Vous êtes sur la page 1sur 82

Mers
et
océans
:
vecteurs
essentiels
de
la
mondialisation

Mers
et
océans :
une
grande
diversité
des
ressources
au
cœur
des
1
enjeux
mondiaux

a. Les
ressources
halieutiques

Les
ressources
halieutiques
sont
des
ressources
vivantes
aquatiques,
nombreuses
et
variées,
exploitées
par
l’homme
depuis
longtemps
grâce
à
la
pêche.

Les
techniques
de
pêche
sont
devenues
majoritairement
industrielles
et
ont
accru
les
rendements.
Le
nombre
de
poissons
pêchés
a
été
multiplié
par
cinq
depuis 1950
(20
millions
de
tonnes
en
1950,
95
millions
de
tonnes
en
2014).

Cette
augmentation
va
de
pair
avec
une
consommation
en
forte
croissance
et
une
population
mondiale
de
plus
en
plus
nombreuse.
Les
conséquences
de
cette
surpêche
sont
inquiétantes
car
les
ressources
s’amenuisent
et
certaines
espèces
sont
menacées
de
disparition.

Les
ressources
halieutiques
font
l’objet
d’un
partage
des
mers
et
océans
en
zones
dé nies
au
niveau
mondial
par
la F.A.O.
(tente
de
concilier
l’exploitation
des
ressources
et
leur
préservation
au
niveau
mondial).
L’Union
européenne
a
une
approche
plus
restrictive
(possibilité
d’imposer
des
quotas
lorsque
des
espèces
sont
menacées).

 Ces
régulations
accentuent
bien
le
rôle
des
mers
et
océans
comme
vecteurs
de
la
mondialisation
puisqu’une
sorte
de
gouvernance
mondiale
dans
le
domaine
des
ressources
halieutiques
est
nécessaire.

b. Les
ressources
énergétiques

Mers
et
océans
recèleraient
22 %
des
réserves
mondiales
de
pétrole
et
37 %
des
réserves
mondiales
de
gaz.

Ces
réserves
d’hydrocarbures
se
trouvent
pour
la
plupart
au-delà
des
2 500 m
de
profondeur
(gisements
 off-shore  :
un
tiers
de
la
production
mondiale
d’hydrocarbures).

Les
améliorations
techniques
permettant
de
forer
au-delà
de
3
000
mètres
de
profondeurs
ont
permis
d’identi er
de
nouveaux
gisements
(océan
Arctique,
au
large
du
Brésil,
golfe
du
Mexique
et
de
Guinée).

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 1
sur
4


Certaines
ressources
énergétiques
des
mers
et
océans
jusque-là
non
exploitées
deviennent
alors
de
plus
en
plus
convoitées
a n
de
satisfaire
l’appétit
en
énergie
des
différents
pays.

Les
mers
et
les
océans
permettent
aussi
d’exploiter
des
énergies
renouvelables
(développement
des
éoliennes
en
mer,
développement
de
l’utilisation
des
énergies
houlomotrice,
marémotrice
ou
thermique).

c. Les
ressources
biochimiques,
les
minerais :
de
nouvelles
perspectives

Les
perspectives
d’exploitation
des
organismes
marins
se
multiplient
(produits
pharmaceutiques,
cosmétiques
et
agroalimentaires).

Les
profondeurs
sous-marines
sont
encore
largement
méconnues
(seuls 10 %
des
fonds
marins
seraient
cartographiés).
Au-delà
de 2000 m
de
profondeur
se
trouvent
des
ressources
qui
pourraient
être
essentielles
à
notre
avenir.

 Pour
préserver
les
océans,
l’exploitation
de
ces
ressources
biochimiques
nécessite,
comme
pour
les
ressources
halieutiques,
une
concertation
mondiale.

À
ces
ressources
biochimiques
s’ajoute
un
intérêt
mondial
pour
les
ressources
minières
présentes
dans
les
mers
et
les
océans
(nodules
polymétalliques,
nickel,
cuivre,
cobalt
rares
et
donc
attractifs) :

localisés
en
haute
mer,
leur
exploitation
est
compliquée
car
la
haute
mer
est
une
zone
internationale
et
n’appartient
donc
à
aucun
pays ;

leur
extraction
reste
à
ce
jour
plus
expérimentale
qu’industrielle
car
ils
se
situent
entre 3000
et
6000 mètres
de
profondeur ;

les
risques
technologiques
et
environnementaux
qui
découleraient
d’une
exploitation
industrielle
ne
sont
pas
encore
évalués.

 Dans
un
contexte
mondial
de
raréfaction
des
ressources,
l’ensemble
des
ressources
halieutiques,
énergétiques,
biochimiques
et
minières
est
essentiel
à
l’avenir
de
l’humanité.
Leur
exploitation
de
plus
en
plus
importante
met
en
évidence
la
nécessité
d’une
organisation
à
l’échelle
mondiale
pour
préserver
au
maximum
les
mers
et
océans,
qui
jouent
un
rôle
clé
de
régulateurs
climatiques.
En
ce
sens,
mers
et
océans
sont
au
cœur
d’enjeux
mondiaux.

2 Mers
et
océans :
un
espace
de
circulation
majeur

L’accélération
des
mobilités
est
une
caractéristique
des
XX e 
et
XXI e  siècles.


Elle
est
le
résultat
de
l’amélioration
des
transports
et
d’une
baisse
généralisée
des
coûts.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 2
sur
4


Sur
les
mers
et
océans,
outre
l’importante
circulation
des
marchandises
les
mobilités
principales
sont
le
fait
de
deux
phénomènes
opposés :
les
 ux
migratoires
et
le
tourisme
de
croisière.

Les
 ux
migratoires
maritimes
concernent
essentiellement
la
Méditerranée.
Il
s’agit
de
 ux
de
la
rive
Sud
vers
la
rive
Nord.

Ces
déplacements
ne
sont
pas
nouveaux
mais
ces
dernières
années,
les
contextes
géopolitiques
et
les
dif cultés
socio-économiques
ont
multiplié
les
départs,
dans
des
conditions
de
traversée
très
dangereuses.

Les
mers
et
les
océans,
dans
le
cadre
de
ces
migrations,
apparaissent
comme
des
espaces
dif ciles
à
contrôler
( ux
illicites,
passeurs
peu
scrupuleux,
migrants
sans
papiers
nombreux).
L’Organisation
Internationale
des
Migrations
a
estimé
à
plus
de 32 000
le
nombre
de
migrants
entrés
en
Europe
par
la
mer
entre
janvier
et
juillet 2019
(contre
plus
de
51 000
en
2018
sur
la
même
période).

À
l’opposé,
les
mers
et
océans
sont
aussi
« au
service
du
loisir
mondialisé »
comme
le
montre
l’attrait
pour
les
croisières,
car
mers
et
océans
sont
des
vecteurs
de
rêves
(2012 :
17
millions
de
croisiéristes ;
estimation
pour
2025 :
30
millions).
Les
Caraïbes
(37
%
des
croisières)
et
la
Méditerranée
dominent
les
zones
de
tourisme
de
croisière.
Les
principales
compagnies
mondiales
sont
Carnival
(États-Unis),
Royal
Caribbean
(États-Unis
et
Norvèges),
et
MSC
(Italie).

 Les
mers
et
océans
favorisent
donc
la
circulation
des
hommes.
L’amélioration
des
transports,
les
contextes
géopolitiques
d’un
côté,
la
hausse
des
niveaux
de
vie
de
l’autre
ont
en
revanche
orienté
cette
circulation
dans
deux
directions
particulières
qui
sont
aussi
liées
à
la
mondialisation.

La
croissance
des
échanges
internationaux
de
marchandises
est
supérieure
à
la
croissance
de
la
production
mondiale
depuis 1945.
Les
transports
maritimes
assurent
plus
de
85 %
de
ces
échanges
en
volume.
Cet
essor
est
dû
à
la
littoralisation
des
industries
et
à
la
conteneurisation.

La
littoralisation :
elle
s’est
accentuée
depuis
les
années 1980.
Elle
est
directement
en
lien
avec
la
mondialisation
de
l’économie
et
le
développement
des
échanges
maritimes
et
est
à
associer
avec
la
maritimisation
de
l’économie
(les
usines
ont
la
possibilité
d’acheminer
plus
rapidement
leurs
productions
et
peuvent
recevoir
des
composants
ou
matières
premières
plus
facilement).

conteneurisation
(principe
du
conteneur
a
été
mis
au
point
par
Malcom
McLean
en 1956 ;
phénomène
mondial) : facilite
le
transport,
le
chargement
et
le
déchargement.
Le
transport
via
les
mers
et
océans
est
un
atout,
car
les
conteneurs
facilitent
l’intermodalité
avec
la
voie
terrestre.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 3
sur
4


Cette
standardisation
mondialisée
a
permis
de
gagner
beaucoup
de
temps
et
a
diminué
les
coûts
de
transport.
Cela
explique
aussi
bien
sûr
l’essor
des
transports
maritimes,
dominés
par
l’entreprise
danoise
Maersk
et
la
f rançaise
CMA
CGM.

Les
navires
empruntent
des
itinéraires
précis,
toujours
les
mêmes
(routes
maritimes).
Les
routes
principales
relient
les
régions
du
monde
les
plus
développées
(Asie
orientale,
Amérique
du
Nord
et
Europe
du
Nord).
Les
autres
trajets
sont
dits
« secondaires » (nombre
de
porte-conteneurs
et
volume
de
marchandises
transportées
moins
important).

Les
routes
maritimes
permettent
donc
d’identi er
des
zones
plus
ou
moins
favorisées
par
la
mondialisation.
Aujourd’hui,
les
routes
maritimes
diffèrent
selon
le
type
de
marchandises
transportées.

Les
risques
technologiques
sont
évidemment
accrus
le
long
de
ces
routes.
De
plus,
la
circulation
des
marchandises
est
directement
responsable
d’une
partie
des
pollutions
dont
sont
victimes
les
mers
et
les
océans.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 4
sur
4


Des
enjeux
géostratégiques
qui
se
déplacent
vers
les
mers
et
les
océans

Mers
et
océans :
une
importance
géostratégique
redé nie
aux
1
échelles
régionale
et
mondiale

Plus
les
ports
sont
nombreux
et
accueillent
des
marchandises
transportées
par
porte-conteneurs,
plus
l’insertion
de
la
façade
maritime
dans
la
mondialisation
est
grande
(et
inversement).
Pour
être
compétitifs
dans
les
échanges
mondiaux,
les
ports
doivent
charger
et
décharger
les
conteneurs
le
plus
vite
possible.

Ces
dernières
années,
la
façade
maritime
de
l’Asie
orientale
a
connu
un
essor
sans
précédent
qui
va
de
pair
avec
la
croissance
chinoise
(13 des
vingt
premiers
ports
mondiaux
sont
chinois,
contre 4
en 2000).
Les
autres
principales
façades
maritimes
mondiales
sont
les
façades
est
et
ouest
des
États-Unis
et
la
 Northern
Range 
européenne.

 Les
installations
portuaires
sont
vues
par
les
États
comme
des
moyens
d’af rmer
leur
puissance
aux
échelles
régionale
et
mondiale.

L’Inde
et
la
Chine
développent
actuellement
des
bases
portuaires
en
dehors
de
leurs
territoires
pour
continuer
à
développer
leurs
économies,
a n
de
sécuriser
au
maximum
l’acheminement
des
marchandises
mais
aussi
pour
af rmer
leur
domination.

L’océan
Indien
est
le
lieu
de
la
rivalité
sino-indienne.
À
la
stratégie
chinoise
dite
du
« collier
de
perles »
(2004)
répond
la
stratégie
indienne
quali ée
par
certains
géographes
(Dennis
Rumley)
de
« pépites
indiennes ».

La
présence
chinoise
dans
l’océan
Indien
se
traduit
par
l’octroi
de
facilités
militaires
dans
ces
ports
ou
simplement
d’autorisations
de
présence
données
à
la
Chine
par
les
pays
étrangers.
La
carte
de
ces
points
d’appui
révèle
une
réelle
volonté
politique
mais,
de
l’avis
des
spécialistes,
leur
présence
sur
le
terrain
reste
encore
aujourd’hui
très
discrète.

À
l’inverse
de
la
Chine,
l’Inde
accuse
un
retard
de
développement
dans
le
domaine
maritime
qu’elle
essaie
de
combler
aussi
vite
que
possible
en
développant
sa
marine.

Le
pays
est
pourtant
présent
en
de
nombreux
endroits
(Iran,
Maldives,
Seychelles,
île
Maurice,
Sri
Lanka,
Indonésie,
Singapour),
et
possède
des
îles
dans
l’océan
Indien,
ce
qui
l’avantage.
L’Inde
a
conclu
un
accord
en 2017
avec

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 1
sur
5


les
États-Unis
et
la
France
par
lequel
ces
derniers
autorisent
l’accès
de
la
marine
indienne
à
ses
propres
bases
militaires
dans
la
zone.

L’Inde
multiplie
donc
les
accords
régionaux
et
internationaux.

 La
situation
de
l’océan
Indien
met
donc
en
évidence
les
différents
moyens
géostratégiques
des
deux
grandes
puissances
asiatiques :
modernisation
de
la
 otte,
multiplication
des
bases
portuaires,
accords
entre
pays.
Les
deux
puissances
ont
d’ailleurs
entamé
la
production
de
porte-avions
sur
leur
territoire.

Au
fond
des
mers
et
océans
repose
dorénavant
l’essentiel
de
nos
communications,
grâce
aux
câbles
sous-marins.
Aujourd’hui,
plusieurs
dizaines
de
millions
de
communications
téléphoniques
simultanées
sont
désormais
possibles.

Leur
géographie
ressemble
à
celle
des
grandes
routes
commerciales
(les
câbles
les
plus
nombreux
relient
les
pays
les
plus
développés).
Ces
faisceaux
de
câbles
rejoignent
des
points
littoraux
situés
à
proximité
des
plus
grandes
métropoles
mondiales.

Une
 otte
de
navires
câbliers
sillonne
le
monde
pour
les
poser
et
assurer
leur
maintenance.
La
France
est
pour
l’instant
leader
dans
ce
domaine
(Orange
Marine
et
Alcatel
Submarine
Networks).

En
France,
la
marine
nationale
surveille
le
dispositif,
car
les
câbles
sont
vulnérables :
accidents,
possibilités
de
sabotage
et
d’espionnage
(refus
de
l’Australie
d’un
câble
chinois
passant
par
leur
pays,
intervention
de
la
marine
f rançaise
pour
faire
face
aux
russes
trop
proches
de
câbles
européens
etc.).

La
coupure
d’informations
ou
l’appropriation
d’informations
sensibles
par
le
biais
de
ces
câbles
sont
donc
des
risques
pris
très
au
sérieux.
La
géostratégie
est
à
l’œuvre
pour
contourner
ces
menaces.

La
Chine
et
la
Russie
ne
sont
pas
sensibles
aux
risques
liés
à
la
coupure
de
câbles
sous-marins
car
ils
localisent
leurs
données
sur
leurs
territoires.
Ce
n’est
pas
le
cas
de
l’Europe
où
une
grande
partie
des
données
générées
par
Internet
part
aux
États-Unis
pour
y
être
stockée.

 Les
enjeux
géostratégiques
liés
à
la
présence
des
câbles
sous-marins
renforcent
donc
l’attention
mondiale
pour
les
profondeurs
océaniques.

2 Rivalités
et
tensions
dans
les
mers
et
océans

Les
principaux
passages
stratégiques
mondiaux
sont
les
détroits
et
les
canaux.
Il
s’agit
essentiellement :

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 2
sur
5


du
canal
de
Suez
et
du
détroit
de
Gibraltar
en
Méditerranée ;

des
détroits
de
Malacca,
d’Ormuz
et
de
Bab-el-Mandeb
dans
l’océan
Indien ;

et
du
canal
de
Panama
qui
permet
de
relier
l’océan
Atlantique
et
l’océan
Paci que.

Toutes
sortes
de
nombreux
navires
circulent
dans
les
détroits
et
canaux.
Ces
passages
stratégiques
de
transports
sont
quali és
de
« goulets
d’étranglement »
ou
de
« choke
points ».

Le
canal
de
Suez
a
été
ouvert
en 1869
et
celui
de
Panama
en 1914.

Le
canal
de
Panama,
étroit,
a
longtemps
imposé
aux
navires
la
norme
« Panamax »,
et
la
charge
maximale
par
navire
était
de
4 800 conteneurs.
Il
a
été
agrandi
pour
accueillir
des
navires
de
14 000
conteneurs
(9 ans
de
travaux,
réouverture
en 2016).

Le
canal
de
Suez
a
été
agrandi
et
modernisé
en 2015
pour
les
mêmes
raisons.

 8 %
du
commerce
maritime
mondial
transite
chaque
année
par
le
canal
de
Suez
contre
5 %
pour
le
canal
de
Panama.

Les
détroits
d’Ormuz
(golfe
Arabo-Persique)
et
de
Malacca
(point
de
passage
entre
l’océan
Indien
et
l’océan
Paci que)
sont
complémentaires :
plus
de
la
moitié
des
 ux
de
pétrole
mondiaux
y
transite.

Le
détroit
de
Bab-el-Mande
relie
l’Af rique
et
la
péninsule
arabique.
Du
pétrole
y
transite
essentiellement.

Ces
détroits
et
canaux
sont
des
passages
stratégiques
pour
le
commerce
international.
Bloquer
l’accès
à
ces
passages
serait
synonyme
de
dif cultés
économiques
mondiales.
Ce
sont
des
zones
extrêmement
sensibles
qui
font
l’objet
d’une
surveillance
internationale
et
nationale.

Toutes
les
grandes
puissances
se
sont
accordées
sur
le
principe
d’une
liberté
de
circulation
dans
les
détroits
internationaux.
Il
est
interdit
d’imposer
des
péages.
La
sécurité
de
la
navigation
doit
être
assurée.

Pour
la
garantir,
la
V e 
 otte
des
États-Unis
est
présente
en
permanence
dans
l’océan
Indien
et
la
VII e 
 otte
stationne
dans
l’océan
Paci que.
Des
îlots
appartenant
aux
États-Unis
ou
des
accords
avec
certains
pays
leur
permettent
de
maintenir
des
bases
militaires
à
proximité.
La
France,
les
États-Unis
et
la
Chine
ont
successivement
installé
des
bases
à
D jibouti
pour
surveiller
le
détroit
de
Bab-el-Mandeb.
Les
États
limitrophes
sont
aussi
concernés
par
cette
surveillance.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 3
sur
5


La
piraterie
et
le
terrorisme
représentent
aussi
un
danger
pour
ces
points
de
passage.

 Les
détroits
et
canaux
s’af rment
donc
comme
des
passages
stratégiques,
objet
d’attentions,
de
surveillance
constante
car
la
circulation
maritime
mondiale
en
dépend.
Les
tensions
présentes
sur
ces
lieux
sont
aussi
révélatrices
de
leur
importance.

Les
mers
et
océans
ont
fait
l’objet
d’un
découpage
international
à
la
conférence
de
Montego
Bay
en
1982.
Or,
ce
découpage
n’est
pas
toujours
accepté
et
donne
lieu
à
plusieurs
con its
maritimes
dans
le
monde.
Ils
sont
souvent
le
résultat
de
la
présence
de
ressources.

 Les
zones
principales
de
revendications
se
situent
en
Arctique
et
en
mer
de
Chine
méridionale.

En
Arctique,
le
réchauffement
climatique
a
fait
apparaître
de
nouvelles
potentialités :
routes
maritimes
accessibles
plusieurs
mois
par
an,
permettant
un
trajet
plus
rapide
entre
Rotterdam
et
Shanghai
qu’en
passant
par
le
canal
de
Suez,
hydrocarbures
et
minerais
exploitables.

Beaucoup
de
pays
limitrophes
(Russie,
Norvège,
Danemark,
États-Unis
et
Canada)
ont
donc
fait
des
demandes
d’extension
de
leur
zone
maritime,
au
prétexte
que
cet
espace
correspond
au
prolongement
de
leur
plateau
continental,
pour
pouvoir
exploiter
ces
ressources.
La
limite
de
ces
zones
d’exploitation,
les
ZEE
est
 xée
à
200 milles
marins,
soit
370 km.

Les
tensions
sont
un
peu
plus
vives
en
mer
de
Chine
méridionale
où
l’on
trouve
du
pétrole
et
du
gaz.
Les
États
concernés
sont
la
Chine,
Taïwan,
le
Vietnam,
les
Philippines,
la
Malaisie,
l’Indonésie
et
Brunei.
Les
disputes
portent
sur
un
certain
nombre
d’îlots
et
d’archipels
car
les
pays
qui
les
possèdent
peuvent
exploiter
la
zone
maritime
qui
se
situe
autour.

Les
îles
des
archipels
de
Spratly
et
Paracel
sont
âprement
disputées,
car
on
y
trouve
des
ressources
halieutiques
et
pétrolières,
et
qu’une
partie
du
commerce
chinois
transite
par
la
mer
de
Chine.
Les
Paracel
(37
îles)
sont
occupées
par
la
Chine
depuis
1974
mais
revendiquées
par
le
Vietnam.
Les
Spratly
sont
un
ensemble
d’îles
réparties
sur
180 000 km 2 
et
revendiquées
par
la
Chine,
Taïwan,
la
Malaisie,
les
Philippines,
Brunei
et
le
Vietnam,
c’est-à-dire
par
la
totalité
des
États.
Actuellement,
la
Chine
occupe
une
partie
des
ilots,
de
même
que
les
Philippines,
Taïwan
et
le
Vietnam.

La
Chine
mène
aussi
une
active
politique
d’expansion
maritime
qui
passe
par
l’af rmation
de
sa
présence
en
mer
de
Chine
méridionale.
L’espace
maritime
revendiqué
par
ce
pays
est
immense.
Des
îles
arti cielles
sont
construites
dans
l’archipel
des
Spratly.
La
surveillance
chinoise
s’opère
à
partir
de
l’île
de
Hainan,
car
il
est
plus
facile
de
contrôler
la
mer
de
Chine
méridionale
depuis

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 4
sur
5


ce
point.
Les
États-Unis
répliquent
par
des
patrouilles
navales
au
nom
de
la
liberté
de
circulation
et
les
États
de
l’ASEAN
dont
la
Chine
ne
fait
pas
partie,
protestent.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 5
sur
5


Le
détroit
de
Malacca
et
le
golfe
arabo-persique
:
des
points
de
passage
au
cœur
de
la
mondialisation

1 Le
détroit
de
Malacca :
un
point
de
passage
majeur
et
stratégique

Le
détroit
de
Malacca
relie
l’océan
Indien
et
l’océan
Paci que.
De
largeur
très
variable
(de 38
à
390 km)
et
plus
long
que
les
détroits
de
Gibraltar,
Ormuz
et
Bab-el-Mandeb,
c’est
un
axe
de
circulation
majeur
avec
la
maritimisation
de
l’économie
et
la
croissance
des
échanges
(50 %
du
commerce
maritime
mondial
le
traverse,
environ
70 000 navires
par
an).

Artère
vitale
pour
le
Japon
jusque
dans
les
années 1980,
il
est
aujourd’hui
aussi
indispensable
au
développement
économique
chinois
(¾ des
ressources
pétrolières
importées
en
Chine
passent
par
le
détroit
ainsi
que
les
marchandises
fabriquées
en
Chine
et
exportées
vers
l’Europe,
l’Af rique
et
le
Moyen-Orient).

Singapour
est
le
plus
important
des
ports
du
détroit.
De
par
sa
taille,
la
cité-
État
contrôle
le
détroit
de
Malacca
et
sa
suprématie
reste
incontestée :
elle
garantit
la
sécurité
et
la
régularité
des
 ux
maritimes.

Les
autres
ports
du
détroit
(notamment
Belawan)
servent
à
Singapour
de
base
portuaire
pour
réexpédier
les
marchandises.

La
Malaisie
tente
de
lutter
contre
cette
dépendance.
Elle
le
fait
avec
succès
car
le
pays
peut
off rir
des
surfaces
libres
pour
des
installations
portuaires
à
des
coûts
attractifs.

Les
trois
béné ciaires
du
tra c
maritime
dans
le
détroit
de
Malacca
sont
les


ports
du
détroit,
les
compagnies
maritimes
internationales
et
Singapour,
la
Malaisie
et
l’Indonésie.

Au
tra c
maritime
mondial
s’ajoutent
des
échanges
maritimes
régionaux
entre
les
pays
de
la
zone.
Des
bateaux
de
toutes
tailles
traversent
quotidiennement
le
détroit
d’Est
en
Ouest
et
non
du
Nord
au
Sud
comme
la
otte
mondiale,
ce
qui
nécessite
une
surveillance
rigoureuse
pour
éviter
les
accidents.

Le
détroit
de
Malacca
est
reconnu
comme
détroit
international
(liberté
d’accès
au
détroit
en
temps
de
paix
comme
en
temps
de
guerre).
Les
pays
riverains
peuvent
cependant
s’assurer
que
leur
sécurité
et
leur
souveraineté

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 1
sur
3


ne
sont
pas
mises
en
danger
dans
le
détroit.
Ils
doivent
également
veiller
au
respect
de
l’environnement
dans
le
détroit.

La
sécurité
y
est
un
problème
ancien
et
récurrent,
due
aux
actes
de
piraterie.
Il
s’agit
d’un
des
risques
majeurs
de
la
traversée,
avec
les
risques
de
collisions.

Les
États
riverains
ainsi
que
d’autres
pays
ayant
des
intérêts
dans
la
zone
coopèrent
depuis 2004
pour
lutter
contre
la
piraterie.
Vingt
pays
participent
actuellement
au
ReCAAP :
des
pays
asiatiques
mais
aussi
européens,
ainsi
que
les
États-Unis.

L’accord
prévoit
un
partage
des
informations
et
des
patrouilles
communes.
Cette
coopération
a
eu
des
résultats
positifs
puisque
la
piraterie
a
fortement
diminué,
et
que
le
ReCAAP
a
renforcé
l’intégration
nationale
entre
les
pays
membres.

La
limite
du
ReCAAP
est
la
non-participation
de
la
Malaisie
et
de
l’Indonésie,
pourtant
directement
concernés
par
la
piraterie
maritime.

La
Chine
a
proposé
d’intégrer
le
projet
du
canal
de
Kra
(ancien
projet
thaïlandais)
à
sa
stratégie
des
« nouvelles
routes
de
la
soie »
(pour
relier
plus
facilement
l’Europe
à
la
Chine
dans
le
futur).
Suite
à
la
construction,
si
elle
se
concrétise,
le
détroit
de
Malacca
pourrait
perdre
une
partie
de
son
importance
économique
et
stratégique
et
la
Chine
ne
serait
plus
dépendante
économiquement
de
cette
unique
voie
de
passage.

 Le
détroit
de
Malacca
est
donc
un
symbole
du
commerce
mondial.
Si
l’on
compare
le
niveau
de
vie
des
pirates
aux
contenus
des
porte-conteneurs,
il
est
également
le
symbole
des
inégalités
et
f ractures
que
la
mondialisation
a
accentuées.

Le
golfe
Arabo-Persique :
un
espace
au
cœur
des
enjeux
2
contemporains

Le
golfe
Arabo-Persique
possède
d’importantes
ressources
halieutiques,
mais
surtout
regorge
de
ressources
en
pétrole
et
en
gaz.
Les
deux
rives
du
golfe
sont
riches
en
hydrocarbures.
Les
premières
exploitations
du
pétrole
dans
la
région
ont
débuté
au
début
du
XX e  siècle.

La
faible
profondeur
du
golfe
facilite
les
exploitations
pétrolières
off-shore.
Le
pétrole
est
exporté
dans
le
monde
entier
via
le
détroit
d’Ormuz.
35 %
du
pétrole
mondial
qui
transite
par
la
mer
passe
par
ce
détroit
(environ
18 millions
de
barils
par
jour).

La
région
du
golfe
est
géopolitiquement
très
instable.
L’inquiétude
d’un
manque
d’approvisionnement
en
pétrole
est
ravivée
à
chaque
crise
entre
l’Iran
et
ses
voisins,
ou
entre
l’Iran
et
les
États-Unis.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 2
sur
3


Les
coopérations
régionales
instaurées
dans
le
golfe
tiennent
compte
du
clivage
entre
sunnites
et
chiites.
Le
Conseil
de
coopération
du
Golfe
(1981),
comprend
les
six
pays
sunnites
du
golfe,
sauf
l’Iran.
Ces
six
pays
ne
sont
pas
tous
d’accord
sur
l’attitude
à
adopter
face
au
voisin
iranien
(exemple :
Oman
favorise
le
dialogue,
l’Arabie
Saoudite
non).

Ces
tensions
se
sont
accentuées
avec
la
naissance
de
la
République
islamiste
(1979).
Les
dirigeants
iraniens
rejettent
le
modèle
des
États-Unis,
et
ces
derniers
sont
des
alliés
traditionnels
de
l’Arabie
Saoudite
depuis
1945.
L’impact
des
États-Unis
dans
le
golfe
Persique
est
donc
un
autre
sujet
de
discorde
particulièrement
important
entre
l’Arabie
Saoudite
et
l’Iran.

 Ce
désaccord
fait
passer
les
tensions
dans
la
zone
de
l’échelle
régionale
à
l’échelle
mondiale.

À
l’échelle
mondiale,
la
question
du
nucléaire
iranien
a
des
répercussions
f réquentes
dans
la
région
du
golfe
Arabo-Persique
et
sur
le
détroit
d’Ormuz
en
particulier.
Les
Iraniens
sont
soupçonnés
régulièrement
de
vouloir
développer
le
nucléaire
à
des
 ns
militaires,
ce
à
quoi
les
États-Unis
s’opposent
fermement
car
la
suprématie
iranienne
déstabiliserait
l’équilibre
f ragile
de
la
région.

Cette
opposition
entre
les
États-Unis
et
l’Iran
se
traduit
par
des
sanctions
économiques
des
États-Unis
envers
l’Iran,
et
par
la
menace
de
la
fermeture
du
détroit
d’Ormuz
par
les
Iraniens.
Cela
explique
la
militarisation
internationale
du
golfe
Arabo-Persique,
et
la
surveillance
permanente
du
détroit
d’Ormuz.

Au
niveau
régional,
le
détroit
est
surveillé
par
l’Iran,
le
sultanat
d’Oman
et
les
Émirats
arabes
unis.
Au
niveau
international,
la
Ve
 otte
américaine
est
basée
à
Bahreïn
et
au
Qatar
pour
assurer
la
sécurité
des
navires
qui
veulent
passer
le
détroit
d’Ormuz.
La
France
a
une
base
militaire
à
Abu
Dhabi.

Les
risques
d’embrasement
sont
permanents
et
toujours
inquiétants.
Un
con it
mettrait
en
péril
l’économie
de
nombreux
pays
qui
dépendent
de
l’approvisionnement
en
pétrole
du
golfe
Arabo-Persique.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 3
sur
3


Mers
et
océans
en
devenir

1. Une
partie
des
mers
et
océans
appartient
désormais
aux
États

Au
XVIII e  siècle,
le
principe
de
la
liberté
des
mers
s’impose.

En 1782,
l’économiste
italien
Ferdinando
Galiani
propose
de
 xer
à
trois
milles
marins
(5,5 km
environ)
la
mer
territoriale
(surface
maritime
relevant
de
l’État
côtier
correspondant).
Ce
critère
est
largement
accepté
et
perdure
jusqu’en 1958.
Au-delà
des
trois
milles
marins,
les
mers
et
océans
n’appartiennent
à
personne.

À
la
Conférence
de
Genève
en 1958,
la
mer
territoriale
est
étendue
et
passe
de
trois
milles
marins
à
six
milles.
Cette
extension
vient
en
réponse
aux
demandes
des
États,
puissances
maritimes
d’un
côté
et
États
décolonisés
de
l’autre.

La
Conférence
sur
le
droit
international
de
la
mer
(conférence
de
Montego
Bay),
convoquée
par
l’ONU
en 1982,
 xe
un
découpage
qui
prévaut
encore
aujourd’hui.
36 %
des
mers
et
océans
passent
sous
le
contrôle
des
États.
La
conférence
aboutit
à
la
Convention
des
Nations
Unis
sur
le
droit
de
la
mer
(CNUDM)
et
entre
en
vigueur
à
partir
de 1994.
En 2014,
157 États
ont
signé
la
Convention.
Certains
États
pesant
sur
la
scène
internationale
comme
les
États-Unis,
Israël
et
la
Turquie
n’ont
toujours
pas
signé
la
Convention
en 2020.

Éléments
décidés
lors
de
la
conférence
de
Montego
Bay :

Cinq
espaces
maritimes
sont
distingués :
les
eaux
intérieures,
la
mer
territoriale
(12
miles
marins,
22km
environ),
la
zone
contigüe
(24
miles
marins),
la
ZEE
(200
miles
marins,
370
km
environ
–
entraînent
1/3
des
surfaces
océaniques
sous
la
souveraineté
des
États)
et
la
haute
mer
(64 %
de
la
surface
totale
des
mers
et
océans).

L’État
côtier
dispose
de
droits
(exploiter
les
ressources
des
eaux
de
surface
et
des
fonds
marins)
et
de
devoirs
(protéger
et
préserver
la
biodiversité,
assurer
la
libre
circulation
des
navires
sauf
en
cas
d’attaque
de
ces
derniers),
dans
la
zone
qui
lui
appartient.

Les
« eaux
archipélagiques »
(espaces
maritimes
appartenant
aux
archipels)
sont
dé nies
à
partir
du
tracé
de
lignes
droites
reliant
les
caps
les
plus
avancés
des
îles
des
archipels.
De
vastes
surfaces
océaniques
sont

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 1
sur
4


ainsi
passées
sous
la
domination
d’États
archipels
(Indonésie,
les
Philippines
ou
les
Kiribati).

Les
Kiribati,
33 îles
de
plus
de
116 000 habitants,
possèdent
depuis
la
conférence
une
super cie
maritime
énorme
de
3,5 millions
de
km 2 .

Les
États
enclavés,
sans
rivage,
ont
le
droit
de
partager
le
reliquat
des
ressources
de
la
ZEE
qui
leur
est
proche
avec
l’État
côtier.
Évidemment,
la
création
des
ZEE
favorise
les
États
ayant
de
vastes
façades
maritimes.

La
limite
du
plateau
continental
a
elle
aussi
été
 xée
à
200 milles
marins
(limite
juridique
qui
ne
correspond
pas
forcément
à
la
réalité,
il
y
a
donc
des
extensions
pouvant
aller
jusqu’à
350 miles
marins).

Aujourd’hui,
64 %
des
mers
et
océans
n’appartient
à
personne.
Des
discussions
ont
lieu
à
l’ONU
pour
essayer
de
dé nir
plus
précisément
le
statut
de
la
haute
mer
et
lutter
contre
les
abus
actuels.

La
réglementation
détaillée
est
révélatrice
de
la
volonté
des
États
de
s’approprier
une
partie
des
mers
et
océans
en
vue
de
leur
exploitation
mais
aussi
en
vue
d’une
gestion
que
l’on
espère
durable.
Cet
ensemble
de
règles
mises
en
place
lors
de
la
conférence
de
Montego
Bay
con rme
donc
l’importance
des
espaces
maritimes
qui
assurent
de
multiples
fonctions :
économiques,
géopolitiques,
scienti ques.

Malgré
Montego
Bay,
des
désaccords
existent
sur
toutes
les
parties
du
globe.
Il
est
parfois
légitime
de
se
demander
s’ils
ne
pourraient
pas
aboutir
à
une
guerre,
particulièrement
dans
des
zones
déjà
instables.

Certains
sont
de
vrais
contentieux
liés
à
l’usage
des
mers
et
océans
(délimitation
de
f rontières
maritimes,
volonté
de
disposer
de
ressources
halieutiques,
énergétiques,
etc.) :
con it
Japon-Rusie
sur
les
îles
Kouriles,
con its
entre
le
Liban
et
Israël,
ou
Chypre
et
la
Turquie.

D’autres
désaccords
se
jouent
en
mer
mais
l’aspect
maritime
n’est
qu’une
partie
d’un
con it
plus
vaste
(séparation
des
deux
Corées
et
délimitation
de
leurs
f rontières
maritimes).

Au
niveau
mondial,
des
tribunaux
peuvent
juger
les
con its
maritimes
pour
éviter
que
ceux-ci
ne
dégénèrent.
Le
Tribunal
international
de
la
mer
(instauré
par
la
Convention
de
Montego
Bay)
est
en
charge
de
la
résolution
des
différends
maritimes
entre
États.
Vingt-neuf
con its
sont
actuellement
traités
par
ce
tribunal.
Certains
d’entre
eux
concernent
la
délimitation
de
f rontières
maritimes
(île
Maurice/Maldives,
Ghana/Côte
d’Ivoire,
Bangladesh/Myanmar.
D’autres
affaires
portées
devant
ce
tribunal
concernent
des
différends
sur
l’exploitation
de
zones
de
pêche
ou
encore
les
activités
illicites
de
certains
navires.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 2
sur
4


D’autres
institutions
sont
compétentes,
comme
la
Cour
permanente
d’arbitrage
et
la
Cour
internationale
de
justice.

 La
précision
des
règles
 xées
à
Montego
Bay,
les
nombreux
con its
et
les


institutions
créées
pour
les
régler
laissent
supposer
une
continuité
de
ce
processus
de
découpage
dans
les
années
à
venir
et
la
création
d’une
institution
mondiale
gérant
la
haute
mer.

2 Mers
et
océans :
valorisation
et
protection

La
prise
de
conscience
des
dangers
environnementaux
qui
menacent
les
mers
et
les
océans
est
réelle
et
s’appuie
sur
des
faits
incontestables.

Le
réchauffement
climatique
entraîne
une
augmentation
de
l’acidi cation
des
océans
et
la
hausse
du
niveau
des
mers
et
océans
qui
réceptionnent
les
eaux
de
fonte
des
glaciers.
Selon
les
prévisions
du
GIEC,
le
niveau
devrait
s’élever
de
plus
d’un
mètre
d’ici 2100.

Des
rivages
se
trouvent
menacés
de
disparition
et
la
situation
est
déjà
critique
pour
certains
États
comme
le
Bangladesh
(multiplication
des
inondations
et
salinité
des
sols
plus
importante).
Cette
situation
a
déjà
des
conséquences
sur
la
population
de
ce
pays
peu
développé,
avec
la
multiplication
des
crises
alimentaires.

La
pollution
est
de
plus
en
plus
importante :
les
océans
sont
remplis
de
déchets
plastiques
qui
s’accumulent
à
certains
endroits.

Cependant,
les
ré exions
et
les
actions
se
multiplient
pour
agir
et
préserver
les
mers
et
océans.

À
l’échelle
régionale,
les
aires
marines
protégées
(AMP)
existent
depuis
les
années 1970
et
sont
très
répandues
dans
le
monde.
Normalement,
la
 ore
et
la
faune
sont
protégées
au
sein
des
AMP,
mais
en
réalité
les
États
n’ont
pas
toujours
les
moyens
de
surveiller
ces
zones
et
de
lutter
contre
les
actes
illicites.

La
première
AMP
a
été
créée
au
Costa
Rica :
le
parc
national
de
l’île
Cocos
a
depuis
été
classé
au
Patrimoine
mondial
de
l’humanité
par
l’Unesco,
de
même
que
le
Parc
de
Komodo
en
Indonésie
(1986).

À
l’échelle
mondiale,
des
actions
concertées
se
mettent
en
place.
L’OMI
(Organisation
Maritime
Internationale)
s’occupe
de
la
sécurité
et
de
l’ef cacité
de
la
navigation.
Elle
veille
aussi
à
la
prévention
de
la
pollution.

Il
existe
aussi
depuis 1992
et
le
sommet
de
Rio
une
journée
mondiale
des
océans
(8 juin).

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 3
sur
4


Plus
récemment,
l’ONU
a
dé ni
des
objectifs
de
développement
durable
(2015)
à
atteindre
d’ici 2030.
Ils
ont
pour
but
de
sensibiliser
l’opinion
et
d’obtenir
les
 nancements
nécessaires
pour
assurer
ses
missions
de
protection.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 4
sur
4


La
France
:
une
puissance
maritime
?

1 La
France
et
ses
atouts
maritimes

La
France
métropolitaine
compte
5853 km
de
façades
maritimes.
Elle
est
bordée
au
Nord
par
la
mer
du
Nord
et
la
Manche,
à
l’Ouest
par
l’océan
Atlantique
et
au
sud
par
la
mer
Méditerranée.

Les
côtes
f rançaises
ont
un
relief
favorable
aux
installations
portuaires
nombreuses.
Il
faut
distinguer
dans
cet
ensemble
les
ports
de
pêche
et
de
plaisance,
et
les
grands
ports
avec
des
industries
présentes
en
bordure
de
littoral
(zones
industrialo-portuaires).
Les
installations
portuaires
sont
très
différentes
selon
la
catégorie
portuaire.

Ces
5853 km
de
littoraux
off rent
une
ZEE
importante
en
France
métropolitaine.

Pour
la
pêche,
la
France
se
classe
au
6 e  rang
de
l’Union
européenne
(plus
de
4 000 bateaux).
La
pêche
f rançaise
métropolitaine
se
caractérise
par
sa
grande
diversité
aussi
bien
au
niveau
des
zones
de
pêche
(Méditerranée,
Atlantique,
etc.)
que
des
bateaux
engagés
dans
cette
activité
(plus
ou
moins
grands
et
modernes).

Pour
le
tourisme
balnéaire
(activités
de
plaisance),
plus
d’un
million
de
bateaux
de
plaisance
sont
présents
en
France
métropolitaine.
Le
Sud
et
la
Bretagne
en
totalisent
la
moitié.

Une
route
maritime
majeure
au
niveau
mondial
traverse
la
ZEE,
passant
par
la
Méditerranée,
le
détroit
de
Gibraltar
et
longeant
la
ZEE
atlantique
en
direction
de
la
 Northern
range .

L’exploration
de
nouvelles
ressources
et
l’exploitation
de
l’énergie
éolienne
et
l’énergie
marémotrice
off rent
de
larges
potentialités
dans
les
prochaines
années.

 Les
littoraux
métropolitains
et
la
ZEE
qui
en
résulte
sont
donc
un
facteur
de
puissance
puisqu’ils
off rent
des
possibilités
d’activités
économiques
variées
et
font
de
la
France
un
pays
attractif.
Ils
af rment
aussi
une
présence
géopolitique
aussi
bien
au
Sud
qu’à
l’Ouest
du
continent
européen.

Les
territoires
ultra-marins
f rançais
permettent
à
la
France
de
posséder
la
2 e  zone
économique
exclusive
la
plus
vaste
du
monde
(11 millions
de km 2

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 1
sur
4


environ)
après
les
États-Unis
et
devant
l’Australie.

La
zone
la
plus
importante
se
situe
dans
le
Paci que
Sud
avec
plus
de
6,8 millions
de km 2 
(Nouvelle
Calédonie,
Wallis-et-Futuna,
Polynésie,
île
de
Clipperton).

Vient
ensuite
la
zone
de
l’océan
Indien
avec
2,7 millions
de km 2 
(Mayotte,
La Réunion,
les
TAAF.).

L’océan
Atlantique,
plus
proche
des
côtes
f rançaises
métropolitaines,
ne
représente
que
600 000 km 2 
(Antilles,
Guyane,
Saint-Pierre
et
Miquelon).

 Cette
immense
surface
permet
à
la
France
d’être
présente
économiquement,
diplomatiquement
et
militairement
dans
le
monde
entier
bien
au-delà
de
son
territoire
métropolitain,
ce
qui
est
synonyme
de
puissance.

La
France
est
présente
militairement
partout
dans
le
monde.
Sa
puissance
militaire
s’exprime
principalement
maritimement :
la
France
et
les
États-Unis
sont
les
seuls
à
disposer
d’un
porte-avion
nucléaire
(un
seul
pour
la
France
avec
le
Charles
de
Gaulle,
contre
une
dizaine
aux
États-Unis)
et
la
dissuasion
nucléaire
f rançaise
s’appuie
sur
4
SNLE
(sous-marin
nucléaire
lanceur
d’engin).
De
plus,
la
France
dispose
de
plusieurs
bases
militaires
dans
le
monde.

Avec
l’amélioration
des
technologies
d’exploration,
de
nouveaux
gisements
d’hydrocarbures
ont
été
découverts
dans
la
ZEE
f rançaise.
Les
principales
découvertes
de
gisements
pétroliers
se
situent
pour
l’instant
en
Nouvelle
Calédonie,
en
Guyane
et
à
Saint-Pierre-et-Miquelon.

Les
minerais
et
nodules
polymétalliques
sont
plus
présents
dans
la
zone
paci que.
La
France
est
bien
placée
car
c’est
dans
l’océan
Paci que
que
sa
ZEE
est
la
plus
vaste.
Elle
dispose
en
outre
de
technologies
de
pointe
pour
exploiter
ses
ressources.
À
ce
jour,
le
recensement
de
l’ensemble
des
ressources
présentes
n’est
pas
achevé.

 Les
atouts
maritimes
f rançais
sont
donc
multiformes.
Certains
sont
actuellement
exploités
et
d’autres
off rent
de
réelles
perspectives.

2 Les
faiblesses
des
espaces
maritimes
f rançais

Marseille
et
Le Havre
sont
les
premiers
ports
f rançais.
Cependant,
dans
le
classement
des
ports
mondiaux,
ils
sont
situés
loin
derrière
les
premiers
ports
asiatiques.
Le Havre
se
situe
aux
alentours
de
la
50 e  place
et
Marseille
aux
alentours
de
la
100 e .

La
situation
géographique
de
la
France
est
en
partie
responsable
de
ces
résultats.
Le
pays
étant
à
l’extrême
ouest
du
continent
européen,
les
ports

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 2
sur
4


f rançais
sont
géographiquement
moins
bien
situés
que
les
ports
rhénans
pour
redistribuer
les
marchandises
importées
à
l’intérieur
du
continent
européen
(hinterland).

En
revanche,
ils
disposent
d’atouts
pour
exporter
les
productions
f rançaises
et
européennes
vers
d’autres
continents :
Marseille
en
direction
de
l’Af rique
du
Nord
et
le
Havre
en
direction
de
l’Amérique
du
Nord.

La
compétitivité
passe
aussi
par
des
aménagements
modernes
capables
d’accueillir
des
porte-conteneurs
de
plus
en
plus
grands.
Des
travaux
dans
ce
sens
ont
été
menés
à
Marseille
et
au
Havre.

L’organisation
portuaire
a
été
repensée
pour
rendre
les
ports
f rançais
plus
attractifs
et
compétitifs.
Certains
terminaux
sont
directement
gérés
par
de
grandes
compagnies
de
transport
maritime.
Beaucoup
de
grands
ports
européens
fonctionnaient
déjà
de
cette
manière
avant
les
ports
f rançais,
notamment
ceux
de
la
 Northern
range ,
ce
qui
peut
être
à
l’origine
du
retard
f rançais.
Désormais,
les
plus
grands
ports
f rançais
sont
organisés
comme
leurs
voisins
européens.

Pour
être
un
élément
de
la
puissance
f rançaise,
les
espaces
maritimes
doivent
être
maîtrisés
(exploitation
raisonnée
des
ressources,
surveillance
et
protection
des
espaces
maritimes).
Cependant,
cela
peut
être
compliqué,
tant
les
espaces
maritimes
f rançais
sont
immenses
et
éloignés
les
uns
des
autres.

La
surveillance
est
un
instrument
de
lutte
contre
les
tra cs
maritimes
illicites
et
la
piraterie.
La
marine
f rançaise
assure
aussi
des
missions
en
direction
des
migrants
et
de
la
surveillance
des
zones
de
pêche.

Cependant,
la
 otte
f rançaise
peut
paraître
trop
peu
importante,
et


vieillissante
pour
surveiller
les
11 millions
de km 2 
de
la
ZEE
f rançaise.

En
ce
qui
concerne
la
protection
des
espaces
maritimes,
la
France
a
pris
un
certain
retard
qu’elle
tente
aujourd’hui
de
rattraper
(ex. :
le
premier
parc
naturel
marin
f rançais
date
de 2007).

Depuis,
des
espaces
marins
protégés
ont
été
créés
par
la
France
autour
de
Mayotte
et
des
Glorieuses
(dans
l’océan
Indien),
dans
le
golfe
du
Lion,
dans
les
estuaires
picards
et
la
mer
d’Opale.

Certains
de
nos
parcs
nationaux
ont
également
un
domaine
maritime
important
(ex. :
parcs
de
Port-Cros
et
des
Calanques).

Pour
autant,
beaucoup
s’accordent
à
dire
que
la
France,
comme
d’ailleurs
le
reste
du
monde,
ne
dispose
pas
encore
suf samment
d’espaces
maritimes
protégés.

SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 3
sur
4


SchoolMouv.fr SchoolMouv
:
Cours
en
ligne
pour
le
collège
et
le
lycée 4
sur
4
Des territoires inégalement intégrés dans la
Accueil  Tle  Géographie   Fiche de révis…
mondialisation

Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation

1 Des territoires moteurs, intégrés à la mondialisation

Les trois pôles majeurs de la mondialisation sont l’Europe de l’Ouest,


l’Amérique du Nord (États-Unis et Canada) et l’Asie du Sud-Est.

Ils dominent l’économie mondiale depuis plusieurs siècles pour certains


d’entre eux et contribuent fortement à organiser et à structurer l’espace
mondialisé. Ils sont caractérisés par :

un IDH et un PIB très élevés ;

des façades maritimes dynamiques ;

des f irmes transnationales puissantes dont les sièges sociaux sont situés
dans les grandes métropoles ;

une participation active aux instances internationales (ONU, OMS,


Banque mondiale… etc.).

Certains États caractérisés de pays émergents peuvent être également des


espaces moteurs de la mondialisation. Les plus intégrés ont été regroupés
sous l’acronyme BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine et Af rique du Sud.

Ces pays ont amélioré très rapidement et de manière spectaculaire leur


capacité de production et leur croissant économique en facilitant les
investissements étrangers et en employant une main-d’œuvre nombreuse et
bon marché.

 Cette intégration dans la mondialisation des échange a permis


l’amélioration du niveau de vie d’une partie de leur population et le
développement de certaines parties de leurs territoires.

Shanghai est une ville qui possède de nombreux atouts économiques et qui
a connu un développement spectaculaire ces dernières années.

SchoolMouv.fr Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation : 1 sur 4


Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
De nombreux travaux ont été lancés depuis les années 1980 pour développer
la puissance de la métropole chinoise : des quartiers entiers ont été rasés
pour y construire des quartiers d’affaire et des espaces productifs
performants favorisant ainsi le phénomène de gentrif ication.

 Cependant, cette intégration reste partielle et ne prof ite généralement pas à


l’ensemble de la population ni à l’ensemble du territoire chinois.

Certains territoires s’intègrent plus lentement dans la


2
mondialisation
Selon l’ONU, on compte dans le monde 48 PMA qui se situent
majoritairement en Af rique subsaharienne (33 pays) mais aussi en Asie
(14 pays) et en Amérique (Haïti).

Ce retard de développement se traduit par une faible espérance de vie, un


accès aux soins insuff isant et, plus généralement, des diff icultés importantes
à satisfaire les besoins quotidiens liés à l’approvisionnement en eau et/ou en
nourriture.

Pourtant, ils ne sont pas pour autant exclus de la mondialisation. Même dans
les pays les plus pauvres au monde, les populations peuvent s’équiper af in de
pouvoir payer leurs achats via leur téléphone portable ou pour opérer des
transactions f inancières à l’étranger.

 Ils intègrent la mondialisation, mais beaucoup plus lentement que les pays
développés.

Le nombre des États faillis dépend avant tout de l’évolution géopolitique des
régions dans lesquelles ils se situent.

La Syrie, la Lybie, la Somalie ou encore l’Érythrée sont des États secoués par
des conflits militaires, bien souvent empêtrés dans des guerres civiles, où
l’État et son administration ne parviennent pas à maintenir la paix ni à
garantir la sécurité de la population.

 De ce fait, ces territoires sont déconnectés des principaux flux économiques,


commerciaux et f inanciers qui irriguent la mondialisation.

Les pays du Nord comptent parmi les mieux intégrés dans la mondialisation.
Et pourtant, à l’intérieur de ces territoires subsistent des espaces qui
apparaissent en marge, voire exclus, de la mondialisation.

Ainsi, certaines campagnes éloignées des métropoles peuvent subir, dans ces
pays, des phénomènes de déprise rurale.

SchoolMouv.fr Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation : 2 sur 4


Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
 En périphérie des métropoles des pays les plus développés persistent encore
parfois des espaces en marge de la mondialisation. Ces espaces sont souvent
composés de personnes exclues géographiquement et socialement des
centres dynamiques et bien intégrés dans la mondialisation.

Les facteurs explicatifs de l’inégale intégration des


3
territoires dans la mondialisation
Comme nous l’avons indiqué plus haut, les pays les mieux intégrés dans la
mondialisation ont une population avec un niveau de vie élevé et un appareil
productif performant.

Ces pays disposent d’entreprises qui investissent massivement dans la


recherche-développement af in d’être innovantes et de rester compétitives
sur les marchés mondiaux.

Situées en Amérique du Nord, en Europe et au Japon, les villes mondiales


(New York, Los Angeles, Tokyo, Paris), rayonnent à l’échelle internationale et
regroupent une grande partie des fonctions stratégiques qui influent sur la
gouvernance mondiale.

 Ces métropoles gagnent en puissance et attirent une population de plus en


plus nombreuse : on assiste à un phénomène de métropolisation.

Disposer d’un littoral est un atout qui facilite l’intégration dans la


mondialisation puisqu’une grande partie du commerce mondial s’effectue
par voie maritime aujourd’hui.

Cela favorise le développement des grands ports commerciaux et industriels


notamment en Asie (Shanghai, Singapour, Tokyo, etc).

Les métropoles situées sur le littoral connaissent un dynamisme souvent


plus important que celles situées à l’intérieur des terres : on parle alors
d’une littoralisation de ces territoires.

À l’inverse, les États enclavés ne disposent pas d’un accès à la mer. Pour
leur intégration dans la mondialisation, il s’agit d’une contrainte majeure
car cela les empêche de prof iter des flux de marchandises maritimes.

Il existe cependant des exceptions comme la Suisse, qui a réussi à détourner


son enclavement en développant une activité f inancière dynamique lui
permettant de s’intégrer dans la mondialisation. Elle a également valorisé
ses espaces montagneux et son patrimoine culturel en proposant une off re
touristique haut de gamme.

 Les États peuvent donc favoriser leur intégration dans la mondialisation par
le biais de certaines actions.

SchoolMouv.fr Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation : 3 sur 4


Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
Ils peuvent créer des zones franches, c’est-à-dire des territoires qui attirent
de nouveaux investisseurs en proposant des avantages f iscaux importants.

Le développement de la coopération internationale entre différents États


d’une même région permet également aux pays concernés de peser
davantage sur la scène internationale et de mieux aff ronter la concurrence
des pays émergents.

SchoolMouv.fr Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation : 4 sur 4


Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
Accueil  Tle  Géographie  La hiérarchie des centres de décisions mondiaux  Fiche de révision

La hiérarchie des centres de décisions mondiaux

1 Les différents centres de décision mondiaux

Les métropoles d’un pays concentrent à elles seules de nombreux centres de


décision politiques, économiques et financières.

Les centres de décision politiques sont les capitales des États et font off ice de
lieux de commandement : les dirigeants y résident, elles abritent les
instances internationales comme les ambassades étrangères et des sommets
internationaux peuvent y avoir lieu. Elles accueillent également l’ensemble
des institutions qui permettent au pays de fonctionner (ministères,
assemblées nationales élues… etc.).

 Cependant, les capitales n’ont pas toutes un rôle équivalent au niveau


mondial. Leur rayonnement dépend de la puissance du pays dans lequel
chacune se trouve.

Les villes où siègent les organisations internationales sont aussi des centres
de décisions politiques mondiaux.

Ce sont les métropoles ayant un rayonnement international qui abritent le


siège des plus grandes organisations internationales : l’ONU à New York ;
l’OTAN à Bruxelles.

Certaines villes qui ne sont pas des capitales politiques deviennent aussi des
centres de décision à l’occasion de sommets internationaux autour de
thématiques précises : pendant plusieurs jours, elles accueillent de
nombreux chefs d’État comme la ville de Rio en 1992 lors du premier sommet
de la Terre.

 Ces sommets sont l’occasion de partager des expériences et de donner des


objectifs à atteindre aux pays présents et signataires des accords conclus.

Ces centres de décision politiques mondiaux se superposent à des centres de


décision économiques.

SchoolMouv.fr La hiérarchie des centres de décisions mondiaux : Résumé et 1 sur 4


révision - Géographie | SchoolMouv
Les FTN sont des acteurs majeurs de la mondialisation. C’est depuis leurs
sièges sociaux que partent toutes les décisions autour des produits faisant
d’eux des poids économiques énormes sur le marché.

Les FTN ont donc accentué la division internationale du travail (DIT) en sous-
traitant la fabrication d’une large partie de leurs produits et ont joué un rôle
majeur dans l’aff irmation de la mondialisation.

 Les FTN choisissent ainsi d’installer leurs sièges sociaux dans de grandes
métropoles pour jouir d’une visibilité maximale et de nombreuses
opportunités.

Les sièges sociaux des FTN sont donc souvent près de centres financiers
mondiaux qui correspondent surtout aux banques, compagnies d’assurances
et aux bourses.

Ces centres de décision f inanciers sont au cœur des économies, des sociétés
et des territoires mondiaux et interviennent dans de multiples domaines
f inanciers (spéculation, prêts… etc.).

La bourse a un impact sur la vie quotidienne de populations à des


milliers de kilomètres : par exemple, le prix mondial du cacao dans une
bourse agricole à Chicago impacte les petits producteurs af ricains.

 Ces centres de décision politiques, économiques et f inanciers n’ont pas tous


le même poids au niveau mondial. Il en découle une certaine hiérarchie qui
s’est transformée ces dernières années.

L’évolution de la localisation des centres de décision


2
mondiaux
Les pôles majeurs de la mondialisation (Asie orientale, Union européenne,
Amérique du Nord) disposent encore aujourd’hui des principaux centres de
décision économiques et f inanciers mondiaux.

Les plus grandes FTN se localisent majoritairement aux États-Unis, en Europe


et au Japon.

Pourtant, les métropoles qui accueillent les sièges sociaux de ces FTN ne
correspondent pas toujours aux capitales politiques.

Par exemple, aux États-Unis, il y a la Silicon Valley en Californie ou encore


la « Silicon Alley » dans le quartier de Manhattan à New York.

Les États-Unis demeurent la première puissance f inancière mondiale grâce


notamment à leurs banques et les deux premières bourses mondiales se
situent à New York.

SchoolMouv.fr La hiérarchie des centres de décisions mondiaux : Résumé et 2 sur 4


révision - Géographie | SchoolMouv
La persistance de cette polarisation en direction de la Triade peut s’expliquer
de différentes manières.

La première raison remonte à l’hégémonie des plus anciennes places


financières que sont Paris, Londres et New York. Pendant de nombreuses
décennies, ces trois bourses n’ont pas laissé assez de place pour que
d’autres puissent émerger.

Une autre raison est que ces bourses ont besoin de moyens
technologiques avancés pour fonctionner ; les flux qui circulent entre ces
bourses sont immatériels et doivent être très rapides. Ils fonctionnent en
continu en fonction des fuseaux horaires : lorsque la bourse de Tokyo
ferme, celle de Paris prend le relais et ainsi de suite.

Jusque dans les années 1980, le centre de décision mondial économique et


financier asiatique se trouvait à Tokyo. Aujourd’hui, plusieurs pays émergents
possèdent d’importants centres de décision comme Bombay en Inde.

Dans les marchés agricoles, des places f inancières sont également apparues
en Asie comme à Kuala Lumpur (capitale de la Malaisie) et à Singapour.

La Chine occupe dans cet ensemble une place économique et f inancière de


premier plan puisque quatre des cinq premières banques mondiales sont
chinoises : Pékin, capitale politique, est le siège de nombreuses entreprises
chinoises.

Pourtant, c’est Shanghai qui est choisie pour être la vitrine de transformation
du pays. La ville a acquis une position de place f inancière mondiale et elle est
le symbole d’une hiérarchie qui se reconf igure progressivement vers l’Asie.

La zone économique spéciale (ZES) de Shanghai, Pudong, a été ouverte


dès 1990.

Un nouveau quartier appelé Lujiazui a émergé à Pudong : il est


aujourd’hui le cœur économique de la ville avec la bourse de Shanghai.

Ce basculement vers l’Asie s’accompagne aussi de la création de nouveaux


centres de décision destinés à concurrencer les anciens.

La Chine a lancé en 2015 la création de la Banque asiatique


d’investissement pour les infrastructures (AIIB) dont le siège est à Pékin,
cette banque a pour vocation de participer au f inancement du
développement des pays du Sud.

Les pays des BRICS ont créé en 2014 la Nouvelle banque de


développement (NBD) et a placé son siège social dans la ville de
Shanghai.

SchoolMouv.fr La hiérarchie des centres de décisions mondiaux : Résumé et 3 sur 4


révision - Géographie | SchoolMouv
 La multiplication des centres de décision à l’échelle mondiale entraîne une
uniformisation des paysages dans les métropoles des Nords et des Suds.

Les centres de décision économiques et f inanciers sont devenus ces


dernières années très visibles dans le paysage urbain sous la forme de
quartiers d’affaires à l’architecture ultra-moderne.

Inspirés par les CBD ( Central Business District ) d’Amérique du Nord, le


modèle s’est uniformisé à l’échelle mondiale : on peut voir dans les pays
émergents et pétroliers ainsi que dans les métropoles du Nord, une
émergence de quartiers spectaculaires sur le modèle nord-américain. *À
Londres, un nouveau quartier d’affaires a été construit sur d’anciens
docks à l’Est de Londres. Canary Wharf comprend de nombreuses
banques, des hôtels, des sociétés de services. Même chose à Bombay qui
s’est doté d’un quartier d’affaires flambant neuf.

Ces deux quartiers sont récents et se ressemblent dans l’architecture et


le site choisis, pourtant le niveau de développement entre l’Inde et le
Royaume-Uni diffère énormément.

Les «  skyline  », semblent être le paysage obligatoire pour tout quartier
d’affaires désireux de s’aff irmer à l’échelle mondiale.

 Depuis quelques années, on assiste donc à un basculement des centres de


décisions économiques et financiers vers l’Asie orientale.

SchoolMouv.fr La hiérarchie des centres de décisions mondiaux : Résumé et 4 sur 4


révision - Géographie | SchoolMouv
La France : un rayonnement international différencié et
Accueil  Tle  Géographie   Fiche de…
une inégale attractivité dans la mondialisation

La France : un rayonnement international différencié et une


inégale attractivité dans la mondialisation

1 Un rayonnement international différencié

La présence de la France dans les institutions internationales (Conseil de


sécurité de l’ONU, FAO, UNESCO, UE) participe largement à son
rayonnement.

Le pays n’a cessé de développer ses capacités nucléaires militaires.

 Cette spécif icité fait partie d’un rayonnement militaire f rançais plus large
qui fait que l’armée f rançaise occupe la 5e place dans le monde.

Ce poids militaire a permis au pays de faire des choix diplomatiques qui


aident à lui conférer une place particulière sur la scène internationale.

 Le réseau diplomatique f rançais est le 3e au monde (le personnel


diplomatique est présent dans 189 pays du monde sur un total de 194).

Les ambassades et consulats sont aussi sur place pour aider les entreprises
f rançaises sur les marchés extérieurs et accompagner les entreprises
étrangères qui souhaitent investir en France.

Le rayonnement économique de la France à l’échelle mondiale repose sur


quelques secteurs clés plutôt que sur une production diversif iée : secteurs de
l’armement (3e exportateur mondial), de l’agroalimentaire, des industries
chimiques et pharmaceutiques, de l’industrie aéronautique et spatiale (grâce
à son intégration dans des programmes européens) et des industries de luxe.

 Certains observateurs font remarquer que la France ne représente même


pas 1 % de la population et de l’espace mondial. Compte tenu de ce critère,
les performances f rançaises quant à son rayonnement international
demeurent très satisfaisantes par rapport aux géants chinois et indien.

SchoolMouv.fr sur 4
 D’autres au contraire observent que les échanges f rançais sont limités à l’UE
et aux pôles de la Triade, ce qui limite le rayonnement mondial et peut être
interprété comme un repli, un manque de compétitivité.

La France maintient son rayonnement culturel à l’étranger avec des points


d’ancrage anciens mais également grâce au développement de nouvelles
stratégies :

la f rancophonie est un élément culturel stable (plus de 220 millions de


personnes parlent f rançais dans le monde). Elle est renforcée par les
expatriés f rançais (plus de 2 millions), des lycées f rançais à l’étranger, des
Écoles f rançaises renommées, des Instituts culturels, et les médias
(groupe France Médias Monde) ;

l’industrie du luxe f rançais représente ¼ du marché mondial (LVMH


leader du marché) ;

le cinéma f rançais a su également rester productif et se maintenir


malgré une rude concurrence étrangère ;

l’art de vivre à la f rançaise est inscrit sous plusieurs formes au patrimoine


mondial de l’Unesco ;

les musées f rançais ont installé des extensions à l’étranger (ex. : Le


Louvre d’Abu Dhabi, 2017).

 le rayonnement culturel f rançais est multiforme. C’est une base solide,


ancienne qui ne cesse de se réinventer. Il est différent selon les activités
auxquelles on se réfère. Il semble moins contesté dans le domaine culturel
que sur les plans diplomatique et économique.

Les effets contrastés du rayonnement mondial sur le


2
territoire f rançais
L’attractivité d’un territoire dans le cadre de la mondialisation est surtout
une attractivité économique, f inancière, commerciale venue de l’extérieur.

Globalement, l’attractivité f rançaise est très positive avec une hausse de 25 %
d’IDE (Investissements directs à l’étranger) entre 2017 et 2019.

Les entreprises étrangères qui installent des f iliales à l’étranger recherchent


des avantages. Le lieu choisi doit être à proximité des inf rastructures de
transport, permettre sa visibilité et de maximiser ses bénéf ices.

 En France, l’essentiel de ces atouts est concentré dans Paris et la région Île-
de-France.

SchoolMouv.fr sur 4
Paris est la capitale d’une puissance économique mondiale, une métropole
majeure de l’UE et un lieu de référence historique et culturel.

L’accessibilité est facilitée par des aéroports nombreux (aéroport Roissy-


Charles de Gaulle, hub mondial) et des liaisons ferroviaires à grande
vitesse.

Les activités parisiennes sont très diversif iées, les conditions de vie
agréables et le prestige culturel de Paris sont aussi un plus pour attirer
les cadres venant de l’étranger.

Pour rendre attractives Paris et la région Ile-de-France, des pôles de


compétitivité mondiaux se sont multipliés autour de la capitale (ex. :
Médicen, System@tic et Finances Innovation).

Pour le reste du territoire, l’attractivité de la France est inégale à toutes les


échelles.

À l’échelle nationale :

le nord-est est plus attractif que l’ouest (sociétés étrangères plus


présentes grâce à sa position transf rontalière à proximité de la
mégalopole européenne et des axes de transports majeurs) ;

l’ouest, en comparaison, paraît moins avantagé, au f inistère de l’Europe ;

l’attractivité du Sud n’a cessé de se renforcer sous l’effet de


l’héliotropisme.

À l’échelle régionale :

les métropoles sont plus attractives que le reste du territoire (activités de


pointe, pôles de compétitivité) ;

Lyon se distingue dans cet ensemble de métropoles : 3e ville plus peuplée


de France, près de la Suisse et de l’Italie, la ville accueille des pôles de
compétitivité et des centres internationaux (ex. : Interpol ou le Centre
International de recherche contre le cancer).

D’autres métropoles ont acquis des spécif icités qui les valorisent au
niveau mondial depuis déjà de nombreuses années (ex. : Toulouse avec
Airbus).

Les principaux ports f rançais de porte-conteneurs participent aussi à


l’attractivité de la France, et surtout de leurs territoires.

Le reste du territoire f rançais reste peu attractif pour l’étranger sauf dans un
cadre touristique (90 millions de touristes étrangers en 2018).
SchoolMouv.fr sur 4
SchoolMouv.fr sur 4
Coopérations économiques et tentatives de
Accueil  Tle  Géographie   Fiche de révisi…
régulation

Coopérations économiques et tentatives de régulation

Les Organisations internationales cherchent à réguler la


1
mondialisation
La régulation du commerce mondial est assurée par l’OMC (Organisation
mondiale du commerce) depuis 1994. 164 pays y participent.

L’une des principales missions de l’OMC est de favoriser le libre-échange


entre les pays membres.

Elle gère les accords négociés et approuvés par les États.

Elle accueille des plaintes en cas de non-respect des règles.

Le FMI et la Banque mondiale sont des organisations internationales


dépendantes de l’ONU ; elles comptent 189 États. Les actions menées par la
Banque mondiale bénéf icient aujourd’hui avant tout aux PED et aux PMA.

Le FMI est créé en 1944. Il a pour mission de promouvoir la coopération


monétaire internationale, de faciliter les échanges internationaux, de gérer
les crises monétaires, notamment en prêtant de l’argent aux États.

 L’ensemble de ces instances travaille selon le principe du multilatéralisme.

1
L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques)
compte 36 pays membres et publie régulièrement des études et des
statistiques qui visent à améliorer la coopération économique entre les pays
membres.

2
Le G7 est un groupe composé des sept pays les plus industrialisés dont les
dirigeants se rencontrent chaque année depuis 1975. Depuis 1998, la Russie a
rejoint ce groupe, formant ainsi le G8.

3
Le G20 est le groupe des vingt pays les plus industrialisés de la planète dont
les dirigeants se réunissent tous les ans depuis 1999.

SchoolMouv.fr Coopérations économiques et tentatives de régulation : Résumé 1 sur 4


et révision - Géographie | SchoolMouv
 L’OCDE et le G20 sont des lieux de discussion et non de décisions, à la
différence de l’OMC, du FMI et de la Banque mondiale.

Les PED, les BRICS et les PMA s’organisent pour peser sur la scène
internationale et mieux s’intégrer dans la mondialisation, notamment en
favorisant le libre-échange entre eux et le reste du monde.

 Depuis 2003, certains PED ont formé le « Groupe des 90 », qui rassemble les


pays membres de l’OMC les plus pauvres, désireux de faire entendre leurs
voix et de peser sur les décisions prises.

Deux banques mondiales parallèles ont été créées face au refus des pays
développés de réformer le FMI.

La «  New development Bank Brics » (nouvelle banque de développement


des BRICS, 2015),

La Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII).

Dans le cadre de l’OMC, les règles commerciales ont permis la croissance des
échanges en volume et en dollars. Des prêts accordés par le FMI et la Banque
mondiale ont évité la faillite de certains États et aidé au développement
d’autres.

Ces instances internationales font aussi l’objet de nombreuses critiques.

L’OMC est accusée de mettre trop de temps avant de juger une plainte
dont elle fait l’objet. Elle n’a pas le pouvoir de sanctionner un État. Elle ne
lutte pas eff icacement contre les subventions des États qui faussent les
règles de la concurrence internationale.

On a souvent reproché à la Banque mondiale et au FMI de prêter de


l’argent aux pays les moins développés en imposant en retour de
profondes réformes économiques et sociales.

Les pays membres de la Banque mondiale et du FMI ont un pouvoir


décisionnel qui varie en fonction de leurs investissements dans
l’organisation. Plus leur contribution f inancière est forte, plus ils ont de
poids dans les prises de décision.

La coopération régionale, vecteur d’intégration dans la


2
mondialisation
Les organisations régionales sont des associations de plusieurs pays voisins.
La plus connue est l’Union européenne. Toutes favorisent le libre-échange.

La mondialisation entraîne une forte concurrence entre les territoires.

SchoolMouv.fr Coopérations économiques et tentatives de régulation : Résumé 2 sur 4


et révision - Géographie | SchoolMouv
Depuis sa création, l’Union européenne s’est élargie à 27 membres en 2020
avec pour objectif de créer un marché commun entre les pays membres.

Les autres organisations régionales les plus connues sont :

L’ACEUM (ex-ALENA) qui regroupe depuis 1994 les États-Unis, le Canada


et le Mexique.

Le Mercosur (1991), en Amérique latine, qui associe le Brésil, l’Argentine, le


Paraguay et l’Uruguay.

L’ASEAN (Association of South East Asian Nations) créée en 1967


avec 10 pays d’Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie, Philippines,
Singapour, Thaïlande, Brunei, Vietnam, Cambodge, Laos et Birmanie), qui
a ensuite intégré la Chine, la Corée du Sud et le Japon (ASEAN+3) puis
l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Inde (ASEAN+6).

Les organisations régionales les plus récentes f igurent en Amérique latine


avec l’UNASUR fondée en 2008 et la CELAC créée en 2010. L’UNASUR réunit
le Mercosur et la Communauté andine des nations (CAN). Son objectif, est
d’aller au-delà d’une coopération économique et de faire des projets
communs.

Des accords commerciaux sont parfois signés entre ces organisations


régionales pour développer et fluidif ier les échanges comme l’accord signé
par l’UE et le Mercosur en 2016.

Les organisations régionales, ont permis d’accélérer l’intégration des


territoires concernés dans la mondialisation et de réduire les inégalités entre
pays membres. L’Union européenne est le premier pôle commercial du
monde et l’ACEUM (ex-ALENA) représente 20 % des échanges mondiaux.

Les crises que l’UE rencontre depuis quelques années et ses diff icultés de
cohésion ont fait prendre à l’euroscepticisme de plus en plus d’ampleur.

Le CETA soulève l’inquiétude de nombreux consommateurs et agriculteurs


européens qui craignent la concurrence canadienne, mais aussi la différence
des normes sanitaires entre le Canada et l’UE. La question de l’augmentation
de l’impact carbone fait partie des préoccupations.

Les régions transfrontalières sont particulièrement favorisées par ces


associations régionales.

 Ces organisations régionales sont parfois déséquilibrées en leur sein par des
pays plus puissants qui cherchent à imposer leur propre politique aux autres
membres. Le constat est qu’un ou deux pays dominent souvent l’association
au détriment des autres.

SchoolMouv.fr Coopérations économiques et tentatives de régulation : Résumé 3 sur 4


et révision - Géographie | SchoolMouv
Dans leurs organisations régionales respectives, le Brésil, les États-Unis, la
Chine, la France et l’Allemagne ont donc tendance à imposer leurs vues
au sein de ces organisations régionales.

Donald Trump a imposé une renégociation de l’ALENA en 2017 pour


relocaliser les emplois industriels aux États-Unis et avait déclaré que les
États-Unis quitteraient l’ALENA en cas de refus des autres pays.

Certaines de ces associations régionales ont un succès très éphémère ou peu


d’effet.

L’UNASUR (2008) a connu un démarrage réussi avec 12 pays participants.


Finalement, sept pays se sont très vite retirés de l’accord.

La CARICOM, association qui réunit 15 pays de la zone Caraïbe. Haïti, par


son manque de développement, ne parvient pas à produire
suff isamment de biens à échanger.

SchoolMouv.fr Coopérations économiques et tentatives de régulation : Résumé 4 sur 4


et révision - Géographie | SchoolMouv
Accueil  Tle  Géographie  La mondialisation et ses limites  Fiche de révision

La mondialisation et ses limites

1 La mondialisation en débats

La mondialisation est le f ruit d’un long processus de diffusion de l’économie


marchande puis capitaliste.

 Ainsi, l’impression qui domine aujourd’hui est celle d’un monde où


capitalisme et libéralisme sont devenus la règle, le modèle universel
incontestable.

Il semblerait, dans ce contexte, que plus aucun autre système économique


ne soit possible alors que, durant la guerre f roide, le capitalisme s’exerçait en
parallèle du collectivisme prôné par le communisme. Cette absence
d’alternative ressemble fort à une « dictature économique », qui est rejetée
par certains.

Dans la sphère économique, la mondialisation a certainement favorisé les


traf ics illégaux et les paradis f iscaux.

Des estimations montrent que la croissance des échanges a prof ité aux
échanges illicites. Ces derniers suivent souvent une logique Sud-Nord,
des zones de production aux zones de consommation.

Les paradis f iscaux, quant à eux, ont une large ouverture mondiale et
sont très bien intégrées dans la mondialisation puisqu’il est très
intéressant pour les entreprises de s’y domicilier.

Des critiques sociales découlent aussi du fonctionnement de la


mondialisation.

La DIT, soit, entre autres, le fait de produire dans des pays où la main
d’œuvre est moins chère, a généré une aggravation de la condition des
travailleurs dans certains pays.

SchoolMouv.fr La mondialisation et ses limites : Résumé et révision - Géographie 1 sur 3


| SchoolMouv
Dans les pays émergents, la réussite de certains a creusé le fossé avec les
plus pauvres.

L’Inde est représentative du creusement de ces écarts. C’est le pays où le


nombre de milliardaires a le plus augmenté ces dernières années tandis
qu’on estime à un quart de la population le nombre de personnes vivant
en-dessous de pauvreté.

La distance demeure un facteur contraignant voire un handicap. Une étude


de l’OCDE a montré deux phénomènes qui corroborent cette idée :

1
les échanges diminuent d’environ 10 % lorsque la distance augmente de 10 %.
Cela expliquerait donc le succès des organisations régionales qui développent
une liberté des échanges de proximité ;

2
plus un pays est éloigné des pôles et axes principaux de la mondialisation,
plus son PIB s’en ressent (à hauteur de 10 % en moins selon les calculs de
l’OCDE).

La mondialisation a également accru la pression sur les espaces maritimes


(contestations de ZEE, tensions pour le contrôle des voies de passage, etc.).

Des tensions existent aussi entre pays du Nord et pays du Sud.

Ces derniers accusent les pays du Nord de les transformer en « poubelles


géantes » et acceptent de moins en moins les transferts de déchets.

En Af rique, les normes de stockage et de recyclage sont moins


contraignantes que dans les pays développés. Le continent af ricain est
donc lui aussi un lieu destinataire de déchets, notamment électroniques.
La plus grande décharge af ricaine de déchets électroniques importés se
trouve au Ghana.

Depuis l’élection de Donald Trump, la mondialisation semble f ragilisée avec


un retour du protectionnisme (taxe des produits chinois entrants aux États-
Unis, idem pour la Chine). L’électorat de Donald Trump semble satisfait et
quelques indicateurs économiques étaient positifs (taux de chômage en
baisse) mais les entreprises dépendantes de matières premières chinoises
pour fonctionner ont souffert de ces décisions.

SchoolMouv.fr La mondialisation et ses limites : Résumé et révision - Géographie 2 sur 3


| SchoolMouv
2 Les nouvelles perspectives mondiales

Des mouvements altermondialistes se regroupent dans une multitude


d’organisations à travers le monde pour proposer une mondialisation
différente.

Ces mouvements s’opposent aux grandes instances internationales


comme l’OMC ou le G20.

Ces acteurs de la société civile ont pris l’habitude de se réunir eux aussi
lors de forums sociaux mondiaux (le premier a eu lieu à Porto Algre en
2001).

Concrètement, de nouvelles formes économiques s’appliquent déjà avec


le commerce équitable. L’idée générale est de respecter le slogan des
Nations unies à ce sujet : Trade, not aid .

Ces dernières années, les échanges de biens et de services se maintiennent


mais, parallèlement, la construction de murs pour matérialiser des f rontières
se multiplie (« barriérisation du monde », Michel Foucher).

Ces murs sont présentés comme permettant plus de sécurité et sont plus
souvent destinés aux personnes qu’aux marchandises. Ils sont censés
limiter l’immigration clandestine et les traf ics.

Dans l’UE, l’espace Schengen met en place une f rontière extérieure avec
des gardes-f rontières et des gardes-côtes. Les barrières pour lutter contre
l’immigration clandestine et les traf ics sont situées dans l’enclave
espagnole de Ceuta au Maroc (2001) et aux f rontières turque et
hongroise.

Ces murs évoquent les « gated communities » tant ils semblent faits pour
couper deux mondes l’un de l’autre : les pays riches et les pays pauvres.
Ils entravent la liberté de circulation.

Pour l’instant, ces murs construits pour être inf ranchissables ne


représentent qu’entre 5 et 15 % des tracés f rontaliers mondiaux.

SchoolMouv.fr La mondialisation et ses limites : Résumé et révision - Géographie 3 sur 3


| SchoolMouv
La Russie et l’Asie du Sud-Est : entre inégale intégration
Accueil  Tle  Géographie   Fiche de…
dans la mondialisation, coopérations et tensions

La Russie et l’Asie du Sud-Est : entre inégale intégration dans


la mondialisation, coopérations et tensions

L’Asie du Sud-Est : une intégration essentiellement


1
économique
Malgré des pays d’une grande diversité géographique et culturelle, l’Asie du
Sud-Est est un ensemble homogène sous plusieurs aspects :

l’Asie du Sud-Est est un carrefour pour les hommes, les marchandises et


les capitaux depuis bien avant la mondialisation actuelle.

la colonisation de presque tous les pays de la zone (sauf Thaïlande) par


les États européen a été un facteur d’unité.

l’unité est également le fait du bouddhisme, pratique culturelle partagée


par beaucoup d’habitants.

ces États sont tous peuplés d’une partie importante de la diaspora


chinoise.

En suivant le modèle économique du Japon d’après 1945, les pays d’Asie du


Sud-Est sont tour à tour devenus des pays producteurs tournés vers
l’exportation.

Les productions exportées sont des matières premières mais aussi et


surtout des produits industriels.

Les exportations se sont faites dans les premiers temps à une échelle
régionale, avant de devenir mondiales (développement « en vol d’oies
sauvages »).

Parti du Japon, le développement économique atteint les pays d’Asie du


Sud-Est à des dates différentes :
SchoolMouv.fr sur 5
Singapour dans les années 1970-1980 ;

l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande (les « Tigres »)


ensuite ;

le Laos, le Vietnam et le Cambodge après les années 1990.

Les résultats sont positifs. L’Asie du Sud-Est est présentée comme le 5e bloc
économique mondial derrière l’UE, les États-Unis, la Chine et le Japon.

La moyenne de la croissance économique des pays se situe aux alentours


des 5 % avec une différence entre les pays déjà très développés et les
pays qui se développent depuis peu.

Plusieurs ports sont devenus des ports mondiaux (ex. : Singapour), de


grandes métropoles ont vu le jour, une classe moyenne est née et les
conditions de vie se sont améliorées.

L’Asie du Sud-Est a développé très tôt plusieurs formes de coopération


essentiellement économiques.

L’ASEAN existe depuis 1967 (Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour,


Thaïlande, Brunei, Vietnam, Cambodge, Laos et Myanmar) et est basée
sur le libre-échange et des échanges dans les domaines politiques,
culturels et sécuritaires.

D’autres pays participent aujourd’hui à l’ASEAN pour élargir la zone de


libre-échange et sécuriser la zone, notamment le détroit de Malacca.

Aujourd’hui, les échanges de l’Asie du Sud-Est se font pour moitié entre


les pays de la zone et pour moitié avec le reste du monde.

Les corridors de développement et les triangles de croissance (triangle


SIJORI notamment) participent à l’intégration dans la mondialisation.

Malgré ces différentes coopérations, les pays d’Asie du Sud-Est n’échappent


pas aux inégalités d’intégration dans la mondialisation.

À l’échelle de la zone, cela est dû au fait que les échanges ont d’abord été
régionaux avant de s’étendre au reste du monde.

SchoolMouv.fr sur 5
Les pays ne forment pas encore un ensemble homogène (Laos,
Cambodge et Myanmar dans la liste des PMA tandis que Singapour
occupe en 2020 la 9 e place au classement mondial des IDH).

Les inégalités d’intégration dans la mondialisation sont surtout visibles à


l’intérieur des pays.

 Le « miracle asiatique » a donc permis une intégration régionale et


internationale par des leviers économiques mais les inégalités socio-
territoriales perdurent.

La Russie, un pays dans la mondialisation : inégale


2 intégration des territoires, tensions et coopérations
internationales

La Russie est un « État-continent » de 17 millions de km 2 qui souff re d’un


certain nombre de contraintes territoriales (distances et contraintes
climatiques).

La partie européenne de la Russie est la plus peuplée et contient la capitale


et les principales grandes villes. Elle est la mieux desservie par les réseaux de
transport, les activités industrielles y sont développées et on y trouve des
gisements d’hydrocarbures. C’est un territoire intégré dans la
mondialisation ;

Dans la Russie centrale, les ressources sont variées mais diff iciles d’accès
par manque d’inf rastructures. Même si le développement de cette partie
centrale de la Russie est encouragé par l’État, les résultats sont peu
visibles.

À l’échelle mondiale, l’intégration de la Russie est due majoritairement aux


exportations de pétrole, de gaz naturel et de métaux.

Le pays est peu présent dans le reste des échanges mondiaux. Les
exportations russes se font surtout en direction de l’UE et de l’Asie
Pacif ique. Cette absence de diversité n’est pas synonyme d’une forte
intégration dans la mondialisation et présente plutôt des risques de
dépendance économique.

Le reste des échanges se fait surtout dans un environnement régional


avec les pays qui faisaient auparavant partie de l’URSS (Ukraine,
Biélorussie, Kazakhstan).

SchoolMouv.fr sur 5
La Russie tente néanmoins de développer des formes de coopération
économique.

L’Union économique eurasiatique (UEEA) a été créée en 2014 à l’initiative de


la Russie (Biélorussie et Kazakhstan tout d’abord, puis Arménie et
Kirghizistan y ont adhéré).

Il s’agit d’une union centrée sur l’Asie centrale dont les atouts sont les
richesses agricoles et minières.

Les clauses de l’accord traitent de la libre circulation des hommes, des


biens, des marchandises et des capitaux, ainsi que de l’harmonisaton des
politiques économiques.

 Le pays dominant l’ensemble est la Russie. Les autres pays adhérents sont
d’anciennes républiques de l’URSS. Ce type d’accord fait écho au concept
« d’étranger proche » défendu par les Russes.

Présente à la fois en Europe et en Asie, la Russie a la particularité


d’appartenir à des associations régionales présentes sur l’un ou l’autre des
continents :

côté asiatique : membre observateur de l’ASEAN ;

côté européen : elle participe à des institutions plus politiques


qu’économiques (ex. : Conseil de l’Europe ou l’OSCE).

Le pays a manifesté sa volonté d’intégrer des organisations mondiales qui


impliquent d’autres formes de coopération et l’acceptation de règles
communes. Elle faisait partie du G8 depuis 1997 mais en est exclue en 2014.
Elle a également intégré l’OMC en 2012, et tente d’adhérer à l’OCDE.

Toutes ces formes de coopération n’empêchent pas la Russie de garder une


position originale marquée par des alliances géopolitiques spécif iques plutôt
que par une position économique dominante. Le pays entend garder ainsi
une place équivalente à celle des États-Unis dans les relations
internationales.

Dans la guerre en Syrie, elle soutient depuis le début le dirigeant syrien.

En 2014, elle annexait la Crimée, rattachée à l’Ukraine en 1991, af in de


récupérer une façade maritime stratégique et la base navale de
Sébastopol. Depuis lors, l’UE a pris des sanctions économiques à l’égard
de la Russie.

SchoolMouv.fr sur 5
 Ces différents éléments sont révélateurs des tensions que la Russie
entretient au niveau diplomatique.

SchoolMouv.fr sur 5
Accueil  Tle  Géographie  L’Union européenne : la puissance dans la diversité  Fiche de révision

L’Union européenne : la puissance dans la diversité

1 Une diversité synonyme de puissance

 La Seconde Guerre mondiale est à l’origine de l’Union européenne.

La France, l’Allemagne de l’Ouest, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le


Luxembourg s’unissent pour éviter un conflit identique dans l’avenir.

La première association est la CECA créée en 1951. Elle permet la libre


circulation du charbon et de l’acier pour faciliter le commerce et la
consommation entre les six pays sans f rais de douane.

La Communauté économique européenne (CEE) est créée en 1957 lors de la


signature du Traité de Rome. Elle établit un marché commun pour la
circulation des biens, capitaux et services entre les pays membres et une
politique commerciale envers ceux n’en faisant pas partie.

 Le succès de la CEE entraîne des vagues d’adhésions successives jusqu’à


atteindre 28 pays membres en 2013. Désormais, avec la sortie du Royaume-
Uni en 2020, la CEE compte 27 membres.

SchoolMouv.fr L’Union européenne : la puissance dans la diversité : Résumé et 1 sur 4


révision - Géographie | SchoolMouv
L’entrée de dix pays en 2004 semble avoir été autant une apogée qu’un f rein
dans le fonctionnement de l’UE. Depuis, l’organisation fait une pause dans ce
processus d’élargissement.

Pour qu’un pays puisse devenir membre, il faut qu’il remplisse les critères
de Copenhague adoptés en 1993. Avant toute chose, le pays doit être une
démocratie respectueuse des droits de l’homme et avoir une économie
de marché.

Certains pays sont de véritables atouts stratégiques pour l’UE : par


exemple, Malte et Chypre permettent de dominer l’espace
méditerranéen grâce à leurs ports de transbordement.

Ces adhésions successives ont montrées l’attractivité de l’UE : elle est


désormais une puissance démographique avec un marché de
447 millions d’habitants (sans le Royaume-Uni), contre 327 millions aux
États-Unis.

 L’Europe des 27 forme un ensemble plus ou moins homogène dans les


domaines géographique et culturel.

Géographiquement, on a un réseau hydrographique assez dense qui lie de


nombreux pays les uns aux autres : le Rhin, le Danube, l’Elbe et l’Oder sont
autant de voies d’eau favorisant les échanges Nord-Sud et Est-Ouest.

Au niveau du climat, les pays européens hors Scandinavie sont situés dans
des zones tempérées avec une influence océanique marquée, des
températures douces et des précipitations moyennes : ainsi, les possibilités
agricoles sont nombreuses au sein de l’UE.

SchoolMouv.fr L’Union européenne : la puissance dans la diversité : Résumé et 2 sur 4


révision - Géographie | SchoolMouv
Les diversités culturelles, religieuses et linguistiques sont des atouts pour
les 27 qui ont pour devise In varietate concordia soit « Unie dans la diversité ».
Cette identité européenne partagée malgré les différences porte même un
nom : l’européanité.

2 Une union unique au monde

 Les États membres de l’UE ont mis de nombreux domaines économiques en


commun après le charbon et l’acier.

L’agriculture fait l’objet d’une politique commune dès 1962 : la PAC (politique
agricole commune).

La pêche, le commerce, les transports, l’énergie, la recherche et le


développement font partie des autres domaines économiques mutualisés.

Une union politique est aussi initiée en 1992 lors de la signature du Traité de
Maastricht : la CEE devient l’Union européenne et on adopte une unif ication
monétaire, politique et citoyenne.

De nouvelles préoccupations émergent ces dernières années comme


l’environnement et les migrations.

La diff iculté de gestion de l’ensemble des politiques communes entre les


27 pays est évidente mais de nombreuses réalisations ont été rendues
possibles grâce à cette union, notamment pour les plus petits pays qui
manquaient initialement de moyens.

 La politique commerciale est l’un des éléments les plus aboutis de la


construction européenne : les règles établies fonctionnent bien : l’Union
douanière en est une bonne illustration.

L’Union européenne est un réel succès économique malgré les nombreuses


critiques et les eurosceptiques.

Elle reste de loin la première puissance commerciale mondiale comptant


pour  17 % des échanges de biens et de services dans le monde
(chiff res 2017) devant les États-Unis (14 %) et la Chine (12 %).

Elle se hisse au 2e rang mondial dans l’exportation de biens et  1re dans


l’exportation de services.

Si l’on ajoute les échanges entre pays membres, la part de l’UE dans le
commerce mondial passe à 34 %.

SchoolMouv.fr L’Union européenne : la puissance dans la diversité : Résumé et 3 sur 4


révision - Géographie | SchoolMouv
Cependant, la part de l’UE dans le commerce mondial a diminué depuis le
début des années 2000 face à la concurrence chinoise et la sortie du
Royaume-Uni va certainement accentuer cette baise de performance.

L’UE tente d’adapter sa politique commerciale pour rester compétitive face à


l’émergence chinoise. Par exemples, elle a conclu de nouveaux accords avec
le Canada et le Japon et essaye d’occuper la place vacante des États-Unis
depuis la mise en place de la politique protectionniste de Donald Trump.

SchoolMouv.fr L’Union européenne : la puissance dans la diversité : Résumé et 4 sur 4


révision - Géographie | SchoolMouv
Accueil  Tle  Géographie  Des dé s à relever qui fragilisent l'UE  Fiche de révision

Des déf is à relever qui f ragilisent l'UE

1 Quelle Europe à construire ?

Depuis la construction européenne, de nombreux débats ont eu lieu sur la


façon de procéder. Les oppositions se sont multipliées et ont conduit à la
première sortie d’un pays membre : le Royaume-Uni, en 2020.

La question qui divise l’Union européenne est la suivante : les États membres
doivent-ils devenir fédéraux ou doivent-ils conserver leur souveraineté ?

Pour certains, comme les Français et les Britanniques (alors membres),


l’Union européenne doit aboutir à une simple coopération entre
gouvernements et préserver la souveraineté de chaque État.

Charles de Gaulle a défendu cette conception depuis le départ et


préconisé une « Europe des patries ».

Margareth Thatcher était également partisane d’une souveraineté


conservée par chacun. Tony Blair, Premier Ministre de 1997 à 2007, a
poursuivi cette vision en déclarant que l’Europe « peut être une
superpuissance, mais pas un super État ».

Un deuxième courant défend une conception fédérale de l’Union


européenne : l’organisation doit dépasser le cadre des États et chaque pays
doit déléguer une partie de sa souveraineté.

Les Allemands défendent plutôt cette approche.

Un troisième courant s’est fait entendre avec l’entrée des PECO (Pays
d’Europe centrale et orientale) qui prônent une conception pragmatique de
l’UE : elle doit garantir avant tout la sécurité économique et géopolitique des
États membres.

 Pour les eurosceptiques, l’UE est perçue comme trop technocratique, bien
loin des réalités quotidiennes des Européens.

D’abord présent au Royaume-Uni, l’euroscepticisme a gagné des adeptes


dans de nombreux pays.

SchoolMouv.fr Des défis à relever qui fragilisent l'UE : Résumé et révision - 1 sur 4
Géographie | SchoolMouv
L’Eurobaromètre mesure le sentiment d’appartenance des Européens à l’UE
et fait pourtant état d’une adhésion assez large. Toutefois, celle-ci peut être
démentie par l’abstention assez importante lors des élections au Parlement
européen.

Depuis les premières élections en 1979, ce taux d’abstention n’a cessé de


croître, passant d’environ 39 % à 50 % en 2019 pour l’ensemble des États
membres.

Les partis politiques anti-européens s’aff irment de plus en plus


clairement en Belgique, en France et en Italie.

Le Royaume-Uni est sorti de l’UE depuis le 31 janvier 2020, après le


référendum du 23 juin 2016 où 51,9 % des voix se sont exprimées pour le
«  Leave  ».

2 Une diff icile harmonisation de politiques communes

 Dès 1953, un premier projet a vu le jour : la CED (Communauté européenne


de défense) : un ministre de la Défense était prévu pour coordonner les
actions des six premiers pays membres. La France a refusé de ratif ier le
traité, la CED a donc été abandonnée.

La PESC (Politique étrangère et de sécurité commune) a été qualif iée de


deuxième pilier de l’UE lors du Traité de Maastricht en 1992. Elle a évolué
vers la PSDC (Politique de sécurité et de défense commune) depuis le
Traité de Lisbonne en 2007, donnant la possibilité aux pays membres de
mettre en commun des moyens militaires af in de lutter contre le
terrorisme, d’accomplir des missions humanitaires ou d’intervenir en cas
de conflits.

Fiscalement, l’UE possède un budget constitué par la contribution des


États membres mais un impôt européen n’existe pas. *Les règles f iscales
sont très différentes d’un pays à l’autre : par exemple, certains pays ont
des taux d’imposition faibles et préférentiels qui voient l’arrivée de
sociétés étrangères désireuses de payer moins d’impôt (dumping fiscal).

 Les migrations récentes obligent l’UE à réorganiser les f rontières communes


de l’espace européen.

L’espace Schengen, permettant la mise en commun de moyens de contrôle,


a été complété en 2005 par l’agence Frontex. De fait, l’immigration légale
s’est ralentie tandis que de plus en plus de migrants essayent de rejoindre
clandestinement l’Europe par la Méditerranée.

SchoolMouv.fr Des défis à relever qui fragilisent l'UE : Résumé et révision - 2 sur 4
Géographie | SchoolMouv
Certains États membres comme l’Italie et la Grèce ont été débordés à
certains moments par l’afflux de migrants et n’ont pas trouvé l’appui
espéré auprès d’autres pays européens. Ces situations intensif ient la
méfiance et la discorde au sein de l’UE et la f ragilisent.

3 L’UE : une puissance en construction

 Le constat permanent depuis plusieurs années est que les États membres
n’adoptent jamais une réponse commune en cas de conflits voire de guerre
extérieure, comme le démontre la guerre en Irak de 2003.

La France et l’Allemagne souhaitaient une négociation au lieu d’une


intervention militaire.

Le Royaume-Uni et l’Italie voulaient l’intervention de l’UE aux côtés des


États-Unis.

Et en mars 2003, Jacques Chirac refusa d’engager la France dans la


guerre en Irak.

Plus récemment, l’UE n’a pas réussi à émettre une position commune au
sujet du conflit syrien, tout en condamnant néanmoins les violences de son
dirigeant et en apportant une aide humanitaire importante.

Sur le plan économique, l’UE présente des faiblesses : l’absence d’une


politique industrielle commune affaiblit l’ensemble de l’industrie et exacerbe
les compétitions. Le nombre peu élevé d’entreprises européennes du
numérique rend l’UE dépendante des États-Unis et des GAFAM.

 En 2012, l’Union européenne s’est vu décerner le prix Nobel de la Paix pour


l’ensemble de ses actions en faveur « de la paix et de la réconciliation, la
démocratie et les droits de l’homme en Europe ».

Le projet européen a été, dès le départ, associé à des valeurs fortes : le


maintien de la paix, le respect des droits de l’homme, les libertés
fondamentales.

En 2000, ces principes sont rappelés comme socle de l’Union dans la


Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.

Ces valeurs ont vocation à être une ligne directrice pour les pays
membres entre eux mais aussi à être exportées dans le monde en tant
que principes universels.

Pourtant, on assiste depuis quelques années à une érosion de leur crédibilité,


attestant du manque d’eff icacité du soft power européen.

SchoolMouv.fr Des défis à relever qui fragilisent l'UE : Résumé et révision - 3 sur 4
Géographie | SchoolMouv
 Si les citoyens de l’UE ne parviennent pas à appliquer ces valeurs entre eux,
comment pourraient-ils y parvenir vis-à-vis de l’extérieur ? La diff icile
réponse commune face à la crise migratoire a été révélatrice de cette
diff iculté pour les 27 à agir d’une seule voix au nom de valeurs communes.

SchoolMouv.fr Des défis à relever qui fragilisent l'UE : Résumé et révision - 4 sur 4
Géographie | SchoolMouv
L’Union européenne : entre inégalités territoriales et
Accueil  Tle  Géographie   Fiche de ré…
concurrence mondiale

L’Union européenne : entre inégalités territoriales et


concurrence mondiale

1 Une politique de cohésion pour renforcer la place de l’UE

Le continent européen, et par conséquent l’Union européenne, dispose de


nombreux atouts. Il est cependant f ragilisé par les inégalités entre les
différents pays membres. La politique de cohésion tente de réguler ces
inégalités et de valoriser les atouts européens.

Les atouts de l’UE sont à la fois naturels et économiques.

Le milieu européen est globalement tempéré et les risques climatiques


sont rares. De ce fait, l’occupation humaine est naturellement favorisée.

Les reliefs peu contraignants et le réseau hydrographique dense


favorisent les installations humaines et les échanges, sur le plan agricole
entre autres. De même, l’Europe a des ouvertures sur d’autres continents
par ses façades maritimes : la mer Méditerranée et l’Atlantique qui
permettent des échanges privilégiés avec l’Af rique et l’Amérique.

Berceau de l’âge industriel au XIX e siècle, L’UE fait partie de la Triade et


possède un Indicateur de développement humain (IDH) élevé. C’est un
marché de 447 millions de consommateurs.

Ces atouts n’empêchent pas diverses inégalités territoriales de s’installer sur


le territoire européen, que ce soit entre pays, régions ou villes.

Le PIB par habitant est plus faible dans les PECO (pays d’Europe centrale
et orientale) et dans certains pays du Sud de l’UE (Grèce, Portugal).

Les IDH introduisent un classement entre les pays membres : Norvège en


tête et Roumanie en dernière position.

L’Allemagne est symptomatique des inégalités qui peuvent subsister à


l’échelle régionale d’un pays.

SchoolMouv.fr L’Union européenne : entre inégalités territoriales et concurrence 1 sur 4


mondiale : Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
Ces inégalités sont le résultat de la guerre f roide, lorsque le pays a été
divisé en deux parties dès 1948 avec d’un côté l’Allemagne de l’Ouest
(RFA) sous la gouvernance des pays occidentaux et de l’autre côté
l’Allemagne de l’Est (RDA) sous la tutelle de l’URSS.

Entre la RFA et la RDA, s’opère un développement radicalement différent


pendant 50 ans : l’Est est imprégné de l’idéologie communiste tandis que
l’Ouest est mené par une politique capitaliste.

Lors de la réunif ication, l’ancienne RDA accuse un gros retard de


développement. Malgré un plan de rattrapage de 900 milliards d’euros,
ces anciennes régions de l’Est connaissent toujours des diff icultés
aujourd’hui. Le taux de chômage y est supérieur à 8 % contrairement aux
3,1 % de la moyenne nationale.

Enf in, à l’échelle urbaine, des quartiers sont connus pour être défavorisés par
rapport à d’autres au sein d’une même ville.

Ces dernières années, les institutions de l’Union européenne ont mené une
politique de cohésion pour valoriser les atouts et lutter contre les inégalités.

352 milliards d’euros ont été concédés par l’UE à ces régions défavorisées
entre 2014 et 2020 pour la construction d’inf rastructures, la recherche,
l’emploi, l’environnement et la formation des travailleurs.

Le but recherché par l’UE est la croissance économique de l’ensemble


des régions pour garder une place stratégique dans la concurrence
mondiale. Cette politique de cohésion représente aujourd’hui le
2e budget de l’UE, juste après la PAC.

Agir sur les territoires : la politique agricole commune


2
(PAC)
La politique agricole commune (PAC) est souvent critiquée aujourd’hui par
les agriculteurs f rançais. Elle reste malgré tout un modèle d’intervention qui
a maintenu une agriculture européenne compétitive.

La PAC date de 1962 et a été conçue comme une politique


protectionniste dont l’objectif était de moderniser l’agriculture et
l’autosuff isance du marché européen. L’agriculture productiviste s’est
donc développée au sein de l’UE mais a entraîné une surproduction au
sein de l’agriculture européenne.

Après plusieurs tournants dans les décisions de 1980 à 2010, une nouvelle
PAC a été pensée pour durer de 2014 à 2020 avec de nouveaux critères à
respecter dont l’environnement et le bien-être des animaux.

SchoolMouv.fr L’Union européenne : entre inégalités territoriales et concurrence 2 sur 4


mondiale : Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
L’agriculture de l’UE a été obligée de s’ouvrir aux exportations des pays
non-membres pour répondre aux exigences de l’OMC.

De plus, l’agriculture est insérée dans un plan global de développement


rural, avec par exemple la prise en compte du « tourisme à la ferme ».

Pourtant, certains États membres estiment que le budget de la PAC pourrait


être dépensé dans d’autres domaines.

Les grands pays agricoles exportateurs mondiaux, quant à eux, estiment que
l’UE aide trop ses agriculteurs, ce qui va à l’encontre des règles de l’OMC.

 La PAC est donc une politique de cohésion ciblée sur une activité productive.

 Les réformes successives de la PAC ont par exemple accéléré la diminution


du nombre d’exploitations et d’agriculteurs.

En 1960, les agriculteurs représentaient 20 % des actifs dans les six pays
membres.

Ils représentent aujourd’hui 3,9 % en moyenne avec une baisse continue


depuis 20 ans.

Des différences subsistent entre des pays comme la Roumanie (20 % des
actifs) ou la Grèce (11,5 % des actifs) et la Belgique (1,1 % des actifs).

Dans le même temps, la taille des exploitations agricoles restantes a


augmenté avec des disparités entre les pays membres, à savoir des
exploitations souvent plus petites en Europe centrale et dans les pays du Sud
qu’en Europe de l’Ouest.

Le modèle plébiscité par l’UE est bien celui des grandes exploitations, et
parallèlement les rendements ont considérablement augmenté en raison de
la garantie de prix élevés.

Face à ce productivisme qui transforme les territoires agricoles en de


grandes exploitations, les moyennes et petites exploitations se sont tournées
vers l’agriculture biologique (6,2 % de la surface agricole totale de l’UE).

Les autres solutions de rentabilité pour ces exploitations sont les circuits
courts comme les AMAP en France c’est-à-dire l’intégration de f ilières
synonymes de qualité.

L’agriculture urbaine se développe : à terme cette agriculture pourrait


faire partie de la PAC.

 Les résultats de la PAC depuis 1962 sur les paysages et les territoires cultivés
est une agriculture européenne de plus en plus duale entre grandes
exploitations productivistes et exploitations moyennes.

SchoolMouv.fr L’Union européenne : entre inégalités territoriales et concurrence 3 sur 4


mondiale : Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
SchoolMouv.fr L’Union européenne : entre inégalités territoriales et concurrence 4 sur 4
mondiale : Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
Les transports, outils d’ouverture, de cohésion et de
Accueil  Tle  Géographie   Fiche de ré…
compétitivité de l’UE

Les transports, outils d’ouverture, de cohésion et de


compétitivité de l’UE

1 Créer un réseau de transport transeuropéen

Dans le domaine des transports, on parle de réseaux (les supports techniques


comme les rails, les routes) qui permettent la circulation des flux
(marchandises, hommes, informations).

La mondialisation fonctionne avec l’idée que les ressources et les biens ne


sont pas forcément situés au même endroit que les consommateurs : la
mondialisation est donc associée aux transports.

Au sein de l’UE, l’axe de transport majeur est situé au niveau de la


dorsale de Londres à Milan.

La Northern Range , ensemble de ports européens sur la façade maritime


de la Manche et de la mer du Nord, est une porte d’entrée et de sortie
des exportations et importations mondiales.

 Pour redistribuer toutes les marchandises, un réseau de transport


intermodal est nécessaire (rail, routes, voies d’eau).

Cependant, ce réseau n’est pas homogène en terme de performance : les


grands ports et aéroports sont plutôt concentrés en Europe de l’Ouest.

Plus on s’éloigne de la mégalopole, moins le réseau de transports est dense.


Certains espaces peuvent être ainsi qualif iés de périphériques : la
Scandinavie, la Finlande et les pays baltes, la péninsule Ibérique, l’Albanie et
la Roumanie.

Ces régions accusent un retard en ce qui concerne les équipements


routiers, ferroviaires et aéroportuaires.

À l’échelle de l’UE, les logiques d’implantation des réseaux de transport sont


nationales :

SchoolMouv.fr Les transports, outils d’ouverture, de cohésion et de compétitivité 1 sur 3


de l’UE : Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
pour la France, il s’agit d’une logique unipolaire, cela signif ie que le
réseau f rançais s’est établi à partir d’une seule ville (Paris) ;

pour l’Italie et l’Espagne, la logique est bicéphale : les réseaux se sont


développés autour de deux villes (Milan/Rome et Madrid/Barcelone) ;

pour l’Allemagne, la logique est multipolaire, le réseau s’étend sur


plusieurs villes.

 Af in d’améliorer l’ouverture, la cohésion et la compétitivité des territoires,


l’UE a pour objectif de rééquilibrer les réseaux de transport et de constituer
un réseau qui transcende les frontières nationales.

La politique des transports à l’échelle de l’UE a commencé en 1985. Le Traité


de Maastricht (1992) a donné naissance aux « réseaux transeuropéens ».

L’Union européenne promeut désormais la constitution d’un réseau


européen qui vise la création d’un vaste espace unif ié entre les pays
membres et doté de plusieurs voies de transports.

 En 2016, l’UE a déf ini un certain nombre d’axes à mettre en service


avant 2030 dans l’idée d’aménager les réseaux déjà existants et de les rendre
encore plus performants.

En France, le TGV a joué un rôle précurseur dans l’ouverture des


transports en Europe avec des liaisons vers Londres, la Belgique, les Pays-
Bas et un partenariat avec des entreprises européennes (Eurostar et
Thalys).

Dans le domaine maritime, l’UE a initié à partir de 2001 les autoroutes de


la mer.

Les limites d’un réseau de transport à l’échelle de l’Union


2
européenne
Rester compétitif ou le devenir encore davantage grâce à l’amélioration des
transports est une nécessité pour l’UE dans le cadre de la mondialisation.

La question qui se place au niveau de l’UE : doit-on assister à un


rééquilibrage des territoires à l’échelle du continent ?

Dans le cas des territoires f rançais, il y a quelques années, il a été décidé


de rééquilibrer les politiques d’aménagement en déplaçant les activités
du centre (Paris) et en les redistribuant dans le bassin parisien voire
jusqu’aux autres métropoles f rançaises.

Aujourd’hui, cette idée a été abandonnée : la France a besoin d’une ville


mondiale en réseau, intégrée dans la mondialisation et f reiner son
développement la rendrait moins compétitive.

SchoolMouv.fr Les transports, outils d’ouverture, de cohésion et de compétitivité 2 sur 3


de l’UE : Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
La suprématie du réseau situé dans la dorsale européenne est plutôt
positive malgré les engorgements : cette densité et cette diversité sont
nécessaires à la redistribution des conteneurs, au bon fonctionnement
des entreprises et à l’organisation de la production à flux tendu.

 Pourtant, les aménagements sont en général très coûteux et ces objections


sont soulevées par les opposants à ces projets.

L’UE tente de limiter les pollutions liées aux transports en se f ixant des
objectifs à atteindre : le pétrole doit être abandonné au prof it des voitures
électriques ou des transports en commun non polluants (tramways, vélos,
bus propres).

Ainsi, l’objectif est de limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES).

L’UE souhaite parvenir à une limitation de 40 % des GES d’ici 2030.

Dans sa stratégie « Europe 2020 » la Commission européenne fait la


promotion des Plans de mobilité urbaine durable.

Il s’agit de rendre les déplacements urbains les plus faciles possibles en


intégrant ces modes de transport propres.

Depuis 2012, chaque année, l’UE attribue des prix à plusieurs villes ayant
réalisé des SUMPs. Dans ce cadre, l’UE participe au f inancement des
lignes de métro du Grand Paris, de Bruxelles (en construction), de Berlin
et de Vienne.

 Néanmoins, des différences persistent entre les pays membres concernant


ces plans de mobilité urbaine durable. Les six pays fondateurs les ont bien
intégrés dans leur politique de transport, d’autres moins, peut-être tout
simplement car leur réseau de transport est moins dense.

SchoolMouv.fr Les transports, outils d’ouverture, de cohésion et de compétitivité 3 sur 3


de l’UE : Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
Accueil  Tle  Géographie  La France et ses territoires transfrontaliers  Fiche de révision

La France et ses territoires transf rontaliers

1 Des territoires qui bénéf icient d’aides de l’UE

La réalité des zones transf rontalières, ce sont des tracés qui ont varié au f il
du temps et qui ont souvent été l’objet de conflits.

Ces aléas ont conduit à des proximités linguistiques et culturelles. La


f rontière a toujours été un lieu de passage majeur des hommes et des
marchandises.

Les flux transf rontaliers actuels sont de grande ampleur et de nature


différente. La majorité se fait entre pays f rontaliers. Les autres sont des flux
de transit.

À ces flux de marchandises s’ajoutent des flux quotidiens de travailleurs et


des flux plus occasionnels, touristiques.

La majorité des travailleurs transf rontaliers f rançais travaille en Suisse et au


Luxembourg. Viennent ensuite dans l’ordre l’Allemagne et la Belgique.
L’Espagne ne représente que 1 % de ces travailleurs f rontaliers.

Les hommes sont plus nombreux que les femmes à assurer ces
déplacements.

Les trajets se font essentiellement de la France vers les pays f rontaliers, les
flux inverses sont beaucoup moins importants.

La libre circulation des biens et des personnes est l’un des fondements de la
construction européenne. Elle est garantie par l’article 45 de la Charte
européenne des droits fondamentaux (2000).

Un produit légalement commercialisé dans un État membre peut l’être dans


tous les autres selon le principe de « reconnaissance mutuelle ».

Aujourd’hui, les territoires transf rontaliers sont intégrés dans la politique


européenne de coopération territoriale.

SchoolMouv.fr La France et ses territoires transfrontaliers : Résumé et révision - 1 sur 3


Géographie | SchoolMouv
Cette politique a débuté en 1989 et se poursuit aujourd’hui avec un
programme qui s’échelonne de 2014 à 2020.

Cela donne lieu à de multiples appellations : eurorégions, eurodistricts,


eurocités, eurométropoles, groupements eurorégionaux de coopération
territoriale (GECT)…

Dans le cadre de la coopération transf rontalière 2014-2020, neuf programmes


concernaient la France, pour un budget total d’environ 1,5 milliard d’euros
investi par l’UE sur six ans.

L’Est était prioritaire avec six projets. Le travail s’est effectué en suivant
4 objectifs (sur les 11 déf inis par l’UE) :

la recherche, le développement technologique et l’innovation ;

la compétitivité des petites et moyennes entreprises ;

la transition énergétique ;

l’éducation, la formation et l’emploi.

2 Des dynamiques différenciées

Le sud transf rontalier f rançais concerne les relations France/Espagne et


France/Italie.

Du côté espagnol, la chaîne de montagne des Pyrénées ne facilite pas le


passage.

La circulation des marchandises est intense mais les migrations quotidiennes


liées à l’emploi se trouvent limitées par le relief mais aussi par l’off re moins
grande que dans l’Est de la France.

La coopération transf rontalière existe néanmoins, même si elle reste


modeste en terme de domaines et de personnes concernées. Six GECT de
taille très différentes se superposent.

D’autres raisons peuvent être avancées pour expliquer le timide


développement transf rontalier dans cette région.

Le caractère rural d’une grande partie du territoire et le faible nombre de


métropoles.

Les territoires de part et d’autre de la f rontière qui sont hétérogènes


dans le domaine économique.

La plus grande coopération transf rontalière concerne les espaces naturels


protégés.

SchoolMouv.fr La France et ses territoires transfrontaliers : Résumé et révision - 2 sur 3


Géographie | SchoolMouv
 Le territoire transf rontalier f ranco-italien est donc un enjeu important dans
la perspective des bouleversements climatiques.

Les coopérations sont plus abouties dans l’est et le nord-est.

Cette région transf rontalière pour l’instant plus dynamique que les deux
précédentes s’étend du lac Léman à Lille.

Les déplacements quotidiens liés à l’emploi y sont plus importants que dans
les autres territoires transf rontaliers.

Le développement économique est également partagé de part et d’autre de


la f rontière.

La Grande Région regroupe des territoires f rançais, allemands, belges et


luxembourgeois.

11 millions d’Européens y vivent.

PIB de 390 milliards d’euros (chiff res 2017).

La Grande Région est devenue un groupement européen de coopération


territoriale (GECT) en 2010.

Ce territoire coordonne des actions diverses en plus du domaine


économique : l’innovation, la coopération universitaire, le tourisme et la
culture, la santé.

La Grande Région a été capitale européenne de la culture en 2007.

SchoolMouv.fr La France et ses territoires transfrontaliers : Résumé et révision - 3 sur 3


Géographie | SchoolMouv
Accueil  Tle  Géographie  Les lignes de force du territoire français  Fiche de révision

Les lignes de force du territoire f rançais

Les images ne sont pas encore disponibles pour ce cours. Nos graphistes font
tout leur possible pour les réaliser au plus vite.

1 Les principales lignes de force du territoire f rançais

Les régions les plus dynamiques, peuplées, productives et créatrices de


richesses sont actuellement les régions transf rontalières, l’Île-de-France, ainsi
que les régions du Sud.

Les régions transf rontalières du Nord-Est : elles sont situées à proximité


de la mégalopole européenne et bénéf icient de la politique de cohésion
de l’UE.

L’Île-de-France : polarisée par Paris, elle concentre depuis longtemps la


population, les activités économiques et la production de richesses.

Les régions du Sud : elles ont bénéf icié de l’héliotropisme et de la


politique d’aménagement du territoire (à partir des années 1970). Elles
bénéf icient aussi des ressources liées au tourisme et au développement
d’industries de haute technologie.

Les principales métropoles du pays sont aussi considérées comme des lignes
de force du territoire f rançais.

En France, une métropole est un statut administratif, mis en place


depuis 2010. Une métropole f rançaise doit regrouper au moins
400 000 habitants et plusieurs communes. Il y en avait 22 en 2019.

SchoolMouv.fr Les lignes de force du territoire français : Résumé et révision - 1 sur 3


Géographie | SchoolMouv
Ces métropoles ont été créées pour être des moteurs de croissance
économique (mise en commun des budgets pour agir sur leur territoire).
Elles concentrent plus de la moitié du PIB et plus d’un tiers des emplois.

Les principaux ports de France sont des lignes de force, nécessaires au


fonctionnement de la mondialisation. Ils concentrent les principaux flux
d’échanges internationaux et le traf ic des conteneurs.

Plus largement, l’économie s’est littoralisée : les industries s’installent


près des ports car les échanges sont facilités, et ces régions littorales
concentrent activités touristiques et technopôles.

2 Le rôle des communications

 Une ligne de force peut être identif iée par le volume des échanges et
mobilités entre deux points. Les réseaux de communication en France sont
très denses, malgré la persistance d’inégalités territoriales. Les voies de
communications renforcent aussi certaines lignes de force existantes.

La France est bien desservie par des axes et moyens de communication


variés :

Le réseau autoroutier s’est développé très rapidement après la Seconde


Guerre mondiale. Il est composé aujourd’hui de 142 autoroutes et se déploie
sur plus de 9 000 km.

L’axe majeur de circulation routière est celui qui relie Lille, Paris, Lyon et
Marseille, mais la France compte une multitude de routes secondaires
qui font que son réseau routier est considéré comme exceptionnel en
Europe.

Le réseau ferroviaire comprend plus de 30 000 km de voies. Il est donc


souvent qualif ié de « réseau en étoile », à partir de Paris. Les liaisons Nord-
Sud ont été privilégiées, au détriment des voies Est-Ouest.

La diminution des temps de trajets et des coût sont la priorité. Certains


territoires sont mieux desservis que d’autres.

Les réseaux routiers et ferroviaires ont pris une dimension européenne : les
différents pays de l’UE tentent de s’accorder pour que l’on puisse facilement
se déplacer d’un pays à l’autre.

Les transports fluviaux sont facilités en France par la présence de plusieurs


fleuves idéalement situés. 8 500 km de voies navigables servent aux
déplacements des passagers et à la circulation des marchandises.
Cependant, ils sont beaucoup moins utilisés que les routes et voies ferrées.

SchoolMouv.fr Les lignes de force du territoire français : Résumé et révision - 2 sur 3


Géographie | SchoolMouv
Les principaux aéroports f rançais sont situés dans les grandes métropoles.
Paris s’impose dans ce dispositif aérien avec les aéroports d’Orly et de Roissy-
Charles de Gaulle, hub de dimension mondiale.

La mise à l’écart d’un territoire est souvent le résultat d’une mauvaise


desserte de celui-ci.

Cette mise à l’écart peut se traduire par une faible densité de population,
peu d’activités économiques ou l’absence de grandes métropoles. Les
marges du territoire f rançais sont les outre-mer, la « diagonale des faibles
densités », le centre de la Corse et les Alpes de Haute-Provence.

Ces territoires sont à l’écart des grands axes de transport. Ils sont également
marqués par le vieillissement de la population, la ruralité et la désertif ication.
Les équipements et les services font défaut, les ressources f inancières sont
plutôt faibles.

IMG06 du cours : La France des marges

SchoolMouv.fr Les lignes de force du territoire français : Résumé et révision - 3 sur 3


Géographie | SchoolMouv
Accueil  Tle  Géographie  Les recompositions territoriales en France  Fiche de révision

Les recompositions territoriales en France

1 À la recherche du territoire « idéal »

Les intercommunalités les plus répandues en France découlent de la « loi


Chevènement » (1999). Trois sortes d’intercommunalités sont rendues
possibles par cette loi :

les communautés de communes (1 001 en 2019) peuvent se former sans


seuil minimum de population ;

les communautés d’agglomération (223 en 2019) doivent obligatoirement


compter 50 000 habitants minimum autour d’une ville de plus
de 15 000 habitants et mener des projets identiques à ceux des
communes ;

les communes urbaines (13 en 2019) nécessitent plus de 500 000


habitants et regroupent des compétences plus larges que celles de la
communauté d’agglomération.

Lorsqu’elles se regroupent, les municipalités peuvent s’investir dans des


projets plus cohérents qui concernent un territoire de vie plus logique que
celui d’une commune. Les budgets des projets sont également plus
importants puisqu’il s’agit de ceux des communes regroupées.

À l’échelle européenne, les 36 700 communes f rançaises représentent 40 %


de l’ensemble des communes de l’Union européenne.

Associer les communes f rançaises et les faire agir au sein de


l’intercommunalité est donc un moyen d’harmoniser notre territoire à ceux
des autres pays de l’UE et de rendre les communes associées aussi fortes et
visibles que leurs voisines.

La réforme des régions date de 2015 et fait partie de la loi NOTRe (22 à
13 régions en métropoles + 5 régions ultramarines).

SchoolMouv.fr Les recompositions territoriales en France : Résumé et révision - 1 sur 3


Géographie | SchoolMouv
L’échelon régional est valorisé car les compétences des régions sont
renforcées par le texte de la loi. La région est devenue un acteur du
développement économique en accordant des aides directes aux entreprises.

À l’échelle internationale, depuis 2015, les régions doivent présenter des


SRDEII qui détaillent la mise en place des aides f inancières et logistiques
qu’une région peut apporter à une entreprise est détaillée. On y trouve
obligatoirement un volet international, c’est-à-dire des aides pour le
développement des entreprises locales en direction de l’étranger.

À l’échelle de l’UE, l’agrandissement de la superf icie des régions f rançaises


visait à une harmonisation avec, notamment, les Länder allemands. Or, le
résultat est assez hétérogène. La moyenne de la superf icie des régions
f rançaises est de plus de 41 000 km 2 avec des écarts assez importants selon
les régions. En comparaison, les Länder allemands ont une superf icie
moyenne de 22 000 km 2 environ.

 Néanmoins, quelle que soit la superf icie, les régions f rançaises bénéf icient,
au même titre que les autres régions européennes, des aides f inancières de
l’Union européenne dans des conditions déf inies en amont par la politique
de cohésion.

Des recompositions territoriales sous l’effet des mutations


2
économiques récentes
Les transformations des modes de vie et des systèmes productifs sont à
l’origine de nombreuses recompositions territoriales.

À partir des années 1950, l’urbanisation s’est accélérée et de plus en plus


de Français vivent dans les villes.

Parallèlement, l’agriculture (notamment avec l’aide de la PAC), est


devenue plus productive, la production augmentant ainsi sur des
surfaces cultivées de même superf icie.

Cependant, la mécanisation nécessite de gros investissements et seules


les grandes exploitations peuvent se le permettre. De fait, les petites
exploitations deviennent moins rentables et disparaissent
progressivement. La SAU diminue ainsi que le nombre d’actifs travaillant
dans ce secteur.

La croissance urbaine et la diminution des surfaces agricoles ont entraîné


deux types de recomposition territoriale :

1
une amplif ication de la périurbanisation suite à l’arrivée de nouveaux
habitants dans les villes. On estime que le développement urbain a empiété
sur environ 3 millions d’hectares depuis 1960 en France ;

SchoolMouv.fr Les recompositions territoriales en France : Résumé et révision - 2 sur 3


Géographie | SchoolMouv
2
l’installation d’autres activités comme les loisirs ou le tourisme sur d’ancien
terrains agricoles.

Plusieurs transformations industrielles ont marqué le XX e siècle en France :

les industries minières du Nord-Est de la France ont fermé


progressivement (la dernière en 2004) suite à la raréfaction de l’usage du
charbon et suite à la nouvelle concurrence intensive des pays d’Asie ;

l’industrie textile a été délocalisée dans des pays où la main-d’œuvre est


moins chère ;

pour la sidérurgie, seules les usines les plus modernes ont pu se


maintenir.

 Toutes ces transformations, en dépit d’une forte hausse du chômage, ont


entraîné une reconversion et des recompositions territoriales.

Dans le Nord-Est, la reconversion a été synonyme d’une mutation de l’activité


en direction des services (le tourisme s’est fortement développé).

Les paysages ont été largement transformés à partir du patrimoine


industriel existant à l’aide d’acteurs privés et d’acteurs public (on peut
parler de recompositions territoriales).

La mondialisation est également à l’origine de profondes transformations


économiques. La concurrence est telle qu’une entreprise, un pays, une ville
se doivent d’être compétitives pour maintenir des emplois, des conditions de
vie acceptables.

Dans ce but, les clusters se sont multipliés. Ces entreprises échangent,


communiquent, travaillent ensemble. Elles forment un écosystème. En
France, les pôles de compétitivité correspondent à des clusters.

Dans le domaine de l’aéronautique, le cluster le plus important en


Europe se trouve à Toulouse.

SchoolMouv.fr Les recompositions territoriales en France : Résumé et révision - 3 sur 3


Géographie | SchoolMouv
L’intégration de la France en Europe et dans le
Accueil  Tle  Géographie   Fiche de révisi…
monde

L’intégration de la France en Europe et dans le monde

Les régions, actrices majeures de l’intégration des


1
territoires f rançais
Depuis 2015 et la loi NOTRe, certaines nouvelles régions, leurs élus et leurs
populations ont donc dû s’adapter à un nouveau découpage.

Ces collectivités territoriales ont donc dû faire appel au marketing territorial


pour se forger une nouvelle identité. Il est primordial pour ces territoires de
se faire connaître, de valoriser leurs atouts pour conserver leur population,
leurs emplois, leurs entreprises. Des agences de promotion régionale sont en
charge de ces actions.

Chaque région tente de s’individualiser par une image spécif ique, lui
permettant d’accroître son attractivité. Cette façon de procéder induit, a
contrario, une concurrence entre les régions qui espèrent ainsi distancer
leurs voisines.

L’autonomie des régions est devenue de plus en plus importante depuis 1982


avec les premières lois de décentralisation. La région est alors devenue une
collectivité territoriale disposant de certaines compétences, dont la gestion
des lycées.

Avec la loi NOTRe, les régions ont des compétences exclusives en matière de
transport, d’enseignement secondaire et supérieur, de formation
professionnelle, de développement économique, d’aménagement du
territoire et de gestion des programmes européens dans le domaine agricole.
Elles partagent d’autres compétences avec les communes et les
départements.

Cette autonomie s’est traduite par des initiatives aux échelles nationale et
mondiale.

SchoolMouv.fr L’intégration de la France en Europe et dans le monde : Résumé et 1 sur 5


révision - Géographie | SchoolMouv
À l’échelle mondiale, les régions ont conclu de nombreux partenariats qui
peuvent consister à aider les pays en développement sur des
programmes agricoles, à entreprendre des projets de développement
durable, de développement économique local ou encore à collaborer
avec des pays développés.

À l’échelle de l’UE, la politique de cohésion regroupe l’ensemble des


régions des pays membres et a pour objectif de lutter contre les
inégalités territoriales avec par exemple des aides f inancières aux régions
dont le PIB est inférieur à celui des autres régions de l’UE.

La France reste un État centralisé (ce n’est pas un État fédéral comme
l’Allemagne) :

les régions f rançaises ont donc acquis petit à petit une plus grande
autonomie, mais celle-ci reste toute relative par rapport à d’autres pays ;

les budgets des régions f rançaises restent faibles lorsqu’on les compare
aux budgets d’autres régions européennes car leur autonomie reste
inférieure à celle de beaucoup de leurs voisines.

 Cela limite forcément les projets possibles malgré la mise en commun des
aides de l’UE, de l’État et de l’intercommunalité pour les investissements les
plus importants.

Enf in, la réforme de 2015 n’a pas forcément eu les effets attendus. Les
économies que devaient entraîner la fusion de certaines régions sont parfois
des échecs (diminution du nombre d’hôtels de régions et de personnel, mais
augmentation des déplacements).

2 Des résultats différenciés


1
L’Île-de-France se détache en tête de l’ensemble des régions f rançaises sur le
plan économique. C’est une hyper-région.

Le poids de Paris, capitale politique et économique du pays et ville mondiale


explique notamment cette position dominante. La région est également
l’une des premières dans ce domaine au niveau européen.

Elle est située au carrefour des échanges européens et mondiaux : l’aéroport


Roissy-Charles de Gaulle est un hub mondial, les LGV partent et arrivent en
majorité de Paris, et l’axe Paris, Rouen, Le Havre relie la région Île-de-France
à une ouverture maritime mondiale.

SchoolMouv.fr L’intégration de la France en Europe et dans le monde : Résumé et 2 sur 5


révision - Géographie | SchoolMouv
La région Île-de-France crée environ 30 % de la richesse nationale. Elle
entretient des relations commerciales avec de nombreux pays. *Des
entreprises internationales de plus de treize pays différents sont présentes
en Île-de-France avec une majorité d’entreprises états-uniennes attirées par
la capitale. *Le nombre d’emplois généré par la présence de ces entreprises
étrangères est important (environ 10 000).((liste2)) *L’Île-de-France attire
aussi des IDE qui témoignent de l’attractivité de cette région. *La région
s’appuie aussi sur une attractivité touristique qui dépasse le cadre de Paris
au sens strict (ex. : château de Versailles, Disneyland Paris).

 Ces éléments placent l’Île-de-France loin devant l’ensemble des autres


régions.

2
De nombreuses régions f rançaises sont bien intégrées au sein de l’UE et dans
le monde (régions Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine, Occitanie,
région Sud, Hauts de France et Grand Est).

La région Auvergne-Rhône-Alpes se classe deuxième après l’Île-de-France en


termes de PIB, mais l’écart entre les deux régions reste important
(709 milliards en 2017 pour l’IDF et 263 milliards pour l’AURA).

La région Auvergne-Rhône-Alpes se déploie autour de son pôle urbain


majeur, Lyon.

Ses secteurs d’activité industrielle sont la chimie, la pharmacie, l’énergie et


les transports, complétés par un pôle universitaire important.

Cependant, de grandes inégalités socio-économiques existent entre le côté


rhodanien plus urbain, peuplé et industrialisé et le côté auvergnat, plus rural.

Les autres régions se situent en deçà de l’Auvergne-Rhône-Alpes en termes


de PIB mais révèlent malgré tout une forte production de richesses dans
deux autres zones distinctes : le Sud au sens large (Est et Ouest) et le Nord
(Hauts-de- France et Grand Est).

Bien reliées aux axes principaux de communication, ces régions réussissent


leur intégration en se spécialisant :

les régions du Sud, outre leur attractivité touristique, se sont spécialisées


dans la haute technologie, les industries de pointe. Technopoles,
technopôles et start-up se succèdent le long du littoral et les conditions
de travail agréables attirent une main d’œuvre étrangère qualif iée.

SchoolMouv.fr L’intégration de la France en Europe et dans le monde : Résumé et 3 sur 5


révision - Géographie | SchoolMouv
les Hauts de France et le Grand Est bénéf icient de contacts
transf rontaliers dynamisants, et les deux régions sont très proches de la
Northern Range. Après la crise industrielle et la fermeture des mines et
de nombreuses usines métallurgiques et sidérurgiques, leur reconversion
se poursuit.

3
Un dernier ensemble regroupe des régions ultramarines et métropolitaines.

L’Ouest et le Centre, à savoir les régions Bretagne, Normandie, Centre Val de


Loire, Pays de la Loire et Bourgogne-Franche-Comté demeurent légèrement
en retrait dans l’ensemble des régions métropolitaines.

Leurs PIB sont plus faibles que ceux des régions précédentes (entre 71
et 116 milliards d’euros, chiff res 2017), et elles accueillent moins d’IDE et
d’entreprises étrangères.

Néanmoins, ces régions ont de nombreuses activités économiques dans les


secteurs agricole (élevage, viticulture), touristique ainsi que dans des
secteurs industriels diversif iés.

Elles bénéf icient également de nombreux atouts :

Les petites et moyennes entreprises sont nombreuses et, dans certaines


de ces régions (ex. : Bretagne et Pays de la Loire), les taux de chômage
sont les plus bas de France.

Les inégalités sociales sont moins marquées spatialement car les


entreprises sont bien réparties sur le territoire de ces régions.

Si le PIB est plus faible en volume, le dynamisme économique n’en est


pas moins réel et permet à la population (moins nombreuse qu’en Île-de-
France) de rester sur place.

Les DROM (Guyane, Martinique, Guadeloupe, La Réunion et Mayotte) font


également partie des régions en cours d’intégration. Leur PIB se situe entre 3
et 10 milliards d’euros par an.

L’éloignement par rapport à la métropole, l’insularité (sauf la Guyane) et des


activités économiques différentes en font des régions très spécif iques.

L’industrie principale est agroalimentaire. Quelques activités industrielles


sont concentrées dans une région particulière : le raff inage pétrolier
(Martinique) ou l’aérospatiale (centre de Kourou en Guyane).

SchoolMouv.fr L’intégration de la France en Europe et dans le monde : Résumé et 4 sur 5


révision - Géographie | SchoolMouv
Localisées en Amérique ou en Af rique, les régions ultramarines sont bien
situées pour s’intégrer dans la mondialisation. Pourtant, leurs échanges se
font encore très majoritairement avec la France.

Elles sont pourtant bien intégrées dans l’UE en tant que RUP et peuvent
recevoir des aides correspondant à leur statut. Ainsi, elles off rent une ZEE
très avantageuse pour la France et l’UE.

SchoolMouv.fr L’intégration de la France en Europe et dans le monde : Résumé et 5 sur 5


révision - Géographie | SchoolMouv
La région Occitanie, entre attractivité, concurrence et
Accueil  Tle  Géographie   Fiche de révi…
inégalité

La région Occitanie, entre attractivité, concurrence et


inégalité

1 L’Occitanie, terre de contrastes

La moitié du territoire occitan est occupé par des montagnes (Pyrénées et


Massif Central).

Les plus fortes densités de population se situent dans les villes principales
(Montpellier et surtout Toulouse) ainsi que le long du littoral.

La densité moyenne se situe autour de 80,2 habitants au km ², ce qui est


en-deçà de la moyenne nationale (105,8 hab. /km ²).

 L’Occitanie, en dehors des concentrations citées précédemment, est donc


une région peu densément peuplée.

 Cependant, c’est une région qui attire : le solde migratoire est positif depuis
de nombreuses années. Le vieillissement de la population dans les zones
rurales est compensé par une croissance démographique plus élevée que la
moyenne nationale.

Cette différence entre une population plutôt jeune, urbaine, relativement


aisée et une population plus âgée, plutôt rurale a des conséquences sur le
dynamisme économique de la région.

L’Occitanie a un dynamisme économique différencié polarisé sur Toulouse.


Cette polarisation n’empêche pas une grande diversité d’activités.

Toulouse est la capitale de la région Occitanie. C’est la ville la plus


peuplée de la région. Elle est associée à d’autres communes au sein
d’une intercommunalité dénommée « Toulouse métropole ».

L’agriculture occupe de vastes surfaces en Occitanie.

SchoolMouv.fr La région Occitanie, entre attractivité, concurrence et inégalité : 1 sur 4


Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
Certaines zones où dominaient autrefois de petites exploitations
pratiquant la polyculture sont en diff iculté. Elles sont en reconversion
(ex. : Tarn et Aveyron). Les agriculteurs se tournent par exemple de plus
en plus vers l’agrotourisme.

D’autres conservent une agriculture spécialisée, en particulier la


viticulture.((liste2)) *L’agriculture biologique s’est également développée :
c’est en Occitanie que l’on trouve le plus grand nombre d’exploitations
converties en agriculture bio.

Les secteurs industriels sont eux aussi variés et innovants (aéronautique,


agro-alimentaire, santé, biotechnologies et numérique).

Les services sont le premier secteur d’activités en termes d’emplois (comme


dans toute la France). L’Occitanie se distingue par un pôle touristique de
premier plan ainsi que par un ensemble d’universités et de grandes écoles
recherchées dont l’ENAC.

 Ainsi, les secteurs industriels de pointe cohabitent avec des activités rurales
et traditionnelles en diff iculté et conf irment les forts contrastes à l’œuvre
dans la région.

Ces contrastes se retrouvent dans l’organisation du territoire avec des


espaces urbains et littoraux à l’économie dynamique et des espaces
intérieurs en retrait. Ils entraînent de fortes inégalités de revenus.

Ces inégalités sont combattues par l’État et la région avec notamment des
aides pour un retour à l’emploi après un chômage de longue durée.

Une attractivité aux échelles nationale, européenne et


2
mondiale

Le tourisme représente une activité majeure pour l’Occitanie, (4 e région la


plus touristique de France).

Toutes les formes de tourisme cohabitent (tourisme balnéaire, hivernal,


culturel, urbain et vert).

Environ 65 % des touristes en Occitanie sont Français et 35 % sont étrangers.

Ces derniers viennent d’Europe, et principalement d’Allemagne, d’Espagne,


du Royaume-Uni, des Pays-Bas et de Belgique, mais aussi d’autres
continents.

SchoolMouv.fr La région Occitanie, entre attractivité, concurrence et inégalité : 2 sur 4


Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
Leur venue est facilitée par un réseau de communication multimodal avec
plusieurs aéroports, une ligne grande vitesse le long du littoral, des routes et
autoroutes.

 Il existe donc par le biais du tourisme une véritable intégration de l’Occitanie


aux échelles nationale, européenne et mondiale.

L’aéronautique demeure un secteur essentiel en termes d’activités et


d’emplois. Plus de 800 entreprises dépendent directement du pôle de
Toulouse ainsi que 86 000 emplois directs dans l’aéronautique et le spatial.
Cette activité majeure s’est diffusée sur l’ensemble du territoire pour
constituer un district industriel.

Le point de départ est l’entreprise Airbus, entreprise européenne dont le


siège social est situé à Blagnac dont les aviosn sont achetés par des pays du
monde entier et concurrencent Boeing, l’autre principal constructeur
mondial.

De plus, l’Occitanie fait partie du pôle de compétitivité « Aerospace Valley »


fondé en 2005.

La présence d’Airbus et de l’Aerospace Valley est un atout pour l’intégration


économique de l’Occitanie, en Europe et dans le monde car elle fait de
l’Occitanie une région reconnue mondialement pour cette spécialité.

Cependant, cette « monoactivité » f ragilise aussi le territoire en cas de crise.


Au niveau mondial, la concurrence est rude (Boeing) et, pour rester
compétitive, la f ilière doit constamment se réinventer.

3 Les déf is à relever pour faire face à la concurrence

La coopération transf rontalière permet d’améliorer l’intégration au sein de


l’Union européenne. Si la France échange beaucoup avec sa voisine
espagnole, et que de nombreuses coopérations transf rontalières ont été
initiées, le nombre de personnes et de domaines concernés par ces échanges
reste modeste si on le compare avec la coopération transf rontalière du Nord-
Est.

Le creusement d’un tunnel d’une quarantaine de km au centre des Pyrénées


est envisagé depuis une trentaine d’années. Cependant, le coût est jugé trop
élevé, les fonds européens ne sont pas accordés, et le tracé de la ligne est
contesté.

SchoolMouv.fr La région Occitanie, entre attractivité, concurrence et inégalité : 3 sur 4


Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv
Le deuxième déf i de la région Occitanie concerne la lutte contre les
inégalités territoriales.

Si l’Occitanie attire (solde migratoire positif), les nouveaux habitants


privilégient certains territoires au détriment d’autres. L’évolution de la
population est positive autour de Toulouse et Montpellier, le long du littoral,
mais pas dans le reste de la région. Les villes y sont de taille moyenne, par
conséquent, les services du tertiaire supérieur y sont moins présents, de
même que les off res d’emploi.

Pour lutter contre ces inégalités territoriales, l’UE, l’État et la région se sont
engagés dans des actions et des plans en direction des territoires ruraux et
montagnards.

En région Occitanie, le problème d’insertion des jeunes est important, la part


des jeunes de 18-25 ans non insérés (ni en emploi, ni en formation) s’étend
jusqu’à plus de 33 % dans les Pyrénées-Orientales et l’Aude (moyenne
régionale : 23,4 % de jeunes non insérés, contre une moyenne métropolitaine
de 21,7 %).

SchoolMouv.fr La région Occitanie, entre attractivité, concurrence et inégalité : 4 sur 4


Résumé et révision - Géographie | SchoolMouv

Vous aimerez peut-être aussi