Vous êtes sur la page 1sur 1

Traitons un autre cas, celui de l’écoulement permanent ( t


≡ 0) à travers une conduite de section
circulaire. C’est pour cela que l’on utilisera les coordonnées cylindriques.

R
z
2O
R

Soit Oz l’axe de la conduite de rayon R, r la coordonnée radiale et θ la coordonnée orthoradiale.


L’écoulement étant unidirectionnel suivant z, on aura u = v = 0 (1) et w ≠ 0.

Pour z = Cste et r = Cste, la vitesse est la même pour toute valeur de θ => θ
≡ 0 (2) ; il y a donc une
symétrie axiale du problème.
w
Dans ce cas, l’équation de continuité donne = 0 (3) => w ne dépend pas de z. On en déduit, d’après
z
(2), que w ne dépend que de r. Les équations de Navier-Stokes (coordonnées cylindriques) se réduisent
alors à :
P *
0=- (4) => P* ne dépend pas de r
r
1 P *
0=- (5) => P* ne dépend pas de θ
r 
P * 1 d dw 
0=- + μ (r )
z  r dr dr 
P * dP *
Dans cette dernière équation, d’après (4) et (5), on peut donc remplacer z par dz  ; on a alors :
dP * 1 d dw  1 d dw 1 dP *
0=- + μ (r )  , qu’on peut écrire sous la forme : (r ) =
 dz
(6)
dz  r dr dr  r dr dr
Le 1er membre de cette équation ne dépend que de la variable r et le second de la variable z ; ils sont donc
égaux à une constante. On écrit (6) sous la forme :

1 d dw 1 dP *
(r ) =K= (6a)
r dr dr  dz
d dw  dw  r2 dw r2
soit : (r ) = Kr => d  r  = K r dr = d(K ) => r =K +B
dr dr  dr  2 dr 2
dw r B K dr K 2
d’où : =K + => dw = r dr + B => w = r + B Log r + A
dr 2 r 2 r 4
On remarque que pour r → 0, u → -∞, ce qui est physiquement inacceptable puisque la vitesse a une
valeur bornée au centre de la conduite ; il s’ensuit que nécessairement B = 0.
La condition aux limites à la paroi se traduit par : w = 0 pour r = R.
On obtient alors le profil suivant des vitesses :
1 dP *
w = - 4μ dx (R2 – r2)
dw R 2 dP *
On peut vérifier que = 0 (w maximale) pour r = 0. Et alors, wmax = -
dr 4μ dx