Vous êtes sur la page 1sur 4

TD de transferts thermiques

Exercice 1

Un échangeur coaxial de 36 m de long est constitué par un tube cylindrique de 4,2 cm de diamètre
extérieur à l'intérieur duquel est situé un tube cylindrique coaxial de diamètre intérieur 2,5 cm.
L'épaisseur du tube intérieur et du tube extérieur est de 2 mm
De l'eau chaude à 85 °C est introduite dans le tube intérieur avec un débit de 60 l/mn. On se propose
de refroidir l'eau avec une solution aqueuse à 5 °C alimentée dans l'espace annulaire avec un débit
de 30 l/mn.

1. L'alimentation des deux fluides pouvant se faire à co-courant ou à contre-courant on se


propose d'évaluer théoriquement dans les deux cas le débit de chaleur transféré du fluide
chaud au fluide froid avec les hypothèses suivantes :

o le tube extérieur est adiabatique;

o le coefficient de transfert global entre le fluide chaud et le fluide froid est constant
tout au long de l'échangeur.

Les coefficients de transfert locaux supposés constants étant évalués dans tous les cas par la
relation de Colburn. On demande de préciser quantitativement pour les deux associations
possibles :

o les températures des deux fluides à la sortie de l'échangeur

o le débit de chaleur transféré du fluide chaud au fluide froid

Les propriétés physico-chimiques des deux fluides seront supposées égales à celles de l'eau à une
température moyenne de 45 °C, soit :

ρ = 990 kg/m³ Cp = 4,18 kJ/kg.°C λ = 0,602 W/m.°C μ = 0,65 mPa.s

La conductivité thermique du métal constituant les tubes est égale à λ = 45,2 W/m.°C

Quelle est l'association qui conduit au débit de chaleur transféré maximal ?

Exercice 2

On veut refroidir 4,5 t/h de benzène d'une température de 80°C à 30°C à l'aide d'un échangeur
tubulaire simple à contre-courant. L'eau de refroidissement circule en double enveloppe et entre
dans l'échangeur à une température de 20°C.
Le tube interne, dans lequel circule le benzène, a un diamètre intérieur de 22 mm et un diamètre
extérieur de 25 mm et est en acier (λP = 45 W/m °C).
La double enveloppe est parfaitement isolée de l'extérieur.
Les coefficients d'échange convectif eau/paroi et benzène/paroi sont respectivement :
he = 850 W/m2 °C et hb = 1700 W/m2 °C

1. Quelle est la longueur totale Lt du tube nécessaire si on cherche à avoir le plus faible débit
d'eau avec une température de sortie de l'eau ne dépassant pas 50°C ?
Cpbenzène = 1,900 kJ/kg °C et Cpeau = 4,185 kJ/kg °C

2. Pour des questions d'encombrement on désire remplacer l'échangeur tubulaire simple par
un système à deux calandres - quatre passes.
Calculer la nouvelle surface S2 nécessaire à l'échangeur (rapportée au diamètre extérieur du
tube intérieur). En déduire la longueur d'une passe.

Exercice 3

Un réservoir de vapeur cylindrique, horizontal, est rempli d'une masse M = 19,3 kg d'eau sous forme
de vapeur saturante.

Ce réservoir est constitué d'un cylindre métallique de résistance thermique négligeable, de longueur
L = 5 m et de diamètre D = 50 cm.
Ce réservoir est parfaitement isolé sur les faces correspondantes aux sections droites, mais perd de
la chaleur par sa face latérale par convection naturelle et par rayonnement.
Ce réservoir est placé dans l'air ambiant supposé à la température constante de Ta = 15°C.

1. Calculer la température de surface du réservoir. On admettra que cette température est


pratiquement égale à celle de la vapeur saturante Tvs.

On pourra également utiliser avec une bonne approximation la relation de Bertin reliant la
pression de vapeur saturante de l'eau Pvs à son volume spécifique Vvs sous la forme :
PvsVvs = 2,038 (avec Pvs en bars et Vvs en m³/kg)

ainsi que la relation de Duperay donnant, pour l'eau, la température de la vapeur saturante
Tvs en fonction de la pression Pvs :

(avec Pvs en bars et Tvs en °C)

2. On désire maintenir la vapeur d'eau stockée dans l'état ci-dessus, malgré les pertes
thermiques du réservoir. Pour cela, on dispose une résistance électrique chauffante dans le
réservoir. On va chercher à déterminer la puissance de chauffe de cette résistance, par effet
Joule.

a. Calculer le flux de déperdition ΦCV par convection libre du réservoir. On négligera les pertes
aux extrémités du cylindre.

b. Calculer le flux de déperdition du réservoir par rayonnement ΦR. On considérera la face


latérale du cylindre assimilable à un corps noir rayonnant vers l'extérieur sous 4π stéradians, en
négligeant les faces extrêmes, les surfaces réceptrices étant supposées également noires, de
température constante et égale à la température de l'air ambiant Ta = 15°C. On rappelle la valeur de
la constante de Stefan σ = 5,67 10-8 W/m2K4

c. En déduire la puissance de chauffe électrique P (en kW) nécessaire pour maintenir l'eau
contenue dans le réservoir sous forme de vapeur saturante.

On rappelle qu'en convection libre et pour un cylindre horizontal (échelle


caractéristique L = D diamètre) :

régime laminaire 104 < Ra < 109 C = 0,53 n = 1/4

régime turbulent 109 < Ra < 1012 C = 0,13 n = 1/3


Les propriétés physiques de l'air pourront être évaluées par :

T (K) ν (m2/s) λ (W/m.K Pr

300 15,68 · 10-6 0,02624 0,708

400 25,90 · 10-6 0,03365 0,689

500 37,90 · 10-6 0,04038 0,680

600 51,34 · 10-6 0,04659 0,680

700 68,20 · 10-6 0,05132 0,680

Exercice 4

Un échangeur coaxial, parfaitement isolé extérieurement, est utilisé pour réchauffer un fluide de
chaleur spécifique CP = 3,8 kJ/kg°C et de masse volumique ρ = 950 kg/m3. Ce fluide circule à
l'intérieur du tube, tandis que de la vapeur saturante, à une température TVS = 130°C, circule dans la
double enveloppe, cédant sa chaleur par condensation externe aux tubes. On suppose que la vapeur
est toujours saturante en sortie de l'échangeur.
Le fluide entre dans l'échangeur à la température TE = 20°C et à un débit volumique QV1 = 0,7 m3/h.
Sa température de sortie est TS1 = 100°C.

On cherche à déterminer, dans ces conditions, le coefficient d'échange global U1, ainsi que la surface
totale d'échange A. Pour cela, on augmente le débit du fluide jusqu'à une valeur QV2 = 1,2 m3/h,
correspondant à une conductance globale U2. La température de sortie du fluide devient, dans ces
conditions TS2 = 95°C, la température d'entrée restant fixée à TE = 20°C.

Les régimes d'écoulement dans les tubes étant supposés turbulents, on pourra supposer, a priori,
une dépendance de la conductance interne fluide/paroi hi, du type : hi = KV·QV0,8, où KV est une
constante à déterminer.

La conductance externe en condensation, sera supposée rester constante et égale


à he = 3 000 W/m2°C. On pourra négliger la résistance conductive des tubes.

1. Calculer les puissances Φ1 et Φ2 échangées (en W), lors de chacun des essais.
2. Calculer les moyennes logarithmiques des températures lors des deux essais, soient ΔϴL1 et
ΔϴL2.
3. En déduire le rapport U1/U2.
4. Déterminer la valeur de la constante KV (unités SI).
5. Calculer la conductance U1, conductance globale de transfert correspondant au
débit QV1 (unités SI).
6. En déduire la surface totale d'échange A (m2) nécessaire.

Vous aimerez peut-être aussi