Vous êtes sur la page 1sur 33

‫الجمــــــــهورية الجـــــــــــــزائرية الـدمقــــــــــــــــــراطية الشــعـبـيـة‬

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ETPOPULAIRE

Ministre de l’enseignement supérieur Et de


La recherche scientifique
Ecole Supérieur des Sciences appliquée
Génie des Procédés

Station d’épuration des eaux usées


Cap-Falcon

Réalisé par : L’Encadreur :

BOUZIDI Soumya. Mr : KHELAL Nabil.

Année : 1éreannée second cycle GP-traitement Des Eaux-.

2018/2019
Sommaire :
Introduction ............................................................................................ 4
Chapitre 01 : les eaux usées : origine et caractérisation
I. Les eaux usées : origine et caractérisation ........................................ 6
I.1.La définition des eaux usées ............................................................ 6
I.2.Les différents types des eaux usées.................................................. 6
I.2.1.Les eaux usées domestiques .......................................................... 6
I.2.2.Les eaux pluviales ...................................................................... 6
I.2.3.Les eaux usées industrielles .......................................................... 6
I.3.Origine des eaux usées ..................................................................... 7
I.4.Composition des eaux usées............................................................. 7
Chapitre 02 : Présentation de l’entreprise :
II.Présentation de la SEOR ................................................................. 10
II.SEOR en chiffre .............................................................................. 11
II.2.Données techniques ..................................................................... 11
Chapitre 03 : procédés d'épuration des eaux usées
III.Procédés d’épuration des eaux usées.............................................. 14
III.1.Introduction : ............................................................................... 14
III.2.Prétraitement des eaux usées ....................................................... 15
III.2.1.Le Dégrillage ............................................................................ 15
III.2.2.Le Déssablage ........................................................................... 16
III.2.3.Le dégraissage et déshuilage .................................................... 17
III.2.4.Traitement des graisses ............................................................. 18
III.2.5.Décantation primaire ................................................................ 18
III.3.Traitement de l’eau ...................................................................... 19
III.3.1.Les aérateurs de surface ............................................................ 20
III.4.Décantation secondaire ................................................................ 22
III.5.Traitement de boue ...................................................................... 23
III.5.1.Evacuation des boues en excès ................................................. 23
III.5.7.Déshydratation des boues ......................................................... 27
Chapitre 04 Les analyses de laboratoire de la STEP…………….29
IV.Les analyses de laboratoire de la STEP ......................................... 29
IV.1.1.Introduction .............................................................................. 29
IV.2.Analyses physico-chimique : ...................................................... 29
IV.3. la température……………………………………………………………………….29

IV.4.Conductivité électrique ……………………………………….29

IV.5.Matière en suspension MES ………………………………….30

IV.5. Analyses bactériologiques …………………………………30

IV.6. Les paramètre de pollution……………………………………30

IV.7. La floculation-ESSAI JAR TEST …………………………30

IV.8. ESSAI JAR TEST …………………………………………………….31


V.Conclusion ...................................................................................... 32

VI .Bibliographie ……………………………………………..…..33
Introduction Général :

Le traitement des eaux usées est l’ensemble des procédés visant dépolluer

l’eau usée avant son retour dans le milieu naturel ou sa réutilisation.

Lorsque l’homme utilise l’eau il ne fait pas que la consommer, mais il en rejette une

partie contenant différents polluants dans l’environnement. C’est ce que l’on

appelle l’eau usée.

C'est pourquoi, dans un souci de protection des milieux récepteurs, des

traitements sont réalisés sur ces effluents collectés par le réseau

d'assainissement urbain. L'objectif des traitements est de réduire l'impact des

eaux usées sur l'environnement. Les eaux traitées sont parfois réutilisées, on

parle, alors, de recyclage des eaux usées.

À l'échelle mondiale, le traitement des eaux usées constitue le premier

enjeu de santé publique : plus de 4 000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque

jour de diarrhées liées à l’absence de traitement des eaux et au manque d’hygiène

induit.

Les traitements peuvent être réalisés de manière collective dans

une station d'épuration ou de manière individuelle. La plupart des procédés

intensifs de traitement fonctionnent selon les mêmes processus de base, mais des

différences plus ou moins importantes peuvent exister dans la manière de mettre

en place ces processus. Le traitement se divise généralement en plusieurs étapes


(2)
.

Dans ce travail, je vous présenterais les étapes importantes de traitement

et les analyses de laboratoire que j’ai appris au cours de mon stage à la station

d’épuration « STEP CAP-FALCON ».

4
Chapitre 01
Les eaux usées : origine et
caractérisation

5
I Les eaux usées : origine et caractérisation

I.1 Définition des eaux usées


Les eaux usées regroupent les eaux résiduaires domestiques (les eaux vannes et

les eaux ménagères), les eaux de ruissellement et les effluents industriels (eaux

usées des usines). Ils constituent donc un effluent pollué, et qui sont rejetées

dans un émissaire d'égout vers le milieu naturel.

I.2 Les différents types des eaux usées :

On distingue 3 types des eaux usées :

I.2.1 Les eaux usées domestiques :


Les eaux usées domestiques comprennent les eaux ménagères (eaux de toilette,

de lessive et de cuisine) et les eaux vannes (urines et matières fécales). Ces eaux

contiennent des matières minérales (chlorures, phosphates, sulfates, etc.), et des

matières organiques constituées de composés ternaires, tels que les sucres et les

graisses.

I.2.2 Les eaux pluviales


Ce sont les eaux de ruissellement (eaux pluviales, eaux d'arrosage des voies

publiques, eaux de lavage des caniveaux, des marchés et des cours). Les eaux qui

ruissellent sur les toitures, les cours, les jardins, les espaces verts, les voies

publiques et les marchés entraînent toutes sortes de déchets minéraux et

organiques : de la terre, des limons, des déchets végétaux, etc., et toute sortes

de micropolluants (hydrocarbures, pesticides, détergents...etc.

I.2.3 Les eaux usées industrielles


Tous les rejets résultant d'une utilisation de l'eau autre que domestique sont
qualifiés de rejets industriels. Cette définition concerne les rejets des usines,
mais aussi les rejets d'activités artisanales ou commerciales. Ces eaux ont une

6
grande variété et peuvent être toxiques pour la vie aquatique, ou pour l'homme.

Les eaux résiduaires sont celles qui ont été utilisées dans des circuits

s de réfrigération, qui ont servi à nettoyer ou laver des appareils, des machines,

des installations, des matières premières ou des produits d'une usine, elles

peuvent contenir des substances chimiques utilisées au cours des fabrications. Les

liquides résiduaires sont des liquides résultant des fabrications ; c'est le cas des

solutions de produits chimique, des solutions de sous-produits, ou le cas des

liquides acides provenant de la vidange des cuves de décapage des métaux.

I.3 Origine des eaux usées :


Les eaux usées proviennent de quatre sources principales :

1- Les eaux usées domestiques.

2- Les eaux usées industrielles.

3- Les eaux de pluie et de ruissellement dans les villes.

4- Le ruissellement dans les zones agricoles.

I.4 Composition des eaux usées :


La composition des eaux usées (Tableau 01), est extrêmement variable en fonction

de leurs origines. Elles peuvent contenir de nombreuses substances, sous forme

solide ou dissoute, ainsi que de nombreux microorganismes. En fonction de leurs

caractéristiques physiques, Chimiques, biologiques et du danger sanitaire qu'elles

représentent, ces substances peuvent être classées en quatre groupes : les

matières en suspension, les micro-organismes, les éléments traces minéraux ou

organiques, et les substances nutritives.

Tableau : Composants majeurs typiques d'eau usée domestique :

7
8
Chapitre 2 :
Présentation de l’entreprise
SEOR :

9
Présentation de la SEOR :
La Société de l’eau et de l’assainissement
d’Oran « SEOR », est une société par
actions dont les actionnaires sont
l’Algérienne des Eaux « ADE » et l’Office
National de l’Assainissement « ONA ».
Mise en place le 1er avril 2008, elle fut
chargée du service publique de l’eau
potable et de l’assainissement de la wilaya
d’Oran, tout en ayant comme objectif
principal l’amélioration de la qualité du
service d’alimentation en eau potable et
ainsi la qualité de vie des citoyens.
Dès sa création, la SEOR s’est vue confier les missions suivantes :
Assurer une alimentation en eau potable en H24 pour tous les citoyens de la wilaya
d’Oran.
Étendre le réseau d’assainissement à toutes les agglomérations de la wilaya.
Prodiguer une formation au personnel de la SEOR et œuvrer au transfert de la
technologie.
Assurer une politique fiable dans le domaine de
l’épuration et le recyclage des eaux usées.

SEOR en chiffre :

– Données générales
Champ d’intervention : Wilaya d’Oran
09 Daïras
26 Communes
1 657 590 habitants
331 149 abonnés SEOR
– Données techniques :
Les sources d’alimentation en eau potable de la wilaya d’Oran
L’alimentation en eau potable de la wilaya d’Oran est assurée actuellement par :
– Ressources régionales :
Transfert de l’Ouest : Adduction de Tafna
Transfert de l’Est : Adduction de Gargar, Transfert MAO
– Ressources locales :
Divers puits de captage

10
– Ressources non conventionnelles (station de dessalement) :
-Station de dessalement EL Kahrama (capacité 90.000 m3/j).
-Station de dessalement de Bousfer (capacité 5.500 m3/j)
-Station de dessalement des Dunes (capacité 5.000 m3/j)
-Station de Brédéah (capacité 25.000 m3/j)
-Station de dessalement Chatt El Hillah (capacité 200.000 m3/j)
-SDEM Mostaganem (150.000 m3/j)
-SDEM El Mactaa (500.000m3/j)
Assainissement :
L’activité d’épuration des eaux usées via des stations conçues à cet effet a été
prise en charge par SEOR, à partir de mai 2011 pour la STEP d’El Karma en mars
2013 pour la STEP de Cap Falcon. Les 02 STEP possèdent des capacités
d’épuration respectives de 270.000 m3/j et 30.000 m3/j.
Des projets d’irrigation de périmètres agricoles sont en phase de conception et
réalisation par d’autres instances afin de permettre à la wilaya d’Oran
d’exploiter ces eaux épurées.
La station d’Epuration des eaux usées STEP Cap-Falcon :

STEP Cap Falcon est située sur la commune d’Ain El Turk, dans la wilaya d'Oran.
Sa position exacte est tout à l'ouest d’Ain El Turk.

STEP Cap-Falcon est la 2emeouvrage hydraulique du genre à savoir le jour au


niveau de la wilaya d’Oran, après celle d’El karma.

Cette station a été conçue pour l’épuration des eaux usées de 250 000 habitants

L’objectif de cette station est : de protéger l’environnement du milieu marin sur


la côte ouest d’Oran, étant donné que les rejets d’eau usée des foyers de
plusieurs communes sont collectés et acheminés vers cette station.

Il est prévu également de réutiliser les eaux épurées de cette station à cette
station à des fins agricoles (un périmètre de 400ha).

Donnée technique :

• Maitre d’ouvrage : Direction des Ressources en Eaux(DRE).

• Superficie : 73042 m2.

• Bureau d’étude : assistance, contrôle technique et suivi des travaux :

Groupe SGI (suisse)

Cabinet MERLIN(France)

11
Entreprise de réalisation :

• Groupe STEREAU(France)

• Cabinet GHANGSHA (chine)

• Date démarrage des travaux : 08Mai 2007.

• Délai de réalisation : 33mois

• Délais d’exploitation : 24mois

• Exploitation : SEOR .SPA depuis 27 Mars 2013

Intitulé Unité Horizon Année


2030 2013

Capacité en équivalent habitant EH 250 000 100 000

Charge hydraulique sur la biologie

Débit nominal m3/j 30 000 12 000

Débit moyen m3/h 1 250 500

Débit de pointe m3/h 2 000 1 000

Flux de pollution à traiter

DBO5 Kg/j 7 440 2 250

DCO Kg/j 11 340 5 500

MES Kg/j 10 950 1 800

NTK Kg/j 1 750 700

Pt Kg/j 2 150 60

12
Chapitre 03 :

Procédés d’épuration des eaux


usées au STEP

13
III Procédés d’épuration des eaux usées :

III.1 Introduction :
La Station d’épuration est prévue pour traiter les eaux usées du groupement

urbain.

Les débits, les charges polluantes et les objectifs de traitement sont donnés dans

le dossier d’appel d’offres et forment la base du dimensionnement, Pour parvenir

aux objectifs de traitement, il a été prévu la réalisation d’une station d’épuration

biologique à moyenne . En amont du prétraitement, il est prévu :

• un bassin de dissipation de l’énergie

• un échantillonneur automatique

• une station de prétraitement mécanique et de dépotage des matières de

vidange.

Le prétraitement est composé des étapes suivantes :

• Dégrillage

• Dessablage - déshuilage

• Décantation primaire

Le traitement des résidus récupérés par dégrillage et dessablage - déshuilage est

compose de :

• Classification et lavage des sables récupérés par dessablage

• Compactage des refus de dégrillage. ensachage et stockage dans une benne

Le traitement biologique sera réalisé avec le procédé des boues activées par :

• un ensemble de bassins d’activation biologique

• un ensemble de décanteurs secondaires

• Une désinfection des eaux traitées au chlore est prévue

• L’épaississement gravitaire des boues primaires

• L’épaississement mécanique des boues activées en excès

14
• La digestion anaérobie

• Le stockage des boues digérées

• La déshydratation mécanique des boues digérées et le stockage des boues

déshydratées

III.2 Prétraitement des eaux usées :

III.2.1 Le Dégrillage
C’est le premier poste de traitement, indispensable aussi bien en eau de surface qu’en
eau résiduaire, permet de :

• Protéger les ouvrage aval contre l’arrivée de gros objets susceptibles de

provoquer des bouchages dans les différentes unités du l’installation.

• Séparer et d’évacuer facilement les matières volumineuses charriées par

l’eau brute, qui pourraient nuire à l’efficacité des traitements suivant ou en

compliquer l’exécution .

Le dégrillage est composé de 4 chenaux de dégrillage équipés des dégrilleurs fins

(espacement entre les barreaux = 10 mm). Les grilles mécaniques sont inclinées de

75 degrés offrant une grande surface de passage ; leur nettoyage s’effectue d’une

manière très simple par une racle rigide qui épouse la forme des barreaux de la

grille. Les grilles sont disposées sur un même axe perpendiculaire à l’axe du chenal

d’amenée.

L’opération automatique des dégrilleurs est contrôlée par une mesure

différentielle du niveau d’eau en amont et en aval du dégrillage.

Les refus des dégrilleurs seront déchargés sur une bande transporteuse commune

qui les transporte vers une presse laveuse. Les refus de dégrillage seront lavés,

ensachés et déchargés dans une benne.

15
Les dégrilleurs seront couverts. L’air pollué sera traité par biofiltre.

Figure 3.1 : dégrilleurs

III.2.2 Le Dessablage
C’est pour le but d’extraire des eaux brutes les graviers, sables et particules

minérales ou moins fines de façon à éviter les dépôts dans les canaux et conduits

à protéger les pompes et autre appareils contre l’abrasion, à éviter de perturber

les stades traitements.

Un chenal de sortie fait suite au poste de dégrillage en amenant les eaux dégrillées

vers quatre chenaux de dessablage - déshuilage. C’est la lame de débordement, à la

sortie des dessaleurs, qui impose la côte du plan d’eau vers l’amont, et notamment

dans le chenal d’amenée assurant une équin-répartition du débit entre les ouvrages

lorsqu’ils sont utilisés en parallèle.

L’entrée des déssableurs - déshuileurs est équipée de batardeaux.

Dans chaque chenal, un baffle à claire voie installé parallèlement à l’axe principal

délimite deux zones distinctes du point de vue fonctionnel : une zone turbulente

de déssablage d’une largeur de 4,8 m (via l’action de bulles d’air). Les sables

décantent et se retrouvent au fond de l’ouvrage dans une partie approfondie. Les

grains de sables ainsi décantés dans la fosse sont extraits par le système air lift

16
L’autre zone située à l’opposé de l’axe d’installation des rampes d’air est séparée

de la zone de déssablage par un baffle ajouré installé sur toute la longueur de

l’ouvrage.

L’ouvrage est équipé de ponts racleurs suceurs jumelés animés d’un mouvement de

“va-et-vient” destinés à extraire les sables déposés au fond de l’ouvrage; qui

seront transportés par la suite dans une rigole centrale qui débouche vers une

fosse collectrice. Le mélange eau et sable sera transporté vers un calibreur de

sable situé à côté du déssableur. Le sable est asséché puis déchargé dans une

benne.

Figure 3.2 : le déssableur – déshuileur

III.2.3 Le dégraissage et déshuilage :


Les opérations de dégraissage et de déshuilage consistent en une séparation de

produits de densité légèrement inférieure à l’eau, par l’effet de flottation.

Les graisses sont des produits solides de nature essentiellement animale (ou

végétale) le produits se présente sous la forme de particule libre, ou plutôt

agglomérées avec les matières en suspensions déversées qu’il faut détacher pour

autoriser la flottation. Cette technique de séparation conduit à récupérer, ou

même temps que les graisses, certains produits flottants tels que les débris divers

végétaux ou animaux savon, mousses (détergents), et plastiques, etc.

17
III.2.4 Traitement des graisses
Les matières flottantes et les graisses s’accumuleront à la surface du déshuilage

et seront raclées jusqu’à l’entrée d’un puits à graisses. Ces matières peuvent au

besoin avec un clapet être entreposées dans le puits. Les matières peuvent être

régulièrement retirées de ce puits dans un réservoir mobile (tonne â lisier) et

transportées vers les digesteurs. Cette boue grasse est transportée à l’aide d’une

pompe à vis excentrée vers le système d’envoi vers les digesteurs. Dans les

digesteurs une grande partie organique est transformée de façon anaérobie en

biogaz.

III.2.5 Décantation primaire


Les eaux troubles provenant du traitement des boues sont envoyées après le

dessablage/déshuilage. L’eau usée coule ensuite vers une décantation primaire.

Une partie des MES se déposent et réduit donc la charge massique de DBO5 et

DCO.

Nous avons prévu 4 décanteurs primaires, équipés de ponts racleurs. Les

décanteurs primaires sont dimensionnés sur la base du dossier d’appel d’offres

pour une charge hydraulique de 1.5 m/h, éventuellement 2,5 m/h. Les dimensions

de chaque décanteur primaire sont récapitulées ci-après :

• Diamètre : 48,9 m

• Hauteur d’eau moyenne : 2,56 m


Les eaux à la sortie des décanteurs primaires sont dirigées vers deux puisards

communs où seront également collectées les boues de retour des décanteurs

secondaires

Le taux d’élimination estimatif dans la décantation primaire est :

• DBO =33%

18
• DCO =29%
• MES =63%.

Figure 3.3 : le décanteur primaire

III.3 Traitement de l’eau :


Afin d’assurer les objectifs de traitement, il a été prévu un traitement par boues

activées à moyenne charge. La règle de base dans le dimensionnement est de

respecter la charge massique sur la base du dossier d’appel d’offres. Cette charge

est calculée sur la masse totale de boues présentes dans le bassin d’aération

et permet de parvenir aux objectifs de rejet dont la réduction de la pollution

azotée en période d’été par la mise en place de la nitrification.

Le traitement à boues activées sera composé de 4 bassins en béton, qui seront

équipés d’aérateurs de surface.

Opération avec 4 lignes :

• Nombre d’ouvrage : 04

• volume d’un basin : 10.584 m3

• charge massique des boues : 0,35 kg DBO5/ (kg MES x j)

• nombre de cascades pour ouvrage : 04

L’alimentation des bassins d’aération sera réalisée par une conduite en béton

débouchant dans un canal de répartition situé en amont. Dans le cas où un bassin

19
est hors service, les eaux seront distribuées vers les trois autres bassins en

service.

Pour la vidange éventuelle des bassins d’aération, deux pompes sont prévues à la

sortie des bassins.

Le bassin d’aération sera conçu pour assurer un brassage homogène de la boue.

Éviter les dépôts de matières en suspension et l’érosion du fond ou des parois de

l’ouvrage.

Les bassins d’aération seront équipés d’aérateurs de surface de type à axe vertical

et à vitesse de rotation lente. Chaque aérateur est monté sur une passerelle en

béton armé avec garde-corps Les passerelles reposent sur 4 poteaux en béton

armé.

Un compartiment de dégazage sera accolé à chaque bassin à boues activées, équipé

d’un dispositif de rabattement des mousses. Les mousses peuvent être au besoin

récupérées dans un puits de pompage d’où la mousse sera dirigée vers la

déshydratation mécanique ou vers le puisard d’aspiration de la station de pompage

de la boue de retour.

Figure 3.4 : le Bassin d’aération


20
III.3.1 Les aérateurs de surface :

Les bassins d’aération seront équipés des aérateurs de surface de type à axe

vertical et à vitesse de rotation lente. Chaque aérateur est monté sur une

passerelle en béton armé avec garde-corps Les passerelles reposent sur 4 poteaux

en béton armé.

Afin de pouvoir adapter l’apport en oxygène par les aérateurs, les bassins seront

munis de lames de débordement réglables, Celles-ci permettront de changer la

profondeur d’immersion des aérateurs de surface.

La hauteur d’eau dans un bassin, équipé des aérateurs de surface étant limitée, les

dimensions des bassins à boues activées (bassins d’aération) sont récapitulées ci-

après :

Longueur : = 89.80 m

Largeur : = 22,45 m

Hauteur d’eau := 5,25 m.

Pour que la capacité d’aération puisse être adaptée aux besoins réels, les aérateurs

de surface sont équipés de variateurs de vitesse. La variation de vitesse des

aérateurs sera tributaire de deux mesures d’oxygène dissous.

Un compartiment de dégazage sera accolé à chaque bassin à boues activées, équipé

d’un dispositif de rabattement des mousses Les mousses seront récupérées dans

un puits de pompage à côté de la rigole.

21
L’émission d’aérosols est réduite par des jupes souples conçues en outre pour

réduire la formation de mousses flottantes. Les moteurs des turbines seront

capotés pour limiter les nuisances sonores.

Figure 3.5 : l’aérateur de surface

III.4 Décantation secondaire :

La : clarification des effluents est une étape essentielle dans le procédé biologique

d’épuration. L’efficacité de la séparation de la liqueur mixte, en boues concentrées

et en eau traitée, a une influence directe sur les conditions de fonctionnement du

système et sur le rendement d’épuration. Le rôle de la décantation secondaire est

donc d’assurer une meilleure séparation de la biomasse de l’eau traitée et de

permettre par ailleurs un premier épaississement des boues biologiques

décantées.

22
Il a été projeté de construire 8 décanteurs secondaires circulaires, chaque

ensemble de 4 décanteurs formant un groupe fonctionnel. Entre ces deux groupes

sera situé l’ouvrage de répartition des décanteurs secondaires, équipé d’un canal

central à déversoir bilatéral

Chaque canal débouchera dans un puits d’où partira la conduite d’alimentation du

décanteur secondaire concerné.

Le décanteur secondaire aura les dimensions suivantes :

• nombre d’ouvrages : 8

• diamètre : 56,5 m

• hauteur utile à 2/3 du diamètre : 3,4 m

Les boues décantées seront pompées dans un puits à boues commun pour chaque

ensemble de 4 décanteurs secondaires et acheminées vers la station de pompage

des boues de retour. La boue sur rageante produite est envoyée dans deux puits

pour être également acheminée vers la déshydratation mécanique ou bien vers la

station de pompage des boues de retour

L’eau claire des décanteurs secondaires s’écoule gravitaire ment vers le chenal de

sorties de la station

d’épuration.

Figure 3.6 : le décanteur secondaire

23
III.5 Traitement de boue :

III.5.1 Evacuation des boues en excès :


La biomasse augmente quotidiennement, avec la quantité de pollution traitée. Il

est donc nécessaire d’extraire régulièrement les boues excédentaires pour

maintenir un taux de MES stable dans le bassin d’aération.

Le volume de boues envoyé à l’épaississement est mesuré avec un débitmètre

électromagnétique sur la conduite de refoulement des boues en excès, Il sera

accompagné d’un transmetteur de signaux continu avec une sortie analogique qui

transmettra ce signal au système de gestion de la station où sera registré

également la valeur instantanée du débit et le cumul (totalisation) des volumes des

boues en excès.

On installe 3 pompes submersibles dans le même puisard d’aspiration de la station

de pompage des boues de retour.

24
Matières organiques complexes
(Protéines, lipides, sucres)

Hydrolyse
Bactéries hydrolytique

Matières organiques simples


(Acides aminés, glycérol, osides, acides
gras)
Acédogénèse

20% 5%
Bactéries
fermentatives
75%
Acides organiques Composes neutres
Bactéries acétogènes

50% 25%
Acétate CO2 + H2

Bactéries méthanogène méthanogène méthanogènése Bactéries méthanogène

Acétoclastiques par décararboxylation par réduction hydrogénophiles

70% 30%
Biogaz
CO2 + CH4

Schéma 3.2 de la dégradation anaérobie de la matière organique

25
III.5.1.1 La phase hydrolyse :
Le déchet solide est liquéfié, les macromoléculaires organiques sont décomposés

en éléments simples (oligomère). Cette étape est rendue possible par l’activité

d’enzymes secrétées par des bactéries hydrolytiques.

Cette phase est nécessaire pour rendre assimilable le déchet par les bactéries.

III.5.1.2 La phase d’acidogène :


Les bactéries (nous pouvons citer à titre acetobacterium) transforment les

molécules simples en acides gras volatils et alcool de faible poids moléculaire. Nous

observons également la production hydrogène et de gaz carbonique résultant de

la condensation de la conversion des sucre, lipides et des protéines. Les bactéries

responsable de l’acide genèse peuvent être anaérobie strictes ou facultatives.

Hydrolyse et acidegénèse :

C2H12O6+ H6O 2CH3COO-+4H++2HCOO3-+4H2O.

III.5.1.3 La phase d’acétogénèse


Les produits de l’acétogénèse sont convertis en acétate et en hydrogène par
d’autres bactéries. Durant cette phase plusieurs groups de bactéries coordonnés
ensemble pour assure la formation de l’acétate, H2, CO2.

Les bactéries responsables de cette acétogénèse peuvent être classées en trois


groupes :

• Les bactéries acétogènes productrice obligées d’hydrogène ou OHPA selon


la terminologie anglo-saxonne (obligate hydrogen producing actogène) .
• Les bactéries homoacétogène.
• Les bactéries sulfato-réductrice.
Voie acétogène :

4CH3CH2COO- + 3H2O 4CH3COO- + CH4 +HCOO3- + H+.

2 CH3CH2COO- + H+ + 2H2O 3CH3COO- +CH4 + H+.

Voie homoacétogène:

26
4H2O + 2HCOO3- + H+ CH3COO- + 4H2O.

III.5.2 Déshydratation des boues :


Pour la déshydratation des boues on prévoit en tout 8 filtres à bandes presseuses.

L’installation des filtres à bandes presseuses se fait dans le même bâtiment que

l’épaississement mécanique des boues en excès. Le floculant utilisé pour la

déshydratation est préparé dans deux stations de préparation de floculant dans

les concentrations exigées Pour la préparation de floculant pulvérulent, il est

possible de stocker le volume nécessaire pour trois mois dans un entrepôt à

l’intérieur du bâtiment.

Activité de la station de déshydratation l’acétate en méthane.

Les filtrats de la déshydratation sont renvoyés en amont des décanteurs primaires

L’extraction et le chaulage de la boue digérée déshydratée est prévue sur deux

files , pour qu’à chaque fois 3 ou 4 racleurs enlèvent la boue de la bande de

filtration qui tombe alors sur une bande d’extraction et reprise par deux pompes

haute pression qui au choix alimente un des quatre silos de boue humide d’un volume

de 500 m3 ou un des deux malaxeurs à chaux. Les deux silos à chaux sont prévus

pour un stockage d’environ un mois.

Le but de la déshydratation est l’obtention d’une teneur en substances sèches d’au

moins 25%.

La boue digérée déshydratée et chaulée est évacuée dans la benne d’un camion

27
Chapitre 04 :
Les analyses de laboratoire de
la STEP

28
III.5.3 Introduction :

Le laboratoire de la station d’épuration est responsable à toutes les analyses de


l’eau usée à l’entrer et en cours du traitement jusqu’à la fin du cycle où elle sort
eau épuré. Les analyses de laboratoire permettent de donner tous les propriétés
physico-chimiques , la qualité des eaux épurées , les boues finales pour assurer la
protection de l’environnement et le bon fonctionnement de la station pendant
le traitement car les échantillons sont prélevés dans divers points du
traitements.

Les points de prélèvements sont : L’entrée d’eaux usées, le décanteur primaire, le

bassin d’aération, la sortie de l’eau épurée, la boue de routeur, la boue digérée, la

boue finale et la boue mixte.

Les laborantins prennent en charge les échantillons chaque jour aux points de

prélèvements. Pendant mon stage j’ai remarqué que le type de l’échantillonnage est

ponctuel car les échantillonneurs automatiques sont arrêtés à cause d’une panne.

Analyses physico-chimique :

Les paramètres analysés sont :

La température : la température de l’eau est un paramètre de confort pour les


usages elle permet également de corriger d’analyses dont les valeurs sont liées à
la température (conductivité notamment).

Conductivité électrique : la conductivité mesure la capacité de l’eau à conduire le


courant entre deux électrodes.la plupart des matières dissoutes dans l’eau se
trouve sous forme d’ions charge électriquement

29
Matière en suspension MES : sont constituée de toutes les particules
organiques ou minérales véhiculées par les eaux .mesuré par une rompe a filtré.

Potentiel d’hydrogéné PH : il représente le degré d’acidité ou d’alcalinité du


milieu aquatique .un ph compris entrée 6et 9 permet un développement à peu
près correct de faune et la flore.

M1−M0
𝑀𝐸𝑆 = V0
Le volume de l’échantillon

Analyses bactériologiques : un examen ou analyse bactériologique permet de


rechercher et d’identifier en cause dans une infection.

Les paramètres de pollution :

Demande chimique en oxygène DCO.

Demande biologique en oxygéné DBO5.

Azote ammoniacal N-NH4.

Nitrate N-NO3.

Nitrites N-NO2.

Azote total.

Phosphore total.

Orth-phosphate PO4.

Matière sèche

Matière volatile sèche

Elément toxique (métaux lourd) : fer, cuivre, plomb, zinc, chrome….

La floculation-ESSAI JAR TEST :

30
La floculation est le phénomène de formation de flocs de taille plus importante
.on utilise pour ce faire .des adjuvants de floculation. Les floculations sont dans
leur grande majorité des polymères de poids moléculaire très élevé.

ESSAI JAR TEST :

La détermination de ces grandeurs en laboratoire est réalisée par ce qu'on


appelle le jar test. Il consiste en une rangée de béchers alignés sous un
appareillage permettant de tous les agiter à la même vitesse. Les différents
béchers ont reçu une dose différente de réactifs et à la fin de
l'expérimentation, on détermine quels sont les couples quantités de réactifs /
vitesse et temps d'agitation qui permettent d'obtenir l'eau la plus limpide, les
flocs les plus gros et les mieux décantés. Concernant les vitesses d'agitation, la
seule certitude est que la coagulation nécessite une vitesse d'agitation plutôt
rapide (afin de bien mélanger l'eau et que les colloïdes et les cations métalliques
se rencontrent et se neutralisent) et que la floculation - quant à elle - nécessite
une vitesse relativement lente (afin de favoriser la rencontre et l'agrégation des
colloïdes mais sans détruire les flocs déjà formés)...

31
V. Conclusion :

En conclusion, je tiens à préciser que mon stage au sein de la Station d'épuration

du groupement urbain d'Oran a été très bénéfique, il m’a permis de profiter des

connaissances et de l’expérience professionnelle des personnes avec qui j’ai été en

contact. Les informations acquises compléteront mes connaissances théoriques en

pratique.

Si l’idée de réutilisation des eaux usées épurées est généralement, admise comme

étant une hypothèse sérieuse pour une augmentation substantielle des volumes

disponibles pour satisfaire des domaines divers comme l’irrigation, l’industrie...

Cette hypothèse est devenu une réalité grâce au développement et à la qualité des

eaux traités par la station d’épuration CAP- FALCON.

L’aménagement hydro-agricole de ce projet confié aux entreprises algériennes

Cosider-canalisation et le groupement Chiali-Amenhyd et Trans-Canal sera

desservi par des stations de pompage et la mobilisation des eaux traitées de la

STEP, des lagunes et autres adductions, a expliqué, pour sa part, le directeur des

ressources en eau de la wilaya.

Je tiens aussi à remercier tous les techniciens et ingénieurs qui m’ont aidé durant
le stage de courte durée effectuer à CAP-FALCON.

32
VII Bibliographie

• Rodier J et al. (1996) « L'analyse de l'eau : eaux naturelles, eaux résiduaires,


eau de mer ».
• Afir D et Mezaoua, (1984), « Application et dimensionnement d'un procédé de
coagulation floculation pour le traitement des eaux résiduaires de la papeterie
de Baba Ali», mémoire d'ingéniorat, école nationale de polytechnique.
• Asano T, (1998). Wastewater reclamation and reuse. Water quality
management library, 1475p.
• Baumont S, Camard J-P, Lefranc A, Franconie A, (2004), Réutilisation des
eaux usées:
risques sanitaires et faisabilité en Île-de-France. Rapport ORS, 220p.
• Baumont S, Camard J-P, Lefranc A, Franconie A, (2004), Réutilisation des
eaux usées:
risques sanitaires et faisabilité en Île-de-France. Rapport ORS, 220p.
• Beaudry J.P., (1984). Traitement des eaux. Edition le Griffon d'Aigle Inc, 231p.
• Bonnin J, (1977), « Hydraulique urbain », 5éme édition Eyrole Paris, 228p.
• Bontaux j, (1994), « Introduction à l'étude des eaux résiduaires industrielle »,
2eme édition
• Cauchi, Hyvrard, Nakache, Schwartzbrod, Zagury, Baron, Carre, Courtois,
Denis, Dernat ,Larbaigt , Derangere, Martigne, Seguret. (1996)., Dossier : la
réutilisation des eaux usées après .
• Chellé F., Dellale M., Dewachter M., Mapakou F., Vermey L,(2005).,
L'épuration des eaux
pourquoi et comment épurer Office international de l'eau, 15p.

33