Vous êtes sur la page 1sur 42

Formation du 7 février 2019

LES DIFFERENTES JURIDICTIONS

Boris SARCY
Le but de cette formation

● Maîtriser l’environnement judiciaire


● Comprendre la composition des différentes

juridictions et leurs compétences


● Être capable d’orienter une personne vers

la juridiction compétent

Les différentes juridictions 2


Ordre judiciaire et Ordre administratif

Les différentes juridictions 3


Les acteurs de la justice

● Les juges
● Le greffe
● Les avocats
● Les huissiers
● Les commissaires priseurs
● Les notaires
● Les délégué du procureur
● Les médiateurs/Les conciliateurs

Les différentes juridictions 4


Les juridictions pénales (instruction)

Définition de l’instruction : C’est une phase de l'instance


pendant laquelle un juge cherche à établir l'existence
d'une infraction et à déterminer si une juridiction (tribunal
correctionnel ou cour d'assises) peut être saisie au regard
des charges figurant à l'encontre des personnes
poursuivies.
Il existe deux juridictions d’instruction :
– Le juge d’instruction
– La chambre de l’instruction

Les différentes juridictions 5


Instruction : le juge d’instruction
Magistrat du siège nommé par décret (droit commun/spécialisation financière ou crime organisé
(JIRS))
Il instruit à charge et à décharge (ne statue si sur la culpabilité ni sur la peine)
Il est saisi par le procureur de la République ou par constitution de partie civile :
● Obligatoire pour les crimes
● Facultative pour les délits

● Exceptionnelle pour les contraventions

Le juge instruit seul sauf affaires complexes


Il possède des pouvoirs d’enquête et d’investigation
● Expertises, commissions rogatoires, interrogatoires, auditions, confrontations,
reconstitutions, transport sur les lieux, écoutes téléphoniques, mandats (de comparution,
d’amener ou de recherche)
● Pouvoirs juridictionnels (par ordonnance)

● Mise en examen, placement sous contrôle judiciaire, mise en liberté, non-lieu, demande

de placement en détention provisoire au JLD, ordonnance de renvoi devant le


● TC/TP/TPE, ordonnance de mise en accusation

Les différentes juridictions 6


Instruction : la chambre d’instruction
A succédé à la chambre d’accusation depuis le 01/01/2001 (origine : jurys
d’accusation sous la révolution), avec suppression du double degré d’instruction
(instauration de l’appel des arrêts d’assises)
Composition : Audience tenue par 3 conseillers dont un président (nommé par
décret), en présence du parquet général, assistés d’un greffier, au moins une fois
par semaine
Statue sur les recours contre les décisions du juge d’instruction ou du JLD ou la
régularité des actes d’instruction, peut ordonner elle-même des actes d’instruction
● Autres attributions de la chambre de l’instruction : Pouvoir disciplinaire sur les APJ et
OPJ, extradition, réhabilitation judiciaire, incident/exécution des arrêts d’assises,
rectification du casier judiciaire, contentieux relatif aux frais de justice
● • Attributions spécifiques du président de la chambre de l’instruction : Surveillance
des juges d’instruction, visite des maisons d’arrêt, contrôle de la durée de
l’instruction, référé-liberté, délivrance d’un mandat d’amener, d’arrêt ou de recherche

Les différentes juridictions 7


Instruction : Focus juge des libertés et de la détention

Créé par la loi du 15 juin 2000 - Nommé par décret depuis le


01/09/17 (J21)
● Compétence exclusive :
En matière de détention provisoire sur saisine du juge
d’instruction ou pour permettre la comparution immédiate
du prévenu devant le tribunal correctionnel dans les 3 jours
Pour prolonger la garde à vue au-delà des 48h en cas
d’infraction terroriste ou de délinquance organisée
● Compétence partagée avec le juge d’instruction pour le
placement sous contrôle judiciaire (CJ)

Les différentes juridictions 8


Instruction : Focus juge des libertés et de la détention

Créé par la loi du 15 juin 2000 - Nommé par décret depuis le


01/09/17 (J21)
● Compétence exclusive :
En matière de détention provisoire sur saisine du juge
d’instruction ou pour permettre la comparution immédiate
du prévenu devant le tribunal correctionnel dans les 3 jours
Pour prolonger la garde à vue au-delà des 48h en cas
d’infraction terroriste ou de délinquance organisée
● Compétence partagée avec le juge d’instruction pour le
placement sous contrôle judiciaire (CJ)

Les différentes juridictions 9


Instruction : Schéma

Les différentes juridictions 10


Les juridictions pénales de jugement

Les juridictions de droit commun


En première instance :
✔ Le tribunal de police

✔ Le tribunal correctionnel

✔ La cour d’assises

En seconde instance :
✔ Chambre des appels correctionnels

✔ Cour d’assises d’appel

La Cour de cassation

Les juridictions spéciales :


✔ Les juridictions pour mineur

✔ Le tribunal pénal des affaires militaires

✔ Le tribunal des affaires maritimes

✔ Les juridictions interrégionales spécialisées

✔ Les juridictions politiques (Haute cour de justice ; Cour de justice de la

République)

Les différentes juridictions 11


Le tribunal de police

Tribunal d'instance TGI siégeant en matière pénale depuis le 01/07/17 (J21) pour
juger les contraventions (concentration de la chaine pénale au TGI)
✔ Composition :

Contraventions des 4 premieres classes ̀ : Présidé par un juge du TGI ou un


magistrat à titre temporaire (MTT) / ministère public représenté par le procureur de la
République ou ̀́le commissaire de police (OMP)
Contraventions de la 5eme classe ̀ : Présidé par un juge du TGI / ministère public ̀
représenté par le procureur de la République ́
Exception : Un MTT peut présider l'audience du TP de 5eme classe s'il s'agit
d'amendes forfaitaires

Il statue à juge unique


En premier ressort : En présence d’une partie civile, en 5ème classe, en 4ème classe
si amende ou cumul des amendes prononcée(s) >150€. Il statue en dernier ressort
dans les autres cas.
C’est une procédure orale, publique et sans avocat obligatoire
Les peines pouvant être prononcées sont des amendes de 750€ à 3000€ (pas
d’emprisonnement possible)
Troisième voie possible (pas d’audience de police) : Compositions et ordonnances
pénales (Opposition possible en matière d’OP dans les 45 jours devant le tribunal
correctionnel) Les différentes juridictions 12
Le tribunal correctionnel

Tribunal de grande instance siégeant en matière pénale : Juge les délits et


contraventions connexes  Statue sur la culpabilité : Peine maximale de 10 ans
d’emprisonnement (20 ans en cas de récidive), amende encourue d’au moins 3750€
et sur l’indemnisation de la partie civile (renvoi éventuel en LDI)

Selon la taille de la juridiction, il existe une ou plusieurs chambres correctionnelles et


des chambres spécialisées en matière économique et financière
● Principe de publicité de l’audience sauf huis clos
➢ Deux types de composition possibles :

● Audience collégiale présidée par un magistrat du TGI + 2 assesseurs (qui

peuvent être des magistrats à titre temporaire (MTT) + procureur ou substitut


assistés d’un greffier
● Audience à juge unique + procureur ou substitut assistés d’un greffier : Peine

d’emprisonnement encourue ≤ 5 ans, sauf CJ, DP ou comparution immédiate


(Audience collégiale)

● Troisième voie possible depuis le 01/10/2004 : CRPC= Comparution sur


reconnaissance préalable de culpabilité (peine encourue: ≤ 5 ans) : Entretien (non
public) avec le procureur : Audience publique à juge unique (CPC possible)

Les différentes juridictions 13


La Cour d’assises et cour d’assises d’appel

Création du « tribunal criminel » sous la révolution, remplacé par la Cour d’assises en


1810. Magistrats professionnels et jury décident conjointement de la culpabilité et de
la peine depuis 1942.
✔ Juridiction départementale et non permanente : Siège par sessions
✔ Juridiction échevinale comportant un jury populaire :

3 magistrats professionnels dont un président (président de chambre ou conseiller


à la Cour d’appel) + 6 jurés (9 en appel)= citoyens ≥ 23 ans tirés au sort sur les listes
électorales
qui prêtent serment (faculté de récusation de 5 jurés par la défense et de 4 jurés par
l’accusation pour chaque affaire)
Avocat général si la Cour d’appel est le siège de la Cour d’assises ou procureur de la
République ou substitut si la Cour d’assises siège au TGI
Greffier de la Cour d’appel ou du TGI

Débats publics sauf huis clos


Enregistrement sonore facultatif des débats
Juge les crimes et infractions connexes / peine maximale= réclusion à perpétuité
Feuille de motivation obligatoire depuis le 01/01/2012 (annexe à la feuille des
questions)

Les différentes juridictions 14


La cour d’appel chambre correctionnelle

Composition : 1 président de chambre et deux conseillers, le procureur général ou un


avocat général ou un substitut, un greffier

But :
- elle peut, sur l'appel du ministère public, soit confirmer le jugement, soit l'infirmer en
tout ou en partie dans un sens favorable ou défavorable au prévenu,
- en revanche elle ne peut, sur le seul appel du prévenu, du civilement responsable,
de la partie civile ou de l'assureur de l'une de ces personnes, aggraver le sort de
l'appelant.

Compétence : Appels des tribunaux correctionnels et des tribunaux de police du


ressort ; Sur renvoi après cassation, la chambre des appels correctionnels juge
les affaires déjà jugées en première instance par d’autres cours d’appel ou par
des juridictions extérieures à son ressort.

Les différentes juridictions 15


Les juridictions d’application des peines

Les différentes juridictions 16


Le juge d’application des peines/ Tribunal de l’application des peines/
Chambre d’application des peines
Juge unique du TGI :
• Assure l’individualisation de l’exécution de la peine = aménagement sous diverses formes
: PSE (placement sous surveillance électronique), liberté surveillée, semi-liberté,
autorisations de sortie, obligations relatives au sursis avec mise à l’épreuve, libération
conditionnelle
• Décide des modalités de la contrainte pénale par délégation du tribunal correctionnel
• Accorde des crédits de réduction de peines supplémentaires après avis de la commission
d’application des peines (CAP, siégeant au sein de l’établissement pénitentiaire)
• Accorde la libération sous contrainte (peines de moins de 5 ans) après avis éventuel de la
CAP

TRIBUNAL D’APPLICATION DES PEINES (TAP)


● Juridiction départementale composée de 3 JAP (dont celui de l'établissement
pénitentiaire où le condamné est détenu)
• Aménagement de peine ou relèvement de la période de sûreté (si peine prononcée ≥10
ans ou reste de la peine ≥3 ans)

CHAMBRE D’APPLICATION DES PEINES (CHAP – COUR D’APPEL)


• Examine les recours contre les décisions :
• Du JAP : 3 conseillers de la Cour d’appel
• Du TAP : 3 conseillers de la Cour d’appel + 1 responsable d’une association de
réinsertion des condamnés + 1 responsable d’une association d’aide aux victimes
Les différentes juridictions 17
Les juridictions pour mineurs
PRINCIPES APPLICABLES AUX MINEURS
• Application de l’ordonnance du 02/02/1945
• Débats et prononcé à huis clos
• Spécialisation des juridictions/Rôle du SEAT=service éducatif auprès
du tribunal/procédure orientée vers l’éducation et la réinsertion
• Mineur de moins de 13 ans : Mesures éducatives (admonestation,
remise à parent) ou sanction éducative à partir de 10 ans
(confiscation, interdiction de rencontrer la victime…)
• Mineur de 13 à 16 ans : peut être condamné à une peine, réduite
de moitié du fait de l’excuse obligatoire de minorité
• Mineur de 16 à 18 ans : peine pouvant être atténuée par l’excuse
de minorité

Les différentes juridictions 18


Le juge des enfants
Juge unique du TGI, nommé par décret (3 ans renouvelables),
compétent pour les contraventions de 5ème classe et délits
commis par les mineurs
• Possède des attributions civiles (assistance éducative quand
les conditions de santé, d’éducation et de moralité du mineur
sont gravement compromises : placement, remise à un tiers)
• Peut prononcer uniquement, en matière pénale, des mesures
et sanctions éducatives en chambre du conseil
• Est également juge d’instruction des délits commis par les
mineurs (crimes : juge d’instruction) et juge d’application des
peines

Non cumul des fonctions d’instruction et de jugement pour un


même JE depuis l’arrêt du Conseil constitutionnel du 8/07/2011

Les différentes juridictions 19


Le tribunal pour enfants/ chambre spéciale des mineurs

✔ TRIBUNAL POUR ENFANTS (TPE)


● 156 TPE en France, au moins 1 TPE par département
● Présidé par un juge des enfants + 2 assesseurs= juges non
professionnels ≥ 30 ans, reconnus pour leur compétence et leur
intérêt pour les problèmes de l’enfance, nommés pour 4 ans sur
proposition du premier président de la Cour d’appel (prêtent
serment, ne sont pas rémunérés mais indemnisés)
● Procureur représenté par un substitut des mineurs
● Compétent pour juger et prononcer les peines relatives aux :
Délits et contraventions de 5ème classe commis par les mineurs
Crimes commis par les mineurs < 16 ans
✔ CHAMBRE SPECIALE DES MINEURS (COUR D’APPEL)
● 1 président, 2 assesseurs (magistrats professionnels uniquement)
➔ Chambre spécialisée de la Cour d’appel connaissant de l’appel :

● Des décisions du JE en matière d’assistance éducatives (civiles)

➔ Des jugements pénaux du tribunal de police, du JE ou du TPE

Les différentes juridictions 20


La cour de cassation (chambre criminelle)

✔ 3 conseillers de la Cour de cassation


✔ Compétente en cas de pourvoi en cassation contre l’arrêt de la
chambre spéciale des mineurs ou de la Cour d’assises d’appel
des mineurs

Les différentes juridictions 21


Les juridictions civiles

Les différentes juridictions 22


TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE
Origines du TGI = Tribunal de district instauré par la loi des 16-24/08/1790
Tribunal départemental (Directoire)  Tribunal d’arrondissement
(Consulat)Ordonnance du 22/12/1958 retient l’appellation de TGI

Actuellement 158 TGI : Absence de concordance avec l’organisation


administrative

Au moins 1 TGI dans le ressort de chaque Cour d’appel (art.L211-2 COJ)

Possibilité de chambre (L.212-18 COJ) et greffe détachés (L.212-17-1 COJ)


et d’audiences foraines (R.124-2 COJ)

Au moins 3 juges par TGI

TGI organisé en chambres s’il comporte au moins 5 juges


Possibilité d’organisation en pôles coordonnés par des magistrats
(magistrat : Animation / directeur des services de greffe : Administration)
Président du TGI

• Fonctions administratives :

Assure l’administration générale et note les juges
• Répartit les affaires et affecte les magistrats dans les chambres

Dirige les assemblées générales (AG) des magistrats du siège, du
siège et du parquet, et l’AG plénière


Fonctions juridictionnelles : Juge des référés et des requêtes, baux
commerciaux (contestation du prix du bail révisé ou renouvelé, sinon TGI)

Procureur de la République

Dirige et conduit l’action publique (assisté de procureur-adjoints, vice-


procureurs et substituts selon la taille de la juridiction)
Supérieur hiérarchique des magistrats du parquet
Préside l’assemblée générale des magistrats du parquet
Exerce un pouvoir de surveillance sur les officiers publics ministériels et
d’état civil (rectification des actes d’état civil  mairie depuis le 10/05/2017 (J21)
TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE - SUITE

Directeur de greffe (article R.123-3 et suivants COJ)

Fonctions administratives :
• Dirige les services du greffe sous l’autorité des chefs de juridiction
• Exprime les besoins humains et matériels de la juridiction
• Répartit les moyens alloués, exécute le budget

Fonctions juridictionnelles :

* Responsabilité propre (non délégables) :


-Conservation des minutes et des archives
-Conservation des pièces à conviction

• * Délégation possible à un directeur des services de greffe judiciaire :


• Délivrance d'une seconde copie exécutoire
• Vice-présidence du bureau d’aide juridictionnelle
• Attributions en matière civile : Délivrance d’un certificat de reconnaissance
transfrontalière, déclaration commune d’autorité parentale et vérification des
dépens
FORMATIONS ADMINISTRATIVES

• Comité de gestion : Chefs de juridiction + directeur de greffe au moins 1


fois/mois
• Projet de juridiction (J21) élaboré à l’initiative des chefs de juridiction :
Concertation et présentation pour avis à l’assemblée plénière, partiellement au
conseil de juridiction (J21)

ORGANISMES CONSULTATIFS

• Assemblées générales (au moins 1 fois/ an en novembre) : Fonctionnaires,


magistrats du siège, magistrats du parquet, magistrats du siège et du parquet,
plénière – règlement intérieur et bureau pour chaque assemblée
Préparation des AG au sein des commissions restreinte et plénière
Emission d’un avis : Nombre et jours d’audience, répartition des fonctionnaires et
magistrats, horaires d’ouverture au public…

• Conseil de juridiction : Coprésidé par les chefs de juridiction, lieu d’échanges


et de communication entre la juridiction et la cité au moins 1 fois/an
(absence de contrôle sur l’activité juridictionnelle et l’organisation de la juridiction)
COMPETENCES JURIDICTIONNELLES DU TGI

Compétence générale pour tout litige :

Supérieur à 10.000€

Indéterminé : Droit des personnes et de la famille


Compétences exclusives du TGI (art.L211-4-1 et s., R.211-4 du COJ) : Etat des personnes,
successions, actions immobilières, procédures collectives des agriculteurs et personnes morales non
commerçantes, actions de groupe, diffamation, inscription de faux, recours contre la décision du TI
en cas de titre perdu ou volé, juridiction disciplinaire des commissaires-priseurs, huissiers de justice
et notaires, réparation d’un dommage corporel (J21)…


Compétences exclusives de certains TGI à compétence élargie : Contentieux social (à compter du
01/01/2019, J21), propriété intellectuelle, littéraire et artistique, reconnaissance de l’adoption à
l’étranger, nationalité (recours contre le refus de certificat de nationalité française émanant du
directeur de greffe du TI)…


Statue en premier ressort/à charge d’appel sauf compétence exclusive et litige inférieur à 4.000€


Principes de collégialité (1 président, 2 assesseurs) et de publicité des débats
Audiences à juge unique : JAF, JEX, référé, juge de l’expropriation, JUDEVI
Audiences en chambre du conseil : Divorce, état des personnes, assistance éducative...
Renvoi en juge unique sur décision du président du TGI ou du président de chambre
Renvoi en formation collégiale toujours possible à la demande des parties
JUGES SPECIALISES DU TGI
• JUGE AUX AFFAIRES FAMILIALES (JAF) : Changement de régime matrimonial,
divorce, séparation de corps ou de biens, prestation compensatoire, exercice
de l’autorité parentale, modalités d’entretien et d’éducation de l’enfant,
tutelles mineurs, concubinage, PACS, obligation alimentaire, protection contre
le conjoint violent ou le mariage forcé, changement de prénom
( mairie(J21))

• JUGE DE L’EXECUTION (JEX/délégation du président) : Difficultés liées au


titre exécutoire et contestations liées à l’exécution forcée, mesures
conservatoires, saisies immobilières, contestation du paiement direct de la
pension alimentaire

• JUGE DE L’EXPROPRIATION (compétence départementale)

• JUGE CHARGE DU CONTRÔLE DES EXPERTISES


JUGES SPECIALISES DU TGI - SUITE

• JUGE DE LA MISE EN ETAT (JME) : Impartit des délais pour conclure, prononce des
injonctions, statue sur les incidents de communication, accorde une provision, ordonne une
mesure d’instruction, prononce la clôture des débats (juge rapporteur)

• JUGE DELEGUE AUX VICTIMES (JUDEVI) : Interlocuteur des associations d’aide aux
victimes, veille à la prise en compte de leurs droits et préside la CIVI = Commission
d’indemnisation des victimes d’infraction en cas d’infraction commise par un auteur inconnu ou
insolvable, indemnité versée par le FGTI= Fonds de garantie des victimes d’actes de terrorisme et
d’autres infractions
(assesseurs de la CIVI : Magistrat du siège + juge non professionnel)

• JUGE DES LIBERTES ET DE LA DETENTION (JLD) : Attributions mixtes :



Rétention des étrangers : Apprécie la légalité du placement en rétention dans un délai de
48h à compter de la notification du placement

Soins et hospitalisation sous contrainte : Statue dans les 12 jours (puis tous les 6 mois)

Matière pénale : Contrôle judiciaire, détention provisoire, interception des
correspondances numériques et accès aux données informatiques, autorisation des
perquisitions de nuit, report de l’information d’un tiers en cas de prolongation de garde à
vue
Loi J21 : Nommé par décret du président de la République, sur proposition du garde des
Sceaux, après avis conforme du CSM
TRIBUNAL D’INSTANCE

Loi des 16-24/08/1790 instaure la justice de paix : Juge élu par canton
Les juges de paix sont nommés depuis le Consulat
Ordonnance du 22/12/1958 retient l’appellation de tribunal d’instance
et unifie le mode de recrutement des juges du TGI et du TI

305 TI – 1 TI par arrondissement – audiences foraines possibles

• Juridiction d’exception : Connaît des litiges que la loi lui attribue expressément :

• Demande personnelle et mobilière ou injonction de payer ≤ 10.000€


• Compétences juridictionnelles : Baux à usage d’habitation, tutelles, contestation de
funérailles, dommages causés aux récoltes et gibiers, actions relatives au voisinage
(bornage), titres perdus ou volés (appelTGI) , litige entre marin et armateur,
objets abandonnés chez les hôteliers et garde-meubles, saisie des rémunérations,
crédit à la consommation (plafond), contentieux électoral, procédure européenne de
règlement des petits litiges, contestation des mesures recommandées par la banque
de France (restriction de la compétence depuis le 01/01/18 (J21)), PACS (01/11/17
 Mairie (J21))
• Compétences non juridictionnelles du juge d’instance : Présidence du conseil de
famille, réception de certaines prestations de serment (clercs d’huissier, agent de
police municipale…Compétence partagée avec le TGI), procurations de vote
(compétence partagée avec le directeur des services de greffe judiciaires du TI)
TRIBUNAL D’INSTANCE-SUITE


Statue à juge unique et en premier ou dernier ressort


Tentative de conciliation obligatoire pour tout litige < 4.000€ depuis le
18/11/2016 (J21), sauf exceptions :
• Demande d’homologation d’un accord
• Autre tentative de règlement amiable du litige
• Motif légitime


Compétences propres du directeur de greffe : Nationalité (certificat de
nationalité française (CNF) et déclarations), vérification des comptes de tutelles
 Délégation possible au greffier chef de greffe (article L.222-4 du COJ (J21))

• Un magistrat exerce les fonctions de juge chargé de la direction et de


l’administration du tribunal d’instance + juge des référés et injonctions de
faire

• Assemblées générales :

Des magistrats s’il sont au moins 3

Des fonctionnaires s'ils sont au moins 10
Chantiers de la justice : TGI  Tribunal judiciaire
TI  Tribunal de proximité avec extension possible de ses compétences :
Contentieux familial après divorce, CRPC, ordonnances et compositions
pénales, contraventions et petits délits
Projet de loi de programmation pour la justice : Fusion du TI et TGI  TGI

TRIBUNAL PARITAIRE DES BAUX RURAUX (TPBR)

Le gouvernement de Vichy avait créé des commissions paritaires de conciliation et de jugement des
preneurs et bailleurs d’immeubles ruraux.


Compétent pour trancher le litige entre le propriétaire d’un immeuble rural (bailleur) et l’exploitant
(fermier ou métayer, appelé preneur)

Compétence territoriale à raison du lieu de situation de l’immeuble
• Un TPBR par tribunal d’instance (peut être organisé en sections : Fermage/métayage)

Juridiction non permanente : Se réunit par sessions selon le nombre et la fréquence des affaires à juger
• Statue en premier ou dernier ressort
• Tentative de conciliation obligatoire en chambre du conseil

Débats publics ou en chambre du conseil
• Juridiction échevinale : Présidée par un juge d’instance (juge des référés), assisté de 4 assesseurs (2
bailleurs et 2 preneurs) désignés pour 6 ans renouvelables par les organisations syndicales les plus
représentatives depuis le 01/01/2018 (élection (J21))
• Conditions pour être assesseur : Au moins 26 ans + jouissance des droits civils et civiques + bailleur ou
preneur depuis au moins 5 ans
CONSEIL DE PRUD’HOMMES

Origine : Milieu des « soyeux » à Lyon : Juridiction paritaire chargée de


concilier et de juger, supprimée à la révolution car considérée comme corporatiste,
rétablie et généralisée par Napoléon.

• 209 Conseils de prud’hommes

• Compétents pour tout litige né du contrat de travail ou d’apprentissage de


droit privé - compétence géographique : Lieu de travail, à défaut domicile du
salarié ou lieu de signature du contrat

• Juridiction paritaire composée de conseillers employeurs et salariés

• Juges désignés parmi les syndicats les plus représentatifs pour une durée de 4
ans renouvelables (élections – depuis 2018) – conditions : Au moins 21 ans, jouir de
ses droits civiques et justifier d’une activité professionnelle d’au moins 2 ans sur les 10
dernières années

• Répartition des conseillers en sections : Agriculture, activités diverses, commerce,


encadrement et industrie
CONSEIL DE PRUD’HOMMES - SUITE
Représentation non obligatoire et procédure orale (toutefois, le BCO a un rôle
de mise en état de l’affaire)

Présidence alternante chaque année entre collèges employeurs et salariés du


CPH et de chaque section (élections lors de l’assemblée générale) :
Rôle de discipline du président et vice-président vis à vis des conseillers : Respect
des règles d’indemnisation, présidence du bureau administratif

Les formations juridictionnelles :


• Bureau de conciliation et d’orientation : 2 conseillers
• Bureau de jugement : 2 ou 4 conseillers
• Référé : 2 conseillers
• Départage : Audience présidée par un juge d’instance (juge départiteur) assisté
de 2 ou 4 conseillers

Directeur de greffe placé sous l’autorité directe des chefs de Cour


JURIDICTIONS SOCIALES
TRIBUNAL DES AFFAIRES DE SECURITE SOCIALE (TASS)
Compétent pour le contentieux de la sécurité sociale (statue en cas d’échec devant la
commission de recours amiable de la SS)
Présidé par un juge du TGI assisté de 2 assesseurs (employeur ou travailleur indépendant et
salarié) nommés pour 3 ans par le premier président de la Cour d’appel (syndicats les plus
représentatifs)
Greffe tenu par des agents du ministère des affaires sociales
Procédure orale et sans avocat obligatoire
Appel devant la chambre sociale de la Cour d’appel

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX DE L’INCAPACITÉ (TCI)


Compétent en cas d’inaptitude au travail ou d’invalidité
Juridiction d’appel : La CNITAAT= Cour nationale de l’incapacité et de la tarification de
l’assurance des accidents de travail – Juridiction nationale siégeant à Amiens

Loi du 18/11/2016 (J21) : Transfert des compétences des juridictions sociales vers les
TGI (pôles sociaux) avec comme juridictions d’appel= Cours d’appel à compter du
01/01/2019
ORGANISATION JUDICIAIRE – COUR D’APPEL (CA)

• 36 Cours d’appel (localisation= celle du Parlement sous l’Ancien Régime) :


Absence de concordance avec l’organisation administrative

• Juridiction du second degré de droit commun depuis 1958


(double degré de juridiction)

• Procédure écrite, avec avocat obligatoire sauf exceptions : Assistance


éducative, tutelles, matière sociale

• Principe de publicité des débats

• Juridiction placée sous l’autorité des chefs de Cour : Premier président et


procureur général, assistés du directeur de greffe

• Chaque chambre comporte un président et des conseillers


COUR D’APPEL (CA) - SUITE
• Audience solennelle (robes rouges) notamment en cas de renvoi après
cassation en matière civile : Premier président + 4 assesseurs issus de 2
chambres

• Assemblée des chambres= réunion des deux premières chambres de la Cour :


Prestation de serment et installation des magistrats et du directeur de greffe
(installation des chefs de Cour devant l’ensemble des chambres)

• Compétences du premier président :


• Administratives : Répartition des affaires entre les chambres, inspection des
juridictions du ressort

Juridictionnelles :
• Référé ou « en la forme des référés » (arrêt de l’exécution provisoire…) en cas
d’urgence
• Requête lorsque les circonstances exigent l’absence de contradiction
• Détention provisoire injustifiée
• Appel des ordonnances du JLD en matière de rétention administrative des étrangers

31/05 et 01/06/18 - Rudy DUFAYEL


COUR D’APPEL (CA) - SUITE

• Procureur général : Conduite de l’action publique, autorité hiérarchique sur


les magistrats du parquet, inspection des juridictions du ressort

• Parquet général placé sous l’autorité du procureur général et composé de


procureurs généraux, avocats généraux et substituts généraux

• Assemblées générales des magistrats du siège/ du parquet/du siège et du


parquet/des fonctionnaires / plénière

• Chefs de Cour= Conduite de la politique régionale, assistés par le SAR


(service administratif régional), placé sous la responsabilité du directeur
délégué à l’administration régionale judiciaire (DDARJ) secondé par les
responsables de gestion : RGRH, RGB, RGBMP, RGBPI, RGI et RGF
Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque
COUR DE CASSATION

Origine = « Conseil des parties », chargé d’examiner les recours contre les arrêts
des Parlements avant la Révolution
Création du tribunal de cassation en 1790, conçu comme le protecteur du pouvoir
législatif, remplacé par la Cour de cassation en 1804

• Juridiction suprême de l’ordre judiciaire, appelée « Haute juridiction » ou


« Cour suprême »
• Juridiction unique siégeant au palais de justice de Paris
• Statue uniquement en droit (faits)
• Rôle d’unification de la jurisprudence (bulletins mensuels, rapport annuel
au garde des Sceaux)
• Procédure écrite et représentation obligatoire par un « avocat aux
Conseils » (monopole)
COUR DE CASSATION-SUITE
* Juridiction placée sous l’autorité du Premier président, situé au sommet de la
hiérarchie de l’ordre judiciaire et du procureur général à la tête du parquet, assistés
chacun d’un directeur de greffe (243 fonctionnaires au siège, 22 au parquet)

• Répartition des magistrats du siège en 6 chambres (3 civiles, 1 commerciale, 1


sociale et 1 criminelle) avec chacune un président + 217 conseillers, conseillers
référendaires (voix consultative sauf si rapporteurs) et auditeurs (affectés au service
de documentation et d’études)

• Parquet général autonome composé, outre le procureur général près la Cour de


cassation, de 6 premiers avocats généraux, 49 avocats généraux et avocats généraux
référendaires

Fonctions non juridictionnelles de la Cour de cassation :


• Saisine pour avis (question de droit nouvelle et difficulté sérieuse se posant dans de
nombreux litiges)
• Commission nationale de réparation des détentions
• Commission de révision des condamnations pénales
• Commission de réexamen d’une décision pénale suite à un arrêt de la CEDH
• Juridiction nationale de la libération conditionnelle
COUR DE CASSATION-SUITE

Bureau de la Cour de cassation (composé du premier président, des présidents de


chambres, du procureur général et des 3 premiers avocats généraux) : Nombre et durée
des audiences, liste nationale des experts

Formations juridictionnelles :

• Chambre composée de 3 magistrats si le pourvoi est irrecevable ou dénué de


fondement ou si la solution du litige s’impose
• Chambre composée d’au moins 5 conseillers
• Chambre mixte composée du premier président ou son délégué et de 4
magistrats de chacune des chambres qui la composent (président, doyen, 2
conseillers) : Affaire relevant de la compétence de plusieurs chambres ou
risque de solutions divergentes
• Assemblée plénière composée du premier président, des présidents, doyens
et d’un conseiller de chaque chambre soit 19 magistrats du siège : Affaire
posant une question de principe, second pourvoi après cassation reposant sur
les mêmes moyens (l’arrêt s’imposera en droit à la juridiction de renvoi)