Vous êtes sur la page 1sur 15

Transferts thermiques

Pr : S.ZKHNINI ME S6

1
Chapitre 1

Introduction aux transferts thermiques

1. GENERALITES SUR LES TRANSFERTS DE CHALEUR

1.1 Introduction

La thermodynamique permet de prévoir la quantité totale d’énergie qu’un système doit échanger avec

l’extérieur pour passer d’un état d’équilibre à un autre.

La thermique (ou thermocinétique) se propose de décrire quantitativement (dans l’espace et dans le

temps) l’évolution des grandeurs caractéristiques du système, en particulier la température, entre l’état

d’équilibre initial et l’état d’équilibre final.

On définit le transfert de chaleur comme de l'énergie thermique en transit à cause d'une différence de

température. On peut observer les phénomènes de transfert de chaleur aussi bien dans des situations

industrielles (fours, échangeurs de chaleur...) que dans notre vie quotidienne (le chauffage et l'isolation de

la maison...).

2
Les trois modes de transfert de chaleur sont:

- la conduction

- la convection

- le rayonnement

I.2 Les modes de transfert de chaleur :

I.2.1 Transfert de chaleur par conduction dans les solides (ou les fluides au repos).

La conduction est définie comme étant le mode de transmission de la chaleur (ou l’échange

d’énergie interne) provoquée par la différence de température entre deux régions d’un milieu

solide, liquide ou gazeux ou encore entre deux milieux en contact physique. (gradient de

température dans un milieu).

Dans la plupart des cas on étudie la conduction dans le milieux solides, puisque dans les milieux

fluides (c'est-à-dire liquide ou gazeux), il y a souvent couplage avec un déplacement de matière et

donc mécanisme de convection.

La conduction est le seul mécanisme intervenant dans le transfert de chaleur dans un solide

homogène.

La conduction s’effectue de proche en proche :

Si on chauffe l’extrémité d’un solide il y a transfert progressif.

Si on coupe le solide, on stoppe le transfert.

3
Exemple : Barre de métal chauffée à l’une de ces extrémités.

On comprend donc intuitivement que la conduction a une origine microscopique. Il s’agir d’un mécanisme de

diffusion de la chaleur.

Dans cette barre métallique chauffée en son extrémité A, on observe un gradient longitudinal de température T(x):

TA > TB Cette différence de température TA – TB provoque un flux de chaleur Φ

I.2.2 Transfert de chaleur par convection

La convection est un transfert de chaleur dans la matière avec mouvement macroscopique de la

matière. Ce type de transfert n’intervient que pour les liquides et les gaz (C’est le fluide en

mouvement qui transporte de la chaleur). On distingue deux types de convection :

4
- Convection naturelle: les mouvements sont dus aux variations de masse volumique dans un fluide soumis au

champ de pesanteur. Les variations de masse volumique peuvent être générées par des gradients de température

(l’air chaud est plus léger que l’air froid) et/ou par des gradients de composition.

- Convection forcée où le mouvement des particules résulte de la pression appliquée au fluide par

l’intermédiaire des moyens mécaniques, (d’une pompe, ventilateur par exemple).

Exemple : refroidissement d’un bâtiment sous l’effet du vent.

Le transfert de la chaleur par convection, se produit entre deux phases dont l’une est généralement au repos et

l’autre en mouvement, en présence d’un gradient de température.

Le mouvement du fluide peut résulter de la différence de masses volumiques (ρ)

due aux différences de températures.

5
- Les expériences suivantes ont pour objectif de montrer comment la chaleur peut se transmettre dans les

milieux, par convection, avec transfert de matière..

Expérience n° 1: Convection (cas des liquides)


Un petit flacon d'eau chaude colorée est immergé dans un grand verre d'eau froide

Une expérience similaire peut être réalisée à l'aide d'un glaçon obtenu par congélation d'eau colorée. Lorsque ce
glaçon est immergé dans de l'eau tiède, il apparaît un courant de convection descendant, d'eau froide

Remarque : L'ouverture de la porte du compartiment congélation d'un réfrigérateur permet de visualiser (par la
condensation provoquée à cet instant) l'écoulement de l'air froid vers le bas, comparable à l'écoulement de l'eau
froide du glaçon dans l'expérience n° 2

6
I.2.3 Transfert de chaleur par rayonnement

Le rayonnement est le transfert d'énergie électromagnétique d’un milieu à haute température vers un autre milieu

à basse température sans aucun support matériel ( il peut s’effectuer dans le vide).

En général, tout corps opaque ou partiellement opaque porté à une température supérieure à zéro Kelvin rayonne

de l’énergie dans toutes les directions.

Cette énergie est transportée sous forme d’une onde électromagnétique dont la propagation n’exige pas du
support matériel. Ce type de transport de chaleur est analogue à la propagation de la lumière et il ne nécessite
aucun support matériel, contrairement aux écoulements.

Exemple : réchauffement d’un mur par le rayonnement solaire

Remarques
- Dans de nombreux problèmes de transformation d’énergie thermique, les trois modes de transfert de la
chaleur coexistent mais, généralement, au moins une des

trois formes pourra être négligée, ce qui simplifiera le


traitement mathématique du processus de transfert
− les trois modes de transfert de chaleur en même temps.

7
CONDUCTION

Sens du flux de chaleur

RAYONNEMENT

Sens du flux de chaleur

CONVECTION
Sens du flux de chaleur

II Définitions

II.1 Champ de température


Les transferts d’énergie sont déterminés à partir de l’évolution dans l’espace et dans le temps de
la température : T = f (x,y,z,t). La valeur instantanée de la température en tout point de l’espace
est un scalaire appelé champ de température. Nous distinguerons deux cas :

- Champ de température indépendant du temps : le régime est dit permanent ou stationnaire.


Dans ce cas l’ équation de température s’ écrit :

T
T = f ( x, y, z ) et =0
t

- Evolution du champ de température avec le temps : le régime est dit variable ou transitoire.

8
Pour la résolution des problèmes thermiques on est souvent appeler à rechercher l’équation de la distribution
de la température qui est elle-même celle du champ de température.
Selon les exigences une étude thermique peut être considérée dans l’un des cas suivants
- Unidimensionnelle :
T T T
- Stationnaire T = f ( x) et = = 0; =0
y z t
T T
- ou instationnaire T = f ( x) et = =0
y z
- Bidimensionnelle : T T
- stationnaire T = f ( x, y ) et = 0; =0
z t
T
- ou instationnaire T = f ( x, y ) et = 0;
z
- Tridimensionnelle :
T
- stationnaire : T = f ( x, y, z ) et = 0;
t

- ou instationnaire T = f ( x, y , z , t )

II.2 Surface isotherme


Considérons un corps homogène dans un champ de température T définie en chaque point et à chaque instant par
la fonction T = f (x, y, z, t). x, y, z sont les variables spatiales, et t est le temps. On peut définir à l’instant t des
surfaces qui constituent les lieux des point ayant la même température. Ce sont les surfaces isothermes.

II.3 Gradient de température


La variation de température par unité de longueur est maximale le long de la normale à la surface isotherme.

9
Cette variation est caractérisée par le gradient de température qui est défini par la relation mathématique
suivante : T
x
T
lim = grad T T
n →0 n gradT T
y
T
z

n : distance entre 2 isotherme voisines.


Le gradient de température est un vecteur dirigé suivent la normale à l’isotherme dans le sens de
l’augmentation de la température. Ainsi, il est opposé au sens de propagation de la chaleur.
La valeur scalaire du gradient de température T n’est pas la même pour les différents points d’une isotherme.
n
Cette valeur est plus grande là où n est plus petite.

II.4 Flux de chaleur


La chaleur s’écoule sous l’influence d’un gradient de température des hautes vers les basses températures.

On appelle flux de chaleur la quantité de chaleur transmise à travers la surface S par unité de temps donc le
flux de chaleur représente le débit de chaleur à travers une surface. Il est noté ϕ.

Q
=
t
Unité :
SI : W (Watts) avec 1 W =1 J/S
Système des Thermiciens : kcal/h

10
II.5 Densité de flux de chaleur
La quantité de chaleur transmise par unité de temps et par unité d’aire de la surface isotherme est appelée densité
de flux de chaleur.


 =
S
Où S est l’aire de la surface (m2)

Unite :
SI : W/m2
Système des Thermiciens : kcal/h.m2

II.6 Equilibre thermique


L’ équilibre thermique est caractérise par l’égalité des températures (en K) de l’ensemble du système. Autrement
dit par l’absence de tout flux thermique

III. Formulation d’un problème de transfert de chaleur


But : Déterminer quantitativement l’évolution de la température à l’intérieur du système dans l’espace et dans
le temps. L’équation qui permet d’obtenir cette information s’appelle l’équation de l’énergie ou équation de la
chaleur. Comment établir cette équation ?
On réalise un bilan d’énergie sur le système c'est-à-dire que l’on applique le premier principe de la
thermodynamique.

III.1 Bilan d’énergie


Il faut tout d’abord définir un système (S) par ses limites dans l’espace et il faut ensuite établir l’inventaire des
différents flux de chaleur qui influent sur l’état du système :

11
Bilan d’énergie

φst : flux de chaleur stocké


φg : flux de chaleur généré
φe : flux de chaleur entrant
φs : flux de chaleur sortant

On applique alors le 1er principe de la thermodynamique pour établir le bilan d’énergie du système (S) :

Il faut ensuite établir les expressions des différents flux d’énergie. En reportant ces expressions dans le bilan
d’énergie, on obtient l’équation différentielle dont la résolution permet de connaître l’évolution de la
température en chaque point du système

III.2 Stockage d’énergie


Le stockage d’énergie dans un corps correspond à une augmentation de son énergie interne au cours du temps
d’où (à pression constante et en l’absence de changement d’état) :

T
φst = ρvc
t
Avec :
φst : Flux de chaleur stocké (W)
ρ : Masse volumique (kg m-3)
v : Volume (m3)
C : Chaleur spécifique (J kg-1 K-1)
T : Température (K) t Temps (s)
Le produit ρvc est appelé la capacitance thermique du corps.

12
III.3 Génération d’énergie

Elle intervient lorsqu’une autre forme d’énergie (chimique, électrique, mécanique, nucléaire) est convertie en

énergie thermique. On peut l’écrire sous la forme :

 g = qv

Avec : φg : Flux d’énergie thermique générée (W)


q : Densité volumique d’énergie générée (W m-3)
v : Volume (m3)

III.4 Flux de chaleur lié à un débit massique


Lorsqu’un débit massique m de matière entre dans le système à la température T1 et en ressort à la température
T2, on doit considérer dans le bilan le flux de chaleur entrant correspondant :

e = mc p ( T1 − T2 )

Avec :
e Flux de chaleur entrant dans le système (W)
m Débit massique (kg.s-1)

cp Chaleur spécifique (J.kg-1.K-1)


T1, T2 Températures d’entrée et de sortie (K)

13
III.5 Conduction
C’est le transfert de chaleur au sein d’un milieu, sans déplacement de matière, sous l’influence d’une
différence de température. La propagation de la chaleur par conduction à l’intérieur d’un corps s’effectue
selon deux mécanismes distincts : une transmission par les vibrations des atomes ou molécules et une
transmission par les électrons libres.
La théorie de la conduction repose sur l’hypothèse de Fourier : le flux est proportionnelle au gradient de
température :

S gradT

Ou sous forme algébrique : T ϕ


S
x

ϕ : Flux de chaleur transmis par conduction (W)


λ : Conductivité thermique du milieu (W m-1 K-1)
x : Variable d’espace dans la direction du flux (m)
S : Aire de la section de passage du flux de chaleur (m2 )

III.6 Conductivité thermique des matériaux


Les coefficients de conductivité sont des propriétés physiques intrinsèques des matériaux

On trouvera dans le tableau les valeurs de la conductivité thermique λ de certains matériaux parmi les plus
courants.

14
III-7) Loi fondamentale de la convection (loi de I. Newton)
La loi fondamentale de la convection est la loi d’Isaac Newton (1643-1727), traduite par la relation
expérimentale de flux de chaleur échangé par convection entre un fluide et une paroi solide.

 = h.S .(Tchaud − T froid ) avec h =  fluide / 

Tels que :
δ : représente l’épaisseur d’un film mince du fluide adhéré à la paroi solide;
λfluide : la conductivité thermique du fluide
h : représente le coefficient du transfert de chaleur par convection ; [W/m2.K] ou
[kcal/h.m2.C]

Remarque :
La valeur du coefficient de transfert de chaleur par convection h est fonction de la nature du fluide, de sa
température, de sa vitesse et des caractéristiques géométriques de la surface de contact solide/fluide.

III.8 Loi fondamentale du rayonnement (loi de Stefan-Boltzmann)


Le transfert de chaleur par rayonnement entre deux corps à des températures différentes séparés par
du vide ou un milieu semi-transparent se produit par l’intermédiaire d’ondes électromagnétiques,
donc sans support matériel. Ce mécanisme de transfert est régi par la loi de Stefan-Boltzmann
Ex : corps de petite dimension placé dans une enceinte fermée

 =  P S (TP 4 − T 4 )

Avec : ϕ : Flux de chaleur transmis par rayonnement (W)


σ : Constante de Stefan (5,67.10-8 W m-2 K-4)
εp : Facteur d’émission de la surface
Tp : Température de la surface (K)
T∞ : Température du milieu environnant la surface (K)
S : Aire de la surface (m2)

15