Vous êtes sur la page 1sur 10

• République Algérienne Démocratique et

Populaire
Chambre de commerce et d’industrie Seybouse – ANNABA

Formation déclarant en douane


Stagiaire : GUEZIRI MOURAD BEY
Formateur Mr Rihani Mohamed
Exposé sur :les logistiques portuaires
-les differents types de navires
- l'opération embarquement débarquement des marchandises
- Différent types de marchandises
- Différents intervenants dans une opération de manutention
Les TYPES DE NAVIRES :
Il existe toutes sortes de navires, que l'on peut classer
selon leurs usages, leur taille, leur mode de propulsion
principal.
Navires de commerce
Navires CARGO
Navire a passagers:
Navires spécialisés:
Navires de services :
Navires de guerre:

Navires de pêche
• 2 opération embarquement débarquement des marchandises.
• Opération embarquement débarquement des marchandises
• LA MANUTENTION : La manutention portuaire comprend les opérations d’embarquement, d’arrimage, de désarrimage et de débarquement des marchandises et les
opérations de mise et de reprise des marchandises sur terres pleins ou magasins en vertu d’un contrat qui donne lieu à une rémunération.
• L’ACCONAGE : L’acconage comprend les opérations tendant à assurer la réception, le pointage et la reconnaissance à terre des marchandises embarquées ou
débarquées ainsi que leur gardiennage, jusqu’à leur embarquement ou leur délivrance au destinataire.

• 3- Différents types de marchandises.


• Le terme « marchandise » désigne ce qui a une valeur marchande ou ce qui se vend, se débite, soit en gros, soit en détail.
• En transport l’acception est beaucoup plus large puisque le transport de marchandises couvre tout ce qui n’est pas considéré comme du transport de
voyageurs.
• Solide : Une marchandise solide doit répondre aux conditions ci-après :
• Substance qui :
• N’est pas liquide ou gazeuse
• A une longueur, une largeur et une épaisseur
• A peu ou pas tendance à couler
• Lorsqu’elle reçoit une pression modérée, conserve sa forme et son volume.
• Compte tenu des conditions qui précèdent, une marchandise solide n’aura pas tendance à couler lorsque le matériel d’emballage sera retiré et elle
conservera des dimensions de hauteur, longueur et largeur. Pour être un solide, la marchandise ne doit pas nécessairement être formée d’une seule pièce.
Par exemple, des marchandises solides telles que le bois de chauffage, les palettes filmées sont mesurées en unités de volume et sont composées de
plusieurs pièces solides distinctes.
• En transport routier est considérée comme solide toute marchandise qui peut être transportée sur un camion ou dans une remorque sans
aménagements particuliers liés à sa consistance.
• Liquide : En transport routier est considérée comme liquide toute marchandise qui doit être transportée dans un contenant : citerne, cuve, fût, ou un
réservoir souple.
• Réservoir souple chauffant pour transport de marchandises liquides dans une semi-remorque classique.
• Le transport de liquides en citernes comprend principalement deux familles :
• Le transport de liquides alimentaires (lait, huile…)
• Le transport de liquides industriels (carburants, produits chimiques…).
• Qui répondent à des règles distinctes d’hygiène et de sécurité, par exemple : il est interdit de transporter simultanément ou successivement des liquides
alimentaires et des liquides industriels dans une même citerne.
• Pulvérulents : Les pulvérulents sont des poudres ou des produits se réduisant facilement en poudre. Ils concernent trois secteurs principaux : l’agro-
alimentaire (farine, cacao…), la chimie (engrais…) et le BTP (ciment…).
• Ils peuvent se présenter sous forme de sacs ou colis étanches et sont transportés dans des véhicules classiques ou en vrac auquel cas ils sont
transportés dans des citernes spécifiques.
• Les citernes qui transportent du pulvérulents alimentaires sont soumises aux règles strictes de la sécurité sanitaire des aliments quelles que soient les
filières : alimentation animale, alimentation humaine. Ces règles imposent des obligations de nettoyage - désinfection, d’une part, et d’autre part
d’incompatibilité dans la succession des produits transportés, qui rendent très complexe la gestion des flottes et cloisonnent les marchés.
• Les transports de pulvérulents industriels, type ciments pour le BTP, rentrent dans les schémas plus classiques du TRM, la spécialité ne couvrant pas les
pulvérulents « matières dangereuses ».
• Marchandises conditionnées : Conditionnement et emballage sont deux termes proches utilisés en logistique. Il est utile cependant de les distinguer :
•Marchandises longues : Outre le stockage spécifique, les marchandises longues demandent des précautions
particulières lors de leurs manipulations et déplacements dans l’entrepôt du fait de leurs dimensions. Le chargement
des pièces de grande longueur sur un véhicule de transport se fait latéralement (sauf les matériaux légers qui peuvent
être déplacés à la main).
•Si les pièces sont plus longues que l’espace de chargement du véhicule elles peuvent dépasser l’extrémité arrière du
véhicule de 3 mètres au maximum et être munies d’une signalisation spécifique mise en place par le transporteur.
•L’arrimage des marchandises longues doit être particulièrement soigné pour éviter tout déplacement en cours de route.
•Marchandises volumineuses : Les marchandises volumineuses demandent des précautions particulières lors des
opérations de déchargement, de stockage ou de chargement :
•Espaces de travail et de stockage dégagés préalablement au déplacement des marchandises
•Véhicule de transport parfaitement adapté (dimensions, capacités) et équipé
•Engins de manutention spécialement équipés
•Assistance pour guider et surveiller
•Arrimage renforcé à bord du véhicule de transport.
•Marchandises lourdes ou pondéreuses : Une marchandise pondéreuse a une masse volumique élevée qui impose, là
aussi, des précautions particulières lors de la manutention et du stockage :
•Stabilité et résistance des sols (parcours et stockage
•4 - Différents intervenants dans une opération de manutention
portuaire.
•.armateur.:L’armateur est celui qui arme le navire et qui fait donc en sorte que celui-
ci soit en ordre de marche pour embarquer la marchandise à son bord au port
d’embarquement (POL – Port of Lading) et qu’elle soit déchargée saine et sans
réserve au port de déchargement (POD – Port of Dis charge). Il a donc la
responsabilité de l’entretien du navire, de l’embarquement d’un équipage compétent
qui est partiellement ou totalement sous sa responsabilité managériale et des
fluides et matériels à fournir au bord pour que le navire puisse travailler et naviguer
normalement.
•L'agent maritime et le consignataire de navire:
L’agent et le consignataire sont tous deux les représentants légaux de l’armateur dans un port. La
réglementation oblige d’ailleurs ce dernier à avoir un agent désigné sur place. Chacun des deux
métiers s’occupe d’un aspect de cette représentation : l’un du volet commercial et l’autre des
domaines technique, pratique et administratif lors de l’escale d’un navire. Celui qui assure les
deux aspects porte le titre d’« agent et consignataire
Le consignataire est chargé de l’organisation physique de l’escale. Il s’agit alors de gérer toutes
les formalités administratives liées au navire avant l’arrivée et lors de son séjour en port, de
s’acquitter de toutes les démarches relatives à la cargaison (récupération des titres de transport
de la marchandise, des documents pour l’exportation, la déclaration auprès des douanes et la
répartition des frais d’escale) et de pourvoir aux besoins normaux du navire et de l’équipage.
Le commissionnaire ou transitaire :
Le commissionnaire de transport est un intermédiaire de commerce. C’est la personne qui
organise le transport de l’usine au magasin. Il est chargé de faire exécuter sous sa responsabilité
et en son propre nom un transport de marchandises selon les modes de son choix pour le
compte d’un commettant. Les activités de groupage, d’affrètement, de bureau de ville ou
d’organisation de transport relèvent de la même réglementation (Décret 90-200 du 5 mars 1990).
Le courtier maritime
Le Shipbroker est un professionnel qui s’entremet entre deux entreprises, soit pour acheter ou
vendre un navire neuf (par exemple entre un armateur et un chantier) ou un navire d’occasion
(entre deux armateurs), soit pour la location (l’affrètement) d’un navire entre celui qui a une
marchandise à transporter et celui qui possède un navire correspondant à ses besoins. Il «
rapproche » les parties, mais les aide aussi dans la négociation, dans la conclusion du contrat, et
même dans la suite de l’exécution de ce dernier.
Le conducteur en douane :
• L'expert maritime.
• Le manutentionnaire.La manutention désigne l’ensemble des
opérations de chargement et de déchargement des navires marchands
dans les ports de commerce. Les métiers concernés sont ceux des
dockers et grutiers.
• Le lamaneur. Il s'agissait d'un marin local montait a bord des navires
pour les guider .
• Le pilote maritime.Le pilotage maritime est une assistance donnée
au commandant d’un navire pour le conseiller sur les manœuvres à
réaliser dans des passages difficiles comme les eaux resserrées, les
chenaux et bassins portuaires, ou encore pour naviguer sur une voie
maritime difficile
• Le remorqueur portuaire.
• Lavitailleur :L’avitailleur (shipchandler) est la société qui approvisionne les
navires en marchandises nécessaires à la vie quotidienne à bord. Il fournit
le fuel, les provisions de bouche pour l’équipage, la droguerie, la
quincaillerie, les matériels divers (produits électriques et pharmaceutiques.
• Les officiers de ports.