Vous êtes sur la page 1sur 39

Réalisation d’une éolienne

UE08 - Production d’énergie alternative

HELMo GRAMME
V. Kelner

MASTER 2 2018-2019

BECKERS Jonathan
HUCHANT Hugo
MICHEL Samuel
PREVOT Elise
Table des matières

1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2 Premières démarches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.1 Premières impressions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.2 Essai du système d’assemblage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3 Calcul de dimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
3.1 Caractérisation de l’individu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
3.2 Dimensionnement proprement dit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
4 Prototype final . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4.1 Pièces individuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
4.2 Assemblage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
5 Test de l’éolienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
5.1 Présentation du test . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
5.2 Modification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
6 Porte-folio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

2
Table des figures

1 Premier et troisième essais d’impression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5


2 Exemple de jupe d’impression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
3 État de surface du profil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
4 Impression pour l’essai d’assemblage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
5 Transformation de l’énergie du vent ainsi que courbes optimales de TSR . . . . . . . 8
6 Valeurs trouvées pour la longueur de corde en fonction du rayon . . . . . . . . . . . 9
7 Aperçu du profilé NACA 4412 optimisé pour les éoliennes . . . . . . . . . . . . . . . 10
8 Graphique pour le profilé 4412 du rapport Cl/Cd en fonction de l’angle d’attaque . 11
9 Triangle de vitesse sur les pales d’une éolienne, mise en évidence des angles alpha,
β et Φ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
10 Tableau comprenant les différentes valeurs de U, Φ et β en fonction du rayon variable 12
11 Extrémité de la pale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
12 Milieu de pale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
13 Pied de pale et son angle de calage de 9 degré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
14 Nez et attaches des pales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
15 Nez : partie aérodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
16 Rendus 3D de l’assemblage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
17 Jonction de deux parties de pale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
18 Assemblage sur le mât . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
19 Jonction de deux parties de pale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
20 Test de l’éolienne au vent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
21 Nouveau design du pied de pale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

3
1 Introduction
Dans le cadre du cours d’énergie éolienne, notre petit groupe a choisi d’utiliser l’impression
3D afin de réaliser nos pales d’éolienne. Nous avions envie de toucher à l’aspect modélisation et
impression des pales. La plupart d’entre nous n’ayant pas eu le cours d’impression 3D donné ac-
tuellement en 2ème, nous avons sauté sur l’opportunité d’apprendre à utiliser cette technologie.

Dans l’optique de comparer les réalisations des différents groupes le plus objectivement possible,
nous avons choisi avec le reste de la classe de réaliser un mât commun.

2 Premières démarches
Afin de se familiariser avec l’impression 3D avant de se lancer dans le projet nous avons com-
mencé par quelques tests d’impression.

2.1 Premières impressions


Pour commencer, il nous fallait d’abord installer le logiciel Ultimaker Cura afin d’effectuer nos
tests 1 . Pour se familiariser avec le logiciel et les différents paramètres d’impression, nous avons
commencé par imprimer des modèles de pales téléchargeable sur internet.

Cela nous à permis de déterminer les premiers critères auxquels nous allions devoir faire atten-
tion pour nos réalisations finales.

Nous avons réalisé trois impressions, la première1 nous a permis de faire attention à l’épaisseur
minimum d’impression, la deuxième s’est déroulée sans soucis. Pour la troisième1, nous voulions
imprimer sur toute la hauteur de l’imprimante et nous nous sommes rendu compte qu’il fallait
alors augmenter la jupe d’impression2 de la pièce ce qui permet une meilleure adhésion. Lors de
cette troisième impression, nous n’avions pas fait attention à ce que la vis de calage de la tête
d’impression sois bien propre, résultat la tête a glissé sur la vis et a donc manqué une couche. Ceci
a eu pour effet de fragiliser énormément la pièce qui a finalement cassé.
1. Ce logiciel permet de passer le modèle 3D du format STL au format G-CODE qui est celui correspondant au
langage machine des imprimantes 3D

4
Figure 1 – Premier et troisième essais d’impression

Figure 2 – Exemple de jupe d’impression

5
2.2 Essai du système d’assemblage
Rapidement, nous nous sommes rendu compte que nos pales devraient être imprimées en plu-
sieurs morceaux afin d’atteindre une longueur de pale similaire à celle des autres groupes. Dans
cette optique, il a fallu que nous trouvions un système pour les assembler.

Après plusieurs idées nous avons décidé de clouer et coller nos pales. Nous avons donc imprimé
des morceaux de pale pour tester ce type de fixation.

Figure 3 – État de surface du profil

Figure 4 – Impression pour l’essai d’assemblage

Suite au test nous pensons que les fixations devraient tenir. Cependant, ce test a mit en avant
plusieurs défauts. Les pré-trous, destiné à recevoir les clous, ont un diamètre un peu trop petit,
les supports, destinés à supporter le profil de la pièce, abîment énormément celle-ci (cfr. figure
3). Il faudra donc imprimer les pièces à la verticale et donc augmenter la jupe d’impression. Un
troisième défaut est que le bout des pales est trop fin et donc s’imprime mal. Il faudra augmenter
l’épaisseur de l’arrête.

6
3 Calcul de dimensionnement
Toute cette section a été écrite par Jonathan Beckers.

3.1 Caractérisation de l’individu


Une éolienne peut être caractérisée selon plusieurs paramètres :

La corde : Il s’agit de la longueur de la droite la plus longue possible entre le bout du bord
d’attaque et celui du bord de fuite.

Le profilé : C’est le profilé, ici défini par le principe NACA que nous expliquerons plus tard,
qui définit beaucoup d’informations d’un coup et qui apporte les effets désirés, traînée ou
portance.

La longueur de pale : Elle dépend de nombreux paramètres et sera très importante dans le
dimensionnement quand il sera question de la vitesse de rotation et du nombre de pales.

Le nombre de pale : Il définit la vitesse de rotation optimale en fonction de la vitesse du vent.

L’angle d’attaque : Il peut être variable mais c’est lui qui définit la portance ou la traînée en
fonction du profilé.

Avec toutes ses valeurs, l’éolienne peut être créé, l’individu est clairement défini mais cela ne cor-
respondra qu’à un certain contexte que nous avons également défini selon plusieurs variables :

La vitesse du vent : Après quelques réflexions, nous avons décidé de placer cette éolienne, nor-
malement, au-dessus du kot de Simon Remy, au sixième étage, le long de la Meuse, à Liège,
près de la place Général Leman. Après avoir mesuré la vitesse, nous nous sommes basés sur
une vitesse de 3 mètres par seconde. Ce n’est pas énorme mais nous sommes dans une ville
et à une hauteur de mât assez peu élevée.

La hauteur du mat : Dans notre projet, nous avons décidé que chaque groupe fournirait une
personne afin de travailler plus particulièrement sur le mât. Celui-ci sera donc commun a
toutes les équipes. Il fera une hauteur de plus ou moins deux mètres.

la vitesse de rotation de l’axe horizontal : Notre but étant de faire tourner un petit moteur,
il faut tenter au maximum d’approcher sa vitesse nominale (celle-ci étant de 5000 rpm).
Cette vitesse étant beaucoup trop élevée, nous avons utilisé une boite de vitesse afin de la
diminuer selon un facteur 17.8. Cela diminuera notre rendement mais nous n’avons point
trouvé d’autres moteurs à vitesses nominales plus faibles.

7
3.2 Dimensionnement proprement dit
La première des dimensions à définir est la longueur de pale. De là découleront tous les autres
calculs. Pour ce faire, nous allons utiliser l’équation du Tip-Speed Ratio (équation 1).
W.R
λ= (1)
V
où λ est le Tip-Speed Ratio (alias TSR),
w est la vitesse de rotation,
R est le rayon en tête de pale et
V est la vitesse du vent direct.

Le TSR est défini en lui-même d’une manière que nous n’allons pas décrire ici. pour plus de
renseignement, se référer au cours d’énergie éolienne de Vincent Kelner trouvable dans la biblio-
graphie. Toujours est-il qu’en se fiant au graphique visible à la figure 5, en se fixant un nombre de
pales égal à trois, nous pouvons voir que le TSR optimal se trouve vers 6. C’est donc cette valeur
que nous allons garder pour la suite des calculs.

Figure 5 – Transformation de l’énergie du vent ainsi que courbes optimales de TSR

En utilisant la formule 1 et en prenant comme valeurs w=29,42 rad/s (valeur trouvée en divi-
sant les 5000 RPM du moteur par le rapport de la boite de vitesse) et V= 3m/s, nous obtenons

8
donc un rayon d’éolienne de 0.61m. Pour des raisons de facilité, et de communication entre tous
les groupes, nous avons décidé de faire une éolienne d’un diamètre total d’1,4m. Pour cela, il nous
faudrait soit une vitesse de ven de 3,43 m/s, soit une vitesse de rotation de 4370 RPM. Nous
espérons que cela n’influencera pas trop en mal notre dimensionnement.
En soit, nous avons décidé que notre nez ferait 10 cm de diamètre donc la longueur exacte des
pales sera de 0.65 m.

Après avoir définit la longueur de la pale, nous devons maintenant élaborer la longueur de la
corde. Cela se fera grâce à l’équation 2 qui permet de définir la longueur de la corde en fonction
du rayon.
16.π.R2
c(r) = (2)
9.λ2 .B.r
où c(r) est la longueur de la corde en mètre en fonction du rayon (en mètre),
R est le rayon total de la pale (en mètre),
λ est le TSR,
r est le rayon variable (en mètre) et
B est le nombre de pales, ici égal à trois.

Cette formule est faite pour dimensionner une pale à corde de longueur variable. Pour éviter
de trop nous compliquer la tâche, particulièrement au niveau des attaches entre les morceaux de
pale, nous avons décidé de garder le longueur de corde constante.
Les résultats de l’équation 2 nous permettent de trouver les valeurs visibles à la figure 6. Comme
les valeurs sont assez proches les unes des autres, nous avons décidé de prendre une valeur de 10
cm.

Figure 6 – Valeurs trouvées pour la longueur de corde en fonction du rayon

Maintenant que nous connaissons la longueur de la corde, nous pouvons, grâce à l’équation 3,
connaître approximativement le nombre de Reynolds de notre écoulement afin de connaître l’angle
d’attaque théoriquement optimal.
V.l
Re = (3)
ν
où Re est le nombre de Reynolds (adimensionnel),
V est la vitesse de l’écoulement (en m/s),
l est la longueur caractéristique, ici, la longueur de la corde (en m)
et ν est la viscosité cinématique de l’air = 15, 6 × 10−6 m/s

9
Cela nous donne une valeur pour le nombre de Reynolds égale à 19 230. C’est grâce à celle-ci
que nous pourrons, sur le site NACA Airfol Tool visible en bibliographie, trouver l’angle d’attaque
optimal de l’éolienne. Pour avoir une éolienne la plus efficace possible, nous avons choisi de prendre
le profilé 4412 visible à la figure 7. Ce merveilleux site nous donne également, pour différents nombre
de Reynolds (ici, nous avons été obligé de choisir la valeur 50 000, les nombres de Reynolds pour
les vraies éoliennes étant beaucoup plus élevés, c’est la plus petite valeur sélectionnable) plusieurs
graphes intéressants.

Figure 7 – Aperçu du profilé NACA 4412 optimisé pour les éoliennes

Celui qui nous intéresse particulièrement ici est le graphique qui montre l’évolution du rapport
Cl/Cd en fonction de l’angle d’attaque α visible à la figure 8.
L’angle d’attaque représente l’angle entre la corde du profilé (c’est-à-dire la droite reliant le bord
d’attaque et le bord de fuite) et la direction du vent. Plus il est grand et plus la portance est
importante. Attention seulement à ne pas trop l’agrandir sinon l’air ne pourrait plus passer sur
l’extrados et il n’y aurait plus de portance du tout. Cela s’appelle le décrochage ou le stall en
anglais.
Le Cl représente le coefficient de lift (donc de portée). En fonction des types d’éoliennes, il est par-
fois plus intéressant d’avoir une grande portée par rapport à la traînée et inversement mais dans
notre cas, la portée est l’objectif à atteindre. De la même manière, Cd représente le coefficient de
traînée. Pour les calculer, il suffit d’utiliser les formules 4 et 5.

L
CL = (4)
0, 5.ρ.V 2 .S
D
CD = (5)
0, 5.ρ.V 2 .S
où L représente la portée (en N),
D représente la traînée (en N)
et S est la surface de référence (en m2).

10
Figure 8 – Graphique pour le profilé 4412 du rapport Cl/Cd en fonction de l’angle d’attaque

Notre but est donc d’optimiser le rapport Cl/Cd et, selon la figure 8, nous avons donc choisi
un angle d’attaque α égal à 9°.

Cet angle α représente donc l’angle entre la corde et l’incidence du vent mais étant donné que
les pales tournent, cette dernière n’est pas directement perpendiculaire au plan de rotation des
pales. Il faut donc le prendre en compte grâce à l’angle β qui se trouve entre le plan de rotation
des pales et la corde de l’éolienne. La somme de α et de β représente l’angle φ comme visible à la
figure 9.

11
Figure 9 – Triangle de vitesse sur les pales d’une éolienne, mise en évidence des angles alpha, β
et Φ

Le calcul de l’angle Φ se fait grâce à l’équation 6. On y voit la présence de U sous forme de ω.r.
V
 
Φ = arctan (6)
w.r
où ω est la vitesse de rotation (en rad/s)
et r est le rayon (variable) de la pale (en m).

Figure 10 – Tableau comprenant les différentes valeurs de U, Φ et β en fonction du rayon variable

Le résultat de tous ses calculs se trouve sur l’image 10. A nouveau, étant donné le caractère
variable du rayon, nous avons plusieurs valeurs et il nous a fallu en choisir une. Nous avons donc
opté pour un angle β de 9° lui aussi et donc un angle Φ de 18°.

4 Prototype final
Afin d’atteindre la longueur dimensionnées les pales devront être imprimées en 4 morceaux
pour être après assemblés. Le nez est formé de deux pièces. Ce qui fait au total 14 pièces. Le profil
des pales sera un NACA 4412 comme justifié précédemment.

12
4.1 Pièces individuelles
Les pales
Les pales sont en quatre morceaux mais composées de trois pièces différentes.
Les milieux de pale (visibles à la figure 12) sont simplement composés du profil NACA ainsi que des
deux dents d’assemblage. Celles-ci sont situées du même côté afin de pouvoir imprimer sur une face
plane et limiter les supports. Ce choix à été justifié précédemment suite aux essais d’impression
réalisés.
Le pied de pale (voir figure 13), avec une attache orientée à 9 degré comme décidé lors du dimen-
sionnement.Il était au départ décidé que la partie mâle de l’attache serait sur le pied de pale et
non sur le nez mais pour des raisons de résistance mécanique nous avons décidé de faire l’inverse.
La dernière pièce est le bout de pale (voir figure 11), celle-ci est identique aux milieux mais n’a
des attache que d’un côté.

Figure 11 – Extrémité de la pale

Figure 12 – Milieu de pale

13
Figure 13 – Pied de pale et son angle de calage de 9 degré

14
Le nez
Le nez est donc en deux parties, une partie aérodynamique et de serrage des pales (voir figure
15) et une deuxième partie (voir figure 14) qui viendra se glisser sur l’axe. Cette deuxième partie
est assez large et le trou est ajusté afin de ne pas avoir de balancement de l’assemblage sur l’axe.
Cette deuxième partie comprend également les attaches des pales.

Figure 14 – Nez et attaches des pales

Figure 15 – Nez : partie aérodynamique

4.2 Assemblage
Afin de vérifier le bon design des différentes parties ainsi d’avoir une vision globale de l’assem-
blage, nous avons réaliser celui-ci à l’aide de SolidWorks, les rendus obtenus sont présenté à la
figure 16.

15
Figure 16 – Rendus 3D de l’assemblage

Pour assembler les différentes parties des pales nous avons suivi le même procédé que pour
l’essai (cfr. point 2.2), c’est à dire qu’en plus du serrage du design, les surfaces de contact ont été
collées à l’aide d’un solvant et les tenons mâle-femelle ont été cloués (cfr. figure 17).

Figure 17 – Jonction de deux parties de pale

Les pales ont été fixées au nez par serrage entre les deux parties de celui-ci par des écrous. Une
fois ce dernier fixé au mât l’assemblage était terminé et nous pouvions admirer le résultat (figure
18).

16
Figure 18 – Assemblage sur le mât

17
5 Test de l’éolienne
5.1 Présentation du test
Le test de notre éolienne au vent n’a pas pu se faire comme prévu initialement sur le toit du
kot de Simon par manque de temps, nous avons effectué ce test sur la terrasse du cinquième étage
du bâtiment alpha de Gramme.

Le jour du test, il y avait beaucoup de vent, nous avons donc décidé de rajouter du scotch aux
jonctions des différentes parties des pales pour améliorer leur résistance (cfr. figure 19).

Figure 19 – Jonction de deux parties de pale

Dès la mise au vent, les pales ont fléchi sous l’influence de celui-ci mais ont tenu bon et on com-
mencer à tourner (cfr. figure 20) et allumer la led, le test était donc un succès malgré la puissance
du vent.

Nous avons réitéré l’expérience mais une bourrasque de vent est survenue faisant tourner l’éo-
lienne à des vitesses plus élevées que prévues. Les attaches des pieds de pales au nez n’ont pas
tenu, les pales se sont donc détachées et se sont écrasées sur le sol en se disloquant 2 .
2. Une vidéo ce "l’accident" est disponible

18
Figure 20 – Test de l’éolienne au vent

Grâce au nombre d’image par seconde de l’appareil qui filmait et a nombre de pâle visible sur
la vidéo, la vitesse de rotation des pâles lors de la casse à été calculée. Celle-ci s’élève à 600tpm.

5.2 Modification
Suite à la casse du prototype, malgré le fait que ces pales n’étaient pas sensé tourner aussi vite,
nous avons décidé de modifier légèrement les plans afin de solidifier le mécanisme d’attache.

19
Figure 21 – Nouveau design du pied de pale

La section de la cassure à été augmentée et un plan perpendiculaire à été ajouté afin de rigidifier
la tout.
Il est possible qu’ajouter de la rigidité fragilise le système par manque de souplesse mais comme
nous n’avons pas le temps de faire des calculs ne ne pouvons en être sûr. Par contre si un plastique
plus souple est utiliser le risque de cassure serai fortement diminué car il retirerai en zone élastique
avant de rentrer en zone plastique tandis que le PLA n’a pas de zone élastique et donc casse
directement en cas de déformation.

20
6 Porte-folio
Elise Prévot

Développement des idées pour la 4h


réalisation
Tests d’impression et d’attache 3h
Modélisation des différentes pièces 40h
Impression et utilisation de Cura 4h
Rédaction du rapport section 1,2,4.1,5.2 et 6 6h
Assemblage physique 1h
Test du prototype 1h
Modification des plans 1h
Total 60h

21
Hugo huchant

Développement des idées pour la 4h


réalisation
Tests d’impression 2h
Essais de modélisation et apprentissage de fonctions 6h
Dimensionnement 3h
Impression et utilisation de Cura 7h
Modélisation de l’assemblage 2h
Rédaction du rapport section 4.2 et 5.1 2h
Correction et reformulation du rapport 2h
Assemblage physique 1h
Test du prototype 1h
Total 30h

22
Jonathan Beckers

Développement des idées pour la 5h


réalisation
Dimensionnement 15h
Rédaction du rapport 10h
Modélisation 3h
Impression 3h
Assemblage physique 3h
Test du prototype 1h
Relecture du rapport 3h
Total 43h

23
Energie éolienne :

Partie II
Étudiants
Classe GED 2018-2019
Professeur
Vincent KELNER

Année académique 2018-2019