Vous êtes sur la page 1sur 26

SYSTEME D ’INFORMATIONS

Nathalie BERTIN-BOUSSU

Septembre 2005
NOTION DE SYSTEME

Un système est un ensemble d ’éléments matériels ou


immatériels (hommes, méthodes, règles, etc.…) en
interaction, transformant par un processus des éléments
(entrées) en d ’autres éléments (sorties)

Entrées Sorties
Processus

Un système est piloté par un autre système dit de pilotage


Système d’Information d’une
organisation (SI)

zEnvironnement interne : système opérant,


système de pilotage (de gestion)

zEnvironnement externe : clients,


fournisseurs, état, collectivités locales,
étrangers…

z Univers du SI : environnement interne +


environnement externe
Système d’Information d’une
organisation (SI)

Le SI est la MEMOIRE de l ’organisation

z statique : faits et modèles de données

z dynamique : mise à jour des modèles et


des données.
SAI
(Système Automatisé d’Informations)

Une partie du SI est automatisée.

Le SAI est un sous système du SI qui permet la


conservation des informations et leur traitement.

L ’automatisation entraîne :
1. Une simplification des tâches
2. L ’élimination des travaux répétitifs et
fastidieux

Il subsiste des tâches manuelles


SAI

Entrées, sorties

Ordinateur, personnel

Données, structures de données, applications


Entrées, sorties (communication avec le SAI) :
- Entrées: informations provenant de l’univers
extérieur du SI et saisies dans le SAI
- sorties : accès aux informations du SAI

Ordinateur et personnel :
- traitements des informations
- copies de fichiers
- transformations de fichiers (mises à jour,
contrôles, recherches, calcul)

Données, structures de données, applications sont


mémorisées.
Modélisation du SI

Les trois niveaux d'abstration d'un SI


Niveaux Questions Données Traitements Choix
Modèle Modèle
Conceptuel Quoi ? Conceptuel Conceptuel Gestion
des Données des Traitements
Modèle
Modèle Logique
Organisation Qui ?, Quand ? Organisation Organisation
des Données
des Traitements
Modèle
Modèle
Opérationnel
Opérations Comment ? Physique Technique
des
des Données
Traitements
Modélisation du SI

Modèle réel de
l ’organisation

MCD ( Modèle Conceptuel


de Données)

MLD (Modèle Logique de


Données)
Modélisation du SI
Exemple : une facture

Société JULIEN Facture N°3


Vendeur : Joffrey JEAN le 12 décembre N
Référence
Description article prix unitaire Quantité Montant
article
1 Portable PC 2000 1
2 boîte de CDROM 40 2
Total
TVA
TTC
Modèle Conceptuel des Données (MCD)

Le Modèle Conceptuel des Données ou Modèle Entité-


Association est une représentation du SI à l’aide de deux
objets : les entités et les associations entre ces entités.

1. Les groupes d ’informations (facture, vendeur, article)


sont appelés entités.

2. Les liens entre ces entités (établit, ligne facture)


sont dénommés associations.
Certaines sont porteuses d ’informations
(ligne facture définit la quantité)
Définitions : entité, association

Entité : représentation d’un objet matériel


ou immatériel du monde réel, caractérisé
par un ensemble de propriétés.

Association : Une association est la


traduction du fait qu’il existe un lien entre
des entités
Identifiant d ’une entité ou clé primaire

La clé primaire d’une entité est l’information de l’entité


qui identifie chaque occurrence de cette entité de
manière unique.

Exemple :
• facture : numéro de facture
• article : numéro article
• étudiant : n° de sécurité sociale
Liste des informations

numéro facture
date facture
nom vendeur
référence article
description article
prix unitaire
quantité
MCD : les entités, les associations

Entités Associations

Facture (numerofacture, Un vendeur établit une facture


datefacture)

Vendeur (matriculevendeur, Une facture comporte autant de


nomvendeur) lignes (ligne facture) que
d’articles vendus, chaque ligne
mentionne la quantité vendue
Article (referencearticle,
description article, prix unitaire)
Cardinalités

Cardinalités Traductions
0,1 aucun ou un
1,1 un et un seul
0,n aucun ou au moins un
1,n au moins un

Une association (liant deux entités) comportant une


cardinalité 1,1 ou 0,1 est une Contrainte d’Intégrité
Fonctionnelle (CIF). Les autres associations sont des
Contraintes d ’Intégrité Multivaluée (CIM).
Cardinalités

Elles expriment le nombre de valeurs minimum et maximum


que l ’entité peut prendre dans l ’association.

• Un vendeur établit aucune ou au moins une facture


• Une facture est établie par un et un seul vendeur
• Un article figure aucune ou au moins une fois dans les
factures
• Une facture comporte au moins un article
Construction du MCD facturation

Association
Entité Entité
Ligne facture
Facture 1,n quantité 0,n Article
Referencearticle
Numerofacture
Cardinalités Descriptionarticle
datefacture
Prixunitaire
1,1 Entité
Association

Etablit Vendeur

0,n Matriculevendeur
Nomvendeur
CIF

Contrainte d ’Intégrité Fonctionnelle


C ’est une association entre entités. Une facture est établie
par un vendeur, mais ce dernier peut établir plusieurs
factures. Cette association traduit une dépendance
fonctionnelle entre entités et donc entre identifiants
d ’entités.
Numerofacture Î matriculevendeur
CIM

Contrainte d ’Intégrité Multivaluée


C’est une association entre entités. Une ligne facture
associe un numéro de facture et une référence article.
A un numéro de facture correspond plusieurs
références article, à une référence article correspond
plusieurs numéros de factures.
MLD

Le Modèle Logique de Données (MLD) est composé de


relations qui décrivent les tables de données du système
d’information. Il est construit à partit du Modèle Conceptuel
de Données (MCD), à l ’aide de règles de transformations
très simples :
1. Les entités deviennent des relations (donc des tables)
2. Les C.I.F. disparaissent, mais le lien entre les deux
entités est conservé.
3. Les C.I.M. se transforment en relations (donc en tables)
MLD

Dans notre exemple :


¾ l’entité « facture » devient la relation facture (puis la table facture)
¾ l’entité « article » devient la relation article (puis la table article)
¾ l’entité « vendeur » devient la relation vendeur (puis la table vendeur)

L ’association « établit » disparaît, mais le lien entre facture et vendeur est


conservé en intégrant à la relation facture le matricule du vendeur

l ’association « ligne facture » devient la relation ligne facture (puis la


table ligne facture)
MLD, clés

Les relations possèdent des clés primaires (informations


soulignées) qui jouent le même rôle que les identifiants
dans les entités.

Les relations possèdent éventuellement des clés


étrangères (informations précédées du symbole #), ce
sont des clés primaires dans d ’autres relations. Ces clés
étrangères servent à maintenir le lien entre deux relations,
lorsqu’il existe dans le modèle conceptuel.
MLD, tables et clés

z facture (numéro facture, date facture, #matricule vendeur)

z article (référence article, description article, prix unitaire)

z vendeur (matricule vendeur, nom vendeur)

z ligne facture (#numéro facture, #référence article, quantité)


Intégrité référentielle

Règles qui maintiennent la cohérence des données,


notamment les interactions entre les clés primaires et les
clés étrangères de tables différentes.
Exemples :
Une facture ne doit pas faire référence à un vendeur qui
n’existe pas.
Un enregistrement de la table vendeur ne doit pas pouvoir être
supprimé sans confirmation, s’il est référencé dans la table
facture.
La clé d’un enregistrement de la table vendeur ne peut pas
être modifiée (enregistrement orphelin dans la table facture).
Exemple de Système de Gestion de
Base de Données (SGBD) : ACCESS

z Tables : valeurs prises par les relations


z Requêtes : tables issues d ’interrogations ou d ’actions
sur d ’autres tables
z Formulaires : masques de saisie avec contrôles
z Etats :édition papier
z Macros : regroupements de commandes ACCESS
z Modules : fonctions personnalisées en code VBA

Vous aimerez peut-être aussi