Vous êtes sur la page 1sur 11

Solutions des Exercices

 
Solution
 de l’exo 1 
( )
x
a) Si x = 0, fn (0) = 0 et, pour tout x ̸= 0, lim fn (x) = lim = 0. Ainsi, la suite de fonctions (fn )n
n→+∞ n→+∞ x2 + n2
converge simplement sur R vers f (x) = 0; ( )

x
( ( ))
x  ln 1 + n 
b) Comme lim fn (x) = lim n ln 1 + = lim   = x, on déduit que la suite de fonctions
n→+∞ n→+∞ n n→+∞  1 
n
(fn )n converge simplement sur ]0, +∞[ vers f (x) =(x; )
xn
c) *) Si x ∈ [0, 1[ ,on a lim xn = 0 et donc lim = 0;
n→+∞ n→+∞ 1 + xn
1 1
*) Si x = 1, fn (1) = et donc lim fn (1) = ;
2 n→+∞ 2  
( n )
x  1 
*) Si x ∈ ]1, 2] , on a lim xn = +∞ et donc lim = lim   = 1;
n→+∞ n→+∞ 1 + xn n→+∞ 1
+ 1
xn
D’où la suite de fonctions (fn )n converge simplement sur [0, 2] vers la fonction f définie par


 0 si x ∈ [0, 1[
1 
f (x) = si x = 1


 2
1 si x ∈ ]1, 2]
( )n
x
d) Comme lim 1+ = ex , on déduit que la suite de fonctions (fn )n converge simplement sur]0, +∞[ vers la
n→+∞ n
x
fonction f (x) = e .
 
Solution de l’exo 2 

a) Comme, pour tout x ∈ [0, 1[, on a lim xn 1 − x2 = 0 et fn (1) = 0, on déduit que la suite de fonctions (fn )n
n→+∞
converge simplement sur [0, 1] vers la fonction f (x) = 0. Calculons lim sup |fn (x) − f (x)| = lim sup fn (x)
n→∞ x∈[0,1] n→∞ x∈[0,1]

puisque fn (x) ≥ 0 sur [0, 1]. Etudions pour cela les variations de la fonction fn (x) = xn 1 − x2 sur l’intervalle [0, 1] .

xn−1 ( ) n
Nous avons fn′ (x) = √ n − x2 (n + 1) = 0 si, et seulement si, x = . D’où le tableau de variations :
1−x 2 n+1

n
x 0 1
n+1
fn′ (x) + (√
0 )

n
fn
n+1
f n (x) ↗ ↘
0 0
(√ ) ( ) ( )1
1 −2
n
n 1 2
et donc lim sup fn (x) = e− 2 .0 = 0. Par
1
et on déduit que sup fn (x) = fn = 1+
x∈[0,1] n+1 n n+1 n→∞ x∈[0,1]

suite, la suite de fonctions (fn )n converge uniformément sur [0, 1] ;

b) Etudions d’abord la convergence simple sur R de cette suite de fonctions.


 1
[ ( ) ( ) ] ( ( ) ) sin
1 1 1  n
Comme fn (x) = n sin x cos + cos x sin − sin x = n sin x cos − 1 + cos x  ,
n n 1 n
( ( ) ) ( ) n
1 1
on déduit que lim fn (x) = cos x car lim n cos − 1 = 0 = lim n.o = lim o (1) = 0
n→+∞ n→+∞ n n→+∞ n n→+∞

analyse.maths2annee@yahoo.fr 4 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011


 1
sin
 n
et lim 
1  = 1. Ainsi (fn )n converge simplement vers la fonction f (x) = cos x sur R. Remarquons que pour
n→+∞
n
tout x ∈ R,
( ) ( )
1 1
( ( ) ) ( ( ) ) cos − 1 sin
1 1 n n
|fn (x) − f (x) = n sin x cos − 1 + cos x n sin − 1 ≤ +
− 1

n n 1 1

n n
( ) ( )
1 1
cos − 1 sin
n n

on déduit que sup |fn (x) − f (x)| ≤
+ − 1 et donc
1 1
x∈R

n n
 ( ) ( ) 
1 1
cos − 1 sin
 n n 

lim sup |fn (x) − f (x)| ≤ lim  − 1 
n→+∞ 1 + 1 =0
n→+∞ x∈R

n n
( ) ( ) ( ) ( )
1 1 1 1 1
Ou bien, puisque cos = 1+o et sin = +o lorsque n → ∞, on a lim sup |fn (x) − f (x)| =
n n n n n n→+∞ x∈R
lim |o (1)| = 0 Ainsi, (fn )n converge uniformément vers f (x) = cos x sur R;
n→+∞ ( )
x2 x2
c) Comme fn (0) = 0 et fn (x) = n ln 1 + ∼ n = x2 pour tout x ̸= 0, on déduit que (fn )n converge
n n→∞ n
simplement vers la fonction f (x) = x2 sur R.
Pour( l’étude)de la convergence uniforme, étudions les variations sur R de la fonction gn (x) = fn (x) − f (x) =
x2 −2x3
n ln 1 + − x2 . Comme gn (−x) = gn (x) , on restreint l’étude de gn à [0, +∞[ . gn′ (x) = = 0 si, et
n n + x2
seulement si, x = 0. Comme gn (0) = 0, la fonction gn (x) est décroissante

x 0 +∞
gn′ (x) −
0
gn (x) ↘
−∞

alors sup |gn (x)| = lim |gn (x)|


x→+∞
x∈R
 ( )   ( ) 
x2 x2
 ln 1 +   ln 1 + 
 n   n 
et lim gn (x) = lim x2 
n − 1 lim x 
 = x→+∞ 
2
− 1
 = −∞ puisque par la règle de l’Ho-
x→+∞ x→+∞  x2
  x2 
n
ln (1 + y) 1
pital, lim = lim = 0.
y→+∞ y y→+∞ 1+y
Ainsi, lim sup |fn (x) − f (x)| = +∞, c’est à dire que (fn )n ne converge pas uniformément sur R.
n→+∞ x∈R

Convergence uniforme sur [−a,


a].( ) ( ) (
( ))
a2 2 a2 a2 1
Soit a > 0, on a sup |gn (x)| = n ln 1 + − a = a − n ln 1 +
2
=a −n
2
+o = o (1)
x∈[0,a[ n n n n
au voisinage de +∞. D’où ( )
a2
sup |fn (x) − f (x)| = a − n ln 1 +2
−→ 0.
x∈[−a,a] n n→∞

et donc la suite de fonctions (fn )n converge uniformément sur [−a, a] pour tout a > 0.

analyse.maths2annee@yahoo.fr 5 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011


 
Solution de l’exo 3
 
a) Notons que un (x) = nxn ln x le terme général de cette série est définie pour x > 0.
Si x = 1, un (1) = 0 d’où la série converge.
(n + 1) xn+1 ln x ∑∞
un+1 (x) n+1
Comme, pour tout x ̸= 1, lim n = lim = lim x = x, on déduit que nxn ln x
n→+∞ u (x) n→+∞ nxn ln x n→+∞ n
n=1
converge simplement sur ]0, 1] ;
∑∞
1 1
b) Remaquons que un (x) = eln n ln x = eln x ln n = nln x = − ln x , ∀x > 0. Or la série numérique −
converge si
n n=1
n ln x

∑ ] [
1 1
− ln x > 1, c’est à dire si x < . On déduit que x ln x
converge simplement sur 0, ;
e n=1
e
π 1
c) Comme, pour tout t > 0, − arctan t = arctan , on déduit que ∀x ∈ R,
2 t
π ( ) 1 1 1
− arctan n2 1 + x2 = arctan 2 2
∼ 2 2
∼ 2.
2 n (1 + x ) +∞ n (1 + x ) +∞ n
+∞

∑ ∞ (
∑ ( ))
1 π
Comme la série numérique converge, il découle alors que la série de fonctions − arctan n 2
1+x 2
n2
n=1 n=1
2
converge simplement pour tout x ∈ R.
 
Solution de l’exo 4
 

a) Posons φ (x) = x2 + sin x. On a φ′ (x) = 2x + cos x > 0, ∀x ∈ [1, +∞[, c’est à dire que φ est croissante sur
∑∞ ( )n
1
[1, +∞[ . Comme φ (1) > 0, on déduit que 0 < un (x) ≤ e−nφ(1) , ∀x ∈ [1, +∞[ . Or la série numérique
n=1
eφ(1)
∑∞
1
e−n(x +sin x) converge
2
converge (puisque c’est une série géométrique de raison 0 < φ(1) < 1), on déduit alors que
e n=1
normalement (donc uniformément) sur [1, +∞[ d’après la règle de Wieirstrass ;
b) Notons un (x) = x2 e−nx pour x ∈ D = [0, +∞[ , le terme général de la série de fonctions. Remarquons que
( ) 2
u′n (x) = 2x − nx2 e−nx = 0 si, et seulement si xn = 0 ou xn = et que u′n (x) > 0 pour 0 < x < xn et u′n (x) < 0
n
pour tout x > xn .
2
x 0 +∞

n
un (x) + 0 −
( )
2 4e−2
un = 2
n n
un (x) ↗ ↘
0 0
4 −2
Comme un (0) = 0 et un (x) > 0 ∀x > 0, on déduit que sup un (x) = un (xn ) = e . Puisque la série numérique
x∈D n2

∑ ∞

4 −2
2
e converge, on déduit que x2 e−nx est normalement convergente sur D.
n=1
n n=1
 
Solution de l’exo 5
 
( ) ( )
n2 + x2 x2 x2
a) Remarquons que un (x) = ln = ln 1 + 2 ≤ 2 car ln (1 + t) ≤ t, ∀t ≥ 0. Or pour tout x ∈ [−a, a] , on
n2 n n
∞ ∞
( )
x 2 a 2 ∑ 1 ∑ n2 + x2
a un (x) ≤ 2 ≤ 2 et comme la série numérique converge, on déduit que la série de fonctions ln
n n n=2
n2 n=2
n2
converge normalement et donc uniformément sur [−a, a] , a > 0;
2x ∑ 2x
b) Posons un (x) = arctan 2 et étudions la série numérique
sup 2 car |arctan t| ≤ |t| , ∀t ∈ R. Notons
x + n3 x + n 3
( ) x∈R
2x ′ 2 n3 − x2
pour tout x > 0, fn (x) = 2 et donc fn (x) = = 0 si, et seulement si, xn = ±n3/2 . Comme fn est
x + n3 (x2 + n3 )2

analyse.maths2annee@yahoo.fr 6 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011


(√ ) 1 ∑∞
1
impaire, on aura donc sup |fn (x)| = fn n3 = √ . Or la série numérique √ converge, on déduit que la
x∈R+ n3 n=1 n3

∑ 2x
série de fonctions arctan converge normalement et donc uniformément sur R;
x2 + n3
n=2  
1
c) Les conditions de la règle de Leı̈bnitz sont vérifiées pour cette série car lim un = lim  √ √
 = 0 et
n→∞ n→∞ 3
n+ x
1 1
un+1 < un . Par suite, on aura |Sn − S| ≤ un+1 (x) = √
3
√ ≤ √ 3
−→ 0, on déduit la converge uniforme de
n + 1 n→∞
n+ x
cette série de fonctions sur [0, +∞[ puisque

lim sup |Sn (x) − S (x)| = 0.


n→∞ x∈D

On peut également appliquer la règle d’Abel pour établir la convergence uniforme de cette série de fonctions en posant
1 n 1
un (x) = √ √ et vn (x) = (−1) . Comme (un ) est décroissante suivant n , n→∞ lim un = 0, D = [0, +∞[ et que
3
n+ x

∑n ∞
∑ (−1)n
k
(−1) ≤ 1. On déduit, par la règle d’Abel, que la série de fonctions √ √ converge uniformément sur D ;
3
k=1 n+ x n=1
d)
(
Appliquons
)
la règle de Dirichlet pour établir la convergence uniforme de cette série de fonctions en posant un (x) =
x n (−1)n
1+ et vn (x) = √ 5
.
n ( (n +x
2
) )( ) ( )
x x x n x x
Comme 2 u′n (x) = ln 1 + − 1+ et que 3 α (n) = ln 1 + − > 0, on déduit que u′n (x) >
n x+n n n x+n
0, pour tout n ∈ N, c’est à dire que la suite de fonctions (un (x))n est croissante suivant n.
La croissance de cette suite s’établit aussi à l’aide de la formule du binôme de Newton :
n
∑n
n! n (n − 1) ... (n − k + 1)
(a + b) = Cnk an−k bk avec Cnk = = et du fait que, pour tout k ≥ 1,
k=0
k! (n − k)! k!
( )( ) ( )
Cnk 1 1 2 k−1
on a = 1− 1− ... 1 − . Ainsi,
nk k! n n n
( )n ∑
n ( )k ∑
n ( )( ) ( )
x x xk 1 2 k−1
un (x) = 1+ = 1+ Cnk = 1+ 1− 1− ... 1 −
n k=1
n k=1
k! n n n

m m m m
Comme 1 − <1− puisque > ∀m ∈ N, on aura alors un (x) < un+1 (x) .
n n+1 n ( n + )1n ( ) ( )
x 1 n 1 n
D’autre part, nous avons que un (x) = 1 + ≤ 1+ , ∀x ∈ [0, 1] et comme lim 1+ = e, on déduit
n n n→∞∞ n
que un (x) ≤ e, ∀x ∈ [0, 1] et ∀n ∈ N, c’est que la suite de fonctions (un (x))n est bornée.


Utilisons la règle de Leı̈bnitz pour établir la convergence uniforme vn (x) sur [0, 1] . En effet, cette série est alternée
( ) n=1 √
1
alors que la suite de fonctions √
5
2
est décroissante suivant n puisque (n + 1) + x > n + x et 2 5
(n + 1)2 + x >
+x n2
√ 1 1
+ x. Elle vérifie aussi lim √ = 0. Par suite, comme |Sn (x) − S (x)| ≤ |vn+1 (x)| = √ ≤
5
n2 5
n→∞ 2
n +x 5
(n + 1)2 + x
∑∞
1
√ , ∀x ∈ [0, 1] , on aura lim sup |Sn (x) − S (x)| = 0, c’est à dire que vn (x) converge uniformément sur
n→∞ x∈[0,1]
5
(n + 1)2 n=1
[0, 1].
1 1( √ )−4/3
1. Car la fonction φ (t) = √ √ est décroissante pour tout t ≥ 1 et pour tout x fixé dans [0, +∞[ car φ′ (t) = − t + x <
3
t+ x 3
0, ∀t ≥ 1.
2. On dérive par rapport à n !

x2
3. puisque α′ (n) = − < 0, ∀n ∈ N et lim α (n) = +∞ et lim α (n) = 0.
n (n + x)2 n→0 n→+∞

analyse.maths2annee@yahoo.fr 7 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011



∑ ( )n
(−1)n x
On déduit, d’après la règle de Dirichlet, que la série de fonctions √
5
1+ converge uniformément sur
n=1 n2 + x n
D = [0, 1] .
 
Solution
 de l’exo 6 

1. a) Etude de la convergence normale sur R. Comme la suite de fonctions est impraire, on restreint 4 l’étude des
1 + (1 − 2n) x2 1
variations de un (x) à R+ . La fonction dérivée u′n (x) = = 0 si, et seulement si, xn = √ .
(1 2
( + x ) )n
n+1
2n − 1
1 1
Comme un (0) = lim un (x) = 0 et un (xn ) = √ 1− > 0, on déduit alors que sup |un (x)| =
x→∞ 2n − 1 2n x∈R
( )n − 12
1 1 e 1
sup |un (x)| = un (xn ) . Or un (xn ) = √ 1− ∼ √ 1 et en tenant compte de la divergence de
x∈R+ 2n − 1 2n ∞ 2 n2
∑ 1 ∑∞ ∑∞
la série 1 , on conclut que sup |un (x)| diverge et donc un (x) ne converge pas normalement sur R ;
n2 n=0 x∈R n=1
1
b) Etude de la convergence normale sur [a, +∞[ , a > 0. Comme lim √ = 0, il existe alors N ∈ N :
x→∞ 2n − 1
∑∞
1 a a
∀n ≥ N , on a √ < a, ∀a > 0. Par suite, sup |un (x)| = un (a) = 2 )n
. Or =
2n − 1 x∈[a,+∞[ (1 + a n=1
(1 + a2 )n
∑∞ ( )n
1 1
a 2
est une série géométrique convergente de raison 0 < q = < 1. Donc la série numérique
n=1
1+a 1 + a2

∑ ∞

sup |un (x)| est convergente. C’est à dire la série de fonctions un (x) est normalement convergente sur
n=1 x∈[a,+∞[ n=1
[a, +∞[ , a > 0.
∞ (
∑ )n
1
2. Remarquons que un (x) ∈ C (R) , ∀n ∈ N. D’autre part, puisque pour tout x ̸= 0, on a S (x) = x =
n=1
1 + x2
∞ ( )n
x ∑ 1 1
2 2
= et comme un (0) = 0, ∀n ∈ N, on obtient alors que S (0) = 0,
1 + x n=0 1 + x x


 0 si x = 0

c’est à dire S (x) = et donc S (x) ∈
/ C (R) .

 1
 si x ̸= 0

x

On déduit alors que un (x) n’est pas uniformément convergente R par la négation du théorème de continuité
n=1
des séries de fonctions.
 
Solution de l’exo 7
 
 
 3 3  7 7

 si 0 ≤ x < 
 si 0 ≤ x <

 4 4 
 8 8

 


 

 3 5  7 9
1. Nous avons : f4 (x) = − 3(x − 1) si ≤x≤ , f8 (x) = − 7(x − 1) si ≤x≤ ,

 4 4 
 8 8

 


 


 


 3 5 
 7 9
− si <x≤2 − si <x≤2
4 4 8 8

 999 999

 si 0 ≤ x <

 1000 1000




 999 1001
et f1000 (x) = − 999(x − 1) si ≤x≤ ,

 1000 1000







 999 1001
− si <x≤2
1000 1000
4. Car sup |un (x)| = sup |un (x)|
x∈R x∈R+

analyse.maths2annee@yahoo.fr 8 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011


y

f
1
999/1000 f1000
7/8 f8
3/4 f4

1001 9 5
1000 8 4
3 7 999 x
0 4 8 1000 1 2

−1

2. Etude de la convergence simple. [ [


1 1
Soit x fixé dans [0, 1[, il existe N ∈ N∗ tel que ∀n > N : x ∈ 0, 1 − et fn (x) = 1 − .
n n
D’où, lim fn (x) = 1 = f (x).
n→∞ ] ]
∗ 1 1
Soit x fixé dans ]1, 2], il existe N ∈ N tel que ∀n > N : x ∈ 1 + , 2 et fn (x) = −1 + .
n n
D’où, lim fn (x) = −1 = f (x).
n→∞
Si x = 1, fn (1) = 0 = f (0). 

 1 si 0 ≤ x < 1
Ainsi, la suite de fonctions fn (x) converge simplement vers la fonction f (x) = 0 si x = 1 ,

 − 1 si 1 < x ≤ 2

3. Comme f n’est pas continue sur [0, 2], la convergence n’est pas uniforme.
Remarque : On voit sur le graphe que la convergence ne peut être uniforme sur [0, 2] puisque la ”bande”
contenant |fn (x) − f (x)| est discontinue en x = 0 !
 
Solution
 de l’exo 8 

 
 1 1  1 1



x 2
+ si |x| ≤ 


4 x 2
+ si |x| ≤
4 2 16 8
1. Nous avons : f2 (x) = , f8 (x) = ,

 


 |x| 1 
 |x| 1
si < |x| ≤ 1 si < |x| ≤ 1
2 8
2. Etude de la convergence simple. ] ]
1
Soit x fixé dans ]0, 1], il existe N ∈ N∗ tel que ∀n > N : x ∈ , 1 et fn (x) = x −→ x = f (x).
n[ [ n→∞
1
Soit x fixé dans [−1, 0[, il existe N ∈ N∗ tel que ∀n > N : x ∈ −1, − et fn (x) = −x −→ −x = f (x).
n n→∞
Si x = 0, fn (0) = 0 = f (0).
Ainsi, ∀x ∈ [−1, 1], la suite de fonctions fn (x) converge simplement vers la fonction f (x) = |x|, ;
1
3. D’après le graphe, on constate que sup |fn (x) − f (x)| = |fn (0) − f (0)| = −→ 0, la convergence est
x∈[−1,1] 2n n→∞
donc uniforme ;

analyse.maths2annee@yahoo.fr 9 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011


y

1
2
f2

1 f8
8
1 1 1 1
−1 - − 1
2 8 8 2 x

−1

Remarque : On voit bien sur le graphe que pour n assez grand, |fn (x) − f (x)| est contenu dans la même
”bande”!
4. Comme la fonction limite f n’est pas dérivable en 0, on déduit d’après le théorème de dérivation que la suite de
fonctions (fn′ (x))n ne converge pas uniformément sur sur [−1, 1].

 
Solution de l’exo 9
 

1. Etude de la convergence simple de la suite de fonctions. Distinguons deux cas :


i) Si x = 0 alors fn (0) = 0 pour tout n ∈ N. D’où lim fn (0) = f (0) = 0;
n→∞
2n x 1
ii) Soit x ∈ ]0, 1] , nous avons fn (x) = ( ) = 1 −→ 0;
2n x 1
+ nx 2n x + nx n→∞
2n x
Ainsi, la suite de fonctions (fn (x))n converge simplement vers la fonction f (x) = 0 pour tout x ∈ [0, 1] .
∫ 1 ∫ 1 ( )
2n t 1 [ ( n 2
)]1 1 n 5 ln (1 + n2n )
2. a) Comme fn (t) dt = n 2
dt = ln 1 + n2 t = ln (1 + n2 ) et lim =
0 0 1 + n2 t 2n 0
∫ 1 2n n→∞ 2n
ln 2 ln 2
, la suite proposée est convergente. Nous avons alors lim fn (t) dt = ;
2 n→∞ 0 2
(∫ 1 ) ∫ 1
b) Comme fn est intégrable sur D et lim fn (t) dt ̸= f (t) dt = 0 et on en déduit, d’aprés le théorème
n→∞ 0 0
d’intégration que la convergence de la suite de fonctions (fn (x))n vers la fonction f (x) = 0 n’est pas uniforme
sur [0, 1] .

( ) ( )
ln (1 + n2n ) 2n + 2n n ln 2 ln 2
5. On a utilisé la règle de l’Hopital pour le calcul de cette limite : lim = lim = .
n→∞ 2n n→∞ n (1 + n2n ) 2

analyse.maths2annee@yahoo.fr 10 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011


 
Solution
 de l’exo 10 
√ ( )n ( )n
n−1 1
a) Comme lim n
|an | = lim = lim 1− = e−1 , on obtient donc R = e;
n→+∞ n→+∞ n n→+∞ n
( )( )n
an+1 nn+1 (n + 1)!
n n
b) Nous avons lim = lim = lim = e, il découle que R = e−1 ;
n→+∞ an n→+∞ (n + 2)! (n − 1)
n
n→+∞ n + 2 n−1
( ) ∑ xn
1 1 1
c) Remarquons que ln 1 + sin ∼ sin ∼ . Par la suite la série proposée est de même nature que la série ,
n ∞ n∞n n
∀x ∈ R. C’est à dire que les deux séries ont même intervalle de convergence et par concéquent même rayon de conver-
gence 6 . Ainsi R = 1.
 
Solution de l’exo 11 

(−1)n 3n+2
1. Soit un le terme général de la série entière, c’est à dire un (x) = x , y ∈ R. Comme
3n + 2

un+1 (x) x3n+5 3n + 2 3n + 2 3
−→ |x|3 ,
u (x) = 3n + 5 x3n+2 = 3n + 5 |x| n→∞
n

on déduira, d’après la règle de D’Alembert, que la série entière est absolument convergente et donc convergente
si |x| < 1. Ainsi, le rayon de convergence R = 1.
Remarquons ensuite que la série diverge si x = −1 et converge si x = 1, l’intervalle de convergence de la série
est donc ]−1, 1] ;


∑ (−1)n 3n+2
2. ∀x ∈ ]−1, 1], nous avons S (x) = x . En dérivant les deux membres de cette égalité, en aura alors :
n=0
3n + 2


∑ ∞
∑ x
S ′ (x) = (−1)n x3n+1 = x (−1)n x3n =
n=0 n=0
1 + x3
∫ x
t
∀x ∈ ]−1, 1[ . Comme S (0) = 0, on aura S (x) = dt, ∀x ∈ ]−1, 1[ ;
0 1 + t3
1 1 a ct + d
3. La fraction se décompose sous la forme = + . Aprés réduction au même dénomi-
1+t 3 1+t 3 1 + t 1 − t + t2
1 1 1
nateur et par identification, on trouve a = − , b = et c = ;
3 3 3

∑ (−1)n
4. Calcul de la somme de la série . La série proposée est convergente lorsque x = 1, d’après de
n=0
3n + 2
second lemme d’Abel, on aura alors

∑ ∫ 1
(−1)n t
lim S (x) = = dt
x→1
< n=0
3n + 2 0 1 + t3

Calculons à présent cette dernière intégrale propre. D’aprés la question (3), on aura
∫ 1 ∫ 1( )
t 1 −1 t+1
dt = + dt
0 1 + t3 3 0 1 + t3 1 − t + t2
 
∫ 1
1  −1 2t − 1 3 
=  + + (( )
3 0  1+t3 2 (1 − t + t2 ) )2  dt
2 t− 1
2 + 3
4

∑ ∑
6. Car si an ∼ bn alors les séries entières an xn et bn xn ont même rayon de convergence.

analyse.maths2annee@yahoo.fr 11 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011


t+1 2t − 1 3
puisque = + (( )2 ).
1 − t + t2 2 (1 − t + t2 )
2 t− 2 + 4
1 3

∫ ∫ (x)
dx 1 d a 1 x
En tenant compte du fait que = ( x )2 = arctan + cte, on aura :
x2 + a2 a 1+ a a
a
∫ 1 [ ( )]1
t 1 1 ( ) 3 2 1
dt = − ln (1 + t) + ln 1 − t + t2 + arctan √ t −
0 1 + t3 3 2 2 3 2 0
[ √ ( ( ) ( ))]
1 1 −1
= − ln 2 + 3 arctan √ − arctan √
3 3 3
( )
1 π
= √ − ln 2
3 3

∑ ( )
(−1)n 1π
On déduit alors que = √ − ln 2 ;
n=0
3n + 2 3 3
∑∞
1
Calcul de la somme de la série . En remarquant que
n=0
(6n + 2) (6n + 5)
( )
1 1 1 1
= −
(6n + 2) (6n + 5) 3 6n + 2 6n + 5
( )
1 (−1)2n (−1)2n+1
= +
3 3 (2n) + 2 3 (2n + 1) + 2

∑ ∞ ( )
1 1∑ (−1)n 1 π
il découle = = √ − ln 2 .
n=0
(6n + 2) (6n + 5) 3 n=0
3n + 2 9 3

Corrigé des exercices facultatifs


—————————-
 
Solution de l’exo 12 

1. a) Remarquons que le terme général de cette série de fonctions est continue sur D = ]0, +∞[ alors que
1 1 ∑ (−1)n
|Sn (x) − S (x)| ≤ un+1 (x) = < puisque la série alternée vérifie les conditions de la
n
n+1+x n n+x
(−1)
règle de Leı̈bnitz : −→ 0 et décroit suivant n, pour tout x fixé dans D. Par suite, la série proposée
n + x n→∞
converge uniformément sur D, ce qui implique que S (x) ∈ C (D) ;

∑ (−1)n+1
b) Les conditions du théorème de dérivation sont satisfaites. La série u′n (x) où u′n (x) = est norma-
(n + x)2
1
lement convergente sur D car u′n (x) < , donc elle l’est aussi uniformément. Par conséquent, S (x) ∈ C 1 (D) ;
n2

∑ ∑∞ ( )
(−1)n (−1)n 1
c) ∀x ∈ D, nous avons S (x + 1) = = = − S (x) − et donc
n=0
n + 1 + x n=1
n + x x

1
S (x + 1) + S (x) = (1)
x

analyse.maths2annee@yahoo.fr 12 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011


2. Retrouvons l’expression de S par la méthode des sommes partielles en calculant lim SN (x) avec
N →∞

N ∫ 1
(−1)n 1
SN (x) = . En tenant compte des deux relations suivantes = tn+x−1 dt
n=1
n+x n+x 0

N
1 + (−1)N +1 tN +1
et (−1)n tn = , on aura
n=0
1+t
∫ 1∑
N ∫ 1 x−1
t + (−1)N tN +x
SN = (−1)n tn+x+1 dt = dt
0 n=0 0 1+t

1 tN +x ∫ 1 ∫ 1 x−1
1 t
Or, dt ≤ N
t dt = −→ 0, ce qui donne que lim SN (x) = S (x) = dt;
0 1+t 0 N + 1 N →∞ N →∞ 0 1+t

3. Comme la fonction S (x) est poisitive et décroissante alors lim S (x) existe. De la relation (1), on déduit que
x→∞
1
lim (S (x + 1) + S (x)) = lim (x2S (x)) = 1, c’est à dire que S (x) ∼ .
x→∞ x→∞ ∞ 2x

 
Solution de l’exo 13
 

2n + 1 2n
1. Calcul de R par la règle de D’Alembert : Soit un (x) = x , nous avons
n!

un+1 (x) 2n + 3 n! 2n + 3
2
−→ 0, ∀x.
u (x) = (n + 1)! 2n + 1 = (n + 1) (2n + 1) xn→∞
n

Ainsi, le rayon de convergence de cette série est R = +∞;



∑ 2n + 1 2n+1
2. ∀x ∈ R, nous avons S (x) = x . En intégrant les deux membres de cette équation, en aura alors :
n=0
n!
∫ ∞ ∫ x
∑ ∞

2n + 1 2n x2n+1
S (t) dt = t dt + c = +c
n=0 0
n! n=0
n!

∑ ∞ ( 2 )n

x2n+1 x 2
où c est la constante d’intégration. Or, ∀x ∈ R, =x = xex , on obtient alors :
n=0
n! n=0
n!
( )′ ( )
x2 2
S (x) = xe = 1 + 2x2 ex .
 
Solution de l’exo 14
 

∑ (−1)n 4n+1
1. Le rayon de convergence de la série entière x s’obtient à l’aide de la formule de D’Alembert.
n=0
4n + 1

un+1 (x) 4n + 1 ∑
4
u (x) = 4n + 5 |x| n→∞
−→ x , d’où un (x) converge si |x| < 1, c’est à dire R = 1. Regardons la nature de
4
n n=0

∑ ∑∞
(−1)n
la série au point x = 1; un (x) = qui est une série convergente d’aprés Leı̈bnitz et pour x = −1;
n=0 n=0
4n + 1

∑ ∞
∑ n+1
(−1)
un (x) = qui converge d’après Leı̈bnitz aussi. Donc [−1, 1] est l’intervalle de convergence de
n=0 n=0
4n + 1
cette série entière.

∑ (−1)n 4n+1
2. ∀x ∈ ]−1, 1[, nous avons convergence uniforme de la série alors si S (x) = x , La série dérivée
n=0
4n + 1
s’obtient par (∞ )′
∑ (−1)n ∞

′ 1
S (x) = x 4n+1
= (−1)n x4n = ;
n=0
4n + 1 n=0
1 + x4

analyse.maths2annee@yahoo.fr 13 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011



∑ (−1)n
3. a) Remarquons que d’après la règle de Leibnitz la série numérique converge. Par application du
n=0
4n + 1
second lemme d’Abel, on aura alors

∑ ∞

(−1)n (−1)n 4n+1
= lim x ;
n=0
4n + 1 x→1 4n + 1
< n=0

c’est à dire que S (1) = lim S (x) ;


x→1
<

∑ ∞
∑ ∫ x
(−1)n 4n+1 (−1)n dx
b) Soient S (x) = x et S = , d’après ce qui précède, on trouve S (x) = d’où
n=0
4n + 1 n=0
4n + 1 0 1 + x4
∫ 1
dt
S= ;
0 1 + t4

c) Calculons cette dernière intégrale. En effectuant quelques transformations algébriques, on aura


(∫ √ ∫ 1 √ )
1 1 t+ 2 t− 2
S = √ √ dt − √ dt
2 2 0 t2 + 2t + 1 0 t2 − 2t + 1

(∫ √ ∫ 1 √ )
1 1 2t + 2 2t − 2
= √ √ dt − √ dt
4 2 0 t2 + 2t + 1 0 t2 − 2t + 1

 
∫ ∫ 1
1 1 dt dt 
+  ( √ )2 + ( √ )2 
4 0 t+ 2
+ 1 0 t− 2
+ 1
2 2 2 2

∫ ∫ ( )
dt 1 d at 1 t 1 π
En tenant compte des relations = ( t )2 = arctan +c et arctan t+arctan = , t > 0,
t 2 + a2 a +1 a a t 2
a
on aura [ √ ]1
1 t2 + 2t + 1
S = √ ln √
4 2 t2 − 2t + 1 0

1 [ (√ )]1 1 [ (√ )]1
+ √ arctan 2t + 1 + √ arctan 2t − 1
2 2 0 2 2 0

1 [ ( √ ) ]
= √ ln 3 + 2 2 + π
4 2

2+2 2 √ 1 √
puisque √ = 3 + 2 2 et √ = 2 + 1.
2−2 2 2−1

analyse.maths2annee@yahoo.fr 14 TD2-Suites et Séries de Fcts/ Année univ. 2010-2011

Vous aimerez peut-être aussi