Vous êtes sur la page 1sur 3

Master Littérature, éducation, et culture humaniste

Semestre Troisième
Arts visuels et éducation - Prof : Nadia Sabri
Année universitaire : 2020-2021

Contrôle final

Sujet

Partant des films Bab Sebta (2018) et Le Park (2014) de l’artiste Randa Maaroufi,
soulignez les particularités de sa démarche artistique et de son approche des
questions sociétales et politiques.

Durée : 2h

tout est involontaire, même la volonté. Quand l’artiste publie qu’il veut donner la
parole à son œuvre, est-ce l’écho de sa propre parole, au fond de lui-même, qu’il nous
demande d’entendre, ou quelqu’un, quelque chose d’autre qui parlerait à la place des
paroles? l’espace pourrait alors , le lieu de la parole, un lien avec une langue à
laquelle se nouait notre regard
Alain Macaire.

Introduction
L'art est une idée et non un objet. Dès lors, Duchamp oppose sa
démarche qu’on pourrait qualifier d’art conceptuel, même si sa
nomination apparaît antérieurement “l’art rétinien” s’emploie dans
le sens d’être accessible par la simple vue. Maaroufi Randa étant
une artiste contemporaine met en relief l’une des réalisations,
comme Bab Sebta,voire une suite de reconstitutions de situations
observées à Ceuta, enclave espagnole sur le sol marocain. Ce lieu
est le théâtre d’un trafic de biens manufacturés et vendus au
rabais, un ready-made tranchant sous le joug des migrations
clandestines. Un fait divers mais sous l’emprise précaire des
femmes et hommes sous l’emprise de la discrimination. Le Park, lui
aussi interroge sans cesse les amateurs d’art mais aussi les
intellectuels. La visée politiques et économiques interviennent
d’avantages et laisse entrevoir la problématique suivante: A partir
des réalisations faites par l’artiste, quels enjeux veut-il nous
transmettre vis-à-vis de la déshumanisation?

Développement

Dans le cœur de la représentation photographique, Maaroufi travail


dans le Park en y intégrant une tension qui nous positionne en
permanence au bord de la déflagration. Elle focalise une attention
toute particulière aux sons, avec une inclusion subtile des bruits
de la ville et des voix, et met en vibration les ruines et la mémoire,
le film et la photographie. Ce que Dewey déclare comme constat
sur l’expérience esthétique afin de cerner l’objet de réflexion puisé
dans la réalisation de Maaroufi, je cite < l’expérience esthétique
n’est pas assimilable à n’importe quelle expérience sensorielle, elle
ne peut se réduire à ce que certains appellent une impression de
satisfaction ou à une forme de plaisir. L’expérience esthétique est
comme tout autre expérience, au sens fort du terme, une
expérience mémorable est transformatrice qui diffère de toutes les
autres expériences. Elle crée de l’être et promeut un plus d’être>.
L’ébauche de telle réalisation peut être constatée aux origines du
mouvement à l’époque où l’artiste tente de mettre en avant un sujet
d’actualité à travers son exposition. La Porte de Ceuta s’amorce
sous la forme d’une vidéo expérimentale, librement inspirée de la
tension ressentie à la frontière de Ceuta. Randa Maroufi en retient
l’économie induite et les rapports de pouvoirs qui s’y révèlent. Elle
nous invite ainsi à déceler un instant l’étrange réalité qui est celle
de la ville. La tonalité monocorde est assujettie à l’agencement des
attentes, aux prises d’une plongée. En sus d’un groupe de femmes
assises sur leurs ballots et qui attendent de longues heures,
d’autres qui dorment à même le sol, un homme qui prépare un
emballage. Dans cette proposition, il sera demandé un
investissement et un effort d’imagination au spectateur pour qu’il
accepte d’envisager le faux pour du vrai et le décor pour la réalité.

Conclusion
Baudelaire juge obscène la photographie parce qu’elle ne laisse
aucune place à la réflexion. En plus la question de la Durée
Bergsonienne est en parfaite harmonie avec l’espace avisé, choisi.
Qu’est ce qui rend le Park un art conceptuel, est-ce que l’espace
emploie des formes discursives découlent d’un perspectivisme
infini ou il à une visée phénoménologique? Cette interrogation
demeure intacte puisque soit le ready-made ou la Comedian de
Cattelan ne cesse de déstabiliser notre jugement, semble
surprenant, étrange et difficile à saisir, jusqu’au rejet parfois,
entendre l’art dans le monde qu’on nomme communément et
souvent d’une façon problématique ‘’contemporain est étroitement
liée à la compréhension de notre siècle.

Vous aimerez peut-être aussi