Vous êtes sur la page 1sur 6

VILLE

de

BELFORT

(Territoire)

---

CONSEIL MUNICIPAL du 27. 6.2008

RAPPORT

présenté par M. Olivier PRÉVÔT, Adjoint

REFERENCES : OP/CD/CR Mots-clés : Actions Sociales

OBJET : Projet de développement social local.

Le projet de développement social que je vais vous présenter s’inscrit dans un contexte économique et social particulièrement difficile. Les effets néfastes de la mondialisation libérale se font cruellement sentir (délocalisation, désindustrialisation, financiarisation de l’économie…) et frappent de plein fouet nos concitoyens, notamment les plus fragiles.

L’Union Européenne et le Gouvernement français, bien loin de contenir et de combattre cette situation, l’amplifient : euro cher, absence d’harmonisation sociale et fiscale, attaques répétées contre les services publics, absence de politique industrielle en sont autant d’exemples.

La loi dite de « Révision Générale des Politiques Publiques » a comme principal objectif le démantèlement des services publics qui nous oblige à nous battre sur tous les fronts (Tribunal de Grande Instance, postes enseignants de l’Education Nationale, Service public de Santé avec le Centre Hospitalier de Belfort-Montbéliard…).

A cela s’ajoutent encore les transferts de charges de plus en plus nombreux vers les collectivités locales, alors même que leur financement n’est pas assuré, bien loin s’en faut.

Dans ce contexte, nous devons proposer d’autres alternatives politiques, d’autres méthodes, d’autres perspectives sociétales. Bien entendu, l’échelle communale semble bien petite pour y parvenir, mais nous devons avoir l’ambition de tendre vers un espace social où les valeurs de la République sont défendues, partagées et comprises.

2

L’action sociale occupe une place centrale dans la politique menée par la Ville de Belfort car elle constitue le socle « d’une ville citoyenne, une et solidaire ». Elle constitue une des priorités de la nouvelle majorité municipale élue au mois de mars dernier.

Dans cette perspective, le projet de développement social local, objet du présent rapport, doit permettre d’engager une large concertation et implication, qui fédère et mobilise les acteurs publics et associatifs concernés par la thématique de l’action sociale autour de finalités, de problématiques et d’une démarche partagées.

Une politique volontariste a été menée par la Ville, depuis de nombreuses années avec le Conseil Général, la Caisse d’Allocations Familiales, l’Etat et les diverses associations, avec pour ambition de soutenir et accompagner les belfortains les plus fragiles touchés par le chômage et la précarité, les personnes âgées ou encore les personnes en situation de handicap.

Cette politique transversale par essence, couvrant différents pans de l’action publique : éducation – sports – culture – sécurité/prévention…s’est traduite par la mise en place de multiples interventions pour marquer ainsi sa solidarité envers les personnes les plus vulnérables.

Les politiques tarifaires adaptées aux revenus des familles (crèches et halte garderies – restauration scolaire – bibliothèques – colonies de vacances….) constituent la forme d’intervention sociale majeure de la Ville de Belfort, tant du point de vue du nombre de personnes concernées que de leur impact financier redistributif.

Le CCAS remplit également un rôle important dans la conduite de la politique sociale de la Ville de Belfort, au-delà de l’aide sociale traditionnelle.

Elle s’adresse principalement aux personnes âgées, aux personnes handicapées et aux personnes en difficulté sociale. Ce dernier développe également des actions de prévention en matière de santé, à travers le Service Municipal de Santé, ou encore des services d’accompagnement social (logement) et d’information.

La politique sociale repose également sur de multiples acteurs publics et associatifs qui mènent diverses actions sociales. Nombre d’entre elles relèvent de dispositifs contractuels spécifiques (Contrat Urbain de Cohésion Sociale - Programme Local de Rénovation Urbaine - Plan Local d’Insertion vers l’Emploi - Contrat Local de Sécurité - Contrat Temps Libre - Projet Educatif Local - Programme de Réussite Educative - Atelier Santé Ville - Contrat Enfance…) qui procèdent de logiques d’interventions propres aux politiques couvertes.

3

Le champ de l’action sociale ne peut cependant, être évoqué sans aborder les profondes mutations qui le traversent :

- les lois de décentralisation de 1982 – 1983, puis celle de 2004 qui ont consacré le rôle des Conseils Généraux, comme chef de file de l’action sociale et la montée en puissance des politiques sociales dites territorialisées, en particulier la Politique de la Ville. Ces deux phénomènes conjugués impliquent de nouveaux rôles et de nouvelles répartitions des responsabilités entre les différents acteurs sociaux (publics et associatifs),

- la multiplication des procédures contractuelles permettant un renforcement de

l’action sociale des collectivités territoriales, mais dont la complexité nuit à leur lisibilité

et à leur cohérence,

- l’émergence de nouveaux besoins sociaux liés à la pauvreté (notamment, les

travailleurs dits "pauvres"), à la précarité, à l’isolement et aux évolutions socio- démographiques marquées par la multiplication des ménages monoparentaux, le développement du travail des femmes ou encore par le vieillissement de la population.

Ce contexte rend nécessaire une nouvelle approche des politiques d’action sociale développées sur le territoire communal pour renforcer la cohérence de l’action publique et de ses dispositifs, de concilier la prévention, l’éducation, l’intégration, le soutien et l’accompagnement des personnes vulnérables et ainsi d’apporter une réponse sociale adaptée aux besoins des belfortains.

Le projet qui vous est présenté, précise ses finalités ainsi que les principes et la méthode proposés.

1. Des principes d’intervention partagés autour de trois enjeux

Le Projet de Développement Social Local vise prioritairement à favoriser l’autonomie et l’émancipation des personnes. L’accroissement de la précarité et celui des inégalités sociales qui remettent en cause les fondements mêmes du lien social et des solidarités sont principalement imputables à la crise de la société salariale et à celle de la valeur travail.

Ce dernier conserve cependant une centralité incontournable et reste un facteur déterminant de l’insertion sociale. Aussi, le cœur de cible de ce projet est de créer les conditions d’un retour à l’emploi et à la formation des personnes concernées.

4

A partir de cette problématique transversale et au cours de l’élaboration du projet de développement social local trois enjeux majeurs seront traités:

- le lien social ou « vivre ensemble »,

- la précarité et l’insertion,

- la solidarité.

Ces trois thématiques comporteront une approche prenant en compte : les publics (enfants – jeunes – familles et personnes âgées), les territoires (les quartiers dits prioritaires et les autres quartiers), les acteurs (institutionnels : Ville de Belfort – Conseil Général – CAF et Etat, associatifs), et enfin les dispositifs (les dispositifs contractualisés, et les autres actions non contractualisées).

Ce projet propose une nouvelle approche reposant sur une démarche prospective et participative visant à renouveler l’offre sociale.

La démarche participative présentée, ci-après, reposant sur une mobilisation des acteurs institutionnels et associatifs, impose une mise en débats, de façon régulière, entre les acteurs politiques (Ville de Belfort – Conseil Général et CAF), pour enrichir la réflexion produite, et surtout, pour arbitrer politiquement les choix des propositions qui seront formulées.

2. Des finalités partagées

L’intervention sur un même territoire d’acteurs appartenant à des institutions et des associations différentes nécessite la formulation de références et de finalités collectives.

Ce socle est constitué des quatre objectifs suivants :

- améliorer la qualité des services rendus aux citoyens, notamment en assurant une

continuité et une cohérence de l’accompagnement social des publics et des parcours d’insertion, quel que soit leur situation au regard des difficultés rencontrées : familles - santé – logement – emploi – insertion sociale et professionnelle – discrimination….,

- adapter ou renouveler les réponses, les prestations et les modes d’intervention aux

spécificités du contexte belfortain et de ses évolutions, aux nouvelles demandes et besoins sociaux,

- améliorer la visibilité et la lisibilité de l’action sociale de la ville,

- clarifier son rôle et son champ d’intervention, en complément ou de manière spécifique par rapport aux autres acteurs institutionnels.

5

3. Une démarche participative

Pour concevoir ce projet de développement social local, la Ville de Belfort souhaite adopter une démarche participative et citoyenne, associant à chacune des étapes de sa construction les multiples acteurs, et reposant sur une co-production et co-élaboration engagée depuis la phase de diagnostic et jusqu’au moment de la définition des actions.

Ainsi, la mobilisation des élus de la Ville (adjoints et conseillers municipaux) et de ses agents, des partenaires institutionnels, des différentes structures associatives mais aussi celle des belfortains est indispensable. Pour ce faire, un « blog ou forums de discussions » sera mis à disposition des belfortains qui souhaitent faire part de leurs avis ou ressentis.

Cet objectif d’engager une démarche partagée et collective rejoint la volonté politique de la Municipalité d’étendre le champ d’application de la démocratie participative.

La mise en œuvre de cette démarche et la nature même du projet de développement social local impliquent que les enjeux, objectifs, principes et méthodologie relatifs à ce projet soient partagés et compris par tous les acteurs partie prenante de ce travail.

4. Une méthode structurée autour d’instances de travail et reposant sur un pilotage politique et technique

La démarche sera structurée autour de temps de réflexion consacrés à l’élaboration du diagnostic partagé et à la définition de priorités d’actions. Cette démarche devra ensuite déboucher sur l’élaboration d’un projet global décliné en propositions d’actions.

La formalisation de ce projet de développement social s’organisera dans un premier temps autour de trois séances de travail au minimum, correspondant aux enjeux fixés (lien social – précarité/insertion et solidarité), permettant d’élaborer un diagnostic partagé.

Sur la base des diagnostics et des axes stratégiques d’interventions, des groupes seront constitués afin de définir les actions. Ces ateliers devront dans tous les cas veiller à conserver une approche transversale des différents enjeux.

A l’issue de cette réflexion des assises pourront être organisées pour valoriser le travail engagé, présenter officiellement le projet de développement social décliné en actions et assurer une importante communication sur la démarche conduite ainsi que sur sa mise en œuvre. Celles-ci pourront associer chercheurs, universitaires ou personnalités qualifiées spécialistes des questions sociales.

6

La coordination globale de la démarche et de la réflexion sera assurée par un Comité technique qui sera chargé de réunir les éléments nécessaires à l’établissement des diagnostics, d’élaborer le diagnostic général, de formuler les axes stratégiques d’intervention et de finaliser le projet global.

Ce Comité technique s’appuiera sur les compétences et l’expertise de cadres administratifs de la Ville, du Conseil Général et de la CAF, et associera en tant que de besoins les membres participant au Conseil de Développement Social.

L’organigramme, ci-joint, synthétise la méthodologie, ainsi que les différentes phases d’élaboration du projet et son planning proposés.

Par ailleurs, un dotation particulière « développement social urbain », de 154 048 € fléchée en fonction des projets de développement social intégrés dans la programmation 2008 du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) a été inscrite au BP 2008 (compte 6574, clé 04004). Par délibération en date du 22 mai dernier, vous avez adopté le tableau portant première affectation de l’enveloppe pour un montant de 132 900 €.

Je vous propose d’affecter le solde, soit 21 148 €(prestations) à la mise en œuvre du Projet de Développement Social Local.

Je vous demande de bien vouloir :

- approuver le principe de création d’un projet de développement social local,

- autoriser l’affectation des crédits (21 148 €) à la mise en œuvre du projet et leur inscription au B.S. 2008 (compte prestations).

Belfort, le 18 Juin 2008

Olivier PRÉVÔT