Vous êtes sur la page 1sur 38

CYTOGENETIQUE

Chapitre 6

Pr Attoungbré-Hauhouot
Dr Koné Fatou
Dr Dakouri-Koné

1
PLAN
• INTRODUCTION
• I - GENERALITES
• II - DETERMINATION DU SEXE
• II-1. Organisation des chromosomes sexuels
• II-2. Gènes de la détermination du sexe
• III- ANOMALIES DE LA DETERMINATION DU SEXE
• IV- DIFFERENCIATION DU SEXE
• IV-1. Différenciation du sexe mâle
• IV-2. Différenciation du sexe féminin
• V- ANOMALIES DE DIFFERENCIATION DU SEXE
• VI - APPORTS DE LA CYTOGENETIQUE CLASSIQUE ET MOLECULAIRE DANS
LE DIAGNOSTIC DES ANOMALIES DE DETERMINATION DU SEXE
• CONCLUSION

2
INTRODUCTION (1)
• Sexe : Ensemble des éléments anatomiques et fonctionnels distinguant le
mâle de la femelle.
• Chez les mammifères, le mécanisme de détermination du sexe:
 Est sous contrôle génétique;

Se fait schématiquement en deux étapes :

 Détermination du sexe,

 Différenciation du sexe

3
INTRODUCTION (2)
• Détermination du sexe : Désigne toutes les étapes génétiques conduisant
une gonade indifférenciée à s'engager dans une voie de développement mâle
ou femelle pour aboutir à un testicule ou à un ovaire.

M: canal de Müller
W: canal de Wolff
4
INTRODUCTION (3)
• Différenciation du sexe : Désigne l'ensemble des événements permettant la
réalisation d'un phénotype sexuel mâle ou femelle (organes génitaux internes
(OGI) et externes (OGE), caractères sexuels secondaires), une fois la gonade
fonctionnelle est mise en place.

5
INTRODUCTION (4)

• La frontière entre ces deux notions est en fait artificielle car il s'agit d'un en-
chaînement continu d'événements au cours du développement.

• Ce chapitre décrit les étapes de la détermination du sexe chez les


mammifères ainsi que quelques exemples d’anomalies de la détermination et
de la différenciation sexuelle.

• L’intérêt de ce cours réside dans le fait que le diagnostic des anomalies de


détermination et de différenciation du sexe nécessite des analyses
cytogénétiques et moléculaires.

6
I- GENERALITES (1)

• Le terme biologique sexe peut se définir à plusieurs niveaux possibles:

• Le sexe génétique ou sexe chromosomique ou sexe gonosomique : Sexe


dépendant de la constitution chromosomique d’un individu. Il est déterminé,
dès la fécondation par la nature du chromosome sexuel du spermatozoïde.
(46,XX = sexe féminin et 46,XY = sexe masculin).

• Le sexe gonadique : Sexe apparaissant au moment de la différenciation de la


gonade primitive en testicule ou en ovaire. Est déterminé par la présence
d'ovaires ou de testicules. Normalement cette transformation se fait
conformément au sexe génétique.

7
I- GENERALITES (2)

• Le sexe génital interne ou sexe gonadophorique : Est la différenciation des


canaux gonadophoriques (canaux de Müller et Canaux de Wolff) en utérus
et partie supérieure du vagin ou en canaux déférents et vésicules séminales.
• Le sexe génital externe ou sexe gonophorique: Correspond à la
transformation du sillon urogénital indifférencié, en organes génitaux
externes masculins (Pénis ou verge) ou féminins (Lèvres, clitoris).
• Le sexe phénotypique : dernière étape anatomique de l’évolution de la
sexualité, caractérisée par l’apparition des différences morphologiques
masculines ou féminines.
• Chez la grande majorité des individus, il existe une corrélation stricte entre
toutes ces définitions, mais certaines discordances peuvent apparaitre.
8
I- GENERALITES (4)

• Antiquité : mécanismes impliqués dans le développement d’un


enfant mâle ou femelle?
• Question généralement posée : qui détient la supériorité ?
• La terre qui reçoit la semence (femelle) ou la semence qui fertilise la
terre (mâle) ?
• Après de nombreux siècles : données génétiques ont mise en
évidence l’existence de chromosomes sexuels X et Y chez les
mammifères, ainsi que le caractère déterminant du chromosome Y
dans la différenciation testiculaire.

9
II- DETERMINATION DU SEXE (1)
• II.1 Organisation des chromosomes sexuels

Hétéromorphisme de la paire XY chez l’homme


Chromosome X Chromosome Y
 Sub-Métacentrique  Acrocentrique
 5 µm en métaphase  1,5 µm en métaphase
 5% ADN nucléaire  1,7% ADN nucléaire
10
II- DETERMINATION DU SEXE (2)
• II.1 Organisation des chromosomes sexuels

 Deux régions homologues (PAR1 et PAR2) :


"régions pseudo-autosomiques".

Dans ces deux régions, l’X et l’Y ne divergent pas;

Permettent l’appariement des deux chromosomes


lors de la recombinaison homologue (gage de
brassage génétique et de réparation de l’ADN).

 Région entre les deux PARs:

 Spécifique à chacun des deux chromosomes.

11
II- DETERMINATION DU SEXE (3)
• II.1 Organisation des chromosomes sexuels

 La région spécifique du Y:
 hétérochromatine (principalement composée
de séquences hautement répétées)
 euchromatine renfermant des gènes
impliqués:
• déterminisme du sexe mâle,
• spermatogénèse et
• contrôle de la taille de l'individu.
 La région spécifique du X:
Plusieurs gènes dont 1 seul impliqué dans le
déterminisme du sexe (Gène DAX-1).
12
II- DETERMINATION DU SEXE (4)

• II.2 Gènes de la détermination du sexe


Chromosome Y
 GENE SRY (sexe determing region of Y)

 Bras court du chromosome Y;

 Un seul exon;

 Code une petite protéine (223 acides aminés):


TDF (Facteur Déterminant le Testicule)

 Régulation de la transcription

 Gènes nécessaires au développement du sexe

• Gène AZF: Azoospermie en cas de délétion

• Gène TSPY: rôle dans la Spermiogénèse.


13
II- DETERMINATION DU SEXE (5)
• II.2 Gènes de la détermination du sexe
Chromosome X
 Gène DAX-1:

• Bras court ;

• Dans la région DSS (Dosage Sensitive Sexe-


reversal);

• Capable à double dose d'inhiber la


différenciation testiculaire;

• Rôle dans le développement de l’ovaire;

• Expression inhibée par le gène SRY.

14
II- DETERMINATION DU SEXE (6)

• Déterminisme du sexe a lieu dès la fécondation lors de la mise en


commun du patrimoine génétique des gamètes mâle et femelle:
sexe génétique de l’embryon.
• Cette détermination sexuelle va permettre l’engagement vers une
voie de différenciation testiculaire (XY) ou ovarienne (XX);
• Chromosome Y : rôle essentiel dans la détermination du testicule.
• Ce rôle est attribué à la présence d'un gène spécifique : Gène SRY
(sexe determing region of Y).

15
II- DETERMINATION DU SEXE (7)

• L’étude de patients présentant des anomalies chromosomiques des

gonosomes a permis de conclure qu'il existe une corrélation stricte

entre la présence d'un chromosome Y et la présence de tissu

testiculaire, indépendamment du nombre de chromosomes X :

Caryotypes 46,XY - 47,XXY et 47,XYY : phénotypes masculins,

Caryotypes 46,XX - 47,XXX et 45,X : phénotypes féminins.

• En fonction du sexe gonadique (testicule ou ovaire), le sexe

phénotypique se met alors en place. 16


II- DETERMINATION DU SEXE (8)

• En absence de gonade, une différenciation génitale externe de type

femelle est observée, que l’individu soit XX ou XY.

• Constat qui a conduit Alfred Jost : sexe femelle = sexe par défaut.

• Hormones testiculaires (testostérone et AMH (anti-müllerian

hormone)) qui sont essentiellement à l’origine du choix de la

différenciation du sexe externe.

• Alfred Jost : détermination du sexe phénotypique = détermination

du testicule. 17
II- DETERMINATION DU SEXE (9)
Différenciation du sexe Détermination du sexe Du sexe génétique au sexe phénotypique

Sexe génétique
XY XX  Fécondation détermine sexe
Gène SRY
génétique
Stade embryonnaire

Protéine TDF

Sexe gonadique Testicules Ovaires  Chromosome Y détermine


le sexe gonadique
testostérone
AMH
oestrogènes

Voies génitales Voies génitales  Hormones testiculaires


mâles femelles déterminent le sexe
Sexe phénotypique phénotypique
Puberté

Caractères Caractères
sexuels sexuels
secondaires secondaires
mâles femelles

18
III- ANOMALIES DE LA DETERMNATION DU SEXE (1)
• Il existe de rares cas d'inversion sexuelle, c'est-à-dire des individus dont le sexe
génétique ne correspond pas au sexe phénotypique.

19
III- ANOMALIES DE LA DETERMNATION DU SEXE (1)
 Observation de ces cas ainsi que certaines expériences ont permis de
démontrer l’implication du gène SRY dans la masculinisation:
 Mutation dans SRY : protéine TDF non fonctionnelle
Féminisation
 Réarrangements du SRY (perte ou délétion) Femmes XY
 Acquisition de matériel Y par l’un des chromosomes X Masculinisation
• Souris de caryotype XX, ayant reçu une copie du gène SRY par transgénèse,
sont masculinisées;
• Mise en évidence de matériel Y sur le chromosome X de patients de
phénotype masculin, porteurs de testicules avec un caryotype 46,XX.

 Toutefois, SRY ne suffit pas à lui seul pour former le testicule :


 Contrôle expression de plusieurs autres gènes (autosomes et chromosome X).
20
III- ANOMALIES DE LA DETERMNATION DU SEXE (2)
 Acquisition de matériel Y par le X paternel dû à un crossing-over entre les
chromosomes X et Y au cours de prophase I de la méiose.

21
III- ANOMALIES DE LA DETERMNATION DU SEXE (2)
 Chromosome X d'origine paternelle emporte le SRY provenant du
chromosome Y.

22
IV- DIFFERENCIATION DU SEXE (1)
IV- 1. Différenciation du sexe masculin

• L’acquisition du sexe phénotypique masculin nécessite une double induction:


 génétique (gène SRY) et
 hormonale (testostérone et AMH), qui provoque la différenciation de l’appareil
génital mâle (sexe phénotypique). 23
IV- DIFFERENCIATION DU SEXE (2)
IV- 1. Différenciation du sexe féminin
• Contrairement à l’acquisition du sexe phénotypique masculin, celle du sexe
féminin ne nécessite pas d’induction hormonale;
• L’absence de SRY est nécessaire mais pas suffisante pour la détermination
ovarienne.

24
IV- ANOMALIES DE LA DIFFERENCIATION DU SEXE (1)

• Contrairement aux anomalies de la détermination du sexe qui

correspondent à un défaut de formation de la gonade, les pathologies

de la différenciation du sexe sont dues à un dysfonctionnement de la

gonade formée.

• La plupart résultent de troubles hormonaux.

25
IV- ANOMALIES DE DIFFERENCIATION DU SEXE (2)
1. Syndrome de persistance des canaux de Muller

• L'hormone antimüllérienne (AMH) = glycoprotéine

• secrétée par les cellules de Sertoli dans le testicule fœtal et adulte, ainsi que
par les cellules de la granulosa dans l'ovaire postnatal.

• Chez le mâle: régression des canaux de Muller = ébauches embryonnaires de


l'utérus, des trompes et de la partie supérieure du vagin.

• Mutations dans le gène codant l’AMH = protéine non fonctionnelle : patients


masculins avec persistance des canaux de Müller.

• Ils ont un développement génital masculin normal, mais également pourvus


d'un utérus, de trompes et d'un vagin.

26
IV- ANOMALIES DE DIFFERENCIATION DU SEXE (3)
2. Syndromes d’insensibilité aux androgènes
• Androgènes (Testostérone et dihydrotestostérone)
• Sécrétés par cellules de Leydig principalement, assurent la masculinisation
des OGE;
• Action sur cellules cibles via récepteurs cellulaires;
• Anomalie de l'action des androgènes dans les cellules cibles chez des sujets
de caryotype 46,XY :
 Pseudohermaphrodisme masculin : OGI type masculin avec phénotype
externe féminin ou ambigu.
 Deux formes cliniques:
• Insensibilité complète aux androgènes (ICA) : phénotype parfaitement féminin
• Insensibilité partielle aux androgènes (IPA) : ambigüité sexuelle profonde ou
phénotype masculin normal + stérilité.
27
IV- ANOMALIES DE DIFFERENCIATION DU SEXE (3)
3. Anomalies de la synthèse hormonale

 5 α-reductase = conversion de la testostérone en dihydrotestostérone


(forme androgénique la plus forte)
• Déficit en 5α- réductase :
 Naissance avec OGE féminins et OGI masculins.
 Puberté, le taux de testostérone augmente fortement et une activité
résiduelle de l'enzyme peut permettre une virilisation du patient.
 17β-hydroxystéroïde déshydrogénase catalyse formation testostérone via
androstènedione :
• Déficit en l7 β-HSD : individus mâles pseudohermaphrodites (OGI masculins
et OGE féminins)

28
IV- ANOMALIES DE DIFFERENCIATION DU SEXE (4)
3. Anomalies de la synthèse hormonale
• Déficit en 5α- réductase Organes
génitaux
externes

Organes
génitaux
internes

29
IV- ANOMALIES DE DIFFERENCIATION DU SEXE (5)
4. Stérilité
• Anomalies de différenciation du sexe sont invariablement associées à une
stérilité.

4.1 Stérilité associée à un phénotype féminin

 Syndrome de Turner (ST) : femme de caryotype 45,X

• La stérilité dans le ST est liée à l’absence d’ovaires.

• Gène DAX-1 nécessaire en double dose pour la différenciation des cellules


somatiques en cellules folliculaires;

• Régression fœtale des ovaires, après leur différenciation,

• Cette détérioration précoce du stock folliculaire explique l’impubérisme dans


ce syndrome.
30
IV- ANOMALIES DE DIFFERENCIATION DU SEXE (6)
4. Stérilité
4.1 Stérilité associée à un phénotype féminin

 Femmes XY avec dysgénésie gonadique (OGE et OGI féminins)

• Due à une duplication de la région DSS du chromosome X, mutation du SRY


ou délétion du SRY.

• La stérilité est liée à l’absence de gonades (gonades sont présentes mais


indifférenciées et réduites à des bandelettes )

• Souvent associé à un gonadoblastome (30% des cas)

31
IV- ANOMALIES DE DIFFERENCIATION DU SEXE (7)
4. Stérilité
4.2. Stérilité associée à un phénotype masculin

 Syndrome de Klinefelter : Hommes de caryotype 47,XXY

• La stérilité est liée a une altération de la spermatogénèse

• Altération due à des lésions testiculaires liées à la présence d’un


chromosome X surnuméraire.

• Testicules de taille réduite sans cellules germinales (productrices de


spermatozoïdes)

32
IV- ANOMALIES DE DIFFERENCIATION DU SEXE (6)
4. Stérilité
4.2. Stérilité associée à un phénotype masculin

 Hommes XX possédant des testicules

• La stérilité est liée a une altération de la spermatogénèse.

• SRY ne permet pas à lui seul la survie des cellules germinales,

• les cellules germinales sont présentes pendant la période fœtale mais


finissent par mourir.

• Le chromosome Y renferme un ou plusieurs facteurs importants pour la


spermatogenèse. L’absence de ces facteurs empêchera donc la survie des
cellules germinales.

33
V- APPORTS CYTOGENETIQUE CLASSIQUE ET MOLECULAIRE DANS LE
DIAGNOSTIC DES ANOMALIES DE DETERMINATION DU SEXE (1)
• Patiente 28 ans avec OGE ambigus,
• Gynécomastie de volume et taille
réduite
• Mamelons normaux
• Echo abdominale : testicules
ectopiques de taille normale
• Bilan hormonal : FSH et testostérone
• Diagnostic suspecté : sexe masculin

• Caryotype : masculin normal 46, XY


confirme le diagnostic suspecté
• Associé à un phénotype féminin Caryotype en bandes R 34
V- APPORTS CYTOGENETIQUE CLASSIQUE ET MOLECULAIRE DANS LE
DIAGNOSTIC DES ANOMALIES DE DETERMINATION DU SEXE (2)
• Recherche du gène SRY : Hybridation In Situ (FISH)
• Sonde SRY rouge
• Sonde témoin verte pour le Y
• Sonde témoin bleue pour le X

• Résultat : SRY présent


• Présence de testicules donc SRY
fonctionnel
• Origines possibles :
 Mutation ou délétion de gènes
interagissant avec SRY dans le
Présence du signal rouge correspondant
déterminisme du sexe à la présence du gène SRY 35
V- APPORTS CYTOGENETIQUE CLASSIQUE ET MOLECULAIRE DANS LE
DIAGNOSTIC DES ANOMALIES DE DETERMINATION DU SEXE (3)
• Patient 10 ans, phénotype masculin
avec OG ambigus :
• Micropénis
• Echo abdominale : testicule gauche
absent, testicule droit présent
• Bilan hormonal : testostérone
• Diagnostic suspecté : sexe féminin

• Caryotype : féminin 46, XX confirme le


diagnostic suspecté
• Associé à un phénotype masculin
Caryotype en bandes R 36
V- APPORTS CYTOGENETIQUE CLASSIQUE ET MOLECULAIRE DANS LE
DIAGNOSTIC DES ANOMALIES DE DETERMINATION DU SEXE (3)
• Recherche du gène SRY : Hybridation In Situ (FISH)
• Sonde SRY rouge
• Sonde témoin verte pour le Y
• Sonde témoin bleue pour le X

• Résultat : SRY absent


• Mise en évidence d’une portion du bras
court du Y sur l’un des X
• Origines possibles :
 Crossing-over entre X et Y, mais portion
de Y pas suffisante pour développer un
phénotype mâle normal.
37
CONCLUSION
• La mise en place du sexe chez les mammifères se réalise sous le contrôle
du patrimoine génétique.
• Sur une longue période qui va de la fécondation, au développement
embryonnaire puis fœtal.
• À la naissance, l’appareil génital est formé mais il n’est pas fonctionnel.
• Il devient fonctionnel à la puberté pour permettre la procréation.
• Le sexe se définit à plusieurs niveaux et toutes ces définitions sont
normalement corrélées.
• Chez certains sujets, on observe une discordance entre les différentes
définitions du sexe.
• Les analyses cytogénétiques sont souvent nécessaire pour le diagnostic de
ces anomalies.
38

Vous aimerez peut-être aussi