Vous êtes sur la page 1sur 91

Stabilité des pentes et des talus

Tanger, le 08/11/2018
SOMMAIRE
 LES MOUVEMENTS DE TERRAIN

 Généralités

 Types de Mouvement des terres

 Les facteurs d’instabilité


 ETUDE DES OUVRAGES EN PENTE

 Cadre réglementaire

 Reconnaissances du site

 Calcul de stabilité
 TECHNIQUES DE CONFORTEMENT

 TRAITEMENTS DES CAS PATHOLOGIQUES

 RECOMMANDATIONS

-1-
Mouvements de Terrain
 Généralités

 Les mouvements de terrain sont des phénomènes naturels MAIS


peuvent être activés ou accélérés par l’intervention HUMAINE

-2-
Mouvements de Terrain
 Généralités

 Ces phénomènes sont dangereux pour les personnes ,les constructions et


les infrastructures (autoroutières, routières ,hydrauliques ,portuaires et
aéroportuaires ..etc..)

Five Mile Creek, Alta, 1999 - Banff National Park


(R. Couture)
Le barrage à Charles Creek a contrôlé une coulée de
débris avec succès en 2007 (O. Hungr)

-3-
Mouvements de Terrain
 Généralités
 Ces mouvements peuvent causer des dangers très variables,

d’un simple glissement à une catastrophe naturelle :

 Rasage de plusieurs villages :cas de l’écoulement du Mont Granier en 1248 ( 5


millions de M3 de matériaux recouvrant plusieurs villages sur 5 km)

 Glissement du Mont TOC en Italie ( 2000 victimes)

 Glissement des Ghomaras en 1909 (Nord du Maroc) sur un rayon de 50 kms.

North Vancouver, C.-B., 2005 - (Didier Perret) Saint Liguori, Québec, 1989 – (Transport
Québec)

-4-
Mouvements de Terrain
 Généralités

 Les mouvements de terre célèbre à travers l’histoire

1248 Le Granier 2à 5000 morts

16ème siècle Bolivie 2000 morts


REGION ANNEE CUBATURE
1962 Pérou 4à 5000 morts

1970 Pérou 18000 morts


Parts de mollo France Po 1940 1 hm3
Le Thoronet France Var 1984 2 hm3 1963 Vajont Italie 2500 morts
Conry France Moselle 1970 4.5 hm3
Friolin France Savoie 1980-1985 10 hm3
Digne France Alpes 2002-2003 20 hm3
Val Pola Italie 1987 30 hm3
Ancona Italie 1982 100 hm3
Valezan France Savoie ~1800 150 hm3 Morts sous % des catastrophes
Mont Toc Italie 1963 280 hm3 glissement naturelles
Mont granier France Sav 1248 500 hm3
Mont St Helen USA 1980 1969 82 50
2.30 km3
Flims Suisse -15000 12 km3 1970 27 26
Alika ( sous marin) Hawaï -30000 300Km3 1971 171 54
1972 239 44

-5-
Mouvements de Terrain
 Les Types de Mouvement des terres

 La façon dont la pente s’écroulera et dont le matériel se déplacera dépend


de la géologie, de la physiographie et du climat de la région,
 On distingue :

 Éboulement
 Basculement
 Glissement
 Coulée-glissement
 Étalement
 Avalanche de roches
 Glissement complexe

-6-
Mouvements de Terrain
 Les Types de Mouvement des terres

• Éboulement – la chute libre de pierres ou de sédiments se détachant


d’un versant très abrupt, habituellement accompagnée de
mouvements de rebondissement ou de roulement

D. Wylie

-7-
Mouvements de Terrain
 Les Types de Mouvement des terres

 Basculement – la rotation vers l’avant de blocs rocheux ou de


sédiments qui se renversent complètement

Howson, C.-B. (M. Geertsema)

-8-
Mouvements de Terrain
 Les Types de Mouvement des terres

 Étalement – l’agrandissement de la zone occupée par des blocs de


sédiments ou de roche sur une pente douce

Scatter River, C.-B. (O. Hungr)

-9-
Mouvements de Terrain
 Les Types de Mouvement des terres
 Coulée – le mouvement vers le bas de sédiments ou de pierres
s’apparentant au mouvement de fluides

Lemieux, Ont. (S. Evans)

- 10 -
Mouvements de Terrain
 Les Types de Mouvement des terres

 Glissement – le déplacement vers le bas de masses de matériaux


relativement intacts suivant des plans de faiblesse

Mountain River, N.W.T. (J. Aylsworth)

- 11 -
Mouvements de Terrain
 Facteurs d’instabilité

• Les mouvement de terrain sont des changements de la surface terrestre


vers un nouvel état d’équilibre, Ils sont régis par des équations
d’équilibre entre les forces mécaniques moteurs et résistantes .

• Les facteurs d’instabilité auront pour effet d’augmentation des


contraintes de cisaillement et/où diminuer la résistance au cisaillement.

• Les mouvements de terrain apparaissent lors de la conjonction naturelle


ou artificielle de facteurs : topographiques (pentes des terrains, reliefs…),
géologiques (nature des sols), hydrologiques et climatiques (importantes
précipitations) …

- 12 -
Mouvements de Terrain
 Facteurs d’instabilité
• Les facteurs déclenchant les glissements de terrain sont résumés comme suit :

 Une diminution des résistances du sol: diminution de l’angle de


frottement interne et de cohésion;

 Une augmentation des charges en amont ;

 Une diminution des appuis en pied de pente (cas d’un terrassement mal
étudié ou le cas d’érosion) ;

 Plus rarement, un facteur déclenchant peut être une vibration (explosion


ou séisme) .

- 13 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire

Mission d’ingénierie géotechniques (NF P 94 500)


• Etape 1: Etude géotechnique Préalable (G1)
• Etude 2: Géotechnique de Conception (G2)
• Etude 3: Géotechnique de réalisation (G3)
• Diagnostic géotechnique (G5)

- 14 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1

Fixe Les principes du calcul aux états-limites ultimes et aux états-limites de service

états-limites ultimes

• La sécurité des personnes

• et/ou la sécurité de la structure.

états-limites de service :

 le fonctionnement de la structure ou des éléments structuraux en utilisation normale ;


 le confort des personnes ;
 l'aspect de la construction.

- 15 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1

Fixe quatre situations de projet:

 situations de projet durables : à conditions d'utilisation normale ;

 situations de projet transitoires : à conditions temporaires par exemple


cours d'exécution ou de réparation ;

 situations de projet accidentelles : à conditions exceptionnelles;

 situations de projet sismiques : à conditions applicables à la structure


lorsqu'elle est soumise à des tremblements de terre.

- 16 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1

Calcul aux états-limites :

 Le calcul aux états-limites doit être fondé sur l'utilisation de modèles


structuraux et de modèles de charges pour les états-limites à considérer.

 Il doit être vérifié qu'aucun état-limite n'est dépassé lorsque les valeurs de
calcul appropriées sont introduites dans ces modèles pour :

 les actions ;

 les propriétés des matériaux et des produits ;

 les données géométriques.

- 17 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1

Propriétés des matériaux et des produits :

 Lorsqu'une vérification d'état-limite est sensible à la variabilité d'une propriété


de matériau, il convient de prendre en compte des valeurs caractéristiques
supérieures et inférieures de cette propriété.

 si une valeur basse d’une propriété d’un matériau ou d’un produit est défavorable, il
convient de définir la valeur caractéristique comme étant le fractile 5 % ;

 si une valeur haute d’une propriété d’un matériau ou d’un produit est défavorable, il
convient de définir la valeur caractéristique comme étant le fractile 95 %.

- 18 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1
Vérification par la méthode des coefficients partiels

Valeurs de calcul des actions :

Fk : est la valeur caractéristique de l'action ;


Frep : est la valeur représentative appropriée de l'action ;
ϒf : est un coefficient partiel pour l'action.
Ѱ : est soit 1,00

Valeurs de calcul des effets des actions :

ad : est la valeur de calcul des données géométriques ;


ϒSd : est un coefficient partiel tenant compte d'incertitudes.

- 19 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1
Valeurs de calcul des propriétés de matériaux ou de produits :

Xk est la valeur caractéristique de la propriété du matériau ou produit.


η est la valeur moyenne du coefficient de conversion qui tient compte :
 des effets de volume et d'échelle ;
 des effets de l'humidité et de la température ;
 et d'autres paramètres s’il y a lieu.
ϒm est le coefficient partiel pour la propriété du matériau ou produit, pour tenir compte :
 de la possibilité d’écart défavorable de la propriété du matériau ou produit par rapport à sa valeur
caractéristique ;
 de la partie aléatoire du coefficient de conversion η.

- 20 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1

Valeurs de calcul des données géométriques :

 Les valeurs de calcul des données géométriques telles que les dimensions d'éléments qui sont
utilisées pour évaluer des effets d'actions et/ou des résistances, peuvent être représentées par
des valeurs nominales :

 Lorsque les écarts sur des données géométriques (par exemple, imprécision dans l'application
de charges ou la position des appuis) ont des effets significatifs sur la fiabilité d'une structure
(par exemple, par des effets du second ordre), les valeurs de calcul des données géométriques
doivent être définies par :

∆a tient compte :
 de l'éventualité d'écarts défavorables par rapport aux valeurs caractéristiques ou
nominales;
 de l'effet cumulé de la présence simultanée de plusieurs écarts géométriques.

- 21 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1
Résistance de calcul :

 La valeur de calcul Rd de la résistance peut être exprimée de la manière suivante :

ϒRd : est un coefficient partiel qui couvre l'incertitude du modèle de résistance, et les
écarts géométriques si ces derniers ne sont pas modélisés de manière explicite ;
Xd,i : est la valeur de calcul de la propriété du matériau i.

 La résistance de calcul peut aussi être obtenue directement à partir de la valeur


caractéristique d’une résistance d’un matériau ou d’un produit, sans détermination
explicite des valeurs de calcul des variables de base individuelles, par :

- 22 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1
États-limites ultimes :

Vérifications de l'équilibre statique et de la résistance :

 Lorsque l'on considère un état-limite d'équilibre statique de la structure,


il faut vérifier que :

Ed,dst : est la valeur de calcul de l'effet des actions déstabilisatrices ;


Ed,stb : est la valeur de calcul de l'effet des actions stabilisatrices.

 Lorsque l'on considère un état-limite de rupture ou de déformation excessive d'une


section, d'un élément ou d'un assemblage (STR et/ou GEO), il faut vérifier que :

Ed : est la valeur de calcul de l'effet des actions, tel qu'une force interne, un moment ou un vecteur
représentant plusieurs forces internes ou moments ;
Rd : est la valeur de calcul de la résistance correspondante.

- 23 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1

Combinaisons d'actions

Combinaisons d'actions pour situations de projet durables ou transitoires


(combinaisons fondamentales)

Combinaisons d'actions pour situations de projet accidentelles

Combinaisons d'actions pour les situations de projet sismiques

- 24 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1
États-limites de service :

Vérifications

On doit vérifier que :

Cd Valeur limite de calcul du critère d'aptitude au service considéré ;


Ed Valeur de calcul des effets d’actions spécifiées dans le critère d'aptitude au
service, déterminée sur la base de la combinaison appropriée.

Critères d'aptitude au service

Il convient que les combinaisons d'actions à prendre en compte dans les situations
de projet considérées soient appropriées aux exigences d'aptitude au service et aux
critères de performance à vérifier.

- 25 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 0 et 1

Critères d'aptitude au service

a) Combinaison caractéristique :

b) Combinaison fréquente :

c) Combinaison quasi-permanente :

- 26 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7
Domaine couvert par la norme EN 1997-1

 La norme EN 1997-1 doit est utilisée comme norme générale de base pour les
aspects géotechniques du calcul des bâtiments et ouvrages de génie civil.

La norme EN 1997-1 comporte des annexes A à J qui fournissent :

 dans l’annexe A des valeurs recommandées des facteurs partiels de sécurité ;


l’annexe nationale peut définir des valeurs différentes de ces facteurs partiels ;

 dans les annexes B à J des informations supplémentaires, comme par exemple


des méthodes de calcul d’application internationale.

- 27 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7
Hypothèses
Exigences de calcul :

 Pour chaque situation de calcul géotechnique, il doit être vérifié qu’aucun état
limite pertinent, au sens de la norme EN 1990:2002, n’est atteint.

Lorsque l’on définit les situations de calcul et les états limites, il convient
de considérer les facteurs suivants :

 les conditions du site en termes de stabilité globale et de mouvements du terrain ;

 la nature et la taille de la structure et de ses éléments, y compris des exigences


spéciales comme la durée de vie de calcul ;

 les conditions relatives au voisinage du projet

 la sismicité régionale ;

 l’influence de l’environnement (hydrologie, eaux superficielles, affaissements …)

- 28 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7
Hypothèses
Exigences de calcul :

 Dans la pratique, l’expérience montre souvent quel type d’état limite gouverne le
calcul de l’ouvrage et l’on pourra se contenter d’un contrôle pour vérifier que les
autres états limites ne sont pas atteints.

 Il convient normalement de protéger les bâtiments contre la pénétration, à


l'intérieur, des eaux souterraines ou la transmission de vapeur ou de gaz.

 Chaque fois que c’est possible, il convient de vérifier les résultats des calculs
par rapport à des expériences comparables.

- 29 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7
Hypothèses
Exigences de calcul :

 Afin d’établir les exigences relatives au calcul géotechnique, trois catégories


géotechniques (1, 2 et 3) peuvent être introduites.

Catégorie Classe de Conséquence


Conditions de site Base de justifications
Géotechnique (CC)
Expérience et reconnaissance
1 CC1 Simple et connues
géotechnique qualitative
CC1 Complexes Reconnaissance géotechnique
2
CC2 Simple ou complexe et calcul
Reconnaissance géotechnique
3 CC3 Simple ou complexe
et calcul approfondis

- 30 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7
Hypothèses
Exigences de calcul :

 La catégorie géotechnique 1 devrait seulement comprendre des


ouvrages petits et relativement simples :

 pour lesquels il est possible d’admettre que les exigences fondamentales


seront satisfaites en utilisant l’expérience et des reconnaissances
géotechniques qualitatives ;
 avec un risque négligeable.

 Il convient de n’utiliser les procédures de la catégorie géotechnique 1 que lorsque le


risque en matière de stabilité globale et de mouvements du terrain est négligeable et dans
des conditions de terrain dont une expérience comparable locale a montré qu’elles sont
suffisamment simples pour que des méthodes de routine puissent être utilisées pour le
calcul et l’exécution des fondations.

- 31 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7
Hypothèses
Exigences de calcul :

 La catégorie géotechnique 2 devrait comprendre les types classiques d’ouvrages


et de fondations qui ne présentent pas de risque exceptionnel ou des conditions
de terrain ou de chargement difficiles.

 Il convient normalement que les calculs des structures de la catégorie géotechnique 2


comportent des données géotechniques quantitatives et des calculs pour assurer que
les exigences fondamentales sont satisfaites.

 Les ouvrages suivants sont des exemples de structures ou parties de structures qui
entrent dans la catégorie géotechnique 2 :

 fondations superficielles, fondations sur radiers, fondations sur pieux, piles et


culées de ponts, remblais et terrassements…

- 32 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7
Hypothèses
Exigences de calcul :

 La catégorie géotechnique 3 devrait inclure les structures ou parties de structures


qui sortent des catégories géotechniques 1 et 2.

 La catégorie géotechnique 3 devrait normalement faire appel à des


dispositions ou règles alternatives à celles de cette norme.

 les ouvrages très grands ou inhabituels, les ouvrages construits dans des
zones très sismiques…

- 33 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7
Situations de calcul :

 Les situations de calcul de court terme et de long terme doivent être prises en compte.

 Pour les calculs géotechniques, il convient que les spécifications détaillées des
situations de calcul comprennent, suivant les cas :

 les actions, leurs combinaisons et les cas de chargement ;


 les plans de stratification inclinés ;
 les exploitations minières, cavernes et autres ouvrages souterrains ;
 les couches dures et molles ;
 les failles, joints et fissures ;
 les effets du gel ;
 les tremblements de terre ;
 ….

- 34 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7
Durabilité :

 Lorsque l’on dimensionne un ouvrage vis à vis de la durabilité des


matériaux placés dans le terrain, il est recommandé de tenir compte des
points suivants :

 pour le béton :

 les agents agressifs de l’eau souterraine, du terrain ou du matériau de


remblai, comme les acides ou les sels de sulfate ;
 pour l’acier :
 les attaques chimiques, si les éléments de la fondation sont enterrés dans un
terrain suffisamment perméable ;

 la corrosion des surfaces des rideaux de palplanches exposées à l’eau libre;

 les attaques corrosives de type «piqûres» de l’acier scellé dans du béton fissuré
ou poreux.

- 35 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7
Dimensionnement géotechnique par le calcul :

 Le dimensionnement par le calcul doit être effectué conformément aux exigences


fondamentales de la norme EN 1990:2002 et aux règles particulières de la présente
norme. Le dimensionnement par le calcul fait intervenir :

 des actions, qui peuvent être soit des charges imposées soit des déplacements
imposés, par exemple par des mouvements du terrain ;

 des propriétés des sols, des roches et des autres matériaux ;

 des données géométriques ;

 des valeurs limites de déformations, de largeurs de fissures, de vibrations, etc. ;

 des modèles de calcul.

- 36 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7

Approches de calcul

 La façon d’appliquer les équations de la résistance pour les états limites de la structure
et du terrain dans les situations permanentes et transitoires est déterminée par le choix
de l’une des trois approches de calcul définies ci-après
 A(pour les actions ou effets des actions), M (pour les paramètres du sol) et R
(pour les résistances).

 Approche de calcul 1

 Sauf pour le calcul des pieux sous charge axiale et des ancrages, on doit vérifier
qu’aucun état limite de rupture ou de déformation excessive ne sera atteint sous
chacune des deux combinaisons d’ensembles de facteurs partiels suivantes :

Combinaison 1 : A1 «+» M1 «+» R1


Combinaison 2 : A2 «+» M2 «+» R1
«+» signifie : «à combiner avec».

- 37 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7

Approches de calcul

 Approche de calcul 1

 Pour le calcul des pieux sous charge axiale et des ancrages, on doit vérifier
qu’aucun état limite de rupture ou de déformation excessive ne sera atteint sous
chacune des deux combinaisons d’ensembles de facteurs partiels suivantes :
Combinaison 1 : A1 «+» M1 «+» R1
Combinaison 2 : A2 «+» (M1 ou M2) «+» R4
 Approche de calcul 2
 On doit vérifier qu’aucun état limite de rupture ou de déformation excessive ne
sera atteint avec la combinaison d’ensembles de facteurs partiels suivante :

Combinaison : A1 «+» M1 «+» R2

- 38 -
Etude des ouvrages en pente
 Cadre réglementaire
Eurocode 7

Approches de calcul

 Approche de calcul 3

 On doit vérifier qu’aucun état limite de rupture ou de déformation excessive ne


sera atteint avec la combinaison d’ensembles de facteurs partiels suivante :

Combinaison : (A1* ou A2†) «+» M2 «+» R3

* sur les actions provenant de la structure ;


† sur les actions géotechniques.

- 39 -
Etude des ouvrages en pente
 Reconnaissances du site
I. GÉOLOGIE DU SITE : on doit examiner:

 Les différents formations rencontrées avec leur âge: photo aérienne,


visite du site et tranchées de reconnaissances;

 Rechercher les anomalies géomorphologiques: formations meubles ;

 Etude de fracturation des massifs rocheux;

 Établir une chronologie des accidents majeurs: fouilles, etc. … ;

 Orienter les glissements ;

 Avoir un historique sur les Séismicité dans un rayon de 200 km.

II. TOPOGRAPHIE HYDROGÉOLOGIQUES ET GÉOLOGIE:


 Levé Topographique du terrain

 Aspect climatologique avec le régime pluviométrique;

 Analyse fréquentielle des pluies annuelles;

 Niveau d’eau dans chaque nappe aquifère.

- 40 -
Etude des ouvrages en pente
 Reconnaissances du site
III. GÉOTECHNIQUE:
 Réaliser les coupes et cartes au point de vue géologique;

 Reconnaissance directe par des sondages mécaniques ou


tranchées;

 Prélèvement d’échantillons et effectuer des essais de


laboratoire: Cisaillement, IP, WL, LL, Teneur en Eau,
etc.….;

 Exploitation des forages ou puits voisins:


 Mise en place des piézomètres
 Mise en place des inclinomètres dans des forages verticaux.

 Mesurer les débits par le biais des drains horizontaux.

- 41 -
Etude des ouvrages en pente
Calcul de stabilité

Le calcul de stabilité en rupture circulaire est effectué par la méthode des


tranches Bishop ou Fellenus.

Découpage en tranches

- 42 -
Etude des ouvrages en pente
Calcul de stabilité

Le calcul de stabilité en rupture circulaire est effectué par la méthode des


tranches Bishop ou Fellenus.

Découpage en tranches

- 43 -
Etude des ouvrages en pente
Calcul de stabilité

Le calcul de stabilité en rupture circulaire est effectué par la méthode des


tranches Bishop ou Fellenus, pour déterminer le facteur de sécurité.

Facteur de sécurité pour une


surface de rupture donnée

Décomposition des forces

Calcul de stabilité

- 44 -
Etude des ouvrages en pente
Calcul de stabilité

Le calcul de stabilité en rupture circulaire est effectué par la méthode des


tranches Bishop ou Fellenus, pour déterminer le facteur de sécurité.

• Méthode Fellenus :

• Méthode Bishop
simplifiée :

- 45 -
Etude des ouvrages en pente
Calcul de stabilité

La condition de stabilité du talus est arrêté pour un facteur de sécurité


minimal Fs>1.

Détermination du cercle critique

- 46 -
Etude des ouvrages en pente
Calcul de stabilité

La stabilité en rupture plane est effectué par la décomposition des forces


agissant sur la masse susceptible de glissé, et la détermination du
coefficient de sécurité globale.

- 47 -
Etude des ouvrages en pente
Calcul de stabilité

La stabilité en rupture plane est effectué par la décomposition des forces


agissant sur la masse susceptible de glissé, et la détermination du facteur de
sécurité globale.

• Facteur de sécurité :

- 48 -
Techniques de Confortement

I. TERRASSEMENTS:

On distingue trois types de méthodes de stabilisation par terrassement:

 Les actions sur l’équilibre des masses: allègement en tête, remblai


en pied, Risbermes, épaulement…

 Les actions sur la géométrie de la pente: curage et reprofilage…

 les substitutions partielles ou totales de la masse instable;

- 49 -
Techniques de Confortement

II. CAPTAGE ET DRAINAGE :

L’eau diminue la stabilité des talus par:

 Diminution des contraintes effectives et donc la résistance au


cisaillement;

 Augmentation du poids spécifique du sol mais cela est


négligeable;

 Altération superficielle du sol.

- 50 -
Techniques de Confortement

II. CAPTAGE ET DRAINAGE :


Les Dispositions de drainage
1) Fossés bétonnés de pied et de crête;

2) Tranchées drainantes ( avec PVC diamètre 100, matériaux


drainants, géotextile 300 à 600g/m²….)
3) Masques drainants :
 Revêtement en couches des matériaux granulaires

4) Eperons drainants :
 Murs drainants perpendiculaires à l’axe du talus

5) Drains Subhorizontaux :
 Talus de petits diamètres 50 à 80 mm acheminés vers un exutoire

- 51 -
Techniques de Confortement

II. CAPTAGE ET DRAINAGE :

L’EFFICACITÉ D’UN SYSTÈME DE DRAINAGE

est conditionnée par:

 Nature du terrain;

 Géométrie des couches aquifères;

 La perméabilité des sols;

 Les alimentations et les exutoires.

- 52 -
Techniques de Confortement

III. RENFORCEMENT

• Mur de soutènement;
• Tirant d’Ancrage, Mur en sol Cloué, Terre armée;
• Rangée de Pieux, profilés métalliques;
• Géo synthétique;
• Gabionnage,

- 53 -
Techniques de Confortement

EXEMPLE DE CONFORTEMENT UTILISE AU MAROC


• Terre Armée et écailles (RN2 /Pont ONCF Mghogha Seghira);

• Géo synthétique PK 33 de la RN 2 ;

• Tranchées drainantes (RN 16 et RN 2) ;

• Polystyrène (RN 6) ;

• Béton projeté (RN 16 au PK 54) ;

• Géo grilles (Autoroute AGADIR et RP 4105 près de l’usine électrique


de Talambout) ;

• Gabionnage profond (PK 38 de la RR 417);

• Pieux et micro pieux (Autoroute à Ksar Seghir et près de Melloussa) ;

• Viaduc sur pieux (Autoroute près de Melloussa) ;

• Colonnes ballastées (TGV) ;

• Terre Armée et écailles pour passage RN 16 ( port Tanger Med) ;

- 54 -
Traitement des cas pathologiques
 Cas Pathologiques -Région de Tanger Tétouan-

I. Glissement de la route de Talambout 2009/2010

II. Glissement de la RN 2 PK 33 et 34 (MEGA GLISSEMENT) 1995/1996


III. Glissements de terrain de la RN 2 PK 57, 68 et 92 ( 1996)
IV. Glissements de la RN 1 PK 78 à 80 (2000)
V. Glissements de terrain RN 16 (DIKI) 1994/2011
VI. Glissements de terrain RN 16 (Oued LAOU) 1985
VII. Glissements de terrain RP 4702 (Dorsale BENI IDDER) 1995

- 55 -
Traitement des cas pathologiques
 Répercussions
• Dégradation partielle ou totale de la plateforme routière ;
• Dépôts de matériaux sur la chaussée sous forme d’éboulis ;
• Déformation et cassures d’ouvrages hydrauliques et de soutènement .
• Perturbations de Circulations
• Expropriation

- 56 -
Traitement des cas pathologiques
 Méthodologie de travail

L’organisation du travail est réalisée comme suit :

1. Une réaction rapide avec un objectif majeur, à savoir le rétablissement


rapide de la circulation ;
2. l’apport d’expertise afin de permettre à travers l’analyse des
pathologies, la définition de solutions adaptées à chaque cas rencontré ;
3. La préparation des travaux et leur réalisation avant la prochaine
période pluvieuse.

- 57 -
Traitement des cas pathologiques
 Méthodologie de travail

Réaction à court terme, La reprise rapide de la circulation passe par :


1. Evaluation des dégâts
2. Rétablissement provisoire de la circulation :
- Dégagement des éboulis
- Rechargement par du tout venant des zones d’affaissement
- Ouverture des fossés et des OH
3. Surveillance du réseau
4. signalisation routière appropriée
5. suivi des sections évolutives
6. inspection continue des routes à fort trafic à la recherche de nouveaux
glissements.

- 58 -
Traitement des cas pathologiques
 Méthodologie de travail

Expertise, L’expertise a procédé selon les étapes suivantes:

1. Recensement des points de glissement et leur classification selon la


nature des dégâts et l’ampleur des glissements.
2. Analyse des causes de glissement et du comportement des systèmes
existants relatifs à l’assainissement et au drainage.
3. Développement de solutions de traitement relatives à
l’assainissement, au drainage et au soutènement.
4. Lancement des études pour les grands glissements
(BET et Laboratoire)

- 59 -
Traitement des cas pathologiques
 Méthodologie de travail

Préparation et réalisation des travaux,

La réalisation des travaux de traitement des points de glissement ,nécessite


au préalable la finalisation des études dans un délai convenable, permettant
le respect des procédures normales des appels d’offres, et la mobilisation de
la concurrence et l’approbation des marchés.

- 60 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
RN 13 dans la province d’Ouezzane
o Intervention sur site

- 61 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
RN 13 dans la province d’Ouezzane
o Intervention sur site

- 62 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
RN 13 dans la province d’Ouezzane
o Données du projet

- 63 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
RN 13 dans la province d’Ouezzane
o Solutions proposées

TERRE ARMEE

- 64 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
RN 13 dans la province d’Ouezzane
o Solutions proposées

TERRAMESH SYSTEM

- 65 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
RN 13 dans la province d’Ouezzane
o Solutions proposées

ENROCHEMENT

- 66 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Remblai 4 entre le Pk 61+000 et Pk 64+000 de la RN2
o Intervention sur site

- 67 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Remblai 4 entre le Pk 61+000 et Pk 64+000 de la RN2

o Données du projet

Sondage
pressiometrique

- 68 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Remblai 4 entre le Pk 61+000 et Pk 64+000 de la RN2

o Solution proposée

- 69 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Ravinement sur le remblai R3078 du LGV
o Intervention sur site

Ravinement

- 70 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Ravinement sur le remblai R3078 du LGV
o Données du projet

9m

- 71 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Ravinement sur le remblai R3078 du LGV
o Solution proposée

- 72 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Glissement du Déblai 8 de la voie Express Taza-El Hoceima
o Intervention sur site

- 73 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Glissement du Déblai 8 de la voie Express Taza-El Hoceima
o Données du projet

- 74 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Glissement du Déblai 8 de la voie Express Taza-El Hoceima
o Solution proposée

- 75 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Glissement du Déblai 8 de la voie Express Taza-El Hoceima
o Calcul de stabilité/Situation Statique

- 76 -
Traitement des cas pathologiques
 Exemples de Traitement
Glissement du Déblai 8 de la voie Express Taza-El Hoceima
o Calcul de stabilité/Situation Sismique

- 77 -
Recommandations
 Suivi et entretien
OBSERVATION
 Mettre des témoins sur place ( plaques de ciments ou de bétons)

AUSCULTATION
 Examen périodique par appareil ( Piézo / Inclino )

SURVEILLANCE
 Mise en place de capteurs et interprétation

LES DISPOSITIFS DE DRAINAGE nécessitent un entretien régulier sinon, ils perdent leur
efficacité :

 Les drainages de surface et les ouvrages de collecte des eaux;

 Les tranchées drainantes;

 Les drains subhorizontaux;

 Les drains verticaux;

 Les masques et éperons drainants.

- 78 -
Recommandations

Sur le plan stratégique :


En considération des changements climatiques :

Il est actuellement temps de développer une stratégie globale d’adaptation


aux changements climatiques intégrant une dimension prospective.

C’est ainsi que certaines actions doivent être entreprises :


- Intégration des études d’environnement dans les études routières.
- Développement d’une expertise nationale

Pour une meilleure optimisation des interventions, il faut développer des


cartes de risques délimitant les zones sensibles pour lesquelles des études
poussées doivent être initiées pour le moyen terme.

Pour le court terme, et pour l’ensemble des routes stratégiques, une action
d’envergure est à déclencher afin de combler le manque en traitement de
l’environnement dans le but de limiter l’impact des changements climatiques
sur le secteur des transports.

- 79 -
Recommandations

Sur le plan pratique :

Un effort particulier doit être fait pour permettre la finalisation des études et la
réalisation des travaux avant l’avènement de la période humide suivante.

il y’a lieu de revoir nos méthodes de conception de la route et de ses ouvrages :


- Des tunnels de faibles dimensions permettent d’éviter les terrassements dans
des zones d’instabilité.
- Utilisation des nouvelles techniques , soutènement en terre armée et parois
clouées,…, Remblais légers,…

- Le traitement des écoulements doit se faire, lorsque c’est nécessaire même


loin de l’emprise routière (aménagement des entrées d’OH et de leurs exutoires)

Certains types d’ouvrages, tels les buses emboitées, doivent être remplacés par
d’autres structures (les dalots) moins sensibles aux tassements des sols saturés
d’eau.

- 80 -
Recommandations
 Suivi et entretien
OBSERVATION
 Mettre des témoins sur place ( plaques de ciments ou de bétons)

INSTRUMENTATION
 Examen périodique par appareil ( Piézo / Inclino )

SURVEILLANCE
 Mise en place de capteurs et interprétation

LES DISPOSITIFS DE DRAINAGE nécessitent un entretien régulier sinon, ils perdent leur
efficacité :

 Les drainages de surface et les ouvrages de collecte des eaux;

 Les tranchées drainantes;

 Les drains subhorizontaux;

 Les drains verticaux;

 Les masques et éperons drainants.

- 81 -
Recommandations
 Intervention
Les Directions territoriales dans les zones à risques d’instabilités de terrain telles
doivent être dotées d’une brigade spéciale nécessaire à l’intervention rapide
,comprenant le matériel minimum suivant :

• Deux à trois camions de 20m3

• Une ou deux pelles sur pneus

• Deux chargeurs

• Une niveleuse

• Un compacteur (14tonnes)

• Un porte char au niveau régional

- 82 -
 Instrumentation
Instrumentation
Tassomètre LPC Inclinomètre P94-156 CPI P 94-157-2 Piézomètre P 94-157-1

Mesure du tassement du sol (déplacement vertical) pendant et après la construction des remblais ou toute
autre construction.

-Les tassomètres de surface sont des équipements


commerciaux fabriqués. Il s'agit de cellules en PVC
de 300 mm de diamètre ou de systèmes équivalents.
Les tassomètres de surface seront installés sous le remblai.

-Les raccordements au poste de lecture seront


installés dans des tranchées passant en dessous du
remblai, Ils seront installés avec suffisamment de jeu
pour permettre une certaine aisance en cas de tassement.

-Des graphes seront produits montrant l'évolution des


tassements et de la hauteur du remblai en fonction du temps.
On utilisera la méthode graphique d'Asaoka pour vérifier
l'évolution du tassement dans le temps et prédire le
tassement final.

13/11/20
83
18
Instrumentation
Tassomètre LPC Inclinomètre P94-156 CPI P 94-157-2 Piézomètre

Graphique D'AZAOKA
25

20
y = 0,308x + 10,46
15 R² = 0,9995

SI+1
10

0
0 5 tassement
10 15 20 25
SI
Graphes montrant l'évolution des tassements et de
la hauteur du remblai en fonction du temps. méthode graphique d'Asaoka

84
Instrumentation
Tassomètre LPC Inclinomètre P94-156 CPI P 94-157-2 Piézomètre P 94-157-1

Les mesures à l’inclinomètre ont pour but selon le cas de détermine


localement les variation d’inclinaison du tube de
mesure dans le temps, de connaître la position du tube par rapport à la
verticale du lieu ou d’évaluer les déplacements
du tube dans le temps par rapport à une de ses extrémités
supposée fixe ou dont la position la position fixe par ailleurs

-Les inclinomètres seront des instruments de type commerciaux


installés selon les directives du fabricant. Ils sont formés d'un tube
inclinométrique en plastique rigide rainuré selon deux plans
perpendiculaires et inséré dans un trou de forage réalisé à cette fin.

-Les inclinomètres seront placés dans un forage atteignant le


substratum ferme. Les rainures du tube seront orientées de
façon à ce qu'un axe soit perpendiculaire au remblai.
On s'assurera que l'espace entre le tube inclinométrique et
le forage soient correctement rempli de façon à ce que le tube
inclinométrique et le sol soient solidaires.

-Des graphes seront produits montrant l'évolution dans le temps


des déplacements latéraux de surface (jalons) ou globaux
(inclinomètre) en relation avec la profondeur, à la hauteur du
remblai et au tassement mesuré, pour détecter tout signe
d'accélération

85
Instrumentation
Tassométre LPC Inclinomètre P94-156 CPI P 94-157-2 Piézomètre P 94-157-1

Avril 2016 13/11/20 86


18
Instrumentation
Tassomètre LPC Inclinomètre P94-156 CPI P 94-157-2 Piézomètre P 94-157-1

Des piézomètres (CPI) seront mis en place pour mesurer


l'augmentation des pressions interstitielles lors de la mise
en charge des remblais et le taux de dissipation dans le temps

- 87 -
Instrumentation
Tassomètre LPC Inclinomètre P94-156 CPI P 94-157-2 Piézomètre P 94-157-1

Des piézomètres ouvert seront mis en place pour détermine


rapidement et avec précision le niveau d’eau dans le forage.
le niveau piézométrique consiste à :
installé au bout d'un forage ou dans un forage isolé,
Enveloppe de sable propre 0,2/0,5mm
Piézométrique posée au centre de l'enveloppe ;
bouchon de bentonite d'au moins 600 mm de longueur
posé en bagues ou en boules ;
coussinet de sable de 250 mm de longueur, pour absorber
les pressions dues au gonflement.

- 88 -
Instrumentation
Tassomètre LPC Inclinomètre P94-156 CPI P 94-157-2 Piézomètre P 94-157-1

Niveau de Marée
Niveau d’eau / tête de piezo Niveau d’eau / Côte
Date Jours Z
(m) NGM

05/04/2018 0 2,543 0,92 1,62 ---


10/04/2018 5 2,543 0,90 1,64 ---
Basse
17/04/2018 12 2,543 0,70 1,84
Haute
21/04/2018 16 2,543 0,65 1,89
Haute
22/04/2018 17 2,543 0,68 1,86
Basse
27/04/2018 22 2,543 0,65 1,89

20/09/2018 168 2,543 1,600 0,94 Haute

Niveau d’eau / Côte NGM


1,89 1,89

1,84
1,62 1,86
P1

1,64 0,94

0 20 40 60 80 100 120 140 160 180


JOURS

- 89 -
Merci pour votre Attention

- 90 -

Vous aimerez peut-être aussi