Vous êtes sur la page 1sur 48

Claude Debussy

1862 - 1918

La Cathédrale engloutie
1910

PRELUDES
Claude Debussy Debussy
1862 - 1918

Le père de la musique moderne ?

• La forme
• Le traitement motivique et thématique
• L’harmonie et la modalité
• Le timbre et les textures
• Le temps
Debussy
Monsieur croche et autres écrits
Gallimard

André BOUCOURECHLIEV
la révolution subtile
Les chemins de la musique - FAYARD
Préludes
2 cahiers de 12 préludes
• « Ce ne sont pas seulement des morceaux destinés à
être joués en guise d’introduction à d’autres morceaux, ce
sont des préludes poétiques, analogues à ceux d’un
grand poète contemporain, qui bercent l’âme en songes
dorés et l’élève jusqu’aux régions idéales ».

- Liszt à propos des préludes de Chopin.

• Poétique, liberté de la forme, libre cours à l’imagination,


pas de contraintes, …

• « Faites ce que vous sentez et rien que ce que vous


sentez » - Debussy

• « Ce que je voudrais faire, c’est quelque chose de plus


épars, de plus divisé, de plus impalpable, quelque chose
d’inorganique en apparence et pourtant d’ordonné dans le
fond » - Debussy
1er livre

Danseuses de Delphes

Voiles

Le vent dans la plaine

Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir

Les collines d'Anacapri

Des pas sur la neige

Ce qu'a vu le vent d'ouest

La fille aux cheveux de lin

La sérénade interrompue

La cathédrale engloutie

La danse de Puck

Minestrels
La Cathédrale engloutie
• Debussy se rappel ici une vieille légende bretonne
qui dit qu’à marée basse ou peut voir les restes d’une
vieille cathédrale.

• Jankelevitch reconnaît dans ce prélude



« … l’expression suprême de la désagrégation ».

• Harry Halbreich : « Cette œuvre est le reflet d’une


chose enfouie dans le passé, et ce passé se
télescope avec le présent de l’expérience vécue
d’une manière absolument révolutionnaire,
témoignage de cette volonté de Debussy d’épouser le
temps pour en abolir le cours.
Voiles

• Evocation paisible d’un soir au bord de la mer où de


blanches voiles glissent sur une eau calme.

• Mais Debussy met en garde contre un « … naturalisme


trop terre à terre ». « Ce n’est pas une photo de plage,
une carte postale pour le 15 août ».

• On pourrait d’ailleurs, par le climat musical, y voir l’autre


signification du mot.
Le vent dans la plaine

• C’est un souffle discret, furtif et un peu


mystérieux, venu d’on ne sait où,
égrenant des frémissements d’herbes
longues figurées par un fond continu de
croches.

• Debussy se souvient ici des Ariettes


oubliées de Verlaine : « Le vent dans la
plaine / suspend son haleine … ».
La sérénade interrompue

« Cette pièce nerveuse, sarcastique, fantasque, véritable


équivalent musical d’un nocturne Capricho de Goya, est une fine
satire des amoureux espagnols ». - Halbreich

« Mille incidents de la rue arrêtent la chanson d’amour de notre


pitoyable Don Juan » - A. Cortot

« Le même prélude de guitare vingt fois recommencé, la même


improvisation rageuse et sans pitié tord brutalement le cou à la
sérénade naissante (expressif et un peu suppliant) et impose
finalement sa tonalité de si bémol mineur » - Jankélévitch.
2ème livre

Brouillards

Feuilles mortes

La puerta del vino

Les fées sont d'exquises danseuses

Bruyères

Général Lavine - Excentric

La terrasse des audiences au clair de lune

Ondine

Hommage à S.Pickwick, Esq. P.P.M.P.C. - Grave

Canope

Les tierces alternées

Feux d'artifices
Feux d’artifice
• C’est la pièce la plus développée du second
livre. Elle le termine dans l’éclat de ses gerbes
de lumière. Une des plus virtuose, elle peut
nous faire songer aux gestes d’un Liszt (rare
chez Debussy).

• Harry Halbreich : « Vapeurs dormantes des


flammes du Bengale d’où se détachent des
étincelles solitaires, grésillement de fusées,
lente descente parabolique des étoiles,
ronronnement des soleils, éblouissement des
bouquets multicolores, tout ce qui scintille et
qui brille dans la nuit, toute la féerie des
lumières est dans cette musique ».
La Cathédrale
engloutie
Debussy se rappel ici une vieille légende
bretonne qui dit qu’à marée basse ou
peut voir les restes d’une vieille
cathédrale.
Anomalie partition ?
blanche = noire
Forme générale et
polarités
I
SOL

MI

DO
II SI

MIb

SOL
III DO

IV SOL#
???

DO
V
DO
Première
segmentation

« Métaphore »
I
matériau « brut »,
motif « neutre »

Polarité SOL
Les sons des cloches
« filtré » par l’eau ?
Emergence des flèches trans.
de la cathédrale ?

Thème
« religieux »
Toujours les cloches
Intemporalité

Polarité MI

motif « neutre »
Polarité DO trans.
II
Mise en mouvement
Polarité SI
Polarité MIb
Mouvement de la marée ?
Les cloches de plus en
plus présentes

Thème ?
Polarité SOL
Vision monumentale
de la cathédrale ?
Thème « choral »
Polarité DO

III

conclusion ?
transition?

Thème
religieux
développé
IV
Polarité SOL#
Mouvement de la Vers des

marée ? profondeurs
abyssales ?
Polarité SOL#
V
Thème choral « filtré »
« Mouvement de l’eau »
Polarité DO

Retour du début
Souvenir de la cathédrale ?
Attente d’une
nouvelle apparition ?
Mesure et indications partition polarités thématiques métaphore
sections
matériau « brut », neutre profondeurs de la mer, émergence
profondément calme, dans une
A1 - 1 à 6 SOL des flèches et des cloches de la
brume doucement sonore motif ascendant cathédrale, calme et sérénité

B1 - 7 à 13 doux et fluide MI thème religieux intemporalité

matériau « brut », neutre retour aux profondeurs de la mer


A2 - 14 à 15 DO et vision des flèches de la
ascendant et descendant cathédrale ?

développement du motif neutre et des agitation de l’eau, cloches et


C1 - 16 à 18 peu à peu sortant de la brume SI
cloches flèches de plus en plus présentes

augmenter progressivement (sans augmentation de la densité des


C2 - 19 à 21 MIb agitation de plus en plus dense
presser) cloches et serrage rythmique

apparition de la cathédrale
D1 - 22 à 27 SOL préparation du thème choral
et son des cloches

manifestation sonore et imposante


E1 - 28 à 40 sonore et sans dureté DO thème choral
de l’orgue de la cathédrale

F1 - 40 à 46 DO transition cloches

un peu moins lent (dans une


B2 - 46 à 62 SOL# thème religieux - développement
expression allant grandissant)

SOL# disparition progressive de la


G1 - 62 à 71 transition
??? cathédrale

au mouvement, comme une écho


E2 - 72 à 83 de la phrase entendue DO thème choral souvenir ou écoute filtrée par l’eau
précédemment - flottant et lourd

profondeur de la mer, calme et


A3 - 84 dans la sonorité du début DO coda
sérénité
La métrique
6 3 6
4 2 4

Tempo ??

3 6 3
2 ???
4 2
Le motif
générateur
M5

M4 M4 M4 M-3

M5

M5
Thèmes et motifs 1ère partie
Cathédrale

Motif
« NEUTRE »

« passage »

Motif sur le plan macrostructurel


Musique tonale ?

Musique modale ?
Mode pentatonique notes de passage
Propriétés du mode pentatonique

Quatre quintes
Le thème religieux
M4 M4 M4 M-3
Rythme
2 3 2
Le mode ?
MI - fa# - SOL# - LA# - SI - DO# - RE#
de FA sur MI ?

DO# - RE# - MI - fa# - SOL# - LA# - SI


de RE sur DO# ?
DO Ionien

ré Dorien
mi Phrygien

FA Lydien
SOL Mixolydien

la Eolien
si Locrien
Une théorie de la
modalité au
Moyen âge
Une théorie au moyen âge
Mode 1 « Dorien » Mode 2 « Hypodorien »

corde de récitation

Dorien « authente » Dorien « plagal »

!
Reconnaissance des modes
Hypodorien Dorien plagal

!
dorien

!
Teneur

SOL# - LA# - SI - DO# - RE# - MI


Hypodorien (Dorien plagal) sur do#!
Au retour du thème
religieux ?
Dorien authente !

Teneur
M5

Mode de DO « défectif »

Vous aimerez peut-être aussi