Vous êtes sur la page 1sur 4
Newsletter n°3, 10 mars 2011 Biodiversité, une chance pour nos territoires ! EUROPE ECOLOGIE LES

Newsletter n°3, 10 mars 2011

Biodiversité, une chance pour nos territoires !

EUROPE ECOLOGIE LES VERTS DE SAONE-ET- LOIRE. COMMUNIQUE DE PRESSE, 4 MARS 2011

La biodiversité ne se résume pas à un inventaire de la faune et de la flore. Elle contribue à la qualité de nos sols, indispensable à l’agriculture, à la filtration des eaux, à la fertilité. Elle participe à notre bien être, à l’intérêt culturel, touristique de nos territoires.

à l’intérêt culturel, touristique de nos territoires. Ce capital, sans doute parce qu’il ne s’échange pas

Ce capital, sans doute parce qu’il ne s’échange pas en monnaie sonnantes et trébuchantes, est mis à mal. La dégradation des écosystèmes est une réalité incontournable.

Les écologistes ne sont pas responsables de cette situation ! Les chasseurs non plus d’ailleurs. La responsabilité incombe à un mode de développement dominé par la logique économique à court terme, fondé sur le profit, le gaspillage des ressources naturelles et le mépris des hommes.

Avec

ou

sans

nous,

la

planète

continuera

de

tourner.

L’enjeu

est

de

préserver la mince couche

terrestre qui permet la vie. Nous avons perdu un temps

Natura 2000 et espérant faire reculer l’état sur les

précieux.

Par

le

projet

nouvelles directives, lobby

Natura

2000,

l’Europe

des propriétaires ruraux (des

espère

enrayer

la

agriculteurs, des chasseurs,

dégradation

de

notre

des forestiers…) engage une

écosystème et si possible le

démonstration de force ce

restaurer.

Depuis

son

jeudi 10 mars à Mâcon

lancement,

des

opposants

(Saône et Loire), préparée

farouches, retardent la mise

par une propagande

en place de ce projet. Ils ont

mensongère, l’appui de la

l’audace

d’évoquer

la

chambre d’agriculture, la

tradition et la ruralité alors

bénédiction d’élus de tout

qu’ils ne défendent que leur

bord et l’hébergement

vision

à

court

terme,

leur

bienveillant dans les pages

intérêt personnel égoïsmes.

et

leurs

du journal local.

La campagne vivante n’est

pas

celle

des

bétonneurs,

pas

celle

des

élevages

concentrationnaires,

pas

celle des

sols

et des

eaux

mortes

de

pollution

et

d’exploitation.

Natura 2000 est une chance pour la valorisation d’une agriculture durable et respectueuse de l’environnement, une chance pour le développement du tourisme, une chance pour l’économie du territoire. La France serait-elle le seul pays européen à ne pas savoir la saisir ?

François Lotteau, porte parole régional, Marie- Claude Colin Cordier, porte parole départementale

AGRICULTURE, BIODIVERSITE, ENVIRONNEMENT :

SONT LES FOSSOYEURS ?

QUI

Par Marie-Claude Colin Cordier, 10 mars 2011.

Opposé

depuis

toujours

à

Incroyable !

pour le croire ! La FNSEA et ses affidés, Cultivons nos Campagnes et Chambre d’agriculture, nous refont le coup de l’ennemi héréditaire : l’écologiste responsable de tous les maux, bien réels, dont souffre l’agriculture. Les élus de gauche comme de droite opinent du bonnet, démagogie habituelle à la veille d’élections locales.

lire

Il

faut

le

à la veille d’élections locales. lire Il faut le Prennent-ils leurs électeurs pour des idiots amnésiques

Prennent-ils leurs électeurs pour des idiots amnésiques ? Ces élus, ce syndicat qui a fourni plusieurs ministres à l’agriculture ont mené de conserve une politique

Web : http://eelv71.fr. Mail : 71@eelv.fr

dévastatrice dont on mesure les effets : diminution s’accommodent si bien d’un bouc émissaire est

dévastatrice dont on mesure les effets : diminution

dévastatrice dont on mesure les effets : diminution s’accommodent si bien d’un bouc émissaire est immense.

s’accommodent si bien d’un bouc émissaire est immense.

drastique du nombre d’exploitations agricoles (50

Fort heureusement le monde

%

en vingt ans en

change.

La

société

a

pris

Bourgogne) , précarisation

conscience

 

des

d’un nombre croissant

conséquences

 

de

la

d’agriculteurs, menaces sur

maltraitance

de

la

terre.

leur santé, pollution des

L’écologie propose d’autres

eaux, usure des sols, crise de

solutions.

Plutôt

que

de

confiance, Ils ont même

 

considérer

l’environnement

réussi à convaincre les

Dans ce joyeux programme,

comme

une

contrainte,

agriculteurs que leur intérêt

les écologistes sont les

l’agriculture

à

haute

coïncidait avec celui des

empêcheurs de polluer en

performance

 

vendeurs de matériel,

rond.

environnementale

 

renoue

d’aliment pour bétail, d’engrais ou de pesticide.

Ah,

si on pouvait les clouer

avec les cycles naturels et les milieux vivants, répond

 

sur le mur des granges

aux

aspirations

de

la

Les chasseurs emboîtent le

comme on le faisait (fait

population

et

permet

aux

pas. Qu’ils changent donc

encore) avec les chouettes.

agriculteurs

de

vivre

leur fusil d’épaule et

Les territoires seraient enfin

décemment

dans

des

regardent en face les vrais

débarrassés de ces

conditions

de

travail

problèmes, la disparition du petit gibier et de certains oiseaux migrateurs, la destruction des territoires par une agriculture qui ne les respecte plus.

contraintes absurdes comme la protection de l’eau et des bocages. Le productivisme agricole libéré s’en donnerait à cœur joie.

satisfaisantes.

Cette agriculture utilise l’agronomie pour reconquérir la fertilité des sols et valoriser la

Et si encore cette incurie servait de leçon, qu’on s’oriente vers d’autres pratiques, d’autres politiques. Mais absolument pas. Il faut surtout continuer comme avant, labourer les dernières prairies, assécher les dernières zones humides, couper les dernières haies. Les projets de porcheries industrielles et d’élevages de

mener ce programme

d’arrière garde, en méprisant les hommes, en opposant les villes et les champs, en laissant croire aux ruraux qu’ils vivent dans une forteresse assiégée, on augmente le désespoir et le vote des extrêmes. Pas de quoi chagriner Michel Raymond (chasseur), qui à peine élu au Conseil régional en 1998, sur l’étiquette

A

biodiversité. Elle permet de produire des aliments sains et diversifiés, en employant des techniques économes en énergie. la diversification locale des productions raccourcit les circuits économiques avec des conséquences importantes sur l’environnement et le lien social. Elle est créatrice d’emplois.

volailles fleurissent. Un

apolitique de CPNT, pactisait

Alors,

qui

sont les

univers concentrationnaire

avec le Front National et lui

défenseurs de la ruralité, du

de 400 000 poules

permettait d’entrer dans

vivre ensemble,

 

de

pondeuses est en attente à Branges. Si on laisse faire la Bourgogne rejoindra la Bretagne au palmarès des eaux potables sinistrées.

l’exécutif . La responsabilité des élus qui cautionnent les mensonges et les manipulations, qui laissent attiser les haines et

l’agriculture réconciliée avec les citoyens ?

Web : http://eelv71.fr. Mail : 71@eelv.fr

LETTRE OUVERTE A M. LE PREFET DE SAONE ET LOIRE POUR DEMANDER LE REPORT DE LA REUNION SUR NATURA 2000

Par Nicole Eschmann, le 8 mars 2011

REUNION SUR NATURA 2000 Par Nicole Eschmann, le 8 mars 2011 La aujourd’hui contre la déclinaison

La

aujourd’hui contre la déclinaison du réseau Natura 2000, portée par des représentants de l’agriculture, de la sylviculture, de la chasse et de la propriété, entrainant des travailleurs journaliers aux châtelains, tous les “ véritables acteurs du monde rural ”, organisée autour de réseaux d'associations et dotée d'un véritable programme agrarien de défense des campagnes nous interroge fortement.

fronde conduite

En pleine campagne électorale des cantonales, fort de ses alliances et d’appuis de certains responsables politiques, ayant rassemblé fortement autour de phrases choc aux deux derniers salons de l’agriculture (dont le célèbre « l’environnement ça commence à bien faire » de N. Sarkozy en 2010), ce réseau compte sur une large mobilisation de ses troupes le 10 mars, lors d’une réunion en préfecture sur Natura 2000, facilitée par un appel

en préfecture sur Natura 2000, facilitée par un appel de la Chambre d’Agriculture, un large ramassage

de la Chambre d’Agriculture, un large ramassage par bus et une bienveillante publicité dans les médias locaux.

Pour notre part, l’occupation et les usages de l’espace rural ont connu de tels bouleversements, qu’aucune catégorie sociale ne peut prétendre incarner un rôle de porte-parole unique. D’autant plus que ce réseau offre un front fragile : les forestiers répondent à une atteinte au patrimoine et à la propriété privée, ce qui n’est pas le cas des agriculteurs sur la totalité de leur exploitation. Les chasseurs accusent les agriculteurs d’être à l’origine de la disparition du petit gibier.

Les agriculteurs dénoncent la gestion laxiste des chasseurs responsables des dégâts occasionnés par les sangliers sur les cultures. Les relations entre les forestiers et les chasseurs ne sont guère meilleures. Les propriétaires ruraux reprochent aux agriculteurs de bénéficier d’un droit de fermage trop favorable. Quant aux pêcheurs, ils ont très tôt condamné l’utilisation massive, par la profession agricole, d’engrais et de produits de traitement responsables de la pollution des rivières.

est

fragile, il faut que la propagande soit forte : la lettre de la Chambre d’Agriculture adressée à tous les agriculteurs, détourne leur détresse et leur colère des véritables responsables de la crise sans précédent qui les frappe (hyperproductivisme et ses dégâts collatéraux, grande distribution, jeu boursier sur

Parce

que

ce

front

les productions agricoles, mondialisation exacerbée, réforme de la PAC…) pour désigner des boucs

émissaires :

acteurs de l’administration,

chargés de faire respecter les lois européennes et françaises sont qualifiés de technocrates à la solde de l’écologie des villes.

en clair, les

Car il leur est inadmissible que la directive ébranle leur certitude que la terre est avant tout faite pour produire. Pourtant le temps est venu où la nature doit sortir des réserves où jusqu’à présent on affichait un peu de préservation de l’environnement. Il reste à élaborer des objectifs et des normes légitimes aux yeux d’un grand nombre d’acteurs, susceptibles de mettre en oeuvre une gestion de la biodiversité compatible avec les activités agricoles et concilier la pluralité des usages de la nature dans l’espace rural.

Pour cela, il faut un débat serein, obligatoirement en dehors de la période de réserve de l’administration. Sinon, le danger serait grand de se retrouver dans le même contexte des élections européennes de juin 1999, où le mouvement Chasse Pêche Nature et Tradition (CPNT) s’est posé en porte parole de la ruralité et a rencontré une audience certaine.

Nous vous demandons donc d’ajourner la réunion prévue le 10 mars, pour préserver la qualité des débats et des décisions sur Natura 2000 et la sérénité des campagnes électorales.

Web : http://eelv71.fr. Mail : 71@eelv.fr

PROJET   DE PARC chance. C’est un devoir de aucun document existant. Il NATIONAL DANS

PROJET

 

DE

PARC

chance. C’est un devoir de

aucun document existant. Il

NATIONAL DANS LA BASSE

protéger ces zones humides,

nous appartient maintenant,

VALLEE

 

DU

DOUBS.

rivières, prairies, étangs,

démocratiquement, de

Communiqué

des

élus

pour concourir à sauver la

débattre et de construire un

régionaux

Bourgogne

et

biodiversité, en mettant

projet qui valorise ce

Franche

Comté

de

février

concrètement en œuvre les

territoire à tout point de vue.

2011.

engagements internationaux

de la France. C’est une

Si

la

méthode

utilisée

par

« l’environnement » qui a déçu

Grenelle de

Le

« l’environnement » qui a déçu Grenelle de Le

chance pour cette vallée, pour le Nord de la Bresse

l’Etat jusqu’à maintenant est

plus

critiquable,

que

finalement beaucoup, par

comtoise et bourguignonne,

alternant

entre

 

secret

et

l’abandon de nombreux

par l’ampleur des moyens

précipitation,

 

le

projet

objectifs, a tout de même

mis à disposition d’un terroir

mérite

néanmoins

d’être

permis cette décision pour

dans un parc national, et par

poursuivi

et

ne

peut

être

les milieux naturels : créer

l’accès à un label prestigieux

abandonné

 

pour

un

trois parcs nationaux

favorable à l’attractivité et

problème de méthode.

nouveaux en France, l’un d’eux devant protéger une zone humide.

aux activités économiques respectueuses de cet environnement prestigieux. C’est une chance pour la valorisation d’une agriculture durable et respectueuse de l’environnement, une chance pour le développement du tourisme, une chance pour l’économie d’un territoire.

Les élus Europe Ecologie -

Les élus Europe Ecologie -

Que

la

basse

vallée

du

Là où existent déjà des parcs, qu’ils soient nationaux ou régionaux, leur label ont

les Verts des territoires des deux régions concernées

Doubs

soit

un

des

sites

apporté une plus-value

demandent

 

au

possibles

est

une

incontestable aux territoires

gouvernement de confirmer

reconnaissance

de

que leur voisins jalousent.

le site de la basse vallée du

l’exceptionnelle

valeur

Doubs et de la Bresse pour

écologique de ce territoire,

Le

processus

de

la constitution d’un parc

une

reconnaissance

d’un

construction

d’un

parc

national de protection de

certain

équilibre

entre

national est long, il doit faire

zones humides, et réclament

activités

 

humaines

et

appel

à

des consultations

qu’une vraie concertation

protection des milieux qui a

nombreuses. Contrairement

constructive soit engagée.

permis

de

conserver

cette

à ce que veulent faire croire

richesse

de

la

faune, de la

des

opposants

Signatures

:

E.

Durand, A.

flore, des milieux aquatiques.

systématiques

à

toute

Cordier,

M.

Borneck,

F.

mesure environnementale

Presse,

E.

Alauzet,

I.

Préserver

cet

équilibre

(hier

ils

refusaient Natura

Nouvellon,

G.

Savoy,

P.

contre

des

évolutions

2000)

aucun

projet

n’est

Hervieu,

C.

Dhoukar,

A.

négatives,

constatées

écrit à ce jour pour ce parc,

Lefebvre,

W.

Sejeau,

N.

partout

il

n’y

a

pas de

et

présenter

des

chiffres

Eschmann,

élus

de

projet de territoire fort, c’est

précis de pertes d’emplois

Bourgogne

 

et

Franche

un

devoir

et

c’est

une

agricoles

n’est

basé

sur

Comté.

 

Web : http://eelv71.fr. Mail : 71@eelv.fr