transfo2 18,6 57 74,15 380 2,96
MT/BT
Transfo2-Jeu 22,5 0,08 10 240 0,9375 0,8 75,2 380 2,92
de barre 380V
C1 22,5 0,08 18 1,5 270 1,44 291,6 73,44 300,70 380 0,73
C2 22,5 0,08 24,5 1,5 367,5 1,96 389,1 73,96 396,06 220 0,55
C3 22,5 0,08 20 1,5 300 1,6 321,6 73,6 329,91 220 0,66
C4 22,5 0,08 20 1,5 300 1,6 321,6 73,6 329,91 220 0,66
C5 22,5 0,08 15 1,5 225 1,2 246,6 73,2 257,23 220 0,85
C6 22,5 0,08 26,5 1,5 397,5 2,12 419,1 74,12 425,60 220 0,51
C7 22,5 0,08 16,5 1,5 247,5 1,32 269,1 73,32 278,90 220 0,78
C8 22,5 0,08 8 1,5 120 0,64 141,6 72,64 159,14 380 1,38
C9 22,5 0,08 20 1,5 300 1,6 321,6 73,6 329,91 220 0,66
C10 22,5 0,08 15 1,5 225 1,2 246,6 73,2 257,22 220 0,85
C11 22,5 0,08 11 1,5 165 0.88 186.6 72.88 200.38 220 1.09
C12 22,5 0,08 20 1,5 300 1,6 321,6 73,6 329,91 220 0,66
C13 22,5 0,08 15 1,5 225 1,2 246,6 73,2 257,22 220 0,85
C14 22,5 0,08 8 4 45 0,64 66,6 72,64 98,55 220 2,23
C15 22,5 0,08 9 10 20,25 0,72 41,85 72,72 83,90 220 2,62
C16 22,5 0,08 9 1,5 135 0,72 156,6 72,72 172,61 220 1,27
C17 22,5 0,08 11 1,5 165 0,88 186,6 72,88 200,32 220 1,09
C18 22,5 0,08 11 1,5 165 0,88 186,6 72,88 200,36 220 1,09
C19 22,5 0,08 8 1,5 120 0,64 141,6 72,64 159,14 220 1,38
C20 22,5 0,08 8 6 30 0,64 51,6 72,64 89,10 220 2,46
C21 22,5 0,08 25 6 93,75 2 115,35 74 137,09 220 1,60
C22 22,5 0,08 26,5 1,5 397,5 2,12 419,1 74,12 425,60 220 0,51
C23 22,5 0,08 28 1,5 420 2,24 441,6 74,24 447,79 220 0,49
C24 22,5 0,08 29,5 1,5 442,5 2,36 464,1 74,36 470,08 220 0,46
C25 22,5 0,08 31 1,5 465 2,48 486,6 74,48 492,26 220 0,44
C26 22,5 0,08 32,5 1,5 487,5 2,6 509,1 74,6 514,55 220 0,42
C27 22,5 0,08 34 1,5 510 2,72 531,6 74,72 536,82 220 0,40
C28 22,5 0,08 35,5 1,5 532,5 2,84 554,1 74,84 559,12 220 0,39
C29 22,5 0,08 37 1,5 555 2,96 576,6 74,96 581,45 220 0,37
C30 22,5 0,08 38,5 1,5 577,5 3,08 599,1 75,08 603,78 220 0,36
C31 22,5 0,08 39 1,5 585 3,12 606,6 75,12 611,23 220 0,35
C32 22,5 0,08 20 1,5 300 1,6 321,6 73,6 329,91 220 0,66
C33 22,5 0,08 15 1,5 225 1,2 246,6 73,2 257,23 220 0,85

127
Projet de fin d’études

Tableau 45: Résultat des courants du court-circuit dans l’armoire 48Vcc

Résistivité Réactance Longueur section R X mΩ R X Zcc U Icc KA


linéique (m) (mm²) mΩ accumulée accumulée accumu v
lé mΩ
Réseau amont 2,13 14,2 14,35 380 15,7
Transfo2 18,6 57 74,15 380 2,96
MT/BT
Transfo2-Jeu 22,5 0,08 10 240 0,937 0,8 75,2 380 2,92
de barre 380V 5
Jeu de barre 22,5 0,08 11 6 41,25 0,88 96,28 380 2,28
380V-Jeu de
barre 48V
Batterie 48V 30 0 48 1,6
Batterie 48V- 22,5 0,08 12 10 27 0,96 57 48 0,84
Jeu de barre
48V
Circ 1 22,5 0,08 18 1,5 270 1,44 332,91 74,32 341,10 48 0,14
Circ 2 22,5 0,08 18,5 1,5 277,5 1,48 340,41 74,36 348,43 48 0,13
Circ 3 22,5 0,08 18 1,5 270 1,44 332,91 74,32 341,10 48 0,14
Circ 4 22,5 0,08 18 1,5 270 1,44 332,91 74,32 341,10 48 0,14
Circ 5 22,5 0,08 18 1,5 270 1,44 332,91 74,32 341,10 48 0,14
Circ 6 22,5 0,08 18,6 1,5 279 1,488 341,91 74,368 349,90 48 0,13
Circ 7 22,5 0,08 18 1,5 270 1,44 332,91 74,32 341,10 48 0,14
Circ 8 22,5 0,08 18 1,5 270 1,44 332,91 74,32 341,10 48 0,14
Circ 9 22,5 0,08 18 1,5 270 1,44 332,91 74,32 341,10 48 0,14
Circ 10 22,5 0,08 18 1,5 270 1,44 332,91 74,32 341,10 48 0,14

Tableau 46: Résultat des courants du court-circuit dans l’armoire 127Vcc

Résistivité Réactance Longueur Section R X Résistance Inductance Zcc accumulé U(v) Icc(KA)
linéique (m) (mm²) (mΩ) (mΩ) accumulée accumulée (mΩ)
Réseau 2,13 14,2 14,35 380 15,7
amont
Transfo1 18,6 57 74,15 380 2,96
MT/BT
Transfo2 18,6 57 74,15 380 2,96
MT/BT
Transfo2- 22,5 0,08 10 240 0,9375 0,8 75,2 380 2,92
Jeu de
barre 380V
Jeu de 22,5 0,08 8 10 18 0,64 82,76 380 2,65
barre 380V-
Jeu de
barre
127V
Batterie 127 1
127V

128
Projet de fin d’études

Batterie 22,5 0,08 11 4 61,875 0,88 188,87 127 0,67


127 V -Jeu
de barre
127V
C1 22,5 0,08 25 2,5 225 2 264,66 74,64 274,98 127 0,46
C2 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C3 22,5 0,08 26,5 2,5 238,5 2,12 278,16 74,76 288,03 127 0,44
C4 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C5 22,5 0,08 28 2,5 252 2,24 291,66 74,88 301,11 127 0,42
C6 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C7 22,5 0,08 29,5 2,5 265,5 2,36 305,16 75 314,24 127 0,40
C8 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C9 22,5 0,08 31 2,5 279 2,48 318,66 75,12 327,39 127 0,38
C10 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C11 22,5 0,08 32,5 2,5 292,5 2,6 332,16 75,24 340,57 127 0,37
C12 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C13 22,5 0,08 34 2,5 306 2,72 345,66 75,36 353,77 127 0,35
C14 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C15 22,5 0,08 35,5 2,5 319,5 2,84 359,16 75,48 367 127 0,34
C16 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C17 22,5 0,08 37 2,5 333 2,96 372,66 75,6 380,25 127 0,33
C18 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C19 22,5 0,08 38,5 2,5 346,5 3,08 386,16 75,72 393,51 127 0,32
C20 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C21 22,5 0,08 26,5 2,5 238,5 2,12 278,16 74,76 288,03 127 0,44
C22 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C23 22,5 0,08 16,5 2,5 148,5 1,32 188,16 73,96 202,17 127 0,62
C24 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C25 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C26 22,5 0,08 30 2,5 270 2,4 309,66 75,04 318,62 127 0,39
C27 22,5 0,08 24,5 2,5 220,5 1,96 260,16 74,6 270,64 127 0,46
C28 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C29 22,5 0,08 20 2,5 180 1,6 219,66 74,24 231,86 127 0,54
C30 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C31 22,5 0,08 20 2,5 180 1,6 219,66 74,24 231,86 127 0,54
C32 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C33 22,5 0,08 14 2,5 126 1,12 165,66 73,76 181,33 127 0,70
C34 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59
C35 22,5 0,08 18 2,5 162 1,44 201,66 74,08 214,83 127 0,59

129
Projet de fin d’études

ANNEXE BASSE TENSION-5


Tableau 47: choix des disjoncteurs de l’armoire 127Vcc

Disjoncteurs Courant d’emploi Pouvoir de Courbe de Nombre de pôles Types Référence


normalisé coupure(KA) déclanchement
DIS JB127-1 20 6 C 2P-2D IC60 24203
DIS JB127-2 20 6 C 2P-2D IC60 24216
DISJ C1 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C2 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C3 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C4 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C5 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C6 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C7 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C8 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C9 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C10 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C11 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C12 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C13 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C14 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C15 4 6 D 2P-1D IC60 24583
DISJ C16 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C17 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C18 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C19 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C20 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C21 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C22 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C23 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C24 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C25 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C26 4 6 D 2P-2D IC60 24583
DISJ C27 6 6 D 2P-2D IC60 24584
DISJ C28 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C29 6 6 D 2P-2D IC60 24584
DISJ C30 1 6 C 2P-2D IC60 24196
DISJ C31 6 6 C 2P-2D IC60 24197
DISJ C32 2 6 D 2P-2D IC60 24584
DISJ C33 6 6 C 2P-2D IC60 24197
DISJ C34 2 6 D 2P-2D IC60 24197
DISJ C35 2 6 C 2P-2D IC60 24197

130
Projet de fin d’études

Tableau 48: Choix des disjoncteurs de l’armoire 48Vcc

Disjoncteurs Courant d'emploi Pouvoir de Courbe Nombre de pôles Type Référence


coupure
DIS JB48-1 20 6 C 2P-2D IC60N 24202
DIS JB48-2 20 6 C 2P-2D IC60N 24202
DISJ C1 1,6 6 C 2P-2D IC60N 24197
DISJ C2 1,6 6 C 2P-2D IC60N 24197
DISJ C3 1,6 6 C 2P-2D IC60N 24197
DISJ C4 1,6 6 C 2P-2D IC60N 24197
DISJ C5 2 6 C 2P-2D IC60N 24197
DISJ C6 2 6 C 2P-2D IC60N 24197
DISJ C7 3 6 C 2P-2D IC60N 24198
DISJ C8 3 6 C 2P-2D IC60N 24198
DISJ C9 1,6 6 C 2P-2D IC60N 24197
DISJ C10 10 6 C 2P-2D IC60N 24201

Tableau 49: Choix des disjoncteurs de l’armoire 220 V

Disjoncteurs Calibre (A) Pouvoir de Courbe Nombre de pôles Type Référence


coupure(KA)
DIS TSA1 160 25 C 4P-3D NSX160 30640
DIS TSA2 160 25 C 4P-3D NSX160 30640
DISJ C1 1 6 C 4P-3D IC60N 24209
DISJ C2 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C3 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C4 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C5 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C6 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C7 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C8 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C9 0,5 6 C 2P-2D IC60N 24060
DISJ C10 0,5 6 C 2P-2D IC60N 24060
DISJ C11 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C12 2 6 C 4P-3D IC60N 24197
DISJ C13 2 6 C 4P-3D IC60N 24197
DISJ C14 16 6 C 4P-3D IC60N 24202
DISJ C15 100 25 C 4P-3D NSX100 29620
DISJ C16 10 6 C 4P-3D IC60N 24201
DISJ C17 10 6 C 4P-3D IC60N 24201
DISJ C18 4 6 C 4P-3D IC60N 24199
DISJ C19 4 6 C 4P-3D IC60N 24199
DISJ C20 20 6 C 4P-3D IC60N 24203
DISJ C21 20 6 C 4P-3D IC60N 24203
DISJ C22 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C23 1 6 C 2P-2D IC60N 24196

131
Projet de fin d’études

DISJ C24 1 6 C 2P-2D IC60N 24196


DISJ C25 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C26 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C27 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C28 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C29 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C30 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C31 1 6 C 2P-2D IC60N 24196
DISJ C32 2 6 D 4P-3D IC60N 24197
DISJ C33 2 6 D 4P-3D IC60N 24197

Tableau 50: Sélectivité entre disjoncteur général basse tension et disjoncteurs des circuits
alternatifs

Repère Calibre Ir1=160A Sélectivité


Ir1/Ir2
Circ 1 1 160 Sélectivité assurée
Circ 2 1 160 Sélectivité assurée
Circ 3 1 160 Sélectivité assurée
Circ 4 1 160 Sélectivité assurée
Circ 5 1 160 Sélectivité assurée
Circ 6 1 160 Sélectivité assurée
Circ 7 1 160 Sélectivité assurée
Circ 8 1 160 Sélectivité assurée
Circ 9 0,5 320 Sélectivité assurée
Circ 10 0,5 320 Sélectivité assurée
Circ 11 1 160 Sélectivité assurée
Circ 12 2 80 Sélectivité assurée
Circ 13 2 80 Sélectivité assurée
Circ 14 16 10 Sélectivité assurée
Circ 15 100 1,6 Sélectivité assurée
Circ 16 10 16 Sélectivité assurée
Circ 17 10 16 Sélectivité assurée
Circ 18 4 40 Sélectivité assurée
Circ 19 4 40 Sélectivité assurée
Circ 20 20 8 Sélectivité assurée
Circ 21 20 8 Sélectivité assurée
Circ 22 1 160 Sélectivité assurée
Circ 23 1 160 Sélectivité assurée
Circ 24 1 160 Sélectivité assurée
Circ 25 1 160 Sélectivité assurée
Circ 26 1 160 Sélectivité assurée
Circ 27 1 160 Sélectivité assurée
Circ 28 1 160 Sélectivité assurée
Circ 29 1 160 Sélectivité assurée

132
Projet de fin d’études

Circ 30 1 160 Sélectivité assurée


Circ 31 1 160 Sélectivité assurée
Circ 32 2 80 Sélectivité assurée
Circ 33 2 80 Sélectivité assurée

133
Projet de fin d’études

ANNEXE BASSE TENSION -6


Tableau 51: Sélectivité entre disjoncteur en aval et on amont du chargeur 127 VCC

Repère Calibre Ir1=20A Sélectivité


Ir1/Ir2
Circ 1 4 5 Sélectivité assurée
Circ 2 1 20 Sélectivité assurée
Circ 3 4 5 Sélectivité assurée
Circ 4 1 20 Sélectivité assurée
Circ 5 4 5 Sélectivité assurée
Circ 6 1 20 Sélectivité assurée
Circ 7 4 5 Sélectivité assurée
Circ 8 1 20 Sélectivité assurée
Circ 9 4 5 Sélectivité assurée
Circ 10 1 20 Sélectivité assurée
Circ 11 4 5 Sélectivité assurée
Circ 12 1 20 Sélectivité assurée
Circ 13 4 5 Sélectivité assurée
Circ 14 1 20 Sélectivité assurée
Circ 15 4 5 Sélectivité assurée
Circ 16 1 20 Sélectivité assurée
Circ 17 4 5 Sélectivité assurée
Circ 18 1 20 Sélectivité assurée
Circ 19 4 5 Sélectivité assurée
Circ 20 1 20 Sélectivité assurée
Circ 21 4 5 Sélectivité assurée
Circ 22 1 20 Sélectivité assurée
Circ 23 4 5 Sélectivité assurée
Circ 24 1 20 Sélectivité assurée
Circ 25 1 20 Sélectivité assurée
Circ 26 4 5 Sélectivité assurée
Circ 27 6 3,33 Sélectivité assurée
Circ 28 1 20 Sélectivité assurée
Circ 29 6 3,33 Sélectivité assurée
Circ 30 1 20 Sélectivité assurée
Circ 31 6 3,33 Sélectivité assurée
Circ 32 2 10 Sélectivité assurée
Circ 33 6 3,33 Sélectivité assurée
Circ 34 2 10 Sélectivité assurée
Circ 35 2 10 Sélectivité assurée

134
Projet de fin d’études

Tableau 52: Sélectivité entre disjoncteur en aval et en amont du jeu de barre 48VCC

Repère Calibre Ir1=20A Sélectivité


Ir1/Ir2
Circ 1 2 10 Sélectivité assurée
Circ 2 2 10 Sélectivité assurée
Circ 3 2 10 Sélectivité assurée
Circ 4 2 10 Sélectivité assurée
Circ 5 2 10 Sélectivité assurée
Circ 6 2 10 Sélectivité assurée
Circ 7 3 6,66 Sélectivité assurée
Circ 8 3 6,66 Sélectivité assurée
Circ 9 2 10 Sélectivité assurée
Circ 10 10 2 Sélectivité assurée

135