Vous êtes sur la page 1sur 42

Industrie 4.

0 dans l’industrie de process


Guide pratique pour la création de valeur ajoutée
grâce aux mesures, à l’exploitation des données
et aux solutions d’intégration
Industrie 4.0 dans l’industrie de process
Guide pratique pour la création de valeur ajoutée
grâce aux mesures, à l’exploitation des données
et aux solutions d’intégration

Éditeur responsable
Endress+Hauser sa/nv • Rue Carli 13 • 1140 Evere • Belgique

La composition et la rédaction de cet ouvrage ont


été réalisées par Endress+Hauser sa/nv.
Tous droits réservés. Reproduction possible uniquement
avec l’accord écrit de l’éditeur.

2e édition, mars 2017, v2.1

Coordonnées
info@be.endress.com • www.be.endress.com • Tél +32 2 248 06 00

Cet ouvrage est également disponible en ligne sur


http://ebooks.endress.com/befr/industry4.0
2 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Table des matières

3. Préface 20. Les valeurs secondaires des instruments de


Les plus-values pour l’industrie de process mesure génèrent une solution intelligente
L’instrumentation de process : une source essentielle
4. Industrie 4.0 : la 4ème révolution industrielle de données multiparamètres pour économiser des
Une nouvelle vision de l’efficacité coûts intelligemment

6. Industrie 4.0 et l’instrumentation 21. Industrie 4.0 Alliance distingue Endress+Hauser


La source de l’information Connexion au monde digital

8. Six mythes persistants sur l’IIoT démystifiés 22. La pierre angulaire de l’Industrie 4.0
Les nombreux mythes et idées fausses sur l’IIoT Le protocole de communication Machine-à-Machine
OPC UA
10. De l’analogique au digital
Trois bonnes raisons de passer aux bus 23. Micropilot ES et LevelFlex ES
numériques et à Ethernet La nouvelle norme en matière de technologie radar

12. Heartbeat Technology™ 24. L’Industrial Internet of Things est-il vraiment sûr ?
Prenez le pouls de vos mesures IIoT et sécurité des données

13. Révolution en mesure de débit : Proline 300/500 25. Liquiline CM44x


Premiers débitmètres au monde avec connexion Contrôleur d’analyse multiparamètre
WLAN (Wifi) tournés vers l’avenir
26. Précision de la gestion des stocks avec
14. Gain d’efficacité en maintenance l’architecture IIoT
Grâce aux principes d’Industrie 4.0 Un projet récent d’Endress+Hauser dans l’industrie
alimentaire
16. Namur NE107
Gestion efficace et effective des alarmes 28. Un réseau de capteurs sans fil supporte
l’optimalisation des stocks
17. W@M Life Cycle Management Un fabricant de chocolat belge relève un défi dans la
Productivité améliorée grâce à l’information gestion des matières premières pour la production
à portée de main
30. Tournez-vous vers l’avenir !
18. Industrial Ethernet L’industrie de process impose des exigences toujours
Développé pour le transport d’une grande plus élevées aux systèmes de contrôle
quantité de données
32. Quels sont les véritables changements ?
19. Comment évoluer étape par étape vers la 2017 est-elle vraiment l’année de la digitalisation,
‘Factory of the Future’ ? de l’informatisation et de l’Internet ?
Fieldgate/Asset Monitor SFG500
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 3

Les plus-values pour l’industrie de process

Cher lecteur,

A l’heure actuelle, les termes Industrie 4.0 et « Industrial Internet of Things » (ou IIOT, plus communément appelé en français
« l’Internet Industriel des Objets ») sont sur toutes les lèvres. Mais où se situe concrètement la plus-value pour votre entreprise
et quelle est notre position en tant que fournisseur d’instrumentation de process ?

À travers ce guide d’expert, nous détaillerons les concepts et les technologies d’Industrie 4.0. Nous vous expliquerons
également comment Endress+Hauser, en tant qu’entreprise belge, peut contribuer à l’implémentation de cette vision tournée
vers l’avenir.
Ce guide tend également à prouver que notre ligne de référence ‘People for Process Automation’ n’est pas un slogan creux.
Dans cet ouvrage, plusieurs experts issus de notre filiale belge y aborderont l’Industrie 4.0 et l’ « Industrial Internet of Things »
en partant de leurs perspectives, expériences et expertises. Leur objectif est de vous livrer un regard large et réaliste sur un
thème encore souvent considéré à tort comme trop abstrait et futuriste.

Dans la première partie, nous avons tenté de positionner l’Industrie 4.0 et l’ « Industrial Internet of Things » de manière
conceptuelle pour que les plus-values en ressortent plus clairement.

Nous vous exposerons ensuite une série de projets concrets menés à bien par notre équipe. L’objectif ? Vous démontrer que
l’ « Industrial Internet of Things » est bel et bien d’application actuellement et que ce concept offre une réponse concrète aux
défis auxquels les entreprises industrielles sont confrontées.

Bien entendu, la réalisation pratique de l’ensemble de ces projets dépend ou découle des technologies disponibles. Ce guide
d’expert met ainsi en exergue un ensemble d’aspects technologiques de nos produits et services, lesquels illustrent la force
novatrice propre à Endress+Hauser. Une force nécessaire pour se distinguer en tant que leader et expert (et le rester !) dans
une ère où l’émergence Industrie 4.0 et « Industrial Internet of Things » est un fait avéré.

J’espère que vous verrez en ce guide une source d’inspiration pour poursuivre avec nous le déploiement de la vision d’avenir
d’Industrie 4.0. Réfléchissons à la manière dont nous, entreprise belge, pouvons traduire les principes de l’ « Industrial Internet
of Things » en solutions concrètes porteuses de plus-values pour votre entreprise.

Réalisons cela ensemble.

Johan Puimège
General Manager
4 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Industrie 4.0 - La 4ème révolution industrielle


Une nouvelle vision de l’efficacité

Industrie 4.0 est à l’origine d’une transition « efficacité de production » vers


« efficacité commerciale ». De ce fait, les entreprises de production seront
mieux armées face à la concurrence internationale. Néanmoins, toute société
européenne qui refuserait de surfer sur cette vague 4.0 perdra à terme son
avantage concurrentiel. Le site de production évolue vers une collaboration
d’entités intelligentes et connectées.

Le concept : Industrie 4.0 La technologie : Industrial Internet of Things


Chaque jour, nous constatons que la capacité de production L’Industrial Internet of Things (IIoT) se traduit dans notre
se tourne vers les pays à bas salaires. Pour mettre un frein monde par une communication intelligente des capteurs
à cette tendance, le gouvernement allemand a lancé depuis ‘smart’ et autres appareils. Le temps où un instrument
2011 des « forward-looking projects » (projets orientés vers fournissait une valeur de mesure unique est loin d’être
l’avenir). Il s’agit, plus exactement, de partenariats entre les révolu. Les appareils intelligents disposent de centaines de
universités et les entreprises, mettant en place des recher- paramètres qui nous aident lors de l’analyse des process, la
ches de pointe sur des thèmes spécifiques. maintenance, la qualité, l’étalonnage, la vérification, etc.

La thématique Industrie 4.0 fait partie intégrante de ce Cependant, on constate que plus de 90% des entreprises
programme. Celle-ci permet d’adopter une toute nouvelle industrielles utilisent peu, voire pas, ces informations et
vision en matière d’organisation de la circulation des infor- transmettent seulement les valeurs de mesure vers le PLC
mations au sein des sites de production. ou le DCS via un signal 4-20 mA. Ce constat est renforcé
par le fait que la pyramide hiérarchique d’automatisation
Cette tendance se compose de : classique (ISA 95) a atteint ses limites en matière
• l’optimalisation du flux de données dans l’environnement d’intégration. Le concept IIoT aide donc à formuler une
de production ; réponse.
• la mise à disposition de données importantes
• l’utilisation de ces données dans le but d’optimaliser La technologie IIoT offre un large éventail d’opportunités.
l’utilisation des ressources (matières premières, énergie, Prenons l’exemple des activités de maintenance : grâce au
maintenance, etc.) ; « condition monitoring » (ou surveillance d’état) de tous les
• l’optimalisation financière qui en découle, sur base de appareils, il est possible de prévenir l’apparition de problè-
données de production pertinentes. mes. Moyennant une liaison adéquate de cette information
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 5

de statut avec le module de planification de la maintenance Pour pouvoir répondre à cette série de questions, il est
dans votre système de Planification des ressources crucial de disposer du maximum d’informations relatives
(Enterprise Resource Planning - ERP), ces données (monde au processus de production. À l’heure actuelle, nous utili-
virtuel) peuvent être utilisées pour planifier de façon sons des données pour une production automatique opti-

« Imaginez-vous que chaque composant de votre


production puisse être intelligent et connecté. »

optimale, les activités de maintenance (monde réel). Le male. Toutefois, l’application de ces données à d’autres fins
résultat ? Une efficacité accrue et une réduction des coûts telles que la maintenance, la gestion optimale des stocks, la
de maintenance. traçabilité, etc. n’est pas une réalité quotidienne dans nos
entreprises. Imaginez-vous que chaque composant de votre
L’objectif : « Factory of the Future » production puisse être intelligent et connecté. S’agirait-il
En tant que responsable, vous désirez obtenir une réponse d’un pas vers la « Factory of the Future » ?
à une série de questions spécifiques. Comment trouver le
meilleur rapport qualité/prix sur le marché ? Comment Ne restez pas sur la touche !
intégrer votre production de la façon la plus efficace Il est important pour le responsable d’un site de production,
possible dans le marché ? Où se situent vos pertes ? de collaborer avec ses sous-traitants, ses clients et ses
fournisseurs d’équipements. Adoptez cette nouvelle
Comment optimaliser la consommation énergétique et philosophie pour faire évoluer votre usine vers un réseau
celle des matières premières ? orienté Industrie 4.0.
6 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Industrie 4.0
Instrumentation : la source de l’information

Industrie 4.0 permet la mise à disposition de données mesurées, nécessaires


à vos transactions commerciales. Le contrôle du process, suivant ISA95,
ne semble pas être le modèle idéal pour atteindre cet objectif.
Il n’est pas nécessaire de refaire le monde et de repar- Un modèle ISA 95 trop peu communicatif
tir d’un réseau tout neuf avec de nouveaux instruments. La couche 3 (MES) est trop limitée et uniquement axée sur
Endress+Hauser offre la possibilité d’utiliser la base les données brutes de la production. Si dans le contexte
installée existante et de l’intégrer dans un nouveau réseau. d’Industrie 4.0, on désire accéder à plus de données de
L’utilisation des données permettra d’optimaliser les pro- production, cela constituerait une perte de temps de vouloir
cessus dans votre environnement ERP. modifier la couche MES afin d’en extraire les informations
nécessaires pour l’optimalisation financière.
ISA 95 comme base de production
Le modèle ISA 95 est une pyramide structurée. Au L’intégration d’équipement de mesure supplémentaire
« niveau 0 » nous avons le site de production : les cuves, n’est également pas évidente car il ne suffit pas de se
tuyauteries, pompes, vannes, etc. Au niveau 1, nous retrou- limiter à l’achat d’instruments. Il faut également penser
vons les capteurs et les actuateurs. Grâce aux signaux 4-20 à la disponibilité des câbles de signaux E/S, à la capacité
mA et/ou aux bus de terrain, le niveau 1 est relié au niveau limitée de traitement des bus de terrain, à l’adaptation de
2, c’est-à-dire la ‘couche d’automatisation’ avec les auto- programmes pilotes, etc. La couche MES actuelle n’offre
mates programmables : DCS/CNCC, HMI, Scada, etc. pas de passage suffisant et cela nécessiterait des investis-
sements élevés pour obtenir les données nécessaires des
Afin de répondre à la demande du management de instruments.
fluidifier l’échange d’informations entre la production et
les services commerciaux, logistique et maintenance, une La communication Industrie 4.0 en parallèle à celle
couche de transition « niveau 3 » a été créée au sein de d’ISA 95
l’ISA 95. Cette dernière est également appelée la couche Comment obtenir un accès aux données qui sont déjà
MES (Manufacturing Execution Systems). disponibles dans l’instrumentation ? Comment intégrer
La couche MES est utilisée comme couche de communica- de nouveaux instruments de mesure sans adaptation du
tion entre le contrôle du process et l’ERP. câblage ?
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 7

Modèle d’information ISA95


BOTTOM UP TOP DOWN
Company level
Product SSM
& process Sales & service management
engineering
ERP SCM
Supply chain management
MES
Operations & process control level
• Communication
• Data storage
• Project planning
Control
Control level
HMI
Execution
Sensors Actuators Network
Field level

Endress+Hauser a conçu une série de passerelles intelligen- Endress+Hauser et l’Industrie 4.0


tes pour transférer les données des instruments vers le Endress+Hauser ne se contente pas des réseaux intelli-
niveau approprié. Tel est le cas, par exemple, de la pas- gents, présentant la sécurité nécessaire tant de l’intégrité
serelle de communication de votre Profibus vers l’Ethernet des données que de la fiabilité du transfert des données.
(Fieldgate SFG500, voir page 8) qui libère les infor- Nous fournissons déjà des solutions intelligentes en rela-
mations de vos instruments, sans affecter la structure tion avec l’Industrie 4.0 !
d’automatisation existante.
En voici quelques exemples : configuration et communica-
Une autre solution ? Wireless HART ! Endress+Hauser a tion via un serveur web disponible dans tous les nouveaux
développé une technologie sans fil très souple, permettant instruments à 4 fils comme Liquiline (analyse), Proline
de fournir les données des instruments qu’ils soient neufs (débit), Memograph et Ecograph (enregistreurs) ainsi que
ou existants (voir page 14). Cet article illustre une applica- dans notre logiciel pour la gestion des parcs de réservoirs
tion concrète qui vous expliquera comment WirelessHART (Inventory Management Solutions). Grâce à la nouvelle
optimise la chaîne d’approvisionnement. ligne de produits de mesure du débit et au concept révolu-
tionnaire Heartbeat Technology™ (test de fonctionnement
intelligents), Endress+Hauser vous emmène un niveau plus
haut (voir page 7).

Avec Endress+Hauser, vous pouvez entrer dans l’ère de


l’Industrie 4.0 sans le moindre problème !

ERP

MES

Execution
Control

Modèle d’information Industrie 4.0


8 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Six mythes persistants sur l’IIoT démystifiés

L’ « Industrial Internet of Things » (ou IIoT) connaît une croissance explosive.


D’après le bureau d’études Gartner, il y aura d’ici 2020 plus de 25 milliards
d’appareils connectés, et le secteur industriel sera l’un des principaux
domaines concernés. Néanmoins, de nombreux mythes et idées reçues
infondés planent autour de l’IIoT. Ainsi, après avoir été évaluées et analysées,
certaines décisions d’investissement sont malheureusement reportées alors
qu’elles auraient pu apporter beaucoup aux entreprises.
Mythe 1 : Il faut attendre une norme Mythe 2 : Les investissements en IIoT ont un faible ROI
Diverses organisations, instituts de recherche et fournis- Dans l’industrie, les investissements dans l’IIoT sont
seurs travaillent actuellement sur des normes techniques souvent comparés à des projets SCADA et MES qui
pour l’implémentation de l’IIoT. Le nombre impressionnant fournissaient jadis un ROI trop bas. L’implémentation
d’initiatives démontre qu’aucune norme ne se démarque d’un Plant Asset Management offre par exemple toute
des autres. une série d’avantages mais est aussi associée à un coût
d’investissement élevé.
« L’industrial Internet of Things (IIoT) L’IIoT - au sein duquel les capteurs intelligents, les réseaux
permet de simplifier les projets IT de communication et le cloud jouent un rôle essentiel - per-
industriels et de les implémeter plus met justement d’implémenter plus vite et plus facilement
rapidement. » de tels projets IT. Si auparavant ce type de projet était con-

L’absence provisoire d’une norme universelle n’est pas une


raison fondée pour reporter les décisions d’investissement.
Les technologies existantes rendent l’intégration de
capteurs dans des réseaux et l’échange de données parfai-
tement possible. Le développement d’une norme unique
serait certainement une bonne chose, mais elle n’est pas
nécessaire aujourd’hui pour l’implémentation réussie d’un
projet IIoT.

En résumé : une norme unique n’est pas nécessaire pour


déployer correctement l’IIoT dans une entreprise. Premier
mythe démystifié.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 9

sidéré comme trop vaste, il est aujourd’hui à portée de main Pourtant, de nombreux clients réalisent des projets IIoT
grâce aux nouvelles technologies, et le ROI est supérieur. réussis en combinant des technologies existantes et nouvel-
les. Les références dans ce guide montrent qu’avec une
En résumé : les investissements en IIoT s’implémentent approche pragmatique et des technologies de confiance,
plus efficacement et le ROI est supérieur par rapport aux des initiatives IIoT concrètes peuvent être réalisées pour
projets IT conventionnels que nous connaissons aujour- pérenniser la compétitivité d’une entreprise.
d’hui. Second mythe démystifié.
En résumé : les antécédents de technologies IIoT innovantes
Mythe 3 : Les projets IIoT sont vastes et fastidieux sont encore limités mais cela ne limite pas les opportunités
On affirme fréquemment que l’implémentation de et chances de réussite. Cinquième mythe démystifié.
projets IIoT a un impact important voire trop élevé sur
l’organisation d’une entreprise. On met en cause les Mythe 6 : La peur du changement
diverses nouvelles technologies qui sont introduites dans Des nouveaux concepts, des nouvelles technologies et des
le cadre d’un projet IIoT. nouvelles manières de travailler entraînent, bien naturel-
lement, une certaine résistance. La peur du changement est
L’implémentation d’un projet IIoT ne doit pas trop surchar- dès lors souvent la cause de déviation de l’implémentation
ger l’organisation interne. En démarrant un projet IIoT de projets IIoT.
avec de petites implémentations gérables, il est possible
d’obtenir de beaux résultats avec peu d’efforts. L’expérience Pourtant, les jeunes collaborateurs considèrent l’IIoT
comme quelque chose d’évident. Les concepts sont très pro-
ches de leur monde et de la manière dont ils appréhendent
« Une approche à petite échelle garantit
des résultats clairs et mesurables. »

étant alors acquise, la confiance dans la technologie croît et


d’autres défis peuvent être lancés. Si l’IIoT est synonyme de
quatrième révolution industrielle, la meilleure approche est
une évolution progressive.

En résumé : les projets IIoT ne surchargent certainement pas


une organisation par rapport aux projets conventionnels si
l’on opte pour une approche progressive, qui se traduit par
des réalisations réussies. Troisième mythe démystifié.

Mythe 4 : Les solutions IIoT génèrent énormément de


données et peu de résultats exploitables
En recueillant aveuglément et sans plan précis toutes
sortes de données, on obtient rapidement une montagne
d’informations qui, par la complexité de sa taille, entraîne
rarement des résultats pertinents exploitables.

Ce mythe a de nombreux croyants qui se montrent scepti-


ques face aux avantages attribués au Big Data. Too much
info is no info at all. Il est possible d’éviter ce surplus
d’information en générant des applications compactes et
concrètes qui utilisent les bons outils pour collecter et trai-
ter l’information pertinente. Une approche à petite échelle
garantit des résultats clairs et mesurables. En continuant
à construire sur base de cette expérience, une approche
‘Big Data’ orientée résultats est créée, laquelle garantit une les IT. À l’instar des collaborateurs séniors qui transmettent
implémentation de projets réussis et rentables. leur savoir à la génération montante, les jeunes devront
guider les collègues expérimentés dans le nouveau monde
En résumé : si on traite correctement les données utilisées digital. La formation, le lancement de petits projets ciblés
dans les solutions IIoT, on crée de l’information qui opti- et une approche humaine sont autant d’aspects cruciaux de
mise les résultats. Quatrième mythe démystifié. réussite d’un projet IIoT.

Mythe 5 : Les technologies IIoT ne sont pas des soluti- En résumé : la peur du changement est un mauvais
ons éprouvées conseilleur qui nous pousse à voir exclusivement les
Par définition, il manque aux concepts innovants des zones sombres de ce nouvel univers digital. S’attaquer,
antécédents qui démontrent le bon fonctionnement et la au contraire, à des projets IIot de façon avisée, permettra
fiabilité d’une solution. d’accéder à leurs plus-values en un tour de main.
10 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

De l’analogique au digital
Trois bonnes raisons de passer aux
bus numériques et à Ethernet

L’usage des boucles 4-20 mA classiques est toujours très populaire dans
l’automatisation de process. L’explication tient dans la simplicité au plan
électrique, ce qui simplifie aussi la recherche d’erreurs, la disponibilité d’un ‘live
zero’ et l’application de la logique de notification d’erreur selon NE43 (3.8 et
22 mA). Néanmoins, la technologie connaît quelques restrictions, et nous vous
proposons trois bonnes raisons de passer aux bus numériques et à Ethernet.
1. Précision aspects réunis amènent facilement l’incertitude finale
L’utilisation de signaux analogiques est incompatible de la mesure de niveau à plusieurs centimètres. Comme
avec la recherche d’une précision optimale. Il faut tenir l’incertitude est indépendante de la répétitivité, cela ne
compte d’une erreur additionnelle à la sortie analogique constitue pas un problème pour la plupart des commandes
d’un instrument, d’une résolution limitée du signal et de process. Mais si ces valeurs de mesure sont aussi
d’éventuelles perturbations causées par des influences utilisées dans une gestion (financière) des stocks, la
électriques et externes. précision limitée est absolument inacceptable. La lecture
digitale de la valeur de mesure ramène l’écart possible à
Prenons l’exemple d’une mesure de niveau sur une citerne l’incertitude initiale de l’appareil – une bonne raison donc
haute de 16 mètres, où un radar classique est capable de de passer au digital.
déterminer la hauteur du liquide avec une incertitude de
mesure de +/- 2 mm.

L’utilisation d’une communication analogique apporte


une imprécision supplémentaire du signal, générée par le
transducteur dans l’appareil (0.02% typiquement).
En outre, une plage définie de 16 mètres qui équivaut à
+/- 2 mm électriquement correspond à +/- 2 µA seule-
ment. Une variation aussi faible sur une carte d’entrée
moyenne est déjà difficile à détecter et sera certainement
perdue à la moindre perturbation électrique.

Il faut ajouter à cela l’incertitude de la carte d’entrée et


l’influence de la conversion analogique/digital. Tous ces
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 11

« Le câblage analogique amène des limites évidentes dans le blocage des informations. »

2. Appareils multiparamètres d’évaluer leurs propres conditions et de communiquer les


Toute une série d’appareils mesure des grandeurs problèmes (émergents).
physiques simultanément. Pensez par exemple à un
débitmètre massique qui, outre le débit massique, D’après la norme NAMUR NE107, cette communication
mesure la densité, le débit volumique, la température et reprend au minimum la nature du problème (défaillance,
éventuellement la viscosité. entretien nécessaire, hors spécification ou un problème de
fonction) et la cause probable. Dans la mesure du possible,
Outre les paramètres physiques, les instruments de Endress+Hauser ajoute à ces notifications la remédiation
mesure livrent de l’information secondaire. Ils peuvent, en utile.
surveillant par exemple la variation de la consommation
de courant du débitmètre massique (oscilation damping L’autodiagnostic constitue le fondement de la maintenance
fluctuation), parfaitement indiquer lorsque des bulles de basée sur la condition. En outre, ces appareils modernes
gaz se forment dans le liquide. Ce diagnostic peut être disposent d’un algorithme pour effectuer eux-mêmes
appliqué selon la surveillance de qualité du produit fini les tests afin de générer les certificats nécessaires. Un
(efficience de production supérieure) et/ou pour protéger dernier exemple est la calibration automatique possible
l’installation (détection de cavitation). chez certains capteurs de température, le transmetteur
établissant un rapport de calibration qu’il met à disposition.
Le câblage analogique amène des limites évidentes dans le
blocage de ces informations – une seconde bonne raison Tant la maintenance basée sur la condition, que les auto-
d’utiliser une communication digitale de bus ou Ethernet. inspections et la calibration automatique peuvent procurer
des économies de coûts significatives : un troisième
3. Plant Asset Management argument pour se tourner vers les réseaux numériques
Les nouvelles générations d’appareils disposent de plus en performants.
plus de possibilités étendues d’autodiagnostic (surveillance
conditionnelle) et de vérification (procédure d’inspection
en ligne et/ou calibration). Ces appareils sont capables
12 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Heartbeat Technology™
Prenez le pouls de vos mesures

Prendre le pouls d’une personne lors des premiers soins après un accident est
un des premiers gestes qui permet de déterminer son état. Imaginez qu’en
prenant ce pouls, vous puissiez obtenir une analyse complète de son état de
santé. C’est ce que réalise la Heartbeat Technology™ pour les instruments.
Les instruments d’Endress+Hauser sont équipés d’une boîte Heartbeat Monitoring
à outils de diagnostic qui permet la surveillance, la vérifica- Heartbeat Monitoring se base sur les tests d’autosur-
tion et le test de l’instrument. Ces opérations peuvent être veillance et suit l’évolution des paramètres de santé et
effectuées en ligne, sans démonter l’instrument. prévient l’utilisateur en cas de dommages (corrosion, usure,
etc.). Les utilisateurs peuvent alors accroître la fiabilité
Heartbeat Diagnostics et la disponibilité de leurs mesures. En d’autres termes,
Le diagnostic des instruments d’Endress+Hauser consiste la surveillance continue est une étape essentielle dans la
en une autosurveillance continue intégrée qui contrôle en maintenance prédictive.
permanence les principaux ‘paramètres de santé’ de l’ins-
trument. Dès que ces paramètres s’écartent des valeurs de « La fonction de vérification garantit la
référence prédéfinies, un signal d’alarme est généré selon traçabilité et apporte la preuve de la fiabilité
la norme NAMUR NE107. L’application de ces données
de diagnostic est une première étape vers la surveillance opérationnelle du process. »
conditionnelle.
Pas uniquement d’application pour la mesure de débit
Heartbeat Verification Comme tous les instruments sont développés selon les
La vérification interne des instruments à lieu sans démon- mêmes standards, cette technologie est disponible de
tage ni interruption du process. Les tests d’autosurveillance manière uniforme sur tous les débitmètres, de même que
continue permettent de vérifier l’instrument sur site, sans sur les instruments de mesure de niveau, les analyseurs et
démontage ou interruption du process, et de recevoir un les capteurs de température et de pression.
rapport de test.

De cette manière, les tests de sécurité fonctionnelle (SIL)


peuvent être réalisés avec un indice de couverture (Proof
Test Coverage) allant jusqu’à 98%. Les rapports générés
automatiquement viennent ainsi enrichir la documentation
sous forme de document PDF. Outre les applications SIL, la
fonction de vérification garantit la traçabilité et apporte la
preuve de la fiabilité opérationnelle du process.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 13

Révolution en mesure de débit : Proline 300/500


Les premiers débitmètres au monde avec connexion WLAN (Wifi) tournés
vers l’avenir.

En lançant les premiers produits Proline de troisième géné- leur propre fiabilité opérationnelle ainsi que la criticité
ration – les Proline 100 (Promag et Promass), Proline 200 d’une situation et indiquent ce qu’il faut faire pour solu-
(Promag, Promass, Prowirl et Prosonic Flow) et Proline 400 tionner un problème. Une telle surveillance de process est
(Promag) – Endress+Hauser a résolument décidé de faire à la fois inédite et unique au monde ! Pour l’entreprise, cela
correspondre sa gamme de débitmètres aux besoins spéci- se traduit par une diminution des temps d’arrêt, des coûts
fiques de chaque industrie et de se distinguer en implémen- réduits et un avantage concurrentiel significatif.
tant des innovations permanentes offrant une plus-value.
Des données de process grâce à l’information provenant
Le début d’une nouvelle ère du terrain via un réseau sans fil WLAN (WiFi)
Les nouveaux débitmètres Proline 300/500 mesurent le Proline 300/500 est le premier débitmètre au monde
débit avec une extrême précision et permettent d’avoir une équipé d’une connexion sans fil WLAN. Il vous suffit de
meilleure compréhension du process grâce aux nombreuses disposer d’un smartphone ou d’une tablette ainsi que d’une
données de process et de diagnostic disponibles. Suite à connexion WLAN pour commencer à communiquer avec
cela, on obtient un contrôle optimal du process global, les votre débitmètre et consulter, avec une simplicité décon-
arrêts sont moins nombreux et le fonctionnement est plus certante, toutes les données de diagnostic, de service ou de
efficient. process.

Une surveillance inédite avec Heartbeat Technology™ Prêt pour Industrie 4.0
Tous les débitmètres Proline, et donc les Proline 300/500, Proline 300/500 est disponible pour tous les protocoles de
disposent de Heartbeat Technology™. Cette technologie communication digitales : HART, WirelessHART (inté-
se charge du diagnostic avancé de l’instrument et de la gré), PROFIBUS, FOUNDATION fieldbus, Modbus RS485,
conversion des données en une information utile et com- EtherNet/IP et PROFINET. Tout ceci permet une intégration
préhensible pour l’utilisateur. Les débitmètres contrôlent transparente du débitmètre dans les systèmes existants.
14 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Gain d’efficacité en maintenance grâce


à l’industrie 4.0

Un grand producteur européen d’eau potable qui exploite 1200 stations de


pompage est passé aux principes de la maintenance conditionnelle pour la
gestion de ses installations. À cet effet, un nouveau réseau, implémenté en
Ethernet/IP assure la communication avec les stations de pompage mais aussi
avec plus de 3000 débitmètres dans le réseau de distribution.

Les installations du producteur d’eau potable sont géo- structure de réseau totalement transparente en Ethernet/
graphiquement éloignées les unes des autres. Néanmoins, IP a permis d’implémenter les principes de la maintenance
toutes les valeurs de mesure des instruments doivent être conditionnelle, ce qui génère une économie de coûts signi-
centralisées pour le suivi de la production et la facturation. ficative par rapport à la stratégie curative appliquée jusqu’à
Dans le passé, on utilisait pour ceci une communication présent.
analogique et pour la lecture des totalisateurs, une solution
Modbus. La gestion des alarmes selon NE107
Le grand avantage de la nouvelle infrastructure réseau est
Comme la maintenance d’une telle base installée demande que l’on peut utiliser pleinement l’intelligence des instru-
beaucoup de temps et exige une certaine coordination, des ments de mesure, ainsi que les informations qu’ils mettent
alternatives ont été recherchées lors de la modernisation de à disposition. Une première étape fut la mise à niveau de la
l’infrastructure de l’automatisation afin de pouvoir gérer la gestion des alarmes dans le système d’automatisation selon
maintenance plus efficacement. Le passage vers une infra- la norme NAMUR NE107. Celle-ci prévoit cinq notifications
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 15

d’état normalisées, de sorte à ce que la centrale de dispat-


ching, lors de la réception d’une alarme, puisse immédiate-
ment situer le problème et déterminer le degré d’urgence
de l’intervention. Comme la cause et les mesures correcti-
ves sont affichées, le technicien de service reçoit la bonne
information et peut directement préparer le bon matériel
nécessaire pour l’intervention.

Vérification de ‘l’état de santé’


Un aspect important d’Industrie 4.0 est l’accessibilité de
l’information à travers diverses plateformes et pour diffé-
rents utilisateurs. Le choix d’Ethernet/IP comme réseau de
communication y contribue étant donné qu’il est possible,
via la communication TCP/IP, de consulter les serveurs

« Les techniciens de service


reçoivent immédiatement
la bonne information et peuvent
préparer leur intervention. »

web internes des débitmètres sur le même réseau que le


reste des infrastructures. De cette manière, le technicien
de service peut, à l’aide d’un navigateur web classique, ac-
céder très facilement aux paramètres et à la configuration
relatives aux débitmètres. La connexion au serveur web de
l’instrument se fait aisément grâce au port HMI local ou
grâce à un appareil portable. Il peut alors utiliser la tech-
nologie Heartbeat, une fonctionnalité des instruments
d’Endress+Hauser qui permet la vérification de ‘l’état de
santé’ des instrument et la génération d’un rapport. Le débitmètre édite un fichier (format .csv) une fois par jour
avec toutes les valeurs de mesure et l’envoie par GPRS.
La collecte des données des installations isolées
Pour suivre et améliorer l’efficacité du réseau de distribu- Les principes d’Industrie 4.0
tion, il est nécessaire de connaître les consommations et Endress+Hauser a comme philosophie de rester ouvert pour
les débits de points de captage isolés, géographiquement l’intégration des données dans la majorité des protocoles
très éloignés. Le producteur d’eau potable utilise pour cette industriels. Dans le cadre de ce projet, un serveur OPC UA
application le Promag 800 alimenté par batterie et équipé a été spécifiquement développé pour l’échange des don-
d’un datalogger et d’un module GPRS. nées. Ces données peuvent donc être aisément reprises par

« Le passage vers une


infrastructure réseau totalement
transparente rend la maintenance
conditionnelle possible. »

n’importe quel client OPC UA, ce qui garantit une solution


fiable et transparente. Le producteur d’eau potable a ainsi
réussi à appliquer les principes d’Industrie 4.0 dans la pra-
tique, en utilisant les technologies existantes et éprouvées
qui garantissent un haut degré de disponibilité.

OPC UA
16 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

NAMUR NE107
Gestion efficace et effective des alarmes

Les capteurs et les instruments transmettent, outre les valeurs de mesure,


de l’information complémentaire pour renseigner les opérateurs et les
responsables de maintenance sur les conditions du process et la ‘santé’ des
appareils. Dans ce domaine, Endress+Hauser suit la norme NAMUR NE107
qui garantit une gestion efficace et effective des alarmes.

« La classification standardisée des alarmes est une démarche


idéale vers la maintenance conditionnelle. »

L’application de la norme NAMUR NE107 veille à ce que les Économie de coûts en maintenance
messages d’erreur éventuels d’un instrument soient classi- Dans un environnement CMMS comme SAP PM, il est
fiées selon cinq notifications d’état standardisées. L’opé- aussi possible de lier l’information d’un instrument à
rateur sait ainsi directement la priorité qu’il doit donner à un ordre de travail, comme proposé par le portail W@M
une alarme. d’Endress+Hauser. Ceci génère une procédure de mainte-
La configuration standardisée selon la norme NAMUR nance où l’instrument indique qu’un entretien s’avère utile.
convertit donc les algorithmes de test avancés Un ordre de travail est alors automatiquement créé et le
d’Endress+Hauser en des notifications directement technicien reçoit, sans autre intervention, l’ordre avec les
exploitables. De plus, et comme prévu par la norme, données suivantes :
la cause et les éventuelles mesures correctives sont
communiquées. • tag, lieu et type d’instrument ;
• type d’erreur, cause possible et mesure corrective ;
Création d’ordres de travail • manuels de service et liste de pièces de l’instrument ;
La norme Namur est systématiquement intégrée dans tous • aperçu des interventions précédentes ;
les nouveaux appareils et logiciels d’Endress+Hauser. • …

La classification standardisée des alarmes représente une Une telle automatisation peut bien entendu représenter
démarche idéale vers la maintenance conditionnelle. Par des économies de coûts significatives en maintenance.
ailleurs, l’information peut être intégrée dans un CMMS
(Computerised Maintenance Management System) pour
automatiser la création d’ordres de travail.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 17

Productivité améliorée grâce à l’information à portée de main


W@M Life Cycle Management
Disposer d’une information pertinente et à jour est un facteur crucial qui vous
permet de renforcer l’efficacité de votre entreprise. Être précisément informé
de l’état de votre base installée est la meilleure garantie pour planifier vos
processus opérationnels de manière optimale. Grâce au W@M Life Cycle
Management, c’est un jeu d’enfant.
En quoi consiste le W@M Life Cycle Management ? Il s’agit W@M Installation : un instrument rapide pour
d’une plateforme d’information ouverte et flexible avec des la préparation de la mise en service
outils et des services en ligne, qui supporte votre organi- La ‘toute’ première installation efficace est possible avec
sation pendant tout le cycle de vie de votre site. Grâce à un W@M Life Cycle Management. Les outils en ligne vous
accès direct de votre personnel aux données actuelles et donnent un accès rapide à toute la documentation utile et
détaillées des actifs (même ceux d’autres fournisseurs) vous aux données actualisées. De l’information technique et des
pouvez raccourcir les délais de production, accélérer le pro- fiches, des instructions d’exploitation et de montage et bien
cessus d’achats et augmenter la disponibilité de votre usine. d’autres documents sont disponibles. Au moyen de cette
connexion en ligne, les données sont traitées en continu.
W@M Engineering : planning et traçabilité fiables Après l’installation, nous vous offrons un support avec des
L’ingénierie est d’une importance vitale pour l’exploitation services et des solutions sur mesure.
réussie d’un site. Les outils avancés en ligne, appliqués pen-
dant le planning, raccourcissent les délais d’ingénierie et W@M Commissioning : un historique complet
diminuent les dépenses en capital. Grâce à ces outils, vous Pendant la mise en service, nous vous proposons un sup-
sélectionnez, vous dimensionnez et vous configurez le bon port avec les services et les outils indiqués pour garantir le
produit à partir d’un large portfolio par application fonctionnement de l’instrument et diminuer le délai
de l’industrie. L’interface ouverte permet de mise en service. W@M Life Cycle Manage-
une intégration ainsi qu’un échange ment offre un accès en ligne jusqu’à une
de données aisés. La structure base de données actualisée offrant des
du site est sauvegardée en vue informations sur l’appareil et une
d’un usage ultérieur lors du documentation spécifique sur les
fonctionnement. procédures d’entretien ultérieur de
votre base installée.
Durant votre projet, toutes
les données sont documen- Vous pouvez ainsi suivre les princi-
tées électroniquement et paux événements (entretien, étalon-
sauvegardées en toute sécu- nage, remplacement de pièces, etc.)
rité, ce qui crée un transfert et télécharger les manuels spécifiques,
souple des données en phases les paramètres de mise en service ou de
d’achat et d’installation du cycle de l’information sur les pièces de rechange.
vie de vos actifs.
W@M Operations : des données pour
W@M Procurement : simplifiez vos achats optimaliser l’entretien
Dans un contexte industriel, la diminution des coûts et Une image claire et des connaissances détaillées de votre
l’amélioration de la qualité des données sont essentielles base installée sont le fondement d’une stratégie de mainte-
aux entreprises. L’achat électronique vous permet d’opti- nance proactive. Via une information pertinente et auto-
maliser vos processus par la diminution significative du matiquement actualisée sur les actifs, vous améliorez vos
temps que vous consacrez à la recherche et à l’acquisition processus en continu. La combinaison des données prove-
de produits. nant des process et du fonctionnement du site crée un flux
d’information qui vous aide à prendre des décisions pour
De la première demande jusqu’à la facture finale, diminuer les coûts, améliorer la disponibilité et augmenter
vous disposez d’un processus automatisé sur l’E-shop la conformité du site.
d’Endress+Hauser ou via une solution intégrée pour
l’e-procurement. W@M Life Cycle Management peut être déployé telle une
solution ‘stand alone’ ou être intégré dans les systèmes exis-
tants comme Enterprise Resource Planning (ERP) ou Gestion
de la Maintenance Assistée par Ordinateur (GMAO).
18 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Industrial Ethernet
Ces dernières années, Endress+Hauser a investi dans l’implémentation du
protocole de communication Ethernet/IP pour ses instruments de mesure,
leur offrant la possibilité de s’intégrer de manière transparente dans un
système d’automatisation.

Standardization of milk Dans l’industrie alimentaire,


la gestion des processus au
moyen d’instruments fiables est
d’une importance cruciale pour
fresh milk assurer une qualité optimale.
standardized cream
standardized milk En outre, une vue d’ensemble
précise du flux de matière
et des stocks est nécessaire.
Grâce à l’utilisation des
EtherNet/IP protocoles industriels Ethernet,
l’utilisateur a accès à une
multitude de données dont
disposent par exemple, les
3
débitmètres massiques.
Une communication aisée de
ces données permet la prise de
2 décisions adéquates, tant au
4 niveau au niveau du contrôle
process (contrôle correct),
que sur le plan commercial,
l’utilisation optimale des
stocks, le contrôle qualité et
l’amélioration du rendement.
1
L’Ethernet industriel est donc
certainement un catalyseur pour
les applications Industrie 4.0.

L’Industrial Ethernet a été développé sons toutefois d’autres composants Comme vous pouvez le constater
afin de permettre le transport d’une et protocoles de communication. à la lecture de ce magazine,
grande quantité de données, sans être Endress+Hauser intègre de plus
confronté aux défis qui se posent avec Les composants doivent être adaptés à en plus de paramètres et de possibili-
les systèmes de bus de terrain clas- nos environnements de production tés de diagnostic, de gestion d’étalon-
siques. Un autre atout important au (il suffit de penser à la température, nage et de surveillance conditionnelle
niveau du système est la création d’un l’humidité, et les compatibilités EMC). dans ses appareils. Il paraît donc
environnement de programmation évident que nous occupions une
simplifié et ouvert. Pour la communication, nous appli- position primordiale dans l’application
quons d’autres protocoles afin de des protocoles industriels Ethernet.
L’Industrial Ethernet utilise la répondre aux exigences de l’auto- Actuellement, nous sommes le seul
même logique de réseau que celle matisation des processus. Ici, fabricant d’instruments proposant une
de l’Ethernet TCP/IP. Il s’agit de la nous pensons par exemple à la néces- connexion Ethernet IP directe sur nos
technologie de réseau sur laquelle sité de la connectivité en temps réel. appareils multi paramètres à 4 fils (les
la majeure partie de nos réseaux de Cette logique est différente de celle débitmètres massiques, par ex.). Le
bureau et domestiques reposent. En du réseau Ethernet classique. réseau « Profinet » sera également
effet, dans nos environnements de intégré dans un futur proche.
production, nous sommes confrontés Au cours de ces dernières années, dif-
à un certain nombre d’exigences, tant férents protocoles industriels Ethernet En outre, Endress+Hauser est toujours
en termes de contraintes physiques ont été lancés sur le marché, tous avec prêt à aider ses clients lors de la concep-
que dans le domaine de la communi- à l’esprit un environnement de pro- tion de leur réseau numérique de com-
cation. duction spécifique. Pour le processus munication. Nous vous garantissons que
industriel, les principaux protocoles vous obtiendrez le plus haut rendement
Bien que physiquement, cela concerne sont : Ethernet IP, Modbus TCP/IP et possible de vos investissements. Et ceci,
la même infrastructure de réseau PROFINET. indépendamment de la marque ou du
(couche physique) que dans notre type de la plate-forme d’automatisation
environnement de bureau, nous utili- que vous aurez choisie.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 19

Comment évoluer progressivement vers


la « Factory of the Future » ?
Fieldgate/Asset Monitor SFG500 : le point d’accès central pour la surveillance
et la configuration des appareils HART et PROFIBUS.

Tous les instruments de mesure facilité d’intégration au réseau. Avantages


d’Endress+Hauser, mais également Moniteur de bus PROFIBUS, le • Intégration dans un réseau
les valves et les variateurs p. ex., sont Fieldgate SFG500 détermine les PROFIBUS via détection automatique
développés pour pouvoir assurer des paramètres bus adaptés et s’intègre et configuration des paramètres du
diagnostics complets. ensuite automatiquement comme bus.
maître de classe 2 du réseau • Server web intégré avec notification
Ils peuvent ainsi signaler tout problème PROFIBUS. De cette façon, il vous est web et e-mail.
éventuel ou besoins de maintenance possible d’accéder aux informations de • Support PROFIBUS DP/PA Links,
avant même qu’ils ne se manifestent. diagnostic sans même faire appel à la Couplers, Gateways et E/S déportés
Il est ensuite possible de planifier un structure d’automatisation existante. HART transparent.
entretien sur base de cette information, • Maintenance conditionnelle
ce qui limite les risques d’arrêt soudain Contrôle continu de la santé des (Condition Monitoring) conforme
de l’installation et les coûts en entre- appareils HART et PROFIBUS à la norme NAMUR NE107, sur les
tien préventif. Le Fieldgate SFG500 génère instruments HART et PROFIBUS avec
automatiquement une liste à jour des fonction « Asset Monitor » en option.
Point d’accès central par excellence appareils connectés par le passage de
Le Fieldgate / Asset Monitor l’information à travers les modules
SFG500 d’Endress+Hauser est un PROFIBUS DP/PA Links (p. ex. Siemens
composant système permettant DP/PA Link IM153-2) et les modules
un accès indépendant à un réseau d’E/S déportés HART transparent (p.
PROFIBUS. Il comporte pour avantage ex. ABB S900, Siemens ET200M/
de simplifier considérablement l’accès ET200iSP, STAHL IS1/IS1+ et TURCK
aux informations de diagnostic. excom).
Le Fieldgate SFG500 est le point
d’accès central par excellence pour Grâce à la fonction en option « Asset
la surveillance et la configuration Monitor », il est possible de contrôler
des appareils HART et PROFIBUS. De en continu la santé des appareils HART
plus, il est totalement indépendant du et PROFIBUS, conformément à la
système de gestion de process. norme NAMUR NE107. L’historique
des instruments est sauvegardé en
Facilité d’intégration au réseau interne et l’utilisateur en est informé
PROFIBUS par mail, selon la configuration.
Un autre avantage qui fait la
particularité de cet appareil est sa
20 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Les valeurs secondaires des instruments de


mesure génèrent une solution intelligente

L’instrumentation de process : une source essentielle de données


multiparamètres pour économiser des coûts intelligemment.
Réduction des coûts grâce à une surveillance des refoulement et différentielle. Ces paramètres permettent
pompes via une communication multiparamètres d’ajuster le fonctionnement de la pompe dans la bonne
Une pompe centrifuge subit plus d’usure lorsqu’elle s’écarte direction.
de son point de fonctionnement optimal. Ce point de
fonctionnement se situe typiquement à 85% de la pres- Une solution intelligente grâce aux valeurs secondaires
sion différentielle maximale. En veillant à ce qu’elle reste de l’instrument
toujours dans sa plage de fonctionnement, la pompe sera Le capteur de pression différentielle FMD71/72
plus performante, génèrera moins de vibrations et sera plus d’Endress+Hauser enregistre simultanément ces trois
silencieuse et dès lors moins sujette à l’usure. paramètres et les communique à la télégestion en un seul
signal. La communication numérique se fait en HART.
Augmenter la durée de vie de la pompe Outre les valeurs primaires, d’autres paramètres peuvent
Si on met en place une surveillance continue de la perfor- être communiqués comme la température instantanée des
mance de la pompe, celle-ci peut être ajustée et ramenée capteurs, l’état de l’électronique, une alarme éventuelle
à son point de fonctionnement optimal. Une méthode ainsi que, dans le cas d’une cellule céramique, la détection
très simple consiste à mesurer la pression d’aspiration, de d’une rupture.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 21

Connexion au monde digital


Implémentation réussie de la solution
Industrie 4.0 pour la surveillance en temps
réel des stations d’analyse d’eau
Grâce à sa solution Business Process Integration Component, Endress+Hauser
bouleverse l’univers Industrie 4.0 en jetant un pont entre le contrôle
de process et le monde digital des processus d’exploitation. Suite à
l’implémentation réussie de ce logiciel de surveillance en temps réel des
stations d’analyse d’eau, Endress+Hauser s’est vu décerner le prix ‘One of the
100 Places for Industrie 4.0’ par l’Allianz Industrie 4.0 allemande.

La solution logicielle Big Data d’Endress+Hauser


remporte le prix de l’innovation
L’Allianz Industrie 4.0 est un réseau créé par l’État du
Bade-Württemberg pour rassembler les connaissances et
les ressources sur la production, l’information et la techno-
logie de communication dans le but d’apporter une aide aux
entreprises dans leurs processus de transformation digitale.
Le concours ‘100 Places for Industrie 4.0’ récompense les
solutions de digitalisation innovantes dans l’industrie. Au
troisième tour de la compétition, 21 entreprises se sont dis-
tinguées pour l’implémentation réussie d’Industrie 4.0 dans
la pratique journalière. Endress+Hauser a été récompensé
pour sa solution logicielle ‘Business Process Integration
Component’. pilotage selon le temps et/ou l’événement et sauvegarde
tout cela dans une base de données. La solution peut dès
Cette solution logicielle ouvre et organise l’utilisation, la lors être aisément intégrée dans les systèmes existants. Le
collecte, la sauvegarde et la visualisation des données. L’ap- gestionnaire de l’installation dispose d’un aperçu complet
plication délivre des données de solutions et de branches de tous les process de production et peut les piloter en
interdisciplinaires provenant d’installations industrielles au temps réel. Les processus d’exploitation pilotés (en aval)
logiciel d’exploitation plus loin dans le process. Les données peuvent être optimalisés et automatisés avec cette infor-
atteignent ainsi rapidement l’endroit où elles sont néces- mation. Un autre avantage est que le logiciel peut être
saires. aisément étendu. Des fonctions supplémentaires peuvent
être ajoutées sous la forme d’extensions d’application, les
Toutes les données de mesure et d’état des instruments fameux plug-ins.
sont rassemblées et communiquées via OPC UA
Les données issues de divers process sont souvent Une distinction qui inspire
dispersées sur leurs ilots d’automatisation respectifs Le gestionnaire du parc chimique est satisfait de la
et parfois difficilement globalisables. Avec le nouveau solution Business Process Integration Component
logiciel d’Endress+Hauser, il est désormais possible de les d’Endress+Hauser. Les dysfonctionnements éventuels
connecter automatiquement au système d’exploitation de peuvent désormais être identifiés et pris en charge avant
l’information supérieur. Le transfert des données du terrain qu’ils ne surviennent.
a lieu via la norme de communication OPC UA. Toutes les Andreas Buchdunger, responsable de l’intégration des
données de mesure et d’état peuvent être intégrées par process d’exploitation chez le prestataire de service infor-
un serveur OPC UA existant via la solution Integration matique Endress+Hauser InfoServe, est ravi : « Le plus
Component, indépendamment du fabricant. important pour nous, c’est d’avoir des clients satisfaits. Le
Dès qu’un nouvel appareil est intégré, le logiciel Business fait que le logiciel soit distingué par Allianz Industrie 4.0
Process Integration Component demande les données, le est une reconnaissance fantastique de notre produit. »
22 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Le protocole de communication Machine-à-Machine OPC UA


La pierre angulaire de l’Industrie 4.0

OPC UA, le nouveau protocole de communication développé par OPC Founda-


tion, rassemble toutes les formes OPC existantes et simplifie drastiquement
la méthode de communication sous-jacente. OPC UA est considéré comme la
pierre angulaire du développement d’applications Industrie 4.0.
OPC, qui signifiait initialement OLE for Process Control Formes OPC traditionnelles
avant de devenir Open Platform Communications, est une • OPC DA (Data Access) a été développé pour communi-
norme de communication Machine-à-Machine dans les quer des données en temps réel dans un environnement
applications d’automatisation. La communication a typi- client-serveur : une valeur, une qualité de mesure et un
quement lieu entre un client (une application hôte comme horodatage.
un logiciel SCADA ou une base de données historique) et • OPC HDA (Historical Data Access) permet aussi à l’utili-
un serveur (par exemple un instrument de mesure). La sateur de communiquer des valeurs historiques (bases de
technologie permet d’alimenter plusieurs clients en don- données).
nées à partir d’un instrument. • OPC AE était la norme de communication pour les
alarmes et les événements.
« Une interface idéale pour partager des données à travers
des réseaux complexes indépendamment de la plateforme. »

Les applications OPC traditionnelles étaient entièrement OPC UA


basées sur Windows DCOM. Cela signifiait que la commu- L’avènement d’OPC UA (Unified Architecture) a apporté des
nication entre différents postes Windows était possible à améliorations significatives dans la logique reprise ci-des-
condition que les ports utiles étaient ouverts (y compris dans sus. La technologie de communication n’est plus basée sur
les pare-feux) pour établir cette communication. Dans la pra- Windows DCOM mais peut être fondée sur Microsoft .NET,
tique, la mise en œuvre correcte de tous les paramètres dans Java ou C. La technologie n’est plus liée aux plateformes
un système nécessitait une main d’œuvre intensive. Windows, les difficultés rencontrées dans les paramètres
DCOM peuvent être contournées et une communication
sécurisée est dès lors garantie.

OPC UA reprend les trois normes reprises ci-dessus. De


plus, la communication basée sur l’objet permet d’appliquer
des technologies comme XML et les services web.
Dès lors, OPC UA représente une interface idéale pour
(indépendamment de la plateforme mais aussi de manière
très distribuée et sûre) partager des données à travers des
réseaux complexes. De plus, des interfaces sont prévues
pour une intégration au niveau MES et ERP. Tout ceci fait
d’OPC UA la pierre angulaire du développement d’applica-
tions Industrie 4.0.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 23

Micropilot ES et LevelFlex ES
La nouvelle norme en matière de technologie radar

Micropilot ES (Evolutie Serie)


Prêt pour l’Industrie 4.0
Parés pour le futur, avec
notre famille « Time-of-Flight »
«Evolution Serie ».
Nos radars à ondes libres et filoguidés
sont prêts pour le futur ! Grâce aux
moyens de communication modernes,
nos mesures de niveaux peuvent être
joignables à travers le monde entier. Nos
instruments sont équipés en standard
d’un dispositif d’autodiagnostic. Il en
résulte une génération plus rapide de
messages d’erreur, conformément à
la NE107. Des données précises et
un autodiagnostic fiable rendront vos
processus de production à la fois plus LevelFlex ES
efficaces et productifs.

Caractéristiques spécifiques
• Plus efficace
• Concept de commande simple,
basé sur des menus, qui permet
d’économiser des coûts en termes
de formation, maintenance et
d’utilisation.
• HistoROM™ : sauvegarde des
paramètres et valeurs de mesures.
• Intégration aisée dans des systèmes
de contrôle et de gestion existants.
• Diagnostic exact des instruments et
du processus.

• Plus précis
• Traitement du signal par des
algorithmes dynamiques, assurant
la mesure la plus précise (± 2 mm).
• MULTI-ECHO TRACKING pour la
suppression des échos parasites.
• Logiciel FieldCare pour une
configuration simple et conviviale.

• Plus sûr
• Matériel et logiciel développés selon
IEC61508 (jusqu’à SIL3).
• Essai fonctionnel rapide depuis la
salle de contrôle.
• Intégration des standards
industriels.
• Tous les agréments ATEX.
24 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

IIoT et sécurité des données


L’ « Industrial Internet of Things »
est-il vraiment sûr ?

L’Internet des Objets et l’utilisation du cloud sont en plein essor, même dans
les applications industrielles. Néanmoins, les produits, les solutions et les
services basés sur l’Internet doivent répondre à de nombreuses questions,
notamment dans le domaine de la sécurité des données. A quel point la
sauvegarde des données sur internet est-elle sûre ?
Dans les médias, on peut régulièrement lire des articles sur Certification
la vulnérabilité des plateformes médias et leurs attaques. Suivre les normes et les recommandations est un aspect.
Les applications basées sur l’Internet sont une cible de Nous devons aussi prouver que les mesures ont été prises.
choix pour les hackers qui, mal intentionnés ou pas, s’at- Endress+Hauser fait ici appel à des organismes de certifi-
taquent aux faiblesses des systèmes IT. Un grand nombre
d’organisations ont entretemps déployé des solutions de « Lors du développement de produits, nous
cybersécurité et il existe de nombreuses directives pour
assurer une sécurité maximale des données.
tenons toujours compte de l’aspect sécurité »
Endress+Hauser se base notamment sur trois fondements
pour la sécurité des données. cation comme TÜV Süd ou Eurocloud, qui appliquent bon
nombre de règles, d’audits et de certificats vérifiables pour
• Une contribution importante aux exigences de sécurité veiller à ce que la sécurité et l’intégrité des données soient
des solutions IIoT est l’ISO 27001 « Technologies de garanties. Ceci doit permettre de mettre l’utilisateur en
l’information – Techniques de sécurité ». Cette norme confiance pour partager les données avec les services IIoT.
décrit des mesures et traite divers aspects, du niveau
management jusqu’au niveau opérationnel. Comme la sécurité des données est un thème actuel qui
• En outre, il y a la norme mondiale ISA/IEC 62443 sur la évolue en permanence, il faut continuer à y accorder de
sécurité des systèmes d’automatisation et de contrôle l’attention. Par conséquent, lors du développement et
industriels. Elle propose des mécanismes pour améliorer l’innovation de produit, nous tenons toujours compte de
la sécurité digitale des processus et des environnements l’aspect sécurité et de nouvelles certifications sont délivrées
SCADA. Historiquement, cette norme est dérivée de la régulièrement.
série ISO 27000.
• L’Agence Européenne chargée de la sécurité des réseaux En soi, un IIoT sûr n’existe pas. Bien que des fabricants
de l’information (ENISA) est un centre d’expertise pour comme Endress+Hauser y accordent une grande attention
la cybersécurité en Europe. L’agence travaille en étroite et du temps, l’utilisateur doit aussi s’y intéresser et avoir
collaboration avec les Etats membres et le secteur privé une attitude saine et prudente. Cela contribuera à créer des
et propose des conseils pratiques, des directives et des solutions sûres et durables.
solutions.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 25

Liquiline CM44x
Contrôleur d’analyse multiparamètres

Prêt pour l’Industrie 4.0 ! D


x6
PS
o xC
ed
Le contrôleur dispose d’une ph
+r
D•
communication Ethernet et d’un C PS
x1
e
serveur Web intégré, ce qui permet v err
pH
de régler entièrement le contrôleur
1D
au moyen d’un navigateur Internet C PS
4x
ET
standard. pH
IsF

Vous obtenez automatiquement CP


Sx
2D
ox
toutes les valeurs souhaitées et les red
c ti
ve
du Liquiline CM448R
informations digitales des capteurs de
c on
tho 16D
connectés sur l’Ethernet pour la t
mé LS
é : 5D, C
i
maintenance, la planification de la nd
tiv
uc , CLS
1
co S21D tiv
e
maintenance et l’analyse historique. C L
ind
uc
e
od
éth
:m
iv ité 54 D
t
uc LS
nd , C
Caractéristiques
co S50 D
CL

spécifiques
D
S 51
CO
O 2

iq ue D
étr S 22
rom CO
• De 1 à 8 canaux am

tri
ell
es
us
ind
ns
tio
ca
• Adapté pour plusieurs paramètres ap
p li
O2
dans chaque combinaison. am
p.

• Archivage de 8 journaux de bord


avec 120 000 valeurs de mesures. 14
2D
S
CC
re
e lib
• Communication à la pointe de ch
lor

la technologie : HART 7, Profibus Liquiline CM44x


DP, Modbus RS485, Modbus TCP,
TCP/IP.

• Communication digitale pouvant


être combinée à une sortie
analogique.

• Memobase Plus permet de calibrer


hors ligne les capteurs Memosens,
d’établir et de conserver des rap-
ports dans une base de données
centralisée.

Memobase Plus
26 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Précision dans la gestion des stocks avec


l’architecture IIoT

“Om de gewenste nauwkeurigheid te bereiken moet de calculatie


zo dicht mogelijk bij het instrument gebeuren.”

Mesurer et gérer précisément les stocks et les flux de produits est essentiel
pour assurer et améliorer l’efficacité des process, mais aussi pour éviter
les pertes non comptabilisées. Un projet récent d’Endress+Hauser dans
l’industrie alimentaire y est ainsi parvenu grâce à une architecture qui cadre
parfaitement avec la vision actuelle de l’ « Industrial Internet of Things ».

Cette entreprise qui fabrique des ingrédients pour l’indus- leur transfert aux bonnes parties. Ceci générait énormé-
trie alimentaire a comme mot-clé la transparence. Celle-ci ment de travail et une grande imprécision.
souhaitait obtenir un meilleur aperçu des stocks actuels et • Suite à l’absence d’une référence normalisée, donc en ne
des mouvements de produits tout au long de la production tenant pas compte de toutes les influences physiques de
et de la logistique. Un des objectifs était aussi d’éviter les densité des produits, de sérieux écarts entre les valeurs
unaccounted losses (des pertes ne pouvant pas être direc- calculées et la réalité apparaissaient. Un exemple concret :
tement comptabilisées et pouvant être à l’origine de vols ou sur une valeur de stock de 1.500.000 tonnes, un écart de
d’erreurs comptables). De plus, il fallait améliorer l’effica- température de 1°C donnait une imprécision financière de
cité au niveau du stockage et du transport. pas moins de 900.000 euros par an.

Via des workshops et des audits sur site avec des collabora- Inventory Control System
teurs de l’entreprise et des spécialistes d’Endress+Hauser, Endress+Hauser possède une grande expertise dans la
plusieurs améliorations éventuelles ont été avancées. consultance et l’aide aux entreprises pour accroître leur ef-
ficacité. Un des points de départ est la mise en œuvre d’un
• Bien que des mesures et des systèmes de contrôle de pro- calcul de référence normalisé (volume, masse ou les deux).
cess aient été présents sur le site, il y avait encore assez Pour atteindre la précision souhaitée, il est primordial de
bien de travail manuel pour la collecte des données et mesurer avec une grande précision mais aussi de réaliser le
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 27

calcul le plus près possible de l’instrument. Des débitmètres • des applications dédicacées avec les bonnes données pour
massiques ou des systèmes de jaugeage des cuves automa- les utilisateurs spécifiques ;
tisés peuvent par exemple être mis en œuvre. • un aperçu local, à distance et multiple du site grâce aux
En outre, tant les valeurs calculées que mesurées doivent tableaux de bord KPI.

« L’automatisation du processus de chargement et de déchargement


des bateaux sera amorti dans un délai de deux ans. »
être directement intégrées, en toute transparence, dans un Pour cette application, Endress+Hauser a prévu un système
Inventory Control System. Il s’agit d’un complément au sys- de jaugeage automatique des cuves, un système de trans-
tème de contrôle de process qui possède une fonction spéci- fert de mesure et un réseau de données digitales. De plus,
fique propre. L’Inventory Control System a pour objectif de un centre d’hébergement de données a été réalisé avec
conserver la supervision des stocks et les mouvements de l’Inventory Control System et les interfaces vers le système
produits à travers différentes unités et sites de production. ERP existant. Le projet englobe l’ingénierie, la mise en ser-
Un accès direct pour toutes les parties concernées (direc- vice, la gestion du projet, la maintenance et la formation.
tion, finances, logistique, achats, etc.) et un système Inven-
tory Control central offre les avantages suivants : Degré d’utilisation des actifs logistiques
La gestion des stocks automatisée génère une plus grande
• un aperçu clair des stocks et des mouvements de produits ; sécurité financière et veille à l’optimalisation du degré
• une transparence garantie, ce qui simplifie la collabora- d’utilisation des actifs logistiques comme les cuves, les
tion entre les parties impliquées ; bateaux et les quais de chargement et de déchargement.
• La détection immédiate et automatique d’anomalies et la L’audit sur site chez l’entreprise a montré que l’automa-
génération de rapports. tisation du processus de chargement et de déchargement
des bateaux sera amortie dans un délai de deux ans. Parmi
Architecture de l’« Industrial Internet of Things » les facteurs d’économie potentiels, on peut citer l’économie
L’architecture déployée dans le cadre de cette application de main d’œuvre, le gain de temps des bateaux (coût de
comporte plusieurs niveaux qui sont propres au concept surestarie) et bien entendu la réduction significative des
« Industrial Internet of Things » : coûts causés par des données de stock peu précises. Le fait
• un réseau de capteurs intelligent ; que les bateaux puissent être chargés 20% plus rapidement
• une communication directe et numérique avec ces offre aussi une disponibilité supérieure de l’installation,
capteurs ; et l’histoire se répète avec le système de chargement des
camions.

Un système de mesure plus précis, une architecture adaptée


et des systèmes pour la transmission de toutes les données
de mesure aux bonnes personnes de manière non équi-
voque, permet à l’entreprise d’accéder à la transparence
nécessaire à la bonne gestion et sans erreurs de ses stocks
et de ses flux de produits.
28 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Un réseau de capteurs sans fil qui


supporte l’optimalisation des stocks
Un fabricant de chocolat belge faisait face à un véritable défi quant à la
gestion de ses matières premières. Une analyse approfondie nous a permis de
constater que leur technique de gestion des stocks n’était plus suffisamment
précise.
Audit
WirelessHart: une Le client a invité Endress+Hauser à effectuer un audit. Cet audit
technologie sans fil comprenait l’inventarisation des instruments de mesure installés
très souple qui fournit et des systèmes utilisés. De plus, les méthodes de travail relatives
de façon simple au transfert des informations de stock depuis l’atelier de production,
toutes les données jusqu’aux systèmes ERP ont également été examinées. À la suite
importantes. de cet audit, Endress+Hauser a fait la proposition suivante :

• une solution pour le « problème de mesurage »,

• une solution intégrée pour une meilleure gestion des stocks ;

• une proposition de méthodes alternatives de travail,


utilisant la solution intégrée.

Les améliorations potentielles ont été décrites à la fin de cet audit,


dans un document de processus. L’audit était fondé sur système
« AS- IS » et sur les méthodes de travail ‘actuelles’. En outre, lors de
l’audit et conjointement avec le client, des scénarios « TO BE » ont
été discutés et des propositions ont été faites. L’audit ‘installed base’
concernant l’instrumentation a été documenté et proposé dans le
portail W@M Endress+Hauser.
Après un premier entretien, il est apparu
que le relevé des données au niveau de
la production s’exprimait en pourcentage
du remplissage des silos. Par la suite,
tout autre traîtement de ces données des
stocks, par exemple pour la planification
de production et la gestion des matières,
mais aussi pour le traitement financier, se
faisait en masse, avec le kilo pour unité.
En outre, une étude ultérieure a encore
mis en exergue, un autre point important :
les données de stock indispensables
n’étaient pas intégrées dans une structure
globale de données. Il était clairement
question « d’îlots de données ».

Ce phénomène a entraîné un nombre


important d’opérations manuelles
concernant le traitement des données et
une imprécision des informations de stock
transmises aux différents départements.
Une autre conséquence qui en découle
était un manque de certitude quant à la
consommation réelle de matières par lot
de production (batch).
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 29

d’autres applications professionnelles qui nécessitent ces


informations de stock en « temps réel ».
L’intégration totale dans SAP se fait lors d’une étape
suivante. En conséquence, les opérations manuelles sont
réduites au minimum.

Industrie 4.0
Cette application comprend un certain nombre d’éléments
Industrie 4.0. Après analyse, il est apparu que le problème
du client n’était pas directement lié à un problème
d’automatisation. Cette dernière était bien organisée et sous
contrôle. Il ne fallait pas rechercher une solution de contrôle
de processus. La solution résidait dans une meilleure gestion
des données de stock, permettant ainsi un accès plus
transparent au sein de la société. En outre, l’exactitude
et la cohérence devaient être améliorées.

Solution Endress+Hauser Endress+Hauser a rendu les capteurs « intelligents ». Le


Dans un premier temps, toutes les mesures de niveaux ont niveau mesuré dans le silo est directement converti en masse
été converties et étalonnées en masse. L’instrumentation a par l’instrument de mesure. Ces données sont envoyées,
été équipée avec des Adaptateurs WirelessHart SWA70 et par le biais du réseau sans fil, vers une application qui les
Fieldgates SWG70. convertit en informations pertinentes.

Ce réseau de données sans fil a pour avantage de pouvoir La plus-value financière pour le client :
être ajouté, rapidement et sans risque, à l’infrastructure
d’automatisation existante. • des économies significatives en réduisant le traitement
manuel des données de stock,
L’information du contenu de chaque silo est transmis, par le
biais d’un réseau sans fil industriel, vers SupplyCare. Il s’agit • a possibilité d’optimiser les recettes et de réduire la
d’un logiciel Endress+Hauser, développé spécifiquement quantité de déchets,
pour une gestion efficace des stocks. Grâce à SupplyCare,
toutes les données de stock peuvent être visualisées et • moins de livraisons d’urgence, grâce à une meilleure vue
sauvegardées par silo. Ainsi, chaque département au sein de d’ensemble de la consommation des matières premières,
l’organisation a accès aux mêmes données. En outre, cette
plate-forme constitue la base de l’intégration avec • une meilleure affectation des coûts des matières
premières utilisées par lots de produits finis.
30 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Tournez-vous vers l’avenir !

Simplifiez la complexité, réduisez les coûts et renforcez la sécurité grâce


au premier concept standardisé à deux fils pour le débit et le niveau.

Le nouveau concept standardisé à deux fils pour le débit et le


niveau d’Endress+Hauser place la barre très haut !

Parfaitement standardisé
• Configuration intuitive et standardisée

Avec notre concept de


configuration uniforme
(HMI, structure de
menu, dénomination des
paramètres, interface de
service,…), vous économisez
des frais de formation et
de maintenance, tout en
renforçant la sécurité.

• Concept modulaire pour les pièces et composants



Grâce à l’interchangeabilité des composants (électronique,


modules E/S et affichage), vous augmentez la disponibilité
de votre installation et économisez sur les pièces de
L’industrie de process impose des exigences toujours plus rechange.
élevées aux systèmes de contrôle :
• Intégration sans fil – Industrie 4.0
• les systèmes sont constamment plus puissants et plus
flexibles. Ils doivent s’adapter à un éventail de plus en plus L’introduction des nouvelles technologies de communica-
large d’applications de mesure et de régulation etc. avec tion permet d’estomper les frontières entre le terrain et les
des coûts d’exploitation les plus bas possibles ; différents niveaux du réseau.
• les exigences quant à la sécurité opérationnelle, la
fiabilité et la disponibilité des installations de production Les instruments de mesure intelligents livrent des
s’accroissent ; informations complémentaires sur eux-mêmes et sur
• la complexité pour l’utilisateur augmente en raison de la le statut du process, permettant ainsi d’accroître la
diversité des systèmes de mesure et de l’étendue de l’offre disponibilité de la production.
sur le marché.
En tant que fournisseur de premier plan de technologie
Le défi pour Endress+Hauser ? Maximiser la disponibilité de bus de terrain, Endress+Hauser assure une intégration
des équipements de mesure et améliorer la sécurité aisée de vos instruments de mesure dans le réseau.
opérationnelle en limitant la complexité pour l’utilisateur.
C’est la raison pour laquelle nous passons à une uniformité Le nouveau concept deux fils garantit l’interopérabilité
et une standardisation. fonctionnelle des instruments de mesure.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 31

Diagnostic précis « Un concept ATEX uniforme réduit les


coûts et la complexité. Il garantit le plus
• Diagnostic selon NE107
haut niveau de sécurité avec une flexibilité
La tendance dans l’exploitation et la maintenance optimale, lors du remplacement des
industrielle va dans le sens de la maintenance préventive. pièces de rechange. »
La norme NE107, NAMUR (Standardization Committee
for Measurement and Control in chemical and
petrochemical industries) définit les exigences de base
pour l’autocontrôle et le diagnostic des équipements de • Fonctionnement sûr et fiable de
terrain. l’installation (SIL)
Nos instruments mettent à disposition des informations
quant à leur état. Ainsi l’utilisateur, le personnel de L’objectif des « dispositifs de sécurité » est de
maintenance ou le système de contrôle peuvent prendre ramener le risque lié aux installations et au
les mesures adaptées. process de production à un niveau raisonnable.
Les nouveaux instruments de mesure à deux fils pour
le débit et le niveau ont été développés selon la toute
dernière version des exigences IEC 61508 et sont dès lors
adaptés à une utilisation dans des systèmes de sécurité
Intégrée.

« Lorsqu’il est question d’installations


sûres et fiables, aucun compromis
n’est possible. »

Simply unforgettable - HistoROM™


L’HistoROM™ est une base fondatrice de
l’intelligence de nos instruments. Outre une gestion flexible
des données de configuration, l’ « HistoROM™ » assure
« Un diagnostic rapide des défauts, la sauvegarde cyclique d’un maximum de 1000 données
en conformité avec la NE107, mesurées.
prévient ou réduit les temps d’arrêt
indésirables. » « La sauvegarde automatique des
données et des paramètres de
configuration, assure le remplacement aisé
La sécurité avant tout ! de l’électronique sans recalibration. »
• Concept à deux fils attractif,
disponible en Ex-ia
Au cours de ces dernières décennies,
la technologie à deux fils a révolution- Utilisation des standards industriels
né le monde de l’instrumentation.
À la fois orienté vers le futur et uniforme, le nouveau concept
Grâce au développement de composants électroniques deux fils d’Endress+Hauser répond à toutes les normes indus-
basse énergie, la technologie deux fils a trouvé sa place trielles et les recommandations en vigueur.
dans de nombreux systèmes de mesure.
Cette technologie offre également de précieux avantages
par rapport aux instruments à quatre fils :
« Le respect des normes industrielles
• sécurité intrinsèque pour un niveau élevé de sécurité garantit une sécurité d’exploitation
opérationnelle, élevée, une haute fiabilité et une
disponibilité maximale de l’installation. »
• intégration et installation simples et rentables,

• utilisation de l’infrastructure existante.


32 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Industrie 4.0
Quels sont les véritables changements ?

Oui, je suis un homme du marketing mais j’ai un bagage technique et je suis


curieux de nature. Cet article reflète donc une partie de ma quête exploratoire
pour apporter un peu de clarté et de compréhension quant à ce fameux
concept Industrie 4.0. Je ne m’intéresse pas spécialement aux bits et aux
bytes. Je suis plutôt à la recherche de réponses, d’explications et de concret.
S’agit-il de nouveaux slogans en marketing sur ce que nous savions (et
faisions) déjà ou règne-t-il un vent changement ? Et si tel est le cas, à quels
niveaux ? Vous me suivez ? Bienvenue à bord !
J’ai terminé mes études en 1981 en tant qu’ingénieur Quels sont les véritables changements ?
industriel en électronique. Mon travail de fin d’études traitait On parle de 4e révolution industrielle. Et comme d’habi-
d’électronique digitale et de son utilisation dans l’automati- tude, ce n’est pas une ‘R’évolution. Nous vivons une
sation industrielle. Cela fait donc quelques années que je suis évolution permanente, qui avance d’un pas, ici et là. Voilà
dans le bain. C’est au début des pourquoi il est parfois difficile
années ’80 que j’ai programmé « Pourquoi – anno 2017 – parle-t-on de détecter le changement. La
pour la toute première fois le différence aujourd’hui, c’est
soudainement de numérisation,
premier PLC digital (un Modicon que l’évolution dont nous
884 !) à l’aide d’une PC portable d’informatisation et d’Internet ? vivons la phase initiale porte
équipé d’un logiciel de program- Cela existait déjà avant, non ? » un nom concret. Avant sa nais-
mation pour PLC… une technolo- sance, on parlait du ‘bébé’, qui
gie de pointe à l’époque ! par la suite, s’appelle ‘Louise’. Louise est aujourd’hui une
petite fille active de 3 ans aux cheveux blonds et aux yeux
Ensuite, je me suis intéressé aux systèmes DCS en 1986 bleus (dont je suis l’heureux grand-père…). Louise évolue
(Honeywell TDC3000 look-alikes) qui, à l’époque déjà, rapidement… vous comprendrez plus loin pourquoi je vous
échangeaient de l’information entre eux via Ethernet (avec raconte cela.
de l’appareillage DEC !). Au début des années ’90, j’ai fait
mes premiers pas sur Internet et le WWW. Vers les années Donner un nom peut amener l’idée (ou l’illusion ?) qu’il y
2000, je travaillais sur les grands réseaux digitaux à large a soudainement quelque chose de nouveau, à tort ou à rai-
bande à longue distance (avec les protocoles ATM et IP). son. Donner un nom ‘canalise’ les réflexions et les conver-
sations dans une direction. Dans le monde industriel, c’est
Pourquoi - anno 2017 – parle-t-on soudainement de digita- le nom populaire ‘Industrie 4.0’ qui a été avancé. La ZVEI,
lisation, d’informatisation, d’Internet of Things… et autres ? la plus grande fédération allemande des entreprises actives
Beaucoup de bruit concernant des notions qui existaient dans le secteur de l’industrie électronique, propose un autre
déjà ? des choses qui existaient déjà ? Est-ce là un nouveau nom : RAMI 4.0 pour ‘Reference Architecture Model for
jeu créatif en terme de marketing ? Industry 4.0’. Ce 4.0 réfère au fait qu’après 1) la mécanisa-
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 33

nouvelles exigences. De la flexibilité donc, et de manière


Reference Architectural Model Industrie 4.0 (RAMI 4.0)
automatisée, sans (trop d’) intervention humaine. Et le
lieu où se situent ces fonctions fondamentales (géo-
graphiquement ou par rapport à un système) n’est plus
pertinent car ce peut être partout.

3. Pourquoi faisons-nous tout cela finalement ? A quoi cela


va-t-il servir ? À répondre plus rapidement aux nouvelles
exigences fluctuantes, aux attentes, aux demandes du
marché en particulier, et finalement, à la société en
général.

Les marketeurs veulent atteindre chaque client potentiel


avec une expérience client unique. Il y a donc une demande
tion, 2) l’électrification et 3) l’automatisation du processus
croissante pour des produits uniques. Ceci conduit à des lots
manufacturier industriel, on aborde une quatrième étape.
de production plus petits, plus faciles à adapter aux attentes
Ce ‘Reference Architecture Model’ canalise les pensées et
individuelles des consommateurs, et consiste même parfois
les discussions pour les rassembler en un cadre de réflexion.
en des productions ‘d’une pièce’ fabriquée de manière
rentable à un prix compétitif. L’impression 3D est un autre
Si vous voulez vous débarrasser de cet appel marketing
thème industriel qui cadre avec cela.
populaire ‘Industrie 4.0’ et que vous recherchez de la
clarté, vous allez patauger. Le RAMI 4.0 de la ZVEI n’est
Par ailleurs, la société a de nouvelles attentes, voire des
rien d’autre qu’un premier ‘cadrage’ de l’idée. Intéressant
exigences envers nous. Un exemple pratique, mais dra-
mais en soi, ce document donne peu de vision pratique.
matique, est le besoin urgent d’un changement d’attitude
Il n’y a pas encore de ‘normes’ poussées. Les documents
écologique. Demandez donc l’avis des habitants de Pékin
disponibles par contre se révèlent être assez lourds et ils
qui traversent le smog chaque matin pour aller travailler.
soulèvent parfois d’autres questions. Je vous souhaite bon
Voilà une donnée qui dépasse largement une pure approche
courage !
de demande du marché !
Après avoir parcouru pas mal de littérature – tantôt perti-
nente, tantôt très creuse – j’en retire l’essentiel, en gardant
ceci à l’esprit : « Il y a 3 ‘fonctions fondamentales’
sous-jacentes qui évoluent aujourd’hui
1. Il y a 3 ‘fonctions fondamentales’ sous-jacentes qui évo- très rapidement. »
luent très rapidement aujourd’hui :
a. Connectivité & communication,
b. ‘Big Data’
« Des exigences nouvelles et fluctuantes, des attentes, des
c. Intelligence artificielle.
demandes », voilà à quoi nous - marketeurs et fabricants -
devons nous adapter pour survivre en tant qu’entreprise.
2. Ce sont les interactions entre ces 3 fonctions fondamen-
Comment réaliser cela ? Agoria, la fédération des entre-
tales qui vont conduire à une collaboration plus étroite
prises technologiques de Belgique a tenté d’y répondre via
entre – principalement – les processus de production
ce qu’elle appelle les ‘Transformations’. Mais ceci nous
et d’exploitation automatisés. Ces liens collaboratifs
éloignerait de cet article. Revenons à ces 3 fonctions
doivent par ailleurs être très rapidement adaptables aux
fondamentales et à leurs interactions.

Rêvons un peu…
Si ma voiture ne disposait pas d’un système de mesure et d’avertissement de perte de pression au niveau de mes
pneus, je tomberai un jour en panne à cause d’un pneu plat.
Si ma voiture dispose d’un tel système, alors pendant que je serai au bureau – c’est par analogie comme cela que je me
représente l’avenir – elle roulera d’elle-même jusqu’au point de service le plus proche pour faire regonfler ses pneus
par un robot grâce à l’information précise qui lui aura été communiquée (connectivité & communication – C&C !).
Les pneus seront regonflés selon les caractéristiques du modèle monté sur la voiture, les conditions météorologiques
(‘Big Data’ !) et mon comportement de conduite suivant les déplacements que je ferai bientôt. Ma voiture ‘connait’ les
déplacements car elle les a appris (intelligence artificielle !) sur base des derniers déplacements (domicile-travail) et a
accès à mon agenda (C&C et ‘Big Data’). Mardi prochain, je dois prendre l’autoroute pour me rendre à Bâle en Suisse, et
d’après le bulletin météo, il y fera plus froid de quelques degrés. Dès lors, la pression des pneus est calculée et ajustée
afin que mon voyage se déroule en toute sécurité et avec assez de carburant (le résultat final concret !).
Formidable, non :) !
34 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Industrie 4.0
Quels sont les véritables changements ? IIoT !

Dans cette série d’articles, Chris Durie, Marketing Manager, Endress+Hauser


BeLux, part à la quête des véritables changements inhérents au concept
« industrie 4.0 ». S’agit-il d’une nouvelle stratégie marketing bien tournée ?
Ou est-ce le signe d’un véritable changement ?
Dans cette seconde partie, Chris revient sur les possibilités évolutives de la
connectivité & communication.
Connectivité & Communication… via l’IIoT - (Industrial) Dans le contexte connectivité & communication, il est
Internet of Things important de garder 2 choses bien séparées :
En principe, l’Internet a fait son apparition dans les années
’70 en tant qu’interconnexion (longue distance) entre les 1) La connectivité & communication du support ou réseau
réseaux locaux (LANs - ‘Local Area Networks’). D’un point sous-jacent. Dans les termes Industrie 4.0, on parle
de vue pratique, on peut le percevoir comme une intercon- souvent de ‘Industrial Internet of Things’ (IIoT).
nexion entre des ordinateurs, par ex. votre laptop à la mai-
son et un serveur web aux USA. Peu à peu, ces ‘ordinateurs’ 2) Les possibilités de connectivité & communication de ces
sous forme miniaturisée ont été intégrés dans des ‘objets’. ‘objets’ qui sont connectées à IIoT. La communication a
toujours lieu avec au moins 2 parties… mais comment
Le réfrigérateur parlant qui passe commande chez Colruyt, se trouvent-elles ? Comment vont-elles faire pour se
par exemple ! Au garage Audi, un ‘petit bac’ est connecté à comprendre ? Quid si elles ne se comprennent pas (plus),
mon véhicule, mais l’intelligence de diagnostic avec laquelle ou si une erreur se produit ? Et si elles détectent une
il communique se trouve au quartier général d’Audi à tentative de hacking ?
Ingolstadt en Allemagne.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 35

Pour le point 1) il existe en principe des solutions qui sont appareil connecté ou le mettre en court-circuit, réaliser
mises à disposition via les technologies de communica- un test de connectivité basique sur des contacts corrodés,
tions actuelles. Pensez à Ethernet, IP (Internet Protocol), par ex. Un ‘objet’ garde aussi son propre cycle de vie et ses
OPC-UA, wireless (lisez les articles sur ces thèmes dans ce informations d’état (une intervention humaine a-t-elle eu
guide). Le réacheminement du réseau, les algorithmes de lieu et par qui ? Y a-t-il une corrosion sur les terminaux ?),
cryptage pour la sécurité, etc., sont aussi des techniques son propre manuel, sa liste des pièces, etc.
connues. Pour le point 2), on pourrait penser aux modules
Mais ces ‘objets’ peuvent aussi être : des machines com-
plètes, des skids ou des installations de production, des
« Les ‘objets’ seront très variées et modules et des pièces au sein des mêmes machines, des
communiqueront entre eux de manière robots, des véhicules (autoguidés ou non), des instruments
très dynamique, très fréquente et très pour l’analyse labo, une station météorologique mais aussi
rapide via IIoT. » (si si !) des instruments de mesure de process. Il peut
s’agir d’un hardware ou d’un software. Un emplacement de
palette spécifique dans un magasin automatique indiquera
logiciels Device Type Manager (DTM) actuels, mais alors de lui-même lorsqu’il sera vide ou s’il y a une palette… si
une version plus dynamique et puissante (l’’Administration c’est la bonne palette qui est rangée par le chariot auto-
Shell’ de l’’Industrie 4.0 Component’ en termes ZVEI). matique. Cet emplacement de palette mentionnera aussi
lorsqu’il sera hors d’usage et pourquoi : parce qu’un des
La connectivité et la communication ne seront plus limi- rails de support de palette est fissuré. La liste potentielle
tés par des restrictions géographiques, des limitations en des ‘objets’ est sans fin, à vous de l’imaginer !
largeur de bande de communication ou en performances
en temps réel. La largeur de bande est fournie par la fibre Ces ‘objets’ fonctionnent de manière relativement auto-
optique, et les fonctions Quality-of-Services veillent à la nome sur le réseau. Ils disposent de la fonctionnalité de
réservation de la largeur de bande et aux ressources de rechercher eux-mêmes leur(s) partenaire(s) de communica-
communication pour assurer les performances utiles en tion et de les trouver (dans ou hors de l’entreprise). Si leur
temps réel.
« Des ‘objets’ ? Qu’est-ce
Certes, tout ceci doit être correctement sécurisé au sein
d’une police « security & access » garantie, et ici aussi, des que cela pourrait bien être?
solutions sont disponibles aujourd’hui. Dans le contexte industriel, ZVEI traduit
cela plus concrètement par des
Sauf que ces ‘objets’ … seront un jour très variées. Dans le
“Industrie 4.0 Components. »
domaine industriel – c’est peut-être un exemple extrême
– le document ZVEI ‘The Industrie 4.0 Component’ parle
notamment de blocs terminaux intelligents ! Ces blocs ter- partenaire de communication primaire n’est pas disponible
minaux ‘savent’ quels sont les appareils qui sont connectés ou ne répond pas assez vite, ils vont en rechercher un
sur quels terminaux et qui peuvent communiquer cette autre, équivalent. Ils savent comment créer une connexion
information via leur connexion IoT (de quelque manière virtuelle (fiable) (sécurisée ou non), échanger des données
que ce soit) avec l’une au l’autre partie requérante. Il s’agi- rapidement et efficacement, etc., et le font très souvent et
rait aujourd’hui d’une gestion des actifs ou d’un système rapidement. On avance ici parfois le terme de ‘networked’
de maintenance. De plus, ces blocs terminaux intelligents manufacturing ou processing.
pourraient exécuter des fonctions comme : débrancher un

“When we talk about an Internet of things, it’s not just


putting RFID tags on some dumb thing so we smart
people know where that dumb thing is. It’s about embedding
intelligence so things become smarter and do more than they
were proposed to do.” - dixit Nicholas Negroponte, Technology Visionary.

Mentions des sources (pour cette série d’articles)


• “Digitaal innoveren buiten de bedrijfsmuren”, Ernst & Young, article paru dans De Tijd supplément “inzicht”, 18/11/2016.
• http://www. zvei.org/industrie40
• “Data centraal bij Industrie 4.0”, Y. De Groote, article paru dans VMT Food, 14/09/2016.
• https://industrial-iot.com/
• “A vision of Industry 4.0 from an artificial intelligence point of view”, Dopico M., Gomez A., De la Fuente D., Garcia N., Rosillo R., Puche J., Int’l Conference on Artificial Intelligence 2016.
36 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Industrie 4.0
Quels sont les véritables changements ? Le ‘Big Data’ !

Dans cette série d’articles, Chris Durie, Marketing Manager, Endress+Hauser


BeLux, recherche les vrais changements qui sont inhérents au concept
‘Industrie 4.0’. N’est-ce là qu’une nouvelle histoire de marketing bien
tournée, ou qu’est-ce qui va vraiment changer ?
Dans cette troisième partie, Chris revient sur les possibilités évolutives des
‘Big Data’.
Le ‘Big Data’ signifie beaucoup de données, bien plus tion physique ou de n’importe quel autre ‘objet’ physique.
qu’avant, et plus diversifiées et détaillées. L’origine de ces La présentation donc, la ‘modélisation’ du produit physique
données sera aussi très diverse. Dans le contexte manufac- ou de l’installation dans les systèmes IT que nous utilisons.
turier industriel, celles-ci consistent en : Au plus nous avons de données, au plus nous pouvons
établir et affiner ce ‘modèle’ avec précision.
• des valeurs de mesure du produit fabriqué (par ex. la com-
position ‘as-is’ éventuellement au moyen de techniques « Le ‘Big Data’ doit servir de base pour des
d’analyse avancées, la qualité des matières premières, leur analyses plus détaillées, des diagnostics
origine, les lots de production, les volumes, etc.)
• comment le produit est fabriqué (composition ‘should- d’erreur, des systèmes de maintenance et de
be’, recette de fabrication) commande prédictifs et plus adaptatifs,… »
• l’installation de production
• la chaîne logistique Pourquoi avons-nous besoin d’un tel modèle ? Parce qu’il
• la capacité à pouvoir paramétriser doit servir de base à des analyses plus précises, à des
• les données de surveillance conditionnelle diagnostics d’erreur plus fiables, à des simulations de
• les données périphériques, par ex. les conditions météo- conception et d’amélioration de meilleure qualité, à des
rologiques ambiantes pendant l’étape de production. systèmes de maintenance et de commande prédictifs et
• … je pourrais continuer comme cela pendant des heures. plus adaptatifs, à des systèmes de planification prédictifs et
adaptatifs, à l’optimalisation des processus d’exploitation et
Où avons-nous besoin d’autant de données ? Qu’allons-nous commerciaux, etc.
en faire ? Bonne question… Allons au fond des choses : à la Ces activités ne doivent pas nécessairement être réalisées
base, il s’agit d’affiner le ‘modèle informatif’ ou ‘la copie in- dans l’entreprise. L’échange de données avec des tiers
formative’ du produit physique, de l’installation de produc- spécialisés, est de plus en plus facile (et sûr). Celles-ci
convertissent les données en information utile. Et cela se
« Comment la société Endress+Hauser fera souvent de manière plus interactive que ce n’est le cas
appréhende-t-elle le ‘Big Data’ dans aujourd’hui. Lisez dans ce guide comment Endress+Hauser
l’industrie des process ? » propose de réaliser cela dans l’industrie de process.

Une réflexion : l’ingénierie logicielle pour les ‘Big Data’


Si vous connaissez un peu l’ingénierie logicielle Orienté Objet, vous ressentez de manière quasi intuitive que les ‘objets’
dans le logiciel OO pourraient être les supports de ces ‘modèles informatifs’, ou l’être eux-mêmes. De plus, ils sont
presque associables 1 à 1 avec les ‘objets’ physiques.
Il y a donc un lien très simple et clair entre l’’objet’ dans la réalité et la modélisation dans le logiciel. Cela rend le pro-
cessus de l’ingénierie logicielle dans le contexte d’Industrie 4.0 plus simple et plus efficient pendant le
développement, et plus simple et plus clair pendant le cycle de vie des recherches d’erreur, des mises à jour, etc.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 37

Industrie 4.0
Quels sont les véritables changements ? IA !

Dans cette série d’articles, Chris Durie, Marketing Manager, Endress+Hauser


BeLux, recherche les vrais changements qui sont inhérents au concept
‘Industrie 4.0’. N’est-ce là qu’une nouvelle histoire de marketing bien
tournée, ou qu’est-ce qui va vraiment changer ?
Dans cette quatrième partie, Chris revient sur les possibilités évolutives de
l’intelligence artificielle (IA).
L’intelligence artificielle ! Encore un mot à faire le buzz qui des vastes ‘Big Data’ étendues et diversifiées, nous avons
me fait penser à mes années ‘80-90 ! Dans la pratique, cela besoin des techniques IA pour les traiter.
se traduisait à l’époque par des petits logiciels relativement Une conséquence importante de la fonctionnalité IA est que
stand-alone, appelés ‘Expert Systems’ ou ‘Réseaux neuro- les systèmes s’optimalisent très rapidement, ils s’adaptent
naux’… J’ai joué avec tout cela lorsqu’ils étaient encore au très vite à l’input fluctuant ou aux conditions périphériques.
stade embryonnaire. Fabriquer par exemple un produit fini ayant les mêmes spé-
cifications à partir de matières premières dont la qualité est
Aujourd’hui – et dans un contexte industriel – nous parlons soudainement moins bonne. Les systèmes de production
de ‘machine learning’ et d’’industrial analytics’. Inter- réagissent par ‘itération’ jusqu’à obtenir une nouvelle con-
prétez ici le mot ‘machine’ dans le sens le plus large du dition opérationnelle endéans la micro-, milli- ou seconde
terme, donc tout ce qui n’est pas ‘humain’. Les machines au lieu d’heures, de jours, de semaines ou de mois (comme
– et par extension, les systèmes globaux interactifs – sont c’est souvent le cas lors d’une intervention ‘humaine’.
équipées d’algorithmes qui les rendent à ce point intel-
ligentes qu’elles peuvent commencer peu à peu, avec un « Nos systèmes de production
set de données initiales relativement restreint, à percevoir
et à interpréter des choses inconnues (éventuellement au s’adapteront très rapidement aux
moyen de techniques et d’’industrial analysis’ très avan- conditions changeantes. Bien plus
cées), pour ensuite poursuivre l’apprentissage et s’adapter rapidement que les personnes ! »
(techniques prédictives). Les machines sauvegardent les
données obtenues et les communiquent éventuellement à
d’autres machines ou à des composants de systèmes. Un pas de plus ? Les machines ‘négocient’ très rapidement
et obtiennent des ‘accords’ avec d’autres systèmes sur la
Cette fonctionnalité IA est de plus en plus intégrée, embar- manière dont elles vont collaborer. Pour reprendre cet
quée dans les systèmes, les modèles, les machines, et n’est exemple des matières premières : sur base de la dimi-
plus identifiable comme fonction autonome. La question de nution de la qualité observée, les différents modules et
savoir si un système dispose ou non d’une capacité IA n’est sous-systèmes de la ligne de production vont s’adapter
plus pertinente. IA est disponible, dans une mesure plus ou et se synchroniser entre eux pour obtenir malgré tout la
moins grande selon les cas. Cela a plus souvent à voir avec qualité et quantité exigées du produit fini (ou s’y approcher
les personnes qui sont en contact avec le système ou qui très fort, ou peut-être pas du tout… vous percevez alors les
travaillent sur base de leur impression et perception face à décisions à prendre automatiquement). Cela nous amène à
une fonction ou un système intelligent. cette réflexion intéressante que le produit – par ses propres
caractéristiques – va piloter son propre processus de pro-
Un autre constat est que pour pouvoir filtrer des connais- duction. Si tout se passe bien !
sances, des conclusions et des suggestions d’actions à partir Voilà qui serait amusant et intéressant, non ?
38 Industrie 4.0 dans l’industrie de process

Industrie 4.0
Quels sont les véritables changements ?
Collaboration & Flexibilité !

Dans cette série d’articles, Chris Durie, Marketing Manager, Endress+Hauser


BeLux, part à la quête des véritables changements inhérents au concept
‘Industrie 4.0’. S’agit-il d’une nouvelle stratégie marketing bien tournée ?
Ou est-ce le signe d’un véritable changement ?
Dans cette cinquième partie, Chris revient sur la manière dont les 3 fonctions
fondamentales des articles précédents conduisent à une collaboration flexible
et poussée entre les systèmes et les process industriels, les personnes et les
organisations.
En gardant les 3 fonctions fondamentales distinctes à Cette collaboration doit pouvoir s’adapter très rapidement
l’esprit, ce sont surtout les interactions entre ces 3 foncti- aux nouvelles exigences. La flexibilité est donc de mise.
ons qui doivent conduire à une collaboration plus étroite Les marketeurs veulent atteindre chaque client potentiel
au moyen d’une expérience client unique. Ce qui suscite
« La production de lots plus petits une demande croissante pour des produits uniques. Ceci
conduit à des lots de production plus petits, plus faciles à
de produits très diversifiés, voire adapter aux attentes individuelles des consommateurs, et
une production ‘à la pièce’ ? consiste parfois en des productions ‘d’une pièce’ fabriquées
À la fois rentable et à un prix compétitif ! » de manière rentable et à un prix compétitif. La production
de masse et en série propre aux révolutions industrielles
entre les process de production et d’exploitation automati- précédentes est ainsi révolue. Nous voulons mieux ap-
sés, mais aussi entre l’homme et les machines, les person- préhender les changements fréquents liés au produit, les
nes, les entreprises et les organisations entre elles. demandes ou les problèmes inattendus du marché.
Industrie 4.0 dans l’industrie de process 39

« Collaboration & flexibilité » : des fondements d’application de production plus adaptatif. Tout cela en temps réel. Les
au sein de l’entreprise ou du groupe d’entreprises mais résultats de cette étude seront immédiatement renvoyés
aussi de plus en plus avec d’autres entreprises. Prenons à l’atelier de production de l’entreprise A, vers les instru-
l’exemple d’entreprises partenaires dans la chaîne ments en question… ou éventuellement vers d’autres dans
d’approvisionnement (‘supply chain’), ou celles partenaires la ligne de production.
dans la chaîne ‘downstream’ promotion/vente/service,
les entreprises qui réalisent des études de marché pour de Dopico et al. l’explique dans son article lors de
futurs produits, les entreprises qui réalisent de la presta- l’International Conference on Artificial Intelligence 2016,
tion de service pour des produits périphériques comme
l’ingénierie, les fournisseurs de technologies, les parte-
naires de services, etc. Cette collaboration va se jouer de « Retenir les 3 fonctions
manière très dynamique et flexible entre n’importe quelle fondamentales vous permettra
combinaison de collaborateurs ‘humains’, les bases de don- de bien appréhender et de
nées d’information, les centers of intelligence automatisés, comprendre ce changement ! »
les réseaux de communication, etc.

Prenons à présent une autre forme de collaboration. Celle ‘A vision of Industry 4.0 from an artificial intelligence point
qui implique d’autres parties intéressées (ou stakeholders), of view’ : « Par définition, la fabrication avancée & prédictive
comme par ex. le gouvernement, les fédérations sectorielles, (dans le contexte Industrie 4.0) fait appel à l’information,
les établissements d’enseignement et de formation, les l’automatisation, les algorithmes, les logiciels, les capteurs,
consommateurs et leurs organisations, les riverains et les réseaux et/ou l’utilisation de matériaux cutting-edge
leurs organisations, les partenaires socio-économiques, ainsi qu’aux nouvelles opportunités issues de la physique
les médias, les services d’urgence, etc. Cet aspect n’est pas et des sciences biologiques (ex. : nanotechnologies,
nouveau en soi mais il est plus poussé : les instruments de chimie et biologie). »
mesure dans l’entreprise A doivent pouvoir communiquer,
dans les deux directions, avec un système d’ingénierie et Voilà qui en dit long, mais une chose est sûre : il y a du
de conception chez l’entreprise B, pour pouvoir mettre les changement dans l’air et des challenges très intéressants
résultats de la simulation à disposition du Center of sont en vue ! Retenir les 3 fonctions fondamentales vous
Competence and Intelligence de l’Université C, qui peut permettra de bien appréhender et de comprendre ce
réaliser des recherches avancées pour rendre le système changement !
0,15 € / min
0 825 123 456

0,15 € / min
3912
France Canada Belgique/Luxembourg Suisse

Endress+Hauser SAS Agence Export Agence Paris-Nord Endress+Hauser Endress+Hauser NV/SA Endress+Hauser (Schweiz) AG
3 rue du Rhin, BP 150 Endress+Hauser SAS 94472 Boissy St Léger Cedex 6800 Côte de Liesse Rue Carlistraat 13 Kägenstrasse 2
68331 Huningue Cedex 3 rue du Rhin, BP 150 St Laurent, Québec 1140 Brussel/Bruxelles CH-4153 Reinach
info@fr.endress.com 68331 Huningue Cedex Agence Ouest Tél. (514) 733-0254 Tél. (02) 248 06 00 changer et mettre
Tél. (061) 715 75 75
www.fr.endress.com
Tailles minimum :
Tél. (33) 3 89 69 67 38 33700 Mérignac Fax (514) 733-2924 Fax (02) 248 05 53
14/FR
Fax (061) 715 27 75

0 825 123 456


Fax (33) 3 89 69 55 10 info@be.endress.com info@ch.endress.com
Agence Est Endress+Hauser Canada Ltd www.be.endress.com www.ch.endress.com
69800 Saint-Priest 1075 Sutton Drive
0,15 € / min Burlington, Ontario
Tél. 0 825 888 001 Tél. (905) 681-9292

Fax 0 825 888 009


0,15 € / min
0 825 123 456
Fax (905) 681-9444
info@ca.endress.com
www.ca.endress.com
0 825 888 001

0 825 123 456


0,15 € / min

0 825 888 009 0,15 € / min

0 825 888 001 0 825 888 009


0,15 € / min 0,15 € / min 0,15 € / min

Vous aimerez peut-être aussi