Vous êtes sur la page 1sur 51

ASTHME

1
OBJECTIFS

A la fin de ce cours l’étudiant doit être capable de :


1.Définir l’asthme
2.Décrire la physiopathologie de l’obstruction
bronchique
3. Décrire les signes cliniques de l’asthme
4. Décrire les signes paracliniques de l’asthme
5. Eduquer le patient asthmatique

2
ASTHME

PLAN
EPIDEMIOLOGIE
PHYSIOPATHOLOGIE
DIAGNOSTIC
TRAITEMENT

3
PRÉ - REQUIS

• Anatomie de l’appareil respiratoire,


•Physiologie respiratoire,
•Pharmacologie générale.

4
INTRODUCTION/EPIDEMIOLOGIE

DEFINITION

• survenue d’épisodes paroxystiques de dyspnée


sifflante ,variable, récidivante, souvent nocturne

• et réversible spontanément ou sous traitement


broncho - dilatateur.

5
INTRODUCTION/EPIDÉMIOLOGIE

• Problème de santé publique


• 5% de la population générale
• 10% des enfants
• Burkina Faso : 7,3% en milieu scolaire

• Mortalité liée à l’asthme en augmentation


malgré les progrès physiopathologiques et
thérapeutiques ces dernières années

• En France: 2000 à 2500 décès par an

6
INTRODUCTION/EPIDÉMIOLOGIE

• Grande majorité des décès sont évitables

• Carence de suivi au long cours

• Mauvaise évaluation de la sévérité

• Traitement insuffisant:

• 50% des malades suivent correctement le traitement


• dont 20%: mauvaise technique d’inhalation

7
INTRODUCTION/EPIDÉMIOLOGIE

Avancées Actualisation
médicales régulière
rapides des connaissances8
PHYSIOPATHOLOGIE

• Celle de l’obstruction bronchique


• Les facteurs impliqués

9
PHYSIOPATHOLOGIE

I . FACTEURS DECLENCHANTS

• LES FACTEURS SPÉCIFIQUES • LES FACTEURS NON SPÉCIFIQUES

➢ Allergènes respiratoires + + + ➢ Infections des voies respiratoires:



La poussière de maison: acariens virales + + +

Les animaux domestiques: allergènes ➢ Effort → asthme d’effort
présents au niveau des poils, de la
sueur, des urines.. ➢ Stress et émotion
• Les pollens → allergies saisonnières ➢ Facteurs climatiques: humidité, froid,
• Blattes, moisissures… chaleur
➢ Les médicaments: aspirine + + + ➢ Influences hormonales:
➢ Les aliments: arachide, lait, œuf, poisson • puberté → amélioration si bien soigné
additifs alimentaires: sulfites • grossesse → 1/3 = amélioration, 1/3 =
➢ Les allergènes professionnelles: aggravation, 1/3 = inchangé
farine, sciure de bois • Ménopause peut → asthme

10
PHYSIOPATHOLOGIE

II - Contraction du muscle lisse


bronchique le bronchospasme est
rapidement réversible

➢ Système cholinergique partiellement ou en


• => broncho-constricteur totalité
• => récepteurs à l’acétyl-choline
➢ Système adrénergique sous l’effet des
• => broncho-dilatateur broncho-dilatateurs
• => récepteur 2
2 –mimétiques
➢ Système NANC essentiellement
• => broncho-dilatateur
• => neuropeptides: substance P, neurokinine A,
V I P ( vaso-intestinal peptid)
11
PHYSIOPATHOLOGIE

III - Inflammation de la muqueuse


contrairement au
➢ Œdème d’origine vasculaire bronchospasme

➢ Infiltrat cellulaire l’inflammation est


un phénomène
chronique
• Eosinophiles, neutrophiles,
macrophages, lymphocytes dont la réversibilité
n’est pas immédiate
• Autres cellules: mastocytes,
fibroblastes, cellules épithéliales
=> histamine, prostaglandine,
anti-inflammatoire:
cytokines, leucotriène…
+sieurs jrs à +sieurs
➢ Desquamation de l’épithélium semaines. 12
PHYSIOPATHOLOGIE

IV- Hypersécrétion
bronchique

➢ Abondante

➢ Visqueuse

➢ Formant parfois des bouchons


muqueux ( moule )
Nyd Pharma

➢ Obstruant totalement ou
partiellement les bronches
13
EN RÉSUMÉ
Prédispositions
génétiques
Stimuli : • allergènes
• toxiques

INFLAMMATION DES VOIES AERIENNES


• Destruction des cellules épithéliales
• Arrivée de cellules immunocompétentes
au niveau du chorion Mise à nu
• Libération cytokines : IL, PBM, PCE terminaisons
nerveuses
Système NANC
Desquamation • Substance P
épithéliale
• Neurokinine A et B
• HYPERSECRETION MUCUS Réflexe
• OEDEME d’axone
• BRONCHOCONSTRICTION

• Hypertrophie membrane basale Hyperréactivité


• Hypertrophie muscle lisse bronchique bronchique
REMODELAGE BRONCHIQUE

14
PHYSIOPATHOLOGIE

Inflammation Muscle lisse bronchique


- Hypertrophie
- Contraction

Bouchons
muqueux Nature de l’obstruction Oedème
Bronchique - Extravasation
- Vasodilatation

Membrane basale Glandes à mucus


- Normale hypercrinie
- Ou pseudo-épaissie

Physiopathologie de l’obstruction bronchique


15
DIGNOSTIC POSITIF

ASTHME À DYSPNÉE PAROXYSTIQUE : 3 PHASES

➢ Phase prodromique ➢ La crise


• Expiration prolongée
• Toux, coryza, • La fréquence respiratoire est
larmoiement diminuée
• Le thorax est distendu avec une
• Elle suit parfois une faible ampliation thoracique
exposition à un facteur • Il existe des sifflements
déclenchant expiratoires à l’auscultation
• Les difficultés respiratoires
augmentent en décubitus
• Prédominance nocturne des
épisodes

16
DIGNOSTIC POSITIF

➢ La phase catarrhale ❖ Entre 2 crises l’examen


clinique est normale

• Atténuation dyspnée
❖ La crise peut se répéter
plusieurs fois dans la journée
• Expectoration attaque d’asthme
visqueuse, grisâtre,
perlée ❖ Les crises peuvent être
sévères voire mortelles en
l’absence de traitement
• Diminution sibilants
efficace
asthme aigu
• La crise peut céder
sans traitement 17
FORMES CLINIQUES

➢Asthme à dyspnée continue

➢Asthme instable

➢Asthme hypersécrétant

➢Asthme asymtomatique

➢Asthme cardiaque

➢Toux mono symptomatique

18
FORMES CLINIQUES

➢Asthme aigu grave

Signes de gravité de l’asthme

respiratoires, hémodynamiques ,
neuropsychiques

Examens complémentaires

RT, Gaz du sang ,ECG

19
FORMES CLINIQUES

➢Asthme allergique ou atopique

➢Asthme intrinsèque

➢Asthme post exercice

➢Asthme et RGO

➢Asthme et vascularite (CHURG et STRAUSS)

➢ABPA (HINSON PEPPYS)

20
FORMES CLINIQUES

➢Maladie de CARRINGTON

➢Asthme et facteurs endocriniens

➢Asthme du nourrisson

➢Asthme de l’enfant

21
Enfants

22
Adultes

➢ Œdème pulmonaire
Sibilants fréquents (œdème péri-bronchique)
➢ Exacerbation de BPCO
absence de réversibilité significative
➢ Dyspnée laryngée ou trachéale
Dyspnée inspiratoire et bruyante (cornage)
➢ Obstruction des grosses bronches
23
Asthme du sujet agé

• Il débute au tour de la soixantaine


• Il faut toujours éliminer une cause cardiaque

24
GINA : classification de la sévérité de l’asthme

•La présence de l’une de ces caractéristiques de sévérité suffit à placer un patient dans
cette catégorie
• Les patients de n’importe quel niveau, même intermittent, peuvent présenter des crises
graves. 25
TRAITEMENT

BUT

MOYENS

INDICATIONS

26
TRAITEMENT

BUT

CONTRÔLER
L’ASTHME ET
EVITER LES
COMPLICATIONS
27
28
TRAITEMENT

MOYENS

1-Broncho-dilatateurs
➢2—mimétiques
• Action rapide
• Salbutamol Pirbutérol, Fénotérol : inhalée
• Terbutaline : inhalée ou injectable
Action rapide: 10 mn; Durée de l’effet: 4 heures minimum
• Action prolongée
• Salmétérol ( inhalée )
• Formotérol ( inhalée )
• Terbutaline ( comprimé )
Durée d’action 12 heures 29
TRAITEMENT

➢Théophylline
• Faible index thérapeutique
• Effets secondaires + + +
• Variation des concentrations sanguines ( fièvre,
érythromycine)

➢Anti-cholinergiques ( ipratropium bromure )


• Moins rapides et moins efficace que les 2—mimétiques
• 2—mimétiques + anti- cholinergiques = effet synergique
30
TRAITEMENT

2- anti-inflammatoires
➢ Corticoïdes +++
• Inhalée
– Doses thérapeutiques: rare
effets secondaires (enrouement
de voix, toux mycose ) →
rinçage buccale
– ex: béclométasone; fluticasone;
budosénide
• Voie générale
– Comprimé
– Injectable

Courte durée (  10 jours )


Danger moindre
31
TRAITEMENT

➢Autres anti-inflammatoires

• Cromone

– Cromoglycate
– Nédocromil

• Anti-leucotriènes (ALT)

32
TRAITEMENT

3-les systèmes d’inhalation

➢ L’aérosol-doseur pressurisé ( A D P ): « spray »


➢ Chambre d’inhalation
• Volumatic
• Babyhaler
➢ Aérosol pressurisé auto-déclenché
➢ Inhalateurs de poudre sèche
• Diskus
• turbuhaler
➢ Nébulisation
33
TRAITEMENT

4-Autres moyens

• Anti IgE
• Désensibilisation
• Mucolytiques
• Antibiotiques
• Anti-histaminiques
• Kinésithérapie respiratoire
• Eviction de l’allergène
• Education

34
TRAITEMENT

INDICATIONS

• Stade 1: Asthme intermittent

➢ 2—mimétiques inhalés à la demande

35
TRAITEMENT

INDICATIONS

• Stade 2: asthme persistant léger

➢ 2—mimétiques inhalés à la demande sans dépasser 3 à 4


fois/jour

➢ Traitement de fond
Corticoïdes inhalé: 500 µg/ jour
± 2—mimétiques à action prolongée notamment contre les
crises nocturnes ( inhalé de préférence )
36
TRAITEMENT

INDICATIONS

• Stade 3: asthme persistant modéré

➢2—mimétiques inhalés à la demande

➢Traitement de fond
Corticoïdes inhalé:800 à 2000 µg/ jour
 2—mimétiques à action prolongée ( inhalé de préférence )

37
TRAITEMENT

INDICATIONS

• Stade 4: asthme persistant sévère

➢2—mimétiques inhalés à la demande

➢Traitement de fond
Corticoïdes inhalé: 2000 µg/ jour
 2—mimétiques à action prolongée ( inhalé de préférence )
corticoïde par voie générale
38
TRAITEMENT

INDICATIONS

• Hypersécrétion visqueuse

➢ Non sur infectée


 Mucolytique

➢ Sur infectée
 Mucolytique
 Antibiothérapie

39
TRAITEMENT

INDICATIONS

• Désensibilisation

– Patients mono-allergiques
– Basée sur les résultats de tests allergologiques
– Injection régulières d’allergènes
– Asthme bien stabilisé avant le début
– Elle permet de diminuer le traitement de fond et d’être moins
gêné en présence de l’allergène
– CI: patients poly-allergiques

40
TRAITEMENT

INDICATIONS

• Antihistaminiques

➢Asthme extrinsèque

– Terrain atopique
– Élévation des IgE spécifiques
– Désensibilisation spécifique non réalisable (poly-allergique )
– Allergène non identifié ( éviction non réalisable )

41
TRAITEMENT

INDICATIONS

• Kinésithérapie respiratoire + + +

➢Drainage
• Encombrement bronchique de fin de crise
• Sur infection

➢Rééducation respiratoire et réadaptation à l’effort


• Asthme vieilli
• Asthme à dyspnée continu
• Dyspnée d’effort etc. 42
TRAITEMENT

INDICATIONS

• Eviction de l’allergène
Obligatoire
Importance du rôle du patient
Difficile chez le jeune enfant => aide des parents
S’aider des tests allergologiques si réalisables

Prick-test

43
TRAITEMENT

INDICATIONS
• Education + + +
➢ Apprendre au malade à connaître sa maladie
• Ce n’est pas un sort
• Composante héréditaire
• Existence de traitement
• Reconnaître les signes d’aggravation de sa maladie
• Éviter les traitements non validés
• Apprendre au malade à accepter sa maladie
• Maladie de tout une vie
• Ne constitue pas un handicap si bien suivi
• Apprendre au malade à connaître et à utiliser les médicaments
• Apprendre au malade les gestes qui sauvent
• avoir toujours son ADP,
• éviter les allergènes,
• reconnaître les signe de gravité… 44
45
TRAITEMENT DE L’ASTHME AIGU GRAVE

➢ grande urgence médicale

➢ hospitalisation en réanimation

➢ O2 nasal : 3-4L/min.

➢ Bêta-2 agonistes : salbutamol ou terbutaline

(nébulisation, S/C , IV)

46
TRAITEMENT DE L’ASTHME AIGU GRAVE

➢ Corticoïdes :

systématiques (IV, per os)

➢ Hydratation abondante

➢ Apports potassiques :

➢ Antibiotiques

47
TRAITEMENT DE L’ASTHME AIGU GRAVE

Complications

➢Pneumo-médiastin et/ou emphysème sous-


cutané.

➢Pneumothorax

➢Les complications de la ventilation artificielle

48
QUELQUES ELEMENTS PRATIQUES

TECHNIQUE D’UTILISATION
DE L’ADP et AUTRES NÉBULISEUR

LA CORTICOTHÉRAPIE N’EST PAS LA SOLUTION DE L’URGENCE


49
QUELQUES ELEMENTS PRATIQUES

50
51