Vous êtes sur la page 1sur 4

Editorial

Journal Marocain des Sciences Médicales 2017, Vol 21 ; N°2

IMPACT DES DECHETS HOSPITALIERS SUR LA PRESERVATION DE L’ENVIRONNEMENT


Pr My Ahmed IRAQI
Ancien secrétaire d’Etat à l’Environnement du gouvernement d’alternance, médecin et professeur
universitaire de la Faculté de médecine et de Pharmacie de Casablanca.

PREAMBULE à relever se complique par la certitude,


intelligemment entretenue à l’ère de la modernité,
La protection de l’environnement est doublement d’appartenir d’emblée à la société du savoir. De ce
vertueuse. D’une part, elle réduit le risque de fait, il est indispensable d’examiner de l’interaction
maladie pour le vivant. D’autre part, elle ne dépend santé environnement selon un référentiel rationnel
que de la volonté de l’organisation sociale. Pour et scientifique. De sorte qu’on puisse fixer le repère
autant, elle ne constitue pas une priorité dans la objectif et fiable du diagnostic nécessaire et du
conception actuelle des systèmes, encore moins partage d’un projet équitable et donc réaliste et
pour les pays économiquement faibles. Face au réalisable de sauvegarde des conditions de vie,
spectre du réchauffement climatique, il n’y a notamment mais non exclusivement, de l’espèce
cependant pas d’alternative à la lutte efficiente et humaine.
efficace contre la pollution pour sauvegarder un tant
soit peu les conditions de vie. Dès lors, le défi à DE LA DEFINITION SOCIO-ECONOMIQUE
relever réside dans les modalités d’implémentation ET CULTURELLE A LA
d’un changement socio-économique et surtout CARACTERISATION BIOLOGIQUE DE
culturel. L’ENVIRONNEMENT
Pour y répondre valablement, il est indispensable de
procéder à une critique constructive de l’interaction La définition initiale de l’environnement réside dans
santé environnement telle qu’elle est conçue par sa dénomination. Elle signifie ce qui nous entoure,
l’esprit contemporain, avant de se pencher sur la ce qui se trouve aux environs. Mais comme chacun
motivation requise pour l’adhésion et la fait partie de ce qui entoure les autres, elle conduit
mobilisation autour d'un nouveau projet de société. sans détour vers une vision anthropocentrique de
Pour des raisons différentes mais inter liées, la l’environnement, ce qui est compatible avec la
thématique intitulée « déchets hospitaliers » revêt à raison de l’Homme mais antinomique de la raison
ce propos le caractère d’un modèle d’étude de la Nature. De plus, elle va jusqu’à procurer à
exemplaire : l’expansion territoriale, au pillage puis au gaspillage
- Tout d’abord, la problématique des déchets des ressources Naturelles, une certaine légitimité.
hospitaliers met en avant l’urgence de la prise Le recours aux écosystèmes dans l’approche de
en charge des rejets issus de la pratique l’environnement révèle une prise de conscience du
médicale, ce sur quoi un consensus est vite danger de l’anthropocentrisme, y compris pour
établi. ceux qui l’incarnent. Il permet d’introduire dans
- Deuxièmement, la protection de le débat une dose minime de rationalité, dans la
l’environnement étant synonyme d’une mesure où ces écosystèmes désignent des espèces
stratégie globale et intégrée de lutte contre la regroupées en populations, composées d’individus
pollution, le consensus établi de prime abord qui partagent la vie dans un espace géographique
devient rapidement conflictuel. donné. Le progrès réalisé du point de vue
- Troisièmement, parce qu’elle s’accompagne intellectuel est certes indéniable mais encore
d’une majoration simultanée des déficits insuffisant pour atténuer en quoique ce soit les
globaux de la planète et d’un enfoncement comportements et les attitudes de différents
croissant dans la précarité sanitaire et protagonistes. C’est la raison pour laquelle il est
environnementale, elle est paradoxalement nécessaire d’aller encore plus loin dans la
auto- entretenue par ce constat. caractérisation de l’environnement. Celui-ci est en
- Quatrièmement, elle justifie de ce fait un fait une entité globale, naturelle et sociale, unique et
investissement considérable dans l’acquisition plurielle, indépendante et inter liée, évolutive et
de technologies à la fois prometteuses au départ adaptative. Il est à chaque moment dans l’état que la
et décevantes à court terme. raison de la Nature détermine, c’est-à-dire qu’il
- Enfin, son importance tient clairement à la s’inscrit en permanence dans une dynamique de
révélation des défaillances des options actuelles changement global inévitable. Partant de ce constat,
et du dit développement durable. nous devons chercher non pas à le définir mais à
Aujourd’hui, il n’y a aucun doute sur le tort de caractériser sa dynamique schématique ci-dessous.
l’instrumentalisation idéologique du savoir. Le défi

1
Editorial
Journal Marocain des Sciences Médicales 2017, Vol 21 ; N°2

Pour l’instance onusienne en charge du dossier, la


santé est non seulement un droit mais aussi « un état
de bien-être complet physique, mental et social qui
ne signifie pas uniquement l’absence de maladie ou
d’infirmité ». L’ensemble est bien entendu
favorablement accueilli selon la raison de l’Homme,
mais totalement autonomique de la raison de la
Nature. En même temps, il constitue le repère des
revendications rendues légitimes par la
communauté internationale. De ce fait, il
débouche sur la focalisation des systèmes de santé
sur les soins curatifs, souvent tardifs et coûteux,
générant des rejets issus de techniques diagnostique
et thérapeutique de plus en plus sophistiquées. Tout
converge alors pour assimiler la santé à un état de
Le changement global de l’environnement est non
mieux-être conditionné en amont par la raison de la
seulement inéluctable mais aussi indispensable pour
Nature. Car il n’y a aucun doute par ailleurs, ni sur
entretenir les conditions de vie. Bien qu’il soit régi
le caractère irréaliste et irréalisable du bien-être
par des lois Naturelles immuables, il laisse à
complet, ni sur sa perception variable dans le temps
l’espèce humaine une certaine marge de manœuvre
et dans l’espace par chacun selon son état du
qu’elle exploite en fonction de la perception de
moment. Et c’est bien ce qui justifie d’une part la
chacun des modalités de réalisation de ses attentes
dénonciation du concept onusien de la santé, d’autre
individuelles. Ces attentes se résument, de la
part la recherche d’un cadrage plus naturel. C’est
conception à la mort, progressivement puis
ainsi qu’on en vient à se contenter de définir la santé
définitivement, en la volonté d’avoir plus et mieux
comme un état de mieux-être et non plus de bien-
et de devoir moins. La prise de conscience conjointe
être complet, afin d’ouvrir une nouvelle page plus
de la finitude et des limites des pouvoirs attribués et
réaliste et donc réalisable dans l’approche des
acquis, explique en permanence le pourquoi de la
systèmes de santé.
vie de l’Homme en fonction d’un sentiment de
A l’instar de l’environnement dont elle épouse le
pénurie. Celui-ci n’est relativement pondéré pour
caractère, la santé correspond en fait à un état
chacun que selon son savoir, car il n’y a aucun doute
dynamique. Tout au long de la vie, elle met en jeu
sur le dictat de la motivation pour continuer à
trois protagonistes : le milieu intérieur (terrain
s’impliquer dans la dynamique requise pour la
anatomique et biologique), le milieu extérieur et le
préservation des écosystèmes et par extension de
facteur de risque ou de promotion. L’ensemble ainsi
l’environnement.
nommé interagit de la conception à la mort et ne
L’environnement ne devient favorable que par la
s’arrête que lorsque les capacités réactionnelles de
prise en compte de l’ensemble des caractères qui le
l’organisme deviennent totalement défaillantes.
définissent : évolutif et adaptatif, unique et pluriel.
Ainsi, la boucle vitale se résume à un enchaînement
Son caractère évolutif et adaptatif se manifeste sous
naturel entre des phases de composition, de
l’influence d’interdépendances et d’interactions
décomposition et, à termes, le recyclage des
continues. Son unicité et sa pluralité s’expriment à
produits de dégradation dans la Nature. C’est, il faut
travers la diversité, biologique et culturelle
le signaler, un schéma qui régit la dynamique de tout
notamment, également indispensables à la survie
ce qui existe, en parfaite adéquation avec la raison
de l’espèce humaine.
de la Nature.
C’est la raison de la Nature qui alimente la raison de
Dans la promotion de la santé, il faut par conséquent
l’Homme, lui offrant les conditions de vie pour
retenir la permanence éternelle d’un anabolisme et
exister et évoluer, avant de la sanctionner en fin de
d’un catabolisme de même que le caractère
parcours par la transformation des corps organiques
simultané de la construction et de la destruction.
en produits de dégradation qui seront recyclés
Cela concerne de manière caricaturale la santé, qui
ultérieurement dans d’autres compositions. Pour
correspond à un état d’équilibre dynamique régi par
optimiser la durée de vie et améliorer sa qualité, il
des échanges tributaires de l’homéostasie (équilibre
est indispensable de recourir au savoir.
du milieu intérieur) et de la qualité des échanges
avec le milieu extérieur. C’est, en d’autres termes,
DECHETS HOSPITALIERS ET PROMOTION
un état d’équilibre de l’individu dans son
DE LA SANTE
environnement naturel et social. Les actions et les
réactions qui s’ensuivent débouchent à chaque
Comme pour l’environnement, la santé répond à une
instant sur une nouvelle situation, modifiant ainsi
définition aussi satisfaisante pour l’esprit que
les capacités réactionnelles qui finissent par
dangereuse lorsqu’elle prélude à l’organisation des
s’annuler. L’optimisation de la durée et de la qualité
systèmes de sa mise en œuvre.

2
Editorial
Journal Marocain des Sciences Médicales 2017, Vol 21 ; N°2

de vie doit par conséquent faire appel aux soins l’assainissement. Elle est par ailleurs, il faut le
curatifs qu’en cas d’échec de la précaution (éviter le souligner avec force, contredite par la réalité
risque) et de la prévention (gérer le risque de socioéconomique et surtout biologique des rejets.
manière anticipée). Jusqu’à présent, et comme le Sur le plan socioéconomique, il suffit d’une visite
confirme la promotion de la gestion des dits « des décharges plus ou moins « contrôlées » pour
déchets hospitaliers » dans la lutte contre la découvrir la véritable issue des rejets. On peut alors
pollution, tout converge pour considérer la mise en observer la présence de produits de lixiviation, et
avant de la raison de l’Homme comme une donc de pullulation microbienne, d’abord durant le
composante de la problématique à résoudre. transport des dits déchets, puis dans les décharges et
enfin dans la nappe phréatique. Dans les pays
TROMPERIE TERMINOLOGIQUE DES économiquement faibles notamment mais non
DECHETS HOSPITALIERS exclusivement, d’immenses troupeaux de bétail se
nourrissent des restes stockés dans les déchetteries.
Dans la conception du début du XXIème siècle de On est par conséquent en mesure d’affirmer que
l’interaction santé environnement, les « déchets d’une manière ou d’une autre les déchets se
hospitaliers » correspondent à l’aboutissement, retrouvent dans l’assiette, y compris des plus
certes embarrassant, d’un parcours vertueux. En nanties. Au passage, il faut signaler les risques
effet, il s’agit de rejets issus de la revendication d’un physiques et infectieux pris par l’ensemble de la
accès quantitatif et qualitatif aux soins curatifs, et ce population et plus particulièrement certaines
à l’échelon universel. De la sorte, leur dénonciation catégories professionnelles comme les éboueurs ou
reste limitée à leurs retombées préjudiciables pour les récupérateurs à la recherche de restes à recycler
le milieu et les conditions de vie. Mais dès qu’ils dans les décharges publiques. Sans aucune
sont regroupés dans une thématique dissociée de la hésitation, on est par conséquent en mesure
pollution en général, dans les termes qui leurs sont d’affirmer que les « déchets » des uns représentent
conférés, ils préludent à un dérapage structuré. une source de revenu pour les autres, et de manière
Deux tromperies effectives deviennent alors presque inconsciente, un facteur de risque de
explicites. maladie pour l’ensemble de l’organisation sociale.
La première tromperie est en rapport avec la Sur le plan biologique, l’argument ne soulève en
composition des rejets issus des actes médicaux. principe aucune controverse. Il est résumé au dix-
Que ceux-ci soient prodigués en milieu hospitalier huitième siècle déjà par Lavoisier dans la formule
ou extra hospitalier, ils sont synonymes d’une prise consacrée : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout
en charge sociale et professionnelle faisant appel à se transforme ». Cette théorie, complétée
des moyens multiples et diversifiés, les uns ultérieurement par la théorie des variations relatives
communs à la vie courante et les autres plus de la masse dans le temps et dans l’espace, fonde
spécifiques au secteur médical. Les rejets qui partout et toujours les repères authentiques de
s’ensuivent sont alors représentatifs de la pollution l’homme. Elle signifie que tout ce qui se compose
due à la consommation élémentaire en pension finit par se décomposer en produits de dégradation,
complète ou relative, de la pollution due aux eux-mêmes faisant l’objet d’une recomposition
différentes activités anthropiques, et bien entendu, ultérieure à travers leur recyclage. Cependant, elle
de la pollution consécutive à l’usage diagnostique et est contredite par l’assimilation des rejets à des
thérapeutique de produits chimiques, parachimiques déchets dont on pense à tout moment pouvoir se
et radioactifs. A ces produits qui varient aussi par débarrasser.
leur état physique (solide, liquide ou gazeux), il faut En somme, le déchet n’existe pas pour la Nature. Il
rajouter d’autres de nature organique ou dépend de la perception que l’Homme se fait de son
anatomique, de sorte qu’on puisse qualifier les « utilité, une perception subjective qui varie d’ailleurs
déchets hospitaliers » de modèle d’étude largement considérablement, non seulement selon les
représentatif de la problématique de la pollution. La personnes, mais aussi pour la même personne selon
lutte contre leurs effets indésirables devient alors son état et son statut du moment. Par conséquent,
intimement liée à la gestion globale et intégrée de la seul un référentiel scientifique valide rendrait
dialectique santé environnement. Il n’y a en somme possible la mutualisation solidaire des risques
pas de justification pour traiter des rejets inhérents à la vie communautaire.
hospitaliers de manière isolée dans l’objectif d’en L’impact de la pollution sur le réchauffement
réduire les préjudices apportés aussi bien à climatique ainsi que ses effets effectifs et
l’environnement social que naturel. prévisibles justifient de la remise en cause de la
La deuxième tromperie revêt un caractère commun gouvernance des rejets, engageant la responsabilité
à l’ensemble des rejets dans la mesure où ils sont commune et différentiée de chacun.
assimilés à des déchets. Cette tromperie Il est temps par conséquent de rattraper la double
terminologique débouche sur une dilution des tromperie des « déchets hospitaliers » en traitant de
responsabilités de la pollution et de

3
Editorial
Journal Marocain des Sciences Médicales 2017, Vol 21 ; N°2

manière globale et intégrée des rejets inhérents à la caractère d’exemplarité. Les éclairages qu’il
vie individuelle et communautaire. apporte se dégagent à travers les constats
historiques et scientifiques énumérés ci-dessous :
TRAQUENARD DU DEVELOPPEMENT - Tout d’abord, le consensus établi autour de sa
DURABLE définition est en fait un compromis entre des
protagonistes qui ne divergent que par leur
Rédigée en 1987 par la Commission mondiale sur approche de la gestion des défis de la Nature.
l’environnement et le développement de l'ONU, le Les négociations initiées en 1947, mettent en
rapport Brundtland définit le développement avant les enjeux économiques et débouchent
durable comme « un mode de développement qui sur un blocage articulé autour des
répond aux besoins des générations présentes sans responsabilités de la protection de
compromettre la capacité des générations futures de l’environnement.
répondre aux leurs ». C’est une définition de - Ensuite, la communauté internationale semble
compromis entre deux écoles, celle de l’écologie parfaitement incapable de traduire ses principes
profonde et celle de l’écologie anthropocentrique en actions. En effet, après le protocole de
et ce après 150 ans de divergences. La première Kyoto, signé en 1997 pour être abandonné en
école, minoritaire dans le débat, lie le 2009, l’accord de Paris de 2015 risque de
développement au seuil de tolérance de la Nature. connaitre le même sort consécutivement à son
L’autre en revanche l’associe à la croissance abandon par le Président des Etats Unis
économique et, éventuellement, à la réparation des d’Amériques.
préjudices. Les deux approches convergent en leurs - En revanche, rien n’empêche la Nature de
références au bien-être. trancher sur un désastre déjà effectif, à travers
L’évolution des idées fait suite aux constats faits à lequel on peut dire que l’environnement fournit
partir de la révolution industrielle, de l’exploitation une réponse normale à sa sollicitation
de l’Homme par l’Homme, des guerres et des franchement anormale.
génocides. Ces constats s’inscrivent en porte-à-faux - Enfin, le concept du développement durable
avec les valeurs humanistes prônées par la demeure suffisamment attractif pour que son
civilisation dominante. Pour autant, ce n’est que projet fictif soit incontestable, de sorte qu’on
face aux atrocités nazies que la communauté puisse objectivement le qualifier de véritable
internationale, dans le cadre des Nations Unies, a traquenard. Quoiqu’il en soit, le développement
ouvert le chantier d’une tentative de conciliation durable n’est qu’une vue de l’esprit, certes
entre des enjeux économiques et environnementaux. prometteuse et donc mobilisatrice, mais en
Les initiatives prises à partir de la fin de la deuxième même temps erronée. Il ne peut exister selon la
guerre mondiale visaient clairement le maintien raison de la Nature et, comme le prouve son
socioéconomique et culturel établi grâce à la projet fictif, il ne répond à aucun montage
mobilisation de tous pour partager le projet des réaliste et réalisable. En effet, tout ce qui existe
vainqueurs. La ligne directrice retenue dans cette connaît nécessairement un enchaînement entre
perspective demeure identique à elle-même, elle une phase de genèse, une phase de promotion
s’articule autour de la motivation des vainqueurs et, en fin de parcours, une disparition relative
comme des vaincus ou des populations soumises. Le sous forme de produits de dégradation. Avant
droit des peuples à l’autodétermination se conjugue sa confirmation scientifique, ce schéma a fondé
à ce propos avec des engagements éthiques la critique de nombreux auteurs comme celle
vertueux, prometteurs du meilleur à l’échelon d’Ibn Khaldoun au quinzième siècle sur
universel, pour maintenir au bout du compte l’ordre l’organisation sociale et l’Histoire des
établi. Mais face au spectre du réchauffement civilisations.
climatique, à la majoration simultanée des déficits En conclusion, les transformations qui se produisent
globaux de la planète et à l’enfoncement dans la signifient certes un développement mais limitée
précarité sanitaire de la majorité des personnes, il n dans le temps, sa nature malformative ou
y a plus aucun doute sur le dictat d’une alternative déformatrice n’étant absolument pas
aux options en vigueur. Néanmoins, comment invraisemblable.
convaincre autant les favorisés que surtout les La qualification par le terme de traquenard repose
défavorisés d’un retour à la raison ? non seulement sur le caractère fictif du projet auquel
C’est dans la genèse de concepts, d’autant plus prétend la communauté internationale, mais aussi et
attractifs que leurs projets s’avèrent fictifs, qu’il faut surtout sur des arguments scientifiques. Il en va
chercher la réponse à cette question. Parce qu’il est de même pour la stratégie dite « adaptative de
particulièrement révélateur des obstacles à l’environnement au développement », adoptée lors
surmonter, aussi bien pour préciser ses du sommet de Rio en 1992, car il n y a aucun doute
termes de référence que pour cadrer l’alternative qui sur l’illusion d’une adaptation de la Nature aux vues
s’impose, le développement durable revêt un de l’esprit.