Vous êtes sur la page 1sur 134

LOIS PHYSIQUES DU COMPORTEMENT DES GAZ

Ecoulements en conduite

1.3

Rédacteur : M. NEVEU
Révision n°2 du 08/06/98
TRAN 98.2

Ce document n’est diffusable qu’en accompagnement d’une action de formation


CONCEPTION, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION DES RESEAUX
DE DISTRIBUTION DE GAZ

ECOULEMENTS DANS LES CONDUITES

1 LE MILIEU FLUIDE ..................................................................................................... 5

1.1 ETAT FLUIDE ET EQUATION D’ETAT POUR UN FLUIDE SIMPLE...................... 5

1.2 CHAMP DES VITESSES DANS LE FLUIDE................................................................ 6

1.3 DERIVEES TEMPORELLES D’UNE GRANDEUR PHYSIQUE................................. 6

1.4 FORCES AGISSANT SUR UNE MASSE FLUIDE ....................................................... 7

1.5 FLUIDE PARFAIT ET FLUIDE REEL........................................................................... 9


1.5.1 Statique des fluides ........................................................................................................... 9
1.5.2 Fluides en écoulement..................................................................................................... 11

2 EQUATIONS DE L’ECOULEMENT FLUIDE ........................................................ 12

2.1 EQUATION DE CONSERVATION DE LA MASSE................................................... 12

2.2 EQUATION DYNAMIQUE DE L’ECOULEMENT FLUIDE ..................................... 13

2.3 THEOREME DE BERNOULLI ..................................................................................... 14

2.4 EXEMPLES D’APPLICATION DU THEOREME DE BERNOULLI ......................... 15


2.4.1 Orifice en mince paroi..................................................................................................... 15
2.4.2 Sonde de Pitot en fluide incompressible ......................................................................... 16
2.4.3 Détente d’un gaz parfait considéré comme fluide parfait ............................................... 16
2.4.4 Mesure des compressibles vitesses et des températures dans les écoulements............... 17
2.4.5 Ecoulement d’un fluide incompressible parfait
dans un convergent-divergent et mesure des débits ........................................................ 18

3 ECOULEMENTS STABILISES DE FLUIDES VISQUEUX.


PERTES DE CHARGE REPARTIES ........................................................................ 19

3.1 NOTION DE PERTES DE CHARGE............................................................................ 19

3.2 PERTES DE CHARGE REPARTIES DANS UN LIQUIDE INCOMPRESSIBLE ..... 21

3.3 PERTES DE CHARGE REPARTIES DANS LES ECOULEMENTS GAZEUX ........ 22


3.3.1 Ecoulement isotherme d’un gaz dans un tuyau à section constante................................ 22
3.3.2 Ecoulement adiabatique d’un gaz dans un tuyau à section constante ............................. 23

2/134
3.3.3 Ecoulement non-adiabatique d’un gaz dans un tuyau à section constante...................... 27

3.4 VISCOSITE D’UN FLUIDE. ......................................................................................... 27


3.4.1 Définitions....................................................................................................................... 27
3.4.2 Unités et mesures de viscosité......................................................................................... 28
3.4.3 Effets de la viscosité. Couche - limite............................................................................. 29

3.5 REGIMES D’ECOULEMENT....................................................................................... 30


3.5.1 Régimes laminaire et turbulent ....................................................................................... 30
3.5.2 Nature physique de la turbulence.................................................................................... 31
3.5.3 Effets de la turbulence..................................................................................................... 32

3.6 EVALUATION DES PERTES DE CHARGE REPARTIES


DANS LES CONDUITES CYLINDRIQUES................................................................ 33
3.6.1 Résistivité des conduites cylindriques ............................................................................ 33
3.6.2 Evaluation de λ en régime laminaire............................................................................... 35
3.6.3 Evaluation de λ en régime turbulent ............................................................................... 36

4 PERTES DE CHARGE SINGULIERES.................................................................... 40

4.1 MECANISMES PRODUISANT LES PERTES DE CHARGE SINGULIERES ... 40


4.1.1 Effort sur un obstacle dans un écoulement ..................................................................... 40
4.1.2 Décollements et pertes de charge.................................................................................... 41
4.1.3 Effet des pertes de charge singulières ............................................................................. 42

4.2 PERTES PAR VARIATION DE SECTION DROITE .................................................. 43


4.2.1 Elargissement brusque .................................................................................................... 43
4.2.2 Elargissement progressif ................................................................................................. 44
4.2.3 Rétrécissement brusque................................................................................................... 46
4.2.4 Rétrécissement progressif ............................................................................................... 46
4.2.5 Raccordement des canalisations industrielles ................................................................. 47

4.3 PERTES DE CHANGEMENT DE DIRECTION .......................................................... 48


4.3.1 Ecoulement dans un coude torique ................................................................................. 48
4.3.2 Coude à angle vif ............................................................................................................ 49
4.3.3 Cloisonnement................................................................................................................. 49
4.3.4 Forme optimale des coudes ............................................................................................. 50
4.3.5 Applications .................................................................................................................... 51

4.4 SINGULARITES DIVERSES ........................................................................................ 51

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE .............................................................................................. 52

3/134
MACHINES A ABSORPTION LIQUIDE

1- Générateurs thermodynamiques ............................................................................... 108

1.1 - GÉNÉRATEUR DITHERME ................................................................................................ 108

1.2 - MACHINES TRITHERMES ................................................................................................. 110

1.3 - PRISE EN COMPTE DE L'ÉNERGIE PRIMAIRE POUR LES GÉNÉRATEURS DITHERMES ........... 112

2- Machines à absorption liquide ................................................................................... 114

2.1 - PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT.................................................................................... 114

2.2 - ETUDE À PARTIR DES DIAGRAMMES THERMODYNAMIQUES ............................................ 116


2.2.1 - Diagramme de Oldham : Cycle théorique de la solution .............................................. 116
2.2.2 - Diagramme de Merkel................................................................................................... 119
2.2.3 - Estimation du coefficient de performance et de la puissance frigorifique.................... 122

3- Augmentation du COP. .............................................................................................. 123

3.1 - MACHINES SIMPLE EFFET. .............................................................................................. 123


3.1.1 - Echangeur solution riche/solution pauvre..................................................................... 123
3.1.2 - Echangeur liquide/vapeur.............................................................................................. 124
3.1.3 - Conclusion..................................................................................................................... 125
3.2.1 - Machine à deux étages .................................................................................................. 125
3.2.3 - Cycle GAX.................................................................................................................... 127

4- Conclusion.................................................................................................................... 128

ANNEXE A : Diagrammes relatifs au couple H2O/LiBr....................................................... 129

ANNEXE B : Utilisation de logiciels........................................................................................ 132

4/134
1 LE MILIEU FLUIDE

1.1 ETAT FLUIDE ET EQUATION D’ETAT POUR UN FLUIDE SIMPLE


Un fluide est un milieu matériel, continu et déformable, dans lequel la résistance à la
déformation s’annule en même temps que la vitesse de cette déformation. Les résistances
passives qui présentent cette propriété sont dites du genre “viscosité”.
Par ce caractère les résistances visqueuses différent fondamentalement des résistances du
type “frottements solides”, qui, elles, peuvent se produire indépendamment de tout
déplacement relatif. Par exemple, sur un plan d’eau calme, on déplace à la main un bateau
de dix tonnes ou plus, alors que sur une route horizontale, on est incapable de faire
mouvoir une petite automobile avec les freins serrés. Le fait que les résistances visqueuses
disparaissent quand les déplacements relatifs des parcelles fluides s’annulent traduit donc
l’intuition du fluide comme corps dépourvu de forme propre.
Dans bien des cas, les effets de résistance visqueuse restent assez faibles pour que le calcul
avec un fluide fictif sans viscosité puisse conduire à des résultats assez précis, au moins
comme première approximation. Un fluide sans résistance à la déformation ni au repos, ni
en mouvement relatif dans sa masse, sera qualifié de fluide parfait.
Le fluide est donc décrit comme un milieu continu, ce qui n’implique d’ailleurs pas de
contradiction avec la constitution atomique ou moléculaire, discontinue, des corps réels. En
effet, la Mécanique des Fluides ne s’intéresse qu’à des domaines pas trop petits :
ceux-ci contiennent donc toujours un nombre extrêmement grand de molécules, nombre
suffisant pour que par le jeu des interactions statistiques on observe des grandeurs
macroscopiques bien déterminées. Par exemple, dans un gaz sous conditions normales, une
parcelle d’un micron-cube (soit 10-9 mm3) contient environ 27 millions de molécules.
Un fluide simple ne comporte qu’un état physique (gaz ou liquide) d’un corps pur ou d’un
mélange homogène de corps avec une composition fixe. Dans ces conditions, chaque
parcelle fluide est constituée d’une phase unique et il s’agit donc d’un système divariant.
En général, on caractérise l’état instantané du fluide par les valeurs locales des 3 variables
d’état, la pression p, la température T et la masse volumique ρ. Il existe alors une relation
entre ces 3 variables qui est l’équation d’état du fluide

L’équation d’état s’applique au fluide supposé en équilibre, donc en principe sans


mouvements relatifs dans sa masse. On admet toujours que l’équation d’état s’applique
encore à tous instants et en tous les points d’écoulements quelconques, c’est-à-dire qu’elle
relie dans tous les cas les 3 fonctions de l’espace et du temps, p (x, y, z, t), T (x, y, z, t) et
ρ (x, y, z, t).
Les équations d’état utilisées en pratique ont une forme simple. Pour les liquides, on les
suppose en général à masse volumique constante, c’est-à-dire incompressibles et
indilatables. L’équation ρ = constante ne fait pas intervenir la température T, ce qui permet
de découpler totalement le problème mécanique (vitesses, pressions dans l’écoulement) du
problème thermique (températures).
Pour les gaz, on adopte souvent la forme suivante :

5/134
R/M est une constante, avec R = 8,317 J/K et M la masse molaire du gaz ou du mélange de
gaz.
Z fonction de p et de T est le facteur de compressibilité : il est assez souvent voisin de 1
dans les écoulements industriels.
Ce dernier fait permet souvent d’assimiler les gaz réels à un gaz parfait pour lequel Z = 1.
Ainsi, non seulement on simplifie l’équation d’état, mais on dispose d’expressions
explicites simples pour les autres fonctions d’état telles que l’enthalpie et l’entropie.
Notons que l’approximation thermodynamique du gaz parfait est indépendante de
l’approximation hydrodynamique du fluide parfait : un gaz, parfait ou non, peut être
considéré comme visqueux ou non suivant les conditions de l’écoulement et la précision
cherchée.

1.2 CHAMP DES VITESSES DANS LE FLUIDE


A un instant t, une parcelle matérielle coïncide avec un point géométrique M(x, y, z). La
même parcelle occupe

un point M' (x+dx, y+dy, z+dz) à l’instant ultérieur t+dt, et on
définit la vitesse U par


Le vecteur déplacement élémentaire ds a pour composante dx, dy et dz, donc

Ces trois fonctions définissent à chaque instant un champ de vecteurs dont les lignes de
force sont appelées “lignes de courant” : ce sont des courbes tangentes en chaque point au
vecteur vitesse en ce point. Chacune d’elle a une existence éphémère ; elle n’est ligne de
courant qu’à l’instant considéré.
Remarque : les lignes de courant sont généralement distinctes des “trajectoires” : lieu des
points occupés successivement par une même parcelle fluide.
Cas particulier : régime permanent. C’est celui dans lequel les composantes de la vitesse
sont, en tous points, indépendantes du temps. Son étude présente une importance
particulière, car c’est l’écoulement vers lequel tend rapidement tout système soumis à des
conditions aux limites indépendantes du temps. Dans ce régime permanent, trajectoires et
lignes de courants coïncident.

1.3 DERIVEES TEMPORELLES D’UNE GRANDEUR PHYSIQUE


A chaque parcelle fluide, sont attachées un certain nombre de grandeurs physiques qui
renseignent sur son état et son mouvement ; ce sont par exemple sa→masse volumique
ρ, son énergie interne massique, son enthalpie massique, sa vitesse U, etc... Désignons
généralement par G l’une de ces grandeurs physiques ; c’est une fonction G(x, y, z, t) des
variables d’espace-temps.
Pour décrire la variation au cours du temps de la grandeur G en un point fixe, il suffit de
connaître la dérivée locale qui est par définition la dérivée partielle ∂G/∂ t. Mais cette
dérivée concerne des parcelles de fluide différentes qui défilent successivement au point
choisi.

6/134
Pour l’application des lois de la Thermodynamique et de la Mécanique, il peut être
nécessaire de connaître l’évolution de G au cours du temps, donc de savoir calculer la
dérivée dG/dt de la grandeur G attachée à une parcelle déterminée.
Pendant l’intervalle de temps dt, la variation dG de la grandeur G est due à deux causes :
- la variation du paramètre temps, qui entraîne une variation dl G = (∂G/∂ t)dt (c’est la
dérivée locale qui dans le cas d’un écoulement permanent est partout nulle),
→ →
- la variation des coordonnées de la parcelle ; cette variation est un vecteur d M = ds =

Udt, de composantes :

et finalement :

(1,1)

Le premier nombre est appelé “dérivée de transport”, pour éviter la confusion avec la
“dérivée locale” ∂G/∂ t.
L’égalité (1,1) peut encore s’écrire, en utilisant le symbolisme vectoriel :

(1,1 bis)

Exemples : calcul du champ d’accélération.

On suppose connu le champ U (x, y, z, t) des
vecteurs vitesses. L’accélération γ en un point M est la dérivée de transport de la vitesse ;
l’application de (1,1) aux trois composantes Ux, Uy, Uz, donne :

1.4 FORCES AGISSANT SUR UNE MASSE FLUIDE


Considérons une masse fluide limitée, à un instant donné, par une surface fermée A, et
cherchons quelles sont les forces auxquelles elle est soumise.

7/134
a) Les forces dites “de masse” sont celles qui s’exercent dans tout le volume limité par la
surface A. Chaque élément fluide→
entourant un point M quelconque est soumis à une force
qu’on peut mettre sous la forme Fo dm, dm étant la masse de l’élément considéré.

Le vecteur Fo, est caractérisé par ses trois composantes que nous désignerons par X, Y, Z.
Elles sont évidement fonction, dans le cas le plus général, des coordonnées du point M
envisagé, voire même de l’instant considéré.
Le cas le plus typique de forces massiques est celui

des forces de pesanteur. Chaque
élément de masse est alors soumis à une force gdm, et par rapport à, un trièdre de
coordonnées ayant son axe des z vertical ascendant, on a :
X=0 Y=0 Z = -g
Les forces d’origine magnétique offrent un autre exemple de forces massiques. De même,
si le trièdre de référence →

n’est pas “galiléen”, les forces d’inertie constituent un système de
forces massiques (Fo = - γ).
b) Actions de contact: chaque élément fluide est soumis à des forces provenant, soit d’une
frontière si celle-ci lui est contiguë, soit du reste du domaine fluide.
Une surface élémentaire dA choisie au sein du domaine (ou à sa limite) est le siège de
forces de liaison égales et opposées, l’une exercée par la région 2 sur la région 1, l’autre
par la région 1 sur la région 2.

Ces deux forces sont proportionnelles



en chaque

point à l’aire dA de la surface considérée ;
elles sont donc de la forme TdA ; le vecteur T est appelé contrainte au point M.

La difficulté vient qu’en général, au même point M, la contrainte T : varie→suivant
l’orientation de la surface dA choisie, c’est-à-dire selon l’orientation du vecteur n portée
par la normale à dA. On démontre en Mécanique des Milieux Continus que pour pouvoir
calculer la contrainte au point M sur n’importe quel dA, il suffit de connaître les vecteurs
contraintes définis sur 3 éléments dA formant un trièdre trirectangle au point M. Nous
choisissons les éléments de surface dAj situés dans les faces du trièdre des axes Mxyz : dA
désigne par exemple →
l’élément dont la normale est de direction Mx et sur cet élément le
vecteur contrainte Tx a trois composantes Txx, Txy, Txz respectivement sur les axes Mx,
My et Mz.
En définitive le système de toutes les contraintes au point M est caractérisé par le tableau
des 9 composantes Tij (i ou j = x ou y ou z) qui sont celles d’un tenseur du 2ème ordre. Il
est facile de démontrer que, dans les cas habituels, ce tableau est symétrique, c’est-à-dire
Tij = Tji.

8/134
Les composantes de valeur distincte se réduisent alors à 6: Txx, Tyy, Tzz, Txy, Tyz, Tzx.
Démonstration :
Nous nous bornons au plan Mxy pour lequel la figure ci-dessous montre les forces
appliquées au domaine parallélépipédique dxdydz. La notation (Txy+...) par exemple
indique que sur la face (1') la contrainte Txy a subi un accroissement infiniment petit par
rapport à la contrainte Txy sur la face (1) parallèle.

Ecrivons que l’élément de volume est en équilibre en rotation. Les forces normales aux
faces convergent vers le centre et n’interviennent pas. Par contre le couple des forces
tangentielles sur (1) et (1’) (Txydydz) dx doit équilibrer le couple des forces tangentielles
sur (2) et (2’) (Tyxdxdz) dy, ce qui donne Txy = Tyx.

1.5 FLUIDE PARFAIT ET FLUIDE REEL


Les notions que nous venons de rappeler s’appliquent à tout milieu continu. Nous allons
maintenant les particulariser aux fluides.

1.5.1 Statique des fluides


Un fluide est un milieu matériel continu dans lequel, en l’absence de tout mouvement
relatif des parcelles, les actions de contact se réduisent en chaque point à une contrainte
normale à toute surface dA entourant ce point, le module de cette contrainte ne dépendant
pas de l’orientation de dA.
L’expérience montre en outre que cette contrainte est une compression : si une surface dA
sépare deux milieux 1 et 2, le milieu 2 exerce sur 1 une force dirigée de 2 vers 1, et
inversement. On appelle pression, et on désigne par p, le quotient de cette force par dA.
Convention de signe :→ quand on étudie un élément fluide il est usuel d’orienter vers
l’extérieur la normale n à la surface qui le délimite ; la force s’exerçant sur le milieu
considéré à travers une face dA d’orientation quelconque a pour valeur

En particulier on a Tij = -p δij, avec δij = 1 si i = j, δij = 0 si i ≠ j, ce qui est la forme d’un
tenseur isotrope (ou sphérique).

9/134
Dans un fluide au repos un
parallélépipède élémentaire
ne reçoit sur ses faces que
des poussées normales
proportionnelles à la pression
et ces poussées sont
équilibrées par l’effet des
forces de masse. La figure ci-
contre montre cet élément vu
dans son plan Mxy.
L’équilibre

se traduit par la
relation Σ F = 0 ce qui donne

(1,3)

Appliquons cette formule par exemple au


cas d’un fluide tournant en bloc avec le
récipient qui le contient

Une surface isobare (et en particulier la


surface libre s’il s’agit d’un liquide) est
une surface de révolution ayant pour profil
une parabole.


Quand la force de masse Fo, se réduit à la pesanteur de composantes 0, 0 et -g, on obtient
la formule barométrique de Pascal :

(1,4)
Dans un fluide de masse volumique ρ constante, on a :

(1,5)

10/134
Dans un gaz parfait, en équilibre isotherme, l’équation d’état donne dp = (po/ρo) dp et par
intégration de (1,4) on obtient l’expression suivante où le logarithme est népérien :

(1,6)
ou

(1,6’)
Ces formules (en pratique uniquement (1,5)) permettent d’interpréter les mesures de
pression par une colonne de liquide ou par un manomètre.
Celui-ci placé en-
dessous (∆ Z)
d’une prise de
pression indique
une pression p’
plus élevée que
celle qui règne à la
prise de pression.

Nous verrons plus


loin (§ 2.2) que si
l’écoulement dans
la canalisation se
fait à vitesses
parallèles, la même
formule s’étend dans la section droite normale à l’écoulement et on peut donc l’appliquer à
la pression p0. et à la dénivellation ∆ zo.
Dans un manomètre à liquide de masse volumique ρL dont le tube s’ouvre sur une pression
pa (par exemple la pression atmosphérique) on peut écrire :

1.5.2 Fluides en écoulement


Un fluide parfait, c’est-à-dire non visqueux, garde la même forme du tenseur des
contraintes, Tij = - p δ ij, quels que soient ses mouvements.
Les fluides réels se révèlent tous plus ou moins visqueux : quand les parcelles ont des
mouvements relatifs les contraintes ne sont plus normales aux surfaces dA sur lesquelles
elles sont définies. Le tenseur contrainte prend alors la forme :

γ ij est le tenseur de viscosité, il s’annule quand les vitesses relatives des parcelles
s’annulent.
Le milieu fluide est isotrope, c’est-à-dire qu’il présente les mêmes propriétés suivant toutes
les directions. Dans ce cas on peut démontrer que le tenseur de viscosité doit dépendre
seulement de deux contraintes physiques : nous verrons plus loin pourquoi un fluide n’est
en pratique caractérisé que par une seule viscosité (§ 3.4).

11/134
2 EQUATIONS DE L’ECOULEMENT FLUIDE

2.1 EQUATION DE CONSERVATION DE LA MASSE


Considérons dans le fluide un domaine de
volume V, limité par une surface fermée fixe
qui a une aire A. La masse de fluide contenue
dans le volume V varie durant l’intervalle de
temps dt parce qu’un flux de masse sort
(algébriquement) à travers la limite A et parce
que la masse volumique change :

soit

La formule classique d’Ostrograski permet de transformer l’intégrale de surface sur A en


intégrale de volume sur V :


(Rappelons que la divergence

d’un vecteur W, de composantes Wx, Wy et Wz, est un
scalaire qui vaut div W= ( ∂ Wx/ ∂ x + ∂ Wy/ ∂ y + ∂ Wz/ ∂ z).
Cette équation doit être satisfaite pour n’importe quel volume V, ce qui implique que la
relation locale suivante est valable en tous points d’un écoulement

(2,1)

12/134
D’après la définition de la divergence, il est facile de vérifier que

la dérivée de transport de p, on obtient une seconde forme locale :

(2,2)
Pour un fluide à masse volumique constante la relation se réduit à :

Les formes globales de l’équation de conservation de la masse sont données par les
intégrales ci-dessus. Dans le cas particulier d’un écoulement permanent le terme ∂p/∂t est
partout nul, ainsi donc que son intégrale. S’il s’agit de l’écoulement permanent dans un
tube, l’intégrale de surface exprime la conservation du débit massique le long du tube.

2.2 EQUATION DYNAMIQUE DE L’ECOULEMENT FLUIDE


→ →
Il s’agit d’écrire l’équation fondamentale de la Mécanique Σ F = M γ.
L’expression de l’accélération dans un fluide a été établie au § 1.3 et celles des forces de
masse ou de surface au § 1.4 Comme →
nous nous bornons au fluide parfait, c’est-à-dire sans
viscosité, nous avons déjà calculé Σ F au § 1.5 (formule 1.3).
Pour un fluide parfait l’équation dynamique s’écrit donc :

Application : considérons
l’écoulement permanent d’un
fluide parfait dans un tube
rectiligne. Dans une section
droite les vecteurs vitesse
sont supposés parallèles à
l’axe du tube qui est pris
comme axe des x. L’axe z est
horizontal et l’axe y
descendant complète le
trièdre. En un point M de la
section droite (x = 0) U = Ux,
Uy = Uz = 0

13/134
Les deux dernières équations signifient que dans une zone où l’écoulement se fait avec des
vitesses parallèles, la pression en tous points d'une section normale aux vitesses suit la loi
hydrostatique. Puisqu’il n’y a pas de mouvement suivant les axes y et z, la viscosité ne
pourrait pas intervenir dans les équations correspondantes : ceci explique que ce résultat
est valable pour n’importe quel fluide.
Quand un fluide s’écoule dans un tube rectiligne, à section constante, les vitesses sont
parallèles partout et dans une section droite on parle de la pression sans préciser
autrement : il s’agit en réalité de la pression po au centre de la section, la pression p aux
autres points de cette section se calculant par la loi hydrostatique.

2.3 THEOREME DE BERNOULLI


Considérons le cas particulier d’un écoulement permanent, et→ deux points M et M’
infiniment

voisins sur une même ligne de courant. Le vecteur M M’, que nous→ désignons
par ds, est égal à U dt par définition de la vitesse. Multiplions scalairement par ds les trois
termes de l’égalité (2.3) :
a) dans le cas général où les forces massiques se réduisent à la pesanteur, F a pour
composantes (0,0,-g) et :

b) en raison de la permanence du mouvement, le terme ∂p/∂t est nul et


c) quant au terme du second membre, multiplié par ds, il donne :

d’où finalement, en divisant par ρ

(2,4)

14/134
Pour pouvoir utiliser cette égalité différentielle, il faut connaître la loi de variation de ρ en
fonction de p ; on peut alors calculer l’intégrale de dp/ ρ. D’où le théorème de Bernoulli :
Dans un écoulement permanent de fluide parfait, la quantité

(2,4’)
reste constante le long d’une ligne de courant.
Interprétation physique du théorème de Bernoulli : chacun des termes constituant h a une
signification simple : gz et U2/2 représentent respectivement les énergies potentielle et
cinétique pour l’unité de masse du fluide. Quant au terme en dp/ρ , c’est à une constante
près le travail qu’il faut dépenser, par unité de masse, pour comprimer en permanence le
fluide à partir d’un état de référence. Le théorème de Bernoulli traduit donc la conservation
de l’énergie mécanique. Chacun de ces termes s’exprime habituellement en
joules/kilogramme :

On désigne parfois sous le nom de “charge” la quantité conservative h. Certains auteurs


préfèrent réserver le terme de “charge” à la quantité Z = h/g , homogène à une longueur (Z
est aussi dénommée “hauteur”).

2.4 EXEMPLES D’APPLICATION DU THEOREME DE BERNOULLI

2.4.1 Orifice en mince paroi


Cette application célèbre est due à Torricelli ; elle concerne un récipient contenant du
liquide et au fond duquel on a percé un orifice de section A.
Le liquide s’échappe par un jet dont la
section se rétrécit jusqu’à une valeur Ac ;
dans cette “section contractée", les filets
sont sensiblement parallèles, ce qui
entraîne l’uniformité de la pression égale
ici à la pression atmosphérique.
Un point M de Ac se trouve sur un filet
qui provient obligatoirement d’un point
Mo de la surface libre, où la pression est
égale à la pression atmosphérique pa. Le
théorème de Bernoulli, appliqué entre Mo
et M, donne si le fluide est considéré
comme incompressible :

15/134
La vitesse en Mo est négligeable, compte tenu de la grande valeur de la surface libre, et :

On retrouve la loi de chute libre des corps ; pour un fluide parfait, chaque parcelle se
comporte comme si elle était seule.

2.4.2 Sonde de Pitot en fluide incompressible


C’est un appareil qui capte la “pression totale”, c’est a dire la quantité.

Pour cela, on dispose un tube fin dont les


génératrices sont parallèles aux filets fluides.
Le point A à l’entrée du tube est un “point
d’arrêt” et l'application du théorème de
Bernoulli entre A et un point M très à
l’amont donne (sous réserve d'une variation
de z dont il serait facile de tenir compte) :

La sonde de Pitot comporte généralement, outre le tube précédent, un tube annulaire


disposé tout autour, et percé de trous latéraux qui permettent de mesurer la pression en des
points tels que B. Or, en première approximation

La comparaison de PA et PB permet une détermination expérimentale de la vitesse U :

2.4.3 Détente d’un gaz parfait considéré comme fluide parfait


On considère un gaz parfait dans un état de référence (po, po,), pratiquement au repos :
Uo = 0. A partir de cet état on le détend sans échange de chaleur. Si le gaz est considéré
comme dépourvu de viscosité, la détente qui est adiabatique est aussi réversible puisqu’il
n’y a pas de frottement possible. Une évolution adiabatique réversible ne modifie pas
l’entropie du système, ce qui, pour un gaz parfait, conduit à la formule (cp chaleur
massique à pression constante)

16/134
Pour un gaz parfait, d’après la relation de Mayer, la constante R est égale à la différence
des chaleurs massiques molaires à pression constante Mcp, et à volume constant Mcv dont
le rapport sera noté γ = cp/cv :

En définitive on trouve dp/ ρ =


ou encore

(2,5)
Rappelons que cette relation n’est valable que pour l’évolution adiabatique réversible d’un
gaz parfait qui doit donc être considéré comme sans viscosité.
Dans ces conditions, on peut calculer l’intégrale du terme dp/ρ dans l’équation de
Bernoulli. Pour une détente du gaz de la pression p0. (gaz au repos à la température To)
jusqu’à la pression p, le gaz prend une vitesse donnée par la formule de BARRE DE
SAINT-VENANT

(2,6)

(2,7)
La température T à cet endroit vaut

(2,8)

2.4.4 Mesure des compressibles vitesses et des températures dans les écoulements
Pour mesurer la vitesse locale des gaz on utilise souvent les tubes de Pitot dont les prises
latérales donnent la pression statique p et la prise centrale avant une certaine pression
dynamique. Sur le filet qui arrive en ce point se développe une pression p + ∆ p
correspondant à une vitesse nulle et on peut admettre qu’il a eu une compression
adiabatique réversible à partir de l’état amont sur ce filet (pression p , vitesse U,
température T). En appliquant la formule (2,7) on trouve :

En écoulement incompressible on aurait :

17/134
Ces 2 formules conduisent pratiquement aux mêmes résultats quand la vitesse U reste
inférieure a 60 m/s. Par exemple pour ∆ p/p = 1 %, soit U ≈ 39,5 m/s pour de l’air

(γ = 1,405) à 0°C, la première donne :

et la seconde :
Il en va de même pour la mesure des températures dans les écoulements gazeux. Si une
prise thermométrique isolée est longée par les filets fluides qui coulent tangentiellement,
elle mesure la température T locale. Une prise bien isolée thermiquement qui reçoit un
écoulement normal à sa surface sensible mesure au contraire la température d’arrêt, c’est-
à-dire que l’énergie cinétique U2/2 produit en ce point un relèvement maximal de
température qui vaut ∆T. = U2/2Cp (Cp chaleur massique à pression constante). Par
exemple si U = 40 m/s dans l’air où Cp ≈ 1000 J/Kg, ∆ T ≈ 0,8°C.

2.4.5 Ecoulement d’un fluide incompressible parfait dans un convergent-divergent


et mesure des débits
On peut d’abord écrire la conservation
du débit massique entre la section
d’entrée Ao, et la section au col Ac

et on peut faire apparaître des vitesses


moyennes.

donc

Il est alors fréquent qu’on applique le théorème de Bernoulli à un filet fictif qui aurait la
pression po et la vitesse Uo dans la section Ao et la pression pc, la vitesse Uc dans la section
Ac

Cette relation permet de calculer le débit volumique Q

En toute rigueur le filet que nous venons de considérer n’existe pas. Cependant, pour cette
forme géométrique l’expérience confirme que l’expression précédente donne une très
bonne approximation : ceci vaut même avec des fluides visqueux, au moins pour les
régimes habituels des écoulements industriels. Ainsi le convergent-divergent qu’on nomme
venturi constitue un bon dispositif pour mesurer les débits volumiques. La norme NF X 10.
101 spécifie les formes à adopter et, précisant tous les coefficients correctifs utiles ainsi
que leurs limites d’application, permet de se servir de cet appareil sans étalonnage
préalable.

18/134
Ces résultats s’appliquent encore aux tuyères (un simple convergent) et aux diaphragmes
(rétrécissement assimilable à un orifice en mince paroi). Pour les diaphragmes la section
Ac, est la section contractée du jet (comme en 2.4.1), l’aire A étant d’ailleurs une fraction
bien définie de l’aire A de l’orifice. On consultera la norme NF X 10 101 pour le détail des
formes et les conditions d’utilisation de ces appareils déprimogènes destines à la mesure
des débits volumiques.

3 ECOULEMENTS STABILISES DE FLUIDES VISQUEUX. PERTES DE CHARGE


REPARTIES

3.1 NOTION DE PERTES DE CHARGE


Quand on s’intéresse aux écoulements permanents de fluide visqueux, on pourrait espérer
appliquer le théorème de Bernoulli aux divers filets simplement en prenant en compte aussi
les effets de la viscosité. Sauf dans un cas que nous verrons plus loin, cette démarche reste
inutilisable pour trois raisons :
- le travail sur un filet des forces de viscosité produites par les filets voisins peut aussi bien
accélérer que ralentir le filet, ce qui implique que tout calcul nécessite la connaissance des
cartes de vitesses dans toutes les sections de l’écoulement,
- ce travail se traduit aussi par des effets thermiques qui font varier la masse volumique du
fluide à p variable, ce qui par l’intermédiaire de l’équation globale de conservation de la
masse peut modifier la vitesse du filet,
- enfin, l’immense majorité des écoulements industriels ont des régimes où il apparaît une
instabilité, la turbulence ; il n’existe plus à proprement parler de filets et il faut opérer sur
des moyennes temporelles de vitesses.
On est donc conduit à traiter les problèmes d’écoulements permanents de fluides réels dans
les tuyauteries de façon globale c’est-à-dire qu’on considère toujours l’ensemble de la
veine fluide qui traverse un tronçon quelconque de tuyauterie. Il n’existe pas de théorème
de Bernoulli s’appliquant à une veine finie, mais celui-ci suggère d’écrire entre deux
sections droites infiniment voisines (les centres de gravité sont séparés par la distance dL) :

(3.1)
Dans cette formule les grandeurs p, p et z sont prises au centre de gravité de la section
droite et Um note la valeur moyenne de la vitesse dans la section droite d’aire A :

p a été introduit dans l’intégrale précédente pour que l’équation de continuité soit
rigoureusement respectée par les grandeurs Um, et ρG que nous noterons par la suite
simplement U et ρ :

19/134
Le terme complémentaire dh est par définition la perte de charge dans le tronçon de
longueur dL. C’est l’effet énergétique d’une cause d’irréversibilité, la viscosité, et ce terme
est donc nécessairement positif, ce qui entraîne que l’énergie mécanique d'une veine fluide
ne peut que diminuer quand elle s’écoule entre des parois fixes. Pour la commodité
d’évaluation, on distingue les pertes de charge reparties quand l’écoulement ne change pas
de direction et les pertes de charge localisées dans les autres zones.
Dans un tronçon de canalisation rectiligne à section A constante l’écoulement est dit
stabilisé si les cartes de vitesses ont la même allure pour toutes les sections droites. Il ne
s’en produit pas moins des pertes de charge tout le long de la canalisation en raison des
effets de viscosité qui se manifestent au moins au voisinage des parois fixes. Ces pertes
réparties (ou de parois) se mettent sous la forme

(3.2)
U désigne donc la vitesse moyenne et Dh, le diamètre hydraulique, est une longueur
caractéristique de la section droite (Dh = D, le diamètre, pour une section circulaire). Le
coefficient λ, la résistivité qui est sans dimension, varie en principe le long d’un tuyau
cylindrique donné avec la vitesse et l’état du fluide. Toutefois nous verrons au § 3.6.3 que
dans beaucoup de problèmes de transport ou de distribution de gaz, λ ne dépend plus que
de la nature de la paroi et reste alors constant.
L’écoulement stabilisé obéit aux équations d’état et de continuité ainsi qu’aux équations
(3.1) et (3.2). Même dans le cas où λ ne varie pas dans le tuyau, on ne peut intégrer cet
ensemble d’équations le long du tuyau, quand il s’agit d’un fluide à ρ variable, sans
préciser les conditions d’échange thermiques avec l’extérieur, à travers les parois (§ 3.3).
Au contraire, pour un fluide dont l’équation d’état est ρ = constante, l’intégration est
immédiate dans tout tronçon limité par deux sections 1 et 2 :

(3.3)
En particulier cette équation définit la perte de charge repartie dans un tronçon de longueur
finie ∆L à écoulement stabilisé (U = constante) et à résistivité λ constante

Les pertes de charge se trouvent augmentées dans les zones où surviennent des déviations
plus ou moins brusques de l’écoulement (changement de diamètre ou de direction ou
encore obstacles dans la tuyauterie). Dans ces régions apparaissent des pertes de charges
localisées ou (singulières) que l’on exprime sous la forme :

(3.4)
Ui est la vitesse moyenne dans une section en amont de la perturbation et en général le
coefficient ξ i ne peut s’évaluer que par expérience.
Pour un fluide à masse volumique constante, une perte de charge localisée produit entre
une section amont 1 et une section 2 en aval, encadrant d’assez près la zone considérée, la
perte Ah12 exprimable par la formule (3.3). Dans le cas d’un fluide compressible le
problème est plus complexe et nous y reviendrons dans la partie 4 (§ 4.1.3).

20/134
Dans cette partie 3 nous n’examinons que les pertes de charge réparties, les pertes
singulières faisant l’objet de la partie 4.

3.2 PERTES DE CHARGE REPARTIES DANS UN LIQUIDE INCOMPRESSIBLE


L’invariance de la masse volumique ρ facilite beaucoup les calculs, car les effets
thermiques n’ont aucune influence sur la mécanique des écoulements. La perte de charge
entre deux sections (1) et (2) s’exprime comme on l’a dit par la formule :

(3.3)
Dans une canalisation contenant un liquide il peut apparaître des écoulements à surface
libre, ce qui est par exemple le cas le plus habituel des canalisations d’égout. La surface
libre est alors une surface isobare, p1= p2 et, à pente donnée de la canalisation, la perte de
charge se manifeste par une variation de la vitesse moyenne U : comme le débit volumique
ne change pas, la section de la veine Av se modifie pour avoir :

Nous laissons de côté ce cas dans tout le reste du texte.


Les canalisations industrielles sont en général complètement remplies de liquide. Avec une
section A et une masse ρ constantes, l’équation de conservation de la masse entraîne une
vitesse moyenne U également constante. A pente donnée de la canalisation, la perte se
traduit par une variation de pression

Dans le cas de liquide on écrit souvent l’expression de Bernoulli en hauteurs: en divisant


tous les termes par g :

21/134
Cette forme de la relation en permet une représentation très intuitive comme le montre la
figure ci-dessous :

3.3 PERTES DE CHARGE REPARTIES DANS LES ECOULEMENTS GAZEUX


Dans certaines installations, comme par exemple en aération la pression varie assez peu
pour que ρ reste sensiblement constant : alors ce que nous avons dit pour les liquides est
utilisable (bien entendu les gaz emplissent toujours complètement les enceintes qui les
contiennent). En général l’effet de la pesanteur (variation des termes en gz) peut être
négligé.
Si la masse volumique doit être considérée comme variable, elle change aussi bien par
l’évolution de la pression que par celle de la température, ainsi que l’indique l’équation
d’état du fluide. Les pertes de charge qui constituent une perte d’énergie mécanique se
retrouvent au moins en partie dans le fluide sous forme d’apport thermique. Il devient donc
essentiel de préciser dans quelle mesure les échanges thermiques avec l’extérieur de la
canalisation contribuent à réduire la récupération thermique des pertes de charge.

3.3.1 Ecoulement isotherme d’un gaz dans un tuyau à section constante


On simplifie beaucoup le problème en admettant que le tuyau a un contact thermique avec
l’extérieur tel qu’on évacue tout apport de chaleur dans l’écoulement- et qu’ainsi la
-
température reste pratiquement constante dans toute la veine : T = T (température
moyenne).
-
L’équation d’état s’écrit (Z facteur de compressibilité moyen) :

d’où

et avec l’équation de conservation de la masse :

22/134
Si nous remplaçons dans l’équation dérivée du théorème de Bernoulli (sans terme de
pesanteur, mais en explicitant l’expression des pertes de charge de parois) :

nous trouvons

Soit après intégration sur un tronçon de longueur L, en supposant λ constant :

Ce résultat conduit a une formule souvent utilisée. Elle s’obtient en négligeant le terme
d’inertie [ Logn (p1/p2) ] et en introduisant le débit volumique Qo ramené aux conditions de
référence po, To ; avec un tube de section circulaire (Dh = D) :

Avec po = 101325 pascals, To = 273,15K, ρο air = 1,293 kg/m3, Qo en m3/s D et L en m,


pressions en Pa.

3.3.2 Ecoulement adiabatique d’un gaz dans un tuyau à section constante


L’autre hypothèse extrême est d’admettre que les parois de la canalisation ne permettent
aucun échange de chaleur. Comme il s’agit d’une évolution adiabatique, on pourrait être
tenté d’utiliser les formules du § 2.4.3., mais il faut bien rappeler que ces calculs supposent
la réversibilité, c’est-à-dire l’absence de viscosité et donc la nullité des pertes de charge
reparties.
A la place de la loi d’évolution adiabatique réversible P /ργ = constante (pour les gaz
parfaits) on emploie parfois une loi polytropique p/ ρ n =constante, ce qui permet de se
servir de toutes les formules du § 2.4.3 simplement en y remplaçant γ par n. Ce procédé
réussit assez bien quand on sait ajuster n sur l’évolution à étudier (par exemple la détente
dans un cylindre de moteur thermique), mais il n’existe pas de règle convenable pour
l’écoulement d’un gaz réel dans un tuyau.
Une approche thermodynamique
conduit à une méthode plus
satisfaisante sur le plan
théorique, mais d’emploi peu
commode. Soit un écoulement
permanent d’un fluide
quelconque entre des parois
fixes et isolées thermiquement.
Le premier principe de la Thermodynamique peut s’écrire :
(*) logarithme népérien.

23/134
+ dQ la quantité de chaleur échangée avec l’extérieur est nulle
+ l’énergie interne dEi = (Ei2- Eil) dm

+ enfin le travail des forces extérieures se réduit à celui des pressions à l’entrée et à la
sortie et à celui des forces de pesanteur

Comme l’enthalpie du fluide vaut par définition H = Ei + P/ ρ le premier principe entraîne


la conservation de la somme suivante (On notera que H,Ei et plus loin S notent des
grandeurs d’état ramenées à l’unité de masse du fluide et non ses grandeurs molaires) :

soit sous forme différentielle :

(3,8’)
On peut comparer cette expression à celle issue du théorème de Bernoulli et comprenant
les pertes de charge dh

(3.1)
Pour un fluide quelconque l’enthalpie peut se mettre sous la forme différentielle

dS notant la différentielle de l’entropie. En définitive on obtient


dh = d (pertes de charge) = T dS
Conformément au second principe, les pertes de charges qui sont des irréversibilités
contribuent (et dans ce cas elles contribuent seules) à la génération d’entropie.
La formule (3.8) montre qu’à travers un tuyau isolé allant horizontalement d’un grand
réservoir où le gaz se trouve au repos, jusqu’à un autre réservoir où le gaz revient au repos,
l’état initial et l’état final correspondent à la même enthalpie : dans le cas d’un gaz parfait
ce fait signifie aussi la même température (*). Cependant le long du tuyau, l’évolution
adiabatique du gaz n’est pas isenthalpe (et même pour un gaz parfait, elle n’est pas
isotherme), car une partie variable de l’enthalpie s’y transforme en énergie cinétique. Bien
que ce calcul reste d’intérêt limité, nous allons montrer comment déterminer les états en
tous les points intermédiaires entre les deux réservoirs.

(*) Si les deux réservoirs ne sont pas au même niveau, il y a conversion


enthalpie ⇔ énergie potentielle et donc des températures légèrement différentes.

24/134
Application a l‘écoulement adiabatique permanent d’un fluide quelconque dans un tuyau
à section constante :
Pour simplifier on néglige les
variations de cote verticale z.
On dispose du diagramme
enthalpie - entropie du fluide et
de 3 équations :

1) conservation du débit
massique
ρ U = ρ1 U1 = constante

2) ler principe
H + U2/2 = H1 + U21/2 =
constante

3) génération d’entropie

On part d’un état (l) bien déterminé et on cherche un état (2) quelconque correspondant à
une enthalpie H2 :
l’équation (2) donne U2, donc l’équation (1) donne P2 et en reportant sur le diagramme on
trouve P2, T2 et S2, enfin l’équation (3) permet de calculer numériquement le trajet L2 Ll le
long de la canalisation. Sur le diagramme tous les états successifs se regroupent sur une
courbe dite courbe de Fanno relative à l’état de départ (1).
Ce calcul peut être mené littéralement si le fluide est assimilable à un gaz parfait dont les
chaleurs massiques ne varient pas avec la température. L’enthalpie a alors pour expression
différentielle d.H = cp dT, ce qui donne en combinant avec l’expression venant du ler
principe.

D’autre part avec la relation de Mayer cp - cv = R/M = cp (γ - 1) /γ


l’équation d’état s'écrit p = [(y - 1) / γ] cp Τρ
c’est-à-dire dp/ρ = [(γ - 1) / γ cp][dT + T dρ/ρ]
L’équation de conservation du débit conduisant à dρ/ρ = -dU/U, on trouve avec dp/p =
dT/T + dρ/ρ et l’expression de T/T1 :

25/134
Enfin en employant l’expression différentielle des pertes de charge
dp/ ρ + d(U2/2) = λ. (U2/2) dL/Dh , on peut déterminer la position (L) qui correspond à
l’état p, T :

Notons encore que pour un gaz parfait, en écoulement adiabatique, on a donc la relation
[γ/ (γ -l)] p/ρ +U2/2 = constante, ce qui permet d’exprimer la perte de charge sous la
forme :

Qu’on retienne les hypothèses du § 3.2 ou celles du § 3.3.1 ou celles de ce paragraphe, on


obtient des formules très différentes par leur forme algébrique. La comparaison de ces
résultats ne peut être que numérique : nous la ferons seulement pour l’écoulement en
régime quadratique (λ indépendant de U) d’un gaz parfait à chaleur massiques constantes.
Soit une distribution où à l’origine le gaz a les caractéristiques suivantes :

On constate qu’il n’y a aucun inconvénient à supposer l’écoulement isotherme, même pour
ces conditions qui ont été choisies afin de mettre en évidence des écarts notables.

26/134
3.3.3 Ecoulement non-adiabatique d’un gaz dans un tuyau à section constante.
Dans les formules du § 3.3.2. il n’y a pas de difficultés de principe pour faire intervenir des
termes de pesanteur d’une part, d’autre part des échanges de chaleur avec l’extérieur. Le
terme dQ peut être estimé à l’aide d’un coefficient d'échange h global : par exemple
dQ= - π D h (T-T extérieur) dL. Ce même terme doit être ajouté à l’équation de variation
d’entropie. La difficulté pratique vient de ce que les termes de pesanteur et les termes
d’échange introduisent dans l’équation (2) une expression fonction de l’abscisse L le long
du tuyau et la méthode nécessite alors l’usage de l’ordinateur.

3.4 VISCOSITE D’UN FLUIDE.

3.4.1 Définitions
Les phénomènes provoqués par la viscosité sont très complexes et mettent en principe en
jeu 2 caractéristiques du fluide. Mais comme nous nous bornons à l’étude des écoulements
permanents dans les tuyaux, il n’intervient alors qu’une seule viscosité.
En effet la seconde viscosité ne peut se manifester que dans des variations importantes de
volume et dans les écoulements de fluide simple il ne peut s’agir que d’effets de
compressibilité. Ceux-ci sont donc exclus pour les liquides pratiquement incompressibles
et ils restent tout à fait négligeables dans les Ecoulements industriels de gaz en conduite.
On n’a donc à considérer qu’une seule viscosité notée η , mais celle-ci a une grande
importance pratique dans les écoulements puisqu’elle est à l’origine des pertes de charge.
Cette viscosité se manifeste de manière simple si les filets fluides sont sensiblement
rectilignes et parallèles. Considérons l’écoulement entre deux élans dont l’un est fixe et
l’autre animé d’une vitesse Ul.
Pour maintenir constante la vitesse de
la plaque supérieure, on constate qu’il
faut lui appliquer une certaine force F
horizontale, dirigée vers la droite.
Cette force est transmise à la couche
voisine ABA’B’. Or, celle-ci ayant un
mouvement permanent, la résultante
des forces auxquelles elle est soumise
est nulle ; c’est donc que la couche
sous-jacente A’B’A”B” lui imprime
une force F.

En vertu du principe de l’action et de la réaction, la tranche ABA’B’ exerce sur la tranche


A’B’A”B” une force tangentielle dirigée vers la droite et égale à F.
Or, ces deux couches voisines ont des vitesses légèrement différentes, puisque la vitesse du
fluide varie de O à U, d’une plaque à l’autre. Dans l’exemple considéré, c’est la couche
ABA’B’ qui est la plus rapide. La force tangentielle s’exerçant entre deux éléments fluides
voisins est donc liée au fait que ceux-ci glissent l’un par rapport a l'autre. Le sens de cette
contrainte dépend du sens de glissement.

27/134
Essayons de passer du qualitatif au quantitatif et considérons une surface dA parallèle aux

filets fluides. Désignons par n sa normale dirigée vers les y croissants. Cet élément d’aire
est soumis, de la part des couches supérieures, à une force tangentielle dT donnée par
l’hypothèse de NAVIER :

(3.9)
Cette relation est vraie en grandeur et en signe ; dT est dirigé vers la droite si le gradient
normal de vitesse dU/dn est positif. Le facteur η de proportionnalité est le “coefficient de
viscosité” du fluide (dit encore viscosité dynamique ou viscosité absolue).
Dans bien des cas la grandeur intéressante est le rapport n/ρ qu’on nomme viscosité
cinématique (notation ν).

3.4.2 Unités et mesures de viscosité.


D’après la formule de définition (3,9) la viscosité absolue η a pour dimension

Dans le système S.I. cette unité se nomme poiseuille.


1 Pl = 1 (pascal x seconde)
On trouvera souvent dans les tables de constantes physiques l’unité de l’ancien système
C.G.S., le poise : 1 Po = (l/10) Pl.
En pratique on emploie des unités plus petites :
- pour les liquides le millipoiseuille (=l centipoise) 1 mP1 = 1 CPo = 10-3 Pl
- pour les gaz le micropoiseuille 1 µPa.s = 1 µP1 = l0-6 P1
La viscosité cinématique η/ρ a pour dimension le quotient d’une surface par un temps.
L’unité S.I. est donc le m2/s, mais en pratique on utilise souvent le mm2/s qui se trouve être
égal au centistokes (le stokes est l’unité du système C.G.S., 1 St = 1 cm2/s).
Ordre de grandeur des viscosités
(température 20°C, pression atmosphérique normale = 1,013 bar)

28/134
La viscosité cinématique η/ρ des liquides varie très peu avec la pression, une légère
augmentation n’étant sensible qu’avec de hautes pressions (plus d'une centaine de bars).
Par contre la viscosité des liquides diminue en général très vite quand la température
s’élève.
Pour les gaz c’est la viscosité absolue n qui ne change pratiquement pas avec la pression,
du moins si celle-ci ne devient pas trop élevée. Par contre la viscosité n augmente
nettement avec la température : par exemple le méthane voit sa viscosité croître de 50 %
entre 20 et 200°C.
La viscosité se mesure par ses effets dans des écoulements particuliers dont les formes et
les conditions aux limites sont spécifiées par diverses normes. Dans le viscosimètre absolu
U.F. (Norme AFNOR T 60-100) il s’agit de l’écoulement dans un capillaire long sous une
différence de pression bien constante. Dans les viscosimètres empiriques Engler (Europe),
Saybolt (USA) ou Redwood (Grande-Bretagne) on mesure la durée de la vidange partielle
d’un récipient à travers un ajutage relativement court. Dans les viscosimètres genre
Couette on réalise le cisaillement du fluide entre deux cylindres coaxiaux, l’un tournant,
l’autre fixe sur lequel on mesure la force tangentielle de viscosité. Bien d’autres principes
physiques sont d’ailleurs mis en oeuvre tel que durée de chute de bille ou effets sur la
vibration de corps mis en oscillation : ce dernier principe permet la mesure industrielle en
continu.

3.4.3 Effets de la viscosité. Couche - limite


Un premier effet, très important sur le plan théorique, est de modifier la forme des
conditions aux limites des écoulements. Le long d’une paroi solide fixe, on impose à
l’écoulement d’un fluide parfait, d’avoir le vecteur vitesse tangent à la paroi en tous les
points de contact. Pour un fluide visqueux il faut que la vitesse s’annule à la paroi.
Pour fixer les idées, considérons une veine fluide uniforme, animée à l’infini amont d’une
vitesse Uo, horizontale, abordant une plaque 0x parfaitement plane et horizontale.
Pour un fluide parfait, la solution des
équations de l’hydrodynamique serait
évidente : U = Uo.
L’expérience met cette solution en défaut, et
montre que la vitesse du fluide est nulle à la
paroi, la viscosité ayant pour effet
“d’accrocher” à cette paroi les parcelles
avoisinantes. De ce fait, la répartition des
vitesses dans une section droite présente
l’allure indiquée sur la figure ; elle dépend
bien entendu de la tranche considérée.
L’étude de cette répartition ne sera pas abordée : disons seulement que le gradient de
vitesse n’a une valeur sensible que dans une zone restreinte, ce qui fait que l’écoulement
réel se trouve partagé en deux domaines :
- l’un au voisinage de la paroi, où sont localisés les effets de la viscosité (et par conséquent
les déperditions d’énergie), c’est la “couche limite”,

29/134
- l’autre, où l’écoulement peut être considéré comme parfait, puisqu’il coïncide avec la
solution hydrodynamique U = cte, c’est la zone saine. La frontière entre ces deux
domaines est d’ailleurs conventionnelle.
Cette schématisation a malheureusement un domaine d’application réduit par des
phénomènes d’instabilité :
- instabilité dans toute la masse de l’écoulement, ce qui constitue la turbulence, objet du
§ suivant,
- instabilité de la couche limite qui se décolle de la paroi, en particulier si celle-ci présente
des courbures locales excessives (et à fortiori des angles vifs) ; c’est la cause essentielle
des pertes de charge singulières étudiées dans la partie 4.

3.5 REGIMES D’ECOULEMENT

3.5.1 Régimes laminaire et turbulent


Un exemple simple, celui de l’écoulement d’un liquide dans un tuyau cylindrique de
section circulaire permet les constatations suivantes :
Aux faibles vitesses, on observe un écoulement tranquille au sein duquel les filets se
longent sans se mélanger. Un grain de colorant, introduit en un point de la section d’entrée,
colore uniquement les filets qui le touchent. C’est le cas (a) de la figure. Des mesures très
poussées permettent de montrer que la vitesse varie de manière continue, c’est-à-dire que
les vitesses en deux points voisins différent d’une quantité infiniment petite. En particulier,
les parcelles touchant la paroi ont une vitesse nulle. On dit que le régime est laminaire”.
Aux vitesses élevées, on observe au
contraire un écoulement agité au sein
duquel les filets ne sont plus
individualisés, mais subissent un
mélange continuel. Le colorant,
introduit de la même façon, emplit
progressivement toute la section droite
du tube (cas b).
Des mesures précises montrent qu’au
régime permanent se superpose une
agitation désordonnée de vitesse
moyenne nulle assez semblable à
l’agitation moléculaire. Deux points
voisins peuvent avoir des vitesses fort
différentes à un instant donné. On dit
que le régime est “turbulent”.
Dans ce cas précis du tube de section circulaire, le critère qui permet de classer un
écoulement dans l'une ou l’autre de ces deux catégories est une grandeur sans dimension
appelée “nombre de REYNOLDS”.

30/134
D étant le diamètre du tube, U la vitesse moyenne (quotient du débit volumique par l’aire
de la section droite). Pour des nombres de Reynolds inférieurs à 2.000, l’écoulement est
laminaire. Pour des valeurs supérieures a 10.000, l’écoulement est turbulent. Aux valeurs
intermédiaires, l’écoulement peut être laminaire ou turbulent suivant le cas. En opérant
avec précaution sur des tubes lisses, on peut atteindre de grandes valeurs de R, tout en
restant en régime laminaire. Au contraire, la rugosité des parois ou des troubles locaux
infimes déterminent l’apparition de la turbulence. La valeur critique Rc du nombre de
Reynolds n’est donc pas bien définie.
Dans un autre problème, on pourrait définir un nombre de Reynolds en faisant choix d’une
dimension caractéristique. Bien entendu, la valeur critique Rc n’aurait aucune raison d’être
égale à celle en tube circulaire.

3.5.2 Nature physique de la turbulence


Nous venons de signaler que le seul régime d’écoulement stable pour de grandes valeurs
du nombre de Reynolds est caractérisé par le fait que, pour des points infiniment voisins,
les vitesses semblent différer d’une quantité finie. Les filets fluides ne sont plus
individualisés ; il y a un brassage continuel de tous les filets participant à l’écoulement.
Chaque composante de la vitesse (Ux par exemple) varie très rapidement en chaque point,
et des mesures précises ont pu démontrer que cette variation n’a pas de fréquence
privilégiée. Sur un intervalle de temps (0,T) suffisamment long, on peut définir pour
-
chaque composante une valeur moyenne Ux et une valeur de fluctuation U'x :

- - -
Ux', Uy et Uz sont des fonctions continues de
x, y, z,t (en régime permanent elles ne
dépendent pas du temps). Les fluctuations ont
une moyenne nulle par définition.
On définit la vitesse “efficace” d’agitation U'
comme la moyenne quadratique de ses
composantes :

Le degré de turbulence est le rapport U'/U. Il


peut varier de 0,l à 5%. Dans quelques cas
exceptionnels il peut même atteindre 10 %
(exception faite des zones de décollement où il
peut atteindre des valeurs très supérieures).
L’agitation turbulente s’apparente, à une échelle infiniment supérieure, à l’agitation
moléculaire, certaines méthodes de calcul calquées sur celles de la Thermodynamique
Statistique permettent une approche mathématique du problème. Néanmoins, en l’état
actuel, nos connaissances du mouvement turbulent sont essentiellement expérimentales.

31/134
3.5.3 Effets de la turbulence
On conçoit intuitivement que le brassage continuel des filets entraîne une homogénéisation
des vitesses, les parcelles les plus rapides cédant de la quantité de mouvement à celles qui
le sont moins.
A titre d’illustration, reprenons l’écoulement au voisinage d’une plaque. Nous avons déjà
signalé l’existence d’une “couche limite” (§ 3.4.3.) à l’intérieur de laquelle la vitesse passe
de 0 à une valeur voisine de la valeur théorique Uo. L’étude complète montre que
l’épaisseur e de cette couche limite croît avec l’abscisse x, proportionnellement à √ x
Or, on constate expérimentalement qu’à
partir d’une certaine tranche d’abscisse X
la couche limite s’élargit brusquement.
En même temps, le régime à l’aval de X
devient turbulent : plus exactement, la
couche limite se divise en deux ; au
voisinage de la paroi, il subsiste une
couche laminaire, d’épaisseur el ; dans le
reste de la couche limite d’épaisseur
et - el , le régime est turbulent.
L’abscisse X de la tranche de transition
est définie par le nombre de Reynolds Rx
correspondant ; elle est d’ailleurs très
instable, et sa position dépend d’un
grande nombre d’impondérables
concernant l’écoulement amont. Les
valeurs extrêmes du Rx critique semblent
être :

La formation du noyau turbulent a pour effet d’homogénéiser la répartition des vitesses par
échanges transversaux de parcelles, si bien que pour un observateur ne disposant pas de
moyens exceptionnels, la vitesse paraît très voisine de U jusqu’à une distance très faible de
la paroi.
Toutefois, la couche laminaire de paroi joue un rôle fondamental, car a sa traversée, u
passe d'une valeur nulle à une. valeur finie, grossièrement égale à U/2.
Dans un tube de section circulaire, les phénomènes sont analogues. Il se forme à l’entrée
du tube, et au voisinage de la paroi, une couche limite qui s’épaissit progressivement.
Mais la veine n’étant pas infinie, la vitesse dans la “zone saine doit être supérieure à la
vitesse uniforme d’entrée, pour que le débit total se conserve.
Apres un certain trajet, la couche limite emplit tout le tube et le régime est établi au point J.
Le régime d’écoulement dans le tube dépend de l’apparition - ou de la non-apparition - du
noyau turbulent à l’amont du point J. La figure ci-dessous schématise les deux possibilités.

32/134
Les phénomènes décrits ci-dessus mettent en défaut la conservation de l’énergie
mécanique que traduit le théorème de Bernoulli.
- La viscosité se traduit par des contraintes tangentielles qui, dans le mouvement relatif des
parcelles, entraîne dans l’ensemble un travail négatif (pertes de charge reparties),
- La turbulence agit de même. L’apparente discontinuité de la vitesse traduit en fait des
échanges de parcelles fluides entre zones voisines, et l’échange de quantité de mouvement
qui en résulte se traduit par une diminution de l’énergie cinétique de l’ensemble des
parcelles (pertes de charge reparties),
- Les décollements, enfin, entraînent inévitablement des frottements entre la partie “saine”
et la zone de sillage, avec en général échange de masse et de quantité de mouvement
(pertes de charges singulières : cf § 4).
Pour toutes ces raisons, un écoulement de fluide réel s’accompagne toujours d’une
dissipation d’énergie.

3.6 EVALUATION DES PERTES DE CHARGE REPARTIES DANS LES CONDUITES


CYLINDRIQUES

3.6.1 Résistivité des conduites cylindriques


Dans une conduite cylindrique complètement remplie, les pertes de charge se traduisent
par la formule (c’est sous une autre forme la formule 3.2.)

Le coefficient sans dimension λ est la résistivité de la conduite.

33/134
La résistivité λ dépend des :
- Etat et nature du fluide spécifiés par la pression p , la masse volumique ρ et la viscosité η
- Conditions d’écoulement définies par la vitesse moyenne U (c’est le quotient du débit
volumique par l’aire de la section droite) et par la géométrie de la section droite puisqu’il
s’agit de conduites cylindriques. Pour une forme imposée (pour l’instant un cercle) la
section a sa grandeur caractérisée par une seule dimension Dh, le diamètre hydraulique
(pour un cercle, Dh = D diamètre géométrique) mais il importe de tenir compte des
irrégularités des parois réelles par une rugosité empirique ε /Dh

Mettons a part la rugosité ε/ Dh qui est par définition sans dimension. La résistivité λ, sans
dimension, est fonction de 5 grandeurs qui pour leur dimension font effectivement
intervenir les 3 grandeurs fondamentales L, M et T. Le théorème de Vaschy-Buckingham
(théorème II) indique que λ dépend en principe de 2 facteurs adimensionnels formés à
partir de ces 5 grandeurs (λ peut être aussi fonction de ε /Dh).
Il est intéressant que ces facteurs présentent une signification physique : il s’agira ici de
rapports de contenu énergétique. Le nombre de Reynolds Re représente le rapport de
l’énergie cinétique au travail de viscosité pour un volume de fluide D3h :

(3.11)
Le nombre de Mach M va résulter du rapport de l’énergie cinétique à l’énergie de pression.

En effet la vitesse du son dans le fluide vaut :


γ étant le rapport des chaleurs spécifiques (sans dimension). En définitive la résistivité
λ est une fonction de 4 grandeurs sans dimension :

( 3.12)
Dans les écoulements industriels, les vitesses sont toujours très faibles par rapport à la
vitesse du son dans le fluide, si bien que le nombre de Mach ainsi que γ n’ont aucune
influence sensible sur les pertes de charge. Dans ces conditions

(3.13)
Sauf dans le cas du régime laminaire, la fonction Ø ne peut être obtenue
qu’empiriquement.

34/134
3.6.2 Evaluation de λ en régime laminaire
Considérons un tube cylindrique à section
circulaire de rayon R = D/2 et dans un
tronçon de longueur ∆ L un élément
cylindrique de fluide de rayon r. Si
l'écoulement est laminaire stabilisé la
vitesse locale u est parallèle à l’axe du tube
et si le fluide est incompressible u ne
dépend que de r.

Le cylindre ainsi isolé supposé d’axe horizontal


n’est soumis qu’à deux forces axiales qui
doivent s’équilibrer :

et comme à la paroi (r=R) la vitesse s’annule :

La distribution de vitesse présente une forme parabolique et une seconde intégration


montre que la vitesse moyenne U vaut la moitié de la vitesse maximale :

(3.14)
(Dans le cas d’un tube cylindrique non horizontal la perte de charge s’écrirait :

35/134
On aboutit à la double conclusion, caractéristique du régime laminaire :
- Pour un tube donné, la perte de charge est proportionnelle au débit Q du fluide qui le
parcourt ;
- Pour un tube donné, la perte de charge est proportionnelle à la viscosité du fluide.
Si on exprime la perte de charge sous la forme générale (3,11)

on trouve que la résistivité λ est alors inversement proportionnelle au nombre de Reynolds


et la rugosité de la paroi n’intervient pas :

(3.15)
Le calcul n’est valable que pour un tube cylindrique de section circulaire. Si la section
droite du tube est rectangulaire e x 1 (0 < e/l ≤ 1) on peut employer la formule générale
3.11 avec le diamètre hydraulique Dh au lieu de D et la formule 3.15 devient λ = 64 kf/Re
Re étant calculé avec le diamètre hydraulique :
Dh = 4 x (Aire de la section/périmètre) = 2 el/(e+l)

Dans une canalisation de section carrée exe, Dh = e et kf = 0,890, pour une fente de très
faible épaisseur et de grande largeur (interstice de fuite par exemple) e/l → 0, Dh = 2e et
kf = 3/2
Le régime laminaire se rencontre très rarement dans les écoulements industriels. I1 ne
s’établit guère qu’avec des liquides très visqueux et dans les tubes de diamètre très réduit
(des canalisations de graissage par exemple) : en effet dans un tube de 0,10 m de diamètre
il est facile de voir que la vitesse de l’eau ne dépasse pas 0,024 m/s pour que le nombre de
Reynolds n’excède pas 2400 (cette vitesse s’élève à environ 0,34 m/s pour du méthane
sous très faible pression relative).

3.6.3 Evaluation de λ en régime turbulent


A nombre de Reynolds donné, si les deux régimes peuvent être observés, les pertes de
charge sont plus grandes en régime turbulent qu’en régime luminaire. Aussi, comme le
montre le graphe de la page 39 les courbes λ. = f(Re, ε /Dh) relatives au régime turbulent
se placent toujours au-dessus de la courbe unique h = 64/Re du régime laminaire.
L’évaluation de λ en turbulent ne peut se faire que par des formules empiriques traduisant
des résultats d’expériences. Dans les conduites industrielles, toujours plus ou moins
rugueuses, on constate que vers les grands nombres de Reynolds, la résistivité λ ne dépend
plus que de la rugosité ε /Dh : c’est le régime dit quadratique pour lequel λ. ne variant plus
avec Re et donc avec la vitesse d’écoulement, les pertes de charge croissent
rigoureusement comme le carré de cette vitesse.

36/134
En régime quadratique on s’accorde généralement pour accepter l’expression de λ issue
des travaux de Nikuradse :

Dans toutes les formules donnant λ les logarithmes sont à base 10. Le diamètre à y faire
intervenir, ainsi que dans le calcul du nombre de Reynolds Re est le diamètre hydraulique
déjà défini :
Dh = 4 (Aire de la section/Périmètre) (3.17)
Une section circulaire a son diamètre hydraulique égal à son diamètre intérieur.
Pour des régimes turbulents à plus faibles nombres de Reynolds la sous-couche limite
laminaire enrobe de plus en plus les aspérités de la paroi à mesure que Re diminue : de ce
fait l’effet de rugosité devient de moins en moins déterminant alors que l’influence du
nombre de Reynolds devient plus sensible. Dans ces régimes la variation de la perte de
charge avec la vitesse n’est plus quadratique (exposant légèrement inférieur à 2, mais
variable avec Re) et de même en fonction du diamètre le terme Dh-x voit son exposant x
s’abaisser un peu en dessous de 5.
Il n’y a pas d’accord général sur les formules traduisant ces phénomènes. Pour les
conduites industrielles la formule la plus largement utilisée est celle proposée par
Colebrook

(3.18)
Cette formule est valable pour tous les régimes turbulents car aux fortes valeurs du nombre
de Reynolds le premier terme dans le logarithme devient négligeable devant le terme de
rugosité et on retrouve l’expression de Nikuradse. Bien que λ figure dans les deux
membres, l’usage pratique de cette formule, par approximations successives, n’est pas si
malaisé qu’on pourrait le craindre, car λ ne varie pas tellement (1,5/100 à 4/100) et Re est
souvent très grand, pour les canalisations industrielles.
Bien d’autres formules existent pour évaluer λ en régime turbulent. Citons à titre
d’exemple une formule employée pour les canalisations de transport de gaz (**)

(*) On nomme parfois facteur de transmission le coefficient 1√λ


(**).F.DEWERDT, A.ASSELlN “Etude expérimentale et théorique des pertes de charge
dans les canalisations de transport de gaz “(Congrès A.T.G. 1981)

37/134
f est un coefficient correcteur qui tient compte à la fois de pertes de charge singulière
(courbure moyenne par kilomètre) et de la rugosité, f = 0,985 à 0,92.
Choix de la rugosité apparente ε :
En fait il arrive souvent que le résultat de l’évaluation d’une perte de charge dépende
moins de la formule retenue que du choix de la valeur de ε. La rugosité ε ne peut pas être
connue par des mesures géométriques de rugosité car il s’agit de valeurs qui sont en fait
ajustées pour traduire les résultats d’essais d’écoulement (d’où le qualificatif d’apparente).
La grosse difficulté vient de l’évolution de ε au cours du temps, car l’usure, l'érosion,
l’oxydation, les dépôts et les incrustations qui se produisent en service sur les parois,
modifient, et parfois beaucoup, la rugosité.
Voici quelques valeurs convenant aux canalisations en acier :

(*) rugosité convenant probablement pour les tubes en plastique.

38/134
39/134
4 PERTES DE CHARGE SINGULIERES
Elles résultent des phénomènes localisés qui accompagnent les changements de direction
dans les écoulements. Elles surviennent donc quand la canalisation présente des coudes ou
des angles ou quand elle change plus ou moins brusquement de section, soit par variation
du diamètre, soit en raison d’obstacles placés dans le fluide.

4.1 MECANISMES PRODUISANT LES PERTES DE CHARGE SINGULIERES

4.1.1 Effort sur un obstacle dans un écoulement


La perte de charge singulière que provoque un obstacle dans un écoulement équivaut à la
réaction produite par cet obstacle sur le fluide.
Considérons en effet un
tronçon de canalisation
cylindrique au centre duquel
est fixée par exemple une
sphère assez petite (son
diamètre D0 est inférieur au
rayon D/2 de la canalisation).
L’écoulement du fluide
produit sur la sphère une
force de trainée Fx :

avec

Avec une longueur de tronçon assez grande (soit L/D>l0 à 15) il entre dans le domaine
fluide délimité sur la figure autant de flux de quantité de mouvement qu’il en sort. Dans ce
cas la différence des pressions sur les sections extrêmes, ce qui constitue la perte de
charge, est équilibrée par les effets conjugués de la réaction -Fx due à la sphère et des
frottements à la paroi que nous écrirons comme précédemment −λ (L/D) ρ U2/2 :

ou

(4-l)

On pose parfois :

(4.2)
formule où Le note la longueur équivalente qui traduit la perte de charge singulière :

(4.3)

40/134
Les mesures en soufflerie montrent que, pour une sphère, le coefficient de traînée reste à
peu près constant (cx ≈ 0,44) tant que le nombre de Reynolds relatif à la sphère Reo =
UDo(n/ρ) se trouve compris entre 103 et 2 x 105 (Au delà de Reo = l06, cx se révèle aussi
constant, mais avec une valeur plus faible, cx ≈ 0,20). Si l’écoulement dans la canalisation
se fait en régime quadratique, on a donc beaucoup de chance que la longueur équivalente
Le ne change pas avec la vitesse U, mais même pour ces régimes elle n’est, en principe,
valable que pour le couple sphère-tube considéré (car elle dépend de D, Do/D et ε /D).
Les formules (4.1) et (4.2) pourraient être appliquées pour n’importe quelle forme
d’obstacle. Cependant un calcul rigoureux (ce qui est souvent superflu en la matière)
devrait prendre en compte les effets suivants :
- les pertes de paroi doivent être majorées dans la zone où le fluide accélère, puis ralentit
en raison de l’obturation partielle par l’obstacle,
- l’obstacle n’est pas placé dans un écoulement infini, mais dans une veine limitée par des
parois assez proches, ce qui doit modifier la valeur du coefficient de traînée,
- enfin la conservation du débit massique, c’est-à-dire ∫ΑΙ UldA = ∫Α2 U2dA, ne suffit pas
pour garantir la conservation du flux de quantité de mouvement, c’est-à-dire l’égalité des
deux intégrales ∫Α1 U12dA = ∫Α2 U22dA : ceci suppose que la carte des vitesses est la même
dans les deux sections extrêmes, malgré le trouble produit en aval par l’obstacle. Pour qu’il
en soit ainsi il faut que l’écoulement stabilisé se soit rétabli dans la section A2, ce qui
implique que celle-ci soit assez loin après l’obstacle.
Des effets précédents résulte qu’en toute rigueur les pertes de charge ne sont pas additives.
Dans un appareil, tel qu’une vanne, où l’écoulement traverse successivement des formes
variées, même si on connaissait les pertes de charge produites par chaque forme
élémentaire, on ne pourrait en prévoir la perte de charge d’ensemble car les effets
d’interaction seraient dans ce cas prédominants. Un appareil doit donc être caractérisé par
un coefficient global de pertes de charge qui ne peut être obtenu que par essais. Au
contraire, dans les canalisations industrielles on s’efforce de réduire les pertes de charge
qui sont des pertes d’énergie fluide. Aussi les pertes de charge singulières sont en nombre
limité, souvent localisées assez loin les unes des autres, et en général assez petites devant
les pertes de charge reparties (*) : dans ces conditions il n’y a aucun inconvénient pratique
à évaluer séparément les différentes pertes de charge et à ajouter simplement les résultats.

4.1.2 Décollements et pertes de charge


Nous allons maintenant nous intéresser aux phénomènes physiques qui ont pour
conséquence la traînée sur l’obstacle et donc les pertes de charge correspondantes. Comme
pour une plaque (cf. § 3.5.3.), il se forme autour de l’obstacle une couche limite, d’abord
laminaire aux très faibles nombres de Reynolds relatifs, puis turbulente. Mais en raison de
la courbure que l’obstacle impose aux filets, il se produit en général très vite un
décollement de la couche limite, ce qui engendre des tourbillons qui persistent très
longuement en aval dans la zone de sillage. Alors que les effets laminaires sont
sensiblement proportionnels à la vitesse amont U, les effets dynamiques (turbulence,
tourbillons) donnent en général des lois quadratiques Avec les formes (fortes courbures,
voire angles vifs) et les régimes habituels dans les écoulements industriels, les effets
dynamiques dominent toujours et les lois des pertes de charge singulières ont pratiquement
toujours la forme ξ U2/2, ξ étant des coefficients caractéristiques indépendants de U.

(*) Bien entendu une vanne de réglage de débit peut provoquer aux faibles débits la perte
de charge prédominante

41/134
Dans certains cas comme avec la sphère ou le cylindre on pourrait observer deux régimes
quadratiques, chacun d’eux correspondant a une valeur constante de Cx et la transition se
faisant sur une plage assez étroite de nombres de Reynolds élevés. Ces deux régimes
présentent des géométries d’écoulement turbulent différent par la position du point de
décollement et par la forme de la zone de sillage : la figure suivante montre ce phénomène
pour un cylindre infini axialement. Il est rare que les vitesses dans les écoulements
industriels soient telles qu’on rencontre cette transition.

Les pertes de charge singulières sont donc surtout liées à des effets dynamiques de traînée.
En général elles sont plus grandes pour les formes présentant des angles vifs. Au contraire
avec des formes de transition profilées on réduit souvent et le Cx et les pertes de charge, du
moins si le gain sur les effets dynamiques n’est pas annulé par l’augmentation des
frottements sur des parois plus étendues.

4.1.3 Effet des pertes de charge singulières


Une des formes qui seront présentées dans les § suivants provoque une perte de charge
déterminée ∆h. On encadre cette forme par deux sections droites 1 et 2, et dans la
section 1, en amont, on connaît toutes les grandeurs utiles : aire Al, niveau vertical z1 du
centre de gravité, vitesse moyenne U1 et état du fluide (pl, ρ1, T1). Dans la section en aval 2
ne sont précisées que les grandeurs géométriques A2 et z2 et le problème est de déterminer
la vitesse et l’état du fluide.
Le calcul est immédiat .pour un .fluide .gardant une masse volumique p constante.
L’équation de. continuité AlU1 =A2U2 donne la vitesse moyenne U2 et par l’équation
inspirée par le théorème de Bernoulli on obtient la pression p2 (les températures
n’interviennent pas) :

42/134
Par contre, pour un fluide à p variable on ne peut plus intégrer cette dernière équation entre
1 et 2 et on doit donc se contenter de solutions approximatives. Heureusement dans
beaucoup de problèmes pratiques, les pertes de charge singulières restant petites devant les
pertes de charge réparties peuvent sans grand inconvénient être évaluées avec une moindre
précision.
a) Hypothèse 1: Ecoulement isotherme
L’isotherme se traduit par la relation p1/ρ1 = p2/ ρ2 et on écrit alors ∆h = (U12 - U22)/2
+ g(z2 - z1), d’où U2 et par l’équation de continuité ρ1 UlAl = ρ2Α2, ρ2, et par la relation
d’isothermie p2.
b ) Hypothèse 2 : Ecoulement adiabatique
L’expression du premier Principe (cf. § 3.3.2)

et l’équation de continuité ρ1 UlA1 = ρ2 U2Α2 montre que l’état 2 se place dans le


diagramme H-S sur une courbe de Fanno que l’on trace point par point en respectant la
relation H + C1/ρ2 = C2 (Cl, C2, 2 constantes convenables).
Quant à la perte de charge ∆h elle correspond à une génération d’entropie qu’en première
approximation on peut exprimer avec la température Tl :
Sl - S2” = ∆h/T1. Par intersection avec la courbe de Fanno on a une première
approximation de la température T2, d’où une seconde approximation de S2 :

L’hypothèse d’isothermie bien que moins fondée physiquement, conduit à des calculs plus
simples, qui suffisent dans la plupart des cas.

4.2 PERTES PAR VARIATION DE SECTION DROITE

4.2.1 Elargissement brusque


Lorsque deux conduites rectilignes, de section A et A’, se raccordent par une surface plane,
les filets qui longeaient la paroi du tube amont ont tendance à continuer leur trajet, et ne
recollent à la paroi aval qu’après avoir parcouru une certaine distance. Il se forme donc,
juste derrière la tranche de raccordement, une zone tourbillonnaire qui entraîne une
dissipation d’énergie.
Désignons par U et U’ les vitesses
dans les sections droites situées loin
à l’amont et à l’aval, et par p et p’ les
valeurs correspondantes de la
pression. Supposons en outre que la
masse volumique ρ ne subit pas de
variation appréciable. Alors, la perte
de charge a pour valeur :

43/134
Un “théorème” dû à BORDA donne :

La forme de ce théorème n’est pas sans évoquer le théorème de Carnot sur les chocs : la
perte d’énergie au cours d’un choc est égale à l’énergie cinétique correspondant aux
“vitesses perdues”. C’est qu’il y a identité des phénomènes ; le liquide arrive en effet dans
une zone où p’ > p et subit donc un véritable choc.

4.2.2 Elargissement progressif


Lorsque le raccordement se fait par un
diffuseur tronc-conique, les zones
tourbillonnaires sont plus limitées, d’autant
plus que δ (demi-angle au sommet) est plus
faible. Par analogie avec le cas précédent,
on pose :

et ξ est une fonction de δ. Les travaux expérimentaux (GIBSON) montrent que ξ ; croît
très rapidement des que δ dépasse 7 à 8°. On a donc intérêt a prévoir des diffuseurs à angle
fermé, mais on est limité, dans cette voie, car D et D’ sont en général imposés et la
longueur du raccordement est donnée par :

Si on diminue trop δ, on augmente la longueur et les pertes de paroi commencent a devenir


appréciables.

44/134
Si on porte sur un même graphique, en fonction
de δ, les pertes d’élargissement ∆he, et les
pertes de paroi ∆hp , ainsi que la perte totale
∆ht, on obtient des courbes ayant l’allure ci-
contre. On voit qu’il existe un angle δ optimum
qui, pour les cas usuels, se situe entre 4° et 7°.
La perte de charge minimale est de l’ordre de :

Remarque 1 : la faible valeur de δ peut


présenter des inconvénients, notamment du
point de vue encombrement. Pour raccorder
deux conduites de 100 et 200 mm, avec δ = 4°,
il faudrait disposer de 715 mm. Un artifice
consiste à cloisonner la veine par des troncs de
cône coaxiaux pour fractionner la veine fluide
et réduire la divergence des veines
élémentaires. Là encore, il y a une densité
optimum de cloisonnement, réalisant un
compromis entre les pertes par divergence et
celles par frottements de paroi.

Remarque 2 : la meilleure forme possible des


raccordements n’est pas tronc-conique. I1 vaut
mieux une surface de révolution dont la
méridienne possède une courbure nulle au
raccordement amont, cette courbure
augmentant ensuite progressivement. On peut
également avoir recours à l’aspiration de la
couche limite en des points judicieux.

45/134
4.2.3 Rétrécissement brusque
C’est le problème inverse du § 4.2 1. Il y a
d’abord contraction de la veine suivant un
processus déjà décrit ; ceci n’entraîne
aucune perte, mais la veine est ensuite
obligée de diverger pour remplir la
canalisation aval, et il se forme une zone
tourbillonnaire derrière le rétrécissement.
Le problème n’est guère accessible au
calcul et on se contente de la formule
approchée :

4.2.4 Rétrécissement progressif


Pour un organe convergent, les pertes de charge peuvent être réduites à presque rien par
une forme appropriée. Avec un raccordement tronc-conique, on enregistre bien un léger
décollement à la sortie, mais si l’on prend soin de profiler un tant soit peu cette partie, les
pertes de forme sont pratiquement réduites à rien, aussi courte que soit la transition. En
définitive, les convergents, qui transforment de l’énergie de pression en énergie de vitesse,
atteignent couramment des rendements de l’ordre de 98 % : la transformation pression-
vitesse est beaucoup plus facile que son inverse.

Cette remarque fondamentale explique les différences de rendement global dans des
machines apparemment semblables, telles que les turbines et les turbopompes. A puissance
égale, il n’est pas rare d’avoir des rendements de 90 % pour les turbines et de 70 a 75 %
seulement pour les pompes

46/134
4.2.5 Raccordement des canalisations industrielles
Suivant la nature et l’importance des tuyaux industriels, le raccordement de deux éléments
consécutifs s’effectue de diverses manières. Pour les tubes en acier étiré de faible diamètre,
l’élément de jonction est un manchon fileté. Pour les diamètres plus importants, la jonction
se fait par emboîtement. Enfin, pour les conduites de grande longueur, il y a lieu de prévoir
entre chaque massif d’ancrage des “soufflets de dilatation”. Le plus ou moins bon montage
des tuyauteries peut amener des pertes de charge très différentes (voir croquis).

47/134
4.3 PERTES DE CHANGEMENT DE DIRECTION

4.3.1 Ecoulement dans un coude torique


Chaque parcelle est soumise à une force
d’inertie centrifuge, et la résultante de
ces forces crée une surpression dans la
partie extérieure du coude. Donc les
filets issus de A rencontrent en M une
zone de forte pression ; ils se trouvent de
ce fait ralentis et la zone AM est une
zone de divergence des filets qui se
comporte comme un diffuseur.
On s’aperçoit de même que la zone NB’
est une zone de divergence, qui peut
s’accompagner d’ailleurs de décollement
de veine.
Pour étudier expérimentalement la perte
de charge dans un coude de rayon R et
d’angle β, on l’écrit sous la forme :

ζ étant fonction de R/D et de β. Quant à


la perte de paroi, elle est proportionnelle
à la longueur de la zone de
raccordement, donc a βR.
Le graphique ci-contre se rapporte à un
coude ,à angle droit (β = 90°). En
fonction de D/R, on a représenté le
ξ total, résultant des pertes par déviation
et, des. pertes de paroi. .
Le graphique montre que pour les
matériaux usuels, il existe une courbure
optimale aux environs de D/R = 0,35, la
perte de charge correspondante étant de
l’ordre de 0,15 U2/2.

48/134
Remarque : dans un coude, il y a une autre
cause de perte. La force centrifuge mentionnée
ci-dessus agit d’autant plus que les parcelles
sont plus rapides ; celles qui se trouvent au
centre sont donc rejetées vers la périphérie, les
autres refluent au contraire vers l’intérieur du
coude. Le résultat est que, dans une section
droite telle que MN, il s’établit un courant
secondaire dont les vitesses sont contenues
dans le plan de la section droite (donc
perpendiculaire à l’écoulement général). Ce
courant secondaire ne participe en rien au débit
et cependant il est générateur de dissipation
d’énergie.

4.3.2 Coude à angle vif


Deux conduites circulaires peuvent être
raccordées directement par l’ellipse commune.
Dans ces conditions, il se forme un
décollement interne, et quelquefois dans la
zone externe si l’angle β est grand. Ce type de
raccordement est évidement un pis-aller Avec
la même définition de ζ qu’au § 4.3.1., une
formule empirique couramment employée est
celle de WEISBACH :

En particulier, pour un coude à 90° à angle vif, on trouve sensiblement

4.3.3 Cloisonnement
Pour des raisons d’encombrement, on est amené souvent a faire choix de rayons de
courbure très faibles. On essaye alors de réduire les pertes en cloisonnant le coude, chaque
veine élémentaire ayant un diamètre hydraulique plus faible, donc un rapport D/R modéré.
Là encore il y a une densité de cloisonnement optimum pour réaliser un compromis entre
pertes de forme et pertes de paroi. Dans certains cas, on a pu construire des coudes à vifs à
90° dont la perte de charge ne dépasse pas 0,15 U2/2.

49/134
On peut retenir que le cloisonnement doit être beaucoup plus dense à l’intérieur du coude
qu’à la périphérie : on s’impose en général un espacement des cloisons en progression
géométrique Le cloisonnement des coudes revêt une grande importance dans les
souffleries, où l’on doit non seulement réduire les pertes de charge, mais aussi réaliser à la
sortie des veines très homogènes en vitesse.

4.3.4 Forme optimale des coudes


L’élément torique n’est probablement pas
optimum L’expérience montre qu’il y a intérêt à
conserver un arc de cercle à l’intérieur, mais à
choisir une courbe plus aplatie à l’extérieur. La
section médiane a une dimension MN réduite,
et une dimension perpendiculaire PQ
augmentée (pour maintenir la section droite
constante).
L’amélioration peut s’expliquer par le fait que
la dimension radiale étant rétrécie, l’inégalité de
répartition des vitesses due à la force centrifuge
y est moins accentuée.

50/134
4.3.5 Applications
L’une des plus connues est le “joint-labyrinthe”
utilisé pour assurer l’étanchéité des arbres des
machines. La partie fixe (stator) comporte des
rainures dans lesquelles tournent des baques
calées sur le rotor ; chaque baque oblige le fluide
à quatre coudes vifs a 90° et la perte de charge
par élément de joint est 4 U2/2g. Connaissant la
différence des pressions on en déduit le nombre
d’éléments nécessaires pour réduire la vitesse de
fuite U, donc le débit de fuite, a une valeur
prédéterminée.
On peut d’ailleurs augmenter l’efficacité du joint
en profilant convenablement les bagues (Croquis
b) ce qui ajoute une perte par divergence ; aux
points A et B la vitesse U’ est très supérieure à.
U et, pour chaque rainure, la perte de charge est
approximativement :

La méthode de calcul des pertes par coude est


encore applicable aux chicanes (empilements de
réfractaires sur le trajet des fusées dans les
organes de récupération de chaleur, etc...). A
chaque chicane, le fluide subit une déviation de
180° et la perte de charge est sensiblement celle
de deux coudes brusques à 90°, soit U2.

4.4 SINGULARITES DIVERSES


Les réseaux industriels sont en général parsemés de singularités ou d’obstacles divers, qui
nécessitent une prise en compte particulière de la perte de charge, soit par mesure directe
s’il s’agit d’un cas compliqué, soit par des formules empiriques pour les cas les plus
fréquemment rencontrés.
Dans les catalogues industriels, les articles de robinetterie sont souvent définis par un
“coefficient de débit”, qui est le débit traversant le robinet pour une différence de pression
unitaire, et pour un liquide de densité 1. Ce paramètre n’étant pas sans dimension, il faut
bien examiner quelles sont les unités employées (référence fréquente aux unités US,
gallons par mn pour le débit et livre par pouce carré pour la pression). Ne pas oublier, en
outre, que la différence de pression varie comme le carré du débit.

51/134
BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE
- E.A. BRUN, A. MARTINOT-LAGARDE, J. MATHIEU
Mécanique des fluides (3 VOlS) Dunod Paris
- R. COMOLET
Mécanique expérimentale des fluides (tomes I et II)
- R. COMOLET, J. BONNIN
(tome III - recueil de problèmes) Masson Paris
- I.E. IDEL’CIK - Mémento des pertes de charge (trad. du russe)
(collection du Centre de Recherche et d’Essais de Chatou) - Eyrolles Paris.
- I.E. IDEL’CIK, G. MALYASKAYA, 0. MARTINENKO, E. FRIED
Handbook of hydraulic resistance 2ème édition revue et augmentée) 1986

52/134
53/134
54/134
55/134
56/134
57/134
58/134
59/134
60/134
61/134
62/134
63/134
64/134
65/134
66/134
67/134
68/134
69/134
70/134
71/134
72/134
73/134
74/134
75/134
76/134
77/134
78/134
79/134
80/134
81/134
82/134
83/134
84/134
85/134
86/134
87/134
88/134
89/134
90/134
91/134
92/134
93/134
94/134
95/134
96/134
97/134
98/134
99/134
100/134
101/134
102/134
103/134
104/134
105/134
106/134
INSTITUT FRANCAIS DU FROID
INDUSTRIEL ET DU GENIE
CLIMATIQUE

MACHINES TRITHERMES
ABSORPTION LIQUIDE

Pierre NEVEU
Janvier 95

107/134
1 - GENERATEURS THERMODYNAMIQUES
Tout transformateur thermodynamique possède deux parties : une partie motrice et une partie
génératrice. Un moteur thermodynamique est un transformateur qui reçoit de la chaleur d'une source
à température élevée. Le théorème de Carnot indique qu'un tel moteur doit nécessairement rejeter de
la chaleur à une température inférieure (impossibilité du moteur monotherme). Par opposition, un
générateur thermodynamique reçoit de la chaleur d'une source froide. On démontrera que ceci
nécessite obligatoirement un rejet thermique à une température plus élevée, et un apport de travail
mécanique.
Les machines à froid, dont l'objectif est de produire du froid à une température Tb (c'est à dire de
consommer la chaleur Qb à Tb) inférieure à la température de l'environnement To, comprendront
donc obligatoirement un générateur thermodynamique associé à un moteur. Ce moteur peut être soit
extérieur à la machine pour les générateurs dithermes, soit intégré dans celle-ci pour les machines
trithermes.

1.1 - GENERATEUR DITHERME


Les deux principes de la thermodynamique montrent qu'une production de froid nécessite
obligatoirement le rejet d'une quantité de chaleur à une température supérieure à Tb, ainsi que
l'apport de travail mécanique W :

(S1)
avec P(S) > 0,
Le deuxième principe montre clairement que la somme ∑ Q  T doit comporter nécessairement un
i i

terme négatif pour que l'égalité soit vérifiée. En effet, une production de froid correspond à un
apport de chaleur, et donc, à un terme Q T positif. D'autre part, ce rejet thermique Q  (Q  < 0)
b b o o

effectué à la température de l'environnement, c'est à dire à une température To, supérieure à Tb, sera
donc obligatoirement plus élevée en valeur absolue que Q  . On aura donc :
b

To > Tb ⇒  < Q
Q  (1)
b o

et, d'après le premier principe :


W =- Q  -Q  >0 (2)
b o

ce qui montre qu'un générateur ditherme consomme nécessairement du travail et doit donc être
associé à un moteur. Les deux principes deviennent pour une telle machine :

(S2)
En combinant les deux équations du système (S2), on obtient l'expression du travail nécessaire :

108/134
(3)
(3) montre que le travail sera minimal pour une machine réversible (cycle de Carnot inversé).
On définit le coefficient de performance d'un générateur ditherme comme le rapport entre la
 et la puissance mécanique consommée W
puissance froid utile Q  :
b

(4)
D'après (3),

(5)
d'où :

(6)
soit encore

(6')
Dans le cas d'une machine de Carnot, P(S) est nul et le coefficient de performance ne dépend que
des deux niveaux de température Tb et To :

(7)
La figure (1) schématise le fonctionnement des générateurs dithermes, qui sont à la base des
machines à compression de gaz ou de vapeur.

Figure 1 : principe du générateur ditherme (a), selon lequel fonctionnent les machines à
compression de vapeur (b).

109/134
1.2 - MACHINES TRITHERMES
L'utilisation de trois niveaux de température permet de produire du froid à partir de chaleur
uniquement. Considérons une machine susceptible d'échanger de la chaleur à trois niveaux de
température Tb, To et Th vérifiant Tb < To <Tb et échangeant éventuellement du travail avec
l'extérieur. L'écriture des deux principes donne :

110/134
(S3)
Ceci conduit à :

(S4)
 :
On en déduit une expression du travail W

(8)
Le premier et le troisième terme étant obligatoirement positif et le terme (-1 + To Th ) étant négatif,
 est positif, c'est à dire qu'il est possible de produire du
(8) montre que le travail peut être nul si Q h

froid Q en utilisant une source thermique à une température T supérieure à T . Pour une telle
b h o

machine , on a donc :

(S5)
 et
Le coefficient de performance sera ici défini comme le rapport entre la puissance frigorifique Q b

la puissance thermique Q consommée à T .


h h

que l'on peut exprimer à l'aide de (S5.2) :

(9)
soit encore :

(9')
Dans le cas d'une machine réversible (P(S) = 0), on obtient :

(10)
Cette dernière expression fait apparaître le produit du rendement ηc d'un moteur de Carnot
fonctionnant entre Th et To, et du coefficient de performance COPc d'un générateur de Carnot
produisant du froid à Tb et rejetant de la chaleur à To (cf. équation (7)):

(10')

111/134
Une telle machine réversible, qui conduit au coefficient de performance maximum que l'on peut
attendre d'une machine tritherme, est schématisée sur la figure 2. Elle met en oeuvre deux cycles de
Carnot (un direct, un inverse) dont les aires doivent être égales.

Figure 2 : Machine de Carnot tritherme. Les aires des deux cycles dans le diagramme T,s sont
égales : elles représentent le travail fourni par le moteur (sens direct) et celui consommé par le
générateur (sens inverse).

1.3 - PRISE EN COMPTE DE L'ENERGIE PRIMAIRE POUR LES GENERATEURS DITHERMES


Il a été démontré en 1.1 qu'un générateur ditherme devait être obligatoirement associé à un moteur,
puisqu'il nécessite une consommation de travail mécanique. En comparant les expressions (6') et
(9') donnant respectivement les COP pour les machines dithermes et trithermes, il apparaît que ces
deux expressions ont une forme identique :

(11)
avec En : puissance consommée (en énergie primaire),
TEn : température de l'énergie primaire utilisée, égale à la température de la source chaude,
lorsque l'énergie primaire utilisée est de la chaleur, égale à l'infini lorsque l'énergie
primaire utilisée est du travail mécanique.
Cette dernière forme illustre le fait que le travail mécanique est équivalent à de la chaleur disponible
à une température infinie, ou inversement que la chaleur est une forme dégradée (c'est à dire de
qualité inférieure) de l'énergie. La figure 3 représente l'évolution du COP de la machine réversible
précédante en fonction de la température de source chaude utilisée. Le cas Th = ∞ correspond à un
générateur ditherme.

112/134
Figure 3 : Evolution du COP d'une machine tritherme de Carnot en fonction de la température Tb de
production de froid et de la température de la source chaude Th.
La figure précédente semble montrer tout l'avantage d'utiliser un générateur ditherme consommant
du travail mécanique. En fait, l'énergie mécanique est obligatoirement produite par un cycle moteur:
- cycle de Hirn dans une centrale électrique dans le cas d'une machine frigorifique entraînée par un
moteur électrique,
- cycle Diesel dans le cas d'un entraînement par moteur thermique.
Pour les premiers, la température haute utilisée est de l'ordre de 500/600°C alors que pour les
moteurs à combustion interne, la température haute (température de combustion) avoisine les
1000°C. Du point de vue de l'énergie primaire utilisée, il apparaît alors qu'un générateur ditherme se
comporte comme une machine tritherme (figure 4). Si l'on veut donc comparer les systèmes du
point de vue de l'énergie primaire, il est nécessaire de prendre ce fait en compte. Ainsi, les COP des
générateurs dithermes correspondront, dans le cas idéal (machines de Carnot) aux courbes
Th = 600°C et Th = 1000°C suivant les moteurs utilisés.

Figure 4 : Globalement, un générateur ditherme est une machine tritherme. Exemple d'une
installation à compression de vapeur entraînée par un moteur électrique.
D'autre part, toute transformation d'énergie faisant intervenir de l'énergie mécanique est source
d'irréversibilité. Les rendements thermodynamiques actuels (rapport entre le rendement réel d'une
machine et le rendement de Carnot correspondant) ne dépassent pas 50%, ce qui implique un
rendement global inférieur à 25% :

(12)

113/134
Sur la figure 3, ceci a pour conséquence de ramener les courbes correspondant à Th = 600°C et
Th = 1000°C à l'intérieur du domaine délimité par les courbes Th = 300°C et Th = 100°C. Il apparaît
donc intéressant de développer les systèmes trithermes, qui ne nécessitent pas de travail mécanique
et pour lesquels on peut donc espérer des sources d'irréversibilités moins élevées, c'est à dire un
meilleur rendement thermodynamique. En d'autre terme, la différence entre rendement réel et
rendement de Carnot pour les machine trithermes sera moins importante que pour les générateurs
dithermes.
Pour ces raisons, plusieurs procédés trithermes sont actuellement développés. On peut citer
notamment :
- les machines à absorption liquide,
- les machines à adsorption solide,
- les machines à réaction chimique,
- les machines à éjection.
L'objectif visé est d'atteindre des COP supérieurs à 1, qui, compte tenu de ce qui précède,
permettrait de concurrencer les machines à compression de vapeur. Bien que cet objectif ait été déjà
atteint sur des pilotes de laboratoire, seules les machines à absorption liquide sont actuellement
commercialisées, principalement par des constructeurs japonais et américains. Les COP de ces
machines commerciales restent pour l'instant de l'ordre de 0,3 à 0,7 suivant le procédé utilisé, mais
devrait rapidement tendre vers l'unité dans les années à venir et par suite connaître un
développement important, tant pour les applications domestiques, qu'industrielles. Ce sont donc ces
dernières qui vont être présentées maintenant.

2 - MACHINES A ABSORPTION LIQUIDE

2.1 - PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT


Les machines frigorifiques à absorption liquide fonctionnent grâce à la faculté de certains liquides
d'absorber (réaction exothermique) et de désorber (réaction endothermique) une vapeur. Elles
utilisent également le fait que la solubilité de cette vapeur dans le liquide dépende de la température
et de la pression.
Ainsi, ces machines utiliseront comme fluide de travail un mélange binaire, dont l'un des
composants est beaucoup plus volatile que l'autre, et constituera le fluide frigorigène. L'autre
constituant sera appelé absorbant dans ce qui suit. Deux couples sont principalement utilisés :
- Eau + Bromure de Lithium (H2O/LiBr), l'eau étant le fluide frigorigène,
- Ammoniac + Eau (NH3/H2O), l'ammoniac étant le fluide frigorigène.
Schématiquement, une installation à absorption liquide comporte les différents éléments représentés
figure 5 :
a) le bouilleur ou désorbeur : la solution riche en frigorigène (5) y reçoit la quantité de chaleur Qdes
à une température Th ce qui provoque la vaporisation d'une partie du frigorigène dissous dans la
solution. On parle alors de désorption. En sortie de désorbeur, on obtient donc de la vapeur de
frigorigène (7) et une solution appauvrie en frigorigène (6). Cet organe effectue donc une
séparation.
b) le condenseur : composant analogue à celui des machines à compression de vapeur. C'est la
température To du fluide caloporteur alimentant le condenseur qui fixe la température de
condensation et donc la pression dans l'ensemble désorbeur/condenseur. La condensation du
frigorigène nécessite le rejet de la chaleur de condensation Qcond à la température To.

114/134
c) l'évaporateur : à la sortie du condenseur (1), le liquide subit un laminage à travers le détendeur
(2), puis s'évapore en prenant la chaleur Qevap au fluide ou à l'enceinte à refroidir. La température
d'évaporation, et par suite la pression dans l'ensemble évaporateur/absorbeur est fixée par la
température de la source froide Tb.
d) l'absorbeur : La vapeur issue de l'évaporateur (3) y rencontre la solution appauvrie provenant du
désorbeur (8). Elle se dissout dans cette solution, provoquant l'enrichissement de la solution. On
parle alors d'absorption. La chaleur Qabs dégagée par cette transformation exothermique est
évacuée par un fluide caloporteur à la température To. En sortie d'absorbeur (4), on obtient ainsi
une solution enrichie en frigorigène. Ce composant effectue donc une opération de mélangeage.
La différence de pression entre l'ensemble absorbeur/évaporateur (B.P.) et désorbeur/condenseur
(H.P.) nécessite en outre :
- la présence d'une pompe sur le circuit de la solution riche (en frigorigène),
- la présence d'un détendeur sur le circuit de la solution pauvre (en frigorigène).

Figure 5 : Structure d'une machine frigorifique à absorption. Circuits : ← frigorigène,


← solution riche, ←solution pauvre, ← caloporteurs.
Notons que le travail effectué par cette pompe est nettement inférieur à celui d'un compresseur. En
effet, dans les deux cas, il s'agit de faire passer la pression d'un fluide de Pevap à Pcond. Mais dans le
cas de la pompe, le fluide est un liquide, alors que pour le compresseur, c'est une vapeur. Le travail
étant de la forme ∫ v . dP, on en conclut que le travail de la pompe vaut environ 1/1000 du travail du
compresseur. (vliq ≈ vvap/1000).
L'examen de la figure 5 montre que cette installation regroupe, à l'intérieur d'une même machine
une partie générateur (ensemble condenseur /détendeur/ évaporateur) , qui consomme la chaleur
Qevap à Tb et rejette la chaleur Qcond à To, et une partie moteur, consommant la chaleur Qdes à Th et
rejetant la chaleur Qabs à To. La différence entre la machine tritherme de Carnot décrite dans le
paragraphe précédent est qu'ici, l'énergie échangée n'est pas de l'énergie mécanique, mais de
l'énergie chimique.

115/134
2.2 - ETUDE A PARTIR DES DIAGRAMMES THERMODYNAMIQUES
A titre d'exemple, on va estimer le coefficient de performance de la machine décrite précédemment,
fonctionnant avec le couple NH3/H2O dans les conditions de température suivantes :
Tb ≈ -33 °C, To = 25°C, Th = 120°C.

2.2.1 - Diagramme de Oldham : Cycle théorique de la solution


C'est le diagramme le plus utilisé et le plus pratique pour une étude du cycle de la solution. Il donne
la teneur de la solution en soluté en fonction de la température et de la pression. C'est un diagramme
(Ln(P),-1/T), paramètré en teneur pondérale. La figure 6 présente un tel diagramme relatif au couple
NH3/H2O.
Dans ce diagramme, les isotitres sont sensiblement des droites. La droite de teneur 100 correspond à
l'équilibre liquide/vapeur de l'ammoniac pur, la droite de teneur 0 à l'équilibre liquide/vapeur de
l'eau pure.

2.2.1.1 - Pressions de fonctionnement.


Les deux pressions de fonctionnement correspondent aux pressions de vapeur saturante de
l'ammoniac dans le condenseur (Ph) et dans l'évaporateur (Pb). On obtient ces pressions en prenant
l'intersection de l'isotitre x = l (ammoniac pur) avec les isothermes Tb = -33°C (point 3 : sortie
évaporateur) et To = 25°C (points 1 : sortie condenseur).

2.2.1.2 - Variation du titre au cours du cycle.


Le titre minimal de la solution appauvrie xp en sortie de désorbeur (point 6) est donnée par
l'intersection de l'isotherme Th = 120°C et de l'isobare Ph déterminée précédemment.
D'une manière analogue, le titre maximal de la solution riche xr en sortie d'absorbeur (point 4)
correspond à l'intersection de l'isotherme To = 25°C et de l'isobare Pb.

2.2.1.3 - Titre et température de la solution à l'entrée de l'absorbeur.


L'absorbeur reçoit la solution pauvre provenant du désorbeur, après que celle-ci ait été détendue
dans le détendeur. La détente implique une chute de température due à une vaporisation partielle de
la solution. L'absorbeur reçoit donc un mélange de solution liquide et de vapeur, dont il n'est pas
possible, à l'aide de ce diagramme de préciser ni la température, ni la masse relative des deux
phases. A l'entrée de l'absorbeur, ce mélange est donc tout d'abord refroidi, d'une part par
mélangeage avec la vapeur froide arrivant de l'évaporateur, d'autre part, directement par le fluide
caloporteur. Ce refroidissement entraîne tout d'abord une re-condensation de la vapeur produite par
la détente, puis, l'absorption de vapeur provenant de l'évaporateur (figure 7). La composition
globale du mélange restant constant, le processus d'absorption commencera au point 8, défini par
l'intersection de l'isotitre xp et de l'isobare Pb.

2.2.1.4 - Titre et température de la solution à l'entrée du désorbeur


Le désorbeur reçoit la solution riche issue de l'absorbeur, après que celle-ci ait traversé la pompe. Si
on suppose la compression isotherme, le liquide sera sous-refroidi et ne peut donc pas être
représenté sur le diagramme de Oldham, qui ne représente que des états d'équilibre liquide/vapeur.
Par contre, le titre et la température sont ici connus et restent identiques au titre et à la température
du point 4. A son entrée dans l'absorbeur, le liquide sera donc tout d'abord réchauffé jusqu'à la
température T5, donnée par l'intersection de l'isotitre xr et de l'isobare Ph. La désorption commencera
alors au point 5 ainsi défini. (figure 8).

116/134
Figure 6 : Diagramme de Oldham relatif au couple NH3/H2O.

117/134
figure 7 : Détente et refroidissement de la solution pauvre. En sortie de détendeur (6'), une partie de
la solution s'est vaporisée. Le refroidissement provoque la recombinaison de cette vapeur avec la
solution (6' → 8), puis, l'absorption proprement dite (8 → 4) de vapeur provenant de l'évaporateur,
et donc l'enrichissement de la solution.

Figure 8 : Pressurisation et chauffage de la solution riche. Si la compression est isotherme, le point


représentatif de la solution en sortie de pompe et confondu avec 4 : le liquide est sous refroidi. Dans
le désorbeur, il est tout d'abord réchauffer jusqu'à T5 à titre constant. La désorption de vapeur peut
alors commencer, et la solution s'appauvrit en ammoniac, qui sera condensé dans le condenseur.

2.2.1.5 - Points caractéristiques du cycle de la solution


Le relevé sur le diagramme d'Oldham permet de connaître les propriétés P,T,x de chaque point
caractéristique du cycle.
Tableau 1 : Propriétés des points issues du diagramme de Oldham.

118/134
2.2.2 - Diagramme de Merkel
Ce diagramme permet une étude complète de la machine à absorption, car, en plus des
renseignements donnés par le diagramme de Oldham, il renseigne, ce qui est fondamental pour les
calculs, sur l'enthalpie de la solution liquide (ou absorbant) et de la vapeur du soluté (ou absorbat).
C'est un diagramme x, h paramètré en pression et température pour la solution, en pression pour la
vapeur. Il permet de connaître la teneur du mélange vapeur en équilibre avec la solution. Le
diagramme de Merkel pour le couple ammoniac/eau est donné figure 9.

2.2.2.1 - Tracé du cycle.


Solution liquide : Le tracé du cycle de la solution liquide est immédiat : il suffit de reporter les
points 4, 5, 6 et 8 définis précédemment (tableau 1).
Circuit frigorigène :
a) Sortie Désorbeur (point 7) : On suppose que les vapeurs issues du bouilleur sont en équilibre
avec la solution liquide au point 5. Cette condition peut être réalisée en utilisant un désorbeur à film
ruisselant, avec circulation de liquide et de vapeur à contre courant (figure 10). Le point 7 (entrée
du condenseur) est à l'intersection de l'isotherme de vapeur humide issue de 5, à Ph. On peut
remarquer ici que les vapeurs contiennent une fraction d'eau, le titre de vapeur étant égal à ξ = 0,94.
Il faut donc rectifier cette vapeur, c'est à dire purifier la vapeur d'ammoniac. Le désorbeur est donc
associé à un rectifieur. Il s'agit soit d'un échangeur supplémentaire (figure 11a) qui refroidit le
mélange vapeur H2O/NH3, soit d'une colonne de rectification (figure 11b). Dans les deux cas, on
obtient une vapeur d'ammoniac quasiment pure (point 7": ξ = 0,999) en sortie et un reflux de liquide
riche en eau 7" (figure 12). Les méthodes de rectification relèvent du génie chimique et sortent du
cadre de ce cours. On retiendra que le reflux liquide 7' (riche en eau) contribue à augmenter la
chaleur de désorption puisqu'il est introduit dans le désorbeur à une température T7" inférieure à T7
et dont le titre est différents de ξ6 : le diagramme de Merkel montre que l'enthalpie de 7' (qui est
égal à 5 si on suppose un état d'équilibre au pied du rectifieur) est nettement inférieure à celle de 6,
correspondant à la sortie liquide du désorbeur.
b) Condenseur (7" → 1) : Il y a condensation des vapeurs à titre constant. Le point 1 peut être tracé
en prolongeant l'isotitre ξ = 1 (verticale) jusqu'à la pression Ph = 10 bars correspondant à de
l'ammoniac liquide saturé. On remarquera que la température obtenue est la même que celle pris en
compte pour l'analyse du cycle sur le diagramme d'Oldham : la température de condensation est
égale à Tsat (10 bars).
c) Détente (l → 2) : La détente étant isenthalpique et le titre global du mélange n'ayant pas changé,
le point 2 est confondu avec le point 1. Par contre, la pression étant maintenant égale à Pb, le
diagramme de Merkel montre que le point 2 est dans la zone diphasique. La température de fin de
détente correspond, comme pour une machine à compression de vapeur à la température de
saturation de l'ammoniac pour la pression Pb = 1 bar, c'est à dire : T2 = 240K = -33°C.
d) Evaporateur (2 → 3) : L'évaporateur reçoit un mélange liquide/vapeur d'ammoniac pur à la
température T2 = -33°C. Comme pour le diagramme de Mollier, le titre peut être déterminer par la
règle des leviers. Le point 3 (vapeur d'ammoniac saturée) se situe sur l'isotitre ξ = 1 et l'isobare
vapeur Pb = 1 bar.

119/134
Figure 9: Diagramme de Merkel relatif au couple ammoniac/eau.

120/134
Figure 10 : Désorbeur à film ruisselant. La vapeur circule à contre-courant du liquide.

Figure 11 : Rectification de la vapeur. (a) : par échangeur vapeur/eau, (b) : par colonne de
rectification. Dans ce dernier cas, on introduit en tête de colonne un débit de liquide saturé
provenant du condenseur. En général, ce débit est négligeable devant le débit de vapeur (quelques
%).

figure 12 : rectification de vapeur. Au cours du refroidissement, une partie de la vapeur est


condensée. Le liquide obtenu (entre 5 et 7') est riche en eau, la vapeur (7") riche en ammoniac.

121/134
2.2.2.2 - Enthalpie des points caractéristiques.
Par rapport aux résultats issus du diagramme de Oldham, les points relatifs au frigorigène sont
modifiés. D'autre part, le diagramme de Merkel permet d'obtenir une meilleure précision en ce qui
concerne les titres en ammoniac. On dresse donc un nouveau tableau donnant les propriétés P,T,x et
h de tous les points caractéristiques.
Tableau 2 : Propriétés des points issues du diagramme de Merkel

2.2.3 - Estimation du coefficient de performance et de la puissance frigorifique

2.2.3.1 - Bilan masse


Soient m , r , p et ξ, xr, xp respectivement les débits-masse et titre massique du frigorigène, de la
solution riche et de la solution pauvre. Au niveau de l'absorbeur, deux bilans-masse peuvent être
effectués :
 + p - r = 0
m (bilan global)
 . + p .xp - r .xr = 0 (bilan frigorigène)
m (S6)
On peut éliminer p de la deuxième équation en tirant sa valeur de la première :
p = r - m

 (1 – xp) + r (xp – xr) = 0
m (S7)
On en déduit une expression de r et p fonction de m
 et des différents titres.

(S8)

2.2.3.2 - Bilans enthalpiques.


On effectue les bilans enthalpiques sur chaque composant échangeant de la chaleur ou du travail
avec le milieu extérieur. En négligeant le rectifieur, on obtient :
a) Condenseur : Q  cond = m  . (hl - h7")
b) Evaporateur : Q  evap = m  . (h3 - h2)
c) Désorbeur : Q  des = m  . h7 + p . h6 - r . h4'
d) Absorbeur : Q  abs = r . h4 - p . h6 - m
 . h3
Ph

e) Pompe :  = r . (h4' - h4), avec h4'-h4 =


W ∫ v . dp v - dp
Pb

122/134
2.2.3.3 - COP, puissance frigorifique.
En utilisant les bilans enthalpiques a) à e) et les bilans masse S8, on trouve l'expression du
coefficient de performance de la machine :

Soit finalement :

(13)
En reportant dans cette expression les valeurs issues du diagramme de Merkel, on trouve un COP de
0,26 que l'on peut comparer au COP de Carnot pour une machine idéale tritherme (équation 10),
fonctionnant entre -33°C, 25°C et 120°C.

On voit donc que cette machine à un rendement thermodynamique (COP/COPrev) de l'ordre de 26%.
Il faut souligner que la machine qui vient d'être décrite correspond à la forme brevetée par CARRE
en 1860 ! Des réfrigérateurs domestique de ce type ont d'ailleurs été commercialisés au début du
siècle, une époque où la distribution électrique était beaucoup moins répandue que celle du gaz dans
les villes. Une telle structure n'est plus utilisée aujourd'hui, et les modifications apportées
augmentent considérablement le rendement thermodynamique de ces machines. C'est l'objet du
paragraphe suivant.
En ce qui concerne la puissance frigorifique, elle est directement donnée par le bilan enthalpique
 et d'en déduire r et p à l'aide du
relatif à l'évaporateur, qui permet de déterminer tout d'abord m
système S8. On pourra ainsi caractériser la pompe et les deux détendeurs.

3 - AUGMENTATION DU COP.

3.1 - MACHINES SIMPLE EFFET.

3.1.1 - Echangeur solution riche/solution pauvre.


Toutes les machines actuelles comporte un échangeur (appelé quelquefois transmetteur interne)
entre la solution riche sortant à To de l'absorbeur et la solution pauvre sortant du bouilleur à
Th.(figure 13).
Cet échangeur permet de préchauffer la solution riche avant son entrée dans le bouilleur. En première
approximation, on peut considérer que cet échangeur permet d'effectuer les transformations 4' → 5 pour

123/134
la solution pauvre et 6 → 8 pour la solution riche. On peut en effet remarquer sur le diagramme de
Merkel que ces deux transformations impliquent des différences d'enthalpie du même ordre : ∆h45 ≈
-∆h68 (En toute rigueur, on devrait écrire le bilan enthalpique propre à cet échangeur, puisque d'une part
les débits massiques des deux solutions sont différents et que d'autre part, les températures de sortie des
deux solutions vont dépendre de l'efficacité de l'échangeur, c'est à dire de sa surface d'échange).
Avec cette approximation, le bilan enthalpique du bouilleur devient :
 des = m
Q  . h7 + p . h6 - r . h5 (14)
d'où une nouvelle expression du COP :

(15)
Si on néglige le travail de la pompe (h4 = h4'), et en utilisant S8, on trouve :

(16)
qui donne avec les valeurs du tableau 2, un COP de 0,56, soit un rendement thermodynamique égale
à 56%.

Figure 13 : Machine à absorption avec échangeur interne

3.1.2 - Echangeur liquide/vapeur


Cet échangeur permet de sous-refroidir le liquide sortant du condenseur en surchauffant la vapeur
sortant de l'évaporateur. Il permet en théorie (échangeur idéal) de supprimer la vaporisation partielle
due à la détente et d'alimenter l'évaporateur en liquide saturé. Sur le diagramme de Merkel, le point
2' (liquide saturé) se retrouve donc sur l'isobare 1 bar et l'isotitre ξ = 0.99, conduisant à une
enthalpie h2' = -130 kJ/kg. La figure 14 montre l'effet d'un tel échangeur sur un diagramme de
Mollier, c'est à dire en supposant que la vapeur est pure.
Le calcul de COP prenant en compte la nouvelle enthalpie de 2' amène : COP = 0,68, soit un
rendement thermodynamique de 68%.

124/134
Figure 14 : sous-refroidissement du liquide par surchauffe de la vapeur (Corps pur).Si le sous-
refroidissement est poussée jusqu'à -33°C, l'évaporateur est alimenté en liquide saturé (a). L'effet
frigorifique sera donc plus important que dans le cas d'une détente du liquide saturé (b). La
surchauffe est bien évidemment limitée par la température de condensation..

3.1.3 - Conclusion
Les deux échangeurs supplémentaires conduisent donc à une augmentation importante du COP.
Notons toutefois que l'analyse précédante reste optimiste et très approchée vue les hypothèses
choisies :
- l'énergie de la pompe négligeable,
- échangeurs idéaux,
- solution riche entrant dans le désorbeur saturée (point 5),
- liquide entrant dans l'évaporateur saturée (point 2’),
- influence du rectifieur négligé
Ces conditions ne sont jamais réalisées en pratique. Il en résulte une diminution du rendement
thermodynamique qui sera plutôt de l'ordre de 30%. Il faut souligner ici que ce rendement ne varie
pratiquement pas avec les conditions de fonctionnement. On peut donc estimer les performances des
machines à absorption liquide d'après le COP de Carnot correspondant. Par exemple, une
production de froid à 7°C (climatisation), utilisant une source chaude à Th = 150°C conduira à un
COP de Carnot de 2,71 pour une température To de 35°C.(cf. figure 3 ou équation 10). Si l'on
suppose que le rendement thermodynamique des machines actuelles est de 30%, le coefficient de
performance sera de l'ordre de :
COP = ηthermo – COPrev = 0,3 x 2,71 = 0,81.
L'utilisation de logiciel (cf. annexe B) donnera des estimations plus précises quant aux
performances réelles.
3.2 - Machine double effet
La structure de ces machines permet de faire "travailler" la chaleur introduite à la source chaude
deux fois, d'où le terme double effet. Plusieurs structures sont développées actuellement. Nous en
présenterons deux ici : la machine à deux étages et le cycle GAX.

3.2.1 - Machine à deux étages


Cette machine fonctionne avec deux désorbeurs et deux condenseurs, suivant trois niveaux de
pression. La figure 15 représente le cycle de la solution dans un diagramme de Oldham, et la figure
16 donne une représentation schématique de l'installation.
La partie de la machine qui fonctionne entre les pressions Pb et P1 (évaporateur, condenseur C1,
absorbeur et désorbeur D1) a un fonctionnement analogue à la machine simple effet décrite
précédemment. La différence porte sur les transformations que va subir la solution intermédiaire
(titre xi) sortant du désorbeur D1. Au lieu d'être détendue et réinjectée dans l'absorbeur, elle subit

125/134
une nouvelle augmentation de pression par l'intermédiaire d'une pompe, puis est introduite dans un
deuxième désorbeur (D2), fonctionnant à une pression plus élevée P2. Le niveau de pression est
choisi de façon à ce que la température de condensation du frigorigène soit légèrement supérieure à
la température de la solution intermédiaire qui sort du premier désorbeur D1. Ainsi, c'est la chaleur
de condensation produite dans le condenseur C2 qui va chauffer le désorbeur D1. Pour l'utilisateur,
seul le désorbeur D2 consomme de la chaleur avec l'extérieur. La production de froid dû au
frigorigène désorbé par D1 est donc gratuite. On notera la présence de deux échangeurs, l'un (El)
entre la solution riche et solution intermédiaire, l'autre (E2) entre la solution intermédiaire et la
solution pauvre.
En théorie, ce procédé permet l'obtention d'un COP deux fois supérieur à celui d'une machine
simple effet. Par exemple, pour l'exemple pris précédemment (climatisation à 7°C), ce système
amènerait un COP voisin de 1,5/1,6. En fait, la présence de deux pompes, ainsi que les
irréversibilités dues aux transferts thermiques entre le désorbeur D1 et le condenseur C2, et dans les
deux échangeurs El et E2 font que les machines actuellement commercialisées fonctionnent avec
des COP ne dépassant pas l'unité (0,8 à 1).

Figure 15 : Machine à double effet à deux étages. Représentation du cycle dans le diagramme de
Oldham. C'est la chaleur de condensation Qc2 qui assure l'apport d'énergie au désorbeur D1.

Figure 16: schéma d'une machine à absorption liquide double effet à deux étages. Circuits :
← frigorigène ; solutions ← : riche, ← : intermédiaire,
←: pauvre .

126/134
3.2.3 - Cycle GAX
Le cycle GAX (Generator/Absorber/heat eXchanger) est un procédé fonctionnant sous deux
niveaux de pression d'une manière analogue à la machine à simple effet. L'originalité provient de la
mise en oeuvre de l'absorbeur et du désorbeur -les anglo-saxons disent generator (générateur)-, qui
sont reliés en partie par un échangeur de chaleur. La figure 17 donne le principe de ce
désorbeur/absorbeur/échangeur. La représentation du cycle sur le diagramme de Oldham (figure 18)
montre qu'une partie de la chaleur nécessaire à la désorption de frigorigène est fournie par
l'absorbeur. Comme pour la machine précédente, une partie de la production de frigorigène est
gratuite pour l'utilisateur. De plus, ce procédé limite la quantité de chaleur à évacuer au niveau de
l'absorbeur, puisqu'une partie de celle-ci est réintroduite dans la machine.
Les COP théoriques sont ici aussi supérieurs à l'unité, mais pour les mêmes raisons que pour la
machine à deux étages (irréversibilités dues aux transferts thermiques) les COP réels restent voisins
de 1.

Figure 17 : Principe d'un ensemble GAX. Une partie de la chaleur d'absorption est transmise au
désorbeur. La première partie de l'appauvrissement de la solution, c'est à dire la production de
vapeur de frigorigène dans cette partie, est gratuite pour l'utilisateur.

Figure 18 : Représentation d'un cycle GAX dans le diagramme de Oldham. Une partie Qi de la
chaleur absorption (transformation exothermique) est transférée au désorbeur et permet d'effectuer
une partie de la désorption (réaction endothermique).

127/134
4 - CONCLUSION
D'autres cycles de hautes performances ont été définis (au moins sur le papier !) : cycle à triple
effet, quadruple effet et même à cinq effets. Théoriquement, le nombre d'effets donne le facteur
dont il faut multiplier le COP de la machine simple effet pour obtenir le COP que l'on peut attendre
de la machine étudiée. A ce jour, certaines machines triple effet ont déjà été expérimentées. Leur
principe est analogue à celui de la machine à deux étages, à laquelle on rajoute un troisième étage,
donc un troisième condenseur, un troisième désorbeur et une troisième pompe. Les COP atteints
expérimentalement sont de l'ordre de 1,2/1,3. Soulignons toutefois que ceci concerne des pilotes de
laboratoire, ou bien des prototypes industriels très spécifiques, et relève donc plus de la recherche
que du développement industriel, le transfert de ces technologies venant à peine de débuter.
En conclusion, on peut s'attendre dans les années à venir à un développement important des
machines à absorption liquide. Les produits commercialisés actuellement concernent
essentiellement des domaines très spécifiques : réfrigérateurs des chambres d'hôtels ou de camping ,
réfrigération solaire, centrale de climatisation fonctionnant au gaz naturel. Ce dernier domaine
semble d'ailleurs très prometteur et fait l'objet de programmes de R&D importants notamment au
Japon et aux USA.

128/134
ANNEXE A : DIAGRAMMES RELATIFS AU COUPLE H2O/LIBR

Remarque : contrairement au couple ammoniac/eau, la vapeur en équilibre avec une solution liquide
d'eau et de bromure de lithium peut toujours être considérée comme étant constituée d'eau pure.
Ceci provient du fait que la pression partielle due à LiBr est toujours négligeable devant la pression
de saturation de l'eau.
Ainsi, les diagrammes relatifs à ce couple ne sont pas paramètrés en pression, mais en températures
de saturation relatives à l'eau pure ('Dew point temperature' = température du point de rosée')
comme le sont les manomètres utilisés par les frigoristes.
Soulignons aussi que la rectification de la vapeur n'est plus nécessaire, et que les relations données
au § 2.2.3.2 sont rigoureusement exactes.
D'autre part, on notera sur ces diagrammes la courbe de cristallisation, qui correspond à l'apparition
de cristaux dans la solution: on obtient alors une solution dite saturée en sel LiBr. Pour le bon
fonctionnement des machines, on doit toujours s'assurer que la solution reste en gauche de cette
zone dans le diagramme de Oldham, les cristaux de sels formés pouvant obstruer les canalisations.
Ce couple est très utilisé en climatisation et réfrigération domestique, le frigorigène (eau) étant le
fluide le plus écologique qu'il puisse exister! Par contre, le développement des machines multi-effet,
qui nécessite un apport de chaleur à une température plus élevée que pour une machine simple effet,
est ici limité par le fait qu'en dessus de 150°C apparaissent des problèmes de corrosion sur les
circuits de la solution liquide, même pour de l'acier inoxydable. On doit alors utiliser des
échangeurs en graphite (composite), ce qui amène pour l'instant des coûts d'investissement
prohibitifs.
Enfin, le point triple de l'eau étant 0°C, il est évidemment impossible de produire du froid à des
températures négatives.

129/134
130/134
131/134
ANNEXE B : UTILISATION DE LOGICIELS.

L'étude thermodynamique complète des cycles requiert la connaissance des propriétés


thermodynamiques du couple utilisé, et en particulier l'enthalpie spécifique du mélange. Le
diagramme de Merkel permet cette détermination, mais reste difficile d'emploi, et peu précis. La
dernière décennie a vu apparaître plusieurs logiciels de calcul pour les cycles à absorption liquide.
Ces logiciels intègrent à la fois le calcul des propriétés thermodynamiques des couples utilisés, et la
prise en compte des paramètres de transfert (coefficient d'échange thermique, perte de charge). On
peut ainsi dimensionner une machine en terme de surface d'échange et simuler les performances
énergétiques d'une machine donnée sous plusieurs conditions de fonctionnement (modification des
températures de sources par exemple).
Deux logiciels sont en distribution libre. Le premier est livré sous forme de disquettes, avec le livre
Absorption chillers and heat pumps, K. E. Herold, R. Radermacher, S.A. Klein, CRC press, 1996. Il
peut être utilisé soit sous Windows, soit sous Mac. Il utilise un solveur commercial "Engineering
Equation Solver" distribué par F-Chart Software, auquel les auteurs ont ajouté des procédures
spécifiques à l'absorption liquide.
Le logiciel ABSIM a été développé par G. Grossman au ORNL (Oak Ridge National Laboratory),
pour le DOE (Department Of Energy, USA). Il permet la simulation de nombreux cycles et est
disponible sur simple demande à : Abdi Zaltash, Building Equipment Research Program, ORNL,
PO Box 2008, Building 3147, MS-6070, Oak Ridge, Tennessee 37831-6070-USA, ou par e-mail :
alz@ornl.gov. La première version fonctionne sous DOS, mais une version Windows est en cours
de développement.
Nous présentons ici des résultats de simulation issue de ABSIM, tout d'abord pour une cycle de
base NH3/H2O. On pourra comparer ces résultats avec ceux présentés aux §2 et 3 issus du
diagramme de Merkel.
Un deuxième exemple montre les performances d'une machine H2O/LiBr à double effet.

132/134
Machine Eau/LiBr

Comparaison des performances (COP et rendement thermodynamique) pour un groupe d'eau glacée (régime
7°C/12°C) eau/Bromure de Lithium en simple effet () et double effet (‘). Résultats de simulation par
ABSIM.
Machine NH3/H2O simple effet :
Influence des températures de source sur les performances du procédé. Résultats de simulation par ABSIM

133/134
134/134

Vous aimerez peut-être aussi