Vous êtes sur la page 1sur 77

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l'Ense ignement Supérie ur et de la Reche rche Scientifique


______________________________________

Université Dr. Tahar Moulay de Saïda


F aculté de la T echnologie
D é p a rt e me n t d’ E le ct rot e chn i q ue

Mémoire de Fin d’Etudes


En vue de l’obtention du diplôme de

Master (LMD)
Spécialité : ELECTROTECHNIQUE INDUSTRIELLE

Filière : ELECTROTECHNIQUE

Intitulé :

Evaluation du courant de l’arc en retour d’un coup de


foudre en utilisant les modèles électromagnétiques et la
méthode FDTD en trois dimensions.

Présenté par :

Meziani Abdelkader
Dib Omar

Devant le jury composé de :

Dr M. Rachdi Président
Dr. K. Arzag Encadreur
Pr. A. Bouchikhi Examinateur
Dr. M. Mankour Examinateur

Soutenu le 28/06/2018
Promotion 2017-2018
REMERCIEMENTS

AU TERME DE CE TRAVAIL, NOUS REMERCIONS

PREMIÈREMENT « LE DIEU » QUI NOUS A AIDÉ ET POUR LA VOLONTÉ,

LA SANTÉ, QU’IL NOUS A DONNÉ DURANT TOUTES CES ANNÉES

D’ÉTUDE.

NOUS TIENS À REMERCIER TRÈS VIVEMENT NOTRE

ENCADREUR Dr. K. Arzag POUR LE SUIVI, LES CONSEILS

LA CONFIANCE ET QUI GRÂCE À LUI NOUS AVONS PU DE RÉALISER CET

OBJECTIF, AINSI QUE LES MEMBRES DE JURY QUI VONT ÉVALUER CE TRAVAIL.

LE GRAND REMERCIEMENT AUSSI POUR TOUS LES ENSEIGNANTS

DU DÉPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE QUI ONT CONTRIBUÉ À

NOTRE FORMATION.

EN FIN NOUS TIENS À EXPRIMER NOS RECONNAISSANCE

À TOUS NOS AMIS ET COLLÈGUES POUR LEUR SOUTIEN ET LEUR

COMPRÉHENSION, ET LA FAMILLE DIB & MEZIANI.


Dédicaces

Je dédie ce modeste travail…


A mes chers parents,
A mes frères et sœurs,
A toute ma famille,
A tous mes amies,
A tous ceux qui m’ont soutenu pendant toute la durée de mes
études.
SOMMAIRE
LISTE DES FIGURES ............................................................................................................ iii
LISTE DES TABLEAUX .......................................................................................................... v
LISTE DES SYMBOLES ET ACRONYMES ......................................................................... vi
Introduction générale ........................................................................................................... - 1 -
Chapitre I : Description du phénomène de la Foudre
I.1 Introduction...................................................................................................................... - 2 -
I.2 Description du phénomène .............................................................................................. - 2 -
I.3 L’effet de pointe ............................................................................................................... - 7 -
I.4 Déclenchement artificiel de la foudre .............................................................................. - 9 -
I.5 Forme typique du courant de l’arc en retour ................................................................ - 10 -
I.6 Ondes de foudre normalisées pour les tests d’équipements .......................................... - 11 -
I.6 Conclusion ..................................................................................................................... - 11 -
Chapitre II : modélisation du courant de foudre
II.1 Introduction .................................................................................................................. - 12 -
II.2 Représentation analytique du courant à la base du canal de foudre ........................... - 12 -
II.2.1 Modèle « bi-exponentiel » .................................................................................... - 12 -
II.2.2 Modèle de « Heidler ».......................................................................................... - 13 -
II.3 Modèles du courant de l’arc en retour ......................................................................... - 14 -
II.3.1 Modèles d’ingénieurs ............................................................................................ - 15 -
II.3.1.1 Modèle de Bruce et Golde (BG) ..................................................................... - 15 -
II.3.1.2 Modèle de la ligne de transmission (TL) ......................................................... - 15 -
II.3.1.3 Modèle de la ligne de transmission modifié (MTL) ........................................ - 16 -
II.3.1.4 Modèle de la source de courant mobile (TCS : « Traveling Curent Source »)- 17 -
II.3.1.5 Modèle de Diendorfer et Uman (DU) ............................................................. - 17 -
II.3.1.6 Généralisation des modèles d’Ingénieurs ....................................................... - 18 -
II.3.2 Modèles électromagnétiques .................................................................................. - 18 -
II.3.2.1 Fil parfaitement conducteur ou résistif placé dans l’air au-dessus du sol .... - 20 -
II.3.2.2 Fil chargé par des inductances additionnelles montées en série dans l’air au-
dessus du sol ................................................................................................................ - 21 -
II.3.2.3 Fil entouré par un milieu diélectrique (autre que l’air) occupant le demi-espace
de travail au-dessus du sol ........................................................................................... - 21 -
II.3.2.4 Fil enveloppé par un matériau diélectrique (sous la forme d’un cylindre ou d’un
parallélépipède) et placé dans l’air au-dessus du sol ................................................. - 22 -

i
II.3.2.5 Fil enveloppé par un matériau de permittivité et perméabilité relatives égales et
supérieures à celles de l’air. ........................................................................................ - 22 -
II.3.2.6 Deux fils parallèles shuntés entre eux par des capacités additionnelles et
distribués le long du canal de foudre ........................................................................... - 23 -
II-4 Conclusion .................................................................................................................... - 23 -
Chapitre III : La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD
III.1 Introduction ................................................................................................................. - 24 -
III.2 Géométrie du problème ............................................................................................... - 24 -
III.3 Méthode des différences finies dans le domaine temporel (FDTD) ............................ - 24 -
III.3.1 Equations de Maxwell en trois dimensions .......................................................... - 25 -
III.3.2 FDTD-3D en coordonnées cartésiennes .............................................................. - 26 -
III.3.3 FDTD-2D en coordonnées cylindriques ............................................................... - 30 -
III.3.4 Critère de stabilité de la méthode FDTD ............................................................. - 33 -
III.3.5 Conditions aux limites .......................................................................................... - 34 -
III.3.5.1 Conditions aux limites parfaitement conductrices (PEC).............................. - 34 -
III.3.5.2 Conditions aux limites absorbantes ............................................................... - 34 -
III.3.6 Représentation des sources localisées et des éléments de circuit localisés ......... - 41 -
III.3.6.1 Les sources de tension localisées ................................................................... - 41 -
III.3.6.2 Les sources de courant localisées .................................................................. - 41 -
III.4 Conclusion ................................................................................................................... - 42 -
Chapitre IV : Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol
IV.1 Introduction ................................................................................................................. - 43 -
IV.2 Géométrie du problème ............................................................................................... - 43 -
IV.3 Description du modèle électromagnétique 3 ............................................................... - 44 -
IV.4 1er cas: comparaison avec les résultats de Moini et Shoory ...................................... - 45 -
IV.5 2eme cas: comparison avec les resultants de Noda et al. ............................................ - 47 -
IV.6 3eme cas: comparaison avec les résultats de Moini et al. ........................................... - 49 -
IV-7 3eme cas: comparaison avec les résultats obtenus par Baba et al. En utilisant l’équation
de Chan ............................................................................................................................... - 51 -
IV.6 Conclusion ................................................................................................................... - 54 -
Conclusion Générale
Références Bibliographiques ............................................................................................. - 55 -

ii
LISTE DES FIGURES

Fig. I-1 : Séparation de charges à l’intérieur d’un nuage orageux .


Fig. I-2 : Classification des différents traceurs de foudre selon Berger.
Fig. I-3 : Traceur obscur et arc en retour subséquent
Fig. I-4 : a) Séquence traceur descendant – arc en retour dans un éclair
b) Photographie d’un éclair comportant 12 arcs.
Fig. I-5 : Claquage dans l'air entre deux sphères
Fig. I-6 : Claquage dans l'air entre deux pointes
Fig. I-7 : Système de déclenchement artificiel de la foudre
Fig. I-8 : Formes moyennes des courants d’arcs en retour premier et subséquent
(A) Arc en retour premier, (B) Arc en retour subséquent.
Fig. I-9 : Variations temporelles de l’onde de tension et de courant normalisées
Fig. II-1 : Distribution spatio-temporelle du courant d’arc en retour
selon le modèle BG.
Fig. II-2 Distribution spatio-temporelle du courant d’arc en retour
Selon le modèle TL
Fig. II-3 : Représentation schématique des sept représentations du canal de foudre (modèles
électromagnétiques)
Fig. III-1 : Géométrie adoptée pour le calcul du champ électromagnétique rayonné par un
coup de foudre (canal de foudre supposé vertical).
Fig. III-2 : distribution des composantes de champ électromagnétique sur ou dans la cellule
de discrétisation
Fig. III-3 : Position du champ électrique Ex et de la boucle des champs magnétiques
Fig. III-4 : Position du champ magnétique Hx et de la boucle des champs électriques.
Fig. III-5 : Positions des composantes radiale et verticale du champ électrique Er et Ez, ainsi
que celle du champ magnétique azimutal 𝐻∅ et de la boucle des champs électriques.
Fig. III.6: (a) Diagramme illustratif de la propagation de la composantes Ez du champ
électrique et de sa pénétration dans la limite absorbante en x = x1 ,
(b) Points de calcul du champ électrique proche de la limite absorbante.
Fig. IV-1 : Géométrie du problème adoptée pour le calcul du courant de l’arc en retour.
Fig. IV-2 Représentation schématique du canal de foudre au-dessus d’un sol parfaitement
conducteur et excité à sa base par une source de courant selon le modèle électromagnétique 3.

iii
Fig. IV-3 : Distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour
Fig. IV-4 : Distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour
Fig. IV-4 : Distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour
Fig. IV-5 : Distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour

iv
LISTE DES TABLEAUX
Tableau II.1 : Valeurs des paramètres I0,  et 1, 1er arc en retour et Arc en retour subséquent

Tableau II.2 : Valeurs des paramètres P(z′) et v pour les cinq modèles d’Ingénieur

Tableau IV-1 Paramètres du courant à la base du canal de foudre

v
LISTE DES SYMBOLES ET ACRONYMES

Symboles Acronymes

V potentiel électrique

Q conducteur de charge

R rayon de courbure

I0 L’amplitude du courant à la base du canal


I01 L’amplitude du courant à la base du canal
I02 L’amplitude du courant à la base du canal
1 Temps de montée du courant i1
2 Temps de l’impulsion de i1
α Constante de temps
β Constante de temps
1 Paramètre définit de telle sorte que le maximum de i1 soit I1
H la hauteur totale du canal de foudre.
 la constante de décroissance
u Fonction échelon unité ayant
𝑃(𝑧′) Facteur d’atténuation de l’onde de courant d’arc en retour
vf Vitesse de propagation du front ascendant (appelée aussi par la vitesse de l’arc
en retour).
v Vitesse de propagation de l’onde de courant
c Vitesse de la lumière égale à 3.108 m/s
L0 Inductance naturelle du fil vertical supposée égale à 2.1 µH/m
C0 la capacité naturelle du canal du coup de foudre
E le champ électrique

D la densité du champ électrique

B la densité du flux magnétique

J la densité de courant

𝜇 Perméabilité du milieu

vi
𝜀 Permittivité du milieu

(𝜎𝑥 , 𝜎𝑦 , 𝜎𝑧) désignent les conductivités électriques

(𝜎∗𝑥 , 𝜎∗𝑦 , 𝜎∗𝑧) désignent les conductivités magnétiques

d épaisseur de la région MPL.


x un entier positif correspondant au numéro de la couche UPML (0 < 𝑥 < 𝑑)

vii
Introduction Générale
Introduction générale

Introduction Générale

La foudre est un phénomène naturel constitue une source de perturbations


électromagnétiques importante. Le champ électromagnétique généré par ce phénomène,
constitue un danger réel pour les ouvrages et les lignes dans le réseau électrique et le réseau de
télécommunication. Ainsi, les réseaux électriques modernes demandent l’utilisation d’un grand
nombre de dispositifs de contrôle-commande à base d’électronique. Ces dispositifs sensibles,
sont très vulnérables et souvent affectés par les champs EM perturbateurs présents dans
l’environnement du réseau électrique, ce qui demande la réalisation des investigations basées
sur les mesures expérimentales et des calculs afin de déterminer les champs EM perturbateurs.
Ceci permettra de définir une protection correcte et efficace contre les effets de ces
perturbations EM.

Ce modeste mémoire est subdivisé en quatre chapitres. Le premier chapitre présente une
description succincte de la phénoménologie de la foudre, avec une attention particulière sur la
phase d’arc en retour.

Dans le chapitre II, nous présentons les formules analytiques liées au courant à la base du
canal de foudre ainsi que les différentes classes des modèles décrivant la distribution
spatiotemporelle du courant de l’arc en retour. Une attention spéciale sera réservée aux modèles
d’ingénieurs ainsi qu’aux modèles électromagnétiques.

La méthode des différences finies dans la domaine temporelle FDTD fait l’objet du troisième
chapitre. Nous présentons en premier lieu les équations de Maxwell développées pour le but
d’étudier la propagation des ondes électromagnétiques. Ensuite, une description du principe de
la méthode 3D-FDTD sera présentée à la fin de ce même chapitre.

Dans le chapitre IV, nous abordons la mise en œuvre du modèle EM3 associer par la méthode
3D-FDTD pour l’étude de la distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour d’un
coup de foudre nuage-sol.

Le mémoire s’achève par une conclusion générale où nous indiquons quelques perspectives
relatives à ce travail.

-1-
Chapitre I : Description du phénomène de la Foudre
Chapitre I Description du phénomène de la Foudre

I.1 Introduction

La foudre est l’un des phénomènes naturels qui a été le plus largement étudié par les
spécialistes de l’électrotechnique, premièrement pour sa grande puissance de destruction et pour
ses effets spectaculaires sur les différents systèmes électriques, électroniques et de
télécommunications.
Après une brève introduction sur la phénoménologie de la foudre, nous abordons l’effet de
point, le déclanchement artificiel de la foudre ainsi que les formes d’onde de la tension et du
courant d’un coup de foudre.
I.2 Description du phénomène

Le nuage orageux (appelé communément cumulo-nimbus) est défini dans la littérature


comme un nuage présentant une concentration particulière de charges électriques. La figure (I-
1) montre la distribution de ces charges à l’intérieur d’un nuage orageux. Trois régions dans ce
nuage peuvent être distinguées :
- une région constituée de charges négatives située dans la partie inférieure du nuage
- une deuxième région portant des charges positives arrivées en haut du nuage
- des petites poches de charges positives enserrées restent dans la partie inférieure du nuage.

Au niveau du sol l’accumulation des charges dans le nuage orageux produit une
concentration du champ électrostatique au-dessous du nuage (figure I-1) [1,2,3,4].
Quand le niveau du champ électrique nécessaire pour commencer le processus de foudre
est atteint, plusieurs scénarios sont possibles [1,2,3,4] :

1/ la décharge de foudre peut être produite est reste limitée à l’intérieur du même nuage.
2/ la décharge peut prendre place entre deux nuages séparés.
3/ la décharge peut être produite entre le nuage et le sol.

Même si les décharges nuage-sol ne sont pas les plus fréquentes, elles sont les plus étudiées
à cause de leurs effets directs et indirects sur les systèmes au sol, et elles sont plus facilement
observées et photographiées. Aussi vue attention particulière sera réservée à ce type de
décharge.

En 1978, Berger a classé la foudre naturelle nuage-sol en quatre catégories en fonction de la


direction du mouvement du traceur initial (ascendant ou descendant), et le signe de la charge
déposée le long du canal de foudre par le même traceur (positive ou négative). Cette
classification est illustrée dans la figure (I-2) comme suit :

-2-
Chapitre I Description du phénomène de la Foudre

- Décharge nuage-sol avec polarité négative, c’est la décharge la plus courante (90% des
décharges nuage-sol)
- Décharge nuage sol avec polarité positive
- Décharge sol-nuage avec polarité négative
- Décharge sol-nuage avec polarité positive

Fig. I-1 : Séparation de charges à l’intérieur d’un nuage orageux [1,2,4].

Les éclairs sol-nuage (ascendants) sont relativement rares et peuvent avoir lieu soit à partir
des sommets de montagnes ou de structures artificielles élevés. Ils peuvent aussi être déclenchés
artificiellement à partir de fusées lancées vers les nuages orageux [1,2,4].

-3-
Chapitre I Description du phénomène de la Foudre

(a) (b)
descendant ascendant
négatif positif

(c) (d)
descendant ascendant
positif négatif

Fig. I-2 : Classification des différents traceurs de foudre selon Berger [1,2,4].

Une décharge négative (nuage-sol) typique apporte une quantité de charge négative de
quelques dizaines de Coulombs à la terre. La décharge totale est appelée éclair et possède une
durée de l'ordre de 0.5 secondes. Chaque éclair est constitué de plusieurs composantes de
décharge dont typiquement trois ou quatre impulsions de courant de forte amplitude dites arcs
en retour. Chaque arc en retour dure environ 1 ms, la séparation entre deux arcs en retour
successifs étant typiquement plusieurs dizaines de millisecondes. La figure (I-3) illustre le
processus d'un éclair négatif ; plusieurs phases peuvent y être distinguées [1,2,4,5].

La décharge préliminaire intervient à l'intérieur du nuage, très probablement entre les régions
négatives et positives. Cette décharge déclenche le développement d'un canal chargé
négativement vers le sol appelé traceur par pas. La progression de ce canal s'effectue par une
série de « bonds » (ou « pas ») lumineux successifs, chaque bond ayant une longueur de
quelques dizaines de mètres et une durée d'environ 1µs ; deux bonds successifs sont séparés par
une pause de l'ordre de 50 µs. Le traceur apporte une quantité de charges négatives de l'ordre
de 10 Coulomb vers le sol avec une vitesse moyenne de 2.105 m/s. A chaque pas du traceur
correspond une impulsion de courant d'amplitude supérieure à 1 kA. Ces dernières sont
associées à des impulsions de champs électrique et magnétique d'une durée d'environ 1
microseconde et des temps de montée inférieurs à 0.1µs [1,2,4,5].

-4-
Chapitre I Description du phénomène de la Foudre

A l'approche du sol, le traceur dont le potentiel par rapport à la terre est environ -10 MV
provoque une intensification du champ électrique et initie une ou plusieurs décharges
ascendantes : cette phase est appelée le processus d'attachement. La jonction entre une des
décharges ascendantes et le traceur par pas s'effectue à quelques dizaines de mètres au-dessus
du sol. Le canal du traceur est alors déchargé lorsqu'une onde de potentiel de sol, le premier arc
en retour, se propage vers le nuage et neutralise le canal chargé par le traceur avec une vitesse
décroissante en fonction de la hauteur de l'ordre de 1/3 de la vitesse de la lumière. Le premier
arc en retour produit un courant au niveau du sol d'une valeur de pic typique de 30 kA et d'un
temps de montée de l'ordre de quelques microsecondes. La durée de l'impulsion du courant (à
la mi-hauteur) est de l'ordre de 50 microsecondes. Durant cette phase, la température du canal
s'élève rapidement pour atteindre des valeurs jusqu'à 30'000 °K qui génère un canal de haute
pression provoquant une onde de choc appelée « tonnerre » [1,2,4,5].

Après la phase de l'arc en retour, l'éclair peut disparaître. Néanmoins, si une quantité
résiduelle de charges est encore présente au sommet du canal, il se développe dans le canal
précédemment tracé un traceur obscur à une vitesse de l'ordre de 3.106 m/s apportant une charge
d'environ 1 Coulomb associée à un courant de 1 kA.

Le traceur obscur déclenche enfin l'arc en retour subséquent. Les courants des arcs en retour
subséquents mesurés à la base du canal ont généralement un temps de montée plus rapide que
le courant du premier arc en retour, et atteignant des amplitudes de l’ordre de 200 kA [1,2,4,5].

De nouvelles séquences traceur-arc peuvent ensuite se produire, donnant parfois jusqu'à 15 arcs
en retour. Le dernier arc en retour est souvent à l'origine d'un fort courant de l'ordre de 100 A
qui draine la charge résiduelle de la cellule orageuse [1,2,4,5].

-5-
Chapitre I Description du phénomène de la Foudre

t=0 t = 1ms t = 1.2ms temps

Processus Premier
d’attachement Arc en retour
Décharge
descendante

t = 19ms t = 20ms t = 20.1ms temps

Traceur Arc en retour


de dard subséquent

t = 60ms t = 62ms temps

Fig. I-3 : Traceur obscur et arc en retour subséquent [1,2,4,6]

La représentation schématique dans le temps de la séquence traceur descendant– arc en


retour dans un éclair est présentée dans la figure (I-4-a), et la figure (I-4-b) montre une
photographie de 12 flashs d’un arc en retour.

(a)

-6-
Chapitre I Description du phénomène de la Foudre

b)
Fig. I-4 : a) Séquence traceur descendant – arc en retour dans un éclair
b) Photographie d’un éclair comportant 12 arcs. [1,2,4]

I.3 L’effet de pointe

L’effet de pointe peut être mis en évidence de manière simple comme indiqué sur les figures I-
5 et I-6. La Figure I-5, présente un claquage dans l’air entre deux sphères de même diamètre,
on peut alors noter que le claquage s’effectue sur la plus courte distance séparant les deux
boules. Dans le cas de la Figure I-6, représentant un phénomène de claquage entre deux pointes,
on constate que le claquage se produit entre les deux pointes et ce malgré que la distance soit
plus grande [7,8].

Fig. I-5: Claquage dans l'air entre deux sphères [7,8]

-7-
Chapitre I Description du phénomène de la Foudre

Fig. I-6: Claquage dans l'air entre deux pointes [7,8]

De manière générale, le potentiel électrique V, et le champ électrique en son voisinage E,


d’un conducteur de charge Q et de rayon de courbure R sont donnés selon le théorème de Gauss
par les équations I-1 et I-2 :

1 𝑄 (I-1)
𝐸=
4𝜋𝜀0 𝑅2

1 𝑄 (I-2)
𝑉=
4𝜋𝜀0 𝑅
Si on considère l’exemple de deux conducteurs soumis au même potentiel électrique V mais
possédant un rayon de courbure R1 et R2 différent. On obtient les valeurs de champs E1 et E2
suivantes :

1 𝑄 1 𝑄 (I-3)
𝐸1 = et 𝐸2 =
4𝜋𝜀0 𝑅12 4𝜋𝜀0 𝑅22

𝐸1 𝑅1 (I-4)
=
𝐸2 𝑅2

Ainsi, entre un objet possédant un rayon de courbure R1= 10 cm et un autre de rayon R2 =


1 mm soumis au même potentiel, il existera un rapport 100 (E2=100 E1) entre les champs
électriques développés en leurs voisinages. Cela explique pourquoi la foudre tombe
préférentiellement sur les objets pointus (à faible rayon de courbure), puisqu’en leur voisinage
le champ électrique dépasse le champ de rupture diélectrique de l’air.
De plus, si les pointes sont portées à un potentiel important, le champ électrique peut
entrainer l’ionisation de l’air environnant, accompagné de crépitements et d’effluves lumineux
bleutés : c’est l’effet de couronne.

-8-
Chapitre I Description du phénomène de la Foudre

Lorsque la valeur du champ électrique dépasse la valeur critique de rupture diélectrique, la


décharge se produit selon un mécanisme complexe, c’est le coup de foudre.

I.4 Déclenchement artificiel de la foudre

La foudre est un phénomène dont l’instant et le point d’impact sont aléatoires. Pour
s’affranchir à ce problème, le chercheur doit trouver un moyen de déclencher en un point où
les systèmes de mesure sont situés et à l’instant où l’appareillage d’enregistrement et en attente.

Le déclenchement artificiel de la foudre permet d’effectuer des mesures simultanées du


courant à la base du canal, du champ électrique et magnétique, de la vitesse de l’arc en retour,
des tensions induites sur une ligne expérimentale. Le principe de ce déclenchement consiste à
lancer en direction du nuage orageux une fusée qui déroule derrière elle un fil métallique dont
l’autre extrémité est fixée au point de mesure offrant ainsi un chemin privilégié à la décharge
de foudre pour atteindre la terre. Aussi, le potentiel de la terre est amené au sommet de la fusée
se comportant comme une pointe initiant en son sommet une décharge ascendante [8,9].

A l’origine c’est Newman qui a mis en point la technique de tir utilisée en mer à partir d’un
bateau avec des équipements spéciaux. Après les échecs des tentatives de tir dans l’Oural et en
Arizona, des essais réalisés en 1972, à partir du matériel disponible en France, par le Centre
d’Etudes Nucléaires de Grenoble du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA/CENG), ont
permis de perfectionner les éléments du système de déclenchement. La station expérimentale
de Saint Privat D’Allier (Haute Loire) a été la première au monde à réussir le déclenchement
de la foudre au-dessus du sol [8,9]. La fusée est du type paragrêle constituée de matière
plastique (diamètre 70 mm, longueur 847 mm, poids au départ 2.7 Kg). Le fil métallique qui
est constitué de cuivre (diamètre 0.2 mm) est enroulé à l’arrière de la fusée et relié au pas de tir
et de mesure (fig. I-7). L’instant de tir d’une fusée est déterminé par la valeur du champ
électrique au sol. Un champ électrique de l’ordre de 6 à 10 kV/m donne un bon critère de
réussite du tir [8,9].

-9-
Chapitre I Description du phénomène de la Foudre

Fig. I-7 : Système de déclenchement artificiel de la foudre [8,9]

I.5 Forme typique du courant de l’arc en retour [8,10]

Durant les années 1950-1980, le Professeur Berger a exploité une station expérimentale au
sommet de Monte San Salvatore à Lugano en Suisse. La mesure du courant a été effectuée au
sommet de deux tours de 55 m de haut. Ainsi, on observe selon ces mesures que 15 % environ
des mesures rapportées par l’équipe du Prof. Berger sont dues à des traceurs descendants le
reste étant dû aux traceurs ascendants positifs et négatifs initiés à partir du sommet des tours
instrumentées.

Dans la figure ci-dessous (Fig. I-8), nous présentons les formes moyennes des courants
typiques correspondant aux arcs en retour premier et subséquent d’une décharge négative. Nous
pouvons constater, d’après cette figure, le temps de montée rapide du courant correspondant à
l’arc en retour subséquent.

Fig. I-8 : Formes moyennes des courants d’arcs en retour premier et subséquent
(A) Arc en retour premier, (B) Arc en retour subséquent [8,10].

- 10 -
Chapitre I Description du phénomène de la Foudre

I.6 Ondes de foudre normalisées pour les tests d’équipements

Deux types d’ondes de foudre normalisées existent à savoir l’onde en tension et l’onde en
courant comme l’illustre la figure (I-9).

Onde de tension 1.2/50 s Onde de courant 8/20 s

Fig. I-9 : Variations temporelles de l’onde de tension et de courant normalisées [30, 31]

I.6 Conclusion
Nous avons présenté dans ce chapitre, dédié à la phénoménologie de la foudre ainsi qu’à ces
caractéristiques, les mécanismes de génération d’une décharge de foudre notamment ceux de la
phase de l’arc en retour et le principe de déclenchement artificiel de cette dernière. Dans ce
chapitre, nous avons également présenté les formes d’ondes expérimentales des courants de
foudre ainsi que les formes d’ondes du courant et de la tension normalisées pour les tests
d’équipement afin de caractériser au mieux ce phénomène. La modélisation du courant de l’arc
en retour d’un coup de foudre descendant (nuage-sol) fera l’objet du prochain chapitre.

- 11 -
Chapitre II : modélisation du courant de foudre
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

II.1 Introduction

Dans les études de l’interaction des champs électromagnétiques générés par la foudre avec
les différents systèmes électriques et/ou électroniques la connaissance de la source de ces
champs est très importante. Les signaux perturbateurs sont générés par la propagation du
courant d’arc en retour le long du canal de foudre. Aussi, nous présentons dans ce chapitre la
modélisation de ce dernier en donnant les modèles du courant à la base du canal de foudre, ainsi
que les modèles du courant de foudre traversant le canal de foudre. Ainsi, dans ce même
chapitre nous abordons les modèles dits « d’ingénieurs » et les modèles électromagnétiques.

II.2 Représentation analytique du courant à la base du canal de foudre

Différentes expressions analytiques sont utilisées dans la littérature afin de simuler l’allure
du courant de foudre. Le but de telles expressions est l’application dans le calcul du
rayonnement électromagnétique, pour cela, une brève description est donnée sur les modèles
les plus utilisés.

II.2.1 Modèle « bi-exponentiel »

C’est le premier modèle adopté et sans doute le plus utilisé dans la littérature [3,4,8]. Le
premier arc en retour et l’arc en retour subséquent respectivement sont représentés par les
équations suivantes :

i(t) = I0 ( exp(-t) – exp(-1t) ) (II-1)


is(t) = I0/2 ( exp(-t) – exp(-1t) ) (II-2)

Les paramètres I0,  et 1 sont estimés à partir des mesures. Dans ce sens, Dennis et Pierce
ont proposé les valeurs suivantes [3,4,8] :

1er arc en retour Arc en retour subséquent

I0 = 30kA. I0 = 10kA
 = 2.104 S-1  = 1,4.104 S-1
1 = 2.105 S-1 1 = 6 106 S-1

Tableau II.1 : Valeurs des paramètres I0,  et 1, 1er arc en retour et Arc en retour subséquent
[3,4,8].

- 12 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

Le teinturier pour lui a proposé les valeurs suivantes [3,4,8], pour les paramètres I0,  et 1 :

I0 = 20kA
 = 3.104 S-1
1 = 107 S-1

Pour mieux modéliser l’arc en retour subséquent Cianos et Pierce ont proposé d’adjoindre
une 2eme exponentielle à la première, le modèle du courant à la base du canal devient alors
[3,4,8] :

i(t) = I0 (2 (exp(-t)-(exp(-1t)+ I0p (exp-(t)-exp(- t)) (II-3)


Avec les paramètres suivants :

I0p = 2kA

 = 103 S-1
 = 104 S-1

II.2.2 Modèle de « Heidler »

En 1985, Heidler a présenté une nouvelle expression analytique présentant le courant à la


base du canal de foudre. L’utilisation de cette dernière a donné des résultats qui correspondent
mieux aux observations expérimentales. L’expression du courant est sous la forme suivante :

I1 (t / 1 ) n1
i1 (t)= . exp(t /  2 ) (II-4)
1 1 + (t / 1 )n1

I1 : Amplitude maximale du courant i1


1 : Temps de montée du courant i1
 2 : Temps de l’impulsion de i1
1 : Paramètre définit de telle sorte que le maximum de i1 soit I1 :

1 = exp[−(1 /  2 )(n11 /  2 )1/ n1 ]

Cependant, dans plusieurs travaux [3,4,8], une somme de deux fonctions de type (II-4) a été
utilisée, l’objectif est de mieux représenter les courants de foudre typiques mesurées à la base
du canal.

Ainsi, le courant se présente sous la forme :

- 13 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

I (0, t) = i1 (t ) + i 2 (t )
Avec :
I1(t / 1 )n1 I2 (t /  21 )n 2
i1 (t)= . exp(t / 12 ) et i2 (t)= . exp(t /  22 ) (II-5)
1 1 + (t / 11 )n1 2 1 + (t /  21 )n 2

II.3 Modèles du courant de l’arc en retour

Depuis 1941, toute une série de modèles relatifs à la distribution spatio-temporelle du


courant de foudre a été proposée par la communauté scientifique. Il s’agit du modèles
macroscopiques qui ont été développés dans le but d’évaluer le rayonnement électromagnétique
d’un canal de foudre [4,5,8].
Les modèles de l’arc en retour proposés dans la littérature différente l’un de l’autre. En
général ils sont classés en quatre grandes classes [4,8,13,14].

a/ Les modèles « physiques » : les modèles appartenant à cette classe sont basés sur une
approche physico-chimique décrivant l’évolution radiale d’une décharge électrique dans un
plasma contenu dans un volume cylindrique. Les sorties principales du modèle incluent la
température, la pression, et la masse volumique en fonction du temps.

b/ Les modèles « électromagnétiques ». Dans ces modèles le courant de l’arc en retour est
représenté en s’appuyant sur la théorie des antennes. Ces modèles impliquent une solution
numérique des équations de Maxwell pour trouver la distribution du courant le long du canal
pour lequel le champ électrique et le champ magnétique à distance peut être calculé.

c/ Modèles dit « modèles RLC ». Ils peuvent être considérés comme une approximation des
modèles électromagnétiques et ils représentent la décharge de foudre comme un processus
transitoire sur une ligne de transmission caractérisée par des résistances, des inductances et des
capacités toute par unité de longueur. Ces modèles sont utilisés pour déterminer le courant du
canal et peuvent donc également utilisés pour calculer le champ magnétique et le champ
électrique à distance.

d/ Modèles dit « d’ingénieurs », dans lesquels la distribution spatiale et temporelle du courant


du canal de foudre est basée sur les caractéristiques observées de l’arc en retour, à savoir le
courant à la base du canal et la vitesse de propagation de l’arc en retour le long du canal de
foudre.

Dans la suite de ce document, nous allons nous intéresser à cette famille de modèles, pour
deux raisons essentielles :

- 14 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

- La première est liée au faible nombre de paramètres à traiter.


- La deuxième est liée à l’écriture simple du courant dans le canal qui est fonction du
courant à la base du canal de foudre.

II.3.1 Modèles d’ingénieurs [4,8,13,14]

II.3.1.1 Modèle de Bruce et Golde (BG) (1941)

Il s’agit d’un des premiers modèles dans le genre et probablement le plus simple. Selon ce
modèle, le courant i(z’,t) à des hauteurs inférieures au front de l’arc en retour est égal au courant
à la base du canal, et à des hauteurs supérieures au front de l’arc en retour, le courant est nul
(Fig. II-1) :

i ( z ' , t ) = i ( 0, t ) Si z '  v.t (II-6)

i ( z' , t ) = 0 Si z '  v.t (II-7)

Où v est la vitesse de propagation de l’onde de l’arc en retour.

Forme d’onde
observée

Forme d’onde
Point observée
d’impact

Fig. II-1 : Distribution spatio-temporelle du courant d’arc en retour


selon le modèle BG [4,8,13,14].

II.3.1.2 Modèle de la ligne de transmission (TL)

Ce modèle a été développé par Uman et McLain en 1969 [4,8,13,14]. En effet, ces derniers
ont représenté le canal de foudre par une ligne de transmission sans pertes.
Ils supposent aussi que le courant d’arc en retour se propage le long du canal à partir du sol
avec une vitesse constante et sans aucune déformation (figure II-2)

- 15 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

Forme d’onde
observée

Forme d’onde
Point
observée
d’impact

Fig. II-2 Distribution spatio-temporelle du courant d’arc en retour


Selon le modèle TL [4,8,13,14]

Les équations décrivant la répartition du courant le long du canal de foudre sont :

(
i ( z ' , t ) = i 0, t − z
'

v ) Si z '  v.t (II-8)

i ( z' , t ) = 0 Si z '  v.t (II-9)

II.3.1.3 Modèle de la ligne de transmission modifié (MTL)

Dans ce modèle deux modifications au modèle TL ont été introduites par Rakov et Dulzon
(1987) et Nucci et al. (1988), ces deux formalismes sont décrits ci-dessous [4,8,13,14].

a/ Modèle de la ligne de transmission modifiée avec décroissance linéaire (MTLL)

Ce modèle a été mis en point par Rakov et Dulzon en 1987. L’amplitude du courant de foudre
diminue linéairement lorsque ce dernier se propage vers le haut du canal. Selon ce modèle la
distribution du canal de foudre s’écrit comme suit :

(
i ( z ' , t ) = i 0, t − z
'

v )(1− z H )
'
Si z '  v.t (II-10)

i ( z' , t ) = 0 Si z '  v.t (II-11)

Avec H la hauteur totale du canal de foudre.


b/ Modèle de la ligne de transmission modifiée avec décroissance exponentielle (MTLE)

- 16 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

Ce modèle revendiqué par Nucci et al en1988. Le courant de foudre est supposé décroître
exponentiellement lorsqu’il se propage le long du canal de foudre. Ils s’exprimes par :

( v)
i ( z ' , t ) = i 0, t − z
' − z' 
e Si z '  v.t (II-12)

i ( z' , t ) = 0 Si z '  v.t (II-13)

II.3.1.4 Modèle de la source de courant mobile (TCS : « Traveling Curent Source »)

Selon ce modèle, proposé par Heidler en 1985 [4,8,13,14], la charge localisée dans le canal
de foudre est neutralisée instantanément à l’arrivée du front de l’arc en retour. Une source de
courant est associée au front de l’arc en retour et parcoure le canal à la vitesse v de celui-ci. Le
courant résultant se propage jusqu’au sol à la vitesse de la lumière.
'
Le courant injecté par la source mobile à une hauteur z atteint la base du canal avec un
z'
retard de v0 , comme on peut le constater à travers l’écriture de l’expression mathématique

suivante :

i ( z ' , t ) = i  0, t − z  Si
'
z '  v.t (II-14)
 v0 

i ( z' , t ) = 0 Si z '  v.t (II-15)

II.3.1.5 Modèle de Diendorfer et Uman (DU) (1990)

Le modèle DU implique deux termes [4,8,13,14], l’un est le même que celui du modèle TCS,
et l’autre est un courant avec une polarité opposée qui monte instantanément à une valeur égale
à l’amplitude du courant de front et décroît exponentiellement en fonction du temps 𝜏𝐷 .

Mathématiquement les équations de ce modèle sont :


 z' 

( )
− t −  D
i ( z ' , t ) = i  0, t − z  − e
'  vf  '
 
.i 0, t − z Si z '  v f .t (II-16)
 v0  v
i ( z ,t) = 0
'
Si z '  v f .t (II-17)

Avec :
v f = c ste
 D = c ste

- 17 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

vf
v =
v
1+ f
c
II.3.1.6 Généralisation des modèles d’Ingénieurs

Dans les références [15,16], Rakov a présenté les modèles d’Ingénieurs à savoir les modèles :
TL, MTLE, MTLL, BG et TCS, à l’aide d’une seule expression. Cette dernière s’écrit comme
suit :
𝑖(𝑧 ′ , 𝑡) = 𝑃(𝑧′) 𝑖(0, 𝑡 − 𝑧 ′ /𝑣) 𝑢(𝑡 − 𝑧 ′ /𝑣𝑓 ) (II-18)
Où :
u : Fonction échelon unité ayant pour valeurs:
1 𝑠𝑖 𝑡 ≥ 𝑧′⁄𝑣
𝑢(𝑡) = { (II-19)
0 𝑠𝑖 𝑡 ≤ 𝑧′⁄𝑣
𝑃(𝑧′). : Facteur d’atténuation de l’onde de courant d’arc en retour
vf : Vitesse de propagation du front ascendant (appelée aussi par la vitesse de l’arc en retour).
v : Vitesse de propagation de l’onde de courant.
Le tableau II.4 résume les paramètres : v et 𝑃(𝑧′).

Modèle P (z’) 𝑣

BG 1 ∞

TL 1 𝑣𝑓

TCS 1 −𝑐

MTLL 1 − 𝑧′⁄𝐻 𝑣𝑓

MTLE exp( − 𝑧′⁄𝜆) 𝑣𝑓

Tableau II.2 : Valeurs des paramètres 𝑃(𝑧′) et v pour les cinq modèles d’Ingénieur [15, 16]

II.3.2 Modèles électromagnétiques

Les modèles électromagnétiques du courant d’arc en retour bien que relativement nouveaux
sont rigoureux et s’adaptent bien aux études de couplage champ électromagnétique rayonné par
la foudre/structures (câbles enterrés par exemple). Cette classe des modèles est basée sur la
résolution des équations de Maxwell permettant d’obtenir la distribution spatio-temporelle du
courant d’arc en retour le long du canal. Cette dernière est obtenue en utilisant des techniques
numériques telles que la méthode des moments (MOM) [8,17,18] et la méthode des différences

- 18 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

finies dans le domaine temporel (FDTD) [8,19]. Les modèles électromagnétiques permettent
aussi l’obtention une solution directe de la distribution spatiotemporelle du courant d’arc en
retour ainsi que des composantes du champ électromagnétique rayonné par la foudre qui n’est
pas le cas des modèles d’Ingénieurs et des modèles RLC.

Par ailleurs, le problème majeur lié aux modèles électromagnétiques réside dans l’injection
de la vitesse de propagation. A cet effet différentes géométries, représentant le canal de foudre,
ont été employées par les chercheurs.

Ainsi, Baba et Rakov ont classé [8,20,21,22,23,24,25,26] les différentes géométries de


représentation du canal de foudre permettant le calcul du courant d’arc en retour et du champ
électromagnétique qui lui est associé. Cette classification a abouti à sept types de
représentations à savoir :

1/ un fil parfaitement conducteur ou résistif placé dans l’air et dessus du sol.

2/ un fil chargé par des inductances additionnelles en séries placé dans l’air et dessus du sol.

3/ un fil entouré par un milieu diélectrique (différent de l’air) qui occupe le demi espace de
travail au-dessus du sol.

4/ un fil enveloppé par un matériau diélectrique (sous la forme d’un cylindre ou d’un
parallélépipède) et placé dans l’air au-dessus du sol.

5/ un fil enveloppé par un matériau ayant la permittivité relative et perméabilité relative dont
les valeurs sont égales et supérieures que ceux de l’air. Ce matériau est de son tour placé
dans l’air et dessus du sol.

6/ deux fils en parallèles shunté entre eux par des additionnelles capacités distribuées le long
du canal de la foudre.

7/ des sources de courant placées sous la forme d’un vecteur vertical (un sur un) dans l’air et
au-dessus du sol.

La représentation schématique de ces sept représentations est présentée dans la figure II-3.
Il est à noter que dans de nombreux travaux de recherche relatifs au calcul du champ
électromagnétique rayonné par un coup de foudre, les six premières représentations du canal de
foudre ont été adoptées. Quant au septième type il a été utilisé par Baba est Rakov [20,39] dans
le but d’implémenter les modèles d’ingénieur dans leurs codes de calcul, basés sur la méthode
des différences finies dans le domaine temporel (FDTD).

- 19 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

Source

Sol Sol Sol Sol


Type 1 Type 2 Type 3 Type 4

Sol Sol

Type 5 Type 6 Type 7

Fig. II-3 : Représentation schématique des sept représentations du canal de foudre (modèles
électromagnétiques) [8,20,21,22,23,24,25,26,27]

II.3.2.1 Fil parfaitement conducteur ou résistif placé dans l’air au-dessus du sol

Dans ce type de modèle le conducteur représentant le canal de foudre est excité à sa base au
niveau du sol par une source de courant. La vitesse de propagation du courant d’arc en retour,
spécifique à ce modèle, est égale à celle de la lumière (3.108 m/s). Cette valeur est plus grande
que celle de la vitesse réelle de l’arc en retour qui est dans les limites d’un à deux tiers de la
vitesse de la lumière (entre c/3 et 2c/3). La forme d’onde de courant de foudre, obtenue à l’aide
de ce type représentation, est caractérisée par une atténuation lorsqu’elle se propage le long du
canal de foudre.

Le principal inconvénient de ce modèle réside dans la vitesse de propagation du courant de


l’arc en retour qui est considérée comme étant égale à la vitesse de la lumière. Cette supposition
relative à l’égalité des vitesses de propagation conduit à une surestimation des champs
électriques et magnétiques puisque les amplitudes de ces derniers sont proportionnelles à la
vitesse de propagation du courant.
- 20 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

Enfin, il faut noter que pour implémenter numériquement ce modèle, on doit forcer la
composante verticale du champ électrique le long du canal de foudre à être nulle dans le cas
d’un fil parfaitement conducteur [8,20].

II.3.2.2 Fil chargé par des inductances additionnelles montées en série dans l’air au-
dessus du sol

La vitesse de la propagation de l’onde du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre peut
être réglée par la variation des valeurs des inductions additionnelles montées en série le long
du fil représentant le canal de foudre. Ainsi, Baba et Rakov ont présenté dans les références
[8,20,21,22,23,24,25,26,27] une approximation mathématique mettant en relation l’inductance
additionnelle et la vitesse de propagation de l’onde du courant d’arc en retour. Cette relation
s’exprime comme suit :

𝐿0
𝑣=√ .𝑐 (II-20)
𝐿0 + 𝐿

c : Vitesse de la lumière égale à 3.108 m/s,


L0 : Inductance naturelle du fil vertical supposée égale à 2.1 µH/m (cette valeur a été évaluée
par Rakov [20] pour un fil horizontal ayant un rayon de 30 mm se trouvant à une hauteur de
500 m).

Il est à noter aussi que l’utilisation de l’induction additionnelle fait apparaitre des oscillations
au niveau de la forme d’onde du courant de foudre ce qui nécessite l’utilisation de résistances
placées en série avec ces inductances le long du fil.

II.3.2.3 Fil entouré par un milieu diélectrique (autre que l’air) occupant le demi-espace
de travail au-dessus du sol

Pour ce type de modèle électromagnétique, la vitesse de propagation du courant d’arc en


retour le long du canal de foudre est inférieure à la vitesse de la lumière. Elle est aussi ajustée
par la variation de la permittivité relative du milieu artificiel (milieu diélectrique). La valeur de
cette dernière doit être supérieure à celle de l’air qui est égale à 1.

Dans le cas d’un sol parfaitement conducteur, et à titre d’exemple lorsque la permittivité
relative du milieu diélectrique prend les valeurs 9 et 4, la vitesse de propagation de l’onde de
courant d’arc en retour est égale à c/3 et c/2 respectivement [8,20,21,24,25,26].

L’approximation mathématique reliant la vitesse de propagation de l’onde de courant d’arc


en retour et la permittivité relative du milieu diélectrique est :

- 21 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

𝑐 (II-21)
𝑣=
√𝜀𝑟
Ce modèle convient parfaitement si on étudier et analyser la distribution spatiotemporelle du
courant d’arc en retour le long du canal de la foudre. En revanche, il est déconseillé si on
s’intéresse au calcul du champ électromagnétique rayonné associé à ce courant. Ceci est due au
fait que la vitesse de propagation de ce courant ainsi que son amplitude sont affectées par la
présence du milieu artificiel (ie: le milieu diélectrique). Cette vitesse est égale à la vitesse de la
lumière dans l’air. L’implémentation numérique de ce modèle peut être effectuée de la même
manière que celle du premier modèle de représentation.
II.3.2.4 Fil enveloppé par un matériau diélectrique (sous la forme d’un cylindre ou d’un
parallélépipède) et placé dans l’air au-dessus du sol

Cette représentation est utilisée principalement pour permettre l’étude de la propagation du


champ électromagnétique dans l’air avec un milieu artificiel (milieu diélectrique) plus réduit
que celui du troisième modèle. Dans ce type de modèle, le champ électrique et le champ
magnétique se propagent dans l’air à la vitesse de la lumière. La vitesse de propagation de
l’onde de courant d’arc en retour est ajustée par la variation de la valeur de la permittivité
relative du milieu diélectrique. En effet, celle-ci doit être plus grande que celle utilisée dans la
mise en œuvre du troisième modèle de représentation [8,20,24,25,].

II.3.2.5 Fil enveloppé par un matériau de permittivité et perméabilité relatives égales


et supérieures à celles de l’air.
Les chercheurs Miyasaki et Ishii [8,20] sont les premiers à avoir utilisé ce type de modèle dans
leurs calculs du champ électromagnétique rayonné par un coup de foudre. Malheureusement,
ils n’ont pas indiqué, dans leur publication, les valeurs considérées de la conductivité et de la
permittivité. La vitesse de propagation de l’onde de courant d’arc en retour a été supposée, dans
ce travail, égale à c/2 (c : Vitesse de la lumière égale à 3.108 m/s, ).

Dans leurs travaux Baba et Rakov [8,20] ont eux aussi adopté ce type de représentation. Les
valeurs de permittivité et de perméabilité relatives ont été respectivement fixées à : εr = 5 et
µr = 5 afin d’obtenir une vitesse de propagation de l’onde de courant d’arc en retour égale à c/2.
Par ailleurs le contrôle de l’atténuation de l’onde de courant, pendant sa propagation le long du
canal de foudre, est effectué par l’utilisation de résistances additionnelles montées en série et
distribuées le long du fil représentant ce canal.

- 22 -
Chapitre II Modélisation du courant de foudre

Enfin, l’implémentation numérique de ce type de modèle ainsi que celle du modèle précédent
(quatrième modèle) est un peu délicate car elle est dépendante de la géométrie complexe
constituée de trois milieux de calcul (air, sol et milieu artificiel) et dont les paramètres sont
différents. Le cylindre (ou le parallélépipède) est placé dans l’air au-dessus du sol.

II.3.2.6 Deux fils parallèles shuntés entre eux par des capacités additionnelles et
distribués le long du canal de foudre

Ce type de modèle est utilisé uniquement pour calculer le courant d’arc en retour le long du
canal de foudre. Aussi, Baba et Rakov [8,20] dans une analyse globale des modèles
électromagnétiques ont présenté une formule mathématique mettant en relation la vitesse de
propagation de l’onde d’arc en retour le long du canal de foudre et la capacité shunt, cette
relation s’exprime comme suit :

(II-22)
𝐶0
𝑣=√ .𝑐
𝐶0 + 𝐶𝑎𝑑

Avec C0 : la capacité naturelle du canal du coup de foudre.

II-4 Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons présenté la modélisation de l’arc en retour d’une décharge de
foudre nuage-sol. En premier temps les formules analytiques du courant de l’arc en retour à la
base du canal de foudre ont été données. Par la suite les différentes classes de modèles décrivant
la propagation de l’onde de courant d’arc en retour ont été présentées. Une attention particulière
a été réservée aux modèles dits « d’Ingénieurs » ainsi qu’aux modèles électromagnétiques.

- 23 -
Chapitre III : La méthode de la différence finies dans le
domaine temporelle FDTD
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

III.1 Introduction

La méthode des différences finies dans le domaine temporelle FDTD est l’une des méthodes
les plus utilisée dans le domaine des études des perturbations électromagnétique rayonné par la
foudre. Dans ce chapitre nous présentons cette méthode qui est adoptée dans ce travail pour
l’analyse du courant de l’arc en retour de la foudre.

III.2 Géométrie du problème

Pour le calcul du champ électromagnétique rayonné par un coup de foudre nuage-sol, le


canal de foudre est considéré comme une antenne verticale unidimensionnelle de hauteur H
placé au-dessus d’un plan conducteur comme l’indique la figure III-1. L’arc en retour de la
foudre se propage du sol vers le nuage le long du canal de foudre avec une vitesse v, son courant
dont la distribution spatio-temporelle i(z’,t) est la source d’un champ électromagnétique. La
détermination donc, en un point quelconque de l’espace, de ce champ électromagnétique
nécessite la connaissance préalable de la distribution spatio-temporelle du courant de l’arc en
retour [8].

H v
i (z’,t)
P : Point d’observation
z'

Plan conducteur
r

Fig. III-1 : Géométrie adoptée pour le calcul du champ électromagnétique rayonné par un
coup de foudre (canal de foudre supposé vertical) [8].

III.3 Méthode des différences finies dans le domaine temporel (FDTD)

La méthode des différences finies dans le domaine temporel FDTD (Finite Difference Time
Domain) a été développée par Yee et al. [28] en 1966. Dans cette méthode, l’approximation des
différences centrées est appliquée aux équations de Maxwell, formées de la loi de Faraday et la
loi d’Ampère dans le domaine temporel. A l’aide de cette dernière la résolution des équations

- 24 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

du champ électrique et du champ magnétique peut être effectuée à chaque pas temporel et en
chaque point de l’espace du volume étudié en utilisant la méthode dite « Leapfrog ».

III.3.1 Equations de Maxwell en trois dimensions

Selon Yee [28] les équations de Maxwell peuvent être écrites sous la forme :

⃗ × 𝐸⃗ = − 𝜕𝐵
∇ III-1
𝜕𝑡

⃗ = 𝜕𝐷 + 𝑗
⃗∇ × 𝐻 III-2
𝜕𝑡

⃗ = 𝜇. 𝐻
𝐵 ⃗ III-3
⃗ = 𝜀. 𝐸⃗
𝐷 III-4
𝐽 = 𝜎. 𝐸⃗ III-5

Avec :
E : le champ électrique ;
H : le champ magnétique ;
D : la densité du champ électrique ;
B : la densité du flux magnétique ;
J : la densité de courant ;
𝜇: Perméabilité du milieu ;
𝜀: Permittivité du milieu.

Les équations (III-1) et (III-2) s’expriment dans un système des coordonnées cartésiennes en
trois dimensions sous la forme suivante :

𝜕𝐻𝑥 1 𝜕𝐸𝑦 𝜕𝐸𝑧 III-6


= ( − )
𝜕𝑡 𝜇 𝜕𝑧 𝜕𝑦
𝜕𝐻𝑦 1 𝜕𝐸𝑧 𝜕𝐸𝑥 III-7
= ( − )
𝜕𝑡 𝜇 𝜕𝑥 𝜕𝑧
𝜕𝐻𝑧 1 𝜕𝐸𝑥 𝜕𝐸𝑦 III-8
= ( − )
𝜕𝑡 𝜇 𝜕𝑦 𝜕𝑥
𝜕𝐸𝑥 1 𝜕𝐻𝑦 𝜕𝐻𝑧 III-9
= ( − − 𝜎𝐸𝑥 )
𝜕𝑡 𝜀 𝜕𝑧 𝜕𝑦
𝜕𝐸𝑦 1 𝜕𝐻𝑧 𝜕𝐻𝑥 III-10
= ( − − 𝜎𝐸𝑦 )
𝜕𝑡 𝜀 𝜕𝑥 𝜕𝑧
𝜕𝐸𝑧 1 𝜕𝐻𝑥 𝜕𝐻𝑦 III-11
= ( − − 𝜎𝐸𝑧 )
𝜕𝑡 𝜀 𝜕𝑦 𝜕𝑥

- 25 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

III.3.2 FDTD-3D en coordonnées cartésiennes

Fig. III-2 : distribution des composantes de champ électromagnétique sur ou dans la cellule
de discrétisation [8,29]

La méthode FDTD en 3D nécessite la discrétisation de l’espace de travail en cellules


cubiques ou sous la forme de parallélépipèdes rectangulaires dont les longueurs des cotés sont
∆x, ∆y, ∆z. Comme il est indiqué sur la figure III.2, les composantes du champ électrique sont
placées aux milieux des côtés de la cellule. Les composantes du champ magnétique sont placées
aux centres des faces de la cellule cubique ou parallélépipédique et sont verticales à ces faces.
Les composantes du champ électrique sont calculées aux pas temporels n∆t, tel que n est un
nombre entier et ∆t est le pas de discrétisation temporelle, tandis que les composantes du champ
magnétique sont calculées au demi du pas temporel (n+1/2) ∆t.
Les équations des composantes du champ électrique Ex, Ey et Ez, suivant les trois directions
x y et z respectivement, sont dérivées de la loi d’Ampère et celles du champ magnétique sont
obtenues à l’aide de la loi de Faraday.

La loi d’Ampère est donnée par la formule suivante :


1 1
1 𝜕𝐸 𝑛−2 1 𝜕𝐸 𝑛−2 1
∇× 𝐻 𝑛−2 =𝜀 + 𝐽𝑛−2 = 𝜀 + 𝜎𝐸 𝑛−2
𝜕𝑡 𝜕𝑡 III-12

Si on applique l’approximation des différences finies centrées à l’équation (III-12) est exprimée
comme suit :

- 26 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

1
𝜕𝐸 𝑛−2 1 𝐸 𝑛 − 𝐸 𝑛−1 𝐸 𝑛 − 𝐸 𝑛−1 1
𝜀 + 𝜎𝐸 𝑛−2 ≈ 𝜀 +𝜎 ≈ ∇ × 𝐻 𝑛−2
𝜕𝑡 ∆𝑡 2 III-13
Le réarrangement de l’équation (III-13) donne l’équation du champ électrique au pas temporel
n, de tel façon que En est écrit en fonction de sa valeur précédente En-1 et en fonction du produit
vectoriel du champ magnétique avec l’opérateur ∇, ce qui donne la forme suivante:

𝜎∆𝑡 ∆𝑡
1 − 2𝜀 1
𝐸𝑛 = ( ) 𝐸 𝑛−1 + ( 2𝜀 ) ∇ × 𝐻 𝑛−2
𝜎∆𝑡 𝜎∆𝑡 III-14
1 + 2𝜀 1 + 2𝜀

A partir de l’équation (III-14), le champ électrique Ex situé au point (i+1/2, j, k) (voir la figure
III-3) peut être exprimé par la formule mathématique suivante [8,30,31] :
1 1
𝐻𝑦 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘 + )
2 2

1
𝐸𝑥 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘)
1 1 2 1 1
𝐻𝑧 (𝑖 + , 𝑗 − , 𝑘) 𝐻𝑧 (𝑖 + , 𝑗 + , 𝑘) ∆z
2 2 2 2

1 1
𝐻𝑦 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘 − )
2 2
∆y

Fig. III-3 : Position du champ électrique Ex et de la boucle des champs magnétiques [8,30]

1
𝜎 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘) ∆𝑡
1− 1
1 2𝜀 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘) 1
𝑛
𝐸𝑥 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘) = 𝐸𝑥𝑛−1 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘)
2 1 2
𝜎 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘) ∆𝑡
1+ 1
2𝜀 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘)
∆𝑡
1
𝜀 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘)
+ 2 .
1
𝜎 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘) ∆𝑡
1+ 1
2𝜀 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘)
2

- 27 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

⁄ 1 1 ⁄ 1 1
𝐻𝑧𝑛−1 2 (𝑖 + 2 , 𝑗 + 2 , 𝑘) − 𝐻𝑧𝑛−1 2 (𝑖 + 2 , 𝑗 − 2 , 𝑘)
[
∆𝑦

⁄2 1 1 ⁄ 1 1
𝐻𝑦𝑛−1 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘 + 2) − 𝐻𝑦𝑛−1 2 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘 − 2)
− ]
∆𝑧

III-15

Les équations des composantes Ey et Ez du champ électrique peuvent être déduites de la même
manière et s’écrivent comme suit :
1
𝜎 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘) ∆𝑡
1− 1
1 2𝜀 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘) 1
𝐸𝑦𝑛 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘) = 𝐸𝑦𝑛−1 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘)
2 1 2
𝜎 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘) ∆𝑡
1+ 1
2𝜀 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘)
∆𝑡
1
𝜀 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘)
+ 2 .
1
𝜎 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘) ∆𝑡
1+ 1
2𝜀 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘)
2
⁄ 1 1 ⁄ 1 1
𝐻𝑥𝑛−1 2 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘 + 2) − 𝐻𝑥𝑛−1 2 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘 − 2)
[
∆𝑧

⁄2 1 1 ⁄ 1 1
𝐻𝑧𝑛−1 (𝑖 + 2 , 𝑗 + 2 , 𝑘) − 𝐻𝑧𝑛−1 2 (𝑖 − 2 , 𝑗 + 2 , 𝑘, )
− ]
∆𝑥

III-16
1
𝜎 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) ∆𝑡
1− 1
1 2𝜀 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) 1
𝐸𝑧𝑛 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + ) = 𝐸𝑧𝑛−1 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + )
2 1 2
𝜎 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) ∆𝑡
1+ 1
2𝜀 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2)
∆𝑡
1
𝜀 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + )
+ 2 .
1
𝜎 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) ∆𝑡
1+ 1
2𝜀 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + )
2

- 28 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

⁄ 1 1 ⁄ 1 1
𝐻𝑦𝑛−1 2 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘 + 2) − 𝐻𝑦𝑛−1 2 (𝑖 − 2 , 𝑗, 𝑘 + 2)
[
∆𝑥

⁄ 1 1 ⁄ 1 1
𝐻𝑥𝑛−1 2 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘 + 2) − 𝐻𝑥𝑛−1 2 (𝑖, 𝑗 − 2 , 𝑘 + 2 , )
− ]
∆𝑦

III-17

La loi de Faraday est donnée par la relation :

𝜕𝐻 𝑛
∇ × 𝐸 𝑛 = −𝜇
𝜕𝑡 III-18

Si on applique l’approximation des différences finies centrés à l’équation (III-35) on obtient


l’expression suivante :
1 1
𝜕𝐻 𝑛 𝐻 𝑛+2 − 𝐻 𝑛−2
𝜇 ≈𝜇 ≈ −∇ × 𝐸 𝑛
𝜕𝑡 ∆𝑡 III-19

Le réarrangement de l’équation (III-19), permet d’obtenir l’expression du champ magnétique


calculé au pas temporel n+1/2 en fonction de la valeur précédente du champ magnétique et des
valeurs du champ électrique qui forme une boucle autour de la composante du champ
magnétique considéré (voir la figure III-4), ce qui donne l’expression suivante :
1 1 ∆𝑡 III-20
𝐻 𝑛+2 = 𝐻 𝑛−2 − ∇ × 𝐸𝑛
𝜇
1
𝐸𝑦 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘 + 1)
2

1 1
𝐻𝑥 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘 + )
1 2 2 1
𝐸𝑧 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + ) 𝐸𝑧 (𝑖, 𝑗 + 1, 𝑘 + ) ∆z
2 2

1
𝐸𝑦 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘)
2
∆y

Fig. III-4 : Position du champ magnétique Hx et de la boucle des champs électriques [8,30].

- 29 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

1
𝑛+
A partir de l’équation (III-20), la composante 𝐻𝑥 2
du champ magnétique positionnée au point
(i, j+1/2, k+1/2) s’écrit comme suit [8,30,31] :
⁄ 1 1 ⁄ 1 1 ∆𝑡
𝐻𝑥𝑛+1 2 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘 + ) = 𝐻𝑥𝑛−1 2 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘 + ) − .
2 2 2 2 1 1
𝜇 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘 + 2)
1 1 1 1
𝐸𝑧𝑛 (𝑖, 𝑗 + 1, 𝑘 + 2) − 𝐸𝑧𝑛 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) 𝐸𝑦𝑛 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘 + 1) − 𝐸𝑦𝑛 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘)
[ − ]
∆𝑦 ∆𝑧

III-21
1 1
𝑛+ 𝑛+
Les équations des composantes 𝐻𝑦 2 et 𝐻𝑧 2 peuvent être obtenues de la même manière :

⁄ 1 1 ⁄ 1 1 ∆𝑡
𝐻𝑦𝑛+1 2 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘 + ) = 𝐻𝑦𝑛−1 2 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘 + ) − .
2 2 2 2 1 1
𝜇 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘 + 2)
1 1 1 1
𝐸𝑥𝑛 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘 + 1) − 𝐸𝑥𝑛 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘) 𝐸𝑧𝑛 (𝑖 + 1, 𝑗, 𝑘 + 2) − 𝐸𝑧𝑛 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2)
[ − ]
∆𝑧 ∆𝑥

III-22
⁄ 1 1 ⁄ 1 1 ∆𝑡
𝐻𝑧𝑛+1 2 (𝑖 + , 𝑗 + , 𝑘) = 𝐻𝑧𝑛−1 2 (𝑖 + , 𝑗 + , 𝑘) − .
2 2 2 2 1 1
𝜇 (𝑖 + 2 , 𝑗 + 2 , 𝑘)

1 1 1 1
𝐸𝑦𝑛 (𝑖 + 1, 𝑗 + 2 , 𝑘) − 𝐸𝑦𝑛 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘) 𝐸𝑥𝑛 (𝑖 + 2 , 𝑗 + 1, 𝑘) − 𝐸𝑥𝑛 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘)
[ − ]
∆𝑥 ∆𝑦

III-23
⁄ ⁄2 ⁄2
Le calcul des composantes 𝐸𝑥𝑛 ,𝐸𝑦𝑛 , 𝐸𝑧𝑛 , 𝐻𝑥𝑛+1 2 , 𝐻𝑦𝑛+1 et 𝐻𝑧𝑛+1 permet d’obtenir les champs
électriques et magnétiques en tous points du volume de travail et à tout instant appartenant à la
durée de simulation fixée.

III.3.3 FDTD-2D en coordonnées cylindriques

La méthode FDTD, en deux dimensions et dans un système des coordonnées cylindriques,


est parmi les formulations les plus utilisées pour analyser le rayonnement électromagnétique
associé à un coup de foudre.

- 30 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

En coordonnées cylindriques et en deux dimensions (2D) il n’existe que les composantes


radiale et verticale du champ électrique Er et Ez, et la composante azimutale du champ
magnétique𝐻∅ .

L’application de la méthode FDTD dans un système de coordonnées cylindriques demande


la discrétisation de l’espace de travail (volume ou le champ EM est calculé) en cellules carrés
ou rectangulaires. Les composantes du champ électrique radial et vertical, en fonction du temps,
sont calculées à l’aide de la loi d’Ampère (équation III-12) et ceux du champ magnétique
azimutal est obtenue à l’aide de la loi de Faraday (équation III-18).

Le produit vectoriel du champ magnétique avec l’opérateur ∇ en fonction du quatre


composantes du champ magnétique formant une boucle carrée, s’écrit en cordonnées
cylindriques de la manière suivante :

1 𝜕𝐻𝑧 𝜕𝐻∅ 𝜕𝐻𝑟 𝜕𝐻𝑧 1 𝜕(𝑟𝐻∅ ) 𝜕𝐻𝑟 III-24


∇×𝐻 =[ − , − , ( − )]
𝑟 𝜕∅ 𝜕𝑧 𝜕𝑧 𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝑟 𝜕∅
𝜕𝐻∅ 𝜕(𝑟𝐻∅ )
= [− , 0, ]
𝜕𝑧 𝜕𝑟

Partons des équations (III-14) et (III-24), la composante radiale Er située au point (i+1/2, j) et
la composante vertical Ez située au point (i, j+1/2) du champ électrique (voir la figure III-5),
peuvent écrite sous la forme suivante :

1
𝜎 (𝑖 + 2 , 𝑗) ∆𝑡
1− 1
1 2𝜀 (𝑖 + 2 , 𝑗) 1
𝐸𝑟𝑛 (𝑖 + , 𝑗) = 𝐸𝑟𝑛−1 (𝑖 + , 𝑗)
2 1 2
𝜎 (𝑖 + 2 , 𝑗) ∆𝑡
1+ 1
2𝜀 (𝑖 + 2 , 𝑗)

∆𝑡
1 ⁄ 1 1 ⁄ 1 1
𝜀 (𝑖 + 2 , 𝑗) 𝐻∅𝑛−1 2 (𝑖 + 2 , 𝑗 − 2) − 𝐻∅𝑛−1 2 (𝑖 + 2 , 𝑗 + 2 , 𝑘)
+ .[ ]
1 ∆𝑧
𝜎 (𝑖 + 2 , 𝑗) ∆𝑡
1+ 1
2𝜀 (𝑖 + 2 , 𝑗)
III-25

- 31 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

1
𝜎 (𝑖, 𝑗 + 2) ∆𝑡
1− 1
1 2𝜀 (𝑖, 𝑗 + 2) 1
𝐸𝑧𝑛 (𝑖, 𝑗 + ) = 𝐸𝑟𝑛−1 (𝑖, 𝑗 + )
2 1 2
𝜎 (𝑖, 𝑗 + 2) ∆𝑡
1+ 1
2𝜀 (𝑖, 𝑗 + 2)

∆𝑡
1 ⁄2 1 1 ⁄ 1 1
𝜀 (𝑖, 𝑗 + 2) 𝑟𝑖+1 𝐻∅𝑛−1 (𝑖 + 2 , 𝑗 + 2) − 𝑟𝑖−1 𝐻∅𝑛−1 2 (𝑖 − 2 , 𝑗 + 2 , 𝑘)
1 2 2
+ .[ ]
1
𝜎 (𝑖, 𝑗 + 2) ∆𝑡 𝑟𝑖 ∆𝑟
1+ 1
2𝜀 (𝑖, 𝑗 + 2)

III-26

Avec :
ri : distance radiale entre l’axe z (axe vertical) et le point de situation de la composante
Ez (i, j+1/2),
ri-1/2 : distance radiale entre l’axe z (axe vertical) et le point de situation de la composante
𝐻∅ (i-1/2, j+1/2)
ri+1/2 : distance radiale entre l’axe z (axe vertical) et le point de situation de la composante
𝐻∅ (i+1/2, j+1/2).
1
𝐸𝑟 (𝑖 + , 𝑗 + 1)
2

1 1
𝐻∅ (𝑖 + , 𝑗 + )
1 2 2 1
𝐸𝑧 (𝑖, 𝑗 + ) 𝐸𝑧 (𝑖 + 1, 𝑗 + ) ∆z
2 2

1
𝐸𝑟 (𝑖 + , 𝑗)
2
∆r

Fig. III-5 : Positions des composantes radiale et verticale du champ électrique Er et Ez, ainsi
que celle du champ magnétique azimutal 𝐻∅ et de la boucle des champs électriques [8,30].

Le produit vectoriel des composantes du champ électrique avec l’opérateur ∇, s’écrit en


cordonnées cylindriques de la manière suivante :

- 32 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

1 𝜕𝐸𝑧 𝜕𝐸∅ 𝜕𝐸 𝜕𝐸𝑧 1 𝜕(𝑟𝐸∅ ) 𝜕𝐸𝑟 𝜕𝐸 𝜕𝐸𝑧


∇×𝐸 =[ − , − , ( − )] = [0, − , 0]
𝑟 𝜕∅ 𝜕𝑧 𝜕𝑧 𝜕𝑟 𝑟 𝜕𝑟 𝜕∅ 𝜕𝑧 𝜕𝑟
III-27

1
𝑛+
A partir des équations (III-20) et (III-27), la composante azimutale du champ magnétique 𝐻∅ 2

qui se trouvant aux positions (i+1/2, j+1/2) (voir la figue III-5) peut écrite de la manière
suivante :
𝑛+1/2 1 1 𝑛−1/2 1 1
𝐻∅ (𝑖 + , 𝑗 + ) = 𝐻∅ (𝑖 + , 𝑗 + )
2 2 2 2
1 1
∆𝑡 𝐸𝑟𝑛 (𝑖 + 2 , 𝑗 + 1) − 𝐸𝑟𝑛 (𝑖 − 2 , 𝑗)
+ .[ ]
1 1 ∆𝑧
𝜇 (𝑖 + 2 , 𝑗 + 2)
1 1
∆𝑡 𝐸𝑧𝑛 (𝑖 + 1, 𝑗 + 2) − 𝐸𝑧𝑛 (𝑖, 𝑗 + 2)
+ .[ ]
1 1 ∆𝑟
𝜇 (𝑖 + 2 , 𝑗 + 2)

III-28
⁄2
Le calcul des composantes 𝐸𝑟𝑛 , 𝐸𝑧𝑛 , et 𝐻∅𝑛+1 permet d’obtenir les champs électriques et le
champ magnétique en tous points du volume de travail et en tout instant.

III.3.4 Critère de stabilité de la méthode FDTD

Pour éviter l’instabilité de calcul à l’aide de la méthode des différences finies, dans le
domaine temporel (FDTD), il est nécessaire de satisfaire la condition de COURANT qui donne
la relation entre le pas de calcul temporel ∆t et les pas de discrétisation spatiale: ∆x, ∆y et ∆z.
Cette condition s’exprime par la formule suivante [8]:

1 III-29
∆𝑡 ≤
1 1 1
𝑐√ + +
(∆𝑥)2 (∆𝑦)2 (∆𝑧)2
c : étant la vitesse de la lumière.
Si les pas de discrétisation spatiale sont égaux : ∆x = ∆y = ∆z = ∆s l’inégalité (III-29) on
obtient :

Δ𝑡 Δ𝑠 III-30

√𝜇𝜀 √3

Une autre relation mathématique a été proposée par Noda et Yokoyama [32] pour déterminer
le pas temporel ∆t afin d’obtenir un calcul stable par la méthode FDTD :

- 33 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

𝜇𝜀
Δ𝑡 = Δ𝑠√ 3 (1 − 𝛼) III-37

Avec :
α : une petite valeur positive donnée par l’utilisateur afin d’assurer la stabilité de calcul.
Pour la méthode FDTD-2D, en coordonnées cylindriques, la condition de stabilité de Courant
s’écrit comme suit :
1 III-38
∆𝑡 ≤
1 1
𝑐√ +
(∆𝑟)2 (∆𝑧)2

III.3.5 Conditions aux limites

Le calculer du champ électromagnétique dans le domaine temporel en exploitant la méthode


des différences finies dans un espace illimité, il est indispensable d’avoir une manière pour
borner le domaine de travail, cette méthode de limitation est appelée les conditions aux limites.
Des différentes conditions aux limites sont proposées dans la littérature. Parmi ces conditions
on peut citer les conditions aux limites parfaitement conductrices et les conditions aux limites
absorbantes.

III.3.5.1 Conditions aux limites parfaitement conductrices (PEC)

Pour ces conditions, la conductivité électrique au niveau des limites de l’espace concerné
par le calcul est supposée infinie (limites parfaitement conductrices) [8]. A l’aide de cette
hypothèse les composantes du champ électrique sont définies d’une manière similaire à celle
du cas d’un conducteur parfait (le champ électrique à l’intérieur du conducteur parfait étant
nul), ce qui demande de forcer ces composantes à être nulles pour respecter cette condition.
Il est à noter que le mot « PEC » est l’abréviation de Perfect Electric conductor.

III.3.5.2 Conditions aux limites absorbantes

Ces conditions sont très utiles pour éviter la réflexion au niveau des limites du domaine de
calcul et aussi afin de simuler la propagation continue du champ électromagnétique. Parmi ces
conditions on peut citer :

✓ Les conditions aux limites de Liao’s [33] (1984),


✓ Les conditions aux limites PML (Perfectly-Matched Layers), développées par
Brenger [34] en 1994.
✓ Les conditions aux limites UPML (Uniaxial Perfectly-Matched Layers) formulées par
Taflove [35] en 2000

- 34 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

a) Conditions aux limites de Liao [33]

La figure (III.6-(a)) illustre le principe de ces conditions aux limites. Ainsi, la composante
Ez du champ électrique se propage dans la direction négative de l’axe des x, avec une vitesse
égale à celle de la lumière (3.108 m/s), et pénètre dans la zone délimitée par la limite absorbante
située au point x = x1. Ce champ électrique qui est orienté dans la direction z et qui se trouve au
point x1 et à l’instant désigné par le pas temporel n, 𝐸𝑧𝑛 (𝑥1 ), est estimé en fonction de 𝐸𝑧𝑛−2 (𝑥1 +
2𝑐∆𝑡) et 𝐸𝑧𝑛−1 (𝑥1 + 𝑐∆𝑡) en utilisant une approximation linéaire donnée par les auteurs des
références [8,30]:

𝐸𝑧𝑛 (𝑥1 ) = 2𝐸𝑧𝑛−1 (𝑥1 + 𝑐∆𝑡) − 𝐸𝑧𝑛−2 (𝑥1 + 2𝑐∆𝑡) III-39

Aussi, tant que les positions de 𝑥1 + 2𝑐∆𝑡 et 𝑥1 + 𝑐∆𝑡 ne coïncident pas avec les points de
calcul du champ électrique, comme le montre la figure III-6-b, 𝐸𝑧𝑛−2 (𝑥1 + 2𝑐∆𝑡) et 𝐸𝑧𝑛−1 (𝑥1 +
𝑐∆𝑡) sont estimés en utilisant l’interpolation quadratique de la manière suivante :

z Limite absorbante
𝐸𝑧𝑛−2 (𝑥1 + 2𝑐∆𝑡)

𝐸𝑧𝑛−1 (𝑥1 + 𝑐∆𝑡)

𝐸𝑧𝑛 (𝑥1 )
Approximation linéaire : Ez(x) = a x + b

Direction de propagation
x
𝑥1
𝑐∆𝑡 𝑐∆𝑡

(a)

- 35 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

Limite absorbante

c ∆t c ∆t c ∆t c ∆t c ∆t

z (b) x
x1 ∆x 2 ∆x

Fig. III.6: (a) Diagramme illustratif de la propagation de la composantes Ez du champ


électrique et de sa pénétration dans la limite absorbante en x = x1 ,
(b) Points de calcul du champ électrique proche de la limite absorbante [8,30].

𝐸𝑧𝑛 (𝑥1 ) = 2𝑇11 𝐸𝑧𝑛−1 (𝑥1 ) + 2𝑇12 𝐸𝑧𝑛−1 (𝑥1 + ∆𝑥) + 2𝑇13 𝐸𝑧𝑛−1 (𝑥1 + 2∆𝑥)
2 𝑛−2 (𝑥 ) 𝑛−2 (𝑥
−2𝑇11 𝐸𝑧 1 − 2𝑇11 𝑇12 𝐸𝑧 1 + ∆𝑥)
2
−(2𝑇11 𝑇13 + 𝑇12 )𝐸𝑧𝑛−2 (𝑥1 + 2∆𝑥) − 2𝑇12 𝑇13 𝐸𝑧𝑛−2 (𝑥1 + 3∆𝑥)
2 𝑛−2 (𝑥
−𝑇13 𝐸𝑧 1 + ∆𝑥) (III-40)

Avec :

(2 − 𝑠)(1 − 𝑠)
𝑇11 = ,
2
𝑇12 = 2(2 − 𝑠),
𝑠(1−𝑠)
𝑇13 = ,
2

𝑐∆𝑡
𝑠=
∆𝑥
L’équation (III-40) exprime les conditions aux limites de Liao, de deuxième ordre, appliquées
dans la méthode FDTD.

b) Conditions aux limites PML (Percfectly Matched Layer) de Brenger [33]

Les conditions aux limites absorbantes PML (Pefectly Matched Layer) ont été développées
pour la première fois par Brenger [33] en 1994. Ce dernier a proposé que dans la région PML
(région se trouvant aux six bornes de l’espace de travail et formée de plusieurs couches dont le

- 36 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

nombre peut varier selon le problème étudié) chaque composante du champ électromagnétique
est divisée en deux. Dans un système de coordonnées cartésiennes, les six composantes
principales du champ électromagnétique sont remplacées par douze (12) composantes
secondaires qui sont : Exy, Exz, Eyz, Eyx, Ezx, Ezy, Hxy, Hxz, Hyz, Hyx, Hzx, Hzy. Dans la région PML,
les six équations de Maxwell sont remplacées par douze équations représentées
mathématiquement par les formules suivantes :

𝜕𝐸𝑥𝑦 𝜕(𝐻𝑧𝑥 + 𝐻𝑧𝑦 ) III-41


𝜀 + 𝜎𝑦 𝐸𝑥𝑦 =
𝜕𝑡 𝜕𝑦

𝜕𝐸𝑥𝑧 𝜕(𝐻𝑦𝑧 + 𝐻𝑦𝑥 ) III-42


𝜀 + 𝜎𝑧 𝐸𝑥𝑧 =
𝜕𝑡 𝜕𝑧

𝜕𝐸𝑦𝑧 𝜕(𝐻𝑥𝑦 + 𝐻𝑥𝑧 ) III-43


𝜀 + 𝜎𝑧 𝐸𝑦𝑧 =
𝜕𝑡 𝜕𝑧

𝜕𝐸𝑦𝑥 𝜕(𝐻𝑧𝑥 + 𝐻𝑧𝑦 ) III-44


𝜀 + 𝜎𝑥 𝐸𝑦𝑥 =
𝜕𝑡 𝜕𝑥

𝜕𝐸𝑧𝑥 𝜕(𝐻𝑦𝑧 + 𝐻𝑦𝑥 ) III-45


𝜀 + 𝜎𝑥 𝐸𝑧𝑥 =
𝜕𝑡 𝜕𝑥

𝜕𝐸𝑧𝑦 𝜕(𝐻𝑥𝑦 + 𝐻𝑥𝑧 ) III-46


𝜀 + 𝜎𝑦 𝐸𝑧𝑦 =
𝜕𝑡 𝜕𝑦

𝜕𝐻𝑥𝑦 𝜕(𝐸𝑧𝑥 + 𝐸𝑧𝑦 ) III-47


𝜇 + 𝜎𝑦∗ 𝐻𝑥𝑦 =
𝜕𝑡 𝜕𝑦

𝜕𝐻𝑥𝑧 𝜕(𝐸𝑦𝑧 + 𝐸𝑦𝑥 ) III-48


𝜇 + 𝜎𝑧∗ 𝐻𝑥𝑧 =
𝜕𝑡 𝜕𝑧

𝜕𝐻𝑦𝑧 𝜕(𝐸𝑥𝑦 + 𝐸𝑥𝑧 ) III-49


𝜇 + 𝜎𝑧∗ 𝐻𝑦𝑧 =
𝜕𝑡 𝜕𝑧

𝜕𝐻𝑦𝑥 𝜕(𝐸𝑧𝑥 + 𝐸𝑧𝑦 ) III-50


𝜇 + 𝜎𝑥∗ 𝐻𝑦𝑥 =
𝜕𝑡 𝜕𝑥

𝜕𝐻𝑧𝑥 𝜕(𝐸𝑦𝑧 + 𝐸𝑦𝑥 ) III-51


𝜇 + 𝜎𝑥∗ 𝐻𝑧𝑥 =
𝜕𝑡 𝜕𝑥

- 37 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

𝜕𝐻𝑧𝑦 𝜕(𝐸𝑥𝑦 + 𝐸𝑥𝑧 ) III-52


𝜇 + 𝜎𝑦∗ 𝐻𝑧𝑦 =
𝜕𝑡 𝜕𝑦

Les paramètres :
(𝜎𝑥 , 𝜎𝑦 , 𝜎𝑧 ) : désignent les conductivités électriques
(𝜎𝑥∗ , 𝜎𝑦∗ , 𝜎𝑧∗ ) : désignent les conductivités magnétiques.
La discrétisation de l’espace de travail proposée par Yee [28] est inchangeable pour la région
PML, sauf que les composantes secondaires sont calculées aux mêmes points que les
composantes originales. Par exemple Exy et Exz sont calculés au même point que Ex, et Hzx et
Hzy sont calculés au même point que Hz.

Après application de la technique FDTD sur les équations de Maxwell, la composante


secondaire Exy du champ électrique sera calculée par l’équation suivante :

1 1
𝑛+1
𝐸𝑥𝑦 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘) = 𝑒 −𝜎𝑦 (𝑖+1⁄2,𝑗,𝑘)∆𝑡/𝜀 𝐸𝑥𝑦
𝑛
(𝑖 + , 𝑗, 𝑘)
2 2
1 − 𝑒 −𝜎𝑦 (𝑖+1⁄2,𝑗,𝑘)∆𝑡/𝜀 𝑛+
1
1 1 𝑛+
1
1 1
+ . [𝐻𝑧𝑥 2 (𝑖 + , 𝑗 + , 𝑘) + 𝐻𝑧𝑦 2 (𝑖 + , 𝑗 + , 𝑘)
𝜎𝑦 (𝑖 + 1⁄2, 𝑗, 𝑘 )∆𝑦 2 2 2 2

1 1
𝑛+ 1 1 𝑛+ 1 1 III-53
−𝐻𝑧𝑥 2 (𝑖 + , 𝑗 − , 𝑘) − 𝐻𝑧𝑦 2 (𝑖 + , 𝑗 − , 𝑘)]
2 2 2 2

Les autres composantes secondaires du champ électrique et du champ magnétique seront


calculées de la même manière que la composante secondaire Exy dont l’expression
mathématique est décrite par l’équation (III-53).

c) Conditions aux limites UPML (Uniaxial Percfectly Matched Layer) de Taflove

Dans la référence [35] Taflove propose des modifications appliquées aux conditions aux limites
développées par Brenger [33]. Ces modifications consistent principalement en l’exploitation
des densités de champs électrique et magnétique afin d’obtenir douze équations au total au lieu
de dix-huit équations dans le cas des conditions PML. En effet, pour les conditions aux limites
PML de Brenger nous avions douze équations pour la région PML plus six équations pour
l’espace de travail de ce qui donne un total de dix-huit équations. Ce type de conditions permet
donc de réduire le nombre d’équations à résoudre car elles évitent la division par deux des
composantes du champ électromagnétique dans la région PML, comme leur nom l’indique
(Uniaxial) à cause du fait que ces composantes s’orientent suivant un seul axe et non pas
selon deux axes comme c’est le cas pour la formulation proposée par Brenger. Cette diminution

- 38 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

du nombre d’équations permet d’avoir un gain en temps calcul et d’espace mémoire du


calculateur utilisé considérables [8].
Les équations relatives aux composantes principales du champ électrique et du champ
magnétique ainsi que leurs densités sont exprimées mathématiquement par les formules
suivantes [8,21,22,24,25,35]

1 2𝜀𝑘𝑦 − 𝜎𝑦 ∆𝑡 1 2𝜀∆𝑡
𝐷𝑛+1
𝑥 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘) = ( ) . 𝐷𝑛𝑥 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘) + ( ).
2 2𝜀𝑘𝑦 + 𝜎𝑦 ∆𝑡 2 2𝜀𝑘𝑦 + 𝜎𝑦 ∆𝑡

⁄2 1 1 ⁄2 1 1 ⁄2 1 1 ⁄2 1 1
𝐻𝑛+1
𝑧 (𝑖 + , 𝑗 + , 𝑘) − 𝐻𝑛+1
𝑧 (𝑖 + , 𝑗 − , 𝑘) 𝐻𝑛+1
𝑦 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘 + ) − 𝐻𝑛+1
𝑦 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘 − )
2 2 2 2 2 2 2 2
[ − ]
∆𝑦 ∆𝑧

III-54
1 2𝜀𝑘𝑧 − 𝜎𝑧 ∆𝑡 1 1
𝐸𝑛+1
𝑥 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘) = ( ) . 𝐸𝑛𝑥 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘) + [ ].
2 2𝜀𝑘𝑧 + 𝜎𝑧 ∆𝑡 2 (2𝜀𝑘𝑧 + 𝜎𝑧 ∆𝑡)𝜀

1 1
[(2𝜀𝑘𝑥 + 𝜎𝑥 ∆𝑡). 𝐷𝑛+1
𝑥 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘) − (2𝜀𝑘𝑥 − 𝜎𝑥 ∆𝑡). 𝐷𝑛𝑥 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘)]
III-55

⁄2
1 1 2𝜀𝑘𝑦 − 𝜎𝑦 ∆𝑡 ⁄2
1 1 2𝜀∆𝑡
𝐵𝑛+3
𝑥 (𝑖, 𝑗 + ,𝑘 + )=( ) . 𝐵𝑛+1
𝑥 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘 + ) + ( ).
2 2 2𝜀𝑘𝑦 + 𝜎𝑦 ∆𝑡 2 2 2𝜀𝑘𝑦 + 𝜎𝑦 ∆𝑡

1 1 1 1
𝐸𝑛+1
𝑧 (𝑖, 𝑗 + 1, 𝑘 + ) − 𝐸𝑛+1
𝑧 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) 𝐸𝑛+1
𝑦 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘 + 1) − 𝐸𝑛+1
𝑦 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘)
2
[ − ]
∆𝑦 ∆𝑧

III-56
⁄2
1 1 2𝜀𝑘𝑧 − 𝜎𝑧 ∆𝑡 ⁄2
1 1 1
𝐻𝑛+3
𝑥 (𝑖, 𝑗 + ,𝑘 + )=( ) . 𝐻𝑛+1
𝑥 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘 + ) + [ ].
2 2 2𝜀𝑘𝑧 + 𝜎𝑧 ∆𝑡 2 2 (2𝜀𝑘𝑧 + 𝜎𝑧 ∆𝑡)𝜇

⁄2
1 1 ⁄2
1 1
[(2𝜀𝑘𝑥 + 𝜎𝑥 ∆𝑡). 𝐵𝑛+3
𝑥 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘 + ) −(2𝜀𝑘𝑥 − 𝜎𝑥 ∆𝑡). 𝐵𝑛+1
𝑥 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘 + )]
2 2 2 2
III-57

Les composantes principales Dy, Dz, Ey, Ez, By, Bz, Hy, Hz peuvent être obtenues de la même
manière que les composantes décrites travers les équations (III-54 à 57).
Dans le but de simplification de la mise en œuvre numérique de ces équations les coefficients
suivants sont définis [8,21,22,24,25,35] :
2𝜀𝑘𝑦 − 𝜎𝑦 ∆𝑡
𝐶1 (𝑗) =
2𝜀𝑘𝑦 + 𝜎𝑦 ∆𝑡 III-58

- 39 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

2𝜀∆𝑡
𝐶2 (𝑗) =
2𝜀𝑘𝑦 + 𝜎𝑦 ∆𝑡 III-59
2𝜀𝑘𝑧 − 𝜎𝑧 ∆𝑡
𝐶3 (𝑘) =
2𝜀𝑘𝑧 + 𝜎𝑧 ∆𝑡
III-60

1
𝐶4 (𝑘) =
(2𝜀𝑘𝑧 + 𝜎𝑧 ∆𝑡)𝜀
III-61

𝐶5 (𝑖) = 2𝜀𝑘𝑥 + 𝜎𝑥 ∆𝑡 III-62

𝐶6 (𝑖) = 2𝜀𝑘𝑥 − 𝜎𝑥 ∆𝑡 III-63

Avec :
𝑥 𝑚 III-64
𝜎𝑥 (𝑥) = ( ) . 𝜎𝑚𝑎𝑥
𝑑

𝑥 𝑚 III-65
𝑘𝑥 (𝑥) = 1 + (𝑘𝑥,𝑚𝑎𝑥 − 1). ( )
𝑑

(𝑚 + 1)𝑙𝑛(𝑅(0)) III-66
𝜎𝑚𝑎𝑥 = −
2𝜂𝑑

𝑑
𝑅(𝜃) = 𝑒 −2 𝜂 𝑐𝑜𝑠𝜃 ∫0 𝜎(𝑥) 𝑑𝑥 (Erreur de réflexion) III-67

μ
η=√
ε
III-68

d: épaisseur de la région MPL.

x: un entier positif correspondant au numéro de la couche UPML (0 < 𝑥 < 𝑑).

Les valeurs des paramètres 𝜎 et k dans l’espace de travail dépendent de la nature du milieu
considéré. Par exemple dans le vide (air) ils valent 𝜎 = 0 et 𝑘 = 1. Cependant, dans la région
PML 𝜎 et k sont considérés comme des polynômes dont les expressions mathématiques sont

- 40 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

données par les équations (III-64) et (III-65). De la même manière on obtient les coefficients
des autres composantes de champs électrique et magnétique ainsi que ceux des densités
associées (Dy, Dz, Ey, Ez, By, Bz, Hy, Hz) [8,21,22,24,25,35] .

III.3.6 Représentation des sources localisées et des éléments de circuit localisés

III.3.6.1 Les sources de tension localisées

La source de tension localisée 𝑉𝑠𝑛 , suivant la direction de l’axe z et localisée au point (i, j,
k+1/2), est représentée par la spécification du champ électrique vertical au point désigné pour
la source de tension par la formule suivante [8,30] :

1
1 𝑉𝑠𝑛 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2)
𝐸𝑧𝑛 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + )=
2 Δ𝑧 III-69

III.3.6.2 Les sources de courant localisées


𝑛−1/2
La source de courant localisée 𝐼𝑠 , suivant la direction de l’axe z et localisée au point (i,
𝑛−1/2
j, k+1/2), est représentée par la spécification de la composante 𝐽𝑧 de la densité du courant
de conduction J n-1/2 dont l’expression mathématique est [8,30] :
1 1
𝑛−
2
1 1 𝑛− 1
𝐽𝑧 (𝑖, , 𝑗, 𝑘 + ) = 𝐼𝑧 2 (𝑖, , 𝑗, 𝑘 + )
2 Δ𝑥Δ𝑦 2 III-70

A cet effet, l’équation de Ez spécifiée au point (i, j, k+1/2) est donnée par :

1
𝜎 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) ∆𝑡 ∆𝑡
1− 1 1
1 2𝜀 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) 1 𝜀 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2)
𝑛
𝐸𝑧 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + ) = 𝐸𝑧𝑛−1 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + )+ .
2 1 2 1
𝜎 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) ∆𝑡 𝜎 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) ∆𝑡
1+ 1 1+ 1
2𝜀 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) 2𝜀 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2)
⁄ 1 1 ⁄ 1 1
𝐻𝑦𝑛−1 2 (𝑖 + 2 , 𝑗, 𝑘 + 2) − 𝐻𝑦𝑛−1 2 (𝑖 − 2 , 𝑗, 𝑘 + 2)
[
∆𝑥

⁄ 1 1 ⁄ 1 1
𝐻𝑥𝑛−1 2 (𝑖, 𝑗 + 2 , 𝑘 + 2) − 𝐻𝑥𝑛−1 2 (𝑖, 𝑗 − 2 , 𝑘 + 2 , )
− ]
∆𝑦

- 41 -
Chapitre III La méthode de la différence finies dans le domaine temporelle FDTD

∆𝑡
1
𝜀 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) 1 𝑛−12 1
+ .
𝐼𝑠 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + )
1
𝜎 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2) ∆𝑡 ∆𝑥∆𝑦 2
1+ 1
2𝜀 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2)
III-71
𝑛−1/2
Il est à noter que les sources de courant localisées 𝐼𝑠 , suivant la direction de l’axe des z,
peuvent être représentées d’une manière simple par la spécification des champs magnétiques
circulant autour de la source, si ∆x = ∆y par les équations suivante [8,30]:

⁄ 1 1 1 𝑛−12 1 III-72
𝐻𝑥𝑛−1 2 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘 + ) = − 𝐼𝑠 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + )
2 2 4∆𝑥 2

1
⁄ 1 1 1 𝑛− 1 III-73
𝐻𝑥𝑛−1 2 (𝑖, 𝑗 − 2 , 𝑘 + 2) = 4∆𝑥 𝐼𝑠 2
(𝑖, 𝑗, 𝑘 + 2)

⁄ 1 1 1 𝑛−12 1 III-74
𝐻𝑦𝑛−1 2 (𝑖 + , 𝑗, 𝑘 + ) = 𝐼𝑠 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + )
2 2 4∆𝑦 2

⁄ 1 1 1 𝑛−12 1 III-75
𝐻𝑦𝑛−1 2 (𝑖, 𝑗 + , 𝑘 + ) = − 𝐼𝑠 (𝑖, 𝑗, 𝑘 + )
2 2 4∆𝑦 2

Les sources de courant suivant les directions des axes x et y peuvent être représentées de la
même manière que les sources selon la direction z en utilisant les équations (III-71) et (III-72 à
75).

III.4 Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons présenté la méthode des différences finies dans le domaine
temporel (FDTD) en deux et trois dimensions. L’utilisation de la technique FDTD nécessitant
l’étude des conditions aux limites au niveau des bornes du domaine de calcul, dans ce chapitre
nous avons présenté trois conditions les plus utilisé dans le calcul du courant de l’arc en retour
en exploitant les modèles électromagnétiques. Nous avons également présenté, dans ce chapitre,
un aperçu sur les sources localisées qui interviennent dans la représentation des sources
d’excitation et dans la modélisation du canal de foudre.

Dans le prochain chapitre, nous présentons la mise en œuvre numérique de la méthode 3D-
FDTD afin d’effectuer une analyse du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre.

- 42 -
Chapitre IV : Calcul du courant de l’arc en retour d’un
coup de foudre nuage-sol
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

IV.1 Introduction

La connaissance du courant à la base du canal de la foudre ainsi que la distribution


spatiotemporelle du courant de l’arc en retour le long du canal de la foudre est indispensable
dans les études des perturbations électromagnétiques rayonnées par la foudre, car ces courants
sont la source des problèmes dus au couplage entre le champ électromagnétique générés par la
foudre et les différents systèmes électriques et électroniques.

Dans ce quatrième chapitre on présente les résultats de simulations obtenus à l’aide de la


mise en œuvre de la méthode des différences finies dans le domaine temporel en trois
dimensions (FDTD) associé au modèle électromagnétique de type 3 (Fil entouré par un milieu
diélectrique (autre que l’air) occupant le demi-espace de travail au-dessus du sol). Afin
d’obtenir ces résultats on a exploité le code de calcul 3D-FDTD développé par notre encadreur
sous l’environnement Matlab pour implémenter les paramètres utilisés dans les différentes
formules adoptées dans ce chapitre pour le but de comparaison. Les résultats sont obtenus en
utilisant les conditions aux limites PEC (perfect electric conductor).

IV.2 Géométrie du problème

Espace de travail

Canal de foudre

Source de courant

y
Fig. IV-1 : Géométrie du problème adoptée pour le calcul du courant de l’arc en retour.

- 43 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

Le canal de la foudre est modélisé comme un conducteur vertical excité par une source de
courant à sa base (Fig. IV-1). Le domaine de calcul est sous la forme d’un parallélépipède tel
que ses six faces sont considérées comme des surfaces parfaitement conductrices, et le but est
d’obtenir la distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour le long de ce canal de
foudre.

IV.3 Description du modèle électromagnétique 3

Model 3

PEC

Sol parfaitement conducteur

Fig. IV-2 Représentation schématique du canal de foudre au-dessus d’un sol parfaitement
conducteur et excité à sa base par une source de courant selon le modèle électromagnétique 3
[20,21,24,24].

Comme nous avons vu dans le chapitre III que les équations de Maxwell décrivant la
propagation du champ électromagnétique ne contiennent pas le terme de la vitesse de
propagation pour cela les chercheurs ont développé des modèles pour spécifier la vitesse de
l’arc en retour du canal de la foudre qui est inférieure à la vitesse de la lumière (entre 1/3 et 2/3
de la vitesse de la lumière 3.108 m/s). Ces modèles sont appelés modèles électromagnétiques
(voir chapitre II). Dans notre travail nous avons adopté le modèle 3. Dans ce modèle le canal
de la foudre est considéré comme un fil vertical parfaitement conducteur placé dans un matériau
diélectrique (fig. IV-2) ayant une permittivité relative supérieure à celle de l’aire (𝜀𝑟 = 1 pour
l’air). La vitesse de propagation est liée avec la permittivité relative par la relations : 𝑣=
𝑐/√𝜀𝑟 . Le sol est supposé parfaitement conducteur.

- 44 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

IV.4 1er cas: comparaison avec les résultats de Moini et Shoory [36]

Paramètres de simulation par 3D-FDTD :

∆x = 4.4 m, ∆y = 4.4 m, ∆z = 4.4 m, ∆t =1 ns.


Nb. De discrétisations :
ie = 60 suivant l’axe des x (264 m)
je = 60 suivant l’axe des y (264 m)
ke = 650 suivant l’axe des z (2860 m)
ib = ie+1
jb = je+1
kb = ke+1
Conditions aux limites PEC :

Ex (i,j,k)=0 dans les plans j = 0, j = jb, k = 0 et k = kb

Ey (i,j,k)=0 dans les plans i = 0, i = ib, k = 0, et k = kb


Ez (i,j,k) = 0 dans les plans i = 0, i = ib, j = 0, et j = jb

Permittivité relative = 5.3


La vitesse de propagation du courant de l’arc en retour v = 130 m/µs
Impulsion injectée à la base du canal (source) : est obtenue par la mise en œuvre de la
formule d’Hidler associés aux paramètres illustrés sur le tableau IV-1 [36]

Tableau IV-1 Paramètres du courant à la base du canal de foudre

i01 (kA) τ11 (µs) τ12 (µs) i02 (kA) τ21 (µs) τ22 (µs) n1 n1

9.9 0.072 5 7.5 100 6 2 2

La forme d’onde du canal à la base du canal de la foudre obtenue est celle correspondante à
la hauteur z = 0 m illustré sur la figure IV-3 a et b. Cette dernière est caractérisée par une
amplitude maximale de 11 kA et un temps de monté de 0.7 µs.
La distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour est présentée par la figure IV-
3. Sur la figure IV-3-a on présente les courants calculés par Shoory et al. [36] ainsi que Moini
et al. [36] pour des différentes altitudes (z = 0 m, 650 m, 1300 m, 1950 m) le long du canal de
la foudre. Nos résultats sont illustrés sur la figure IV-3-b.

- 45 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

(a)

(b)

Fig. IV-3 : Distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour


(a) Résultats de [36]
(b) Nos résultats

- 46 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

Il est clairement remarqué de la figure IV-3 qu’il y a une concordance satisfaisante entre nos
résultats obtenus à l’aide du modèle électromagnétique 3 et la méthode-FDTD et ceux de la
référence [36] (Shoory et al. Par la Méthode des moments dans le domaine fréquentiel et Moini
et al. Par la méthode des moments dans le domaine temporel).

IV.5 2eme cas: comparison avec les resultants de Noda et al. [37]

Noda et al. [37] ont proposé un autre cas de figure du modèle électromagnétique du courant
de l’arc en retour de la foudre, tel qu’il le modélise comme des circuits résistifs, inductifs, ou
capacitifs connectés en série le long du canal de foudre.

Paramètres de simulation par -FDTD :

∆x = 2 m, ∆y = 2 m, ∆z = 2 m, ∆t = 1 ns.
Nb. De discrétisations :
ie = 100 suivant l’axe des x (200 m)
je = 100 suivant l’axe des y (200 m)
ke = 150 suivant l’axe des z (300 m)
ib = ie + 1
jb = je + 1
kb = ke + 1

Conditions aux limites PEC :

Ex (i,j,k) = 0 dans les plans j = 0, j = jb, k = 0 et k = kb

Ey (i,j,k) = 0 dans les plans i = 0, i = ib, k = 0, et k = kb

Ez (i,j,k) = 0 dans les plans i = 0, i = ib, j = 0, et j = jb

Permittivité relative = 10
Vitesse = 𝑐/√𝜀𝑟 = 0.9*108 m/s (c: est la vitesse de la lumière)
Impulsion injectée à la base du canal (source) : est représentée par la figure IV-4-a.

- 47 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

(c)

Fig. IV-4 : Distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour


(a) Résultats de [37]
(b) Nos résultats

- 48 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

La figure IV-4-a présente l’impulsion injectée comme source d’excitation à la base du canal
de la foudre. La distribution spatiotemporelle du courant calculée par Noda et al. Pour des
différentes altitudes le long du canal de la foudre (50 m, 100 m, 150 m et 200 m) sont illustrées
par la figure IV-4-b. Nos résultats calculés en utilisant le modèle EM 3 et la méthode FDTD
sont présentées par la figure IV-4-c. Là aussi nous avons obtenu une bonne concordance entre
les deux résultats.

IV.6 3eme cas: comparaison avec les résultats de Moini et al. [38]

Moini et al. [38] ont utilisé la méthode du moment dans le domaine temporel et la théorie des
antennes pour visualiser la distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour d’un coup
de foudre, et en même temps effectué une comparaison avec les modèle d’ingénieurs.

Paramètres de simulation par 3D-FDTD :

∆x = 4.4 m, ∆y = 4.4 m, ∆z = 4.4 m, ∆t = 1 ns.


Nb. De discrétisations :
ie = 60 suivant l’axe des x (264 m)
je = 60 suivant l’axe des y (264 m)
ke = 1820 suivant l’axe des z (8000 m)
ib = ie + 1
jb = je + 1
kb = ke + 1
Conditions aux limites PEC :

Ex (i,j,k) = 0 dans les plans j = 0, j = jb, k = 0 et k = kb

Ey (i,j,k) = 0 dans les plans i = 0, i = ib, k = 0, et k = kb

Ez (i,j,k) = 0 dans les plans i = 0, i = ib, j = 0, et j = jb

Permittivité relative = 5.3


Vitesse = 𝑐/√𝜀𝑟 = 1,3.108 m/s
Impulsion injectée à la base du canal (source) : obtenue par la formule d’Hidler et les
paramètres présentés par le tableau IV-1.

- 49 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

(f)
Fig. IV-4 : Distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour
(a:d) Résultats de [38] pour les modèles d’ingénieurs
(e) Résultats de [38] pour la méthode des moments
(f) Nos résultats

- 50 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

Les figures IV-4-a:d illustrent les résultats du courant de l’arc en retour calculés pour des
différents points le long du canal de foudre (0 m, 1 km, 2 km, 3 km, 4 km, 5 km, 6 km) en
utilisant les modèles dit « d’ingénieurs » (TL, MTLL, MTLE, DU), de plus la figure IV-4-e
présente la distribution du courant obtenue par la mise en œuvre de la méthode des moments et
la théorie des antennes (AT) [38], ainsi que les allures du courant obtenus à l’aide du modèle
EM 3 associé à la méthode 3D-FDTD sont configurés sur la figures IV-4-f. La comparaison
entre les résultats cités précédemment montre qu’il y a bonne concordance entre le modèle EM3
et le modèle AT.

IV-7 4eme cas: comparaison avec les résultats obtenus par Baba et al. En utilisant
l’équation de Chan [39]

Baba et Rakov dans la référence [39] ont utilisé l’équation de Chen pour obtenir la
distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre. Pour le but de
la validation de nos résultats nous avons effectué une comparaison avec les résultats obtenus à
l’aide de cette équation de Chen.

Paramètres de simulation par 3D-FDTD :


∆x = 11.5 m, ∆y = 11.5 m, ∆z = 10 m, ∆t = 1 ns.
Nb. De discrétisations :
ie = 60 suivant l’axe des x (690 m)
je = 60 suivant l’axe des y (690 m)
ke = 120 suivant l’axe des z (1200 m)
ib = ie + 1
jb = je + 1
kb = ke + 1
Conditions aux limites PEC :

Ex (i,j,k) = 0 dans les plans j = 0, j = jb, k = 0 et k = kb

Ey (i,j,k) = 0 dans les plans i = 0, i = ib, k = 0, et k = kb

Ez (i,j,k) = 0 dans les plans i = 0, i = ib, j = 0, et j = jb

Permittivité relative = 1
Vitesse : 𝑐 = 3.108 (vitesse de la lumière)
Impulsion injectée à la base du canal (source) : Impulsion obtenue à l’aide de l’équation de
Chen [39] pour l’altitude z = 0 m.

- 51 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

L’équation de Chen est donnée par la formule suivante [39]:


2𝑉 𝜋
𝐼(𝑧 ′ , 𝑡) = 𝑡𝑎𝑛−1 ( )
𝜂 2𝑙𝑛(√𝑐 2 𝑡 2 − 𝑧 ′2 /𝑎)
Avec :
𝜂 : Impédance du vide 120𝜋 Ω. [39]
a : Rayon équivalent du canal de la foudre 0.23 m [39]
V : tension d’excitation sous la forme d’une rampe ayant une amplitude maximale de 5 MV et
un temps de monté de 1 µs [39].
La figure IV-5 présente les allures du courant de foudre. Les formes d’onde du courant
obtenues par Baba et Rakov [39] à l’aide de l’équation du Chen sont présentées par la figure
IV-5-a. De plus, la distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour calculée par la
mise en œuvre du modèle électromagnétique 3 associé avec la méthode 3D-FDTD est illustrée
par la figure IV-5-b. la comparaison entre les deux résultats montre une bonne concordance du
point de vus forme d’onde et amplitude.

Remarque :

Les formes d’ondes du courant de l’arc en retour propageant le long du canal de la foudre
sont en général caractérisées par une atténuation au niveau de ces amplitudes car le phénomène
de la foudre est transitoire, et aussi par un retard au niveau du temps qui correspond au temps
nécessaire pour que l’onde arrive au point de calcul.

- 52 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

(a)

(b)
Fig. IV-5 : Distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour
(a) Résultats de la référence [39]
(b) Nos résultats

- 53 -
Chapitre IV Calcul du courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol

IV.6 Conclusion

Dans ce chapitre nous avons présenté la géométrie du problème adoptée pour l’étude de la
distribution spatiotemporelle du courant de l’arc en retour le long d’un canal de foudre en
utilisant la méthode 3D-FDTD ainsi que les modèles électromagnétiques. De plus,
Représentation schématique du canal de foudre au-dessus d’un sol parfaitement conducteur et
excité à sa base par une source de courant selon le modèle électromagnétique 3 est illustrée
dans ce même chapitre.

Les résultats obtenus à l’aide de la méthode 3D-FDTD et le modèle EM3 ont été comparait
avec ceux issus de la littérature spécialisée dans le domaine d’étude des perturbations
électromagnétique générées par la foudre. Cette comparaison a monté une concordance
satisfaisante entre les différents résultats présentés.

- 54 -
Conclusion Générale
Conclusion Générale

Conclusion Générale

Dans ce travail nous nous sommes intéressés à l’étude de la distribution spatiotemporelle du


courant de l’arc en retour d’un coup de foudre nuage-sol. Le plan de travail relatif à ce mémoire
exige la mise en œuvre de la méthode des différences finies, dans le domaine temporel en trois
dimensions 3D-FDTD, associée aux modèles électromagnétiques pour calculer le courant d’un
coup de foudre descendant.

Partant du plan de travail, nous avons commencé par la mise en œuvre de la méthode FDTD
en trois dimensions avec implémentation du modèle EM3 ainsi que les conditions aux limites
PEC (percfect electric conductor) pour spécifier le domaine de calcul du courant de l’arc en
retour. La seconde étape du travail consistait en la validation des résultats en effectuant une
comparaison avec d’autres résultats issus de la littérature et réalisés par des chercheurs
spécialistes dans le domaine des études liées aux perturbations électromagnétiques rayonnées
par la foudre. les résultats obtenue à l’aide du modèle EM3 et la méthode 3D-FDTD ont présenté
une concordances satisfaisante avec ceux des issus des références, tel que les formes d’onde du
courant de l’arc en retour sont en général caractérisées par une atténuation au niveaux des
amplitudes ainsi que par un retard du temps .Cependant nous avons préconisé, à l’issue de cette
étude, l’utilisation de modèles EM3 et la méthodes FDTD en trois dimensions car cela permet
de se rapprocher de la réalité physique du phénomène de foudre ainsi que permettant la prise
en compte la géométrie réelle du système qui est souvent complexe.
Enfin pour terminer nous espérons, nous avons présenté à l’aide de ce travail une modeste
contribution dans le domaine des études liées à la foudre. Les perspectives de ce travail peuvent
être :

❖ La mise en œuvre numérique des autres modèles électromagnétiques.

❖ Le calcul du champ électromagnétique généré par la foudre en utilisant la méthode FDTD


et les modèles EM.

- 55 -
Références Bibliographiques
Références bibliographiques

Références bibliographiques

[1] F. Rachidi « La foudre et ces effets électromagnétiques » Notes de cours de la CEM,


EPFL de Lausanne, Suisse 2004.

[2] C. Gary « Les propriétés diélectriques de l’air et les très hautes tensions » Edition
EYROLLES, Paris 1984.

[3] F. Rachidi-Haeri « Effet électromagnétique de foudre sur les lignes de transmission


aériennes modélisation et simulation »thèse doctorat es science, EPFL, Lausan, Suise,
1991.

[4] K. Arzag « Couplage des perturbations électromagnétiques rayonnées par un coup de


foudre avec des lignes électriques» Mémoire de magister, USTO-MB, Oran, Algérie 2008

[5] D. Orzan « Couplage externe et interne entre un champ électromagnétique et un réseau


de ligne multifilaires » Thèse doctorat es science, EPFL, Lausan, Suise, 1998

[6] J.L.Bermudez Arboleda « Lightning currents and electromagnetic fields associated with
return strokes to elvated strike objects » Thèse doctorat es science, EPFL, Lausan, Suise,
2003

[7] Y. Bourgois «Modélisation des perturbations électromagnétiques générées sur un réseau


de télécommunications par une agression de type foudre» Thèse Doctorat, Université de
Limoges, France, 2009.

[8] K. Arzag « Calcul du champ électromagnétique rayonné par la un coup de foudre à l’aide
de la méthode FDTD en trois dimensions» Thèse de Doctorat en sciences, USTO-MB, Oran,
2017.

[9] S. Rathoin « Contribution à la caractérisation du rayonnement électromagnétique de la


foudre et à sa modélisation en vue du couplage sur les câbles », Thèse Doctorat, Ecole
Centrale de Lyon, France, 1993.

[10] K. Berger, R. B. Anderson, and H. Kroninger « Parameters of lightning flashes », Electra


N° 41, pp. 23-37, 1975.

[11] A. Rousseau, “Parafoudres basse tension - Description. Installation”, Techniques de


l’Ingénieur, D4841 V 1, Nov. 2003.

[12] J. P. Taillebois « Postes à haute et très haute tensions - Postes sous enveloppe métallique
(PSEM) », Technique de l’ingénieur, D4590 Vol.2 , 10 févr. 2001.

- 56 -
Références bibliographiques

[13] E. Petrache « Lightning electromagnetic coupling to overhead transmission line


networks and to buried cables» Thèse doctorat es science, EPFL, Lausan, Suise, 2004

[14] H.K. Hoidalen « Analytical formulation of lightning induced voltages on


multiconductor overhead lines above lossy ground » IEEE Trans. On EMC, vol.45,No.1,
fev.2003

[15] V. A. Rakov et M. A. Uman « Lightning physics and effects », Cambridge University


Press, 2003

[16] V. A. Rakov, and M. A. Uman, “Review and evaluation of lightning return stroke
models including some aspect of their application”, IEEE Trans. Electromagnetic
Compatibility , Vol. 40, n. 4, Nov. 1998, pp. 403 - 426.

[17] R. F. Harrington, “Field computation by moment methods”, New York: Macmillan,


1968.

[18] M.Van Baricum and E. K. Mailler, “TDWTD — A computer program for time-domain
analysis of thin-wire structures”, Livermore. CA: Lawrence Livemore Lab. 1972.

[19] K. S. YEE, “Numerical solution of initial boundary value problems involving


Maxwell’s equations in isotropic media”, IEEE Trans. Antennas and Propagation. vol.
AP-14, n. 3, May, 1966, pp 302-307.

[20] Y. Baba and V. A. Rakov, “Electromagnetic models of the lightning return stroke”,
Journal of Geophysical research. vol. 112, D04102, doi: 10.1029/2006JD007222, 2007.

[21] K. Arzag, Z. Azzouz, and B. Ghemri, 3D-FDTD computation of lightning return stroke
current and associated electromagnetic field using electromagnetic models,
International Review of Electrical Engineering, (I.R.E.E.), Vol. 11,No.5, pp. 517-525,
Oct. 2016.

[22] K. Arzag, B. Ghemri and Z. Azzouz, , Lightning Electric and Magnetic Fields
Computation using the 3D-FDTD Method and Electromagnetic Models in Presence of
Different Ground Configurations. IEEJ Trans. on Power and Energy, Vol.138 No.5
pp.315–320, May 2018 .

[23] K. Arzag, Z. Azzouz, Y. Baba and B. Ghemri, 3D computation of lightning


electromagnetic fields in the presence of a horizontally stratified ground, International
journal of power and energy systems, Vol. 37, No, 4, pp 120-128, 2017

[24] K. Arzag, Z. Azzouz, and B. Ghemri, Lightning return stroke current analysis using
electromagnetic models and the 3D-FDTD method”, Journal of Electrical Systems,Vol.
13, No. 1, pp.160-168, 2017.

- 57 -
Références bibliographiques

[25] K. Arzag, Z. Azzouz, “Lightning Radiation Evaluation Using Electromagnetic Models”,


Journal of Electrical Systems,Vol. 14, No. 2, pp.53-63, 2018.

[26] K. Arzag, Z. Azzouz, and B. Ghemri, Lightning electromagnetic pulse simulation using
3D-FDTD method (comparison between PEC and UPML boundary conditions), in Proc.
2016. International Conference on Lightning Protection, Paper No. 12, Estoril, Portugal,
Sept. 2016.

[27] K. Arzag, Z. Azzouz, and B. Ghemri, Analysis of the ground structure and conductivity
effect on the lightning electric and magnetic fields using the 3D-FDTD method and
electromagnetic models, in Proc. 2017,International Symposium on Winter Lightning,
Paper No.S2-2, Joetsu, Niigata-ken, Japan, Apr. 2017.

[28] K. S. YEE, “Numerical solution of initial boundary value problems involving


Maxwell’s equations in isotropic media”, IEEE Trans. Antennas and Propagation. vol.
AP-14, n. 3, May, 1966, pp 302-307.

[29] A. Mimouni « Analyse des problèmes de compatibilité électromagnétique par


modélisation et simulation du rayonnement électromagnétique de la foudre », Thèse
Doctorat En Sciences, USTO« MB » d’Oran, Algérie, 2007.

[30] Y. Baba, V. A. Rakov “Electromagnetic methods for lightning surge protection”,


Edition Wiley, 2016.

[31] A. Amitani, N. Nagaoka, Y. Baba and T. Ohno, “Power system transients – theory and
applications”, CRC Press. Taylor and Francis group, 2014.

[32] T. Noda, A. Tatematsu, S. Yokoyama, “Improvement of an FDTD based surge


simulation code and its application to the lightning overvoltage calculation of a
transmission tower”, Electric power systems research, ELSEVIER, EPSR-2416, 2006.

[33] Z. P. Liao, H. L. Wong, B. P. Yang, Y. F. Yuan, “A transmitting boundary for transient


wave analysis”, Scientia Sinica, A27 (10): 1063 – 1076, 1984.

[34] J. P. Berenger, “A perfectly matched layer for absorption of electromagnetic waves”,


Journal of Computational Physics. vol.114, 1994, pp 185-200.

[35] A. Taflove, and S. C. Hagness, “Computational electrodynamics: the finite-difference


time-domain method”, Second Edition, Artech House, Boston, USA, 2000.

[36] Baba, Rakov « application of electromagnetic models of the lightning return stroke »
IEEE Trans. Power delivery. vol. 23, n. 2, Apr. 2008, pp. 800 - 810.

- 58 -
Références bibliographiques

[37] T. Noda and S. Yokoyama, “Thin wire representation in finite difference time domain
surge simulation”, IEEE Trans. Power Delivery. vol. 17, n. 3, July 2002, pp. 840 - 847.

[38] Moini et Al “A new lightning return stroke model based on antenna theory”, Journal.
Of Geoph. Research 2000.

[39] Yoshihiro Baba and Vladimir A. Rakov” Electromagnetic models of the lightning return
stroke” Journal of Geophysical Research, vol. 112, d04102,
doi:10.1029/2006JD007222, 2007

- 59 -