Vous êtes sur la page 1sur 12

USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

Série de TD n° IV
Analyse statistique des données des précipitations

I. Soit une série de pluies annuelles recueillies à une station pluviométrique sur oued FODDA (moyenne de 422.64mm et
écart-type de 128.94mm):
Année pluies (mm) Année pluies (mm) Année pluies (mm)
1969 456 1977 321 1985 315
1970 349 1978 449 1986 245
1971 622 1979 653 1987 342
1972 520 1980 394 1988 297
1973 494 1981 587 1989 302
1974 302 1982 681 1990 321
1975 448 1983 257 1991 411
1976 576 1984 347 1992 443
1- Déterminer la moyenne, l’écart type et le coefficient de variation de l’échantillon ;
2- Ajuster une loi de Gauss à la série des pluies annuelles ;
3- Vérifier la validité de l'ajustement à l’aide du test du 2 à 95%;
4- Déterminer la pluie annuelle de période de retour de 25 ans ainsi que son intervalle de confiance à 90%;
5- Déterminer les périodes de retour théorique et expérimentale de la pluie de 622.6 mm;
6- Calculer les intervalles de confiance de la moyenne et de l’écart type à 80% ;
7- Tracer la courbe enveloppe de l'intervalle de confiance à un seuil de confiance de 95%.
II-
1- Ajuster une loi Log-normale à l’échantillon de l’exercice précédent ;
2- Vérifier grâce au test du 2 au seuil de signification de 95% la validité de cet ajustement. Comparer avec le résultat précédent
et conclure ;
3- Calculer l’intervalle de confiance de la moyenne à 80% ;
4- Calculer les pluies décennale et centennale ainsi que leurs intervalles de confiances à 80%.

III- Le tableau suivant donne, par ordre chronologique, les hauteurs de pluies de différentes durées :
Tableau I- Hauteurs de pluies pour différentes durées.
15 30 mn 60 mn 120 mn 15 30 mn 60 mn 120 mn
mn mn
8.05 9.72 11.43 17.03 7.00 11.67 12.00 17.92
9.40 10.37 10.95 34.21 9.10 8.50 12.67 16.04
8.84 8.73 17.56 13.53 7.33 10.00 13.75 13.35
7.10 9.19 13.13 12.90 8.10 10.63 11.92 12.30
6.70 26.25 12.13 18.83 7.50 9.34 11.09 17.33
7.83 11.49 11.94 16.00 7.50 12.38 10.94 13.51
14.23 8.69 32.20 13.10 8.60 10.87 11.30 12.74
6.87 11.70 14.31 12.00 8.90 8.80 10.63 16.09
7.70 10.27 13.06 19.00 7.70 10.40 12.25 13.00
7.32 8.90 18.30 16.63 6.70 11.77 11.30 13.05
9.20 9.70 12.90 14.82 6.90 10.60 12.04 15.70
7.00 10.23 12.03 13.00 6.88 9.75 15.1 13.93
7.07 16.26 11.74 12.20
1- Ajuster les différents échantillons à une loi de Gumbel ;
2- Déterminer les pluies maximales centennale, cinquantenaire, décennale et biennale ;
3- Tracer les courbes Intensités-Durées-Fréquences.
Solution

Exercice n°I - 1 : Calcul des caractéristiques de l’échantillon. On établit le tableau ci-dessous en vue de faciliter le calcul de
∑ Pi et de ∑ P2i
Anné Anné Anné
Pluies P² Pluies P² Pluies P² Année Pluies P²
e e e
20793 20070 34456
1969 456 1975 448 1981 587 1987 342 116964
6 4 9
12180 33177 46376
1970 349 1976 576 1982 681 1988 297 88209
1 6 1
38688 10304
1971 622 1977 321 1983 257 66049 1989 302 91204
4 1
27040 20160 12040
1972 520 1978 449 1984 347 1990 321 103041
0 1 9
24403 42640
1973 494 1979 653 1985 315 99225 1991 411 168921
6 9

TD d’Hydrologie n°4 page 1 de 11


USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

15523
1974 302 91204 1980 394 1986 245 60025 1992 443 196249
6
Somme = 10132 4659654

Moyenne = P =
∑ Pi =
10132
= 422 ,17 mm
N 24

∑ (P i−P )2 = ∑ P2i −N P 2 = N ( P2i −P2 ) P 2i


Ecart type = s =
√∑ N−1
P 2i −N P 2
√ N −1 √ N−1
; P 2
=

N

s =
√ N −1
=
√ 4 659 654−24×422 , 17 ²
23
= 128 . 9 mm ;

s 128, 9
Coefficient de variation =C v = = = 0 ,305
P 422, 17
Exercice n°I - 2 : Ajustement d’une loi normale à l’échantillon.
1 2 3 4 5 6 1 2 3 4 5 6
Valeurs Valeurs Fréq. z Valeurs Valeurs Valeurs Fréq. z Valeurs
Ordre Ordre
mesurées Clas. Exp. théor. Théor. mesurées Clas. Exp. théor. Théor.
456 245 1 0,0208 -2,037 159,6 587 411 13 0,5208 0,052 428,9
349 257 2 0,0625 -1,534 224,4 681 443 14 0,5625 0,157 442,4
622 297 3 0,1042 -1,258 260,0 257 448 15 0,6042 0,264 456,2
520 302 4 0,1458 -1,054 286,2 347 449 16 0,6458 0,374 470,4
494 302 5 0,1875 -0,887 307,8 315 456 17 0,6875 0,489 485,2
302 315 6 0,2292 -0,742 326,6 245 494 18 0,7292 0,610 500,8
448 321 7 0,2708 -0,610 343,5 342 520 19 0,7708 0,742 517,8
576 321 8 0,3125 -0,489 359,2 297 576 20 0,8125 0,887 536,5
321 342 9 0,3542 -0,374 373,9 302 587 21 0,8542 1,054 558,1
449 347 10 0,3958 -0,264 388,1 321 622 22 0,8958 1,258 584,4
653 349 11 0,4375 -0,157 401,9 411 653 23 0,9375 1,534 619,9
394 394 12 0,4792 -0,052 415,4 443 681 24 0,9792 2,037 684,8

Le tableau ci-dessus indique : les valeurs des pluies annuelles de départ, c’est-à-dire telles que mesurées sur le terrain
(col. 1), les pluies annuelles classées (col. 2), le numéro d’ordre n i des valeurs classées (col. 3), les fréquences expérimentales au non-
dépassement (FND = (ni – 0,5)/N) (col. 4). Dans la colonne 6 on a porté les variables réduites théoriques z ti c’est-à-dire celles qu’on a

tiré de la table de Gauss et qui correspondent aux FND de la colonne 4 et enfin les pluies théoriques ti P =P + z × s
ti
(colonne 7). Les pluies théoriques s’alignent sur et forment la droite de Henry sur le graphique.
Dans le premier graphe ci-dessous on a porté sur le papier millimétré (où les 2 échelles sont arithmétiques) en abscisses les variables
réduites de la colonne 5 et en ordonnées les pluies correspondantes de la colonne 2. Ce sont les points expérimentaux L’on a porté
que quelques points expérimentaux sur le graphe.
Dans le second graphe ci-dessous on a porté sur le papier de probabilité de Gauss (où l’échelle des abscisses est une échelle de
probabilité) en abscisses les fréquences expérimentales (FND) de la colonne 4 et en ordonnées les pluies correspondantes de la
colonne 2. Ce sont les points expérimentaux. L’on a porté que quelques points expérimentaux sur le graphe.
On peut tracer la droite de Henry soit sur du papier millimétré ou sur du papier de probabilité normale. La droite de Henry passe par
deux points dont les coordonnées sont:
a) sur le papier millimétré : abscisses : les variables réduites z 1et z2 ; ordonnées : les pluies correspondantes P1 et P2.
b) sur le papier de probabilité normale : abscisses : les fréquences F1 et F2; ordonnées : les pluies correspondantes P1 et P2.
On prend arbitrairement F1 = 0,5 et F2 = 0,9. On a :
F 1=0,5 → Z 1=0 et P1 =Ṕ+ z1 × s=422,17 mm et F 2=0,9 → Z 2=1,28 et P 2= Ṕ+ z 2 × s=422,17 +1,28× 128,9=587,16 mm

(Les figures sont données à titre indicatif ; les échelles ne sont pas respectées)
TD d’Hydrologie n°4 page 2 de 11
USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

Dans la figure ci-dessous (tracée avec le logiciel Excel), on a porté sur du papier millimétré (échelles arithmétiques) :
Pour les points expérimentaux : en abscisses les variables réduites expérimentales (col.5) et en ordonnées les pluies
expérimentales (ou pluies mesurées classées) de la colonne 2.
Pour les points théoriques : en abscisses les variables réduites théoriques z ti c’est-à-dire celles qu’on a tiré de la table
de Gauss et qui correspondent aux FND de la colonne 4 (col.6) et en ordonnées les pluies théoriques de la colonne 7. Ces points
s’alignent sur la droite de Henry ou modèle de prévision. BI et BS sont les bornes inférieure et supérieure des intervalles de confiance.
800

700 Val exp


Val théo
600
BI
Plu ie s (m m )

500 BS

400

300

200

100

0
-2.100 -1.600 -1.100 -0.600 -0.100 0.400 0.900 1.400 1.900
Variable réduite de Gauss

Figure 2
Exercice n°I - 3 : Test du 2 à 95%. On établit le tableau suivant :

N Borne Borne Fréq.Exp


zi-1 zi P(xi-1) P(xi)Fréq.Théor. Khi Deux
° Inf. Sup. .
I xi-1 xi zi-1 zi pi-1 pi foi fti c2
1 -∞ 320 - ∞ -0,792 0 0,214 6 5,14 0,145
2 320 400 -0,792 -0,172 0,214 0,432 6 5,22 0,115
3 400 500 -0,172 0,604 0,432 0,727 6 7,09 0,166
4 500 ∞ 0,604 ∞ 0,727 1 6 6,55 0,047
S = 0,473

La 1ère colonne donne le numéro de la classe. La 2 ième et la 3ième colonne donnent les bornes inférieures et les bornes supérieures des
classes. La 4ième et la 5ième colonne donnent les variables réduites correspondantes à ces bornes. La 6 ième et la 7ième colonne donnent les
probabilités au non-dépassement relatives aux bornes respectives, que l’on trouve en utilisant la table de Gauss. La 8 ième colonne
indique la fréquence expérimentale de chaque classe. La 9ième colonne indique la fréquence théorique de chaque classe f ti = N(pi - pi-1).
(f oi−f ti )2
La 10ième colonne indique la valeur du 2 i =
f ti pour chaque classe. On trouve la somme des 2 i = 0,473. On
cherche maintenant le  ; avec :  = 0,95 et  = nombre de degrés de liberté
2
= k - 1 - r = 1 où k = nombre de classes = 4, r =
2 = nombre de paramètres qui déterminent la loi normale. La table du 2 donne 2 1;0,95 = 3,841.
Comme le 2 calculé est plus petit que celui donné par la table, on accepte donc l’hypothèse qu’une loi normale ayant une moyenne
égale à 422,17 mm et un écart-type égal à 128,9 mm représente la population de pluies annuelles au barrage de Oued Fodda.

Exercice n°I - 4 : Détermination de la pluie annuelle de période de retour de 25 ans et de son intervalle de confiance à 90%.
T = 25  FD = 1/25 = 0,04  FND = 0,96  z25 = 1,75
P25 = P + z25  s = 422,17 + 1,75  128,9 = 647,75 mm
- IC à 90 % : L’intervalle de confiance est donné par la formule suivante :
s
  P25 − z 1−α × ×√ 2+z p ¿ ¿
2 √N
1−α z 1−α =1,64
α = 0,90 → 1 – α = 0,10 → =0,05 et 2  ; zP calculé précédemment == z25 = 1,75
2

128 , 9
 647 , 75 −1 , 64 × × √ 2 + 1 , 75 ²  ¿ ¿ ¿
√ 2×24
¿

Exercice n°I - 5 : Détermination des périodes de retour théorique et expérimentale de la pluie de 622.6 mm
1 1
Nous avons par définition période de retour T = =
FD 1−FND

TD d’Hydrologie n°4 page 3 de 11


USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

La période retour théorique est calculée à partir de la FND théorique qui correspond à la variable réduite de Gauss de la pluie de 622,6
Pi− Ṕ 622,6−422,17
mm. On a z= = =1,55 Pour z = 1,55 la table de Gauss donne une FND égale à = 0,93943 et une FD = 1-
s 128,9
1 1
0,93943 = 0,06057 et une période retour T = = =16,5 ans .
FD 0,6057
La période de retour expérimentale est égal à l’inverse de la FD expérimentale qui est égale à 1 – FND expérimentale. La FND
r−0,5 22−0,5 1
expérimentale = = =0,986 et FDexp = 1 – 0,986 = 0,104 et T = =9,6 ans .
N 24 0,104
Exercice n°I - 6 : Calcul des intervalles de confiance de la moyenne et de l’écart type à 80%.
a : IC à 80% de la moyenne:
s
P=422 ,17  mm et  s=128 , 9  mm  et  P−z 1−α ¿¿
2 √N

FND = 0,9 d’où z = 1,28 et


128 , 9
422 , 17 − 1 , 28×  ¿ ¿
√ 24
s
 s− z 1−α ¿¿
b : IC à 80% de l'écart-type : 2 √2 N
128 , 9
128 , 9 − 1 , 28×  ¿ ¿
√ 2×24
Exercice n°I - 7 : Tracé de la courbe enveloppe de l'intervalle de confiance à un seuil de confiance de 95%.
On va calculer les intervalles de confiances pour les pluies dont les variables réduites sont : - 1, - 2, 0, 1 et 2 ; c'est-à-dire les pluies P1
= 422,17 – 2×128,9 = 164,37 mm ; P2 = 422,17 – 1×128,9 = 293,27 mm ; P3 = 422,17 – 0×128,9 = 422,17 mm ; P4 = 422,17 +
1×128,9 = 551,07 mm ; P5 = 422,17 + 2×128,9 = 679,97 mm.
1−α z 1−α =1,96
α = 0,95 → 1 – α = 0,05 → 2 =0,025 et 2  

128 , 9
 164 , 37 −1 , 96× × √ 2+ (−2 ) ²  ¿ ¿ ¿
√ 2 ×24
¿

128 , 9
 293 , 27 −1 , 96 × × √ 2 + (−1 ) ²  ¿ ¿ ¿
√ 2×24
¿

128 , 9
 422 , 17 −1 , 96× ×√ 2 + ( 0 ) ²  ¿ ¿ ¿
√ 2×24
¿

128 , 9
 551 , 07− 1 , 96 × × √ 2 +( 1 ) ²  ¿ ¿ ¿
√ 2×24
¿

128 , 9
 679 , 97 −1 , 96× ×√ 2 + ( 2 ) ²  ¿ ¿ ¿
√ 2× 24
¿
800
BI
700
P
600
BS
P l u i e s (m m )

500

400

300

200

100

0
-2 -1.5 -1 -0.5 0 0.5 1 1.5 2
Variable réduite Z

Exercice n°II - 1 : Ajustement d’une loi Log-normale à l’échantillon de l’exercice précédent 

TD d’Hydrologie n°4 page 4 de 11


USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

1 2 3 4 5 6 1 2 3 4 5 6 1 2 3 4 5 6
Pi Pi z(lnPi Pi Pi z(lnPi Pi Pi
ni FND lnP ni FND lnP ni FND lnP z(lnPi)
brutes classées ) brutes classées ) brutes classées
0,020 5,50 0,354 5,83 1 0,687 6,12
456 245 1 321 342 9 315 456
8 1 -2,037 2 5 -0,374 7 5 2 0,489
0,062 5,54 0,395 5,84 1 0,729 6,20
349 257 2 449 347 10 245 494
5 9 -1,534 8 9 -0,264 8 2 3 0,610
0,104 5,69 0,437 5,85 1 0,770 6,25
622 297 3 653 349 11 342 520
2 4 -1,258 5 5 -0,157 9 8 4 0,742
0,145 5,71 0,479 5,97 2 0,812 6,35
520 302 4 394 394 12 297 576
8 0 -1,054 2 6 -0,052 0 5 6 0,887
0,187 5,71 0,520 6,01 2 0,854 6,37
494 302 5 587 411 13 302 587
5 0 -0,887 8 9 0,052 1 2 5 1,054
0,229 5,75 0,562 6,09 2 0,895 6,43
302 315 6 681 443 14 321 622
2 3 -0,742 5 4 0,157 2 8 3 1,258
0,270 5,77 0,604 6,10 2 0,937 6,48
448 321 7 257 448 15 411 653
8 1 -0,610 2 5 0,264 3 5 2 1,534
0,312 5,77 0,645 6,10 2 0,979 6,52
576 321 8 347 449 16 443 681
5 1 -0,489 8 7 0,374 4 2 4 2,037
Le tableau ci-dessus indique : les valeurs des pluies annuelles de départ, c’est-à-dire telles que mesurées sur le terrain
(col. 1), les pluies annuelles classées (col. 2), le numéro d’ordre n i des valeurs classées (col. 3), les fréquences expérimentales au non-
dépassement (FND = (ni – 0,5)/N) (col. 4). Dans la colonne 5 on a calculé les logarithmes népériens des pluies classées (on aurait pu
aussi bien calculer les logarithmes base 10. A remarquer que le logiciel Hydrolab utilise les logarithmes base 10). Dans la colonne 6
on a porté les variables réduites théoriques z ti c’est-à-dire celles qu’on a tiré de la table de Gauss et qui correspondent aux FND de la

colonne 4 et enfin les pluies théoriques ti P =exp( LnP + z × s )


i LnP (colonne 7). Les pluies théoriques s’alignent sur et forment la
droite de Henry sur le graphique.
Dans le premier graphe ci-dessous on a porté sur le papier semi logarithmique (où l’échelle des abscisses est arithmétique et l’échelle
des ordonnées logarithmique) en abscisses les variables réduites de la colonne 5 et en ordonnées les pluies correspondantes de la
colonne 2. Ce sont les points expérimentaux L’on a porté que quelques points expérimentaux sur le graphe.
Dans le second graphe ci-dessous on a porté sur le papier de probabilité log normale (où l’échelle des abscisses est une échelle de
probabilité et l’échelle des ordonnées logarithmique) en abscisses les fréquences expérimentales (FND) de la colonne 4 et en
ordonnées les pluies correspondantes de la colonne 2. Ce sont les points expérimentaux. L’on a porté que quelques points
expérimentaux sur le graphe.
On peut tracer la droite de Henry soit sur du papier semi log ou sur du papier de probabilité log normale. La droite de Henry passe
par deux points dont les coordonnées sont:
a) sur le papier millimétré : abscisses : les variables réduites z 1et z2 ; ordonnées : les pluies correspondantes P1 et P2.
b) sur le papier de probabilité normale : abscisses : les fréquences F1 et F2; ordonnées : les pluies correspondantes P1 et P2.
On prend arbitrairement F1 = 0,5 et F2 = 0,9. On a :
´
( LnP+ z1× sLnP ) ´ + z ×s )
( LnP
F 1=0,5 → Z 1=0 et P1 =e =e(6+ 0× 0.3) =403,43 mm et F 2=0,9 → Z 2=1,28 et P 2=e 1 LnP
=e (6 +1,28 ×0,3) =422,17
La seconde figure est donnée à titre indicatif ; les échelles ne sont pas respectées

TD d’Hydrologie n°4 page 5 de 11


USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

1000
lu
P m
ies(m)

100
-2.500 -2.000 -1.500 -1.000 -0.500 0.000 0.500 1.000 1.500 2.000 2.500
Variable réduite de Gauss (z)

Exercice n°II - 2 : Test du 2 à 95%.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Borne Borne Borne
N° Borne Sup. zi-1 zi P(xi-1) P(xi) Fréq.Exp. Fréq.Théor. Khi Deux
Inf. Sup. Inf.
i xi-1 xi lnPi-1 lnPi zi-1 zi pi-1 pi foi fti 2
- 0,21
1 -∞ 320 0 5,768 - 0 6 5,22 0,115
0,780 8
- - 0,48
2 320 400 5,768 5,991 0,218 6 6,44 0,030
0,780 0,035 6
- 0,76
3 400 500 5,991 6,215 0,710 0,486 6 6,60 0,055
0,035 1
4 500 ∞ 6,215 ∞ 0,710 6∞ 0,761
5,73 1
0,012
  Σ = 0,213
La 1ère colonne donne le numéro de la classe. La 2ième et la 3ième colonne donnent les bornes inférieures et les bornes supérieures
des classes. La 4ième et la 5ième colonne donnent les logs des bornes inférieures et supérieures des classes. La 6ième et la 7ième
colonne donnent les variables réduites correspondantes à ces bornes. La 8ième et la 9ième colonne donnent les probabilités au non-
dépassement relatives aux bornes respectives, que l’on trouve en utilisant la table de Gauss. La 10ième colonne indique la fréquence
expérimentale de chaque classe. La 11ième colonne indique la fréquence théorique de chaque classe f ti = N(pi - pi-1). La 12ième
(f oi−f ti )2
colonne indique la valeur du 2 i =
f ti pour chaque classe. On trouve la somme des 2 i = 0,213. On cherche
maintenant le  ; avec :  = 0,95 et  = nombre de degrés de liberté = k - 1 - r = 1
2
où k = nombre de classes = 4, r = 2 =
nombre de paramètres qui déterminent la loi normale. La table du 2 donne 2 1;0,95 = 3,841.
Comme le 2 calculé est plus petit que celui donné par la table, on accepte donc l’hypothèse qu’une loi log-normale ayant une
moyenne des log égale à 6,0 et un écart-type des log égal à 0,3 représente la population de pluies annuelles au barrage de Oued Fodda.

Exercice n°II - 3 Calcul de l’intervalle de confiance de la moyenne à 80% On sait que le log de la moyenne des pluies est différent
de la moyenne des logs des pluies : ln Ṕ ≠ ln´ P . Donc ln Ṕ , dans la loi log normale est un quantile comme les autres valeurs de la
série des logs. L’intervalle de confiance est donné par la formule suivante :
s 1−α
ln P − z 1−α × ln P × 2 + z 2 ln P  ¿ ¿
√ α=80%→1−α=0,20 → = 0,10 d'où z 1−α = 1,28
√2 N 2
2 ; 2

ln Ṕ−lnP´ 6 , 05−6,0
Pmoy = 422,17 mm, s = 128,90 mm, ln Ṕ = 6,05; slnP = 0,3; ln P = 6,0 et zlnP = z ln Ṕ = = =0,167
slnP 0,3

TD d’Hydrologie n°4 page 6 de 11


USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

0,3
6 , 05−1 , 28× × √ 2+ 0 , 167 2  ¿ ¿ ¿
√ 2 ×24
¿
A titre instructif, on calcule l’intervalle de confiance à 80% de la pluie correspondant à la moyenne des logs : ln P = 6,0
(P=e6=403,3 mm). La FND de la moyenne des logs est égale à 0,5 d’où z = 0 et on a l’intervalle de confiance égal à :
0,3
6,0−1 , 28× × √ 2+ 02  ¿ ¿ ¿
√ 2 ×24
¿
Exercice n°II - 4 - a Calcul de la pluie décennale et de son intervalle de confiances à 80%
s 1−α
ln P− z 1−α × ln P × 2 + z 2 √ ln P  ¿¿
α=80%→1−α=0,20 → = 0,10 d'où z 1−α = 1,28
√2 N 2
2 ; 2
´
LnP 10= LnP+ z ln P10 × s LnP; slnP = 0,3; ln P = 6,0 et T = 10 ans  FD = 1/10 = 0,10  FND = 0,90  z25 = 1,28
D’où ´ z ln P × s LnP=6.0+1.28 ×0.3=6,39 et P10 = 593,13 mm
LnP 10= LnP+ 10

0,3
6 , 39−1 , 28× × √ 2 +1 , 282  ¿ ¿ ¿
√ 2× 24
¿
Exercice n°II - 4 – b Calcul de la pluie centennale et de son intervalle de confiances à 80%
s 1−α
ln P− z 1−α × ln P × 2 + z 2 √ ln P  ¿¿
α=80%→1−α=0,20 → = 0,10 d'où z 1−α = 1,28
√2 N 2
2 ; 2
´ z ln P × s LnP; slnP = 0,3; ln P = 6,0 et T = 100 ans  FD = 1/100 = 0,010  FND = 0,990  z25 = 2,33
ln P100 = LnP+ 100

D’où ´ z ln P × s LnP=6.0+2.33 ×0.3=6,70


LnP 100= LnP+ et P10=812,35 mm
10

0,3
6 , 70−1 , 28× ×√ 2+2 , 332  ¿¿ ¿
√ 2× 24
¿
III – Tracé des courbes Intensité – Durée – Fréquence

III – 1 Ajustement des différents échantillons à une loi de Gumbel : Pour cela on calcule les paramètres 1/ et x0 pour chaque
série.

On a : 1/α = 0,78 × s; x 0= x − 0,577/α ; T = période de retour ; FD = 1/ T ; FND = 1 – FD ;


P max × 60 min
I max =
y = - ln( - ln FND) ; Pmax = (1 / α) y + x0 et Δt
Δt = 15 min 30 min 60 min 120 min
Moyenne = 7,74 11,05 13,47 15,53
Ecart type = 2,12 3,56 4,34 4,45
1/α = 1,65 2,78 3,39 3,47
Po = 6,79 9,45 11,51 13,53

III – 1- a Ajustement d’une loi de Gumbel aux Pmax de 15 min


1 2 3 4 5 6 1 2 3 4 5 6
Valeurs Variabl Valeurs
Valeurs Ordre de Fréquence Valeurs Valeurs Ordre de Fréquence Variable Valeurs
de e de
classée classemen théorique classemen expérimental
départ expérimentale réduite départ classées réduite théoriques
s t s t e
8,05 0,7 1 0,020 -1,364 4,53 7,07 7,5 13 0,500 0,367 7,39
9,4 6,7 2 0,060 -1,034 5,08 7 7,7 14 0,540 0,484 7,59
8,84 6,87 3 0,100 -0,834 5,41 9,1 7,7 15 0,580 0,607 7,79
7,1 6,88 4 0,140 -0,676 5,67 7,33 7,83 16 0,620 0,738 8,01
6,7 6,9 5 0,180 -0,539 5,90 8,1 8,05 17 0,660 0,878 8,24
7,83 7 6 0,220 -0,415 6,10 7,5 8,1 18 0,700 1,031 8,49
14,23 7 7 0,260 -0,298 6,30 7,5 8,6 19 0,740 1,200 8,77
6,87 7,07 8 0,300 -0,186 6,48 8,6 8,84 20 0,780 1,392 9,09
7,7 7,1 9 0,340 -0,076 6,66 8,9 8,9 21 0,820 1,617 9,46
7,32 7,32 10 0,380 0,033 6,84 7,7 9,1 22 0,860 1,892 9,91
9,2 7,33 11 0,420 0,142 7,02 0,7 9,2 23 0,900 2,250 10,51
7 7,5 12 0,460 0,253 7,21 6,9 9,4 24 0,940 2,783 11,38

TD d’Hydrologie n°4 page 7 de 11


USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

6,88 14,23 25 0,980 3,902 13,23


En colonne 1 nous avons les pluies mesurées, en colonne 2 nous avons les pluies classées, en colonne 3 l’ordre de classement, en
colonne 4 nous avons les FND expérimentales (FND = (ni – 0,5)/N). Dans la colonne 5 nous avons calculé les variables réduites de
Gumbel y i =−ln ⁡(−lnFNDi) et en colonne 5 nous avons calculé les pluies maximales théoriques de durée 15 minutes :
1 1
Pi= × y i + P0. Les valeurs de et P0 ayant été calculées auparavant. Le graphique est tracé sur du papier millimétré avec en
α α
abscisses les variables réduites de Gumbel (colonne 5) et en ordonnées les pluies maximales de durée 15 minutes (colonne 2). La
droite théorique est tracée en joignant 2 points dont l’une des coordonnées est choisie arbitrairement et l’autre coordonnée calculée
1
grâce à l’équation de la droite théorique Pi= × y i + P0. Sur la figure ci-dessous, la droite théorique est formée en joignant les
α
points dont les abscisses sont les variables réduites de Gumbel (colonne 5) et les ordonnées les valeurs théoriques (colonne 6).

14
Valeurs expérimentales
12
Valeurs théoriques
10
Pmax (15 min)

0
-1.5 -1.0 -0.5 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0
y variable réduite de Gumbel

Dans la seconde figure on a porté les points expérimentaux et la droite théorique sur du papier de probabilité de Gumbel. La figure n’est pas à l’échelle, elle est fournie
à titre indicatif. Le graphique est tracé sur du papier de probabilité de Gumbel avec en abscisses les FND (colonne 4) et en ordonnées les
pluies maximales de durée 15 minutes (colonne 2). La droite théorique est tracée en joignant 2 points dont l’une des coordonnées est
1
choisie arbitrairement et l’autre coordonnée calculée grâce à l’équation de la droite théorique Pi= × y i + P0 (avec
α
y i=−ln ⁡(−lnFND i ). Sur la figure ci-dessous, la droite théorique est formée en joignant les points dont les abscisses sont les FND
(colonne 4) et les ordonnées les valeurs théoriques (colonne 6).

III – 1- b Ajustement d’une loi de Gumbel aux Pmax de 30 min


1 2 3 4 5 6 1 2 3 4 5 6
Valeurs Variabl Valeurs
Valeurs Ordre de Fréquence Valeurs Valeurs Ordre de Fréquence Variable Valeurs
de e de
classée classemen théorique classemen expérimental
départ expérimentale réduite départ classées réduite théoriques
s t s t e
9,72 8,5 1 0,020 -1,364 5,66 16,26 10,27 13 0,500 0,367 10,46
10,37 8,69 2 0,060 -1,034 6,58 11,67 10,37 14 0,540 0,484 10,79
8,73 8,73 3 0,100 -0,834 7,13 8,5 10,4 15 0,580 0,607 11,13
9,19 8,8 4 0,140 -0,676 7,57 10 10,6 16 0,620 0,738 11,50
26,25 8,9 5 0,180 -0,539 7,95 10,63 10,63 17 0,660 0,878 11,88
11,49 9,19 6 0,220 -0,415 8,30 9,34 10,87 18 0,700 1,031 12,31
8,69 9,34 7 0,260 -0,298 8,62 12,38 11,49 19 0,740 1,200 12,78
11,7 9,7 8 0,300 -0,186 8,93 10,87 11,67 20 0,780 1,392 13,31

TD d’Hydrologie n°4 page 8 de 11


USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

10,27 9,72 9 0,340 -0,076 9,24 8,8 11,7 21 0,820 1,617 13,94
8,9 9,75 10 0,380 0,033 9,54 10,4 11,77 22 0,860 1,892 14,70
9,7 10 11 0,420 0,142 9,84 11,77 12,38 23 0,900 2,250 15,69
10,23 10,23 12 0,460 0,253 10,15 10,6 16,26 24 0,940 2,783 17,17
9,75 26,25 25 0,980 3,902 20,28
En colonne 1 nous avons les pluies mesurées, en colonne 2 nous avons les pluies classées, en colonne 3 l’ordre de classement, en
colonne 4 nous avons les FND expérimentales (FND = (ni – 0,5)/N). Dans la colonne 5 nous avons calculé les variables réduites de
Gumbel y i =−ln ⁡(−lnFNDi) et en colonne 5 nous avons calculé les pluies maximales théoriques de durée 30 minutes :
1 1
Pi= × y i + P0. Les valeurs de et P0 ayant été calculées auparavant. Le graphique est tracé sur du papier millimétré avec en
α α
abscisses les variables réduites de Gumbel (colonne 5) et en ordonnées les pluies maximales de durée 30 minutes (colonne 2). La
droite théorique est tracée en joignant 2 points dont l’une des coordonnées est choisie arbitrairement et l’autre coordonnée calculée
1
grâce à l’équation de la droite théorique Pi= × y i + P0. Sur la figure ci-dessous, la droite théorique est formée en joignant les
α
points dont les abscisses sont les variables réduites de Gumbel (colonne 5) et les ordonnées les valeurs théoriques (colonne 6).
30

Valeurs expérimentales
25

Valeurs théoriques
20
P max (30 min)

15

10

0
-1.5 -1.0 -0.5 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0
y Variable réduite de Gauss

Dans la seconde figure on a porté les points expérimentaux et la droite théorique sur du papier de probabilité de Gumbel. La figure n’est pas à l’échelle, elle est fournie
à titre indicatif. Le graphique est tracé sur du papier de probabilité de Gumbel avec en abscisses les FND (colonne 4) et en ordonnées les
pluies maximales de durée 30 minutes (colonne 2). La droite théorique est tracée en joignant 2 points dont l’une des coordonnées est
1
choisie arbitrairement et l’autre coordonnée calculée grâce à l’équation de la droite théorique Pi= × y i + P0 (avec
α
y i=−ln ⁡(−lnFND i ). Sur la figure ci-dessous, la droite théorique est formée en joignant les points dont les abscisses sont les FND
(colonne 4) et les ordonnées les valeurs théoriques (colonne 6).

III – 1- c Ajustement d’une loi de Gumbel aux Pmax de 60 min


1 2 3 4 5 6 1 2 3 4 5 6
Valeurs Variabl Valeurs
Valeurs Ordre de Fréquence Valeurs Valeurs Ordre de Fréquence Variable Valeurs
de e de
classée classemen théorique classemen expérimental
départ expérimentale réduite départ classées réduite théoriques
s t s t e
11,43 10,63 1 0,020 -1,364 6,89 11,74 12,04 13 0,500 0,367 12,75
10,95 10,94 2 0,060 -1,034 8,01 12 12,13 14 0,540 0,484 13,15

TD d’Hydrologie n°4 page 9 de 11


USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

17,56 10,95 3 0,100 -0,834 8,69 12,67 12,25 15 0,580 0,607 13,57
13,13 11,09 4 0,140 -0,676 9,22 13,75 12,67 16 0,620 0,738 14,01
12,13 11,3 5 0,180 -0,539 9,68 11,92 12,9 17 0,660 0,878 14,49
11,94 11,3 6 0,220 -0,415 10,11 11,09 13,06 18 0,700 1,031 15,00
32,2 11,43 7 0,260 -0,298 10,50 10,94 13,13 19 0,740 1,200 15,58
14,31 11,74 8 0,300 -0,186 10,88 11,3 13,75 20 0,780 1,392 16,23
13,06 11,92 9 0,340 -0,076 11,25 10,63 14,31 21 0,820 1,617 16,99
18,3 11,94 10 0,380 0,033 11,62 12,25 15,1 22 0,860 1,892 17,92
12,9 12 11 0,420 0,142 11,99 11,3 17,56 23 0,900 2,250 19,14
12,03 12,03 12 0,460 0,253 12,37 12,04 18,3 24 0,940 2,783 20,94
15,1 32,2 25 0,980 3,902 24,73

En colonne 1 nous avons les pluies mesurées, en colonne 2 nous avons les pluies classées, en colonne 3 l’ordre de classement, en
colonne 4 nous avons les FND expérimentales (FND = (ni – 0,5)/N). Dans la colonne 5 nous avons calculé les variables réduites de
Gumbel y i =−ln ⁡(−lnFNDi) et en colonne 5 nous avons calculé les pluies maximales théoriques de durée 60 minutes :
1 1
Pi= × y i + P0. Les valeurs de et P0 ayant été calculées auparavant. Le graphique est tracé sur du papier millimétré avec en
α α
abscisses les variables réduites de Gumbel (colonne 5) et en ordonnées les pluies maximales de durée 60 minutes (colonne 2). La
droite théorique est tracée en joignant 2 points dont l’une des coordonnées est choisie arbitrairement et l’autre coordonnée calculée
1
grâce à l’équation de la droite théorique Pi= × y i + P0. Sur la figure ci-dessous, la droite théorique est formée en joignant les
α
points dont les abscisses sont les variables réduites de Gumbel (colonne 5) et les ordonnées les valeurs théoriques (colonne 6).
35
30 Valeurs expérimentales
25 Valeurs théoriques
Pmax (60 min)

20
15
10
5
0
-1.5 -1.0 -0.5 0.0y Variable
0.5 réduite
1.0 1.5 2.0 2.5
de Gumbel 3.0 3.5 4.0

Dans la seconde figure on a porté les points expérimentaux et la droite théorique sur du papier de probabilité de Gumbel. La figure n’est pas à l’échelle, elle est fournie
à titre indicatif. Le graphique est tracé sur du papier de probabilité de Gumbel avec en abscisses les FND (colonne 4) et en ordonnées les
pluies maximales de durée 60 minutes (colonne 2). La droite théorique est tracée en joignant 2 points dont l’une des coordonnées est
1
choisie arbitrairement et l’autre coordonnée calculée grâce à l’équation de la droite théorique Pi= × y i + P0 (avec
α
y i=−ln ⁡(−lnFND i ). Sur la figure ci-dessous, la droite théorique est formée en joignant les points dont les abscisses sont les FND
(colonne 4) et les ordonnées les valeurs théoriques (colonne 6).

III – 1- d Ajustement d’une loi de Gumbel aux Pmax de 120 min


1 2 3 54 5 6 1 2 3 54 5 6

TD d’Hydrologie n°4 page 10 de 11


USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

Valeurs Variabl Valeurs


Valeurs Ordre de Fréquence Valeurs Valeurs Ordre de Fréquence Variable Valeurs
de e de
classée classemen théorique classemen expérimental
départ expérimentale réduite départ classées réduite théoriques
s t s t e
17,03 12 1 0,020 -1,364 8,80 12,2 13,93 13 0,500 0,367 14,80
34,21 12,2 2 0,060 -1,034 9,94 17,92 14,82 14 0,540 0,484 15,21
13,53 12,3 3 0,100 -0,834 10,63 16,04 15,7 15 0,580 0,607 15,63
12,9 12,74 4 0,140 -0,676 11,18 13,35 16 16 0,620 0,738 16,09
18,83 12,9 5 0,180 -0,539 11,66 12,3 16,04 17 0,660 0,878 16,57
16 13 6 0,220 -0,415 12,09 17,33 16,09 18 0,700 1,031 17,10
13,1 13 7 0,260 -0,298 12,49 13,51 16,63 19 0,740 1,200 17,69
12 13,05 8 0,300 -0,186 12,88 12,74 17,03 20 0,780 1,392 18,36
19 13,1 9 0,340 -0,076 13,26 16,09 17,33 21 0,820 1,617 19,14
16,63 13,35 10 0,380 0,033 13,64 13 17,92 22 0,860 1,892 20,09
14,82 13,51 11 0,420 0,142 14,02 13,05 18,83 23 0,900 2,250 21,33
13 13,53 12 0,460 0,253 14,40 15,7 19 24 0,940 2,783 23,18
13,93 34,21 25 0,980 3,902 27,06
En colonne 1 nous avons les pluies mesurées, en colonne 2 nous avons les pluies classées, en colonne 3 l’ordre de classement, en
colonne 4 nous avons les FND expérimentales (FND = (ni – 0,5)/N). Dans la colonne 5 nous avons calculé les variables réduites de
Gumbel y i =−ln ⁡(−lnFNDi) et en colonne 5 nous avons calculé les pluies maximales théoriques de durée 120 minutes :
1 1
Pi= × y i + P0. Les valeurs de et P0 ayant été calculées auparavant. Le graphique est tracé sur du papier millimétré avec en
α α
abscisses les variables réduites de Gumbel (colonne 5) et en ordonnées les pluies maximales de durée 120 minutes (colonne 2). La
droite théorique est tracée en joignant 2 points dont l’une des coordonnées est choisie arbitrairement et l’autre coordonnée calculée
1
grâce à l’équation de la droite théorique Pi= × y i + P0. Sur la figure ci-dessous, la droite théorique est formée en joignant les
α
points dont les abscisses sont les variables réduites de Gumbel (colonne 5) et les ordonnées les valeurs théoriques (colonne 6).
35

30 Valeurs expérimentales

25 Valeurs théoriques
Pmax 120 min)

20

15

10

0
-1.5 -1.0 -0.5 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0
y Variable réduite de Gumbel

Dans la seconde figure on a porté les points expérimentaux et la droite théorique sur du papier de probabilité de Gumbel. La figure n’est pas à l’échelle, elle est fournie
à titre indicatif. Le graphique est tracé sur du papier de probabilité de Gumbel avec en abscisses les FND (colonne 4) et en ordonnées les
pluies maximales de durée120 minutes (colonne 2). La droite théorique est tracée en joignant 2 points dont l’une des coordonnées est
1
choisie arbitrairement et l’autre coordonnée calculée grâce à l’équation de la droite théorique Pi= × y i + P0 (avec
α

TD d’Hydrologie n°4 page 11 de 11


USTHB – FGC – 1MIGE-1112 TD n° 4

y i=−ln ⁡(−lnFND i ). Sur la figure ci-dessous, la droite théorique est formée en joignant les points dont les abscisses sont les FND
(colonne 4) et les ordonnées les valeurs théoriques (colonne 6).

III – 2 Courbes intensités –Durées – Fréquences Dans le tableau ci dessous on calcule pour chaque durée de pluie les intensités
maximales de périodes de retour 2, 10, 50 et 100 ans en utilisant la loi de Gumbel.

Duré 30 15 60
15 min 60 min 120 min 15 min 30 min 60 min 120 min 30 min 60 min 120 min 15 min 30 min 120 min
e min min min
T 2 2 2 2 10 10 10 10 50 50 50 50 100 100 100 100
FD 0,5 0,5 0,5 0,5 0,1 0,1 0,1 0,1 0,02 0,02 0,02 0,02 0,01 0,01 0,01 0,01
FND 0,5 0,5 0,5 0,5 0,9 0,9 0,9 0,9 0,98 0,98 0,98 0,98 0,99 0,99 0,99 0,99
y 0,37 0,37 0,37 0,37 2,25 2,25 2,25 2,25 3,90 3,90 3,90 3,90 4,60 4,60 4,60 4,60
Pmax 7,393 10,5 12,8 14,8 10,5 15,7 19,1 21,3 13,2 20,3 24,7 27,1 14,4 22,2 27,1 29,5
Imax 29,6 20,9 12,8 7,4 42,0 31,4 19,1 10,7 52,9 40,6 24,7 13,5 57,6 44,4 27,1 14,7

En suite sur du papier millimétré, on porte pour chaque durée de pluie, les points correspondants aux différentes périodes de retour.
Les points de même période de retour sont alors joints les uns aux autres par une même courbe. On obtient ainsi les Courbes Intensités
– Durées - Fréquences

60

Pluie biennale
50
Pluie Décennale
Pluie
Intensité de pluie (mm/h)

40 Cinquantennale
Pluie Centennale
30

20

10

0
15 30 45 60 75 90 105 120
Durée de l'averse

Courbes Intensités – Durées – Fréquences.

TD d’Hydrologie n°4 page 12 de 11

Vous aimerez peut-être aussi