Vous êtes sur la page 1sur 5

Analyse sectorielle du secteur de l’automobile

Marocain

Réalisé par  :
Arif Ryad
Erradi Faycal
Faouzi Brahim
Laghlagh Ilyas
Introduction  :

Partie 1 : ANALYSE DU SECTEUR AUTOMOBILE MAROCAIN :


1. Présentation du secteur ‘’événement majeurs’’.
2. La structure interne des constructeurs.
3. Performances du secteur ‘’chiffre clés’’.
4. Evolution du marché et ventes.

 Analyse SWOT du secteur. (analyse administrative, et d’organisme


financier).

Partie 2 : PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DU


SECTEUR :
1. Mise à niveau et développement de l’industrie de la sous-
traitance automobile.
2. Recherche et développement dans le secteur.

Conclusion.
Introduction  :
Selon une étude ‘’Euler Hermes’’ publiée au salon de l’automobile à Paris, la
production automobile mondiale maintiendrait sa croissance autour de +4% par an en 2014
et 2015, avec une accentuation de la production en Chine, en Inde et au Mexique, au
détriment de l’Europe. Cette production devrait même dépasser les 100 millions de
véhicules à horizon 2017. « Le marché automobile semble retrouver ses couleurs et la crise
serait même effacée en termes de rythme de croissance de la production mondiale.
Toutefois, la production a déjà commencé à basculer vers les nouvelles économies du fait de
taux d’équipement encore très faibles comme en Chine (5%), en Inde (2%), offrant ainsi des
perspectives de croissance à long terme évidentes  » souligne ‘’Ludovic Subran’’, Chef
économiste d’Euler Hermes.

Au Maroc cette industrie représente l’une des industries les plus dynamique du tissu
économique marocain qu’elle a enregistré durant ces dernières années une performance à
l’export très remarquable expliquée par le développement de l’activité du câblage et l’essor
du segment de la construction automobile à partir de 2012. La participation du secteur
dans les valeurs économiques du pays est d’un degré non négligeable. Il représente 5% du
PIB industriel, il assure 14% des exportations industrielles. L’industrie automobile pratique
un fort effet d’entraînement sur l’économie marocaine et ceci grâce à 85 unités spécialisées
entre constructeur et équipementiers.

Au Maroc, le secteur automobile a connu plusieurs événements et évolutions qui


l’ont marqué, d’un coté, c’est un secteur plein d’opportunités et de forces, de l’autre coté, il
présente des faiblesses tout en étant exposé à des menaces de la part des acteurs automobiles,
équipementiers et constructeurs.

Partie 1 : ANALYSE DU SECTEUR AUTOMOBILE MAROCAIN :


2- présentation du secteur :
Le secteur Automobile a connu sur les 5 dernières années un fort développement au
Maroc sur les deux fronts Equipementiers et Constructeurs. Récemment, celui-ci a connu la
plus grande discontinuité industrielle en Afrique avec l’implantation d’un site d’assemblage
Renault de 400.000 véhicules par an à terme. Ce projet de 1 milliard d'Euros
d'investissements devrait créer à terme près de 36 000 emplois directs et indirects et
contribuer au développement massif et accéléré de l'industrie automobile marocaine.

Le secteur automobile marocain présente ainsi des opportunités de développement très


importantes pour la prochaine décennie.

Afin d’exploiter ces potentialités, la stratégie industrielle marocaine vise à renforcer


l’attractivité du Royaume à travers la définition d’une Offre Maroc dédiée aux
Equipementiers et aux Constructeurs.

L’Offre Maroc pour le secteur automobile s'articule ainsi autour de 3 volets :

Le cadre incitatif attractif via  :

 Le statut de zone franche offrant une exonération totale de l’IS pendant les 5
premières années, suivi d’un plafonnement à 8,75%.
 Les aides à l'installation à hauteur de 10% du montant total de
l'investissement.

Le dispositif de développement des Ressources Humaines qualifiées, avec :

 Un système d'aide  aux opérateurs dans leurs efforts de formation à


l'embauche et en continue.
 Un plan de formation adapté aux besoins du secteur Automobile.

L’offre immobilière diversifiée et conforme aux meilleurs standards internationaux au sein


des  Plateformes Industrielles Intégrées  dédiées et bénéficiant du statut de zone franche.

Par ailleurs, des offres de financement  adaptées aux besoins des investisseurs dans le secteur
automobile viennent compléter l’Offre Maroc.

2- la structure interne des constructeurs


Le secteur automobile marocain comporte deux types d’activités principales, à savoir
le Montage CKD et la sous-traitance automobile.

L’activité du montage CKD :


Cette activité est fortement identifiée au MAROC la SOMACA et par la fabrication de
la voiture économique. Cette activité a été relancée depuis 1996 après la signature du
contrat avec le constructeur Italien FIAT pour la fabrication de la voiture économique. Une
voiture vendue à un prix suffisamment attractif et convenable au consommateur marocain.
A coté de FIAT, deux autres constructeurs opèrent à la SOMACA, à savoir RENAULT et
SOPRIAM. Actuellement, et après que le contrat avec FIAT a pris fin en 2003, les deux
constructeurs ont bénéficié de plus d’espace pour la fabrication de leurs modèles légers à
savoir KANGOO, BERLINGO et PARTNER. RENAULT a également été encouragée à entamer
le projet de la voiture économique LOGAN.

La sous-traitance automobile :

L’industrie des équipements automobile est une activité assurée par les
équipementiers qui fabriquent des composants pour l’automobile.

Cette activité a connu une augmentation de l’ordre de 500 millions de DHS depuis 1995.

Les équipementiers opèrent dans des industries demandeuses de main d’œuvre


qualifiée et intensive, cas des faisceaux, des sièges et composants de sièges, pièces
électroniques…etc. Cette catégorie d’entreprises comprend à la fois des firmes nationales et
des filiales des équipementiers mondiaux qui se sont installés au Maroc. Le secteur emploie
dans sa globalité un effectif de 30 000 personnes.

L’existence de cette catégorie d’entreprise profite aux constructeurs implantés au


Maroc à l’instar de RENAULT et qui mènent une politique d’intégration locale et ceci pour
bénéficier des économies en matière de transport, de proximité géographique et aussi un
risque réduit de change. Ces composants sont aussi exportés vers des usines à l’étranger.

1. Performances du secteur ‘’chiffre clés’’.

Vous aimerez peut-être aussi