Vous êtes sur la page 1sur 17

LE TRAITEMENT DES EAUX DE PROCESS

Traitement des eaux


de process : limiter les
prélèvements autant que
les rejets

Sous la contrainte réglementaire, les industriels sont de plus en plus


souvent amenés à réduire leur consommation d’eau ou le volume de leurs
effluents. Vécue comme un coût supplémentaire en période de crise,
l’opération pourrait pourtant se révéler économiquement intéressante, pour
peu que l’on adopte une approche globale du fonctionnement de l’usine car
économies d’eau rime alors avec économies d’énergie et valorisation des
sous-produits et déchets. Les spécialistes de l’eau trouvent là le moyen
d’étendre le champ de leurs compétences et de contribuer à augmenter la
Veolia Water STI

Par Françoise Breton, compétitivité des usines.


Technoscope

E
n France, les industriels s’inté-
ressent de plus en plus au recy-
ABSTRACT crisis, the operation could be economically clage de l’eau sous l’effet d’une
Process water treatment: viable, as long as a global approach to plant double contrainte : réglementaire en
limiting samples and release. operation is adopted, as water savings entail matière de prélèvements et de rejets mais
Under regulatory constraints, industrialists energy savings and recycling of by-products aussi parce que limiter son empreinte envi-
are increasingly required to reduce their water and waste. In this manner, water specialists ronnementale est devenue vital. Le pro-
consumption, or the volumes of their effluents. are able to expand their skills and contribute to blème du recyclage de l’eau se pose égale-
Considered as an additional cost in times of increasing plant competitiveness. ment dans certains cas, lorsqu’une crois-
www.revue-ein.com N° 373 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - 33
Traiter les lixiviats en station fixe ou mobile
La société alésienne Eau Pro, spécialisée dans les constructeur conseille un pré-traitement de la lagune
systèmes de filtration tangentielle équipées de mem- pour augmenter la biodégradabilité des effluents, la
branes céramiques ou de fibres creuses, propose réduction des consommables et la neutralisation des
une station de traitement dédiée au traitement des mauvaises odeurs. Baptisée Aquazone, la station est une démarche globale par laquelle nous
lixiviats de centres d’enfouissement technique ou fixe ou mobile pour des interventions ponctuelles sur contribuons à améliorer la rentabilité de
de plateformes de compostage, mais également des des sites, et permet de traiter des volumes de 30 à
effluents agroalimentaires comme ceux issus des 60 m3 par jour avec un rejet dans le milieu naturel
nos partenaires industriels ». Les spécia-
caves vinicoles. respectant listes du recyclage des effluents industriels
La technologie la réglemen- tels que Veolia Water STI, GE Water & Pro-
repose sur une tation. Avec
cess Technologies, Degrémont Industry,
préfiltration sa faible
tangentielle et emprise au Hytec Industrie, Tecnofil, Serep, Proser-
un système à sol (20 à 35 pol, Corelec Equipements, Exonia, Viivlo
contre-courant m2), sa faible ou CTP Environnement sont d’accord sur
de décolmatage consommation
automatique électrique (15 le fait qu’une bonne solution se dessine
couplée à une à 25 kW) et d’abord dans le cadre d’études poussées
flottation par un investisse- menées en partenariat avec le client. Il
air dissous et ment réduit,
un traitement elle porte
s’agit en effet d’identifier où prendre l’eau
physico-chimique à moins de et où la réinjecter pour en tirer le meilleur
par l’injection 15 € le prix parti en fonction des contraintes de l’acti-
EauPro

de coagulants de revient du
vité, et de combiner le recyclage d’eau avec
organiques m3 traité. Son
(produit naturel) pour une coagulation-floculation. Le fonctionnement, entièrement automatisé et géré à l’optimisation d’autres critères. Dans cette
traitement est terminé par un procédé d’ozonation distance, ne nécessite qu’un contrôle visuel 2 à 3 approche, l’innovation réside le plus sou-
et la percolation sur un filtre à charbon actif. Le fois par semaine. vent dans la combinaison de technologies
existantes permettant une performance
sance de l’activité est envisagée mais que met d’identifier la source des polluants optimale. Mais les procédés utilisés évo-
les capacités épuratoires de la station de et des effets toxiques, de proposer des luent eux-mêmes pour être plus économes
l’usine atteignent la saturation. Il devient actions de réduction à la source et de vali- en eau et en énergie.
alors intéressant d’évaluer la possibilité de der des solutions. La démarche d’efficacité Spécialisée dans l’assistance technique en
recycler en amont. La contrainte peut aussi hydrique est une démarche d’intelligence prestations d’ingénierie, Aquatrix, filiale
venir de la station d’épuration municipale économique, elle est source de réduction du groupe Alphadoz, propose l’expertise
qui, suite à l’agrandissement de l’agglomé- des coûts et des risques. de ses collaborateurs très spécialisés aux
ration, fait pression sur l’industriel pour L’objectif affiché est d’obtenir un retour sur ensembliers et aux traiteurs d’eau. Un posi-
qu’il trouve une autre solution pour le trai- investissement autre que l’image. « C’est tionnement original et diversifié qui lui per-
tement de ses rejets. Néanmoins, il est bien une véritable évolution de notre métier, met d’appréhender et d’anticiper les ten-
souvent compliqué de passer à une étape estime Xavier Lazennec, directeur pour dances du marché, en eaux de process
opérationnelle car le coût de l’eau restant Degrémont Industry, spécialiste du cycle de comme en eaux usées. Pour Baptiste Goua-
assez bas, il reste très difficile de rentabi- l’eau industrielle. Il y a seulement 15 ans chon, Ingénieur chargé d’affaires chez
liser un projet de réutilisation uniquement nous étions généralistes. Depuis quelques Aquatrix, « On observe sur la plupart des
basé sur une économie en eau. années, nous devons être au plus près des projets un objectif affirmé vers une dimi-
C’est la raison pour laquelle, le recy- procédés de nos clients afin d’apporter nution des consommations en eau et en
clage de l’eau est rarement envisagé seul une expertise pour l’eau mais également énergie. Cette préoccupation s’étend aux
aujourd’hui. Les traiteurs d’eau travaillent concernant l’énergie et les déchets. C’est réactifs, un poste important qu’il ne faut
plus globalement sur l’optimisation de
l’installation, aussi bien en termes d’écono-
mie d’eau que d’économie d’énergie et de
réduction ou de valorisation des déchets.
Stéphane Gilbert, président de la société
Proj&Eau, est l’un des premiers à avoir mis
en avant le concept d’efficacité hydrique,
en référence à l’efficacité énergétique déjà
bien connue des industriels. « L’efficacité
hydrique pour un industriel, c’est moins
consommer, mieux produire, moins reje-
ter » indique-t-il, précisant que la quantité
Degrémont

et la qualité de l’eau sont deux faces d’une


même pièce et doivent donc être regardées
simultanément. Pour accompagner l’indus- Degrémont a appliqué son procédé Oxyblue®, pour recycler les effluents de la raffinerie
triel vers l’efficacité hydrique, Proj&Eau pétrochimique de PetroChina à Chengdu dans le but de répondre à la double contrainte de
réutilisation de plus de deux tiers des eaux usées et de réduction des rejets polluants
réalise des cartographies dynamiques des
pour répondre à des normes de plus en plus sévères.
flux sur les usines de ses clients. Ceci per-
34 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - N° 373 www.revue-ein.com
Spécialisée dans le traitement et recyclage des rejets industriels, Actibio a réalisé de nombreuses
installations de recyclage notamment dans le domaine du lavage de gros véhicules (trains,
tramways, bus, poids lourds…). Le traitement associe une épuration biologique avec une filtration
fine ce qui permet de recycler jusqu’à 80 % de l’eau avec une capacité de 110 m3/jour pour le
lavage des trains et TGV.
pas négliger et sur lequel il est possible de
réaliser jusqu’à 30 % d’économies ».
D’autre part de nouvelles technologies
se développent pour permettre de réu-
tiliser l’eau à plus grande échelle. Pour
cela, ces spécialistes du traitement de l’eau
travaillent par exemple avec des grands
groupes pour tester des solutions inno-
vantes. Ainsi, le projet européen E4Wa-
ter regroupe une petite vingtaine d’indus-
triels, de sociétés de traitement de l’eau et
d’acteurs de la recherche pour tester des
solutions de recyclage de l’eau permettant
de réduire de 40 % au moins les ponctions
d’eau, de 30 à 70 % les effluents et de 15 à
40 % la consommation énergétique. Dans
ce cadre, Degrémont effectue, avec Total
et Procter & Gamble, des essais pilote
de procédés combinant oxydation-ozona-
Actiobio

tion et épuration biologique. Degrémont a

Le boom des techniques membranaires


Les eaux de process doivent être traitées afin de Polymem, seul fabricant français de membranes les membranes et d’en réduire la maintenance. La
présenter la qualité requise pour les recycler ou les fibres creuses, fait état de dizaines de références déclinaison Actiflo Softening™ permet d’abattre le
réutiliser au niveau de l’usine. En particulier, elles en industrie pour des unités de petites capacités calcium, qui a tendance à précipiter sur les mem-
doivent être déminéralisées. Cette étape se fait jusqu’à des unités de 40 000 m3/jour sur eau de branes, avec une vitesse de décantation élevée
traditionnellement en combinant différents types de procédé. L’entreprise propose assistance et savoir de 120 m/h et en réduisant la consommation de
résines échangeuses d’ions afin d’arrêter les molé- faire pour le choix des membranes, le dimensionne- coagulants. L’appareil présente une emprise au sol
cules solubles voulues. Cette technologie nécessite ment, la conception et à la réalisation de systèmes 10 fois inférieure aux procédés classiques. Actiflo
toutefois la régénération régulière des résines par d’ultrafiltration et/ou d’osmose inverse. Polymem a Carb™ pour sa part utilise un dosage de charbon
des bains d’acide et de soude, dangereux à stocker ainsi pu concevoir et réaliser des unités de production actif en poudre pour piéger 30 à 50 % de la matière
et à manipuler et produisant des rejets toxiques dif- d’eau de procédé, notamment avec des installations organique dissoute responsable de la formation de
ficiles à gérer. Veolia Eau a réalisé pour un industriel d’ultrafiltration en traitement direct d’eaux de surface biofilms, le reste étant maîtrisé par un enchaînement
français de la chimie et des fertilisants une nouvelle et de traitement des eaux de rejets de procédés : de techniques, dont le déplacement du biofilm.
technologie de déminéralisation d’eau de forage plus industries chimiques, industries agro-alimentaires, L’osmose inverse est particulièrement indiquée
performante en combinant des résines cationiques traitement de lixiviats de décharge… etc. lorsque les eaux sont très salines et donc coûteuses
faibles et fortes et des résines anioniques faibles et Aquasource, installe de son côté ces systèmes en réactifs pour leur déminéralisation par résines
fortes. Le maintien d’une zone active sur-régénérée d’ultrafiltration en prétraitement d’osmose inverse et échangeuses d’ions. Lorsque les chaînes de démi-
de la membrane assure une eau de très bonne améliore ainsi la qualité d’eau en entrée et le flux de néralisation d’une usine disposent déjà de résines,
qualité tout en diminuant la consommation de il est intéressant de les combiner à un
réactifs et donc en diminuant la quantité d’éluats osmoseur en amont afin de piéger une
à neutraliser. Cette solution permet d’augmenter grande partie des sels avant que la résine
la quantité d’eau déminéralisée produite (96 %), retienne le reste. On augmente ainsi la
avec seulement 4 % de pertes contre 20 % durée de vie des résines tout en baissant
auparavant. leur coût d’entretien (moins de régénéra-
Les industriels préfèrent de plus en plus les tions) et en réduisant la gestion des rejets
techniques membranaires d’osmose inverse toxiques et le coût hygiène et sécurité de
mises en œuvre par Hytec Industrie, Elmatec, l’installation. Ce type de solutions permet
Ocène, Osmotech, BWT, TIA, Maiveo ou encore aussi d’alléger la charge sur une step en
Hydrobios, plus propres et plus compactes que limite de saturation et de pouvoir basculer
les résines. L’osmose inverse consiste en effet sur l’un ou l’autre équipement en cas de
à filtrer l’eau sous pression à travers une mem- panne.
brane retenant les sels dissous et ne nécessite Même si ces technologies sont de plus
Polymem

donc pas l’utilisation de produits chimiques en plus faciles à mettre en œuvre, il


dangereux. Son principal inconvénient : les mem- peut être intéressant de recourir à une
branes se colmatent facilement. De nombreuses Production d’eau de procédé sur plateforme pétrolière pour eau prestation extérieure en cas d’installation
recherches ont néanmoins permis d’adapter les d’injection, Akal, Golfe du Mexique. Réalisation Polymem. défectueuse, d’arrêt pour la maintenance,
membranes aux caractéristiques des effluents ou pour ne pas investir dans de nouvelles
et de développer de nouveaux produits de nettoyage l’osmose inverse. Ce qui induit une diminution des unités. GE possède la plus grande flotte européenne
qui durent plus longtemps, sont moins chers et ont lavages et des colmatages et améliore la durée de vie mobile pour suppléer les besoins en filtration ou en
un moindre impact environnemental. « Ces progrès des membranes d’osmose. eau déminéralisée. De même, BWT Permo, Veolia
ont été possible grâce au choix des matériaux et aux Des prétraitements comme la filtration sur sable, Water STI, Ondeo Industrial Solutions ou KMU Loft
procédés de fabrication, indique Laurent Moncho de l’ultrafiltration ou la microfiltration peuvent aussi être mettent à disposition des unités de déminéralisation
GE. Leurs caractéristiques chimiques, mécaniques utilisés pour diminuer les éléments susceptibles de par résines échangeuses d’ions pour des débits
mais aussi électrostatiques contribuent à lutter effica- colmater les membranes. Veolia a développé des allant jusqu’à quelques dizaines de mètre cube par
cement contre les colmatages et le développement de prétraitements à base de clarification décantation heure, ainsi que leur déclinaison sur unité mobile
biofilms ». lamellaires à flocs lestés qui permettent de préserver livrée en moins de 24h.

www.revue-ein.com N° 373 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - 35


Sur le site de Messier Bugatti Dowty à Molsheim, Afig’EO a implanté un système permettant à la Ressources externes :
fois d’assurer la quantité d’eau nécessaire pour les besoins du procédé mais aussi de réduire d’un une offre diversifiée
facteur 10 le volume des déchets à évacuer.
Fondée en 2008, Aquatrix, filiale du groupe Alpha-
doz, s’est spécialisée dans la mise à disposition
des traiteurs d’eau ou des maîtres d’œuvre de
ressources externes sous la forme de prestations
d’ingénierie. « Ces prestations concernent aussi bien
l’eau potable que les eaux usées et les eaux indus-
trielles du prélèvement jusqu’au rejet en passant
par toutes les étapes de traitement, de recyclage
et de réutilisation », souligne Baptiste Gouachon,
ingénieur d’affaires chez Aquatrix.

Aquatrix
Les ingénieurs consultants de l’entreprise
apportent leurs compétences en matière d’études,
de réalisation et construction, de mise en service,
Afig’EO

de maintenance industrielle mais aussi d’exploi-


tation au démarrage d’une installation, ponctuel-
lement ou sur une durée plus longue. La société,
qui maîtrise toutes les techniques de traitement,
appliqué un système basé sur ce principe, lité d’eau optimale autorisant le rejet en accompagne les traiteurs d’eau à la demande, sur
Oxyblue®, pour recycler les effluents de zone sensible aussi bien que sa réutili- une partie ou sur la totalité de leur projet, qu’il se
la raffinerie pétrochimique de PetroChina sation. Elle est en outre économiquement situe en France ou à l’international. « Nous nous
différencions des prestataires de service classiques
à Chengdu, dans la province chinoise compétitive car elle nécessite une quan- par le fait que nous capitalisons des compétences
du Sichuan dans le but de répondre à la tité d’ozone bien moindre que les procé- pointues en interne via du personnel embauché
double contrainte de réutilisation de plus dés d’ozonation extensive, ce qui réduit de chez Aquatrix en CDI, qui, de mission en mission,
affinent leur savoir-faire, souligne Baptiste Goua-
de deux tiers des eaux usées et de réduc- moitié les coûts d’utilisation ». La station
chon. Le fait de travailler sur des projets diversifiés
tion des rejets polluants pour répondre à d’épuration de Chengdu est opérationnelle permet également de proposer une grande variété
des normes de plus en plus sévères. « Oxy- depuis fin 2013 et est capable de traiter de solutions adaptables et réplicables sur de nom-
blue® a une efficacité énergétique supé- 60 000 m3 d’eau par jour, de réutiliser 70 % breux process quelles que soient leur taille ou leur
technicité ».
rieure aux procédés traditionnels, indique de ses effluents, d’éliminer la DCO non bio-
Xavier Lazennec, et elle offre une qua- dégradable et de réduire les concentrations de polluants à l’état de traces.
« La tendance générale du marché en
France reste cependant à la réalisa-
tion de petites boucles de recyclage, au
plus près possible de la source, avant
que les effluents ne soient mélangés à
ceux d’autres procédés et donc plus dif-
ficiles et plus chers à recycler, analyse
Laurent Moncho, responsable équipement
et technologie membranaire chez GE. Cette
approche, encore peu exploitée, peut pré-
senter de réels avantages économiques
si on la combine avec la récupération de
matière ou la valorisation de sous-pro-
duits et la récupération thermique par
GE Water & Process Technologies

exemple ».

Combiner avec récupération


de matières et valorisation
de sous-produits
Cette démarche est particulièrement adap-
tée au secteur agroalimentaire où les
Testé dans une usine de mise en bouteille de Coca-Cola en Asie et associé à une osmose inverse,
Aquasel de GE Water & Process Technologies a permis de récupérer plus de 99 % de l’eau usée de effluents aqueux (laiteries, jus de fruits)
qualité suffisante pour être réinjectée en tête de procédé. sont majoritaires. Dans cette optique,
GE Water & Process Technologies asso-
36 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - N° 373 www.revue-ein.com
Des membranes ultrafiltrantes durablement hydrophiles
Arkema et Polymem ont développé conjointement membranaire d’ultrafiltration avec des fibres creuses
une nouvelle technologie de membranes d’ultrafiltra- présente les avantages suivants par rapport aux
tion hydrophiles, qui permet de produire durablement systèmes conventionnels :
une excellente qualité d’eau. Cette technologie de r6OF GJMUSBUJPO QMVT GJOF EFT NBUJÍSFT FO TVTQFO- toutes nouvelles membranes haute tem-
membranes d’ultrafiltration - fabriquées par Polymem sion, des bactéries, etc. jusqu’aux virus), pérature, qui supportent une température
à partir d’un tout nouveau polymère PVDF Kynar® r6OFRVBMJUÊEFBVFOTPSUJFTUBCMFFUJOEÊQFOEBOUF
nanostructuré mis au point par Arkema - rend le de la qualité d’eau en entrée, allant jusqu’à 60 °C, ce qui supprime la for-
traitement de l’eau par membranes plus performant r6 OF FYDFMMFOUF IZESPQIJMJF EFT NFNCSBOFT  mation des biofilms et nécessitent peu de
et moins énergivore. Arkema et Polymem ont noué durable, qui permet d’accélérer la circulation maintenance. Ces membranes permettent
un partenariat pour accélérer le développement de l’eau avec à la clé une augmentation des
commercial de cette technologie et la rendre acces- débits d’eau filtrés à consommation énergétique
de surcroît des gains supérieurs en éner-
sible à d’autres acteurs du traitement de l’eau. Son constante, gie puisque l’eau de départ est plus chaude.
efficacité est prouvée par un démontrasteur d’ultra- r-B QPTTJCJMJUÊ EBVUPNBUJTFS FOUJÍSFNFOU MFT TZT- Il est également possible de réutiliser l’eau
filtration fabriqué par Polymem. Cette technologie tèmes de filtration.
de tours de refroidissement en tant qu’eau
cie généralement la déminéralisation par évaporats et la réduction du volume des d’alimentation de chaudières. Le gouver-
électrodialyse, qui offre la possibilité de purges de 5 400 m3/an. 72 000 m3/an d’eau nement chinois impose ainsi aux centrales
sélectionner une famille de sels avec des de ville ont ainsi été économisés (87 000 €). électriques d’optimiser leur bilan hydrique,
techniques membranaires qui permettent Par ailleurs, les eaux récupérées à 40 °C et de réduire l’apport en eau, de recycler
ensuite de séparer ces sels pour les valori- réutilisées dans la chaudière induisent une autant que possible l’eau et de minimiser
ser. Dans la production de jus de fruits par économie en énergie gaz de 2,4 MW. Au les rejets aqueux (zéro rejet). Depuis 2007,
exemple, l’électrolyse bipolaire permet de total, c’est 120 000 € par an qui sont écono- une grande centrale électrique, située dans
récupérer en sortie de l’eau déminéralisée, misés par l’usine. le nord-ouest de la Chine, traite les rejets
une saumure avec tous les sels piégés et Une difficulté liée à cette récupération est de tours de refroidissement avec les mem-
deux flux, acide et basique, dont une par- que les buées, une fois refroidies, favo- branes d’ultrafiltration d’inge GmbH afin
tie est réinjectée dans le jus pour en ajuster risent le développement de films micro- d’alimenter en eau ses chaudières. L’ex-
le pH. L’acidité étant corrigée par des pro- biologiques dans l’osmoseur, générant ploitant a ainsi réduit de façon significa-
duits d’origine naturelle, l’entreprise béné- des coûts d’entretien élevés. Pour lutter tive ses besoins en eau et le volume de
ficie d’une image “Bio”. Elle économise par contre cela, on n’utilisait jusqu’à présent ses rejets. Cette installation traite environ
ailleurs le coût de l’acide et de la soude que les premiers effets, les suivants étant 4 600 m3/jour.
habituellement utilisés à cette fin ainsi trop chargés en matières organiques et en
qu’un coût “hygiène et sécurité” liées aux sels minéraux. Degrémont a pu améliorer Faire rimer recyclage de l’eau
manipulations par le personnel de ces pro- les performances de son système en met- avec réduction des déchets
duits. Cette solution est très développée tant au point une gamme de produits plus Réaliser des économies d’eau par un recy-
dans les pays gros producteurs de jus de “verts” sans biocide, Irgatreat, destinés au clage des eaux de rinçage est déjà une réa-
fruits, comme les États-Unis et l’Espagne. traitement de l’eau recyclée afin d’éviter le lité depuis longtemps, principalement dans
De nombreux autres secteurs peuvent développement bactérien, ce qui lui per- le secteur automobile, mais aussi dans l’in-
bénéficier de cette démarche. En pétro- met d’utiliser 5 effets. GE Water & Process dustrie de lavage de bouteilles ou de trai-
chimie, par exemple, Degrémont travaille Technologies a de son côté mis au point de tement des plastiques où les chaînes de
d’ores et déjà à la récupération de matières,
comme les huiles, qui peuvent ensuite être
réinjectées dans le procédé de purification
ou être utilisées pour des usages moins
nobles.

Recycler l’eau des évaporats


dans les chaudières
Le recyclage de l’eau peut également se
combiner avec la récupération thermique :
les buées générées par les évaporateurs
sont recyclées une fois condensées mais
encore chaudes pour bénéficier de leur
apport calorique. Bien qu’elle soit relative-
ment simple, cette démarche est encore peu
déployée en France. Degrémont Industry a
développé pour un grand groupe de l’agroa-
limentaire de l’ouest de la France une solu-
Ovive

tion pour recycler l’eau issue des évaporats


dans les chaudières. Cette solution inclut
Biomembrat® d’Ovive allie traitement biologique faible charge et séparation membranaire.
la réduction des volumes d’eau de lavage Cette technologie permet par exemple de réutiliser des eaux traitées pour le lavage des camions
grâce à une automatisation des séquences citernes sur site.
de lavages, l’utilisation des 5 effets des
38 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - N° 373 www.revue-ein.com
Aération mobile de
®
suppléance et de dépannage :
« le SAMU des eaux »

• Panne de pont brosse, d’aérateur de surface


ou de diffusion d’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .louez Oxydro®
• Programmation de travaux, by-pass de station,
nuisances olfactives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .louez Oxydro®
• Surcharge saisonnière de lagune ou de bassin
d’aération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .louez Oxydro®

LOCATION COURTE OU LONGUE DURÉE

Livré en 48 heures
Installé en 2 heures Oxydro 560 en cours installation

6, rue Clémence Isaure 31000 TOULOUSE


Tél. 05 62 89 51 10 - 06 11 91 97 93 - Fax 05 67 20 63 33
oxydro.l.dubois@gmail.com.
La particularité du système SmartRack™ conçu par Degrémont réside dans
l’interchangeabilité des modules membranaires ce qui permet de choisir
la membrane la mieux adaptée au besoin. Le système peut recevoir des
membranes UF ou MF de marques différentes, même de dimensions et de
raccordements hétérogènes. La mise en place de nouvelles membranes ne
kage d’eau plu- jour pour le lavage des trains et TGV.
requiert pas de modification de l’installation. Le système peut aussi bien
être mis en œuvre pour la production d’eau potable ou de process, que pour
viale et des Dans certains cas, il est possible d’aller
le prétraitement de dessalement, ou encore en réutilisation des eaux usées. panneaux pho- plus loin dans le recyclage, et c’est ce
Aquasource a installé un Smartrack™ de 12 modules d’ultrafiltration avec tovoltaïques. qu’a fait la société Afig’EO, au moment
clarification et élimination des matières fines en suspension, permettant de Spécialisée de moderniser la station de traitement
traiter 1 000 m3 d’eau par jour sur le site de Mulwala de Thales Australie. dans le traite- des eaux de rinçage de l’atelier de trai-
L’industriel améliore ainsi nettement la qualité de ses eaux de rejets,
ment et recy- tement de surface roues et freins du site
notamment en diminuant les matières en suspension.
clage des de Messier Bugatti Dowty à Molsheim,
rejets indus- dont le débit n’était plus suffisant pour ali-
triels, Actibio a menter l’atelier en eau de rinçage. « Nous
également réa- avons proposé un système qui permet-
lisé de nom- tait à la fois d’assurer la quantité d’eau
breuses instal- nécessaire pour les besoins du procédé
lations de recy- mais aussi de réduire d’un facteur 10 le
clage notam- volume des déchets à évacuer, explique
ment dans Dominique Buzaré, directeur technique de
le domaine Afig’EO, une entreprise alsacienne spécia-
du lavage de lisée dans le traitement des eaux de pro-
gros véhi- cess et résiduaires industrielles. De sur-
cules (trains, croît, ces déchets sont inertes et solides, ce
tramways, qui facilite leur manutention et diminue
bus, poids la logistique de transport et les risques de
lourds…). Le fuites. Un avantage inestimable pour un
traitement atelier dégageant des effluents toxiques
associe une et soumis à une obligation réglemen-
épuration bio- taire de zéro rejet ». La chaîne de traite-
logique avec ment mise en place par Afig’EO est compo-
une filtration sée d’un double système de résines échan-
fine ce qui per- geuses d’ions par lit flottant en simplex et
met de recy- d’un traitement complémentaire des éluats
cler jusqu’à de ces résines qui contiennent du chrome
Degrémont Industry

80 % de l’eau VI pour ceux provenant des bains de chro-


avec une capa- mage et du cyanure pour ceux dérivant
cité de 110 m3/ des bains de cadmiage. Les premiers sont
lavages sont longues et présentent diffé-
rents niveaux d’utilisation de l’eau. À petite
échelle, EauPro propose aujourd’hui un
système complet, Ecopr’eau®, de traite-
ment et recyclage des eaux issues des pla-
teformes de lavage de camions, engins de
chantier ou matériels agricoles chargées de
boues, d’hydrocarbures et de produits phy-
tosanitaires. Les eaux de lavage sont stoc-
kées dans une cuve tampon, pour séparer
l’eau du sable et du gravier et réguler les
flux entrant et sortant, puis dirigées vers
un bioréacteur séquentiel Bioconcept ®.
Un filtre à charbon actif et un traitement
par ultrafiltration permettent de recycler
KMU Loft

la totalité de l’eau en toute sécurité pour le


nettoyeur haute pression. Le faible volume
des boues générées (quelques kilos par KMU Loft a acquis une solide expertise dans le traitement des eaux de process via des unités
semaine), est évacué et séché par épan- de déminéralisation fixes et mobiles par échanges d´ions cations et anions forts/faibles, résines
dage. En absence de réseaux d’eau et échangeuses d´ions spécifiques pour séparer un élément chimique particulier dans l´eau,
pour garantir une conductivité de l´eau mais aussi la décyanurisation, la déchromatation,
d’électricité, l’unité peut être rendue auto-
l´ultrafiltration, l’osmose inverse et bien sûr, les évapo-concentrateurs.
nome en lui adjoignant une cuve de stoc-
40 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - N° 373 www.revue-ein.com
Installation de déminéralisation avec résines échangeuses d’ions. Réalisation Maiveo.

récolte que 90 tonnes de déchets par an à


envoyer au centre de destruction au lieu
des 900 tonnes précédemment, souligne
Dominique Buzaré. Le système a été mis
en place en 6 mois, sans arrêt de produc-
tion, et il fonctionne déjà depuis plus d’un
an sans aucun incident. Nous sommes
actuellement sur un chantier de même
nature mais la solution sera différente
car elle dépend de beaucoup de facteurs,
dont les critères économiques, le coût d’in-
vestissement par rapport au coût énergé-
tique, de la qualité de l’eau, de la place, des
conditions de rejet, du personnel de main-
tenance, etc. C’est pour cela qu’Afig’EO
assure la conception des systèmes jusqu’à
Maiveo

leur installation, la formation et la main-


déchromatés et les seconds décyanurés donner un concentrât de sels et un distillat tenance jusqu’à ce qu’elle soit acquise par
avant d’être neutralisés, passés à l’électro- qui est renvoyé dans les différents circuits le personnel ».
coagulation afin de récupérer les métaux consommateurs d’eau en même temps que
dissous concentrées dans un filtre-presse l’eau des résines. « L’originalité du sys- Récupération de l’eau et
(près de 50 % de matière sèche). L’eau en tème réside dans la combinaison de pro- zéro rejet liquide (ZLD)
sortie de filtre, limpide mais très salée cédés qui fait que pour des circuits qui L’approche zéro rejet liquide (ZLD) pousse
passe dans l’évaporateur sous vide pour tournent globalement à 30 m3/h, on ne cette logique jusqu’au bout : la déshydra-

Réduire les rejets polluants dans les circuits d’eau de


chauffage et d’eau glacée
Les eaux des circuits fermés (chauffage et eau gla- réduits au maximum.
cée) sont souvent chargées en polluants d’origines Enfin, la clarification de l’eau qui s’opère en
métalliques (fer, aluminium, zinc, cuivre ...) issus de quelques semaines conduit à améliorer la viscosité,
la corrosion des surfaces internes des tuyauteries, générant ainsi des économies en énergie (gaz, fuel
des foyers de chaudière ou des échangeurs ther- lourd, électricité) et conduit à réduire les rejets en
miques. Lors des rinçages ou des vidanges de ce micropolluants.
type d’installations, de grands volumes d’eau conte- « Cette technologie est la seule actuellement sur le
nant des métaux lourds sont, dans marché à permettre ces résultats,
plus de 90 % des cas, envoyés explique Christian Michel, directeur
directement dans le réseau technique de Ingenio : réduction
d’eaux usées sans traitement de des dépôts métalliques par refixa-
neutralisation préalable. Fort de tion, clarification rapide de l’eau,
ce constat, la société Ingenio, a stabilisation sur le long terme des
développé à l’appui de son bureau paramètres physico-chimiques de
d’ingénierie, un procédé innovant l’eau (TA, TAC, PH, O², Fe, Cu, Mn,
écologique fruit de 15 ans de Mo, Al, chlorures…), soulagement
recherches et d’expérimentations à arrêt de la chimie, économies
en traitement d’eau dénommé d’énergie et retour rapide sur
« Vortex à Résonnance Magné- investissement ». Les ingénieurs
tique Vibratoire et moléculaire d’Ingenio ont mesuré depuis plus
(RMVM®) ». de 15 ans à l’appui de centaines
Le procédé s’appuie sur une vis analyses d’eau par des laboratoires
Ingénio

d’Archimède à noyau magnétique, agréés COFRAC, les réductions en


sous la forme d’appareils cylin- micropolluants sur des installations
driques en acier inox, dénommés ABC PROTECT®, de différentes tailles (CNRS, EDF, France Telecom,
qui s’installent en débit total sur les conduites Armée, Hôpitaux, usines diverses…). La synthèse
hydrauliques. des résultats d’analyses (800 installations) démontre
L’innovation réside dans la refixation des particules la réduction des micropolluants : taux de fer divisé
métalliques à l’intérieur des réseaux hydrauliques par 321, aluminium par 317, cuivre par 83, zinc
avec création d’un film protecteur anticorrosion (de par 156, manganèse par 105. « L’originalité de nos
quelques nanomètres). systèmes est de proposer des solutions naturelles,
D’autre part, la mise en place des appareils conduit faciles à mettre en œuvre, en évitant les consom-
à abandonner l’ajout de produits chimiques (inhibi- mables et les coûts annexes (pas de frais d’entretien)
teurs de corrosion, réducteurs d’oxygène…) dans et rapidement amortissables, pour permettre, entre
plus de 85 % des installations traitées. Pour les 15 % autres, le rejet d’eaux industrielles plus propres »,
d’installations restantes, les produits chimiques sont souligne Christian Michel.

42 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - N° 373 www.revue-ein.com


Traitement des eaux de serres agricoles : éliminer les
rejets de nitrates produits par les exploitations
Les nitrates et les phosphates menacent nos sols, exploitations.
mais aussi les ressources en eaux souterraines Ces rejets, appelés « eau de drainage », sont issus
et les cours d’eau. Ils sont au cœur des préoccu- des arrosages en excès indispensables à l’irrigation meux au Canada, pour qu’il soit intéres-
pations environnementales de des plantes, et correspondent en volume sant d’investir dans ces technologies ».
la Communauté européenne. à environ 30 % de l’arrosage en tête de
GE Water & Process Technologies a notam-
Depuis l’adoption en 1991 culture.
de la directive « nitrates », Environnement a proposé une pla-
Orelis Env ment développé une technologie d’éva-
l’une des plus protectrices teforme M MP4® compacte constituée de poration en deux étapes avec une perfor-
au monde, la France a durci membranes
m planes polymériques mance énergétique accrue et une capacité
sa réglementation, mais les (voir photo). Cette plateforme
agriculteurs restent démunis s’adapte à toutes les tailles de traitement de 3,78 m3/mn, qui a permis
face au manque d’alternatives d’exploitation. Aujourd’hui, à Connacher Oil and Gas Ltd de récupérer
contre ce fléau. cette plateforme est installée jusqu’à 98 % de l’eau utilisée dans le pro-
Diminuer la teneur en nitrates sur l’exploitation de la SARL
cédé d’extraction des sables bitumeux en
Eaux de Marseille

des rejets agricoles des Arc En Ciel (Régis Molenat),


cultures hors sol en serre constituée de 3 serres d’un Alberta et d’éliminer tout rejet de déchets
et réduire la consommation hectare chacune. Grâce à ce dans l’environnement.
d’eau reste un casse-tête procédé membranaire, l’exploi-
TMW a développé de son côté la techno-
pour les exploitants agricoles. tant rrécupère les eaux de drainage
Une étude en Recherche et pour les réintroduire en tête du process. logie d’évapo-concentration à pression
Développement, menée par la Société des Eaux de Ces eaux, une fois passées par l’étape membranes, atmosphérique et récupération d’éner-
Marseille (Thierry Jalabert) en partenariat avec APREL sont à nouveau aptes pour l’arrosage. gie MHD qu’utilise l’Ecostill™. Le module
(Association Provençale de Recherche et d’Expéri- Un beau doublé pour les exploitants : réduction
mentation Légumière), et avec la collaboration d’Ore- jusqu’à 90 % des rejets de nitrates et économie de Ecostill™ a trois caractéristiques différen-
lis Environnement (Gilles Berne), a abouti à un projet 30 % d’eau d’irrigation et autant d’engrais. ciantes :
pour la mise au point d’un système membranaire de Une réalisation convaincante qui devait inciter les - de fabrication 100 % en matériaux plas-
traitement des eaux de serres agricoles permettant agriculteurs à s’intéresser à ce procédé qui conjugue
d’éliminer les rejets de nitrates produits par les développement durable et viabilité économique.
tiques, il est insensible à la corrosion et per-
met de traiter tous les effluents quelle que
tation des déchets va jusqu’à leur cristal- tion de l’usine avant son recyclage en tête soit leur acidité ;
lisation pour récupérer la presque tota- de chaîne. « En France, le marché ZLD - La récupération d’énergie générée pen-
lité de l’eau en sortie de station d’épura- est inexistant car les coûts techniques dant la phase évaporation fournit 80 % de
pour la compres- l’énergie nécessaire et réduit les coûts d’ex-
sion mécanique, ploitation ;
la vaporisation - il ne nécessite ni compresseur, ni pompe
et la cristalli- à vide ou autre élément, ne génère
sation des pol- aucune nuisance sonore et offre donc un
luants ne peuvent « confort » tant pour les utilisateurs que
pas être rentabili- pour le voisinage ;
sés, souligne Fré- - le complément d’énergie peut être fourni
déric L’Haridon, par une énergie fatale ou perdue, sou-
directeur Grands vent disponible sur les sites industriels
comptes à la direc- ou autres décharges générant du biogaz,
tion européenne réduisant d’autant la facture énergétique
chez GE Water pour le client et l’impact environnemental.
& Process Tech- Les industriels peuvent ainsi concentrer
nologies. Il faut de 5 à plus de 10 fois leurs effluents. Cette
ne pas être en technologie, simple en exploitation et
mesure d’appli- maintenance, permet de réduire le volume
quer d’autres tech- de déchets dont le traitement final est
nologies ou que le externalisé, d’abaisser la consommation
stress hydrique d’eau par la réutilisation du distillat pro-
soit très impor- duit par le process d’évapo-concentration
tant comme en et de diminuer l’impact environnemen-
Afrique ou au tal lié au trafic routier des produits dan-
Moyen-Orient, ou gereux. « Lorsque l’activité industrielle
bien que les pro- d’une entreprise génère des effluents dont
cédés produisent la composition ne permet pas le trai-
des eaux très char- tement en station d’épuration, l’évapo-
TMW

TMW a développé la technologie d’évapo-concentration à pression gées et hautement concentrateur Ecostill apporte flexibilité
atmosphérique et récupération d’énergie MHD qu’utilise l’Ecostill. Les toxiques comme et adaptabilité à l’installation de traite-
industriels peuvent ainsi concentrer de 5 à plus de 10 fois leurs effluents. l’extraction du ment des rejets liquides, avec une qualité
La réduction des volumes d’effluents à traiter entraîne une réduction
gaz de schiste ou de service et des avantages économiques
équivalente des transports routiers et des pollutions qui en découlent.
les sables bitu- et financiers importants en réduisant
44 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - N° 373 www.revue-ein.com
www.revue-ein.com N° 373 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - 45
La société Purolite a commercialisé une combinaison dite CIX-RO permettant d’utiliser le
concentrat des membranes d’osmose inverse pour régénérer les résines Purolite SST (Shallow Shell
Technology) placées en amont.

met d’optimiser les échanges thermiques.


Le dispositif, modulaire, permet l’assem-
blage de plusieurs modules autorisant le
traitement de volumes importants.
Les modules sont logés dans des containers
ce qui permet de répondre à une demande
de plus en plus forte pour des équipements
mobiles et flexibles.
Les éléments constitutifs sont en matériaux
inertes pour s’affranchir des problèmes de
corrosion ; aucun traitement chimique n’est
requis. Le condenseur et l’échangeur sont
de type tubulaire et peuvent être équipés
d’un système de nettoyage en continu (pro-
cédé Taprogge) lorsque les eaux à traiter
présentent un caractère fortement encras-
sant. Le module de base permet de traiter
5 m3 d’eaux usées par jour. Les coûts d’ex-
ploitation et de maintenance sont mini-
maux, par exemple une production de dis-
tillats de 5 m3/jour ne nécessite que l’ap-
port d’une puissance thermique de 50 kWth
Purolite

(température de 95 °C à l’entrée de l’échan-


jusqu’à plus de 10 fois le volume des rejets externe (p. ex. eau chaude émanant d’un geur) et de 0,7 kWel.
liquides », explique Thierry Satgé, Direc- process de production, panneaux solaires, Dans un tout autre domaine, GE Water
teur de TMW. etc..), et est transformée alors en vapeur & Process Technologies a développé une
Exonia propose de son côté une unité d’eau au niveau de l’humidificateur. La cir- nouvelle technologie, Aquasel, testée dans
d’évaporation basée sur le couplage des culation forcée de la vapeur d’eau vers une usine de mise en bouteille de Coca-
technologies du flot tombant et de la cir- le condenseur est assurée par un ventila- Cola en Asie et qui, ajoutée à une osmose
culation forcée, capable de concentrer teur, l’ensemble fonctionnant en enceinte inverse, a permis de récupérer plus de 99 %
des effluents difficiles tels que lixiviats, fermée. Les condensats et la saumure de l’eau usée de qualité suffisante pour
lisiers de porc, effluents de rinçage de sont récupérés respectivement au bas du être réinjectée en tête de procédé. Cette
cuve, effluents de nettoyage de citernes condenseur et de l’humidificateur. Un sys- technologie combine un système de filtres
routières… etc. Ces unités peuvent assu- tème de by-pass (contrôleur de chaleur) dérivé de l’électrodialyse inverse et une
rer des facteurs de concentration pouvant entre le condenseur et l’humidificateur per- unité de concentration des résidus puis
aller jusqu’à x 100 pour un maximum de
50 % de matière sèche en sortie d’évapo- Vivlo mise sur le zéro rejet
rateur.
La Société Taprogge, connue pour la Spécialisé dans l’évapo-concentration avec des ins- être chauffées pour éliminer tout risque bactérien. À
conception de prises d’eau, de dispositifs tallations en Europe et au Moyen-Orient, Vivlo mise noter que les dernières PACB développées par Vivlo
de filtration et de systèmes de nettoyage sur le marché du ZLD en insistant sur les études et se distinguent par leur rendement optimisé. « La
le développement de matériels adaptés. consommation énergétique diminuée de moitié est
en continu pour les échangeurs et conden- Ces installations intègrent similaire maintenant à
seurs tubulaires, est depuis 2010 le parte- des traitements par évapo- celle des CMV à haute
naire exclusif de la Société Terrawater qui concentrateur. Vivlo propose température », assure
deux types de machines. La Luc Schoemaeker,
a mis au point un procédé permettant la pompe à chaleur (PAC) et la dont la société vient
concentration des eaux résiduelles tout en compression mécanique de d’installer une PACB
produisant par ailleurs des distillats d’eau vapeur (CMV). La première basse consommation
fonctionne à basse tem- pour un grand groupe
pure réutilisée dans le process industriel.
pérature, 30 °C sous vide à de fonderie, spécia-
Résultat de plusieurs années de développe- – 950 m bar pour une consom- lisé dans la fabrica-
ment, il est basé sur le principe de l’évapo- mation de 150 à 200 Wh/l, tion de composants
ration naturelle à pression ambiante. la deuxième à 80/85 °C pour en alliage de magné-
Vivlo

une consommation de 30 à sium et aluminium.


Lorsque le dispositif est en charge, l’eau 70 Wh/l à haute température Un achat positif sur
brute est préchauffée dans un premier exclusivement. Le choix du principe dépend du type le plan de maintenance. « Son entretien passe par un
temps au travers du condenseur, traverse d’effluent considéré : certains (substances volatiles, nettoyage annuel contre un nettoyage hebdomadaire
riches en carbonate, sucres, etc.) ne supportent avec l’ancien évaporateur haute température. De plus,
ensuite l’échangeur pour récupérer la cha- pas d’être chauffées, d’autres au contraire peuvent la qualité du distillat permet le zéro rejet ».
leur résiduelle provenant d’un système
46 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - N° 373 www.revue-ein.com
Grâce à ces deux systèmes de désinfection UV de la société Abiotec, cet industriel récupère des
eaux d’une usine de traitement des graisses.

rure dans des conditions oxydantes et à


l’érosion des solides en suspension tels que
des disques, du sulfate de calcium et de la
silice. Cette installation est opérationnelle
depuis plus de cinq ans. Le système d’éva-
poration et de cristallisation ZLD s’avère
fiable avec une attention particulière au
cycle d’exploitation et à la qualité de l’eau
récupérée dont le taux de conductivité
moyen est de 5-8 μS.
La vaporisation permet d’approcher le
ZLD. Exonia met actuellement en place
deux évaporateurs “tout vaporisation”
pour deux centres d’enfouissement tech-
nique KII. Cette technologie destinée aux
sites sans exutoire permet la vaporisation
sans rejet liquide. Le gain pour l’industriel
est la suppression de 90 % des transports
de déchet liquide vers une station de traite-
Abiotec

ment externe et la récupération de la ther-


de leur cristallisation. Avec une capacité tion de nouvelles centrales est la minimisa- mie produite par les moteurs biogaz du
de 5,7 m3/h, elle a permis de réduire de 10 tion de la consommation d’eau et l’élimina- site, induisant un gain de 350 000 €/an.
à 20 % les quantités d’eau nécessaires en tion des rejets aqueux. GEA Process Engi-
entrée, tout en étant économe en énergie neering, segment du Groupe GEA, a par Réutiliser l’eau en sortie
puisqu’elle fonctionne à température et exemple développé une installation dans de station d’épuration
pression ambiante et avec une consomma- une centrale de 800 MWe à cycle combiné « Si le ZLD n’est pas à l’ordre du jour,
tion faible de 1 à 2 kWh/m3 d’eau traitée. dimensionnée pour traiter 1,4 m3/h d’eau réutiliser l’eau en sortie de station d’épu-
La société Purolite a commercialisé une usées avec un taux de matières sèches ration est une approche plus récente qui
combinaison dite CIX-RO permettant d’uti- d’environ 1,5 %, pour un fonctionnement commence à se développer en France »
liser le concentrat des membranes d’os- continu sur 24 h. Le process repose sur souligne Baptiste Gouachon, Aquatrix.
mose inverse pour régénérer les résines un effet unique d’évaporateur-cristalliseur C’est notamment le cas en agroalimen-
Purolite SST (Shallow Shell Technology) de type circulation forcée, opérant sous taire lorsque les industriels sont équi-
placées en amont. vide dans des conditions de sursaturation pés d’un bioréacteur à membrane (MBR)
On observe également l’émergence de pro- contrôlées. Les matériaux de construction qui combine un bioréacteur et une mem-
jets dans le secteur de l’énergie. L’une des ont été sélectionnés pour fournir une résis- brane de micro ou ultrafiltration. Ovive,
conditions fondamentales pour l’autorisa- tance maximale à l’environnement de chlo- par exemple, propose sa solution Biomem-
brat® qui allie traitement biologique faible
Hytec industrie promeut le recyclage intégral charge et séparation membranaire. Mise
des effluents en place avec un traitement de finition par
Hytec industrie conçoit depuis 25 ans des instal- vapeur sobre en énergie, et une excellente qualité nanofiltration sur un site de collecte et de
lations de traitement d’effluents industriels et met de distillats ; traitement d’effluents industriels à Chasse
en œuvre une politique de développement durable r6OF BETPSQUJPO TVS DIBSCPO BDUJG EV SÊTJEVFM EF sur Rhône (région lyonnaise), cette techno-
en développant des unités de type rejet zéro liquide matières organiques qui peuvent co-distiller ;
dans de nombreux secteurs d’activités. Dans un ate- r6O QPMJTTBHF EV EJTUJMMBU TVS EFT SÊTJOFT ÊDIBO- logie a permis la réutilisation des eaux trai-
lier de traitement de surface geuses d’ions tées pour le lavage des camions citernes
spécialisé dans la conception régénérées en sur site. Callisto, Tecnofil, Hytec Indus-
de machine agricole soumis centre extérieur.
à de fortes contraintes en La filière de trai-
trie, Purostar ou GE proposent également
terme de rejet, Hytec Industrie tement proposée dans ce cas des traitements complémen-
a proposé une filière de traite- génère de faibles taires par électrodialyse inverse ou osmose
ment complète permettant de coûts d’enlève-
inverse afin d’obtenir une eau de qualité
réaliser un recyclage intégral ments (facteur
des effluents et comprenant : de concentration suffisante pour être utilisée pour l’irriga-
r6O USBJUFNFOU CJPMPHJRVF QBS important), une tion, le lavage des camions, l’arrosage des
Hytec Industrie

biomasse fixée immergée forte diminution pistes, le nettoyage des équipements, etc.
compact, facile à exploiter des consom-
avec une très faible produc- mations d’eau L’utilisation de cette eau en contact direct
tion de boue (<  100  g / Kg réduites et une ou indirect avec un procédé alimentaire
DCO éliminée) ; excellente qualité d’eau recyclée (conductivité est toutefois interdit par l’Agence française
r6 O ÊWBQPSBUFVS Æ DPNQSFTTJPO NÊDBOJRVF EF < 10 μs/cm).
de sécurité sanitaire des aliments (Afssa)
www.revue-ein.com N° 373 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - 47
Depuis 2008, l’un des dix premiers aéroports dans le monde et le plus grand en Chine, utilise
les membranes d’ultrafiltration d’inge GmbH pour traiter les eaux usées municipales en amont
d’un système d’osmose inverse afin de produire de l’eau pour les toilettes de l’aéroport et des
hôtels, pour le nettoyage des véhicules et des routes, pour l’arrosage des espaces verts et pour
l’alimentation en eau des tours de refroidissement. Cette installation traite environ 15 000 m3/jour. des micropolluants (métaux lourds, rési-
dus de médicaments, pesticides, etc.) que
l’action nationale de recherche et réduc-
tion des rejets de substances dangereuses
dans les eaux (RSDE) répertorie par pro-
fil d’activité et que les industriels devront
bannir de leurs rejets. GE a d’ores et déjà
expérimenté ce procédé pour retenir les
substances polluantes d’une usine d’her-
bicide en Israël. La solution s’est révé-
lée plus économique que les technologies
concurrentes. « Nous sommes les seuls à
notre connaissance à avoir mis au point
un charbon actif qui ne se colle pas aux
membranes d’ultrafiltration et qui recir-
cule en permanence entre le bassin bio-
logique et les membranes, souligne Frédé-
ric L’Haridon. Pour l’instant, ces solutions
sont utilisées plutôt pour un marché de
niche (raffineries, produits chimiques,
et.) mais des versions simplifiées pour-
raient l’étendre à d’autres industries en
France ».
Une autre démarche intéressante, notam-
ment pour le secteur agro-alimentaire, est
d’utiliser cette eau déminéralisée en sor-
tie de station d’épuration pour alimenter
inge GmbH

un système de refroidissement. GE Water


& Process Technologies s’est fait une spé-
car on ne peut pas être sûr à 100 % de l’ab- que l’on ajoute directement dans le bas- cialité d’optimiser le cycle de vie de l’eau
sence de virus, prions, peptides, acides- sin de la MBR pour piéger tout ou partie dans ces circuits afin d’en améliorer les
aminés ou résidus de médicament. Pour
les mêmes raisons, elle ne peut être uti-
lisée pour l’irrigation des cultures maraî-
chères, contrairement à ce qui se pratique
en Espagne par exemple, mais peut servir
à arroser pelouses et golfs. « La ville de
Benidorms, dans la province de Valence,
a adopté le système d’osmose inverse
ZeeWeed pour équiper la nouvelle station
d’épuration urbaine après un pré-traite-
ment par ultrafiltration, indique Laurent
Moncho chez GE. Ce système, composé de
mille membranes, arrête solides et patho-
gènes et permettra d’utiliser l’eau en sor-
tie pour l’irrigation. L’objectif est de réser-
ver l’eau potable, qui est rare, aux habi-
tants. Aux îles Canaries, c’est l’électrodia-
lyse inverse précédée d’une filtration sur
lit de sable qui a été choisie pour réutili-
ser l’eau de la step dans les bananeraies
Bio-UV

à cause des eaux volcaniques fortement


chargées en silice. 86 % de l’eau est ainsi Les réacteurs Bio-UV sont adaptés au traitement des eaux de process dans l’industrie. Les
réutilisable ». principales applications sont les suivantes : désinfection d’eau de process industriel, désinfection
des eaux de lavage et de rinçage, protection en aval de systèmes de traitement membranaires
GE a par ailleurs développé une techno-
(osmose inverse, ultrafiltration, …), etc.
logie innovante à base de charbon actif
48 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - N° 373 www.revue-ein.com
performances. La surveillance en ligne de l’eau usée sur la station éthanol avec, et de valider les meilleures solutions ».
des circuits pour assurer le bon dosage à elle seule, 360  k€ d’économies par an, Par exemple, sur l’unité de traitement de
d’anticorrosif par exemple permet à la mais aussi grâce à la réduction des fuites surface de l’usine de Dassault Aviation à
fois d’augmenter le nombre de cycles fer- obtenue par une surveillance automatique Argonnay, une cartographie du circuit de
més possibles et d’économiser les produits des réseaux. Ce projet très global a égale- recyclage des rinçages courants à l’aide
chimiques. Les coûts peuvent encore être ment conduit à une réduction du volume de mesures de l’ATP a permis d’identifier
diminués en adoptant le concept Insight des rejets dans le respect des directives la source de la prolifération microbiolo-
qui confie à des ingénieurs GE la surveil- européennes relatives à la prévention et gique responsable des pertes de charge.
lance à distance, 24 heures sur 24, de l’ins- la réduction des pollutions industrielles Proj&Eau a ensuite proposé des mesures
tallation avec alarme proactive lorsque des (IED). curatives et préventives qui ont permis
dérives sont décelées. « Grâce aux techno- La société Proj&Eau croit aussi au grand avec un retour sur investissement opti-
logies sans fils, le concept Insight permet intérêt de l’instrumentation lorsque celle- mal de résoudre “à la source” ce problème
une surveillance en ligne beaucoup moins ci permet de produire de la donnée quali- de pollution. La meilleure pollution, n’est-
chère que les rondes techniques fréquem- fiée. Proj&Eau est convaincue que toute elle pas celle qui n’est jamais émise ? L’en-
ment réalisées par des prestataires, argu- stratégie d’optimisation de la gestion des treprise a également appliqué ce principe
mente Frédéric L’Haridon, et le client peut eaux d’un site industriel doit d’abord s’ap- sur une usine de colorants chimiques dont
avoir une vision déportée sur son Iphone puyer sur une bonne connaissance des flux les émissions de phénols présentaient des
en instantané ». quantitatifs et qualitatifs au sein du site. non-conformités. Par une cartographie des
L’instrumentation est en effet un allié de « Il faut savoir précisément pour agir émissions de phénols et par une étude fine
poids dans la chasse aux économies d’eau efficacement », explique Stéphane Gilbert, des conditions de production, Proj&Eau a
et gagne à être combinée avec d’autres Président de Proj&Eau. « Nous réalisons identifié la source de la pollution et a pro-
approches. Par exemple, Degrémont a donc des cartographies dynamiques des posé une stratégie de réduction à la source
permis la réutilisation de 2,5 millions de flux sur les usines de nos clients. Ceci de cette pollution par simple modification
litres d’eau par jour et généré une écono- nous permet d’identifier la source des des conditions opératoires. Cela a permis
mie globale de 7 millions d’euros à un site polluants et des effets toxiques, de propo- de diminuer de 40 % les taux de phénol
pétrochimique écossais via la réutilisation ser des actions de réduction à la source avant toute solution de traitement. ■

2 - 5 décembre 2014 Lyon – Eurexp


Eurexpo
Hall 5 - Stand E204

www.revue-ein.com N° 373 - L’EAU, L’INDUSTRIE, LES NUISANCES - 49