Vous êtes sur la page 1sur 2

QUELQUES EXEMPLES DE SOLUTIONS DES EQUATIONS DE NAVIER-STOKES

Nous allons montrer qu’il existe des solutions exactes des équations de Navier-Stokes, dans le
cas des écoulements d’un fluide réel, à viscosité constante. La résolution de ces équations revient à
celle d’équations différentielles à coefficients constants.
Rappelons que le mouvement d’un fluide visqueux isovolume est régi par l’équation vectorielle
suivante :
ρ  = ρ f - grad P+ μ Δ V
Il faudra évidemment adjoindre celle de continuité :
div V = 0
De plus, il y a lieu d’ajouter, à chaque problème, des conditions aux limites traduisant l’adhérence

du fluide aux parois : ("Le fluide colle à la paroi", c’est-à-dire que Wp = 0 où Wp est la vitesse
relative du fluide par rapport à la paroi) et des conditions initiales particulières, si l’écoulement
n’est pas permanent.

Prenons le cas de l’écoulement parallèle entre deux plans distants de 2b. On prendra le plan (xy)
horizontal et l’axe z vertical. Puisque l’écoulement est parallèle, une seule composante de la vitesse

est non nulle (v = w = 0 et u ≠ 0). De plus, puisque l’écoulement est supposé permanent, ( ≡ 0)
t

et comme la vitesse ne varie pas, suivant y, à x = Cste et z =Cste, on a alors : y
≡ 0.
u
L’équation de continuité s’écrira : = 0, c'est-à-dire que u ne dépend pas de x : u(y,z).
x
Les équations de Navier-Stokes, suivant y et z, s’écrivent alors :
P * P *
y
= = 0, ce qui implique que P* ne dépend ni de y, ni de z, c’est-à-dire que P* ne
z
P * dP *
dépend que de x : => = .
x dx

L’équation, suivant la direction x, prend alors la forme suivante :


dP *   2u 
0= - + μ  2  (1)
dx  z 
u   2u
On avait montré que = 0 et y ≡ 0. u ne dépend donc ni de x, ni de y => u(z) => =
x z 2
d 2u
dz 2
C’est une équation différentielle linéaire en u. l’équation (1) s’écrit donc :
d 2u 1 dP *
=  (2)
dz 2 dx
Cette équation (2) est telle que f(z) = d(x) puisque le 1 er membre ne dépend que de z et le 2ème
d 2u 1 dP * d du
membre ne dépend que de x => 2
=  = Cste = K => ( )=K
dz dx dz dz
du du z2 z2
d( ) = Kdz = d(Kz) => = Kz + A => du = Kz dz + A dz = d(K ) + d(Az) = d(K +Az)
dz dz 2 2
z2
=> u = K + Az + B (3)
2
Puisque le fluide visqueux colle à la paroi et que les 2 parois sont fixes, les conditions aux limites
s’écrivent : u = 0 pour y = ± b => :
b2
0=K + Ab + B
2
b2
0=K - Ab + B
2
b2
En faisant la différence, on trouve 2Ab = 0 => A = 0 => B = - K
2
K 2 1 dP * 2 1 dP *
D’après (3), on a u = - (b – z2) => u = - 2 (b – z2) (puisque K =  )
2 dx dx
On représente ci-dessous la variation parabolique de la vitesse en fonction de z.

z u (z)
2b
y
x

Vous aimerez peut-être aussi