Vous êtes sur la page 1sur 36

Rapport du Maire -Décret et Arrêté du 2 mai 2007

Service public d'eau potable

Indicateurs descriptifs des services

D101.0 Estimation du nombre d'habitants desservis V070613


D102.0 Prix TTC du service au m3 pour 120 m3 V070613
D151.0 Délai maximal d'ouverture des branchements pour les V070613
nouveaux abonnés défini par le service

Indicateurs de performance

P109.0 Montant des abandons de créances ou des versements V070613


à un fond de solidarité
P154.0 Taux d’impayés sur les factures d’eau de l'année V070613
précédente
P101.1 Taux de conformité des prélèvements sur les eaux V080422
Service public de l'assainissement
distribuées réalisés au titre du contrôle sanitaire par collectif
rapport aux limites de qualité pour ce qui concerne la
microbiologie
P102.1 Taux de conformité des prélèvements sur les eaux V080422
distribuées réalisés au titre du contrôle sanitaire par
rapport aux limites de qualité pour ce qui concerne les
paramètres physico-chimiques
P151.1 Taux d’occurrence des interruptions de service non V070613
programmées
P152.1 Taux de respect du délai maximal d’ouverture des V070613
branchements pour les nouveaux abonnés
P155.1 Taux de réclamations V070622
P103.2 Indice de connaissance et de gestion patrimoniale des V070613
réseaux d'eau potable
P107.2 Taux moyen de renouvellement des réseaux d'eau V070613
potable
P153.2 Durée d’extinction de la dette de la collectivité V070613
P104.3 Rendement du réseau de distribution V070613
P105.3 Indice linéaire des volumes non comptés V070613
P106.3 Indice linéaire de pertes en réseau V070613
P108.3 Indice d’avancement de la protection de la ressource en V080422
eau

A-Liste des indicateurs de performance 080605.xls


La fiche descriptive de l’indicateur D101.0 n’existe actuellement pas

Merci de votre compréhension


[Prix TTC du service au m3 pour 120 m3] (D102.0 service de l’eau potable)
1- Définition Dimension développement  Sans objet
durable

Finalité  Indicateur descriptif du service

Définition  Prix du service de l’eau potable toutes taxes comprises pour 120 m3

Unité  En euros par m3 (redevances et taxes comprises, pour une base de 120 m3)

Fréquence de détermination  Annuelle. Le prix est celui en vigueur au 1er janvier de l’année de présentation du rapport (c'est-à-dire au 1er janvier de l’année N+1 pour l’indicateur
relatif à l’année N)

Domaine d’application  Les services concernés par une facture de 120 m3 (avec un tarif applicable à 120 m3). Les services ne comportant pas d’abonnés pouvant
possible (activités et consommer 120 m3 par an sont exclus
périmètre géographique)

2- Calcul Données nécessaires  Prix TTC du service de l’eau pour les exercices N-1 et N (c'est-à-dire prix au 1er janvier de l’année N et de l’année N+1) et détail des factures pour
120 m3
 Voir arrêté du 10 juillet 1996 relatif aux factures de distribution de l’eau, de la collecte et du traitement des eaux usées (ainsi que circulaire du 14
décembre 1998) :
o Lorsque le tarif comporte plusieurs éléments (abonnement, partie calculée en fonction du volume consommé, location de compteur etc.), tout
ce qui est facturé à l’abonné est pris en compte
 soit dans le cas d’une facturation binôme ou proportionnelle au volume consommé : abonnement annuel, prix au m3 consommé
 soit dans le cas d’une tarification forfaitaire, montant du forfait, et volume correspondant, prix du m3 supplémentaire
 les redevances et taxes afférentes au service : la redevance Préservation des ressources en eau (agence de l’eau), la redevance Lutte
contre la pollution (agence de l’eau), la taxe Voie Navigable de France le cas échéant, les autres taxes ou redevances le cas échéant,
la TVA
o Date d’actualisation du prix (détail de ses différentes composantes le cas échéant)
o En cas d’abonnement variant par exemple selon la taille du compteur, l’abonnement à prendre en compte est le plus usuel pour les abonnés
domestiques (compteur de 15 mm et branchement de diamètre 20 mm), selon l’avis du 29 novembre 1995 concernant la consommation
d’eau de référence
Producteur des données  Opérateur des services d’eau, qui utilisent les informations fournies par les collectivités et organismes mentionnés sur la facture

Échelle de calcul  Le prix est établi sur le périmètre pour lequel la collectivité a fixé un même tarif

Règles de calcul  A ne pas confondre avec le prix hors taxes (HT)


 Mentionner l’étendue du service pris en compte : production, transfert, distribution
 Le prix est celui qui est présenté sur la facture type – les règles sont les mêmes que pour l’enquête IFEN SCEES
 La consommation annuelle de 120 m3 est la référence définie par l’INSEE
 Pour une collectivité où différents prix sont pratiqués, on donne le prix d’une des communes

Recommandations pour la  Prendre en compte le montant de toutes les redevances afférentes au service ; indiquer si l’actualisation a été effectuée
maîtrise de la qualité de ces
données

D102 0_fiche_V070613.doc
MEDAD- fiche détaillée : données et indicateurs des annexes V et VI du CGCT
Degré de confiance  Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à  Pas de consolidation


une échelle supérieure à
celle de calcul 
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

3- Interprétation au Données contextuelles  Le prix étant fixé par la collectivité, c’est une donnée descriptive du service. C’est la résultante de facteurs dont certains sont contextuels (qualité de
niveau local l’eau brute, densité de population, niveau de subvention…). Le prix est parfois utilisé comme donnée de contexte pour expliquer d’autres données et
indicateurs. La structure tarifaire influe sur le prix du service
 L’article L. 2224-12-1 du code général des collectivités territoriales interdit la fourniture d’eau gratuite en dehors des bouches et poteaux d’incendie
placés sur la voie publique

Indicateurs liés  Sans objet

Règles pour l’interprétation  Prise en compte de la date d’actualisation du prix (dispersion sur 1 an, entre les services actualisant en début ou fin d’année)
au niveau local
 Une évolution positive ou négative est à interpréter sur la durée ; il paraît inopportun de désigner les services ayant les prix les plus bas comme les
plus performants car cela risque de conduire à des politiques de sous investissement ou à un gaspillage de la ressource
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

4- Recommandations  Multiples facteurs de contexte : politique de tarification (exemple : poids des gros consommateurs, achats et ventes d’eau), géographie des réseaux,
pour la comparaison politique patrimoniale d’investissement et d’entretien, évolution démographique et de consommation, taux d’inflation…
Différences de contexte
des résultats entre  Les enquêtes nationales et européennes montrent qu’il n’y a pas de lien direct entre le prix et la perception du prix par les abonnés ou les
services consommateurs (dont une partie ignore le prix), ni entre la perception du prix et la qualité du service ou le niveau de revenu

 Date d’actualisation : dispersion sur 1 an, entre les services actualisant en début ou fin d’année
 Périmètre du service (eau et assainissement ou eau seule, superposition de collectivités)
 Prise en compte ou non de l’inflation
 Prise en compte ou non de toutes les taxes et redevances
Effets méthodes
 Inclusion dans le prix d’éléments ne relevant pas du service ou à l’inverse le prix n’inclut pas tout ce qui relève du service
 Exemples : prise en charge par le budget général de charges du service de l’eau (notamment communes de moins de 3 000 habitants, selon art.
L. 2224-2 du CGCT) ; prise en charge par le service de l’eau de charges du service de l’assainissement.
 Vérification des unités
Prise en compte du degré
 Pour comparer les résultats entre services, on pourra s’inspirer de la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance
de confiance

D102 0_fiche_V070613.doc
MEDAD- fiche détaillée : données et indicateurs des annexes V et VI du CGCT
[Délai maximal d’ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés défini par le
service] (D151.0)
1- Définition Dimension développement  Qualité de service à l’usager
durable

Finalité  Indicateur descriptif du service qui caractérise le niveau d’engagement de résultat de l’opérateur

Définition  Temps d’attente maximum auquel s’est engagé l’opérateur du service pour la fourniture de l’eau aux nouveaux abonnés dotés d’un branchement
fonctionnel (il peut s’agir d’un branchement existant ou d’un branchement neuf dont la réalisation vient d’être achevée)

Unité  Plusieurs unités possibles : heures ouvrées, ouvrables, horaires ; jours ouvrés, ouvrables, calendaires

Fréquence de détermination  Annuelle. Le délai pris en compte au titre de l’année N est celui en vigueur au 1er janvier de l’année N

Domaine d’application  Seuls les services assurant une mission de distribution d’eau auprès des abonnés sont concernés (avec gestion de clientèle et gestion des
possible (activités et branchements d’eau). Les services de production seule et les services de transfert entre une production ou un achat en gros et des points de ventes
périmètre géographique) en gros ne sont pas concernés (pas d’abonnés). Les services de distribution avec uniquement des abonnés industriels ou irrigants sont concernés

2- Calcul Données nécessaires  Engagement de service sur le délai d’ouverture d’un branchement neuf (hors réalisation) ou existant. Cet engagement est repris soit dans le
règlement de service, soit dans le contrat de l’opérateur

Producteur des données  Opérateur responsable de la relation clientèle

Échelle de calcul  Les données sont collectées sur un périmètre caractérisé par la même mission de distribution d’eau et un opérateur unique

Règles de calcul  Le délai est exprimé en heures ou en jours. Le délai visé est celui courant entre la date de réception par l’opérateur de la demande d’ouverture de
branchement émanant de l’abonné et la date maximale de mise à disposition de l’eau au point de livraison de l’abonné
 Pour un délai exprimé en jours : un délai de 1 jour (ouvré, ouvrable, calendaire) signifie une ouverture de branchement avant la fin du premier jour
(ouvré, ouvrable, calendaire) qui suit le jour de la réception de la demande
 Pour un délai exprimé en heures : un délai de 24 heures (ouvrées, ouvrables, horaires) signifie une ouverture de branchement dans un délai
maximal de 24 heures (ouvrées, ouvrables, horaires) suivant l’heure de réception de la demande

Recommandations pour la  On vérifiera que le délai indiqué pour un service d’eau correspond bien à la définition et aux règles de calcul mentionnées. Il devra correspondre à
maîtrise de la qualité de ces celui qui figure dans les différents documents du service (règlement, charte, contrat, support de communication…)
données

Degré de confiance  Sans objet

Règles de consolidation à  Cet indicateur n’est pas consolidable


une échelle supérieure à
celle de calcul

3- Interprétation au Données contextuelles  Sans objet


niveau local Indicateurs liés  Taux de respect du délai maximal d’ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés

Règles pour l’interprétation  Sans objet


au niveau local

D151.0_fiche_V070613.doc
MEDAD- fiche détaillée : données et indicateurs des annexes V et VI du CGCT
4- Recommandations Différences de contexte  Exigence des usagers, perception du service public, équipement du réseau
pour la comparaison
des résultats entre Effets méthodes  Sans objet
services
Prise en compte du degré
 Sans objet
de confiance

D151.0_fiche_V070613.doc
MEDAD- fiche détaillée : données et indicateurs des annexes V et VI du CGCT
[Taux de conformité des prélèvements sur les eaux distribuées réalisés au titre du
contrôle sanitaire par rapport aux limites de qualité pour ce qui concerne la microbiologie]
(P101.1)
1- Définition Dimension développement 6 Qualité de service à l’usager : qualité de l’eau potable
durable

Finalité 6 Donner une mesure statistique de la qualité microbiologique de l’eau, afin d’en apprécier la qualité sanitaire, sur la base des contrôles
réglementaires

Définition 6 Pour les services desservant plus de 5 000 habitants ou produisant plus de 1 000 m3/j : pourcentage des prélèvements aux fins d’analyses
microbiologiques jugés conformes selon la réglementation en vigueur. Les prélèvements considérés sont :
6 ceux réalisés par la DDASS dans le cadre du Contrôle Sanitaire en application de l’arrêté du 11 janvier 2007 relatif au programme de
prélèvements et d’analyses du contrôle sanitaire pour les eaux fournies par un réseau de distribution pris en application des articles R.
1321-10, R. 1321-15 et R. 1321-16 du code de la santé publique
6 et le cas échéant ceux réalisés par l’opérateur dans le cadre de sa surveillance lorsque celle-ci se substitue en partie au Contrôle Sanitaire
dans le cadre de l’arrêté du 21 novembre 2007 relatif aux modalités de prise en compte de la surveillance des eaux destinées à la
consommation humaine dans le cadre du contrôle sanitaire, pris en application de l'article R. 1321-24 du code de la santé publique
6 Pour les services desservant moins de 5 000 habitants et produisant moins de 1 000 m3/j : nombre de prélèvements aux fins d’analyses
microbiologiques effectués dans l’année et parmi ceux-ci nombre de prélèvements non conformes

Unité 6 Sans dimension (exprimé par un pourcentage)

Fréquence de détermination 6 Annuelle. Les prélèvements pris en compte sont ceux dont la date de prise des échantillons est comprise entre le 01 janvier et le 31 décembre de
l’année N

Domaine d’application 6 Les services visés sont les services assurant les missions de production, de transfert ou de distribution d’eau jusqu’au point de livraison de l’abonné,
possible (activités et que la production soit faite par le service ou non. Pour les services de production seule (service dont toutes les ventes sont des ventes en gros à
périmètre géographique) d’autres entités chargées de la distribution aux clients finaux) et les ventes en gros, la conformité de l’eau est jugée au point de livraison

P101 1_fiche_V100315.doc
2- Calcul Données nécessaires 6 Les prélèvements pris en compte sont ceux qui sont réalisés par la DDASS dans le cadre du contrôle sanitaire défini dans le code de la santé
publique (art. R. 1321 et suivants) et ceux qui sont réalisés par l’opérateur dans le cadre de la reconnaissance de sa surveillance définie par arrêté
préfectoral conformément à l’article R. 1321-24 du code de la santé publique. Les prélèvements réalisés à des fins contradictoires sont inclus
lorsqu’ils sont validés par la DDASS. Par contre les prélèvements réalisés par l’opérateur dans le cadre de son autocontrôle ou pour le pilotage de ses
installations ne sont pas à prendre en compte pour le calcul de l’indicateur.
6 On considère le nombre de prélèvements et non pas le nombre d’échantillons, d’analyses ou de paramètres contrôlés (plusieurs échantillons,
plusieurs analyses et plusieurs paramètres pour un prélèvement). Les paramètres concernés sont ceux de la partie B de l’annexe 13-I du code de la
santé publique pour lesquels une valeur limite de qualité est fixée. Les prélèvements à prendre en compte pour le calcul de l’indicateur sont ceux qui
contiennent au moins un paramètre soumis à une limite de qualité (les prélèvements qui ne contiennent que des paramètres soumis à une référence
de qualité sont à exclure du calcul). Un prélèvement non conforme reste un prélèvement non conforme même si le service bénéficie d’une
dérogation préfectorale permettant de continuer la distribution de l’eau
6 Les prélèvements pris en compte sont ceux qui sont effectués en sortie des usines de production incluses dans le périmètre étudié, au point d’entrée
dans le réseau pour les volumes achetés en gros, au point de sortie du réseau pour les volumes vendus en gros et sur le réseau de distribution
jusqu’au robinet du consommateur (excepté ceux qui font suite à une réclamation de l’abonné)
6 Pour les services desservant moins de 5 000 habitants et produisant moins de 1 000 m3/j, l’indicateur est jugé non pertinent compte tenu du nombre
de prélèvements effectués dans l’année et il est remplacé par l’indication du nombre de prélèvements effectués et parmi ceux-ci par le nombre de
prélèvements non conformes
6 Volume consommé, volume vendu en gros sur le périmètre considéré

Producteur des données 6 DDASS (SISEAU) et opérateur des installations. Il s’agit de reprendre les pourcentages de conformité du contrôle sanitaire ou le nombre de
prélèvements communiqué avec les factures. A cet égard, on vérifiera que sont bien pris en compte les prélèvements faits par l’opérateur et validés
par la DDASS (et pas seulement les prélèvements faits par la DDASS)

Échelle de calcul 6 Les données sont collectées sur un périmètre caractérisé par la même mission de service d’eau (production, transfert, distribution) et un opérateur
unique. L’indicateur est calculé au niveau de ce périmètre ou à un niveau supérieur en consolidant les données

Règles de calcul 6 Services desservant plus de 5 000 habitants ou produisant plus de 1 000 m3/j : Nombres de prélèvements microbiologiques conformes / Nombre
total de prélèvements microbiologiques réalisés au cours de l’année X 100
6 Services desservant moins de 5 000 habitants et produisant moins de 1 000 m3/j : Nombre total de prélèvements microbiologiques réalisés au cours
de l’année, nombres de prélèvements microbiologiques non conformes

Recommandations pour la 6 Le résultat des analyses faites sur les échantillons issus des prélèvements doit faire l’objet d’une procédure de validation et être collecté dans une
maîtrise de la qualité de ces base de données qui en assure la traçabilité. Il est préférable que la saisie soit faite tout au long de l’année. Vérifier que 100% du programme de
données prélèvements est réalisé
6 Contrôle du choix des points de prélèvement, des conditions de prise des échantillons, de l’accréditation du laboratoire, des limites de détection et
de précision

Degré de confiance 6 Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à 6 Les taux de conformité sont consolidés en les pondérant par la somme des volumes consommés et des volumes vendus en gros
une échelle supérieure à
celle de calcul

3- Interprétation au Données contextuelles 6 Qualité de la ressource, stabilité dans le temps en qualité et quantité, possibilité de combiner plusieurs ressources, de faire des mélanges, capacité
et qualité du traitement (en usine et en réseau), vétusté du réseau de desserte
niveau local
Indicateurs liés 6 Indicateurs traduisant des mesures prises pour améliorer la qualité de l’eau distribuée : indice d’avancement de la protection de la ressource en eau
6 Indicateurs pouvant traduire une qualité de l’eau médiocre : taux de réclamations, taux d’occurrence des interruptions de service non programmées

P101 1_fiche_V100315.doc
Règles pour l’interprétation 6 L’indicateur est sensible à toute évolution de la ressource, du traitement et du réseau. Les conditions climatiques locales peuvent entrer en ligne de
au niveau local compte
6 L’indicateur peut s’avérer insuffisant dans certains cas pour donner une image réelle de la qualité de l’eau distribuée au cours d’une année,
notamment du fait d’un nombre limité de prélèvements et de la non prise en compte de la durée de non-conformité. L’opérateur pourra donc le
compléter par un indicateur de classe de qualité qui intègre dans son calcul le temps mis par l’opérateur pour retrouver une qualité d’eau conforme
suite à un prélèvement jugé non conforme
6 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

6 Les exigences réglementaires et le niveau de qualité demandé par les usagers du service jouent sur le niveau de qualité au robinet du
Différences de contexte
consommateur

6 Les effets méthodes sont liés au programme de prélèvements et aux analyses : nombre de prélèvements, choix des points de prélèvement, dates et
Effets méthodes heures de prélèvement, protocole des analyses. La précision sur les volumes consommés joue dans une moindre mesure
6 Une consolidation partielle peut s’avérer être un biais important quant au résultat final

6 On ne pourra faire des comparaisons que sur des services où l’indicateur est jugé fiable ou très fiable car les résultats vont se concentrer dans une
Prise en compte du degré fourchette réduite (au-dessus de 98 %)
de confiance 6 Pour comparer les résultats entre services, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
confiance

P101 1_fiche_V100315.doc
[Taux de conformité des prélèvements sur les eaux distribuées réalisés au titre du
contrôle sanitaire par rapport aux limites de qualité pour ce qui concerne les paramètres
physico-chimiques] (P102.1)
1- Définition Dimension développement 6 Qualité de service à l’usager : qualité de l’eau potable
durable

Finalité 6 Donner une mesure statistique de la qualité physico-chimique de l’eau, afin d’en apprécier la qualité sanitaire, sur la base des contrôles
réglementaires

Définition 6 Pour les services desservant plus de 5 000 habitants ou produisant plus de 1 000 m3/j : pourcentage des prélèvements aux fins d’analyses physico-
chimiques jugés conformes selon la réglementation en vigueur. Les prélèvements considérés sont :
6 ceux réalisés par la DDASS dans le cadre du Contrôle Sanitaire en application de l’arrêté du 11 janvier 2007 relatif au programme de
prélèvements et d’analyses du contrôle sanitaire pour les eaux fournies par un réseau de distribution pris en application des articles R.
1321-10, R. 1321-15 et R. 1321-16 du code de la santé publique
6 et le cas échéant ceux réalisés par l’opérateur dans le cadre de sa surveillance lorsque celle-ci se substitue en partie au Contrôle Sanitaire
dans le cadre de l’arrêté du 21 novembre 2007 relatif aux modalités de prise en compte de la surveillance des eaux destinées à la
consommation humaine dans le cadre du contrôle sanitaire, pris en application de l'article R. 1321-24 du code de la santé publique
6 Pour les services desservant moins de 5 000 habitants et produisant moins de 1 000 m3/j : nombre de prélèvements réalisés en vue d’analyses
physico-chimiques effectués dans l’année et parmi ceux-ci nombre de prélèvements non conformes

Unité 6 Sans dimension (exprimé par un pourcentage)

Fréquence de détermination 6 Annuelle. Les prélèvements pris en compte sont ceux dont la date de prise des échantillons est comprise entre le 01 janvier et le 31 décembre de
l’année N

Domaine d’application 6 Les services visés sont les services assurant les missions de production, de transfert ou de distribution d’eau jusqu’au point de livraison de l’abonné,
possible (activités et que la production soit faite par le service ou non. Pour les services de production seule (service dont toutes les ventes sont des ventes en gros à
périmètre géographique) d’autres entités chargées de la distribution aux clients finaux) et les ventes en gros, la conformité de l’eau est jugée au point de livraison

P102 1_fiche_V100315.doc
2- Calcul Données nécessaires 6 Les prélèvements pris en compte sont ceux qui sont réalisés par la DDASS dans le cadre du contrôle sanitaire défini dans le code de la santé
publique (art. R. 1321 et suivants) et ceux qui sont réalisés par l’opérateur dans le cadre de la reconnaissance de sa surveillance définie par arrêté
préfectoral conformément à l’article R. 1321-24 du code de la santé publique. Les prélèvements réalisés à des fins contradictoires sont inclus
lorsqu’ils sont validés par la DDASS. Par contre les prélèvements réalisés par l’opérateur dans le cadre de son autocontrôle ou pour le pilotage de ses
installations ne sont pas à prendre en compte pour le calcul de l’indicateur.
6 On considère le nombre de prélèvements et non pas le nombre d’échantillons, d’analyses ou de paramètres contrôlés (plusieurs échantillons,
plusieurs analyses et plusieurs paramètres pour un prélèvement). Les paramètres concernés sont ceux de la partie B de l’annexe 13-I du code de la
santé publique pour lesquels une valeur limite de qualité est fixée. Les prélèvements à prendre en compte pour le calcul de l’indicateur sont ceux qui
contiennent au moins un paramètre soumis à une limite de qualité (les prélèvements qui ne contiennent que des paramètres soumis à une référence
de qualité sont à exclure du calcul). Un prélèvement non conforme reste un prélèvement non conforme même si le service bénéficie d’une
dérogation préfectorale permettant de continuer la distribution de l’eau
6 Les prélèvements pris en compte sont ceux qui sont effectués en sortie des usines de production incluses dans le périmètre étudié, au point d’entrée
dans le réseau pour les volumes achetés en gros, au point de sortie du réseau pour les volumes vendus en gros et sur le réseau de distribution
jusqu’au robinet du consommateur (excepté ceux qui font suite à une réclamation de l’abonné)
6 Pour les services desservant moins de 5 000 habitants et produisant moins de 1 000 m3/j, l’indicateur est jugé non pertinent compte tenu du nombre
de prélèvements effectués dans l’année et il est remplacé par l’indication du nombre de prélèvements effectuées et parmi ceux-ci par le nombre de
prélèvements non conformes
6 Volume consommé, volume vendu en gros sur le périmètre considéré

Producteur des données 6 DDASS (SISEAU) et opérateur des installations. Il s’agit de reprendre les pourcentages de conformité du contrôle sanitaire ou le nombre de
prélèvements communiqué avec les factures. A cet égard, on vérifiera que sont bien pris en compte les prélèvements faits par l’opérateur et validés
par la DDASS (et pas seulement les prélèvements faits par la DDASS)

Échelle de calcul 6 Les données sont collectées sur un périmètre caractérisé par la même mission de service d’eau (production, transfert, distribution) et un opérateur
unique. L’indicateur est calculé au niveau de ce périmètre ou à un niveau supérieur en consolidant les données.

Règles de calcul 6 Services desservant plus de 5 000 habitants ou produisant plus de 1 000 m3/j : Nombres de prélèvements physico-chimiques conformes / Nombre
total de prélèvements physico-chimiques réalisés au cours de l’année X 100
6 Services desservant moins de 5 000 habitants et produisant moins de 1 000 m3/j : Nombre total de prélèvements physico-chimiques réalisés au
cours de l’année, nombres de prélèvements physico-chimiques non conformes

Recommandations pour la 6 Le résultat des analyses faites sur les échantillons issus des prélèvements doit faire l’objet d’une procédure de validation et être collecté dans une
maîtrise de la qualité de ces base de données qui en assure la traçabilité. Il est préférable que la saisie soit faite tout au long de l’année. Vérifier que 100 % du programme de
données prélèvements est réalisé
6 Contrôle du choix des points de prélèvement, des conditions de prise des échantillons, de l’accréditation du laboratoire, des limites de détection et
de précision

Degré de confiance 6 Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à 6 Les taux de conformité sont consolidés en les pondérant par la somme des volumes consommés et des volumes vendus en gros
une échelle supérieure à
celle de calcul

3- Interprétation au Données contextuelles 6 Qualité de la ressource, stabilité dans le temps en qualité et quantité, possibilité de combiner plusieurs ressources, de faire des mélanges, capacité
et qualité du traitement (en usine et en réseau), vétusté du réseau de desserte
niveau local
Indicateurs liés 6 Indicateurs traduisant des mesures prises pour améliorer la qualité de l’eau distribuée : indice d’avancement de la protection de la ressource en eau
6 Indicateurs pouvant traduire une qualité de l’eau médiocre : taux de réclamations, taux d’occurrence des interruptions de service non programmées

P102 1_fiche_V100315.doc
Règles pour l’interprétation 6 L’indicateur est sensible à toute évolution de la ressource, du traitement et du réseau. Les conditions climatiques locales peuvent entrer en ligne de
au niveau local compte
6 L’indicateur peut s’avérer insuffisant dans certains cas pour donner une image réelle de la qualité de l’eau distribuée au cours d’une année,
notamment du fait d’un nombre limité de prélèvements et de la non prise en compte de la durée de non-conformité. L’opérateur pourra donc le
compléter par un indicateur de classe de qualité qui intègre dans son calcul le temps mis par l’opérateur pour retrouver une qualité d’eau conforme
suite à un prélèvement jugé non conforme
6 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

6 Les exigences réglementaires et le niveau de qualité demandé par les usagers du service jouent sur le niveau de qualité au robinet du
Différences de contexte
consommateur

6 Les effets méthodes sont liés au programme de prélèvements et aux analyses : nombre de prélèvements, choix des points de prélèvement, dates et
Effets méthodes heures de prélèvement, protocole des analyses. La précision sur les volumes consommés joue dans une moindre mesure
6 Une consolidation partielle peut s’avérer être un biais important quant au résultat final

6 On ne pourra faire des comparaisons que sur des services où l’indicateur est jugé fiable ou très fiable car les résultats vont se concentrer dans une
Prise en compte du degré fourchette réduite (au-dessus de 98 %)
de confiance 6 Pour comparer les résultats entre services, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
confiance

P102 1_fiche_V100315.doc
[Indice de connaissance et de gestion patrimoniale des réseaux d’eau potable] (P103.2)
1- Définition Dimension développement  Gestion financière et patrimoniale : politique patrimoniale
durable

Finalité  Evaluer le niveau de connaissance des réseaux d’eau potable, s’assurer de la qualité de la gestion patrimoniale, et suivre leur évolution

Définition  Indice de 0 à 100 attribué selon la qualité des informations disponibles sur le réseau. De 0 à 60 les informations visées sont relatives à la
connaissance du réseau (inventaire), de 70 à 100 elles sont relatives à la gestion du réseau

Unité  Sans dimension (valeur de 0 à 100)

Fréquence de détermination  Annuelle. L’indice est établi en fonction de la situation au 31 décembre de l’année N

Domaine d’application  Tout service assurant la distribution et/ou le transfert de l’eau potable
possible (activités et
périmètre géographique)  Les grands ouvrages du service — réservoirs, stations de traitement, pompages… — sont exclus du domaine car a priori plus aisément identifiables

2- Calcul Données nécessaires  Linéaire du réseau de desserte, secteur par secteur


 Etat des lieux de la connaissance acquise sur le réseau
 Programme de gestion patrimoniale
 Les plans des branchements ne sont pas exigés pour cet indicateur (les plans doivent simplement indiquer l’emplacement du branchement)

Producteur des données  Collectivité et opérateur (services techniques)

Échelle de calcul  Les informations sont collectées sur un périmètre caractérisé par une même mission, un opérateur unique et une gestion patrimoniale homogène.
L’indicateur est calculé au niveau du service ou à un niveau supérieur
 En cas de degrés d’avancement différents de la politique patrimoniale d’un secteur du réseau à un autre, un indice est déterminé pour chaque
secteur et les indices sont consolidés au niveau du service en les pondérant par le linéaire de réseau de desserte de chaque secteur

Règles de calcul  Indice de 0 à 100 obtenu en faisant la somme des points indiqués dans les parties A, B et C ci-dessous. Les parties B et C ne sont prises en compte
que si les 20 points sont obtenus pour la partie A :
0 : absence de plan du réseau ou plans couvrant moins de 95 % du linéaire estimé du réseau de desserte (quels que soient les autres éléments détenus)
10 : existence d’un plan du réseau couvrant au moins 95 % du linéaire estimé du réseau de desserte
20 : mise à jour du plan au moins annuelle
B – Informations sur les éléments constitutifs du réseau (40 points supplémentaires au maximum)
+ 10 : informations structurelles complètes sur chaque tronçon (diamètre, matériau)
+ 10 : connaissance pour chaque tronçon de l’âge des canalisations
+ 10 : localisation et description des ouvrages annexes (vannes de sectionnement, ventouses, compteurs de sectorisation…) et des servitudes
+ 10 : localisation des branchements sur la base du plan cadastral
C – Informations sur les interventions sur le réseau (40 points supplémentaires au maximum)
+ 10 : localisation et identification des interventions (réparations, purges, travaux de renouvellement). (0 pour une réalisation partielle)
+ 10 : existence et mise en œuvre d'un programme pluriannuel de renouvellement des branchements (0 pour une réalisation partielle)
+ 10 : existence d'un plan pluriannuel de renouvellement des canalisations. On entend par plan pluriannuel de renouvellement un programme détaillé de
travaux assorti d’un estimatif chiffré portant sur au moins 3 ans
+ 10 : mise en œuvre d'un plan pluriannuel de renouvellement des canalisations

P103.2_fiche_V070613
Recommandations pour la  Disposer d’une procédure de mise à jour des plans (papier ou SIG)
maîtrise de la qualité de ces
données  Disposer d’une procédure et d’un outil d’enregistrement des informations sur l’historique des interventions
 L’enregistrement de chaque intervention doit comporter au moins la date et la description précise des travaux exécutés
 On entend par « âge des canalisations » l’année de pose, qui peut être estimé pour les canalisations anciennes
 Pour la localisation des servitudes, l’inventaire patrimonial permettra d’identifier les passages en propriété privée, mais il n’est pas demandé de
recueil des actes juridiques sur les servitudes de passage de canalisations dont la responsabilité incombe à la collectivité organisatrice

Degré de confiance  Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à  Pondération par le linéaire de réseau de desserte de chaque service


une échelle supérieure à
celle de calcul

3- Interprétation au Données contextuelles  Sans objet


niveau local Indicateurs liés  Taux d’occurrence des interruptions de service non programmées, indice linéaire de pertes en réseau, taux moyen de renouvellement des réseaux
d’eau potable, rendement du réseau de distribution

Règles pour l’interprétation  Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance
au niveau local
 Signification d’une évolution positive ou négative dans le temps : amélioration ou dégradation de la politique de gestion du patrimoine à moyen
terme

4- Recommandations  Le contexte historique peut expliquer des différences entre services. Tenir compte de l’âge moyen, de l’état structurel du réseau, des valeurs des
Différences de contexte
indicateurs liés
pour la comparaison
des résultats entre Effets méthodes  Sans objet
services
Prise en compte du degré  Pour comparer les résultats entre services, on pourra s’inspirer de la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
de confiance confiance. Pour cet indicateur, l’écart significatif se traduit par un écart significatif en terme de points obtenus (au moins 10)

P103.2_fiche_V070613
[Rendement du réseau de distribution] (P104.3)
1- Définition Dimension développement  Performance environnementale : connaître les performances des installations en vue de les améliorer afin de limiter les prélèvements sur la
durable ressource en eau

Finalité  Cet indicateur permet de connaître la part des volumes introduits dans le réseau de distribution qui est consommée avec autorisation sur le
périmètre du service ou vendue en gros à un autre service d’eau potable. Sa valeur et son évolution sont le reflet de la politique de lutte contre les
pertes d’eau en réseau de distribution

Définition  Il s’agit du ratio entre, d’une part le volume consommé autorisé augmenté des volumes vendus en gros à d’autres services publics d’eau potable et,
d’autre part le volume produit augmenté des volumes achetés en gros à d’autres services publics d’eau potable

Unité  Sans dimension (exprimé par un pourcentage)

Fréquence de détermination  Annuelle. Les volumes pris en compte pour l’année N sont ceux déterminés au titre de l’année N

Domaine d’application  Les services visés sont les services assurant les missions de production et/ou de transfert et/ou de distribution d’eau jusqu’aux points de livraison
possible (activités et (abonnés, ventes en gros), que la production soit faite par le service ou non
périmètre géographique)

2- Calcul Données nécessaires  Les volumes produits sur 12 mois (365 ou 366 jours)
 Les volumes achetés en gros (importés) sur 12 mois (365 ou 366 jours)
 Les volumes vendus en gros (exportés) sur 12 mois (365 ou 366 jours)
 Les volumes comptabilisés sont les volumes consommés issus du relevé des compteurs chez les abonnés et autres usagers équipés de compteurs
(particuliers, industriels, services municipaux, fontaines avec compteur, bornes incendie avec compteurs etc..). Ces volumes doivent faire l’objet d’un
pro rata temporis pour les ramener à une période de 12 mois
 Les volumes consommateurs sans comptage. Ces volumes sont estimés
 Les volumes de service du réseau. Ces volumes sont estimés
 Les volumes utilisés pour cet indicateur sont les mêmes que ceux qui sont utilisés pour l’indice linéaire des volumes non comptés et l’indice linéaire
de pertes en réseau. On se réfèrera au glossaire joint aux fiches indicateurs pour la définition précise de tous les volumes utilisés

Producteur des données  L’opérateur du réseau de distribution, qui s’appuie le cas échéant sur l’organisme chargé du relevé des compteurs

Echelle de calcul  Les données sont collectées sur un périmètre caractérisé par la même mission de distribution d’eau et un opérateur unique. L’indicateur est calculé
au niveau de ce périmètre ou à un niveau supérieur en consolidant les données

Règles de calcul  Rendement = (volume consommé autorisé + volume vendu en gros) / (volume produit + volume acheté en gros) X 100, avec :
volume produit + volume acheté en gros = volume mis en distribution + volume vendu en gros
volume consommé autorisé = volume comptabilisé + volume consommateurs sans comptage + volume de service du réseau

P104.3_fiche_V070613
Recommandations pour la  S’assurer que les personnels chargés de collecter les données connaissent bien toutes les définitions relatives aux volumes et qu’il existe pour le
maîtrise de la qualité de ces service une méthode d’estimation des volumes consommés non comptés (ce qui nécessite de connaître les consommateurs sans comptage et les
données besoins en eau pour le service). La méthode utilisée doit être documentée et être la même d’une année sur l’autre
 Identifier les points de production et d’échange (achats et ventes en gros) et les faire figurer sur des schémas de réseau, vérifier qu’ils sont bien
équipés de compteurs, s’assurer que les relevés sont datés et que la correction pro rata temporis est faite
 Pour le relevé des compteurs abonnés, déterminer une date moyenne de relevé et faire une correction pro rata temporis pour ramener la
consommation à une période de 12 mois
 Utilisation d’une méthode pour caler les différents volumes sur une même période (année civile ou 12 mois entre 2 relevés)

Degré de confiance  Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à  Les rendements sont consolidés en sommant sur un périmètre donné les volumes consommés autorisés et vendus en gros d’une part et les volumes
une échelle supérieure à produits et achetés en gros d’autre part
celle de calcul

3- Interprétation au Données contextuelles  Vétusté du réseau de distribution, matériaux, niveau de pression, conditions climatiques (gel), nature des terrains
niveau local Indicateurs liés  Taux d’occurrence des interruptions de service non programmées, indice linéaire de pertes en réseau, taux moyen de renouvellement des réseaux
d’eau potable, indice de connaissance et de gestion patrimoniale des réseaux d’eau potable

Règles pour l’interprétation  Les pratiques d’estimation des volumes consommés non comptés influent sur le résultat. Il est donc important de pérenniser au niveau d’un service
au niveau local les méthodes d’estimation. La stratégie relative à la recherche et à la réparation de fuites a un impact sur la valeur de cet indicateur
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

4- Recommandations  Historique de construction des réseaux de distribution (âge, matériaux, pratiques de pose), politique de surveillance (recherche de fuites) et de
renouvellement du réseau, coût de l’eau perdue
pour la comparaison
des résultats entre Différences de contexte  Selon la terminologie de l’International Water Association, le volume consommé autorisé augmenté des volumes vendus en gros est le « Authorised
services consumption » du bilan d’eau d’un service et le volume produit augmenté des volumes achetés en gros est le « System input volume » auquel ont
été retirés les « Real losses on raw water mains and at the treatment works » (pertes en adduction et besoin des usines) car le périmètre considéré
est le transfert et la distribution (pas l’adduction et la production)

 Les effets méthodes sont liés à la campagne de relevé des compteurs et aux méthodes d’estimation des volumes consommés non comptés. Des
Effets méthodes
erreurs sont possibles si les définitions des différents types de volumes et du rendement sont mal assimilées

 Même si l’indicateur peut être jugé fiable au regard des procédures mises en œuvre pour l’obtenir, les effets méthodes peuvent induire des biais qui
Prise en compte du degré rendent les comparaisons délicates. Pour bien comparer des services entre eux, il conviendra de s’assurer que les calculs sont homogènes
de confiance  Pour comparer les résultats entre services, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
confiance

P104.3_fiche_V070613
[Indice linéaire des volumes non comptés] (P105.3)
1- Définition Dimension développement  Performance environnementale : amélioration de la connaissance des volumes transitant dans le réseau de distribution afin de limiter les
durable prélèvements sur la ressource en eau

Finalité  Cet indicateur permet de connaître par km de réseau la part des volumes mis en distribution qui ne font pas l’objet d’un comptage lors de leur
distribution aux abonnés. Sa valeur et son évolution sont le reflet du déploiement de la politique de comptage aux points de livraison des abonnés et
de l’efficacité de la gestion du réseau

Définition  Il s’agit du ratio entre le volume non compté, qui est la différence entre le volume mis en distribution et le volume comptabilisé, et le linéaire de
réseau de desserte

Unité  m3 / km / jour

Fréquence de détermination  Annuelle. Le linéaire de réseau est celui qui est établi au 31 décembre de l’année N. Les volumes pris en compte sont ceux qui sont déterminés au
titre de l’année N

Domaine d’application  Les services visés sont les services assurant la mission de transfert et de distribution d’eau jusqu’aux points de livraison (abonnés, vente en gros),
possible (activités et que la production soit faite par le service ou non. Les services de production seule sans mission de transfert ou de distribution sont exclus (mais les
périmètre géographique) services de transfert entre une production ou un achat en gros et des points de ventes en gros sont concernés)

2- Calcul Données nécessaires  Les volumes produits sur 12 mois (365 ou 366 jours)
 Les volumes achetés en gros (importés) sur 12 mois (365 ou 366 jours)
 Les volumes vendus en gros (exportés) sur 12 mois (365 ou 366 jours)
 Les volumes comptabilisés qui sont les volumes consommés issus du relevé des compteurs chez les abonnés et autres usagers équipés de
compteurs (particuliers, industriels, services municipaux, fontaines avec compteur, bornes incendie avec compteurs etc..). Ces volumes doivent faire
l’objet d’un pro rata temporis pour les ramener à une période de 12 mois
 Les volumes utilisés pour cet indicateur sont les mêmes que ceux qui sont utilisés pour l’indice linéaire de pertes en réseau et le rendement du
réseau de distribution. On se réfèrera au glossaire joint aux fiches indicateurs pour la définition précise de tous les volumes utilisés
 Longueur du réseau de desserte

Producteur des données  L’opérateur du réseau de distribution, qui s’appuie le cas échéant sur l’organisme chargé du relevé des compteurs

Échelle de calcul  Les données sont collectées sur un périmètre caractérisé par la même mission de distribution d’eau et un opérateur unique. L’indicateur est calculé
au niveau de ce périmètre ou à un niveau supérieur en consolidant les données

Règles de calcul  Indice = (volume mis en distribution – volume comptabilisé) / longueur du réseau de desserte / 365 ou 366, avec :

volume mis en distribution = volume produit + volume acheté en gros – volume vendu en gros

Recommandations pour la  S’assurer que les personnels chargés de collecter les données connaissent bien toutes les définitions relatives aux volumes
maîtrise de la qualité de ces
données  Identifier les points de production et d’échange (achats et ventes en gros) et les faire figurer sur des schémas de réseau, vérifier qu’ils sont bien
équipés de compteurs, s’assurer que les relevés sont datés et que la correction pro rata temporis est faite
 Pour le relevé des compteurs abonnés, déterminer une date moyenne de relevé et faire une correction pro rata temporis pour ramener la
consommation à une période de 12 mois
 Utilisation d’une méthode pour caler les différents volumes sur une même période (année civile ou 12 mois entre 2 relevés)

P105.3_fiche_V070613
Degré de confiance  Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à  Les indices linéaires sont consolidés en pondérant l’indice de chaque périmètre avec le linéaire de réseau de desserte du périmètre
une échelle supérieure à
celle de calcul

3- Interprétation au Données contextuelles  Densité de compteurs, politique locale de pose et de renouvellement des compteurs, densité des ouvrages publics (bornes et poteaux incendie,
bouches d’arrosage et de lavage…), pratiques d’arrosage et de lavage des espaces publics
niveau local
Indicateurs liés  Sans objet

Règles pour l’interprétation  Une diminution de la valeur de cet indicateur signifie une meilleure connaissance par le comptage d’une partie des volumes consommés sur le
au niveau local réseau. Mais il ne permet pas de déterminer un niveau de fuites car il y a toujours des volumes consommés non comptés
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

4- Recommandations  Réglementation vis-à-vis du comptage, stratégie de facturation des abonnés, pratiques ou conditions climatiques influant sur l’arrosage et le
nettoyage des espaces publics
pour la comparaison
des résultats entre Différences de contexte  Selon la terminologie internationale de l’International Water Association, le volume non compté est la somme de « Billed unmetered consumption »,
services « Unbilled unmetered consumption » et « Water losses » du bilan d’eau sur un service. La partie des pertes intitulée « Real losses on raw water
mains and at the treatment works (if applicable) » est ici sans objet puisque le périmètre considéré est le transfert et la distribution (pas la
production)
 Les effets méthodes sont liés à la campagne de relevé des compteurs : correction des volumes relevés pro rata temporis pour avoir une
Effets méthodes
consommation sur une année complète (avec une date moyenne de relevé), période de consommation

 Même si l’indicateur peut être jugé fiable au regard des procédures mises en œuvre pour l’obtenir, les effets méthodes peuvent induire des biais qui
rendent les comparaisons délicates. Pour bien comparer des services entre eux, il conviendra de s’assurer que les méthodes d’obtention des valeurs
Prise en compte du degré sont similaires
de confiance
 Pour comparer les résultats entre services, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
confiance

P105.3_fiche_V070613
[Indice linéaire de pertes en réseau] (P106.3)
1- Définition Dimension développement  Performance environnementale : connaître les performances du réseau en vue de l’améliorer afin de limiter les prélèvements sur la ressource en eau
durable

Finalité  Cet indicateur permet de connaître par km de réseau la part des volumes mis en distribution qui ne sont pas consommés avec autorisation sur le
périmètre du service. Sa valeur et son évolution sont le reflet d’une part de la politique de maintenance et de renouvellement du réseau qui vise à
lutter contre les pertes d’eau en réseau, et d’autre part des actions menées pour lutter contre les volumes détournés et pour améliorer la précision
du comptage chez les abonnés

Définition  Il s’agit du ratio entre le volume de pertes, qui est la différence entre le volume mis en distribution et le volume consommé autorisé, et le linéaire de
réseau de desserte

Unité  m3 / km / jour

Fréquence de détermination  Annuelle. Le linéaire de réseau est celui qui est établi au 31 décembre de l’année N. Les volumes pris en compte sont ceux qui sont déterminés au
titre de l’année N

Domaine d’application  Les services visés sont les services assurant la mission de transfert et de distribution d’eau jusqu’aux points de livraison (abonnés, vente en gros),
possible (activités et que la production soit faite par le service ou non. Les services de production seule sans mission de transfert ou de distribution sont exclus (mais les
périmètre géographique) services de transfert entre une production ou un achat en gros et des points de ventes en gros sont concernés)

2- Calcul Données nécessaires  Les volumes produits sur 12 mois (365 ou 366 jours)
 Les volumes achetés en gros (importés) sur 12 mois (365 ou 366 jours)
 Les volumes vendus en gros (exportés) sur 12 mois (365 ou 366 jours)
 Les volumes comptabilisés qui sont les volumes consommés issus du relevé des compteurs chez les abonnés et autres usagers équipés de
compteurs (particuliers, industriels, services municipaux, fontaines avec compteur, bornes incendie avec compteurs etc.). Ces volumes doivent faire
l’objet d’un pro rata temporis pour les ramener à une période de 12 mois
 Les volumes consommateurs sans comptage. Ces volumes sont estimés
 Les volumes de service du réseau. Ces volumes sont estimés
 Les volumes utilisés pour cet indicateur sont les mêmes que ceux qui sont utilisés pour l’indice linéaire des volumes non comptés et le rendement du
réseau de distribution. On se réfèrera au glossaire joint aux fiches indicateurs pour la définition précise de tous les volumes utilisés
 Longueur du réseau de desserte

Producteur des données  L’opérateur du réseau de distribution, qui s’appuie le cas échéant sur l’organisme chargé du relevé des compteurs

Échelle de calcul  Les données sont collectées sur un périmètre caractérisé par la même mission de distribution d’eau et un opérateur unique. L’indicateur est calculé
au niveau de ce périmètre ou à un niveau supérieur en consolidant les données

Règles de calcul  Indice = (volume mis en distribution – volume consommé autorisé) / longueur du réseau de desserte / 365 ou 366, avec :
volume mis en distribution = volume produit + volume acheté en gros – volume vendu en gros
volume consommé autorisé = volume comptabilisé + volume consommateurs sans comptage + volume de service du réseau
Les pertes sont constituées d’une part des pertes apparentes (volume détourné sur le réseau, volume résultant des défauts de comptage) et d’autre part
des pertes réelles (fuites sur les conduites de transfert, de distribution, fuites sur les branchements, fuites sur les réservoirs), conformément au bilan
d’eau et à la terminologie de l’International Water Association

P106.3_fiche_V070613
Recommandations pour la  S’assurer que les personnels chargés de collecter les données connaissent bien toutes les définitions relatives aux volumes et qu’il existe pour le
maîtrise de la qualité de ces service une méthode d’estimation des volumes consommés non comptés (ce qui nécessite de connaître les consommateurs sans comptage et les
données besoins en eau pour le service). La méthode utilisée doit être documentée et être la même d’une année sur l’autre
 Identifier les points de production et d’échange (achats et ventes en gros) et les faire figurer sur des schémas de réseau, vérifier qu’ils sont bien
équipés de compteurs, s’assurer que les relevés sont datés et que la correction pro rata temporis est faite
 Pour le relevé des compteurs abonnés, déterminer une date moyenne de relevé et faire une correction pro rata temporis pour ramener la
consommation à une période de 12 mois
 Utilisation d’une méthode pour caler les différents volumes sur une même période (année civile ou 12 mois entre 2 relevés)

Degré de confiance  Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à  Les indices linéaires sont consolidés en pondérant l’indice de chaque périmètre avec le linéaire de réseau de desserte du périmètre
une échelle supérieure à
celle de calcul

3- Interprétation au Données contextuelles  Vétusté du réseau, matériaux, niveau de pression, conditions climatiques (gel), nature des terrains
niveau local Indicateurs liés  Taux moyen de renouvellement des réseaux d’eau potable, taux d’occurrence des interruptions de service non programmées, indice de connaissance
et de gestion patrimoniale des réseaux d’eau potable, rendement du réseau de distribution

Règles pour l’interprétation  Les pratiques d’estimation des volumes consommés non comptés influent directement sur le résultat. Cet indicateur permet de déterminer un niveau
au niveau local de fuites mais son évolution peut être faussée par les estimations des volumes consommés non comptés. Il est donc important de pérenniser au
niveau d’un service ces méthodes d’estimation. La stratégie relative à la recherche et à la réparation de fuites a un impact sur la valeur de cet
indicateur
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

4- Recommandations  Historique de construction des réseaux (âge, matériaux, pratiques de pose), politique de surveillance (recherche de fuites) et de renouvellement du
réseau, coût de l’eau perdue
pour la comparaison
des résultats entre Différences de contexte  Selon la terminologie de l’International Water Association, le volume de pertes est la partie « Water losses » du bilan d’eau sur un service. La partie
services des pertes intitulée « Real losses on raw water mains and at the treatment works (if applicable) » est ici sans objet puisque le périmètre considéré
est le transfert et la distribution (pas la production)

Effets méthodes  Les effets méthodes sont liés à la campagne de relevé des compteurs et aux méthodes d’estimation des volumes consommés non comptés

 Même si l’indicateur peut être jugé fiable au regard des procédures mises en œuvre pour l’obtenir, les effets méthodes peuvent induire des biais qui
rendent les comparaisons délicates. Pour bien comparer des services entre eux, il conviendra de s’assurer que les méthodes d’obtention des valeurs
Prise en compte du degré sont similaires
de confiance
 Pour comparer les résultats entre services, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
confiance

P106.3_fiche_V070613
[Taux moyen de renouvellement des réseaux d’eau potable] (P107.2)
1- Définition Dimension développement  Gestion financière et patrimoniale : maintien de la valeur du patrimoine de la collectivité
durable

Finalité  Compléter l’information sur la qualité de la gestion du patrimoine enterré constitué par les réseaux d’eau potable, en permettant le suivi du
programme de renouvellement défini par le service

Définition  Quotient du linéaire moyen du réseau de desserte renouvelé sur les 5 dernières années par la longueur du réseau de desserte

Unité  Sans dimension (exprimé par un pourcentage)

Fréquence de détermination  Annuel. Les données prises en compte sont celles qui sont connues au 31/12 de l’année N

Domaine d’application  Tout service assurant la distribution et/ou le transport de l’eau potable
possible (activités et
périmètre géographique)

2- Calcul Données nécessaires  Longueur du réseau de desserte


 Linéaire renouvelé du réseau de desserte : renouvelé, remplacé à l’occasion des renforcements, réhabilité. Les branchements ne sont pas pris en
compte dans le réseau de desserte

Producteur des données  Collectivité et opérateur

Échelle de calcul  Les données sont collectées sur un périmètre caractérisé par la même mission de distribution d’eau et un opérateur unique. L’indicateur est calculé
au niveau de ce périmètre ou à un niveau supérieur en consolidant les données

Règles de calcul  (Longueur cumulée du linéaire de canalisations du réseau de desserte renouvelé au cours des années N-4 à N) / 5 / (Longueur du réseau de
desserte au 31/12/N) X 100
 Le linéaire considéré comme linéaire renouvelé pour le calcul de l’indicateur est égal au linéaire renouvelé, auquel il convient d’ajouter les linéaires
remplacés à l’occasion de renforcement, ainsi que les réhabilitations, si ces opérations sont reconnues avoir pour effet d’en prolonger la durée de vie
d’une durée équivalente à celle de la pose d’un réseau neuf
 Les interventions ponctuelles effectuées pour réparer une fuite ne sont pas comptabilisées dans le renouvellement
 Il convient d’additionner les linéaires renouvelés d’une part par la collectivité et d’autre part par l’opérateur, sur le périmètre considéré

Recommandations pour la  Il est recommandé d’avoir un système d’enregistrement des travaux effectués sur le réseau qui permet de déterminer le linéaire renouvelé et qui
maîtrise de la qualité de ces assure la traçabilité des informations sur au moins 5 ans
données

Degré de confiance  Le degré de confiance est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de données d’évaluer le
niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à  Non pertinente. La comparaison peut parfois être pertinente. Ce n’est pas le cas de la consolidation, notamment du fait des contextes très
une échelle supérieure à différents entre les services : âge du réseau, matériaux, qualité de l’eau
celle de calcul
 Dans le cas d’une même collectivité avec plusieurs opérateurs, la consolidation devient nécessaire. Dans ce cas, l’indicateur est pondéré en le
multipliant par le linéaire de réseau de desserte de chaque périmètre couvert par un opérateur donné

P107.2_fiche_V070613
3- Interprétation au Données contextuelles  Etat du réseau d’eau potable, par rapport au service attendu.
niveau local
Indicateurs liés  Taux d’occurrence des interruptions de service non programmées, indice linéaire de pertes en réseau, indice de connaissance et de gestion
patrimoniale des réseaux d’eau potable, rendement du réseau de distribution

Règles pour l’interprétation  La recherche d’un taux élevé de renouvellement n’est pas un objectif en soi. Il faut lier cet indicateur à l’état du patrimoine, défini par les autres
au niveau local indicateurs liés
 L’interprétation de cet indicateur sera d’autant plus significative si le service a une bonne connaissance du patrimoine et s’il existe un plan de
renouvellement (cf. fiche PE 3)
 Signification d’une évolution positive ou négative dans le temps : aucune sur l’état du réseau
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

4- Recommandations  Aucune interprétation ne doit être faite à partir de l’observation de la seule valeur de cet indicateur, sans considération simultanée des valeurs des
pour la comparaison Différences de contexte indicateurs liés dans chacun des services et de facteurs illustrant des différences de contexte tels que l’âge moyen du réseau, la nature des
des résultats entre canalisations, la qualité de l’eau
services  Respect des règles de calcul, notamment sur la prise en compte ou non des différents types de travaux dans le linéaire renouvelé
Effets méthodes
 Performance et fiabilité sur la durée de 5 ans du système d’enregistrement des travaux sur le réseau

Prise en compte du degré  Pour comparer les résultats entre services, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
de confiance confiance

P107.2_fiche_V070613
[Indice d’avancement de la protection de la ressource en eau] (P108.3)
1- Définition Dimension développement  Performance environnementale : préservation de la ressource en eau
durable

Finalité  L’indicateur donne une information sur la performance atteinte pour assurer une protection effective de la ressource selon la réglementation en
vigueur

Définition  Niveau d’avancement (exprimé en %) de la démarche administrative et opérationnelle de protection du ou des points de prélèvement dans le milieu
naturel d’où provient l’eau potable distribuée

Unité  Sans dimension (pourcentage)

Fréquence de détermination  Annuelle. L’indice reflète la situation au 31 décembre de l’année N

Domaine d’application  L’indicateur est calculé pour toutes les collectivités responsables d’un service d’eau potable (production, transfert et/ou distribution). Lorsque tout ou
possible (activités et partie de l’eau distribuée ou transférée provient de points de prélèvement dans le milieu naturel extérieurs au service, ces points de prélèvement
périmètre géographique) sont pris en compte dans le calcul

2- Calcul Données nécessaires  Données concernant la mise en œuvre de la procédure prévue par les articles R. 1321-6 à R. 1321-15 du code de la santé publique, pour chaque
point de prélèvement dans le milieu naturel et chaque achat en gros
 Volumes produits, volumes achetés en gros (voir § Règle de consolidation)

Producteur des données  Collectivité

Échelle de calcul  L’indice doit être déterminé pour chaque point de prélèvement dans le milieu naturel et doit être demandé au fournisseur d’eau en gros en cas
d’achat en gros

Règles de calcul  La valeur de l’indicateur est fixée comme suit :


0% Aucune action
20 % Études environnementale et hydrogéologique en cours
40 % Avis de l’hydrogéologue rendu
50 % Dossier déposé en préfecture
60 % Arrêté préfectoral
80 % Arrêté préfectoral complètement mis en œuvre (terrains acquis, servitudes mises en place, travaux terminés)
100 % Arrêté préfectoral complètement mis en œuvre (comme ci-dessus), et mise en place d’une procédure de suivi de l’application de l’arrêté

Recommandations pour la  Il est nécessaire de consulter une fois par an l’autorité compétente pour connaître l’état d’avancement de la procédure de protection. Lorsqu’un
maîtrise de la qualité de ces point de prélèvement est extérieur à la collectivité, un contact au moins annuel avec l’autorité ayant les données concernant ce point de prélèvement
données est recommandé
 L’indice 80 % est atteint lorsque l’application de toutes les prescriptions figurant dans l’arrêté de Déclaration d’Utilité Publique a été constatée sur
site et formalisée sous la forme d’une check-list ou d’un rapport d’inspection de la DDASS
 L’indice 100 % est atteint lorsqu’une personne a été désignée pour suivre les périmètres protégés et qu’une procédure a été mise en œuvre

Degré de confiance  Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à  Les indices sont consolidés en les pondérant par le volume qui est produit à partir de chaque point de prélèvement dans le milieu naturel. Pour les
une échelle supérieure à achats en gros, seuls les achats en gros à l’extérieur du périmètre de consolidation sont à prendre en compte : l’indice est alors pondéré par le
celle de calcul volume acheté (sinon il y a double compte sur les volumes entre la production et l’achat en gros au sein du périmètre de consolidation)

3- Interprétation au Données contextuelles  Implication de tous les acteurs locaux pour mettre en œuvre les périmètres de protection

P108.3_fiche_V090210
niveau local Indicateurs liés  Taux de conformité des prélèvements sur les eaux distribuées réalisés au titre du contrôle sanitaire par rapport aux limites de qualité pour ce qui
concerne la microbiologie et les paramètres physico-chimiques, taux de réclamations, taux d’occurrence des interruptions de service non
programmées

Règles pour l’interprétation  Un indice consolidé au niveau d’un service comportant plusieurs ressources (différents points de prélèvement et achats en gros) peut refléter des
au niveau local situations très diverses selon les combinaisons entre indices et volumes. Il peut donner une tendance globale sur plusieurs années quant à
l’évolution de la procédure de protection de la ressource sur le service mais une interprétation fine nécessite de connaître pour chaque indice de 0 %
à 100 % la part de volume concerné par rapport au volume total mis en distribution (volume produit + volume acheté – volume vendu).
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

4- Recommandations Différences de contexte  Implication de tous les acteurs locaux propres à chaque service pour mettre en œuvre les périmètres de protection
pour la comparaison
des résultats entre  Le mode de consolidation choisi donne une valeur synthétique pour chaque service mais il ne permet pas de comparaison objective entre services
services Effets méthodes car un même indice consolidé pourra recouvrir des situations très différentes selon la combinaison entre les indices élémentaires et les volumes
correspondants

Prise en compte du degré  Pour comparer les résultats entre services, on pourra s’inspirer de la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
de confiance confiance. Pour cet indicateur, l’écart significatif se traduit par un écart significatif en terme de pourcentage (au moins 20 % d’écart)

P108.3_fiche_V090210
[Montant des abandons de créances ou des versements à un fond de solidarité] (P109.0
service de l’eau potable)
1- Définition Dimension développement  Qualité de service à l’usager : implication citoyenne du service
durable

Finalité  Mesurer l’impact du financement des personnes en difficultés

Définition  Abandons de créance annuels et montants versés à un fond de solidarité divisé par le volume facturé

Unité  Euros/m3

Fréquence de détermination  Annuelle. Les données prises en compte sont celles qui sont établies au titre de l’année N

Domaine d’application  Seuls les services de distribution sont concernés. Les services de transfert ou de production ne sont pas concernés
possible (activités et
périmètre géographique)

2- Calcul Données nécessaires  Abandon de créance : abandons de créance à caractère social : votés au cours de l’année par l’assemblée délibérante de la collectivité et
abandons de créance réalisés par l’opérateur (notamment ceux liés au Fonds solidarité logement)
 Versements : effectués par la collectivité au profit d’un fonds créé en application de l’article L. 261-4 du code de l’action sociale et des familles
pour aider les personnes en difficulté (Fonds solidarité logement…)
 Abandons de créances liées aux factures d’eau de l’année N + versements aux fonds de solidarité effectués par la collectivité pendant l’année N. Au
titre des abandons de créances liées aux factures d’eau, on trouve :
 la part « eau » de l’opérateur éventuel
 la part « eau » éventuelle de la collectivité
 la redevance prélèvement
 la taxe Voies Navigables de France
La TVA est exclue
 Volume facturé au titre de l’année N

Producteur des données  Opérateur et collectivité (notamment Conseil Général)

Échelle de calcul  Calcul au niveau du service

Règles de calcul  (montants en euros des abandons de créances + montants en euros des versements à un fond de solidarité) / volume facturé

Recommandations pour la  Les volumes facturés calculés doivent être en cohérence avec les décomptes aux collectivités
maîtrise de la qualité de ces
données

Degré de confiance  Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à  Non pertinente (La comparaison peut parfois être pertinente. Ce n’est pas le cas de la consolidation, notamment du fait des contextes très
une échelle supérieure à différents entre les services : habitat collectif ou individuel, contexte social)
celle de calcul
 Dans le cas d’une même collectivité avec plusieurs opérateurs, la consolidation devient nécessaire. Dans ce cas, l’indicateur est pondéré en
multipliant par le volume facturé pour chaque périmètre couvert par un opérateur donné

3- Interprétation au Données contextuelles  Contexte social

P109.0_fiche_V070613
niveau local Indicateurs liés  Taux d’impayés sur les factures d’eau de l’année précédente, taux de réclamations

Règles pour l’interprétation  Prise en compte de la fiabilité : systèmes d’aides et de fonds en cours de mise en place
au niveau local  Signification d’une évolution positive ou négative dans le temps : évolution des aides attribuées
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

4- Recommandations Différences de contexte  Cet indicateur est lié au contexte « social » des périmètres gérés ainsi qu’aux politiques d’aide des collectivités locales.
pour la comparaison
des résultats entre Effets méthodes  Sans objet
services
Prise en compte du degré  Pour comparer les résultats entre services, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
de confiance confiance

P109.0_fiche_V070613
[Taux d’occurrence des interruptions de service non programmées] (P151.1)
1- Définition Dimension développement  Qualité de service à l’usager : disponibilité du service d’eau potable, c’est-à-dire satisfaire en permanence les besoins en eau potable de la
durable population et des activités économiques

Finalité  Mesurer la continuité du service d’eau potable, afin d’en apprécier le bon fonctionnement

Définition  Nombre de coupures d’eau liées au fonctionnement du réseau public, dont les abonnés concernés n’ont pas été informés à l’avance, par milliers
d’abonnés
 Une coupure d’eau est une interruption totale de la fourniture de l’eau à un ou plusieurs abonné(s) (les incidents de pression ou de qualité de l’eau
ne constituent donc pas une coupure d’eau s’ils n’entraînent pas l’interruption totale de la fourniture)

Unité  nombre / milliers d’abonnés

Fréquence de détermination  Annuelle. Les coupures d’eau prises en compte sont celles qui surviennent entre le 01 janvier et le 31 décembre de l’année N, quelle que soit la date
de l’information faite aux usagers.

Domaine d’application  Les services visés sont les services assurant la mission de distribution d’eau jusqu’au point de livraison de l’abonné, que la production soit faite par le
possible (activités et service ou non. Les services de production seule et les services de transfert entre une production ou un achat en gros et des points de ventes en
périmètre géographique) gros ne sont pas concernés (pas d’abonnés). Les services de distribution avec uniquement des abonnés industriels ou irrigants sont concernés.

2- Calcul Données nécessaires  Nombre de coupures d’eau liées au fonctionnement du réseau public, dont les abonnés concernés n’ont pas été prévenus à l’avance
 Les coupures d’eau prises en compte sont :
- les coupures consécutives à un incident sur le réseau (ou sur les équipements du réseau), quel que soit le nombre d’abonnés concernés
- les coupures décidées en raison de la non-conformité de l’eau distribuée, quelle que soit la personne qui décide la coupure (opérateur, collectivité,
autorité sanitaire…)
 Les coupures chez l’abonné lors d’interventions effectuées sur son branchement ou pour non-paiement des factures ne sont pas prises en compte.
Mais une coupure sur le réseau de desserte consécutive à un incident sur un branchement est à prendre en compte
 Délai pour prévenir les usagers d’une intervention programmée entraînant une coupure d’eau (minimum 24 h)
 Nombre d’abonnés
 Nombre d’habitants desservis (donnée non nécessaire pour le calcul de l’indicateur, mais nécessaire en cas de consolidation)

Producteur des données  Opérateur du réseau de distribution : service technique (entretien, travaux, astreinte) et service clients

Échelle de calcul  Les données sont collectées sur un périmètre caractérisé par la même mission de distribution d’eau et un opérateur unique. L’indicateur est calculé
au niveau de ce périmètre ou à un niveau supérieur en consolidant les données

Règles de calcul  nombre de coupures d’eau au cours de l’année dont les abonnés n’ont pas été informés à l’avance / nombre d’abonnés X 1000

Recommandations pour la  Les données sont issues du journal d’exploitation, alimenté jour après jour et garantissant la traçabilité. Il faut veiller à ne compter l’interruption
maîtrise de la qualité de ces qu’une seule fois s’il y a plusieurs réclamations relatives à la même coupure. L’information préalable peut utiliser différents canaux (presse, affiche,
données mailing, avis déposé par le service)
 Formaliser les méthodes de collecte des données (connaissance des interruptions hydrauliques, suivi des informations préalables, du lien entre
informations préalables et coupures d’eau comptabilisées) et les méthodes de report (bulletins d’intervention, informations clients…)

Degré de confiance  Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

P151.1_fiche_V070613
Règles de consolidation à  Les taux sont consolidés en les pondérant par le nombre d’habitants desservis de chaque périmètre. Les services avec uniquement des abonnés
une échelle supérieure à industriels ou irrigants ne peuvent pas être consolidés car il n’y a pas d’habitants correspondants
celle de calcul

3- Interprétation au Données contextuelles  Age, matériaux, état du réseau, urbanisation, présence de risques exogènes (concessionnaires, hydrogéologie, trafic, arbres…)
niveau local Indicateurs liés  Taux de conformité des prélèvements sur les eaux distribuées réalisées au titre du contrôle sanitaire par rapport aux limites de qualité pour ce qui
concerne la microbiologie et les paramètres physico-chimiques, taux de réclamations, indice d’avancement de la protection de la ressource

Règles pour l’interprétation  Prise en compte du degré de confiance : l’interprétation ne peut se faire que sur des périmètres où le degré de confiance est élevé
au niveau local
 Signification d’une évolution positive ou négative dans le temps : un indicateur qui diminue dans le temps ne signifie pas nécessairement que l’état
du réseau s’améliore. Il se peut que cela soit dû à une baisse de pression sur le réseau ou à des modifications environnementales (baisse de trafic,
modification de la température moyenne hivernale...). L’indicateur peut aussi baisser du fait de l’individualisation des compteurs et donc de
l’augmentation du nombre d’abonnés (loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains)
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

4- Recommandations  Politique de renouvellement, politique de recherche de fuites, niveau de pression dans le réseau, climat (températures hivernales). Individualisation
Différences de contexte
des compteurs (loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains)
pour la comparaison
des résultats entre  Le délai pour prévenir les usagers d’une intervention programmée entraînant une coupure d’eau peut être différent d’un service à l’autre, ainsi que le
services Effets méthodes niveau d’exigence de l’autorité organisatrice et des usagers. Le support utilisé joue aussi un rôle (il est plus difficile mais plus efficace de prévenir par
des avis dans les boîtes aux lettres que par un encart dans le journal local)

 L’interprétation ne peut se faire que sur des périmètres où le degré de confiance est élevé
Prise en compte du degré
de confiance  Pour comparer les résultats entre services, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
confiance

P151.1_fiche_V070613
[Taux de respect du délai maximal d’ouverture des branchements pour les nouveaux
abonnés] (P152.1)
1- Définition Dimension développement  Qualité de service à l’usager
durable

Finalité  Evaluer le respect des engagements de délai d’ouverture des branchements d’eau potable

Définition  Pourcentage du nombre d’ouvertures de branchements réalisées dans le délai auquel s’est engagé le service clientèle

Unité  Sans dimension (exprimé par un pourcentage)

Fréquence de détermination  Annuelle. Les ouvertures de branchements à prendre en compte sont celles qui sont effectives entre le 01 janvier et le 31 décembre de l’année N,
quelle que soit la date de la demande

Domaine d’application  Seuls les services assurant une mission de distribution d’eau auprès des abonnés sont concernés (avec gestion clientèle et gestion des branchements
possible (activités et d’eau). Les services de production seule et les services de transfert entre une production ou un achat en gros et des points de ventes en gros ne
périmètre géographique) sont pas concernés (pas d’abonnés). Les services de distribution avec uniquement des abonnés industriels ou irrigants sont concernés

2- Calcul Données nécessaires  Engagement de service sur le délai d’ouverture d’un branchement neuf (hors réalisation) ou existant (indicateur descriptif du service)
 Pour chaque demande, date de réception de la demande, date d’ouverture du branchement et par différence délai d’ouverture du branchement.
Dans le cas où il n’y a pas de coupure d’eau entre le départ et l’arrivée de deux abonnés successifs, on considère que la remise en eau est
immédiate et que le délai d’ouverture du branchement est respecté. Le calcul s’applique aux branchements neufs (hors délai de réalisation) et aux
remises en service de branchements existants fonctionnels (qui ne nécessitent pas une remise en état préalable, comme une désinfection)
 Selon les dispositions du règlement du service, la demande d’ouverture du branchement est présentée oralement (y compris par téléphone) ou par
écrit. Dans tous les cas, le point de départ du délai est la fourniture d’une demande complète, comportant tous les renseignements réclamés par
l’opérateur (dont la liste doit être disponible sur simple demande)
 Nombre d’habitants desservis sur le périmètre considéré

Producteur des données  Opérateur responsable de la relation clientèle

Échelle de calcul  Les données sont collectées sur un périmètre caractérisé par la même mission de distribution d’eau et un opérateur unique. L’indicateur est calculé
au niveau de ce périmètre ou à un niveau supérieur en consolidant les données

Règles de calcul  Nombre d’ouvertures de branchements réalisées dans les délais / nombre total d’ouvertures X 100

Recommandations pour la  Le journal d’exploitation assure la traçabilité des demandes et des ouvertures effectives des branchements
maîtrise de la qualité de ces
données

Degré de confiance  Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à  Les taux sont consolidés en pondérant le taux de chaque périmètre considéré avec le nombre d’habitants desservis sur le périmètre
une échelle supérieure à
celle de calcul  Les services avec uniquement des abonnés industriels ou irrigants ne peuvent pas être consolidés car il n’y a pas d’habitants correspondants.

3- Interprétation au Données contextuelles  Difficulté technique à ouvrir ou fermer un branchement, distance à parcourir par les agents du service, conditions climatiques
niveau local Indicateurs liés  Délai maximal d’ouverture des branchements pour les nouveaux abonnés, taux de réclamations

P152.1_fiche_V070613
Règles pour l’interprétation  L’interprétation consiste à mettre en regard l’engagement de délai et les contraintes locales auxquelles l’opérateur est confronté (§ Données
au niveau local contextuelles)
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

4- Recommandations  Exigence des usagers, perception et respect du service public, équipement du réseau. Le délai d’ouverture de branchement peut être très variable
Différences de contexte
d’un service à un autre (en général de 24h à 72h, samedi inclus dans le délai ou non)
pour la comparaison
des résultats entre Effets méthodes  La comptabilisation des défaillances vis-à-vis de l’engagement de service est le principal effet méthode
services
 La comparaison ne pourra se faire que sur des services pour lesquels l’indicateur est réputé fiable ou très fiable
Prise en compte du degré
de confiance  Pour comparer les résultats entre services, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
confiance

P152.1_fiche_V070613
[Durée d’extinction de la dette de la collectivité] (P153.3 service de l’eau potable)
1-Définition Dimension  Gestion financière et patrimoniale : anticipation de la charge reportée sur les usagers futurs
Développement durable

Finalité  Apprécier les marges de manœuvre de la collectivité en matière de financement des investissements et d’endettement

Définition  Durée théorique nécessaire pour rembourser la dette du service d’eau potable si la collectivité affecte à ce remboursement la totalité de
l’autofinancement dégagé par le service
Unité  Années

Fréquence de  Annuelle. La situation est appréciée au 31 décembre de l’année N


détermination

Domaine d’application  Cet indicateur est calculable par toutes les collectivités responsables d’un service d’eau potable (distribution, transfert et/ou production) et
possible (activités et disposant d’un budget annexe relevant de l’instruction budgétaire et comptable M49
périmètre géographique)
 Les collectivités de moins de 500 habitants exploitant leur service d’eau potable en régie se situent donc hors domaine d’application lorsqu’elles
n’appliquent pas la M49 ;
 Les communes ou les groupements de communes de moins de 3 000 habitants compétents pour l’eau et l’assainissement qui ont opté pour un
budget annexe unique établissent un indicateur par service si l’individualisation comptable le permet et sinon un indicateur commun aux deux
services.
 Dans le cas des collectivités responsables de plusieurs services d’eau potable, l’indicateur n’est généralement pas calculable pour chaque service
pris individuellement (sauf cas particulier de services dotés de budgets distincts) ; l’indicateur est alors calculé pour l’ensemble des services.
2- Calcul Données nécessaires  Encours total de la dette (c’est-à-dire montant du capital restant dû au titre des emprunts contractés), calculé au 31 décembre de l’année N
 Épargne brute annuelle (c’est-à-dire recettes réelles – dépenses réelles incluant notamment le montant des intérêts des emprunts à l’exclusion
du capital remboursé), calculée selon les modalités prescrites par l’instruction comptable M49
Producteur des données  Collectivité

Échelle de calcul  Collectivité

Règles de calcul  Encours total de la dette contractée par la collectivité pour financer le service d’eau potable (distribution, transfert et/ou production) divisé par
l’épargne brute annuelle
 Remarque importante : l’endettement indirect résultant de l’adhésion de la collectivité à un EPCI ou à un syndicat mixte lui-même endetté n’est
pas pris en compte (une consolidation est cependant possible : voir rubrique « règles pour l’interprétation au niveau local ») ; de même,
endettement de l’éventuel délégataire n’est pas pris en compte (cas des « clauses concessives »).
Recommandations pour la  Il est recommandé d’effectuer le calcul à partir des données figurant dans le compte administratif de l’exercice considéré
maîtrise de la qualité des
données

Degré de confiance  Suivre la méthodologie en annexe. Cette méthode permet au producteur de données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production
de l’indicateur
Règles de consolidation à  L’indicateur est consolidé en pondérant sa valeur par l’épargne brute annuelle, ce qui revient à sommer sur le périmètre de consolidation, d’une
une échelle supérieure à part, les encours de dette et, d’autre part, les épargnes brutes annuelles
celle de calcul
 La consolidation sur un périmètre englobant plusieurs services n’est possible que pour des services assurant des missions identiques (il peut
s’agir de la totalité des missions de distribution, transfert et production d’eau potable, ou des mêmes missions partielles)
 Pour la consolidation de plusieurs services assurant des missions partielles sur un même périmètre, voir rubrique « règles pour l’interprétation au
niveau local »

P153 3_fiche_V090604.doc
3-Interprétation au Données contextuelles  Le contexte local peut expliquer le résultat obtenu pour cet indicateur
niveau local
Indicateurs liés  Sans objet

Règles pour  Il faut interpréter avec prudence la valeur de l’indicateur lorsqu’il s’agit d’un service partiel (par exemple, un service assurant uniquement le
l’interprétation au niveau transfert et la distribution de l’eau potable, sans la production). Dans ce cas, il est recommandé de procéder à une consolidation de l’indicateur
local en faisant la somme, sur le périmètre de consolidation, d’une part, des encours de dettes pour les différents services assurant la distribution, le
transfert et la production et, d’autre part, les épargnes brutes annuelles des mêmes services
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance
4-Recommandations  L’indicateur n’est pas utilisable pour des comparaisons entre, d’une part, les services dont le budget supporte la totalité des investissements (cas
pour la comparaison général) et, d’autre part, les services dont le budget peut recevoir des subventions provenant du budget général (cas particulier des services
des résultats entre Différences de contexte des communes de moins de 3 000 habitants et des groupements composés de communes de moins de 3 000 habitants)
services  L’indicateur n’est pas non plus utilisable pour des comparaisons entre les services dont tout ou partie des investissements ont été réalisés par un
délégataire (cas des concessions et de certains affermages) et les autres services

Effets méthodes  Sans objet

Prise en compte du degré  Pour comparer les résultats entre services, on pourra s’inspirer de la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
de confiance confiance

P153 3_fiche_V090604.doc
[Taux d’impayés sur les factures d’eau de l’année précédente] (P154.1 service de l’eau
potable)
Dimension développement 6 Qualité de service à l’usager : optimisation des coûts du service par un juste recouvrement des sommes dues. Pérennité économique du service
1- Définition
durable

Finalité 6 Mesurer l’efficacité du recouvrement, dans le respect de l’égalité de traitement

Définition 6 Taux d’impayés au 31/12 de l’année N sur les factures émises au titre de l’année N-1

Unité 6 Sans dimension (exprimé par un pourcentage)

Fréquence de détermination 6 Annuelle

Domaine d’application 6 Seuls les services de distribution sont concernés. Les services de transfert ou de production ne sont pas concernés.
possible (activités et
périmètre géographique)
Données nécessaires 6 Les factures « émises au titre de l’année N-1 » sont celles dont la date d’émission est entre le 01/01/N-1 et le 31/12/N-1, même si ces factures
2- Calcul
concernent des volumes consommés l’année N-2 (en cas de relevés en décembre N-2 par exemple)
6 Montant total des factures « eau » émises au titre de l’année N-1, comprenant
o part « eau » de l’opérateur éventuel
o part « eau » de la collectivité
o redevance pour prélèvement sur la ressource en eau (Agence de l’eau)
o redevances pour pollution de l’eau d’origine domestique (Agence de l’eau)
o taxe Voies Navigables de France le cas échéant (partie prélèvement d’eau)
o autres taxes et redevances rattachées au service de l’eau concerné, le cas échéant
o La TVA liée à ces factures.
6 Montant restant impayés au 31/12/N sur les factures émises au titre de l’année N-1 (pour une facture donnée, répartis au prorata de la part « eau »
hors taxes et redevances et de la part « assainissement » hors taxes et redevances)
6 En revanche, sont exclus, les montants facturés :
o Au titre du service de l’assainissement. Mais dans le cas d’un service de production ou de transfert distinct du service de distribution, les
redevances liées au service de production ou de transfert qui apparaissent sur la facture de l’abonné sont bien à prendre en compte (il n’y a pas
d’indicateur à produire par les services de production ou de transfert seul)
o au titre de la réalisation de branchements et de travaux divers
o au titre de prestations annexes rendues aux abonnés (frais d’accès au service, ouverture et fermeture de branchement, frais de relance,
interventions sur équipements privés)
6 Les avoirs connus au 31/12/N (par exemple suite à erreur de lecture ou fuite) ne sont pris en compte ni dans les impayés ni dans le Montant Total
Facturé
6 Toute facture non payée (même partiellement) est comptabilisée quel que soit le motif du non-paiement (pour le montant restant impayé)
6 Les ventes en gros à d’autres services publics d’eau potable sont à prendre en compte dans le calcul au même titre que les ventes aux abonnés
Producteur des données 6 Opérateur

Échelle de calcul 6 Calcul au niveau du service de distribution d’eau

P154.1_fiche_V100315.doc
Règles de calcul 6 (Montant des impayés au 31/12/N des factures « eau » émises au titre de l’année N-1) / (montant total TTC des factures émises au titre de l’année
N-1) X 100
Recommandations pour la 6 Montants facturés et impayés doivent être en cohérence avec les décomptes aux collectivités
maîtrise de la qualité de ces
données

Degré de confiance 6 Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de données
d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur
Règles de consolidation à 6 Pondération par le montant total des factures « eau » émises au titre de l’année N-1 par chacun des services
une échelle supérieure à
6 Dans le cas d’une même collectivité avec plusieurs opérateurs, la consolidation devient nécessaire. Dans ce cas, l’indicateur est pondéré en le
celle de calcul
multipliant par le chiffre d’affaire TTC facturé (hors travaux) pour chaque périmètre couvert par un opérateur donné
Données contextuelles 6 Contexte social
3- Interprétation au
niveau local Indicateurs liés 6 Montant des abandons de créances ou des versements à un fond de solidarité, taux de réclamations

Règles pour l’interprétation 6 Effets méthode connus : il s’agit d’être vigilant sur la cohérence des données avec les décomptes
au niveau local
6 Signification d’une évolution positive ou négative dans le temps (par ex. changement de contrat, modification des moyens de payement autorisés,… )
6 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance
6 Cet indicateur permet de mesurer l’efficacité globale du système de recouvrement incluant les procédures de recouvrement de l’opérateur mais
4- Recommandations Différences de contexte
également les choix contractuels de facturation et de recouvrement et des choix politiques en termes d’accès à l’eau des populations pauvres.
pour la comparaison
des résultats entre Effets méthodes 6 Sans objet
services
Prise en compte du degré 6 Pour comparer les résultats entre services, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de
de confiance confiance

P154.1_fiche_V100315.doc
[Taux de réclamations] (P.155.1 service de l’eau potable)
1- Définition Dimension développement  Qualité de service à l’usager : amélioration de la qualité du service public
durable

Finalité  Traduction de manière synthétique du niveau d’insatisfaction des abonnés au service de l’eau

Définition  Cet indicateur reprend les réclamations écrites de toute nature relatives au service de l’eau, à l’exception de celles qui sont relatives au niveau de
prix. Elles comprennent notamment les réclamations réglementaires, y compris celles qui sont liées au règlement de service
 Le nombre de réclamations est rapporté au nombre d’abonnés divisé par 1 000

Unité  Nombre par milliers d’abonnés

Fréquence de détermination  Annuelle. Les réclamations prises en compte sont celles dont la date d’enregistrement par l’opérateur se situe entre le 01 janvier et le 31 décembre
de l’année N

Domaine d’application  Seuls les services de distribution sont concernés. Les services de transfert et de production ne sont pas concernés (pas d’abonnés)
possible (activités et
périmètre géographique)

2- Calcul Données nécessaires  Nombre de réclamations écrites (c’est-à-dire reçues sous forme de courrier, mail, fax…) correspondant à des écarts ou non-conformités vis-à-vis
d’engagements contractuels, d’engagements de service ou vis-à-vis de la réglementation, en particulier en ce qui concerne l’application du règlement
de service. Ces réclamations peuvent être reçues par l’opérateur ou directement par la collectivité
 Les réclamations peuvent porter notamment sur la qualité de l’eau (odeur, couleur, goût), la qualité du service (pression, fuites avant compteur,
travaux, mise en service..), la facturation (m3 facturés, mode de paiement..) à l’exception du niveau de prix
 Les réclamations pour lesquelles il y a un doute au 31 décembre de l’année N sur le fait qu’elles concernent effectivement le service de l’eau sont à
prendre en compte dans le calcul de l’indicateur
 Nombre d’abonnés desservis sur le périmètre considéré

Producteur des données  Opérateur (avec le concours de la collectivité qui transmet à l’opérateur les réclamations écrites qu’elle reçoit)

Échelle de calcul  Calcul au niveau du service

Règles de calcul  Nombre de réclamations laissant une trace écrite / nombre d’abonnés X 1 000

Recommandations pour la  Il est nécessaire de mettre en place un dispositif fiable d’enregistrement des réclamations, c'est-à-dire une organisation adaptée, incluant du
maîtrise de la qualité de ces personnel formé (on pourra se référer à la norme ISO 10.002). Il est souhaitable que ce dispositif d’enregistrement soit validé par un organisme de
données contrôle externe
 Pour les organismes qui n’assurent pas un enregistrement des réclamations, l’indicateur est non significatif
 Pour les organismes qui enregistrent toutes les réclamations, qu’elles soient écrites ou orales (reçues par téléphone, au guichet), un taux pourra
être calculé sur la base de toutes les réclamations mais en précisant bien le périmètre des réclamations entrant dans le calcul de l’indicateur. En
aucun cas, le taux de réclamations écrites pourra être comparé ou consolidé avec un taux de réclamations calculé différemment

Degré de confiance  Le degré de confiance de l’indicateur est à établir en suivant la méthodologie présentée en annexe. Cette méthode permet au producteur de
données d’évaluer le niveau de fiabilité du processus de production de l’indicateur

Règles de consolidation à  Dans le cas d’une même collectivité avec plusieurs opérateurs, la consolidation est nécessaire. Dans ce cas, l’indicateur doit être pondéré en le
une échelle supérieure à multipliant par le nombre d’abonnés desservis par chaque opérateur
celle de calcul

P155.1_fiche_V070622
3- Interprétation au Données contextuelles  Différents phénomènes extérieurs peuvent influer sur la perception du service par les usagers et avoir un effet indirect sur le taux de réclamations,
niveau local sans que cela soit directement lié à une évolution de la qualité du service

Indicateurs liés  Taux d’occurrence des interruptions de service non programmées, taux de respect du délai maximal d’ouverture des branchements pour les
nouveaux abonnés

Règles pour l’interprétation  Effets méthode connus : fiabilité des enregistrements des réclamations liée à la maturité de l’organisation vis-à-vis du système qualité
au niveau local  Prise en compte de la fiabilité : la fiabilité ira en s’améliorant au fil de l’utilisation et du contrôle de l’indicateur
 Signification d’une évolution positive ou négative dans le temps : difficile à interpréter les premières années
 Pour interpréter les résultats, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

4- Recommandations  Cet indicateur ne peut faire l’objet de comparaisons entre services, sauf si ces services ont des modes d’enregistrement strictement identiques. Cette
Différences de contexte
comparaison sera toujours très délicate car la notion de réclamations peut être ressentie différemment d’un service à l’autre
pour la comparaison
des résultats entre  Les résultats sont très dépendants des méthodes de recensement et d’analyse, donc très délicats à comparer avec ceux d’autres services
services Effets méthodes  Il convient d’être vigilant sur le calcul de cet indicateur. Seules les réclamations écrites sont à prendre en compte et tout autre calcul interdit de faire
toute comparaison entre services

Prise en compte du degré  Pour comparer les résultats entre des services ayant des modes d’enregistrement identiques, on s’attachera à respecter la notion d’écart significatif
de confiance présentée dans l’annexe relative au degré de confiance

P155.1_fiche_V070622