Vous êtes sur la page 1sur 5

Belgique, Wallonie, Flandre

Réalités anciennes ou constructions récentes ?

Création de la Belgique
Les débuts
Durant le Moyen Age, le territoire de l'actuelle Belgique était partagée en deux. D'un côté, la
Flandre, vassale du roi de France (territoire à l'ouest de l'Escaut) et de l'autre côté, les terres vassales
du Saint-Empire romain de la nation germanique.

Ce territoire était divisé en dix-sept principautés qui étaient dirigées par les Bourguignons au XVième
siècle, puis par les Habsbourg (sauf la principauté de Liège qui fait exception1). Cet ensemble est
appelé « Pays-Bas ». La Bourguignons et les Habsbrourg ont bien essayé d'unifier ces principautés,
d'en faire un pays mais sans succès car chacune avait ses propres particularités institutionnelles,
judiciaires, ...

Après la réforme protestante2, la partie nord des « Pays-Bas »3 devint indépendante. Elle fut alors
appelée « Pays-Bas du Nord » pour la distinguer des « Pays-Bas du Sud » qui eux n'étaient toujours
pas indépendants. Ils furent dirigés successivement par plusieurs puissances européennes (Espagne,
Autriche et France).

Après de congrès de Vienne4, les Pays-Bas du Sud et les Pays-Bas du Nord se réunissent et forment
donc ensemble le Royaume des Pays-Bas. Suite à cette réunion les habitants de la future Belgique
se sentent plus belges (car déjà unifiés d'un certaine façon par leurs anciens dirigeants les Français,
du côté de l'administration).

Révolution belge et les circonstances


Guillaume 1ier devint leur roi. Il reçut l'ancien duché du Luxembourg5 en compensation, d'autres
pertes, mais ce territoire faisait partie de la Confédération Germanique6. Il imposa la Loi
fondamentale7.

Les libéraux voltairiens rejettent la religion. Mais dans les années 1820, de jeunes libéraux
apparaissent, les libéraux radicaux, qui ne connaissent pas trop les privilèges qu'avait l'Église. Ces
derniers proclament plutôt la liberté, et donc admettent la liberté de croire en une religion. En même
temps, les catholiques pensent que la liberté est bénéfique en tous points de vue. Ces deux « clans »
réunis, formant l'opposition, s'opposent au règne de Guillaume 1ier par des critiques et en les
publiant dans la presse. Le roi eu un fils, prince d'Orange, à qui il donna des places importantes
dans son régime politique. Ainsi, lorsqu'on critiquait le régime, c'est toute la dynastie qui était visée.

D'après le roi Guillaume 1ier, comme il est devenu roi avant que le Loi fondamentale ne soit mise en
place, celle-ci ne s'appliquait pas sur lui.

Suite à la pression de l'opposition, le roi signa un concordat qui, entre autres, rendit les lois sur les
restrictions de la presse plus souples (car il se fut déjà vu que des auteurs prenant trop de liberté se
fassent exilés) et sur l'emploi de la langue. Ces changements eurent pour effet que les Belges se
sentaient encore plus puissants.

En France, le 27, 28 et 29 juillet 1830, le peuple se révolta et l'emporta. Cela échauffa les esprits des
Belges, il y eu plusieurs incidents mais c'est le 25 août, jour le l'anniversaire du roi, que fut autorisé
la représentation de l'opéra La Muette de Portici 8 à Bruxelles. A la sortie du théâtre les spectateurs
se dispersèrent en plusieurs groupes. Un alla vers les bâtiment de la police (où deux personnes se
firent tués, ce qui arrêta les autres), des autres vers d'autres bâtiments (pour les piller), et un autre
alla à l'hôtel du ministre de la Justice, où ils mirent le feu après l'avoir pillé. Quelques heures plus
tard, des troupes furent réparties pour les stopper mais celles-ci n'y parvinrent pas. Les bourgeois se
sentant menacés créèrent la garde bourgeoise. Celle-ci parvint à arrêter les émeutes dans le centre
de Bruxelles. Les émeutiers se déplacèrent en périphérie pour attaquer les industries9 mais la garde
rétablit vite l'ordre. De plus, les habitants des autres villes apprenant la nouvelle se révoltaient (mais
d'autres autorités furent mise en place). Les liégeois allèrent en renfort à Bruxelles. Les bourgeois
maintenant ainsi l'ordre dans la capitale en profitèrent pour dire au roi revoir son règne.

Le roi s'en relit aux États généraux (réunion prévue pour le 13 septembre 1830). Son fils se rendit à
Bruxelles et vu l'état dans lequel se trouvaient les habitants. Depuis lors, il voulut la séparation entre
la Belgique et les Provinces-Unies, ce qui était réclamés à l'époque.

Avec toutes ses hésitations et tous ses doutes de la part du gouvernement, la Belgique devint
indépendante le 4 septembre 183.

La Belgique maintenant
Aujourd'hui le problème le plus important de la Belgique est Bruxelles-Hal-Vilvrode. Il faut savoir
pourquoi cet arrondissement existe.

En 1932, 33 lors du traçage de la frontière linguistique, 120 000 francophones de trouvent dans un
territoire dans la périphérie de Bruxelles10 , dans le territoire flamand. Les Flamands et les Wallons
trouvent un nouveau compromis: réunir les dix-neuf communes de la région de Bruxelles-Capitale
et les tente-cinq communes du Brabant Flamand dans un même arrondissement judiciaire et d'une
même circonscription électorale. Ainsi les francophones de la périphérie peuvent voter pour des
francophones de Bruxelles et les néerlandophones de Bruxelles peuvent voter pour les
néerlandophones de BH.

En 1995, le Brabant unitaire se scinde en deux.

Pour Bruxelles et les communes dans la périphérie une solution a été trouvée: garder la
circonscription électorale et l'arrondissement judiciaire de BHV. Et c'est cet arrondissement-là que
la plupart des partis flamands veulent scinder au nom du principe de l'homogénéité luiguistique.

Mais si cette scission de faisait, les francophones de BHV ne pourraient plus voter pour les
politiciens bruxellois et idem du côté Flamand. Sans cela, le nombre d'élus bruxellois flamands dans
la chambre diminuerait. Mais en contre-partie, on gagnerait une plus grande chambre unilingue.

Les politiciens sont dans une impasse...


[Notes]
1
: Lors de la séparation des principautés, celle-ci restera neutre, indépendante.
2
: Réaction contre la toute-puissance du catholicisme et de la papauté.
3
: Ou encore « Provinces-Unies ».
4
: Réunions de dirigeants importants européens du 1ier novembre 1814 au 9 juin 1815 à Vienne. La
France du céder des territoires tels que la Belgique en compensation de la perte de la colonie du
cap de Bonne-Espérance et de comptoirs indien.
5
: Province du Luxembourg et le grand-duché.
6
: Confédération d'États germanophones, de 1815 à 1866, comptant 36 membres à sa création.
7
: Constitution considérées des plus libérales pour l'époque.
8
: D'Auber.
9
: En plus d'être en pleine crise politique, ils étaient aussi en pleine crise économique. Le taux de
chômage était très élevé à cause le l'apparition de l'industrie.
10
: A majorité francophone et insérée dans la région flamande.

Analyse de documents
Premier
Auteur: Non spécifié

Date: Non spécifiée

Type de document: Travail, écrit


et image

Objectif ou subjectif?
A priori: Objectif car le travail
est à priori basé sur des
chiffres et sûrement sur des
faits. Rien ne prouve le
contraire.
Après la lecture: Objectif,
confirmation de l'à priori.

Ce qu'il nous apprend: Que le


pouvoir sur le territoire Belge
actuelle n'a pas toujours
appartenu à la même puissance
mais que la frontière
linguistique a toujours été
présente.
Deuxième
Auteur: Non spécifié.

Date: Non spécifiée.

Type de document: Travail (car il s'étale sur


une période plus longue que la vie d'un
homme), écrit.

Objectif ou subjectif?
A priori: Plutôt objectif car rien n'indique le
contraire.
Après lecture: Objectif, il n'y a pas
d'opinion personnelle qui intervienne et
les faits relatés concordent avec ce qui
est dit à d'autres sources.

Ce qu'il nous apprend: (Voir une parie du


reste du travail.)

Bibliographie
Wikipédia. L'encyclopédie libre, Belgique, http://fr.wikipedia.org/wiki/Belgique#Histoire, page
consultée le 21 avril 2010.

Wikipédia. L'encyclopédie libre, Congès de Vienne,http://fr.wikipedia.org/wiki/Congr


%C3%A8s_de_Vienne#Modifications_territoriales, page consultée le 21 avril 2010.

Wikipédia. L'encyclopédie libre, Histoire de la Belgique,


http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Belgique#Le_Moyen_.C3.82ge,page consultée le 21
avril 2010.

Wikipédia. L'encyclopédie libre, Révolution belge, http://fr.wikipedia.org/wiki/R


%C3%A9volution_belge, page consultée le 21 avril 2010.

Le monde de tous les esapces bleges. Histoire du pays et du monde, Histoire de la Belgique,
http://users.skynet.be/belespace/Bookmark%20Histoire.htm, page consultée le 21 avril 2010.

Frédéric Dhindt, Le Belgique pour les nuls, http://herakleitosonmondays.blogspot.com/2008/03/la-


belgique-pour-les-nuls.html, page consultée le 21 avril 2010.

Linternaute. Hisoire, La Belgique, une histoire en union et désunion,


http://www.linternaute.com/histoire/magazine/magazine/dossier/histoire-belgique/index.shtml, page
consultée le 21 avril 2010.

Linternaute. Histoire, Comment a été créé l'Etat belge?,


http://www.linternaute.com/histoire/magazine/magazine/dossier/histoire-belgique/creation-etat-
belge.shtml, page consultée le 21 avril 2010.

Wikipédia. L'encyclopédie libre, Principauté de Liège, http://fr.wikipedia.org/wiki/Principaut


%C3%A9_de_Li%C3%A8ge, page consultée le 21 avril 2010.
HATIER, Didier, Construire l'Histoire 2 L'affirmation de l'Occident (Xie-XVIIe siècle),Namur:
Editions Didier Hatier,2006.

WILLEQUET, Jacques, 1830 Naissance de l'Etat Belge, Bruxelles-Paris: Editions du Sablon, 1945.

LEJEUNE, Jean, Liège et son Pays, Naissance d'une partie (XIIe-XIVe siècles), Univesité de Liège,
1948.