Vous êtes sur la page 1sur 2

Synthèse 2 - 2

La finalité et la responsabilité sociétale de l’entreprise

1. La finalité de l’entreprise

1.1. Qu’est-ce que la finalité d’une entreprise ?

A. Définition
Comme toutes les organisations, les entreprises ont pour volonté de survivre. Cet objectif final, ou
finalité, détermine une priorité pour chaque entreprise : réaliser du profit. Bien que cet objectif ne soit
pas le seul de l’entreprise, il est néanmoins prioritaire car si l’entreprise ne réalise pas de bénéfices,
elle disparaîtra.

B. Les différentes finalités de l’entreprise


P. Drucker considère que la maximisation du profit ne peut pas être le seul objectif de l’entreprise. La
création de richesses pour les parties prenantes de l’entreprise est également une nécessité de long
terme :
– les clients attendent une valeur du produit (bien ou service) vendu par l’entreprise ;
– les salariés travaillent pour une rémunération ;
– les actionnaires sont intéressés aux résultats grâce aux dividendes ;
– les fournisseurs réalisent un chiffre d’affaires en vendant les matières premières ;
– l’État perçoit des impôts et taxes.
Enfin, l’entreprise peut avoir des finalités supplémentaires : sociales, environnementales ou
sociétales.

1.2. Comment se construit la finalité de l’entreprise ?


Les finalités d’une entreprise sont influencées par des facteurs internes et externes :
– facteurs internes : les statuts et l’histoire de l’entreprise, mais aussi les valeurs personnelles et les
aspirations des dirigeants, guident en profondeur la définition des finalités. Ainsi, quand une entreprise
change de dirigeants, les finalités sont modifiées (ex. : Orangina, en passant dans le giron d’un fonds
d’actionnaires, a réorienté ses finalités) ;
– facteurs externes : les attentes du personnel ou les contraintes de l’environnement sont des
éléments changeants qui influencent également les finalités. La prise de conscience de la nécessité
de protéger l’environnement a profondément changé les finalités des firmes multinationales, mais
aussi des PME.

2. La responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE)


2.1. Qu’est ce que la RSE ?

A. Définition
La RSE est « l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et
environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes »
(définition de la Commission européenne).
Elle s’inscrit dans une approche qui privilégie un développement durable. La notion de développement
durable apparaît en 1980, puis en 1987 dans le rapport Brundtland de la Commission mondiale sur
l’environnement et le développement. Ce document définit la politique nécessaire pour parvenir à un
développement durable, lequel recherche l’équilibre entre trois sphères : économique,
environnementale et sociale.

B. Intérêt et contraintes de la RSE


La réussite de cette démarche passe par le maintien de la performance économique de l’entreprise.
La mise en place d’une stratégie intégrant la RSE peut avoir des effets très positifs sur l’image de
l’entreprise vis-à-vis de ses parties prenantes extérieures : clients, fournisseurs, collectivités…
L’impact positif peut aussi atteindre le chiffre d’affaires et la part de marché de l’entreprise ; elle

Thème 1 : Entreprendre et diriger Chapitre 2 suite : La finalité et la responsabilité sociétale page1 /2


améliore sa position concurrentielle. Cependant, cet impact est difficile à quantifier véritablement.
Ainsi, HP et Microsoft participent à l’action de l’association Docteur Souris, mais il n’est pas possible
de dire exactement ce que cela crée en retombées économiques.
Il ne faut pas cacher les risques de ce type de démarche. Il ne faut pas s’engager dans des projets
trop ambitieux ou en contradiction avec d’autres aspects de la politique de l’entreprise. Il ne pourra
être question de RSE si l’entreprise se lance dans une restructuration entraînant des licenciements ou
si elle ne maîtrise pas parfaitement sa chaîne de fournisseurs.

2.2. Comment intégrer la RSE à ses finalités ?


Avoir une politique d’entreprise qui intègre le développement durable consiste donc à avoir une
approche durable dans les trois domaines : économique, social et environnemental. C’est une
approche de long terme qui nécessite une analyse en profondeur des processus de l’entreprise.

A. Dans le domaine environnemental


L’entreprise doit étudier l’ensemble de ses processus de production afin de les repenser dans le sens
du développement durable. Par exemple, les banques ou les entreprises de téléphonie cherchent à
limiter l’utilisation du papier ; de même, les fabricants de meubles se fournissent en bois
préférentiellement auprès de producteurs ayant une gestion écologique de la forêt.

B. Dans le domaine social


L’entreprise s’attachera à avoir de bonnes relations avec les partenaires sociaux et les salariés. Elle
s’assurera également des conditions sociales de travail de ses partenaires extérieurs : fournisseurs et
sous-traitants.
Des entreprises industrielles comme Nike ont vu leur image brouillée quand il s’est avéré que leurs
sous-traitants faisaient travailler des enfants pour des salaires de misère dans des pays en
développement.

C. Dans le domaine économique


Dans le domaine économique, la RSE contribue à la réalisation d’investissements socialement
responsables (ISR). L’ISR est un investissement associant des critères sociaux et/ou
environnementaux aux objectifs financiers. Il est réalisé dans le but d’encourager la responsabilité de
l’entreprise.

Thème 1 : Entreprendre et diriger Chapitre 2 suite : La finalité et la responsabilité sociétale page2 /2

Vous aimerez peut-être aussi