Vous êtes sur la page 1sur 6

F.E.

I
Département des télécommunications
Module de communication numérique
L3. Section B 2020/2021

Travaux pratiques N°1


Transmission et Codage en ligne NRZ

I. Rappel : Codage en ligne


Généralement le flux de données numériques est générée par la source numérique sous forme d’une
séquence binaire notée dk avec dk = {0, 1, 1, 0, …..}
La source numérique est caractérisée par :

 D=1/TB : nbre de bits par seconde générés par la source, c’est le débit binaire en bit/s avec TB
durée du bit,
 P0 probabilité que la source génère un 0
 P1 probabilité que la source génère un 1
En règle générale, on supposera qu’il y a équiprobabilité d’émission des 0 et des 1 donc
P0= P1=1 /2
Pour pouvoir transmettre cette séquence une mise en forme de cette suite de bit est nécessaire, cette
phase s’appelle le codage en ligne.
1-Codage binaire : dans ce cas on aura que 2 bits soit dk =0 soit dk =1
Règle de codage :
Si dk =0 alors nous allons construire un signal m0 (t) représentant le bit 0
Si dk =1 alors nous allons construire un signal m1 (t) représentant le bit 1
Chaque signal appelé aussi symbole mi (t), a une durée TS durée d’un symbole
Dans le cas du codage binaire TB = TS
Ce sont ces signaux élémentaires qui définissent les codes en lignes, on définit alors la rapidité de
modulation R=1/ TS (en bauds) c’est donc le débit de symbole, et dans le cas binaire D=R
Pour construire ces signaux élémentaire on utilise un transcodeur qui sort un 1 lorsque son entrée est 1
et -1 lorsque son entrée est 0, ces paramètres sont notés ak = {-1,1} suivi d’une fonction de mise en
forme notée h(t) qui est un signal élémentaire d’amplitude A et d’une durée Ts. C’est cette opération
qu’on appelle codage en ligne.
Pour une suite numérique dk = {0, 1, 1, 0, …..} on lui fera donc correspondre une suite de signaux
élémentaires m (t) ={m0(Ts),m1 (2Ts),m1 (3Ts),m0(4Ts),…}sachant que m0 (t)=-Ah(t) et m1(t)=Ah(t)
que l’on note généralement par s(t) = ∑𝑛𝑘=0 ak h(t − kTs)

dans ce cas ak prend ses valeurs dans {-A,A}.


2. Codage M-aire.

Nous venons de voir que dans le cas du codage 2-aire ou binaire le message est représenté
par une suite ak contenant 2 symboles (A0 et A1)

Dans le cas du codage M-aire, on associe au message binaire une suite de M symboles. Le
signal numérique est groupé en mots de n bits et chaque mot va être codé par un symbole.

L’émetteur va fournir M=2n signaux pour coder ces mots de n bits. La durée d’un symbole
est égale à n fois celle d’un bit TS =nTB = TB log2 M

Le rythme d’émission des symboles est appelé rythme baud (=rapidité de modulation notée
par R)

R=1/ TS = D/n =D/ log2 M , ce qui revient à dire que la rapidité de modulation a diminué d’un
facteur n. Ces M=2n signaux sont générés de la façon suivante :

mi (t) = Ai h(t) avec i appartenant à {0, 1, 2, 3….., M-1} et s(t) = ∑𝒌 𝐚𝐤 𝐡(𝐭 − 𝐤𝐓𝐬) avec ak
appartenant à {A0 , A1 , …….AM-1 } et h(t) est une impulsion élémentaire de durée Ts .

Conclusion :

Quel que soit le codage utilisé, à la sortie de l’émetteur, on aura un signal s(t) =
∑𝒌 𝐚𝐤 𝐡(𝐭 − 𝐤𝐓𝐬)

Pour acheminer ce signal au destinataire, on a 2 voies possibles :

1) On l’envoie tel quel, on dit qu’il est transmis en bande de base


2) On l’envoie sur une porteuse on dit qu’il est transmis par modulation de la porteuse

II. La modulation MSK


Introduction :
Ce TP vous propose d’étudier quelques aspects des techniques utilisées dans le standard du téléphone
GSM.
L’étude se fera par simulation avec le logiciel WinIQsim de Rohde et Schwarz qui permet de
simuler les signaux des différents types de modulations numériques et d’en visualiser les
propriétés.
Rappel :
La modulation MSK est une modulation FSK binaire à phase continue avec un indice de
modulation minimum (m=0,5).
Par définition de la modulation de fréquence, le signal informatif, émis par le codeur en ligne,
module la variation de la fréquence du porteur, nous considérons dans ce TP le codage NRZ

Le signal émis par la source sera alors s(t) =∑𝒌 𝐚𝐤 𝐡(𝐭 − 𝐤𝐓𝐬) avec ak est dit le symbole à
transmettre, h(t) est une fonction de mise en forme du symbole, généralement dans le cas
du codage NRZ, h(t) est une fonction rectangle d’amplitude A et de durée égale à celle du
symbole c’est-à-dire Ts, s(t) est donc notre signal informatif à transmettre à l’aide d’une
porteuse analogique de fréquence fp, par définition la modulation de fréquence FSK en
général consiste à créer un signal modulé Vfsk en faisant varier la fréquence porteuse au
rythme du signal informatif = s(t) dans ce TP. A chaque instant la fréquence du signal
modulé Fsk est fi =fp+ k.s(t) =k∑𝒌 𝐚𝐤 𝐡(𝐭 − 𝐤𝐓𝐬), le max de la différence / fi -fp/ est égale à
f (dit excursion de fréquence) et l’indice de modulation est m=f/F
le téléphone GSM reçoit et émet avec un débit binaire : D = 270,83333 kbits/s.
Travaux à réaliser
A. Questions théoriques :
Quelle est la durée Tbit que nécessite la transmission d’un bit ?
Quelle serait la fréquence F du signal périodique correspondant à la séquence binaire “10101010...” ?
Quelle est l’excursion en fréquence ∆f du GSM ?
B. Manipulation
1) Présentation du simulateur
Démarrer le logiciel WinIQsim, choisir New puis Single Carrier dans le Menu Files pour effacer
les paramétrages liés à une utilisation précédente et afficher le Block Diagram suivant :

2) génération de suites numériques


Cliquer sur le cadre Data Source, sélectionner Pattern et entrer dans la fenêtre la séquence :
1010110011100011110000
Ouvrir la fenêtre Modulation Settings (cliquer dessus) et entrer les données suivantes :
Modulation type : 2 FSK, modulation de fréquence à 2 états
FSK index : 0,5 c’est l’indice de modulation m (automatique si on choisit MSK)
Coding : None, pas de codage du signal binaire pour le moment
Symbol rate : 270,83333 kHz, c’est le débit binaire (D)
Sequence length : 22 bits pour le signal d’entrée
Filter Function : None, le signal binaire module la porteuse sans filtrage préalable
(absurde en pratique!)
Oversampling : 20 cela veut dire que chaque bit est codé sur 20 échantillons (pour
les calculs)
Bb Impulse : Rect (un bit garde sa valeur pendant la durée Tbit)
Ouvrir la fenêtre Graphic Settings, sélectionner la visualisation de l’amplitude r(t) et de la fréquence
f(t) du signal modulé pour les 22 bits d’entrée et tracer les 2 courbes en cliquant sur Plot Graph :
Partie I : analyse du code NRZ
1) Que représente r(t) et f(t).
2) Pourquoi r(t) est une constante
3) Expliquer ce que représente f(t)
4) Que dit la théorie concernant ces deux graphes, La
simulation montre-t-elle un accord avec la théorie ?
expliquer ?
5) Avec les curseurs, mesurer l’excursion en
fréquence ∆f du signal modulé et comparer à la
valeur théorique.
6) Augmenter la taille de la séquence et commentez
Les résultats obtenus
7) Augmenter la durée d’un symbole sachant D=1/T,
commentez vos résultats

TP N°2
. Impacts du codage NRZ sur la MSK

Examinons d’abord les propriétés de la MSK (séquence de 22 bits)


1) En gardant le même débit D, modifier la valeur de l’indice de modulation m=0,3 et
m=0,8 et m=20
Quelle est son incidence sur l’excursion en fréquence de la porteuse.
2) Peut-on extraire les fréquences du signal modulé ? si oui donner les valeurs de ces
fréquences si non pourquoi ?
3) A l’aide du simulateur représenter le spectre du signal modulé MSK, commenter le
graphe en le comparant à celui du NRZ que remarquez-vous ?
4) la séquence de 22 bits ne peut donner une bonne représentation spectrale, Augmenter
la taille de la séquence à 8192 bits en mettant ( séquence lenght=8192 dans la fenêtre
modulation) et dans data PRBS11, commenter les résultats en comparant avec les
résultats précédents
5) Peut-on transmettre ce signal dans un canal tel quel ?, expliquer votre réponse en
donnant les solutions préconisées.
Ne pas faire 6 qui passe au TP3
6) Partant de cette idée, nous allons tester quelques filtres en examinant le spectre de la
porteuse modulée :
Utiliser le simulateur pour générer les filtres puis visualiser les réponses de ces filtres
1) Sélectionner le filtre Butterworth 5ordre, fcoupure=270 kHz coupurefre/fsym=1
2) Sélectionner le filtre en cosinus Rollof=0,5
3) Sélectionner le filtre Gaussien (B.Tb=0,3)
A partir de ces réponses, lequel des filtre donnerait une forme correcte au signal à
transmettre, commenter votre réponse.