Vous êtes sur la page 1sur 14

Rapport de stage de fin d’étude

Réalisé par  ; Encadré par  ;

Ouijdane habra

Imane hafsi

Yassine hadir
Mr BELKHYAT NAJIB
Hajar hakim

Khaoula habal

Fadoua guitano

Omar gossass

Hamza ghezouani

Aya ghris

1
Table des matières

Introduction générale 3
CHAPITRE I : Présentation de l’organisme : 4
A. Siemens Gamesa Renewable Energy 4
B. Présentation de Siemens Gamesa Tanger 5
CHAPITRE II : L’énergie éolienne 6
I. Introduction 6
II. L’éolienne ………………………………………………………..…………………………………………………6
I.1 Introduction……………………………………………………………………………………………………….6
I.2 Structure d’une éolienne ……………………………………………………………………………………….6
III. Le multiplicateur de vitesse (arbre de transmission………………………………………………..…………10
IV. La génératrice (l’alternateur) .…………………………………………………………..……………….………10
V. Le système de commande (contrôleur électronique) ………………..……………………………….………11
VI. Les dispositifs d’orientation de la nacelle ……………………………………………………………….……..11
VI.1 Schéma global d’une éolienne …………………………………...………………………………………..11
VII. Les différents types d’éoliennes…………………………………………………………………………………12
VII.1 Le nombre de pales…………………………………………………………………………………….12
VII.2 Les différents axes des éoliennes…………………………………………………………………...…13
Conclusion……………………………………………………………………………………………………………………….…14

2
INTRODUCTION GÉNÉRALE :

L’énergie est un élément indispensable dans notre vie quotidienne ;


elle a joué un rôle fondamental dans l’évolution des civilisations.

Aujourd’hui, elle continue à être la préoccupation majeure des plus forts pays du
monde.

Depuis son existence, l’Homme n’a pas bien su comment utiliser et


exploiter ses ressources, ce qui a des répercussions néfastes sur
l’environnement global, réchauffement climatique, la liquéfaction des
glaces dans l'Arctique, la volatilité persistante des cours du pétrole et
l’augmentation de la demande mondiale,

Ces différents facteurs, parmi d’autres, ont poussé les pays industrialisés à
chercher de nouvelles sources d’approvisionnement en matière d’énergies.

A son tour, le Maroc a adopté la stratégie des énergies renouvelables


comme alternative aux sources classiques adoptée en Mars 2009, puisque
plus que 95 % de ces sources énergétiques dépend de l’extérieur

Cette stratégie vise à renforcer la sécurité d’approvisionnement et la


disponibilité de l’énergie ainsi que son accessibilité généralisée à des
coûts raisonnables.

3
CHAPITRE I : Présentation de l’organisme :

A. Siemens Gamesa Renewable Energy


Siemens Gamesa Renewable Energy a été créée en avril 2017 avec la fusion de Gamesa
Corporation Technologisa et de Siemens Wind Power. L'histoire de Gamesa est marquée par
unesprit d'innovation et une expansion réussie sur de nouveaux marchés. Ce qui a commencé
comme un petit atelier d'usinage dans le nord de l'Espagne s'est rapidement développé en une
société mondiale axée sur la gestion des installations industrielles, l'industrie automobile et le
développement de nouvelles technologies. En 1995, Gamesa s'est étendu à l'énergie éolienne en
installant la première éolienne dans les collines d'El Perdón, en Espagne, et quatre ans plus tard,
l'entreprise est devenue le principal fabricant d'éoliennes du pays. L'expansion internationale suivit
rapidement alors que l'entreprise ouvrait des centres de production aux États-Unis, en Chine, en
Inde et au Brésil. L'histoire de Siemens Wind Power est tout aussi impressionnante. La société est
directement impliquée dans l'industrie de l'énergie éolienne depuis 2004, date de l'acquisition du
fabricant danois d'éoliennes, Bonus Energy. Avec l'acquisition de Bonus, Siemens a acquis une
richesse de technologie et une expérienceéprouvée remontant à 1980. Cette histoire comprend la
fourniture de turbines pour le premier parc éolien offshore au monde à Vindeby, au large des côtes
du Danemark, en 1991. La sociétéest devenue le leader du marché mondial des éoliennes offshore,
gagnant une réputation de leadership technologique, un service client solide et proposant des
solutions d'énergie de bout en bout entièrement intégrées. Siemens Gamesa rassemble toutes ces
qualités sous un même toit : un esprit d'innovation, un dévouement à l'excellence technologique et
une volontéd'apporter une valeur réelle et durable à tous les acteurs et clients. Aujourd'hui,
Siemens Gamesa Renewable Energy est un leader Figure 1 : Eolienne SIEMENS opérationnelle 11
respectés de l'industrie engagé à fournir des solutions innovantes et efficaces aux défis
énergétiques de demain.

Figure 1 : Eolienne SIEMENS

4
B. Présentation de Siemens Gamesa Tanger.
Implantée au Maroc depuis 1956, Siemens investit plus de 100 millions d’euros dans la
construction d’une nouvelle usine de fabrication de pales pour éoliennes terrestres au Maroc.
Cette unité est située dans la zone franche de Tanger Automotive City (TAC), à environ 14 kmde
Tanger, et les pales sont exportées via le port de Tanger-Med. "À 35 kilomètres du port de Tanger
Med, cet emplacement nous offre un accès direct à certains des marchés les plus importants de
demain", déclare Markus Tacke, PDG de Siemens-Gamesa Renewable Energy. L’usine offre de
réelles opportunités dans la région, en créant jusqu’à 700 emplois directs sur site, soit plus de trois
fois la présence actuelle de Siemens dans le pays. Il s’agira de la toute première usine de
fabrication de pales pour éoliennes de toute la région Moyen-Orient et Afrique.

Construites sur une parcelle totale d’environ 133 000 mètres carrés, les installations occupent une
surface de 37 500 mètres carrés, soit la taille d’environ cinq terrains de football. Cette usineà la
pointe de la technologie produit des pales pour éoliennes terrestres B63-10 d’une longueurde 63
mètres, principalement destinées à l’Europe, au Moyen-Orient et à l’Afrique. La conception de
l’usine permettra également la production de pales de plus grandes dimensions, afin d’être
préparée aux avancées technologiques à venir. Les pales fabriquées au Maroc ferontpartie des plus
grands modèles mono-pièce à base de matériaux composites au monde. La construction de l'usine
a débuté au printemps 2016, La mise en exploitation a été le 11 Octobre2017.

Ci-joint le plan architectural complet de la société avec les différents départements et les segments
de fabrication de la pale :

Figure 2: plan architectural

5
CHAPITRE II : L’énergie éolienne

I.
Introduction

Les énergies renouvelables constituent une alternative


prometteuse et de substitution des énergies conventionnelles qui
continuent de causer de sévères dégâts écologiques et qui sont dans
tous les cas des ressources limitées. Parmi ces énergies renouvelables :
L’énergie éolienne.
L’énergie éolienne, qui tire son nom du mot grec Éole (Dieu du vent),
est tout simplement l’énergie produite par le vent. Comme toutes
les formes d’énergie, l’énergie éolienne tire son origine du soleil,
puisque ce sont les différences de températures et de pressions induites dans
l’atmosphère par l’absorption du rayonnement solaire qui mettent les
vents en mouvement.

II. L’éolienne

II.1 Introduction

Une éolienne est un dispositif qui transforme l’énergie cinétique du vent,


c’est-à-dire le fluide en mouvement, en énergie mécanique. Le plus souvent
cette énergie est elle-même transformée en énergie électrique par
l’intermédiaire d’une génératrice.
Les éoliennes produisant de l’électricité sont appelées
aérogénérateurs, tandis que les éoliennes qui pompent directement
de l’eau sont parfois appelées éoliennes de pompage.

II.2 Structure d’une éolienne

6
Une éolienne se compose d’un grand nombre d’éléments que l’on peut regrouper
en trois parties bien distinctes : Le mât, le rotor et la nacelle .

Une éolienne se caractérise principalement par :


1.1.1 Sa puissance nominale
1.1.2 Le diamètre de son rotor
1.1.3 La hauteur de son mât

Le mât :

Le mât, généralement fait du métal, est un support qui permet


d’élever le rotor à une hauteur suffisante pour permettre son mouvement
(le vent est plus fort et plus régulier en altitude qu’au niveau du sol).
La seconde fonction du mât est de protéger les câbles reliés depuis le
générateur jusqu’à l’armoire de couplage située à la base du mât où on
trouve un ordinateur (armoire de couplage) qui permet de contrôler le
fonctionnement de l’éolienne. C’est cet ordinateur qui, grâce aux
informations prélevées par l’anémomètre et la girouette, agit sur
l’éolienne pour freiner ou arrêter ses pales si le vent est trop fort ou
encore de bien orienter le rotor face au vent.
Le mât d’une éolienne peut atteindre jusqu’à 150m de hauteur; il
est posé sur un socle en béton armé et fixé au sol qui garantit sa
stabilité.

7
◉ Pourquoi les éoliennes sont-elles suspendues si haut ?
Parce que plus on est en hauteur, plus le vent souffle fort et
moins il est gêné par certains obstacles (immeubles, maisons…).

◉ Le rotor :
Le rotor, appelé aussi hélice, est la partie tournante de l’éolienne. Il
est composé des pâles, généralement au nombre de 3, et du nez de
l’éolienne (il contient un moyeu et une commande du rotor). Le rotor est
entraîné par l’énergie du vent.
Le rotor transforme de l’énergie cinétique du vent en énergie
mécanique (rotation de son arbre principal).

◉ Les pales :
Les pales de l’éolienne sont fixées en haut du mât, que l’éolienne soit
horizontale ou verticale. Elles sont entraînées par le vent, et leur
mouvement actionne le générateur qui produit ainsi de l’électricité.

8
La taille des pales varie d’une éolienne à l’autre. Leur longueur atteint
actuellement entre 30 et 55 mètres, soit un diamètre du rotor compris entre 60 et
110 mètres.

Les pales tournent à une vitesse relativement lente, de 10 à 20 tours/min, d’autant


plus lente que l’éolienne est grande.

Les pales d’éolienne sont fabriquées à partir de matériaux composites


(Polyester renforcé par de la fibre de verre et/ou du carbone) qui allient à la fois
les qualités de rigidité et de légèreté.

◉ Le moyeu :
Le moyeu, appelé aussi « nez », est en général une pièce d’acier moulée. Il
supporte les pales et relie le rotor à la nacelle (à travers un arbre). Il fait varier l’angle
d’attaque des pales.

Figure 4: Le moyeu

◉ La nacelle :
La nacelle, située en haut du mât, derrière le rotor, est un élément qui abrite
(couvre ou protège) les composants mécaniques, électriques et électroniques
nécessaires au fonctionnement de l’éolienne.

9
La nacelle comporte :

III. Le multiplicateur de vitesse (arbre de transmission) :


Il sert à élever la vitesse de rotation entre l’arbre primaire (lent) et
l’arbre secondaire (rapide) qui entraîne la génératrice électrique. En effet, la
faible vitesse de rotation de l’éolienne ne permettrait pas de générer du
courant électrique dans de bonnes conditions avec les générateurs de courant
classiques.
L’arbre secondaire comporte généralement un frein mécanique qui permet
d’immobiliser le rotor au cours des opérations de maintenance et d’éviter tout
risque de destruction de la machine.

Figure 5: multiplicateur de vitesse

IV. La génératrice (l’alternateur) :


C’est elle qui convertit l’énergie mécanique en énergie électrique.
La rotation du rotor induit un champ électromagnétique qui entraîne la
création du courant dans le stator de la génératrice. Ça puissance maximale
délivre jusqu’à 2500 kW.

10
V. Le système de commande (contrôleur électronique) :
Il est chargé de surveiller le fonctionnement de l’éolienne (démarrage,
freinage, orientation du rotor,…etc).

VI. Les dispositifs d’orientation de la nacelle :


Les dispositifs d’orientation permettent d’orienter le rotor et les pales des
éoliennes dans la direction du vent.

VI.1 Schéma global d’une éolienne :

Figure 6: schéma global d'une éolienne

❶ : Mât ❷: Pales ❸ : Arberlent

❹ : arbre rapide ❺ : Nacelle ❻:Anémomètr


e

❼ : Girouette ❽ : System d’orientation ❾


:Génératrice

❿ : Boite d’engrenage 111 : Système de contrôle

11
VII. Les différents types d’éoliennes
VII.1 Le nombre de pales

Les éoliennes se différencient par leur nombre de pales. C’est pourquoi il existe
des éoliennes dites tripales (éolienne à trois pales), bipales (avec deux pales) et
monopales (une pale).

Figure 7: Eolienne monopale Figure 8: Eolienne bipales Figure 9: Eolienne tripales


◉ Eolienne tripales :

Principalement pour des raisons de stabilité, la plupart des éoliennes


modernes sont tripales (nombre impaire en générale).

◉ Eolienne bipales :

Le grand avantage des éoliennes bipales par rapport à celles tripales est
le fait qu’elles permettent d’économiser le coût d’une pale de rotor, ainsi
que le poids de celle-ci bien évidemment. Les éoliennes bipales ont cependant
eu certaines difficultés à pénétrer le marché, entre autres parce qu’il leur
faudra une vitesse de rotation bien plus élevée pour produire la même
quantité d’énergie qu’une éolienne tripale, ce qui constitue un inconvénient.

◉ Eolienne monopale :

Les éoliennes à conception monopale permettent d’économiser le


coût d'une pale de plus. Le grand inconvénient de ce type d’éolienne
est que pour équilibrer le rotor, il faudra munir l’éolienne d’un balancier
du côté du moyeu opposé à la pale (voir schéma ci-dessous).

12
Remarque :
De nombreuses éoliennes possèdent également quatre pales voire beaucoup
plus mais elles sont plutôt destinées à un usage privé.

VII.2 Les différents axes des éoliennes

Généralement, il existe deux grandes familles d’éoliennes ayant chacune


leurs spécificités :

Les éoliennes à axe horizontal :

Une éolienne à axe horizontal est une éolienne dont le rotor du type hélice est
monté sur un axe horizontal, c’est-à-dire un arbre principal horizontal (Les
pales tournent autour d’un axe horizontal).
Toutes les éoliennes raccordées aujourd’hui au réseau sont construites avec
un rotor monté sur un axe horizontal. (Tous les schémas d’éoliennes ci- dessus sont
des éoliennes à axe horizontal).

Les éoliennes à axe vertical :

Une éolienne à axe vertical est une éolienne dont le rotor est monté sur un axe
vertical (Les pales tournent autour d’un axe vertical).

13
Conclusion :

Pour réduire la dépendance aux combustibles fossiles, l'énergie


renouvelable, en particulier, la production d'énergie éolienne devrait être
considérablement développée dans les prochaines décennies. Ceci peut être
réalisé par l'installation et l'utilisation d'éoliennes de grande et de très grande
taille, à placer dans des parcs éoliens en mer ou à terre. Les exigences de base
pour les performances d'une telle éolienne ne peuvent être satisfaites qu'en
utilisant des matériaux composites avancés, légers, très durables, résistants à la
fatigue, tolérants aux dommages et rigides. , impact combiné, chargement
cyclique statique et aléatoire. Afin de résister à ces sollicitations pendant de
nombreuses années et des centaines de millions de cycles de chargement (d'un
côté) et de réduire les charges (comme la gravité, de l'autre côté), les pales de vent
sont construites à partir de composites polymères renforcés de fibres. les solutions
disponibles (dans le cas le plus simple, le composite E-verre / époxy) satisfont
partiellement la plupart de ces conditions, la nécessité de nouvelles et meilleures
solutions conduisant à une fiabilité accrue.

14