Vous êtes sur la page 1sur 27

Par M.

CHAOUI A 2019-2020 : LET 61

INTRODUCTION A LA COMMANDE
DES MACHINES ELECTRIQUES
Par M.CHAOUI A 2019-2020 : LET 61
Par M.CHAOUI A 2019-2020 : LET 61
Par M.CHAOUI A 2019-2020 : LET 61
Par M.CHAOUI A 2019-2020 : LET 61
Par M.CHAOUI A 2019-2020 : LET 61

1.3 Caractéristiques Mécaniques des machines de production

Le fonctionnement en régime transitoire (au démarrage, au freinage et au réglage de la


vitesse) dépend de la nature de la variation du couple moteur et du couple résistant de la
machine en fonction de la vitesse. L’étude correcte d’un système de commande nécessite
donc l’étude de ses caractéristiques.

La relation entre la vitesse et le couple résistant de la machine Cr=f(ω)=f(N) est appelée


caractéristique mécanique.

Les caractéristiques mécaniques des différentes machines ne sont pas les mêmes. Cependant,
la formule expérimentale suivante englobe la caractéristique
mécanique d’une machine :

Cr= Couple résistant de la machine

C0=Couple résistant de frottement dans les parties mobiles.


Cr
Crn= Cr pour ωn

x= Coefficient que caractérise la variation du couple résistant en fonction de la variation de la


vitesse.

1) caractéristique mécanique indépendante de la vitesse : Exp : les grues, les treuils, les
convoyeurs (masse constante).

2) caractéristique mécanique qui croît de façon linéaire : Exp : entraînement d’une génératrice
à excitation séparée délivrant sur une résistance externe fixe.

3) caractéristique mécanique croissante de façon parabolique :Exp : les ventilateurs , les


pompes centrifuges, les hélices des bateaux.

4) caractéristique mécanique décroissante de façon hyperbolique c-à-d le couple résistant


varie en raison inverse de la vitesse et la puissance absorbée par la machine reste constante :
Exp : les tours, aléseuses, fraiseuses, autres machines outils.

1.4 Calcul de la rigidité de la caractéristique mécanique

Nous savons que : ⇒


Par M.CHAOUI A 2019-2020 : LET 61

La rigidité de la CM est

Le signe (-) signifie qu’avec l’augmentation de la charge sur l’arbre du moteur, la vitesse de
rotation du moteur diminue.

Mais le degré de variation de la vitesse avec la variation du couple n’est pas le même pour les
différents moteurs et il est caractérisé par la rigidité de leurs caractéristiques mécaniques.
On peut diviser les caractéristiques mécaniques des moteurs en trois groupes :

1) Caractéristiques mécanique absolument rigide : pour laquelle la vitesse reste constante avec
la variation du couple, Exp : moteur synchrone.

2) Caractéristique mécanique rigide : pour laquelle la vitesse diminue un


peu avec l’accroissement du couple. Exp : moteur à excitation dérivée,
moteur asynchrone dans les limites de la partie utile.

3) Caractéristique mécanique douce :

se distingue par une forte variation de la vitesse en fonction du couple.


Exp : moteur à excitation série.

1.5 Point de fonctionnement et Stabilité (VOIR EXEMPLE):


L’intersection, sur un même graphique, des caractéristiques mécaniques du moteur et de la
machine entraînée donne le point de fonctionnement du groupe pour lequel, en régime établi,
Cm=Cr.
La stabilité du point de fonctionnement, pour une perturbation accidentelle, dépend de l’allure
des courbes Cr et Cm, donc de la différence (Cm-Cr). En effet, l’analyse des deux cas
présentés à la figure indique que la condition de stabilité peut s’écrire :

C'est-à-dire que toute augmentation du couple résistant doit entraîner une diminution de
vitesse, sinon le système est instable. C
Cm
Cr

Céq


Ω1 Ωéq Ω2
Par M.CHAOUI A 2019-2020 : LET 61

1.6 Zones de fonctionnement du moteur (Quadrants de fonctionnement) :

Le graphique 4 quadrants permet de distinguer les phases de fonctionnement du point de vue


mécanique de la machine (ceci est aussi valable pour le moteur à courant continu et
alternatif).
Il correspond à l’évolution dans le temps et en correspondance, du couple et de la vitesse.

produit du couple par la vitesse :positif fonctionnement en : Moteur

produit du couple par la vitesse: négatif fonctionnement en : Génératrice

Exp : dans le cadrant I, la machine doit fournir un couple utile pour soulever la cage chargée :
elle fonctionne en moteur, le couple étant supérieur ou égale au couple résistant.

Exemple01
Les caractéristiques mécaniques d’un groupe moteur- machine entraînée
sont définies comme suit :

Où et sont respectivement les couples du moteur et de la machine


entraînée, (N.m) et Ω la vitesse (rad/s)
a) Déterminer le point de fonctionnement.
b) Vérifier la stabilité de l’ensemble.
Par M.CHAOUI A 2019-2020 : LET 61
Par M.CHAOUI A 2019-2020 : LET 61

Exemple02
Cas du système de levage : allure du couple et de la vitesse du moteur
asynchrone du système de levage pour un cycle de montée/descente

vitesse
Q2
C ha r ge e ntr a îna n te Q1
Couple u niq u eme nt a u freinage en montée montée normale
r a le n tis s e me n t
Vitesse

A
couple couple

C D O
B
O E
C h a r ge e ntr a îna n te
e n mar c h e p e rma ne n te
e t a u ra le ntis s emen t
Démarrage en descente Descente normale
Q3 Q4
vitesse
Figure 1
Intervalle [O ;A] : Accélération de la charge en montée ( correspond à la rampe d’accélération du
variateur).Q1
Intervalle [A ;B] : Montée à vitesse constante,(consigne de vitesse).

Intervalle [B ;C] : Freinage de la charge jusqu’ à l’ arret (correspond à la rampe de décélération du


variateur).Q2
Intervalle [D ;E] : Accélération de la charge en descente ( correspond à la rampe d’acceleration du
variateur).Q3
Intervalle [E ;O] : Descente à vitesse constante puis freinage jusqu’à l’arret;Q4.
Par M.CHAOUI A 2016
2016-2017 : LET 61

Chapitre 2

DEMARRAGE &FREINAGE DES


MACHINES ELECTRIQUE A
COURANT CONTINU
1 SCHEMA DE PRINCIPE DU MOTEUR :
Les moteurs à courant continu comportent un induit bobiné et un inducteur bobiné ou
à aimant permanent. L’induit tournant confère une inertie propre(J), et son implantation sur
paliers implique des frottements mécaniques (f).
( ). Le schéma traditionnel pour un moteur à
courant continu est donc celui de la figure suivante :

• Les grandeurs d’entrée principales sont :


-la
la tension d’alimentation de l’induit (Ua)
-La
La tension d’alimentation de l’inducteur (Ue)
-Le
Le couple résistant (Cr)
• Les grandeurs de sortis principales sont :
-le
le couple moteur (Cm)
-la
la vitesse angulaire de rotation (Ω)
-La position angulaire (θ).
(
A ces grandeurs s’ajoutent :
-le
le courant dans l’induit (Ia)
-le
le courant dans l’inducteur(Ie)

1
Par M.CHAOUI A 2016
2016-2017 : LET 61

2 CARACTERISTIQUES MECANIQUES DU MOTEUR A COURANT


CONTINU :

2.1 Caractéristiques mécaniques du moteur à excitation shunt ou


séparée
Le schéma équivalent d’un moteur à courant continu à excitation indépendant (en dérivation)
est indiqué par la figure 2.
En régime permanent nous pouvons écrire :

(1)
I : courant d’induit (A)
R : Résistance totale de l’induit (Ω)
( =Ra+Rr
(en présence de pôle auxiliaire on tient compte de leur résistances)
ФΩ (2)

K est un coefficient qui dépend de la construction du moteur : (p est le nombre de paires

de pôles du moteur ; N le nombre de conducteurs actifs de l’enroulement d’induit, a le nombre


d’induit) Ф et Ω sont respectivement le flux
de paires de banches parallèles de l’enroulement d’induit),
magnétique( en Wb) et la vitesse angulaire du moteur( en rd/s)
Si on substitue E dans (1) , on obtient :
Ω (3)

ée la caractéristique électromécanique.
La relation Ω=f(I) est appelée
L’équation du couple s’écrit :

Ф (4) ⇒

Donc l’expression de l’équation mécanique :

Ω (5) ou Ω (6) où Ф
² ² ²
Le coefficient c est considéré constant, indépendant de la charge, si le moteur à excitation en
dérivation comporte un enroulement de compensation
compen ; Il peut être considéré comme constant
si pour les moteurs normaux on néglige la réaction d’induit.
Si U, R et Ф sont constantes la caractéristique
caractéristique mécanique est représentée par une droite.
La figure 3 présente les caractéristiques de la machine :
Pour C=0 ⇒ Ω vitesse de marche à vide idéal.

Le deuxième terme de l’équation (5) caractérise l’écart


de la vitesse par rapport à la vitesse de marche à vide

2
Par M.CHAOUI A 2016-2017 : LET 61

idéal :
ΔΩ ² ²
Donc la vitesse du moteur peut s’écrire Ω Ω ΔΩ

La caractéristique supérieure est appelée Caractéristique Naturelle qui est obtenue en


l’absence de résistances extérieurs dans l’induit, avec les valeurs nominales de la tension et du
flux magnétique du moteur.
Si l’on insère une résistance complémentaire (un rhéostat) dans le circuit d’induit du moteur,
on obtient les caractéristiques artificielles ou rhéostatiques.

- Pour construire la caractéristique mécanique naturelle ou rhéostatique d’un moteur


dérivation, il suffit de connaître deux points de celle-ci : l’un correspond au couple
électromagnétique nominal (C=Cn , Ω=Ωn) et l’autres correspond à la vitesse à vide(C=0,
Ω=Ω0).
La vitesse nominale s’obtient de la plaque signalétique.
Le couple électromagnétique est déterminé par la formule
· (6)
On peut obtenir la vitesse à vide par :
ΦΩ# U I# R '#( Donc :

Ω ·Ω (7)
) · *)+

Vu que la valeur de Rind n’est pas indiquée dans la plaque signalétique, on la


détermine approximativement en admettant que la moitié de toutes les pertes dans le
moteur à la charge nominale sont dues aux pertes dans le cuivre :
· , - . 0,521 4 5 6 , - . 0,521 4 5 0,521 4 5 (8)
)

Exemple :
Construire la caractéristique électromécanique naturelle d’un moteur shunt, tel que :
Pn=11kW ; U=220V ; In= 59A ; Nn= 3000 tr/mn.
; <) ; · ;;
Solution : )
78
3,73Ω ,4 0,845
) )· ) ·78

, - . 0,521 4 5 0,521 0,8455 · 3,73 0,288 Ω


Ω) @;A
La vitesse à vide idéale Ω 220 . 340 CD/F
) ) · *)+ 78· , BB
· @,;A·@ H-
et Ω )
314
G G I
K(
la caractéristique naturelle est une droite passant par les points JΩ 340 ,I 0AN et
L
K(
JΩ# 314 , I# 59AN.
L

3
Par M.CHAOUI A 2016-2017 : LET 61

2.2 Démarrage du moteur à courant continu (Shunt /excitation séparée)


a) au démarrage, Ω=0 ⇒ E=k·Ф·Ω=0 ⇒ Ua=Ra Ia+E ⇒ au démarrage -
P
le courant de
P

démarrage est très élevé. Donc, il faut le limité l’appel de courant en insérant un rhéostat de
démarrage RD dans le circuit d’induit.
2 Q5 - ⇒ Q
P
où Id : valeur du courant limité.
+

Exemple : soit un moteur avec Ua=400V ; Ra=0,432Ω ; Ian=75A.


A
⇒- 925 R 6 + 12,34 S!
,A@ P)
On veut limiter le courant Id à 3In
A A
⇒ Q @·U7 0,432 1,35Ω 6 - ;,@7V ,A@
224,5R

b) calcul du rhéostat de démarrage à plots :


Exemple :On veut choisir un rhéostat de démarrage pour un moteur à courant continu à
excitation indépendante ayant les caractéristiques suivantes :
Pn=32,0 kW ; U=220 V ; In=172 A ; Nn=1000tr/min ; Ra= 0,049·Rn. Le démarrage se fait
à quatre échelons.

1- Construction en unités relatives de la CMN (caractéristique mécanique naturelle)


Il faut d’abords choisir les valeurs de base ΩW Ω ; W ; W ; W
)

Puis de l’équation (3)


· Ω ·
Ω J1 N6Ω =1
Y

Z
6 Ω 1 · · )
1 · 1 [· \ ⇒ Z
Ω 1 [· \ (11)
) ) )

Pour le couple nominal ⇒ \ Z


1 6 Ω 1 [ 1 Z
ΔΩ (12)
Cela signifie qu’avec un couple nominale, la valeur de l’écart relatif de vitesse est égale à la
valeur de la résistance du circuit d’induit.
\
Dans l’exemple on admet un couple de démarrage maximal : ] ^
\
2 et ], 1,1.
Donc d’après les données :

4
Par M.CHAOUI A 2016-2017 : LET 61

Z
-pour tracer la CMN : à vide 2Ω 1, \ 05 ;
Z
à couple nominale 2Ω 1 [ 1 0,049 0,951, \ 15

Le tronçon ag correspond à la résistance


nominale du moteur : )
1,28Ω
)

la résistance des échelons du rhéostat de


démarrage :
_`
; a
· 0,22 b 1,28 0,282Ω

Dc
· 0,125 b 1,28 0,16Ω
de
D
@ · 0,0625 b 1,28 0,08Ω
de
W
A a
· 0,04 b 1,28 0,051Ω
W`
⇒ La résistance totale du rhéostat de démarrage : Q · 0,4475 b 1,28 0,573Ω
a

5
Par M.CHAOUI A 2016
2016-2017 : LET 61

2.3 Freinage électrique du moteur à courant continu (Shunt /excitation


séparée)

On pourrait évidemment freiner le moteur à l'aide d'un frein mécanique. Une autre approche,
évitant l'usure mécanique, consiste à freiner le moteur en faisant circuler dans l'induit un
courant de sens approprié. Pour effectuer ce freinage électrique en régime générateur, on peut
utiliser trois :
1) Freinage dynamique (rhéostatique) ;
2) Freinage par récupération ; KA5
Lexc La
3) freinage à contre courant.
Rf
Uex Ua
2.4.1 Freinage dynamique (rhéostatique) :
c Rexc E
Peut être effectué en déconnectant l’induit du
moteur de la source et le faire débiter sur
une résistance. Après déconnexion :

PV l
g · ` hci jkc ` , ΦΩ 2 `5 · ` 6 Ω · `

PV l
Ω · ` (13)

Remarqures :
1) ce type de freinage n’est pas économique, parce que l’énergie se dissipe sous forme de
chaleur.
2) La machine fonctionne comme générateur dans le Cadrant II.
3) ce type de freinage est facile à réaliser.


F2 F1 M

If If2 In Ia
If1

Exercice : Réaliser ce montage sur le simulateur SCHEMAPLIC.


SCHEMAPLIC

6
Par M.CHAOUI A 2016-2017 : LET 61


2.4.2 Freinage par récupération de l’énergie : F
Ce type de freinage est réalisé lorsque la vitesse Ω0
M
du moteur est supérieure à la vitesse de la machine
à vide idéale par conséquent sa f.é.m E supérieure à
la tension appliquée Ua. Le moteur fonctionne alors Ia
en génératrice, dans le cadrant II, en parallèle If In

avec le réseau auquel il livre de l’énergie.


Le courant change de sens comme le montre les équations :
P m m P
` (14)

Le couple moteur change de signe et devient un couple de freinage :

6 ` Φ` (15)

Donc l’équation (5) pour Ω > Ω0 devient : Ω ` ² ²


(16)

Remarques :
Ce procédé est aussi appelé Freinage en survitesse et utilisé en traction de montagne dans les
descentes. Ce procédé permet seulement de récupérer l’énergie sans réduire la vitesse de
rotation de la machine.
S’il s’agit d’une voiture électrique, elle fonctionne alors dans le quadrant 2.

Ce freinage est très économique.

2.4.3 Freinage à contre courant :


1) freinage en descente :
Ce qui se produit dans le système de commande d’un monte-charge lorsque le moteur est
branché pour le levage et que le couple développé par la charge fait tourner l’ensemble dans
le sens de la descente. Un tel régime s’obtient également lors de la commutation du moteur
pour la rotation en sens inverse afin de réaliser un arrêt rapide.

Lexc La

Uex Ua
Rexc E

7
Par M.CHAOUI A 2016
2016-2017 : LET 61

Le point (a) :

lorsque le couple résistant est inférieur au couple Ccc: .


Le point (b) : lorsque le couple de charge augmente et égal au Ccc, le moteur s’arrête.

Le point (c) : lorsque le couple de charge dépasse le couple moteur à l’état


l immobile, ce
dernier commence à tourner dans le sens inverse et la charge descend.
Pour un couple C2 on aura une vitesse permanente de descente.
descente L’intensité de courant
Vm
déterminée par sera plus grande que lors du régime moteur et pour cette raison le

couple développé par le moteur au cours du freinage à contre-courant


contre courant augmente également.
Remarque : pour limiter le courant, on est obligé d’insérer une résistance complémentaire
dans le circuit d’induit.
2) freinage par changement de polarité :
Ce mode de freinage est utilisé lorsqu’on exige d’un
un arrêt brutal de déplacement de la charge
(engins de levage…).
age…). Il consiste à croiser les deux bornes de l’alimentation de l’induit.
Il faudra nécessairement introduire un capteur tachymétrique pour détecter l’annulation de
vitesse et couper l’alimentation de l’induit avant que le moteur ne change de sens de rotation.
rot

Ω0
b a

II
I
c
-C C
0
d
III
-Ω

Conclusion : Le freinage électrique est actuellement très répondu surtout lorsqu’il s’agit
des machines à démarrage
arrage fréquents. Pour assurer une vitesse de freinage requise et l’arrêt
précis, on utilise le plus souvent le freinage dynamique et le freinage à contre-courant.
contre

8
Département d’Electrotechnique
Faculté de Technologie
Université Ferhat ABBAS - Sétif

Dimanche 08 Mars 2020


Travaux Dirigés LET 61
N°1 Stabilité & quadrants
(Commande
Commande des machines électriques)
électriques de fonctionnement
fonct
EXO1
un moteur à CC, possédant un circuit de commande adéquat, développe un couple
donné par la relation : , où a, b des constantes positives. Le moteur
entraine une charge dont le couple est exprimé par avec c, d des
constantes positives. Sachant que J est le moment d’inertie total :
a) Déterminer la relation entre a, b, c et d pour que le moteur démarre avec sa
charge et aura un point d’équilibre.
b) Calculer la vitesse au point d’équilibre
c) Est-ce
ce que l’entrainement est stable à cette vitesse ?
d) Déterminer l’accélération initiale de l’entrainement.
e) Déterminer l’accélération maximale l’entrainement.

EXO2
Soit le tapis roulant indiqué par la figure
La charge peut être déplacée dans
d les
deux sens.
1- Quelle est la caractéristique
mécanique de ce type de charge ?
2-Tracer, pour le déplacement de gauche
à droite de la charge, l’évolution de : la
vitesse Ω(t), du couple résistant Cr(t), du
couple dynamique J.dΩ/dtΩ/dt (t) et du couple mécanique Cm(t).
3- En déduire les quadrants de fonctionnement du moteur.
4- Quelle condition doit-onon assurer
ass pour ce type de fonctionnement.
5- Même questions pour le cas de fonctionnement de déplacement dans l’autre sens.

DEVOIR
Soit un moteur de 7,5kW (10HP), de vitesse nominale égale à 1800tr/min, dont la
caractéristique mécanique se traduit par une vitesse
vit :
- Diminuant suivant une pente 10% de à 0,5 Cn, où Cn est le couple nominal,
- Augmentation suivant une pente de 20% de 0,5 à 1,0 Cn.
La machine entraînée présente une caractéristique de couple résistant
proportionnel à la vitesse : la constante de frottement varie de 0 à une valeur
telle que le couple nominal du moteur est atteint à la vitesse nominale.
L’ensemble moteur – machine entraînée démarre à vide, avec un couple de démarrage
constant et égale au couple nominal du moteur. Le démarrage prend alors 20s.
a) tracer les caractéristiques mécaniques du moteur et de la machine entraînée
pour le couple nominale Cn et pour 0,25 Cn.
b) Trouver l’inertie J de l’ensemble.
c) Etudier la stabilité pour les deux points d’opération suivants : un couple
résistant
stant correspondant à 1,0 Cn puis à 0,25 Cn.

Le responsable de la matière : M. CHAOUI Abdelmadjid. Page 1


Département d’Electrotechnique
Faculté de Technologie
Université Ferhat ABBAS - Sétif

Solution TD1
ExO1

a) à 0, .
Le moteur peut démarrer avec sa charge si :

Au point d’équilibre :
0
² 4
,
2
Puisque ² 4 0
²!"# $ %
est rejetée puisque doit être positive
#
² 4 ² ² 4 4 &0 &0
Ce qui n’est pas juste, puisque c positive constante.
Donc, le point d’équilibre est pour avec ² 4 0
b)
! ²!"# $ %
La vitesse d’équilibre est :
#
c) Pour que le système soit stable à ce point d’équilibre :
' (

2
Et à partir de b) : 2 ² 4
Donc, le point d’équilibre est stable pour le mode
d’entrainement.

d) Le couple d’accélération : )

Initialement : ,
Ω $ %
Alors, l’accélération initiale : + ,
-./ 0

e) A partir de l’équation : ) (1)

Ω #23 ! 2! $ %
Alors, l’accélération :1
0
A
Donc l’accélération est maximale si : 0

2
5 05
) 2
En remplaçant dans l’équation de l’accélération (1) :
4
1 6
4 )

Le responsable de la matière : M. CHAOUI Abdelmadjid. Page 2


Département d’Electrotechnique
Faculté de Technologie
Université Ferhat ABBAS - Sétif

Exo02

1- la caractéristique de la charge C=f(Ω)


C=f( est une droite à pente nulle.

2-
Ω(t)

C(t)

3-

Q4

4- la condition est que l’alimentation du moteur soit réversible en courant. Lors du


freinage l’énergie sera soit dissipée soit renvoyée vers le réseau.

5-

Le responsable de la matière : M. CHAOUI Abdelmadjid. Page 3


Département d’Electrotechnique
Faculté de Technologie
Université Ferhat ABBAS - Sétif

Solution Devoir

Le responsable de la matière : M. CHAOUI Abdelmadjid. Page 4


Département d’Electrotechnique
Faculté de Technologie
Université Ferhat ABBAS - Sétif

Le responsable de la matière : M. CHAOUI Abdelmadjid. Page 5


Département d’Electrotechnique
Faculté de Technologie
Université Ferhat ABBAS - Sétif

/ / 2020
Travaux Dirigés LET 61 N°2
(Commande des machines électriques) Démarrage des moteurs A CC

EXO1 :

Un moteur à excitation séparée possède la caractéristique nominale suivante :


Pn=29 kW ; Van=440V ; Ian=76A ; Nn=1000tr/min ; a=0,065;

1) Choisir, en utilisant une méthode analytique, un rhéostat de démarrage à quatre


échelons, en admettant une variation du courant de (1,2 à 2) Ian.
2) On demande le nombre d’échelons si le courant de démarrage est limité entre
Imin=Ian et Imax=2*Ian.
3) Choisir le rhéostat de démarrage.
4) Trouver le courant Imin pour avoir 5 échelons.

EXO 3 : NB :Prenez les valeurs avec une précision de 10-2 et π=3,14

Le démarrage rhéostatique d’un moteur à


excitation indépendante est effectué sur trois
échelons, comme le montre la figure .
Le moteur est à quatre pôles, à flux constant,
posséde les valeurs nominales suivantes :
Van=200V ; Ian=20A ; Nn=23tr/s ; Ra=0,4Ω.
Déterminer :
a) La valeur du courant de démarrage (ID)
sans rhéostat, et la valeur du rhéostat de démarrage(Rh) qu’il faut mettre en
série avec l’induit pour limiter le courant à Imax=45,4A .
b) Les valeurs N0(tr/min) ;Cn (N.m);Cmax(N.m).
c) La vitesse N1 (tr/min) et Rh1.
d) La vitesse N2 (tr/min) et Rh2.
e) La vitesse N3 (tr/min) lorsque tout le rhéostat Rh est éliminé.

Le responsable de la matière : M. CHAOUI Abdelmadjid. Page 1/1


Département d’Electrotechnique
Faculté de Technologie
Université Ferhat ABBAS - Sétif

Solution TD2
Ex O1
1) On trace la caractéristique naturelle :
1er point (à vide): Ia=0 ⇒Ω
G.
· 0,065 · 0,376Ω J 0,38Ω
HI
· ·
Φ 3,93
93 V.s/rd

Ω 111,96 rd/s
,

76 et Ω 104
104,72
2émepoint (charge
charge nominale):
nominale
rd/s

2) Caractéristique de démarrage
1er point (à vide):
): le même point pour CN

Ω 0"# · ·2 " 2,9Ω


2émepoint (CC-démarrage
démarrage):
$ % $ $ A A·HI
% $ & ' ( A ( ( 2,9 & 0,38 2,52Ω

Ω* & 314
+, /0 ·120

) -. -. :
Ω*5' & 324
+, /067 ·12,8
-. -.

Donc : ;< · =< ;<5' · = >

" ;<5' ;< · CD


(3)
C E

1,2 · ?@
" ;<5' ;< · ;< · 0,6
2 · ?@
;' $ 2,9 Ω
" ;A ;' · 0,6 1,74 Ω
"; ;A · 0,6 1,044 Ω
"; ; · 0,6 0,6264 Ω
" ;B ; · 0,6 0,376 Ω

" ' ;' & ;A 2,9 & 1,,74 1,16 Ω


" A ;A & ; 1,74 & 1,044
1 0,696 Ω
" ; &; 1,044 & 0,6264 0,4176 Ω
" ; & ;B 0,6264 & 0,376 0,2504 Ω

Vérification : % ' ( A ( ( 1,16 ( 0,696 ( 0,4176 ( 0,2504


0 2,524Ω

$ % ( 2,524 ( 0,,376 2,9 Ω

Le responsable de la matière : M. CHAOUI Abdelmadjid. Page 2/1


Département d’Electrotechnique
Faculté de Technologie
Université Ferhat ABBAS - Sétif

1) A partir de l’équation " ;<5' ;< · CD


(3)
C E

1
;<5' ;< · ;
2· 2 <
Pour L 1 " ;A ;' · A
'

1
L 2"; ;' · A
2
1
L 3"; ;' ·
2
M
L @&1"; ;' · N7 " 2 " 3@ & 14 ln 2 ln
' ' O7 O7
A O O
T
RS 7
"@&1 T
RS A
T V 6V
RS 7 RS W
" @&1
T V
UC E UC E
RS RS
Où (n-1) est le nombre d’échelons.
UCD UCD

2,9
AN :
ln 0,376
λ n&1 3
ln 2

" ;<5' ;< · 0,5


2)

;' $ 2,9 Ω
" ;A ;' · 0,5 1,45 Ω
"; ;A · 0,5 0,725 Ω
"; ; · 0,5 0,3625 Ω

" ' ;' & ;A 2,9 & 1,45 1,45 Ω


" A ;A & ; 1,45 & 0,725 0,725 Ω
" ; &; 0,725 & 0,3625 0,3625 Ω

$ ' ( A ( ( 1,45 ( 0,725 ( 0,3625 ( 0,376 2,9Ω

3)

T
RS 7 Y
Y \ Z?[ ] " ^;1 ^;
;1 ;1 ; ;@
" ln Y ln " "
T Z?[ Y Z?[ Z?[ Y
UC E ZL@ Z?[
RS ;@ ZL@ ;@ ZL@ @ ZL@ Y ;1
^; 1
UCD
@

2· 2 · 76 · ^ 137,24 1,8
O , HI
^O
_ `
AN : =< A,
7

Le responsable de la matière : M. CHAOUI Abdelmadjid. Page 3/1


Département d’Electrotechnique
Faculté de Technologie
Université Ferhat ABBAS - Sétif

Solution ExO2

a 200
500
0,4
a)
%

a
200
3 ( b4 4,4Ω
= > 45,45
" R d 4,4 & 0,4 4Ω
a & · 200 & 0,4 · 20
e 1,33 a. h/jk
Ω 2 · f · 23
b)

a 200 jk
Ω 150,38
e 1,33 h
Ω · 30
l 1436,71 mj/ZL@
f
n e· 1,33 · 20 26,6 l · Z

n= > e· 1,33 · 45,45


= > 60,45 l · Z
a &3
( b4 · 200 & 4,4 · 20
Ω' 84,21 jk/h
e 1,33
c)

30 30
l' Ω' · 84,21 · 804,56 mj/ZL@
f f
20
3 ( b' 4 3 ( b 4 4,4 1,94 Ω
= > 45,45
b' 1,94 & 0,4 1,54 Ω
a & 3 ( b' 4 · 200 & 1,94 · 20
ΩA 121,20 jk/h
e 1,33
d)

30 30
lA ΩA · 121,20 · 1158,00 mj/ZL@
f f
20
3 ( bA 4 3 ( b' 4 1,94 0,85Ω
= > 45,45
b' 0,85 & 0,4 0,45 Ω
a & · = > 200 & 0,4 · 45,45
Ω 136,71 jk/h
e 1,33
e)

30 30
l Ω · 136,71 · 1306,15 mj/ZL@
f f

Le responsable de la matière : M. CHAOUI Abdelmadjid. Page 4/1