Vous êtes sur la page 1sur 15

Fiches

Entreprise et Comptabilité

INTRODUCTION

Entreprise à Organisme dont la fonction principale est la production de biens ou de services destinés
en général à être vendus

Entrepreneur à Fonctions : initiative, direction, innovation, prise de risques

Comptabilité à Principal système d’information de l’entreprise :


• Saisie
• Traitement
• Interprétation des informations intéressant la gestion de tout ou partie du patrimoine d’un
individu, une entreprise ou d’un organisme quelconque

I. Généralités
A. Enregistrement des phénomènes économiques et financiers

à Conserver la trace des actes et opérations pour :


• Suivre le bon déroulement des opérations
• Connaître les conséquences sur le patrimoine

à Concevoir, organiser un système d’enregistrement

B. Evolution des méthodes d’enregistrement


1. Comptabilité en partie simple

à Noter à un seul endroit l’opération effectuée

2. Comptabilité en partie double

à Même opération inscrite à deux comptes différents :


• Point d’entrée : DEBIT
• Point de sortie : CREDIT

C. Tenue de la comptabilité

à Ensemble d’outils complémentaires :


• Journal : façon chronologique
• Grand livre : façon synthétique
• Balance : totaux et soldes des comptes

II. La fonction financière dans l’entreprise


A. Les ressources et moyens

à ressources :
• Propriétaire : apport en capital
• Fournisseurs de marchandises et banquier

à Moyens : emplois

à Utilisation des ressources dans biens durables : actif immobilisé

à Utilisation des ressources dans biens qui vont changer de nature : actif circulant

1
Fiches Entreprise et Comptabilité

B. Les bénéfices

à Bénéfices = Montant des ventes réalisées – cout de revient des produits et services

à Impératifs du chef d’entreprise :


• Prévision des flux monétaires : prévoir besoins en trésorerie et en financement
• Gestion des flux monétaires : assurer l’équilibre entre les entrées et les sorties monétaires

III. La réglementation et l’organisation des domaines de la comptabilité


A. Les sources du droit comptable

à Textes législatifs et réglementaires, Code de commerce, PCG et règlements de Bercy

à IFRS : normes internationales comptables

à Conseil national de la comptabilité, Ordre des experts comptables, commission nationale des CAC,
AMF

B. Principes comptables

à Image fidèle : sincérité

à Comparabilité : indépendance des exercices

à Continuité : comptes annuels établis et interprétés dans la perspective d’une poursuite de l’activité

à Prudence : constater les moins values

Chapitre I : le bilan

SECTION I : L’analyse du bilan

à Le bilan est l’état à une date donnée des éléments d’actif, des éléments passifs et de leurs
différences qui correspond aux capitaux propres

§1. Exemple de bilan


§2. Analyse du passif du bilan

à Ressources qui figurent au passif proviennent :


• Du ou des propriétaires de l’entreprise
• Fournisseurs lorsqu’ils accordent des délais de paiement
§3. L’actif du bilan : les emplois provisoires

à Composé de :
• Actif immobilisé
• Actif circulant
ACTIF – DETTES = CAPITAUX PROPRES

§4. Les emplois définitifs : la perte

à Lorsque Cout de revient > Montant des produits à Perte qu’on appelle « emploi définitif » dans le
langage comptable

2
Fiches Entreprise et Comptabilité

LES COMPTES DE produit et les comptes de charges


§1. Les principes
A. Les produits
1. Le montant net de vente = CA
2. Produits financiers

• Intérêts des sommes prêtées par l’entreprise


• Revenus des VM possédées par l’entreprise
• Escomptes de règlements (réductions de prix obtenues des fournisseurs pour paiement
anticipé)

3. Produits de gestion courante


4. Produits exceptionnels (= qui ne résultent pas de l’activité normale de l’exploitation de
l’entreprise, ex : dégrèvements d’impôt, plus-value de cession d’un bien actif de l’entreprise)

B. Les charges
1. Le cout d’achat des marchandises vendues

CAMV = Stock initial + cout des achats de l’exercice – ensemble des marchandises invendues au
cours de l’exercice

2. Charges exceptionnelles

• Dons : selon réglementation en vigueur


• Pénalités et amendes fiscales
• Créances irrécouvrables : sommes dues par clients en faillite

C. Détermination du résultat

Résultat = produits – charges

1. Détermination des produits = ventes + produits financiers + produits exceptionnels


2. Détermination des charges

à CAMV = stock initial + achat des marchandises – stock final


à Autres charges :
• Location
• Travaux
• Transport
• Impôts etc.
• Personnel
• Charges financières
• Charges exceptionnelles

MÉCANISME DES COMPTES D’ACHAT DES BIENS TRANSFORMABLES

à Si j’achète 10 000€ avec délai de paiement, puis je constate une non conformité de 20% et que je
les retourne :
Achat de marchandises

10 000 2 000

3
Fiches Entreprise et Comptabilité

Fournisseur X

2 000 10 000

PRISE EN COMPTE DE LA VARIATION DU STOCK :

Si solde du compte variation du stock est une augmentation : transféré au débit du compte de résultat
Si solde du compte variation du stock est une diminution : transféré au crédit du compte de résultat

FONCTIONNEMENT DE LA CODIFICATION DU PCG :


à 3 systèmes de comptabilité :
• Système abrégé : pour des petites entreprises
• Système de base : pour moyennes entreprises
• Système développé : pour grandes et moyennes entreprises

à La comptabilité générale permet de :


• Déterminer le résultat d’exercice, de dresser la situation financière et patrimoniale de
l’entreprise.
• Ressortir les coûts d’achat, les coûts de production et le coût de revient.
• Fournir la valeur de stock ainsi que tous les éléments de la situation financière.
• Ressortir le résultat par branche d’activité.

à La comptabilité analytique permet l’étude du rendement analytique aux fins de contrôler les
politiques de production, d’investissement et de vente de l’entreprise

LIVRES OBLIGATOIRES :
• Journal (cotés et paraphés par greffe du TC)
• Grand livre
• Livre d’inventaire (cotés et paraphés par greffe du TC)

à JOURNAL : permet l’enregistrement chronologique des faits comptables

à GRAND LIVRE : fichier de tous les comptes utilisés par l’entreprise

à BALANCE : document intermédiaire qui permet de connaître la situation de l’entreprise sans être
obligé d’établir le bilan. Elle indique l’état actuel des ressources et des emplois
• Permet de connaître la situation de trésorerie de l’entreprise
• Permet de connaître l’importance des achats, ventes, produits et charges
• Sous forme de soldes

à VIREMENT COMPTABLE : transfert d’une somme soit du débit d’un compte vers le débit d’un
autre, soit du crédit d’un compte au crédit d’un autre
• Permet aussi la division d’un compte ou le regroupement de plusieurs comptes

TVA : Différents taux

à 4 taux :

4
Fiches Entreprise et Comptabilité

• Normal : 20% depuis 2014 (mais avant 19,6%) : prestations de services, plupart des produits
manufacturés, certains services à la personne
• Taux intermédiaire : 7% : ventes à consommer sur place et emporter, fournitures de logement
et repas, services d’aide à la personne non taxés à taux normal, travaux des logements privés
achevés depuis plus de 10 ans, activités et opérations agricoles et sylvicoles
• Taux réduit : 5% (aujourd’hui 5,5%) : produits destinés à l’alimentation humaine, les
prestations pour handicapés, services rendus aux personnes handicapées et âgées,
abonnements relatifs aux livraisons d’électricité et fourniture de chaleur, lives et fournitures
de repas dans cantines scolaires
• Taux super-réduit : 2,1% : médicaments remboursables, presse quotidienne et hebdomadaire

à Calcul :
• HT + TVA = TTC
• TTC x 100/100 + taxe = HT = TTC/1,taux

à Fait générateur et exigibilité :


• Fait générateur : fait par lequel sont réalisés les conditions légales nécessaires à l’exigibilité de
la taxe
• Exigibilité : droit que le trésor public peut faire valoir à un moment donné auprès d’un
redevable pour obtenir le paiement de la taxe

à Exemples :
• Livraison biens corporels : fait générateur et exigibilité : délivrance du bien
• Prestations de service et travaux immobiliers :
o Fait générateur : exécution de la prestation
o Exigibilité : encaissement du prix
• Importations : fait générateur et exigibilité : dédouanement
• Acquisitions intracommunautaires :
o Fait générateur :délivrance du bien
o Exigibilité : 15 du mois suivant le fait générateur
• Livraisons à soi-même : fait générateur et exigibilité : 1ère utilisation

TRAVAUX DE FIN D’EXERCICE

à DÉTERMINATION DU RÉSULTAT DE L’EXERCICE

ENRISTREMENT COMPTABLE DES ÉLÉMENTS :


1. Variation du stock sur le plan comptable

à Compte 603 :
• Débit : montant du stock initial par crédit du compte 370 (Stock initial)
• Crédit : montant du stock final par débit du compte 370 (dont le solde = stock final)

370 Stock de marchandises

SI Crédit du SI pour
solde de ce stock
SF

603 Variation des stocks

SI SF

5
Fiches Entreprise et Comptabilité

à Solde 603 :
• Débiteur : charge
• Créditeur : diminution de charge (= donc produit)

2. Virement des comptes de charges et de produit

à Après détermination de la variation du stock, on transfère :


• Soldes débiteurs de compte de charge : solde débiteur du compte variation de stock au débit
du résultat de l’exercice : Compte 120
• Soldes créditeurs des produits : solde créditeur de 603 au crédit du compte de résultat 120

3. Régularisation des comptes

à 4 étapes :
• Inventaire extracomptable : récolement du matériel, outillage, mobilier, marchandises et
valeur du portefeuille
• Régularisation d’ordre dont l’objet est la rectification des comptes dont le solde ne correspond
pas à la situation réelle
• Détermination du résultat
• Etablissement du bilan

RÉGULARISATION DES COMPTES BANQUE


à DIFFÉRENCES ENTRE EXTRAIT DE COMPTE ENVOYÉ PAR LA BANQUE ET LE
COMPTE BANQUE TENU PAR L’ENTREPRISE :
• Erreurs ou omissions dans l’entreprise ou à la banque
• Chèques remis en paiement à des créanciers mais non présentés à l’encaissement
• Décalage entre présentation à l’ordre de chèque et passage effectif des écritures
• Coupons d’intérêts, des dividendes d’actions touchés par la banque alors que l’entreprise ne
sera informée que lors de la réception de l’extrait
• Commissions de la banque sur certaines opérations alors que l’entreprise ne le saura qu’à la
réception de l’extrait

à ETAT DE RAPPROCHEMENT :
• 1000 euros en faveur de l’entreprise qui sont passés chez la banque mais pas chez l’entreprise
• 1000 euros en faveur de la banque qui sont passés chez la banque mais pas chez l’entreprise

31/12/N

512 1 000
760 produits financiers 1 000

-------------------------------------------

660 charges financières 1000

512 1000

6
Fiches Entreprise et Comptabilité

AMORTISSEMENTS DES IMMOBILISATIONS


à ACTIF AMORTISSABLE : actif dont l’utilisation est déterminable

à AMORTISSEMENT : répartition systématique du montant de l’actif en fonction de son utilisation

à PLAN D’AMORTISSEMENT (322-1 PCG) : traduction comptable de la répartition de la valeur


amortissable de l’actif selon le rythme de consommation des avantages économiques attendus en
fonction de son utilisation probable

à AMORTISSEMENTS CUMULÉS : somme des annuités déjà enregistrées en comptabilité

à VNC : valeur obtenue par la différence entre la valeur d’origine et les amortissements cumulés

MODE D’AMORTISSEMENT LINÉAIRE :


Ex : J’achète un bien le 1er janvier N :
Le prix d’achat HT 60 000 euros, durée 5 ans.
100/5 = 20 % L’annuité d’amortissement : 20% de 60 000 = 12 000 euros. Chaque année j’applique à la valeur
d’origine pendant 5 ans les 20 % - 12 000 euros.

Année Valeur d’origine Annuité Valeur nette comptable


d’amortissement
N 60 000 12 000 48 000
N+1 60 000 12 000 36 000
N+2 60 000 12 000 24 000
N+3 60 000 12 000 12 000
N+4 60 000 12 000 0

N = 1er exercice. A la fin de l’année N, la VNC est de 48 000 euros.


Au but de 5 ans, j’aurais le total d’amortissement de 60 000. Comptablement mon bien ne vaut plus rien.
Ex : J’achète le même bien le 1er juillet N.
Normalement, on achète des biens au cours de l’exercice.
1ère année – on calcule prorata temporis : 60 000 x 20 % x 180/360 = la 1er annuité est de 6 000 euros.
Année Valeur d’origine Annuité Valeur nette comptable
d’amortissement
N 60 000 6 000 54 000
N+1 60 000 12 000 42 000
N+2 60 000 12 000 30 000
N+3 60 000 12 000 18 000
N+4 60 000 12 000 6 000
N+5 60 000 6 000 0

MODE D’AMORTISSEMENT DÉGRESSIF :

à Coefficients :
• Durée 3-4 ans : 1,25
• Durée 5-6 ans : 1,75
• Plus que 6 ans : 2,25

Durée d’utilisation de 5 ans coef 1,75, taux normal 20 % ->


20 % x 1,75 = 35 %
1er annuité : 70 000 x 35 % x 10/12 (le nombre de jours considérés) = 20 416,66 euros
N – VNC 70 000 – 20 416,66 = 49 583,34
2ème annuité : on fait le calcul de taux de 35 % sur la VNC de N-> 49 583,34 x 35 % = amortissement
de 17 354,17
N+1 – VNC 32 229,17

7
Fiches Entreprise et Comptabilité

3ème annuité : est-ce qu’on applique le système linéaire ? Il faudra l’appliquer au but d’un moment. On
doit regarder quel système est plus avantageux. Il nous reste 3 ans -> 32 229,17 / 3 = 10 743,05. Si on
applique le système dégressive -> 32 229, 17 x 35 % = 11 280, 21. On continue d’appliquer le système
dégressif car il est plus intéressant que système linéaire. 35 % et plus intéressant que 33 %.
N+ 3 – VNC 20 948, 96
4ème et 5ème annuité : Le 1er janvier on a la VNC de 20 948,96 – si système linéaire -> 50 %
d’amortissement pour 4ème année et 50 % pour la 5ème année = 10 474,48 euros.
Les 3 premières années, il était plus avantageux d’appliquer le taux de 35 %, mais à partir de 4ème
exercice, il est plus intéressant d’appliquer le système linéaire car il nous donne le taux de 50 %.
Année Base Annuité Amortissements Valeur nette
d’amortissement cumulés comptable
N 70 000 20 416, 66 20 416,66 49 583, 34
N+1 49 583,34 17 354,17 37 770,83 32 229,17
N+2 32 229,17 11 280,21 49 051,04 20 948,96
N+3 20 948,96 10 474,48 59 525,49 10 474,48
N+4 20 948,96 10 474,48 70 000 0

à COMPTABILISATION DES AMORTISSEMENTS

Ex : J’achète le 1er janvier une machine pour 12 000, amortissement annuel de 10 %.


31/12
68112 12 000
2815 12 000

Ex : les frais de 1er établissement de l’entreprise sont de 12 000 euros. Ils sont amortissables en 3 ans.
A la fin de chaque exercice considéré, je vais avoir le débit du compte 68111 dotation aux
amortissements sur immobilisations incorporelles 1/3 de 4 000
31/12
68111 4 000
2801 4 000

LA DÉPRECIATION DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES ET


CORPORELLES
à Constitue à la fois :
• Charge d’exploitation calculée et enregistrée au débit de 6816
• Diminution de valeur du bien enregistrée au crédit de 29

Ex : le 31 décembre N – la dépréciation de la valeur du fonds commercial. Le 31/12/N la valeur


actuelle 106 000 euros. La valeur comptable enregistrée est de 130 000 euros. On va constituer une
dépréciation au 31/12/N. -> La dépréciation de 24 000 euros.
VC (prix d’achat) – VA (valeur du marché) = dépréciation de 24 000 euros.

Le 31/12/N j’enregistre au journal.


31/12/N
6816 24 000
2907 24 000

8
Fiches Entreprise et Comptabilité

Le 31 décembre N+1 – nouveau test de dépréciation. Le fonds de commerce est estimé au 31/12/N+1
à une valeur de 110 000 euros. Il y a lieu d’ajuster la dépréciation constitué le 31/12/N.
VA N – 106 000
VA N+1 – 110 000
J’ai une baisse de la dépréciation de 4 000 euros.

On va enregistrer cette évolution de la comptabilité.

31/12
2907 4 000
7816 4 000

DÉPRECIATIONS DES AUTRES ÉLÉMENTS DE L’ACTIF


à CRÉANCES DOUTEUSES :
RECLASSEMENT :
Ex : Au 31 décembre N, l’entreprise constate que le client X est douteux. J’ai un montant TTC de
19 200. Le 31/12/N je vais enregistrer le client douteux dans le compte 416 pour le montant total de la
créance – 19 200. Le compte 411 client X est crédité.
31/12/N
461 19 200
411 19 200

DÉPRECIATION :
Le client X reste devoir 19 200 euros TTC -> j’enregistre dans le compte 416 – c’est un reclassement
de la créance vis-à-vis du client X. La perte probable s’exprime en % du montant HT de la créance. En
fonction des renseignements qu’on a obtenus, on estime la perte probable à 50%.
19 200 TTC/1.20 = 16 000 HT
La perte estimée : 16 000/2 = 8 000 euros.
Je vais donc enregistrer la dépréciation estimée de la créance.
31/12/N
6817 8 000
491 8 000

AJUSTEMENT DE LA DÉPRECIATION :
Ex : le client X nous doit 16 000 HT, le 31 décembre N+1 la situation financière de X s’est améliorée.
Il a réglé au cours de l’exercice N+1 6 000 euros TTC. Quel est le solde de ma créance ?
19 200 – 6 000 = 13 200 TTC
13 200/1,20 = 11 000 HT
On estime la nouvelle dépréciation à 30 % de ce qui nous reste du.
30 % de 11 000 = 3 300 euros
Il faut donc diminuer la dépréciation constituée le 31/12/N : dépréciation de 8000 le 31/12/N
8 000 – 3 300 = 4 700 euros.
Le 31/12/N+1 je vais débiter le compte 491 de 4 700 par le crédit d’un compte 7817.
31/12/N+1
491 4 700
7817 4 700
-X ajustement-

9
Fiches Entreprise et Comptabilité

RÉGULARISATION DE LA CRÉANCE DOUTEUSE POUR SOLDE (perte définitive) :


Ex : le 31/12/N+2 client X a effectué un dernier règlement de 6 600 et la créance devient irrécouvrable
(dépôt du bilan).
19 200 – (6 000 + 6 600) = 6 600 TTC
6 600/1.2 = 5 500 HT
L’entreprise perd la somme de 5 500 euros. L’Etat remboursera la TVA – 1 100 euros.
31/12/N+2
654 5 500
44571 1 100
416 6 600
-X irrécouvrable-
481 3 300
7817 3 300

CAS D’UNE CRÉANCE IRRÉCOUVRABLE AU COURS DE L’EXERCICE


Ex : l’entreprise constate que le client Y est irrécouvrable, j’ai un montant de créance TTC de 7 800
euros.
7 800/1.3 = 6 500 euros HT
TVA = 1 300 euros
31/12/N
6714 6 500
44571 1 300
411 7 800

DÉPRECIATIONS DE TITRES
CONSTITUTION :
Titre Quantité VE VI
A 150 300 350
B 200 240 210

J’ai une plus-value pour A. Par principe, les plus-values ne sont pas enregistrées. Pour le titre B, j’ai
une moins-value -> 200.
Le 31/12/N je vais enregistrer la moins-value dans le compte de 6866.
31/12/N
6866 6 000
590 6 000
-dépréciation valeur B-

AJUSTEMENT :
A la fin de l’exercice N+1
Titre Quantité VE VI
A 150 300 250
B 200 240 215

Titre A – j’ai une moins-value -> 7 500 euros.

10
Fiches Entreprise et Comptabilité

Titre B - (240-215) 200 = 5 000


Il faut ajuster la dépréciation -> j’ai une réduction de 1000 euros.
6 000 – 5 000 = 1 000
31/12/N+1
6866 7 500
2961 7 500
-dépréciation titre A-
590 1 000
7866 1 000

DÉPRÉCIATION STOCKS
à Dépréciation rapportée à un compte de classe 6 par le crédit du compte 39

à Reprise constatée par débit de 39 et crédit de 7817

PROVISIONS POUR RISQUES DE CHARGES


Ex : un licenciement -> au cours de l’exercice N j’ai licencié X pour faute lourde. X saisie la
juridiction compétente (le Conseil de prud’hommes) qui me condamne à payer une certaine somme à
X en réparation de son préjudice. Le risque est né au cours de l’exercice N. Au 31/12/N il faut créer
une provision au risque. L’avocat estime la condamnation à 80 000 euros.
31/12/N
6875 80 000
151 80 000
-litige salarié X-

AJUSTEMENT :
Compte 7875 – reprise sur provision exceptionnelle
Ex : N+1 l’entreprise st condamnée à payer 100 000 euros à X. Motivation du jugement terrible vis-à-
vis de l’entreprise. L’avocat conseille de ne pas faire l’appel. Le 31/12/N+1 j’ai une reprise.
31/12/N+1
151 80 000
7875 80 000

CESSIONS D’IMMOBILISATIONS

à CESSION PROPREMENT DITE : considérée comme produit exceptionnel


Ex : l’entreprise cède le 1er avril N du matériel pour 25 000 euros HT. TVA – 20 %.
1/4/N
512.1 BNP 30 000
775 25 000
44571 5 000
-chèque …-

RÉGULARISATION À L’INVENTAIRE DES CESSIONS


D’IMMOBILISATIONS

11
Fiches Entreprise et Comptabilité

IMMOBILISATIONS NON AMORTISSABLES :


CESSION :
5/10/N
512.1 Société générale 400 000
775 Produits de cession d’élément d’actif 400 000

A LA CLOTURE DE L’EXERCICE AU 31/12/N


Je vais prendre en compte la sortie du terrain et l’annulation de la dépréciation. Mon terrain a perdu sa
valeur auparavant.
31/12/N
675 Valeur comptable des éléments d’actif cédés 500 000
211 Terrain 500 000

La dépréciation était à 10% - 50 000 euros. Elle était dans le compte de charges. Maintenant le terrain
est vendu – on va enregistrer sa sortie. On va reprise de la dépréciation constituée.

2911 Dépréciation du terrain 50 000


7816 Reprise sur dépréciation des immobilisations 50 000
-annulation de la dépréciation-

IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES
TOTALEMENT AMORTIES :
Ex : L’entreprise vend pour 500 euros un matériel de bureau dont le coût d’acquisition était 3 500
euros.
15/9/N
512.1 LCL 500
775 500

A la fin de l’exercice, le bien doit sortir de la comptabilité de l’entreprise :


31/12/N
28183 Amortissement 3 500
2183 3 500

PARTIELLEMENT AMORTIES ET NON DÉPRÉCIÉES


J’ai un bien en cours d’amortissement. Je suis amené à céder ce bien. Ex : j’ai un bien amortissable de
façon linéaire sur 8 ans. Ce bien a été acquis le 1er octobre N-4 pour 80 000 euros HT. L’entreprise est
amenée à vendre ce bien le 1er avril N pour le prix de 25 000 euros.
D’abord j’enregistre la cession :
1/4/N
512.1 Société générale 25 000
775 25 000

Après – j’ai commencé à amortir ce bien à partir du 1er octobre N-4. Aujourd‘hui, année N je vends le
bien. Je dois enregistrer la dotation aux amortissements entre le 1er janvier N et le 31 mars N.
31/12/N
6811 Dotations aux amort 2 500
2815 Amort intalations 2 500

C’est un amortissement linéaire sur 8 ans -> 80 000 x 0,125 x 3/12


1 – La cession ¼
2 – régularisation amortissement le 31/12/N
Je ressorte les éléments de la comptabilité le 31/12/N

12
Fiches Entreprise et Comptabilité

Achat le 1er octobre N-4, dans ma comptabilité :


N-4 2 500
N-3 10 000
N-2 10 000
N-1 10 000

Entre l’achat et la vente du bien, j’avais constitué les dotations aux amortissements pour 32 500 euros
au 1er janvier N. Au moment de la cession, j’ai un total d’amortissement de 32 500 + 2 500 = 35 000
euros. J’ai une valeur nette comptable de 45 000 euros au moment de la cession (80 000 – 35 000 =
45 000).

Le 31/12/N j’enregistre au débite de 675 la valeur comptable des éléments d’actif cédés et au débit de
compte 2815 amortissement par le crédit de compte 215 – installations technique.
31/12/N
675 45 000
2815 35 000
215 80 000

L’entreprise a acheté le bien pour 80 000 qu’elle pouvait amortir sur 8 ans. Pour certaine raison elle a
décidé de le vendre. Au moment de la vente, le bien a une valeur comptable de 45 000 euros.
L’entreprise a donc subi une moins-value de 20 000 euros. Cette moins-value solde des compte 675 et
775 sera supportée par l’exercice N au cours duquel le bien a été vendu

PARTIELLEMENT AMORTIES ET DÉPRÉCIÉES


Ex : L’entreprise est propriétaire d’un bien immobilier (ex : construction). Elle cède son bien le
31/12/N.
213 Construction solde débiteur 100 000
2813 Amortissement constructions solde créditeur 65 000
2913 Dépréciation constructions solde créditeur 5 000
VNC = valeur d’origine – amortissements cumulés - dépréciation
100 000 – 65 000 – 5 000 = 30 000 VNC

Le 31/12/N je récupère les dépréciations.


32/12/N
2913 dépréciations constructions 5 000
7812 reprise 5 000

31/12/N
675 valeur comptable 35 000
2813 Amortissement constructions 65 000
213 construction 100 000

Le compte 675 correspond à la VNC + la dépréciation, cad 30 000 + 5 000 = 35 000. Ce compte
correspond aussi à la valeur d’origine moins les amortissements enregistrés : 100 000 – 65 000 =
35 000.
Je vende mon terrain pour 120 000 euros. Il y a une plus-value.
31/12/N
512 120 000
775 120 000

13
Fiches Entreprise et Comptabilité

RÉGULARISATION DES AUTRES CHARGES ET PRODUITS

CHARGES À PAYER
COMPTABILITÉ DE FIN D’ANNÉE :
FACTURE NON PARVENUE :
31/12/N
607 4 000
408 4 000
-fournisseur X facture non parvenue-

CONGÉS PAYÉS DU PERSONNEL :


31/12/N
6412 45 000
428 45 000

INCIDENCE SUR LA COMPTABILITÉ N+1


Dès la réception des documents, on annule les écritures puis on les enregistre normalement :
1/1/N+1
408 4 000
428 45 000
607 4 000
6412 45 000
-contrepassation des écritures de fin de l’exercice-

CHARGES CONSTATÉES D’AVANCE


COMPTABILITÉ DE FIN D’ANNÉE :
On a payé le 1er octobre N la prime d’assurance pour 12 000 euros. La prime concerne les 12 mois à
venir à compter du 1er octobre N. La prime payée concerne 9 mois de l’année N+1 soit le montant de
9 000 euros.
Le 31/12/N
486 charges constatées d’avance 9 000
616 9 000
-report à l’exercice N+1 de 9/12 de la prime-

INCIDENCE SUR COMPTABILITÉ N+1 : Annulation et enregistrement normal


1/1/N+1
616 9 000
486 9 000
-contrepassation des écritures de fon de l’exercice N prime d’assurance-

RÉGULARISATION DES PRODUITS :

PRODUITS À RECEVOIR
Le 31/12/N
418 1 250

14
Fiches Entreprise et Comptabilité

707 1 250

LES INCIDENCES SUR LA COMPTABILITE DE L’EXERCICE SUIVANT :


A l’ouverture de l’exercice, je procède à la contrepassation.
1/1/N+1
707 1 250
418 1 250
-contrepassation de fin de l’exercice N concernant X-

PRODUITS CONSTATÉS D’AVANCE


Ex : l’entreprise a reçu le 1er décembre N le montant du loyer trimestriel terme échoir pour 6 000
euros. Ce loyer perçu concerne deux mois de l’année N+1 pour le montant de 4 000 euros. J’ai
encaissé le 1er décembre le loyer. Le 31 décembre :

Le 31/12/N
708 produits des activités annexes 4 000
487 produits constatés d’avance 4 000
-loyer de janvier et février N+1-

Le 1 janvier N+1 :
487 4 000
708 4 000
-report dans le nouvel exercice le loyer janvier et février N+1-

15