Vous êtes sur la page 1sur 5

 

Le rôle de la cellule photovoltaïque

La cellule photovoltaïque sert à générer de l’énergie solaire. Son but est de capter le
rayonnement du soleil, c’est-à-dire sa lumière, afin de le transformer en électricité. La cellule
solaire, ou photovoltaïque, peut fonctionner seule, lorsque les besoins sont moindres, pour une
calculette solaire par exemple. Pour répondre à des besoins plus importants, elle est assemblée
en modules solaires photovoltaïques, que nous appelons couramment des panneaux solaires.

Le fonctionnement de la cellule photovoltaïque

La cellule photovoltaïque fonctionne grâce au rayonnement solaire. Pour générer de


l’électricité, elle fait appel à l’effet photovoltaïque qui est obtenu à la suite du choc
des photons issus de la lumière solaire sur un matériau semi-conducteur. Ce dernier
transmet l’énergie des photons aux électrons qui vont alors créer la tension
électrique. Voici le principe de fonctionnement d’une cellule photovoltaïque.

Composition de la cellule solaire

Le rôle du composant de la cellule photovoltaïque

Pour produire une quantité intéressante d’électricité, le panneau solaire additionne


les courants électriques générés par les cellules photovoltaïques. Selon le matériau
de construction utilisé pour élaborer une cellule solaire, la puissance obtenue peut
aller du simple au double. Le rendement du matériau semi-conducteur est d’une
grande importance, car à surface égale, il peut être diversement intéressant d’un
matériau à un autre. Il en existe de nombreux, mais le silicium, présent en quantité à
la surface de la Terre, est le plus utilisé.
Modélisation électrique d’une cellule photovoltaïque
En pratique, la conversion de l’énergie lumineuse en énergie électrique n’est pas totale car différentes pertes
viennent influencer le rendement de la cellule (voir §4.3). Pour développer un circuit équivalent à une cellule
photovoltaïque, tout en tenant compte des différentes limitations de ce dispositif photovoltaïque, on utilise un
Modèle à exponentielle simple. Ce dernier, est le plus courant et est utilisé par de nombreux auteurs pour obtenir
des valeurs de certains paramètres de la caractéristique courant-tension d’une cellule solaire. Cette
caractéristique est définie par l’équation suivante

Les différents paramètres de ce modèle sont [5,2] :

a) Le générateur de courant : il délivre le courant 𝐼𝑝ℎ correspondant au courant photo-généré.

b) La résistance série: elle prend en compte la résistivité propre aux contacts entre les différentes régions
constitutives de la cellule, à savoir l’émetteur, la base et les contacts métalliques.

c) La résistance parallèle: également connue sous le nom de résistance shunt, elle traduit l’existence de shunts à
travers l’émetteur, causé par un défaut. Ceci est le cas lorsque la diffusion des contacts métalliques à haute
température perce l’émetteur par des particules d'impuretés. Elle peut aussi être dûe à un court-circuit sur les
bords de la cellule. Cette valeur devra être la plus élevée possible [9].

d) I𝑠: le courant de saturation de la diode.


e) 𝑛 : le facteur d’idéalité de la diode. La méthode de calcul du courant 𝐼𝐼𝑝𝑝ℎ est présentée dans le deuxième
chapitre. Elle est basée sur la modélisation de trois courants :

𝐼pℎ=𝐽𝑛 +𝐽𝑝+J𝑑r
Où :

𝐽𝑛 : le courant photo-généré dans l’émetteur.

J𝑝 : le courant photo-généré dans la base pour la cellule simple.

𝐽dr : le courant photo-généré dans la ZCE.

Réponse spectrale de la cellule photovoltaïque (𝑹𝒔)


La réponse spectrale, appelée aussi rendement de collection, est définie comme étant le rapport entre la densité
de courant collectée et la densité de puissance pour chaque longueur d’onde du rayonnement lumineux. Elle est
donnée par la relation suivante

𝐸QE: représente le rendement quantique externe (rendement de collection externe) de la cellule, c'est-à-dire le
rapport du nombre de porteurs générés sur le nombre de photons incidents. Pour une longueur d’onde donnée,
le rendement quantique externe est égal à 1 si chaque photon génère un électron. Si l’on prend en compte la
réflectivité de la surface de la cellule photovoltaïque, on détermine son rendement quantique interne (The
internal quantum efficiency) 𝐼QE(𝜆) de la cellule solaire par

Quel est le rendement d’une cellule photovoltaïque ?

Première question que vous vous posez sûrement : qu’est-ce que le rendement d’une
cellule photovoltaïque ? Le rendement c’est le rapport entre la quantité d’énergie captée et
la quantité d’électricité produite.
Par exemple, pour une cellule qui aurait un rendement de 18 %, ça veut dire que :
 18 % de l’énergie solaire est transformée en électricité ;
 82 % de l’énergie est perdue sous forme de chaleur.
Donc plus le taux de rendement est élevé et plus la cellule produit de l’électricité.
Pour que ce soit le plus clair possible, je vous ai préparé un tableau des rendements
moyens pour chaque type de cellules photovoltaïques :
Type de cellule Rendement moyen
Cellule monocristalline entre 16 % et 24 %
Cellule polycristalline entre 14 % et 18 %
Cellule au silicium amorphe en couche entre 5 % et 9 %
mince (CIS)

Sachez aussi que certains facteurs peuvent avoir un impact sur le rendement de vos


modules solaires. Par exemple, il faut prendre en compte l’orientation et l’inclinaison de
votre toit. Tout ça joue un rôle pour la production de votre électricité.

 les avantages
Les panneaux solaires photovoltaïques présentent un certain nombre
d’avantages :

 Cette énergie renouvelable est gratuite. Elle n’est pas taxée et n’engendre pas de rejets
dans l’environnement tout au long de son utilisation.
 L’énergie photovoltaïque est modulable et permet de répondre à tous les
besoins.
 Les panneaux photovoltaïques peuvent être utilisés aussi bien en ville qu’à la
campagne.
 La vente du surplus de production permet aux propriétaires d’amortir les investissements
réalisés lors de l’installation.
 Les panneaux résistent aux intempéries et au froid.
 Les panneaux ont une durée de vie de 20 à 35 ans.

les inconvénients
Bien que les panneaux solaires photovoltaïques présentent de nombreux
avantages, ils ont aussi leurs inconvénients :

 Un investissement important lors de leur installation. Exemple : 14 000 € pour des


panneaux de 3 000 watts.
 Depuis la suppression du crédit d’impôt, le retour sur investissement est rallongé de 9 à
18 mois.
 L’onduleur doit être remplacé au bout de 10 ans et les panneaux au bout de 25 à 35 ans.
 Les démarches administratives pour installer des panneaux photovoltaïques sont
longues, environ 2 à 6 mois et même un an en cas de difficultés de raccordement.
 En métropole, la production d’électricité se limite à 1 300 heures par an.
Conclusion
              Par conséquent, c'est par leur efficacité , leur rendement et leur ressources illimitées que
les panneaux solaires photovoltaïques ne cesseront de progresser et de devenir essentiel dans
l'avenir pour l'humanité. Cependant, il serait préférable que les panneaux solaires aient une
meilleure espérance de vie, et que le rendement des cellules photovoltaïques ne perdent plus
d'efficacité chaque année. L'investissement sera donc plus rentable. L'énergie solaire est donc
propre et inépuisable, contrairement à l'énergie nucléaire, qui pollue énormément l'environnement.
Si une majorité de personnes utilise les panneaux solaires, il y aura moins de production nucléaire,
et donc une «satisfaction» pour l'environnement. Les panneaux solaires peuvent donc nous être
utiles dans le futur en quête d'un bien rentable et d'un énorme geste pour l'environnement. 

Vous aimerez peut-être aussi