Vous êtes sur la page 1sur 4

ISET SFAX CAO BETON

DESCENTE DE CHARGES

Il existe dans Arche Ossature deux méthodes de calcul pour la descente de


charges :

– La méthode traditionnelle (appelée également Méthode Réglementaire) qui


est la méthode qui se rapproche le plus des habitudes de calcul de
l’ingénieur.
– La méthode aux éléments finis qui permet d’étudier la descente de charges
horizontale en prenant en compte les effets dûs au séisme et aux charges
climatiques.

Le choix de ces deux méthodes se fait par l’intermédiaire de la commande


"Hypothèses/Méthode de calcul–DDC/Choix des méthodes". L’utilisateur a le
choix de mixer les deux méthodes, ou bien de n’utiliser qu’une seule
méthode (on peut calculer la descente de charges entièrement aux éléments
finis).
a) Méthode Réglementaire

La méthode réglementaire est basée sur la norme NFP 06–001 : "Base de


calcul des constructions.
Le principe général de la descente de charges consiste à calculer dans le
bon ordre tous les éléments de la structure jusqu’aux fondations. Chaque
élément reçoit des actions et génère des réactions qui deviennent à leur tour
les actions d’autres éléments. Ossature doit donc déterminer l’ordre de calcul
des éléments et les calculer du premier au dernier.

AU 2019-2020 39
ISET SFAX CAO BETON

Au sein d’un étage, les dalles sont calculées en premier. Elles génèrent des
actions sur les poutres et les voiles qui la supportent (ou la suspendent pour
les poutres-voile). Ensuite, les poutres de rang le plus élevé sont calculées
(poutres portées). Elles génèrent des réactions, qui deviennent les actions
des poutres de rang inférieur (poutres porteuses), des voiles et des poteaux.
Les poutres–voile sont ensuite calculées dans le même ordre que les
poutres : du rang le plus élevé au rang le plus faible. Sont enfin calculés les
voiles et les poteaux qui génèrent, eux, des actions sur l’étage inférieur.
Cette méthode peut être décrite par le schéma suivant :
Cette méthode permet à l’utilisateur de connaître parfaitement le
cheminement des charges et ainsi de réaliser une descente de charges qui
coïncide parfaitement à ce qu’il a l’habitude de faire manuellement.
Cette méthode ne prend en compte que les efforts verticaux, les éléments
sont connectés en conséquence :
– Les poutres (continues ou simples) reposent simplement sur leurs appuis.
– Les voiles reposent simplement sur leurs appuis et peuvent reprendre des
charges appliquées sur leur fibre inférieure.
– Les dalles sont articulées sur leurs appuis.
– Les poteaux et les voiles reposent simplement sur leurs porteurs sauf sur
leurs fondations, sur lesquelles ils peuvent être encastrés.
– Les semelles isolées et filantes sont encastrées ou rotulées.
– Les poutres travaillent en flexion verticale, continues ou isostatiques.
– Les voiles fonctionnent de la même manière que les poutres.
– Les dalles sont isostatiques lorsque leur report de charges s’effectue par la
méthode des lignes de rupture, ou lorsqu’il s’effectue par le calcul aux
éléments finis et qu’elles n’ont pas été associées. Elles sont continues quand
elles ont été associées (le report de charges s’effectue alors aux éléments
finis).
– Les poteaux ne transmettent que des efforts normaux. Ils ne peuvent
fonctionner en suspente.
– Les semelles isolées et filantes ne reprennent que des efforts verticaux.

b) Caractéristiques des matériaux

Pour réaliser la descente de charges traditionnelle Ossature utilise


différentes caractéristiques des matériaux :

AU 2019-2020 40
ISET SFAX CAO BETON

– Densité : Poids volumique utilisé pour calculer le poids propre des


éléments.
– Angle de diffusion : Angle utilisé pour déterminer la diffusion des charges
verticales dans les voiles. Cet angle est donné sur l’horizontale.
Les contraintes limites de l’acier et du béton saisies dans ossature sont
utilisées dans le cadre du prédimensionnement précis de la section de béton
et du ratio d’acier. Ces valeurs sont exportées vers les modules de ferraillage
en même temps que les éléments qu’on souhaite ferrailler.

c) Chargements pris en compte

Comme nous l’avons vu lors de la description des éléments, la descente de


charges traditionnelle prend en compte trois types de chargements :
– Les charges permanentes : G.
– Les charges d’exploitation : Q.
– Les charges de cloison : AC.
Les charges positives sont descendantes.
N.B. : Les charges AC peuvent être considérées comme déjà comptées dans
G, ou bien ajoutées à G par le logiciel lors de ses calculs (voir Hypothèses /
Méthode de calcul – Prédimensionnement (onglet Global).
Dans le cas où les charges AC sont comptées dans G : il s’agit de charges
permanentes issues d’équipement placés dans la structure après la
réalisation du gros œuvre (les cloisons par exemple). Cette distinction entre
types de chargement est nécessaire pour le calcul de la flèche BAEL des
poutres. D’autre part le prédimensionnement des éléments dans Ossature se
fait alors en fonction de G et Q.
Dans le cas où AC est un cas de charge à part de G : le calcul dans le
module de ferraillage poutre ne distingue pas AC de G. Le programme ajoute
à G la valeur de AC, et ce dernier paramètre reste nul dans le module de
ferraillage. D’autre part le prédimensionnement dans Ossature se fait en
fonction de G, AC, et Q.
Le poids propre des éléments : celui–ci est automatiquement calculé par le
programme à partir des dimensions des éléments et de la densité du
matériau dont ils sont faits. Que les dimensions données à un élément soient
nulles ou partiellement renseignées, le programme le pré dimensionne
(méthode indiquée dans Hypothèses/Méthode de calcul–predim...) et prend
en compte le poids propre induit.

AU 2019-2020 41
ISET SFAX CAO BETON

L’utilisateur peut de plus ajouter des charges externes, G, Q ou AC sur tous


les éléments.
Ces charges sont saisies dans la fenêtre de statuts des éléments. Suivant
les éléments différents types de chargements peuvent être générés :

– Semelles isolées et poteau : Charges ponctuelles.


– Semelles filantes, voiles, poutres : Charges ponctuelles à tout en
droit le long de l’élément, charges réparties uniformes ou
triangulaires sur tout ou partie de l’élément.
– Dalles : Charges réparties surfaciques uniformes sur toute la
surface de la dalle, charges ponctuelles ou linéaires par le biais de
la descente de charges : en utilisant un poteau pour une charge
ponctuelle, une cloison pour une charge linéique.

AU 2019-2020 42