Vous êtes sur la page 1sur 1129

Cours de Mathématiques

Sup MPSI PCSI PSI TSI — Spé MP PC PSI TSI

Alain Soyeur - Emmanuel Vieillard-Baron


Table des matières

1 Nombres complexes 20
1.1 Le corps C des nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.1.1 Construction de C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.1.2 Propriétés des opérations sur C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.2 Parties réelle, imaginaire, Conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.2.1 Partie réelle, partie imaginaire d’un nombre complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.2.2 Conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.3 Représentation géométrique des complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1.3.1 Représentation d’Argand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1.3.2 Interprétation géométrique de quelques opérations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
1.4 Module d’un nombre complexe, Inégalités triangulaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
1.5 Nombres complexes de module 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1.5.1 Groupe U des nombres complexes de module 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1.5.2 Exponentielle imaginaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
1.6 Argument, fonction exponentielle complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
1.6.1 Argument d’un nombre complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
1.6.2 Fonction exponentielle complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
1.7 Racines nième de l’unité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
1.8 Equations du second degré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
1.8.1 Racines carrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
1.8.2 Equations du second degré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
1.9 Applications à la trigonométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
1.9.1 Problèmes de linéarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
1.9.2 Factorisations d’expressions trigonométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
1.10 Nombres complexes et géométrie plane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
1.10.1 Distance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
1.10.2 Barycentre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
1.10.3 Angles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
1.11 Transformations remarquables du plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
1.11.1 Translations, homothéties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
1.11.2 Rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
1.11.3 Similitudes directes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
1.12 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
1.12.1 Équations trigonométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
1.12.2 Forme algébrique - Forme trigonométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
1.12.3 Modules et arguments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
1.12.4 Polynômes, équations, racines de l’unité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
1.12.5 Application à la trigonométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
1.12.6 Application des nombres complexes à la géométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

2
1.12.7 Similitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

2 Géométrie élémentaire du plan 63


2.1 Quelques notations et rappels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
2.1.1 Addition vectorielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2.1.2 Produit d’un vecteur et d’un réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2.1.3 Droites du plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.2 Modes de repérage dans le plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.2.1 Repères Cartésiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
2.2.2 Changement de repère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
Équation cartésienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
2.2.3 Repères polaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Equation polaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
2.3 Produit scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
2.3.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
2.3.2 Interprétation en terme de projection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
2.3.3 Propriétés du produit scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
2.3.4 Interprétation en termes de nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2.4 Déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2.4.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2.4.2 Interprétation en terme d’aire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
2.4.3 Propriétés du déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
2.4.4 Interprétation en termes de nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
2.4.5 Application du déterminant : résolution d’un système linéaire de Cramer de deux équations à deux
inconnues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
2.5 Droites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
2.5.1 Préambule : Lignes de niveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
2.5.2 Lignes de niveau de M 7→ ~u.AM ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
2.5.3 Lignes de niveau de M 7→ det(~u, AM) ~ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
2.5.4 Représentation paramétrique d’une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
2.5.5 Équation cartésienne d’une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
2.5.6 Droite définie par deux points . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
2.5.7 Droite définie par un point et un vecteur normal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
2.5.8 Distance d’un point à une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
2.5.9 Équation normale d’une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
2.5.10 Équation polaire d’une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
2.5.11 Intersection de deux droites, droites parallèles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
2.6 Cercles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
2.6.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
2.6.2 Équation cartésienne d’un cercle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
2.6.3 Représentation paramétrique d’un cercle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
2.6.4 Équation polaire d’un cercle passant par l’origine d’un repère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
2.6.5 Caractérisation d’un cercle par l’équation MA. ~ MB ~ =0 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
2.6.6 Intersection d’un cercle et d’une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
2.7 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
2.7.1 Produit scalaire et déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
2.7.2 Coordonnées cartésiennes dans le plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
2.7.3 Géométrie du triangle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
2.7.4 Cercle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
2.7.5 Coordonnées polaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
2.7.6 Lignes de niveaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

3
3 Géométrie élémentaire de l’espace 115
3.1 Préambule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
3.2 Mode de repérage dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
3.2.1 Coordonnées cartésiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Calcul algébrique avec les coordonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
Norme d’un vecteur, distance entre deux points dans un repère orthonormé . . . . . . . . . . . . . . 117
3.2.2 Coordonnées cylindriques et sphériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
3.3 Produit scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
3.3.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
3.3.2 Expression dans une base orthonormale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
3.3.3 Propriétés du produit scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
3.4 Produit vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
3.4.1 Orientation de l’espace, base orthonormale directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
3.4.2 Définition du produit vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
3.4.3 Interprétation géométrique du produit vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
3.4.4 Propriétés du produit vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
Interlude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
Quelques exemples d’applications linéaires fort utiles pour ce qui vient... . . . . . . . . . . . . . . . 125
3.4.5 Expression dans une base orthonormale directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
3.5 Déterminant ou produit mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
3.5.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
3.5.2 Expression dans une base orthonormale directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
3.5.3 Propriétés du produit mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
3.5.4 Interprétation géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
3.6 Plans dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
3.6.1 Quelques rappels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
3.6.2 Représentation paramétrique des plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
3.6.3 Représentation cartésienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
Interprétation géométrique de l’équation normale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
Position relative de deux plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
3.6.4 Distance d’un point à un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
Deux méthodes de calcul de la distance d’un point à un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
3.7 Droites dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
3.7.1 Quelques rappels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
3.7.2 Représentation paramétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
3.7.3 Représentation cartésienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
3.7.4 Distance d’un point à une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
3.7.5 Perpendiculaire commune à deux droites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
3.8 Sphères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
3.8.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
3.8.2 Sphères et plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
3.8.3 Sphères et droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
3.9 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
3.9.1 Produits scalaire, vectoriel et mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
3.9.2 Coordonnées cylindrique et sphérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
3.9.3 Coordonnées cartésiennes dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
3.9.4 Sphères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154

4
4 Fonctions usuelles 156
4.1 Fonctions logarithmes, exponentielles et puissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
4.1.1 Logarithme néperien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
4.1.2 Exponentielle néperienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
4.1.3 Logarithme de base quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
4.1.4 Exponentielle de base a . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
4.1.5 Fonctions puissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
4.1.6 Comparaison des fonctions logarithmes, puissances et exponentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
4.2 Fonctions circulaires réciproques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
4.2.1 Rappels succints sur les fonctions trigonométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
4.2.2 Fonction Arcsinus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
4.2.3 Fonction Arccosinus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
4.2.4 Fonction Arctangente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
4.2.5 Formulaire de trigonométrie réciproque[Hors Programme] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
4.3 Fonctions hyperboliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
4.3.1 Définitions et premières propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Sinus et Cosinus hyperboliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Tangente hyperbolique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
4.3.2 Formulaire de trigonométrie hyperbolique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
4.3.3 Fonctions hyperboliques inverses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
Fonction argument sinus hyperbolique Arg sh . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
Fonction Argument cosinus hyperbolique Arg ch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
Fonction Argument tangente hyperbolique Arg th . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
4.4 Fonction exponentielle complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
4.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
4.5.1 Fonctions logarithmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
4.5.2 Fonctions exponentielles et puissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
4.5.3 Fonctions circulaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
4.5.4 Fonctions hyperboliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197

5 Equations différentielles linéaires 203


5.1 Quelques rappels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
5.2 Deux caractérisations de la fonction exponentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
5.2.1 Caractérisation par une équation différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
5.2.2 Caractérisation par une équation fonctionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
5.3 Équation différentielle linéaire du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
5.3.1 Vocabulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
5.3.2 Résolution de l’équation différentielle homogène normalisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206
5.3.3 Résolution de l’équation différentielle normalisée avec second membre . . . . . . . . . . . . . . . . 207
5.3.4 Détermination de solutions particulières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
Superposition des solutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
Deux cas particuliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
Méthode de variation de la constante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
5.3.5 Cas général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
5.3.6 Méthode d’Euler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214
5.4 Équations différentielles linéaires du second ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216
5.4.1 Vocabulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 216
5.4.2 Résolution de l’équation différentielle homogène du second ordre dans C . . . . . . . . . . . . . . . 217
5.4.3 Résolution de l’équation différentielle homogène du second ordre dans R . . . . . . . . . . . . . . . 219
5.4.4 Équation différentielle du second ordre avec second membre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
5.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
5.5.1 Équations différentielles linéaires du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
5.5.2 Équations différentielles linéaires du premier ordre avec problèmes de raccord des solutions . . . . . 224
5.5.3 Équations différentielles linéaires du second ordre à coefficients constants . . . . . . . . . . . . . . . 229

5
5.5.4 Résolution par changement de fonction inconnue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
5.5.5 Résolution d’équations différentielles par changement de variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
5.5.6 Quelques exercices d’oraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
5.5.7 Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

6 Corps R des nombres réels 238


6.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
6.2 Le corps des réels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
Propriétés de l’addition dans R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
Propriétés de la multiplication dans R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
(R, +, .) est un corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239
(R, +, .) est un corps totalement ordonné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239
6.3 Majorant, minorant, borne supérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239
6.4 Valeur absolue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
6.5 Droite numérique achevée :R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242
6.6 Intervalles de R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
6.7 Propriété d’Archimède . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
6.8 Partie entière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
6.9 Approximation décimale des réels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
6.10 Densité de Q dans R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246
6.11 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248
6.11.1 Inégalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248
6.11.2 Borne supérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
6.11.3 Rationnels, irrationnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
6.11.4 Valeurs absolues, Parties entières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256

7 Suites de nombres réels 258


7.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258
7.1.1 Vocabulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258
7.1.2 Opérations sur les suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258
7.2 Convergence d’une suite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260
7.2.1 Suites convergentes, divergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260
7.2.2 Limites infinies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261
7.3 Propriétés des suites convergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262
7.3.1 Suites convergeants vers 0 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262
7.3.2 Suites bornées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263
7.3.3 Opérations algébriques sur les limite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264
7.3.4 Limites et relations d’ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
7.4 Suite extraite d’une suite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
7.5 Suites monotones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268
7.5.1 Théorème de la limite monotone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268
7.5.2 Suites adjacentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268
7.5.3 Segments emboités et théorème de Bolzano-Weierstrass . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
7.6 Image d’une suite par une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
7.7 Suites définies par récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270
7.7.1 Suites géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270
7.7.2 Suites arithmétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272
7.8 Cas général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272
7.8.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272
7.8.2 Variations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273
7.8.3 Convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275
7.9 Relations de comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275
7.9.1 Suite dominée une autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275
7.9.2 Suite négligeable devant une autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276
7.9.3 Suite équivalentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 277

6
7.10 Comparaison des suites de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279
7.11 Comparaison des suites de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
7.12 Suites complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
7.13 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282
7.13.1 Avec les définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282
7.13.2 Convergence de suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283
7.13.3 Relations de comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287
7.13.4 Suites monotones et bornées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294
7.13.5 Suites arithmético-géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
7.13.6 Suites adjacentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
7.13.7 Suites extraites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303
7.13.8 Suites équivalentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304
7.13.9 Étude de suites données par une relation de récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312
7.13.10 Étude de suites définies implicitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 317

8 Fonctions d’une variable réelle à valeurs réelles 319


8.1 Vocabulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319
8.1.1 L’ensemble F (I, R) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319
8.1.2 Fonctions bornées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 320
8.1.3 Monotonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321
8.1.4 Parité périodicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322
8.1.5 Fonctions Lipschitzienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322
8.2 Limite et continuité en un point . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
8.2.1 Voisinage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
8.2.2 Notion de limite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
8.2.3 Continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
8.2.4 Limité à gauche, à droite, continuité à gauche, à droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326
8.2.5 Sous espace vectoriel des fonctions tendant vers 0 en un point a de R . . . . . . . . . . . . . . . . . 328
8.2.6 Opérations algébriques sur les limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329
8.2.7 Limites et relation d’ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331
Passage à la limite dans les inégalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331
Existence de limite par encadrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332
8.2.8 Théorème de composition des limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332
8.2.9 Image d’une suite par une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333
8.2.10 Cas des fonctions monotones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333
8.3 Étude locale d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334
8.3.1 Domination, prépondérance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334
Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334
Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334
Opérations sur les relations de comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335
Exemples fondamentaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336
8.3.2 Fonctions équivalentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336
Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336
Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336
8.4 Propriétés globales des fonctions continues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340
8.4.1 Définitions et propriétés de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340
Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340
Opérations sur les fonctions continues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340
Restrictions d’une application continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 341
8.4.2 Les théorèmes fondamentaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 341
Le théorème des valeurs intermédiaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 341
Recherche d’un zéro par dichotomie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 342
Image d’un intervalle, d’un segment par une application continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 342
Fonction uniformément continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343

7
Réciproque d’une application continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 344
8.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345
8.5.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345
8.5.2 Limites d’une fonction numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345
8.5.3 Comparaison des fonctions numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 352
8.5.4 Continuité des fonctions numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362
8.5.5 Équations fonctionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365
8.5.6 Théorème des valeurs intermédiaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366
8.5.7 Continuité sur un segment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369
8.5.8 Uniforme continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373
8.5.9 Equations fonctionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 374
8.5.10 Bijection continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 375

9 Dérivation des fonctions à valeurs réelles 377


9.1 Dérivée en un point, fonction dérivée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 377
9.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 377
9.1.2 Interprétations de la dérivée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 378
Interprétation géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 378
Interprétation cinématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379
Interprétation analytique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379
9.1.3 Dérivabilité et continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379
9.1.4 Fonction dérivée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 380
9.2 Opérations sur les dérivées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 380
9.3 Étude globale des fonctions dérivables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383
9.3.1 Extrémum d’une fonction dérivable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383
9.3.2 Théorème de Rolle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383
Interprétation graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 384
Interprétation cinématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 384
9.3.3 Égalité des accroissements finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 384
Interprétation graphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 384
Interprétation cinématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 385
9.3.4 Inégalité des accroissements finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 385
9.3.5 Application : Variations d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 386
9.3.6 Application aux suites définies par récurrence : majoration de l’erreur . . . . . . . . . . . . . . . . . 387
9.3.7 Condition suffisante de dérivabilité en un point . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 388
9.4 Dérivées successives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389
9.4.1 Dérivée seconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389
Interprétation cinématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389
9.4.2 Dérivée d’ordre n . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389
9.4.3 Fonctions de classe Cn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 390
9.5 Fonctions convexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 391
9.6 Questions de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395
9.6.1 Dérivée en un point . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395
9.6.2 Dérivée sur un intervalle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395
9.6.3 Applications de la dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 396
9.6.4 Dérivées d’ordre n . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 396
9.6.5 Calcul de dérivées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 396
9.7 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397
9.7.1 Dérivabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397
9.7.2 Dérivées d’ordre n, formule de Leibnitz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405
9.7.3 Applications de la dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 408
9.7.4 Recherche d’extrémums . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 408
9.7.5 Théorème de Rolle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 409
9.7.6 Théorème des accroissements finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 415

8
9.7.7 Études de suites réelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 416
9.7.8 Convexité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 418
9.7.9 Équations fonctionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 420

10 Intégration sur un segment des fonctions à valeurs réelles 421


10.1 Objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 421
10.2 Fonctions en escaliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 421
10.2.1 Subdivision d’un segment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 421
10.2.2 Fonctions en escaliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 422
10.2.3 Intégrale d’une fonction en escaliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 423
10.2.4 Propriétés de l’intégrale d’une fonction en escaliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 424
10.3 Fonctions continues par morceaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 425
10.3.1 Définition et propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 425
10.3.2 Approximation des fonctions continues par morceaux par les fonctions en escalier . . . . . . . . . . 427
10.3.3 Intégrale d’une fonction continue par morceaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 429
10.3.4 Propriétés de l’intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 430
10.3.5 Fonctions continues par morceaux sur un intervalle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 431
10.3.6 Majorations fondamentales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 432
10.3.7 Valeur moyenne d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 433
10.3.8 Nullité de l’intégrale d’une fonction continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 434
10.3.9 Invariance de l’intégrale par translation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 434
10.4 Primitive et intégrale d’une fonction continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 435
10.5 Calcul de primitives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 438
10.5.1 Intégration par partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 438
10.5.2 Changement de variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 438
10.5.3 En général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 438
10.5.4 Changement de variable affine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 439
10.5.5 Étude d’une fonction définie par une intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 440
10.6 Formules de Taylor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 442
10.6.1 Formule de Taylor avec reste intégral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 442
10.6.2 Inégalité de Taylor-Lagrange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 443
10.7 Questions de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 443
10.8 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 445
10.8.1 Calcul de primitives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 445
10.8.2 Calcul d’intégrales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 446
10.8.3 Linéarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 446
10.8.4 Intégration par parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 447
10.8.5 Fractions rationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 449
10.8.6 Changement de variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 450
10.8.7 Calcul de primitives et d’intégrales - Techniques mélangées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 452
10.8.8 Équations différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 458
10.8.9 Propriétés de l’intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 458
10.8.10 Majorations d’intégrales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 460
10.8.11 Limite d’intégrales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 462
10.8.12 Théorème fondamental, étude de fonctions définies par une intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . 465
10.8.13 Suites dont le terme général est défini par une intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 471
10.8.14 Algèbre linéaire et intégration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 479
10.8.15 Formules de Taylor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 479
10.8.16 Sommes de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 482
10.8.17 Problèmes de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 486

9
11 Développements limités 488
11.1 Développements limités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 488
11.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 488
11.1.2 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 488
11.1.3 Premiers exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 490
11.2 Développement limité en 0 des fonctions usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 490
11.2.1 Formule de Taylor-Young . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 490
11.3 Opérations sur les développements limités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 492
11.3.1 Somme et produit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 492
11.3.2 Composée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 493
11.3.3 Quotient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 493
11.3.4 Développement limité d’une primitive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 494
11.4 Applications des développements limités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 495
11.4.1 Recherche de limites et d’équivalents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 495
11.4.2 Prolongement d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 496
11.4.3 Tangente au graphe d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 496
11.4.4 Étude locale d’une courbe paramétrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 497
11.5 Questions de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 499
11.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 500
11.6.1 Calcul de développements limités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 500
11.6.2 Limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 506
11.6.3 Applications à l’étude de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 511
11.6.4 Branches infinies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 516
11.6.5 Développements asymptotiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 519
11.6.6 Applications à l’étude de suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 519
11.6.7 Applications à l’étude locale des courbes paramétrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 522

12 Nombres entiers naturels, ensembles finis, dénombrements 525


12.1 Ensemble des entiers naturels - Récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 525
12.1.1 Ensemble des entiers naturels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 525
12.1.2 Principe de récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 525
12.1.3 Suite définie par récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 526
P Q
12.1.4 Notations et . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 526
12.1.5 Suites arithmétiques et géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 527
12.2 Ensembles finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 528
12.2.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 528
12.2.2 Propriétés des cardinaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 528
12.2.3 Applications entre ensembles finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 530
12.3 Opérations sur les ensembles finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 530
12.4 Dénombrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 532
12.4.1 Applications d’un ensemble fini dans un ensemble fini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 532
Nombre de p-listes d’un ensemble fini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 532
Nombre d’applications d’un ensemble fini dans un ensemble fini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 533
Arrangement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 533
Combinaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 534
12.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 538
12.5.1 Nombres entiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 538
12.5.2 Principe de récurrence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 538
12.5.3 Sommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 540
12.5.4 Produit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 543
12.5.5 Factoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 544
12.5.6 Coefficients binomiaux, calculs de somme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 545
12.5.7 Dénombrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 550

10
13 Structures algébriques 557
13.1 Groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 557
13.1.1 Loi de composition interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 557
13.1.2 Groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 560
13.1.3 Morphisme de groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 562
13.2 Anneau, corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 563
13.2.1 Anneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 563
13.2.2 Corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 565
13.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 566
13.3.1 Loi de composition interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 566
13.3.2 Groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 567
13.3.3 Sous groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 574
13.3.4 Morphisme de groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 575
13.3.5 Anneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 577
13.3.6 Corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 582

14 Arithmétique 583
14.1 Anneau Z . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 583
14.2 Relation de divisibilité, division euclidienne, idéaux de Z . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 583
14.2.1 Relation de divisibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 583
14.2.2 Congruence, division euclidienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 584
14.3 Nombres premiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 585
14.3.1 Nombres premiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 585
14.3.2 Décomposition en facteurs premiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 585
14.4 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 587
14.4.1 Divisibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 587
14.4.2 Bezout, PGCD, PPCM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 588
14.4.3 Nombres premiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 592
14.4.4 Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 593

15 Espaces vectoriels 594


15.1 Espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 594
15.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 594
15.1.2 Espaces produits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 594
15.1.3 Espaces de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 595
15.1.4 Trois autres exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 596
15.1.5 Espace des polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 596
15.1.6 Espace des suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 596
15.1.7 Espace des fonctions de classe Cn (I) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 596
15.1.8 Règles de calcul dans un espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 597
15.2 Sous-espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 598
15.2.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 598
15.2.2 Intersection de sous-espaces vectoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 599
15.3 Somme de sous-espaces vectoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 601
15.3.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 601
15.3.2 Somme directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 601
15.3.3 Sous-espaces supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 602
15.4 Application linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 603
15.4.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 603
15.4.2 Noyau, image d’une application linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 604
15.4.3 Étude de L (E, F) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 605
15.4.4 Étude de L (E) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 606
15.4.5 Étude de Gl (E) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 606
15.5 Équations linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 607
15.5.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 607

11
15.5.2 Structure de l’ensemble des solutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 608
15.6 Projecteurs et symétries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 608
15.6.1 Projecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 608
15.6.2 Symétries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 609
15.7 Sous-espaces affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 610
15.7.1 Translations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 611
15.7.2 Sous espaces affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 611
15.7.3 Barycentres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 614
15.8 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 616
15.8.1 Espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 616
15.8.2 Sous-espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 617
15.8.3 Opérations sur les sous-espaces vectoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 620
15.8.4 Sous-espace vectoriel engendré par une partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 621
15.8.5 Sous-espaces vectoriels supplémentaires - Somme directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 624
15.8.6 Applications linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 628
15.8.7 Image et noyau d’un endomorphisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 629
15.8.8 Endomorphismes inversibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 638
15.8.9 Transformations vectorielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 639

16 Dimension des espaces vectoriels 645


16.1 Familles de vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 645
16.1.1 Combinaisons linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 645
16.1.2 Familles libres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 645
16.1.3 Familles génératrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 647
16.1.4 Bases . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 647
16.2 Dimension d’un espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 649
16.2.1 Espace vectoriel de dimension finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 649
16.2.2 Dimension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 650
16.3 Dimension d’un sous-espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 652
16.3.1 Dimension d’un sous-espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 652
16.3.2 Somme directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 653
16.4 Applications linéaires en dimension finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 655
16.4.1 Bases et applications linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 655
16.4.2 Dimension et isomorphisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 657
16.4.3 Rang . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 657
16.4.4 Questions de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 659
16.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 661
16.5.1 Sous-espace vectoriel engendré par une famille finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 661
16.5.2 Système libre, système lié, système générateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 661
16.5.3 Dimension d’un espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 666
16.5.4 Obtention de base en dimension finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 667
16.5.5 Sous-espace vectoriel de dimension finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 672
16.5.6 Hyperplan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 674
16.5.7 Sous-espaces supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 674
16.5.8 Rang d’une famille de vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 676
16.5.9 Applications linéaires en dimension finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 677
16.5.10 Rang d’une application linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 684
16.5.11 Formes linéaires en dimension finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 686

17 Notions sur les fonctions de deux variables réelles 688


17.1 Continuité des fonctions à deux variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 688
17.2 Dérivées partielles, fonctions C1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 692
17.3 Différentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 697
17.4 Extremum d’une fonction à deux variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 698
17.5 Dérivées partielles d’ordre 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 702

12
17.6 Exemples d’équations aux dérivées partielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 704
17.7 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 709
17.7.1 Limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 709
17.7.2 Continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 709
17.7.3 Dérivées partielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 710
17.7.4 Fonctions de classe C1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 712
17.7.5 Dérivées de fonctions composées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 713
17.7.6 Fonctions de classe C2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 714
17.7.7 Extremum de fonctions de deux variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 715
17.7.8 Équations aux dérivées partielles d’ordre 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 716
17.7.9 Équations aux dérivées partielles d’ordre 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 717
17.7.10 Intégrale double . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 718
17.7.11 Intégration en coordonnées polaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 720
17.7.12 Application du théorème de Fubini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 721

18 Calcul matriciel 722


18.1 Matrice à coefficients dans K . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 722
18.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 722
18.1.2 Matrice d’une d’une famille de vecteurs relativement à une base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 723
18.1.3 Matrice d’une application linéaire relativement à deux bases . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 724
18.2 Opérations sur les matrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 725
18.2.1 L’espace vectoriel Mq,p (K) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 725
18.2.2 Produit matriciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 727
18.2.3 Transposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 728
18.3 Matrices carrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 729
18.3.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 729
18.3.2 Éléments inversibles dans Mn (K), groupe GLn (K) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 730
18.3.3 Trace d’une matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 733
18.3.4 Matrices carrées remarquables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 734
Matrices scalaires, diagonales, triangulaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 734
Matrices symétriques, antisymétriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 735
Matrices de changement de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 736
18.4 Changement de coordonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 737
18.4.1 Pour un vecteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 737
18.4.2 Pour une application linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 738
18.4.3 Pour un endomorphisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 738
18.4.4 Pour une forme linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 739
18.5 Rang d’une matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 739
18.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 742
18.6.1 Opérations sur les matrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 742
18.6.2 Trace d’une matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 744
18.6.3 Rang d’une matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 745
18.6.4 Inversion de matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 748
18.6.5 Calcul des puissances d’une matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 750
18.6.6 Représentation matricielle d’une application linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 753
18.6.7 Structure formée de matrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 756
18.6.8 Changement de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 759
18.6.9 Matrices semblables, équivalentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 764

19 Systèmes linéaires 768


19.1 Opérations élémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 768
19.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 768
19.1.2 Interprétation matricielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 768
19.1.3 Application au calcul du rang d’une matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 769
19.1.4 Méthode du pivot de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 770

13
19.2 Systèmes linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 771
19.2.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 771
19.2.2 Interprétations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 771
Interprétation vectorielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 771
Interprétation matricielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 771
Interprétation en termes de formes linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 772
Interprétation en termes d’applications linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 772
19.2.3 Structure de l’ensemble des solutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 772
19.2.4 Cas Particulier : Les systèmes de Cramer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 773
19.2.5 Méthode du Pivot de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 773
19.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 774
19.3.1 Systèmes linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 774

20 Déterminants d’ordre 2 et 3 778


20.1 Déterminants d’une matrice carrée de taille 2 ou 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 778
20.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 778
20.1.2 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 778
20.2 Déterminants d’ordre 2 ou 3 d’une famille de vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 779
20.2.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 779
20.2.2 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 780
20.2.3 Formule de changement de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 780
20.3 Déterminants d’un endomorphisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 782
20.3.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 782
20.3.2 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 782
20.4 Méthodes de calcul du déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 782
20.4.1 Opération sur les lignes et les colonnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 783
20.4.2 Développement d’un déterminant suivant une rangée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 783
20.5 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 785
20.5.1 Colinéarité de deux vecteurs du plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 785
20.5.2 Formules de Cramer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 785
20.5.3 Inversion de matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 786
20.5.4 Orientation du plan et de l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 786
20.6 Questions de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 787
20.6.1 Calcul Matriciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 787
20.6.2 Systèmes linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 788
20.6.3 Déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 788
20.7 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 789
20.7.1 Calcul de déterminants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 789
20.7.2 Exercices théoriques sur les déterminants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 796

22 Polynômes 799
22.1 Polynômes à une indéterminée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 799
22.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 799
22.1.2 Degré d’un polynôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 800
22.1.3 Composition de polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 802
22.1.4 Division euclidienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 802
22.2 Fonctions polynomiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 804
22.2.1 Fonctions polynomiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 804
22.2.2 Racines d’un polynôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 805
22.2.3 Racines multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 806
22.3 Polynômes dérivées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 807
22.3.1 Définitions et propriétés de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 807
22.3.2 Dérivées successives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 808
22.4 Polynômes scindés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 810
22.4.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 810

14
22.4.2 Factorisation dans C [X] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 810
22.4.3 Interlude : polynômes conjugués . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 810
22.4.4 Factorisation dans R [X] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 812
22.4.5 Polynômes irréductibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 812
22.4.6 Relations coefficients-racines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 813
22.5 Questions de cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 814
22.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 815
22.6.1 L’anneau des polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 815
22.6.2 Dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 816
22.6.3 Arithmétique des polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 818
22.6.4 Division euclidienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 821
22.6.5 L’espace vectoriel des polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 822
22.6.6 Endomorphismes opérant sur les polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 823
22.6.7 Racines d’un polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 824
22.6.8 Factorisations de polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 828
22.6.9 Relations entre coefficients et racines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 829
22.6.10 Familles de polynômes classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 831
22.6.11 Fractions rationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 832

23 Fractions rationnelles 839


23.1 Fractions rationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 839
23.2 Décomposition en éléments simples d’une fraction rationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 840
23.2.1 Décomposition en éléments simples dans C (X) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 841
Recherche des coefficients associés aux pôles multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 841
23.2.2 Décomposition en éléments simples dans R (X) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 842
23.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 844
23.3.1 Décomposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 844
23.3.2 Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 844

24 Géométrie affine euclidienne 845


24.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 845
24.2 Equations normales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 846
24.2.1 Equation normale d’une droite dans le plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 847
24.2.2 Droites perpendiculaires du plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 847
24.2.3 Equation normale d’un plan dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 848
24.2.4 Deux plans perpendiculaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 848
24.2.5 Distance d’un point à une droite du plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 848
24.2.6 Distance d’un point à un plan dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 849
24.2.7 Distance d’un point à une droite dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 849
24.3 Isométries du plan et de l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 850
24.4 Similitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 852
24.5 Cercles, Sphères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 853
24.6 Nombres complexes en géométrie plane euclidienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 854
24.6.1 Multiplication complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 854
24.6.2 Produit scalaire, norme, angles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 855
24.6.3 Condition d’alignement de trois points . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 855
24.6.4 Expression complexe d’une similitude directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 855
24.7 Coniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 855
24.7.1 Équation polaire d’une conique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 855
24.7.2 Equations cartésiennes réduites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 856
24.8 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 861
24.8.1 Équations de droites-plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 861
24.8.2 Applications affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 861
24.8.3 Cercles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 861
24.8.4 Coniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 861

15
25 Géométrie 862
25.1 Sous espaces affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 862
25.2 Barycentres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 863
25.3 Repères cartésiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 865
25.3.1 Équations de droites-plans dans le plan et dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 866
25.4 Applications affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 868
25.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 873
25.5.1 Feuille d’exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 873
Applications affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 873
25.5.2 Colles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 874
Sous-espaces affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 874
Calculs dans un repère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 874
Barycentres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 874
Applications affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 874

26 Groupe symétrique, déterminant 876


26.1 Le groupe symétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 876
26.1.1 Signature d’une permutation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 878
26.2 Construction du déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 881
26.2.1 Formes n-linéaires alternées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 881
26.2.2 Déterminant de n vecteurs dans une base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 883
26.2.3 Déterminant d’un endomorphisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 885
26.2.4 Déterminant d’une matrice carrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 886
26.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 895
26.3.1 Groupe symétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 895
26.3.2 Déterminants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 897

27 Intégrales multiples 898


27.1 Intégrales doubles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 898
27.2 Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 900
27.3 Aire d’un domaine plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 901
27.4 Intégrales triples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 902
27.5 Formes différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 904
27.6 Intégrale curviligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 905
27.7 Formule de Green-Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 907
27.8 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 908

28 Isométries affines 911


28.1 Points-vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 911
28.2 Sous espaces affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 911
28.3 Barycentres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 913
28.4 Applications affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 914
28.5 Isométries affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 917
28.6 Similitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 919
28.7 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 921

29 Produit scalaire 922


29.1 Définitions et règles de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 922
29.1.1 Produit scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 922
29.1.2 Norme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 923
29.2 Orthogonalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 925
29.3 Espaces euclidiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 927
29.3.1 Bases orthogonales, orthonormales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 927
29.3.2 Procédé d’orthonormalisation de Schmidt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 928
29.3.3 Conséquences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 929

16
29.4 Projecteurs et symétries orthogonaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 931
29.4.1 Projecteurs orthogonaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 931
29.4.2 Symétries orthogonales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 933
29.5 Espaces euclidiens orientés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 933
29.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 935
29.6.1 Espaces préhilbertiens réels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 935
29.6.2 Étude d’endomorphismes orthogonaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 942
29.6.3 Isométries affines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 944

30 Groupe orthogonal 946


30.1 Endomorphismes orthogonaux, matrices orthogonales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 946
30.1.1 Endomorphismes orthogonaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 946
30.1.2 Matrices orthogonales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 947
30.2 Etude du groupe orthogonal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 949
30.2.1 Etude du groupe orthogonal en dimension 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 950
30.2.2 Etude du groupe orthogonal en dimension 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 951
30.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 955

31 Étude des courbes planes 956


31.1 Préliminaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 956
31.2 Arcs paramétrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 959
31.2.1 Étude locale d’une courbe paramétrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 960
31.2.2 Étude complète et tracé d’une courbe paramétrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 966
31.3 Etude d’une courbe polaire ρ = f (θ). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 970
31.4 Propriétés métriques des courbes planes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 974
31.4.1 Longueur, abscisse curviligne d’un arc paramétré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 975
31.4.2 Courbure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 976
31.4.3 Calcul pratique de la courbure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 978
31.5 Coniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 984
31.5.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 984
31.5.2 Étude de la parabole : e = 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 985
31.5.3 Étude de l’ellipse : 0 < e < 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 988
31.5.4 Étude de l’hyperbole : 1 < e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 991
31.5.5 Définition bifocale de l’ellipse et de l’hyperbole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 994
31.5.6 Courbes algébriques dans le plan (Hors programme) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 994
31.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 996
31.6.1 Fonctions vectorielles, courbes paramétrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 996
31.6.2 Courbes en coordonnées cartésiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 996
31.6.3 Courbes polaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1008
31.6.4 Coniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1010
En général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1010
Paraboles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1011
Ellipses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1012
Hyperboles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1014
Courbes du second degré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1015

A Techniques de démonstration 1019


A.1 Logique des propositions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1019
A.1.1 L’implication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1021
A.2 Ensembles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1022
A.3 Quantificateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1024
A.4 Plans de démonstration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1025
A.4.1 Plans de preuves ensemblistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1028
A.4.2 Plans de démonstrations pour les applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1030
Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1030

17
Composée d’applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1032
Applications injectives-surjectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1032
Bijections . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1036
Image directe, image réciproque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1037
A.4.3 Familles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1040
A.5 Fautes de raisonnements classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1042
A.5.1 Bien analyser les notations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1042
A.5.2 Plan de démonstration incorrect . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1043
A.5.3 Fautes de logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1044
A.5.4 Utilisation d’objets non-définis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1046
A.5.5 Ordre des objets introduits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1047

B Techniques d’ algèbre 1050


B.1 Calculs sur des polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1050
B.1.1 Les trinômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1050
Discriminant réduit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1050
Relations coefficients-racines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1051
Extrémum d’un trinôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1052
B.1.2 Développement de polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1052
B.1.3 Factorisation de polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1055
Factoriser à partir d’une racine connue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1056
Trouver toutes les racines rationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1057
B.1.4 Polynômes particuliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1058
Polynômes bicarrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1058
Racines de l’unité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1059
Polynômes réciproques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1059
B.1.5 Relations coefficients-racines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1060
B.2 Trigonométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1062
B.2.1 Lecture du cercle trigonométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1063
B.2.2 Les quatre formules fondamentales de la trigonométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1064
B.2.3 Comment retrouver les autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1065
B.3 Calculs de sommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1067
B.3.1 Comprendre les notations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1067
B.3.2 Changement d’indices, télescopage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1068
B.3.3 Sommes doubles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1070
B.4 Calculs en algèbre linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1072
B.4.1 Symbole de Kronecker . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1072
B.4.2 Utilisation des matrices E pq en calcul matriciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1072
B.4.3 Matrices élémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1074
B.4.4 Le pivot de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1074
B.4.5 Calcul du rang . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1074
B.4.6 Calcul de déterminants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1074

C Techniques d’ analyse 1075


C.1 Majorer-minorer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1075
C.1.1 Quelques inégalités classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1075
Majorations trigonométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1075
Majoration de produits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1076
Étude de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1076
Procéder par inégalités équivalentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1077
Utilisation de la convexité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1077
C.1.2 Techniques de majoration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1078
Majorer des produits-quotients . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1078
Bonne utilisation des valeurs absolues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1079
C.1.3 Erreurs de majoration fréquentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1080

18
C.1.4 Suivre son intuition avant de majorer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1081
C.2 Dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1084
C.2.1 Dérivées particulières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1084
Homographies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1084
Exponentielle en facteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1085
C.2.2 Règle de la chaı̂ne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1086
C.3 Équivalents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1087
C.3.1 Qu’est-ce qu’un équivalent simple ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1087
C.3.2 Suppression des sommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1089
L’une des suites est négligeable devant l’autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1089
Les deux suites ont le même ordre de grandeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1090
C.3.3 Utilisation des propriétés fonctionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1090
Logarithmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1090
Exponentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1091
Fonctions puissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1092
Quantités conjuguées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1092
C.3.4 Mise sous forme exponentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1093
C.3.5 Utilisation des développements limités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1093
Prévoir les ordres des DL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1093
DL et équivalents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1095
Recherche de limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1095
C.3.6 Étude locale d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1096
C.3.7 Développements asymptotiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1098
C.3.8 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1100
C.4 Fractions rationnelles, primitives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1102
C.4.1 Décomposition pratique dans C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1103
Calcul de la partie entière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1103
Calcul du coefficient associé à une pôle simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1103
Calcul des coefficients associés à un pôle multiple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1103
C.4.2 Décomposition pratique dans R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1104
C.4.3 Primitives de fractions rationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1105
Primitives des éléments simples de première espèce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1106
Primitive des
R éléments simples de seconde espèce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1106
C.4.4 Primitives Z F(cos x, sin x) dx, règles de Bioche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1107
C.4.5 Primitives F(sh x, ch x) dx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1110
C.4.6 Primitives avec
Z desr racines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1110
n ax + b

Primitives F x, dx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1110
Z cx + d

Primitives F(x, ax2 + bx + c) dx . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1112
Z
dx
C.4.7 f (xα ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1113
x
C.4.8 Intégration par parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1114
C.4.9 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1115

19
Chapitre 1
Nombres complexes
lexe
Pour bien aborder ce chapitre
Afin d’être parfaitement à l’aise avec les fonctions trigonométriques et les formules de trigonométrie, il est conseillé de lire
le paragraphe B.2 de l’annexe B.

1.1 Le corps C des nombres complexes


1.1.1 Construction de C

D́ 1.1 ♥♥♥ Corps des nombres complexes

Nous appelerons corps des nombres complexes, et nous noterons C, l’ensemble R2 muni des deux lois internes ⊕ et ⊗
définies ainsi : pour tout (a, b) , (a′ , b′ ) ∈ R2 , on pose :

(a, b) ⊕ (a′ , b′ ) = (a + a′ , b + b′ )
(a, b) ⊗ (a′ , b′ ) = (aa′ − bb′ , ab′ + a′ b)

Remarque 1.1 : Nous expliciterons et justifierons l’utilisation du mot corps un peu plus loin.

Notation 1.1 :
• Pour simplifier les écritures, nous noterons + et × (ou ·) les lois de compositions internes ⊕ et ⊗.
• Pour tout nombre réel a, nous conviendrons d’identifier le nombre complexe (a, 0) avec le réel a. Nous noterons
par ailleurs i le nombre complexe (0, 1). Appliquant cette convention et utilisant la définition de l’addition et de la
multiplication dans C, on peut écrire pour tout nombre complexe (a, b) :

(a, b) = a + i b.

En effet :
(a, b) = (a, 0) + (0, b)
Par ailleurs :
(0, b) = (b, 0) × (0, 1) = i b
Donc :
(a, b) = a + ib

20
P 1.1 ♥
Le nombre complexe i précédemment introduit vérifie

i2 = −1

Preuve : On a :
i2 = (0, 1) ⊗ (0, 1) = (−1, 0) = − (1, 0) = −1
Remarque 1.2 : Le nombre i, étant de carré égal à 1, ne peut être réel.

1.1.2 Propriétés des opérations sur C


Avec les conventions d’écriture précédentes, l’addition et la multiplication définies sur R2 deviennent, pour tout complexes
a + i b et a′ + i b′ :

(a + i b) + (a′ + i b′ ) = (a + a′ ) + i(b + b′ )
(a + i b)(a′ + i b′ ) = (aa′ − bb′ ) + i(ab′ + ba′ )

P 1.2 Propriétés de l’addition dans C


L’addition dans C est :
– associative : ∀z, z′ , z′′ ∈ C z + (z′ + z′′ ) = (z + z′ ) + z′′
– commutative : ∀z, z′ ∈ C z + z′ = z′ + z
– possède un élément neutre 0 : ∀z ∈ C z + 0 = z
De plus, tout nombre complexe z = a + i b possède un opposé. Ce qui signifie, notant z′ l’opposé de z, que z′ vérifie
l’égalité : z + z′ = 0. z′ est donné par z′ = −z = −a − i b.

On résume l’ensemble de ces 4 propriétés en disant que (C, +) est un groupe commutatif.

Preuve : Laissée en exercice au lecteur.

P 1.3 Propriétés de la multiplication dans C


La multiplication dans C est :
– associative : ∀z, z′ , z′′ ∈ C z(z′ z′′ ) = (zz′ )z′′
– commutative : ∀z, z′ ∈ C zz′ = z′ z
– possède un élément neutre 1 : ∀z ∈ C z × 1 = z
De plus, tout nombre complexe non nul z = a + i b possède un inverse. Ce qui signifie, notant z′ l’inverse de z, que z′
vérifie l’égalité : zz′ = 1. z′ est alors noté 1z ou z−1 , et est donné par

a b
z′ = z−1 = 2 2
−i .
a +b a +b2
2

Preuve : Prouvons l’existence d’un inverse. Soit z = a + i b par a2 + b2 , on trouve


un complexe non nul. Remarquons que zz̄ = (a + i b)(a −
a−ib
i b) = a2 + b2 . z étant non nul, il en est de même de cette (a + i b) 2 2 = 1
a +b
dernière quantité. Divisant les deux membres de cette égalité
a−ib
ce qui prouve que z possède un inverse z−1 qui s’écrit : a2 +b2
.

21
On résume ces 2 propositions en disant que (C, +, ×) est un corps. Nous définirons ce terme dans le chapitre 13.

1.2 Parties réelle, imaginaire, Conjugaison


1.2.1 Partie réelle, partie imaginaire d’un nombre complexe

P 1.4
Soient a, a′ , b et b′ des réels. On a :
• a + i b = 0 ⇔ a = 0 et b = 0.
• a + i b = a′ + i b′ ⇔ a = a′ et b = b′ .

Preuve : Utilisant les conventions précédentes : seulement si a = 0 et b = 0.


1. a + i b = 0 se lit (a, b) = (0, 0) ce qui est vrai si et 2. laissée en exercice.

Un corollaire immédiat de cette proposition est la proposition suivante :

C 1.5 ♥ Partie réelle, partie imaginaire d’un nombre complexe

Pour tout nombre complexe z il existe un unique couple (a, b) de réels tels que z = a + i b.
– a + i b est la forme algébrique de z.
– a est la partie réelle de z. On la note Re(z)
– b est la partie imaginaire de z. On la note Im(z).

P 1.6 ♥ Nombre imaginaire pur

1 Un nombre complexe est réel si et seulement si sa partie imaginaire est nulle

z ∈ R ⇔ Im (z) = 0

2 Si un nombre complexe a sa partie réelle nulle, on dit qu’il est imaginaire pur. On notera iR l’ensemble des
imaginaires purs
z ∈ iR ⇔ Re(z) = 0

1.2.2 Conjugaison

D́ 1.2 ♥ Conjugué d’un nombre complexe

Soit z = a + ib ∈ C, un nombre complexe. On appelle complexe conjugué de z et on note z̄ le nombre complexe donné par :
z̄ = a − i b.

22
P 1.7 ♥
Pour tout z ∈ C, on a :
z+z̄ z−z̄
1 Re(z) = 2 , Im(z) = 2i .

2 z̄¯ = z .

3 Un nombre complexe z est réel (resp. imaginaire pur) si et seulement z̄ = z (resp. z̄ = −z) :
(
z̄ = z ⇔ z ∈ R
z̄ = −z ⇔ z ∈ iR

Preuve : Calculs immédiats.

P 1.8 ♥ Propriétés de la conjugaison


Pour tout z, z′ ∈ C :
1 z + z′ = z̄ + z̄′

2 zz′ = z̄z¯′
 
z z̄
3 Si z′ , 0, z′ = z̄′

Preuve : Calculs immédiats. Pour le quotient (3), on peut raccourcir les calculs en remarquant que si u = zz′ alors z = u z′ et
appliquer (2).
Application 1.2 : Mise sous forme algébrique d’un quotient de nombres complexes : Pour mettre sous forme
algébrique le complexe 3−2i
2+i , on multiplie le quotient, en haut et en bas par le conjugué du dénominateur :

3−2i (3−2i)(2−i) 4−7i 1


= = = (4 − 7i)
2+i (2+i)(2−i) 22 −i2 5

1.3 Représentation géométrique des complexes


1.3.1 Représentation d’Argand
On notera P l’ensemble des points du plan et V l’ensemble des vecteurs du plan.

− → −
Soit R = (O, i , j ) un repère orthonormal du plan.

A tout point M de P de coordonnées (x; y) dans ce repère on grand intérêt en géométrie. Certains problèmes de géométrie
peut faire correspondre le nombre complexe z = x + i y. On se traduisent très bien en des calculs faisant intervenir des
réalise ainsi une bijection de C vers le plan : à tous nombre nombres complexes. Réciproquement, certains calculs avec
complexe on peut faire correspondre un unique point du plan les nombres complexes ont une interprétation géométrique
et réciproquement à tout point du plan on peut faire corres- ”naturelle”.
pondre un unique complexe.

Cette représentation est due à Jean Robert Argand,


mathématicien français du 18˚ siècle, et va s’avérer d’un

23
y z =x+i y

O 1 x

Représentation d’Argand

De la même façon, on peut identifier l’ensemble des vecteurs V du plan avec C en associant à tout vecteur →
−v de V de coor-
données (α, β) dans R le complexe α + i β.

D́ 1.3 ♥ Image d’un nombre complexe, Affixe d’un point, d’un vecteur
→− →

Soit R = (O, i , j ) un repère orthonormal du plan.
– L’ image du nombre complexe z = x + i y est le point du plan de coordonnées (x, y) dans le repère R.
– L’affixe du point M de coordonnées (x; y) dans le repère R est le nombre complexe z = x + i y que l’on notera Aff(M).
– L’ affixe du vecteur → −v = α→ − →

i + β j le complexe α + i β que l’on notera Aff(→
−u ).



Remarque 1.3 : Les points du plan d’affixe réelle sont situés sur l’axe (O, i ) : l’axe réel. Ceux qui ont une affixe imaginaire


sont situés sur l’axe (O, j ) : l’axe imaginaire.

1.3.2 Interprétation géométrique de quelques opérations



− → −
On considère dorénavant et pour tout le reste du chapitre qu’un repère orthonormal R(O, i , j ) a été fixé, ce qui permet
d’identifier C à P.

P 1.9 ♥ Propriétés de l’affixe


Soient →
−u et →
−v deux vecteurs de V . Soient A et B deux points de P :

Aff(→
−u + →
−v ) = Aff(→
−u ) + Aff(→
−v )

−−→
Aff(AB) = Aff(B) − Aff(A)

Preuve : (a+c)+i(b+d) = (a+i b)+(c+i d) = Aff(→ −u )+Aff(→


−v ).
−−→ −−→ −−→
1 Supposons que Aff(→ −u ) = a + i b et Aff(→
−v ) = c + i d 2 Comme OB = OA + AB, appliquant l’égalité
−u = a→ − →
− − →
− →− −−→ −−→ −−→
alors → i + b j,→ v = c i + d j et → −u + →
−v = précédente, on a : Aff(OB) = Aff(OA) + Aff(AB), soit

− →
− −−→
(a + c) i + (b + d) j . Ce qui prouve que Aff(→ −u +→
−v ) = Aff(B) = Aff(A) + Aff(AB).

24
P 1.10 ♥ Interprétation géométrique de z 7→ z + a
_comp
Soit →
−u un vecteur d’affixe a. La translation de vecteur →
−u est l’application qui à tout point M d’affixe z associe le point
d’affixe z + a.

Preuve : Au point M de P, la translation de vecteur → −u as- les affixes respectives de M, M ′ et →


−u alors, l’application de la

− −
→ −−→ →− ′
socie le point M ′ tel que OM ′ = OM + u . Si z, z′ et a sont proposition précédente conduit à z = z + a.

P 1.11 ♥ Interprétation géométrique de z 7→ z̄




La réflexion d’axe (O, i ) est l’application qui à tout point M d’affixe z associe le point d’affixe z̄.



Preuve : La réflexion d’axe (O, i ) associe à tout point M de coordonnées (x, y) le point M ′ de coodonnées (x, −y). La
proposition s’en déduit directement.

1.4 Module d’un nombre complexe, Inégalités triangulaires

D́ 1.4 ♥♥♥ Module d’un nombre complexe


−−→
Soit z = a + i b un nombre complexe et M son image dans P. On appelle module de z le réel positif ou nul ||OM|| noté |z|
et donné par :
−−→
|z| = ||OM|| = OM

P 1.12 ♥♥♥ Expression du module d’un nombre complexe


Pour tout complexe z = a + i b :
√ √
|z| = a2 + b2 = zz̄.

−−→
Preuve : Soit z = a + i b ∈ C et soit M l’image de M dans P alors on sait que |z|2 = ||OM||2 = a2 + b2 . Par ailleurs,
zz̄ = (a + i b)(a − i b) = a2 + b2 .

P 1.13 ♥♥♥ Propriétés du module


odule Pour tout nombre complexe z :

1 |z| = 0 ⇔ z = 0.

2 |z| = |z̄|.

3 Re(z) 6 | Re(z)| 6 |z|.

4 Im(z) 6 | Im(z)| 6 |z|.

25
Preuve : 2 Évident.
1 Soit z = a + i b ∈ C tel que |z| = 0 alors a2 + b2 = 0 ce 3 Il est clair que si z = a + i b alors Re(z) = a 6 |a| =
qui n’est possible que si a = b = 0. Réciproquement, √ √
a2 6 a2 + b2 = |z|.
si z = a+i b est tel que a = b = 0 alors nécessairement
|z| = 0. 4 Idem.

P 1.14 ♥
d_inv Pour tout nombre complexe z , 0 :
1 z̄
1 z = |z|2
1
2 |z| = 1 ⇔ z = z̄.

Preuve : Soit z ∈ C. 2 C’est un corollaire immédiat du cas précédent.


2
1 Il suffit de remarquer que zz̄ = |z| .

P 1.15 ♥♥♥ Inégalités triangulaires

Pour tous nombres complexes z et z′ , on a : :


1 |zz′ | = |z||z′ |.
|z|
2 zz′ = |z′ | si s′ , 0.

3 |z + z′ | 6 |z| + |z′ | .

4 ||z| − |z′ || 6 |z − z′ | .
Les deux dernières inégalités sont appelées inégalités triangulaires.

Preuve : inégalité de manière algébrique. On a :


Soient z, z′ ∈ C.
|z + z′ | 6 |z| + |z′ | (⋆) ⇔ |z + z′ |2 6 (|z| + |z′ |)2 .
1 |zz′ |2 = (zz′ )(zz′ ) = zz̄z′ z̄′ = |z|2 |z′ |2 . Comme |z + z′ |2 = (z + z′ )(z + z′ ), (⋆) est équivalente
à :
2 On suppose ici z′ , 0. Il suffit de remarquer que
z 1 (z + z′ )(z + z′ ) 6 (|z| + |z′ |)2
z′ = z. z′ . Appliquant
l’égalité
précédente à ce produit,
⇔ zz̄ + zz¯′ + z′ z̄ + z′ z¯′ 6 |z|2 + 2|z||z′ | + |z′ |2
on obtient : zz′ = |z|. z1′ puis on termine en appliquant
la propriété 14. ⇔ |z|2 + zz¯′ + z′ z̄ + |z′ |2 6 |z|2 + 2|z||z′ | + |z′ |2
⇔ |zz¯′ + z′ z̄ 6 2|z||z′ |.
3 On peut démontrer de manière géométrique la
première inégalité triangulaire en remarquant que Remarquons que 2 Re(zz¯′ ) = zz¯′ + z′ z̄ donc (⋆) est
c’est une traduction, dans le cadre complexe, de celle équivalente à :
vue pour le triangle en classe de cinquième : si M est
Re(zz¯′ ) 6 |z||z′ | = |z||z¯′ | = |zz¯′ |
l’image de z et N l’image de z + z′ dans P alors,
dans le triangle OMN : ON 6 OM + MN. Comme qui est vraie en vertu de la proposition 13.
−−−→
Aff( MN) = Aff(N) − Aff(M) = z + z′ − z = z′ ,
MN = |z′ |. Par ailleurs, ON = |z + z′ | et OM = z. 4 La seconde inégalité se démontre à l’aide de la
On peut aussi démontrer cette première première :

26
Ce qui termine notre démonstration :
|z| = |z + z′ − z′ | 6 |z + z′ | + |z′ | ⇒ |z| − |z′ | 6 |z + z′ |.
|z| − |z′ | 6 |z + z′ |.
En intervertissant les rôles de z et de z′ , on prouve :
|z′ | − |z| 6 |z + z′ |.

P 1.16 ♥
Soient a ∈ C et r ∈ R∗+ . Soit A le point du plan d’affixe a. L’ensemble des points du plan d’affixe z ∈ C vérifiant :
• |z − a| = r est le cercle de centre A et de rayon r.
• |z − a| 6 r est le disque fermé de centre A et de rayon r.
• |z − a| < r est le disque ouvert de centre A et de rayon r.

Preuve : Ces trois résultats proviennent de l’équivalence suivante :

|z − a| = r ⇐⇒ AM = a

1.5 Nombres complexes de module 1

1.5.1 Groupe U des nombres complexes de module 1

P 1.17 ♥♥ Groupe U des nombres complexes de module 1


taire
Nous noterons U, l’ensemble des nombres complexes de module égal à 1 :

U = {z ∈ C | |z| = 1}

Cet ensemble vérifie les propriétés suivantes :


1 U est stable pour le produit (c.a.d : ∀z, z′ ∈ U, z.z′ ∈ U).

2 Le produit est associatif (c.a.d : ∀z, z′ , z′′ ∈ U, (z.z′ ).z′′ = z.(z′ .z′′ )).

3 Le complexe 1 est élément de U et est l’élément neutre du produit (c.a.d : ∀z ∈ U, z.1 = 1.z = z).
1
4 Si z est élément de U, alors son inverse z aussi. De plus, on a :

1
= z̄
z

5 Le produit est commutatif (c.a.d : ∀z, z′ ∈ U, z.z′ = z′ .z).


(U, ×) est donc muni d’une structure de groupe commutatif et est appelé groupe des nombres complexes de module 1.

27
i
U
z

1
O

1
z̄ = z

Preuve : ♥♥ Soient z, z′ ∈ U : 4 On a : z.z̄ = z̄.z = |z|2 = 1 donc |z| est l’inverse de z.


1 On a : |z.z′ | = |z| . |z′ | = 1 × 1 = 1. Donc z.z′ ∈ U. Utilisant les notations précédemment introduites, on a
donc : z−1 = 1z = z̄.
2 L’associativité est une conséquence directe de l’asso-
ciativité de la multiplication dans C.
5 La commutativité est une conséquence directe de la
3 On a : |1| = 1 donc 1 ∈ U. La suite est évidente. commutativité de la multiplication dans C.

1.5.2 Exponentielle imaginaire


On suppose ici connues les propriétés élémentaires des fonctions cosinus et sinus ainsi que les différentes formules de tri-
gonométrie circulaire. On pourra se reporter à ce sujet à l’annexe B paragraphe B.2. Ce paragraphe doit être parfaitement
maı̂trisé.
L 1.18
Soient (a, b) ∈ R2 tel que a2 + b2 = 1. Il existe au moins un réel θ tel que :

a = cos θ et b = sin θ

Preuve : Comme a2 + b2 = 1, on a nécessairement −1 6 – Si la première est vraie, posons θ = α.


a 6 1 et −1 6 b 6 1. L’image de R par la fonction cos – Sinon, la seconde est alors vraie. Posons θ = −α.
étant [−1, 1], il existe α ∈ R tel que cos α = a. Utilisant Dans les deux cas, θ vérifie bien les deux égalités men-
la formule fondamentale de la trigonométrie, on a alors : tionnées dans l’énoncé du lemme et ce dernier est donc
cos2 α + sin2 α = 1 et donc par identification, sin2 α = b2 . prouvé.
Une des deux égalités suivantes est alors vérifiée par α :
sin α = b ou sin θ = −b

P 1.19
exp_U Pour tout z ∈ U, il existe un réel θ tel que z = cos θ + i sin θ.

28
Preuve : Soit z = a + ib ∈ U. Par définition de U, a et b donc :
vérifient a2 + b2 = 1. Par application du lemme précédent, il
existe donc θ ∈ R tel que : a = cos θ et b = sin θ. On a z = cos θ + i sin θ
 

− →−
Remarque 1.4 : Soit z ∈ C et soit θ ∈ R tel que z = cos θ + i sin θ. On rapporte le plan à un repère orthonormé O, i , j .
lexe !
→− [

− →

Soit u un vecteur d’affixe z alors θ est une mesure de l’angle i , u . Cette mesure est définie à 2kπ près (k ∈ Z).

~u(z)

θ
1
O

D́ 1.5 ♥ Exponentielle imaginaire


naire
Pour tout θ ∈ R, nous appelerons exponentielle imaginaire de θ et nous noterons eiθ le nombre complexe donné par :

eiθ = cos θ + i sin θ

_exp Remarque 1.5 :


– Soit z ∈ U. D’après la proposition 18, il existe θ ∈ R tel que z = eiθ .
– En particulier :
n o
U = z ∈ C | ∃θ ∈ R : z = eiθ

Remarque 1.6 : La précédente définition est justifiée par l’égalité suivante, qui rappelle celle vérifiée par la fonction expo-
nentielle réelle : ∀a, b ∈ R, ea+b = ea eb . :

P 1.20 ♥ Propriété de morphisme de l’exponentielle imaginaire


e_exp

′ ′
∀θ, θ′ ∈ R, ei(θ+θ ) = eiθ eiθ

29
Preuve : Soient θ, θ′ ∈ R. On a :
′  
ei(θ+θ ) = cos θ + θ′ + i sin θ + θ′ par définion de l’exponentielle d’un nombre imaginaire pur
 
= cos(θ) cos(θ′ ) − sin(θ) sin(θ′ ) + i cos(θ) sin(θ′ ) + sin(θ) cos(θ′ ) par application des formules d’addition

= (cos(θ) + i sin(θ)) cos(θ′ ) + i sin(θ′ )

= eiθ eiθ

Afin d’expliquer cette terminologie, explicitons ce qu’est un morphisme de groupes :

D́ 1.6 ♥ Morphisme


hisme
Soit (G1 , ⋆1 ) et (G2 , ⋆2 ) deux groupes. On dit qu’une application ϕ de G1 dans G2 est un morphisme de groupe lorsque :

∀x, y ∈ G1 , ϕ (x ⋆1 y) = ϕ (x) ⋆2 ϕ (y)

Nous pouvons alors reformuler la propriété précédente en :

P 1.21 ♥
La fonction exponentielle est un morphisme du groupe (R, +) sur le groupe (U, ×)

Remarque 1.7 : De plus, reprenant les notations de la definition 6, si on appelle :


• Noyau de ϕ le sous-ensemble de G1 noté Ker ϕ et donné par : Ker ϕ = {x ∈ G1 | ϕ (x) = e2 } où e2 est le neutre de G2 .
• Image de ϕ le sous-ensemble de G2 noté Im ϕ et donné par : Im ϕ = {ϕ (x) | x ∈ G1 }.
et si ϕ : R −→ C alors Ker ϕ = 2πZ et Im ϕ = U
x 7−→ eix
Remarque 1.8 :
π
ei×0 = 1, ei 2 = 1, eiπ = −1. Cette dernière égalité, écrite sous la forme eiπ − 1 = 0 est connue sous le nom de « Relation
d’Euler ». Elle est remarquable dans le sens qu’elle lie 5 nombres fondamentaux en mathématiques : e, i, π, 1, 0.

Leonhard Euler 1707 - 1783

30
i

eiθ

θ
1
O

C 1.22 ♥♥♥


s_exp Pour tout θ ∈ R, on a :
1
e−iθ = = eiθ
eiθ

Preuve : En effet, si θ ∈ R, par application de la formule Par conséquent, l’inverse du nombre complexe eiθ est e−iθ .
précédente, on a : Comme eiθ ∈ U, par application de la proposition 17, l’in-
verse de eiθ est aussi eiθ , d’où les deux égalités ci dessus.
eiθ e−iθ = ei(θ−θ) = ei×0 = 1

T́̀ 1.23 ♥♥♥♥ Formules d’Euler


euler

ei θ +e−i θ
ei θ −e−i θ
∀θ ∈ R, cos θ = et sin θ =
2 2i

Preuve : Soit θ ∈ R. On a : tient la formule annoncée pour cos θ. De même, soustrayant la




 deuxième équation à la première et divisant les deux membres
eiθ = cos θ + i sin θ


e−iθ = cos θ − i sin θ
de l’égalité obtenue par 2i, on obtient la formule annoncée
pour sin θ.
Additionnant la première équation à la deuxième et divi-
sant les deux membres de l’égalité obtenue par 2, on ob-

P 1.24 ♥♥♥♥


e_exp
 n
∀θ ∈ R, ∀n ∈ Z, ei n θ = eiθ

31
Preuve : Soit θ ∈ R. La démonstration se fait par récurrence Démontrons maintenant la propriété pour n ∈ Z \ N. On a
sur n : alors −n ∈ N et on peut appliquer la relation que nous venons
 0
1 Si n = 0 : on a :ei×0 = 1 = eiθ . L’égalité est donc de prouver à −n. Cela donne :
vraie au rang 0.  n
ei (−n) θ = e−iθ
2 Soit n ∈ N.

3 Supposons l’égalité vraie au rang n et démontrons là


Mais d’après la proposition 21, on a :
au rang n + 1. On a :
1  n  1 n
e i(n+1)θ
= e i(nθ+θ)
ei (−n) θ = e−inθ = et e−iθ =
einθ eiθ
= eiθ einθ car la fonction exp est un morphisme de groupe
 n Donc :
= eiθ eiθ par application de l’hypothèse de récurrence 1
 1 n
 n+1 =
einθ eiθ
= eiθ
et on a bien :  n
ei n θ = eiθ
4 L’égalité est prouvée pour tout n ∈ N par application
du principe de récurrence. La relation est alors démontrée pour tout n ∈ Z.

T́̀ 1.25 ♥♥♥♥ Formule de Moivre

∀θ ∈ R, (cos θ + i sin θ)n = cos (nθ) + i sin (nθ)

Preuve : Cette dernière relation est une ré-écriture de la imaginaire pur 5.


formule établie dans la proposition précédente 4.1 en utili-
sant la définition de la fonction exponentielle d’un nombre

Les formules suivantes interviennent souvent dans les exercices :

P 1.26 ♥♥ Factorisation par les angles moitiés


Pour tout x ∈ R :
ix
 ix ix
 ix x ix
 ix ix
 ix x
eix + 1 = e 2 e 2 + e− 2 = 2e 2 cos eix − 1 = e 2 e 2 − e− 2 = 2ie 2 sin
2 2

Remarque 1.9 : On a la factorisation de l’angle moitié plus générale (voir figure 1.1) :
i(x+y)  i(x−y) i(x−y)  x+y x−y 
eix + eiy = e 2 e 2 + e− 2 = 2ei 2 cos
2

P 1.27 ♥

xp_im Soient θ et θ′ deux réels. On a : eiθ = eiθ si et seulement si il existe k ∈ Z tel que θ′ = θ + 2kπ ( ou autrement dit si et
seulement si θ ≡ θ′ [2π]

Preuve : On a la série d”équivalence :





cos θ = cos θ′
iθ′

e = e ⇐⇒   sinθ = sin θ′ ⇐⇒ θ ≡ θ′ [2π]

32
eiy
eix + eiy

x+y
2

eix

F. 1.1 – Factorisation de l’angle moitié fig:

C 1.28 ♥
Soit θ un réel. On a : eiθ = 1 si et seulement si il existe k ∈ Z tel que θ = 2kπ.

1.6 Argument, fonction exponentielle complexe



− → −
Dans toute la suite, on suppose fixé un repère orthonormé du plan R = (O, i , j ).

1.6.1 Argument d’un nombre complexe

P 1.29 ♥♥♥ Argument d’un nombre complexe, Argument principal d’un nombre complexe

Soient z un nombre complexe non nul. Il existe au moins un nombre réel θ tel que :

z = ρeiθ

où ρ ∈ R∗+ est le module de z. Le nombre réel θ est un argument de z. Un tel nombre n’est pas unique : si θ0 est un argument
de z, l’ensemble de tous les arguments de z est donné par :

{θ0 + 2kπ | k ∈ Z}
On notera :
arg (z) ≡ θ0 [2π]
Enfin, il existe un unique argument de z appartenant à l’intervalle ] − π, π]. On l’appelera argument principal de z.

Preuve : Soit z un nombre complexe non nul. Posons gument de z. Soit θ′ ∈ R un autre argument de z. On a bien :

ρ = |z| , 0. On a : ρz ∈ U. D’après la remarque : 1.5, il θ′ ≡ θ [2π]. En effet, partant de : z = eiθ = eiθ et appliquant la

existe θ ∈ R tel que : ρz = eiθ ce qui prouve l’existence de l’ar- proposition 24, il existe k ∈ Z tel que θ = θ + 2kπ.

Remarque 1.10 : Soit z un nombre complexe non nul →−


! et v le vecteur d’affixe z. D’après la remarque 1.4, un argument de
[


z est aussi donnée par une mesure θ, de l’angle i ,→
−v . Cette mesure est, bien entendu, elle aussi définie à 2kπ près (k ∈ Z).

Exemple 1.3 :
On a :
π π
arg 1 ≡ 0 [2π] arg i ≡ [2π] arg −1 ≡ π [2π] arg −i ≡ − [2π]
2 2

33
z = ρeiθ

O 1

P 1.30 ♥♥♥ Écriture sous forme trigonométrique des nombres complexes
lexes
Si z est un nombre complexe non nul d’argument θ ∈ R et de module ρ ∈ R+ alors

z = ρ(cos θ + i sin θ).

Preuve : Immédiat !
P 1.1 : Comment calculer le module et un argument d’un nombre complexe donné
Soit z = a + ib ∈ C d’argument θ ∈ R et de module ρ ∈ R+ . Exprimons ρ et θ en fonction de a et b :
• On a : √
ρ = |z| = a2 + b2
• Comme :  
a b
z = a + ib = ρ (cos θ + i sin θ) = ρ √ +i√ ,
a +b2
2 a2 +b2

par identification, on trouve :


a b
cos θ = √ et sin θ = √
a2 +b2 a2 +b2

P 1.31 ♥♥♥ Produit et quotient de deux nombres complexes sous forme trigonométrique

Soient deux nombres complexes : z = ρeiθ et z′ = ρ′ eiθ . On a :

zz′ = ρρ′ ei(θ+θ )
z ρ i(θ−θ′ )

= e si z′ , 0
z ρ′

34
Preuve : C’est une conséquence directe de la proposition 19.

C 1.32 ♥♥♥


Soient z et z′ deux nombres complexes. On a : :
1. arg(zz′ ) = arg(z) + arg(z′ ) ([2π])
2. arg( zz′ ) = arg(z) − arg(z′ ) ([2π]) si z′ , 0.
3. arg(z̄) = arg( 1z = arg(z) ([2π])

Preuve : Démontrons la première égalité, la démonstration z′ ). On a, par application de la propriété précédente :


des deux suivantes est identique : Notons θ (resp. θ′ ) un argu- ′
ment de z (resp de z′ ) et ρ (resp. ρ′ ) le module de z (resp de zz′ = ρρ′ ei(θ+θ )

Par conséquent arg (zz′ ) = θ + θ′ = arg z + arg z′ .

Remarque 1.11 : L’argument d’un nombre complexe étant défini à 2kπ près (k ∈ Z), il est facultatif d’indiquer que les
égalités précédentes ne sont valables qu’à 2kπ près.

P 1.33 ♥
On a :
∀n ∈ Z, , ∀z ∈ C∗ , arg (zn ) = n arg z

Preuve : Soient n ∈ Z et z ∈ C∗ . L’écriture trigonométrique Par conséquent, arg (zn ) = nθ = n arg z.


de z est z = ρeiθ où θ ∈ R est un argument de z et ρ est le
module de z. On a donc :
 n
zn = ρeiθ
 n
= ρn eiθ
= ρn einθ par application de la propriété 4.1

1.6.2 Fonction exponentielle complexe


On suppose ici connues les propriétés de la fonction exponentielle réelle : exp : R −→ R . On pourra à ce sujet consulter le
x 7−→ e x
paragraphe 4.1.2.

D́ 1.7 ♥ Fonction exponentielle complexe

Soit z = a + i b un nombre complexe. On appelle exponentielle de z le nombre complexe

ez = ea+ib = ea eib

La fonction qui à tout nombre complexe z associe le nombre complexe ez ainsi définie s’appelle fonction exponentielle
complexe.

Remarque 1.12 :
– Soit z = a + ib ∈ C. On a : ez = ea+ib = ea eib = ea .[cos b + i sin b].

35
– Soit z = a + ib ∈ C. On a :
|ez | = ea eib = |ea | eib = |ea | = ea
car la fonction exponentielle réelle est strictement positive.
– La fonction exponentielle complexe ne s’annule jamais :

|ez | = ea , 0

La fonction exponentielle complexe est donc à image dans C∗ .


– La fonction exponentielle complexe prolonge la fonction exponentielle réelle ( ce qui signifie que sa restriction aux nombres
réels coincide avec la fonction exponentielle réelle).
– La fonction exponentielle complexe n’est pas bijective. Il sera par conséquent impossible de définir une fonction logarithme
complexe.

P 1.34 ♥ La fonction exponentielle complexe est un morphisme du groupe (C, +) dans le groupe (C∗ , ×)

On a :
′ ′
∀z, z′ ∈ C, ez+z = ez ez

∀z ∈ C, (ez )−1 = (e−z )

Preuve :
• Soient z = a + ib, z′ = a′ + ib′ ∈ C. On a :
′ ′ ′
ez ez = ea eib ea eib par définition de la fonction exponentielle complexe
′ ′
= ea+a e(ib+b ) par application des propriétés de la fonction exponentielle réelle et de la propriété19

= ez+z par définition de la fonction exponentielle complexe

• Soit z ∈ C. Par application de la propriété précédente, on a :


′ ′
ez e−z = ez ez = ez−z = e0 = 1

Par conséquent, e−z est l’inverse de ez et (ez )−1 = (e−z ).

1.7 Racines nième de l’unité


Dans tout ce paragraphe n désigne un entier naturel non nul : n ∈ N∗ .

D́ 1.8 ♥ Racine nième d’un nombre complexe

Soit z ∈ C. On appelle racine nième du nombre complexe z tout nombre complexe ξ vérifiant :

ξn = z

Exemple 1.4 :
– i est une racine cinquième de i...
2iπ
– e√3 est une racine troisième de 1.
– i 2 est une racine deuxième de −2

36
D́ 1.9 ♥ Racine nième de l’unité

On appelle racine nième de l’unité une racine nième de 1, c’est à dire un nombre complexe ξ tel que :

ξn = 1 .

On notera Un l’ensemble des racines nième de l’unité.

Remarque 1.13 :
– Pour tout n > 1, on a : 1 ∈ Un . En effet :1n = 1 !
– On a :Un ⊂ U. En effet, si ξ ∈ Un alors ξn = 1 et donc |ξ|n = |ξn | = 1. Comme |ξ| ∈ R∗+ , cette égalité n’est possible que si
|ξ| = 1.

2ikπ
P 1.35 ♥ Les racines nième de l’unité sont de la forme ξk = e n où k ∈ ~0, n − 1

Il existe exactement n racines nième de l’unité. Elles sont données par :

2ikπ
∀k ∈ ~0, n − 1 , ξk = e n

Autrement dit :
 2ikπ 
Un = e n | k ∈ ~0, n − 1

Preuve : Soit ξ = ρeiθ un nombre complexe. On a :ρ ∈ R+ d’équivalences :


et θ ∈ R. On a la série d’équivalences :
2ik′ π 2ikπ
ξk′ = ξk ⇐⇒ e n =e n
2i(k′ −k)π
ξ ∈ Un ⇐⇒ ξn = 1 ⇐⇒ e n =1
n inθ 2(k′ −k)π
⇐⇒ ρ e = 1 ⇐⇒ ≡ 0 [2π]
n
⇐⇒ ρn = 1 et nθ ≡ 0 [2π] 2(k′ −k)π
⇐⇒ ∃m ∈ Z : = 2mπ
⇐⇒ ρ = 1 et ∃k ∈ Z : nθ = 2kπ n

2kπ ⇐⇒ ∃m ∈ Z : k = mn + k
⇐⇒ ρ = 1 et ∃k ∈ Z : θ=
n
2ikπ Appliquant
 cette propriété, les nombres
 complexes de l’en-
⇐⇒ ∃k ∈ Z : ξ= e n 2ikπ
semble ξk = e n | k ∈ ~0, n − 1 sont tous différents. Par
ailleurs, considérant k′ ∈ Z et la racine nième de l’unité cor-
L’ensemble des racines nième de l’unité est donc : respondante ξk′ , par division euclidienne de k′ par n, il existe
un unique entier naturel k ∈ ~0, n et un unique entier re-
 2ikπ
 latif m ∈ Z tel que k′ = mn + k. On a alors : ξk′ = ξk .
Un = ξk = e n | k ∈ Z ième de l’unité est élément de
Par conséquent toute racine n
2ikπ
ξk = e n | k ∈ ~0, n − 1 . On a alors bien prouvé que :
′  2ikπ 
Soient deux entiers relatifs k et k ainsi que les racines
nième de l’unité correspondantes ξk et ξk′ . On a la série Un = e n | k ∈ ~0, n − 1
2iπ
cine Remarque 1.14 : Considérons ξ1 = e n . On a, avec les notations de la proposition précédente :
∀k ∈ ~0, n − 1 , ξk = ξ1k

37
Par conséquent :

n o
Un = ξ1k | k ∈ ~0, n − 1

P 1.36 ♥ (Un , ×) est un groupe commutatif

L’ensemble Un vérifie les propriétés suivantes :


1 Un est stable pour le produit (c.a.d : ∀ξ, ξ′ ∈ Un , ξ.ξ′ ∈ Un ).

2 Le produit est associatif (c.a.d : ∀ξ, ξ′ , ξ′′ ∈ Un , (ξ.ξ′ ).ξ′′ = ξ.(ξ′ .ξ′′ )).

3 Le complexe 1 est élément de Un et est l’élément neutre du produit (c.a.d : ∀ξ ∈ Un , ξ.1 = 1.ξ = ξ).
1
4 Si ξ est élément de Un , alors son inverse ξ aussi. De plus, on a :

1
= ξ̄
ξ

5 Le produit est commutatif (c.a.d : ∀ξ, ξ′ ∈ Un , ξ.ξ′ = ξ′ .ξ).


(Un , ×) est donc muni d’une structure de groupe commutatif.

n
Preuve : Soient ξ, ξ′ ∈ Un : 4 Remarquant tout d’abord que ξ = ξn = 1. Donc :
1 On a : (ξ.ξ′ )n = ξn .ξ′ n = 1. Donc ξ.ξ′ ∈ Un . ξ ∈ Un . De plus : ξξ = ξξ = 1 car Un ⊂ U. Par
conséquent : ξ−1 = 1ξ = ξ̄.
2 L’associativité est une conséquence directe de l’asso-
ciativité du produit dans C.
5 La commutativité est une conséquence directe de la
3 On a : 1n = 1 donc 1 ∈ Un . La suite est évidente. commutativité de la multiplication dans C.

Remarque 1.15 : En fait, (Un , ×) est un sous-groupe de (U, ×) qui lui même est un sous groupe de (C∗ , ×). Nous verrons
plus tard comment prouver la propriété précédente de manière plus rapide

i ξi
ξ

2π 2π π
3 4 = 2
ξ3 ξ4
O 1 ξ2 O 1

ξ2
ξ3

38
i ξ

ξ2


5
ξ5
O 1

ξ3

ξ4

P 1.37 ♥

Soit un entier n > 2. Soit ξ ∈ Un \ {1}. On a :

1 + ξ + ξ2 + . . . + ξn−1 = 0

1−ξn
Preuve : La somme 1 + ξ + ξ2 + . . . + ξn−1 est celle des n pre- Mais comme ξ ∈ Un , on a : ξn = 1 et donc 1−ξ = 0 ce qui
miers termes de la suite géométrique de raison ξ et de premier prouve l’égalité.
terme 1. Par conséquent, comme ξ , 1 :
1−ξn
1 + ξ + ξ2 + . . . + ξn−1 =
1−ξ

Remarque 1.16 : Cette égalité s’écrit sous la forme condensée suivante :


X
n−1
ξi = 0
k=0

C 1.38 ♥
La somme des n racines nième de l’unité est égale à 0.

2iπ
Preuve : D’après la remarque 1.14, on a : où ξ1 = e n . Par conséquent, si S désigne la somme des n
n o racines nième de l’unité, on a : S = 1 + ξ1 + ξ12 + . . . + ξ1n−1 .
Un = ξ1k | k ∈ ~0, n − 1 D’après la proposition précédente, cette somme est nulle.

P 1.39 ♥ Expression des racines nième d’un nombre complexe


plexe
Soit z un nombre complexe non nul de module ρ et d’argument θ. Alors z admet n racines nième données par :
 
1 i nθ + 2kπ
n
∀k ∈ ~0, n − 1 , Zk = ρ e
n

39
 
θ
Par conséquent Z est une racine nième de z si et seulement si
1
Preuve : Remarquons que Z0 = ρ n ei n est une racine nième
2ikπ
de z. En effet : il existe k ∈ ~1, n − 1 tel que : ZZ0 = e n , soit :
 1  θ  n  1 n   θ  n
Z0n = ρ n ei n = ρ n ei n = ρeiθ = z    
2ikπ 1 θ 2ikπ i nθ + 2kπ
Z= Z0 e n = ρ n ei n e n =e n
Par ailleurs, on a la série d’équivalences :
Z est une racine nième de z ⇐⇒ Zn = z
⇐⇒ Z n = Z0n
 Z n
⇐⇒ =1
Z0
Z
⇐⇒ ∈ Un
Z0

En résumé : pour n ∈ N∗ et a ∈ C, l’équation zn = a d’inconnue le nombre complexe z admet comme ensemble solution :
• le singleton {0} si a = 0.
• l’ensemble constitué des racines nième de a sinon.
On pourra consulter l’annexe B paragraphe B.1.4 afin de voir le rôle des racines de l’unité dans la factorisation de certains
polynômes.

1.8 Equations du second degré


1.8.1 Racines carrées

D́ 1.10 ♥ Racine carrée d’un nombre complexe

Soit a ∈ C. On appelle racine carré de a une racine deuxième de a, c’est à dire un complexe ξ tel que : ξ2 = a.

Par application de la proposition 36, on peut affirmer :

P 1.40 ♥
Tout nombre complexe non nul possède exactement deux racines carrées. De plus, ces deux racines carrées sont opposées
l’une de l’autre.


Attention 1.5 : La notation a n’a de sens que pour a ∈ R+ .
atif Remarque 1.17 : √ √
– Si a ∈ R+ , ses deux racines carrées sont données par : √a et − a. √
– Si a ∈ R∗− , ses deux racines carrées sont données par : i |a| et −i |a|. En effet, la forme trigonométrique de a est a = |a| eiπ .
Appliquant la proposition 36, les deux racines carrées de a sont :
√ iπ √
1 |a|e 2 = i |a|
√ i π 2π √
2 |a|e 2 e 2 = −i |a|
P 1.2 : Comment calculer les racines carrées d’un nombre complexe
Soit z = a + ib ∈ C. Soit Z = X + iY une des deux racines carrées de z : Z 2 = z. On a :



 |Z|2 = |z|




 Re Z 2 = Re z



Im Z 2 = Im z

40
On en déduit :  √


 X 2 + Y 2 = a2 + b2


 2

 X − Y2 = a



2XY = Im z

Et en particulier :  √


 X 2 + Y 2 = a2 + b2


 2

 X − Y2 = a



XY est du signe de Im z

Exemple 1.6 : Calculons les racines carrées de z = 8 − 6i. Soit Z = X + iY une des deux racines carrées de z. X et Y
satisfont :  √


 X 2 + Y 2 = 100 = 10


 2

 X − Y2 = 8



XY est négatif

Par addition des deux premières équations, on obtient : X = 3 ou X = −3. Par soustration de ces deux mêmes équations,
on obtient : Y = 1 ou Y = −1. Comme le produit XY est négatif, les seules possibilités sont : X = 3 et Y = −1 ou X = −3
et Y = 1. En conclusion, Z = 3 − i ou Z = −3 + i.

1.8.2 Equations du second degré


T́̀ 1.41 ♥ Résolution d’une équation du second degré à coefficients complexes
lexes
Soient a, b, c trois nombres complexes avec a , 0. Considérons l’équation :

az2 + bz + c = 0 (⋆)

d’inconnue z ∈ C. Notons ∆ = b2 − 4ac . ∆ est le discriminant de l’équation (⋆). On a :


• Si ∆ = 0, l’équation (⋆) admet une racine double z0 donnée par :

−b
z0 =
2a

De plus, on a :
az2 + bz + c = a (z − z0 )2
• Si ∆ , 0 et si δ désigne une des deux racines carrées de ∆ alors l’équation (⋆) admet deux racines distinctes z1 et z2
données par :
−b−δ −b+δ
z1 = et z2 =
2a 2a

De plus, on a :
az2 + bz + c = a (z − z1 ) (z − z2 )

Preuve : On met l’équation (⋆) sous forme canonique : (⋆) est donc équivalente à
 b c
   !
az2 + bz + c = a z2 + z + car a , 0 b 2 ∆
a a a z+ − =0
 
b 2 c
 b 2 ! 2a 4a2

= a z+ + − Posons Z = z + b
z est solution de (⋆) si et seulement si Z
2a a 2a 2a .
  2 2
! est solution de :
b b −4ac  
= a z+ − ∆ 
2a 4a2 a Z2 − =0 ⋆
  2
! 4a2
b ∆
= a z+ − 2
2a 4a 41
 
• Si ∆ = 0 l’unique solution de ⋆ est Z0 = 0 et donc Les solutions de ⋆ sont donc
b
l’unique solution de (⋆) est z0 = − 2a . De plus, on a :
δ δ
Z1 = et Z2 = −
 
b 2 2a 2a
az2 + bz + c = a z + = a (z − z0 )2
2a On en déduit les solutions de (⋆) qui sont :
z0 est bien une racine double de az2 + bz + c. z1 =
−b−δ
et z2 =
−b+δ
• Si ∆ , 0, notant δ une des deux racines carrées de ∆, les 2a 2a
deux racines carrées de 4a∆2 sont donc :
De plus, on a :
δ δ
et − az2 + bz + c = a (z − z1 ) (z − z2 )
2a 2a

C 1.42 ♥ Résolution d’une équation du second degré à coefficients réels

Soient a, b, c trois nombres réels avec a , 0. Considérons l’équation :

ax2 + bx + c = 0 (⋆)

d’inconnue x ∈ C. Notons ∆ = b2 − 4ac son discriminant. Remarquons que ∆ ∈ R. On a :


• Si ∆ > 0, (⋆) admet deux solutions distinctes, toutes deux réelles x1 et x2 données par
√ √
−b− ∆ −b+ ∆
x1 = et x2 =
2a 2a

• Si ∆ = 0, (⋆) admet une seule solution x0 donnée par :

b
x0 = −
2a

• Si ∆ < 0, (⋆) admet deux solutions distinctes, toutes deux complexes et conjuguées x1 et x2 données par
√ √
−b−i |∆| −b+i |∆|
x1 = et x2 =
2a 2a

Preuve : √ le théorème 1.41, les deux racines de (⋆) sont donc :


• Si ∆ > 0, une racine de ∆ est donnée par δ = ∆ et les
√ √
formules pour x0 , x1 et x2 se déduisent de celles énoncées −b−i |∆| −b+i |∆|
x1 = et x2 =
dans le théorème 1.41. 2a 2a
• Si ∆ < 0, une √ racine de ∆ est donnée, d’après la remarque
1.17 par δ = i |∆|. Appliquant les formules énoncées dans qui sont bien complexes et conjuguées.

P 1.43 ♥ Relations entre les coefficients et les racines d’un polynôme

Soient a, b, c trois nombres complexes avec a , 0. Soient z1 et z2 deux nombres complexes. On a équivalence entre :
1 z1 et z2 sont solutions de az2 + bz + c = 0.

2 z1 + z2 = − ba et z1 z2 = c
a

42
Preuve : On a la série d’équivalences :

z1 et z2 sont solutions de az2 + bz + c = 0 ⇐⇒


az2 + bz + c = a (z − z1 ) (z − z2 ) par application du théorème 1.41 ⇐⇒
az2 + bz + c = az2 − a (z1 + z2 ) z + az1 z2 ⇐⇒
b c
z1 + z2 = − et z1 z2 = par identifications
a a

On pourra se reporter à l’annexe B paragraphe B.1.1 pour des précisions supplémentaires sur les trinômes du second degré et
au paragraphe B.1.5 pour des applications des relations entre les coefficients et les racines d’un polynôme.

1.9 Applications à la trigonométrie


Les propriétés des fonctions trigonométriques et les formules trigonométriques élémentaires doivent être parfaitement connues.
On se reportera à l’annexe B paragraphe B.2 pour des rappels.

1.9.1 Problèmes de linéarisation


L’objectif de cette partie est de montrer comment transformer un produit de la forme cos p a sinq a en une combinaison linéaire
de cos ka et sin kθ. Cette opération s’avérera très utile pour les problèmes de calcul de primitive. Les formules d’Euler sont à
la base du processus de linéarisation :
Formules d’Euler
ei θ +e−i θ
ei θ −e−i θ
∀θ ∈ R, cos θ = et sin θ =
2 2i

Expliquons ce processus sur un exemple. Nous souhaitons linéariser, pour θ ∈ R, sin6 θ. On a :

 ei θ −e−i θ 6
sin6 θ = par application des formules d’Euler
2i
1  
= − ei6θ − 6ei5θ e−iθ + 15ei4θ e−i2θ − 20ei3θ e−i3θ + 15ei2θ e−i4θ − 6eiθ e−i5θ + e−i6θ
64
par application de la formule du binôme
1  
= − ei6θ − 6ei4θ + 15ei2θ − 20 + 15e−i2θ − 6e−i4θ + e−i6θ
64
1      
= − ei6θ + e−i6θ − 6 ei4θ + 6e−i4θ + 15 ei2θ + e−i2θ − 20
64
1
= − (cos 6θ − 6 cos 4θ + 15 cos 2θ − 10) à nouveau par application des formules d’Euler
32

Le plan pour linéariser un produit est donc le suivant :

P 1.3 : Pour linéariser un produit de la forme cos p a sinq a

1 On remplace les cos a et les sin a par des eia en utilisant les formules d’Euler.

2 On développe les expressions obtenues. Il est souvent commode, pour ce faire, d’appliquer la formule du binôme.

3 On regroupe les eika pour k ∈ Z.

4 On reconnait alors, à nouveau grâce aux formules d’Euler, des sin et des cos.

Application 1.7 : Calculons les primitives sur R de t 7→ cos4 t. Appliquant la méthode précédente, on trouve pour
tout t ∈ R :
cos4 t = 1/8 cos (4 t) + 1/2 cos (2 t) + 3/8

43
On ontient alors : Z
cos4 t dt = 1/4 (cos (t))3 sin (t) + 3/8 cos (t) sin (t) + 3/8 t + c

où c ∈ R.
maple
> A:=(cos(t))ˆ4;
4
A := cos(t)
> combine(A);
1 1 3
- cos(4 t) + - cos(2 t) + -
8 2 8

1.9.2 Factorisations d’expressions trigonométriques


On s’intéresse maintenant au problème inverse du précédent. Il s’agit de transformer une combinaison linéaire de cos ka
et sin kθ en produits de la forme cos p a sinq a. Ce procédé s’avérera utile pour résoudre des équations trigonométriques. La
formule de Moivre est à la base du procédé de factorisation :
Formules de Moivre
∀n ∈ N, ∀θ ∈ R, (cos θ + i sin θ)n = cos nθ + i sin nθ

Explicitons le procédé sur un exemple. Pour θ ∈ R, on veut transformer en produits cos5 θ et sin5 θ. On a, par application de
la formule de Moivre :

(cos θ + i sin θ)5 = cos 5θ + i sin 5θ (1.1)

Développons le membre de gauche de cette égalité avec la formule du binöme :

(cos θ + i sin θ)5


= cos5 θ + 5i cos4 θ sin θ − 10 cos3 θ sin2 θ − 10i cos2 θ sin3 θ + 5 cos θ sin4 θ + i sin5 θ
   
= cos5 θ − 10 cos3 θ sin2 θ + 5 cos θ sin4 θ + i 5 cos4 θ sin θ − 10 cos2 θ sin3 θ + sin5 θ

Identifiant les parties réelle et imaginaire de 1.1, on obtient :

cos 5θ = cos5 θ − 10 cos3 θ sin2 θ + 5 cos θ sin4 θ


sin 5θ = 5 cos4 θ sin θ − 10 cos2 θ sin3 θ + sin5 θ

Le plan pour transformer en produits cos nθ ou sin nθ est donc le suivant :

P 1.4 : Pour transformer en produits cos nθ ou sin nθ

1 Par application de la formule de moivre, on a :

(cos θ + i sin θ)n = cos nθ + i sin nθ

2 On développe la partie gauche de cette égalité.

3 On identifie alors les parties réelles et imaginaires.

Application 1.8 : Résolvons l’équation trigonométrique :

sin (x) + sin (2x) + sin (3x) = 0

44
Appliquant la méthode précédente et les formules de trigonométrie, on obtient, pour tout x ∈ R :

sin (2x) = 2 sin (x) cos (x) et sin (3x) = 3 cos2 (x) sin(x) − sin3 (x)

Il vient alors :

sin (x) + sin (2x) + sin (3x) = 0


⇐⇒ sin (x) + 2 sin (x) cos (x) + 3 cos2 (x) sin (x) − sin3 (x) = 0
⇐⇒ sin (x) cos (x) (1 + 2 cos (x)) = 0

h i
π 4π 2π
Les solutions de cette équation sont donc : x = 0 2 ou x = 3 [2π] ou x = 3 [2π]

1.10 Nombres complexes et géométrie plane


1.10.1 Distance

P 1.44 ♥
Soient A et B deux points du plan d’affixe respective a et b. La distance de A à B est donnée par

AB = |b − a|.

−−→ −−→
Preuve : L’affixe du vecteur AB est donnée par Aff(B) − Aff(A). De plus, par définition, |b − a| = ||AB|| = AB

1.10.2 Barycentre

P 1.45 ♥
Soient A, B et G trois points d’affixe respective a, b et g ; Soient α et β deux réels tels que α + β , 0. Alors, G est le
barycentre des points A et B affectés respectivement des poids α et β si et seulement si

α(g − a) + β(g − b) = 0.

−−→ −−→
Preuve : C’est une traduction en terme d’affixe de l’égalité vectorielle αGA + βGB = 0 qui définie G.
Remarque 1.18 : Si α = β = 1, G est le milieu du segment [AB]. On a alors, avec les notations précédentes, l’égalité
a+b
g=
2

P 1.46 ♥
X
n
Soient n > 2 un entier, A1 , ..., An des points du plan d’affixe respective z1 , ...., zn . Soient α1 , ..., αn des réels tels que αi , 0.
i=1
G est le barycentre des points Ai affectés des poids αi , i = 1, ..., n si et seulement si son affixe z vérifie l’équation

X
n
αi (zi − z) = 0.
i=1

45
X
n
−−→
Preuve : C’est une traduction en terme d’affixe de l’égalité vectorielle : αi GAi = 0.
i=1

1.10.3 Angles

P 1.47 ♥
Soient A, B, et C trois points du plan tels que C est distinct de A et de B, d’affixe respective a, b et c. Une mesure de l’angle
[
−−→ −−→
(CA, CB) est alors donnée par :
[  b−c 
−−→ −−→
(CA, CB) ≡ arg [2π].
a−c

Preuve : Remarquons tout d’abord que →−[ −−→ −[


→ −−→
arg (b − c) = ( i , CB) et arg (a − c) = ( i , CA). On conclut
 b−c 
en utilisant l’égalité :
arg = arg (b − c) − arg (a − c).
a−c
−−→ −−→ [
−−→ −−→ −[
→ −−→ −[
→ −−→
Par ailleurs b − c = Aff( BC) et a − c = Aff(CA). Donc (CA, CB) = ( i , CB) − ( i , CA).

C 1.48 ♥
Soient A, B, et C trois points du plan tels que C est distinct de A et de B, d’affixe respective a, b et c. On a :
• A, B, et C sont alignés si et seulement si c−b
c−a est réel.
• Les droites (CA) et (CB) sont perpendiculaires si et seulement si c−b c−a est imaginaire pur.

1.11 Transformations remarquables du plan


On notera P le plan et V l’ensemble des vecteurs du plan.

On appelle transformation du plan toute application du plan dans lui même. A toute transformation f du plan, on peut
associer une application g du plan complexe dans lui même qui au complexe z d’image le point M ∈ P , associe l’affixe du
point f (M).

On dit alors que g représente l’application f dans le plan complexe.

1.11.1 Translations, homothéties

D́ 1.11 ♥ Translation, homothétie

– Soit →
−u un vecteur du plan. La translation de vecteur →
−u , notée t→
−u , est la transformation du plan qui à tout point M ∈ P
′ −
−−−
→ ′ →

associe le point M ∈ P tel que MM = u .
– Soit Ω un point du plan et λ un réel non nul. L’homothétie de centre Ω et de rapport λ, noté hΩ,λ , est la transformation
−−−→ −−−→
du plan qui à tout point M ∈ P associe le point M ′ ∈ P tel que ΩM ′ = λΩM .

Remarque 1.19 :
– Si le rapport d’une homothétie h est 1 alors h est l’application identique ( L’application identique de P est celle qui à tout
point M ∈ P associe lui même).

46
– Les translations conservent les longueurs (on dit que ce sont des isométries), les homothéties de rapport λ les multiplient
par |λ|.

P 1.49 ♥
plexe Soit Ω un point du plan d’affixe ω et λ un réel , 0 et , 1.
L’homothétie de rapport λ et de centre Ω peut être représentée dans le plan complexe par l’application qui à tout z ∈ C
associe z′ ∈ C tel que z′ − ω = λ(z − ω) (soit aussi : z′ = λz + (1 − λ)ω).

−−−→ −−−→
Preuve : On a : M ′ est l’image de M par hΩ,λ ⇔ ΩM ′ = λΩM ⇔ Aff(M) − Aff(Ω) = λ(Aff(M)′ − Aff(Ω)) ⇔ z′ − ω =
λ(z − ω).

1.11.2 Rotation

D́ 1.12 ♥ Rotation


plexe
Soient Ω ∈ P et θ un réel. La rotation de centre Ω et d’angle θ, notée rΩ,θ est la transformation du plan qui à
– Ω associe Ω


 (−
 −−→[ −−−→

– tout point M différent de Ω associe le point M ′ tel que  ΩM, ΩM ′ ) = θ [2π]

 ||−
 −−→ −
−−→
ΩM ′ || = ||ΩM||

P 1.50 ♥
Soient Ω ∈ P et θ un réel. Soit ω l’affixe de Ω. La rotation de centre Ω et d’angle θ peut être représentée dans le plan
complexe par l’application qui à tout z ∈ C associe le complexe z′ tel que z′ − ω = eiθ (z − ω) ( soit aussi : z′ = eiθ z + (1 −
ei θ)ω).

 
Preuve : Soient z et z′ les affixes respectives de M et M ′ . On arg z′ −ω
z−ω = θ [2π] et zz−w

−ω = 1 (∗).
a:
M ′ est l’image de M par la rotation de centre Ω et d’angle θ Soit ρeiα une représentation trigonométrique de zz−w

−ω . Les
⇔ deux relations précédentes sont équivalentes à ρ = 1 et

−−→[ −−−→′
(ΩM,
 ′ ΩM ) = θ [2π] et ΩM = ΩM ⇔
′ α = θ [2π]. Donc (∗) est équivalente à zz−w ′

−ω = e soit
z −ω ′ ′ iθ
arg z−ω = θ [2π] et |z − w| = |z − ω| ⇔ z − ω = e (z − ω).

1.11.3 Similitudes directes

D́ 1.13 ♥ Similitude directe

Une similitude directe est une transformation du plan admettant comme représentation dans le plan complexe l’applica-
tion : z 7→ az + b où (a, b) ∈ C∗ × C.

47
P 1.51 ♥
Une similitude directe conserve les angles et les rapports de longueur.

Preuve : Soit f la similitude représentée par z 7→ az + b, A1 ,


A2 , A3 , A4 des points de P tels que A1 , A2 et A3 , A4 ,
−−−−→[ −
−−− → z′ −z′ z4 −z3 −−−−
→[ −−−−

z1 , z2 , z3 , z4 leurs affixes respectives et z′1 , z′2 , z′3 , z′4 les affixes (A′1 A′2 , A′3 A′4 ) = arg( ′4 3′ ) = arg( ) = ( A1 A2 , A3 A4 )
respectives de leurs images par f . Pour tout i ∈ {1, 2, 3, 4}, on z 2 −z 1 z 2 −z 1

a donc z′i = azi + b. En particulier :


et
( ′ ′
z2 − z1 = a(z2 − z1 )
A′3 A′4 z′4 −z′3 z4 −z3 A3 A4
z′4 − z′3 = a(z4 − z3 ) = ′ ′ = = .
A′1 A′2 z2 −z1 z2 −z1 A1 A2
z′4 −z′3 z4 −z3
et donc a étant non nul : z′2 −z′1 = z2 −z1 . Par conséquent : Ce qui prouve la propriété.

P 1.52 ♥
La composée de deux similitudes directes est encore une similitude directe.

Preuve : Soient f et f ′ deux similitudes directes représentées Notant α = a′ a et β = a′ b + b′ et remarquant que α est non
dans le plan complexe par, respectivement, z 7→ az + b et nul, on a représenté f ′ ◦ f par z 7→ αz + β avec (α, β) ∈ C∗ × C
z 7→ a′ z+b′ où (a, b) ∈ C∗ ×C et où (a′ , b′ ) ∈ C∗ ×C alors f ′ ◦ f et f ′ ◦ f est donc bien une similitude directe.
est représentée par z 7→ a′ (az + b) + b′ soit z 7→ aa′ z + a′ b + b′ .

P 1.53 ♥
Soient (a, b) ∈ C∗ × C. Soit f la similitude du plan représentée dans le plan complexe par z 7→ az + b.
– Si a = 1, f est la translation de vecteur d’affixe b.
– Si a , 1, f admet un unique point invariant Ω ( f (Ω) = Ω ) appelé centre de la similitude. De plus, dans ce cas, si :
1 α est un argument de a.

2 r est la rotation de centre Ω et d’angle α ( rΩ,α )

3 h est l’homothétie de centre Ω et de rapport |a|.( hΩ,|a| )


alors f s’écrit comme la composée de h et r : f = r ◦ h = h ◦ r.

|a| est appelé le rapport de la similitude et α est une mesure de l’angle de la similitude.

En particulier,
– si a ∈ R∗ , f est l’homothétie de centre Ω et de rapport |a| : hΩ,|a|
– si |a| = 1, f est la rotation de centre Ω et d’angle α : rΩ,|a| .

b
Preuve : z0 = 1−a (car a , 1 !). Notons Ω le point d’affixe z0 . Ω
est donc l’unique point invariant de f . Soient M un point
– Si a = 1, on reconnait l’application étudiée dans la propo- d’affixe z et M ′ un point d’affixe z′ son image par f . On
sition 10. a : z′ − z0 = a(z − z0 ). Soient α un argument de a, h l’ho-
– Supposons maintenant a , 1 et recherchons les points mothétie hΩ,|a| et r la rotation rΩ,|a| . Vérifions que f s’écrit
invariants par f . Soit un tel point qu’on suppose d’af- comme la composée de h et de r. Notons z1 l’affixe de r(M)
fixe z0 . z0 est alors solution de l’équation z0 = az0 + b.
Cette équation possède une et une seule solution qui est

48
et z2 celle de h(r(M)). D’après les propositions 45 et 12 : donc
z2 − z0 = |a|eiα (z − z0 ) = a(z − z0 )

z1 − z0 = e (z − z0 )
ce qui prouve que z2 = z′ et donc que z2 est l’affixe de
f (M) On a donc bien montré que f = h ◦ r. On montre de
z2 − z0 = |a|(z1 − z0 ) la même façon que f = r ◦ h.

49
1.12 Exercices
1.12.1 Équations trigonométriques

Exercice 1.1 Compléter :

cos (−x) = cos (π + x) = cos (π − x) =


π  π 
cos + x = cos − x =
2 2
sin (−x) = sin (π + x) = sin (π − x) =
π  π 
sin + x = sin − x =
2 2
tan (−x) = tan (π + x) = tan (π − x) =
π  π 
tan + x = tan − x =
2 2

Exercice 1.2 Résoudre dans l’ensemble des nombres réels les équations trigonométriques suivantes :

1. cos(2x)
 + cos(x)
 = 0  5. sin x + sin 3x = 0
2. tan 3x − π5 = tan x + 4π
5 √ √
√ 6. 3 cos x − 3 sin x = 6
3. cos x − 3 sin x = 1  √ √ √
4. cos 2x − π3 = sin x + 3π
4 7. ( 3 + 1) cos x + ( 3 − 1) sin x + 3 − 1 = 0

Solution :
        
1. cos(2x) + cos(x) = 0 ⇔ cos (2x) = − cos (x) ⇔ cos (2x) = 4. cos 2x − π3 = sin x + 3π π π
4 ⇔ cos 2x − 3 = cos 2 − x + 4


  
cos (x + π) ⇔ 2x h= ix + π [2π] ou 2x = −x − π [2π] ⇔ x = cos 2x − π3 = cos −x − π4 ⇔ 2x − π3 = −x − π4 [2π] ou 2x − π3 =
π [2π] ou x = − π3 2π
3 .
h i
x + π4 [2π] ⇔ x = 36π 2π 7π
3 ou x = 12 [2π]
    h i
π π
2. tan 3x − 5 = tan x + 4π 4π
5 ⇔ 3x − 5 = x + 5 [π] ⇔ 2x = π [π] ⇔ 5. Se traite comme la première. On trouve x = 0 π2
h i
x = 0 π2 .
6. On multiplie les deux membres de l’équation par √1 et on effec-
√ √ 2 3
1 3 π
3. cos x − 3 sin x = 1 ⇔ cos x − sin x = 21 ⇔ cos cos x − tue alors des calculs similaires à ceux de la troisième..On trouve
 2 2 3 π 5π
x = 12 [2π] ou x = − 12 [2π].
sin π3 sin x = cos π3 ⇔ cos π3 + x = cos π3 ⇔ π3 + x = √ √ √
π
3 [2π] ou π3 + x = − π3 [2π] ⇔ x = 0 [2π] ou x = π3 [2π] 7. ( 3 + 1) cos x + ( 3 − 1) sin x + 3 − 1 = 0

1.12.2 Forme algébrique - Forme trigonométrique

Exercice 1.3 Mettre sous forme algébrique puis trigonométrique le nombre complexe :
−4
Z= √ .
1+i 3

Calculer Z 3 .
Solution :

 √  alors le système : 
−4 1−i 3 √ 
z=
−4
√ = √  √  = −1 + i 3

cos θ = − 12
 √
1+i 3 1+i 3 1−i 3 
sin θ = 3
√ 2
Par conséquent :|z| = 2 et z
= − 12 + i 23 . Si θ est un argument de z, θ vérifie 2π
2iπ
|z| et donc : θ ≡ 3 [2π]. Par conséquent z = 2e 3 et Z 3 = 8.

50
Exercice 1.4 Calculer les parties réelles et imaginaires des nombres complexes :

1. (1 − i)3 3. e−24iπ + e4iπ


(1+2i)2 −(1−i)3
2. √1+i 4.
3+i (3+2i)3 −(2+i)2

Exercice 1.5 Donner l’écriture algébrique des nombres complexes suivants :


  
1. z1 = 1
3 − 2i 42 + 2i 3. z3 = 1
1+3i 5. z5 = (2 + i)3
2. z2 = (1 − 2i)2 4. z4 = 2−i
1+i 6. z6 = (1 + i)2 − (2 − i)2

Exercice 1.6
1. Calculer les parties réelles et imaginaires de

(3+2i)(1+i)
z1 = (3 + 2i)2 (2 − i) z2 = .
1−i


2. Calculer z3 = (1 + i 3)9 .
2+z̄
3. Soit z un nombre complexe différent de 1, calculer les parties réelles et imaginaires de Z = 1−z̄ .

Exercice 1.7
Soient :
P = {z ∈ C | Im (z) > 0}

D = {z ∈ C | |z| < 1}

f : C \ {1} −→ C
z−i
z 7−→
z+i

1. Montrer que l’image par f d’un élément de P est élément de D.


2. Montrer que tout élément de F possède un unique antécédent par f dans P.

51
1.12.3 Modules et arguments

Exercice 1.8 On donne les nombres complexes


√ √
√ √ 1 3 −1+i 3
z1 = ( 6 + i 2)( + i ) z2 = √ .
4 4 1 +i 3
2 2

1. Mettre z1 et z2 sous forme algébrique a + i b.


2. Déterminer le module puis un argument de z1 , z2 et z1 z2 .
z1
3. Déterminer le module puis un argument de Z = z2 , Z ′ = z62 . Écrire Z et Z ′ sous forme algébrique.

Exercice 1.9 Soient les nombres complexes :


√ √ √
z1 = 1 + i z2 = 3 + i z3 = 2 − i 2.

1. Déterminer le module puis un argument de chacun de ces nombres.


z41 z3
2. En déduire le module et un argument de z41 et de Z = z2 . Ecrire Z sous forme exponentielle puis sous forme trigo-
nométrique.
3. Calculer la forme algébrique de Z.
π π
4. En déduire la valeur exacte de cos( 7π 7π
16 ), sin( 12 ), cos( 12 ), sin( 12 ).

Exercice 1.10 q q
√ √
Déterminer le module et un argument de z = 2 + 2 + i 2 + 2.

Exercice 1.11
Déterminer le module et un argument de, pour θ ∈ R :

eiθ + 1 et eiθ − 1
En déduire une simplification, pour θ ∈ ]−π, π[, de :
eiθ −1
eiθ +1
Solution :

On a, par application des formules d’Euler 1.23 : Il reste à étudier le signe de cos 2θ . Si cos 2θ > 0 alors
|z| = 2 cos 2θ et un
 θ  argument de z est 2 . Sinon, si cos 2 < 0 alors |z| = 2 cos 2θ et un argument
θ θ
θ θ θ θ
z = eiθ + 1 = ei 2 ei 2 + ei 2 = 2 cos ei 2 . de z est 2θ + π.
2

 √ 20
 1 + i 3  1 + cos θ + i sin θ
Exercice 1.12 Déterminer le module et et un argument de z1 =    et de z2 = où θ ∈ R \ 2πZ.
1−i 1 − cos θ − i sin θ
Solution :

52
√ π √ π 1 15iπ
On trouve 1 + i 3 = 2ei 3 et 1 − i = 2e−i 4 d’où z1 = 10 ei 3 . Le module Il faut ensuite étudier le signe de cotan 2θ .
2
1 • Si cotan 2θ > 0 alors |z2 | = cotan 2θ et
un argument
de z2 est π2 .
de z1 est donc 10 et un argument de z1 est 15iπ
3 . Par ailleurs, • Sinon, cotan 2θ 6 0 et donc : |z2 | = cotan 2θ , un argument de z2 est donné
2
θ θ par : π2 + π = 3π
2 .
1 + cos θ + i sin θ 1 + eiθ ei 2 2 cos 2 θ π
= = θ = cotan ei 2
1 − cos θ − i sin θ 1−e iθ i 2 −2i sin θ 2
e 2

√ 
Exercice 1.13 Trouver les entiers n ∈ N tels que 3 + i n soit réel.
Solution :
√ iπ √  in π
On a : 3 + i = 2e 6 . Par conséquent, si n ∈ N : 3 + i n = 2n e 6 . Ce est un multiple de 6.
nombre est réel si et seulement si n π6 ≡ 0 [π] c’est à dire si et seulement si n


Exercice 1.14 On considère pour θ ∈ R et n ∈ N, le complexe z = 1 − sin θ + i cos θ]n . Déterminer les réels θ tels que
Re (z) = 0.
Solution :

z = [1 + ei(π/2+θ) ]n = 2n cosn (π/4 + θ/2)ein(π/4+θ/2) et donc Par suite : Re (z) = 0 si et seulement si θ = 2kπ + π/2 (k ∈ Z) ou
Re (z) = 2n cosn (π/4 + θ/2) cos(nπ/4 + nθ/2) θ = (2k + 1)π/n − π/2.

Exercice 1.15 Soient n ∈ N et θ ∈ R \ 2πZ.


1. Montrer que :
X
n
θ sin
(n+1)θ
eikθ = ein 2 2
sin 2θ
k=0

2. En déduire :
X
n X
n
cos (kθ) et sin (kθ)
k=0 k=0

3. En déduire :
X
n
k sin kx
k=0

Solution :

1. Comme θ ∈ R \ 2πZ, eiθ , 1 et reconnaissant la somme des n + 1 2. Par ailleurs :


premiers termes d’une suite géométrique de raison eiθ , on a :  n 
Xn X n   X
n X   θ sin
(n+1)θ

eikθ = eiθ
k
cos (kθ) = Re  e  = cos n
 ikθ 2
2 sin θ
k=0 k=0 2
k=0 k=0
1−e(n+1)θ  n 
= X
n X   θ (n+1)θ
1−eiθ sin
(n+1)θ −i (n+1)θ i (n+1)θ sin (kθ) Im  eikθ  = sin n 2
i
2 2 −e 2
2 sin θ
e e k=0 k=0 2
=
i iθ −i iθ i iθ Pn
e 2 e 2 −e 2 3. Pour la dernière somme, il suffit de dériver l’égaliter cos (kθ) =
k=0
(n+1)θ
θ sin 2   sin (n+1)θ
= ein 2 cos n 2θ 2 par rapport à θ.
sin θ θ
sin
2 2

53
1.12.4 Polynômes, équations, racines de l’unité

Exercice 1.16
Soit P le polynôme défini dans C par :

P(z) = z3 + (−2 − 3 i)z2 + 3(1 + 2 i)z − 9 i.

1. Montrer que P possède une racine imaginaire pure.


2. Montrer qu’il existe un polynôme Q(z) de degré 2 tel que P(z) = (z − 3 i)Q(z).
3. Résoudre alors P(z) = 0. Terminer la factorisation de P.

Exercice 1.17 Déterminer les racines des polynômes suivants :

1. z2 + iz + 5 − 5 i 3. z2 − iz + 1 − 3 i
2. z2 + z − iz − 5 i 4. z2 − 3 iz − 3 − i = 0

Solution :

1. Le discriminant de z2 + iz + 5 − 5 i est ∆ = −21 + 20 i. Une racine 3. Le discriminant de z2 −iz+1−3 i est ∆ = 5+12 i. Une racine carrée de
carrée de ∆ est 2 + 5 i. Les racines du polynôme sont donc : 1 + 2 i ∆ est 2 + 3 i. Les racines du polynôme sont donc : 1 + 2 i et 1 + i .
et 1 + 3 i . 4. Le discriminant de z2 − 3 iz − 3 − i = 0 est ∆ = 3 + 4 i. Une racine
2
2. Le discriminant de z + z − iz − 5 i est ∆ = 18 i. Une racine carrée de ∆ carrée de ∆ est 2 + i. Les racines du polynôme sont donc : 1 + 2 i
est 3 + 3 i. Les racines du polynôme sont donc : 1 + 2 i et 2 + i . et 1 − i .

Exercice 1.18
Résoudre dans C les équations :

1. z2 = −7 + 24i 4. z2 + z + 1 = 0
2. z2 = −3 − 4i 5. z4 + (3 − 6i)z2 − 2(4 + 3i) = 0
3. z2 − 2(2 + i)z + 6 + 8i = 0 6. z6 + (2i − 1)z3 − 1 − i = 0

Solution :

1. les racines carrées de −7 + 24i sont 3 + 4 i et −3 − 4 i. 4. Les racines de z2 + z + 1 = 0 sont


2. Les racines carrées de −3 − 4i sont 1 − 2 i et −1 + 2 i. 5. z4 + (3 − 6i)z2 − 2(4 + 3i) = 0
3. Les racines de z2 − 2(2 + i)z + 6 + 8i = 0 sont 3 − i et 1 + 3 i. 6. z6 + (2i − 1)z3 − 1 − i = 0

Exercice 1.19
Déterminer :
1. Les racines cinquièmes de −i
−4√
2. Les racines sixièmes de 1+i 3
Solution :

54
2iπ
Soit z = ρeiθ ∈ C avec ρ ∈ R∗+ et θ ∈ R. 2. De même, on a montré dans l’exercice ?? que −4√
= 2e 3 . Par
1+i 3
−4√
π conséquent, z6 = si et seulement si ρ6 = 2 et 6θ ≡ 2π3 [2π],
1. Comme −i = e−i 2 ,
on a : z5 = −i si et seulement si ρ5 = 1h eti 5θ ≡ 1+i 3 √6
h i
− π2 [2π] c’est à dire si et seulement si ρ = 1 et θ = − 10
π 2π c’est à dire si et seulement si : ρ = 2 et θ ≡ π9 π3 . Les six racines
5 . Les
π (3k+1)π
cinq racines cinquièmes de −i sont donc : ei(4k−1) 10 avec k ∈ ~0, 4. sixième de −4√
sont donc : ei 9 avec k ∈ ~0, 5.
1+i 3

Exercice 1.20 Résoudre dans C l’équation


(z − 1)6 + (z − 1)3 + 1 = 0 (⋆)
Solution :
(6k+2)π
Posons Z = (z − 1)3 . L’équation devient alors Z 2 + Z + 1 = 0 qui admet deux (z − 1)3 = Z1 ou (z − 1)3 = Z2 . La première équation amène : z = ei 9 +1
√ √ 2iπ (6k−2)π
solutions : Z1 = − 21 + i 2
3
= e2iπ 3 et Z2 = − 21 − i 2
3
= e− 3 . On a alors avec k ∈ ~0, 2 et la seconde : z = ei 9+ 1 avec k ∈ ~0, 2. On vérifie
réciproquement que ces six nombres sont solutions de (⋆).

Exercice 1.21
a) Résoudre dans C, l’équation
(1 + iz)5 = (1 − iz)5 (⋆) (1.2)
π 2π
b) En déduire les valeurs de tan et tan , que l’on exprimera sous la forme :
5 5
q

p + q n, (n, p, q) ∈ Z2
π
c) En déduire la valeur de tan .
10
Solution :
1 + iz
a) Soit z solution de (⋆). z , −i donc 1 − iz , 0. Posons U = . U doit et donc, les racines de (⋆) sont :
1 − iz q q
2π √ √
vérifier U 5 = 1. En posant ω = ei 5 , il existe k ∈ ~0, 4 tel que : 0, ± 5 + 2 5, ± 5−2 5
U = ωk kπ π 2π
Comme tan est strictement positif pour k = 1, 2, et que tan < tan ,
Alors : 5 5 5
on trouve que
ωk − 1 kπ 
z = −i = tan q q
ωk + 1 5 π √ 2π √
tan = 5 − 2 5 tan = 5+2 5
kπ 5 5
On vérifie réciproquement, que z = tan est solution pour k ∈ [0, 4].
5 c) En utilisant la formule de trigonométrie :
b) Résolvons de façon différente l’équation (⋆) en développant les deux
membres à l’aide du binôme : 2 tan θ
tan 2θ =
2 3
1 + 5(iz) + 10(iz) + 10(iz) + 5(iz) + (iz) 4 5 1 − tan2 θ
π π
= 1 − 5(iz) + 10(iz)2 − 10(iz)3 + 5(iz)4 − (iz)5 avec θ = , et en posant A = tan , A doit vérifier :
3 5
10 10
⇔ 5iz + 10(iz) + (iz) = 0 q q
h i √ √
⇔ z z4 − 10z2 + 5 = 0 5 − 2 5A2 + 2A − 5 − 2 5 = 0

Et si z est une solution non-nulle, Z = z2 est racine du trinôme et A est alors la seule racine positive de ce trinôme :

Z 2 − 10Z + 5 = 0 √ q √
2 3− 5
A= q
qui possède deux racines réelles : √
√ √ 5−2 5
Z1 = 5 − 2 5 Z2 = 5 + 2 5

Exercice 1.22 Résoudre les équations suivantes d’inconnue z ∈ C :


z + i  z + i 2  z + i 3
(i) 1 + + + =0
z −n i z − in z−i
(ii) (z + i) = (z − i)
Solution :

55
z+i Z+1
En posant Z = , Z vérifie 1 + Z + Z 2 + Z 3 = 0, c’est à dire Z = i, −1, −i z = i , et on trouve les trois solutions z = 1, 0, −1. Pour la deuxième
z−i Z−1
1 − Z4 z+i 2iπ U+1
(on vérifie que Z , 1 et alors 1 + Z + Z 2 + Z 3 = ). On écrit ensuite que équation, poser U = , U = ω = e n , et alors z = i . Après
1−Z z−i U−1

factorisation de l’angle moitié, on trouve que z ∈ {cotan n ; k ∈ [0, n − 1]}.

Exercice 1.23 Résoudre


z3 = z
Solution :

On remarque que z = 0 est une solution de cette équation. Supposons alors z ∈ {1, i, −1, −i}. On vérifie réciproquement que ces solutions conviennent.
z , 0. En prenant les modules, on a : |z|3 = |z| = |z| et donc :|z| = 1. Si L’ensemble solution de l’équation est donc : {0, 1, i, −1, −i}.
z est solution, alors en multipliant par z on trouve que z4 = |z|2 = 1 d’où

Exercice 1.24 Simplifier les expression suivantes :


j j+1
1. j ( j + 1) 2. j2 +1
3. j−1

Exercice 1.25 Soit ω une racine nième de l’unité. Calculer la somme


S n = 1 + ω + 2ω2 + · · · + nωn−1
Solution :
1−zn+1 ω
Soit z ∈ C \ {1}. On sait que : 1 + z + . . . + zn = 1−z . Dérivant cette égalité et évaluant cette égalité en ω, on a :S n = (w−1)2
.
relativement à z, on obtient :
zn+1 n−(n+1)zn +1
1 + 2z + . . . + nzn−1 =
(z−1)2

Exercice 1.26 Soit ω une racine nième de l’unité et p, n ∈ N. Calculer


X
n−1
S = ωkp
k=0

Solution :

Comme ω est une racine nième de l’unité, il en est de même de w p et : ω p , 1, on a :


X
n−1 X
n−1
 1−(ω p )
n
1−(ωn )
p
S = ωkp = ωp k . S = = =0
1−ω p 1−ω p
k=0 k=0
On reconnait une somme géométrique de raison ω p . Comme ωn = 1, si et si ω p = 1 alors S = n.

Exercice 1.27 Soit ω une racine nieme de l’unité différente de 1. On pose


X
n−1
S = (k + 1) ωk .
k=0

Déterminer une valeur de S . (On pourra calculer (1 − ω) S .)


Solution :

56
n
et S = ω−1 .
X
n−1
(1 − ω) S = (1 − ω) (k + 1) ωk
k=0
X
n−1  
= (k + 1) ωk − ωk+1
k=0
     
= (1 − ω) + 2 ω − ω2 + 3 ω2 − ω3 + . . . + n ωn−1 − ωn
= 1 + ω + ω2{z
| + . . . + ωn−1} +nωn par télescopage
=0
= n

Exercice 1.28 Soit n ∈ N, n > 2. Calculer le produit des éléments de Un .


Solution :

Y n−1 2ikπ
Y
ξ = e n
ξ∈Un k=0
 2iπ k
n−1 
Y  
= e n 
 
k=0
 2iπ 1+2+...+n−1
 
 n 
= e 

 2iπ  n(n−1)
  2
 n 
= e 

2iπn (n − 1)
= e 2n
= ei(n−1)π
= (−1)n−1

Exercice 1.29 Résoudre dans C l’équation

1 + 2z + 2z2 + · · · + 2zn−1 + zn = 0

(Multiplier par (1 − z)).


Solution :

Comme z = 1 n’est pas solution, en multipliant par (1 − z), on se ramène à On trouve donc les racines nièmes de l’unité sauf 1, et éventuellement −1 à
l’équation équivalente rajouter.
(1 + z)(1 − zn ) = 0

2iπ
Exercice 1.30 Pour n > 2, on note ω = e n (racine nième de l’unité). Calculer les sommes suivantes :

X
n−1
ωkp (p ∈ Z)
k=0

57
X
n−1  
n k
ω
k=0
k
X
n−1
ωk − 1
k=0
Solution :
La première somme est géométrique de raison ω p . La raison est , 1 ssi p (factorisation de l’angle moitié et le sinus est positif si k ∈ [0, n − 1]). On
n’est pas un multiple de n. Alors introduit la somme des exponentielles imaginaires correspondante que l’on
ω pn − 1 calcule et finalement,
S = p = 0
ω −1
Si p est un multiple de n, on trouve S = n. iπ
X
n−1
ikπ eiπ − 1 2ie− 2n
La deuxième somme se calcule grâce au binôme : Un = 2 e n =2 π = π
! k=0 ei n −1 sin 2n
X n
n k π
S = ω − ωn = (1 + ω)n − 1 = −2n cosn − 1
k n
k=0  π

La troisième somme se calcule en remarquant que S = Im (U n ) = 2 cotan
k

2n
ω − 1 = 2 sin = 2 sin

n n

1.12.5 Application à la trigonométrie

Exercice 1.31
Linéariser :

1. cos2 x 3. cos2 x sin2 x 5. cos a cos b cos c


2
2. cos x sin x 4. cos a cos b 6. cos2 sin3 x

Exercice 1.32 Résoudre dans l’ensemble des nombres réels les équations trigonométriques suivantes :

1. cos(2x) + cos(x) = −1 3. sin x + sin 2x + sin 3x = 0


4 4

2. cos x + sin x = 1 4. 2 sin x cos x + 3 cos 2x = 0
Solution :
 
π
1. cos(2x) + cos(x) = −1 ⇔ 2 cos2 x − 1 + cos x = −1 ⇔ 2 [π] ou x = π + π3 [2π] = 4π
3 [2π] ou x = − 4π
3 [2π].
cos x (2 cos x + 1) = 0 ⇔ cos x = 0 ou cos x = − 12 ⇔ x =

Exercice 1.33 Soit n ∈ N. Montrer que :


X
n
θ sin
(n+1)θ
eikθ = ein 2 2
sin 2θ
k=0
En déduire :
X
n X
n
cos (kθ) et sin (kθ)
k=0 k=0

Exercice 1.34 Calculer la somme X kπ


S = 4 cos2
k=1
9
Solution :

58
Linéariser.

Exercice 1.35
X
n X
n
1. Calculer Cn = cos(x + kα) et S n = sin(x + kα).
k=0 k=0

2. (Polynômes de Tchebychev) Soit n ∈ N . Exprimer cos nx sous la forme T n (cos x) et sin nx sous la forme sin xPn (cos x)
où T n et Pn sont des polynômes.

1.12.6 Application des nombres complexes à la géométrie

Exercice 1.36
Soit z ∈ U \ {1}. Montrer que :
z+1
∈ iR.
z−1

Solution :

On peut résoudre cet exercice par deux méthodes différentes : Méthode géométrique : si A est le point du plan complexe d’affixe z, B
Méthode algébrique : Comme z ∈ U \ {1}, il existe θ ∈ ]0, 2π[ tel que : celui d’affixe 1 et C celui d’affixe −1, ABC est un triangle inscrit dans
z = eiθ . Appliquant les formules d’Euler : le cercle unité et BC est un diamètre de ce cercle. Par application
  du
π
  théorème de la médiane, ABC est donc rectangle en A et arg z+1
z−1 ≡ 2 [π].
i θ  i θ −i θ 
e 2 e 2 +e 2 
z+1 eiθ +1 cos θ θ
z+1
On en déduit que z−1 est un imaginaire pur.
2
= =   =i = i cotan .
z−1 eiθ −1 i θ  i θ−i θ  sin 2θ 2
e 2 e 2 −e 2 

Exercice 1.37 Déterminer les points M du plan d’affixe z tels que :



1. z+1
z−1 ∈ R. 3. z−1
z+1
= 1.
z+1
2. z−1 ∈ iR.

Solution :
!
Soit z ∈ C. Supposons que M est le point du plan complexe d’affixe z, A z+1 [
−−→ −−→ π
2. Supposons que : z−1 ∈ iR. Alors : MB, MA ≡ 2 [π]. Le tri-
celui d’affixe
! 1 et B celui d’affixe −1. On a : MA = |z − 1|, MB = |Z + 1| et
[
−−→ −−→  angle MBC est donc rectangle en A et appliquant le théorème de
z+1
MB, MA = arg z−1 . la médiane, M est un point de cercle de diamètre [A, B], c’est à
dire
n un point duocercle unité. La réciproque est immédiate. Donc :
z+1
z ∈ C | z−1 ∈ iR = U.
!
z+1 [
−−→ −−→ 3. Supposons enfin que : z+1
z−1 = 1. Alors : |z − 1| = |z + 1| , ce qui s’écrit
1. Supposons que : z−1 ∈ R. Alors : MB, MA ≡ 0 [π] et donc
aussi : AM = BM. M est donc un point de la médiatrice du segment
les points A,n B, C sont alignés.
o La réciproque est évidente. Par [A, B] qui est l’axe
n imaginaire.
o conséquent : z ∈ iR. La réciproque
Par
conséquent : z ∈ C | z+1
z−1 ∈ R = R. est triviale et z ∈ C | z−1
z+1
= 1 = iR.

Exercice 1.38 Calculer la longueur d’un côté d’un polygone régulier à n sommets inscrit dans le cercle unité.
Solution :

59
Calculer pour cela
2iπ
|1 − e n |

Exercice 1.39
1. Résoudre dans C l’équation : z2 − 2z + 2 = 0.
2. On note K, L, M les points d’affixes respectives

zK = 1 + i zL = 1 − i z M = −i 3.

Placer ces points dans le plan muni d’un repère orthonormal direct (O,~i, ~j) d’unité graphique 2 cm. On complètera la
figure dans les questions suivantes.

3. (a) Soit N le symétrique du point M par rapport au point L. Vérifier que l’affixe zN de N est 2 + i( 3 − 2).
π
(b) La rotation de centre O et d’angle 2 transforme le point M en le point A, le point N en le point C. Déterminer les
affixes zA et zC de A et C.
(c) La translation de vecteur w~ d’affixe 2i transforme le point M en le point D et le point N en le point B. Déterminer
les affixes zD et zB de D et B.
4. (a) Montrer que le point K est le milieu de [BD] et [AC].
(b) Montrer que
zC −zK
= i.
zB −zK

(c) En déduire la nature du quadrilatère ABCD.

Exercice 1.40
– Montrer que pour tout complexes z et z′ , on a :

|z + z′ |2 + |z − z′ |2 = 2(|z| + |z′ |2 ).

– En déduire que dans un paralélogramme ABCD, la somme des carrés des diagonales est égale à la somme des carrés des
côtés :
AC 2 + BD2 = AB2 + BC 2 + CD2 + DA2 .

Exercice 1.41
Soient x et y deux réels. On considère les nombres complexes : z1 = x − 4 + i(y − 5), z2 = x + 4 + i(1 − y), z = x + iy et son
image M(x, y) dans le plan.
1. Pour quel point M a-t-on z1 = 3z2 ?
2. Déterminer et représenter l’ensemble D des points M tels que z1 − z2 soit réel.
3. On note A le point d’affixe −2i. Montrer que z1 z2 est imaginaire pur si et seulement si |z+2i| = 5. En déduire l’ensemble
C des points M tels que z1 z2 soit imaginaire pur.

Exercice 1.42 On considère les points A et B du plan complexe d’affixes respectives :

zA = 1 + i et zB = −2 + 3i

60
1. Déterminer l’affixe du point E en sorte que le triangle ABE soit équilatéral direct.
2. Déterminer les affixes des points C et D tels que ABCD soit un carré direct.

Exercice 1.43 On considère les points A et B du plan complexe d’affixes respectives :

zA = 2 + 4i et zB = 8 + i

Prouver que le triangle OAB est rectangle.

Exercice 1.44 On considère les points A, B et C du plan complexe d’affixes respectives :

zA = 1 − i, zB = 3 − i et zC = 2i

1. Déterminer k ∈ R en sorte que O soit le barycentre de (A, k), (B, 2) et (C, −2).
2. Si les points A, B et C ont pour affixes respectives z, z′ et z′′ ∈ C, à quelle(s) condition(s) O est-il le barycentre de (A, k),
(B, 2) et (C, −2) ? Exprimer alors la valeur de k.

Exercice 1.45 Dans un repère orthonormal (O,→


−u ,→
−v ), on considère la suite de points M d’affixes z définies par :
n n

1+i 3
z0 = 8 et pour tout n > 1, zn+1 = zn .
4

1+i 3
1. Mettre 4 sous forme trigonométrique.
2. Calculer z1 , z2 et z3 et placer les points M0 , M1 , M2 , M3 .
zn+1−zn √
3. Calculer zn+1 . En déduire que OMn Mn+1 est rectangle et que |zn+1 − zn | = 3|zn+1 |.

Exercice 1.46
Soient A, B et C trois points du plan d’affixe respective a, b et c :
1. Donner l’affixe des points suivants :
(a) L’image du point A par une translation de vecteur →
−v .
(b) L’image du point A par une rotation d’angle θ et de centre O.
(c) L’image du point A par une homothétie de centre O et de rapport k.
2. Montrer que le triangle ABC est équilatéral si et seulement si

a2 + b2 + c2 = ab + bc + ca.

Exercice 1.47
Le plan complexe est muni d’un repère orthonormal (O,→
−u ,→
−v ). Á tout point M du plan on associe un point M ′ d’affixe
′ −1
z = z̄ :
1. Déterminer une relation entre les arguments de z et de z′ . En déduire que les points O, M et M ′ sont alignés.

61
2. Montrer que z′ + 1 = 1z (z − 1).
On appelle A et B les points d’affixe respective 1 et −1 et C le cercle de centre A et contenant le point O.
3. On suppose dans cette question que M appartient à C \ {O}.
(a) Justifier l’égalité |z − 1| = 1. Montrer que |z′ + 1| = |z′ |. Interpréter géométriquement cette égalité.
(b) Déduire de ce qui précède une construction du point M ′ à partir du point M.
4. On suppose que M est d’affixe non réelle. On nomme M1 son symétrique par rapport à l’axe des réels :

z′ +1 z′ +1 [
−−−→ −−−→
(a) Calculer z′ −1 en fonction de z̄. Exprimer alors l’argument de z′ −1 en fonction de ( M1 A, M1 B).
(b) Montrer que M ′ appartient au cercle circonscrit au triangle AMB. (On pourra utiliser le fait que 4 points A, B, M
[
−−→ −−→ −−−→[ −−−→
et M ′ sont cocycliques si ( MA, MB) = ( M ′ A, M ′ B) [π]).

1.12.7 Similitudes

Exercice 1.48
Étudier la similitude qui transforme A(1; 2) en A′ (0; −3) et B(3, −1) en B′ (1, 1).

Exercice 1.49 √
On considère l’homothétie h de centre A(3; −1) de rapport − 2 ; la rotation r de centre B(0; 2), d’angle 3π
4 ; la translation t
de vecteur Vect BO. On considère l’application composée s = t ◦ r ◦ h. Déterminer lepoint Ω tel que s(Ω) = O.

62
Chapitre 2
Géométrie élémentaire du plan
plan
2.1 Quelques notations et rappels

Dans tout le chapitre on notera P l’ensemble des points du plan et V l’ensemble des vecteurs du plan. Comme indiqué dans
le programme, on suppose connu les notions suivantes :

– calcul vectoriel – orientation


– distance et norme euclidienne – angles et angles orientés.
– orthogonalité

Ces différentes notions seront précisées dans les chapitres 15 et 29.

D́ 2.1 ♥ Vecteurs colinéaires

Deux vecteurs →
−u et →
−v de V sont colinéaires si il existe un réel λ tel que →
−u = λ→
−v .

D́ 2.2 ♥ Vecteur unitaire ou normé

Un vecteur est dit unitaire ou normé si sa norme est 1.

63
2.1.1 Addition vectorielle
C

~u + ~v
~v

~v A ~u B

~u

Rappelons que pour former la somme de deux vecteurs → −u et →


−v de V , il suffit de considérer trois points A, B, C de P tels que
→ −


−u = AB et → −
−→
−v = BC. Le vecteur somme →
−u + →
−v est alors donné par

→ −v = −
−u + → −→ −−→ −−→
AB + BC = AC.

L’addition vectorielle vérifie les propriétés suivantes :


– Elle est associative : pour tout → −u , →
−v , →

w dans V , on a :

(→
−u + →
−v ) + →

w =→
−u + (→
−v + →

w).
→−
– Elle possède un élément neutre noté 0 : pour tout →
−u dans V :

−u + →
→ − → − − →
0 = 0 +→
u = −u .
−−→
Remarquons que le vecteur nul est représentable, pour tout point A de P par le vecteur AA.
– Chaque vecteur →
−u dans V possède un vecteur symétrique → −v :

→−u + →
−v = → −u = →
−v + → −
0.


−u . Comme 0 = AB + BA = −
−−→ −

→ −→ −−→ −−→ → −
On notera −→−u le vecteur →
−v symétrique de → BA + AB = BB = 0 , cette notation conduit à celle
−−→ −−→
ci : −AB = BA.
– L’addition dans V est commutative : pour tout → −u , →
−v de V ,


−u + →
−v = →
−v + →
−u .

Pour résumer ces quatre propriétés, on dit que le couple (V , +) est un groupe commutatif.

2.1.2 Produit d’un vecteur et d’un réel


A tout nombre réel λ et à tout vecteur →−u de V , on peut associer le vecteur λ→ −u . Ce produit que l’on dit externe possède les
propriétés suivantes :
– Pour tout → −u de V , 1 · →
−u = →
−u .
– Pour tout réels λ, µ et tout u de V , (λ.µ) = λ(µ→

− −u ).
– Le produit par un scalaire est distributif par rapport à l’addition vectorielle : pour tout réel λ et tout vecteurs →−u , →
−v de V ,

− →− →
λ u + v = λu + λv.− →−
– Le produit par un scalaire est distributif par rapport à l’addition des réels : pour tout réels λ, µ et tout →
−u de V , (λ + µ)→−u =


λu + µu. →−

On dira, pour résumer ces 8 propriétés de l’addition vectorielle et du produit externe, que le triplet (V , +, .) est un espace
vectoriel sur R.

64
2.1.3 Droites du plan

Notation 2.1 : Soit A un point de P et → −u l’unique point B de P donné par −


−u un vecteur de V . On note A +→ −→ −
AB = →
u.

D́ 2.3 ♥ Droite vectorielle

Soit →
−u un vecteur non nul du plan. On appelle droite vectorielle dirigée par →
−u le sous ensemble de V , noté Vect (u), de
→−
tout les vecteurs du plan colinéaire à u . −  n → o
Vect → u = λ−u | λ ∈ R

D́ 2.4 ♥ Droite affine

Soit A un point du plan P et →−u un vecteur non nul de V . La droite D passant par A et dirigée par →
−u est l’ensemble des


points du plan de la forme A + λ u où λ est réel.

D = {A + λ→
−u : λ ∈ R}.

Un vecteur de V est un vecteur directeur de la droite donnée par le couple (A,→


−u ) si il est colinéaire à →
−u .

Remarque 2.1 : Remarquons que si une droite D est donnée par le couple (A,→
−u ) et si M est un point du plan, alors on a :

−u ⇔ −
M ∈ D ⇔ ∃λ ∈ R : M = A + λ→
−→ −u ⇔ −
AM = λ→
−→ −
AM et →
u sont colinéaires.

D́ 2.5 ♥ Droites parallèles, orthogonales

– Deux droites sont parallèles si leurs vecteurs directeurs sont colinéaires.


– Deux droites sont orthogonales (ou perpendiculaires) si leurs vecteurs directeurs sont orthogonaux.

2.2 Modes de repérage dans le plan


2.2.1 Repères Cartésiens

M
~j

O ~i
~ =~i + 3~j
OM

65
D́ 2.6 ♥ Base

− → −
– Un couple de vecteur ( i , j ) de V est une base de V si et seulement si ces deux vecteurs sont non colinéaires.
– Une base est dite orthogonale si les deux vecteurs la composant sont orthogonaux.
– Elle est dite orthonormale si elle est orthogonale et si les deux vecteurs la composant sont de plus unitaires.

P 2.1 ♥ Caractérisation des bases du plan

Soit → −v ∈ V . →
−u ,→ −v  forme une base du plan si et seulement si :
−u ,→

∀α, β ∈ R, α.→
−u + β.→
−v = 0 =⇒ α = β = 0

Preuve : On a la série d’équivalences :


→ −v  n’ est pas une base du plan
−u ,→

⇔ → −u et → −v sont colinéaires
⇔ ∃α ∈ R∗ , →
−u = α→
−v
⇔ Il existe α, β ∈ R non tous deux nuls tels que α.→
−u + β.→
−v = 0

D́ 2.7 ♥ Repère Cartésien, Origine d’un repère, repère orthogonal, orthonormal

− → − →
− → −
Un repère cartésien R du plan P est donné par un triplet (O, i , j ) où O est un point de P et où ( i , j ) forme une base
de V .

– Le point O est l’origine du repère.


→− → −
– Si les deux vecteurs i et j sont orthogonaux, on dit que R est un repère orthogonal. Si ils sont de plus unitaires, le
repère R est alors dit orthonormal.
→− → −
– Les droites passant par O de vecteur directeur respectifs i et j sont appelés axes du repère R et sont notés (Ox) et
(Oy).

P 2.2 ♥ Coordonnées cartésiennes d’un vecteur, d’un point


_plan

− → −
Soit (O, i , j ) un repère du plan P.
– Soit →−u un vecteur de V et (→ − → −
i , j ) une base de V . Il existe un unique couple de réels (x, y) tel que → −u = x→
− →−
i + y j . Ce
couple (x, y) représente les coordonnées ( ou les composantes) du vecteur → −u dans la base (→
− → −
i , j ). On notera cela sous
une des formes suivantes : !
→ −u x ou →
−u (x, y), → −u x .
y y
→− →− −−→
– Soit M un point du plan P et (O, i , j ) un repère R de P. Il existe un unique couple de réels (x, y) tel que OM =

− →−
x i + y j . Ce couple (x, y) représente les coordonnées du point M dans le repère R. De même que précédemment, on
écrira : !
x x
M(x; y), M ou M .
y y

66
Preuve : Soient → −u un vecteur de V et soient → −
u1 le projeté Ce couple (x, y) est de plus unique : si (x′ , y′ ) est un autre
de u sur (Ox) parallèlement à (Oy) et u2 le projeté de →
→− →
− −u sur
couple de réels tels que : → −u = x′→ − →

i + y′ j , on obtient, par
(Oy) parallèlement à (Ox). On a : u = u1 + u2 . Comme →

− →
− →
− −
u1 est →
− →
− →

soustraction : 0 = (x − x′ ) i + (y − y′ ) j , soit encore :

− → − →
− →
− →− →
− → −
colinéaire à i et u2 est colinéaire à j , il existe des réels x et y (x − x′ ) i = (y′ − y) j . Comme i et j ne sont pas colinéaires,

− − →− −u = x→− → −
tels que →

u1 = x i et → u2 = y j . Par conséquent : → i +y j. cette égalité n’est possible que si x = x′ et y = y′ .

Remarque 2.2 :
– Cette proposition permet d’identifier l’ensemble des points du plan avec l’ensemble R2 . En effet, si un repère cartésien R
est fixé dans P, à tout point M de P correspond un unique couple de réels (x, y) : ses coordonnées. Réciproquement, à
tout couple de réel (x, y) correspond un unique point M de P dont les coordonnées dans le repère considéré sont données
par ce couple.
– De même, si une base B est fixée, on peut identifier l’ensemble des vecteurs du plan avec R2 . Notons θB l’application qui
à un vecteur →
−u de V lui associe ses coordonnées (x, y) dans B :

θB : P −→ R2
M 7−→ (x, y)
La proposition 51 permet d’affirmer que que θB est bijective.
→− →− →− x →
− x′
θB est de plus linéaire : si u et u sont deux vecteurs du plan qui ont pour coordonnées respectives u et u ′ dans B

y y
alors on a :

−  −  
θB →u = (x, y) et θB →u ′ = x′ , y′ (2.1)
le vecteur
→ −u ′ = x→
−u + → − →
− →
− →
− →
− →

i + y j + x′ i + y′ j = x + x′ i + y + y′ j
a pour coordonnées (x + x′ , y + y′ ), c’est à dire :
− →  
θB → u + −u ′ = x + x′ , y + y′ (2.2)
Identifiant les relations 2.1 et 2.2, on obtient :
− →  −  − 
θB →u + −u ′ = θB →u + θB →u′
On montrerait de plus facilement que, si λ est un réel, alors
 − − 
θB λ→ u = λ · θB → u

→− →
− λx
(qui n’est qu’une autre façon de dire que : λ u a pour coordonnées λ u ). Ces deux égalités traduisent la linéarité de θB
λy
! !
x x →− → −
– Connaissant les coordonnées d’un point A A et celles d’un point B B dans un repère (O, i , j ) , on obtient celles (x, y)
yA yB
−−→
de AB ainsi :

− →
− −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ →− →
− →
− →− →
− →−
x i + y j = AB = AO + OB = OB − OA = xB i + yB j − xA i − yA j = (xB − xA ) i − (yB − yA ) j
!
−−→ x − xA
et donc en identifiant : AB B .
y B − yA

P 2.3 ♥ Identification de P et de V avec R2



− →−
– Un repère R (O, i , j ) étant fixé dans P, l’application qui a un point de P associe ses coordonnées dans R est une
bijection de P dans R2 . Cette bijection permet d’identifier le plan et R2 .
– Une base B étant fixée dans V , l’application θB qui à un vecteur de V lui associe ses coordonnées dans B est bijec-
tive et linéaire. Prenant de l’avance sur le chapitre 15, on dit que θB est un isomorphisme d’espaces vectoriels. Cet
isomorphisme permet d’identifier V et R2 .

67
2.2.2 Changement de repère

M
yM


yM

j~′
x′M
~i′
O′

~j

O ~i xM


− → − →− → −
Un changement de repère consiste à changer simultanément l’origine O′ et la base ( i′ , j′ ) d’un repère cartésien R ′ (O′ , i′ , j′ )

− → − →
− → −
en l’origine O et la base ( i , j ) d’un nouveau repère R (O, i , j ) .

Soit M un point du plan P de coordonnées (x′ , y′ ) dans l’ancien repère R ′ et de coordonnées (x, y) dans le nouveau repère R.
Cherchons à exprimer les nouvelles coordonnées (x, y) en fonction des anciennes (x′ , y′ ). Notons (xO′ , yO′ ) les coordonnées
de O′ dans R. On a :

− →
− −−−→
x′ i′ + y′ j′ = O′ M
−−−
→ −−→
= O′ O + OM
−−→ −−−→′
= OM − OO
→− →
− →− →

= x i + y j − x O′ i − y O′ j

− →

= (x − xO′ ) i + (y − yO′ ) j
→− → −
Si (α, β), (γ, δ) désignent les coordonnées respectives de i′ et j′ dans R, on a aussi :


− →
− →
− →
− →
− →

x′ i′ + y′ j′ = x′ (α i + β j ) + y′ (γ i + δ j

− →−
= (αx′ + γy′ ) i + (βx′ + δy′ ) j

Par identification, on obtient les relations recherchées :


(
x − xO′ = αx′ + γy′
y − yO′ = βx′ + δy′

P 2.4 ♥ Changement de repère

Soit M un point de P de coordonnées (x′ , y′ ) dans un premier repère R ′ et de coordonnées (x, y) dans un second repère R.
→− → −
Soient (xO′ , yO′ ) les coordonnées de O′ dans R, (α, β), (γ, δ) les coordonnées respectives de i′ et j′ dans R. Les nouvelles

68
coordonnées (x, y) de M en fonction des anciennes (x′ , y′ ) sont données par les relations :
(
x − xO′ = αx′ + γy′
y − yO′ = βx′ + δy′

Remarque 2.3 : Cette relation s’écrit, matriciellement :


! ! ! !
x α γ x′ x O′
= +
y β δ y′ y O′

P 2.5 ♥ Changement de repère entre deux repères orthonormals directs


    !

− → − ′ →
−′ →−′ −[
→ →
−′
Soient R O, i , j et R O , i , j deux repères orthonormals directs. Notons θ = i , i . Les nouvelles coordonnées
(x, y) d’un point M du plan P dans le repère R s’expriment en fonction des anciennes (x′ , y′ ) dans le repère R ′ par :



 x − xO′ = cos θx′ + sin θy′








y − yO′ = − sin θx′ + cos θy′

où (xO′ , yO′ ) représente les coordonnées de O′ dans le repère R.

   

− →

Preuve : Par projection sur les axes O, i et O, j , on Appliquant la proposition précédente avec α = cos θ, β =
→− →
− sin θ, γ = − sin θ et δ = cos θ, on obtient la formule de chan-
obtient, pour les vecteurs i ′ et j ′ les relations : gement de base annoncée.
→−


 i ′ = cos θx′ + sin θy′

→
 −′
j = − sin θx′ + cos θy′

Remarque 2.4 : Cette relation s’écrit, matriciellement :


! ! ! !
x cos θ sin θ x′ x O′
= +
y − sin θ cos θ y′ y O′

Équation cartésienne

D́ 2.8 ♥ Équation cartésienne


ienne

− →−
Soit R (O, i , j ), un repère orthonormal. Une équation F(x, y) = 0 est une équation cartésienne d’une partie A du plan
si on a l’équivalence
M(x, y) ∈ A ⇔ F(x, y) = 0.

Exemple 2.2 :  

− → −
– Un repère orthonormal O, i , j du plan étant fixé : L’ensemble des points du plan d’équation cartésienne :

− → −
• y − x − 1 = 0 est la droite affine dirigée par le vecteur i + j et passant par le point de coordonnées (0, 1).
• x2 + y2 − 1 = 0 est le cercle de centre O et de rayon 1.

69
2.2.3 Repères polaires

ρ cos θ M
y

ρ
ρ sin θ
~j
θ
~uθ
~ur

O ~i x

D́ 2.9 ♥ Repère orthonormal direct


− → − [

− →

Un repère orthonormal (O, i , j ) est dit direct si l’angle ( i , j ) a pour mesure π2 .

P 2.6 ♥ Repère Polaire



− →−  − −v (θ) image de R par une
Soit R(O, i , j ) un repère orthonormal direct. Soit θ un réel. Soit R(θ) le repère O,→ u (θ) ,→
rotation de centre O et d’angle θ. Ce repère, qui est encore orthonormal direct, est le repère polaire attaché au réel θ. De
plus :


 →
 −u (θ) = cos θ→− →

i + sin θ j


→−v (θ) = − sin θ→
− →

i + cos θ j

D́ 2.10 ♥ Pôle, Axe polaire


 − −v (θ) un repère polaire. Le point O est le pôle et la droite orientée (O,→

Soit θ un réel et O,→
u (θ) ,→ i ) est l’axe polaire de
ce repère.

Preuve : Les rotations sont des transformations du plan donc encore bien orthonormal direct. Les formules sont par
qui conservent les mesures d’angles orientés et les longueurs. ailleurs obtenues par projection des vecteurs −−→ −−→
u(θ) et v(θ) sur
L’image d’un repère orthonormal direct par une rotation est les axes de R.

70
P 2.7 ♥ Coordonnées polaires d’un point

− →− −−→
Soit M un point du plan P muni d’un repère orthonormal direct R(O, i , j ). Il existe des réels r et θ tels que OM = r →
−u (θ).
→−[−−→
– θ est une mesure de l’angle ( i , OM).
–→−u (θ) est le vecteur unitaire image de →

i par la rotation d’angle θ.
– r est égale à la distance OM.
Le couple (r, θ) est un couple de coordonnées polaires pour M.
De plus, si (x, y) représente les coordonnées cartésiennes de M dans R alors :
(
x = r cos θ
y = r sin θ

→−[ −−→ −−→


r tel que OM = r → −u (θ). Les coordonnées de −−→
u(θ) étant par
Preuve : Soit θ une mesure de l’angle ( i , OM). Le vec-
−u (θ) du repère polaire O,→
teur → −v (θ) est colinéaire et ailleurs (cos θ, sin θ) dans R, celles de −
−u (θ) ,→ −→
OM et donc de M sont
−−→ donc bien (r cosθ, r sin θ).
de même direction que le vecteur OM. Il existe donc un réel

Remarque 2.5 :
– Si M ∈ P a pour affixe z alors un couple de coordonnées polaires pour M est donné par : (r, θ) où θ est un argument de z
et r est le module de z.
– Si M un point du plan distinct du pôle pour lequel (r0 , θ0 ) est un couple de coordonnées polaires. Les autres couples de
coordonnées polaires pour M sont les couples (r, θ) vérifiant :
( (
r = r0 r = −r0
ou
θ ≡ θ0 [2π] θ ≡ θ0 + π [2π]


− → −  − −v (θ) et
– Considérant un repère orthonormal direct R(O, i , j ) , θ un réel, R(θ) le repère polaire associé à θ : O,→
u (θ) ,→
identifiant V à C via le repère R, on a :

Aff(→
−u (θ)) = eiθ et Aff(→
−v (θ)) = ieiθ

−−→ −−→
Notation 2.3 : Il est fréquent de rencontrer les notations (→

ur , →

uθ ) pour le couple (u(θ), v(θ)).
P 2.1 : Comment calculer les coordonnées polaires d’un pointà partir de ses coordonnées cartésiennes
Soit M ∈ P de coordonnées cartésiennes (x, y) dans un repère orthonormal direct R. Un couple de coordonnées
polaires pour M est donné par (r, θ) avec :
q y
r = x2 + y2 et θ = Arc tan
x

Equation polaire

D́ 2.11 ♥ Equation polaire



− →−
Soit R (O, i , j ), un repère orthonormal direct. Une équation F(r, θ) = 0 est une équation polaire d’une partie A du plan
lorsqu’un point M appartient à A si et seulement si l’un des couples de coordonnées polaires (r, θ) de M vérifie F(r, θ) = 0.

71
Exemple 2.4 :  

− → −
– Un repère orthonormal O, i , j du plan étant fixé : L’ensemble des points du plan d’équation polaire :
 


• θ = π est l’axe O, i de R.
• r = 1 est le cercle de centre O et de rayon 1.

2.3 Produit scalaire


2.3.1 Définition
Notation 2.5 : (et rappel) Si →−u est un vecteur de V , on note →
−u sa norme. Si A et B sont deux points de P tels
−u = −
que →
−→
AB, la norme de →−u est donnée par la longueur AB.

D́ 2.12 ♥ Produit scalaire

Le produit scalaire de deux vecteurs du plan V → −u et →


−v , noté →
−u .→
−v ( on rencontrera aussi les notations (→
−u ,→
−v ) ou encore
→− →

< u , v >) est défini, de manière géométrique, par :



 → −v = →
−u .→ −u →
−v cos (→
[

u ,→
−v ) si les deux vecteurs →
−u et →
−v sont non nuls


 →
−u .→
−v = 0 sinon.

Remarque 2.6 :
– Le produit scalaire ne dépend
  pas de l’orientation choisie dans le plan.
→ →
– u · u = u . u cos u , u = →

− →− − − →[
− →− −u 2 . En résumé :

→ −u = →
−u · → −u 2

P 2.8 ♥
rthog Deux vecteurs →−u et →
−v de V sont orthogonaux si et seulement si leur produit scalaire est nul.

Preuve : Soient →
−u et →
−v deux vecteurs non nuls de V . Les propositions suivantes sont équivalentes :

−u et →
−v sont orthogonaux
[ π
⇔ (→

u ,→
−v ) ≡ [π]
2
[
⇔ cos (→

u ,→
−v ) = 0

− →

⇔ u.v = 0
Ce qui prouve la proposition.

2.3.2 Interprétation en terme de projection

D́ 2.13 ♥ Mesure algébrique

Soit D une droite de P orientée par un vecteur unitaire →


−u . Soient A et B deux points distincts de D. La mesure algébrique
−−→ →

AB est l’unique réel λ tel que AB = λ u .

72
B

A θ
H B
O
A

F. 2.1 – F. 2.2 –


fig:images/bbgraph/jps2ps/plan/interpretation_geom_prod_scal_
fig:im

P 2.9 ♥ Projection orthogonale


−−→
Soit D une droite et soit A un point du plan P. Il existe un unique point A′ de D tel que le vecteur AA′ soit orthogonal à la
droite D. Ce point est appelé le projeté orthogonal de A sur D.

Preuve : Soit → −u un vecteur unitaire directeur de D. Soit → −v élément de D si et seulement si dans R, son ordonnée est


un vecteur unitaire de V choisi en sorte que le couple ( u , v ) →
− −−→ x − xA
nulle. Soit donc M(x, 0) un point de D. On a AM . Ce
forme une base orthonormale directe. Considérons le repère −yA
orthonormal direct R(Ω,→ −u ,→
−v ) où Ω est un point de D. Soient vecteur est orthogonal à D si et seulement si x − xA = 0, ce
(xA , yA ) les coordonnées de A dans ce repère. Un point M est qui prouve à la fois l’existence et l’unicité de A′ .
→− →−
Remarque 2.7 : Soit R(O, i , j ) un repère orthonormal et A un point du plan de coordonnées (x, y) dans ce repère. La


droite des abscisses est orientée par le vecteur i . Si A x est le projeté orthogonal de A sur (Ox) alors OA x = x.

P 2.10 ♥ Interprétation du produit scalaire en terme de projection


proj
Soient → −v deux vecteurs de V . Soient O, A, B trois points de P tels que −
−u et → −→
OA = → −u et −
−→
OB = → −v . Soit H le projeté
−−→
orthogonal de B sur la droite (OA). Choisissons pour cette droite l’orientation donnée par le vecteur OA. On a alors


−u .→
−v = OA . OH

73
Preuve : Avec l’orientation choisie sur la droite (OA), kvk cos (→
−[ [
−v ) = −OH. Par conséquent, kvk cos (→
u ,→ −
u ,→
−v ) =

− →[
− →−
u = OA = OA. Si ( u , v ) est un angle aigu, alors OH et → −v = kuk kvk cos (→
−u .→ [

u ,→
−v ) = OA . OH.

−[ →
− →
−[ →

kvk cos ( u , v ) = OH et si ( u , v ) est un angle obtu alors

2.3.3 Propriétés du produit scalaire

P 2.11 ♥ Symétrie du produit scalaire

Le produit scalaire est symétrique : si →


−u et →
−v sont deux vecteurs de V alors :


−u .→
−v = →
−v .→
−u

Preuve : Il suffit d’écrire → −v = →


−u .→ −u →
−v cos (→
[

u ,→ [
−v ) et −(→

v ,→
−u ) et que la fonction cosinus est paire.


−v .→
−u = −v →−u cos (→
[
− −u ) puis d’observer que (→
v ,→ [

u ,→
−v ) =

P 2.12 ♥ Bilinéarité du produit scalaire


_scal
Le produit scalaire est bilinéaire. Ce qui signifie que pour tout vecteurs →
−u , →

u1 , →

u2 , →
−v , →

v1 , →

v2 de V et pour tout réels λ1 , λ2 :

− →
− →
− →− →

– u .(λ v + λ v ) = λ u .v + λ u .v →
− →

1 1 2 2 1 1 2 2

u1 + λ2→
– (λ1→
− − −v = λ →
u2 ).→ −→ − →−→ −
1 u1 . v + λ2 u2 . v

Preuve : Supposons → −u , 0. Soient → − →−u


i = kuk et O un point de Par conséquent, appliquant la proposition 59 :

− →

P. Soit j le vecteur image de i par une rotation de centre −u .(λ →
→ − →−

− →− 1 v1 + λ2 v2 ) = x(λ1 x1 + λ2 x2 ).
O et d’angle π2 . Le triplet (O, i , j ) forme un repère ortho-
normal direct R du plan. Dans cette base, les coordonnées →−u .→

v1 = x.x1
de :
–→−u sont (x, 0) avec x = →
−u . →−u .→

v2 = x.x2
–→−
v1 sont (x1 , y1 ) →− →−
Ce qui prouve que u .(λ v + λ →
1 1

v )=λ→−u .→
2 2

v +λ→
−u .→
1

v. 1 2 2


– v2 sont (x2 , y2 ). La seconde égalité se démontre de la même façon ou en utili-
– λ1→v1 + λ2→
− −
v2 = (λ1 x1 + λ2 x2 , λ1 y1 + λ2 y2 ). sant la symétrie du produit scalaire et la première égalité.

P 2.13 ♥ Expression du produit scalaire dans une base orthonormale




− → − →− →− →− x →
− x′
Soit ( i , j ) une base orthonormale et soient u , v deux vecteurs de V de coordonnées u et v ′ dans cette base. Alors
y y


−u .→
−v = xx′ + yy′

74
Preuve : Comme → −u = x→− →
− −
i + y j et →
→− →
− →− → −
v = x′ i + y′ j , utilisant Comme i et j sont orthogonaux, d’après la proposition 57,
la bilinéarité du produit scalaire (proposition 99), on a : →
−→ − →− → −
on a : i . j = 0. Par ailleurs, i et j étant unitaires, c’est à

−→ − →
−→ −
dire : i . i = kik . kik = 1 et j . j = k jk . k jk = 1. On a donc
→ −v = (x→
−u .→ − →
− →
− →

i + y j ).(x′ i + y′ j ) bien :

− → − →− →
− → − →
− →
−u .→
−v = xx′ + yy′ .
= x i .(x′ i + y′ j ) + y j .(x′ i + y′ j )

−→− →
−→ − →
−→ − →−→

= x.x′ i . i + xy′ i . j + yx′ j . i + yy′ j j

C 2.14 ♥ Expression de la norme d’un vecteur dans une base orthonormale


− → −
Soit ( i , j ) une base orthonormale. Soient → −u x dans cette base. Alors
−u un vecteur de coordonnées →
y

→ q
−u = x2 + y2


− → −
Si (O, i , j ) est un repère orthonormal et que A et B sont deux points de P de coordonnées A(xA , yA ), B(xB , yB ) dans ce
repère alors
−−→ q
AB = AB = (xB − xA )2 + (yB − yA )2

Preuve : C’est, compte tenu de ce qui vient d’être fait, On démontre la seconde égalité en remarquant que
immédiat : q −−→ xB − xA
→ p− → AB et en appliquant la première.
−u = →
u .−u = x2 + y2 y B − yA

2.3.4 Interprétation en termes de nombres complexes

P 2.15 ♥

− → −
Un repère orthonormal (O, i , j ) étant fixé, on peut identifier V etC. Si →
−u et →
−v ont pour affixes respectives z et z′ , alors


−u .→
−v = Re (z̄.z′ ).

Preuve : Exercice...

2.4 Déterminant
2.4.1 Définition

D́ 2.14 ♥ Déterminant

Le déterminant de deux vecteurs du plan V →


−u et →
−v , noté det(→
−u ,→
−v ) est défini, de manière géométrique, par :



 det(→ [
−v ) = kuk kvk sin (→
−u ,→ −
 u ,→
−v ) si les deux vecteurs →
−u et →
−v sont non nuls


 det(→
−u ,→
−v ) = 0 sinon.

75
Remarque 2.8 :
– Le déterminant dépend de l’orientation choisie dans le plan. Si on avait choisie l’orientation contraire, on aurait un
déterminant
− →  de sens contraire.
 
– det → u , −u = kuk · kuk sin →
−[
u ,→
−u = 0

P 2.16 ♥
Deux vecteurs non nuls →
−u et →
−v sont colinéaires si et seulement si det(→
−u ,→
−v ) = 0 .
colin

Preuve : Soient → −u et →
−v deux vecteurs non nuls de V . Les Ce qui prouve la proposition.
propositions suivantes sont équivalentes :

−u et →−v sont colinéaires
⇔ (→ [

u ,→
−v ) ≡ 0 [π]

⇔ sin (→[

u ,→−v ) = 0
⇔ det(→−u ,→
−v ) = 0

Un corollaire immédiat à cette dernière proposition est que trois points du plan A,B et C sont alignés si et seulement si
−−→ −−→
det(AB, AC) = 0.

2.4.2 Interprétation en terme d’aire

θ
A
O H

P 2.17 ♥ Interprétation du déterminant en terme de projection


j_det
Soient → −v deux vecteurs de V . Soient O, A, B trois points de P tels que −
−u et → −→
OA = → −u et −
−→
OB = → −v . Soit H le projeté
orthogonal de B sur la droite (OA). Choisissons pour la droite (BH) l’orientation dans le sens directement orthogonale à
−−→
OA. On a alors :
det(→
−u ,→
−v ) = OA.HB.

La valeur absolue de ce déterminant correspond à l’aire du parallélogramme construit selon les vecteurs →
−u et →
−v .

76

Preuve : Clairement : → u = OA. Compte tenu de l’orienta- – si alpha est négatif, kvk sin (→[

u ,→
−v ) = −HB.
tion choisie pour (HB) :
Soit α la détermination de (→ [

u ,→
−v ) appartenant à ]−π, π] Par conséquent, kvk sin (→ [

u ,→−v ) = HB et → −u .→
−v =
– si α est positif, alors kvk sin (→−[
u ,→
−v ) = HB [
kuk kvk sin (→

u ,→
−v ) = OA . OH.

2.4.3 Propriétés du déterminant

P 2.18 ♥ Antisymétrie du déterminant

Le déterminant est antisymétrique : si →


−u et →
−v sont deux vecteurs de V alors :

det(→
−u ,→
−v ) = − det(→
−v ,→
−u )

Preuve : [
C’est une conséquence directe du fait que sin(→
− −v ) = − sin(→
u ,→ [

v ,→
−u ).

P 2.19 ♥ Bilinéarité du déterminant


inant
Le déterminant est bilinéaire : pour tout →
−u , →

u1 , →

u2 , →
−v , →

v1 , →

v2 de V et pour tout réels λ1 , λ2 :

− →
− →
− →
− →− →

– det( u , λ v + λ v ) = λ det( u , v ) + λ det( u , v ) →−
1 1 2 2 1 1 2 2

u1 + λ2→
– det(λ1→
− −
u2 , →
−v ) = λ det(→
1

u1 , →
−v ) + λ det(→
2

u2 , →
−v )

Preuve : Supposons → −u , 0. Soient → − →


−u
i = kuk et O un point de Par conséquent, appliquant la proposition 66 :
→− →−
P. Soit j le vecteur image de i par la rotation de centre O et
→− →−
−u , λ →
det(→ − →

1 v1 + λ2 v2 ) = x(λ1 y1 + λ2 y2 ).
d’angle π2 . Le triplet (O, i , j ) forme un repère orthonormal
direct R du plan. Dans cette base, les coordonnées de : det(→
−u , →

v1 ) = x.y1
det(→
−u , →

v2 ) = x.y2
→−



– u sont (x, 0) avec x = u . Ce qui prouve que det( u , λ1→
→− v1 + λ2→
− v2 ) = λ1 det(→
− −u , →

v1 ) +
→−
– v1 sont (x1 , y1 ) →
− →−
λ2 det( u , v2 ).
–→ −
v2 sont (x2 , y2 ). La seconde égalité se démontre de la même façon ou en utili-
– λ1→v1 + λ2→
− −
v2 = (λ1 x1 + λ2 x2 , λ1 y1 + λ2 y2 ). sant l’antysimétrie du déterminant et la première égalité.

P 2.20 ♥ Expression du déterminant dans une base orthonormale directe




− → − →
− →
− →− x →
− x′
Soit ( i , j ) une base orthonormale directe et soient u , v deux vecteurs de V de coordonnées u et v ′ dans cette base.
y y
Alors
det(→−u ,→
−v ) = xy′ − yx′

x x′
On pourra utiliser la notation pour det(→
−u ,→
−v ). On a donc :
y y′


− →
− x x′
det( u , v ) = ′ ′
= xy − x y
y y′

77
Preuve : Comme → −u = x→ − →−
i + y j et → −v = x′→ − →
− →− → −
i + y′ j , par Comme la base ( i , j ) est orthonormale et directe,
bilinéarité du déterminant (proposition 68), on a : →
− → − →− → −
det( i , j ) = 1 et det( j , i ) = −1. D’après la proposition 65,

− → − →
− →−
det( i , i ) = det( j , j ) = 0. On a alors :
det(→ −v ) = det(x→
−u ,→ − →
− → − →

i + y j , x′ i + y′ j )

− ′→ − ′→
− →− ′→ − ′→
− det(→−u ,→
−v ) = xy′ − yx′ .
= x det( i , x i + y j ) + y det( j , x i + y j )

− →− →
− →− →
− → − →
− →−
= x.x′ det( i , i ) + xy′ det( i , j ) + yx′ det( j , i ) + yy′ det( j , j ).

Exercice 2.1
1. Montrer que, pour tout vecteurs →
−u et →
−v du plan, l’égalité suivante est vraie :

(→
−u .→
−v )2 + det(→ −v )2 = →
−u ,→ −u 2 →
−v 2

2. (Relation de Lagrange) : En déduire que si a, b, c, d sont des entiers alors :


(a2 + b2 )(c2 + d2 ) = (ad − bc)2 + (ac + bd)2 .1
.

2.4.4 Interprétation en termes de nombres complexes

P 2.21 ♥

− → −
Un repère orthonormal direct (O, i , j ) étant fixé, on peut identifier V et C. Si →
−u et →
−v ont pour affixes respectives z et z′ ,
alors
det(→
−u ,→
−v ) = Im (z̄.z′ ).

Preuve : Exercice...

2.4.5 Application du déterminant : résolution d’un système linéaire de Cramer de deux équations
à deux inconnues
Soit 
ax + by = α
(S ) =
cx + dy = β
On appelle déterminant de ce système le réel δ = ad − bc. Ce système linéaire est dit de Cramer si et seulement si son
déterminant δ est non nul. On a alors :

P 2.22 ♥

Si (S ) est un système de Cramer alors il admet un et un seul couple solution (x, y) donné par :

α b a α

β d b β
x= et y =
ad−bc ad−bc

1 Cette relation permet de prouver la propriété arithmétique suivante : ”si deux entiers sont somme de 2 carrés, alors il en est de même de leur produit”

78
Preuve : les deux vecteurs (a, b) et (c, d) ne sont pas colinéaire.
1 Prouvons l’unicité du couple (x, y). Soient (x1 , y1 ) et Le vecteur (X, Y) étant orthogonal à deux vecteurs non
(x2 , y2 ) deux couples solutions de (S ). On vérifie fa- colinéaires ne peut être que nul donc X = 0 et Y = 0.
cilement que le couple (X, Y) = (x2 − x1 , y2 − y1 ) est Ceci prouve que x1 = x2 et que y1 = y2 et donc l’uni-
solution du système : cité du couple solution.
 2 Pour prouver l’existence du couple (x, y), il suffit de
ax + by = 0
.
cx + dy = 0 vérifier que le couple donné dans l’énoncé de la pro-
Ceci prouve que dans le plan, identifié à R2 par le position est bien solution de (S ), ce qui ne pose pas
choix d’un repère orthonormal, les vecteurs (a, b) et de difficulté.
(c, d) sont tout deux orthogonaux au vecteur (X, Y).
Mais comme :

a b
det((a, b) , (c, d)) = = δ , 0,
c d

Exercice 2.2 Soit θ ∈ R. Résoudre, en fonction de θ, le système :



cos θ · x + sin θ · y = x0
− sin θ · x + cos θ · y = y0
où (x0 , y0 ) ∈ R2 .

2.5 Droites
2.5.1 Préambule : Lignes de niveau

D́ 2.15 ♥ Ligne de niveau

Soit α un réel. Une partie A du plan est une ligne de niveau α d’une fonction F : P −→ R si A est solution de l’équation
F(M) = α.
M ∈ A ⇔ F(M) = α

~
2.5.2 Lignes de niveau de M 7→ ~u.AM

|α|
AM0 = −
||→u ||

M0
A −

u

F (M ) = α

79
P 2.23 ♥
_scal
Soient A un point de P, →
−u un élément non nul de V et α un réel. Soit

F : P −→ R .
−u .−
M 7−→ →
−→
AM

La ligne de niveau α de F : F(M) = α est donnée par la droite dont la direction est orthogonale à →
−u et passant par le point
−−−→ →

M0 de P défini par AM0 = α. kuku 2 .

Preuve : Soient → −u un vecteur non nul de V , →



U= →

−u →−
et V un l’expression du produit scalaire dans une base orthonormale :
k−u k

− →−
vecteur unitaire de V tel que (A, U, V ) forme une repère or- F(M) = α ⇔ → −u .− −→
AM = α
thonormale directe de V . Soient (x, y) les coordonnées de M −u .(x→ − →

−−→ →
− →
− ⇔ → U + yV ) = α
dans ce repère (AM = xU + y V ). Soit α un réel. En utilisant,
dans cet ordre, la bilinéarité du produit scalaire, le fait que ⇔ x→ −u .→−
U=α

−u
le produit scalaire de deux vecteurs orthogonaux est nul, et →−
⇔ xu. → =α
k−u k
α
⇔ x=
k→
−u
k
Donc, M(x, y) vérifie l’équation F(M) = α si et seulement si
−−→ α → − → −
AM = → U +y V . L’ensemble des points M du plan vérifiant
k−u k
cette dernière égalité est exactement la droite orthogonale à →
−u
−−−→ →−u
passant par le point M0 tel que AM0 = α. → 2.
k−u k

~
2.5.3 Lignes de niveau de M 7→ det(~u, AM)

|α|
AM0 = −
||→u ||
A



v
M0 F (M ) = α


u

P 2.24 ♥
u_det
Soient A un point de P, →
−u un élément non nul de V et α un réel. Soit

G : P −→ R .
−u , −
M 7−→ det(→
−→
AM)

80
La ligne de niveau α de G : G(M) = α est donnée par la droite de vecteur directeur →
−u et passant par le point M de P défini
0
−−−→ →
−v →− →−
par AM = α
0 kuk2
où v est le vecteur directement orthogonal à u et de même norme.

Preuve : Comme dans la démonstration de la proposition Donc, M(x, y) vérifie l’équation G(M) = α si et seulement si
−u un vecteur non nul de V , →
précédente, soient →

U= →

−u →−
et V
−−→ →
AM = xU + →
− α → −
V . L’ensemble des points M du plan vérifiant
k−u k k−u k
→− →
− cette dernière égalité est exactement la droite de vecteur di-
un vecteur unitaire de V tel que (A, U, V ) forme une repère
recteur → −u passant par le point M tel que − −−→
AM0 = α. →


V
orthonormale directe de V . Soient (x, y) les coordonnées de 0 −u . Si
−−→ →− →− k k
M dans ce repère (AM = xU + y V ). Soit α un réel. En utili- −v = →
→ −u →
− −−−→
V , on obtient bien AM0 = α. →
→−v
avec →
−v comme
k−u k
2
sant, dans cet ordre la bilinéarité du déterminant, le fait que
le déterminant de vecteurs colinéaires est nul, et l’expression indiqué dans la proposition.
du déterminant dans une base orthonormale directe :
G(M) = α ⇔ det(→ −u , −−→
AM) = α
⇔ det(→ −u , x→− →

U + yV ) = α
⇔ y det(→ −u ,→

V) = α


⇔ y u = α
α
⇔ y=
k→
−u
k

2.5.4 Représentation paramétrique d’une droite


Cette représentation peut être utilisée quand on connaı̂t un point et un vecteur directeur de la droite étudiée.

P 2.25 ♥ Représentation paramétrique d’une droite



− → −
Soit R(O, i , j ) un repère du plan.
Soit D une droite du plan passant par un point A de coordonnées (xA , yA ) dans R et
α
dirigée par le vecteur non nul →
−u . D admet comme représentation paramétrique :
β
(
x = xA + t α
t∈R
y = yA + t β
(
x M = xA + t0 α
(Ce qui signifie que M(x M , y M ) ∈ D ⇔ ∃λ0 ∈ R ).
y M = yA + t0 β

Preuve : On a la série d’équivalences : où (x, y) représente les coordonnées de M dans R.


(
−−→ − x = x0 + t α
M ∈ D ⇔ ∃t ∈ R AM = t→ u ⇔
y = yA + t β


− →−
Exercice 2.3 Soit R(O, i , j ) un repère du plan. Déterminer une équation paramétrique de la droite D passant par le point :
→− 3
A (1, −2) et dirigée par le vecteur : u .
5

Solution :

81
Appliquant le théorème précédent, une équation paramétrique de D est :
(
x = 1 + 3t α
t∈R
y = −2 + 5t β

2.5.5 Équation cartésienne d’une droite


Cette représentation est aussi utilisable quand on connaı̂t un point et un vecteur directeur de la droite en question. On se
remémorera au préalable ce qu’est une équation cartésienne (voir définition 21)

P 2.26 ♥ Équation cartésienne d’une droite


roite

− → −
Soient R(O, i , j ) un repère orthonormal du plan, α, β, c trois réels.

→− −β
1. La droite D passant par le point A de coordonnées (xA , yA ) dans R et dirigée par le vecteur non nul u admet une
α
équation cartésienne de la forme :
αx + βy + c = 0 .

→− −β
2. Réciproquement, l’ensemble des points du plan d’équation αx + βy + c = 0 est une droite de vecteur directeur u .
α
3. Deux telles équations représentent deux droites confondues si et seulement si elles sont proportionnelles.

Preuve : proposition 73. A est donc, d’après cette proposition,


1. On pourrait démontrer cette égalité en éliminant le pa- la droite orthogonale à →
−u passant par A.
ramètre t dans l’équation paramétrique de D. Il est plus 3. Soient (1) α1 x + β1 y + c1 = 0 et (2) α2 x + β2 y + c2 =
rapide et plus élégant de constater que 0 deux équations cartésiennes, l’une représentant une
M(x, y) ∈ D ⇔ det(→ −u , −
−→
AM) = 0
droite D1 et l’autre une droite D2 . Si ces deux équations
sont proportionnelles, alors tout point M dont les co-
−β x − xA ordonnées (x, y) vérifient l’équation (1) (⇔ M ∈ D1 )
⇐⇒ α y − y = 0
A vérifient aussi l’équation (2) et donc est aussi élément
⇐⇒ − (β(x − xA )) + α(y − yA )) = 0 de D2 . Ceci prouve que D1 = D2 . Réciproquement, si
⇐⇒ αx + βy = −(αxA + βyA ) une droite D possède deux représentations
cartésiennes

− −β1 → − −β2
(1) et (2) alors, u1 et u2 étant deux vecteurs
qui correspond à l’égalité recherchée avec c = −(αxA + α1 α2
βyA ). directeurs de D, ils sont colinéaires et il existe donc
2. Réciproquement, si αx + βy + c = 0 est une équation k ∈ R∗ tel que α2 = kα1 , β2 = kβ1 . Prenant un point
cartésienne d’un sous ensemble A du plan et si A(xA , yA ) de D et étudiant les égalités
A(xA , yA ) est élément de ce sous ensemble alors ses co- (
ordonnées vérifient l’équation αx + βy + c = 0 et, pour α1 xA + β1 yA + c1 = 0
tout M(x, y) de A : α(x − xA ) + β(y − yA) + c = 0. Donc, α2 xA + β2 yA + c2 = 0

pour tout point M de A , det(AM,→
−−→ − −u −β . A
u ) = 0 où → α on montre que c2 = kc1 et donc que (1) et (2) sont bel
est donc la ligne de niveau 0 de l’application G de la et bien proportionnelles.

Remarque 2.9 : Une droite donnée dans un repère orthonormal possède une infinité d’équations cartésiennes proportion-
nelles.


− →−
Exercice 2.4 Soient R(O, i , j ) un repère orthonormal du plan, D une droite passant pas le point A (1, −1) et dirigée par le
−u 1 . Calculer une équation cartésienne de D dans R
vecteur → 2

82
Solution :
Soit M (x, y) ∈ P. On a : Une équation cartésienne de D est donc :2x − y − 3 = 0

−−→
M∈D ⇐⇒ AM et → −u sont colinéaires
 
−−→ →

⇐⇒ det AM, u = 0
x − 1 1
⇐⇒ =0
y + 1 2
⇐⇒ 2x − y − 3 = 0

2.5.6 Droite définie par deux points


Quand on connaı̂t deux points d’une droite :Soit D une droite passant par les points A et B de P de coordonnées res-
pectives (xA , yA ) et (xB , yB ) dans un repère orthonormé directe du plan. On détermine une représentation paramétrique ou
−−→
une équation cartésienne de D en remarquant que D admet AB comme vecteur directeur et en se ramenant à un des deux
paragraphes précédent.

2.5.7 Droite définie par un point et un vecteur normal

D́ 2.16 ♥ Vecteur normal

Soit D une droite du plan et →


−n un vecteur non nul orthogonal à un vecteur directeur de D. →
−n est un vecteur normal à D.

La proposition qui suit permet de calculer l’équation cartésienne d’une droite


quand on connaı̂t un point et un vecteur normal
de cette droite.

P 2.27 ♥


− −β
Le plan étant rapporté à un repère orthonormal, soit D une droite d’équation cartésienne αx + βy + c = 0 alors u est
α


− α
un vecteur directeur de D et v est un vecteur normal à D.
β


→− −β par ailleurs clairement orthogonal à →
−u et est donc un vecteur
Preuve : Le fait que u est un vecteur directeur de D
α normal à D.

a déjà été prové dans la proposition 75. Le vecteur →−v α est
β

P 2.28 ♥ Equation d’une droite définie par un point et un vecteur normal

→− α
Un repère orthonormal étant fixé, la droite D passant par le point A(xA , yA ) et de vecteur normal n a pour équation
β
α(x − xA ) + β(y − yA ) = 0 .

83
Preuve : Soit M(x, y) un point de P. On a la série α.(x − xA ) + β(y − yA ) = 0 est donc une équation de D de la
d’équivalences : forme αx + βy = c avec c = xA + yA .
−−→ −
M ∈ D ⇔ AM.→n =0⇔

2.5.8 Distance d’un point à une droite

D
H
N

D́ 2.17 ♥ Distance d’un point à une droite

Soit D une droite et M un point du plan. On appelle distance de M à D et on note d(M, D) la plus petite distance entre M
et un point de D.

Remarque 2.10 : Si H est le projeté orthogonal de M sur D et si N ets un point de D alors, d’après le théorème de Pythagore,

MN 2 = MH 2 + HN 2 > MH 2

Le minimum de la distance entre M et un point de la droite existe, est atteind en H et vaut MH.

P 2.29 ♥

− → −
Soit R (O, i , j ) un repère orthonormal direct du plan. Soit D une droite du plan :
• passant par un point A(xA , yA )
• de vecteur normal →
−n
• de vecteur directeur →
−u

• et d’équation cartésienne ax + by + c = 0.
Soit M(x M , y M ) un point du plan, alors :
  −−→
det − −→ →
AM, u
− AM · → −n
|ax M + by M + c|
d(M, D) = → = → = √
−u −n a2 + b2

84
Preuve : Soit H le projeté orthogonal de M sur D.
• Par application des formules de trigonométrie dans le triangle AHM rectangle en H, on a :
−−→ −−[
→→
! 


! AM u sin AM, u det −
→− − −→ →
AM, u

−−[
→→
d (M, D) = HM = AM sin AM, −u = = →
kuk −u
• Par ailleurs, toujours par utilisation de la trigonométrie dans le triangle AHM, on a aussi :
−−→ −[
!
−−→

− cos −→→ − −n
! AM n AM, n AM · →
−−[
→→
d (M, D) = HM = AM cos AM, −n = = →−
knk n

• Enfin, prenant pour →


−n le vecteur normal à D de coordonnées (a, b), on a :
−−→
AM · →−n
|a (x M − xA ) + b (y M − yA )| |ax M + by M − (axA + byA )| |ax M + by M + c|
d(M, D) = → − = √ = √ = √
n a2 + b2 a2 + b2 a2 + b2
car A ∈ D et donc axA + byA + c = 0.

2.5.9 Équation normale d’une droite

D́ 2.18 ♥ Equation normale d’une droite

αx + βy = c est une équation normale d’une droite si α2 + β2 = 1.

cos θx + sin θy = p



n θ

P 2.30 ♥
→− →−
Soit R (O, i , j ) un repère orthonormal du plan. Pour toute droite D du plan, il existe des réels θ et p tel que x cos θ+y sin θ =
p soit une équation normale de D dans R.

85
Preuve : Soit ax + by = c une équation cartésienne de D. il existe ( défini modulo 2π) θ ∈ R tel que
Alors :
a b c

2 2
x+ √ 2 2x= √ 2 2 a b
a +b a +b a +b
cos θ = √ 2 2 et sin θ = √ 2 2 .
est une équation proportionnelle à notre première équation et a +b a +b
est donc une autre représentation cartésienne de D dans R.
Comme  a 2  b 2 Soit p = √ 2c 2 . On a alors x cos θ + y sin θ = p et il est clair
a +b
√ + √ 2 2 = 1, que cette équation est une équation normale de D.
a2 +b2 a +b

Remarque 2.11 :
– Si x cos θ + y sin θ = p est une équation normale d’une droite D dans un repère orthonormal R, la seule autre équation
normale de D dans R est x cos(θ + π) + y sin(θ + π) = −p
→− →−
– Interprétation géométrique de θ et p : Soit D une droite du plan rapporté à un repère orthonormal direct R (O, i , j ). On
suppose que D ne passe pas par l’origine de ce repère. Soit H le projeté orthogonal de O sur D et soit x cos θ + y sin θ = p
→− cos θ −−→
une équation normale de D. Le vecteur n est un vecteur normal à D. Par conséquent il est colinéaire au vecteur OH.
sin θ
!
→−[ −−→
Donc : i , OH = θ [π]. De plus :
|0 × cos θ + 0 × sin θ − p|
d (O, D) = p = |p|
cos2 θ + sin2 θ
et donc |p| = d (O, D).
– En corollaire à cette dernière remarque, si x cos θ + y sin θ = p est une équation normale de D et si M est un point du plan
alors d(M, D) = |x cos θ + y sin θ − p|.

2.5.10 Équation polaire d’une droite



− → −  − −v (θ).
Dans tout ce paragraphe, on considère un repère othonormal R(O, i , j ) et un repère polaire Rθ O,→
u (θ) ,→

P 2.31 ♥ Équation polaire d’une droite passant par le pôle

Une droite D passant par le pôle O du repère polaire Rθ a une équation polaire du type

θ = θ0

où θ0 est un réel. Ceci signifie que si le point M est représenté par le couple de coordonnées (r M , θ M ) dans Rθ alors M est
élément de D si et seulement si θ M = θ0 .
Réciproquement, une telle équation est celle d’une droite passant par le pôle O de Rθ .

Preuve : Soit → −u un vecteur directeur de D. Soit θ une me- si (t, θ ) forme un système de coordonnées polaires de M.
0 0
[

− −u ). M est élément de D si et seulement si L’équation θ = θ0 définie donc bien une équation polaire pas-
sure de l’angle ( i ,→ →−
−−→ −u , c’est à dire si et seulement sant par O et dirigée par u .
il existe α ∈ R tel que OM = t→

P 2.32 ♥ Équation polaire d’une droite ne passant pas par le pôle

Une droite D ne passant pas par le pôle O du repère polaire Rθ admet une équation polaire du type

1
r=
a cos θ+b sin θ

86
où (a, b) ∈ R2 \ {(0, 0)}.
Réciproquement, une telle équation est celle d’une droite ne passant pas par le pôle O de Rθ .

Preuve : Soit → −n un vecteur normal à D de coordonnées par le couple (r M cos θ M , r M sin θ M ). Le point M appartient à
(α, β) dans R. Comme D ne passe pas par O, D admet une D si et seulement si r M (α cos θ M + β sin θ M ) = c. Si on prend
équation cartésienne de la forme αx + βy = c avec c , 0. a = αc et b = βc , on obtient l’équation proposée.
Si (r M , θ M ) est un système de coordonnées polaires pour un Réciproquement, l’équation r = a cos θ+b 1
sin θ est une équation
point M, alors les coordonnées de M sont données dans R polaire de la droite d’équation cartésienne ax + by = 1.

2.5.11 Intersection de deux droites, droites parallèles



− → −
Dans tout ce paragraphe, on considère un repère othonormal R(O, i , j ).

P 2.33 ♥

Soient D et D′ deux droites d’équations respectives dans R :

ax + by = c et a′ x + b′ y = c′

où (a, b) ∈ R2 \ {(0, 0)} et (a′ , b′ ) ∈ R2 \ {(0, 0)}.


– D et D′ sont parallèles si et seulement si les couples (a, b) et (a′ , b′ ) sont proportionnels, c’est à dire si et seulement si
a a′
= 0.
b b′
– Si D et D′ ne sont pas parallèles, elles ont un unique point d’intersection.


−b −b′ a a′
Preuve : Les vecteurs u et u′ ′ sont, respectivement, quantité étant égale à , la première partie de la pro-
a a b b′
des vecteurs directeurs de D et D′ . D et D′ sont parallèles si et position est démontrée.
seulement si ces deux vecteurs sont colinéaires, c’est à dire si Si par ailleurs D (et D′ ne sont pas parallèles, alors ab′ − ba′ ,
−b −b′
ax + by = c
et seulement si = −ba′ + ab′ = 0. Cette dernière 0 et le système possède une unique solu-
a a′ a ′ x + b ′ y = c′
( b′ c−bc′
x = ab ′
−ba′
tion : ac′ −a′ c
y = ab′ −ba′

2.6 Cercles
2.6.1 Définition

D́ 2.19 ♥ Cercle

Le cercle de centre Ω et de rayon R > 0 est l’ensemble des points du plan situés à une distance R de Ω :
 −−−→ 
M ∈ P : ΩM = R

Ce cercle sera noté C (Ω, R).

87
2.6.2 Équation cartésienne d’un cercle

− → −
Dans tout ce paragraphe, on considère un repère othonormal R(O, i , j ).

M
yM

R
yM − yΩ

yΩ
Ω xM − xΩ

xΩ xM

P 2.34 ♥ Équation cartésienne d’un cercle



α
Une équation cartésienne du cercle de centre Ω et de rayon R > 0 est donnée par
β

(x − α)2 + (y − β)2 = R2

ou sous forme développée


x2 + y2 − 2αx − 2βy + α2 + β2 − R2 = 0

Récipoquement, si un sous-ensemble du plan satisfait une telle équation, alors ce sous ensemble est le cercle de rayon R et
de centre Ω.

Preuve : On a la série d’équivalence :


−−−→ −−−→ 2
x
M ∈ C (Ω, R) ⇔ ΩM = R ⇔ ΩM = R2 ⇔ (x − α)2 + (y − β)2 = R2
y

Ce qui prouve la propriété.

P 2.35 ♥

L’équation x2 + y2 − 2αx − 2βy + γ = 0 représente :


1. L’ensemble vide si α2 + β2 − γ < 0.
p
2. Le cercle de centre Ω(α, β) et de rayon R = α2 + β2 − γ si α2 + β2 − γ > 0.

88
Preuve : Remarquons que : Si α2 + β2 − γ < 0, cette équation cartésienne ne peut avoir de
solution. Sinon, on applique la proposition précédente.
x2 + y2 − 2αx − 2βy + γ = (x − α)2 + (y − β)2 − α2 − β2 + γ.

2.6.3 Représentation paramétrique d’un cercle

M
yM

R
R sin θ
θ
yΩ
Ω R cos θ

xΩ xM

P 2.36 ♥ Représentation paramétrique d’un cercle



− →−
Soit R(O, i , j ) un repère orthonormal. Le cercle de centre Ω(α, β) et de rayon R > 0 admet comme représentation
graphique
(
x = α + R cos θ
θ∈R
y = β + R sin θ
(
x M = α + R cos θ0
(Ce qui signifie que : M ∈ C (Ω, R) ⇔ ∃ θ0 ∈ R ).
y M = β + R sin θ0

Preuve : Soit M(x M , y M ) tel qu’il existe un réel θ0 vérifiant : Réciproquement, soit M(x M , y M ) ∈ C (Ω, R). Les coor-
( données de M vérifient (x M − α)2 + (y M − β)2 = R2 . Posons
x M = α + R cos θ0 a = x−α y−β 2 2
. R et b = R . Comme a + b = 1, il existe un réel θ0
y M = β + R sin θ0 tel que a = cos θ0 et b = sin θ0 . Donc
(
On vérifie facilement que (x M , y M ) vérifie l’équation (x−α)2 + x M = α + R cos θ0
(y − β)2 = R2 . y M = β + R sin θ0

2.6.4 Équation polaire d’un cercle passant par l’origine d’un repère

P 2.37 ♥ Équation polaire d’un cercle passant par l’origine d’un repère

− → −
Soit R(O, i , j ) un repère orthonormal. Soit Ω(α, β). Le cercle C de centre Ω, passant par O et de rayon R > 0 admet
comme équation polaire
r = 2α cos θ + 2β sin θ

89
ou, de manière équivalente
r = 2R cos(θ − θ0 )

où (R, θ0 ) est un système de coordonnées polaires pour Ω.


Réciproquement, toute équation de la forme r = 2α cos θ + 2β sin θ est l’équation d’un cercle de centre Ω(α, β) et passant
par l’origine O de R.

Preuve : Soit C un cercle de centre Ω, passant par O et de La seconde équation admet pour ensemble solution le single-
rayon R > 0. C admet une équation cartésienne de la forme : ton {O}. La seconde peut se condenser ainsi : si (R, θ0 ) est un
x2 + y2 − 2αx − 2βy = 0 (Comme O est élément de C , γ = 0). système de coordonnées polaires pour Ω, r = 2R cos(θ − θ0 )
Remplaçant x par r cos θ et y par r sin θ, on obtient : est équivalente à (1). Comme le point O vérifie cette équation
( pour θ = θ0 + π2 ), les deux conditions (1) et (2) se résument
à (1) r = 2α cos θ + 2β sin θ ou encore r = 2R cos(θ − θ0 ).
x2 + y2 − 2αx − 2βy = 0
Réciproquement, si un ensemble du plan admet comme
⇐⇒ r2 − 2r(α cos θ + β sin θ) = 0 équation polaire r = 2α cos θ + 2β sin θ alors c’est le cercle



 r = 2α cos θ + 2β sin θ (1) de centre Ω(α, β) et passant par O.

⇐⇒ 
 ou

 r = 0 (2)

~ MB
2.6.5 Caractérisation d’un cercle par l’équation MA. ~ =0


A B

−−→ −−→
P 2.38 ♥ Caractérisation d’un cercle par l’équation MA. MB = 0

− → −
Soit R(O, i , j ) un repère orthonormal. Soient A(xA , yA ) et B(xB , yB) deux points du plan. Soit C , l’ensemble des points M
du plan vérifiants
−−→ −−→
MA. MB = 0
C est le cercle de diamètre AB. Une équation de C est données par

(x − xA )(x − xB ) + (y − yA )(y − yB ) = 0

90

→ − → → −
Preuve : Soient A, B et C comme ci dessus. Soit I le milieu car IA + IB = 0 . En résumé : M est élément de C si et seule-
de [A, B]. Pour tout point M du plan : ment I M = IA. C est donc exactement le cercle de diamètre
−−→ −−→ AB.
MA. MB = 0 
−−→ − → −−→ − →
⇐⇒ MI + IA . MI + IB = 0
−−→ −−→ − → − → −−→ − →− →
⇐⇒ MI. MI + (IA + IB). MI + IB.IA = 0
⇐⇒ MI 2 − IA2 = 0
⇐⇒ I M = IA

2.6.6 Intersection d’un cercle et d’une droite

D
D
D

Ω Ω Ω

C C C

P 2.39 ♥

Soient D une droite et C (Ω, R) un cercle de rayon R > 0.


1. Si d(Ω, D) > R alors D ∩ C = ∅.
2. Si d(Ω, D) < R alors D ∩ C est formée de deux points distincts.
3. Si d(Ω, D) = R alors D ∩ C est constitué d’un unique point. Si M est ce point, on dit que D est la tangente au cercle
C au point M. M est le projeté orthogonal de Ω sur D.

Preuve : Soient D une droite et C (Ω, R) un cercle de rayon possibilités pour M, elles sont données par
R > 0 et de centre Ω. √
−−−→
1. Si d(Ω, D) > R, il ne peut y avoir de point d’intersec- HM = ± R2 − d 2→
−u
tion entre C et D.
2. Si d = d(Ω, D) < R, nommons H le projeté orthogonal Réciproquement, les deux points M données par cette
de Ω sur D. Pour tout point M de D, ΩM 2 + HM 2 = dernière égalité sont bien éléments de C ∩ D.
ΩM 2 , soit d2 + HM 2 = ΩM 2 . M est élément de C ∩ D 3. Supposons enfin que d(Ω, D) = R. Cette distance est
seulement si on a à la fois ΩM 2 = R2 et HM 2 = celle entre Ω et H, le projeté orthogonal de Ω sur D.
ΩM 2 − d2 , c’est à dire seulement si HM 2 = R2 − d2 . H est donc élément de C ∩ D et c’est le seul élément
Supposons que → −u oriente la droite D, il y a alors deux possible de cette intersection.

P 2.40 ♥ Équation cartésienne de la tangente à un cercle


→− →−
Soit R(O, i , j ) un repère orthonormal. Soit C un cercle de centre Ω(α, β) et de rayon R > 0. C admet comme équation
cartésienne :
x2 + y2 − 2αx − 2βy + γ = 0

91
(avec γ = α2 + β2 − R2 ). La tangente à C en M0 (x0 , y0 ) ∈ C admet pour équation cartésienne

x0 x + y0 y − α(x0 + x) − β(y0 + y) + γ = 0


Preuve : Un vecteur normal à la tangente à C en M est x
0
Comme M0 0 est élément de cette tangente, x20 + y20 − 2αx0 −
−−−→ x − α x y0
donné par ΩM0 0 . Un point M est élément de cette 2βy + γ = 0 et l’équation cartésienne de départ (∗) est
y0 − β y 0
−−−→ −−−−→ équivalente à
tangente si et seulement si ΩM0 . M0 M = 0. On obtient ainsi
une équation cartésienne de la tangente à C en M0 : x0 x + y0 y − α(x0 + x) − β(y0 + y) + γ = 0
(x0 − α)(x − x0 ) + (y0 − β)(y − y0 ) = 0 (∗)
Soit en développant :
xx0 + yy0 − α(x − x0 ) − β(y − y0 ) − x20 − y20 = 0

92
2.7 Exercices
2.7.1 Produit scalaire et déterminant

Exercice 2.5
Soient →
−u et →
−v deux vecteurs du plan. Développer :
→ −v 2 − → −v 2
−u + → −u − →

Expliquer comment le résultat obtenu permet de construire à la règle graduée et au compas le produit scalaire : →
−u · →
−v .
Solution :

Exercice 2.6 Soient →


−u et →
−v deux vecteurs du plan. Développer :
− → −v 
det →u + −v ,→
−u − →

Donner une justification géométrique de ce résultat.


Solution :

Exercice 2.7
Soient A, B et C trois points du plan. Montrer que :
     
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
det AB, AC = det BC, BA = det CA, CB

Solution :
!
[
−−→ −−→ positifs. Les trois déterminants sont alors eux aussipositifs et sont égaux cha-
Orientons le triangle ABC dans le sens direct. Les angles AB, AC ,
! ! cun au double de l’aire du triangle ABC, ce qui prouve les égalités.
[
−−→ −−→ −−→[ −−→
CA, CB , BC, BA ont tous la même orientation et ces trois angles sont

Exercice 2.8
On suppose le plan muni d’un repère orthonormal direct. Déterminer l’angle orienté entre les vecteurs :

−u (2, −1) et →
−v (3, 4)

Solution :
− → 
On a det →
u , −v = 11, →
−u · →
−v = 2

Exercice 2.9 Dans le plan, on considère un parallélogramme ABCD. On note E le pied de la perpendiculaire menée de C à
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→
(AB). On note F le pied de la perpendiculaire menée de C à (BD). Montrer que BD. BF = k BCk2 + BA. BE.
Solution :

93
Faire un dessin ! Calculons
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
BD. BF − BA. BE = BD.(BC + CF) − BA.(BC + CE)
−−→ −−→ −−→ −−→
= BD. BC − BA. BC
−−→ −−→ −−→
= (AB + BD). BC
−−→ −−→
= AD. BC
−−→ −−→
= BC. BC

2.7.2 Coordonnées cartésiennes dans le plan

Exercice 2.10 Former une équation cartésienne de la droite définie par le paramétrage :



 x = 1 − 3t
∀t ∈ R,  
y = 1 + t

Solution :

Un vecteur directeur de la droite est →−u (−3, 1) et elle passe par le point de est x+3y-4=0
coordonnées (1, 1). Par conséquent, une équation cartésienne de cette droite

Exercice 2.11
Soient A (2, 1), B (−1, 2) et M (3, 4).
1. Calculer la distance du point M à la droit (AB).
2. Former l’équation de la perpendiculaire à (AB) passant par M.

Solution :
 
det − −→ −−→ −−→
AM, AB √ 2. Le vecteur AB (−3, 1) est normal à la perpendiculaire à (AB) passant
1. Par application du cours, d (M, (AB)) = −−→ = 10 . par M. Une équation de cette droite est donc : -3x+y+5=0
AB

Exercice 2.12 Soit (a, b) ∈ R2 . Exprimer les coordonnées du projeté orthogonal de M (a, b) sur D : x − 2y = 1
Solution :

Exercice 2.13 Dans le plan rapporté à un repère orthnormal, on considère les points A(−1, −1), B(2, 3) et C(3, −3).
1. Calculer l’aire du triangle ABC.
2. En déduire la distance de A à la droite (BC).
3. Former une équation de la droite (AB).
4. En déduire la longueur de la hauteur issue de C et retrouver l’aire du triangle ABC.
Solution :

94
 
−→ −−→
det −
AB,AC 4. La longueur de la hauteur issue de C est la distance de C à la droite
1. L’aire de ABC est donnée par : 2 = 222 = 11 .
−4xC + 3yC − 1 22
2. Soit H le projeté orthogonal de A sur (BC). (AH) est donc une hau- (AB). Par conséquent : d (C, (AB)) = = .
teur de ABC et l’aire de ABC est aussi donnée par : BC×AH . Comme 5 5
2
√ AB × d (C, (AB))
√ 11 37 L’aire du triangle ABC est alors donnée par : =
BC = 37, on trouve : AH = . 2
74 22

−−→ 5 = 11 .
3. Le vecteur AB (3, 4) dirige la droite (AB). Par conséquent, une
2
équation de (AB) est −4x + 3y − 1 = 0 .

Exercice 2.14 Soit A le point de coordonnées (1, 1) et D la droite d’équation 3x + 4y − 1 = 0.


1. Calculer la distance de A à D ;
2. Donner un système d’équations paramétriques de la droite ∆ passant par A et perpendiculaire à D.
3. En déduire les coordonnées du point H, projeté orthogonal de A sur D. Retrouver la distance de A à D.
Solution :

|3xA + 4yA − 1| 6 

 x = 1 + 3t
1. d (A, D) = = . 


5 5 3. Il suffit de résoudre le système :   y = 1 + 4t . Le triplet so-



2. Le vecteur de coordonnées (3, 4) est normal à D et donc directeur 3x + 4y − 1 = 0
 
de ∆. Par suite, un système d’équations paramétriques de la droite ∆ lution est : x = 25 7 1
, y = 25 6
, t = − 25 par conséquent les coordonnées

 x = 1 + 3t

 7 1
est 
 ;t ∈ R . de H sont : ,
y = 1 + 4t 25 25

Exercice 2.15
On considère deux droites D et D′ , non parallèles, d’équations normales respectives :

x cos θ + y sin θ − p = 0 et x cos θ′ + y sin θ′ − p′ = 0

où p, p′ ∈ R et θ, θ′ ∈ R, θ , θ′ . Déterminer une équation normale de chacune de leurs bissectrices.


Solution :

Soit M (x, y) un point du plan. On a la série d’équivalence : Les équations des deux bissectrices sont donc :
M est un point d’une des bissectrices aux deux droites
 θ + θ′ θ + θ′ θ + θ′ θ + θ′
⇐⇒ d (M, D) = d M, D′ sin x + cos y = p − p′ cos x + sin y = p + p′
2 2 2 2
|x cos θ + y sin θ − p| |x cos θ′ + y sin θ′ − p′ |
⇐⇒ =
cos2 θ + sin2 θ cos2 θ′ + sin2 θ′
⇐⇒ |x cos θ + y sin θ − p| = x cos θ′ + y sin θ′ − p′

⇐⇒ x cos θ + y sin θ − p = x cos θ′ + y sin θ′ − p′ ou x cos θ + y sin θ − p = − x cos θ′ + y sin θ′ − p′
   
⇐⇒ cos θ − cos θ′ x + sin θ − sin θ′ y = p − p′ ou cos θ + cos θ′ x + sin θ + sin θ′ y = p + p′
θ+θ ′ θ−θ ′ θ+θ ′ θ−θ ′ θ + θ′ θ − θ′ θ + θ′ θ − θ′
⇐⇒ −2 sin sin x + 2 cos sin y = p − p′ ou 2 cos cos x + 2 sin cos y = p + p′
2 2 2 2 2 2 2 2
θ + θ′ θ + θ′ θ + θ′ θ + θ′
⇐⇒ sin x + cos y = p − p′ ou cos x + sin y = p + p′
2 2 2 2

Exercice 2.16
On considère les droites D et D ′ d’équations cartésiennes respectives : 5x + y − 5 = 0 et 3x + y − 4 = 0. Déterminer l’ensemble
E des points M du plan tels que d(M, D ′ ) = 2d(M, D).
Solution :

95
Exercice 2.17 On rapporte le plan à un repère orthonormal (O, → −
e1 , →

e2 ). Soit ∆C le cercle d’équation x2 + y2 − 2x − 4y = 0.
Il coupe l’axe des abscisses en O et A et l’axe des ordonnées en O et B. La première bissectrice des axes, d’équation y = x,
recoupe C en D. On considère les cercles C1 de diamètre [OA], C2 de diamètre [OB], C3 de diamètre [OD]. C2 et C3 se
recoupent en I1 . C1 et C3 se recoupent en I2 . C1 et C2 se recoupent en I3 . Montrer que I1 , I2 et I3 sont alignés.

Solution :

Exercice 2.18 Déterminer les droites contenant le point A(5, 0) et tangentes au cercle C d’équation x2 + y2 − 4x − 2y − 4 = 0.

Solution :

Exercice 2.19 Soient A, B et C les points du plan de coordonnées respectives (1, 4), (−4, 2) et (3, −1). Préciser la nature du
triangle ABC et donner une équation cartésienne de la hauteur issue de A.

Solution :

Exercice 2.20
Le plan étant rapporté à un repère orthonormal, on considère les points A(−1; 1), B(3; −1) et C(1; 4)
1. Déterminer les coordonnées du point H, projeté orthogonal de C sur la droite (AB).
2. Ecrire une équation cartésienne pour chacun des côtés du triangles ABC.
3. Ecrire une équation cartésienne pour chacune des hauteurs du triangle ABC. En déduire les coordonnées de l’ortho-
centre.

Solution :


1 −2
Exercice 2.21 Dans le plan rapporté à un repère orthonormé, on considère les points A et B .
−2 3

a. Écrire l’équation cartésienne de la droite (AB).



1
b. Déterminer la distance du point C à la droite (AB) par deux calculs différents.
1

Solution :

96

x |5 + 3 + 1| 9
a. Soit M un point du plan. Il appartient à la droite (AB) si et seule- b. Avec la formule du cours, d(C, (AB)) = √ = . En uti-
y 52 + 32 34
−−→ −−→
−−→ −−→ |Det(AB, AC|
ment si Det(AM, AB) = 0, ce qui donne l’équation cartésienne de la lisant l’autre formule, d(C, (AB)) = −−→ , on retrouve le
k ABk
droite (AB) : (AB) : 5x + 3y + 1 = 0 . même résultat.


1
Exercice 2.22 Dans le plan rapporté à un repère orthonormé, on considère le point Ω . Parmi toutes les droites passant par
2

−1
Ω, déterminer celles qui sont à distance 1 du point A .
4
Solution :

On peut décrire toutes les droites passant par Ω (sauf la droite verticale) à Cette distance vaut 1 si et seulement si 4(m + 1)2 = m2 + 1, c’est à dire √
l’aide d’un seul paramètre, la pente m. L’équation cartésienne d’une telle −4 + 7
3m2 + 8m + 3 = 0, et on trouve les deux pentes solutions, m1 =
droite est donc (y − 2) = m(x − 1), c’est à dire Dm : mx − y + (2 − m) = 0 . √ 3
La distance du point A à la droite Dm est alors donnée par la formule du −4 − 7
et m2 = . On vérifie ensuite que la droite verticale passant par Ω
cours : 3
|−m − 4 + 2 − m| 2|m + 1| ne convient pas en écrivant son équation cartésienne x = 1 et en calculant la
d(A, Dm ) = √ = √ distance de A à cette droite qui vaut 2.
2
m +1 m2 + 1

Exercice 2.23 Calculer la distance de la droite D au point A dans les cas suivants :
1. A (0, 0) et D passe par B (5, 3) et est dirigée par →
−u (1, 2).

2. A (1, −1) et D passe par B (−1, 1) et est perpendiculaire à →


−n (2, 3).
3. A (4, 1) et D est la droite d’équation cartésienne x + 2y + 3 = 0.

Solution :
  −−→
−−→ → − √ BA.→ −n √
det BA, u →
2 13
1. d (A, D) = → = 7 5 2. d (A, D) = −n
= 13
−u 5

|xA +2yA +3| 9 5
3. d (A, D) = √ = 5
5

Exercice 2.24 Dans un repère orthonormé du plan, on donne A (−1, 2), B (2, 1), C (3, −6), D (−6, −3).
1. Montrer que ABCD est un trapèze.
2. Calculer l’aire de ABCD.
3. Montrer que ses diagonales se coupent perpendiculairement et déterminer leur intersubsection.

Solution :
−−→ −−→
1. Il suffit de montrer que les vecteurs AB et CD sont colinéaires, ce ABCD est : 40 .
qu’on vérifie facilement en calculant leur déterminant.
2. La formule donnant l’aire d’un trapèze est (b+B)h où b est la lon- −−→ −−→
2 3. On vérifie facilement que AC. BD = 0, ce qui prouve que les dia-
gueur de la petite base, B celle de la grande√base et√h la hauteur √ du gonales de ABCD sont perpendiculaires. Une équation de (AC) est
trapèze. On a donc : b + B = AB + CD = 10 + 3 10 = 4 10 et 2x + y = 0 et une équation de (BD) est x − 2y = 0. On remarque
−−→ −−→
det DA,DC √ que ces deux droites passent par l’origine O du repère ce qui permet
h = d (A, (CD)) = −−→ = 2 10. On en déduit que l’aire de

DC d’affirmer que le point d’intersubsection des diagonales est O.

97
Exercice 2.25 Dans le plan, on considère trois points A, B et C non-alignés. Une droite D coupe les droites (BC), (AC) et
(AB) en A′ , B′ et C ′ respectivement. Par A′ on mène les parallèles à (AB) et (AC) qui coupent respectivement aux points E et
F la parallèle à (BC) menée par A. Montrer que les droites (B′ E) et (C ′ F) sont parallèles.
Solution :
Faire un dessin ! – Équation cartésienne de la droite D′ , parallèle à (BC) passant par A : on
−−→ −−→ 0 1 0
– Choix du repère : R = (A, AB, AC). Dans ce repère, A , B , C . trouve D′ : x + y = 0 .
0 0 1
−−→
– Coordonnées de E : il existe λ ∈ R tel que E = A′ + λAB, c’est à
0  c(1 − b)
Comme B′ est sur la droite (AC), il existe b ∈ R tel que B′ . De même, 


b x =
 +λ
dire   c−b . Puisque E ∈ D′ , x + y = 0 et on en tire que

 b(1 − c)
c y =
il existe c ∈ R tel que C ′ . b−c
0 b(1 − c)

x E b(1c−b .
− c)
– Équation cartésienne de la droite D = (B′C ′ ) : un point M est
y c−b
−−−→ −−−→ −−→
sur cette droite si et seulement si Det(B′ M, B′C ′ ) = 0, c’est à dire – Coordonnées de F : de la même façon, en écrivant F = A′ + λAC ′ , on
(B′C ′ ) : bx + cy − bc = 0 .
c(1 − b)
trouve que F c(1
– On calcule de même l’équation de la droite (BC) et l’on trouve c−b
− − b) .
(BC) : x + y − 1 = 0 .
c−b
x
– Coordonnées de A′ . Puisque A′ est sur la droite (B′C ′ ) et sur
y – Pour montrer que (B′ E) et (C ′ F) sont parallèles, calculons


 b(1 − c) c(1 − c)
x + y =1 −−′→ c − b −−−

(BC), ses coordonnées vérifient le système 
bx + cy = bc
. On en tire B E b(b − 1) et C ′ F c(1 c−b
− b) . Ensuite, calculons le produit mixte

c−b c−b
c(1 − b)
A′ b(1c − b . On remarque que le cas où b = c correspond à une droite
− c) −−→ −−−→
1  
Det(B′ E, C ′ F) = −bc(1 − c)(1 − b) − bc(b − 1)(1 − c) = 0
b−c (c − b)2
D parallèle à (BC) ce qui est exclu par l’énoncé. après simplifications. Le résultat est montré.


λ 0
Exercice 2.26 On considère un point Aλ de l’axe (Ox) et un point Bλ de l’axe (Oy).
0 a − λ

a. Écrire l’équation cartésienne de la médiatrice du segment [Aλ Bλ ].


b. Montrer que lorsque λ varie, cette médiatrice passe toujours par un point fixe.
Solution :

x a/2
a. Soit M . On traduit d(A, M) = d(B, M) et on trouve l’équation b. On remarque que le point C appartient à toutes les droites Dλ .
y a/2
cartésienne
Dλ : 2λx + 2(λ − a)y − 2λa + a2 = 0

Exercice 2.27 On considère dans le plan euclidien un triangle équilatéral (ABC). On choisit un repère orthonormé d’origine
−−→

− AB −a a
le milieu de [AB], avec le vecteur i = −−→ dans lequel A et B avec a > 0.
kABk 0 0

a. Déterminer les coordonnées du point C.


b. Écrire les équations cartésiennes des droites (AC) et (BC).
c. Montrer que si M est un point intérieur au triangle, la somme des distances de M à chaque côté du triangle est constante.
Solution :

98

0 −−→ −−→ x
a. Si C , on calcule k ACk2 = c2 + a2 qui doit valoir k ABk2 = 4a2 d’où c. Soit un point M intérieur au triangle. La distance de M à la droite
c y

√ 0 (AB) vaut y (y > 0). Appliquons la formule du cours pour calculer la
l’on tire c = 3a et donc C √ . distance de M à la droite (AC) :
3a
√ √ √ √
x −−→ −−→ | 3ax − ay + 3a2 | 3x − y + 3a
b. Soit M un point de la droite (AC). Il doit vérifier Det(AM, AC) = 0, d(M, AC) = √ =
y 3a2 + a2 2

d’où l’on tire On a utilisé que le point M était à droite de la droite (AC) pour enle-
√ √ ver la valeur absolue. De même,
(AC) : 3ax − ay + 3a2 = 0 √ √ √ √
| 3ax + ay − 3a2 | − 3x − y + 3a
d(M, BC) = √ =
et de même 3a2 + a2 2
√ √ 2
(BC) : 3ax + ay − 3a = 0 √
La somme des trois distances est constante et vaut 3a.

Exercice 2.28 Dans le plan, on considère un triangle (ABC) et on note I le milieu du segment [BC]. Une droite passant par I
coupe les droites (AB) et D et (AC) en E. Déterminer le lieu des points d’intersubsection des droites (BE) et (CD).
Solution :
−−→ −−→
On se place dans le repère (A, AB, AC). 5. Droite (CD) : 2λx + (λ − 1)y = λ − 1.

1. I
1/2 λ − 1 1 − 2
1/2 6. Intersubsection de ces deux droites : M λλ+−11 =
λ + 1 (les
− −1 + 2
2. droite passant par D : (y − 1/2) = λ(x − 1/2) avec λ , 0 (puisque λ+1 λ+1
cette droite n’est pas parallèle à (AB) ni à (AC). deux droites ne sont pas parallèles lorsque λ , −1.

0
3. D 1/2 − 1/2λ , E 7. Le point M est sur la droite d’équation x + y = 0. L’application
1/2 − λ/2 λ−1
λ 7→ étant une bijection de R \ {0} vers R \ {−1, 1}, on trouve
λ+1
4. Droite (BE) : (1 − λ)x + 2y = 1 − λ tous les points de cette droite sauf ceux d’abscisse 1 et −1.

Exercice 2.29 On considère dans le plan euclidien un triangle isocèle (ABC) avec AB = AC. On considère un point D qui
1
varie sur le segment [AB] et un point E sur le segment [BC] tels que D′ E = BC où D′ est le projeté orthogonal de D sur
2
(BC). Par le point E, on mène la perpendiculaire à la droite (DE). Montrer que cette droite passe par un point fixe I.
Solution :

0 −b b aλ + ab
On choisit le repère orthonormé tel que A , B et C . No- −bx + y + b(λ + b) = 0 . On peut voir cette équation comme un
a 0 0 b
polynôme en λ :
λ λ + b
tons D′ , on a alors E . On détermine l’équation cartésienne
0 0  ay   
λ b+ + b(b − x) + ay = 0
b
de la droite (AB) : ax − by + ab = 0 , les coordonnées du point D :
Il suffit d’annuler le coefficient de λ et le coefficient constant pour voir que
λ
D aλ + ab puis l’équation cartésienne de la perpendiculaire en E : 0
cette droite passe toujours par le point I 2 .
2 −b /a


λ 0
Exercice 2.30 Dans le repère canonique du plan, on considère deux points sur les axes A et B . On note C le point tel
0 a − λ
que (OACD) soit un rectangle. On note Dλ la perpendiculaire à la droite (AB) passant par C. Montrer que la droite Dλ passe
par un point fixe à déterminer lorsque λ varie.
Solution :

99

λ −−→ −−→ x
C . Pour obtenir l’équation cartésienne de Dλ , on traduit CM. BA = 0 En considérant le point I avec x et y qui annulent les deux coefficients de
a − λ y
et l’on trouve
a
Dλ : λx + (λ − a)y − 2aλ + a2 = 0 ce polynôme, on trouve le point fixe I .
a
que l’on peut écrire comme un polynôme en λ :
λ(x + y − 2a) + (−ay + a2 ) = 0

2.7.3 Géométrie du triangle

Exercice 2.31 Soient A, B, C trois points non alignés du plan P. Montrer que les médiatrices du triangle ABC sont concour-
rantes en un point O centre du cercle circonscrit au triangle.
Solution :
−−→
La médiatrice du segment [AB] admet comme vecteur normal AB, celle qu’on notera O. On a : OA = OB = OC. On déduit de ces égalités que O est
−−→ le centre du cercle circonsrit à ABC et que O est élément de la médiatrice de
du segment [AC] admet comme vecteur normal AC. Les points ABC étant
non alignés, ces deux vecteurs ne sont pas colinéaires et donc ces deux [BC]. Par conséquent, les trois médiatrices du triangles sont concourrantes
médiatrices ne peuvent être parallèles. Elles se coupent alors en un point en O.

Exercice 2.32 Soient A, B, C trois points non alignés du plan P. Soient G l’isobarycentre de ABC.
−−→ −

1. Soit I le milieu de [BC]. Montrer que AG = 32 AI. En déduire que G est élément de la médiane de ABC issue de A.
2. En déduire que les médianes du triangle ABC sont concourrantes en G.
Solution :
−−→ −−→ −−→ → −
1. Comme G est l’isobarycentre de ABC, on a : GA + GB + GC = 0 . 2. On démontrerait de même que, J désignant le milieu de [AC] et K
−−→ −−→ − → − → −−→ −−→ −→ −−→ −−→
Utilisant la relation de Chasles, on en tire : GA + GA + AI + IB + GA+ celui de [AB] : BG = 32 BJ et que CG = 23 CK et que G est élément

→ − → → − −−→ − → → − des médianes de ABC issue de B et issue de C. Les trois médianes de
AI + IC = 0 c’est à dire : 3GA + 2AI = 0 d’où la relation annoncée.
La médiane issue de A étant la droite (AI), il est alors clair que G est ABC sont donc concourrantes en G.
élément de cette médiane.

Exercice 2.33 Soient A, B, C trois points non alignés du plan P. Montrer que les trois bissectrices intérieurs du triangle ABC
sont concourrantes en un point K du plan et ce que ce point est centre du cercle inscrit à ABC (c’est à dire le cercle tangent
aux trois côtés du triangle).
Solution :
Notons dA , dB et dC les bissectrices intérieures de ABC issues respective- et d (K, (BC)) = KKA . Utilisant ce qui a été dit précédemment, ces trois lon-
ment de A, B et C. Les points A, B et C n’étant pas alignés, dA et dB ne gueurs sont égales : KKA = KKB = KKC . K est donc le centre du cercle C
sont pas parallèles et se coupent en un point K du plan. Par définition d’une circoncrit au triangle KA KB KC . Il reste à montrer que les trois côtés du tri-
bissectrice, on a : d (K, (AB)) = d (K, (AC)) = d (K, (AB)) = d (K, (BC)). Par angles ABC sont tangents à ce cercle. KA étant le projeté orthogonal de K sur
conséquent, d (K, (CA)) = d (K, (CB)) et K est élément de la bissectrice issue (BC), la droite (BC) est perpendiculaire à un rayon du cercle C et est donc
de C. On en déduit que les trois bissectrices intérieures de ABC sont concour- tangente à C . On fait de même avec les droites (AC) et (AB) et on montre
rantes en K. Notant KA , KB , KC les projetés orthogonaux de K sur respecti- que C est bien le cercle inscrit à ABC.
vement (BC), (AC) et (AB), on a : d (K, (AB)) = KKC , d (K, (AC)) = KKB

Exercice 2.34
Soient A, B, C trois points non alignés du plan P.
1. En exprimant chacun des vecteurs de l’expression ci dessous au moyen de vecteurs d’origine A, montrer que pour tout
point M de P on a :
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
AB.CM + BC.AM + CA. BM = 0.
2. Montrer que la hauteur issue de A dans le triangle ABC et celle issue de B ne sont pas parallèles. On notera H le point
d’intersubsection.
−−→ −−→
3. Montrer que AB.CH = 0. En déduire que les hauteurs du triangle ABC sont coucourantes.
Solution :

100
−−→
1. Soit M un point du plan. 2. La hauteur issue de A admet comme vecteur normal BC et celle is-
−−→
sue de B le vecteur AC. Les points ABC n’étant pas alignés ces deux
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ vecteurs ne sont pas colinéaires et les deux hauteurs ne peuvent donc
AB.CM + BC. AM + CA. BM
      être parallèles. Elles sont donc sécantes en un point qu’on notera H.
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
= AB. CA + AM + BA + AC . AM + CA. BA + AM 3. Utilisant l’égalité établie dans la première question avec M = H et le
      fait que H est à l’intersubsection des hauteurs issues de A et de B, on
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
= AB + BA . AM + AC + CA . AM + AB + BA .CA −−→ −−→
obtient : AB.CH = 0. On en déduit que H est élément de la hauteur
= 0 issue de C et que les trois hauteurs de ABC sont concourrantes en H.

Exercice 2.35 Dans un triangle ABC non équilatéral et non aplati, on considère l’orthocentre H, le centre O du cercle
circonscrit et le centre de gravité G.
−−→ −−→ −−→ −−→
1. Exprimer OG en fonction de OA, OB et OC.
2. Soit →−v = 3− −→ −−→
OG − OH. Montrer que → −v est orthogonal à −
−→
AB.
−−→ −−→
3. En déduire que OH = 3OG.
Solution :

1. Comme G est l’isobarycentre de A, B et C, utilisant la relation de 3. Effectuant le même calcul, on pourrait montrer que → −v .−−→
AC = 0. Par
 −−→ −−→
−−→ −−→ −−→ −−→ →−
Chasles, on obtient : OG = 31 OA + OB + OC . conséquent, le vecteur v est à la fois othogonal à AC et AB. Mais le
triangle ABC n’étant pas plat, ceci n’est possible que si → −v = →

0 , c’est
2. I désignant le milieu de [AB] : −−→ −−→
  à dire seulement si OH = 3OG. Le triangle n’étant pas équilatéral,
−v .−
→ −→
AB =
−−→ −−→ −−→
3OG − OH . AB on en déduit que les points O, G et H sont alignés. La droite portant
  ces trois points est appelée droite d’Euler du triangle ABC.
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→
= OA + OB + OC − OH . AB
 
−−→ −−→ −−→ −−→
= HC + OA + OB . AB
 
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
= HC. AB
| {z } + OA + OB . AB car HC dirige la hauteur issue de B
=0
 
−→ − → −→ − → −−→
= OI + IA + OI + IB . AB
−→ −−→ −
→ −→
= 2OI. AB car IA = −IB
−→
= 0 car OI dirige la médiatrice du segment [AB]


− → −
Exercice 2.36 On considère la courbe Γ d’équation xy = 1 dans un repère orthonormal (O, i , j ) du plan. Γ est une hyperbole
d’asymptotes Ox et Oy. Soient A, B et C trois points de Γ.
1. Calculer les coordonnées de H, orthocentre du tirangle ABC. vérifier que H est sur Γ.
2. Soient (α) et α′ ) les droites perpendiculaires à (BC) aux points d’intersubsection de (BC) avec les axes Ox et Oy
respectivement. On définit de même les droites (β) et (β′ ), (γ) et (γ′ ). Montrer que (α), (β) et (γ) sont concourantes en
un point P et que (α′ ), (β′ ) et (γ′ ) sont concourantes en un point P′

Solution :

Exercice 2.37 Dans le plan orienté, on considère un triangle ABC non aplati de sens direct. On note : A = BC, b = CA,
c = AB, Ab = BAC,
d b d C
B = CBA, b = ACB
d et A l’aire de ABC. On note aussi R le rayon du cercle circonscrit à ABC, r le raron
1
du cercle inscrit à ABC et p = 2 (a + b + c) le demi-périmètre de ABC.
     
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
1. Montrer que det AB, AC = det BC, BA = det CA, CB = 2A

101
2. En déduire la formule des sinus :
a b c abc
= = = = 2R.
b
sin A sin b
B b
sin C 2A

3. Prouver les formules d’Al-Kashi :


b b2 = c2 + a2 − 2ca cos b
a2 = b2 + c2 − 2bc cos A B c2 = a2 + b2 − 2ab cos b
B

Ces formules généralisent la formule de Pythagore dans un triangle quelconque.


4. Déduire des deux dernières questions la formule de Héron :
1 abc p
b=
A = bc sin A = p (p − a) (p − b) (p − c) = rp
2 4R

Solution :

1. Chacun des 3 déterminants est égal, le triangle étant direct, à 2A . 4. Les deux premières égalités découlent directement des résultats
2. Par définition du déterminant et utilisant les égalités précédentes, on établis dans la seconde question . Si K désigne le centre du cercle
a: inscrit dans le triangle ABC et si KA , KB , KC désignent respec-
−−→ −−→ −→ −−→ −−→ −−→ tivement l’intersubsection de ce cercle avec les côtés [BC], [AC],
b = −
AB AC sin A B = CA CB sin C
BC BA sin b b = 2A
[AB] de ABC alors KKA , KKB , KKC sont les hauteurs respectives
c’est à dire : des triangles KBC, KAC et KAB et ces hauteurs sont toutes de
longueur r. Les aires de ces trois triangles sont donc respective-
b = ac sin b
bc sin A b = 2A .
B = ab sin C. ment ar br cr
2 , 2 et 2 . Comme ils partitionnent le triangle ABC, on a :
(a+b+c)r
Divisant ces dernière égalités par abc, on obtient : A = ar 2 + br
2 + cr
2 = 2 = pr. Enfin, on a :
b sin b
sin A B sin C b 2A
= = = . 1
b
a b c abc A = bc sin A
2
Par ailleurs, notant I le milieu de [BC] et O le centre du cercle cir- q
d intercepte le même arc de cercle 1
conscrit à ABC, l’angle inscrit BAC = b
bc 1 − cos2 A
[ Par conséquent : BOC
que l’angle au centre BOC. [ = 2BAC d = 2A. b 2
q
1  
Par ailleurs, comme OB = OC, le triangle BOC est isocèle en O = bc 1 − cos Ab 1 + cos A
b
etBIO est rectangle en I. Dans ce dernier triangle, on peut écrire : 2
s ! !
d = a , ce qui amène : a = 2R.
sin BOI 2R b sin A 1 a2 −b2 −c2 a2 −b2 −c2
= bc 1− 1+ par application des formules d
3. On a : 2 2bc 2bc
−−→ 2 q
a2 = BC 1  
= 2bc − a2 + b2 + c2 2bc + a2 − b2 − c2
4
−−→ −−→ q  
= BC. BC 1
    = (b + c)2 − a2 a2 − (b − c)2
−−→ −−→ −−→ −−→ 4
= BA + AC . BA + AC
1 p
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ = ((b + c) + a) ((b + c) − a) (a − (b − c)) (a + (b − c))
= BA. BA − 2AB. AC + AC. AC 4
−−→ 2 −−→ −−→ −→ 2 1 p
= d + −
BA − 2 AB AC cos BAC AC =
4
(−a + b + c) (a + b + c) (a − b + c) (a + b − c)
r
= b + b2
c2 + 2bc cos A a+b+c a+b+c−2a a+b+c−2b a+b+c−2c
=
2 2 2 2
On obtient les deux formules suivantes par permutation des lettres a, p
b et c. = p (p − a) (p − b) (p − c)

Exercice 2.38 Soit ABC un triangle équilatéral et M un point situé à l’intérieur de ABC. Montrer que la somme des distances
de M au trois côtés du triangle ABC ne dépend pas du choix de M.
Solution :
−−→ −−→
Si U, V et W sont trois points du plan, on notera AUVW l’aire du triangle où A1 est l’aire du parallélogramme porté par les vecteurs AM et AB, A2 est
UVW. On a : −−→ −−→
l’aire du parallélogramme porté par les vecteurs BM et BC et A3 est l’aire
−−→ −−→
d (M, (AB)) + d (M, (BC)) + d (M, (CA)) du parallélogramme porté par les vecteurs CM et CA. Mais A1 = 2AMAB ,
 
−→ −−→
 
−→ −−→
 
−−→ −−→
A2 = 2AMBC et A3 = 2AMCA . Donc :
det −
AM,AB det −
BM, BC det CM, CA

= + + d (M, (AB))+d (M, (BC))+d (M, (CA)) = 2 (AMAB + AMBC + AMCA ) = 2AABC
kABk kBCk kCAk
= A1 + A2 + A3 ce qui prouve que la somme des trois longueurs est constante.

102
Exercice 2.39 On considère un triangle (ABC). On note A′ , B′ , C ′ les symétriques respectifs des points A, B, C par rapport
aux points B, C, A. Quel rapport y a-t-il entre les aires des triangles (A′ B′C ′ ) et (ABC) ?
C′
+

A
+

B C
+ + +
B′
+
A′
F. 2.3 – Exercice ??
Solution :

L’aire d’un triangle (ABC) est la moitié de l’aire du parallélogramme calcule en utilisant Chasles :
1 −−→ −−→ −−−→ −−−→ −−→ −−→ −−→ −−→
Det(AB, AC). En notant A le double de l’aire du triangle ABC et A′ , on Det(A′ B′ , A′C ′ ) = Det(A′ B + BB′ , A′ A + AC ′ )
2
−−→ −−→ −−→ −−→
= Det(BA + 2BC, 2BA + CA)
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
= Det(AB, AC) + 4 Det(BC, BA) − 2 Det(CB, CA)
= A + 4A + 2A = 7A
′ ′ ′
L’aire du triangle (A B C ) vaut donc 7 fois l’aire du triangle (ABC).

Exercice 2.40 Dans un triangle (ABC), montrer que les perpendiculaires issues des milieux des côtés sont concourrantes.
Solution :

a b 0 respectivement de C ′ , B′ et A′ ont pour équations cartésiennes :
Dans un bon repère orthonormé, A , B , C . Les milieux des côtés ont
0 0 c
a+b a2 − c2 b2 − c2
b/2 ′ a/2 ′ (a + b)/2 x= , −ax + cy + = 0, −bx + cy + =0
pour coordonnées, A′ ,B ,C les perpendiculaires issues 2 2 2
c/2 c/2 0

(a + b)/2
et on vérifie qu’elles passent par le point I .
c/2 + ab/2c

Exercice 2.41 Dans un triangle (ABC), on note H le point de concours des hauteurs, G le centre de gravité et Ω le centre du
cercle circonscrit. Montrer que ces trois points sont alignés.
Solution :

a b 0
Dans le repère orthonormé adapté, A , B , C , le centre de gravité a pour ver le centre du cercle circonscrit, on peut chercher l’intersubsection
0 0 c −−→ −−→ −−→
des médiatrices ou résoudre kΩAk2 = kΩBk2 = kΩCk2 ce qui donne

(a + b)/3 (a + b)/2
coordonnées G , les trois hauteurs ont pour équation cartésienne Ω . On calcule ensuite
c/3 c/2 + ab/2c

x = 0, −bx + cy + ab = 0,−ax + cy + ab = 0
−−→ −−→ (a + b)/3 (a + b)/2
Det(HG, HΩ) = =0
0 c/3 + ab/c c/2 + 3ab/2c
d’où le point d’intersubsection des hauteurs : H . Pour trou-
−ab/c
ce qui montre que ces trois points sont alignés.

103
2.7.4 Cercle

Exercice 2.42 Déterminer le centre et le rayon des cercles d’équations cartésiennes :

1. x2 + y2 − 4x + 4y − 1 = 0 2. x2 + y2 − 6x + 8y + 24 = 0

Solution :

1. x2 + y2 − 4x + 4y − 1 = 0 ⇐⇒ (x − 2)2 + (y + 2)2 = 9. Par conséquent, 2. x2 + y2 − 6x + 8y + 24 = 0 ⇐⇒ (x − 3)2 + (y + 4)2 = 1 qui est


la première équation est celle d’un cercle de centre (2, −2) et de rayon l’équation d’un cercle de centre (3, −4) et de raron 1.
3.

Exercice 2.43 √
5
Soient C le cercle de centre Ω(2; −1) et de rayon 2 et D la droite d’équation 2x + y = 0. Déterminer les droites qui sont
tangentes à C et parallèles à D.

Solution :

Exercice 2.44
Soient C et C ′ les cercles d’équations x2 + y2 = 100 et x2 + y2 − 24x − 18y + 200 = 0. Montrer qu’ils sont tangents et former
une équation de la tangente au point commun.

Solution :

Exercice 2.45 On note C le cercle de centre O et de rayon 1. Former l’équation cartésienne de la tangente à C au point
M (cos θ, sin θ) où θ ∈ R.

Solution :

Exercice 2.46 On considère le cercle d’équation

C : x2 + y2 + x − 3y − 3 = 0

1
et le point A . Une droite passant par A est tangente au cercle C au point M. Calculer la longueur AM.
−2
Solution :

104

−1/2 −−−
→ −−→
Le cercle est de centre Ω et de rayon R où R2 = 11/2. Puisque ΩM. AM = 0, d’après le théorème de Pythagore, AΩ2 = AM 2 + R2 . On
3/2 en tire AM = 3.

Exercice 2.47 On considère le cercle d’équation

C : x2 + y2 + 10x − 2y + 6 = 0

et la droite d’équation
D : 2x + y − 7 = 0
Écrire les équations cartésiennes des tangentes au cercle C et parallèles à la droite D.
Solution :

−5 √
Le cercle est de centre Ω et de rayon R = 2 5. Une droite parallèle à D dire si et seulement si |t − 9| = 10. On trouve deux valeurs de t, t1 = 19 et
1 t2 = −1, d’où les deux droites :
a pour équation cartésienne
2x + y + 19 = 0 et 2x + y − 1 = 0
Dt : 2x + y + t = 0
Cette droite est tangente au cercle C si et seulement si d(Ω, Dt ) = R, c’est à

Exercice 2.48 On considère le cercle d’équation

C : x2 + y2 + 4x − 6y − 17 = 0

et la droite d’équation
D : 5x + 2y − 13 = 0
Trouver l’équation cartésienne du diamètre de C perpendiculaire à la droite D.
Solution :

−2 √
Le cercle C a pour centre Ω et pour rayon R = 30. Un diamètre passe que les deux droites soient perpendiculaires, il faut et il suffit que −
n→ →−
m . n = 0,
3 c’est à dire m = 2/5. On trouve donc l’équation du diamètre :
par Ω et a donc pour équation cartésienne y − 3 = m(x + 2), c’est à dire
Dm : mx − y + (3 + 2m) = 0 2x − 5y + 19 = 0

m −n 5 . Pour
Un vecteur normal à Dm est − n→
m et un vecteur normal à D est → 2
−1


Exercice 2.49 Tracer la courbe d’équation y = −3 + 21 − 4x − x2
Solution :

On doit avoir (y + 3)2 = 21 − 4x − x2 , c’est à dire −2
On reconnaı̂t un demi-cercle de centre Ω de rayon R = 5 situé au dessus
−3

(x + 2)2 + (y + 3)2 = 25 de la droite d’équation y = −3.


3
Exercice 2.50 Déterminer les cercles de centre Ω qui coupent la droite d’équation
−1

D : 2x − 5y + 18 = 0

en deux points A, B avec AB = 6.


Solution :

105
Il suffit de déterminer le rayon du cercle. En appelant H le projeté orthogonal On calcule ΩH 2 = 29, puis R2 = 38. L’équation du cercle est donc
de Ω sur D et en utilisant le théorème de Pythagore,
(x − 3)2 + (y + 1)2 = 38
R2 = ΩH 2 + (AB/2)2

Exercice 2.51 Déterminer les équations de cercles tangents aux deux droites d’équation 4x − 3y + 10 = 0, 4x − 3y − 30 = 0
et dont le centre se trouve sur la droite d’équation 2x + y = 0.
Solution :

a 1
Si l’on note Ω le centre du cercle, il faut que d(Ω, D1 ) = d(Ω, D∈ ), ce qui donne 10a + 10 = −10a + 30 et l’on tire a = 1. On trouve Ω et le
−2a −2
rayon du cercle vaut 4.

Exercice 2.52 On considère le cercle d’équation

C : x2 + y2 − 6x + 2y + 5 = 0

4
Par le point A , on mène deux tangentes au cercle. Calculer la distance d entre les points de tangence.
−4
Solution :

3 √
Le cercle est de centre Ω , de rayon R = 5. Une droite passant par A est m:
−1 2m2 − 3m − 2 = 0
d’équation y + 4 = m(x − 4) dont les racines sont m1 = 2 et m2 = −1/2. Comme m1 m2 = −1, les deux
Dm : mx − y − 4(m + 1) = 0 tangentes sont orthogonales, et en appelant C et D les points de tangence,

En écrivant que d(Ω, Dm ) = R, on trouve une équation du second degré en ΩCAD est un carré de diagonale d = 10 .

Exercice 2.53 Dans le plan rapporté


à un repère orthonormé, déterminer les droites passant par l’origine, orthogonales et
2
tangentes à un cercle de centre Ω .
1
Solution :

Les équations de deux droites passant par l’origine sont de la forme y = mx Ω est tangent à ces deux droites si et seulement si d2 (Ω, Dm ) = d2 (Ω, D−1/m )
et y = m′ x. Pour que ces deux droites soient orthogonales, il faut que (2m − 1)2 (2 + m)2
1 + mm′ = 0 (condition du cours), c’est à dire m′ = −1/m (m = 0 correspon- ce qu’on traduit par 2
= , c’est à dire 3m2 − 8m − 3 = 0,
m +1 m2 + 1
drait aux deux axes qui ne sont pas solution du problème). Un cercle de centre trinôme qui possède les deux racines m1 = 3 et m2 = −1/3. Les deux droites
solutions sont de pente 3 et −1/3.


1 3
Exercice 2.54 Dans le plan rapporté à un repère orthonormé, on considère deux points A et B .
1 −1

1. Écrire l’équation cartésienne de la droite (AB).


2. On considère le cercle d’équation :
x2 + y2 − 8x − 10y + 37 = 0
Déterminer la distance entre la droite (AB) et ce cercle.
Solution :

106
1. On trouve D : x + y − 2 = 0 . Ω à la droite (AB) est donnée par :
|4 + 5 − 2| 7
2. L’équation cartésienne réduite du cercle est d(Ω, D) = √ = √
12 + 12 2
(x − 4)2 + (y − 5)2 = 4 . La distance du cercle à la droite est donc

4 7−2 2
C’est donc le cercle de centre Ω et de rayon 2. La distance du centre d(D, D) = d(Ω, D) − R = >0
5 2


λ
Exercice 2.55 Dans le plan rapporté à un repère orthonormé, pour λ > 0, on note Cλ le cercle de centre tangent à l’axe
0

λ
(Oy) et Γλ le cercle de centre tangent à l’axe (Ox). Déterminer les coordonnées des deux points d’intersubsection de ces
λ
cercles, puis le lieu de ces points lorsque λ varie.
Solution :

première équation, on tire


Cλ : (x − λ)2 + y2 = λ2
4x2 − 8λx + λ2 = 0
Γλ : (x − λ)2 + (y − λ)2 = λ2 √ √ √ √

x (2 + 3)λ 2 − 3λ λ 2 + 3 λ 2 − 3
Un point P appartient à ces deux cercles si ses coordonnées vérifient les d’où x1 = et x2 = . d’où Pλ et Qλ .
y 2 2 2 1 2 1
√ √
deux équations. En faisant la différence, on tire y = λ/2. En reportant dans la Les points décrivent les droites d’équations y = (2 + 3)x et y = (2 − 3)x.

Exercice 2.56 Le plan est rapporté à un repère orthonormé R = (0,~ı, ~). On considère le point A = (a, a) (a > 0).
1. On considère la famille des cercles Ct passant par A et O. On désigne par t l’abscisse du centre de Ct . Former l’équation
cartésienne de Ct .
2. Le cercle Ct coupe la droite (Ox) en O et un second point Kt . Former l’équation cartésienne de la tangente Dt à Ct en
Kt .
3. Déterminer en fonction de t l’équation cartésienne de la normale à Dt passant par A puis les coordonnées de la projection
orthogonale Ht de A sur Dt .
4. Reconnaı̂tre l’ensemble des points Ht lorsque t varie.
Solution :

t
1. Comme d(Ct , 0) = d(Ct , A), on trouve 3. Le vecteur nt est orthogonal à la droite Dt . On écrit
t − a
(Ct : x2 + y2 − 2tx + 2(t − a)y = 0
On aurait pu partir également d’une équation cartésienne générale
d’un cercle passant par O :
X − a t
Y − a = 0 =⇒ (t − a)(X − a) − t(Y − a) = 0
x2 + y2 + 2αx + 2βy = 0 t − a
et dire
que le point A appartenait à ce cercle.
2t t
. On trouve
2. Kt , Ct , d’où l’équation cartésienne de la tangente :
0 a − t t + a
  Ht
−−−→ −−−→ t
Ct Kt | Kt M = 0 :

tX + (t − a)Y − 2t2 = 0 4. C’est la droite d’équation y = x − a.

Exercice 2.57 On considère le point B = (a, 0) du plan et un cercle C passant par B de centre P = (x0 , y0 ).

107
1. Écrire l’équation de C.
2. On considère une droite passant par O d’équation
y = mx
Écrire une CNS sur m pour que cette droite soit tangente à C.
3. Trouver l’ensemble des points P tels que les deux tangentes à C passant par l’origine soient orthogonales.
Solution :

1. 3. Les deux pentes m1 , m2 doivent vérifier m1 m2 = 1, c’est à dire puis-


(x − x0 )2 + (y − y0 )2 = (x0 − a)2 + y20 qu’elles sont racines d’une équation du second degré :

2. Cette droite est tangente au cercle si et seulement si d(P, D) = R, ce (x0 − a)2


= −1
qui donne a2 + y20 − 2am0
|y0 − mx0 |
√ = (x0 − a)2 + y20 Après développement, on trouve x20 = y20 d’où
1 + m2
On trouve la condition (x0 − 2a)2 + y20 = 2a2

[a2 + y20 − 2ax0 ]m2 − 2x0 y0 m + (x0 − a)2 = 0 C’est le cercle de centre (2a, 0) de rayon 2a.



− → − 0 b
Exercice 2.58 Dans le plan rapporté à un repère orthonormé R = (O, i , j ), on considère un triangle (ABC) avec A , B et
a 0

c
C , (a, b, c , 0).
0

a. Déterminer l’équation du cercle C circonscrit au triangle (ABC).


b. Écrire l’équation cartésienne de la droite (AB) et donner un vecteur →

n1 normal à cette droite.
c. Écrire l’équation cartésienne de la droite (AC) et donner un vecteur −

n2 normal à cette droite.

x0
d. On considère un point M du plan. On note A′ le projeté orthogonal du point M sur la droite (BC), B′ le projeté
y0
orthogonal de M sur la droite (AC) et C ′ le projeté orthogonal de M sur la droite (AB). Trouver les coordonnées des
points A′ , B′ , C ′ .
e. Montrer que les points A′ , B′ , C ′ sont alignés si et seulement si le point M se trouve sur le cercle C.
Solution :

a
a. L’équation d’un cercle est de la forme x2 + y2 + αx + βy + γ = 0. En
0 b c et un vecteur normal à cette droite est →

n1 . La droite (AB) a pour
c
traduisant que A , B , C sont sur le cercle, on trouve le système
a 0 0 équation cartésienne
 (AB) : ax + by − ab = 0


aβ + γ = −a2


 a




bα + γ = −b2 et un vecteur normal à cette droite est →
n−2 .

cα + γ b
= −c2

En résolvant, on en tire α, β, γ et l’équation du cercle : c. Par un calcul d’intersubsection (B′ = M0 + λ→ −


n1 ) et B′ ∈
2
c(cx0 − ay0 + a )
a2 + bc a2 + c2
C : x2 + y2 − (b + c)x − y + bc = 0 (AC), on trouve que B′ . De même, en no-
a a(−cx0 + ay0 + c2 )

a2 + c2

x x tant C ′ le projeté orthogonal de M0 sur (AB), on trouve que
b. Si M 0 , en notant A′ le projeté de M0 sur (BC), on a A′ 0 . La
y0 0 2
b(bx0 − ay0 + a )
′ a2 + c2
droite (AC) a pour équation cartésienne : C
a(−bx0 + ay0 + b2 )

a2 + b2
(AC) : ax + cy − ac = 0

108
d. Les trois points A′ , B′ , C ′ sont alignés si et seulement si c’est à dire si et seulement si le point M est sur le cercle circonscrit
−−−→ −−−→ au triangle (ABC).
Det(A′ B′ , A′C ′ ) = 0, c’est à dire si et seulement si après calculs :
a2 + bc
x20 + y20 − (b + c)x0 − y0 + bc = 0
a

Exercice 2.59 Dans le plan, on considère un cercle C et un point O de ce cercle. Déterminez l’ensemble des projections
orthogonales du point O sur les tangentes au cercle C.
Solution :

1. Choix du repère. Notons Ω le centre du cercle. Considérons le Notons Hθ la projection orthogonale du point O sur la droite T θ .
→− →− →
− OΩ −n cos θ dirige la normale en M , H = O + λ→
repère orthonormé direct R = (O, i , j ) avec i = . Dans Puisque le vecteur → sin θ θ θ
−n .
kOΩk
R
ce repère, Ω et l’équation du cercle C s’écrit Comme le point H appartient à la droite T θ , on trouve λ = R(1 +
0
cos θ), on obtient les coordonnées polaires du point Hθ :
(x − R)2 + y2 = R2 ρ = R(1 + cos θ)

a + R cos θ
2. Soit θ ∈ [0, 2π] et Mθ un point du cercle. L’équation On reconnaı̂t une cardioı̈de.
R sin θ
cartésienne de la tangente au point Mθ au cercle s’écrit
(T θ ) : cos θ(x − R) + sin θy = R

Exercice 2.60 On considère deux cercles C et C′ . Déterminer le lieu du milieu des points M ∈ C et M ′ ∈ C′ tels que les
tangentes aux cercles en M et M ′ soient orthogonales.
Solution :

Considérons le repère d’origine


le centre du premier cercle et tel que le centre c’est à dire θ′ = kπ − θ. Alors le milieu de [MM ′ ] a pour affixe :
a
du deuxième cercle soit M . L’équation des deux cercles est alors :
0 1  a  r + iεR  iθ a
Z= a + reiθ + Rei(kπ−θ) = + e = + ρei(α+θ)
 2 2 2 2


C : x2 + y2 = r 2


C′ : où ε = ±1 et
(x − a)2 + y2 = R2
r + iεR 
le point M est d’affixe z = reiθ et le point M ′ d’affixe z′ = a + Re iθ′ = ρeiα
− sin θ → . Les 2
′ →− −′ − sin θ′
tangentes en M et M sont dirigées par les vecteurs u et u . a/2
cos θ cos θ′ Lorsque θ varie entre 0 et 2π, le point P décrit le cercle de centre (milieu
0
Les tangentes sont orthogonales si et seulement si
1√ 2
sin θ sin θ′ + cos θ cos θ′ = sin(θ − θ′ ) = 0 des centres des deux cercles) et de rayon ρ = r + R2 .
2

Exercice 2.61 On considère dans le plan euclidien un cercle de centre Ω et de rayon R. Soit M un point du plan. On appelle
puissance de M par rapport au cercle C, le réel
−−−→
πC (M) = kΩMk2 − R2

a. On considère une droite passant par M et qui coupe le cercle C en deux points A et B. Montrer que
−−→ −−→
πC (M) = MA. MB

b. On considère deux cercles non-concentriques C et C ′ et l’on appelle axe radical l’ensemble des points M du plan
vérifiant πC (M) = πC (M ′ ). Montrer que cet ensemble est une droite orthogonale à la droite joignant les centres des
cercles.
Solution :

109
M
+
A
+

B
+ +

A′
F. 2.4 – Exercice ??

a. Introduisons le point A′ symétrique de A par rapport à Ω. En utilisant b. On se place dans un repère orthonormé dans lequel :
−−→ −−→
que [AA′ ] est un diamètre, donc que BA. BA′ = 0, calculons (C) : x2 + y2 = R2 (C ′ ) : (x − d)2 + y2 = r 2
−−→ −−→ −−→ −−−→′ −−→
MA. MB = MA.( MA + A′ B) 0 ′ d
−−→ −−−→ où Ω et Ω sont les centres des cercles de rayon R et r. On calcule
= MA. MA′ 0 0
−−−
→ −−→ − → −−−→
−−
= ( MΩ + ΩA).( MΩ + ΩA′ ) πC (M) = πC (M ′ ) ⇐⇒ x2 + y2 − R2 = (x − d)2 + y2 − r 2
→ −−→ −−−→ −−→ −−−→
−−−
= kMΩk2 + MΩ.(ΩA + ΩA′ ) + ΩA.ΩA′ ⇐⇒ 2dx = R2 + d2 − r 2
2 2
= kMΩk − R
= πC (M) On trouve l’équation d’une droite orthogonale à (ΩΩ′ ).

Exercice 2.62 Par le sommet A d’un carré ABCD, on mène une droite qui rencontre la droite (BC) en E et la droite CD en F.
Démontrer que la droite qui joint le point F au milieu I du segment [BE] est tangente au cercle inscrit au carré et rencontre la
droite (DE) en un point M situé sur le cercle circonscrit au carré.

D C F

E
M

A B
r_63

Solution :

On considère le repère orthonormé d’origine
le centre
du
carré et d’axes pa- a(2 − m) a

−a a a −a et F m . Puis les coordonnées de I . Ensuite l’équation
rallèles aux axes du carré. Alors A , B , C , D . On considère la a (m − 1)a
−a −a a a
droite qui passe par A, E, F. En notant m sa pente, son équation cartésienne cartésienne de la droite (FI) :

a
est y + a = m(x + a). On en déduit les coordonnées de E (FI) : m(m − 2)x + 2(1 − m)y + a(m2 − 2m + 2) = 0
(2m − 1)a

On calcule la distance de l’origine à cette droite :

a|m2 − 2m + 2|
d(O, (FI)) = p
m2 (m − 2)2 + 4(m − 1)2

110
mais comme (m2 −2m+2)2 = m2 (m−2)2 +4(1−m)2 = m4 −4m3 +8m2 −8m+4, m2 − 2
Comme M ∈ (FI), on tire λ = − et ensuite
on trouve que cette distance vaut a et par conséquent, la droite (FI) est bien m2 − 2m + 2
tangente au cercle inscrit dans le carré. Cherchons ensuite les coordonnées
a(m2 − 2)
−−→ 2a −−→ x − m2 − 2m + 2
du point M. DE , M = D + λDE d’où si M , M
2(m − 1)a y a(m2 − 4m + 2)
− 2
m − 2m + 2



x = (2λ − 1)a


y On vérifie ensuite que d(O, M)2 = 2a2 .
= [1 + 2(m − 1)λ]

Exercice 2.63 On considère un cercle de centre 0 et de rayon 1. On considère un diamètre [AB] de ce cercle et un point C
sur le cercle différent de A et de B. On appelle D le point de la droite (AC) qui se projette orthogonalement sur (AB) en 0.
La tangente au cercle au point C coupe la droite (AB) en un point P. Montrer que les droites (AC), la perpendiculaire à [AB]
issue de P et la perpendiculaire à (BD) issue de B sont concourantes.

C + I
D +
+
+ + +
A B P


Solution :

−1
Dans le repère orthonormé centré en O, d’axe (Ox) parallèle à [AB], A , diculaire à (BD) passant
par B et de la perpendiculaire à (AB) passant par
0 tan θ/2 −−→
→− →−
P : I = B + λ n où n est orthogonal au vecteur BD. En utilisant que
1
1 cos θ
B , C , on calcule l’équation cartésienne de la droite (AC) :
0 sin θ xI = 1/ cos θ, on trouve que

(AC) : sin θx − (cos θ + 1)y + sin θ = 0


1/ cos θ
I
0 tan θ
Puis on trouve les coordonnées de D . La tangente en C a pour
tan θ/2

équation cartésienne Il ne reste plus qu’à vérifier que ce point appartient à la droite (AC) :
T θ : cos θx + sin θy = 1
sin θ sin θ
− (cos θ + 1) + sin θ = 0
1/ cos θ cos θ cos θ
et on trouve le point P . On note I l’intersubsection de la perpen-
0

Exercice 2.64 Soient [AB] et [PQ] deux diamètres d’un cercle C. Par le point A on mène la parallèle à (PQ) qui rencontre
au point C le cerlce et en I la droite joignant le point Q au symétrique P′ de P par rapport à AB. Soit H le point de rencontre
de la droite (AQ) et de la perpendiculaire à (AB) menée par le point I. Montrer que les points P, C et H sont alignés.
Solution :

−1 1 cos θ − cos θ
On se place dans le repère orthonormé avec A , B , P , Q , trouve λ = 2 cos θ et finalement
0 0 sin θ − sin θ

cos θ
−−→ −1 + λ cos θ cos(2θ)
P′ . On cherche C = A + λOP avec xC2 + yC2 = 1 et l’on C
− sin θ λ sin θ sin(2θ)

−−→
On cherche ensuite les coordonnées de I = A + λOP avec yI = − sin θ ce qui

111
H
+

C
+ P
+
A + +
B
+ +
I Q P′

F. 2.5 – Exercice ??

donne λ = −1 et Puisque

−(1 + cos θ) −−→ cos θ(2 cos θ + 1) −−→ 2 cos θ + 1
I HQ 1 − 2 cos θ HP 1 − 2 cos θ
− sin θ sin θ cos θ sin θ
1 − cos θ 1 − cos θ
−−→ on voit que ces deux vecteurs sont colinéaires et donc les trois points P, Q,
Cherchons ensuite les coordonnées de H = A + λQA. Puisque xH = xI , on
cos θ H sont alignés.
trouve que λ = et ensuite
1 − cos θ

−(1 + cos θ)
H sin θ cos θ

1 − cos θ

2.7.5 Coordonnées polaires

Exercice 2.65
Déterminer l’équation polaire d’un cercle C de centre (α, β) et de rayon R > 0.
Solution :

Une équation cartésienne de C est : (x − α)2 + (y − β)2 = R2 , r 2 − 2r (α cos θ + β sin θ) = R2 − α2 − β2 .




 x = r cos θ
ce qui donne, passant en coordonnées polaires   :
y = r sin θ

Exercice 2.66
On considère la courbe C dont une équation polaire est ρ2 = a cos 2θ, où a ∈ R∗ . Déterminer les cercles passant par O et
tangents à C.
Solution :

Exercice 2.67 Déterminer une équation normale et une équation polaire des droites d’équation cartésienne :
√ √
1. y = 3x 2. x + y + 2 = 0 3. x + 3y − 1 = 0

Solution :

112
√ √ √   √
π π π
1. L’équation normale de la droite d’équation y = 3x est 23 x − 12 y = x cos 4 + y sin 4 + − θ = − 2. Une
2 = 0. On a donc : r cos 4
0. Si (r, θ) est un couple de coordonnées polaires pour (x, y), on √
2


 x = r cos θ √ équation polaire de la droite est alors : r =   , c’est à
a :  et r 23 cos θ − 12 r sin θ = 0, ce qui amène : cos π − π4 + θ
y = r sin θ √
π π dire : r =  2 
r cos 3 + θ = 0 c’est à dire r = 0 ou θ = 3 [π] . cos 3π +θ
4

2. De la même façon, l’équation normale de la droite d’équation x +


√ √ √ 3. Par la même méthode, on trouve : r = 1  .
y + 2 = 0 est 22 x + 22 y + 2 = 0, ce qui s’écrit encore : 2 cos π −θ
3

Exercice 2.68 Déterminer une équation polaire des cercles suivants donnés par leur équation cartésienne. En déduire leur
centre et leur rayon :

1. x2 + y2 − 3x − 3y = 0 2. x2 + y2 − 12x + 2y = 0

Solution :

3 2
1. Passant en coordonnées polaires, l’équation devient : r 2 − 2 .
3r (cos θ + sin θ) = 0 ce qui s’écrit aussi : r = 3 (cos θ + sin θ) ou  
√ √ √  √   2. De la même façon, on prouve que : r = 4 cos θ − π6 est une
r = 3 2 22 cos θ + 22 sin θ , c’est à dire : r = 3 2 cos θ − π4 .
 √  équation polaire du second cercle. Son
 rayon
 est donc 2 et son centre
Son centre admet donc comme coordonnées polaires 3 2 2 , π4 , c’est admet comme coordonnées polaires 2, π6 c’est à dire comme coor-
  √ 
à dire comme coordonnées cartésiennes : 32 , 23 et son rayon vaut : données cartésiennes : 3, 1

2.7.6 Lignes de niveaux

Exercice 2.69
Soient deux points distincts du plan A et B et soit k un réel. Étudier l’ensemble des points M du plan tels que MA2 − MB2 = k.
(Aide : On pourra considérer I le milieu de [AB].)
Solution :
−−→
On a la série d’équivalence : et, appliquant le cours, M est élément de la droite normale à AB passant par

→ −
−→
MA2 − MB2 = k le point P tel que : IP = α −AB
−→ .
    2 AB
−−→ −−→ −−→ −−→
⇐⇒ MA − MB . MA + MB = k
 
 

−−→  −−→ −
→ − → 
⇐⇒ −AB. 2 MI + IA +
| {z }IB  = k

 


= 0 car I est le milieu de [AB]
−−→ −−→ k
⇐⇒ AB. IM =
2

Exercice 2.70
Soient A et B deux points du plan non nécessairement distincts et soit un réel k. Étudier l’ensemble Ck des points M du plan
−−→ −−→
tels que MA. MB = k.
Solution :
−−→ −−→ −−→ 2
Si A et B sont confondus, alors l’égalité MA. MB = k s’écrit AM = k et

Ck est le cercle de rayon k et de centre A si k > 0, Ck est réduit au point
A si k = 0 et Ck = ∅ si k < 0. Supposons que A et B sont distincts. Soit I le

113
→ 2

milieu de [AB]. On a la série d’équivalences : Par conséquent, notant R = k + IA , Ck est le cercle de centre I et de rayon
−−→ −−→ √
MA. MB = k R si R > 0 , Ck = {I} si R = 0 et Ck = ∅ si R < 0.
   
−−→ −→ −−→ − →
⇐⇒ MI + IA . MI + IB = k
 
 
−−→ −−→ −−→  
 −
→ − →  − →− →
⇐⇒ MI. MI + MI.  IA +
| {z }IB  + IA.
 IB = k
 


= 0 car I est le milieu de [AB]
−−→ 2 −

2
⇐⇒ MI − IA = k
−−→ 2 − → 2
⇐⇒ MI = k + IA

Exercice 2.71 Soient A et B deux points distincts du plan, →


−u et →
−v deux vecteurs distincts de plan. Déterminer les points M
du plan tels que :
−−→ → −−→ −
AM · −u = BM · → v

Solution :
−−→ − →
On a : Posons α = BA·→ v et −w =→ −u −→−v . Appliquant le cours, l’ensemble des points
−−→ → −−→ − −−→ → −−→ −
AM · −u = BM · → v M du plan vérifiant AM · u = BM · →
− v est la droite de vecteur normal →−
w
  −−→ α→ −
−−→ → −−→ −−→ → w
⇐⇒ AM · u = BA + AM · −v
− passant par le point P tel que : AP = →−
w
.

−−→ → −v  = −
−→ −
⇐⇒ AM · −u − → BA · →v

Exercice 2.72 Soient A et B deux points distincts du plan et →


−u un vecteur non nul. Déterminer les points M tels que
−u .−
1. →
−→ − −−→
AM + → u . BM = 0
−−→ −u , −
−→
2. Det( u , AM) + Det(→
→− BM) = 0
Solution :

Notons I le milieu de [AB]. 2.


1.
Det(→−u , −
−→ −u , −
AM) + Det(→
−→
BM) = 0
−u .−
→ −→ − −−→
AM + → u . BM = 0    
    ⇐⇒ −u , −
det →
→ −−→
AI + IM + det → −u , −
→ −−→
BI + IM = 0
⇐⇒ −u · −
→ → −−→ − −
AI + IM + →
→ −−→
u · BI + IM = 0  
⇐⇒ −u , −
det →
−→
IM = 0 car I est le milieu de [AB]
⇐⇒ −u · −
→ −→
IM = 0 car I est le milieu de [AB]
Par conséquent l’ensemble recherché est la droite de vecteur normal et l’ensemble recherché est cette fois ci la droite dirigée par →
−u et

−u passant par I. passant par I.

114
Chapitre 3
Géométrie élémentaire de l’espace
pace
3.1 Préambule
Dans tout ce chapitre on notera E l’ensemble des points de l’espace et V l’ensemble des vecteurs de l’espace.

De la même façon que dans le plan, les vecteurs de V sont additionnables et on peut les multiplier par des scalaires réels.
Pour résumer l’ensemble des propriétés de cette addition et de cette multiplication, qui sont les mêmes que pour les vecteurs
du plan, on dit que le triplet (V , +, .) possède une srtucture d’espace vectoriel sur R.

D́ 3.1 ♥ Vecteurs coplanaires


Trois vecteurs non nuls sont coplanaires si l’un des trois est élément du plan engendré par les deux autres (ou ce qui est
équivalent si l’un de trois est combinaison linéaire des deux autres).

Remarque 3.1 : En prenant la négation de ce qui précède : trois vecteurs sont non coplanaires si et seulement si ils ne sont
pas linéairement dépendants.

D́ 3.2 ♥ Base de l’espace

Un triplet de vecteurs de V : (→
−u ,→
−v ,→

w) est une base de V si il est formé de trois vecteurs non coplanaires.

P 3.1 ♥
space Soit (→
−u ,→
−v ,→

w) une base de V . tout vecteur →−x de V s’exprime comme une combinaison linéaire unique des 3 vecteurs →
−u ,→
−v
→−
et w c.a.d :
∀x ∈ V , ∃!(α, β, γ) ∈ R3 : → −x = α→
−u + β→
−v + γ→

w
Le triplet (α, β, γ) est appelé coordonnées de →
−x dans la base →
−u ,→
−v ,→
−w). On notera :
 
α α
→ −x  β  ou aussi →
−x β ou → −x (α, β, γ)
 
γ γ

115
Preuve : des trois : α − α′ , β − β′ , γ − γ′ ne soit pas nul, par exemple
– Soit P le plan engendré par → −u et →
−v . Soit −
→ le projeté du
m 0 α − α′ , alors
→− →

vecteur m sur P parallèlement à w. Il existe γ ∈ R tel que →
−u = β−β′ →
− γ−γ′ →



m =− m→ + γ→ −
w. Comme − → est élément du plan engendré
m v + w
0 0 α−α′ α−α′
par u et v , il existe (α, β) ∈ R2 tel que −
→− →
− → = α→
m 0
−u + β→ −v .
→− →
− →
− →

Donc m = α u + β v + γ w. et →
−u est alors combinaison linéaire de →
−v et →
−w, et est donc
– Ce triplet est unique : Si il existe un autre triplet coplanaire à ces deux vecteurs, ce qui est contradictoire
(α′ , β′ , γ′ ) ∈ R3 vérifiant →−m = α′→ −u + β′→−v + γ′→−
w alors avec notre hypothèse de départ. Le triplet (α, β, γ) est donc


(α − α′ )→ −u + (β − β′ )→
−v + (γ − γ′ )→

w = 0 . Supposons qu’un unique.

D́ 3.3 ♥

Soit B(→−u ,→
−v ,→

w) une base de V . Si les vecteurs →
−u ,→
−v ,→

w sont deux à deux orthogonaux, on dit que la base B est orthogo-
nale. Si ils sont de plus unitaires, on dit que B est orthonormale.

3.2 Mode de repérage dans l’espace


3.2.1 Coordonnées cartésiennes
Définitions z

zM

M
b

~k

~i ~j
yM
y
xM

D́ 3.4 ♥  − →  − → 
On dit que le quadruplet R O,→ u , −v ,→

w ∈ E × V 3 est un repère de l’espace E si et seulement si →u , −v ,→

w est une base
de V . O est appelé origine du repère R. − → 
• Le repère R est dit orthogonal si et seulement si la base → u , −v ,→

w est orthogonale.
− → 
• Le repère R est dit orthonormal si et seulement si la base → u , −v ,→

w est orthonormale.

116
P 3.2 ♥ Coordonnées d’un point dans un repère cartésien
 −
→ − →
− →
Soit R O, i , j , k un repère cartésien de l’espace. Soit M ∈ E un point de l’espace. Il existe un unique triplet (α, β, γ) ∈
−−→ →
− →
− →

R3 tel que OM = α i + β j + γ k . Ce triplet s’appelle les coordonnées de M dans le repère R. On le note :
 
α α
 
M β ou M  β  ou aussi M(α, β, γ)
 
γ γ

Preuve : C’est une conséquence directe de la proposition 90

Remarque 3.2 : La donnée d’un repère R de E permet de construire l’applicaton :

θ : E −→ R 3
α

M 7−→ β

γ

où (α, β, γ) sont les coordonnées de M dans R. Cette application est bijective et permet d’identifier E et R3 . De même, on
peut identifier V et R3 .

Calcul algébrique avec les coordonnées

P
 3.3 ♥ Calculs avec les coordonnées

− → − →− −u et →
Soit R O, i , j , k un repère cartésien de l’espace. Soient →
−′
u des vecteurs de coordonnées, dans R :

x −′ x′

−u y
→ et u y

z z

−u + β→
Soient α, α′ ∈ R. Les coordonnées du vecteur α→
−′
u sont :


− αx + βx′

− ′
α u + βu αy + α′ y′

αz + α′ z′

−u = x→ − →
− →

Preuve : Par définition, on a : → i + y j + z k et ce qui prouve le résultat.

−′ →
− →
− →

u = x′ i + y′ j + z′ k . Par conséquent :
−u + β→
α→
−′ →
− →

u = αx + βx′ i + αy + α′ y′ j + αz + α′ z′ k
→−

Norme d’un vecteur, distance entre deux points dans un repère orthonormé

D́ 3.5 ♥

117
−u un vecteur de V possédant −
Soit →
−→ −u et on note →
AB comme représentant dans V où A, B ∈ E . On appelle norme de → −u la
longueur AB.

P
 3.4 ♥ Expression de la norme d’un vecteur dans un repère orthonormal

− →− → −
Soit R O, i , j , k un repère orthonormal de l’espace et →−u un vecteur de coordonnées →
−u (x, y, z) dans la base associée à
ce repère. On a :
→ q
−u = x2 + y2 + z2

−−→ −
Preuve : Soit M ∈ E tel que OM = → u . Soient : Par application du même théorème dans le triangle OMH, on
• H le projeté orthogonal de M sur le plan horizontal : a:

→− → −
O, i , j . OM 2 = OH 2 + HM 2 .
−→ →−
• I le point de (Ox) donné par : OI = x i .
−→ → − Par conséquent, on a :
• J le point de (Oy) donné par : OI = y j .
Par définition du projeté orthogonal, le triangle OMH est rec-
tangle en H. De plus, comme le repère R est orthonormal, le OM 2 = OI 2 + IH 2 + HM 2
triangles OIHest rectangle en I. Par application du théorème = x2 + y2 + z2
de Pythagore dans ce triangle, on a :
OH 2 = OI 2 + IH 2 . d’où le résultat.

C 3.5
→ − →
− → −
❤✱ Soient R O, i , j , k un repère orthonormal de l’espace, A (xA , yA , zA ) et B (xB , yB, zB ) des points de l’espace alors

q
AB = (xB − xA )2 + (yB − yA )2 + (zB − zA )2

−−→
Preuve : Les coordonnées du vecteur AB sont Appliquant à ce vecteur la formule précédente, on obtient le
résultat escompté.
x − xA
−−→ B
AB yB − yA

z B − zA

3.2.2 Coordonnées cylindriques et sphériques

D́ 3.6 ♥
Soient :

− → −
− →
• R O, i , j , k un repère orthonormal de l’espace

x
• M y un point de E .

z
 

− → −
• P le projeté orthogonal de M sur le plan (Oxy) muni du repère orthonormal P, i , j .

118
z z

M ρ M
ϕ
z
y y
r
θ θ
x P x P

(a) Coordonnées cylindriques (b) Coordonnées sphériques

ques F. 3.1 – Coordonnées cylindriques et sphériques

On appelle système de coordonnées cylindriques de M par rapport à R tout triplet de réels (r, θ, z) tel que :
−−→ → →

OM = r−u (θ) + z k

où : !
−[
→ −−→
• θ est une mesure de l’angle i , OP .

• →
−u (θ) est le vecteur → −u (θ) = cos θ→
− →

i + sin θ j
−−→
• r est le réel positif tel que OP = r→ −u (θ)
• z est la cote de M dans R.

Remarque 3.3 : (r, θ) est un système de coordonnées polaires pour P relativement à R0 .

P 3.6 ♥ Lien avec les coordonnées cartésiennes


 −

− → − →
Soit R O, i , j , k un repère orthonormal de l’espace, M un point de l’espace de coordonnées cartésiennes (x, y, z) dans
R et de coordonnées cylindriques par rapport à R : (r, θ, z). On a :



 x = r cos θ




 y = r sin θ



z = z

D́ 3.7 ♥
 −

− →− →
Soient R O, i , j , k un repère orthonormal de l’espace, M un point de l’espace et P son projeté orthogonal sur le plan
 

− →−
horizontal O, i , j .

On appelle
−−→système
de coordonnées sphériques de M par rapport à R tout triplet de réels (r, θ, ϕ) tel que :
• r = OM .
 

− → −
• (ρ, θ) est un système de coordonnées polaires de P par rapport au repère orthonormé direct O, i , j . Si M < (Oz) et si
M ∈ (Oz) θ peut être égal à n’importe quel réel.

119
!
−[
→ −−→
• ϕ est la mesure de l’angle k , OM élément de [0, π].
ϕ est appelé la colatitude du point M et θ la longitude.

Remarque 3.4 : !
→−[ −−→
– θ étant une mesure de l’angle orienté i , OP , il est défini modulo 2π.
 

− −−→
– L’angle k , OM n’est pas orienté car on n’a pas choisi d’orientation du plan (zOM). C’est pour cela que sa mesure est
donnée modulo π.
– On utilise parfois la latitude : π2 − ϕ à la place de la colatitude.

P 3.7 ♥ Lien avec les coordonnées cartésiennes


 −
→− →− →
Soient R O, i , j , k un repère orthonormal de l’espace, M un point de l’espace de coordonnées cartésiennes (x, y, z) dans
R et de coordonnées sphériques : (r, θ, ϕ). On a :



 x = r sin ϕ cos θ




 y = r sin ϕ sin θ



z = r cos ϕ

→− →
− →
− −−→ →

Preuve
 : Soit
 P le projeté orthogonal sur le plan horizon- et : u (θ) = cos θ i + sin θ j . On a : OP = ρ u (θ) et :

− → −
tal O, i , j . Soit (ρ, θ) un système de coordonnées polaires −−→ →−


− → −
 OM = r cos ϕ k + r sin ϕ→ −u (θ)
pour P par rapport au repère orthonormal direct R0 O, i , j →− →
− →

= r cos ϕ k + r sin ϕ cos θ i + r sin ϕ sin θ j

d’où le résultat.

3.3 Produit scalaire


3.3.1 Définition

D́ 3.8 ♥
Soient → −v deux vecteurs de V . Soient O, A, B trois points de E tel que : −
−u et → −→ − −−→ →
OA = →
u et OB = −v et P la plan contenant
ces 3 points. On appelle produit scalaire d u et v leur produit scalaire dans le plan P. En particulier, si →
→− →
− −u et →
−v sont non
nuls, on a :
→ −v = →
−u .→ −v  = →
−u ,→ −u . →
−v . cos θ
 
−−→ −−→
où θ est une mesure de l’angle OA, OB dans le plan P.

Remarque 3.5 :  
−−→ −−→
– Cette définition ne nécessite pas de définir une orientation dans la plan P et l’angle OA, OB ne doit pas nécessairement
être orienté.
−u 2 = →
– → −u .→
−u .

120
P 3.8 ♥
Deux vecteurs non nuls de V sont orthogonaux si et seulement si leur produit scalaire est nul.

Preuve : C’est une conséquence de la même propriété mais dans le plan.

3.3.2 Expression dans une base orthonormale


L 3.9 S
oient →
−u et →
−v deux vecteurs de V alors :
 

−u .→
−v = 1 → −v 2 − →
−u + → −u 2 − →
−v 2
2

Preuve : Sot P le plan vectoriel engendré par → −u et →


−v . Le Le produit scalaire des deux vecteurs →
−u et →
−v dans l’espace
→− →

vecteur u + v est élément de P. Les propriétés du produit coincide avec celui dans le plan P. On obtient donc la for-
scalaire dans le plan permettent d’écrire : mule annoncée.

− →
− 2 →
− 2 →
− 2 → − →

u + v = u + v + 2u.v

T́̀
 3.10 ♥ Expression du produit scalaire dans une base orthonormale

− →− →−
Soient R O, i , j , k un repère orthonormal de l’espace, (x, y, z) et (x′ , y′ , z′ ) les coordonnées respectives des vecteurs →
−u

et →
−v de V dans R. On a :
→−u .→
−v = xx′ + yy′ + zz′

Preuve : On a : → −u + →
−v (x + x′ , y + y′ , z + z′ ) et : Appliquant la formule établie dans le lemme, on obtient l’ex-
→ − 2 pression mentionnée pour le produit scalaire.
−u = x2 + y2 + z2 , →
2
v = x′2 + y′2 + z′2
et :
→ −v 2 2 2 2
−u + → = x + x′ + y + y′ + z + z′
= x2 + 2xx′ + x′2 + y2 + 2yy′ + y′2 + z2 + 2zz′ + z′2

3.3.3 Propriétés du produit scalaire

P 3.11 ♥ Symétrie du produit scalaire


[✱❤]
Le produit scalaire est symétrique : si →
−u et →
−v sont deux vecteurs de V alors :


−u .→
−v = →
−v .→
−u

Preuve : C’est clair en passant en coordonnées.

P 3.12 ♥ Bilinéarité du produit scalaire


_scal [❤❤]
Le produit scalaire est bilinéaire. Ce qui signifie que pour tout vecteurs →
−u , →

u1 , →

u2 , →
−v , →

v1 , →

v2 de V et pour tout réels λ1 , λ2 :

121
−u .(λ →
– → − →− →
−→ − →
−→ −
1 v1 + λ2 v2 ) = λ1 u .v1 + λ2 u .v2

u1 + λ2→
– (λ1→
− − −v = λ →
u2 ).→ −→ − →−→ −
1 u1 . v + λ2 u2 . v

Preuve : C’est clair en passant en coordonnées.

P
 3.13 ♥
→ − →
− → −
Soit B i , j , k une base orthonormale. Soit →
−u un vecteur de V de coordonnées (x, y, z) dans B. Alors :

−u .→
x =→
− −u .→
i y =→
− −u .→
j z =→

k

Preuve : Exercice...

3.4 Produit vectoriel


3.4.1 Orientation de l’espace, base orthonormale directe

direct indirect

~k ~i ~j

~i ~j ~k

Il existe plusieurs règles mnémotechniques pour fixer une orientation de l’espace. Parmi celles ci, donnons celle dite ”du
bonhomme d’ampère” :
→− →− → − −→ → − −−→ → −
Considérons (O, i , j , k ) un repère orthonormal de l’espace. Soient I,J et K des points de E tels que OI = i , OJ = j ,
−−→ → −
OK = k . On considère un ”observateur” placé les pieds en O et la tête en K qui a le point I devant lui.
→− →− → − →
− → − → −
– Le repère (O, i , j , k ) est dit direct si l’observateur a le point J à sa gauche. On dit aussi dans ce cas que la base ( i , j , k )
est directe.
→− →− → − →
− → − → −
– Le repère (O, i , j , k ) est dit indirect si l’observateur a le point J à sa droite. On dit aussi dans ce cas que la base ( i , j , k )
est indirecte.
Choisir une orientation de l’espace, c’est choisir de travailler avec les repères directs, ou avec les repères indirects. Si on
fixe un repère dans l’espace, on choisit une orientation.

Remarque 3.6 : Considérant une base de l’espace B :


– Si on échange deux vecteurs de B, on change l’orientation de B.
– Si on échange un des vecteurs de B avec son opposé, on change l’orientation de B.
– Si on effectue une permutation circulaire sur les élements de B on ne change pas son orientation.

122
D́ 3.9 ♥

Étant donnés un plan P et un vecteur normal → −n à ce plan, il existe une unique orientation du plan P tel que pour toute
base orthonormale directe ( u , v ) de ce plan, le triplet →
→− →
− −u ,→
−v ,→
−n ) forme une base orthonormale directe de E . On dit que le


plan P est orienté par n .

3.4.2 Définition du produit vectoriel


−u ∧ →
−v


−v


−u

F. 3.2 – Produit vectoriel de deux vecteurs dans l’espace fig:

D́ 3.10 ♥

On suppose qu’on a choisi une orientation de l’espace. Soient → −u et →


−v deux vecteurs de V . Soient P un plan de l’espace

− →−
contenant ces deux vecteurs et k un vecteur normal unitaire à P. Fixant k , on fixe une orientation de P. On appelle
produit vectoriel de →
−u et →
−v le vecteur, noté →
−u ∧ →
−v ou →
−u × →
−v , donné par


−u ∧ →
−v = det(→ −v )→
−u ,→ −
k.

→− →

Remarque 3.7 : fondamentale Il y a deux choix possibles pour un vecteur normal unitaire à P : k ou − k . Le produit
vectoriel dépend donc à priori du choix fait au départ pour ce vecteur normal.


Notons (→ −u ∧→ →− →−
− v ) le produit vectoriel construit en ayant choisi le vecteur k et ( u ∧ →
k


− v ) le produit vectoriel construit en
−k
→− →
− → − →
− → − →

ayant choisi le vecteur − k . Notons aussi det→ − ( u , v ) le déterminant des vecteurs u et v dans le plan P orienté par k et
k

− → − →
− → − →

− ( u , v ) le déterminant des vecteurs u et v dans le plan P orienté par − k .
det →
−k

− →− [
En choisissant le vecteur − k à la place du vecteur k , on change l’orientation de P, et donc le signe de l’angle orienté (→

u ,→
−v )

− →

ainsi que le signe du déterminant du couple ( u , v ). Mais ce changement de signe est compensé par le changement du vecteur

− →−
k en le vecteur − k . :

(→
−u ∧→ →
− →
− → −→ − →
− → − → − →

− v ) = det( u , v ) k = − det( u , v )(− k ) = ( u ∧ →


− v ).
k →
− →
− −k
k −k

C 3.14
❤❤

123
Si →
−u et →
−v sont deux vecteurs de V :

||→
−u ∧ →
−v || = | det(→
−u ,→
−v )| = ||→ [
−v ||.| sin(→
−u ||.||→ −
u ,→
−v )|

Preuve : C’est immédiat.

Remarque 3.8 :
[
– | sin(→

u ,→
−v )| ne dépend pas de l’orientation choisie pour le plan P contenant les deux vecteurs →
−u et →
−v .
→− →− →− →−
– || u ∧ v || est l’aire du parallélogramme construit à partir des vecteurs u et v .

C 3.15
❤✱
Deux vecteurs de V sont colinéaires si et seulement si leur produit vectoriel est nul.

Preuve : Évident.
→− → − →
− → − → − → −
Remarque 3.9 : Soient i et j deux vecteurs orthogonaux (resp. orthogonaux et unitaires) de V . Alors ( i , j , i ∧ j )
forme une base orthogonale (resp. orthonormale) directe de l’espace.

3.4.3 Interprétation géométrique du produit vectoriel


Soient →
−u et → −v des vecteurs de V et →−
w =→ −u ∧ →−v . On obtient →
−w à partir de →
−u et →
−v en composant :

1. La projection sur un plan P orthogonal à → −u . L’image de → −v par cette projection est un vecteur →

v1 de norme
→− →
−[ →

|| v || | sin( u , v )|. (Remarquons que cette dernière expression est indépendante de l’orientation de l’espace choisie).
2. La rotation d’angle π2 dans le plan P orienté par le vecteur normal → −u . Cela donne un vecteur → −
v2 de même norme

− →−
que v1 et directement orthogonal à u et v →−

3. L’homothétie de rapport ||→ −u || qui transforme →−


v2 en un vecteur →

v3 de norme ||→ [
−v || | sin(→
−u || ||→ −
u ,→
−v )| directement orthogonal
→− →− →
− →− →

à u et v . v est donc par définition égal à u ∧ v .
3

3.4.4 Propriétés du produit vectoriel

P 3.16 ♥ Antisymétrie du produit vectoriel

Le produit vectoriel est antisymétrique : si →


−u et →
−v sont éléments de V :


−v ∧ →
−u = −→
−u ∧ →
−v

Preuve : C’est une conséquence directe de l’antisymétrie du déterminant de deux vecteurs dans le plan.

Interlude

124
D́ 3.11 ♥

Soit f : V −→ V . On dit que f est linéaire si pour tout couple (→


−u ,→
−v ) de V 2 et tout réel λ,

f (→
−u + →
−v ) = f (→
−u ) + f (→
−v ) et f (λ→
−u ) = λ f (→
−u )

P 3.17 ♥

Soit f : V −→ V . f est linéaire si et seulement si, pour tout couple (→


−u ,→
−v ) de V 2 , et tout couple de réels (α, β) :

f (α→
−u + β→
−v ) = α f (→
−u ) + β f (→
−v ) .

Preuve : exo...

P 3.18 ♥
Une application composée de deux applications linéaires est encore linéaire.

Preuve : exo...

D́ 3.12 ♥

Une application f : V × V −→ V est dite bilinéaire si elle est linéaire en chacune de ses variables, ce qui signifie que pour
tout vecteurs →
−u , →
−v de V :
– Si on fixe u : f (→

− −u , .) : V −→ V est linéaire.

−v 7−→ f (→
−u ,→
−v )
– Si on fixe →
−v : f (.,→
−v ) : V −→ V est linéaire.

−u 7−→ f (→
−u ,→
−v )

Quelques exemples d’applications linéaires fort utiles pour ce qui vient...


−u un vecteur de V . Soient (O,→ − →− → − →−
Soit → i , j , k ) une base orthonormale directe telle que i et →
−u sont colinéaires et telle que
− →
→ − →−
( j , k ) est une base du plan orthogonale à u .

P 3.19 ♥
La projection orthogonale p sur le plan orthogonale à →
−u est linéaire.

Preuve : Soient → −v et →
−′
v deux vecteurs de V de coordonnées ordonnées (0, y′ , z′ ). Comme → −v +→−′
v admet (x+ x′ , y+y′ , z+z′ )

− →
− →− →
− →−
′ ′ ′ →−
respectives (x, y, z) et (x , y , z ) dans ( i , j , k ) alors p( v ) est comme coordonnées, p( v + v′ ) admet comme coordonnées


−v ) + p(→
le vecteur de coordonnées (0, y, z) et p( v′ ) est le vecteur de co- (0, y + y′ , z + z′ ) qui sont aussi celles du vecteur p(→ −′
v ).

125
−v ) + p(→
Par conséquent, p(→
−′ −v + →
v ) = p(→
−′
v ). Les coordonnées de p(λ→−v ) sont donc (0, λy, λz) qui sont exac-
tement les coordonnées de λp(→ −v ). Donc p(λ→−v ) = λp(→
−v ).


Soit λ un réel. Le vecteur λ v a pour coordonnées (λx, λy, λz). On a prouvé que p est linéaire.

P 3.20 ♥
π − →
→ −
La rotation r d’angle 2 dans le plan orienté (O, j , k ) est linéaire.

Preuve : Les vecteurs de ce plan sont ceux de coordonnées cette application en passant aux coordonnées, comme dans la
(0, y, z). Soit →
−v un vecteur de ce plan. L’image par r de →
−v est proposition précédente.
le vecteur de coordonnées (0, −z, y). On prouve la linéarité de

P 3.21 ♥
Soit k un réel non nul. L’homothétie hk de rapport k, qui à un vecteur →
−v de V associe le vecteur k→
−v est linéaire.

−v et →
Preuve : Soient →
−′
v deux vecteurs de V . Soit λ un réel :

hk (λ→
−v ) = k(λ→
−v ) = λh (→

k v)

−v + →
hk (→
−′ −v + →
v ) = k(→
−′ −v + k→
v ) = k→
−′ −v ) + h (→
v = hk (→
−′
k v ). ce qui prouve la linéarité de h.

Remarque 3.10 : En particulier l’homothétie h de rapport k = →
u est linéaire.
Ces trois exemples vont nous permettre de démontrer que le produit vectoriel est bilinéaire :

C 3.22
Le produit vectoriel est bilinéaire
L’application
ϕ : V × V −→ V
(→
−u ,→
−v ) 7−→ →
−u ∧ →
−v
est bilinéaire.

Preuve : Fixons →
−u dans V . L’application : Ces deux propriété découlent de l’antisymétrie du produit
vectoriel et de la linéarité de θ−→
−v . Par exemple pour la
θ→
−u : V −→ V

−x 7−→ →−u ∧ →
−x première égalité :
est linéaire comme composée des trois applications linéaires
p, r et h. Pour montrer que ϕ est bilinéaire, il faut encore mon- (→−u + →
−′ →
u ) ∧ −v = −→ −v ∧ (→ −u + →
−′
u ) = (−→ −u + →
−v ) ∧ (→ −′
u)=


trer que, pour → −v fixé dans V et pour tout → −u , u′ dans V et λ
réel,
−u + →
(→
−′ →
u ) ∧ −v = → −u ∧ →−v + →
−′ →
u ∧ −v et (λ→−u ) ∧ →−v = λ→−u ∧ →
−v θ−→ − →
→ −′
−v ( u +u ) = θ−→


−v ( u )+θ−→
→−′ →
− → − → − → −′ → − → − →
−′ →

−v (u ) = − v ∧ u − v ∧u = u ∧ v +u ∧ v

3.4.5 Expression dans une base orthonormale directe


T́̀
 3.23 ♥ Expression du produit vectoriel dans une base orthonormale
→− →− →−
Soit B i , j , k une base orthonormale directe. Soient → −u et →
−v des vecteurs de V de coordonnées respectives (x, y, z) et

(x′ , y′ , z′ ) dans B. Les coordonnées (X, Y, Z) de →


−u ∧ →
−v sont données par :

126

y y′ z z′ x x′
X = Y = X =
z z′ x x′ y y′

Autrement dit :

yz − y′ z
→ −v zx′ − z′ x
−u ∧ →

xy′ − x′ y

Preuve : On a :
 −  →
→ − 


−u ∧ →
−v = →
− →
− − →

−u = x→
→ − →
− →
− −v = x′→
− →
− →
− x i + y j + z k ∧ x′ i + y′ j + z′ k .
i + y j + z k et → i + y′ j + z′ k .

− → − →− →− − →
→ −
xx′′ i ∧ i + xy′ i ∧ j + xz′ i ∧ k
=
Utilisant la bilinéarité du produit vectoriel et les relations : →
− → − →
− → − →− → −
+yx′ j ∧ i + yy′ j ∧ j + yz′ j ∧ k
′→
− → − ′→
− → − ′→
− → −

− → − → − → − → − →
− → − → − → − → − → − − →
→ − → − →− → − → − →− k ∧ i + zy k ∧ j + zz k ∧ k
+zx
i∧ j = k j∧ i = −k j ∧ k = i k ∧ j = − i k ∧ i = j i ∧ k = − j′→ − →

= xy k − xz′ j

− →−
−yx′ k + yz′ i
→− → − → − → − → − → − → − →
− →−
i ∧ i = j ∧ j = k ∧ k = 0 +zx′ j − zy′ i
→− →− →

= yz′ − y′ z i + zx′ − z′ x j + xy′ − x′ y k
qui découlent du fait que B est une base orthonormale di-
recte, on peut écrire : ce qu’il fallait démontrer.

3.5 Déterminant ou produit mixte


3.5.1 Définition

D́ 3.13 ♥
Soient →−u , →
−v , →

wi trois vecteurs de l’espace V . On appelle déterminant ou produit mixte de ces trois vecteurs le nombre réel,
h→
− →− →− →
− →
− →−
noté u , v , w ou det u , v , w , et donné par :
− →  − →  −
det → w = →
u , −v ,→
− u ∧ −v .→
w

3.5.2 Expression dans une base orthonormale directe


T́̀
 3.24 ♥ Expression du déterminant dans une base orthonormale directe
→ − →
− → −
Soit B i , j , k une base orthonormale directe de V . Soient →
−u , →
−v , →

w trois vecteurs de V et soient (x, y, z), (x′ , y′ , z′ ) et
mixte
(x′′ , y′′ , z′′ ) leurs coordonnées respectives dans cette base. Alors :

 x x′ x′′
→
− →
− →− = x′′ y y′ ′′ z z′ ′′ x x′
det u , v , w = y y′ y′′ − y x + z y
z z′ x′ y′
z z′ z′′

127
Preuve : Il suffit de calculer le produit mixte de ces trois duit scalaire et le produit vectoriel de deux vecteurs dans une
vecteurs en utilisant les formules vues pour calculer le pro- base orthonormale directe.

Remarque 3.11 : Le moyen mnemotechnique suivant,a appelé règle de Sarrus, permet de calculer le déterminant de trois
vecteurs assez facilement :
x x′ x′′

y y′ y′′

z z′ z′′

x x′ x′′

y y′ y′′

3.5.3 Propriétés du produit mixte

P 3.25 ♥
Le produit mixte est antisymétrique
Soient →
−u , →
−v , →

w trois vecteurs de V .
• On change le signe du produit mixte de trois vecteurs en permutant deux de ces trois vecteurs :
− →  − → 
det →v , −u ,→

w = − det →
u , −v ,→

w (1)
− → −v  = − det → 
det →
u,−w,→ −u ,→
−v ,→

w (2)
− → −u  = − det → 
det →
w, −v ,→ −u ,→
−v ,→

w (3)
• Le produit mixte est invariant par permutation circulaire :
− →  − → −u  = det → −v 
det →
u , −v ,→

w = det →v,− w,→ −
w,→
−u ,→ (4)

On résume ces trois propriétés en disant que le produit mixte est antisymétrique.

Preuve : (2) se démontre de même.


• Démontrons (1) : • Pour démontrer (3), il faut se placer dans une base orthor-
− →  → −u  .→ normale directe de V et calculer, dans cette base, en utili-
det →
v , −u ,→

w = −v ∧ → −w
 → sant la formule 3.24, les trois déterminants :
= −−u ∧ →−v  .→−
w par antisymétrie du produit vectoriel
− →  − det → −v ,→
− −u  , det →
w,→ −
w,→ −v  et det →
−u ,→ −u ,→
−v ,→

w

= −→ u ∧ −v .→ w
− → 
= − det → u , −v ,→
−w sont égaux.

P 3.26 ♥ Le produit mixte est alterné



−u , →
−v , →

Soient
→
− →− →
−  w trois vecteurs de V . Si deux de ces trois vecteurs sont égaux alors le produit mixte de ces trois vecteurs :
det u , v , w est nul.

128
Preuve : Partant de l’égalité : soit :
− →  − →  − → 
det →v , −u ,→

w = − det →
u , −v ,→

w , 2 det →
u , −u ,→

w =0

si →
−u = →
−v , on a :
et donc :
− →  − →  − → 
det →
u , −u ,→

w = − det →
u , −u ,→

w , det →
u , −u ,→

w = 0.

D́ 3.14 ♥
Une application
→ ϕ : V 3 → R est dite trilinéaire si et seulement
− → si : 
• pour tout u , v fixé dans V × V , l’application : →
− →− −
w 7→ ϕ → u , −v ,→

w est linéaire.
→
− →−  →− →
− →− →
− 
• pour tout v , w fixé dans V × V , l’application : u 7→ ϕ u , v , w est linéaire.
− →  −v 7→ ϕ → 
• pour tout → u,−w fixé dans V × V , l’application : → −u ,→−v ,→

w est linéaire.

P 3.27 ♥
Le produit mixte est trilinéaire.

− → 
Preuve :   • Fixons maintenant → u,−
w dans V × V et montrons que
• Fixons → −u ,→
−v dans V × V et montrons que l’application : −v 7→ det →
l’application : ϕ : → −u ,→
−v ,→− 
w est linéaire. Il suffit
 
ϕ :→ −
w 7→ det → −u ,→
−v ,→
−w est linéaire. Soient α, α′ deux de remarquer que pour tout → −v dans V , comme le produit
→− →− − →  − → −v 

scalaires et w, w deux vecteurs de V . On a : mixte est antisymétrique, det → u , −v ,→w = − det →
− u,−w,→
et que l’application → −v 7→ − det → −u ,→−
w,→ −v  est, d’après le
 →   
ϕ α−w + α′→ w ′ = det →
− −u ,→
−v , α→w + α′→
− −
w′ premier point, linéaire.
→    • −u 7→ det →
On montre la linéarité de → −u ,→−v ,→− 
w de la même
= − →− →

u ∧ v . αw + α w ′→− ′
→ → − → → façon.
− →
− − ′ → − − ′
= α u ∧ v . w + α u ∧ v . w par linéarité du produit scalaire
− →  − → 
= α det → u , −v ,→

w + α′ det → u , −v ,→−w′
−  − 
= αϕ → w + α′ ϕ → w′

3.5.4 Interprétation géométrique


T́̀ 3.28 ♥ Trois vecteurs sont coplanaires si et seulement si leur produit mixte est nul

Soient →
−u , →
−v , →

w trois vecteurs de V . Ces trois vecteurs sont coplanaires si et seulement si leur produit mixte est nul.
→ −v  .→
Preuve : Si un des trois vecteurs → −u , →
−v , →

w est nul, le résultat −u ∧ → −
w=0
est clair. On suppose donc désormais qu’aucun de ces trois − → 
⇐ Supposons que det →u , −v ,→

w = 0. Alors si :
vecteurs n’est nul.
⇒ Supposons que → −u , →
−v , →

w sont coplanaires. Une des deux 1 →
−u et →−v sont colinéaires, il est clair que → −u ,→
−v ,→

w
assertions suivantes est alors vraie : sont coplanaires...(ces trois vecteurs sont éléments
1 → −u et →
−v sont colinéaires et on a donc → −u ∧ →−v = → −
0 ce du plan engendré par → −u et →

w.

− →− →− →− →
−  →−
qui entraine que det u , v , w = u ∧ v . w = 0. 2 →− →

Sinon, u ∧ v est un vecteur orthogonal au plan en-

−u et →
−v ne sont pas colinéaires et donc →
−u ∧ → −v est gendré par → −v et comme →
−u et → −v  .→
−u ∧ → −
w = 0, →

w est
2

− →

un vecteur orthogonal au plan engendré par → −u et aussi orthogonal à u ∧ v et est donc nécessairement

−v . Comme → − →− →−
w est élément de ce plan, u ∧ v est élément de ce plan.
orthogonal à →

w et nécessairement : det →
−u ,→
−v ,→−
w =
129


w


−v


−u
F. 3.3 – Interprétation du produit mixte fig:

T́̀ 3.29 ♥ Interprétation du produit mixte en terme de volume

Soient →
−u , →
−v , →

w trois vecteurs de V . Notons V le volume du parallélépipède P construit à partir de ces 3 vecteurs. On
a:  
V = det →
−u ,→
−v ,→

w

Preuve : Si les trois vecteurs sont coplanaires, le résultat est vecteurs →


−u et →
−v et son aire A est donnée par :
évident. On suppose donc que ce n’est pas le cas. Soient O,
A, B et C des points de l’espace tels que : → −v sin →
−u → −v  = →
−u ,→ −v
−u ∧ →

−u = −
→ −→
OA, −v = −
→ −→
OB et →
− −−→
w = OC
Le volume V de P est donc donné par :
• Soit H le projeté orthogonal de C sur la droite dirigée par

−u ∧ →
−v . OH est la hauteur du parallélépipède P. OH est V = A × OH
→ −v × → − → 
donnée par : = −u ∧ → −w cos →
u ∧ −v ,→

w
  − →  
OC cos →
−u ∧ → w = →
−v ,→
− w cos −u ∧ →
−v ,→

w = →−u ∧ →−v  .→−w
 
• Le parallélogramme formant base de P est portée par les = det → −u ,→ −v ,→
−w

3.6 Plans dans l’espace


3.6.1 Quelques rappels

D́ 3.15 ♥ Plan Vectoriel

Soient →−u et →
−v deux vecteurs non colinéaires de l’espace V . On appelle plan vectoriel porté (ou dirigé) par les vecteurs
→ −v l’ensemble, noté P, des vecteurs de V qui sont combinaisons linéaires de →
−u et → −u et →
−v :
n − −v | α, β ∈ Ro
P = α→
u + β→

Remarque 3.12 : On peut aussi définir un plan vectoriel en se donnant un vecteur →


−n non nul de V comme étant l’ensemble
→−
P des vecteurs orthogonaux à n :
n− −n = 0o
P= → u ∈ V |→ −u .→

On dit alors que →


−n est un vecteur normal au plan P.

130
D́ 3.16 ♥ Plan affine

Soient →
−u et →
−v deux vecteurs non colinéaires de l’espace V . On appelle plan affine porté (ou dirigé) par les vecteurs →
−u et
−v et passant par A l’ensemble, noté P, des points M de E tels que le vecteur −
→ −→
AM est combinaison linéaire de u et →
→− −v :

 
−−→
P = M ∈ E | ∃ (α, β) ∈ R2 : AM = α→
−u + β→
−v

Remarque 3.13 :
– Avec les notations précédentes : M est élément du plan affine passant par A et dirigé par →
−u et →
−v si et seulement si le vecteur
−−→ →− → −
AM est élément
→
− →−  plan vectoriel dirigé par u et v : P.
du
– Le couple u , v forme une base de P.
 − → 
– Le triplet A,→ u , −v forme un repère de P.
– On peut aussi définir un plan affine P d’une des deux façons suivantes :
• On se donne trois points non alignés A, B et C de E . On définit le plan affine passant par ces trois points comme étant le
−−→ −−→
plan affine passant par A et dirigé par les vecteurs AB et AC.
• On se donne un point A de E et un vecteur → −n de V . On définit le plan affine P passant par A et de vecteur normal N
−−→
comme étant l’ensemble des points M de E tels que AM appartient au plan vectoriel dont → −n est un vecteur normal.

3.6.2 Représentation paramétrique des plans

P 3.30 ♥ Équation paramétrique d’un plan


 −

− →− → −u  x→
Soit R O, i , j , k un repère de l’espace E . Soient : A (xA , yA , zA ) ∈ E , → −u , z→
−u , y→
 → −  − , y→
−u et v x→ −v , z→

−v deux vecteurs de
v

V . Soient M (x, y, z) un point de l’espace et P le plan affine passant par A et dirigé par → −u et →
−v . On a équivalence entre :

1 M est élément de P
−−→
2 il existe (α, β) ∈ R2 tel que AM = α→
−u + β→
−v .

3 il existe (α, β) ∈ R2 tel que :





 x = xA + αx→ −u + βx→−v




 y = y A + αy →
− + βy→−



u v
z = zA + αz→ −u + βz→−v

Le système :



 x = xA + αx→ −u + βx→−v




 y = yA + αy→−u + βy→−v



z = zA + αz→−u + βz→−v

est une équation paramétrique de P.

Preuve :

3.6.3 Représentation cartésienne


 −

− → − →
Pour tout ce paragraphe, on fixe un repère orthonormal direct R O, i , j , k de l’espace E .

131
P 3.31 ♥ − → 
Soit P un plan affine de E Soit A un point de P et →u , −v un couple de vecteurs directeurs de P. On a équivalence
entre :
1 M est élément de P.
 
−−→ − →
2 Le produit mixte det AM,→ u , −v est nul.

Preuve : C’est immédiat :


−−→
M ∈ P ⇐⇒ AM est combinaison linéaire de → −u et →
−v
−−→ − →
⇐⇒ AM, → u , −v sont coplanaires
 
−−→ − →
⇐⇒ det AM,→ u , −v

C 3.32 S
oient A (xA , yA , zA ), B (xB , yB , zB ), C (xC , yC , zC ) trois points non alignés de l’espace E . Alors M (x, y, z) ∈ E est élément du
plan affine P passant par A, B et C si et seulement si :

x − xA xB − xA xC − xA
y − yA yB − yA yC − yA = 0

z − zA zB − zA zC − zA

Preuve : −u = −
C’est une conséquence directe de la proposition précédente appliquée avec →
−→ −
AB et →
−−→
v = AC et en expri-
mant le produit mixte avec les coordonnées de ces vecteurs.

P 3.33 ♥

• Soit P un plan affine passant par un point A (xA , yA , zA ) de l’espace E et admettant le vecteur →
−n (a, b, c) comme vecteur
normal alors une équation cartésienne de P est :

a (x − xA ) + b (y − yA ) + c (z − zA ) = 0

• Réciproquement, l’ensemble des points M (x, y, z) vérifiant l’équation ax + by + cz = d où a, b, c, d sont des réels et où
a, b, c ne sont pas tous nuls est un plan affine de vecteur normal →−n (a, b, c) .

 
Preuve : • Si a , 0, posons A − da , 0, 0 sinon, si b , 0, posons
   
−−→ −
• M est élément de P si et seulement si AM et → n sont or- A 0, − bd , 0 sinon c , 0, et nous posons A 0, 0, − dc .
−−→ −
thogonaux et donc si et seulement si AM.→ n = 0. Expri- Comme le point M (x, y, z) vérifie l”équation ax + by + cz =
−−→ −
mant cette dernière égalité avec les coordonnées des vec- d, on a : AM.→ n = 0 et donc M est un point du plan passant
teurs considérés, on retrouve la formule proposée. par A et de vecteur normal →−n .

D́ 3.17 ♥ Équation normale d’un plan

132
Soit P un plan affine d’équation ax + by + cz = d. Comme dit plus haut, le vecteur →
−n (a, b, c) est un vecteur normal à P.
Si ce vecteur est de plus normé, c’est à dire si
→ 2
−n = a2 + b2 + c2 = 1

alors l’équation ax + by + cz = d est appélée équation normale de P.

Exercice 3.1 Tout plan de l’espace possède une et une seule équation normale.

Interprétation géométrique de l’équation normale


−−→
Soit P un plan et H le projeté orthogonal de l’origine O de R sur P. Posons : →
−u = −OH
−→ .
OH
Considérons les 3 angles non

orientés :
    →
− −
→− − →− −
α = i ,→
u , β = j ,→
u et γ = k ,→
u

On a donc :
→− − →
− − →
− −
cos α = i .→
u , cos β = j .→ u et cos γ = k .→ u
→− →− 2
et donc : u (cos α, cos β, cos γ). Comme u est unitaire, on a aussi : cos α + sin β + cos2 γ = 1. Par ailleurs :
2

−−−→ →
M (x, y, z) ∈ P ⇐⇒ HM.−u = 0
 
−−→ −−→ →
⇐⇒ OM − OH .−u = 0
  −→

− →
− →

x i + y j + z k − h→ −u = 0 où h = −
−u .→
⇐⇒ OH
⇐⇒ cos αx + cos βy + cos γz = h

Cette dernière égalité forme une équation normale de P.

Position relative de deux plans


 −

− → − →
L’espace est ici encore rapporté à un repère orthonormal direct R O, i , j , k .

D́ 3.18 ♥ Plans parallèles

Deux plans de l’espace sont parallèles si et seulement si ils admettent un vecteur normal non nul commun.

D́ 3.19 ♥ Plans perpendiculaires

Deux plans de l’espace sont perpendiculaires si et seulement si, se donnant un vecteur normal à chacun de ces plans, ces
vecteurs sont orthogonaux.

133
P 3.34 ♥ Caractérisation de la perpendicularité ou du parallelisme de deux plans à partir de leurs
équations cartésiennes respectives

Soient P et P ′ deux plans d’équations cartésiennes respectives :

ax + by + cz = d et a′ x + b′ y + c′ z = d′

Les vecteurs →
−n (a, b, c) et →
−n ′ (a′ , b′ , c′ ) sont donc, respectivement, des vecteurs normaux à P et à P ′ . On a :

1 P et P ′ sont parallèles si et seulement si il existe un réel λ , 0 tel que

a′ = λa, b′ = λb et c′ = λc

2 P et P ′ sont confondues si et seulement si il existe un réel λ , 0 tel que

a′ = λa, b′ = λb, c′ = λc et d′ = λd

3 P et P ′ sont perpendiculaires si et seulement si

aa′ + bb′ + cc′ = 0

Preuve : Soit :

1 P et P sont parallèles si et seulement si leurs vec-
teurs normaux sont colinéaires ce qui est se traduit en (λ − 1) (axA + byA + czA ) − d + d ′ = 0
termes de coordonnées par les 3 égalités ci dessus.
Et comme A est élément de P, on a aussi :
2 P et P ′ sot confondues si et seulement si, à la
fois, ils sont parallèles et si ils ont un point commun (λ − 1) d − d + d′ = 0
A (xA , yA , zA ). Le point précédent, ceci est équivalent
à : Ce qui prouve que d′ = λd
a′ = λa, b′ = λb, c′ = λc
et axA +byA +czA −d = a′ x3A +b′Les ′
zA −d
yA +cdeux ′
= 0sont perpendiculaires si et seulement
plans
On obtient alors : si leurs vecteurs normaux sont orthogonaux, ce qui
peut s’écrire, par →−n .→
−n ′ = 0 d’où l’égalité en écrivant

(λa − a) xA + (λb − b) yA + (λc − c) zA − d + d = 0 ce produit scalaire en coordonnées.

134
P 3.35 ♥
plans Soient P et P ′ deux plans de l’espace de vecteurs normaux respectifs →
−n et →
−n ′ . Si P et P ′ sont sécants alors leur
→− →− ′
intersection est une droite de vecteur directeur n ∧ n .

Preuve : Supposons que les deux plans sont sécants. Soit A L’ensemble des points M éléments de l’intersection des deux
un point de leur intersection. On a : plans forme donc bien une droite de vecteur directeur →
−n ∧→
−n ′ .
−−→
M ∈ P ∩ P ′ ⇐⇒ AM est orthogonal à → −n et à →
−n ′
−−→
⇐⇒ AM est colinéaire à →
−n ∧ →
−n ′

3.6.4 Distance d’un point à un plan

P 3.36 ♥ Distance d’un point à un plan


tplan
Soit P un plan défini par un point P et un vecteur normal →
−n . Soit A un point de l’espace et H son projeté orthgonal 1 On
appelle distance du point A au plan P la distance AH. On la note : d (A, P). C’est la plus petite distance du point A à un
point M de P :
∀M ∈ P, d (A, P) = AH 6 AM

Preuve : Soit M ∈ P. Le théorème de Pythagore appliqué . Comme HM 2 > 0, on a AH 2 6 AM 2 et donc AH 6 AM.


dans le triangle AHM permet d’écrire :
AH 2 + HM 2 = AM 2

135
A

H
M

Deux méthodes de calcul de la distance d’un point à un plan

T́̀ 3.37 ♥ Quand le plan est donné par un point et deux vecteurs directeurs

Soit P un plan défini par un point P et deux vecteurs directeurs →


−u et →
−v . Soit A un point de l’espace. On a :

 
(→ −→
−v ·−
−u ∧→ det →
−u ,→ −→
−v ,−
PA
) PA
d (A, P) = =
k→
−u ∧→
−v
k k→
−u ∧→
−v
k

Preuve : Soit H le projeté orthogonal de A sur P. Le vec- Par ailleurs :


−n = →
teur →
−u ∧→
−v
est un vecteur unitaire normal à P. Par
k −v k

−u ∧→
AH = AP · |cos θ|
−n et −
conséquent, les vecteurs →
−→ −→
AH sont colinéaires et :
= → −n · − AP

−−→
AH = AH→
−n . → −u ∧→−v −−→
= → · AP
k−u ∧→ −v
k
−−

Plaçons nous dans le plan défini par les (→−u ∧→−v ·AP
)
 points A, H et P. Soit =
−−→ −−→
θ une mesure de l’angle non orienté AH, AP . On a : k→−u ∧→−v
k
 
det → −→
−v ,−

−u ,→ PA

AH = AP · |cos θ| . =
k→
−u ∧→
−v
k

T́̀ 3.38 ♥ Quand le plan est donné par une équation cartésienne

On rapporte le plan à un repère orthornormal R. Soient P un plan d’équation cartésienne : ax + by + cz + d = 0 et


A (xA , yA , zA ) un point de l’espace. On a :
|axA +byA +czA +d|
d (A, P) = √
a2 +b2 +c2

Preuve :

3.7 Droites dans l’espace


3.7.1 Quelques rappels

136
D́ 3.20 ♥

– Soit →
−u un vecteur non nul de l’espace. On appelle droite vectorielle engendrée ou dirigée par →
−u l’ensemble D des
→−
vecteurs de l’espaces colinéaires à u :
n− −u o
D= →v ∈ V | ∃λ ∈ R : → −v = λ→

– Soient A un point et →
−u un vecteur de l’espace. La droite affine passant par le point A et de vecteur directeur →
−u est
−−→ → −
l’ensemble D des points M de l’espace tel que les vecteurs AM et u sont colinéaires :
 
−−→
D = M ∈ E | ∃λ ∈ R : AM = λ→ −u

Remarque 3.14 :
– La droite passant par le point A et de vecteur directeur →
−u est l’ensemble des points M du plan vérifiant :
−−→ → →

AM ∧ −u = 0
– Se donnant deux points A et B de l’espace, la droite de l’espace passant par les points A et B est la droite passant par A et
−−→
dirigée par AB
– D’après la proposition 118, l’intersection de deux plans affines non parallèles est une droite affine.

3.7.2 Représentation paramétrique

P 3.39 ♥ Représentation paramétrique d’une droite


Soit R un repère orthonormal de l’espace. Soit D une droite passant par un point A (xA , yA , zA ) et de vecteur directeur
−u  x→
→ −u , z→
−u , y→

−u . Une équation paramétrique de D est :




 x = xA + tx→ −u




 y = yA + ty→−u



z = zA + tz→−u

Preuve : Il s’agit d’une traduction en termes de coordonnées de l’égalité


∃λ ∈ R : →
−v = λ→
−u

3.7.3 Représentation cartésienne

P 3.40 ♥ Représentation cartésienne d’une droite


Soit R un repère orthonormal de l’espace. On se donne des réels a, b, c, d et a′ , b′ , c′ , d′ tels que les triplets (a, b, c) et
(a′ , b′ , c′ ) ne sont pas proportionnels. L’ensemble des points du plan dont les coordonnées vérifient le système :



ax + by + cz + d = 0


a′ x + b′ y + c′ z + d′ = 0

est une droite de vecteur directeur →


−n ∧ →
−n ′ où →
−n (a, b, c) et →
−n ′ (a′ , b′ , c′ ).
Réciproquement, toute droite admet au moins un système d’équations de ce type.

137
Preuve : Les triplets (a, b, c) et (a′ , b′ , c′ ) n’étant pas pro- une droite affine d’après la proposition 118.
portionnels, les vecteurs normaux au plan P d’équation Réciproquement, si D est une droite affine dirigée par → −u ∈ V
ax + by + cz + d = 0 et P ′ d’équation a′ x + b′ y + c′ z + d′ = 0 et passant →

par A ∈ V , complétant le vecteur v en un trièdre
− →
ne sont pas colinéaires et ces deux plans ne sont pas pa- direct →u , −v ,→
−x , il est clair que D est l’intersection des plans
 − →   − → 
rallèles. Leur intersection est, dont un système d’équations passant donnés par P A,→ u , −v et P A,→ u,−w . D admet
cartésiennes est donnée par le système précédent, forme donc donc bien un système d’équation du type indiqué.

3.7.4 Distance d’un point à une droite

P 3.41 ♥
Distance d’un point à une droite Soit D une droite de l’espace passant par le point P et de vecteur directeur → −u . Soit A
1
un point de l’espace et H son projeté orthogonal sur D . On appelle distance de A à D la distance AH. C’est la plus petite
distance de A à un point de D. Elle est notée : d (A, D)

Preuve : Voir la preuve de la proposition 119.

T́̀ 3.42 ♥
Soit D une droite de l’espace passant par le point P et de vecteur directeur →
−u . Soit A un point de l’espace. On a :

−−→

−u ∧PA

d (A, D) =
k→
−u
k

Preuve : Soient H le projeté orthogonal de A sur la droite D d’où l’égalité.


et P un point
 de cette
 droite. Soit θ une mesure de l’angle non
−−→ −−→
orienté PH, PA . On a : AH = AP |sin θ|. Par ailleurs, on a :
−→ − −−→
−u ∧ −
→ PA = →
u PA |sin θ|

3.7.5 Perpendiculaire commune à deux droites

D́ 3.21 ♥

• Deux droites affines de l’espace sont orthogonales si et seulement si leurs vecteurs directeurs le sont.
• Deux droites affines de l’espace sont perpendiculaires si et seulement si elles sont à la fois sécantes et orthogonales.

Remarque 3.15 : Si D et D ′ sont deux droites parallèles, il existe une infinité de perpendiculaires commune à ces deux
droites. Elle effet, elles sont contenues dans un même plan et il existe une infinité de droites perpendiculaires à ce plan.

138
D1

D2

P 3.43 ♥ Perpendiculaire commune à deux droites

Soient D et D ′ deux droites non parallèles, il existe une unique droite ∆ perpendiculaire à la fois à D et à D ′ . Cette droite
est appelée perpendiculaire commune aux deux droites D et à D ′ . Si de plus D est dirigée par → −u et si D ′ est dirigée par

−u ′ alors ∆ est dirigée par →
−u ∧ →
−u ′ .

Preuve : →
−u ′ ∧ →

w =→ −u . Ces deux plans ne sont donc pas parallèles.
Leur intersection est une droite affine ∆ qui est dirigée par
• Existence Soient → −u (resp. →−u ′ ) un vecteur directeur de D et →

w et donc perpendiculaire aux deux droites D et D ′ .
A (resp A′ ) un point de D (resp D ′ ). Posons → −w =→−u ∧ →−u ′ .
• Unicité Soit ∆′ une droite affine perpendiculaire aux deux
Comme les droites D et D ′ ne sont pas parallèles, leurs
droites D et D ′ . Alors un vecteur directeur → −
w ′ de ∆′ est
vecteurs directeurs ne sont pas colinéaires et donc → −
w est →
− →
− ′ →

orthogonal à la fois à u et à u . Autrement dit w ′ est co-
non nul. Notons P le plan donné par le triplet A,→ −u ,→

w et linéaire à →

w = →

u ∧ →

u ′
. De plus, ∆ ′
est incluse dans
 − →   →   →  le
P ′ le plan donné par le triplet A′ ,→ u ′, −
w . Un vecteur nor- − →− ′ −′ →
plan affine A, u , w ainsi que dans le plan A , u , w . Par −
mal à P est →−u ∧ →

w = −→ −u ′ et un vecteur normal à P ′ est conséquent ∆′ = δ.

P 3.44 ♥ Distance entre deux droites non parallèles


Soient D et D ′ deux droites non parallèles. Soient ∆ la perpendiculaire commune à ces deux droites, H le point d’intersec-
tion de ∆ avec D et H ′ le point d’intersection de ∆ avec D ′ . Pour tout points M de D et M ′ de D ′ , on a :
 
d H, H ′ 6 d M, M ′

avec égalité si et seulement si H = M et H ′ = M ′ . La distance d (H, H ′ ) est appelée distance de D à D ′ et se note d (D, D ′ ).

139
−−−→ −−−−→ ′
Preuve : MH dirige D et H ′ M ′ dirige D ′ . Ces deux vec- En particulier,
−−−→ on−−−
a : MM > HH ′ . On a égalité si et seule-
−−−→′ −

teurs sont donc orthogonaux à HH . Appliquant le théorème ment si MH + H M = 0, c’est à dire si et seulement si
′ ′

de Pythagore, on a : −−−→ −−− −→ → −


MH + H ′ M ′ = 0 ce qui équivaut à H = M et H ′ = M ′ .
2 2 2
−−−−→′ −−−→ −−− →′ −−−→′
′−
MM = MH + H M + HM

T́̀ 3.45 ♥
Soient D et D ′ deux droites non parallèles de vecteurs directeurs respectifs →
−u et →
−u ′ , passant respectivement par les points
M et M ′ . On a : → −−−→
−u ′ ,−
det −u ,→ MM′
′
d D, D =
k→
−u ∧→
−u ′
k

Preuve : Soit ∆ la perpendiculaire commune aux deux On a :


droites D et D ′ . Comme précédemment notons H le point  
formant l’intersection de D et ∆, ainsi que H ′ le point formant det →
−u ,→ −−−→′ 
−u ′ , − det → −u ′ , −
−u ,→ −−→ −−−→′ −−− ′−→′ 
−−−→ MM = MH + HH + H M
l’intersection de D ′ et ∆. On a : d (D, D ′ ) = HH ′ = HH ′ .  
−u ′ et − −−→ det → −u ′ , −
−u ,→ −−→
HH ′ Car → −u et −
−−→
MH ainsi que →−u
Les vecteurs → −u ∧ → HH ′ sont colinéaires donc =
 
→ −u ′  .−
−u ∧ → −−→′ →
HH = −u ′ −
−u ∧ → −−→′
HH = → −u ∧ →−u ′  .− −−→′
HH par définition du produit m


Par conséquent : −u ∧ → −u ′ −−−→′ →− →
−′

= HH car les vecteurs u ∧ u e
−−→ det → −−→
−u ′ ,−
(→ −u ′ .−
−u ∧→
) HH ′
−u ,→ HH ′
HH ′ = = d’où l’égalité.
k→
−u ∧→
−u ′
k k→
−u ∧→
−u ′
k

3.8 Sphères
3.8.1 Généralités

D́ 3.22 ♥ Sphère


Soient A un point de l’espace et R ∈ R∗+ un réel positif non nul. On appelle sphère de rayon R et de centre A l’ensemble,
noté S (A, R) des points de l’espace situés à une distance R de A :

S (A, R) = {M ∈ E | AM = R}

P 3.46 ♥
L’ensemble des points M de l’espace vérifiant
−−→ −−→
MA · MB = 0
est la sphère de diamètre [AB].

Preuve : Soit I le milieu de [AB]. Soit M ∈ E . On a :


−−→ −−→
MA · MB= 0 
−−→ − → −−→ − →
⇐⇒ MI + IA . MI + IB = 0

→− →
⇐⇒ kMIk2 − IA.IB = 0
⇐⇒ I M = IA 140
P 3.47 ♥ Équation cartésienne d’une sphère

Soit R un repère orthonormal de l’espace. La sphère de centre A (a, b, c) et de rayon R ∈ R∗+ admet comme équation
cartésienne :
(x − a)2 + (y − b)2 + (z − c)2 − R2 = 0

Preuve :

3.8.2 Sphères et plans

P 3.48 ♥
Soit S une sphère de centre A et de rayon R ∈ R∗+ . Soient P un plan de l’espace et H le projeté orthogonal de A sur P.
On a :
• Si d (A, P) > R alors P ∩ S = ∅.
• Si d (A, P) = R alors P ∩ S = {H}. p
• Si d (A, P) < R alors P ∩ S est le cercle de centre H et de rayon R2 − d2 (A, P)
Dans le deuxième cas, on dit que P est le plan tangent à la sphère S au point H.

Preuve : Soit M ∈ P. On a, par application du théorème de d (H, M)2 . Par conséquent, M ∈ S si et seulement si R2 =
Pythagore, d (A, M)2 = d (A, H)2 + d (H, M)2 = d (A, P)2 + d (A, M)2 = d (A, P)2 + d (H, M)2 .

À faire : Dessins ?

3.8.3 Sphères et droite


 −

− → − →
Soit R O, i , j , k un repère orthonormal de l’espace.
On étudie dans ce paragraphe l’intersection entre une sphère S et une droite D. Afin de simplifier le problème, on peut
→−
supposer que D est dirigée par le vecteur k , que O est le centre de S . Une équation cartésienne de S dans R est alors :
x2 + y2 + z2 = R2 où R ∈ R∗+ est le rayon de S .

− → −
D coupe le plan passant par O et dirigé par les vecteurs i et j en le point A (a, b, 0). Elle est donc paramétrée par :



 x=a




 y =b



z = t

P 3.49 ♥
Posons d = d (O, D). On a :
• Si d > R alors D et S ont une intersection vide.
• Si d = R alors D et S ont un point commun et un seul.
• Si d < R alors D et S ont exactement deux points en commun.

Preuve : On a : M (x, y, z) ∈ D ∩ S ⇐⇒ x = a, x = t et a2 + b2 + t2 = R2 . Comme d = a2 + b2 , on a :


b, z = t et x2 + y2 + z2 = R2 ⇐⇒ x = a, x = b, z = M (x, y, z) ∈ D ⇐⇒ t2 = R2 − d2 .

À faire : Faisceaux de plan pour une droite donnée dans l’espace ? Pas au programme mais utile dans
les exercices. Dans le cours ou en exo ?

141
3.9 Exercices
3.9.1 Produits scalaire, vectoriel et mixte

Exercice 3.2 Soient →


−u , →
−v et →

w trois vecteurs de l’espace. Montrer que :
−u ∧ →
→ −v ∧ →−  − →
w = → u .−
 − →
w → −v →
v − −u .→ −
w

Solution :
 −
→− →− →
Considérons un repère orthonormal direct O, i , j , k dans lequel les coor- et : ′ ′′
→ → → → a a 0
données de →
−u sont (a, 0, 0), celles de →
−v sont (a′ , b′ , 0) (il suffit pour cela que −u .→
− − − →− −
w v − u . v w = aa′′ b′ − aa′ b′′ = aa′′ b′ − aa′ b′′

− → − ′′
i et j engendrent un plan contenant → −u et →
−v ) et celles de →−
w sont (a′′ , b′′ , c′′ ). 0 c −aa′ c′′
On a alors :  
  d’où l’égalité.
  a  a′ a′′  a

b′ c′′ 0

−u ∧ →−v ∧ →
− 
 ′ ′′ 

w = 0 ∧  b ∧ b  = 0 ∧ −a c ′ ′′
= aa′′ b′ − aa′ b′′

0  0 c′′  0 a′ b′′ − b′ a′′ −aa′ c′′

Exercice 3.3
Soient →
−u , →
−v et →

w trois vecteurs de l’espace. Exprimer :
− → −u 
det →
u + −v ,→
−v + →

w,→

w +→
− → 
en fonction de det → u , −v ,→

w .
Solution :

Exercice 3.4
−a , →
Soient →
− → →−
b , −c , d quatre vecteurs de l’espace. Montrer que :
 −
−a ∧ →
det →
− →
b , −a ∧ → −a ∧ →
−c ,→ d =0

Solution :

Exercice 3.5
Soit → −v deux vecteurs orthogonaux et non nuls dans l’espace. Simplifier : →
−u et → −v  ∧ →
−u ∧ → −u .
Solution :

Exercice 3.6 On rapporte l’espace à une base orthonormale directe. Soient → −u , →


−v , →−
w et →−s quatre vecteurs de V . Montrer les
relations :
(→
−u ∧ →−v ).(→

w ∧→−s ) = (→
−s .→
−v )(→

w.→−u ) − (→
−s .→
−u )(→
−w.→ −v )

(→
−u ∧ → −v ) ∧ (→−
w ∧→−s ) = Det(→ −u ,→
−v ,→
−s )→

w − Det(→ −u ,→−v ,→−
w)→−s

Solution :

142
Exercice 3.7
1. Soient M, A, B, C des points de E . Montrer que
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
MA ∧ MB + MB ∧ MC + MC ∧ MA = AB ∧ AC

2. Déterminer l’ensemble des points du plan tels que


−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ −−→
MA ∧ MB + MB ∧ MC = 2 MC ∧ MA

Solution :

−−→ −−→ −−→


Exercice 3.8 Soit ABCD un tétraèdre. Quels sont les points M de l’espace tels que les déterminants Det(AB, AC, AD) et
−−→ −−→ −−→
Det(AB, AC, AM) sont égaux ?
Solution :

−u unitaire et une base orthonormale directe (→


− →− → −
Exercice 3.9 Dans l’espace, on considère un vecteur → i , j , k ).
−u ∧ →
a. Calculer α = k→
− 2 → →
− −u ∧ →
i k + k−u ∧ j k2 + k→
− 2
kk .

b. En déduire que l’une de ces trois normes est > 2/3.
Solution :

x 0 −z y
→− →− −
→ →
− − →
→ − −
→ α = 2(x2 + y2 + z2 ) = 2 puisque kuk2 = 1.
a. Notons u y . Alors u ∧ i z , u ∧ j 0 , u ∧ k −x . Par conséquent, √
b. Par l’absurde, si les trois normes étaient toutes < 2/3, on aurait
z −y x 0
2 = α < 2/3 + 2/3 + 2/3 = 2, ce qui est absurde.

−a , →
Exercice 3.10 Soient trois vecteurs →
− →
b , −c de l’espace.
a. Montrer l’identité de Jacobi :
−a ∧ (→
→ − → →−
b ∧ −c ) + b ∧ (→
−c ∧ →
−a ) + → −a ∧ →
−c ∧ (→ − →−
b) = 0

b. Montrer que

−a .→
−c → −
−a .→
→− →−
−c ∧ d ) = d
(→
−a ∧ b ).(→

−→ − →
−→ −
b. c b.d
Solution :

a. Utilisons la formule du double produit vectoriel : a1 → b
− 1 → c1

− −
b. Par le calcul dans une base orthonormée, a a2 , b b2 , c c2 , on
−a ∧ (→
→ − → →−
b ∧ −c ) + b ∧ (→
−c ∧ →
−a ) + → −a ∧ →
−c ∧ (→ −
b)
a3 b3 c3
= (→ −c )→
−a .→ − → →− − →
b − (−a . b )→
− −→
c + ( b .→

− −→
a )−c − ( b .→ −c .→
c )−a + (→
−→
b )−a − (→ −a )→
−c .→ −
b


= 0
143

→−a .→
−c −a .→
→ d
trouve que →
− − →
−→ −
b .→c b.d
= a1 c1 b1 d1 + a1 b2 c1 d2 + a1 b3 c1 d3
+a2 b1 c2 d1 + a2 b2 c2 d2 + a2 b3 c2 d3
+a3 b3 c3 d3 + a3 b1 c3 d1 + a3 b2 c3 d2
−a1 b1 c1 d1 − a2 b1 c1 d2 − a3 b1 c1 d3
−a1 b2 c2 d1 − a2 b2 c2 d2 − a3 b2 c2 d3
−a1 b3 c3 d1 − a2 b3 c3 d2 − a3 b3 c3 d2

− →
− → − →

( a ∧ b ).( c ∧ d ) = (a2 b3 −a3 b2 )(c2 d3 −c3 d2 )+(a3 b1 −a1 b3 )(c3 d1 −c1 d3 )+(a1 b2 −aEt
2 bon 1 d2 −c2que
1 )(cvérifie d1 )ces deux expressions sont identiques.

−a ,→
Exercice 3.11 On considère deux vecteurs (→

b b) de l’espace. Résoudre l’équation vectorielle

−x + → −x = →
−a ∧ → −
b

Solution :

Soit →
−x une solution. En prenant le produit scalaire avec →
−a , on trouve que d’où l’on tire (remplacer → −x par →
−a ∧ → − →
b − −x et →
−a .→ −a .→
−x par → −
b ) que :

−a .→
−x = → →−
−a . b

−x = 1 −
→ → − → − → −→ −→ −
→− −a k2 b − a ∧ b + ( a . b ) a
1 + k→
En prenant le produit vectoriel avec a , et en utilisant la formule du double
produit vectoriel, on obtient
On vérifie réciproquement en utilisant la formule du double produit vectoriel

−a ∧ →
−x + (→
−a .→
−x )→ −a k2→
−a − k→ −a ∧ →
−x = → −
b que ce vecteur est solution.

−a et →
Exercice 3.12 On considère deux vecteurs →

b non-nuls et orthogonaux. Résoudre l’équation vectorielle :
 →


→− → −
x ∧ a = b

→
 − →
b ∧ −x = → −a

Solution :
−x un vecteur solution. On calcule →
Soit →

b ∧ (→ −a ) = →
−x ∧ → − → − →−
b ∧ b = 0 d’où
1
on doit avoir λ = → . De même, en calculant
→−→ − →− →
−→− →
− →

en utilisant la formule du double produit vectoriel, ( b . a ) x − ( b . x ) a = 0 . k−a k2

−a .→
− −a , → − →
− − →
− −a ∧ →

Mais puisque → b = 0 et que → 0 , on en tire que b .→ x = 0 . De la b ∧ (λ→ b ) = λkbk2→
−a

→− →− → − →
− →
− 1
même façon, en calculant a ∧ ( b ∧ x ), on trouve que a . x = 0 . Puisque on doit avoir λ = →− 2 . Par conséquent,
le vecteur → −a et à →
−x est orthogonal à → −
b , il existe λ ∈ R tel que →
−x = λ→−a ∧ →

b. kbk
Alors en calculant – Si kak , kbk, S = ∅.
−a ∧ →
n→ −o
b
−a ∧ →
λ(→
− −a k2→
b ) ∧ a = λk→

b – Si kak = kbk, S = → − .
k a k2

−a , →
Exercice 3.13 Soient quatre vecteurs →
− → →−
b , −c , d de l’espace. Montrer que

(→ −c ) × (→
−a .→ −→
b .−c ) + (→ −c ).(→
−a ∧ → − → −a .→
b ∧ −c ) = (→

b ) × kck2

Solution :

144
Calculons

−a ∧ →
−c = Det(→ −c , →
−a , → − →
b ∧ −c )


= Det(→−c , b ∧ → −c , →
−a )
→ →− 
= −c ∧ ( b ∧ → −c ) .→−a
→ →
− →− −c .→
= k−c k2 b − ( b .→ −c )→ −a
→− →−
= k→
−c k2→
−a . b − ( b .→ −c )(→−a .→
−c

P − → −
Exercice 3.14 Soit n > 3 et n vecteurs de l’espace →

ai vérifiant ni=1 →
ai = 0 . Montrer que
X X
→−
ai ∧ →−
aj = →−
ai ∧ →

aj
16i< j6n 16i< j6n−1

Solution :

Puisque la première somme vaut et que


X
n−1  X
n−1 
→−


ai ∧ →

an = →

ai ∧ →

an = −→

an ∧ →

an = 0
j−1
n X
X  n−1 X
X j−1  X
n−1


ai ∧ →

aj = →

ai ∧ →

aj + →

ai ∧ →

an i=1 i=1

j=1 i=1 j=1 i=1 i=1 on en déduit le résultat.

3.9.2 Coordonnées cylindrique et sphérique

Exercice 3.15

− → − →−
On suppose l’espace muni d’un repère orthonormal direct (O, i , j , k ). Exprimer les coordonnées cylindriques (r, ϕ, θ) d’un
point M en fonction de ses coordonnées sphériques (ρ, ϕ, θ) et inversement.
Solution :

Exercice 3.16
Étudier l’intersubsection d’un cylindre et d’une sphère centrée sur l’axe du cylindre.
Solution :

Exercice 3.17
Montrer que deux cercles non coplanaires inscrits dans une sphère s’interceptent si et seulement si la distance du centre de la
sphère à la droite intersubsection des plans définissant les cercles est inférieure au rayon de la sphère.
Solution :

3.9.3 Coordonnées cartésiennes dans l’espace

Exercice 3.18
−u = 1 (7, −4, −4), →
On considère les vecteur → 9
−v = 1 (4, −1, 8), →
9

w = 19 (4, 8, −1). Montrer que (→
−u ,→
−v ,→

w) est une base orthonor-
male. Est-elle directe ?
Solution :

145
Exercice 3.19
Étant donné →−u = (1, 2, −1), →−v = (−1, 1, 0), →

w = (2, 3, −1), montrer qu’ils ne sont pas coplanaires et reconnaı̂tre si la base

− →
− →−
( u , v , w) est directe ou non.
Solution :

Exercice 3.20
On considère la droite D passant par A = (1, −2, 0) et dirigée par →
−u = (1, 1, −1). Soit B = (0, 1, −2) un point de l’espace.

1. Déterminer les coordonnées du point H, projeté orthogonal de B sur D.


2. Calculer de deux manières différentes la distance de B à la droite D.
Solution :



 x =1+t

 Par conséquent H (7/3, −2/3, −4/3) .

1. L’équation paramétrique de D est :  y = −2 + t ; t ∈ R. De plus,


 −−→ √
z = −t 2. La distance de B à la droite D est donnée par BH =
26
. On a
une équation du plan normal à →−u passant par B est : x + y − z − 3 = 0.

3
−u ∧ −
→ −→
Le point H forme l’intersubsection de ce plan et de la droite D et ses AB √
26
coordonnées satisfont le sytème : aussi : d (B, D) = →
− = .
 u 3


 x =1+t




y = −2 + t

 .


 z = −t


x + y − z − 3 = 0

Exercice 3.21
On considère un plan P de repère (A,→ −u ,→
−v ). Former une équation cartésienne de P dans un repère orthonormal lorsque
→− →−
A = (3, 4, −1), u = (1, −1, 2) et v = (2, 1, −3).
Solution :

Exercice 3.22
On considère les plans P et P ′ d’équations respectives x − y + z + 1 = 0 et 2x + y − z − 1 = 0.
1. Vérifier que ces deux plans ne sont pas parallèles.
2. Déterminer une paramétrisation de leur intersubsection D.
3. Donner une équation cartésienne du plan Q passant par A = (1, 1, 0) et perpendiculaire aux deux plans P et P ′ .
Solution :

1 sont pas parallèles. Leur intersubsection est donc une droite D.
→−
1. Un vecteur normal à P est n −1 et un vecteur normal à P ′ est

1 2. D est dirigée par le vecteur

−′ 2

n 1 . Ces deux vecteurs ne sont pas colinéaires donc les plans ne −′ 1 2 0
−1 −n ∧ →
→ n = −1 ∧ 1 = 3


1 −1 3

146

0 0 3. Le plan Q passant par A = (1, 1, 0) et perpendiculaire aux deux plans
→−
ou encore par le vecteur u = 1 . Un point de D est : M 0 . Une
P et P ′ admet → −u comme vecteur normal. Son équation est donc de
1 −1 la forme : y + z + c = 0. Comme A ∈ Q, c = −1 et une équation de
 Q est y + z − 1 = 0 .


 x =0



paramétrisation de D est alors : 
y =t , t∈R .



z = −1 + t

Exercice 3.23

− → − → −
Soit (O, i , j , k ) un repère orthonormal de l’espace.
1. Déterminer une équation cartésienne du plan P passant par A = (1, −2, 1), B = (0, 1, 2) et C = (1, 3, 4).
2. Déterminer un système d’équations paramétriques de la droite D perpendiculaire à P et passant par I = (5, 1, 3).
3. Calculer la distance de I à P.
Solution :

Exercice 3.24

− → − → −
Soit (O, i , j , k ) un repère orthonormal de l’espace. On considère la droite D passant par I = (2, 2, 1) et de vecteur directeur

−u = (−1, −3, 1).
1. Écrire un système d’équations paramétriques de D.
2. Déterminer une équation du plan P orthogonal à D et passant par A = (3, −2, 1).
3. En déduire les coordonnées du projeté orthogonal H de A sur D.
Solution :

Exercice 3.25
On considère les plans P et Q d’équations respectives 3x − 4y + 1 = 0 et 2x − 3y + 6z − 1 = 0. Déterminer l’ensemble des
points équidistants de P et Q.
Solution :
Soit M (x, y, z). On a la série d’équivalences : Le lieu des points équidistants de P et Q ets donc la réunion des plans
d (M, P) = d (M, Q) d’équations 11x − 13y − 30z + 2 = 0 et 31x − 43y + 30z = 0
|3x − 4y + 1| |2x − 3y + 6z − 1|
⇐⇒ √ = √
32 + 42 22 + 32 + 62
⇐⇒ 7 |3x − 4y + 1| = 5 |2x − 3y + 6z − 1|
⇐⇒ 7 (3x − 4y + 1) = 5 (2x − 3y + 6z − 1) ou 7 (3x − 4y + 1) = −5 (2x − 3y + 6z − 1)
⇐⇒ 11x − 13y − 30z + 2 = 0 ou 31x − 43y + 30z = 0

Exercice 3.26
Calculer :
1. La distance du point A(1, 2, 1) au plan P : x − 2y + 3z = 1.



 x = 1 + 3t

2. La distance du point B(1, 2, −1) à la droite D paramétrée par 
 y = 2 − t avec t ∈ R.

 z = 2t
(
2x − y + z = 1
3. La distance du point C(1, 0, 2) à la droite ∆ définie par
x − y + z = −1
( (
−x + y − z = 1 2x − y − z = 0
4. Déterminer la distance entre les droites D et D ′ d’équations respectives : et
x − y + 2z = 1 −x − 2y + 3z = 0
Solution :

147

|1 − 2 × 1 + 3 × 1 − 1| 1 −1 1 1
1. d (A, P) = √ = √ →

4. Un vecteur directeur de D est u = 1 ∧ −1 = 1 et un vecteur di-
2
1 +2 +32 2 14
−1 2 0
3 1
→− − 2 −1 −5
2. Un vecteur directeur de D est : u −1 et un point de D est : M 2 .


→−′ 1
2 0 recteur de D est u˜ = −1 ∧ −2 = −5 ou mieux : u = 1 . Un point


−1 3 −5 1

− −
u ∧ BM − → r
Par conséquent : d (B, D) = → =
5
. −3 0
−u 7 de D est M 0 et un point de D ′ est M ′ 0 , par conséquent, comme

2 0
2 1 0 


3. Un vecteur directeur de ∆ est : u = −1 ∧ −1 = −1 et un point de

3 1 1 det → −′ −−−−→′ 
−u , → √
1 1 −1 −′ u , MM
−u ∧ →
→ u = 1 ∧ 1 = −1 : d (D, D ′ ) = =
3 2
− → −′
→ − −−→ 0 1 0 → 2
2 u ∧ CM √
27 2 u ∧ u
∆ est : M 0 . Par conséquent : d (C, D) = →
− = .
u 2
−3

Exercice 3.27 On considère le plan P représenté paramétriquement par :





 x =2+λ−µ




 y = 3 − λ + 2µ (λ, µ) ∈ R2



z = 1 + 2λ + µ

a. Donner une équation cartésienne du plan P.



1
b. Déterminer la distance du point A 1 au plan P.

1

c. Donner une équation cartésienne de la droite passant par le point A et orthogonale au plan P.
Solution :

2


1 c. La droite est dirigée par le vecteur →
−n d’où une équation pa-

a. Le plan passe par le point Ω 3 et est dirigé par les vecteurs u −1 , ramétrique :

1 2 


 x = 1 − 5λ


−1 −5 
 y = 1 − 3λ
−v 2 . Le vecteur →
→ −n = →
−u ∧ → −v −3 est normal au plan. L’équation 


z
=1+λ
1 1
En éliminant le paramètre, on obtient une équation cartésienne :
cartésienne est donc de la forme −5x − 3y + z + c = 0. Puisque Ω ∈ P, 


 x + 5z − 2 = 0
on trouve que c = 18, et donc


y + 3z − 4 = 0
P : −5x − 3y + z + 18 = 0
b. Utilisons la formule du cours :
|−5 − 3 + 1 + 18| 11
d(A, P) = √ = √
2 2
5 +3 +1 2 35

Exercice 3.28 On considère la droite d’équation :





x + y − z + 1 = 0


2x − y + z − 2 = 0

1
Déterminer la distance du point Ω 2 à cette droite.

1
Solution :

148

1 2 portionnel. Cherchons un point A de la droite D. En choisissant z = 0, on

− →

Le vecteur u 1 est normal au plan P1 , le vecteur v −1 est normal au plan
1/3
−1 1
trouve par exemple A −4/3 . En utilisant la formule du cours,

0
0
P2 . Puisque D = P1 ∩ P2 , le vecteur →
−u ∧ →−v −3 dirige la droite D. On peut

−3
−−→ − √
k AΩ ∧ → nk 19
0 d(Ω, D) = = √ √
→−
également prendre comme vecteur directeur le vecteur n 1 qui lui est pro- k→
−n k 3 2

1


1
Exercice 3.29 Soit a ∈ R et le point A 1 . On considère les quatre plans d’équations :

a

(P1 ) : x + y − 1 = 0, (P2 ) : y + z − 1 = 0, (P3 ) : x + z − 1 = 0, (P4 ) : x − y + z = 0


Trouver une condition nécessaire et suffisante sur a pour que les projections orthogonales de A sur les quatre plans soient 4
points coplanaires.
Solution :

1 x 1/2 1


Un vecteur normal au plan (P1 ) est n1 1 . En notant A1 y le projeté orthogo-
λ = −1/2 et A1 1/2 . Par la même méthode, on trouve A2 1 − a/2 ,


0 z a a/2

nal de A sur le plan P1 , il existe λ ∈ R tel que A1 = A + λ→
−n : 1 − a/2 1 − a/3
 A3 1 et A4 1 + a/3 . Les quatre points sont coplanaires si et seule-



 x =1+λ a/2 2a/3



 y =1+λ −−−−→ −−−−→ −−−−→


 ment si Det(A1 A2 , A1 A3 , A1 A4 ) = 0, ou encore (pour simplifier les calculs),
z = a −−−−→ −−−−→ −−−−→
Det(2A1 A2 , 2A1 A3 , 6A1 A4 ) = 0. En développant, on trouve que 2a(a+1) = 0,
Comme A1 ∈ P1 , on a (1 + λ) + (1 + λ) − 1 = 0 d’où l’on tire c’est à dire a = 0 ou a = −1 .

Exercice 3.30 On considère les deux droites de E3 d’équations cartésiennes :


(
x = 2z + 1
D:
y=z−1
(
x=z+2
D′ :
y = 3z − 3
Montrer qu’elles sont coplanaires et former une équation cartésienne de leur plan.
Solution :

x d’équation
Soit M y . Alors M ∈ D ∩ D′ ssi x = 3, y = 0, z = 1. Donc les deux
2x + y − 5z − 1 = 0
z
droites sont concourantes et par conséquent coplanaires. On trouve le plan

Exercice 3.31 Trouver l’équation cartésienne du plan P passant par les points A = (1, 1, 1) et B = (2, 1, 0) et tel que la droite
(
x + 2y + z − 2
D:
x+y−z+3= 0
soit parallèle à P.
Solution :

149
Equation cartésienne de (AB) : On trouve un vecteur directeur de D :

−3
( −u = 2

x + 2y + z = 0
x+y−z=0 −1

et alors →
−u ∈ P =⇒ λ = 2 d’où
Le plan P doit appartenir au faisceau issu de D :
P : x + 2y + z − 4 = 0
P : x + λy + z − (2 + λ) = 0

Exercice 3.32 On considère les droites (


x=z−1
D:
y = 2z + 1
(
′ y = 3x
D :
z=1
Montrer qu’il existe un unique couple de plans (P, P′ ) tels que
D ⊂ P, D′ ⊂ P′ P//P′
Déterminer une équation cartésienne de P et P′ .
Solution :
1
d’où θ = − et θ′ = 0. On trouve finalement (faux d’après Monier).
P : (x − z + 1) + θ(y − 2z − 1) = 0 2
P′ : (y − 2x − 1) + θ′ (z − 2x + 1) = 0
On écrit les plans vectoriels associés : P : 2x − y + 3 = 0
P : x + θy − (1 + 2θ)z = 0
P′ : −2(1 + θ′ )x + y + θ′ z = 0
et la condition de parallélisme s’écrit : P′ : −2x + y − 1 = 0
−1 1 + 2θ
=θ=− ′
2(1 + θ′ ) θ

Exercice 3.33 Trouver l’équation cartésienne du plan P contenant la droite D dirigée par →
−u = (−1, 0, 2) passant par
A = (2, 3, −1) et qui se situe à distance 1 du point A = (0, 1, 0).
Solution :
Equation cartésienne de D : et alors √
( −6 ± 2 6
2x + z − 3 = 0 d(A, P) = 1 =⇒ λ =
D: 3
y−3=0
Le plan P est un plan du faisceau issu de D :
P : 2x + λy + z − 3(1 + λ) = 0

Exercice 3.34 On considère dans l’espace muni d’un repère R, les deux droites d’équations :
 


x − z − a = 0 

′  x + 2y + z − 2b =0
(D) 
 (D ) 

y + 3z + 1 = 0 3x + 3y + 2z − 7 = 0

où (a, b) ∈ R2.


a. Montrer qu’elles ne sont pas parallèles.
b. Trouver une CNS sur (a, b) pour que les deux droites soient concourantes. Former alors l’équation cartésienne de leur
plan.
Solution :

150


a. On trouve un vecteur directeur de D : d = (1, −3, 1) et de D′ : b. Les deux droites sont concourantes si et seulement si le système de

−′ 4 équations à 3 inconnues est compatible. On trouve la condition
d = (1, 1, −3). Ils ne sont pas colinéaires.
a + b = 4. L’équation de leur plan est alors 2x + y + 2 − 2a + 1 = 0.

Exercice 3.35 Soient trois points (A, B, C) non-alignés du plan et une droite ∆. La droite ∆ coupe les droites (BC), (CA) et
(AB) en trois points notés P, Q, R. On construit les trois parallélogrammes AQA′ R, BPB′R CQC ′ R. Montrer que les points
A′ , B′ et C ′ sont alignés.
Solution :

−−→ −−→ 0 1 0 0 r −−→ −−→ r −−→ −−→
Choix du repère : R = (A, AB, AC). On a A , B , C , Q , R , Donc pq−pr−rq+r = 0. Calculons A′ = A+ AQ+ AR, A′ , B′ = B+ BP+ BR,
0 0 1 q 0 q

x r 0 p + r − 1 ′ −−→ −−→ p
B′ , C = C + CQ + CP, C ′ . Pour montrer que A′ , B′ et C ′
L’équation cartésienne de (BC) est y 0 q = 0, c’est à dire x + y = 1. 1− p q − p
1 1 1
sont alignés, calculons le déterminant
p
Comme P ∈ (BC), P . Mais les trois points P, Q, R sont alignés sur ∆
1 − p
r p+r−1 p r p−1 p − r
q
et donc 1− p q − p = q 1− p−q −p = p(p−1)+(p−r)(
p 0 r C ←C −C ,C ←C −C
1 1 1 2 2 1 3 3 1 1 0 0
1 − p q 0 = 0

1 1 1

Exercice 3.36 Dans l’espace E3 , on considère quatre points A1 , A2 , A3 et A4 non-coplanaires et un point M. On suppose que :
– le plan (MA1 A2 ) rencontre la droite (A3 A4 ) en un point B1 .
– le plan (MA2 A3 ) rencontre la droite (A4 A1 ) en un point B2 .
– le plan (MA3 A4 ) rencontre la droite (A1 A2 ) en un point B3 .
– le plan (MA4 A1 ) rencontre la droite (A2 A3 ) en un point B4 .
Montrer que les quatre points B1 , B2 , B3 et B4 sont coplanaires.
Solution :
−−−−→ −−−−→ −−−−→ a
– Choix du repère : R = (A1 , A1 A2 , A1 A3 , A1 A4 ), 0 − a
b + c − 1 a + b
0 1 0 0 a – De même, B2 0
c , B3 0 et B4 b .
a + b
A1 0 , A2 0 , A3 1 , A4 0 , M b − a + b − 1 0 0

0 0 0 1 c
– Les quatre points sont coplanaires si et seulement si le déterminant 4 × 4
x 1 a suivant est nul :

– Équation cartésienne du plan (MA1 A2 ) : y 0 b = 0, ce qui donne a a
0 0 −
z 0 c b+c−1 a + b

−−−−→ b b
cy − bz = 0. Puisque B1 = A3 + λA3 A4 , on trouve que (b + c)λ = c. 0 0 1
L’hypothèse d’intersubsection non-vide se traduit en b + c , 0 et alors b + cc c a + b =
(b + c)(a + b − 1)(b + c − 1)(a + b
− 0 0
0 b + c a+b−1
b 1 1 1 1
B1 b + c .
c Par l’opération C4 ← C4 − C1 − C2 + C3 on fait apparaı̂tre une colonne

b+c nulle.

Exercice 3.37 On considère dans E3 la droite (


x = az + p
D:
y = bz + q

0 0
et les points A 0 , A′ = 0 . On suppose que A < D et que A′ < D. Donner une équation cartésienne du plan P (resp P′ )

h −h
passant par le point A (resp A′ ) contenant la droite D.
Trouver une CNS sur a, b, p, q, h pour que P et P′ soient perpendiculaires.
Solution :

151
Le plan P appartient au faisceau de plans issu de la droite D. Son équation En utilisant la même technique, on trouve une équation cartésienne du plan
cartésienne est de la forme P′ :
(P) : θ(x − az − p) + (y − bz + q) = 0 −(bh − q)x + (ah − p)y + (bp − aq)z + h(bp − aq) = 0
(s’il est différent du plan d’équation x = az + p). Il contient le point A si et Les deux plans sont perpendiculaires si et seulement si
seulement si
bh + q (bh + q)(bh − q) + (ah + p)(ah − p) − (aq − bp)2 = 0
θ=−
ah + p
(On suppose que ah+ p , 0. Comme A < P, si ah+ p = 0, le plan cherché se- c’est à dire
rait le plan d’équation x − az − p = 0). On trouve alors l’équation cartésienne h2 (a2 + b2 ) = p2 (b2 + 1) + q2 (a2 + 1) − 2abpq
de P :
−(bh + q)x + (ah + p)y + (aq − bp)z + h(bp − aq) = 0

Exercice 3.38 Trouver l’équation cartésienne du plan P contenant la droite D dirigée par →
−u = (−1, 0, 2) passant par le point
A = (2, 3, −1) et qui se situe à distance 1 du point A = (0, 1, 0).
Solution :

Equation cartésienne de D : et alors √


( −6 ± 2 6
2x + z − 3 = 0 d(A, P) = 1 =⇒ λ =
D: 3
y−3=0
Le plan P est un plan du faisceau issu de D :
P : 2x + λy + z − 3(1 + λ) = 0

Exercice 3.39 Trouver l’équation cartésienne du plan P contenant la droite D dirigée par →
−u = (−1, 0, 2) passant par
A = (2, 3, −1) et qui se situe à distance 1 du point A = (0, 1, 0).
Solution :

Equation cartésienne de D : et alors √


( −6 ± 2 6
2x + z − 3 = 0 d(A, P) = 1 =⇒ λ =
D: 3
y−3=0
Le plan P est un plan du faisceau issu de D :
P : 2x + λy + z − 3(1 + λ) = 0

Exercice 3.40 Dans R3 muni d’un repère orthonormé, on considère la droite





 x = 6 − 3z
D: 
y = 3z − 7

Déterminer les plans contenant D et situés à distance 1 du point A = (1, 1, 2).

Exercice 3.41 Dans l’espace R3 muni d’un repère orthonormal, on considère la droite



2x − y + z = 5
D: 
4x + y − z = 2

et les plans
P1 : y = 5x
P2 : y = −5x
Déterminer les plans contenant D et coupant P1 , P2 suivant des droites orthogonales.

152
Exercice 3.42 On considère les deux droites



 x + y − 3z + 4 = 0
D: 

2x − z + 1 = 0



x = z − 1
D2 : 

y = z − 1

Sur un dessin, vérifier qu’il existe une droite ∆ qui rencontre D1 et D2 et qui est orthogonale à D1 et D2 (perpendiculaire
commune).
a) En utilisant les faisceaux de plans, écrire une équation cartésienne de ∆.
b) Calculer d(D1 , D2 ).

Exercice 3.43 On considère les deux droites du plan : D1 : 3x + 4y + 3 = 0 et D2 : 12x − 5y + 4 = 0. Donner l’équation
cartésienne des deux bissectrices de D1 et D2 .

Exercice 3.44 Dans l’espace euclidien E = R3, rapporté à un repère orthonormé direct, on considère deux droites D1 et D2
d’équation cartésienne 


 x + y − 3z + 4 = 0
(D1 ) : 

2x − z + 1 = 0



x − z + 1 = 0
(D2 ) : 

y − z + 1 = 0

Sur un dessin, vérifiez qu’il existe une droite ∆ qui rencontre D1 et D2 et qui est orthogonale à D1 et D2 . Cette droite
s’appelle la perpendiculaire commune à D1 et D2 .
a) Trouvez une équation cartésienne de la droite ∆.
b) Déterminez la distance entre les droites D1 et D2 .
Solution :

1 −1 D’où l’équation cartésienne de ∆ :

Le vecteur d1 5 dirige la droite D1 et le vecteur d2 1 dirige la droite D2 . 

2 1 
2x − z + 1 = 0
(∆) : 
3 
7x − 3y − 4z + 4 = 0

Par conséquent, le vecteur d1 ∧ d2 −1 dirige la perpendiculaire commune ∆.
Pour calculer d(D∞ , D∈ ), considérons le plan P contenant la droite D∈ et
6
parallèle à la droite D∞ :
Écrivons l’équation du plan P∞ contenant la droite D1 et orthogonal à D∈ .
(P : −x + y − 2z + 3 = 0
c’est un plan du faisceau issu de D∞ . Son équation cartésienne est de la
forme La distance entre D∞ et D
∈ est la distance entre un point quelconque de D∞
P1 : x + y − 3z + 4 + θ(2x − z + 1) = 0 (1 + 2t heta)x + y − (3 + θ)z + (4 + θ) = 0 −1
Comme le plan vectoriel associé contient le vecteur d1 ∧ d2 , on trouve que et le plan P. Comme M1 −1 ∈ D∞ , on trouve

17 = 0, donc c’est le plan éliminé du faisceau d’équation 0
P1 : 2x − z + 1 = 0 √
De même, on détermine l’équation cartésienne du plan contenant D2 et or- 3
d(D∞ , D∈ ) = d(M1 , P) = √
thogonal à D∞ : 2
7x − 3y − 4z + 4 = 0

153

3 0 2 1
Exercice 3.45 Dans l’espace rapporté à un repère orthonormé, on considère les points A 0 , B 1 , C 1 et D 1 . Calculer la

−1 1 −1 1
distance entre les droites (AB) et (CD).
Solution :

La distance est donnée par 2


Après calculs, on trouve que d = √ √ .
−−→ −−→ −−→ 3 7
Det(AC, AB, CD)
d= −−→ −−→